LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS. TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS. TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN"

Transcription

1 LA REPRESSION DU «TOURISME SEXUEL» COMMIS AU PREJUDICE DE MINEURS TEXTES APPLICABLES EN DROIT PENAL FRANÇAIS Fiche mise à jour le 28 mars 2006 PLAN I. LES INFRACTIONS SUSCEPTIBLES DE RELEVER DU «TOURISME SEXUEL» COMMISES AU PREJUDICE DE MINEURS A. LE RECOURS A LA PROSTITUTION DE MINEURS B. LA CORRUPTION DE MINEURS C. LES ATTEINTES SEXUELLES SUR MINEUR SANS VIOLENCE, CONTRAINTE, MENACE, NI SURPRISE 1. Sur les mineurs âgés de moins de quinze ans 2. Sur les mineurs âgés de plus de quinze ans D. LES AGRESSIONS SEXUELLES SUR MINEUR 1. Le viol sur mineur 2. Les autres agressions sexuelles sur mineur E. LES IMAGES A CARACTERE PORNOGRAPHIQUE REPRESENTANT UN MINEUR 1. La prise d images à caractère pornographique représentant un mineur en vue de leur diffusion 2. La détention d images à caractère pornographique représentant un mineur II. LA REPRESSION DES INFRACTIONS SUSCEPTIBLES DE RELEVER DU «TOURISME SEXUEL» COMMISES AU PREJUDICE DE MINEURS A. LA REPRESSION DES PERSONNES MORALES B. LA REPRESSION DE LA TENTATIVE C. LA REPRESSION EN FRANCE DES FAITS COMMIS A L ETRANGER D. LES EFFETS RELATIFS DE L IMMUNITE DIPLOMATIQUE E. LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE 1. en matière criminelle 2. en matière délictuelle III. LES OBLIGATIONS DES TEMOINS D UNE INFRACTION SEXUELLE COMMISE SUR UN MINEUR A. L OBLIGATION D INFORMER LES AUTORITES B. L OBLIGATION DE PORTER ASSISTANCE A UNE PERSONNE EN PERIL ël ll BBa al lll lla anndd // / CCRR IIMM I... AAPP... NN CC // / 44 avvr a rri iil ll

2 En droit pénal français, la notion même de «tourisme sexuel» n existe pas, même quand ce type de «tourisme» est pratiqué au préjudice de mineurs. En revanche, une personne qui se livrerait à une telle pratique est susceptible de se voir reprocher la commission d infractions diverses (I) qui font l objet de règles spécifiques, en particulier quant à la prescription et quant à la compétence des juridictions françaises pour des faits commis à l étranger (II). Enfin, les témoins de tels comportements peuvent être soumis à certaines obligations (III). I. LES INFRACTIONS SUSCEPTIBLES DE RELEVER DU «TOURISME SEXUEL» COMMISES AU PREJUDICE DE MINEURS A. LE RECOURS A LA PROSTITUTION DE MINEURS Le recours à la prostitution des mineurs est réprimé depuis la loi du 4 mars Il existe plusieurs circonstances aggravantes. Article du code pénal : «le fait de solliciter, d accepter ou d obtenir, en échange d une rémunération, ou d une promesse de rémunération, des relations de nature sexuelle de la part d un mineur qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, est puni de trois ans d emprisonnement et de euros d amende». Ces peines sont portées à cinq ans d emprisonnement et euros d amende (article du code pénal) : - soit lorsque cette infraction est commise de façon habituelle ou l égard de plusieurs mineurs ; - soit lorsque le mineur a été mis en contact avec l auteur des faits grâce à l utilisation, pour la diffusion de messages à destination d un public non déterminé, d un réseau de communication ; - soit lorsque les faits sont commis par une personne qui abuse de l autorité que lui confèrent ses fonctions (par exemple, un employeur ou un éducateur à qui le mineur est confié). Les peines sont portées à sept ans d emprisonnement et euros d amende lorsqu il s agit d un mineur de moins de quinze ans (article in fine du code pénal). En outre, peut être notamment prononcée la peine complémentaire d interdiction de quitter le territoire de la République pendant cinq ans au plus (article du code pénal). B. LA CORRUPTION DE MINEURS Avant l entrée en vigueur du nouveau code pénal, le 1 er mars 1994, la corruption de mineur était appelée «l excitation d un mineur à la débauche». La chambre criminelle de la cour de cassation précise que ce délit implique la volonté de son auteur d éveiller les pulsions sexuelles d un mineur (Crim. 1 er fév. 1995, Bull. crim. n 43). 2

3 Article du code pénal : «le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d un mineur est puni de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende. Ces peines sont portées à sept ans d emprisonnement et euros d amende lorsque le mineur est âgé de moins de quinze ans ou lorsque le mineur a été mis en contact avec l auteur des faits grâce à l utilisation, pour la diffusion de messages à destination d un public non déterminé, d un réseau de télécommunications ou que les faits sont commis à l intérieur d un établissement scolaire ou éducatif ou, à l occasion des entrées ou des sorties des élèves aux abords d un tel établissement. Les mêmes peines sont notamment applicables au fait, commis par un majeur, d organiser des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles un mineur assiste ou participe. Les peines sont portées à dix ans d emprisonnement et d euros d amende lorsque les faits ont été commis en bande organisée.» En outre, peut être notamment prononcée la peine complémentaire d interdiction de quitter le territoire de la République pendant cinq ans au plus (article du code pénal). C. LES ATTEINTES SEXUELLES SUR MINEUR SANS VIOLENCE, CONTRAINTE, MENACE, NI SURPRISE La loi française interdit toute forme de relations sexuelles, y compris des caresses à connotation sexuelle, entre un majeur et un mineur âgé de moins de quinze ans, même si ce dernier apparaît clairement consentant et même s il ne lui ait offert aucune rémunération ou aucun cadeau. Dans certains cas, la loi interdit également toute relation sexuelle avec un mineur âgé de plus de quinze ans. 1. Sur les mineurs âgés de moins de quinze ans : Article du code pénal : «le fait, par un majeur, d exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d un mineur de quinze ans est puni de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende». Les peines sont portées à dix ans d emprisonnement et euros d amende (article du code pénal) notamment : - lorsque le mineur a été mis en contact avec l auteur des faits grâce à l utilisation, pour la diffusion de messages à destination d un public non déterminé, d un réseau de télécommunications ; - lorsque les faits sont commis par une personne qui abuse de l autorité que lui confèrent ses fonctions ; - lorsqu ils sont commis par plusieurs personnes agissant en qualité d auteur ou de complice. 2. Sur les mineurs âgés de plus de quinze ans : Sont punies d une peine de deux ans d emprisonnement et de euros d amende les atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise même sur un mineur âgé de plus de quinze ans et non émancipé par le mariage lorsqu elles sont commises par un 3

4 ascendant, ou par toute autre personne ayant autorité sur la victime, ou par une personne qui abuse de l autorité que lui confèrent ses fonctions (article du code pénal). En outre, quel que soit l âge du mineur victime, peut être notamment prononcée la peine complémentaire d interdiction de quitter le territoire de la République pendant cinq ans au plus (article du code pénal). D. LES AGRESSIONS SEXUELLES SUR MINEUR Article alinéa 1 du code pénal : «Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise». Le jeune âge de la victime peut être un élément d appréciation permettant d en déduire son absence de consentement (contrainte ou surprise). 1. Le viol sur mineur : Le viol est un crime. Est un viol, tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu il soit, commis sur la personne d autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ( article du code pénal). Le viol est puni de vingt ans de réclusion criminelle lorsqu il est commis sur un mineur âgé de moins de quinze ans (article (2 ) du code pénal). 2. Les autres agressions sexuelles sur mineur : Les agressions sexuelles autres que le viol commises sur un mineur de moins de 15 ans sont punies de sept ans d emprisonnement et de euros d amende. Les peines encourues sont portées à dix ans d emprisonnement et à euros d amende lorsque l agression sexuelle a été commise sur un mineur de moins de 15 ans par plusieurs personnes agissant en qualité d auteur ou de complice ( articles et du code péna). En outre, pour toutes les agressions sexuelles sur mineurs, peut être désormais prononcée la peine complémentaire d interdiction de quitter le territoire de la République pendant cinq ans au plus (article du code pénal modifié par la loi du 4 avril 2006). E. LES IMAGES A CARACTERE PORNOGRAPHIQUE REPRESENTANT UN MINEUR 1. La prise d images à caractère pornographique représentant un mineur en vue de leur diffusion Article du code pénal : «le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d enregistrer ou de transmettre l image ou la représentation d un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique est puni de trois ans d emprisonnement et de euros d amende. 4

5 Le fait d offrir ou de diffuser une telle image ou représentation par quelque moyen que ce soit, de l importer ou de l exporter, de la faire importer ou de la faire exporter, est puni des mêmes peines. Les peines sont portées à cinq ans d emprisonnement et à euros d amende lorsqu il a été utilisé, pour la diffusion de l image ou de la représentation du mineur à destination d un public non déterminé, un réseau de télécommunications.» 2. La détention d images à caractère pornographique représentant un mineur Depuis la loi du 4 mars 2002, la simple détention d une image ou d une représentation d un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique est puni de deux ans d emprisonnement et de euros d amende ( article alinéa 4 du code pénal). En outre, pour l ensemble de ces infractions, peut être notamment prononcée la peine complémentaire d interdiction de quitter le territoire de la République pendant cinq ans au plus (article du code pénal). II. LA REPRESSION DES INFRACTIONS SUSCEPTIBLES DE RELEVER DU «TOURISME SEXUEL» COMMISES AU PREJUDICE DE MINEURS Outre les personnes physiques, les personnes morales sont susceptibles de se voir reprocher la plupart des infractions susvisées. Par ailleurs, le régime applicable à ces infractions est souvent dérogatoire du droit commun. A. LA REPRESSION DES PERSONNES MORALES Les personnes morales peuvent être déclarées pénalement responsables de l ensemble des infractions susvisées à l exception des atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de plus de quinze ans ( articles 121-2, , et du code pénal). Ce pourrait être le cas, par exemple, d une association ou d une société qui sciemment organiserait des voyages aux fins de faciliter la commission de telles infractions dans les pays où se pratique habituellement le tourisme sexuel, ou permettrait à ses adhérents ou à ses clients d avoir recours à la prostitution d un mineur, notamment en les aidant ou en les assistant. Les peines encourues par une personne morale sont, par exemple, une amende d un montant cinq fois supérieur à celui encouru par les personnes physiques pour la même infraction, la dissolution de la personne morale ou l interdiction d exercer une activité professionnelle (articles à du code pénal). 5

6 B. LA REPRESSION DE LA TENTATIVE La tentative est constituée dès lors que, manifestée par un commencement d exécution, elle n a été suspendue ou n a manqué son effet qu en raison de circonstances indépendantes de la volonté de son auteur ( article du code pénal). Les peines encourues sont les mêmes qu en cas de commission de l infraction. La loi prévoit que peut être réprimée la tentative des infractions suivantes : - le viol (article du code pénal) ; - les autres agressions sexuelles (article du code pénal) ; - le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d enregistrer ou de transmettre l image ou la représentation d un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique (article alinéa 1 er du code pénal) ; - la corruption de mineur (article alinéa 1 er du code pénal). Concernant le recours à la prostitution de mineurs, la tentative n est pas réprimée en tant que telle mais la loi prévoit que le simple fait de solliciter des relations sexuelles de la part d un mineur qui se livre à la prostitution suffit à caractériser l infraction (article du code pénal). C. LA REPRESSION EN FRANCE DES FAITS COMMIS A L ETRANGER Articles (alinéa 2), et du code pénal : Peuvent être poursuivis et condamnés par la justice française, les français et les personnes résidant habituellement sur le territoire français qui, hors du territoire de la République, commettent les infractions suivantes : - recours à la prostitution d un mineur ; - agressions sexuelles sur mineur ; - atteinte sexuelle sur mineur ; - corruption de mineur ; - la fixation, l enregistrement, la transmission, l offre, la diffusion, l importation ou l exportation d une image ou d une représentation d un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique ; - la détention d une telle image. Ces poursuites et ces condamnations par la justice française sont possibles même si la victime n a pas déposé plainte et même si ces faits ne constituent pas une infraction selon la législation du pays dans lequel ils ont été commis. D. LES EFFETS RELATIFS DE L IMMUNITE DIPLOMATIQUE L immunité diplomatique définie par la convention de Vienne du 18 avril 1961, tout comme l immunité consulaire définie par la convention de Vienne du 24 avril 1963, ont notamment pour effet d empêcher que les personnes qui en bénéficient soient poursuivies par les autorités judiciaires du pays dans lequel elles sont accréditées. 6

7 Toutefois, l immunité diplomatique ne constitue en aucun cas une impunité puisque les français qui bénéficient dans un état étranger d une immunité diplomatique ou consulaire sont susceptibles d être poursuivis par les autorités judiciaires françaises selon les mêmes règles que celles applicables à tout ressortissant français commettant une infraction à l extérieur du territoire national. En outre, la convention de Vienne du 18 avril1961 dispose en son article 31 que l immunité de juridiction d un agent diplomatique dans l Etat accréditaire ne saurait exempter cet agent de la juridiction de l Etat accréditant. E. LA PRESCRIPTION DE L ACTION PUBLIQUE La prescription de l action publique est la période à l issue de laquelle l auteur d une infraction ne peut plus être pénalement sanctionné en raison de l ancienneté des faits lorsque ceux-ci n ont fait l objet d aucun acte d enquête au cours de ladite période. En général, les crimes sont prescrits au bout de dix ans et les délits au bout de trois ans à compter de la date des faits. Cependant, lorsque la victime était mineure au moment de la commission de certaines infractions limitativement énumérées par la loi, les règles de prescription de l action publique sont sensiblement différentes. Tel est le cas pour les infractions susceptibles d être qualifiées de «tourisme sexuel». Ainsi, la loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a modifié les articles 7 et 8 du code de procédure pénale en allongeant les délais de la prescription tout en restreignant le domaine de ce régime dérogatoire du droit commun. Cette même loi a modifié l'article du code pénal en indiquant clairement que les lois relatives à la prescription de l'action publique sont applicables immédiatement aux procédures pour lesquelles la prescription n'était pas acquise selon le régime alors en vigueur, y compris lorsque cela entraîne une aggravation de la situation de l auteur de l infraction. 1. En matière criminelle Désormais, en matière criminelle, le viol commis au préjudice d un mineur se prescrit par vingt ans à compter de la date de la majorité de la victime, au lieu de dix ans antérieurement ( article 7 du code de procédure pénale). 2. En matière délictuelle Deux régimes de prescription sont prévus s agissant des délits à caractère sexuel commis sur des mineurs : a) Le délai de prescription est également de vingt ans à compter de la majorité pour les délits suivants : - les agressions sexuelles sur un mineur âgé de moins de 15 ans commis avec une ou plusieurs des circonstances aggravantes suivantes : avec blessures ou lésion, par un ascendant ou une personne ayant autorité sur la victime, par une personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions, par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteurs ou de complices, avec usage ou menace d'une arme, ou, enfin, en raison de l'orientation sexuelle de la victime ; 7

8 - les délits d'atteintes sexuelles sans violence, contrainte, menace ni surprise sur un mineur âgé de moins de 15 ans commis avec une ou plusieurs des circonstances aggravantes suivantes : par un ascendant ou tout autre personne ayant autorité sur la victime, par une personne qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions, par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteurs ou de complices, ou, enfin, lorsque la mise en contact avec le mineur a été rendue possible par l'utilisation d'un réseau de télécommunications. b) Le délai de prescription est de dix ans à compter de la majorité pour les délits suivants : - les autres agressions sexuelles que celles susvisées commises sur un mineur; - les atteintes sexuelles commise sur un mineur âgé de moins de 15 ans sans circonstances aggravantes ; - les atteintes sexuelles sur un mineur âgé de plus de 15 ans commises par un ascendant ou tout autre personne ayant autorité sur la victime ou par une personne qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions ; - le recours à la prostitution d'un mineur ; - la corruption d un mineur ; - la fixation, l enregistrement, la transmission, l offre, la diffusion, l importation ou l exportation d une image ou d une représentation d un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique ; - la détention d une telle image. III. LES OBLIGATIONS DES TEMOINS D UNE INFRACTION SEXUELLECOMMISE SUR UN MINEUR A. L OBLIGATION D INFORMER LES AUTORITES Article du code pénal : «Le fait, pour quiconque ayant connaissance d un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d emprisonnement et de euros d amende.» Lorsqu il s agit d un crime commis contre un mineur de moins de quinze ans, cette obligation d information s impose même aux parents en ligne directe, au conjoint, aux frères et sœurs de l auteur ou du complice du crime (alinéa 2). Par contre, les personnes astreintes au secret professionnel ne sont pas soumises à cette obligation d information (alinéa 3). Le viol est un crime et doit donc être porté à la connaissance des autorités dans les conditions définies par cet article. Les autres agressions sexuelles et les atteintes sexuelles sur mineurs sont de simples délits qui, cependant, doivent être obligatoirement signalés aux autorités lorsque la victime avait moins de quinze ans au moment des faits : 8

9 Article du code pénal : «le fait, pour quiconque ayant eu connaissance de privations, de mauvais traitement ou d atteintes sexuelles infligés à un mineur de quinze ans ( ), de ne pas en informer les autorités judicaires ou administratives est puni de trois ans d emprisonnement et de euros d amende». B. L OBLIGATION DE PORTER SECOURS A UNE PERSONNE EN PERIL Article du code pénal : «Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l intégrité corporelle de la personne s abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d emprisonnement et de euros d amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s abstient volontairement de porter à une personne en péril l assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.» 9

LES INFRACTIONS A CARACTERE SEXUEL

LES INFRACTIONS A CARACTERE SEXUEL G.C.S. C.R.I.A.V.S. de de Picardie Groupe de travail «Fiches Techniques» Validation : 05/03/2010 Version : N 2 Révision le : 18 avril 2016 1-GENERALITES Ce syntagme recouvre un ensemble d actes interdits

Plus en détail

4 Soit en échange ou par l octroi d une rémunération ou de tout autre avantage ou d une promesse de rémunération ou d avantage.

4 Soit en échange ou par l octroi d une rémunération ou de tout autre avantage ou d une promesse de rémunération ou d avantage. 1.Définition et sanction Article 225-4-1 du Code pénal modifié par LOI n 2013-711 du 5 août 2013 - art. 1 I. - La traite des êtres humains est le fait de recruter une personne, de la transporter, de la

Plus en détail

LOIS. LOI n o du 4 avril 2006 renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs (1)

LOIS. LOI n o du 4 avril 2006 renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs (1) LOIS LOI n o 2006-399 du 4 avril 2006 renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs (1) NOR : JUSX0508260L L Assemblée nationale et le Sénat ont

Plus en détail

L'obligation de signalement des infractions à la législation sur les stupéfiants.

L'obligation de signalement des infractions à la législation sur les stupéfiants. L'obligation de signalement des infractions à la législation sur les stupéfiants. Billet du blog publié le 23/12/2014, vu 2408 fois, Auteur : Vincent Julien I. Qu'entend-on par "drogue "? L'appelation

Plus en détail

Loi d amnistie et sanctions disciplinaires ou professionnelles

Loi d amnistie et sanctions disciplinaires ou professionnelles Loi d amnistie et sanctions disciplinaires ou professionnelles Date : Type : Rubrique : Thème(s) : 05/09/2002 Fiches pratiques AP-HP 03. Personnel C. Carrière - Discipline - Loi d'amnistie La loi n 2002-1062

Plus en détail

N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE N 3540 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 2 mars 2016. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

S agissant spécifiquement des agressions sexuelles, il est utile, au regard de la multidisciplinarité des rencontres telles que celle qui nous

S agissant spécifiquement des agressions sexuelles, il est utile, au regard de la multidisciplinarité des rencontres telles que celle qui nous Aujourd hui dès qu on parle d agression sexuelle, le plus grand nombre pense au viol. Noter cependant que les agressions sexuelles ne se résument pas au viol. PROBLEMATIQUE DES AGRESSIONS SEXUELLES AU

Plus en détail

1. Comment définir le bizutage?

1. Comment définir le bizutage? Focus 4 : Le bizutage dans le sport 1. Comment définir le bizutage? Le bizutage est caractérisé dès lors que la victime est mise dans une situation d infériorité vis-à-vis du ou des auteurs de cette pratique.

Plus en détail

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES VIOLENCES

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES VIOLENCES LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE QUALIFIEES Les violences consistent en des atteintes volontaires à l intégrité physique de la personne. I - E L E M E N T L E G A L Les s R 624-1

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 AMENDEMENT Amendement permettant l'application des dispositions des deux derniers alinéas de l'article 99 du Règlement ART. 1ER TER ASSEMBLÉE NATIONALE 4 mars 2016 LIBERTÉ, INDÉPENDANCE ET PLURALISME DES MÉDIAS -

Plus en détail

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L'INTEGRITE PHYSIQUE OU PSYCHIQUE DE LA PERSONNE (S06-J2-1 & S06-J3-2)

LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L'INTEGRITE PHYSIQUE OU PSYCHIQUE DE LA PERSONNE (S06-J2-1 & S06-J3-2) LES ATTEINTES VOLONTAIRES A L'INTEGRITE PHYSIQUE OU PSYCHIQUE DE LA PERSONNE (S06-J2-1 & S06-J3-2) - Nouveau chapitre relatif aux atteintes volontaires à la personne - Toutes ces infractions diffèrent

Plus en détail

Burkina Faso. Adopted May 15, 2008 DE LA TRAITE DES PERSONNES ET DES PRATIQUES

Burkina Faso. Adopted May 15, 2008 DE LA TRAITE DES PERSONNES ET DES PRATIQUES Burkina Faso Loi No. 029-2008/AN Portant Lutte Contre La Traite Des Personnes Et Les Pratiques Assimilees [Law No. 029-2008/AN on the Fight Against Trafficking Of Persons and Similar Practices] L ASSEMBLEE

Plus en détail

1. Comment définir le racisme?

1. Comment définir le racisme? Focus 1 : Les conséquences pénales du racisme dans le sport 1. Comment définir le racisme? Le racisme est la croyance en l existence des races humaines et d une hiérarchie entre elles. Il s est d abord

Plus en détail

des Libertés fondamentales

des Libertés fondamentales Fac UNIVERSITÉS EXOS lmd Droit des Libertés fondamentales 25 exercices corrigés Vanessa barbé François-Xavier MILLET 3 e édition à jour des dernières évolutions législatives et jurisprudentielles THÈME

Plus en détail

1. Comment définir l homophobie?

1. Comment définir l homophobie? Focus 2 : Les conséquences pénales de l homophobie dans le sport 1. Comment définir l homophobie? Le terme homophobie est apparu dans les années 1970, il vient du terme homo, abréviation de «homosexuel»,

Plus en détail

L ADMINISTRATION DE SUBSTANCES NUISIBLES

L ADMINISTRATION DE SUBSTANCES NUISIBLES L DE SUBSTANCES NUISIBLES Le fait de causer un dommage corporel ou psychique en administrant des substances non susceptibles d entraîner la mort est constitutif du délit. I - E L E M E N T L E G A L L

Plus en détail

FICHE 4 3 Questions-Réponses. Comment ces conséquences juridiques s appliquent- elles en cas de discriminations dans le sport?

FICHE 4 3 Questions-Réponses. Comment ces conséquences juridiques s appliquent- elles en cas de discriminations dans le sport? FICHE 4 3 Questions-Réponses Comment ces conséquences juridiques s appliquent- elles en cas de discriminations dans le sport? FICHE 4 3 questions-réponses - Comment ces conséquences juridiques s appliquent-

Plus en détail

BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ASSEMBLEE NATIONALE LOI N /AN

BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ASSEMBLEE NATIONALE LOI N /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 011-2014/AN PORTANT REPRESSION DE LA VENTE D ENFANTS, DE LA PROSTITUTION

Plus en détail

FRANCE LEGISLATION SUR LES STUPEFIANTS

FRANCE LEGISLATION SUR LES STUPEFIANTS DROIT FRANCE LEGISLATION SUR LES STUPEFIANTS Loi n 70-1320 du 31 Décembre 1970 Article L.628 USAGE Seront punis d un emprisonnement d un an et d une amende de 25 000F ou de l une de ces deux peines seulement,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 2 décembre 2011 relative aux mesures de contrainte visant à prévenir la réitération d actes graves par des mineurs NOR : JUSD1132598C Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés,

Plus en détail

Les infractions sanctionnées ayant pour victimes des magistrats ou des jurés ( )

Les infractions sanctionnées ayant pour victimes des magistrats ou des jurés ( ) Sanctions pénales Sous la direction de Rapport annuel 2015 de l ONDRP ministère de la justice Ministère de la Justice Direction des affaires criminelles et des grâces La criminalité en France Les infractions

Plus en détail

LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQUE

LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQUE BURKINA FASO ------------ Unité Progrès Justice ------------ ASSEMBLEE NATIONALE ----------- IVème REPUBLIQUE DEUXIEME LEGISLATURE LOI N 022/97/11/AS PORTANT LIBERTE DE REUNIONS ET DE MANIFESTATIONS SUR

Plus en détail

LE TEMOIGNAGE MENSONGER

LE TEMOIGNAGE MENSONGER LE TEMOIGNAGE MENSONGER L infraction consiste en un témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d une commission rogatoire.

Plus en détail

LES AGRESSIONS SEXUELLES SUR MINEUR DE QUINZE ANS OU PERSONNE VULNERABLE

LES AGRESSIONS SEXUELLES SUR MINEUR DE QUINZE ANS OU PERSONNE VULNERABLE LES AGRESSIONS SEXUELLES SUR MINEUR DE QUINZE ANS OU PERSONNE VULNERABLE Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies lorsqu elles sont imposées : 1 à un mineur de quinze ans ; 2 à une personne

Plus en détail

LE SECRET PROFESSIONNEL Eléments de réflexion

LE SECRET PROFESSIONNEL Eléments de réflexion LE SECRET PROFESSIONNEL Eléments de réflexion Document rédigé par : Maître J. PAGÈS Docteur en Droit Avocat Professeur à l Université de Montpellier 2 I LE CADRE Le secret professionnel est un savoir caché

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire de la DACG n CRIM-10-3/E8 du 9 février 2010 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale de la loi du n 2010-121 du 8 février 2010 tendant à inscrire l inceste

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 1, arrête: Loi fédérale sur l'interdiction d'exercer une activité, l'interdiction de contact et l'interdiction géographique (Modification du code pénal, du code pénal militaire et du droit pénal des mineurs) Avant-projet

Plus en détail

N 1700 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1700 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI - 3 - Document mis en distribution le 25 juin 2004 N 1700 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 23 juin 2004. PROJET

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

LE GARDE DES SCEAUX MINISTRE DE LA JUSTICE

LE GARDE DES SCEAUX MINISTRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRÂCES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PÉNALE GÉNÉRALE Bureau de la législation pénale générale Le 9 février 2010 LE GARDE DES SCEAUX MINISTRE DE LA JUSTICE à POUR

Plus en détail

Democratic Republic of the Congo Loi Nº 09/001 Portant Protection de l Enfant [Law No. 09/001 on Child Protection]

Democratic Republic of the Congo Loi Nº 09/001 Portant Protection de l Enfant [Law No. 09/001 on Child Protection] Democratic Republic of the Congo Loi Nº 09/001 Portant Protection de l Enfant [Law No. 09/001 on Child Protection] Journal Officiel de la République Démocratique du Congo 25 mai 2009 50 éme Année, Numéro

Plus en détail

REPUBLIQUEDU BENIN

REPUBLIQUEDU BENIN ~,""""""... ~ REPUBLIQUEDU BENIN ------------ ASSEMBLEENATIONALE ------------ loi N 2006-04 Portant conditions de déplacement des mineurs et répression de la traite d'enfants en République du Bénin. L'Assemblée

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTE n 745 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 11 décembre 2001 PROPOSITION DE LOI ADOPTEE AVEC MODIFICATIONS PAR

Plus en détail

Responsabilité civile

Responsabilité civile Responsabilité civile L abus de fonction ou la responsabilité civile personnelle du dirigeant La responsabilité civile du dirigeant suppose Une faute détachable de ses fonctions en est ainsi lorsqu il

Plus en détail

QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1

QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1 QCM - Octobre 2004 QUESTION N 1 Quels sont les grands principes régissant l élément légal de l infraction? Pas de peine sans loi Pas de loi sans peine Pas d infraction sans loi Pas de rétroactivité de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. «Art. L Les membres

TABLEAU COMPARATIF. «Art. L Les membres - 25 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet Projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique

Plus en détail

Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels

Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels Protocole de Prévention des conduites de maltraitances et d abus sexuels A.A.P.E.I. L EPANOU 8, rue Louis Breguet 74600 SEYNOD «Le risque de maltraitance est un risque réel dans tout accompagnement de

Plus en détail

N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE

N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE N 333 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2006-2007 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 22 février 2007 Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juin 2007 PROJET DE LOI renforçant la lutte contre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 12 février 2016 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 12 février 2016 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 12 février 2016 LUTTE CONTRE LE CRIME ORGANISÉ, LE TERRORISME ET LEUR FINANCEMENT - (N 3473) Non soutenu AMENDEMENT présenté par M. Cherki ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Convention de Lanzarote

Convention de Lanzarote Convention de Lanzarote Rapport initial du Luxembourg Questionnaire pour le 1 er cycle de suivi thématique : «Les abus sexuels commis sur des enfants dans le cercle de confiance» (1) Non, il n y a pas

Plus en détail

QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES?

QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES? CRIAVS-LR FORMATION «MINEURS AUTEURS ET/OU VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES» 6 JUIN 2014 QUELLES SANCTIONS POUR LES MINEURS AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES? Marc TOUILLIER Maître de conférences à l Université

Plus en détail

Page 18. Circonstances aggravantes. C. P. art , 221-3, 221-4

Page 18. Circonstances aggravantes. C. P. art , 221-3, 221-4 Page 18 Circonstances aggravantes C. P. art. 221-2, 221-3, 221-4 Meurtre commis : - En concomitance avec un autre crime ; - En connexité avec un délit ; - Avec préméditation (l assassinat fait l objet

Plus en détail

LOI N /AN PORTANT REPRESSION DES ACTES DE VANDALISME COMMIS LORS DES MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQU E. SPECIAL JO N 3 DU 23 JUIN 2008

LOI N /AN PORTANT REPRESSION DES ACTES DE VANDALISME COMMIS LORS DES MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQU E. SPECIAL JO N 3 DU 23 JUIN 2008 LOI N 026-2008/AN PORTANT REPRESSION DES ACTES DE VANDALISME COMMIS LORS DES MANIFESTATIONS SUR LA VOIE PUBLIQU E. SPECIAL JO N 3 DU 23 JUIN 2008 L ASSEMBLEE NATIONALE Vu la Constitution ; Vu la résolution

Plus en détail

Principes généraux de la procédure pénale française

Principes généraux de la procédure pénale française Principes généraux de la procédure pénale française La procédure est l ensemble des règles organisant le jugement par les tribunaux des litiges nés entre particuliers ou entre l État et les particuliers.

Plus en détail

LES ATTEINTES AU SECRET DES CORRESPONDANCES

LES ATTEINTES AU SECRET DES CORRESPONDANCES LES ATTEINTES AU SECRET DES CORRESPONDANCES L atteinte au secret des correspondances consiste en le fait, par une personne dépositaire de l autorité publique ou chargée d une mission de service public

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42

PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 PRISE EN CHARGE DES VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES JNISP Arcachon 2016 Valérie VERLINE Psychologue AEPSP-SDIS 42 Définition juridique du viol Le viol : tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature

Plus en détail

L application de la loi pénale dans l espace

L application de la loi pénale dans l espace L application de la loi pénale dans l espace La facilité actuelle avec laquelle il est possible de voyager, les réglementations aux frontières et la mondialisation sont autant d éléments qui compliquent

Plus en détail

III L exécution des peines

III L exécution des peines III L exécution des peines LE ROLE DU PARQUET DIVERSES PROCEDURES : CUMUL CONFUSION DES PEINES LES CAS D INEXECUTION 1 L exécution des peines par le Parquet MISE EN FORME DES PIECES : La «minute» constitue

Plus en détail

LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ RÉPUBLIQUE D'HAÏTI. DECRET Me BONIFACE ALEXANDRE PRÉSIDENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE

LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ RÉPUBLIQUE D'HAÏTI. DECRET Me BONIFACE ALEXANDRE PRÉSIDENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ RÉPUBLIQUE D'HAÏTI DECRET -------------- Me BONIFACE ALEXANDRE PRÉSIDENT PROVISOIRE DE LA RÉPUBLIQUE Vu les articles 19, 144, 183.2 et 276.2 de la Constitution ; Vu l entente

Plus en détail

Algérie. Répression de l infraction à la réglementation des changes

Algérie. Répression de l infraction à la réglementation des changes Répression de l infraction à la réglementation des changes Ordonnance n 96-22 du 9 juillet 1996 Source : www.droit-algerie.com [NB - Ordonnance n 96-22 du 9 juillet 1996 relative à la répression de l infraction

Plus en détail

LE TRIBUNAL DE POLICE :une juridiction penale

LE TRIBUNAL DE POLICE :une juridiction penale LE TRIBUNAL DE POLICE :une juridiction penale Article juridique publié le 11/09/2012, vu 11526 fois, Auteur : Maître Joan DRAY En matière pénale, on ne parle pas de tribunaux d instance mais de «tribunaux

Plus en détail

La Violence à l encontre des Enfants et la Protection des Enfants en Danger. Elisabeth Zakharia Sioufi Avocat A La Cour

La Violence à l encontre des Enfants et la Protection des Enfants en Danger. Elisabeth Zakharia Sioufi Avocat A La Cour La Violence à l encontre des Enfants et la Protection des Enfants en Danger Elisabeth Zakharia Sioufi Avocat A La Cour Introduction - La violence à l encontre des enfants demeure une préoccupation majeure

Plus en détail

LOI n du 6 août 2004 relative à la bioéthique

LOI n du 6 août 2004 relative à la bioéthique J.O n 182 du 7 août 2004 page 14040 texte n 1 LOI n 2004-800 du 6 août 2004 relative à la bioéthique (adoptée le 30 juillet 2004) - Extrait / Clonage reproductif/crime contre l humanité et contre l espèce

Plus en détail

CONVENTION DE LANZAROTE

CONVENTION DE LANZAROTE T-ES(2014)THE-FR CONVENTION DE LANZAROTE Convention du Conseil de l Europe sur la protection des enfants contre l exploitation et les abus sexuels Réponses au questionnaire thématique FRANCE 1 er cycle

Plus en détail

QUAND L ENFANT VIENT SE CONFIER À UN ADULTE

QUAND L ENFANT VIENT SE CONFIER À UN ADULTE ANNEXES QUAND L ENFANT VIENT SE CONFIER À UN ADULTE Cesser séance tenante toute activité pour être disponible à l enfant, Ne pas renvoyer vers un tiers (tentation fréquente par peur de ne pas savoir comment

Plus en détail

Code pénal - Partie législative - LIVRE II : Des crimes et délits contre les personnes.

Code pénal - Partie législative - LIVRE II : Des crimes et délits contre les personnes. Code pénal - Partie législative - LIVRE II : Des crimes et délits contre les personnes. Article 221-1 Le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre. Il est puni de trente ans de

Plus en détail

PROJET DE LOI Fixant les conditions d exercice de la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique ou dans les lieux publics

PROJET DE LOI Fixant les conditions d exercice de la liberté de réunion et de manifestation sur la voie publique ou dans les lieux publics MINISTERE DE L ADMINISTRATION REPUBLIQUE TOGOLAISE TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION Travail Liberté Patrie ET DES COLLECTIVITES LOCALES PROJET DE LOI Fixant les conditions d exercice de la liberté

Plus en détail

Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté?

Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Pourquoi et comment renforcer la rétention de sûreté? Xavier Bébin Résumé La rétention de sûreté, instituée par la loi du 25 février 2008, a pour objet

Plus en détail

Responsabilité pénale. Responsabilité pénale médicale le refus d assistance

Responsabilité pénale. Responsabilité pénale médicale le refus d assistance Responsabilité pénale Responsabilité pénale médicale le refus d assistance Introduction Toute personne est susceptible de voir sa responsabilité engagée : Source de sanction (pénale) Source d indemnisation

Plus en détail

Textes de référence :

Textes de référence : Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Mali Textes de référence :! Code pénal et Code de procédure pénale.! Décret n 95-924 fixant la composition de la commission

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI

ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE. Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI PROJET DE LOI adopté le 21 septembre 2009 N 133 SÉNAT SECONDE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2008-2009 ATTENTION DOCUMENT PROVISOIRE Seule l impression définitive a valeur de texte authentique PROJET DE LOI

Plus en détail

«La traite des êtres humains est punie de sept ans d'emprisonnement et de d'amende.

«La traite des êtres humains est punie de sept ans d'emprisonnement et de d'amende. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, Reforcant la lutte contre les différentes formes de l'esclavage aujourd'hui TRANSMISE PAR M. LE PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE À M. LE PRÉSIDENT

Plus en détail

Ordonnance du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante

Ordonnance du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante Ce fichier a été téléchargé le jeudi 12 janvier 2017 sur Criminocorpus, Musée d'histoire de la justice, des crimes et des peines. 25 juin 2014 Pour citer cette page Législation, Musée Criminocorpus publié

Plus en détail

LA RESPONSABILITE PENALE DES PERSONNES MORALES

LA RESPONSABILITE PENALE DES PERSONNES MORALES LA RESPONSABILITE PENALE DES PERSONNES MORALES Le principe de la responsabilité pénale des personnes morales a constitué une des innovations les plus importantes apportée par la réforme du code pénal entrée

Plus en détail

La loi n du 17 juin 1998 (loi Guigou) relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu à la protection des

La loi n du 17 juin 1998 (loi Guigou) relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu à la protection des La loi n 98-468 du 17 juin 1998 (loi Guigou) relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu à la protection des mineurs crée le suivi socio-judiciaire et l injonction de

Plus en détail

28 AOÛT CIRCULAIRE CRIM. N /E8 du 7 août 2012 RELATIVE AU HARCELEMENT SEXUEL

28 AOÛT CIRCULAIRE CRIM. N /E8 du 7 août 2012 RELATIVE AU HARCELEMENT SEXUEL Fédération des entreprises internationales de la mécanique et de l électronique 43-45 rue de Naples 75008 PARIS Département Affaires sociales : Marie-Yannick DURIE Tél. : 01.44.69.40.66 Fax : 01.44.69.40.61

Plus en détail

Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Présentation

Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Présentation Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles Présentation Un réseau national de proximité 114 Centre d Information sur les Droits des Femmes et des Familles Les CIDFF exercent une mission

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 8 décembre 2011 relative à la présentation des dispositions relatives au tribunal correctionnel pour mineurs de la loi n 2011-939 du 10 août 2011 sur la participation des citoyens au fonctionnement

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les règles encadrant le secret professionnel et déontologique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité

Plus en détail

LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE

LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE LES ATTEINTES INVOLONTAIRES A L INTEGRITE DE LA PERSONNE Le fait de causer à autrui, dans les conditions et selon les distinctions prévues à l article 121-3, par maladresse, imprudence, inattention, négligence

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière. NOR : JUSX L/Bleue

PROJET DE LOI. relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière. NOR : JUSX L/Bleue RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la justice Ministère de l économie et des finances PROJET DE LOI relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière NOR : JUSX1310649L/Bleue-1

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A CHOIX MULTIPLES MOIS DE MARS 2006

QUESTIONNAIRE A CHOIX MULTIPLES MOIS DE MARS 2006 QUESTIONNAIRE A CHOI MULTIPLES MOIS DE MARS 2006 CONSIGNES Chaque affirmation propose plusieurs réponses. Ne cochez que la ou les réponses des propositions qui vous paraissent exactes BAREME DE NOTATION

Plus en détail

Commentaire. Décision n QPC du 6 février M. Claude A. (Agression sexuelle commise avec une contrainte morale)

Commentaire. Décision n QPC du 6 février M. Claude A. (Agression sexuelle commise avec une contrainte morale) Commentaire Décision n 2014-448 QPC du 6 février 2015 M. Claude A. (Agression sexuelle commise avec une contrainte morale) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 novembre 2014 par la Cour de cassation

Plus en détail

Comments from Switzerland (received on ) Revised table 2 (including figures for 2003 and 2004):

Comments from Switzerland (received on ) Revised table 2 (including figures for 2003 and 2004): Comments from Switzerland (received on 9. 1. 2006) Revised table 2 (including figures for 2003 and 2004): Commentaire relatif à diverses questions du Questionnaire Enquête de l Organisation des Nations

Plus en détail

Procédures. Victime d une infraction

Procédures. Victime d une infraction Vos droits Institutions Acteurs Procédures Victime d une infraction F i c h e P r a t i q u e Victime d une infraction La loi permet à toute personne victime d une infraction pénale (agression, vol, racket

Plus en détail

CORRECTION CAS PRATIQUE J. CAPITAINE

CORRECTION CAS PRATIQUE J. CAPITAINE 1 CORRECTION CAS PRATIQUE J. CAPITAINE Le cadre de l enquête Selon l article 67 du Code de procédure pénale, les policiers ne peuvent recourir à la contrainte que si les faits poursuivis constituent un

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Principales abréviations...3. Introduction. Présentation du droit pénal Chapitre 1 La criminalité... 6

TABLE DES MATIÈRES. Principales abréviations...3. Introduction. Présentation du droit pénal Chapitre 1 La criminalité... 6 TABLE DES MATIÈRES Principales abréviations...3 Introduction. Présentation du droit pénal... 5 Chapitre 1 La criminalité... 6 Section I La notion de criminalité...6 1. Les analyses...6 A. L approche fondée

Plus en détail

Direction des Affaires Juridiques INSK0128. Origine

Direction des Affaires Juridiques INSK0128. Origine Titre LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L'ASSURANCE CHOMAGE N Objet LA LOI D'AMNISTIE DU 6 AOUT 2002 - EFFETS A L'EGARD DES ALLOCATAIRES ET AFFILIES DE L'ASSURANCE CHOMAGE Origine Direction des Affaires Juridiques

Plus en détail

Définition des infractions et critères de classification

Définition des infractions et critères de classification Droit pénal suisse (Partie générale) Prof. Nicolas Queloz Définition des infractions et critères de classification I. Définition formelle de l infraction Sur un plan juridique formel, l infraction est

Plus en détail

Glossaire de termes juridiques. Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux

Glossaire de termes juridiques. Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux Glossaire de termes juridiques Convention-cadre pour la sécurisation des espaces commerciaux Vol à l étalage Le fait de prendre un objet et de ne pas le payer, constitué après franchissement des caisses

Plus en détail

L ordre juridictionnel de la Principauté de Monaco

L ordre juridictionnel de la Principauté de Monaco L ordre juridictionnel de la Principauté de Monaco Juridictions de premier ressort Justice de paix Juge de paix Litiges ne dépassant pas 4 600 Contestations relatives aux élections des délégués du personnel

Plus en détail

N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 1 er juillet 2015. PROPOSITION DE LOI portant réforme de la prescription

Plus en détail

Loi fédérale sur l application de sanctions internationales

Loi fédérale sur l application de sanctions internationales Loi fédérale sur l application de sanctions internationales (Loi sur les embargos, LEmb) 946.231 du 22 mars 2002 (Etat le 27 juillet 2004) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54,

Plus en détail

Newsletter - Décembre 2014 Les Droits Fondamentaux dans le régime de la garde à vue

Newsletter - Décembre 2014 Les Droits Fondamentaux dans le régime de la garde à vue Newsletter - Décembre 2014 Les Droits Fondamentaux dans le régime de la garde à vue La garde à vue est une mesure privative de liberté Ce n'est pas pour autant un moment de non droit. 1 La garde à vue,

Plus en détail

LE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE ET LES INFRACTIONS SEXUELLES

LE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE ET LES INFRACTIONS SEXUELLES LE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE ET LES INFRACTIONS SEXUELLES I. Les grands principes du droit pénal II. Les principales infractions sexuelles III. Le risque pénal IV. Vigilance: l impératif du consentement

Plus en détail

INCIVILITES ASPECTS JURIDIQUES

INCIVILITES ASPECTS JURIDIQUES INCIVILITES ASPECTS JURIDIQUES POUVOIRS DE POLICE ADMINISTRATIVE GÉNÉRALE DU MAIRE Articles L.2212-1 et L.2212-2 du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT). - Mesure précise et fondée sur un

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 26/09/2008 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 mai 2000 N de pourvoi: 99-80784 Publié au bulletin Rejet Président : M. Gomez, président Rapporteur : Mme Mazars., conseiller

Plus en détail

Procédure de discipline dans la FPT

Procédure de discipline dans la FPT Procédure de discipline dans la FPT Les fonctionnaires sont responsables de l exécution des tâches qui lui sont confiées et peut commettre une faute dans l exercice de ses fonctions. Une sanction ou pas

Plus en détail

N 3785 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 3785 ASSEMBLÉE NATIONALE N 3785 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 mai 2016. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

J.O n 135 du 13 juin 2001 page Lois

J.O n 135 du 13 juin 2001 page Lois J.O n 135 du 13 juin 2001 page 9337 Lois LOI no 2001-504 du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l homme et aux libertés

Plus en détail

Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive

Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive DS/DSB1/DSMJ/PRN SEMC/MN/PW/VERSION 5-23 10 2014 Mieux connaître, mieux comprendre et mieux défendre l éthique sportive 1-Auteurs et victimes de comportements contraires aux valeurs du sport : ce que vous

Plus en détail

110 W

110 W Archives départementales de la Vienne Série W Archives publiques postérieures au 10 juillet 1940 110 W 1-17 Tribunal spécial auprès de la Cour d appel de Poitiers Section spéciale de la Cour d appel de

Plus en détail

LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION

LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION LES EXIGENCES DEONTOLOGIQUES ET LA REPRESSION DES DELITS DE PRESSE EN PERIODE ELECTORALE Communication à l occasion de l atelier co-organisé par l UPMB et la DANIDA Joseph DJOGBENOU Docteur en Droit Avocat

Plus en détail

N 2345 PROPOSITION DE LOI

N 2345 PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 24 février 2010. PROPOSITION DE LOI visant à encadrer la profession

Plus en détail

gérer les bruits de voisinage

gérer les bruits de voisinage gérer les bruits de voisinage évolution réglementaire récente modification du Code de la Santé Publique par le décret du 31/08/2006 réglementation des bruits de voisinage quelques repères historiques.

Plus en détail

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1 DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 46 Loi concernant les enquêtes policières indépendantes Présentation Présenté par M. Robert Dutil Ministre de la Sécurité publique Éditeur

Plus en détail

Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution

Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution Responsabilité pénale des entreprises et des personnes physiques en matière de pollution Intersol 2010 18 mars 2010 Nathalie Roret et Mathieu Farge Avocats au barreau de Paris nroret@farthouat.com - mfarge@jonesday.com

Plus en détail

THÈME 1 QU EST-CE QU ÊTRE RESPONSABLE? CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE LA RESPONSABILITÉ CIVILE?

THÈME 1 QU EST-CE QU ÊTRE RESPONSABLE? CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE LA RESPONSABILITÉ CIVILE? SYNTHÈSE Dans le vocabulaire courant, le mot «responsable» désigne la personne qui doit accepter et subir les conséquences de ses actes. Le sens juridique du terme se rapproche du langage courant, mais

Plus en détail

Le faux et l usage de faux

Le faux et l usage de faux Université Hassan I Ecole nationale de commerce et de gestion Le faux et l usage de faux Préparé par: MERZOUGUI. Iatimade SAHAB. Salima SOALI. Hajar PLAN I. Définition II. Eléments de base 1. Elément légal

Plus en détail

Les enjeux juridiques du risque de transmission

Les enjeux juridiques du risque de transmission 1 er forum SFLS 7 ans après l Avis Suisse, que dit-on aux patients? 10 et 11 décembre 2015 Les enjeux juridiques du risque de transmission Jean-Philippe VAUTHIER Docteur en droit Responsable scientifique

Plus en détail