RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE"

Transcription

1 RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était de vérifier le bon fonctionnement du bâtiment et surtout de ressentir par eux même le confort thermique. Une partie des mesures et de ce premier retour d expérience est présenté dans ce document qui ne présente qu une partie du travail réalisé sur ce projet. RCS Lyon HELIASOL SARL au capital de euros TVA FR

2 Page 2 sur 7 UNE MAISON PASSIVE CERTIFIEE En mars 2009, Christophe De Grandpré, gérant de Vernet bois construction, contacte HELIASOL pour concevoir une maison passive en ossature bois sur la commune de La Chapelle, près de VICHY (03). Seulement 9 mois plus tard, cette maison de 120 m² de SHON, est inaugurée. C est la première maison d Auvergne certifiée PassivHaus et la 6ème en France. Accès aux combles de l extérieur pour éviter des pertes thermiques par une trappe d accès Parois très isolées : 30 à 40 cm d isolant, Ubat = 0.19 W/m².K Bâtiment très étanche à l air (n50 = 0.31 vol/h et I4 = m3/h.m² Solaire passif grâce à 15 m² de triple vitrage orientés sud Les principes de la conception passive illustrés ci dessus permettent d obtenir des besoins de chauffage inférieurs à 8 kwh/m².an et de chauffer le bâtiment par la ventilation. Le bilan thermique du bâtiment ci dessous nous montre qu une maison passive est avant tout une maison solaire: plus de 60 % des déperditions sont couvertes par le soleil! Bilan thermique du bâtiment (kwh/m².an) Déperditions Déperditions par l'enveloppe Déperditions par la ventilation Déperditions par infiltrations 27.6 Apports Apports solaires utiles Apports internes utiles Apports par le chauffage

3 Page 3 sur 7 UNE MAISON CHAUFFEE PAR LA VENTILATION Comment est chauffée cette maison? Ni radiateur, ni plancher chauffant, ni poêle à bois. L ensemble est chauffé par le système de ventilation hygiénique représenté ci dessous : Une batterie en aval de la VMC double flux alimentée par le ballon d eau chaude permet de chauffer le bâtiment Une VMC double flux haute performance permet de souffler de l air quasiment à la température intérieure Une régulation intégrée au système de ventilation maintient la température de consigne souhaitée dans le séjour Un puits canadien à eau glycolée en amont de la VMC double flux permet de réchauffer l air en hiver ou de le refroidir en été Le ballon d eau chaude est préchauffé par des capteurs solaires thermiques complétés par une résistance électrique Il ne s agit pas d un système de chauffage air pulsé classique! L air chaud est soufflé aux débits de ventilation hygiénique, c est à dire des débits très faibles. La puissance de chauffage nécessaire est d environ 11 W/m², soit 1200 W pour l ensemble de la maison.

4 Page 4 sur 7 PREMIERS CONSTATS EN ENTRANT DANS LES LIEUX Le 3 mars 2010 au soir, il fait 6-7 C à l extérieur. Nous arrivons dans une maison qui n est pas chauffée depuis plusieurs jours et dont les volets sont fermés car elle n est pas encore occupée. La température intérieure est tout de même de C! La sensation de confort est malgré tout très bonne en raison des points suivants que nous avons pu constater à l aide d une caméra thermique : Les triples vitrages n engendrent pas d effet de parois froides. Les murs sont quasiment à la même température que l air car ils sont très isolés. La température opérative que l on définit comme la moyenne de la température de l air et de celle des parois intérieures est donc quasiment de 17 C. Le corps ressent à peu près le même confort que dans une maison chauffée à 20 C mais dont les parois sont à 14 C (cas d un mur non isolé par 6 C de température extérieure) Il n y a pas de points froids car il y a très peu de ponts thermiques, très peu d infiltrations et l air neuf est préchauffé à une température très proche de l air intérieur. On observe une très faible stratification de l air même dans les pièces où l on souffle de l air chaud. Debout à l aplomb d une bouche qui souffle de l air à 30 C (voir photo ci contre), on ne ressent pas d inconfort. La chaleur venant de la bouche est à peine perceptible.

5 21:27:40 22:04:50 22:42:00 23:19:10 23:56:20 00:33:30 01:10:40 01:47:50 02:25:00 03:02:10 03:39:20 04:16:30 04:53:40 05:30:50 06:08:00 06:45:10 07:22:20 07:59:30 08:36:40 09:13:50 09:51:00 10:28:10 11:05:20 11:42:30 12:19:40 12:56:50 13:34:00 14:11:10 14:48:20 15:25:30 16:02:40 Page 5 sur 7 TEST DE L INSTALLATION DE CHAUFFAGE Des sondes enregistreuses de température nous ont permis d analyser la mise en chauffe du bâtiment à postériori: 35 C Mise en chauffe du bâtiment 30 C 25 C 20 C 15 C 10 C 5 C C Ch NE haut Séjour Séjour - souflage Extérieur On constate que : La température intérieure remonte rapidement alors que le chauffage n est pas à sa puissance maximale et qu il s agit d une journée fraiche et peu ensoleillée. L inversion des températures dans le séjour et la chambre s explique par la présence des occupants et des appareils électriques qu ils utilisent. Ceci nous montre l importance des apports internes dans une maison passive. Le thermostat placé dans le séjour permet de réguler efficacement la température intérieure en adaptant la température de soufflage. Le système de chauffage fonctionne bien après quelques réglages au niveau de la ventilation, de la batterie de chauffage et du puits canadien à eau glycolée. Une maison passive doit être bien conçue et bien réalisée mais aussi mise en service par des professionnels.

6 Page 6 sur 7 OUVERTURE D UNE FENETRE LE MATIN On entend souvent dire que l on ne peut pas ouvrir les fenêtres dans une maison passive. C est tout aussi possible que dans une maison classique mais ce n est pas nécessaire en raison de la ventilation double flux qui assure un renouvellement de l air continu. Quand bien même, si l on souhaite ouvrir ces fenêtres le matin alors qu il fait 0 C dehors, cela est sans conséquence. La preuve ci dessous : La température dans la chambre nord est de C au début de la nuit. L occupant qui dort dans cette pièce dégage environ 60 W dans son sommeil qui font monter la température jusqu à 20 C en fin de nuit. Les températures au sol et au plafond sont quasi identiques. A 8h00 du matin, il ouvre la fenêtre pendant environ 20 minutes alors qu il fait environ 0 C à l extérieur, avec un vent modéré. La température de la pièce chute d environ 4 C. Moins d une heure après on a gagné 2 C, puis encore 2 C deux heures plus tard. La température de l air a baissé mais il est difficile de s en rendre compte lorsque l on rentre dans la chambre. En effet, un contrôle des parois à la caméra thermique montre que leur température n a quasiment pas baissé. De plus, la baisse de température se situe surtout au niveau du plancher, ou l air froid s est accumulé.

7 Page 7 sur 7 CONCLUSION Cette visite nous confirme que : - La perfection de l enveloppe rend la maison rapidement très confortable même dans des conditions difficiles (peu d apport solaire, maison peu occupée) - Les installations techniques (chauffage-vmc-ecs), du fait de leur intégration et de leurs interactions, méritent une grande vigilance quant à leur mise en œuvre et leur mise en service.

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans une maison classique 1. Pertes par les murs et les

Plus en détail

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage Prise en compte dans la PEB Chauffage et ventilation Bâtiments à haute performance énergétique Mai 2013 Les systèmes de chauffage et de ventilation sont pris en compte dans la PEB Consommation en énergie

Plus en détail

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005

Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Amélioration de la performance énergétique des bâtiments : une nouvelle réglementation pour tous les bâtiments neufs, la RT2005 Les textes réglementaires Le décret relatif aux caractéristiques thermiques

Plus en détail

ECO PRET 0% en toute confiance

ECO PRET 0% en toute confiance ECO PRET 0% L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet,grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

Isolation des ouvertures

Isolation des ouvertures Isolation des ouvertures Mise à jour le 15/09/2010 Dans une maison aux murs et au toit bien isolés, les déperditions thermiques au niveau des fenêtres peuvent atteindre 40%! Cette fiche a pour but de vous

Plus en détail

Kit Puits Canadien. Ventilation double flux

Kit Puits Canadien. Ventilation double flux Kit Puits Canadien Ventilation double flux Sommaire 1. Informations générales... 3 2. Consigne de sécurité... 4 3. Principe de fonctionnement... 5 4. Installation... 4.1 Contrôle à la livraison... 4.2

Plus en détail

021 601 83 23 www.biff.fr. Bureau d Ingénieurs Fenêtres & Façades SA 07-05-2009 / LF / BIFF SA THERMOGRAPHIE

021 601 83 23 www.biff.fr. Bureau d Ingénieurs Fenêtres & Façades SA 07-05-2009 / LF / BIFF SA THERMOGRAPHIE THERMOGRAPHIE THERMOGRAPHIE POURQUOI UNE THERMOGRAPHIE? COMMENT CELA FONCTIONNE? COMMENT INTERPRETER LES PHOTOS THERMOGRAPHIQUES? ISOLATION DES BÂTIMENTS AI-JE BESOIN DE M EN OCCUPER? COMMENT CALCULER

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) DIAGSOLOGIS 81 route du Rhin Napoléon 67000 Strasbourg Tél. : 03 88 43 37 59 / 06 15 54 38 29 - Fax : 03 88 39 67 80 RCS : 513247189 Compagnie d assurance : HISCOX n HARCP 0083339 Diagnostic de performance

Plus en détail

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux

La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux La fenêtre chauffante pour le chauffage périphérique des locaux AGPI (avril 2008) Alain Moreau,ing., M.Sc.A. Institut de Recherche d Hydro Hydro-Québec Sylvain Caron, ing. CARON, BEAUDOIN ET ASSOCIÉS 1

Plus en détail

MODALITES D ATTRIBUTION DE L AIDE - Isolez futé! - ;

MODALITES D ATTRIBUTION DE L AIDE - Isolez futé! - ; Subventions pour l isolation performante - Communauté de Communes de Feurs-en en-forez - Communauté de Communes des Collines du Matin - MODALITES D ATTRIBUTION DE L AIDE - Isolez futé! - ; I.1. Descriptif

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA DECISION POUR DES MAISONS INDIVIDUELLES REHABILITEES FACTEUR 4

OUTILS D AIDE A LA DECISION POUR DES MAISONS INDIVIDUELLES REHABILITEES FACTEUR 4 OUTILS D AIDE A LA DECISION POUR DES MAISONS INDIVIDUELLES REHABILITEES FACTEUR 4 // CONSORTIUM MOBILISÉ Phénix Evolution : filiale de GEOXIA Travaux de rénovation et d embellissement Renforcement des

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement»

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» GROUPE DE TRAVAIL Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» CONTACT Nom, Prénom : Maxime CLAVAL Coordonnées : maxime@qivivo.com 06 24 07 18 02 0 805

Plus en détail

FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES ACTIONS ECONOMIQUES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES ACTIONS SOCIALES

FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES ACTIONS ECONOMIQUES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES ACTIONS SOCIALES FICHE ACTIONS ACTIONS GLOBALES Concept de la maison auto-chauffée, système innovant basé sur le principe de l Hypocauste Romain (plancher chauffant par circulation d'air) couplé à des capteurs solaires

Plus en détail

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE LA MAISON PASSIVE LA MAISON PASSIVE ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE AVRIL 2016 La Maison Passive France 110 rue Réaumur - 75002 Paris 01 45 08 13 35 www.lamaisonpassive.fr

Plus en détail

CONCEPTION CLIMATIQUE

CONCEPTION CLIMATIQUE CONCEPTION CLIMATIQUE Selon les cours de Nicolas TIXIER Attention : l'ensemble de ce cours s'applique à des logiques d'habitat en climat tempéré (froid l'hiver / chaud l'été) - La notion de confort - Pour

Plus en détail

RENOV COPRO. des ménages :

RENOV COPRO. des ménages : RENOV COPRO L énergie, un enjeu majeur pour notre territoire Un tiers des habitants dépensent aujourd hui plus de 10 % de leurs revenus pour leurs factures d énergie. Les prix de l énergie ont augmenté

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : 595 / 1 19/11/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : < 1948 Surface habitable : 51,82 m² Adresse : 24 RUE LEPELLETIER - APT 3 ETAGE 59000 LILLE Date de visite: 16/11/2011 Date

Plus en détail

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu 2 BÂTISSEZ L ESPRIT TRANQUILLE Chers candidats bâtisseurs, Au travers de cette brochure, nous souhaitons parfaire votre

Plus en détail

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006 Ordonnance du 12 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 modifiant le règlement sur l énergie Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 9 juin 2000 sur l énergie; Arrête: Art. 1 Le règlement

Plus en détail

La Maison du Bon Sens. Rencontre ENERGIVIE 22 Mai 2008 - MULHOUSE

La Maison du Bon Sens. Rencontre ENERGIVIE 22 Mai 2008 - MULHOUSE La Maison du Bon Sens Rencontre ENERGIVIE 22 Mai 2008 - MULHOUSE 2 - Une nouvelle maison LA MAISON DU BON SENS Une nouvelle maison La Bonne Maison, prototype de maison labellisée EFFINERGIE, un gage de

Plus en détail

PSD EN MORBIHAN LE PROJET. Octobre - Décembre 2013

PSD EN MORBIHAN LE PROJET. Octobre - Décembre 2013 PSD EN MORBIHAN Octobre - Décembre 2013 - Le projet - La mise en place - Les réglages - La mise en route et les résultats après 6 mois - Ce qu il reste à faire LE PROJET La maison est neuve et principalement

Plus en détail

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques Jérôme Bertrand Centre Urbain Commune d Etterbeek 25 avril 2012 Pour rénover votre logement aujourd hui: Cycle

Plus en détail

Chauffage & Climatisation. «Je veux un Chauffage performant. simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU. Solution YUTAKI RESIDENTIEL

Chauffage & Climatisation. «Je veux un Chauffage performant. simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU. Solution YUTAKI RESIDENTIEL Chauffage & Climatisation «Je veux un Chauffage performant simple & respectueux de l environnement!» NOUVEAU Solution RESIDENTIEL Solution Je veux un système de chauffage efficace, pour ma maison qui est

Plus en détail

Un corps de ferme transformé en 3 logements performants

Un corps de ferme transformé en 3 logements performants Cas pratique Un corps de ferme transformé en 3 logements performants «Cinq années passées au Sénégal, dont deux ans en pleine brousse en tant que volontaire du progrès pour le Service National, ça laisse

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre

CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre CERQUAL Points d actualité Rennes le 23 septembre Un contexte en pleine évolution Crise économique internationale majeure - des acteurs économiques endettés - diminution des aides - avenir incertain Développement

Plus en détail

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE 1. DEFINITION L Utilisation Rationnelle de l Energie (URE) fait le choix des solutions qui s accompagnent de

Plus en détail

MAISONS INDIVIDUELLES CONSTRUITES AVANT 1949

MAISONS INDIVIDUELLES CONSTRUITES AVANT 1949 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.037RR

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 2 CAF de LYON: BILAN DE 1998 à 2009 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT Pourquoi faire des suivis -Tester des nouveaux matériels se faire une opinion -Accompagner nos

Plus en détail

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Bâtiments de la Mairie.

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Bâtiments de la Mairie. ERMEL Energie Ingénierie de la maîtrise de l énergie et des énergies renouvelables 3 avenue du général Leclerc 38200 Venne Annexe Rapport de Thermographie Infra Rouge Maître d ouvrage : Mairie de Chonas

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

Copropriété : Nom de la copropriété :

Copropriété : Nom de la copropriété : TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX, METROPOLE «FORMULAIRE TYPE COPROPRIETES FACTURES» CADRE A Données relatives

Plus en détail

1. Thermally activated building systems (TABS) Lexique

1. Thermally activated building systems (TABS) Lexique 1. Thermally activated building systems (TABS) Les immeubles modernes nécessitent des systèmes de refroidissement efficaces. Une solution pour réduire la température est de refroidir la dalle béton, permettant

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM

Plus en détail

LES EQUIPEMENTS TECHNIQUES ADAPTES A LA REHABILITATION

LES EQUIPEMENTS TECHNIQUES ADAPTES A LA REHABILITATION LES EQUIPEMENTS TECHNIQUES ADAPTES A LA REHABILITATION Intervenant : Gilles Guillemard ADEME Ville et Aménagement Durable 25 octobre 2012 SOMMAIRE Comment choisir les différents systèmes de ventilation

Plus en détail

RESTRUCTURATION DU GROUPE SCOLAIRE

RESTRUCTURATION DU GROUPE SCOLAIRE Mairie de Lalande de Pomerol / le Bourg / 33500 Lalande de Pomerol Restructuration du groupe scolaire / Tranche de travaux 2 Le 23 mai 2014 MAIRIE DE LALANDE DE POMEROL RESTRUCTURATION DU GROUPE SCOLAIRE

Plus en détail

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 Diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la région Centre de 40 % Depuis la fin du XVIII e siècle, notre modèle de civilisation est fondé sur une exploitation intensive

Plus en détail

énovation d'un immeuble de 20 logemen ans le cadre d'une gestion par une Agenc mobilière Sociale

énovation d'un immeuble de 20 logemen ans le cadre d'une gestion par une Agenc mobilière Sociale énovation d'un immeuble de 20 logemen ans le cadre d'une gestion par une Agenc mobilière Sociale Martin énieur architecte - Conseillère en Rénovation FA asbl e du Fort, 25 à St-Gilles ntexte mmeuble comprend

Plus en détail

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest Au

Plus en détail

ecobat L efficience énergétique dans la construction Un service

ecobat L efficience énergétique dans la construction Un service ecobat L efficience énergétique dans la construction Un service qu Qu est-ce ecobat? Depuis 2011, une ordonnance cantonale, l OURE*, oblige chaque construction ou rénovation importante à intégrer une part

Plus en détail

Surfaces vitrées et RT 2012

Surfaces vitrées et RT 2012 Surfaces vitrées et RT 2012 Comment choisir les caractéristiques des fenêtres en fonction du contexte et pour quelles performances? Jean-Luc Marchand, Délégué Général SNFA Hervé Lamy, Directeur technique

Plus en détail

Eco-prêt à taux zéro

Eco-prêt à taux zéro Eco-prêt à taux zéro L'éco-prêt à taux zéro vous permet de financer la rénovation énergétique de votre logement et ainsi de réduire vos consommations d'énergie et vos émissions de gaz à effet de serre.

Plus en détail

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service

auditelec Le confort pour moins d énergie Un service auditelec Le confort pour moins d énergie Un service qu Qu est-ce auditelec? Auditelec se présente comme une analyse de la consommation d énergie de votre logement et fournit les mesures à prendre afin

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique - Logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique - Logement (6.A) 1/7 Diagnostic de performance énergétique - Logement (6.A) N : FG-0908-054 Valable jusqu au : 05/08/2019 Type de bâtiment :T2 - Etage 1 Droit - Lot n 6 Année de construction :

Plus en détail

Bien choisir les vitrages de vos fenêtres et baies vitrées

Bien choisir les vitrages de vos fenêtres et baies vitrées Bien choisir les vitrages de vos fenêtres et baies vitrées 2 Isolation thermique 4-5 Contrôle solaire 6 Isolation acoustique 7 Sécurité 8 Facilité d entretien 9 Intimité et esthétique 10 Des vitrages pour

Plus en détail

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Agence MINERGIE romande Nicole Perrenoud Février 2010 Nouveautés 2009/2010 De nombreux règlements, normes et ordonnances ont été modifiés

Plus en détail

Enveloppe thermique. Total isolation : 80 mm Bloc Béton Cellulaire. Tourcoing le 28/10/11

Enveloppe thermique. Total isolation : 80 mm Bloc Béton Cellulaire. Tourcoing le 28/10/11 Enveloppe thermique a- Plancher bas : U = 0,25 W/m 2 K - Dalle béton sur pieux, e = 200 mm - Résilient acoustique 20 mm - Complexe plancher chauffant : isolant PSE 60 mm - Complexe plancher chauffant :

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005

Réglementation Thermique 2005 Réglementation Thermique 2005 Fichier standardisé des caractéristiques thermiques d'une construction neuve (en vue de la synthèse d'étude thermique, du contrôle et du diagnostic de performance énergétique)

Plus en détail

Diagnostic du bâtiment et remédiation

Diagnostic du bâtiment et remédiation Diagnostic du bâtiment et remédiation Gestion du radon 2 Le diagnostic technique du bâtiment Buts : Identifier les causes de présence de radon points d entrée, voies de transfert, accumulation proposition

Plus en détail

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 SCANNAVINI CHRISTIAN BATI 2 1 SOMMAIRE : Présentation de l entreprise 3 QQOQCPC 4 Problème et Solutions 5 Liste des

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Non disponible (+/- 1900) Année de construction :

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : 41114.654 Valable jusqu au : 3/11/224 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Entre 21 et 25 Surface habitable : 45.37 m² N Lot:

Plus en détail

Visites bois - énergie

Visites bois - énergie Conférences et visites Visites bois - énergie Creil et Chantilly (60) Date 15/04/2013 Auteur MD Version 0 Résumé Visites sur site des chaufferies de Creil et Chantilly, le mercredi 10 avril 2013, organisées

Plus en détail

SIEMP Société Immobilière d économie mixte de la Ville de Paris 29 boulevard Bourdon, 75180 Paris Cedex 04

SIEMP Société Immobilière d économie mixte de la Ville de Paris 29 boulevard Bourdon, 75180 Paris Cedex 04 Société Immobilière d économie mixte de la Ville de Paris 29 boulevard Bourdon, 75180 Paris Cedex 04 ETUDE THERMIQUE DU PROJET ANALYSE THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE PROJET DE CONSTRUCTION DE 17 LOGEMENTS

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique

Diagnostic de performance énergétique Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) bureaux, services administratifs, enseignement N : 6142513 / 1 / 2 / 1 Réf. Ademe : 1434V4000104F

Plus en détail

Cellule de Transfert Thermique THERMO 3

Cellule de Transfert Thermique THERMO 3 4) Cellule de Transfert Thermique 1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Les enceintes chaudes et froides sont placées de part et d autre de la paroi à tester Chaque enceinte est mise à température régulée (côté

Plus en détail

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire

REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE. ADEME Direction régionale des Pays de la Loire REHABILITATION ENERGETIQUE DE DIX MAISONS INDIVIDUELLES APPEL A CANDIDATURE ADEME Direction régionale des Pays de la Loire 1. Description de l appel à candidature Avec 44 % du bilan énergétique, le secteur

Plus en détail

Désignation du ou des bâtiments

Désignation du ou des bâtiments Tél. : 02 51 05 15 33 Fax : 02 51 08 92 30 Agence BG IMMOBILIER 27 Place Saint Brice 44115 BASSE GOULAINE CLISSON, le 03/02/2009 Nos Références : MAUGÉ/FF/030209 Objet : Envoi des résultats des diagnostics

Plus en détail

Villes et Territoires Durables

Villes et Territoires Durables Villes et Territoires Durables Rénovation énergétique des villes de la reconstruction Construisons l énergie des villes et territoires Leviers pour des villes et territoires durables REDUIRE LA CONSOMMATION

Plus en détail

2. Étude du DPE de la villa actuelle

2. Étude du DPE de la villa actuelle Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Simulation d un DPE 1 d une villa T le STI2D CI5 : Efficacité énergétique dans l habitat TP ET D après le TP de Thierry Marxer académie

Plus en détail

«Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016

«Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016 «Comment allier performance et coûts dans l intégration des enveloppes du bâtiment» AGPI : Vers Passivhaus 12/13 avril 2016 Daniel Pearl, architecte Professeur agréé (à mi-temps) à l École d architecture

Plus en détail

SOLERIO OPTIMUM 2 CHAUFFE EAU SOLAIRE INDIVIDUEL SOLUTION EN NEUF OU EN RÉNOVATION ÉNERGIE GRATUITE ET RENOUVELABLE

SOLERIO OPTIMUM 2 CHAUFFE EAU SOLAIRE INDIVIDUEL SOLUTION EN NEUF OU EN RÉNOVATION ÉNERGIE GRATUITE ET RENOUVELABLE SOLERIO OPTIMUM 2 CHAUFFE EAU SOLAIRE INDIVIDUEL SOLUTION EN NEUF OU EN RÉNOVATION ÉNERGIE GRATUITE ET RENOUVELABLE FAITES CONNAISSANCE AVEC... SOLERIO OPTIMUM 2 Qu est-ce que Solerio Optimum 2? C est

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées

Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées Enveloppe du bâtiment Isolation des façades vitrées 44 personnes 13,7 M de CA en 2013 PRESENTATION DE L ENTREPRISE Structure et Organisation Conception et réalisation de façades vitrées et verrières architecturales

Plus en détail

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois

Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois Performance énergétique et mise en œuvre des menuiseries extérieures Bois 5 à 7 de l éco-construction Pierre LERICHE et Jean-Louis ANDRE Aubenas le 25/09/2014 Présentation de CERIBOIS Performances énergétique

Plus en détail

Les aides financières. équipement

Les aides financières. équipement Les aides financières équipement Modification à venir Le début d année 2011 augure des modifications dans les aides financières. Parution prochaine de la loi de finance. Les aides dans le neuf Nouveau

Plus en détail

Travaux de la rénovation

Travaux de la rénovation GITE DES TROIS MAISONS Travaux de la rénovation RESERVATIONS : Tél./fax : 03.29.60.86.12 78, chemin des champs Bernard 88400 XONRUPT LONGEMER gite3maisons@free.fr Face Sud Ouest Photos extérieur s AVANT

Plus en détail

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti?

Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Atelier «réhabilitation du bâti ancien» Comment concilier performance énergétique et préservation du bâti? Emmanuel Mouton, artisan CAPEB Franck Turlan, coordonnateur Pôle Energies 11 Conférence annuelle

Plus en détail

La Domotique est-elle une solution pour les économie d'énergie?

La Domotique est-elle une solution pour les économie d'énergie? La Domotique est-elle une solution pour les économie d'énergie? La définition de la Domotique Le mot domotique vient de domus qui signifie domicile en latin et du suffixe Télématique qui fait référence

Plus en détail

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements

Améliorer la Qualité de l Air dans les Logements En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Mars 2010 Avec le soutien de : AD Consultant En la Qualité de l Air Le rôle essentiel du Plombier-Chauffagiste Pour garantir la qualité

Plus en détail

AUTUN Saint Pantaleon

AUTUN Saint Pantaleon AUTUN Saint Pantaleon Réhabilitation de 102 logements Bâtiments 53-54 1. Le programme et les objectifs 2. La nature des travaux 3. L'approche financière 4. L'eau chaude sanitaire solaire 5. Les performances

Plus en détail

VOTRE RÉGION. Un prêt à 0 % C est le moment de penser à son isolation! AVEC LA PARTICIPATION DE :

VOTRE RÉGION. Un prêt à 0 % C est le moment de penser à son isolation! AVEC LA PARTICIPATION DE : VOTRE RÉGION L E P R Ê T I S O L A T I O N P O U R V O T R E M A I S O N Un prêt à 0 % C est le moment de penser à son isolation! AVEC LA PARTICIPATION DE : 3 bonnes raisons de penser à son isolation 1

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants PREMIUM 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080

Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080 Suivi et Evaluation de 10 chauffages solaires SolisConfort Synthèse du programme ADEME no 0905C0080 Été 2014 Résumé principales conclusions Dans le cadre de ses missions, l'ademe poursuit la démarche,

Plus en détail

Insert 700 Grand Angle

Insert 700 Grand Angle Insert 700 Grand Angle Référence 6674 43 Rédacteur FL 11/08/14 page 1/6 573 520 Fiche technique AN 6674 43 Insert 700 GA Référence : 667443 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

be.passive présente une maison 68 be.passive 19

be.passive présente une maison 68 be.passive 19 be.passive présente une maison texte photos 68 be.passive 19 Une échelle de Jacob dans un intérieur d ilot be.passive 19 69 maison privée rue de la senne 55 1000 Bruxelles privé architecte Amandine Sellier

Plus en détail

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel»

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» 26 octobre 2012 L association Énergies et Avenir Énergies

Plus en détail

PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉCONERGÉTIQUE. efficaciteenergetique.mrnf.gouv.qc.ca TABLEAU DES AIDES FINANCIÈRES. Clientèle gaz naturel Septembre 2011

PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉCONERGÉTIQUE. efficaciteenergetique.mrnf.gouv.qc.ca TABLEAU DES AIDES FINANCIÈRES. Clientèle gaz naturel Septembre 2011 MC PROGRAMME DE RÉNOVATION ÉCONERGÉTIQUE efficaciteenergetique.mrnf.gouv.qc.ca TABLEAU DES AIDES FINANCIÈRES Clientèle gaz naturel Septembre 2011 1 DÉROULEMENT DE LA PREMIÈRE ÉVALUATION ÉNERGÉTIQUE Vous

Plus en détail

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux.

Après différents essais, c est en 1994 qu apparaissent les premiers essais de mélanges à base d chanvre non traité et de liant à base de chaux. LES ENDUITS CHANVRE ET CHAUX UN PRODUIT RECENT EN ISOLATION L utilisation du chanvre pour la correction thermique des habitations est une chose relativement récente : c est vers 1985 que la Chanvrière

Plus en détail

Efficacité énergétique du bâtiment : théorie et pratique

Efficacité énergétique du bâtiment : théorie et pratique Efficacité énergétique du bâtiment : théorie et pratique Christophe Matas Ing. dipl. EPF/SIA christophe@matas.ch Efficacité énergétique du bâtiment : théorie et pratique Morceaux choisis issus de mon expérience

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique - logement (6.1) Dossier 1507-154 - Appartement 2p - A16

Diagnostic de performance énergétique - logement (6.1) Dossier 1507-154 - Appartement 2p - A16 Diagnostic de performance énergétique - logement (6.1) Dossier 1507-154 - Appartement 2p - A16 Date : 28/09/2015 Date de visite : 20/07/2015 Valable jusqu au : 27/09/2025 Diagnostiqueur : Philippe ASCASO

Plus en détail

7 Introduction 9 Conception 9 21 Construction 22 Principales jonctions Mise en œuvre Entretien et maintenance

7 Introduction 9 Conception 9 21 Construction 22 Principales jonctions Mise en œuvre Entretien et maintenance SOMMAIRE 7 Introduction 9 Conception 9 1. Liaison véranda bâti existant 11 2. Typologie 13 3. Orientation 17 4. Fonctionnement de la maison avec la véranda 17 5. Dimensions et proportions 18 6. Autorisations

Plus en détail

L administration apporte des précisions sur la notion de remplacement pour le bénéfice de la majoration du crédit d impôt.

L administration apporte des précisions sur la notion de remplacement pour le bénéfice de la majoration du crédit d impôt. Crédit d impôt Développement durable Précisions de l administration fiscale L administration fiscale, commente dans une instruction publiée au BOI, les aménagements apportés au crédit d impôt «Développement

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.

La mention RGE et les aides financières qui en découlent. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine. La mention RGE et les aides financières qui en découlent Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE 1. Les missions et le rôle de l ALEC 2. La mention

Plus en détail

Rénovation d immeubles d habitation au niveau BBC

Rénovation d immeubles d habitation au niveau BBC Rénovation d immeubles d habitation au niveau BBC Retour d expérience sur les opérations menées dans le Quartier Franklin à Mulhouse de 2004 à 2010 (Synthèse - Mai 2010) La rénovation du quartier Franklin

Plus en détail

Marché de maîtrise d œuvre pour la la rénovation énergétique et la réorganisation de l accueil de la Maison du Parc Livradois-Forez

Marché de maîtrise d œuvre pour la la rénovation énergétique et la réorganisation de l accueil de la Maison du Parc Livradois-Forez Marché de maîtrise d œuvre pour la la rénovation énergétique et la réorganisation de l accueil de la Maison du Parc Livradois-Forez MARCHE DE MAÎTRISE D ŒUVRE «PROCEDURE ADAPTEE» (ARTICLE 28 DU CODE DES

Plus en détail

PVG, L EXPERT DU CLIMAT Intérieur

PVG, L EXPERT DU CLIMAT Intérieur Information presse - Février 2015 PVG, L EXPERT DU CLIMAT Intérieur présente Depuis 2000, PVG France, filiale du groupe hollandais PVG Holding, distribue en France toute une gamme de climatiseurs pour

Plus en détail

Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables

Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables Chauffage au mazout moderne énergies renouvelables 1 2 Le mazout, le diesel et les technologies faisant appel à ces combustibles peuvent être combinés avec des énergies renouvelables. Production d eau

Plus en détail

Chaufferie modulaire Modules Muraux Gaines préfabriquées

Chaufferie modulaire Modules Muraux Gaines préfabriquées expert EN CONCEPTION de modules hydrauliques Chaufferie modulaire Modules Muraux Gaines préfabriquées Un service à la carte E-Module propose des solutions hydrauliques brevetées, pouvant être posées dans

Plus en détail

Etes-vous prêts pour les chantiers de demain?

Etes-vous prêts pour les chantiers de demain? Etes-vous prêts pour les chantiers de demain? CONTEXTE L efficacité énergétique Attente des clients : Vivre dans un habitat confortable et peu consommateur Faire appel à des professionnels compétents Opportunités

Plus en détail

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.

Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc.be Centre Scientifique et Technique de la Construction http://www.cstc. Eléments de structure et détails de construction ti Partie 3: Les planchers L. Firket CSTC Isolation thermique Etanchéité à l air 1 Contenu 1. Isolation thermique 2. Nœuds constructifs 4. Conclusions 2

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005

Réglementation Thermique 2005 Réglementation Thermique 2005 Fichier standardisé des caractéristiques thermiques d'une construction neuve (en vue de la synthèse d'étude thermique, du contrôle et du diagnostic de performance énergétique)

Plus en détail

ELABORATION D UN CODE DE CALCUL DE DEPERDITIONS EN UTILISANT LE LOGICIEL MATLAB MAISON F 3 -CAS DU CHAUFFAGE- Hammadou Amina* 1, Draoui Belkacem* 2

ELABORATION D UN CODE DE CALCUL DE DEPERDITIONS EN UTILISANT LE LOGICIEL MATLAB MAISON F 3 -CAS DU CHAUFFAGE- Hammadou Amina* 1, Draoui Belkacem* 2 ELABORATION D UN CODE DE CALCUL DE DEPERDITIONS EN UTILISANT LE LOGICIEL MATLAB MAISON F 3 -CAS DU CHAUFFAGE- Hammadou Amina* 1, Draoui Belkacem* 2 #1,2 Laboratoire ENERGARID, Faculté des Sciences et Technologie

Plus en détail

la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre!

la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre! la technologie INTERPANE ça vous change une fenêtre! Le double vitrage : isolation thermique invisible La première chose que l on attend quand on pose un double vitrage, c est une bonne isolation thermique.

Plus en détail

ETANCHEITE A L AIR. Les infiltrations d air sont des entrées d air parasites. Les causes :

ETANCHEITE A L AIR. Les infiltrations d air sont des entrées d air parasites. Les causes : Les infiltrations d air sont des entrées d air parasites. Les causes : Vent (met le bâtiment en surpression d un coté et dépression de l autre) Tirage thermique (mouvement d air du chaud vers le froid)

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamique

Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau Principe système Comment ça marche? Point conseils 3 services atlantic Formation : ESE -0 4 Mise en service 0 chauffe-eau Gamme aéraulix Présentation de la gamme 6 Aéraulix 8 AérauLix CI 9

Plus en détail