HAÏTI: Où est allé tout l'argent?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HAÏTI: Où est allé tout l'argent?"

Transcription

1 HAÏTI: Où est allé tout l'argent? Vijaya Ramachandran et Julie Walz Center for Global Development Mai 2012 Nous tenons à remercier le Bureau de l'envoyé Spécial de l'onu pour Haïti et le Bureau de la Fourniture de l Aide de Paul Farmer à New York de nous avoir livré des commentaires détaillés. Nous sommes également reconnaissants à Tom Adams, Kent Annan, Owen Barder, Nancy Birdsall, Till Bruckner, Michael Clemens, Tom Dickinson, Alan Gelb, Lucy Heady, Cara Kennedy, David Roodman, Enrique Rueda-Sabater, Ian Schwab, Sarah Jane Staats, GAIV Tata, Meredy Throop, et aux participants au séminaire du Center for Global Development, pour leurs remarques et suggestions. Alex Main et Jake Johnston ont fourni des indications précieuses et des orientations sur les données relatives aux achats. Le travail d Owen Barder sur l International Aid Transparency Initiative (IATI) est à la fois utile et convaincant. Le travail de Till Bruckner sur la responsabilisation des donateurs et des ONG a été une source d'inspiration et d'idées. Christina Droggitis a compilé une base de données des ONG en Haïti et Julia Clark a commenté la section sur les appels d'offres concurrentiels. Nous les remercions tous. Les opinions présentées dans ce document n engagent que leurs auteurs, qui restent également seuls responsables d éventuelles erreurs. 1

2 Résumé Au cours des 28 mois écoulés depuis qu un séisme de magnitude 7,0 a frappé la ville de Port-au- Prince, près de 6 milliards de dollars (soit 600 $ par personne) ont été versés pour l'aide officielle en Haïti, pays de près de 10 millions d habitants. Un montant estimatif de 3 milliards de dollars a été versé à des ONG en contributions privées, en plus de l'aide publique. Le gouvernement des États-Unis à lui seul a versé près de 2 milliards de dollars sur ce montant total et promis 3 autres milliards pour les secours et la reconstruction. Les organisations non gouvernementales (ONG) et les opérateurs privés ont été les intermédiaires par lesquels sont passés la plupart de ces fonds. Le Gouvernement d'haïti a seulement reçu à ce jour 1 pour cent de l'aide humanitaire et de 15 à 21 pour cent de l'aide à plus long terme pour la reconstruction. En conséquence, les ONG et les opérateurs privés en Haïti ont créé une vaste infrastructure pour la fourniture des services sociaux. Pourtant, ces entités semblent avoir une responsabilité limitée. En dépit de l'utilisation des fonds publics, il y a peu d'évaluations des services fournis, des vies sauvées ou des erreurs commises. Plus important encore, les Haïtiens sont déçus par l'absence générale de progrès, le manque de transparence des comptes et de justification des dépenses. Il est probable que les ONG et les opérateurs privés vont maintenir leur prédominance dans la prestation de services en Haïti pour encore un certain temps. À la lumière de ce fait, nous recommandons trois options pour améliorer la situation actuelle. Primo, que les ONG et les opérateurs privés effectuent des évaluations systématiques et largement accessibles de leur travail. Secundo, que tous les acteurs en Haïti soient tenus de publier les données concernant leurs dépenses et les résultats obtenus en Haïti. L International Aid Transparency Initiative (IATI) peut être le véhicule idéal pour cela et le gouvernement des Etats-Unis devrait exiger des ONG (et peut-être des opérateurs privés) qu ils fournissent des rapports à l'iati. La conformité aux normes de l IATI pourrait, a terme, être une condition préalable pour recevoir des fonds des États-Unis. Et tertio, que le gouvernement d Haïti se procure des services par le biais d'appels d'offres concurrentiels autant que possible, afin de maintenir la prestation de services essentiels tout en renforçant les capacités locales à plus long terme. 2

3 Introduction: Le contexte de l'aide étrangère à Haïti L'instabilité en Haïti est alimentée par une longue tradition de développement politique et économique manqué, de relations erratiques avec les États-Unis et les autres pays étrangers. La colonisation française et l'occupation américaine ( ) ont laissé un pays en proie aux difficultés économiques, sans aucun contrôle haïtien sur l'industrie ou le commerce. Les Etats- Unis ont mis fin à leur présence officielle sans aucun processus de transition et peu d efforts ont été faits pour restaurer les institutions locales ou préparer les Haïtiens à l autonomie. Après leur départ, les Etats-Unis gardent le contrôle des finances nationales d'haïti jusqu'en Même l'armée haïtienne a été créée par une loi du Congrès des États-Unis, bien qu'elle n'ait jamais fait face à un ennemi extérieur ; elle a été démantelée en Les réformes ont été imposées de l extérieur, laissant le pays très peu maître de l élaboration de systèmes économiques et politiques. Les Haïtiens se sont retrouvés avec un nationalisme à fleur de peau, une méfiance envers les étrangers et une économie largement dépendante de l'aide étrangère. 3 La situation économique a été aggravée par une instabilité politique extrême. L'histoire d'haïti est caractérisée par des présidences de courte durée et des interventions étrangères périodiques. Depuis 1806, sur 54 présidents élus, seuls neuf ont accompli un mandat complet. 4 Les Etats- Unis ont chassé cinq présidents du pouvoir. 5 Les périodes de vacance du pouvoir, généralement relayé par l armée, vérifient le proverbe créole selon lequel «les Constitutions sont faites de papier et les baïonnettes d'acier.» 6 Dans une période de six mois entre 1956 et 1957, cinq gouvernements ont siégé avant que les États-Unis ne soutiennent l'installation de François «Papa Doc» Duvalier. Haïti est ensuite devenu un pion dans la géopolitique de la guerre froide, les États-Unis voulant empêcher la propagation du communisme dans les Caraïbes et isoler Cuba. Duvalier a misé sur ces craintes, suscitant d'importants flux d'aide américaine. 7 Pourtant, son régime dictatorial reposait sur la corruption massive, le népotisme et la négation des droits humains. Pendant les années les plus brutales, , des milliers de Haïtiens ont 1 Buss and Gardner, Haiti in the Balance, Farmer, The Uses of Haiti Girard, Haiti: the tumultuous history, 5. 4 Buss and Gardner, Haiti in the Balance, 4. 5 Buss and Gardner, Haiti in the Balance, Granderson Hard Choices, Girard Haiti: the tumultuous history,

4 7 été assassinés et des dizaines de milliers ont fui en exil. 8 Le président Kennedy a arrêté l aide à Haïti pour protester contre la répression sous le régime Duvalier mais le président Nixon a restauré les subsides après que le fils de Duvalier, Jean-Claude «Baby Doc» Duvalier, a pris le pouvoir et promis des réformes. Au lieu de cela, Jean-Claude a perpétué les abus du régime de son père. Pourtant, les États-Unis ont continué de fournir des subsides au pays, considéré comme un allié dans la lutte contre le communisme. En 1970, l'aide étrangère représentait 70% des revenus des finances publiques d Haïti ; les subsides ont atteint 35,5 millions de dollars en La corruption à grande échelle signifie que cette aide n'est jamais arrivée au peuple haïtien et que la situation économique est restée pratiquement inchangée. 10 Le pays le plus pauvre du monde occidental, le PIB par habitant d Haïti a diminué d à peu près deux pour cent par an. Le développement à long terme a également été entravé par des niveaux d'inégalité scandaleux. Une étude de 1984 estimait que moins de 25 pour cent de la population vivait au-dessus du seuil de pauvreté absolue. En outre, Haïti a pâti d'un taux de natalité très élevé, de la déforestation sur plus de 97% de la superficie du pays et de l'érosion des sols. 11 Paradoxalement, F. Duvalier a parfaitement résumé la gouvernance haïtienne : Nos divers gouvernements ne se sont jamais souciés de l'héritage national et n'ont jamais tenté de résoudre les problèmes sociaux. Ils ont beaucoup parlé de liberté, mais pour tromper le monde libre et non pour en faire bon usage en politique intérieure. Le pays est divisé en deux groupes: les exploiteurs - minorité hyperactive et offensive - monopolisent l Administration et paralysent le progrès du peuple; les exploités l immense majorité - sont victimes d'un système immoral et cruel. 12 Ce contexte politique et économique a conduit à l avènement du prêtre populiste Jean-Bertrand Aristide, connu pour son opposition tonitruante au gouvernement et son grand projet de réformes économiques et sociales. Son élection en 1990 a été soutenue par les Etats-Unis et l'aide internationale a augmenté du même coup - en 1991, Haïti a reçu 380 millions de dollars de 8 Talentino, Military Intervention After the Cold War, Girard, Haiti: the tumultuous history, Girard, Haiti: the tumultuous history, Weiss, Military-Civilian Interactions, Quote from 1957, shortly after Papa Doc took office. Source: Buss and Gardner, Haiti in the Balance, 46. 4

5 l'étranger. 13 Aristide a été renversé par Raul Cédras lors du coup d'etat de Septembre 1991 et la politique internationale envers Haïti s'est immédiatement inversée. L'administration Bush a suspendu son aide, adopté un embargo économique rigoureux, renforcé les sanctions, refusé les visas et gelé les comptes bancaires. 14 Bien que les produits alimentaires de base n aient pas été inclus dans l embargo, des produits d importation tels que semences ou engrais, absolument nécessaires à l autonomie alimentaire des Haïtiens, ont aussi été bloqués. En conséquence, entre 1992 et 1993, le produit intérieur brut a chuté de 20 pour cent et le chômage est monté jusqu à 75 pour cent. 15 Les usines textiles et les ateliers de montage - qui assuraient plus de trois quarts des exportations d'haïti - ont été fermés, le système de collecte des impôts s'est effondré et les infrastructures se sont désagrégées. 16 Le président George W Bush a également instauré un blocage de l immigration, empêchant les "boat people" haïtiens de s'installer aux États-Unis. Aristide est devenu un sujet clivant aux Etats-Unis et les désaccords politiques ont conduit à une perception quasi schizophrénique d Haïti. 17 Lors de sa campagne présidentielle de 1992, le président Clinton a promis qu'il reviendrait sur la politique du président Bush à l égard des réfugiés haïtiens et permettrait le retour d'aristide. Après l'élection, l'administration est revenu sur sa promesse électorale, en maintenant l'embargo et la suspension des aides. Puis Clinton a soutenu l invasion d'haïti pour rétablir Aristide, restaurant l'aide étrangère en Quand le Parti Républicain a pris le contrôle du Congrès aux élections de 1996, il a répondu à la politique haïtienne de Clinton par l'amendement Dole-Helms: Aristide devait réformer ou le pays perdrait ses subsides. Les élections haïtiennes de 2000 ont été largement contestées, avec pour résultat le blocage de toutes les aides de la Banque mondiale, de l'union européenne, de la Banque interaméricaine de développement, des États-Unis, du Canada, de la France et des Pays-Bas. L'Administration du président George W. Bush a continué l'embargo sur les aides, empêchant les bailleurs de fonds de toutes origines de verser à Haïti les subsides qui avaient déjà été votés. Suite à la destitution contestée d'aristide en 2004, la politique étrangère a de nouveau changé et l'aide a recommencé à affluer. Un calendrier global résume la politique américaine d'aide à Haïti: 13 Girard, Haiti: the tumultuous history, Sanctions in Haiti. 15 Weiss, Military-Civilian Interactions, Buss and Gardner, Haiti in the Balance, Summary of US foreign assistance from Buss and Gardner, Haiti in the Balance,

6 Schéma 1: Assistance internationale en Haïti Source: Buss and Gardner, Haiti in the balance, 70 La volatilité de l'aide internationale officielle au gouvernement haïtien sape un secteur public déjà fragile. À ce jour, le gouvernement haïtien a peu de ressources et peu de recettes fiscales. En 2002, le budget du gouvernement (pour un pays de près de 10 millions d âmes) équivalait à peu près à celui de la ville de Cambridge, Massachusetts (population : hab.). 18 En 2008, l'aide extérieure nette à Haïti était de 92,30 $ par habitant. Pourtant, seulement trois pour cent de l'aide bilatérale sont allés soutenir le budget du gouvernement haïtien. 19 Le financement du soutien au budget fut également très volatil, même pendant les années où l'aide étrangère à Haïti est demeurée relativement stable. Pour l'exercice 2010, il est passé de 93,6 millions de dollars à 225 millions de dollars. En juin 2011, il était seulement de 48,8 millions de dollars pour l'exercice Cette imprévisibilité complique davantage la capacité du gouvernement haïtien à mettre en place des plans de redressement et de progrès économique à long terme. L'extrême volatilité des niveaux d'aide étrangère a entravé le développement économique et humain en Haïti. Les progrès dans le domaine social - augmentation du taux de scolarisation et du taux de vaccination, réforme judiciaire - au cours des années où Haïti a bénéficié de subsides, 18 Farmer, Haiti after the Earthquake, Has aid changed?, Has aid changed?,

7 ont été contrebalancés par un recul dans les années où le pays a dû supporter les embargos. 21 Réduire la pauvreté n a jamais été une priorité pour le versement de l'aide étrangère ; l'aide a surtout été instrumentalisée, comme récompense ou comme punition pour influencer la politique haïtienne. Les flux les plus importants de l'aide avaient un but humanitaire mais ce financement visait des actions de secours d urgence - les projets à court terme ont pu saper le développement à long terme dans certains cas. 22 L instabilité politique haïtienne et la réponse politique des États-Unis ont également eu des effets désastreux sur l'investissement direct étranger. En trois ans, de 1999 à 2002, les investissements sont passés de 30 millions de dollars à 5 millions de dollars. 23 La défiance, tant des donateurs que des investisseurs, a sans doute réduit les flux de financement, même au cours des périodes de relative stabilité politique en Haïti. Les promesses des donateurs à Haïti après le séisme de janvier 2010 Mardi, 12 janvier 2010, à 16:53, Haïti a connu un tremblement de terre de magnitude 7,0 dont l'épicentre se situait près de la ville de Léogâne, à environ 25 km à l'ouest de Port-au-Prince. Haïti est situé dans la région où la plaque tectonique des Caraïbes rejoint la plaque nordaméricaine. La plaque des Caraïbes se déplace vers le nord de 7 à 20 mm par an, s écrasant contre la plaque nord-américaine. Ce mouvement a produit deux lignes de failles majeures, appelées failles de décrochement, au nord et au sud d'haïti : la faille septentrionale au nord et la faille du Jardin Enriquillo-Plaintain au sud. Le séisme de janvier 2010 a vraisemblablement été causé par l affrontement des deux plaques et la libération des tensions accumulées autour de la faille sud, plongeant un pays déjà pauvre et instable dans un désastre encore plus grand Erickson, The Haiti Dilemma, Buss and Gardner, Haiti in the Balance, Erickson, The Haiti Dilemma, Certains scientifiques avancent que le séisme fut causé par des failles souterraines, dites blind thrust faults, impliquant que la pression sur la faille sud (accumulée sur une période de 250 ans) ne s est pas encore pleinement dissipée. 7

8 Schéma 2: Carte du tremblement de terre en Haïti et risques de la population 25 Source: Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires Un tiers de la population du pays a été directement touché par le tremblement de terre: plus de personnes ont péri et plusieurs millions d habitants ont été déplacés vers des abris temporaires. Les dommages et les pertes ont été estimés à 7,8 milliards de dollars, une somme supérieure au PIB d'haïti en Suite à cette catastrophe, Haïti a reçu une avalanche de soutiens et d'aides financières. Les dons privés ont atteint 3,1 milliards de dollars. 27 Rien qu aux U.S.A., les particuliers ont offert 774 millions de dollars au cours des cinq premières semaines - la réaction rapide a été largement facilitée par la technologie des SMS. La Croix-Rouge, pionnière de cette stratégie de collecte, a levé une somme jamais égalée de 32 millions de dollars, en dons individuels de 10 $, grâce à la 25 Source: Relief Web. Available: 26 Action Plan for National Recovery and Development of Haiti. 27 Has aid changed?, 12 8

9 technologie SMS. 28 A la Conférence internationale des donateurs à New York le 31 Mars 2010, cinquante-huit donateurs ont promis 5,5 milliards de dollars pour l aide à Haïti. 29 Selon le rapport L Aide a-t-elle changée? émanant du bureau de l Envoyé Spécial des Nations Unies pour Haïti, cela représente un triplement des flux d'aide financière entre 2009 et En 2010, l'aide des bailleurs de fonds officiels a représenté 400 pour cent des recettes nationales du gouvernement haïtien. Le Schéma 3 montre les dix principaux donateurs, le Schéma 4 comment les fonds du gouvernement des États-Unis ont été alloués. De l'aide humanitaire promise ou versée, 60 pour cent revêtaient la forme de dons, tandis que 40 pour cent étaient réglés en nature et en services. 30 Schéma 3: Les principaux bailleurs de fonds face au Séisme en Haïti, Note: Total provenant de tous les bailleurs du secteur public: 8,401.4 M$ promis et 5,327.7 M$ décaissés Contributions globales jusqu à mars Ces chiffres n incluent pas les donateurs du secteur privé. Les contributions comprennent l'aide humanitaire (pour tremblement de terre et choléra) ainsi que les Fonds pour la Reconstruction et le Développement (hors allègement de la dette). Source: Bureau de l Envoyé Spécial des Nations Unies pour Haïti 28 Index of Global Philanthropy and Remittances 2011, pp La Conférence de New York se réfère aux promesses de don faites a la conférence internationale des bailleurs «Vers un Nouveau Futur pour Haïti» tenu a New York, let 31 Mars Source: 30 Has aid changed? 14. 9

10 Schéma 4: Canaux de financement du gouvernement américain pour Haïti, exercice 2010-exercice 2011 Source: Total aide humanitaire USAID, Département d Etat et Département de la Défense des Etats-Unis, exercice 2010 (1,141,365,477 $) et exercice 2011 (191,284,091 $), tremblement de terre et choléra inclus. Les totaux concernent le financement de l aide humanitaire et représentent les montants débloqués au 29 septembre Source: USAID Earthquake and Cholera Fact Sheets pour l année 2010, Fiche n 73, 24 septembre Pour l année 2011 : Fiche n 13, 29 septembre Partenaires d'exécution classés par auteurs. Le Bureau de l'envoyé Spécial pour Haïti rapporte que les donateurs bilatéraux et multilatéraux ont promis 9,28 milliards de dollars en aide humanitaire et aide à la reconstruction pour les années 2010 à De ces fonds, 5,63 milliards de dollars (60,7 pour cent) ont été versés. 32 Des engagements ont également été pris pour soutenir le Plan d'action du gouvernement d'haïti pour la reconstruction et le développement. Le budget à dix-huit mois dans le Plan d'action du 31 Ce Chiffre inclut l aide humanitaire pour le séisme et pour la réponse au cholera, ainsi que les engagements de fonds pour la reconstruction promis lors de la conférence de New York et d autres fonds pour la reconstruction. N inclut pas l allègement de la dette. 32 UN Office of the Special Envoy for Haiti, overall contributions from public sector donors to relief and recovery efforts in Haiti as of March

11 gouvernement d Haïti identifie les secteurs prioritaires et les demandes de niveaux de financement. Il est clair que les principaux secteurs élus par les donateurs ne correspondent pas toujours aux priorités du gouvernement haïtien, comme en témoignent les différences entre les demandes et les promesses de fonds (Schéma 5). Par exemple, dans le secteur des transports, les promesses dépassaient de 510 pour cent (737 millions de dollars) la demande du gouvernement d'haïti. A l opposé, les promesses de dons pour le renforcement des institutions démocratiques ont tourné court - seulement 20 pour cent (31 millions de dollars) de la demande du gouvernement d'haïti ont été satisfaits par les donateurs. Schéma 5: Les priorités du Gouvernement d Haïti et les promesses de dons des bailleurs (millions de dollars américains) Financement de reconstruction par secteurs, Mars Source: Bureau de l'envoyé spécial pour Haïti, Qui a reçu l'argent? D'après les chiffres disponibles, il semble que les ONG et les opérateurs privés soient les principaux intermédiaires bénéficiaires de cette aide pour les secours et la reconstruction, tandis que très peu d'argent échoit directement au gouvernement d'haïti. Le financement se divise en deux catégories: l'aide d urgence, aide immédiate humanitaire, et le financement de 11

12 reconstruction, aide à plus long terme pour la reconstruction et le développement. Les agences humanitaires, les ONG, les opérateurs privés et autres fournisseurs de services non étatiques ont reçu 99 pour cent de l'aide humanitaire, alors que moins de un pour cent est allé au gouvernement d'haïti. 33 Le Schéma 6A montre la répartition des 2,29 milliards de dollars d aide humanitaire émanant de tous les donateurs, promis ou décaissés en 2010 et Cependant, sur les 1,28 milliard de dollars versés en aide humanitaire à partir des États-Unis, pas un dollar n est allé au gouvernement haïtien (schéma 6B). Schéma 6A: les bénéficiaires de l'aide humanitaire en Haïti * Hors appel d urgence (flash appeal). **Suivant appel éclair. Les INGO sont des ONG internationales. Le financement total est de 2,29 milliards de dollars en financement humanitaire, promis ou versés par les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux en 2010 et ,200,000 $ supplémentaires ont été levés pour les victimes du choléra. Source: Bureau de l Envoyé Special pour Haiti, mars Has aid changed? 4. 12

13 Schéma 6B: Bénéficiaires des financements des Etats-Unis pour la phase humanitaire Schéma 6C: Bénéficiaires des financements des Etats-Unis pour la phase de reconstruction Note: Total du financement humanitaire américain versé : 1,28 milliard de dollars ; financement pour la reconstruction : 655 millions de dollars jusqu à mars Source: Bureau de l Envoyé Special pour Haiti, Un pourcentage légèrement plus élevé de fonds décaissés pour la reconstruction à long terme a été remis au gouvernement haïtien. Entre 15 et 21 pour cent des fonds de reconstruction ont été remis au gouvernement haïtien par les donateurs du monde entier - chiffre variable selon la catégorisation des fonds. 34 Les États-Unis, cependant, ont seulement versé un pour cent de l'argent de reconstruction au Gouvernement d'haïti (Schéma 6C). L'aide versée directement au gouvernement reste très faible, bien que le Trésor Public soit le canal privilégié par le gouvernement haïtien pour recevoir l'aide. Une contribution non spécifique au budget de l Etat peut également être faite indirectement par l'intermédiaire du Fonds de Reconstruction d'haïti (dont la Banque Mondiale est mandataire). 35 Au lendemain du séisme, le gouvernement haïtien avait une marge d action très limitée, étant donné la destruction presque totale des locaux du gouvernement et que les agences opéraient en situation d'urgence. Pourtant, des mois et des années plus tard, les bailleurs de fonds continuent d'être réticents à financer le gouvernement. Il est légitime de se poser des questions sur le manque de capacité du gouvernement d'haïti, ainsi que sur les habitudes enracinées de favoritisme, de corruption et 34 Recovery aid (longer-term aid) is distinguished from humanitarian aid (immediate needs) by the UN Special Envoy for Haiti based on the funding pools used. See Appendix 1 for a breakdown in estimations about budget support to the GOH and other direct financing. 35 Has aid changed?

14 d'inefficacité. Pourtant, la capacité du gouvernement ne sera jamais améliorée, ni même acquise, si les donateurs continuent de contourner les institutions locales en faveur des ONG. Même si nous croyons que les organisations à but non lucratif et les opérateurs privés peuvent être plus efficaces dans le versement des aides immédiates, la reconstruction à long terme ne se fera que sous l égide du gouvernement. En contournant le gouvernement haïtien, les donateurs ne font que retarder le processus et continuent de saper le secteur public. Le Comité Intérimaire de Reconstruction d'haïti (CIRH) a été créé pour fournir une plate-forme de collaboration entre les donateurs et le gouvernement haïtien. La commission, co-présidée par Bill Clinton et Jean- Max Bellerive, était composée de représentants du gouvernement et de donateurs. Pourtant, le CIRH n avait qu un mandat de dix-huit mois, que l on peut estimer trop court pour faire face à la situation sur le terrain. 36 On a aussi critiqué son efficacité. Un rapport publié par l'us Government Accountability Office a constaté que plus d'un an après sa création, le CIRH n'était pas encore pleinement opérationnel. 37 Le financement au compte-gouttes pour le développement peut aussi jouer un grand rôle dans le suivi des dépenses. Pour les entités civiles donatrices, les ONG internationales et les agences des Nations Unies, il y a souvent de multiples couches de contrats de sous-traitance et de sous-dons avant d'atteindre les groupes qui mettent en œuvre les programmes sur le terrain. Un généreux donateur peut verser une contribution à une grande ONG internationale qui peut transmettre de l'argent aux petites ONG, groupes religieux ou communautés haïtiennes. Chaque étape de ce processus peut absorber de sept à dix pour cent des coûts administratifs, ce qui réduit considérablement la quantité d'argent disponible pour les programmes sur le terrain. Ce ne sont pas toutes les ONG qui ont reçu des aides. En fait, les principaux bénéficiaires ont été les grandes organisations internationales à but non lucratif et certaines agences des Nations Unies. (Schéma 7). Le US Department of Defense (DOD) a pris la responsabilité de toute la sécurité en Haïti à la suite du tremblement de terre. Cela comprenait la restauration et la gestion de la piste de l'aéroport de Port-au-Prince, le contrôle des atterrissages à Port-au-Prince à partir du centre de commandement de Tampa, en Floride, et le maintien de la sécurité dans la capitale d'haïti. Ainsi, le DOD a reçu la plus grande part de l'aide humanitaire pour mener à bien ces 36 Farmer, Haiti after the earthquake GAO report, Haiti Reconstruction. 14

15 missions. Le reste des fonds est allé à de grandes ONG internationales, à des opérateurs privés et à d autres organismes gouvernementaux américains comme la Federal Emergency Management Agency (FEMA) et Health and Human Services (HHS). Certains opérateurs privés ont également beaucoup bénéficié du séisme en Haïti. Un message trouvé sur Wikileaks présentait la passation de marchés privés comme une «ruée vers l'or» et des questions ont été soulevées au sujet des contrats accordés à la suite du tremblement de terre. 38 Le Schéma 8 montre les dix plus grandes entreprises privées qui ont reçu des fonds. Cependant, de nombreuses ONG gérées par Haïti ont été écartées des caisses de secours ou de reconstruction. 39 L'appel initial de l'onu ne comptait que les besoins des ONG internationales ; les ONG haïtiennes ont été complètement exclues. Dans les versions ultérieures de l appel, ont été incluses dix ONG haïtiennes qui ont demandé 5,4 millions de dollars, ce qui équivaut à 0,4 pour cent de la demande totale. Seules deux organisations haïtiennes ont reçu des fonds pour un total de 0,8 millions de dollars - moins de 15 pour cent de l'argent demandé par les dix organisations Herz and Ives, WikiLeaks Haiti, The Nation. 39 Till Bruckner, a former employee of Transparency International Georgia, argues that in Georgia, NGOs could not have run the relief operations, they were not strong enough. But it s worth asking why they were STILL not strong enough after over a decade of local NGO capacity building by donors and INGOs. Main problems: (1) donors distrust LNGOs and do not give them large grants, (2) INGOs poach the strongest LNGO employees with better salaries, (3) LNGOs lack core funding. 40 Has aid changed?

16 Schéma 7: Principaux bénéficiaires du financement du Gouvernement des Etats-Unis, Séisme en Haïti, exercice (en millions de dollars américains) Total de l'aide humanitaire de l'usaid, de l'état et du DOD. L USAID et l'état ne sont pas répertoriés puisque les fonds ont été réaffectés aux partenaires ci-dessus (fig. 7). Le graphique représente les montants engagés jusqu au 29 septembre Source: USAID Earthquake and Cholera Fact Sheets pour l année 2010, Fiche n 73, 24 septembre Pour l année 2011 : Fiche n 13, 29 septembre Schéma 8: Les opérateurs privés en Haïti, du 12 janvier 2010 au 1 mars 2012 Source: Federal Procurement Data Systems; total du financement en millions de dollars 16

17 Les contrats confiés à des entreprises haïtiennes sont également peu nombreux et espacés. Le Schéma 9 montre que 9 millions de dollars ont été dépensés pour acheter des services auprès de fournisseurs haïtiens, selon le Système Fédéral de base de données sur les marchés publics. Seuls 12 fournisseurs ont été impliqués dans ces transactions. Le Schéma 10 montre que les contrats confiés à des entreprises haïtiennes ont pratiquement cessé en Les montants dépensés pour des achats locaux ont fortement chuté par rapport à Suite à une demande émise sur le blog de Haiti Relief and Reconstruction Watch (HRRW) géré par le Center for Economic and Policy Research, l'usaid a publié les noms de ses sous-traitants locaux en Haïti en Avril Ces données montrent que les contrats s élèvent à 9,45 millions de dollars, ce qui est nettement moins de un pour cent du milliard de dollars dépensé par l'usaid. Plus de 75 pour cent des fonds de l'usaid sont allés à des opérateurs privés basés autour de Washington DC. 41 Schéma 9: Contrats à des entreprises haïtiennes (12 sociétés vendeuses) Notes: Contrats du 12 janvier 2010 au 1 mars Source: Federal Procurement Data Systems HRRW, USAID s Disclosure of Local Partner Info Raises Troubling Questions, 30 March,

18 Schéma 10: Contrats confiés à des entreprises haïtiennes par le Gouvernement des Etats- Unis Notes: Contrats du 12 janvier 2010 au 1 Mars Source: Federal Procurement Office Data System La genèse d un Etat quasi-privé en Haïti En raison de la capacité d action limitée du gouvernement haïtien et de la faiblesse des institutions nationales, ONG et opérateurs privés ont joué un rôle de plus en plus important en Haïti. L instabilité extrême de la vie politique haïtienne et la réticence des États-Unis à donner une aide directe au gouvernement haïtien ont poussé ONG et opérateurs à devenir le canal principal de l'aide étrangère. Les associations caritatives internationales ont continué d être financées même lorsque l'aide au gouvernement haïtien a été interdite. ONG, opérateurs privés, banques multilatérales sont rapidement devenus les destinataires privilégiés de l'aide car ils étaient plus stables et pouvaient rendre de meilleurs comptes aux donateurs internationaux que le gouvernement haïtien. Avant le séisme de 2010, on estime que 70 pour cent des fonds d'aide à Haïti sont passés par les associations caritatives et les organismes à but non lucratif De Cordoba, Aid Spawns Backlash in Haiti. 18

19 Des chercheurs décrivent comment les ONG sont devenues des acteurs clés dans la construction de la nation et de la gouvernance, certaines influant même davantage sur la politique locale que la population elle-même. 43 Il est clair que les organisations internationales et les ONG ont accès à des niveaux de financement sans commune mesure avec ceux du gouvernement. Les ONG constituent le canal principal à partir duquel l'argent peut être siphonné. Les politiques locaux cherchent souvent du soutien et du financement auprès des ONG étrangères pour appuyer leurs campagnes électorales et en assurer le succès. Diverses organisations, basées aux États-Unis et ailleurs, ont été accusées d avoir financé l'opposition au président Aristide. 44 Il est difficile de déterminer le nombre d'ong qui opèrent en Haïti. Les estimations varient grandement et seule une petite proportion des organismes sont officiellement enregistrés auprès du Ministère de la Planification (Schéma 11). Une comparaison de sources, parmi les plus récentes et le plus fréquemment citées, fait ressortir de grandes disparités dans les estimations en vigueur. Schéma 11: Estimations du nombre d ONG actives en Haïti Remarque: "Liste", signifie que cette source liste les organismes individuels. "Estimation" signifie que la source fournit des chiffres approximatifs. Sources: Institut catholique pour les relations internationales, «Haïti: 2004," 18. US Institute for Peace (USIP) Compte-rendu, «Haïti : une République d ONG?». Avril 2010 Zanotti, Laura, 757. Bureau de l'envoyé Spécial:. UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, Haiti : Directory of Development Organisations :.. Unité de Coordination des Activités des ONG (UCAONG): / ongreconnues.pdf. Estimation du Ministère de la Planification dès 2004, Schuller, "Invasion or Infusion?" 43 Zanotti, Cacophonies of Aid, Zanotti, Cacophonies of Aid,

20 L'incapacité du gouvernement haïtien à compter ou à enregistrer les ONG met également en évidence la faiblesse du secteur public par rapport au système ONG. Les programmes et activités gérés par des ONG ne sont généralement pas inclus dans la planification du gouvernement et peuvent manquer de viabilité à long terme. Il n'existe aucune méthode pour assurer la responsabilité ou la coordination entre les différentes organisations qui, souvent, opèrent avec les mêmes mandats pour exécuter des projets similaires. Le Bureau de l'envoyé Spécial a aidé le Gouvernement d'haïti dans ses efforts pour réglementer et superviser les prestataires non étatiques, afin que les programmes de travail et de financement soient plus conformes aux priorités du gouvernement. InterAction a été le pionnier de la carte des aides en Haïti, fournissant des statistiques sur les projets de 65 ONG opérant actuellement dans le pays (Schéma 12). 45 Pourtant, la tâche consistant à inclure les petites associations dans ces projets demeure ardue. Schéma 12: Carte d InterAction : l aide et les projets en cours en Haïti ( ) Bien qu'il soit à peu près impossible d'identifier exactement combien d'ong sont présentes en Haïti, il est intéressant de tirer des caractéristiques et tendances des données dont nous disposons. Le site de l Envoyé Spécial et de la Banque Interaméricaine de Développement donne l'annuaire le plus complet, énumérant un peu moins de mille organisations de la société 45 7 Décembre, InterAction, Haiti Aid Map. 20

21 civile et d ONG. En utilisant ce répertoire avec les sites Web individuels et les rapports annuels des ONG, nous avons pu construire un ensemble de données de 980 ONG opérant en Haïti. 46 Le document est biaisé car nous citons seulement les organisations qui ont un site web ou sont inscrites sur une base de données. Ainsi, nous risquons d exclure de nombreux organismes haïtiens qui n'ont pas accès à l'internet ou pas le moyen de se faire enregistrer. Il y a une grande disparité, les organisations listées ayant entre trois et employés. Comme le montre le Schéma 13, les ONG n en sont pas à leur coup d essai en Haïti et leur croissance dans les dernières décennies fut spectaculaire. 47 Un nombre relativement faible et stable d associations caritatives a été enregistré entre 1800 à Dès la fin des années 1960 les chiffres ont commencé à croître, avec l apparition du mouvement des ONG internationales partout dans le monde. Tout au long des années 1990, il y a corrélation entre les ONG enregistrées et les politiques nationales et étrangères, y compris le retour d Aristide au pouvoir en 1995, et la reprise ou la suspension de l'aide américaine à l étranger. Le pic le plus spectaculaire se situe au lendemain du séisme de janvier 2010 ; près d'une centaine de nouvelles ONG ont été enregistrées à la suite du tremblement de terre. Selon le registre fourni par l'intermédiaire du Bureau de l'envoyé Spécial, 23 nouvelles ONG en moyenne ont vu le jour chaque année entre 2000 et Ce chiffre a quadruplé en 2010, avec l apparition de 93 nouvelles ONG. Schéma 13: Année de fondation des ONG actives en Haïti 46 Toutefois, pour bon nombre de ces organisations, nous n avons pu trouver aucune information au delà du nom. Aucune information sur le siège social, les secteurs d activité, etc. Pour ces raisons l drink pour les analyses ci-dessous varient considérablement (la taille de l échantillon est mentionné pour chaque schéma). 47 Dans notre base de données les années enregistrées sont celles ou les organisations ont été fondées (pour les très grandes ONG mondiales ceci peut ne pas correspondre a la date de début d opérations en Haïti). 21

22 Nous constatons que 51 pour cent des ONG opérant en Haïti ont leur siège social aux États-Unis (schéma 14). 48 Ce n'est pas surprenant, étant donné les interférences politiques entre les deux nations, la proximité géographique et le grand nombre d'haïtiens résidant aux Etats-Unis. La majorité de ces organisations ont des bureaux et des succursales basés en Haïti mais ont leur siège social aux Etats-Unis ; seulement un cinquième des organismes ont leur siège en Haïti. Les ONG opérant en Haïti couvrent la planète entière ; cela va d'une association liée à l Eglise Arménienne, à une mission libanaise abritant les personnes vulnérables, à la Coopération internationale et au fonds taiwanais de développement offrant argent-contre-travail et aide d urgence. Étonnamment, on ne trouve dans la liste que trois organisations de la République Dominicaine. Schéma 14: Localisation du siège des ONG actives en Haïti Quelle que soit leur implantation, de nombreuses ONG opérant en Haïti partagent les mêmes priorités. Santé et éducation sont leurs principaux domaines d'activité ; 34 pour cent de toutes les organisations travaillent dans au moins un de ces deux secteurs. (Schéma 15). L'aide humanitaire, le développement économique général, l'agriculture et les droits humains sont les domaines de travail les plus communs. Les ONG dont le siège social est en Haïti (Schéma 16) et celles qui sont basées aux États-Unis (Schéma 17) semblent avoir les mêmes priorités. 48 Encore une fois, il est important de noter le biais contre les petites organisations haïtiennes qui n ont pas de site web ou de présence sur internet. Nous sommes ainsi peut-être en train d exclure des petites organisations haïtiennes qui ont un profil bas et travaillent dans des régions isolées. Toutefois en nous reposant sur des organisations ayant un site web ou disposant d informations accessibles sur internet, nous excluons aussi du même coup les organisations fictives ou frauduleuses. 22

23 Schéma 15: ONG en Haïti par secteur d activité Schéma 16: ONG Haïtiennes par secteur d activité Schéma 17: ONG Américaines par secteur d activité Les preuves disponibles suggèrent que les ONG et les opérateurs privés fournissent près des quatre cinquièmes des services sociaux en Haïti. 49 Une étude menée avant le séisme de 2010 a 49 De Cordoba, Aid Spawns Backlash in Haiti. 23

24 conclu que les ONG fournissaient 70 pour cent des soins médicaux tandis que les écoles privées, pour la plupart gérées par des ONG, assuraient 85 pour cent des missions éducatives. 50 Cette participation est-elle une «intervention» ou une «invasion» des ONG? Les avis diffèrent. 51 Les organismes internationaux à but non lucratif apportent une expertise très précieuse, des ressources humaines et financières et un flux stable de financement pour le pays. Pourtant, il est probable que la force des ONG réduit la capacité d action déjà limitée du gouvernement haïtien. Les ONG ont construit une infrastructure alternative pour la fourniture de services sociaux, confortant par là même un gouvernement peu enclin à consacrer ses ressources limitées au secteur social. Une «fuite des cerveaux» du secteur public vers le secteur caritatif est également observée, privant l Administration de ses talents. 52 Les ONG fournissent près d'un tiers de tous les emplois du secteur officiel, souvent les plus respectés et les mieux rémunérés. 53 Cela a abouti au concept haïtien de la «klas ONG», la classe ONG. 54 Souvent, l'argent dépensé par les ONG ne reste pas dans l'économie locale car de nombreux organismes à but non lucratif procurent des contrats aux grandes entreprises internationales et aux operateurs privés. La contribution à la création de valeur ajoutée en Haïti reste donc faible. 55 La responsabilité des ONG et des opérateurs privés en Haïti Quels sont les résultats des ONG en matière de prestation de services en Haïti? Le bilan, vingthuit mois après le tremblement de terre, est encore très difficile à tirer. On a publié peu de constats sur la performance des ONG et on ne trouve pas facilement ceux qui ont été rendus publics. Certaines grandes ONG internationales rédigent des rapports annuels et publient des données financières, mais celles-ci sont rares et publiées de manière ponctuelle. Le Disaster Accountability Project (DAP), organisme à but non lucratif, a publié un rapport sur la responsabilité et la transparence des ONG opérant en Haïti un an après le tremblement de terre. 56 Sur 196 organismes identifiés, seulement huit ont publié et régulièrement mis à jour les rapports sur leurs activités en Haïti. Près de 65 pour cent des organisations n'avaient pas de rapports à présenter mais diffusaient des appels émotionnels ou des études de cas anecdotiques sur leurs sites Web. 57 Seulement 38 organisations ont répondu à la demande du DAP de fournir un compte-rendu d activité et de plus amples renseignements. La plupart des évaluations accessibles des ONG se concentrent sur des études de cas ou des exemples de réussite. On ne mentionne presque jamais les résultats négatifs ou les échecs, du moins dans les documents 50 Schuller Invasion or infusion? Schuller, Gluing Globalization, Schuller Gluing Globalization, Schuller, Gluing Globalization, Zanotti, Cacophonies of Aid, Disaster Accountability Project, One Year Follow Up Report. 56 Revkin, Andrew Report Faults Haiti Aid Groups on Openness. 57 Werker and Ahmed, What do Non-Governmental Organizations Do?

25 accessibles au public. 58 Des enquêtes dans les médias ont décrit des prestations inadéquates, des descriptions inexactes de succès et un suivi financier entaché de doute, mais nous avons très peu de preuves directes venant des ONG ou d opérateurs privés pour confirmer ou infirmer ces allégations. Les évaluations peuvent être difficiles à trouver et souvent ne sont pas accessibles sur le site Web de l'organisme qui les réalise. Nous avons trouvé deux organismes externes qui combinent évaluation globale et enseignements à tirer des rapports d'organisations opérant en Haïti depuis le tremblement de terre: Relief Web de UN OCHA et le Active Learning Network for Accountability and Performance in Humanitarian Action (ALNAP). 59 Fusionnant ces sources, nous avons classé 45 rapports d'évaluation d actions menées en Haïti depuis janvier 2010 et nous avons compté combien de ces rapports incluaient les caractéristiques que nous aimerions trouver dans une évaluation rigoureuse: un évaluateur indépendant, une méthodologie claire, les données du projet, le budget ou le coût, une discussion sur le rapport qualité-prix, sur d éventuelles solutions alternatives et des recommandations pour les opérations futures. Les rapports incluent des évaluations menées à différents niveaux: programme, organisation par secteur ou par système et organismes donateurs. Certains rapports mettent l'accent sur la coordination d un ensemble d'organismes opérant dans un même lieu ou un même secteur ; dans ce cas les données du projet ou des rapports financiers ne sont pas directement exploitables. Dans les tableaux ci-dessous, nous présentons les données pour tous les rapports et aussi pour ces rapports qui sont des évaluations de programmes et d organisations seulement (c.à d. en excluant les bailleurs de fonds et les rapports sectoriels). Tableau 1: Les rapports d'évaluation (Total: 45 rapports) Evaluateur Méthodologie Données Rapport Discussion des Recommandations indépendant de projet budget / cout alternatives Non Oui %Oui 44% 56% 49% 18% 7% 93% 58 Pour la liste de tous les rapports, se référer a l annexe 2. Un troisième effort, que nous n avons pas utilisé dans ce rapport mais qui mérite mention est mené par l Université d état d Haïti et Tulane University. La Haiti Humanitarian Aid Evaluation Database liste toutes les évaluations, cartes, documents et rapports écrits sur Haiti. Accessible a l url suivant: < 59 Inclut 7 rapports de programme, 16 rapports d organisation, 16 rapports de secteur ou de système, et 6 rapports de bailleurs. 25

26 Tableau 2: Rapports sur les programmes et les organisations (Total: 23 rapports) 60 Evaluateur Méthodologie Données Rapport budget / Discussion des Recommandations indépendant de projet cout alternatives Non Oui % Oui 39% 52% 61% 17% 4% 91% Alors que la plupart des rapports ont émis des recommandations, ils laissent à désirer dans d autres catégories. Moins de la moitié des rapports ont été menés par un tiers indépendant et seulement un peu plus de la moitié ont exposé en détail la méthodologie utilisée. Parmi ceux qui ont expliqué comment l'évaluation a été faite, la plupart combinent collecte de données, recherche documentaire, entretiens avec le personnel de terrain, enquêtes auprès des bénéficiaires et visites sur le terrain. Pour les évaluations de programmes et d'organisations, nous constatons que plus d'un tiers des rapports ne renferment pas de données spécifiques au projet. 61 Particulièrement préoccupant est le manque de données sur le budget ou les coûts. Seuls quatre rapports de programmes et d'organisations fournissent des détails sur la façon dont l'argent a été dépensé (combien coûtent les tentes, combien d'argent a été versé par transfert ou quel pourcentage des fonds est allé à la logistique, au transport). Qui plus est, un seul de ces rapports argumente sur le rapport qualité-prix et sur les alternatives au programme actuellement mis en œuvre. On trouve quelques bons exemples d'évaluation globale. La première est de Christian Aid, qui, en janvier 2012, a publié un document évaluant son programme de transferts monétaires inconditionnels. 62 Il explique clairement les objectifs du programme, pourquoi l'aide a été accordée sous la forme choisie et non destinée aux salaires, bons d achat ou autres types d aide directe. Le mémoire comprend une carte de l'endroit où chaque programme a été exécuté, combien d'argent a été donné et combien de fois on a versé de l argent à chaque destinataire. Le rapport, fondé sur une enquête réalisée auprès de plus de 400 bénéficiaires dans huit endroits différents, montre ensuite l'impact du programme. Il conclut avec une liste détaillée des réussites et des leçons à tirer de ce programme. Bien que le transfert d argent direct soit un cas un peu particulier dont l impact peut s évaluer plus facilement, voilà un très bon exemple d'évaluation minutieuse. 60 Inclut 7 rapports de programme et 16 rapports d organisation. 61 Reports that only had broad generalizations ( We reached 5,000 people ) we counted as a No if there was no detail about how these people were reached. 62 ChristianAid, Haiti: Unconditional Cash Transfers Lessons Learnt. 26

27 Autre bon exemple : le rapport de Médecins Sans Frontières (MSF) de janvier Il comprend une analyse qualitative des programmes de MSF pour la première année, couplée avec un tableau très détaillé présentant des données sur toutes les activités menées par MSF, du nombre de lits fournis au nombre de patientes traitées pour violence sexuelle. Les données financières sont partiellement incluses; un tableau détaille les grandes catégories de dépenses opérationnelles où on peut voir quel pourcentage des fonds est allé aux salaires du personnel par rapport aux coûts de transport et de logistique. Il s'agit d'une étape positive, même si l on souhaite plus de détails sur les dépenses spécifiques. Dans l'ensemble, les deux rapports illustrent le type de transparence qui est très utile dans les rapports d'évaluation. La majorité des rapports que nous avons trouvés comprennent une analyse qualitative des réussites du programme ou des défis relevés dans sa mise en œuvre, analyse recueillie après discussions avec le personnel et les bénéficiaires. Plus de 90 pour cent des rapports émettent des recommandations pour les opérations futures. Les entretiens et les sondages sont très importants pour la compréhension de l'impact d'un programme, le processus de mise en œuvre, la collaboration avec d'autres organismes et la durabilité du projet. Mais les données quantitatives, en particulier sur les résultats du projet et la communication sur le budget ou sur les coûts sont essentiels pour compléter cette analyse. Cela permet aux donateurs, bénéficiaires et autres parties prenantes de comprendre comment l'argent est dépensé - surtout si c'est de l'argent public - et aide à identifier les meilleures pratiques pour les opérations futures. Les ONG ne sont pas seules en cause. Même dans les comptes-rendus de l USG, on constate un manque de données. Un examen indépendant des activités de l'usaid en Haïti ne fournit aucune donnée et on n y dit pas grand-chose sur la responsabilité attachée aux flux d'aide. Une citation extraite de la préface résume bien ces faits : "Nous avions espéré fournir davantage d'efforts pour mesurer plus précisément la qualité de l'aide et son impact sur les bénéficiaires. Cependant, un manque inquiétant d information sur les critères permettant de mesurer les progrès ou même l'impact a mis notre projet en veilleuse. Nous avons réalisé que consacrer plus d'énergie à cette tâche pourrait accaparer tout le temps et les ressources humaines dont nous disposions. Ainsi, certaines conclusions bien utiles demeureront dans le flou. " 64 Il est difficile de comprendre pourquoi on constate un «manque inquiétant de données». L USAID et d'autres agences américaines opèrent depuis plusieurs décennies en Haïti, comme beaucoup de grandes ONG internationales. Pourtant, on en sait peu sur la façon dont l'argent a été dépensé en Haïti durant les années qui ont précédé le tremblement de terre et dans les vingthuit mois qui l ont suivi, alors que plusieurs milliards de dollars ont transité par des intermédiaires pour la prestation de services à la population haïtienne. 63 MSF, Haiti One Year After. 64 Ghua-Sapir, Debarati, et al. 27

28 Le rapport fait ponctuellement référence à l'absence de bénéficiaires et d implication sur place, au grand nombre d'ong opérant dans le pays et au fait que de nombreuses organisations sont arrivées en Haïti sans aucune expérience préalable de gestion des catastrophes. Pourtant, il dit : «en raison de limites de temps et de ressources, nous n'avons pas pu explorer ces sujets en détail». En outre, le rapport indique que «aucune ligne de base ni mecanisme de reporting n ont pu être définies» pour les organismes qui reçoivent un financement USAID. En leur absence, les ONG et les opérateurs privés fonctionnent avec peu de surveillance, bien qu'ils soient toujours les principaux canaux d arrivée de l'argent. Critique des ONG et des opérateurs privés Un manque de transparence du budget et du programme a parfois conduit à des enquêtes. Un doute a été soulevé sur les activités de la Croix-Rouge en Haïti depuis le tremblement de terre. 65 Deux journalistes, Jacqui Charles et Frances Robles du Miami Herald, ont posé quelques questions pointues sur les dépenses des ONG et leurs résultats effectifs en Haïti. Robles souligne que les frais de fonctionnement des ONG sont élevés - il en coûte 3500 $ par mois pour louer un 4x4, $ par mois pour couvrir les frais de stockage (Oxfam), dollars par mois pour livrer l'eau par camion (Oxfam) et $ par mois pour l'électricité (projet Medishare, Université de Miami). 66 Ce genre de dépenses peut s expliquer au vu des conditions de travail pénibles en Haïti mais il est difficile de le justifier en l'absence de données sur les sommes d argent ou les matériels reçus, les réalisations ou les leçons tirées de l expérience. Il est logique que les appels à la générosité sur les sites Web des ONG montrent des cas et des images qui réchauffent le coeur. Le site web du Catholic Relief Services (CRS) pour Haïti en témoigne. Le page intitulée «Vous êtes le Héros d un drame vraiment vécu» dit: Dans tous les cas, vous priez, vous en parlez autour de vous et vous donnez, souvent sans jamais savoir à quel point c est utile ou combien de personnes vous secourez. Dans certains cas, le bénéfice de vos dons se prolongera pendant des générations, longtemps après le travail immédiat accompli. 67 Il est probable que les sites Web des ONG visent à maximiser les dons privés, un objectif qui fait sens pour des organisations qui comptent à la fois sur des fonds publics et privés, ainsi que sur des bénévoles. Mais l'absence d'évaluations incluant des rapports financiers et accessibles au public est troublante. CRS fournit bien un décompte des dépenses en Haïti, qui expose, documentation à l appui, la façon dont le financement est allé à des actions générales mais il faudrait détailler davantage les dépenses plus spécifiques. 68 Le PDG d'une grande ONG 65 Par example: HRRW Scrutiny of Red Cross Effort Grows et Why doesn t the American Red Cross Want People to See Haiti: Where Did the Money Go? 66 Robles, Frances, many question whether Haiti quake donations put to best use. 67 Accessible ici: 68 Accessible ici: 28

29 internationale dit : «Je ne regarde pas en arrière pour chercher les erreurs. Je pense que nous avons sauvé des vies et rendu la vie meilleure à beaucoup. Je sais que nous avons eu plus d'enfants scolarisés». 69 En l'absence de données et avec peu d évaluations, il est difficile de confirmer cette déclaration. Les organismes qui reçoivent cette abondance de fonds publics et opèrent avec des budgets importants devraient être tenus de rendre des comptes plus rigoureux. De même, il y a peu d'évaluations des opérateurs privées qui opèrent en Haïti. Les auteurs du Center for Economic and Policy Research (CEPR) et du blog Haiti Relief and Reconstruction Watch (HRRW) ont fait un travail de fond sur l'utilisation de l argent en Haïti, en particulier par des opérateurs privés financés par l'usaid. Ils font valoir que bon nombre de gros bénéficiaires de l'aide humanitaire fonctionnent avec peu, voire pas du tout de contrôle, en dépit d'un passé de performances insuffisantes. HRRW explique comment Chemonics a reçu des centaines de millions de dollars pour des opérations en Afghanistan. L Inspecteur des Enquêtes Générales pour le General Accounting Office (GAO) et l'usaid a constaté des problèmes importants dans ses programmes, indiquant que Chemonics a échoué à «répondre à un objectif clé du programme» et qu il y avait insuffisamment de données et de documentation pour les résultats rapportés. Malgré cette histoire, Chemonics est devenu le principal bénéficiaire des contrats de l'usaid en Haïti. En 2011, un audit effectué par l'inspecteur Général de l'usaid a trouvé des résultats non conformes pour le projet argent-contre-travail (Cash for Work) en Haïti, un manque de supervision des activités et de contrôles financiers de leur sous-traitants. 70 Cette histoire n'est pas propre à Chemonics. De nombreux autres opérateurs ont été impliqués dans des polémiques en Irak, en Afghanistan ou après l'ouragan Katrina, mais continuent à obtenir des contrats importants en Haïti. Il s'agit notamment de Development Alternatives Inc (DAI), CH2M Hill Constructors, Flour Enterprises, Inc, The Shaw Group, MHW America, et Agility Logistics (anciennement PWC Logistics), basé au Koweït, entre autres. 71 Le manque de contrôle des grands opérateurs signifie qu'il est presque impossible de suivre la quantité d'argent qui circule en même temps chez les entrepreneurs et chez les sous-traitants. Il n'y a pas de rapports accessibles au public sur les activités des opérateurs privés, et si oui ou non leurs efforts ont porté leurs fruits. C'est une faiblesse que l'usaid reconnait sur son site Internet: Malheureusement, l'agence ne dispose pas des moyens de suivre les sous-subventions et les contrats de sous-traitance de sorte qu'il n'est pas possible d'indiquer avec précision le nombre de partenaires ou le pourcentage de fonds de l'usaid qui sont alloués aux 69 Robles, Frances, Many question whether Haiti quake donations put to best use. 70 HRRW, With Poor Track Records For-Profit Development Companies Team UP to Fight Reform, 1 December HRRW: Katrina Redux: New Disaster, Same Contractors, 11 June Blacklisted Contractor Continues Receiving Government Money through Haiti Contracts, 2 December Contractor Accused of Waste in Katrina Reconstruciton Lands USAID Contract in Haiti, 4 January

30 organisations locales à but non lucratif (ou, même, à des entreprises privées locales) au travers de ces arrangements indirects. 72 Pourtant, selon HRRW, un contrat fuité, passé entre l'usaid et Chemonics, dit que Chemonics est prié «de suivre de faire le rapport de l ensemble de ses engagements et de ses déboursements mensuels pour toutes les dépenses liées aux activités et celles liées a la nonactivité.» Chemonics doit également «fournir un budget détaillé et des justificatifs pour tous les sous-traitants.» Un rapport de 2012 émanant de l Inspecteur Général de l USAID a établi que si les autres branches de l'usaid avaient procédé à des examens financiers de leurs partenaires, l'usaid / OTI ne l avait pas fait. Étant donné que les opérateurs privés reçoivent des centaines de millions de dollars venant du contribuable, le manque d'évaluation est très embarrassant. Une priorité absolue de la reforme «Forward» de l'usaid est d'augmenter l'approvisionnement local et d améliorer le suivi des dépenses chez les entrepreneurs et les sous-traitants. En réponse, les opérateurs privés ont formé un groupe de pression appelé Coalition of International Development Companies, pour «accroître la visibilité» auprès du gouvernement des Etats-Unis et des autres entités. 73 En général, les efforts visant à obtenir des informations de l'usaid sur les ONG et sur l'activité des opérateurs privés en Haïti et ailleurs n'ont pas été couronnés de succès. Jake Johnston, du CEPR, muni d une demande couverte par le Freedom of Information Act (FOIA), a voulu se renseigner sur deux contrats de l'usaid avec Chemonics en Haïti. En retour, il n a obtenu que des commandes de travaux et des documents sans objectifs : De tous les divers documents et rapports financiers que l'entrepreneur était tenu de soumettre à l'usaid, aucun n a été présenté, ni d ailleurs refusé. C'était comme s ils n'existaient pas. En outre, toutes les informations sur les coûts, y compris les frais généraux et les salaires, ont été rédigées dans l idée qu elles devaient rester confidentielles chez l entrepreneur car elles pourraient lui causer du tort auprès de la concurrence. 74 Cette expérience n'est pas unique; les tentatives FOIA pour obtenir les données de l'usaid et des ONG dans d'autres parties du monde ont suivi la même tendance. Le Schéma 18 montre les résultats d'une requête FOIA présentée à l'usaid par Till Bruckner (un ancien employé de Transparency International Georgie) et affichée sur le blog populaire Aid Watch. Au bout de 14 mois, Bruckner a reçu un document largement expurgé, vide de toute information. Malgré diverses déclarations des ONG au sujet de leur transparence, on a l'impression que cette transparence manque toujours quand on en vient aux opérations et aux dépenses des ONG. Dans son message de conclusion sur Aid Watch du 1 Octobre 2010, Bruckner disait ceci : 72 Building Local Development Leadership: USAID s Operational and Procurement Improvement Plan, 73 Rogin blog post Corporations Unite to Fight for Development. 74 Johnston, Jake. Op-Ed: Haiti s Fight for Transparency. 30

31 Seize mois après ma première requête au travers du Freedom of Information Act auprès de l USAID pour obtenir les budgets des projets d ONG financés par les Etats-Unis en Géorgie, je suis arrivé a la fin de ma route. Rejetant mon appel, l'usaid a confirmé qu'elle continue de considérer les budgets des projets d ONG comme une information «réservée ou confidentielle" et ne publiera pas les budgets sans l'autorisation des prestataires concernés. L'opacité de la sous-traitance de l'usaid rend impossible aux chercheurs l accès à des données complètes et comparables qui pourraient éclairer les débats sur l'efficacité des ONG comme canaux de distribution de l aide. Par exemple, la question de la fragmentation de l aide au sein des ONG n a seulement pu être soulevée que parce qu Oxfam GB a volontairement fourni à un chercheur une liste de tous ses projets à l'étranger. L'USAID avance en terrain miné quand elle essaie de pousser les institutions des pays en voie de développement à devenir plus responsables. La prochaine fois que l'usaid fait la morale à un fonctionnaire africain sur l'importance de la transparence dans les marchés publics, j'espère qu'elle va dissimuler les budgets douteux figurant dans sa propre liste et faire valoir que son ministère suit les meilleures pratiques Américaines : tous les comptes de ses sous-traitants sont «réservés ou confidentiels.» Bruckner poursuit en disant: Cet épisode FOIA a montré avant tout une chose: les ONG (à l exception d Oxfam GB) ne veulent tout simplement pas que des observateurs extérieurs mettent le nez dans leurs budgets. Pas une seule ONG n a utilisé cette tribune pour annoncer sa volonté de donner accès à ses projets et futurs budgets aux bénéficiaires ou aux prestataires. Pourtant, chaque administrateur national détient ces documents sur son disque dur et pourrait les attacher à un courriel dans les deux minutes. Les budgets des projets ne sont consultables que par les intervenants qui ont le pouvoir de forcer les ONG à ouvrir leurs dossiers: les bailleurs de fonds, le siège social et les organismes d'audit. Les pauvres et les sans pouvoir doivent se contenter des informations que les ONG veulent bien leur fournir Bruckner, Till, TransparencyGate: the end of the road 1 October,

32 Schéma 18: Réponse à la demande d'information FOIA par Till Bruckner Source: Bruckner, Till sur AidWatch, "The accidental NGO and USAID transparency test" 18 Août, Il est certain qu en Haïti les ONG et les opérateurs privés travaillent dans des conditions très difficiles et avec des personnels dévoués qui sacrifient beaucoup pour fournir des services. Pourtant, un mécontentement considérable règne dans le pays. Les Haïtiens ne sont en général pas très satisfaits de la communauté internationale. Les membres des ONG sont diversement décrits en créole haïtien comme «vòlè» (voleurs ou escrocs), «malonèt» (menteurs) et «kowonpi» (corrompus). Une grande partie de la population haïtienne est mécontente de l irrégularité dans la prestation de services de base. Selon l Envoyé Spécial Adjoint de l'onu, 32

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Contexte économique et politique aux États-Unis. Simon Prévost, président Le 9 avril 2013

Contexte économique et politique aux États-Unis. Simon Prévost, président Le 9 avril 2013 Contexte économique et politique aux États-Unis Simon Prévost, président Le 9 avril 2013 1 Plan de la présentation 1- Introduction et présentation de MEQ 2- L économie américaine 3- Le contexte politique

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2008-2009 Rapport ministériel sur le rendement L'honorable James Moore Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles Table

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel. Normes comptables internationales pour le secteur public - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 8 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin 2011

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Préparé par l Association des banquiers canadiens Août 2014 EXPERTISE CANADA BANKS ON LA

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC

Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure. Le 1 er novembre 2011. Un énoncé de position de l AFIC Les bénéfices de l investissement dans l infrastructure Un énoncé de position de l AFIC Résumé L infrastructure est un investissement pas une dépense. C est un investissement dans la prospérité économique,

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an?

L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu est-ce qui a changé depuis un an? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/70/34/Add.1 17 juin 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS

STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS STRATÉGIE DE GESTION FINANCIÈRE 2008-2009 COMMUNICATION DES RÉSULTATS Pour en savoir davantage, consultez le site www.manitoba.ca C o m m u n i c a t i o n d e s r é s u l t a t s / 1 COMMUNICATION DES

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite

Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE Les cadres dirigeants à travers le monde cherchent une solution à la volatilité des placements des caisses de retraite SOMMAIRE

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

L AIDE A-T-ELLE CHANGÉ? ACHEMINEMENT DE L AIDE EN HAÏTI AVANT ET APRÈS LE SÉISME

L AIDE A-T-ELLE CHANGÉ? ACHEMINEMENT DE L AIDE EN HAÏTI AVANT ET APRÈS LE SÉISME L AIDE A-T-ELLE CHANGÉ? ACHEMINEMENT DE L AIDE EN HAÏTI AVANT ET APRÈS LE SÉISME Juin 2011 www.haitispecialenvoy.org Bureau de l Envoyé Spécial pour Haïti One United Nations Plaza, 7ème étage New York,

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Un bilan décevant Table des matières Peu d indicateurs globaux témoigne d une importance croissante donnée

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays.

Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays. Inter Amérique : Le forum des donateurs d ADRA promouvra une plus grande mise en réseau entre les sections locales de tous les pays. ADRA et les leaders de l église osent pour une photo de groupe lors

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Gestion de patrimoine

Gestion de patrimoine Zurich Invest Select Portfolio Gestion de patrimoine Adaptée à vos besoins Les meilleurs experts en placement pour votre fortune Gestion de patrimoine adaptée à vos besoins Vos avantages: Vous profitez

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

PROGRAMMES ET DES PARTENARIATS EN MATIÈRE D'ÉDUCATION ET DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES

PROGRAMMES ET DES PARTENARIATS EN MATIÈRE D'ÉDUCATION ET DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL INFRASTRUCTURES COMMUNAUTAIRES RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION (CVÉ), DE MESUR DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 09 1) Le Ministère devrait continuer de fournir de l assistance aux Premières nations pour la construction,

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

FONDS DE RECONSTRUCTION D HAITI. Rapport financier. Au 31 mars 2011 (revisé le 19 avril 2011.)

FONDS DE RECONSTRUCTION D HAITI. Rapport financier. Au 31 mars 2011 (revisé le 19 avril 2011.) FONDS DE RECONSTRUCTION D HAITI Rapport financier Au 31 mars 2011 (revisé le 19 avril 2011.) Le présent rapport a été rédigé par la Banque mondiale en tant que Fiduciaire du Fonds de reconstruction d Haïti

Plus en détail

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010

Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes. Consultation pré-budgétaire 2010 Consultation pré-budgétaire 2010 Introduction L (AFIC) est heureuse de l occasion de faire cette présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes alors que le Comité entreprend

Plus en détail

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR

Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. 206 Rapport global 2011 du HCR 206 Rapport global 2011 du HCR Des élèves afghans participent à un cours dans une école primaire d un camp de réfugiés situé à Islamabad, Pakistan. FAITS MARQUANTS Le HCR a coopéré avec les Gouvernements

Plus en détail

La solution Western Union pour les ONG

La solution Western Union pour les ONG moving money for better* La solution Western Union pour les ONG De l argent là où l on en a besoin, quand on en a besoin * L argent en mouvement pour le meilleur Chez Western Union, nous faisons en sorte

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement I. Introduction Les objectifs généraux du Fond de Développement de la FIVB sont de multiplier les opportunités

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL

RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL RÉSEAU INTERNATIONAL DE SUIVI, DE CONTRÔLE ET DE SURVEILLANCE PLAN DE TRAVAIL Mission : promouvoir et faciliter la coopération et la coordination des membres du Réseau via l'échange d'informations, le

Plus en détail