QUELLES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUELLES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT"

Transcription

1 2010 LAURENT TOUSTOU QUELLES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT POUR LES MUSÉES D ART INTERNATIONAUX? Mémoire de fin d étude Institut d Etudes Politiques de TOULOUSE Master 2, spécialité Affaires Internationales et Stratégie d Entreprise Directeur de mémoire : Jean-Marc Décaudin

2

3 QUELLES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT POUR LES MUSÉES D ART INTERNATIONAUX? MÉMOIRE DE RECHERCHE PRÉSENTÉ PAR M. LAURENT TOUSTOU SOUS LA DIRECTION DE M. JEAN-MARC DÉCAUDIN INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE TOULOUSE AFFAIRES INTERNATIONALES ET STRATÉGIE D ENTREPRISE 2010

4 Je souhaiterais remercier, Jean-Marc Décaudin pour avoir accepté d être le directeur de ce mémoire; m avoir aidé à explorer de nouvelles pistes de recherche, et m avoir accordé une certaine liberté dans le traitement du sujet.

5 Avertissement L IEP de Toulouse n entend donner aucune approbation, ni improbation dans les rapports de stage. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).

6 ABRÉVIATIONS AAMD : Association of Art Museums Directors ICOM : International Council Of Museums Met : Metropolitan Museum of Art of New-York MOCA : Museum Of Contemporary Art of California MOMA : Museum Of Modern Art RMN : Réunion des Musées Nationaux SFMOMA San Francisco Museum Of Modern Art TIC : Technologies de l Information et de la Communication

7 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Qu est-ce qu un musée?... 3 Quelle place dans la littérature pour les stratégies de développement des musées?... 6 Méthodologie de recherche... 8 Première partie - Une adaptation nécessaire à l environnement Chapitre 1 - Un statut bouleversé Section 1 - Nouvel Ancrage Section 2 - De Nouvelles Missions Section 3 - Les évolutions du Public Chapitre 2 - Une structure redéfinie Section 1 - La recherche de financements Section 2 - Le marketing comme outil Section 3 - Une gestion professionnalisée Deuxième partie - Les Stratégies de développement des super-musées Chapitre 1 - Le développement par l expansion Section 1 - Les stratégies expansionnistes Section 2 - L exemple Guggenheim Section 3 - L exemple du Louvre Chapitre 2 - Le développement par l attraction Section 1 - Les stratégies d attraction Section 2 - L exemple du centre Georges Pompidou Section 3 - Le Grand Palais, musée sans collection? Chapitre 3 - Le développement par la socialisation Section 1 - Les stratégies de socialisations Section 2 - L exemple de la Pinacothèque de Paris Section 3 - L exemple du MET Troisième partie Quelles stratégies de développement futur? Chapitre 1 - Le Super-musée d art futur : L hyper-musée média Section 1 - Le développement de l Hyper-musée Section 2 - Le musée, un nouveau-média comme un autre?

8 Chapitre 2 - Un développement risqué Section 1 - La vulgarisation du musée, vers un musée vulgaire? Section 2 - Conservation de l œuvre ou conservation du statut du musée? Section 3 - Le musée Boursier Conclusion ANNEXES Annexe 1 : Les trois âges des musées Annexe 2 : Musée et entreprise : une comparaison Annexe 3 : Enquête sur les pratiques culturelles des français Annexe 4 : Choisir la bonne technique d étude marketing Annexe 5 : Organigramme du Musée du Louvre BIBLIOGRAPHIE Ouvrages Articles Table des Matières

9 INTRODUCTION «Dans les années soixante, au début de ma carrière, le musée occupait une place marginale dans la société, à Paris comme en province. Les artistes le fuyaient, la classe politique le méprisait, les «élites» le considéraient comme démodé, «dépassé», archaïque, pour tout dire une survivance du XIXème siècle «bourgeois» et honni. J ai eu le bonheur d assister et de parfois participer à cette radicale mutation. Les musées ont conquis dans toutes les classes de la société une place enviable (et souvent enviée). Ne dormons pas sur nos lauriers» 1. En rappelant cette évolution dans l Avant-propos de l ouvrage de Jean-Michel Tobelem, Pierre Rosenberg, membre de l Académie Française, Président-directeur honoraire du musée du Louvre, souligne l importance qu a prise le musée au cours des 20 dernières années. Alors que le musée était souvent perçu comme une institution sacrée, immobile et «poussiéreuse» pendant les années , son évolution l a conduit 30 ans plus tard au rang de lieu de mémoire, d archive, de culte, nécessaire à tous les pans de la société. Ainsi, alors que les premiers musées ne concernaient que l art, nous assistons aujourd hui à une multiplication des domaines pour lesquels sont créés des musées. Chaque entreprise historique et représentative d une région en veut un en son honneur, le premier musée du jeu vidéo a ouvert ses portes le 14 avril 2010 à Paris 2, et, comme le souligne Jean-Michel Tobelem, «il semble établi aujourd hui qu aucun aspect du monde contemporain n échappe aux musées [comme] un musée national de l Histoire des funérailles à Houston, un musée de l Asperge en Allemagne et même un musée international des toilettes à New Delhi» 3. Cette multiplication des musées et de leurs thèmes n est pas le seul signe de cette réussite. Certaines institutions muséales sont aujourd hui devenues des institutions reconnues et incontestées tout autour du monde. Ainsi, Centre Pompidou, Louvre, Guggenheim, MOMA, Met, ou encore Tate ; sont des noms, des marques qui sont aujourd hui reconnues par la plupart des habitants du monde occidental, bien au-delà du musée qu elles représentent ou des œuvres que ceux-ci abritent. Cependant, la citation de Pierre Rosenberg s achève sur une note moins positive et qui, bien qu elle ne soit en rien alarmante, rappelle que les métamorphoses qu ont subies les 1 TOBELEM, p TOBELEM, 2010, p.13.

10 musées ne sont pas terminées et que ces institutions n ont pas fini de s adapter à ces évolutions. L année 2009 a d ailleurs été le théâtre, en France, une grève des musées nationaux qui illustre parfaitement les étapes qu il reste à franchir pour que la réussite des musées soit considérée comme totale. Cette grève a été un bras de fer auparavant imprévu entre le gouvernement français, représenté par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la communication, et les employés des musées et monuments nationaux français tels le Centre Pompidou, le musée d Orsay, le musée du Louvre, ou encore le château de Versailles. L élément déclencheur de ce mouvement a été l annonce par le gouvernement d une réduction d effectifs à venir suite à une révision générale des politiques publiques. Bien qu assez peu suivie, cette grève a entrainé la fermeture de certains établissements et a, dans le même temps, alerté l opinion publique sur les évolutions qui touchent les musées aujourd hui. En effet, alors que les pouvoirs publics avaient pris une place importante dans le financement et la gestion des grands musées, la réussite de ces derniers pousse les institutions politiques à réduire leur participation dans le fonctionnement des musées et se dessaisir de ces problématiques. C est d ailleurs ce que sous-entend Frédéric Mitterrand lorsqu il justifie sa réforme de la manière suivante : «Le Centre Pompidou, qui est le navire amiral des musées français, avec le Louvre, est un établissement magnifique d'architecture contemporaine, un bâtiment qui a été construit pour accueillir cinq cent mille personnes par an. Il y en a trois millions. Il y a un nombre d'agents tel qu'on peut réorganiser, trouver des économies d'échelle qui font que cette réforme des départs à la retraite soit applicable normalement» 4. Cette vision du musée comme un établissement au sein duquel il est possible voire conseillé de poursuivre l objectif de réaliser des économies d échelles, semble aller à l encontre même d un rôle de service public du musée, qui n aurait alors qu à enseigner les dimensions artistiques, historiques, sociales, de ses œuvres au peuple. Ainsi, au cours des dernières années, une opposition a longtemps existé eu égard aux musées entre ceux qui soulignaient la nécessité du musée de s adapter à l importance qu il était en train de prendre en implémentant une réelle stratégie d entreprise dans ses politiques de gestion et ceux qui rappelaient l existence d une institution muséale comme une institution de service public. On peut d ailleurs, à ce sujet, rappeler le propos Martin Feldstein en 1991 : «Although museums are a small part of our economy, they are a vital part of our national life. Those who are responsible for museums rightly see themselves as the protectors of the treasures that our generation has inherited from the past, as the collectors of the creative 4 LeMonde.fr, 3 décembre

11 activity of the current time, and as the teachers who help the broad public to know and appreciate these works of art» 5. Cette opposition a, au départ, conduit les professionnels de musées à rejeter totalement les instruments de l entreprise ; on peut à ce titre rappeler que le Metropolitan Museum of Art à New York, avait décidé, au début des années 1990, de ne plus utiliser le mot «marketing» dans ses services 6. Néanmoins, force est de constater qu au début des années 2010, la stratégie d entreprise a pris une place prépondérante dans la gestion des musées. Avec, en exergue, les musées d arts internationaux tels le musée du Louvre, le centre Georges Pompidou ou plus encore le MOMA et le musée Guggenheim. Alors que ces débats ne sont plus d actualité, d autres émergent déjà au sujet d une mauvaise mise en place de ces politiques qui pourrait mener à la perte des musées. Ainsi, alors que le musée du Louvre se demandait en 2000 «Quel est l avenir des musées?» 7, cette question demeure, à ce jour encore, sans réponse consensuelle et, bien que nombre de chercheurs s attachent à analyser et juger les politiques mises en place dans les musées, principalement les musées d Art internationaux, peu d entre eux essaient d anticiper cette évolution. Dès lors, il convient de se demander quels sont et seront les développements stratégiques des musées, et plus particulièrement des musées d Art internationaux à l avantgarde des évolutions. Pour être en mesure de répondre à cette question, il convient de nous accorder tout d abord sur la définition de notre sujet d étude : les musées d art internationaux. QU EST-CE QU UN MUSÉE? Avant d aller plus avant, il convient de s attarder sur la définition d un musée. Selon le Larousse interactif, un musée est un «Lieu, édifice où sont réunies, en vue de leur conservation et de leur présentation au public, des collections d'œuvres d'art, de biens culturels, scientifiques ou techniques.» 8. Cette définition souligne le fait que, pour le public, le musée n a pas de but précis ; c est avant tout un lieu. La relation du public à ce lieu se précise lorsque Bernard Deloche considère qu il apporte au geste artistique «une dimension supplémentaire en conférant un statut institutionnel à cette fonction d exhibition» 9. La définition donnée par l ICOM (Conseil International des Musées) approfondit cette réflexion 5 FELDSTEIN, p Ibid., p GALARD, LAROUSSE.fr 9 DELOCHE, p.83. 3

12 philosophique en attribuant un rôle de service public aux musées. Selon cette définition, «Le musée est une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation.» 10. Le musée a donc des missions d étude, d exposition et de transmission d un patrimoine pour le développement de la société. C est d ailleurs par cette mission que le musée a gagné, au cours du XXème siècle, un soutien important de la part des pouvoirs publics. Bien qu ayant précisé les missions de l institution muséale, ces définitions ne donnent que peu d informations quant à sa structure et son mode de fonctionnement. Les apports de Jean-Michel Tobelem à ce sujet permettent de mieux comprendre le musée d aujourd hui. Tobelem appréhende le musée comme une institution dirigée par des hommes. C est d ailleurs au travers de ce prisme que le chercheur tend à définir l institution muséale comme une institution «dont les évolutions sont la marque d une intégration croissante du monde des musées dans les mécanismes de marché» 11. Cette évolution des musées a été selon lui effectuée en 3 «âges». Le «temps des propriétaires», avant 1950, qui représente l époque de création des musées par des particuliers passionnés, le «temps des managers», jusqu en , qui correspond à une professionnalisation des personnels de musée spécialistes, le «temps des actionnaires», à la période actuelle, où les musées sont «pleinement intégrés dans le corps social» 12 et pour lequel un ensemble de parties prenantes (publics, investisseurs, institutions politiques, etc.) «expriment des attentes, des besoins, voire des exigences» 13. A chacun de ces âges, Tobelem associe des caractéristiques bien précises au musée qu il résume dans le tableau «Les trois âges des musées» 14. Fort de ce constat, Tobelem explique que cette intégration dans le monde des marchés a conduit l institution muséale à se complexifier et à requérir une réelle gestion entrepreneuriale de son développement. C est d ailleurs pour souligner cette métamorphose qu un grand nombre d universitaires et de professionnels ont, depuis les années 1980, considéré le musée comme une «entreprise culturelle». Cette dénomination semble cependant galvaudée dès sa première analyse puisque, alors qu une entreprise a pour objectif premier de dégager des 10 ICOM, 24 août TOBELEM, p Ibid. p Ibid. p Cf. Annexe 1 4

13 bénéfices, le musée est, à quelques exceptions près, comme le rappelle la définition de l ICOM, «une institution permanente sans but lucratif» 15. De plus, alors qu une entreprise redistribue une grande partie de ses profits à ses actionnaires, dans le cas où un musée parviendrait à réaliser quelques bénéfices, ils seraient «réinvestis dans les activités du musée ou reversés à la collectivité de tutelle» 16. Enfin, Tobelem souligne une opposition marquante entre l entreprise, dont les produits résultent d une réponse à la demande, et l institution muséale, dont les programmes «résultent avant tout d une politique de l offre» 17 (volonté culturelle, pédagogique, sociale, intellectuelle, etc.). Ces différences marquantes entre l entreprise et le musée sont d ailleurs répertoriées par le chercheur dans un tableau intitulé «Musée et entreprise : une comparaison» 18. Face aux difficultés pour trouver dans la littérature une définition permettant d appréhender l organisation des musées, Tobelem en crée une : «l organisation culturelle de marché». Cette dénomination permet de rappeler que le musée demeure une organisation culturelle aux spécificités claires (mission pédagogique, but non lucratif, etc.) mais qu elle s adapte de plus en plus aux marchés avec lesquels elle est en contact : marché de la culture et de l industrie de loisir suite à la multiplication de l offre muséale, la commercialisation d expositions, et la mise en concurrence du musée avec les autres activités de loisir ; marchés de consommation par l installation de services de vente au sein du musée ; marché du travail pour recruter des professionnels compétents ; ou encore marché des financements suite à l augmentation des budgets de fonctionnement des musées et à la baisse de la participation publique dans ces budgets. Tobelem résume parfaitement cette adaptation au marché en rappelant qu elle consiste pour le musée en «la prise en compte des publics, une approche stratégique visant à agir de façon plus «proactive» que réactive, et au mode d organisation visant efficacité managériale et réactivité à l environnement du musée» 19. Maintenant que nous avons une image précise de l institution muséale, il convient de recentrer cette définition en précisant que nous ne nous intéressons qu aux musées d art internationaux. Ainsi, cela signifie que nous considèrerons les musées qui exposent des œuvres d arts, comme des tableaux ou des photographies. De plus, nous focaliserons notre attention sur les plus importants d entre eux, c'est-à-dire ceux qui reçoivent plus de ICOM, 24 août TOBELEM, p Ibid. p Cf. Annexe 2 19 TOBELEM, p

14 visiteurs par an. C est musées sont aussi appelés Super-musées du fait de la différence entre leurs structures complexes et celles des musées les plus restreints, fonctionnant principalement sous forme d association de passionnés. Ces structures à taille parfois inhumaine sont celles qui ont les premières eu recours à des stratégies de développement et, à ce titre, nous permettent dès aujourd hui de tirer les conclusions de leur implémentation. QUELLE PLACE DANS LA LITTÉRATURE POUR LES STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT DES MUSÉES? Les premiers ouvrages concernant l économie de la culture datent de la fin des années On peut notamment citer l ouvrage Performing Arts The Economic Dilemma 20 comme un ouvrage clef. Cependant, les ouvrages ne s intéressent pas encore au statut des musées mais seulement à celui de l art en général. La prise en compte du développement de la gestion des musées comme une problématique complexe, est un phénomène récent. Dès lors, il n existe que très peu d ouvrages concernant cette thématique avant les années De plus, les musées américains ayant de tous temps eu une logique plus entrepreneuriale que leurs homologues européens, les premiers ouvrages de référence sont des ouvrages américains. Ainsi, Martin Feldstein publie The economy of arts Museums 21 en Ce livre est une publication majeure car il retranscrit une conférence qui a eu lieu en 1989 et qui regroupait les principaux conservateurs et responsables de musées des Etats-Unis avec pour mission de caractériser au mieux chaque pan de la stratégie d entreprise des musées américains (collections, finances, publics, communication, rapport au politique, etc.). Il faudra attendre 10 ans pour retrouver le pendant Européen de ce livre. En effet, en 2001 paraît sous la direction de Jean Galard, chef du service culturel du musée, l ouvrage L avenir des musées 22. Cet ouvrage retranscrit une conférence éponyme qui a regroupé en 2000, sous l égide du musée du Louvre, les représentants des plus grands musées européens. Malgré l existence préalable d une littérature sur l institution muséale, ces deux ouvrages ont été, chacun dans son ère d influence respective, des «déclencheurs» de la réflexion universitaire concernant la gestion des musées. En effet, ces colloques ont eu un impact inattendu sur les divers publics des musées et on contribué à l implication de ceux-ci dans le débat, entraînant les universitaires avec eux. Il convient d ailleurs de noter que cette décennie d écart entre Etats-Unis et Europe ne reflète pas un retard des professionnels et universitaires européens sur 20 BAUMOL et BOWEN, FELDSTEIN, GALARD,

15 leurs homologues américains, mais est la conséquence d une évolution différente entre les musées américains, historiquement encouragés à la privatisation, et les musées européens, historiquement soutenus et gérés par les pouvoirs publics. On peut déterminer trois sources de réflexions dans la littérature concernant la gestion des musées. La première est celle apportée par les universitaires de la muséologie. Souvent historiens de l art, spécialisés dans l étude du patrimoine et des musées, ces universitaires, à l image de Dominique Poulot, auteur notamment de l ouvrage Musée et muséologie 23, ou encore de Richard Sandell, directeur de la School of Museum Studies à l Université de Leicester, questionnent objectivement le musée en tant qu institution. Une deuxième source d information a longtemps émané des professionnels des musées eux même. Cependant, ces auteurs, comme le sont Henri Loyrette, Président Directeur Général du musée du Louvre, ou Richard Armstrong, Directeur de la fondation Solomon R. Guggenheim et de son musée à New York, restent avant tout des conservateurs qui axent plus naturellement leur réflexion et leurs publications sur les collections des musées et sur des ouvrages d histoire de l art que sur des problématiques de gestion. Une troisième voie est celle des universitaires ou professionnels spécialisés dans les domaines auxquels doit recourir la stratégie muséale moderne comme le Marketing, le Droit, l Economie, etc. Ces auteurs «entrepreneurs» comme Dominique Bourgeon-Renault ou Philip Kotler pour le marketing, Robert R. Janes pour le management, ou encore Claude Ménard pour l économie ont tout d abord essayé d appliquer les connaissances qu ils avaient préalablement développées dans d autres secteurs, directement sur celui des musées. Longtemps, ces trois sources d informations n ont pas réussi à s entendre et ont été considérées comme imperméables les unes aux autres. Cependant, les années 2000 ont vu les stratégies d entreprises implémentées, éprouvées, adaptées dans les musées. Dès lors, les muséologues, les conservateurs et les entrepreneurs ont vu leurs sujets d étude se confondre et de nouveaux auteurs, imprégnés à la fois de logiques culturelles et de compétences stratégiques ont fait leur apparition comme Jean- Michel Tobelem, auteur reconnu du Nouvel Age des Musées, ou encore Glen D. Lowry, directeur du MOMA 24 et auteur d ouvrages sur la modernisation des musées 25. Tout d abord confidentielles, les recherches concernant la stratégie des musées ont été en grande majorité publiées dans des revues spécialisées comme The International Journal of Museum Management and Curatorship, Museum News, Culture et Musées ou encore Les 23 POULOT, Museum Of Modern Art, à New York 25 LOWRY,

16 nouvelles de l ICOM. Au fur et à mesure de la popularisation de ces problématiques, les publications d ouvrages se sont multipliées. Cependant, c est surtout dans les magazines et journaux que la multiplication d articles sur le sujet est la plus frappante. En effet, des magazines spécialisés grand public comme Connaissance des Arts ont donné une part grandissante à ces problématiques, entrainant dans leurs sillages des hebdomadaires ou quotidiens de la presse généraliste comme The New York Times ou Le Monde. La littérature concernant la stratégie des musées est une littérature récente, dont la discipline universitaire n est pas encore installée. En effet, la muséologie, qui étudie le musée et par conséquent, sa stratégie, est une discipline en pleine construction. De ce fait, encore très peu de place lui est consacrée dans les bibliothèques. Ainsi, bien que nous ayons connaissance de l existence des ouvrages, il est plus compliqué de pouvoir les consulter, notamment les ouvrages anglo-saxons. De plus, alors que ce sujet figure régulièrement dans la presse quotidienne, il convient de rappeler que cette presse ne permet pas toujours d approfondir un sujet de manière scientifique et, surtout, que la profusion d articles parus chaque jour dans cette presse présente souvent le risque de noyer certains articles intéressants. MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE Notre recherche se fonde sur une approche déductive. En effet, pour comprendre les stratégies de développement des musées, nous allons tout d abord devoir analyser, au cours d une première partie, ce que la littérature nous apprend au sujet des modes de gestion et de fonctionnement des musées de nos jours. Il n y a que de cette analyse que nous pourrons ensuite déduire des modèles-type de stratégies adoptées par les musées. Ces stratégies pourront alors être scientifiquement expliquées. Cependant, pour bien comprendre leur signification dans le concret, des exemples seront pris, des études de cas seront faites, de manière à ancrer ces stratégies dans la pratique quotidienne du musée. Enfin, lorsque ces stratégies seront définies, nous aurons la possibilité de développer une vision plus prospective sur leur devenir, notamment en les comparant à des stratégies mises en place dans des industries similaires. Il convient de préciser à ce stade que la réalisation d entretiens avec des responsables de Super-musées français avait été envisagée de manière à obtenir leurs conclusions sur les pratiques mises à jour et les stratégies qu ils pensent développer. Cependant, la grève de décembre 2009 et le développement de projets comme Beaubourg Metz n ont pas permis à cette volonté de se réaliser. 8

17 Notre étude se composera donc de trois parties principales. La première partie nous permettra de comprendre comment les musées se sont adaptés aux évolutions de leur environnement et à leur nouveau statut dans la société. Ainsi, en analysant d une part les bouleversements de la place du musée dans la société ainsi que les modifications structurelles, financières et organisationnelles des musées, et d autre part la modification de leur place tant face à leurs publics que dans la société toute entière, nous pourrons cerner les différentes techniques des musées pour assister leur développement. Dans une deuxième partie, nous en déduirons les trois stratégies de développement clefs des institutions muséales. Ces stratégies, répondant à trois objectifs principaux assurer le développement du musée par la croissance, assurer le développement du musée par l attraction, assurer le développement du musée par la communion nous permettront alors de comparer les stratégies de développement des musées à celles d industries similaires comme celles des loisirs ou des médias. Ainsi, lors de la troisième partie, nous tenterons d anticiper les développements du marché des musées afin d en prévoir les évolutions et d en prévenir les risques. 9

18 PREMIÈRE PARTIE - UNE ADAPTATION NÉCESSAIRE À L ENVIRONNEMENT L environnement des musées s est beaucoup modifié pendant les 20 dernières années. En effet, la mondialisation et l arrivée des nouvelles technologies ont bouleversé le rapport des organisations avec leur public comme avec leur patrimoine. De plus, la difficulté de l Etat à assumer seul les missions de service public sans cesse plus nombreuses alors que dans le même temps son budget était toujours plus contrôlé a entrainé une modification du fonctionnement des organismes à vocation de service public. Ceux-ci passant d un statut d organisme public à financement public à des statuts mixtes, aux financements multiples. Les musées se sont bien malgré eux retrouvés au cœur de ces évolutions et ont par conséquent été contraints de s y adapter. Cette adaptation s est faite petit à petit. Les évolutions des musées se sont faites à chaque fois pour répondre à un problème précis qui s est posé à eux dans l exercice de leur activité. C est la somme de ces évolutions qui a conduit, de nos jours, à la définition de politiques stratégiques à long terme. Appréhender les stratégies de développement des musées internationaux nécessite donc de comprendre les problématiques qu ont dû résoudre les musées face à leur environnement puis, les solutions pratiques qu ils ont implémentées, tant au niveau de leur fonctionnement interne que de leur activité externe. CHAPITRE 1 - UN STATUT BOULEVERSÉ Comme nous venons de le souligner, l environnement des musées a été fortement bouleversé au cours des trente dernières années. Ces modifications ont entraîné les évolutions des modes de gestion des musées de nos jours. Ainsi, afin de bien comprendre les raisons qui ont poussé à ces évolutions, il convient d étudier la manière dont leur environnement a touché les musées. Trois axes seront privilégiés dans cette étude : l axe d un nouvel ancrage des musées, celui de nouvelles missions attribuées aux musées et enfin celui d un nouveau public pour les musées. Section 1 - Nouvel Ancrage Le nouvel ancrage des musées permet d analyser la manière dont les musées se perçoivent aujourd hui. Ainsi, si un musée est ancré sur un territoire localisé et qu il se sent en concurrence sur cet ancrage géographique avec un autre musée, il orientera ses actions dans le sens de cette concurrence. Ainsi, pour mieux cerner la manière dont les musées perçoivent leur ancrage il conviendra d analyser les évolutions dans leur ancrage 10

19 géographique, c'est-à-dire «à quel territoire pensent-ils appartenir?», les évolutions dans leur ancrage hiérarchique, c'est-à-dire «à qui se sentent-ils obligés d obéir?», et enfin celles dans leur ancrage de marché, c est à dire «avec quelles institutions pensent-ils être en concurrence?». I - Un nouvel ancrage géographique Avant d étudier les évolutions dans les ancrages géographiques des musées, il est essentiel de rappeler leur ancrage initial. Bien que les grands musées aient toujours eu une vocation internationale, cette vocation était majoritairement portée par l activité de recherche de ces musées. Ainsi, les musées internationaux échangeaient leurs résultats, et travaillaient parfois de concert à l élaboration d ouvrages ou d expositions. Cependant, chaque musée conservait dans ces collaborations une appartenance géographique forte et leurs témoignages étaient reçus comme le témoignage d un musée Français ou d un musée Américain. En effet, leur ancrage géographique était national. Peu de musées avaient une réelle portée internationale et leur public était majoritairement issu de leur pays d implantation. Deux évolutions ont totalement remis en question cet ancrage géographique. Ce sont la mondialisation et l avènement des technologies de l information et de la communication (TIC). A- Les effets de la mondialisation : un ancrage international La mondialisation qui ne cesse de s accroitre a présenté et présente toujours deux caractéristiques essentielles. Tout d abord le développement des moyens de transport et d information et, par conséquent, la facilité des populations à ce déplacer tout autour de la planète et à s informer sur les évènements ayant cours sur chaque point du globe. Mais la mondialisation représente aussi l accession de nouveaux pays aux richesses mondiales, parmi lesquels les pays émergents et notamment les BRIC(SM) (Brésil, Russie, Inde, Chine, Singapour, Mexique)- mais aussi les pays du Moyen-Orient enrichis grâce au commerce du pétrole. Ce phénomène a tout d abord été un atout pour les musées ; sa première conséquence ayant été l ouverture des musées au monde entier. Ainsi, la population mondiale, profitant de nouvelles opportunités de voyager, s est ruée dans les musées les plus importants qui devenaient une partie essentielle de ses visites dans les grandes villes touristiques (New-York, Paris, Londres, Rome, etc.). Pour exemple, les musées d Avignon, pourtant secondaires, ont vu leur fréquentation augmenter de 60% entre 1992 et 2007, parallèlement a une 11

20 augmentation du tourisme au sein de la ville de 35% sur la même période 26. En parallèle, les nouveaux pays émergents sont devenus demandeurs d expositions internationales. Dès lors, les Super-musées occidentaux ont développé des expositions itinérantes qui ont rencontré un fort succès. Le British Museum a ainsi implanté en 2006 une exposition, consacrée aux arts de la Chine tels qu'ils étaient perçus lors de la révolution industrielle britannique, au musée de la Cité interdite à Pékin 27. Enfin, la mondialisation a aussi offert un appel d air sans précédent au marché de l art avec l apparition de nouveaux artistes issus de pays émergents. Le musée du Quai Branly à Paris étant un symbole fort de cette ouverture du marché aux arts du monde entier. En effet, ce musée présente des collections d'objets des civilisations d'afrique, d'asie, d'océanie et des Amériques comprenant notamment des œuvres d artistes aborigènes 28. Le développement de la mondialisation a cependant apporté son lot de menaces aux musées. Ainsi, certains musées comme le Musée National des Beaux Arts de Rio de Janeiro deviennent des concurrents sérieux pour les Super-musées internationaux. Pourtant, la principale menace apportée par la mondialisation est le développement des politiques culturelles dans les pays émergents qui, fort de leur rôle leader dans la croissance économique mondiale, revendiquent la restitution des œuvres que les puissances coloniales ont ramenées de leurs anciennes colonies et qui sont désormais exposées dans les musées occidentaux. Ainsi, Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali justifie cette requête, à l heure de l ouverture du Musée du Quai Branly, de la manière suivante : «Les œuvres d art, qui sont aujourd hui à l honneur au Musée du Quai Branly, appartiennent d abord et avant tout aux peuples déshérités. A l heure où le Musée du Quai Branly ouvre ses portes au public, je continue de me demander jusqu où iront les puissants de ce monde dans l arrogance et le viol de notre imaginaire. Le Musée du Quai Branly est bâti, de mon point de vue, sur un profond et douloureux paradoxe, à partir du moment où la quasi-totalité des Africains, des Amérindiens, des Aborigènes d Australie, dont le talent et la créativité sont célèbres, n en franchiront jamais le seuil compte tenu de la loi sur l immigration choisie» 29. Cette volonté des pays émergents de présenter eux-mêmes les œuvres d art qu ils ont produites et qu ils pensent avoir été volées par les occidentaux est aujourd hui une réelle menace prise très au sérieux par les musées qui essaient de négocier au cas par cas la restitution d objet pour assurer la pérennité de leurs galeries concernant ces thématiques. Ces évènements, comme le 26 TRINQUIER, p.7 27 JAMES, QUAI BRANLY, CHITOUR,

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS 20 / 21 JANVIER 2016 INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION / MUSEUM CONNECTIONS 2015 / MUSEUM CONNECTIONS 2016 / POURQUOI PARTICIPER?

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire

L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire L outil culturel, levier de développement economique : Projet culturel projet de territoire A un moment où nous assistons à une mondialisation des entreprises, l action publique demeure morcelée, rassemblée

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chef de projet touristique de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia

P Y R É N É E S. des Pyrénées - Pau Tarbes. Établissement public d enseignement supérieur artistique. Art Art-céramique Design graphique multimedia É S École supérieure d art des Pyrénées Pau Tarbes École supérieure d art des Pyrénées - Pau Tarbes Établissement public d enseignement supérieur artistique P Y R É N É E S Des formations d excellence,

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle Sciences et technologies, œuvres de culture Mémoire présenté par Septembre 2006 Sciences et technologies, œuvres de culture Sommet 2007 Montréal, métropole culturelle

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

À la conquête de la jeune génération : les musées. s ouvrent aux réseaux sociaux.

À la conquête de la jeune génération : les musées. s ouvrent aux réseaux sociaux. 1 À la conquête de la jeune génération : les musées s ouvrent aux réseaux sociaux. Il devient difficile de faire entrer les jeunes dans les musées. Prix attractifs, sensibilisation, tout l arsenal a été

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Cinéma, documentaire, médias de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Le passage à l open source, une nouvelle priorité

Le passage à l open source, une nouvelle priorité Le passage à l open source, une nouvelle priorité acquia.com I 888 922 7842 I +01 79 97 25 70 I John Eccles House, Robert Robertson Avenue, Oxford, UK, OX4 4GP Le passage à l open source, une nouvelle

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

IEMA-4. Appel à participation

IEMA-4. Appel à participation Appel à participation Les tendances, méthodes et outils de mise en place des cellules de veille et d intelligence économique Sensible aux nouveaux enjeux en matière de veille, d intelligence économique

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet

gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet management sup gestion industrielle Lean management Méthodes et exercices Barbara Lyonnet Le pictogramme qui figure ci-contre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

école nationale d administration

école nationale d administration école nationale d administration une école de service public et d application Créée par le Général de Gaulle en octobre 1945, l École nationale d administration a pour principes fondateurs de démocratiser

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes

CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES. Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes CULTURE D ENTREPRISE ET GESTION DES RISQUES Favoriser la performance des organisations publiques par l influence des valeurs opérantes L exemple du Comité de Bâle Julien Benomar Culture d entreprise et

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur

Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur Déclaration du conseil international des musées relative aux exceptions au droit d auteur Pourquoi la reproduction et la distribution de collections? Les institutions qui abritent des collections faisant

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Réformes dans la Fonction publique

Réformes dans la Fonction publique Réformes dans la Fonction publique Lors des entrevues de janvier et de février 2012 avec les associations professionnelles et syndicats de la CGFP, les ministres de la Fonction publique avaient fait savoir

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business?

Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? présente Vous êtes à la tête d une petite entreprise et vous souhaitez booster votre business? Vous avez créé récemment votre start-up et vous cherchez des soutiens pour accélérer votre croissance? Vous

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail