Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque"

Transcription

1 Vaccin contre la grippe Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque Pr Odile Launay Infectiologie, CIC de vaccinologie, Hôpital Cochin, Paris 6 decembre 2013

2 Liens d intérêt Odile LAUNAY Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations à des congrès ou des journées scientifiques: GSK bio, sanofi pasteur MSD, Abbott, Pfizer, MSD, Gilead Autres : - investigateur coordonnateur pour des essais vaccinaux avec MSD, GSK bio, spmsd, sanofi pasteur : financement organismes d appartenance - vice présidente du Comite Technique des vaccinations

3 Les vaccins antigrippaux Actuellement composés de 3 souches : 3 virus de sous-types A 1 virus de sous-type B Composition revue tous les ans adaptée à la surveillance épidémiologique (OMS) Souches vaccinales produites sur œuf embryonné de poule 2 types de vaccins: - vaccins inactivées, AMM à partir de l âge de 6 mois - vaccin vivant atténué, AMM 24 mois à 18 ans

4 Les vaccins antigrippaux inactivés fragmentés Seuls vaccins disponibles actuellement en France, Dosage 15 µg par souche Ne comportent pas d adjuvant Administrés par voie IM Induisent une réponse humorale systémique (Ac neutralisants anti-hémagglutinine) qui est de plus faible intensité: - en primo vaccination: 2 doses si < 8 ans - chez les sujets âgés - et les personnes immunodéprimées.

5 Efficacité de la vaccination antigrippale (vaccin inactivé) Immunogénicité : entre 60 et 90% (variable selon les vaccins, l âge et les pathologies sous jacentes) seul critères exigé pour l enregistrement annuel des vaccins antigrippaux: Critères d immunogénicité du CHMP pour l enregistrement annuel des vaccins

6 Méta analyse, essais vaccin vs placebo, grippe confirmée virologiquement (RT- PCR ou culture) Vaccin trivalent inactivé : 8 études randomisées chez adulte de ans Efficacité poolée chez l adulte = 59% [95% CI 51 67] (16%-76%) Osterholm MT Lancet Infectious Diseases (1):36-44

7 1 seule étude chez l enfant de 6-23 mois (2 années consécutives) pas d étude chez les personnes > 65 ans Osterholm MT Lancet Infectious Diseases (1):36-44

8 Fluenz : vaccin antigrippal vivant atténué Contient 10 7 particules virales infectieuses de chacune des 3 souches vaccinales Chacune des souches du vaccin Est un réassortant entre la souche sauvage (produite sur œuf embryonnée de poule) et une souche atténuée (produite sur cellules Vero par technologie de génétique inverse), Est adapté au froid : capacité de se multiplier localement au niveau du nasopharynx à une température inférieure à celle du nasopharynx, soit 25 C à 33 C suivant la température de l air inhalé, Est thermosensible, limitant de fait leur niveau de réplication au niveau du tractus respiratoire inférieur, Est atténuée par passages successifs sur culture cellulaire par abaissement de température, réduisant ainsi la capacité de provoquer la grippe

9 Fluenz : immunogénicité Fluenz induit une réponse mucosale et systémique: Production d IgA sécrétoires à la surface de l arbre respiratoire supérieur, Une réponse lymphocytaire T cytotoxique mucosale (CD8+) Une réponse sérique (IgG et IgM), plus faible qu avec le vaccin antigrippal injectable.

10 Fluenz : Efficacité dans les Etudes Pédiatriques vs Placebo Osterholm MT Lancet Infectious Diseases (1):

11 Fluenz Efficacité supérieure au vaccin grippal inactivé chez l enfant Efficacité IC 95% Étude Région Souches apparentées Quelle que soit la souche MI-CP111 USA, Europe, Asie/Océanie ,5 % (22,4 ; 60,0)* 54,9 % (45,4 ; 62,9)* D153- P514 Europe ,7 % (21,6 ; 72,2)* 52,4 % (24,6 ; 70,5)* D153- P515 Europe ,7 % (3,9 ; 56,0)* 31,9 % (1,1 ; 53,5)* * De cas en moins par rapport au vaccin injectable

12 Fluenz : Efficacité discutée chez l adulte 3 essais : résultats divergents Moindre efficacité que le vaccin injectable? Osterholm MT Lancet Infectious Diseases (1):36-44

13 Fluenz : AMM Indications thérapeutiques Prévention de la grippe chez les sujets âgés de 24 mois à 18 ans. Posologie et mode d administration 0,2 ml (0,1 ml dans chaque narine). Chez les enfants n ayant pas été auparavant vaccinés contre la grippe saisonnière, une seconde dose devra être administrée dans un intervalle d au moins 4 semaines. Contre-indications - Hypersensibilité aux substances actives, à l un des excipients, à la gentamicine, aux oeufs ou aux protéines de l oeuf. - Immunodéprimés : Leucémie, Lymphome, VIH symptomatique, Immunodéficience cellulaire et corticostéroïdes à fortes doses. FLUENZ n est pas contre-indiquée chez les patients présentant une infection par le VIH asymptomatique, ou recevant un traitement par corticostéroïdes topiques/inhalés ou par corticostéroïdes systémiques à faible dose, ou recevant un traitement de substitution à base de corticostéroïdes, comme dans les cas d insuffisance surrénale.

14 Fluenz : Administration Utilisation par Voie Nasale Ne pas utiliser avec une aiguille Ne pas injecter Une dose, répartie par moitié dans chaque narine Fluenz doit être administré par un médecin, un infirmier ou un pharmacien

15 Fluenz Mises en Garde Spéciales, Précautions d Emploi FLUENZ ne doit pas être administré aux enfants et adolescents présentant un asthme sévère ou des épisodes de sifflement ce type de patient n ayant pas fait l objet d études cliniques adaptées. Ne pas administrer FLUENZ aux nourrissons et enfants < 1 an Augmentation du nombre d hospitalisations suite à la vaccination FLUENZ n est pas recommandée chez les nourrissons et les enfants âgés de 12 à 23 mois Augmentation du nombre de cas d épisodes de sifflement a été observée suite à la vaccination

16 Vaccins contre les infections invasives à pneumocoque Vaccins polyosidiques développés à partir de la capsule de S. pneumoniae Contiennent des sérotypes «choisis» en fonction: - de leur fréquence dans les IIP, chez les enfants et les adultes, - de leur virulence - de leur résistance aux antibiotiques, certains sérotypes étant classiquement associés à une sensibilité diminuée aux β-lactamines En 2013, 2 vaccins disponibles en France : un vaccin non conjugué 23 valent, un vaccin conjugué 13 valent

17 Vaccin non conjugué 23 valent Pneumo23 AMM depuis 1983 : enfants > 2 ans et adultes 23 sérotypes, polyoside dosé à 25 µg : B-7F-8-9N-9V-10A-11A-12F-14-15B-17F-18C-19A-19F-20-22F-23F-33F. Couverture potentielle: environ 75% des IIP de l adulte en France Immunogénicité variable en fonction du sérotype Pas efficace chez l enfant de moins de 2 ans (réponse T indépendante) Pas d effet sur le portage, pas efficace sur les OMA et les sinusites Protection transitoire (5 ans) sans effet rappel Augmentation de la sévérité des réactions avec la revaccination Immunogénicité faible chez les sujets âgés et les immunodéprimés Induction d un état immunitaire réfractaire hyporéponse Efficacité limitée: 50-70% sur les IIP, pas d effet sur la mortalité, effet sur les pneumopathies (dans les régions de bas niveau socioéconomique)? Moberley SA et al, Cochrane Data Base Syst. Rev. 2013

18 Principe d un vaccin conjugué Le polyoside est lié chimiquement ( conjugué ) à une protéine transporteuse (anatoxine diphtérique, tétanique, toxine diphterique modifiée CRM) Polyoside Protéine Conjugué La conjugaison d un polyoside à une protéine de transport transforme la réponse immunitaire en une réponse dépendante des cellules T, ce qui permet de générer : - des anticorps de plus haute affinité, - une mémoire immunologique - et un effet rappel Adapté de : Zeppet al. Vaccine 2010;28S; C14-24.

19 Vaccin conjugué 13 valent Prévenar sérotypes, dosé à 2,2 µg polyoside, sauf sérotype 6B (4,4 µg) A-6B-7F-9V-14-18C-19A-19F-23F (communs Pneumo 23: B-7F-9V-14-18C-19A-19F-23F) 6A n est pas compris dans le Pneumo23 AMM 2013 : prévention des maladies invasives, pneumonie et otite moyenne aiguë causées par Streptococcus pneumoniae Chez l enfant : efficacité vis-à-vis des IIP (méningites, bactériémies), pneumonie et OMA Chez l adulte: données d immunogénicité, efficacité? (essai en cours)

20 Couverture sérotypique des 2 vaccins

21 Couverture sérotypique des 2 vaccins

22 Vaccins conjugués pneumo et immunodéprimés Données limitées: patients VIH+, tranplantés rénaux, allogreffés de moelle: - immunogénicité Prevenar > Pneumo23 - tolérance satisfaisante du vaccin PnC 1 essai d efficacité chez les adultes VIH+ (French N, et.al. N Engl J Med 2010;362:812-22). Essai randomisé réalisé au Malawi - antécédent d IPP - randomisation : PCV7 vs Placebo Vaccine Endpoint Vaccine Efficacy (95% CI) PCV7 Vaccine serotype IPD 74% (30%, 90%) All cause pneumonia 25% (-19%, 53%)*

23 Timeline Screening/Recruitment 84,496 Healthy volunteers aged 65 years and older Hollande R Placebo PCV-13 Adult Vaccine* 1 Objective: - Bacteremic Vaccine-Type CAP 2 Objectives: - Non-bacteremic Vaccine-Type CAP - Vaccine-Type Invasive Pneumocc Disease (IPD) Start of enrollment Sept 2008 End of Recruitment Jan 2010 Results available ~ III Quarter 2013 Phase IV, 13-valent Pneumococcal Conjugate Vaccine Efficacy in Prevention of Vaccine-Serotype - Pneumococcal Community-Acquired Pneumonia (CAP) - Invasive Pneumococcal Disease (IPD) R=randomization Data on file, Pfizer Inc

24 Quelle stratégie vaccinale chez l adulte Intérêt du vaccin conjugué en terme d immunogénicité mais pas de données d efficacité disponible Intérêt du vaccin non conjugué en terme de couverture sérotypique Utilisation combinée pour les patients à haut risque en utilisant d abord le conjugué puis le non conjugué

25 Recommandations (1) Patients éligibles à la vaccination contre le pneumocoque Enfants de moins de 2 ans. Patients immunodéprimés: déficits immunitaires héréditaires ou secondaires (infection par le VIH, chimiothérapie, transplantés ou en attente de transplantation d organe solide, greffés de cellules souches hématopoiétiques, traités par immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie pour une maladie auto-immune ou inflammatoire chronique ; syndrome néphrotique, Aspléniques ou hypospléniques (incluant les drépanocytoses majeure) Patients porteurs d une maladie sous jacente prédisposant à la survenue d IIP : - cardiopathie congénitale cyanogène, insuffisance cardiaque ; - insuffisance respiratoire chronique, bronchopneumopathie obstructive, emphysème ; asthmes sévères sous traitement continu ; - insuffisance rénale ; - hépatopathies chroniques d origine alcoolique ou non ; - diabète non équilibré par le simple régime ; - patients présentant une brèche ostéo-méningé ou candidats à des implants cochléaires.

26 Recommandations (2) Schémas vaccinaux Universel nourrisson : Primovaccination: 2, 4 mois, rappel 11 mois Enfants à risque d IIP de 2 à 5 ans: - antérieurement vaccinés par le Prévenar 13: 1 dose de Pneumo23 - non antérieurement vaccinés: 2 doses de Prévenar 13 suivies d 1 dose de Pneumo23 Enfants > 5ans et adultes: 2 schémas différents dans l attente des données d efficacité

27 Recommandations (3) Schémas vaccinaux Enfants > 5ans et adultes: - immunodéprimés, aspléniques, syndrome néphrotique, porteurs d une brèche ostéoméningée, d un implant cochléaire ou candidats à une implantation - non antérieurement vaccinées: une dose de Prévenar13 suivie 8 semaines plus tard d une dose de Pneumo23 - antérieurement vaccinées: attendre 3 ans puis schéma identique Autres situations à risque d IIP : une dose de Pneumo23 Pas de données permettant de recommander la pratique de revaccinations ultérieures

Innovations en matière de vaccin antigrippal. Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris

Innovations en matière de vaccin antigrippal. Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris Innovations en matière de vaccin antigrippal Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris XVIeme Journée Scientifique Nationale du Réseau des GROG, jeudi 26 janvier 2012 Liens

Plus en détail

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vincent Boisserie-Lacroix Vaccins abordés Pneumocoque Virus grippal Rappel coqueluche Prévenar13 Vaccin osidique conjugué à 13 valences Sérotypes 1, 3, 4, 5,

Plus en détail

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Comment vacciner les immunodéprimés Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre le pneumocoque par le vaccin Pneumo 23 chez l adulte et l enfant âgé de 5 ans et plus infectés par le VIH 2 octobre 2009 Le Conseil supérieur d hygiène publique de

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

INFORMATIONS ESSENTIELLES

INFORMATIONS ESSENTIELLES INFORMATIONS ESSENTIELLES Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la

Plus en détail

Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP

Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP Présentation à la réunion de la commission de prévention de la SPILF du 4 mai 2017 Enjeux

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE

VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE 10.3.4 VACCIN POLYSACCHARIDIQUE CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Deux vaccins inactivés polysaccharidiques 23-valent contre le pneumocoque sont distribués au Canada : Pneumovax 23 (Merck Frosst) et Pneumo

Plus en détail

Les Vaccins contre la Grippe. Fédération Française d Infectiologie

Les Vaccins contre la Grippe. Fédération Française d Infectiologie Les Vaccins contre la Grippe Dr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Pôle de médecine Hôpital Cochin, Paris Fédération Française d Infectiologie 12/11/2009 1 Cas hospitalisés confirmés grippe

Plus en détail

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Centre de vaccination Centre de vaccination internationale Centre de lutte anti tuberculeuse Centre gratuit de dépistage VIH, Hépatites, IST: CeGIDD

Plus en détail

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon

Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH. 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Les infections à Pneumocoque et leur prévention vaccinale chez les PVVIH 9 avril 2014 COREVIH Ile-de-France Nord Hélène FERRAND, Hôpital Tenon Pneumocoque Données microbiologiques Portage naso-pharyngé

Plus en détail

Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth).

Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth). CHAPITRE 11 PNEUMOCOQUE CONJUGUÉ VACCIN CONJUGUÉ CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Un vaccin inactivé conjugué 7-valent contre le pneumocoque est distribué au Canada : le vaccin Prevnar (Wyeth). Chaque

Plus en détail

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Odile Launay Paris, 26 novembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

Vaccination des sujets immunodéprimés

Vaccination des sujets immunodéprimés Vaccination des sujets immunodéprimés Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie CIC Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris DESC Pathologie Infectieuse et Tropicale 29 janvier 2016 1 Cas clinique 2 Grippe

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

VACCINS POLYSACCHARIDIQUES CONTRE LE PNEUMOCOQUE

VACCINS POLYSACCHARIDIQUES CONTRE LE PNEUMOCOQUE CHAPITRE 11 PNEUMOCOQUE POLYSACCHARIDIQUE VACCINS POLYSACCHARIDIQUES CONTRE LE PNEUMOCOQUE COMPOSITION Deux vaccins inactivés polysaccharidiques 23-valent contre le pneumocoque sont distribués au Canada

Plus en détail

Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications. Le point sur la coqueluche

Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications. Le point sur la coqueluche Vaccination contre les pneumocoques: nouvelles indications Le point sur la coqueluche Klara Posfay Barbe Unité d infectiologie pédiatrique Hôpital des Enfants Maladies invasives à pneumocoques (MIP) en

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Trois missions coordonnées au sein d une même unité

Trois missions coordonnées au sein d une même unité Trois missions coordonnées au sein d une même unité Centre de Lutte Anti Tuberculeuse Unité de Prévention et de Dépistage CEGIDD (CDAG) Centre de Vaccination CVI 3 La vaccination dans les EHPAD Midi Pyr

Plus en détail

Semaine de la Vaccination 2011 Actualités Vaccinales InfoVac

Semaine de la Vaccination 2011 Actualités Vaccinales InfoVac Semaine de la Vaccination 2011 Actualités Vaccinales InfoVac Vaccin conjugué à 13 valences : des réponses et des questions Robert COHEN InfoVac CHI Créteil Rhinopharynx : réservoir des pneumocoques Pression

Plus en détail

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13

Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque. Synflorix /Prevenar 13 Les nouveaux vaccins conjugués contre le pneumocoque Synflorix /Prevenar 13 Préalables Bonne nouvelle : 2 fabricants de vaccin pneumococcique conjugué AMM Pas d étude d efficacité Etude d immunogénicité

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Vaccin pneumocoque. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand. Faculté de médecine. Université d Auvergne.

Vaccin pneumocoque. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand. Faculté de médecine. Université d Auvergne. Vaccin pneumocoque Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand. Faculté de médecine. Université d Auvergne. Morbi-Mortalité des infections à pneumocoques Nasopharynx : niche

Plus en détail

Vaccination anti-grippale

Vaccination anti-grippale Vaccination anti-grippale Dr Sophie Blanchi Service Maladies Infectieuses et Tropicales Journée des correspondants paramédicaux en hygiène 09 décembre 2016 Virologie (1) Virus à ARN Sous types A et B caractérisés

Plus en détail

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations?

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris Populations à risque

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014 POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014 Dr Eric SCHWARTZENTRUBER -ARS Languedoc-Roussillon -Centre de vaccinations Internationales de l Institut Buisson Bertrand

Plus en détail

Nouveautés vaccinales

Nouveautés vaccinales Nouveautés vaccinales Yves HANSMANN Service des Maladies Infectieuses 2013 L année du pneumo 13? Depuis 30 décembre 2011 Recommandations FDA pour l utilisation du vaccin pneumo 23 chez l adulte avec facteurs

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille (CIP : 34009 399 011 5 2) Boîte de 10 seringues pré-remplies

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Prevenar 13 suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) 2. COMPOSITION QUALITATIVE

Plus en détail

La vaccination contre les infections à pneumocoques

La vaccination contre les infections à pneumocoques La vaccination contre les infections à pneumocoques Importance pour la santé publique les formes invasives de l'infection: la méningite, endocardite -participation valvulaire, septicémie, l'arthrite, infections

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 septembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 août 1999 (JO du 31 août

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte «Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte Pr Odile Launay Centre d investigation clinique de vaccinologie Cochin Pasteur GH Cochin-Hôtel Dieu, Université Paris

Plus en détail

Grippe, maladies chroniques et seniors

Grippe, maladies chroniques et seniors Grippe, maladies chroniques et seniors Résultats t d une étude rétrospective ti menée en France de 2003 à 2013 Anne Mosnier 1 Isabelle Daviaud 1 Martine Valette 2 Vincent Enouf 2 1 Coordination Nationale

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale

La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale 2 ème La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale Dr F.BASTIDES. CRAI /OMéDIT Centre Val de Loire, COPIL Vaccination 22/09/2015 1 La vaccination anti pneumococcique point de départ Sujet

Plus en détail

Prevenar 13 Suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé), boite de 1 flacon de 0.5ml. Date : 07/2017, V0.

Prevenar 13 Suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé), boite de 1 flacon de 0.5ml. Date : 07/2017, V0. Prevenar 13 Suspension injectable Vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé), boite de 1 flacon de 0.5ml Date : 07/2017, V0.06 Pays de référence : Union européenne Tunisie Mention

Plus en détail

Best of en infectiologie Vaccinologie

Best of en infectiologie Vaccinologie Best of en infectiologie Vaccinologie Odile Launay 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi du 04/03/2002) : Intervenant : Odile Launay

Plus en détail

PRISE DE POSITION SUR L IMMUNISATION ADULTE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

PRISE DE POSITION SUR L IMMUNISATION ADULTE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE PRISE DE POSITION SUR L IMMUNISATION ADULTE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Mise à jour en octobre 2014 Introduction 1. Couverture vaccinale au niveau de l immunisation adulte 2. Morbidité et mortalité associées

Plus en détail

LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016

LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016 LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016 Dr Eric SCHWARTZENTRUBER -ARS Occitanie -Centre de vaccinations Internationales de l Institut Buisson Bertrand XX/XX/XX Je déclare

Plus en détail

Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS

Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS Vaccination antigrippale Recommandations AVANT PROPOS La prévention reste la pierre angulaire en médecine. Parmi les mesures préventives usitées en pneumologie,

Plus en détail

Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur. Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014

Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur. Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014 Comment vacciner un patient traité par immunosuppresseur Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris 20 mars 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline

Plus en détail

Les vaccins «grippe» : de l enfant à l adulte

Les vaccins «grippe» : de l enfant à l adulte Les vaccins «grippe» : de l enfant à l adulte Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants Les produits Vaccins classiques : «inertes» antigènes des souches ayant circulé la saison passée la saison passée dans

Plus en détail

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Conflits d intérêt Sanofi Pasteur MSD, GSK, Novartis, Pfizer MSD, BMS,

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Hygiène, Risques et Qualité chez la personne âgée- Lyon- 24 Septembre 2013 Conflits

Plus en détail

Vaccination et Maladies Systémiques

Vaccination et Maladies Systémiques Vaccination et Maladies Systémiques Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Programme québécois de vaccination contre la grippe. Vaccin intranasal contre l influenza. Flumist

Programme québécois de vaccination contre la grippe. Vaccin intranasal contre l influenza. Flumist Programme québécois de vaccination contre la grippe Vaccin intranasal contre l influenza Flumist Composition du vaccin Virus vivants atténués Même souches que les vaccins injectables: A/California/7/2009

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas Clinique M. Sceptique, 66 ans, vient vous voir au cabinet car il vient de

Plus en détail

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES

VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES VACCINS ANTIPNEUMOCOCCIQUES Infections respiratoires SPIF - 15 Novembre 2014 Patrick Petitpretz Déclaration de liens d'intérêts J ai actuellement, ou j ai eu au cours des trois dernières années, une affiliation

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques? Risque : morbidité et

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la

Plus en détail

Rota : vaccin contre le rotavirus

Rota : vaccin contre le rotavirus 10.1.5 : vaccin contre le rotavirus Composition Deux vaccins oraux à virus vivant atténué contre les gastroentérites causées par le rotavirus sont distribués au Canada : rix (GlaxoSmithKline) et Teq (Merck).

Plus en détail

Avis 19 mars Laboratoire NOVARTIS VACCINES AND DIAGNOSTICS SAS. Virus grippal inactivé à antigènes de surface

Avis 19 mars Laboratoire NOVARTIS VACCINES AND DIAGNOSTICS SAS. Virus grippal inactivé à antigènes de surface COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 AGRIPPAL, suspension injectable en seringue préremplie, vaccin grippal inactivé (antigènes de surface) B/1 seringue préremplie en verre de 0,5 ml avec aiguille

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte

Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Infections invasives à pneumocoque Prévention vaccinale de l enfant à l adulte Pr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 16eme congrès de pneumologie de langue française,

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques Risque : morbidité et mortalité

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Vaccination grippe et pneumocoque : qui vacciner, pour quel objectif

Vaccination grippe et pneumocoque : qui vacciner, pour quel objectif Atelier «Cas pratiques de vaccination» Vaccination grippe et pneumocoque : qui vacciner, pour quel objectif Pr Odile Launay Fédération d infectiologie Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, Paris

Plus en détail

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge 30 Juillet 2009 Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge Pr François CARON, Dr Manuel ETIENNE Maladies Infectieuses et Tropicales Virus grippaux : Myxovirus influenzae Sérotype

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2012-2013 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

Epidémiologie des infections invasives à pneumocoque de l adulte en France et recommandations vaccinales

Epidémiologie des infections invasives à pneumocoque de l adulte en France et recommandations vaccinales Epidémiologie des infections invasives à pneumocoque de l adulte en France et recommandations vaccinales Résultat de la cohorte Surveillance des infections invasives à pneumocoques de l adulte, SIIPA A.

Plus en détail

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre Réunion départementale EHPAD de la Nièvre 29 septembre 2014 Vaccination antigrippale en EHPAD Personnels et résidents EHPAD Une population exposée L EHPAD un lieu de vie collectif, ouvert Visiteurs et

Plus en détail

Les vaccins pneumococciques. Nadjia Ramdani-Bouguessa Service de Microbiologie CHU Mustapha Bacha Alger

Les vaccins pneumococciques. Nadjia Ramdani-Bouguessa Service de Microbiologie CHU Mustapha Bacha Alger Les vaccins pneumococciques Nadjia Ramdani-Bouguessa Service de Microbiologie CHU Mustapha Bacha Alger Épisodes de pneumonie par enfant-année dans le monde (évaluation de l OMS) Presque les trois quarts

Plus en détail

Elodie Blanchard Service des Maladies Respiratoires CHU Bordeaux

Elodie Blanchard Service des Maladies Respiratoires CHU Bordeaux Pourquoi les vaccina/ons an/grippale et an/- pneumococcique sont-elles indiquées dans les pathologies respiratoires chroniques? Comment évalue-t-on l efficacité d un vaccin? Elodie Blanchard Service des

Plus en détail

Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer,

Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer, Page : 1/6 Date de création: 27 octobre 2009 Auteurs : Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer, Affiliation

Plus en détail

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques 63000 CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE Maladie virale saisonnière très contagieuse Epidémie de 10

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination Prise en charge pratique des patients sous rituximab 1 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique

Plus en détail

Atelier vaccin Vaccin zona

Atelier vaccin Vaccin zona Atelier vaccin Vaccin zona Emmanuel Grimprel Odile Launay 17 es JNI, Lille, du 7 au 9 juin 2016 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation

Plus en détail

AIDEZ À PRÉVENIR LA GRIPPE AVEC FLUMIST QUADRIVALENT

AIDEZ À PRÉVENIR LA GRIPPE AVEC FLUMIST QUADRIVALENT AIDEZ À PRÉVENIR LA GRIPPE AVEC FLUMIST QUADRIVALENT LE VACCIN ANTIGRIPPAL QUADRIVALENT INTRANASAL SANS AIGUILLE Vaccin antigrippal vivant atténué intranasal TABLE DES MATIÈRES 2 Qu est-ce que FluMist

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 TAMIFLU 12 mg/ml, poudre pour suspension buvable 1 flacon de 30 g (CIP: 359 963-5) TAMIFLU 75 mg, gélule 1 plaquette de 10 gélules (CIP: 359 962-9) Laboratoire

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 21 octobre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 octobre 2009 NEISVAC, suspension injectable en seringue pré-remplie Vaccin méningococcique polyosidique du groupe C conjugué seringue pré-remplie 2 aiguilles, B/1

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques

Vaccinations. et sclérose en plaques. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Brochure destinée aux personnes atteintes de sclérose en plaques et à leur entourage Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques Vaccinations et sclérose en plaques Pr. Thibault Moreau Service

Plus en détail

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large éventail d affections, s étendant des infections des voies respiratoires supérieures à des infections invasives graves. (1) Il est naturellement sensible

Plus en détail