LES DEBUTS DE LA GUERRE FROIDE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES DEBUTS DE LA GUERRE FROIDE 1947-1962"

Transcription

1 LES RELATIONS INTERNATIONALES DEPUIS 1945 : LES DEBUTS DE LA GUERRE FROIDE La fin de la Seconde Guerre Mondiale se traduit par l avènement d une configuration géopolitique mondiale inédite à l échelle de l histoire ; l émergence de deux supergrands messianistes : les Etats-Unis, hérauts du système capitaliste de démocratie libérale et l URSS, héraut du système communiste de démocratie populaire. Au nom de la lutte contre les dictatures, les deux grands vainqueurs de la guerre s étaient réunis dans le cadre de la Grande alliance. Au lendemain de la guerre, le monde est bipolaire : USA et URSS sont les seuls grands vainqueurs, et tous les autres pays sont affaiblis et ruinés, dépendants le plus souvent, déchirés parfois. Les deux grands, que tout oppose maintenant, se retrouvent face à face, inquiets chacun de la montée en puissance de l'autre. De 1945 à 1946, les divergences d intérêt, les malentendus et les méfiances, accroissent la tension entre les deux supergrands, et conduisent à la rupture de L Europe est initialement le principal motif de discorde, particulièrement l Allemagne. Parallèlement à cette rivalité, a commencé à se mettre en place un système de relations internationales nouveau, la bipolarisation qui va organiser avec des évolutions internes les relations internationales entre les Etats-Unis et l URSS pendant au moins quatre décennies. DE cet affrontement sortira un vainqueur les Etats-Unis et un vaincu l URSS. Si bien qu en 1991, on peut affirmer que la bipolarisation a vécu pour laisser place à un nouveau système : l uni polarisation. Il s agit donc de comprendre comment le système des relations internationales est passé de la bipolarisation à l uni polarisation. La bipolarisation se structure pendant la période de la Guerre Froide entre 1947 et 1962 puis évolue entre détente, principes et contestations ( ) alors que de 1981 à 1991 les relations évoluent de la «Guerre Fraîche» à la fin de la bipolarisation, laissant alors place à un système dominé par un seul supergrand : les Etats- Unis d Amérique, pôle unique de la puissance mondiale. Définition de la Guerre froide La guerre froide est donc un profond antagonisme E-W qui dure de 1947 à 1991et prend la forme d'un conflit permanent et systématique, sur le plan idéologique, politique, économique, culturel, militaire et spatial, mais qui ne conduit pas pour autant à un affrontement armé direct et généralisé des deux blocs. Les deux adversaires vont recourir à tous les moyens de l intimidation, de la propagande, de la subversion, voire de la guerre locale tout en s abstenant d en venir aux armes l un contre l autre ; la menace sur la paix est tout de même désormais permanente. La Guerre froide comporte plusieurs étapes : débute en 1947, année charnière, et culmine dans les années se poursuit par une période d'amélioration, avec la coexistence pacifique de 1953 à 1962 et la Détente entre 1962 et connaît un regain de tension de 1976 à 1985 surtout après l'invasion de l'afghanistan par l'urss fin 1979 (la Paix Froide de 1980 à 1985) se termine par une véritable amélioration consécutive à l'arrivée de Gorbatchev au pouvoir en 1985 ce qui conduit à la disparition de l'urss en 1991, et par voie de conséquence à la fin de la guerre froide.

2 [Guerre froide ] page 2 I : LA NAISSANCE DE LA GUERRE FROIDE AVEC LA CONSTITUTION DE DEUX BLOCS ANTAGONISTES. A. LES MANŒUVRES SOVIETIQUES ET L EXPANSION DU COMMUNISME Trois grandes lignes dans la politique de Staline : 1. faire oublier son alliance avec Hitler de 1939 à 1941 et conserver les territoires conquis à la faveur de cette alliance entre septembre 1939 et l été lancer un programme nucléaire pour tenter de parvenir d'urgence à la parité avec les USA en brisant leur monopole (bombe A en 1949 et bombe H en 54) 3. se ménager un glacis protecteur en Europe et en Asie pour mieux assurer la sécurité de l'urss En fait, c est la raison d Etat, c'est à dire la sécurité soviétique qui pour Staline l'emporte largement sur les raisons idéologiques, c est à dire la propagation du communisme et la révolution mondiale. 1 ) L'engrenage de la méfiance commence dès a) Les prétentions soviétiques et la menace communiste COMMENTAIRE DE DOCUMENT : COMMUNIQUE FINAL DE LA CONFERENCE DE YALTA adoptée à Yalta y installe des régimes de démocratie populaire dominés par les partis communistes ou assimilés, fidèles à Moscou. b) Les réactions occidentales Churchill parle publiquement d un «Rideau de fer» qui s est abattu sur l Europe de Stettin à Trieste ( COMMENTAIRE DE DOCUMENT : discours de Fulton) Document 1p : 68 ES La fermeté américaine 2 ) Le processus de conquête Il mérite d être souligné et sera le même dans tous les pays d Europe de l Est, à quelques nuances près, prenant l apparence de la légalité, se développant en fait sous la pression. 3 ) La multiplication des «démocraties populaires» en Europe de l'est a) Moscou impose le système soviétique là où l armée rouge est présente = mise sous tutelle rapide pour les ex-alliés du nazisme : b) deux cas particuliers : Yougoslavie et Albanie la Yougoslavie de Tito et l Albanie de E. Hodja deviennent des régimes communistes par euxmêmes, sans intervention soviétique c) Le sort de la Pologne Entre , Bulgarie, Hongrie, Roumanie, Pologne deviennent totalement communistes. B. LA RUPTURE ET LA MISE EN PLACE DES BLOCS DOCUMENTS 2 ET 3 P : 69 ES 1 ) L Endiguement : Doctrine Truman et Plan Marshall Le raidissement américain s amorce dès janvier 1947 avec la nomination d un militaire célèbre au poste de Secrétaire d Etat, c est à dire à la tête de la diplomatie américaine : le général Marshall. Les USA sont désormais convaincus de la nécessité d une politique de fermeté à l égard de l URSS ; il faut arrêter l expansion du communisme, le contenir dans les limites qu il a atteintes : c est l endiguement. Pour ce faire, les USA disposent de plusieurs atouts : le monopole nucléaire

3 [Guerre froide ] page 3 la puissance financière et économique la CIA, qui vient juste d être créée a) la Doctrine Truman COMMENTAIRE DE DOCUMENT : Discours du 11 mars 1947 devant le Congrès Une nouvelle politique étrangère américaine est engagée : maintenir l expansion du communisme partout où cela s avère nécessaire : CONTAINMENT ou ENDIGUEMENT. Cela confirme bien la rupture avec l isolationnisme traditionnel hérité de la doctrine Monroe d avant la Seconde Guerre Mondiale et les hésitations à entrer dans les deux conflits mondiaux. Contenu de la doctrine b) Le Plan Marshall : le «bras financier de la doctrine Truman» : COMMENTAIRE DE DOCUMENT : Extraits du discours prononcé par Marshall, secrétaire d Etat de Truman, le 5 juin Discours prononcé devant les étudiants de Harvard. 1. Objectifs 2. Les moyens Les USA proposent une aide économique à tous les pays qui la souhaitent Suite à la conférence de Paris réunissant 16 pays européens du au 16 juillet 1947 est créée l OECE ( Organisation Européenne de Coopération Economique) En juillet 48, est institué «l European Recovery Program» Création en juillet 1947 d une agence centrale de renseignements (Central Intelligence Agency CIA pour soutenir les forces anti-communistes partout dans le monde. De tout cela découle une reconnaissance politique à l égard des USA et une solidarité des deux côtés de l Atlantique : c est l atlantisme. 3. Conséquence : le monde et l Europe coupés en deux 3.1. les pays occidentaux acceptent l aide 3.2. les pays sous influence communiste refusent 2 ) La riposte soviétique : Document 2 p : 91 (TS) et 4 p : 69 (TES) a) accélération de la satellisation des pays occupés par l armée rouge au plan politique au plan économique (collectivisation, planification) b) la doctrine Jdanov : Septembre 1947 doctrine officielle formulée par Jdanov, idéologue du Kremlin et proche collaborateur de Staline : COMMENTAIRE DE DOCUMENT : Extraits du rapport Jdanov présenté en septembre 1947 à la conférence des partis communistes à Szklarska Poreba en Pologne. résumé : le monde est désormais divisé en deux camps irréconciliables : c) création du Kominform en octobre 1947 Le rapport Jdanov du 9 octobre 1947 constitue l acte de naissance du Kominform. (Conclusion partielle : Les deux blocs opposés s affrontent désormais dans la guerre froide et l on vit désormais dans la crainte d un nouveau conflit mondial. La coupure de l Europe en deux camps dépendants chacun d un supergrand est effective.

4 [Guerre froide ] page 4 D un côté, l Europe de l Est est «soviétisée» ; de l autre, l Europe occidentale vit sous le règne du régime politique de la démocratie libérale à l image des Etats-Unis, sa reconstruction étant soumise à l aide de ce pays ce qui traduit une perte notable d indépendance. En effet, cette aide a une dimension économique mais aussi idéologique de lutte contre le communisme. L année 1947 consacre donc l existence de deux Europe : une Europe occidentale, atlantique sous l influence des Etats-Unis, une Europe de l Est sous l influence de l URSS. Chaque Etat, chaque courant de pensée, parti, association doit choisir son camp. Toute collaboration est devenue impossible et les communistes quittent les gouvernements de coalition auxquels ils participaient (mars 1947 en Belgique, avril 47 en France et mai 47 en Italie ) pour prendre la tête d un grand mouvement social qui va d ailleurs contribuer à les isoler un peu plus encore dans un véritable ghetto politique. L affrontement idéologique qu alimentent la doctrine Truman et le rapport Jdanov est corollaire de l aggravation des tensions. Les alliés de la Seconde Guerre Mondiale n arrivent plus à s entendre sur le règlement de la guerre : en mars 1947, la conférence des quatre de Moscou échoue. Enfin, la conférence dite de la «dernière chance» organisée à Londres en novembre et décembre 1947 est ajournée. C est la fin du Directoire des Alliés, l alliance issue de la guerre a vécu. COMMENTAIRE DE DOCUMENT : un peintre de Guerre Froide : André Fougeron. PHASE I : DESCRIPTION DU DOCUMENT : PHASE II : LE CONTEXTE : PHASE III : INTERPRETATION: II. L EXASPERATION : DES ANTAGONISMES :DES CRISES QUI MENACENT LA PAIX ET ACCELERENT LA FORMATION DES BLOCS : A. LA GUERRE FROIDE COMMENCE EN EUROPE : ) «Le coup de Prague» : Février 1948 a) le contexte original de la Tchécoslovaquie 1. considérable prestige de Staline en Tchécoslovaquie 2. Les élections de mai l'étau communiste se resserre ensuite b) les événements du «coup de Prague» c) L installation du totalitarisme est dès lors rapide Conclusion partielle : Le terme de «coup de Prague» traduit l impact et l interprétation qui en a été faite en Europe occidentale. La prise de pouvoir par les communistes est interprétée comme un «véritable coup d Etat» organisé par l URSS. Cet événement a poussé le Royaume-Uni, la France, et les pays du Benelux à conclure un traité d assistance mutuelle, l UEO Union Européenne Occidentale de Bruxelles en mars quelques jours plus tard. La Tchécoslovaquie a désormais glissé dans le totalitarisme et la soumission aux consignes centralisatrices de Moscou.

5 [Guerre froide ] page 5 A partir de février 1948, les autres partis communistes des pays de l Est sont mis au pas en devenant des démocraties populaires : parti unique, collectivisation des terres, planification centralisée, priorité à l industrie lourde, En janvier 1949 est créé le Conseil d aide économique mutuelle (CAEM) et s engagent le processus des grands procès : Slansky et Clementis en Tchécoslovaquie (ancien secrétaire général et ancien MAE exécutés en novembre 1952) Petkov et Kostov en Bulgarie (exécutés en septembre 1947) Maniu en Roumanie (détention perpétuelle en novembre 1947) Rajk en Hongrie (exécuté en octobre 1949) Gomulka en Pologne. A l Ouest on assiste ému et impuissant au basculement de la Tchécoslovaquie à l Ouest : le choc est considérable 2 ) Le problème allemand et la première crise de Berlin : Cette longue crise se déroule de juin 1948 au début de mai Son importance, sa gravité dont la hantise d une troisième guerre mondiale est révélatrice, ses répercussions, illustrent bien le fait que l Allemagne et Berlin constituent le théâtre et les enjeux majeurs de la Guerre Froide, de l affrontement entre l Est et l Ouest. De manière significative, c est l événement de la chute du mur le 9 novembre 1989 qui est retenu aujourd hui comme l élément le plus symbolique de l effondrement du communisme en Europe alors qu il fallut attendre le 21 décembre 1991 pour que l URSS soit dissoute. a) la conférence de Londres : avril juin 1948 et les origines de la crise : b) la réplique soviétique est immédiate : Le Blocus de Berlin-Ouest 1. Le Blocus de Berlin-Ouest : 24 Juin la Riposte US c) la division de l Allemagne est dès lors consommée 1. à l ouest, la R.F.A., République Fédérale Allemande septembre 1949 Le projet de constitution est adopté le 8 mai l949 et la création officielle de la RFA date de 2. à l est, la R.D.A., République Démocratique Allemande Erigée en république par l URSS le 7 octobre 1949 Démocratie populaire : régime de type soviétique centralisé avec parti unique soumis à Moscou Parmi les conséquences, l échec du blocus signifie pour Staline l acceptation de la division de l Allemagne qui est désormais institutionnalisée. L affaire de Berlin n'est pas terminée pour autant et elle a rebondi lors d une deuxième crise, entre 1958 et 1961, date à laquelle fut édifié le mur de Berlin 3 ) La consolidation des blocs a) La consolidation du bloc occidental 1. Sur le continent américain 2. L Alliance Atlantique 2.1. Le traité de Bruxelles 2.2. Signature du traité de l Atlantique Nord (4 avril 1949) 2.3. l O.T.A.N. : Les débuts de l'unité européenne Les débuts de l unité européenne sont liés à une triple crainte : la menace de l expansionnisme communiste le risque d une hégémonie américaine

6 [Guerre froide ] page 6 la peur d une résurrection du militarisme allemand 3.1. Création de l OECE en juillet Création du Conseil de l Europe 3.3. Création de la CECA 3.4. Echec de la CED 3.5. Création de l UEO 3.6. La Création de la C.E.E en mars 1957 b) La consolidation du Bloc de l Est 1. L intégration idéologique 1.1. A l Ouest, Grande campagne idéologique sur la paix Création du «Mouvement de la paix» en août 1948 et «Appel de Stockholm» en 1950 pour l interdiction de l arme atomique 1.2. A l Est l URSS impose son modèle idéologique et culturel 2. L intégration économique : le CAEM Le CAEM ( Conseil d Assistance Economique Mutuel ) ou COMECON est institué en 1949 En fait, le CAEM assure la tutelle de fait de Moscou sur les autres économies de l Est qui deviennent vite dépendantes de l URSS, principal marché pour leurs produits et principal fournisseur d énergie 3. La stalinisation accentue la satellisation 4. L intégration militaire Le Pacte de Varsovie est ainsi créé en 1955 avec intégration des forces militaires du bloc de l Est et commandement soviétique. (la Yougoslavie n en est pas) Double fonction assurer la défense du bloc face à l impérialisme occidental maintenir ses propres membres dans le bloc de l Est en cas de défaillance ou de trahison de l un d eux Conclusion partielle : En 1949, l Europe ne compte pratique plus une «case vide» échappant au contrôle de l un des super grands. Ce partage de l Europe n est donc pas le fruit de Yalta, mais de quatre années de méfiance réciproque et de ruptures... La guerre froide va donc désormais se déplacer sur un autre continent, en Asie. B. L ASIE ENTRE EN SCENE : ) La victoire communiste en Chine en octobre 1949 a) Une longue guerre civile. 1. De 1927 à 1937 la Guerre civile sévit en Chine qui oppose les communistes de Mao Zedong ( Mao Tsé Toung ) les nationalistes du Guomintang de Jiang Jieshi ( Tchang Kai Tchek ) 2. De 1937 à 1945, arrêt de la guerre civile avec la guerre contre le Japon : 3. La reprise de la guerre civile Après une trêve fort brève la guerre civile reprend en juillet 1946, d abord à l avantage des armées nationalistes du Guomindang, les communistes reprenant l initiative à partir de juillet La victoire communiste Le 1 er octobre 1949 Mao proclame la république Populaire de Chine et la nouvelle Assemblée nationale élit bientôt Mao à la présidence de la république Jiang Jieshi se réfugie à Taïwan (Formose) sous la protection de la VII ème flotte américaine (et avec toute l encaisse or de la Chine)

7 [Guerre froide ] page 7 b) Le rapprochement Chine-URSS Tout est modifié sur l échiquier asiatique puisque Mao signe un traité d assistance et d amitié mutuelles. La Chine peut désormais appuyer le Vietminh et la Corée du Nord tout en annexant le Tibet en menaçant alors l Inde. c) L'édification du socialisme : l imitation du modèle soviétique ( ) Après une brève période de transition ( ) et de reconstruction la Chine entame ensuite une phase de développement sur le modèle soviétique. La Chine communiste va désormais jouer un rôle actif en Extrême-Orient et contribuer à l extension de la guerre froide en Asie. 2 ) La Guerre d Indochine ( ) s inscrit bientôt dans la guerre froide a) évolution de la nature de la guerre b) Les accords de Genève (juillet 1954) mettent fin à cette guerre 3 ) La guerre de Corée : a) la partition de La Corée b) les différentes phases d une guerre chaude 1. L agression nord coréenne : juin - août La contre-offensive US : septembre - octobre Intervention et contre-offensive chinoise 4. Stabilisation du front c) bilan de la guerre L impact international L URSS et la Chine sortent grandies du conflit pour avoir mis en échec les USA Les USA ont manifesté clairement à la face du monde que l endiguement n est pas un vain mot et prouvé leur volonté et leur capacité de riposte. C est une étape importante de la Guerre Froide car les deux supergrands ont maîtrisé en empêchant de dégénérer en guerre mondiale voire nucléaire. 4 ) L Asie vers a) le communisme a sérieusement progressé : b) les USA organisent l endiguement en Asie et engagent une politique de PACTOMANIE : 1. Les accords bilatéraux 1.1. Engagement à défendre Taïwan contre toute agression chinoise 1.2. Traité de paix de San Francisco avec le japon en juillet Les nouveaux pactes 2.1. L ANZUS : Septembre 1951

8 [Guerre froide ] page 8 Tendance à la pactomanie renforcée par l élection à la présidence des USA de D.D.Eisenhower en 1952 qui se proclame plus offensif vis-à-vis et annonce le «Roll back» et non plus le seul «Containment». Cette politique est aussi celle de son secrétaire d Etat J.F.Dulles. Ce dernier a contribué à définir la théorie des dominos qui stipule qu une fois un pays devenu communiste les voisins sont directement menacés L OTASE : Conférence de Manille en Le Pacte de Bagdad Remarques : Il y a constitution d un cordon protecteur autour de l URSS et de la Chine. Certains pays refusent la logique de la guerre froide, notamment l Inde, et la conférence afro-asiatique de BANDOUNG en 1955 peut être déjà considérée comme l expression de ce non-alignement. Par ailleurs, chacun des deux blocs est affecté par des conflits internes (schisme yougoslave à l'est, conflit israélopalestinien à l'ouest) Il y a désormais un affrontement multidimensionnel. 1.Idéologique : Interne et externe à chacun des deux blocs, élément essentiel de l opposition des messianismes. Aux USA, la «chasse aux sorcières» ou «MacCarthysme» caractérise de la manière plus spectaculaire l affrontement idéologique interne. Un sénateur républicain du Wisconsin veut se servir de la dénonciation des communistes pour prendre la tête du Parti Républicain. Il prend la tête d une «chasse aux sorcières» dont l objectif est de «délivrer les USA du danger communiste» et qui a culminé avec la guerre de Corée. Le fait d être à la fois fonctionnaire et communiste est considéré comme incompatible. La délation fait rage. Le milieu artistique est aussi visé, et particulièrement Hollywood. De nombreux artistes sont contraints à l exil tel Charlie Chaplin. Un couple, Julius et Ethel Rosenberg est accusé d avoir fourni des secrets atomiques à l URSS. Ces deux personnes seront exécutées en 1953, malgré une importante mobilisation internationale. Une fois la guerre de Corée achevée, le MacCarthysme a décliné avant de disparaître en L affrontement idéologique est aussi externe. Son cadre est principalement l Europe occidentale où les USA se livrent, par l intermédiaire de la radio, à un intense travail de propagande en direction des pays d Europe Centrale. Mais les USA disposent aussi de plusieurs atouts, surtout si on compare à l URSS. Leur suprématie économique et le rayonnement de leur mode de vie l «American way of life» sont des armes incomparables au service de la propagande. En URSS, l affrontement interne consiste à éliminer les opposants et à imposer un ordre culturel (le «réalisme socialiste») et idéologique. Les cadres du PCUS et de l Etat considérés comme hostiles à Staline sont exclus. Des millions de déportés peuplent les camps de travail (Goulag) Les minorités nationales accusées de contestation sont exécutées. Enfin, la paranoïa stalinienne conduit à des machinations policières accusant des personnes d avoir voulu attenter à la personne de Staline, pour lequel est organisé un véritable culte de la personnalité. Ainsi, des médecins juifs sont exécutés (complot dit des blouses blanches) Le jdanovisme définit les règles d une expression artistique qui doit être à la gloire du soviétisme et de Staline. Les intellectuels doivent consacrer leurs œuvres à la glorification du régime. L affrontement interne concerne le camp des démocraties populaires dans la mesure où l URSS pourchasse les tentatives originales de passage au socialismeet surtout celles d autonomie. En 1948, le Kominform condamne et exclue Tito et la Yougoslavie qui n admet pas la soumission à Moscou. L URSS apparaît plus faible que les USA pour l affrontement externe. Elle ne bénéficie pas du même rayonnement économique et d un mode de vie aussi attrayant que les USA. Elle peut cependant compter sur l appui des «partis frères» d Italie et de France qui sont alors très puissants (un quart des voix en France et plus de 30% en Italie) et disposent d une multitude de militants dévoués, au service de la cause communiste, de l URSS et de Staline dont le culte de la personnalité touche aussi les pays d Europe occidentale. 2. La course aux armements : C est un élément moins spectaculaire que les crises, mais c est l un des aspects majeurs de l affrontement et de la Guerre Froide. Elle se manifeste particulièrement dans le domaine du nucléaire. Une rivalité sans merci s installe que traduit la vigueur de l espionnage, mais aussi le caractère aigu du sentiment anti soviétique aux USA. Les USA possèdent la bombe A (fission)

9 [Guerre froide ] page 9 dès 1945 ; l URSS les rejoint en 1949, le Royaume-Uni en la bombe H (à hydrogène) est mise au point en 1952 par les USA puis dès 1953 par l URSS. 3. Les alliances : Elles structurent les blocs et particulièrement le bloc occidenatl avec la politique de pactomanie qui multiplie les alliances afin d «encercler l URSS» Donc, en l espace de six ans, l organisation geopolitique du monde a connu un bouleversement total. Signifiant la fin du Directoire des Alliés, un affrontement multidimensionnel, attisé par des crises qui menaçaient la paix du monde, la mise en place de la Guerre Froide a abouti à une bipolarisation du monde organisée autour de la constitution de deux blocs dirigés par un supergrand messianique. Le contrôle du monde en est l enjeu.

10 [Guerre froide ] page 10 III : LE DEGEL ET L EQUILIBRE DE LA TERREUR 1953 est une année tournant avec la mort de Staline, survenue le 5 mars 1953 l armistice en Corée en juillet 1953, les rencontres et conférences organisées à Genève (1954) pour trouver une solution à la guerre d Indochine, ce qu on a appelé «l esprit de Genève» contibuent à détendre le climat entre les deux supergrands. La signature du traité avec l Autriche de mai 1955 confirme cette reprise des relations. la première bombe H soviétique Evolution des relations E-W Les deux grands entrent désormais dans une phase dite de «coexistence pacifique», ce qui entraîne un certain dégel des relations E-W sans pour autant que les tensions sporadiques disparaissent Les deux grands règlent désormais leurs rapports sur deux principes implicites Ne pas intervenir dans la zone d influence directe de l autre Eviter la guerre nucléaire A. LA COEXISTENCE PACIFIQUE : UNE COEXISTENCE FORCEE 1 ) Changement de politique extérieure au Kremlin Après la mort de Staline le 5 mars 1953, la politique extérieure soviétique est rendue difficile par les luttes de pouvoir de trois ans pour la direction du Parti donc du pays. a) La «coexistence pacifique» 1. la théorie La déstalinisation est engagée lors du XX Congrès du PCUS de février COMMENTAIRE DE DOCUMENT : Extraits du discours de Khrouchtchev aux délégués du XX Congrès du PCUS dans la nuit du 24 au 25 février Les références idéologiques et historiques b) les causes de ce revirement 1. l équilibre de la Terreur 2. la fin du complexe de citadelle assiégée pour l URSS 3. Les grands projets économiques et sociaux c) conséquences directes sur la politique extérieure de l URSS 1. L URSS redéploie sa diplomatie en direction du Tiers-Monde 2. Une attitude plutôt offensive face au bloc occidental 2 ) Côté américain, pas de véritable rupture en politique extérieure a) Un langage apparemment plus offensif Doctrine des représailles massives ( toute attaque de l URSS, de quelque nature qu elle soit engendrera une riposte américaine immédiate et générale en n importe quel point du bloc socialiste. Eisenhower, élu en 1952, envisage la réplique immédiate à une attaque communiste au moyen de l arme nucléaire. Stratégie anti-cités ( l arme nucléaire est pointée sur les villes du bloc de l Est et non pas seulement sur les objectifs militaires

11 [Guerre froide ] page 11 En fait si la Maison Blanche durcit le ton, c est davantage à usage intérieur pour satisfaire une opinion largement maccarthyste, qu à usage extérieur b) En réalité la politique extérieure US est plus pragmatique 3 / De 1953 à 55, le dégel des relatons internationales a) les améliorations du climat international b) la non-intervention dans la zone d'influence de l'autre Les USA et le bloc de l'ouest ne font que condamner verbalement les agressions menées par l'urss à l'intérieur de son bloc, mais n'interviennent pas : Ni en 1953 lorsque les chars soviétiques écrasent une révolte ouvrière à Berlin Est Ni en 1956 lorsque les chars soviétiques écrasent l'insurrection populaire de Budapest en Hongrie c) mais la méfiance persiste toujours La Détente survivra aux deux crises de Hongrie et de Suez en 56, mais en 1957, le lancement du Spoutnik provoque un électrochoc aux USA, choqués de n'être pas les premiers dans la course à l'espace qui s'engage désormais et qui devient une autre expression de la guerre froide, inquiets aussi puisque se sentant désormais menacés sur leur propre territoire B. LE CHAUD ET LE FROID : LES CRISES DE 1956 A 1962 ILLUSTRENT LES ASPECTS ET LES LIMITES DE LA COEXISTENCE PACIFIQUE 1 ) L'URSS dans la crise de Suez : 1956 Les USA, mécontents d une opération menée sans eux et à leur insu ne soutiennent pas les franco-anglais dans leur entreprise ; au contraire, ils utilisent l arme pétrolière contre la GB et spéculent contre la L URSS se présente en défenseur efficace des jeunes états du Tiers Monde menacés par un retour offensif des anciennes puissances coloniales, défend l Egypte et s agite violemment, lançant un ultimatum à la France et à la GB pour les enjoindre à cesser immédiatement leur agression, menaçant Paris et Londres du feu nucléaire! Détermination réelle? Bluff? 2 ) La seconde crise de Berlin : = Conflit en plusieurs temps, rouvert par Khrouchtchev a) les origines 1. les motivations de «K» 2. l offensive soviétique de novembre 1958 b) un relatif dégel à l automne c) regain de tension au printemps l affaire de l avion U2 2. La conférence de Vienne en juin 1961 : la rencontre des 2 «K» 3. «Le Mur de Berlin» : 13 Août l édification du mur de la Honte 3.2. Le passage d est en ouest est désormais impossible Conclusion partielle

12 [Guerre froide ] page 12 Les occidentaux renoncent à réagir dans la mesure ou les intérêts vitaux des USA et de la RFA ne sont pas en cause ; En Juin1963, lors d une tournée en Europe, Kennedy apportera son soutien aux berlinois en se rendant à Berlin-Ouest et en y proclamant «Ich bin ein Berliner» Les Soviétiques renoncent à fixer un délai pour la neutralisation de la ville, abandonnant ainsi implicitement leur revendication sur Berlin. C est dans ce contexte déjà extrêmement tendu qu éclate la crise la plus grave de l après-guerre : l affaire des fusées. 3 ) La crise de Cuba : Octobre 1962 a) La situation politique de Cuba à la veille de la crise 1. relations tendues avec les USA et rapprochement avec l URSS : échec du débarquement de la baie des cochons b) La crise des fusées. c) Bilan de la crise 1. Un gros succès personnel pour Kennedy 2. Un sérieux échec pour Khrouchtchev 3. Point culminant de la guerre froide et début d un réel processus de détente LA GUERRE FROIDE DE 1962 A 1991 : DE LA DETENTE A L'ENTENTE Les Relations Est-Ouest évoluent progressivement de la coexistence pacifique à la détente. Les origines de la Détente sont en partie les mêmes que celles de la coexistence pacifique, mais on est désormais d autant plus convaincu de la nécessité de la négociation que la crise de Cuba a amené le monde au bord du gouffre. Toute une série d accords vont donc être signés qui vont limiter d autant de risque d affrontement et améliorer les relations E-W, mais en même temps la cohésion des blocs va être entamée et ces derniers vont être ébranlés. La rivalité pour la domination mondiale ne connaît cependant pas de pause Les années constituent une rupture dans la vie politique internationale C est d une part l apogée de la détente, les relations E-W se dégradant ensuite de 1975 à 1979 Nombre d événements importants font de 1973 un tournant Le monde, longtemps bipolaire devient manifestement multipolaire avec de nouveaux pôles de décisions incontrôlables par les deux supergrands (émergence du Tiers Monde et nouvelles relations Nord Sud) Les années marquent un regain de tension, le bloc soviétique profitant dans un premier temps de l'effacement des Etats-Unis affaiblis, avant que ces derniers ne réagissent et ne reviennent à une politique de fermeté. C'est une période dite de "guerre fraîche" ou de "paix froide" A partir de 1985, commence un dégel des relations est-ouest, alors que parallèlement, la crise du bloc communiste s'approfondit, celui-ci s'avérant incapable de se réformer ; la faillite du système communiste et la disparition de l'urss mettent fin à la guerre froide entre , laissant un monde chaotique marqué par la domination sans partage des Etats-Unis sur le monde.

13 [Guerre froide ] page 13 I. LES ASPECTS ET LES LIMITES DE LA DETENTE : A. ORIGINES ET PRINCIPES 1 ) Les origines Elles remontent aux années et à la coexistence pacifique a) Des origines semblables à celles de la coexistence pacifique : 1. L équilibre de la terreur : 2. La nécessité de diminuer les dépenses militaires b) Le pragmatisme des nouvelles équipes dirigeantes 1. Richard Nixon et sa «realpolitik» 2. Léonid Brejnev en URSS 2 ) Les règles tacites a) L exclusion du conflit direct Le risque nucléaire étant trop grand la négociation doit être privilégiée pour éviter toute menace de guerre b) Le respect de la zone d influence directe de l autre Chaque camp est libre d imposer son hégémonie dans sa zone d influence mais doit se garder d intervenir dans l autre camp c) L exercice du condominium B. LE TEMPS DES NEGOCIATIONS ET DU DIALOGUE. Le premier signe de la Détente, consécutif à la crise de Cuba, fut la mise en place du «téléphone rouge», ligne directe de Télétype entre le Kremlin et la Maison Blanche pour que les dirigeant des deux pays puissent communiquer directement en cas de crise grave. Les deux grands vont donc parvenir à s entendre, notamment dans le domaine du nucléaire, et avec une politique d apaisement en Europe comme en Asie. 1 ) Une meilleure entente dans les domaines nucléaire et commercial. a) En matière stratégique b) En matière d armes nucléaires. A défaut de pouvoir envisager sérieusement un désarmement, pour l instant prématuré, les deux grands vont au moins s efforcer de limiter la course aux armements. 1. Le traité de Moscou : Août Le traité de non-prolifération des armes nucléaires : Juin Les négociations et accords S.A.L.T. 1

14 [Guerre froide ] page 14 = Strategic Arms Limitation Talks = négociations ouvertes à Helsinki en 1969 et donnant lieu à la signature d un accord entre les USA et l URSS en mai 1972 à Moscou (accord valable 5 ans) 4. Le traité sur la prévention de la guerre nucléaire c) En matière commerciale 2 ) L apaisement en Asie a) la fin de l intervention américaine au Vietnam b) le rapprochement Pékin-Washington Les USA deviennent favorables à l entrée de la Chine à l ONU avec le Siège au Conseil de Sécurité, aux dépens de Taïwan : c est chose faite en 1971 Différents voyages en Chine, des pongistes dans un premier temps, de H. Kissinger ensuite, précèdent la visite officielle de Nixon à Pékin en février ) L apaisement en Europe a) «L Ostpolitik du chancelier Willy Brandt» 1. Willy Brandt 2. Plusieurs accords de grande importance entre 1970 et 1972 C est là une étape décisive de la Détente puisque la question allemande a été jusqu alors un important sujet de friction entre l Est et l Ouest b) La conférence d Helsinki = Première CSCE 1, qui rassemble tous les états européens, y compris l URSS, plus les USA = Ouverture en 1973 et achèvement avec la signature des accords d Helsinki en Contenu des accords 2. Remarques La période peut donc bel et bien être considérée comme l apogée de la détente. D ailleurs le 17 Juillet 1975, les capsules spatiales américaines et soviétiques Apollo et Soyouz s arriment dans l espace sous les yeux de millions de téléspectateurs, signe évident de cette détente Toutefois, celle-ci n a pas engendré la fin des tensions et des conflits, qu ils soient internes aux blocs du fait de leur ébranlement, externes à ceux-ci ( conflit indo-pakistanais, drame du Biafra), ou encore entre les blocs mais en restant localisés. La détente a tout de même ses limites. C. LA GUERRE DU VIETNAM, OU LES LIMITES DE LA DETENTE. 1 ) Les origines du conflit et l'engrenage de la guerre a) la naissance du FNL b) Les premières interventions américaines

15 [Guerre froide ] page l envoi de conseillers américains au Vietnam 2. Les actions de la CIA 2 ) L'escalade et l enlisement a) Le tournant de 1964 b) d énormes moyens mis en œuvre par les Américains, mais en vain 1. les bombardements du Nord Vietnam 2. Des effectifs croissants c) L échec et la défaite 1. Le tournant de 1968 avec l Offensive du Têt 2. «La «vietnamisation» de la guerre. 3. L extension régionale du conflit au Laos et au Cambodge 4. La paix 3 ) Une «sale guerre» à l impact déplorable a) Une guerre très coûteuse b) Une «sale guerre» aux effets désastreux 1. Une guerre très médiatisée, 2. Un impact désastreux 2.1. Aux USA même, le traumatisme, 2.2. Dans le monde : la réprobation internationale 2.3. Un affaiblissement des positions de l occident B. CONTESTATION, EBRANLEMENT ET FISSURATION DES BLOCS : VERS UN MONDE MULTIPOLAIRE. Les Etats-Unis, embourbés dans la sale guerre du Vietnam sont de plus en plus l objet d une réprobation mondiale. De plus le miracle économique européen et la réussite de la CEE nourrissent des relations d autonomie par rapport aux USA dont la tutelle est de moins en moins bien supportée en Europe. Quant au Japon, il devient lui aussi un nouveau pôle avec lequel il faut compter, au moins sur le plan économique. A l Est, la crise du bloc communiste s approfondit, avec de nouvelles forces centrifuges qui s y manifestent, Moscou et Pékin restant les deux pôles dominants et antagonistes Au clivage Est-Ouest, se juxtapose en outre un clivage Nord Sud, avec l émergence du tiersmonde sur la scène internationale. Le monde bipolaire hérité de la guerre, est en fait en train de devenir un monde multipolaire 1 ) A l'ouest, le leadership américain contesté par la France Gaullienne De Gaulle va incarner la résistance à l hégémonie américaine. A partir de 1962, la France est libérée de l hypothèque algérienne et De Gaulle peut désormais véritablement mener la grande politique qu il souhaite pour la France, politique de grandeur et d indépendance nationale qui va se manifester de différentes manières.

16 [Guerre froide ] page 16 La volonté d indépendance face à l impérialisme américain est très forte mais il n y a aucun reniement d alliance : en 1962, la France est le plus fidèle allié des USA dans la crise de Cuba : «Si c est la guerre, nous la ferons aux côtés des américains» a) La volonté d indépendance sur le plan militaire. 1. Poursuite du programme de recherche et armement nucléaire : 2. Refus de s associer aux traités internationaux sur le nucléaire 3. Rejet du «Grand Dessein» de Kennedy 4. Retrait de la France de l OTAN b) La volonté d indépendance sur le plan économique et financier 1. Contrôle et limitation des investissements américains en France 2. Volonté de développer la recherche et l industrie française 3. Offensive contre la suprématie du $ à partir de 1965 c) Les initiatives diplomatiques françaises De Gaulle multiplie les gestes spectaculaires contre les deux hégémonies, surtout celle des USA puisque la France fait partie du bloc de l ouest, ce qui irrite évidemment un peu plus les Etats-Unis 1. les refus à l entrée de la GB dans le marché commun 2. le rapprochement avec l est 3. le discours de Pnom-Penh ( ) 4. «Vive le Québec Libre» Extrait : «C'est une immense émotion qui remplit mon cœur en voyant devant moi la ville française de Montréal. Au nom de la France, je vous salue de tout mon cœur. Si vous saviez quelle confiance la France, réveillée après d'immenses épreuves, porte vers vous, si vous saviez quelle affection elle recommence à ressentir pour les Français du Canada. C'est pourquoi elle a conclu avec les Gouvernements du Québec, des accords, pour que les Français de part et d'autre de l'atlantique travaillent ensemble à une même œuvre française. (...) Vive Montréal! Vive le Québec! Vive le Québec libre!vive le Canada français et vive la France!» 2 ) A l'est, la crise du bloc soviétique. a) L Aggravation de la querelle avec la Chine Populaire b) Les manifestations d indépendance tolérées par Moscou en Europe 1. La diplomatie relativement autonome de la Roumanie 1.1. La Roumanie de Ceaucescu, au pouvoir depuis 1965, pratique une politique extérieure non-alignée sur Moscou 1.2. Tolérance de la part de Moscou 2. La politique économique originale de la Hongrie 3. le changement de direction en Pologne en la naissance de «l Eurocommunisme» en Europe de l ouest c) Le «Printemps de Prague» et l intervention soviétique : 1968

17 [Guerre froide ] page «Le Socialisme à visage humain» du Printemps de Prague 1.1. En Janvier 1968 des communistes réformistes parviennent au pouvoir : 1.2. Des réformes sont effectuées et d autres annoncées 1.3. Les réactions 2. l intervention soviétique 2.1. Les prémices 2.2. Les faits 3. portée de l événement 3.1. Une excellente illustration de la «Doctrine Brejnev» dite encore «doctrine de la souveraineté limitée» : 3.2. L image de l URSS est un peu plus ternie.

18 [Guerre froide ] page 18 I. LES RELATIONS EST-OUEST : «LA GUERRE FRAICHE» : UN NOUVEL ORDRE MONDIAL : Réflexion sur le concept d ordre mondial Les États-Unis sont à l origine du concept d ordre mondial fondé sur des normes juridiques. L initiateur en est Wilson avec les «quatorze points» repris en 1919 au moment de la création de la SDN. Jusqu à cette date, les relations internationales obéissaient à la Realpolitik basée sur des considérations de rapport de forces et sur des possibilités concrètes sans influence idéologique. L ordre mondial wilsonien ne dure pas, d emblée fissuré lorsque le Sénat américain ne ratifie pas le projet, il s effondre sous les coups de boutoir d Hitler et des militaires japonais. L idée d un ordre mondial universel est reprise après la Seconde Guerre Mondiale avec la création de l ONU. Le rôle des États-Unis est alors déterminant. La Guerre froide l empêche de fonctionner. En 1991, George Bush senior utilise l expression de nouvel ordre mondial reposant sur «un nouveau partenariat des nations». Le 11 septembre le remit en cause Plan et démarche Introduction I) : Vers la fin d un monde bipolaire Présenter le regain de tension Est-Ouest entre 1975 et 1985 et montrer comment certains affrontements préfigurent le monde de l après guerre froide. A - La guerre fraîche 1/ Les Deux Grands réactivent la guerre froide 2/ La course aux armements Les difficultés du dialogue s accompagnent de la remise en cause de la cogestion des relations internationales. B - Les limites de l ordre bipolaire 1/ Le duopole en difficulté 2/ Un monde multipolaire se dessine - De nombreux conflits non maîtrisés (la radicalisation du conflit israélo-palestinien_; révolution iranienne_; guerre Iran-lrak). - La montée de l islamisme. C - La fin de la guerre froide Montrer la rupture historique 1989 et la recherche d un nouvel ordre mondial dans lequel les organismes internationnaux tentent de jouer un rôle nouveau. 1/ La fin du monde bipolaire (Les bouleversements en URSS, la nouvelle détente, le désarmement, la fin de la coupure de l Europe en deux et l effondrement de l URSS) 2/ Le renouveau de l ONU 3/ L apaisement des conflits périphériques 4/ La montée des nationalismes Il) Vers quel nouvel ordre mondial_? A Les tentatives de mise en place d un ordre mondial reposant sur le droit ( ) 1/ La guerre du Golfe 2/ Les avancées du droit international B Un ordre mondial relaché avec la multiplication des conflits 1/ Des conflits plus nombreux Tchétchénie, Rwanda, Yougoslavie 2/ La persistance du conflit israélo-arabe 3/ L émergence d un nouvel islamisme C La puissance américaine, facteur d ordre ou de désordre? 1/ L affirmation de la puissance américaine 2/ La contestation de cette puissance 3/ Le choix de l unilatéralisme A. LE REPLI AMERICAIN DES ANNEES ) L Amérique traumatisée et affaiblie. a) Le syndrome vietnamien b) le scandale du Watergate

19 [Guerre froide ] page 19 L Amérique doute donc d elle-même et s en trouve fort affaiblie, laissant ainsi l initiative à l URSS et au bloc communiste c) la prise d otages du personnel de l ambassade américaine à Téhéran 2 ) La présidence de Carter ( ) a) Les relations avec l URSS b) Les relations avec Amérique Latine B. LA NOUVELLE PROGRESSION DU COMMUNISME : L Amérique étant affaiblie, les communistes ne manquent pas d en profiter : les soviétiques étendent leur zone d influence, soit directement, soit indirectement par vietnamiens ou par cubains interposés. 1 ) En Extrême-Orient. a) Le Vietnam, allié et relais de l URSS, étend son influence 1. au Vietnam 2. au Laos b) Le drame cambodgien 1. Le Cambodge déstabilisé par la guerre du Vietnam 2. prise du pouvoir par les «Khmers rouges» c) l Asie du SE, enjeu du conflit sino-soviétique Conclusion partielle sur l Asie Ce sont là les premières guerres entre pays communistes (et la faillite évidente du slogan de Marx, «Prolétaires de tous les pays unissez-vous» comme de l analyse de Lénine selon laquelle la guerre ne peut être que le fruit que de rivalités d impérialisme, donc un phénomène limité au monde capitaliste) Les boat people, l expansionnisme vietnamien et la folie Khmer rouge déconsidèrent un peu plus encore le communisme et l image d une possible libération par le socialisme. Les pays de l ASEAN ne sauraient pourtant en aucune façon fournir à l époque un contre-modèle, rongés qu ils sont par le sous-développement et la misère, les inégalités, la corruption et le vice international (Manille, Bangkok) 2 ) En Amérique latine, l hégémonie américaine contestée a) un anti-américanisme croissant 1. l Amérique latine, "chasse gardée" américaine 2. Les USA s aliènent une bonne partie de l opinion latino-américaine. b) la «subversion communiste» s organise autour de plusieurs pôles. 1. Cuba. 2. Le Chili de Salvador Allende ( )

20 [Guerre froide ] page Le Nicaragua à partir de L Ile de la Grenade 3 ) L Afrique devient un nouvel enjeu. a) nature de l enjeu 1. Un continent d un intérêt économique et stratégique évident 2. Un continent instable et fragile b) Une nette percée soviétique c) l occident sur la défensive Finalement, la Détente ne profite-t-elle pas essentiellement à l URSS? C est ce que l on commence à penser de plus en plus aux USA 4 ) L invasion de l Afghanistan : «Le coup de Kaboul» a) L intervention soviétique en Afghanistan : CE militaire prosoviétique en Afghanistan 2. Décembre 1979 : invasion militaire soviétique L armée rouge envahit l Afghanistan le 24 Décembre 1979 et installe à Kaboul un nouveau gouvernement communiste dirigé par Karmal = illustration exemplaire de la Doctrine Brejnev : un pays entré dans le camp socialiste ne peut pas en sortir = reprise de la vieille tradition russe d'expansion vers le sud = probable volonté de prendre position à proximité du Golfe Persique b) Les conséquences de l intervention soviétique 1. la condamnation internationale de l'urss 2. le développement de la résistance afghane 3. Le réveil des USA c) L URSS s enlise dans la guerre : un Vietnam soviétique? C. LE RETOUR A LA FERMETE DES U.S.A. ET LES CONFLITS DE LA GUERRE FRAICHE : ) Le raidissement américain est consécutif à l invasion de l Afghanistan. a) Le Pt Carter revient à une politique de fermeté b) Le Pt Reagan n'alourdit pas les sanctions Il lève même l'embargo sur les céréales puis sur le gazoduc transsibérien pour des raisons économiques intérieures ( pression du lobby agricole notamment ) En fait les USA ne gênent pas plus les soviétiques en Afghanistan, que les soviétiques ne les avaient gênés au Vietnam

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009)

De la Guerre Froide à un nouvel ordre mondial?(1975-2009) (1975-2009) Ruptures et continuités dans les relations internationales des années 80 à nos jours? L ouverture du mur de Berlin : le 9/11/1989 Sommet d Oslo : un espoir de paix en 1993 I/ Une remise en

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945.

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. 1 Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. TITRE PREMIER : LES RELATIONS EST-OUEST. * Notion d'impérialisme*. I. Le climat général des relations entre les " Alliés ". (s'interroger ). Parcourir

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012

CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 CORRECTION DU BREVET BLANC DU JEUDI 12 AVRIL 2012 PARTIE HISTOIRE Doc. 1 : Montrez quelle est la situation particulière de Berlin par rapport à la coupure entre l Est et l Ouest, et montrez la fragilité

Plus en détail

DEVOIR TYPE EPREUVE LONGUE DU BAC. Traitez un des trois sujets proposés. Pensez à indiquer clairement en début de copie le sujet choisi.

DEVOIR TYPE EPREUVE LONGUE DU BAC. Traitez un des trois sujets proposés. Pensez à indiquer clairement en début de copie le sujet choisi. DEVOIR TYPE EPREUVE LONGUE DU BAC Traitez un des trois sujets proposés. Pensez à indiquer clairement en début de copie le sujet choisi. Sujet n 1 (composition) : Le Tiers-monde : des décolonisations à

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel»

Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Leçon n 11 : «Géopolitique du monde actuel» Introduction : Au début des années 90, la Guerre Froide se termine avec l éclatement de l URSS. Un monde unipolaire, dominé par les États-Unis, accouche d un

Plus en détail

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan

OCCIDENT. L'Occident existe-t-il encore? Préambule. Rappel question. Thèse Idée maîtresse. Annonce de plan OCCIDENT LAROUSSE. Ensemble des peuples habitant les pays de l'europe de l'ouest ; civilisation des peuples qui habitent ces pays (avec majuscule). Ensemble des États du pacte de l'atlantique Nord. Page

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE *

LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE * LES ÉTATS-UNIS ET LA RUSSIE * PIERRE MELANDRI Ce sujet est immense et je redoute de paraître à la fois long et schématique. Je parlerai d abord de la période de la Guerre froide même si la Russie est,

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

10 événements qui ont marqué le FMI James Boughton 1

10 événements qui ont marqué le FMI James Boughton 1 10 événements qui ont marqué le FMI James Boughton 1 Le Fonds monétaire international (FMI, parfois appelé simplement «le Fonds») fut créé vers la fin de la Seconde Guerre mondiale dans l intention d édifier

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Qu est-ce que l OSCE?

Qu est-ce que l OSCE? Résoudre les différences, renforcer la confiance Qu est-ce que l OSCE? L OSCE, qui compte 57 États participants en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, est la plus grande organisation de sécurité régionale

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2

CORRECTION BREVET BLANC 2 CORRECTION BREVET BLANC 2 PARTIE 1: Histoire Question 1: Expliquer les repères qui correspondent aux dates suivantes: 622 / 1598. 622: l'hégire, Mahomet et ses compagnons quittent La Mecque pour Médine,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39

Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Le Moyen-Orient et le pétrole. pp32-39 Sujet 2 : Introduction : Définir l espace géographique qui constitue le M-O est une difficulté car cette notion ne recoupe pas les mêmes espaces lorsque l on utilise

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie

La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie La décolonisation et la construction de nouveaux Etats: Inde et Algérie Introduction Colonisation française vers 1900 en Afrique L indépendance en Algérie 1962 (photo de Marc Riboud) Que révèlent ces photos

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire

243 La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire La Belgique, le contrôle démocratique et la prolifération nucléaire >Luc Barbé chercheur-associé à Etopia. barbe@telenet.be Le fait que les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki aient été

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises

Dossier VI. Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises 1 Dossier VI Le XX ème siècle et le monde actuel (1 ère partie) Questions appelant des réponses concises A/ Les guerres au XX ème siècle 1 La Première Guerre mondiale (la «Grande Guerre») a) Quelles sont

Plus en détail

L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE

L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE L AMERIQUE DE BARACK OBAMA A L AUNE DE LA MULTIPOLARITE Alexandra de Hoop Scheffer De son discours d investiture du 20 janvier 2009 à l esquisse d une «diplomatie des sommets», de Londres à Ankara (31

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Il faut un véritable Bretton Woods II

Il faut un véritable Bretton Woods II Il faut un véritable Bretton Woods II par PIERRE PASCALLON Professeur Agrégé de Faculté - 1 - Nos dirigeants politiques européens - Nicolas Sarkozy, mais aussi Gordon Brown, Premier Ministre britannique,

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Les limites de l Europe de la défense

Les limites de l Europe de la défense Les limites de l Europe de la défense Depuis la fin de la Guerre froide, les États membres de l Union européenne ont mis en chantier une politique étrangère et de sécurité commune (PESC), prolongée bientôt

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009. Obama l européen

CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009. Obama l européen CONFERENCE DE L IEIM, UQAM 26 NOVEMBRE 2009 Obama l européen Par Barthélémy Courmont Professeur invité à l Université du Québec à Montréal (UQAM), titulaire par intérim de la Chaire Raoul-Dandurand en

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours?

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours? Fait du jour : Bonne entente entre Washington et Paris Exercices 1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous Qui fait un discours? Qui reçoit-il? François Hollande François

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales

Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales Japon-Chine : concurrences régionales, ambitions mondiales Instructions officielles : L étude de cette question comporte une approche comparative du rôle joué en Asie et dans le monde par deux puissances

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

No. 2962. ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA

No. 2962. ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA No. 2962 ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA Treaty of Friendship, Co-operation and Mutual Assistance. Signed

Plus en détail

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 François Vergniolle de Chantal* La crise que subissent les classes moyennes a constitué un enjeu majeur de la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 28 avril 2015 Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 Table des matières 1 Les débuts de la construction européenne 3 1.1 Un projet

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN 1/ EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN Salle Mandela, siège de l Union africaine Addis-Abeba, Éthiopie Le 28 juillet 2015 Les propos du président ont été regroupés par thèmes.

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5

Histoire du Québec et du Canada. Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 Histoire du Québec et du Canada Complément au cours HIS 4016-2 Module 5 HIS 4016-2 / Module 5 2 1 re édition / septembre 2007 Conception : Emmanuèle Baudouin Mise en page : Stéphane Rose Impression : Maurice

Plus en détail

Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France

Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France Date Objet Observations et autres évènements européens majeurs. 1849 Victor HUGO évoque la création des «Etats-Unis d Europe» 1904 «Entente

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail