La construction sociale de l'organisation sportive. Champ et engagement associatif.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La construction sociale de l'organisation sportive. Champ et engagement associatif."

Transcription

1 GASPARINI W - Université de Strasbourg II, UFR-STAPS, Laboratoire "A.P.S et Sciences sociales" La construction sociale de l'organisation sportive. Champ et engagement associatif. Depuis maintenant une dizaine d'années, la sociologie des organisations sportives constitue en France un pôle particulièrement productif au sein de la sociologie du sport (Yerles, 1984 ; Augustin, Garrigou, 1985 ; Chifflet, 1987 ; Dumas, 1987 ; Haumont 1987 ; Loret, 1987 ; Callède, 1988 ; Ramanantsoa, Thiéry-Baslé, 1988 ; Noé, 1991 ; Loirand, 1995 ). Malgré le foisonnement des recherches, la plupart des modèles d'analyse des organisations sportives semblent être produits par le même mode de perception : celui qui incline les individus, pratiquants, dirigeants ou sociologues, à considérer le "monde" sportif comme un monde associatif, plus ou moins intégré dans les champs politique et économique, et dans lequel la fédération et le club sportif constituent l'un des modes d'organisation parmi les plus légitimes 1. Seules quelques approches marginales tentent d'appréhender les organisations privées marchandes prestataires de services ou de spectacles sportifs (Bessy, 1987 ; Durand, 1993 ; Tribou, 1995). De même qu'une théorie sociologique des entreprises se cherche encore, "prise en étau", nous semble-t-il, entre une sociologie de la société capitaliste et une sociologie du travail, la sociologie des organisations sportives se trouve aussi assujettie à une sociologie des pratiques sportives (ou de la demande sportive) et une sociologie des associations (ou du "mouvement sportif"). Le monde de l'organisation sportive est un monde étrange en ce qu'il produit d'innombrables représentations de lui-même qui tendent à dessiner un espace où chaque segment apparaît comme un point de vue sur le tout. S'organisant en autant de "visions du monde" tout à la fois cohérentes et subjectives, ces faisceaux de représentations sont pour la sociologie un objet d'étude à part entière. C'est pourquoi l'analyse des organisations sportives doit s'envisager à deux niveaux : d'une part, le plan de la "matérialité" (associations, budgets, équipements privés et publics, statistiques, etc), d'autre part celui l'univers symbolique construit par les acteurs du système. Dans un souci de rompre avec le sens commun, il apparaît nécessaire dans un premier temps d'interroger la croyance qui tend à représenter le "monde du sport" comme un espace plus ou moins autonome, doté d'une logique spécifique proprement sportive et associative. Mode d'organisation véhiculant les valeurs "historiques" du sport, l'association semble constituer le seul modèle légitime pour l'ensemble de l'offre sportive privée et publique. Postulant que l'ethos du marché 2 et 1 Voir par exemple les travaux effectués par P. Chifflet (sociologie des fédérations sportives) et B. Ramanantsoa et Thiéry-Baslé (sociologie et management des fédérations sportives) pour ne citer que les plus connus dans le champ des STAPS. 2 Au sens d'une éthique utilitariste du marché moderne qui affaiblit les fondements moraux et sociaux de la société selon Hirsch (F) dans Social Limits to Growth, Cambridge, MA Harvard U.P, 1978, cité par Zelizer (V) "Repenser le marché. La construction sociale du "marché aux bébés" aux Etats-Unis, ", Actes de la recherche en sciences sociales, 94, 1992, pp

2 1 le contrôle des pouvoirs publics affaiblissent les fondements moraux du sport (Zelizer, 1992), ce paradigme conduit les acteurs sportifs à dramatiser les dangers moraux d'un espace sportif qui se laisserait gagner et corrompre par des pratiques marchandes ou des intérêts politiques. En effet, le débat actuel sur les dérives du sport fonde sa légitimité dans l'existence d'une orthodoxie sportive qui s'est historiquement construite en opposition à l'économique et au politique. Ainsi, le parti pris d'analyser l'organisation associative doit répondre avant tout à un choix scientifique et non à une opinion préconçue, héritée du sens commun ou de "l'histoire sportive" du chercheur. Pour accéder aux facteurs explicatifs des dysfonctionnements dans les associations sportives, il nous semble alors nécessaire de resituer l'organisation dans un champ plus vaste, qui inclut non seulement le secteur privé non marchand mais aussi tout le système social dans son ensemble. En outre, une théorie globale de l'organisation sportive serait peut-être susceptible d'éclairer certains des phénomènes centraux de la sociologie : l'intégration de comportements individuels libres dans des entreprises communes et les représentations de l'action collective organisée légitime. 1. DE LA NOTION D'ORGANISATION SPORTIVE A CELLE DE CHAMP DE L'OFFRE SPORTIVE. La théorie du social développée par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1972, 1979, 1980) nous apparaît susceptible non seulement d'aider à analyser l'organisation de l'offre associative en relation aux autres systèmes de l'offre sportive, mais aussi de dépasser l'opposition entre une logique des facteurs (sorte de "vision économiste" du système) et une logique des acteurs (adoptée généralement par l'analyse stratégique des organisations sportives). En nous invitant à construire la relation dialectique entre "l'engagement" sportif de l'agent et l'espace qui le conduit à agir et à apprécier les situations, les concepts de champ et d'habitus semblent nous permettre de dépasser l'analyse descriptive des conduites et des fonctionnements organisationnels. En effet, l'habitus contribue à constituer le champ sportif associatif comme monde signifiant, doué de sens et de valeur, dans lequel il vaut la peine d'investir son énergie et de prendre position. L'habitus étant le social incorporé, il est "chez lui" dans le champ qu'il habite, qu'il perçoit immédiatemment comme doté de sens et d'intérêt (Bourdieu, 1980 a). En ce sens, la notion de champ semble pouvoir contribuer à la clarification des rapports que les organisations sportives entretiennent avec leur environnement proche, voire à une meilleure compréhension de leur fonctionnement interne. Macro-sociologie du champ de l'offre sportive. A un niveau macro-sociologique, l'offre sportive peut être ainsi appréhendée comme un espace construit avec un ensemble de champs qui se présentent aussi comme des marchés spécifiques. A l'intérieur de chacun d'eux, des institutions et, à travers elles, des agents individuels et collectifs s'affronteraient symboliquement pour s'approprier des profits de natures diverses selon la logique de fonctionnement du champ (symbolique, social, financier, matériel, politique). Ces luttes ne sont possibles que s'il y a accord préalable sur leur objet, d'où l'existence d'une complicité objective entre les acteurs du champ sportif, fondée sur la reconnaissance de la valeur des enjeux (Bourdieu, 1980 b). Ainsi, les rivalités internes au champ de la 1

3 2 prestation de services sportifs (privée marchande et non marchande) reposent-elles sur la croyance partagée dans les vertus de la pratique sportive organisée 3. Au-delà de ce consensus minimal, les acteurs des différentes organisations apparaissent plus divisés quant aux objectifs visés par la pratique physique et les moyens à mettre en oeuvre pour les atteindre. Ainsi, par exemple, l'espace de l'offre sportive associative s'est constitué historiquement dans et par le refus (ou l'inversion) de la loi du profit matériel. Cependant, alors que le mouvement sportif avait toujours tenté de maintenir le professionnalisme dans un champ restreint (football, automobile, boxe, cyclisme), l'empêchant ainsi de "contaminer" tout le sport, ce "hors-jeu" social et économique affiché par les dirigeants sportifs a provoqué un malaise dans les années quatre-vingts, lorsque le sponsorisme entrait en force dans le monde sportif. Le refus catégorique des défenseurs historiques du sport amateur a fait place aujourd'hui à des compromis mais la lutte contre le "pouvoir de l'argent" et les "déviations" du spectacle demeure. L'espace sportif commercial a émergé, au contraire, en tant qu'univers dans lequel "les affaires sont les affaires", les relations enchantées de la fraternité et de l'amour étant en principe exclues 4. Chaque champ semble alors redéfinir le sport, lui confèrer des objectifs et lui proposer un cadre organisationnel. En ce sens, chaque champ de l'offre sportive apparaît comme un lieu de structuration sociale, induisant un système normatif, des enjeux spécifiques, un espace structurel et des pratiques organisationnelles. Enjeux sportifs locaux et sous-champ des associations sportives. Les politiques sportives des associations, groupements associatifs ou municipalités résultent ainsi des rapports de force qui se jouent dans un espace infiniment plus complexe que le seul espace sportif. Pour en rendre compte, il apparaît nécessaire de construire le champ des rapports de force et de lutte entre, d'une part, des agents et des organisations sportives, qui sont eux-même en concurrence les uns avec les autres et, d'autre part, des institutions et des agents qui, tout en étant extérieurs à l'univers sportif, y interviennent pour faire valoir leurs intérêts ou ceux des personnes qu'ils représentent. C'est au sein de ce champ des organisations sportives (qui comprend des sociétés privées, des associations, des organismes d'etat et des organismes communaux) que sont définies, sur la base des antagonismes ou des proximités d'intérêts mais aussi des antipathies ou des affinités identitaires, les logiques et procédures de fonctionnement du système sportif local. En outre, chacune de ces associations se caractérise par la possession de propriétés qui peuvent fonctionner comme des capitaux dans l'espace local d'implantation à partir du moment où elles peuvent en tirer des profits matériels et/ou symboliques. Ainsi, par exemple, un club fortement doté en ressources financières et possédant des équipes de haut-niveau apparaîtra comme une organisation détenant un fort capital économique et un capital sportif élevé. Par ailleurs, étant bien 3 La logique interne spécifique du champ sportif s'est en effet constituée historiquement autour de la croyance en les vertus de la pratique sportive organisée, notamment par les associations, sociétés, fédérations et clubs sportifs. 4 Ceci est évidemment à nuancer dans la mesure où l'offre sportive commerciale constitue aussi quelque fois le lieu d'échanges entre clients et prestaires liés à la passion commune du sport. Voir à ce sujet l'analyse de Moati (1993) pour qui le marché des biens culturels serait plus régulé par la passion que par la rationalité économique, ou encore celle de Tribou (1995) qui repère dans les salles de remise en forme des "stratégies de détournement" des valeurs associatives en cherchant à susciter chez les clients un sentiment d'appartenance (comme dans un club sportif) pour faire oublier en quelque sorte l'objet marchand. 2

4 3 positionné dans la hiérarchie sportive, il possédera aussi un certain capital symbolique (réputation, prestige sportif). La mise en relation de la structure du capital de l'association et de la logique du sous-champ associatif d'insertion permettrait alors de rendre compte de l'existence d'un pouvoir de l'organisation dans son champ. Cependant, tous les acteurs des associations sportives ne sont pas "automatiquement" engagés dans les enjeux du champ. En effet, certains n'expriment jamais leur position, d'autres s'investissent quand "le jeu en vaut la chandelle" et enfin, certains dirigeants participent à toutes les actions (réunions, assemblées générales, commissions, etc.) où se négocient et se définissent les règles du jeu sportif local. Etre intéressé par l'organisation du sport local dans un cadre associatif, c'est accorder à un jeu social déterminé, un intérêt digne d'être poursuivi. Mais c'est aussi attendre de son investissement des profits en retour. Ce "profit de désintéressement" (Bourdieu, 1980 b) des responsables bénévoles semble rendre compte, entre autres, de l'intérêt qu'il y a à se voir - et à être vu - comme ne recherchant pas le profit. L'engagement sportif peut ainsi être appréhendé comme un investissement sportif qui traduit l'inclination à agir qui elle-même prend sa source dans la relation entre un espace de jeu proposant certains enjeux et un système de dispositions ajusté à ce jeu. Et c'est l'investissement dans le jeu sportif qui tendrait à générer des conflits entre les dirigeants orthodoxes et ceux qui produisent des pratiques et discours "subversifs". C'est en ce sens que le jeu entrepreneurial joué par certains clubs sportifs est souvent considéré comme une "dérive" par les dirigeants "historiques" du sport associatif (Gasparini, 1993). Le champ de l'association sportive. L'association sportive n'est pas une entité unitaire et homogène, organique, susceptible d'être représentée par un sujet rationnel comme le "président" ou le "bureau". Divisée en sous-organisations formelles et informelles, elle est composée d'agents dont les intérêts spécifiques sont liés non seulement à chacune des fonctions mais aussi à leurs penchants et leurs croyances propres. Les responsables associatifs peuvent ainsi entrer en conflit pour de multiples raisons, et en particulier pour le pouvoir de décision des orientations de l'association. Selon cette perspective, les stratégies des organisations sportives seraient le produit de la relation entre des intérêts et des dispositions associés à des positions dans les rapports de force et des capacités à faire valoir ces intérêts (Bourdieu, 1990). En ce sens, le "projet" ou la "politique" d'un club sportif ne serait pas autre chose que le champ de l'organisation ou, plus précisément, la structure du rapport de force entre les différents agents qui s'engagent dans le jeu ou, du moins, ceux d'entre eux qui détiennent le plus grand poids dans la structure 5. 5 La possibilité de considérer qu'une organisation fonctionne comme un champ est évoquée dès 1978 par Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin dans un article sur le patronat. Ils écrivent que chaque société fonctionne comme "un champ de luttes où s'opposent des agents dotés de capitaux différents dans leur volume et dans leur structure". Plus récemment, Pierre Bourdieu est amené à évoquer "les stratégies de l'entreprise comme champ" (Bourdieu, 1990) 3

5 4 2. HYPOTHESES. Postulant que l'engagement sportif associatif traduit une représentation du monde sportif et du monde social, nous tenterons de repérer les systèmes de représentations et les stratégies marquées par un habitus, un ethos et une histoire qui conduisent les bénévoles à produire d'une part, des stratégies d'investissement dans l'espace sportif associatif et, d'autre part, des visions de l'avenir de celui-ci et de leur organisation. Il s'agira ainsi de saisir s'il existe une relation entre le pluralisme de modalités d'organisation et de représentations de l'action sportive collective et le pluralisme d'identités socio-culturelles. Au-delà de la matérialité de la structure sportive associative, l'ordre sportif est d'abord un ordre mental. Comme le monde social dans son ensemble, le monde sportif associatif est doté d'une tendance à persévérer dans l'être, d'un dynamisme interne, inscrit à la fois dans les structures objectives (les organisations sportives et les propriétés des acteurs sportifs) et dans les structures "subjectives". Cet ordre sportif est continuellement entretenu par des actions de construction et de reconstruction des structures qui dépendent de la position occupée par ceux qui les accomplissent. En outre, les stratégies des organisations sportives ne peuvent être comprises si on ne saisit pas dans le même temps l'état du rapport de forces entre les parties en présence (dirigeants, sportifs, sympathisants, salariés associatifs, élus municipaux), leurs dispositions et leurs convictions. C'est à partir de la connaissance de l'organisation sportive et de ses enjeux que l'on peut finalement mieux saisir le point de vue des responsables bénévoles et leurs prises de position par rapport à des problèmes concrets posés à l'organisation. En ce sens, l'analyse des effets de position dans l'association sportive doit être complètée par celle des effets de disposition. La relation dialectique entre des classements sociaux et les catégories "spontanées" des visions du monde sportif, associée aux luttes symboliques pour la maîtrise du sens et de la valeur qu'elle suppose, fournit ainsi le fondement possible d'une approche sociologique des organisations sportives et de l'engagement associatif. 3. METHODOLOGIE Afin de préserver une certaine unité géographique et de tenter de maîtriser un certain nombre de variables contextuelles, nous avons choisi l'alsace comme terrain d'analyse. C'est pour des raisons d'homogénéité, de connaissance de l'espace et d'accessibilité des différentes structures que nous nous sommes limité à un sousespace administratif : la Communauté Urbaine de Strasbourg (C.U.S). Le choix de l'alsace s'explique en outre pour d'autres motifs, comme par exemple, la forte tradition associative 6 et le cadre juridique et associatif spécifique (Code civil local) 7. 6 L'Alsace apparaît comme l'espace régional dont la densité des associations sportives est l'une des plus importantes de France (Forsé, 1988). Le mouvement social chrétien, qui s'y est développé de manière massive au début du siècle, a notamment suscité l'émergence de nombreux cercles paroissiaux, sociétés de gymnastique et clubs de patronage, véritables fondements du tissu associatif alsacien moderne. Cette tradition est souvent issue d'une pratique corporative très vivace en Alsace, comme dans tous les pays de l'espace rhénan. 7 Dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle, les associations relèvent du Code civil local issu du droit allemand, qui a été maintenu dans ces départements par la loi d'introduction de la législation civile française du 4

6 5 L'espace local retenu est constitué de quatre villes de tailles et de structures différentes implantées au sein de la C.U.S 8. Localisées dans un même bassin de vie, les communes choisies subiront de la même manière l'effet de cet espace de proximité en même temps que l'effet produit par la commune pôle (Strasbourg) du bassin d'offre sportive. La prise en compte d'un espace intercommunal comme la C.U.S permet de repérer des continuités entre des stratégies sportives d'associations de différentes communes mais implantées dans un même espace de proximité. Strasbourg constitue, en effet, un pôle d'attraction et en même temps un modèle pour les villes situées dans la C.U.S. Nous avons étudié les stratégies des associations et de leurs acteurs d'une petite commune de type résidentiel mais anciennement rurale (Wolfisheim), d'une commune péri-urbaine de taille moyenne et de type résidentiel (Lingolsheim), d'une commune urbaine de type industriel de habitants (Schiltigheim) et enfin, d'une métropole de habitants (Strasbourg) 9. Notre échantillon est constitué d'associations à caractère sportif choisies sur critères qualitatifs à partir d'un croisement de trois typologies : - une typologie des modèles de pratique sportive associative (compétition olympique, non olympique, affinitaire, loisir), - une typologie des groupes d'activités sportives (sports collectifs, sports individuels traditionnels, sports individuels réputés chers, jeux et sports régionaux, activités d'expression, activités de pleine nature), - une typologie des organisations sportives selon le volume et la structure du capital possédé (économique, humain, sportif, social). Afin de représenter la diversité des activités physiques et sportives pratiquées dans l'espace d'étude, les associations déclarées proposant les pratiques répondant à un certain nombre de critères (coûteuses/peu coûteuses, individuelles/collectives, masculines/féminines, par exemple) ont été retenues, ainsi que d'autres critères permettant de caractériser les organisations sportives associatives (omnisport/unisport, petit budget (inf. 50KF)/budget important (sup. 300KF), capital sportif élevé/petit capital sportif, par exemple). A partir de ces critères, nous avons construit quatre catégories d'organisations associatives : - les clubs sportifs et sections d'associations sportives compétitives unisports affiliées aux fédérations olympiques, - les clubs et sections d'associations sportives compétitives affiliées aux fédérations non olympiques, affinitaires et spécialisées, - les associations ou sections de loisirs sportifs non compétitives, - les associations non sportives offrant des pratiques d'exercice corporel. 1er juin Ainsi, par exemple, l'association de droit local n'est pas limitée à un but désintéressée ; la possibilité d'un partage du patrimoine entre les membres au moment de la dissolution est d'ailleurs expressément prévue par le Code local. 8 La Communauté Urbaine de Strasbourg regroupe 27 communes réparties sur un territoire de 306 km² et totalisant une population de personnes (chiffres de 1990). L'agglomération de Strasbourg agrège à elle seule plus de habitants sur une superficie de 171 km². En outre, celle-ci abrite plus de associations (sur un total de pour l'ensemble de la C.U.S), dont environ 300 qui proposent des activités à caractère sportif (chiffres de 1994, enquête menée par le Laboratoire "APS et Sciences sociales" de l'université de Strasbourg II, sous la direction de W. Gasparini). 9 Afin de maîtriser de probables effets politiques sur les logiques sportives locales, les communes retenues reflètent aussi les diverses tendances politiques majoritaires des conseils municipaux en Alsace. 5

7 6 L'échantillon comporte 26 associations, réparties proportionnellement à la taille des villes et à la densité de chacune des catégories d'association. Dans notre population, nous avons choisi d'interroger des responsables engagés à deux niveaux de participation différents : les responsables "politiques" (membres élus du comité) et les membres "actifs" (non élus) participant bénévolement à une activité de l'association (animation sportive, accompagnement, etc.) et prenant position dans certains débats. Pour chaque association, nous disposerons ainsi du point de vue de deux acteurs bénévoles impliqués à des niveaux différents dans l'organisation formelle (organigramme) ou informelle ("système d'action concret" selon les problèmes à règler). L'échantillon des individus est ainsi composé de 52 bénévoles 10. Diverses techniques d'investigation qualitatives ont été nécessaires pour recueillir l'ensemble des informations pertinentes : - l'enquête par entretien à usage principal. Un guide d'entretien a été construit à partir d'un tableau d'indicateurs regroupant l'ensemble des variables nécessaires à l'opérationnalisation des hypothèses. A l'image des "stammtesch" alsaciens 11 où l'on parle ouvertement sur le mode de la confidence et où l'on refait le monde sportif alsacien autour d'une table de "winstub", la relation directe enquêteur-enquêté dans un univers familier (la salle d'entraînement, le club-house ou le bar du quartier) permet au sujet de se livrer sur le mode du discours spontané sans le poids du formalisme d'une enquête par questionnaires. En effet, la salle ou le club-house sont aussi le support de ce que Simmel appelle la "sociabilité", ces processus purs d'association qui sont à euxmême leur propre fin (Simmel, 1971). Cette méthode de lecture interne de l'univers étudié rejoint en partie celle de l'enquête ethnographique utilisée par des sociologues comme Hoggart (1970) ou Wacquant (1989). Les groupes d'indicateurs ont été classés en deux volets : les propriétés objectives de l'agent et de sa famille (caractéristiques socio-culturelles, passé sportif, pratiques associatives, style de vie) et les représentations de l'agent (sur sa fonction, l'organisation associative, le sport et ses changements, l'éthique sportive et les perspectives d'avenir). Les interviews enregistrées ont été intégralement retranscrites afin de servir de matière première à une analyse de contenu Compte tenu des catégorisations élaborées précédemment, cet échantillon diversifié repose sur la sélection de composantes non strictement représentatives mais caractéristiques de la population des responsables associatifs et de l'offre sportive associative locale. 11 Le "stammtesch" en Alsace est la table que l'aubergiste réserve à ses plus fidèles clients et à ses meilleurs copains (composée majoritairement d'hommes). C'est dans ce type de lieu que se retrouvent souvent les acteurs du monde sportif associatif alsacien, notamment après les réunions, les entraînements ou les compétitions sportives, afin de refaire en quelque sorte "la petite histoire" du sport alsacien. Voir à ce sujet le petit ouvrage du journaliste sportif local F. Braesch, Le stammtisch du sport alsacien, Ed. L'Alsace, Au-delà du fait journalistique, ce recueil nous apparaît comme un document ethnographique de première main traitant de l'imaginaire sportif associatif alsacien. 12 Notre analyse thématique a consisté à découper transversalement tout le corpus afin d'intégrer, pour chaque agent social, les fragments de discours traduisant des représentations et les éléments définissant leurs caractéristiques. Celle-ci a permis de sélectionner et extraire les données susceptibles de permettre la confrontation des hypothèses aux faits. En outre, afin de s'inscrire davantage dans la logique de la preuve mais aussi dans un souci d'illustration, nous avons eu recours au logiciel SPAD.N intégré, permettant de réaliser des analyses factorielles de correspondances multiples à partir d'indicateurs pertinents obtenus et retenus en variables actives et illustratives. 6

8 7 Ces entretiens ont été réalisés entre la mi-décembre 1994 et fin avril 1995 et ont donné lieu à un relevé ethnographique décrivant succinctement la situation d'entretien pour chaque interviewé. - le recueil des données organisationnelles et l'analyse des associations. Pour relever les caractéristiques pertinentes au regard de nos hypothèses nous avons eu recours à des grilles d'analyse construites à partir de groupes d'indicateurs relevant les propriétés objectives de l'association (structure et volume du capital, activités, modes de gestion et relations à l'environnement) et les propriétés symboliques (capital social, images renvoyées par l'association, réseaux de relations internes). Ces grilles permettent d'attester non seulement de l'organisation formelle mais aussi de l'identité de chaque association et de ses coalitions internes. - l'analyse des conflits à travers les productions écrites Le corpus est essentiellement composé d'articles de quotidiens locaux, de compterendus d'assemblées générales (d'offices de Sports, de comités départementaux ou d'associations) ou de réunions diverses faisant apparaître un problème sportif à règler et mobilisant des acteurs issus d'organisations aux intérêts divergents ou opposés. Ces données ont été recueillies sur une période de 5 ans ( ). - l'analyse des caractéristiques de l'espace d'insertion des associations Toutes les associations sont resituées dans leur espace de proximité (quartier, ville, groupement de communes) à travers la prise en compte de l'offre concurrentielle dans la même zone de chalandise, de la structure socio-démographique des résidents, du contexte socio-économique et de la politique sportive mise en oeuvre par la municipalité. 4. RESULTATS. Compétences professionnelles et responsabilités associatives. L'analyse des professions des dirigeants sportifs nous permet de segmenter globalement l'échantillon en quatre groupes : les professions libérales et cadres d'entreprise (16 personnes), les enseignants et les professions intermédiaires de la santé et du travail social (11 personnes), les professions intermédiaires administratives et commerciales d'entreprise et les techniciens (10 personnes) et, enfin, les ouvriers qualifiés, contremaîtres et employés (15 personnes). Un premier constat s'impose : de notre échantillon sont absents les agriculteurs et artisans ainsi que les ouvriers non qualifiés. Au-delà des effets liés au contexte urbain de l'étude 13 et au choix aléatoire des associations, cette absence semble aussi traduire la distance ou la mise à distance de ces professions face aux responsabilités associatives. En effet, toutes les enquêtes concordent pour dire que les ouvriers sont généralement moins présents que les autres classes (absolument et relativement) dans tous les types d'associations (Héran, 1988). 13 L'implantation urbaine ou semi-urbaine des associations étudiées semble en effet influencer la structure sociale des responsables de notre échantillon. A un échelon national, on peut observer, au sein de chaque type d'agglomération, des disparités systématiques entre C.S.P : alors que les membres des classes supérieures ont deux fois plus d'adhésions que les ouvriers non qualifiés dans les zones les plus rurales, ils en ont cinq fois plus dans les petites villes et neuf fois plus qu' à Paris. Partout les ouvriers occupent la dernière place mais leur participation à la vie associative se fait néanmoins plus intense à la campagne. Elle tend à décroître avec la taille de l'agglomération, comme si l'entrée dans une association n'était envisageable pour eux que dans le cadre restreint d'une communauté locale où l'interconnaissance va de soi. Voir à ce sujet Héran, F. (1988). 7

9 8 La responsabilité associative, notamment dans les fonctions de président ou de dirigeant élu au comité, apparaît globalement comme un phénomène de "couches" sociales moyennes et supérieures. Comme le fait remarquer Michel Bozon, les fonctions de représentation dans de nombreuses associations échoient volontiers aux cadres ou aux notables, tandis qu'il incombe le plus souvent aux membres d'origine populaire de "s'occuper du matériel" ou de "former les jeunes à la base" (Bozon, 1984).On observe en effet à partir de notre enquête une sur-représentation des cadres et professions libérales dans les fonctions de président, alors que les fonctions de "responsable des jeunes", "accompagnateur" ou "responsable de l'entretien" incombent plutôt aux agents issus des couches moyennes et populaires. Cependant, parmi les 15 responsables exerçant une profession d'ouvrier qualifié, employé ou contremaître, on en dénombre tout de même 9 qui assurent la fonction de président de club ou de section d'association. Ces dirigeants sont essentiellement engagés dans de petites associations soit de type affinitaire ou corporatif, soit de type compétitif proposant surtout des sports et jeux traditionnels ou à forte fréquentation populaire (quille, pétanque, football, joutes nautiques). Au-delà des différences socio-professionnelles, la majorité des présidents se rejoignent dans l'occupation de métiers "à responsabilité", qu'il s'agisse du contremaître, du médecin ou du P.D.G. Comme si, pour accéder à cette fonction associative, il fallait attester d'une compétence dans l'exercice de la responsabilité ou dans la gestion des ressources matérielles et/ou humaines. L'étude de la composition sociale de quelques bureaux de comités de notre échantillon permet d'illustrer cette tendance. A.S.P.T.T Tableau 1 : Composition sociale des bureaux d'association Président Vice-président Trésorier Secrétaire Directeur Enseignant Directeur des Fonctionnaire départemental ressources de la Poste de la Poste humaines Société Nautique Strasbourg Médecin Agent immobilier Médecin Régisseur à l'université A.S.L Robertsau Assureur Banquier Cadre de banque Kinésithérapeut e Société Ouvrière Gym. et Sportive "L'Avenir" Cuisinierrestaurateur Directeur personnel du Commerçant Concierge d'école Sporting Club P.D.G Cadre Expertcomptable Agent de commercial maîtrise Club Olympia Chef d'entreprise Cuisinier Comptable Agent S.N.C.F Alsatias Unitas Employé de mairie Cheminot Employé de banque Secrétaire direction de 8

10 9 L'analyse des professions permet en outre d'observer d'autres tendances : - plus l'association est importante (en taille et en niveau d'excellence sportive), plus les responsables élus au bureau se situent parmi les classes supérieures, comme si dans ce type d'association, il fallait posséder un "titre" et un capital social qui "ouvre les portes", en quelque sorte. - plus l'association est petite et propose des sports pratiqués par des fractions plutôt populaires, plus les responsables élus au bureau se situent parmi "l'aristocratie ouvrière". - pour certaines fonctions associatives comme le secrétariat ou la trésorerie, on observe souvent une corrélation entre la profession exercée et le travail exigé par le poste dans l'association. Usages sociaux de la responsabilité associative et formes de sociabilité. Nous avons pu constater à travers l'étude des cultures associatives véhiculées dans les discours des dirigeants des "styles socio-associatifs", correspondant aux rapports fondamentaux qu'ils entretiennent avec leurs associations. Les rapports à la hiérarchie, les modes de sociabilité ou les modalités de recrutement des membres indiquent souvent des usages sociaux différenciés de la pratique associative. Les observations réalisées dans des clubs comme les Joutes Nautiques de Schiltigheim, la Société Ouvrière et Gymnastique des Sports "L'Avenir" ou le F.C. Wolfisheim montrent à l'évidence que les classes populaires répugnent souvent à ce que la fréquentation d'une association leur impose des comportements spécifiques ou contraints. Ainsi, le style socio-associatif des fractions populaires semble correspondre au style même de la "culture ouvrière" (Verret, 1988) : échelles contrôlables de la camaraderie (petits clubs, petits "gueuletons", petit club house), formalisations légères (fonctionnement "à la bonne franquette") et hiérarchie minimale. Ce familialisme et ce localisme populaires s'harmonisent parfaitement avec l'informalisme : on ne fréquente que ceux dont on est proche affectivement, localement, socialement, ceux avec qui il n'est pas besoin de formes. Pour les classes supérieures, en revanche, les associations sportives semblent constituer un lieu où les individus se sélectionnent ou se jugent, en évaluant mutuellement leur capacité à pratiquer la formalisation du contact social. Lieu d'apprentissage, d'expérimentation et de mise en scène d'un certain formalisme, les associations fréquentées et gérées par les membres de fractions sociales dominantes peuvent fonctionner à la fois comme club de rencontre et comme banc d'essai pour futurs notables (Bozon, 1984 ; Callède, 1995). Le formalisme bourgeois qui caractérise aussi bien les contacts familiaux, amicaux, qu'associatifs apparaît comme un perpétuel exercice de style. Que ce soit le mode de recrutement par cooptation, le système de convenances et de règles lors des rencontres sportives ou des réunions ou les modes et pratiques de sociabilité sportive et extra-sportive, ces usages sociaux de la participation associative traduisent une certaine cohérence sociale. Le tableau n 2 illustre, à travers deux cas d'opposition, les spécificités relatives aux formes de sociabilité. 9

11 10 Tableau 2 : Diversite des sociabilités associatives : l'opposition entre le club des joutes de Schiltigheim et l'ill tennis club. Mode de recrutement Joutes Nautiques Schiltigheim Relations amicales locales ou infralocales Ill Tennis Club Cooptation - Parrainage Espaces dominants sociabilité internes de Club house, lieux de pratique des joutes Bar, restaurant, terrasse, courts de tennis Rapport à la hiérarchie Proximité adhérentsdirigeants Tutoiement de rigueur Cloisonnement hiérarchique Salariés/dirigeants/licencié s Vouvoiement fréquent Modalités de réunion Mode de désignation des responsables Usage du dialecte alsacien Caractère informel, au club house, non respect des statuts associatifs Votes à bras levé Dominant En réunion, club house, lieux de la pratique Caractère formel Au siège du club Votes à bulletin secret Usage restreint Certains membres, sur les courts Communication interne Autour du club house, "lieu de vie" de l'association Stratégie de communication interne : bulletin, plaquette, soirées, tournois Ainsi, l'homogénéité sociale des membres d'une association sportive apparaît comme une condition essentielle de la solidarité interne et de l'apparition d'un "esprit club", se traduisant par le sentiment de partager la vie de l'organisation (Waser, 1995). Cette homogénéité semble par ailleurs faciliter le travail des dirigeants puisqu'ils trouvent souvent l'approbation d'un grand nombre d'adhérents dans leurs choix stratégiques. L'hétérogénéité sociale semble par contre créer des tensions du fait de la diversité des usages sociaux de la participation associative. Ainsi, des comportements d'évitement ou d'alliance par affinités sociales apparaissent de même qu'une rupture entre élite sportive et adhérents. 10

12 11 Champ de l'association sportive et luttes symboliques. En nous attachant à étudier de manière plus approfondie certaines associations sportives strasbourgeoises, nous avons observé qu'elles retraduisent souvent, selon leur logique propre, les oppositions qui structurent l'espace immédiatemment englobant, c'est-à-dire le sous-champ de l'offre sportive associative de Strasbourg. Organisé autour de lieux qui permettent l'échange et la confrontation entre les acteurs sportifs engagés dans le jeu associatif, ce champ se définit par des enjeux et des intérêts spécifiques irréductibles à ceux d'un autre champ (le champ de l'offre socio-culturelle, par exemple) : - les lieux qui structurent le champ : l'assemblée générale de l'office des Sports, le service des sports, les réunions de remises de médailles pour les sportifs et dirigeants méritants 14, les manifestations sportives organisées conjointement par la municipalité et les associations locales, les débats à objet sportif, les stages de formation ou de perfectionnement des dirigeants, bref, toute réunion formelle ou informelle regroupant les acteurs investis dans le jeu sportif associatif. - les enjeux : la répartition des subventions (selon quels critères?), la politique sportive municipale, la légitimité dans l'organisation de la pratique sportive locale, la reconnaissance sur le plan sportif et social. A titre d'exemple pour illustrer la dynamique du champ, nous avons pu remarquer des divergences d'intérêt entre élus locaux et dirigeants sportifs lorsqu'il s'est agi de regrouper des associations distinctes proposant les mêmes disciplines sportives. Le souhait de la ville de Strasbourg de regrouper les clubs de volley-ball, de hand-ball ou de rugby évoluant à un même niveau dans le but de réduire les dépenses et de mieux représenter la ville s'est heurté à une coalition de dirigeants qui voulait maintenir l'identité et l'autonomie de leurs associations. Cependant, cette opposition au projet municipal n'a pas fait l'unanimité dans les associations ayant un intérêt dans ce jeu puisque les débats qui ont eu lieu à ce sujet ont révélé des divergences d'opinion. L'exemple des trois clubs de volley-ball évoluant en Nationale III sollicités par la ville pour un regroupement en démontre la présence d'un groupe majoritaire d'opposants, d'un groupe minoritaire de membres neutres et d'un petit groupe de partisans du projet de la municipalité. Si les agents du premier pôle ont en commun d'être relativement âgés, d'avoir une certaine ancienneté dans leur association, d'occuper des fonctions d'élus au bureau, d'être dépourvus de titres sportifs et de diplômes scolaires élevés, les agents situés au pôle opposé ont en commun d'être plus jeunes, plutôt détenteurs d'un capital à dominante culturelle et plutôt favorables à la professionnalisation de leur sport. Or, ces derniers sont en quelques sorte condamnés, dans l'état actuel du champ, à occuper une position subordonnée par rapport aux premiers qui détiennent le monopole de la définition de l'organisation associative légitime. Toutefois, aucun de ces deux pôles n'est homogène et les oppositions qui les traversent se retraduisent dans leurs confrontations autour de la mise en place de nouvelles politiques sportives. 14 Les "dirigeants méritants du sport strasbourgeois" doivent ainsi avoir 30 années de bénévolat à leur actif pour recevoir, lors d'une cérémonie en leur honneur, une plaquette du dirigeant méritant. Depuis l'existence de cette distinction (1960), ce sont plus de 300 élus qui "forment à eux seuls une confrérie à laquelle tous les sportifs doivent le respect" (Extrait de l'allocution du président de l'office des Sports de Strasbourg lors de la cérémonie de remise des médailles - 29/11/90). 15 La Strasbourgeoise, le Racing Club de Strasbourg et l'a.s.p.t.t Strasbourg. 11

13 12 En ce sens, le sous-champ sportif associatif retraduit, selon sa logique propre, les oppositions produites par le projet de municipalisation de certains segments de l'offre associative, oppositions qui tendent à structurer en partie le champ associatif strasbourgeois. Ainsi, il n'est pas d'association sportive qui ne fonctionne comme un champ et ne soit traversée de luttes de concurrence. Comprendre comment a pris forme une nouvelle politique sportive ou de nouvelles orientations nécessite de saisir comment s'organise un tel espace : quelles sont les logiques qui structurent les actions et les prises de positions tant individuelles que collectives. Les plus forts conflits éthiques semblent émerger dans des associations composées d'acteurs issus d'univers sociaux et éthiques différents. En effet, ces organisations constituent des lieux où des responsables (bénévoles et salariés) dotés de propriétés différentes organisent le sport selon des usages et des conceptions en accord avec leurs conditions d'existence, leur histoire et l'ethos de leur groupe social d'appartenance. Formule génératrice non constituée comme telle, ce "système de valeurs" permet d'engendrer, sur tous les problèmes qui interpellent les responsables sportifs, des réponses et des actes objectivement cohérents entre eux et compatibles avec les postulats pratiques d'un rapport pratique au monde. Cependant, même si les dirigeants oeuvrent dans différentes associations à caractère sportif, il n'en demeure pas moins évident qu'ils reconnaissent de façon consensuelle certaines caractéristiques du sport et de l'association sportive. Quelle que soit leur position dans le sous-champ associatif, ils partagent en grande majorité cette éthique de la conviction sans laquelle aucune entreprise, en particulier morale, ne saurait fonctionner. Il s'agit d'une sorte d'éthique sportive minimale ou d'un système de valeurs partagées qui crée une représentation collective spécifique au champ 16. L'analyse des discours des responsables de notre échantillon permet de déceler sa cohérence interne. Celle-ci semble produite par l'intériorisation d'un ensemble de croyances : - les bienfaits de l'exercice physique : l'idée que la pratique d'une activité physique est bénéfique pour le corps humain est partagée par la majorité des responsables sportifs ; - l'unité du club : de nombreux responsables utilisent à leur propre usage et à celui de l'extérieur la référence au modèle des relations familiales. A travers un incessant travail de mise en scène de l'ambiance familiale et de l'unité du club, les divisions sont souvent gommées et les querelles de personnes se passent en coulisse ; - la moralité du bénévolat sportif : selon la grande majorité des dirigeants de notre échantillon, le bénévolat constitue le garant d'une certaine moralité. L'idéologie du bénévolat semble ainsi produire l'image d'un système sportif associatif local où les divergences de conception sportive sont dépassées et transcendées par la grande cause positive du sport éducatif, humaniste et fraternel. D'après eux, le bénévolat (et l'amour du sport) seraient les dénominateurs communs entre les membres venus d'horizons politiques, culturels et socioprofessionnels très différents ; - la perversion du sport par les acteurs non associatifs : pour la majorité des responsables, ce n'est pas réellement l'argent qui pervertit le sport mais son utilisation par des acteurs non associatifs. D'après eux, ce n'est plus le professionnalisme sportif et l'argent qu'il faut combattre, mais plutôt la "déviation" du 16 Selon Pierre Bourdieu, un champ se caractérise toujours par un consensus minimal, support et condition des luttes qui s'y déroulent. Il en va différemment dans le "système d'action concret", dont Erhard Friedberg (1993) nous dit qu'il ne présuppose pas, au départ, l'existence d'une vision partagée ou d'un accord fondateur. 12

14 13 spectacle sportif, c'est-à-dire la corruption et le souci de rentabilité développés par des personnes "extérieures" au mouvement sportif comme les commanditaires, les sponsors, les managers ou les imprésari ; - le développement d'une nouvelle "race" d'adhérents, les "sportifs-consommateurs" : selon l'ensemble des dirigeants, les adhérents deviennent de plus en plus des "consommateurs" de pratique sportive et participent de moins en moins à la vie de l'association. Ce décalage constaté entre les aspirations des responsables et les pratiques "individualistes" ou consuméristes des adhérents se décline cependant sur le mode de la nostalgie et varie selon l'âge des acteurs et leur association d'appartenance. Reproduisant un discours véhiculé dans l'ensemble du "monde" sportif, ces quelques références communes nous montrent que la production d'une opinion sur le sport semble aussi déterminée par l'effet de l'orthodoxie sportive associative. Il s'agirait d'une sorte d'axiomatique "politique" et déontologique -souvent appelée "éthique sportive"- qui permet d'engendrer ou de prévoir l'infinité des jugements et des actes sportifs dans l'algorithme et ceux-là seulement. Or, ces valeurs partagées semblent recouvrir une pluralité de sens selon les agents de notre échantillon. Cette diversité non seulement sépare les dirigeants sportifs dans leurs représentations du mode d'organisation légitime du sport mais tend aussi à générer des conflits internes d'ordre éthique. Néanmoins, ces divisions internes sont très souvent masquées dans les discours tournés vers l'extérieur, ce qui rend particulièrement difficile le recueil de données pour saisir les enjeux de ces conflits. Donner une image d'homogénéité apparente ne va pas sans entraîner certaines exigences fonctionnelles qui consistent tout d'abord en une mise en scène de cette unité. En outre, cela suppose le silence sur tout ce qui peut apparaître comme générateur de conflits internes, c'est-à-dire les rémunérations des joueurs, le salaire d'un permanent, la politique "politicienne", la politique de la ville ou le sponsorisme. L'accord implicite pour ne pas mettre à jour les luttes symboliques constitue un véritable système d'occultation. Cet "effet de clôture" n'est pas sans rappeler l'idéologie localiste dans son hostilité à tout ce qui divise, sa méfiance à l'égard de l'extérieur et son unanimisme affiché. En effet, ce phénomène se ressent davantage dans les associations restreintes ou moyennes implantées dans de petites communes ou dans des villes moyennes. Tout ce qui peut apparaître comme une atteinte à l'unité du club est en conséquence perçu dans une dimension éthique. A partir du moment où l'unité est une mystique, toute atteinte est une trahison. C'est ainsi qu'ont été ressenties la scission de membres et la polémique entre dirigeants d'une association de notre échantillon par voie de presse. Les variations éthiques observées permettent de repérer globalement quatre types de discours emblématique chez les dirigeants bénévoles de notre échantillon. Construite à partir des dimensions retenues dans l'analyse des représentations, cette classification tente de regrouper les dirigeants à l'intérieur d'idéaux-types. Ceux-ci devraient permettre de mieux saisir les logiques des désaccords observables dans la dispersion des traductions des discours emblématiques des responsables bénévoles (cf. Tableau n 3). 13

15 14 Tableau 3 : Les discours emblematiques selon les types ethiques. OBJET DE DISCOURS Rapport au sport Rapport à l'association Rapport à l'économique Rapport à la compétence Rapport à l'avenir Prises de position des dirigeants du 1er groupe (17 individus) Les vertus du sport sont en lui-même ; paradigme de la compétition sportive à tous les niveaux de pratique Lieu de formation sportive, de solidarité et d'éducation à la vie en collectivité Vertus de l'économie sociale et publique ; sport gratuit et encadré par d'anciens sportifs Le capital sportif et le "voyage initiatique" dans l'organisation en tant que légitimation d'une compétence organisationnelle Le sport doit rester aux sportifs Prises de position des dirigeants du 2ème groupe (13 individus) Nécessité de redéfinir le sport pour le rendre éducatif ; recours au sport comme moyen d'épanouissement Mission de service d'intérêt public et social ; ouverture sur le lieu de vie Vertus de l'économie sociale et publique ; critique de la professionnalisation des sportifs ; encadrement du sport par des animateurs socio-sportifs Le capital associatif et la possession d'un métier dans les secteurs public ou parapublic Appropriation du secteur du "sport social" Prises de position des dirigeants du 3ème groupe (12 individus) Fonctions biologique et ludique du sport ; le sport est un divertissement et un plaisir ; il est aussi un spectacle Organisation qui permet d'offrir des prestations de service sportif à un faible coût ; logique de la demande ; lieu de pratique sportive et d'organisation de spectacles Vertus de l'économie libérale ; professionnalisation des intervenants associatifs ; efficacité et rationalisation de la production ; culture d'entreprise Le diplôme ou la possession d'une compétence gestionnaire professionnelle Stratégies mixtes de l'offre sportive : sportivo-éducative et commerciale Prises de position des dirigeants du 4ème groupe (10 individus) Modalité de pratique sportive selon les caractéristiques des pratiquants L'association est un lieu d'échanges qui permet à des individus de s'adonner à un sport de leur choix L'argument gestionnaire est fondé sans adhérer pour autant aux excès du libéralisme sportif La qualification associée à la connaissance du "milieu" Décisions selon les contingences du champ sportif 14

16 15 On peut ainsi déceler un pluralisme de prises de positions face à un même problème et un même objet. Débats, échanges et controverses traduisent des enjeux de lutte symbolique pour la définition du sport et du fonctionnement associatif légitime soit de manière interposée et différée (jugement par rapport à l'action ou l'opinion d'un autre dirigeant), soit directement dans des lieux de rencontre plus ou moins institués (assemblée générale, réunion, commission, pot, remise de médaille, manifestation sportive, etc.) Ces diverses prises de position se déploient en une série de divergences qui délimitent les énonciations possibles sur ces divers objets que sont les rapport au sport, à l'association, à l'économique, à la compétence et enfin, à l'avenir. Ainsi, au-delà de ses seules propriétés matérielles et objectives qui le structurent et le clivent, l'organisation sportive est aussi un "espace représenté" et sa réalité apparaît plurielle et conflictuelle. Dans ce sens, la dynamique observée peut être envisagée comme un champ de concurrences dans lequel évoluent des agents qui y défendent leurs intérêts propres (idéaux, convictions, morale, pouvoir, etc.) et qui, à partir du moment où ils intègrent ce champ, cherchent à y imposer leur point de vue, par leurs discours ou leurs actes. L'identité socio-culturelle des dirigeants peut ainsi "combler" les vides de la règle et les réponses non prévues par l'organisation, le projet associatif ou la fédération d'affiliation. Aussi bien dans les situations ordinaires que dans les occasions extraordinaires de la vie associative, les dirigeants associatifs peuvent s'emparer des marges de liberté laissées à leur action pour exprimer leur identité culturelle et les pulsions socialement constituées de leur habitus et de leur ethos. En ce sens, le champ de l'association est ainsi présent, à chaque moment, sous une forme matérialisée (dans des structures organisationnelles), et sous une forme incorporée, dans les dispositions morales et sociales des agents qui font fonctionner ces organisations sportives. Les représentations du monde sportif et les "penchants" pour un certain mode d'organisation associative des dirigeants semblent tributaires de leurs systèmes de valeurs. Ensemble formé de croyances idéologiques, politiques, religieuses mais aussi de passions et d'intérêts hérités de leur position sociale et de leur condition d'existence, ce "sens du jeu" est fait de principes incorporés, générateurs de règles et de codes de fonctionnement. Il objective, en quelque sorte, les représentations de l'action collective organisée. La culture organisationnelle et les stratégies des dirigeants sportifs seraient dans ce sens une morale en acte. De probables déterminations socioculturelles des catégories de perception de l'organisation sportive. Les résultats de l'enquête nous révèlent un certain nombre d'effets susceptibles de produire les catégories de perceptions décelées précédemment. - les effets des propriétés de position et de condition La structure du capital possédé par l'agent, son secteur d'activité professionnelle et son style de vie apparaissent comme autant de facteurs influençant fortement le type d'investissement associatif et les représentations de l'organisation sportive. Ainsi, la conviction avec laquelle les dirigeants affirment le caractère bénévole de leur engagement et critiquent la perversion du sport par l'argent paraît proportionnelle à leur volume de capital économique. Majoritairement véhiculé dans le groupe des responsables à fort capital économique, cet "humanisme bourgeois" semble les 15

17 16 conduire à adhérer aux valeurs traditionnelles de l'olympisme et à dénoncer les pratiques "subversives" qui gagnent et pervertissent le bénévolat et le sport. Ces conceptions se retrouvent par ailleurs au sein du groupe de dirigeants appartenant à la "petite bourgeoisie économique". A la lumière des résultats de notre enquête, apparaît en outre une forte incidence des propriétés du "capital associatif". En effet, la détention de titres sportifs et l'insertion dans un réseau associatif semblent non seulement déterminer les chances d'accès à certains "postes" dans un milieu sportif spécifique, mais ils tendent aussi à influencer les représentations du sport et de son organisation "légitime". En outre, la trajectoire associative individuelle et familiale permet d'attester du degré d'immersion de l'agent dans une forme de "culture" sportive associative. Cadre privilégié et fondamental de socialisation et de formation des représentations de l'action collective, le milieu familial marque ainsi les responsables dans leur rapport au monde sportif associatif. La manière dont on accède à un poste dans une association sportive, semble inscrite dans l'histoire de l'agent. Ce processus permet d'expliquer, par ailleurs, le "sens de l'organisation" des dirigeants imprégnés de longue date par les codes et règles de fonctionnement implicites des associations sportives, sens pratique et disposition stratégique qui fonctionnent souvent comme une compétence organisationnelle dans l'espace associatif. L'objectivation de ces quelques facteurs semble indiquer que les propriétés de position et de condition conduisent les agents à percevoir, à apprécier et à organiser la pratique sportive, selon un sens du jeu sans intention de sens et sans obéissance consciente à des règles explicitement posées comme telles (Bourdieu, 1980 a). Au même titre que d'autres pratiques sociales, l'investissement associatif s'inscrit dans un style de vie fonctionnant selon une cohérence produite par des conditions d'existence et une position particulière dans la structure sociale. Il y a ainsi autant d'usages de l'investissement associatif et de rapports au monde sportif qu'il existe de conditions de vie et de positions sociales. - des effets d'organisation et de conjoncture Les singularités structurelles et idéologiques de chaque champ associatif d'insertion semblent produire des visions du monde sportif et de son avenir "adaptées" à la logique du milieu sportif d'accueil. Les principes éthiques en vigueur dans l'espace spécifique de leur pratique sportive (fédération, union, ligue ou comité) influencent les responsables dans leurs perceptions du monde sportif. Ainsi, les opinions des dirigeants des clubs et sections de gymnastique révèlent que ces agents semblent relativement tributaires de la doctrine fédérale véhiculée à la Fédération Française de Gymnastique. De la même manière, "l'esprit G.V" véhiculé par la Fédération Française d'education Physique et de Gymnastique Volontaire apparaît très présent dans l'opinion des responsables oeuvrant dans les associations proposant ce type de pratique. Les dirigeants des clubs et sections de foot-ball semblent plus partagés dans leur perception du monde sportif associatif et dans leur rapport à "l'esprit fédéral" de la Fédération Française de Football. En effet, si l'on compare les prises de position des dirigeants de Football de notre échantillon 17 face à ce qu'il est convenu d'appeler les "dérives du sport", on peut remarquer des divergences d'opinion. Celles-ci sont non 17 Nous avons pu comparer les prises de position de six dirigeants de foot-ball appartenant à des clubs de niveaux différents et situés dans trois communes de la C.U.S : le président et le trésorier de la section foot-ball de l'association Sportive de Strasbourg, le président-délégué et le responsable des jeunes du Sporting Club de Schiltigheim, et les président et secrétaire du Foot-ball Club de Wolfisheim. 16

18 17 seulement l'expression de situations sportives et locales différentes, mais semblent aussi traduire les contradictions internes à "l'espace foot-ball" (Faure, Suaud, 1994). Celui-ci contient en effet deux "sous-espaces" relativement autonomes et produisant leur propre système de valeurs : le foot-ball professionnel et le Football amateur, luimême divisé en sous-espaces selon le niveau de pratique et le degré de professionnalisation des joueurs. L'analyse des discours des dirigeants du Sporting Club (Nationale II) montre par exemple que, malgré la position intermédiaire du club entre l'espace professionnel et l'espace amateur, celui-ci est fortement imprégné des modèles de gestion et des codes moraux véhiculés dans l'espace du Football professionnel. A l'inverse, les propos du président et du secrétaire du F.C Wolfisheim (Honneur départemental) semblent plutôt traduire un "ethos amateur" 18, exprimant ainsi non seulement une position dominée dans l'espace des clubs de Football mais aussi toute l'histoire institutionnelle d'un club amateur ainsi que la trajectoire de ses dirigeants 19. En ce sens, ils dénoncent notamment la présence de plus en plus importante de "professionnels de la gestion" qui importent une logique d'entreprise que les clubs amateurs n'acceptent qu'à la marge. Cependant, même si le président du F.C.W critique les perversions d'une emprise trop directe de l'économie sur le foot-ball; il reste tout de même favorable au partenariat économique et à une "indemnisation" des joueurs. Toute l'histoire de l'organisation sportive est ainsi présente, à chaque moment, sous une forme matérialisée - dans des structures organisationnelles -, et sous une forme incorporée - dans les dispositions des agents qui font fonctionner ces associations. Les discours et les opinions semblent traduire en dernier ressort des effets de conjoncture comme, par exemple, la généralisation du modèle entrepreneurial à tous les secteurs de la vie sociale, notamment dans le secteur privé non marchand (Gasparini, 1993), les discours sur le sport des leaders politiques "locaux" ou encore le contexte actuel de moralisation de la vie sportive 20. Conclusion. De la même manière que les modalités de pratique sont transformées sous l'effet de conjonctures et de structures spécifiques (Clément, Defrance, 1987), les modes d'organisation et de gestion des pratiques sportives subissent aussi des transformations dès lors qu'ils sont inscrits dans un espace-temps spécifique et qu'ils sont appropriés par des groupes sociaux dotés de propriétés de condition et de position singulières. 18 Nous reprenons ici la notion utilisée par Eric Dunning et Kenneth Sheard dans "La séparation des deux rugbys". In Actes de la recherches en sciences sociales, 79, 1989, pp Créé en 1931 par le père de l'actuel président, le F.C.W a toujours évolué dans un "esprit amateur", selon les propos de son président. Ancien joueur pratiquant le Football depuis l'âge de 10 ans, ce cadre de banque a réalisé un véritable "voyage initiatique" au sein de l'organisation en passant par les différents postes associatifs : joueur, capitaine d'équipe, entraîneur, trésorier, vice-président. 20 Au moment où nous élaborions notre recherche, les discours sur la corruption et l'éthique dans le sport étaient dans "l'air du temps". En effet, suite aux nombreuses "affaires" sportives (affaire O.M-Valenciennes, cas de dopage, de "caisses noires", etc.), à la médiatisation de ces phénomènes mais aussi face aux problèmes de sécurité des installations sportives, les responsables politiques et sportifs ont créé des comités de réflexion (comme les comités d'éthique ou les Assises Nationales du Sport) et ont fait voter la loi sur la moralisation du sport professionnel (loi de 1992 dite "Loi Bredin"). 17

19 18 Plus que celle de système, la notion de champ se prête ainsi à une identification élargie de la liste des acteurs pertinents et au repérage d'un ensemble de rapports d'alliances et d'oppositions propres à déterminer des interactions, des modes d'organisation et des prises de position dans le champ sportif associatif, voire dans celui de l'association sportive. William Gasparini Professeur agrégé d'e.p.s, Docteur en sociologie 18

20 19 BIBLIOGRAPHIE Augustin, J-P. Garrigou, A. (1985). Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables. Le Mascaret, Bordeaux. Augustin, J-P. (1991). Les jeunes dans la ville. Institutions de socialisation et différenciations spatiales dans la Communauté Urbaine de Bordeaux. P.U.B, Bordeaux. Balme, R. (1987). "La participation aux associations et le pouvoir municipal", Revue Française de Sociologie, XXVIII-4, pp Bessy, O. (1987). "Les salles de gymnastique. Un marché du corps et de la forme". in Le nouvel âge du sport, Revue Esprit, 4, pp Bourdieu, P. (1972). Esquisse d'une théorie de la pratique. Droz, Genève. Bourdieu, P. (1979). La distinction. Critique sociale du jugement. Minuit, Paris. Bourdieu, P. (1980 a). Le sens pratique. Minuit, Paris. Bourdieu, P. (1980 b). Questions de sociologie. Minuit, Paris. Bourdieu, P. Christin, R. (1990). "La construction du marché. Le champ administratif et la production de la politique du logement". Actes de la recherche en sciences sociales, 81/82, Bozon, M. (1984). Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province. P.U.L, Lyon. Callède, J-P. (1987). L'esprit sportif. Essai sur le développement de la culture sportive. M.S.H.A, P.U.B, Bordeaux. Callède, J-P. (1988). "Approche sociologique des transformations du club sportif". In Les Cahiers de l'université sportive d'eté, M.S.H.A, 3, Bordeaux. Callède, J-P. (1995). "Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la "vocation" de dirigeant et le renouvellement des élites locales". In Sport, relations sociales et action collective, Actes du Colloque de Bordeaux des 14 et 15 oct. 1993, M.S.H.A, Bordeaux, pp Chifflet, P. (1987). "Le pouvoir fédéral et l'accueil des sportifs". In Actes des premières journées d'études Sport et changement social, 3-4 avril, Bordeaux, pp Chifflet, P. (1988), "Les fédérations sportives. Politiques et stratégies", in B. Michon (dir.), Actes des Journées d'etude "Sciences sociales et sports". Etats et perspectives, Laboratoire APS et Sciences sociales, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, Chifflet, P. (1993). "Associations de sportifs ou entreprises du sport", in A. Loret (dir.), Sport et management, Dunod, Paris, Clément, J-P., Defrance, J. (1987). "Structure et conjoncture". In Sport et changement social, M.S.H.A, Bordeaux. Dumas, J. (1987). "Institution sportive et jeu de pouvoir". In Actes des Premières Journées d'etude de Bordeaux Sport et changement social, M.S.H.A., Bordeaux, pp

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Promotion / Enquête à mois du diplôme Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et Entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction 7 Pour le sportif, quelle que soit la modalité de sa pratique, compétition amateur, professionnalisme, loisir, etc., celle-ci est la quête d un plaisir qui exige un effet sur soi. C est une forme de thérapie

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS TITRE I : DENOMINATION, BUT ET SIEGE Article 1 Sous la dénomination

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude Pôle Marketing Locales 1 Sommaire Objectifs et Méthodologie p.3 Structure de l échantillon p.4 Synthèse p.5 Résultats

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr

Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr Guichet Associations Hélène FREDERICQUE Tel : 01-49-35-37-71 e-mail : associations@mairie-rosny-sous-bois.fr J AI REUNI DES AMIS POUR CREER MON ASSOCIATION, AFIN DE LA DECLARER JE DOIS EN REDIGER LES STATUTS,

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLÉE Enquêtes sur l école maternelle Enquête Harris Interactive pour le SNUipp Enquête grand public réalisée en ligne entre le 03 et le 05 novembre 2015. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Liste des activités visées par le diplôme, le titre ou le certificat RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) MASTER Spécialité MANAGEMENT DU SPORT Autorité responsable de la certification (cadre 2) Qualité du(es) signataire(s) de la certification

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de projets dans le domaine éducatif, social ou socioculturel de l Université de Haute-Alsace Vague C

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail.

Un GSI plénier est prévu en juin 2001 au cours duquel devra être présenté un document élaboré à partir des travaux du groupe de travail. Contrats éducatifs locaux missions et la formation des coordonnateurs de cel Réflexions du groupe de travail relevant du groupe de suivi interministériel des cel 1. Informations L'outil informatique de

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5)

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) Fiche 5 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) o Code de l action sociale et des familles (CASF) : articles L. 123-4 à L. 123-9 articles R.123-1 à R.123-26

Plus en détail

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35

Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 Statuts de l Union Sportive Grégorienne Football 35 (Assemblée Générale Extraordinaire du 19 Juin 2014) Objet et composition de l association Article 1 : L association dite «Union Sportive Grégorienne

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 1 Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 2 AUTOUR DE QUELQUES ENJEUX DES POLITIQUES DE JEUNESSE MENEES PAR LES CONSEILS GENERAUX Les

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles.

Historique : Mintzberg a fait la synthèse de ce courant en proposant une typologie et une représentation originales des formes structurelles. Historique : Pendant longtemps, hégémonie des structures formelles (relations officielles et prescrites entre les membres de l'organisation) : prescriptions de Fayol et de Taylor préconisant la structure

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Le sport et ses pouvoirs

Le sport et ses pouvoirs Le sport et ses pouvoirs (XIXe - XXe) Les travaux des historiens et sociologues du sport visent à rendre compte de la complexité des enjeux culturels, sociaux et politiques soulevés par les sports et les

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION

COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION COMMENT ELABORER VOTRE PLAN DE FORMATION SOMMAIRE 1 DEFINITION, CONTENU ET MODALITES DE FINANCEMENT... 2 1.1 DEFINITION... 2 1.2 CONTENU... 2 1.3 MODALITES DE FINANCEMENT... 3 2 LA MISE EN PLACE D UN PLAN

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Promotion / Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des cadres intermédiaires du

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION

STATUTS DE L'ASSOCIATION STATUTS DE L'ASSOCIATION TITRE I : PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION...2 Article 1 : Constitution et dénomination...2 Article 2 : Objet...2 Article 3 : Siège social...2 Article 4 : Moyens d action...2 Article

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE

LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE PRATIQUE DES AFFAIRES LA SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE L'ORGANISATION DES POUVOIRS Pierre-Louis PÉRIN Avocat à la Cour Préface de Michel GERMAIN Professeur à l'université Panthéon-Assas Paris II Table

Plus en détail

Laurence Touré Juin 2010

Laurence Touré Juin 2010 Laurence Touré Juin 2010 Introduction Enquêtes quantitatives, quantitatives, mixtes Protocole d une recherche qualitative Définition de la population d enquête Méthodes d enquête qualitatives La technique

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel

CONSEIL & FORMATION EN MANGEMENT ET RESSOURCES HUMAINES. Du sens pour progresser et réussir ensemble. Coaching individuel Coaching individuel 1 LE COACHING : une démarche, un processus et une méthodologie UNE DEMARCHE : D accompagnement des personnes dans un contexte professionnel visant à favoriser l efficacité et la meilleure

Plus en détail

Association «Comm'une Sereine»

Association «Comm'une Sereine» Association «Comm'une Sereine» STATUTS Adoptés par l'assemblée Générale Constitutive du 26 septembre 2014. ARTICLE 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION Les adhérents aux présents statuts fondent une association

Plus en détail

Présentation de l'installation du siège à Lyon

Présentation de l'installation du siège à Lyon Assemblée Générale Extraordinaire Saint-Quentin 15 Août 2015 Présentation de l'installation du siège à Lyon Optimiser nos ressources Depuis un peu plus de deux ans, la Fédération a établi un programme

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

Les randonneurs dans la population française : état des lieux démographique

Les randonneurs dans la population française : état des lieux démographique Les randonneurs dans la population française : état des lieux démographique Cet article est basé sur le traitement secondaire d'une enquête lourde réalisée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE

LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE Le développement durable relève aujourd'hui du droit public : Traité d'amsterdam pour l Europe, et pour la France, LOADDT, Loi d'orientation

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010 CENTRE DES JEUNES, DES DIRIGEANTS ET DES ACT EURS DE L'ECONOMIE SOCIALE Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et l économie sociale et solidaire Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Vivre ensemble au sein d'une association :l'exemple des malades résidents d'aparts

Vivre ensemble au sein d'une association :l'exemple des malades résidents d'aparts Revue critique de l'actualité scientifique internationale sur le VIH et les virus des hépatites n 85 - juillet/août 2000 PUBLICATION Vivre ensemble au sein d'une association :l'exemple des malades résidents

Plus en détail

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS

Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Le Bouq*Café, café-librairie associatif STATUTS Siège social: 1 a rue des cadeniers - 44640 LE PELLERIN Le Bouq*Café, café-librairie associatif (association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL

SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL SERVICE MEDICAL INTERENTREPRISES DE CHATEAUBRIANT ET SA REGION Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 8, rue des Tanneurs - 44110 CHATEAUBRIANT Règlement Intérieur

Plus en détail

Formes juridiques fév. 2013

Formes juridiques fév. 2013 Formes juridiques fév. 2013 Source APCE Quel est le nombre d'associés requis? Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel (Celui-ci peut embaucher des salariés). 1 seul associé (personne physique

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Association Corrèze Elab

Association Corrèze Elab ARTICLE PREMIER - NOM Association Corrèze Elab STATUTS de l'association Corrèze Elab Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

CYCLE MANAGEMENT DE L INET

CYCLE MANAGEMENT DE L INET CYCLE MANAGEMENT DE L INET Conseiller formation : Anne GERARD Contact inscription : Delphine Marcangeli 03 83 19 22 05 Delphine.marcangeli@cnfpt.fr 1 CYCLE MANAGEMENT DE L INET OBJECTIFS DU CYCLE Ce cycle

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Ressources Humaines. Groupe CDG

Ressources Humaines. Groupe CDG Ressources Humaines Groupe CDG Ordre du jour Direction des Ressources Humaines I Valorisation du capital humain II Management par objectifs III Système d évaluation IV Communication des outils RH V Valeurs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Pertinence et définitions Pertinence de l'indicateur par rapport à l aménagement du territoire Le sport occupe une place privilégiée

Plus en détail

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Préambule Dans ce texte, nous entendons par Attac ou association Attac l association dont le siège social se situe au 6 rue

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail