LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE"

Transcription

1 LES TRAJETS «DOMICILE-ÉTABLISSEMENT» DES ENFANTS HANDICAPÉS PRIS EN CHARGE DANS LES ÉTABLISSEMENTS MÉDICO-SOCIAUX DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE Etude réalisée par Carole PEINTRE, chargée d études au CREAI Ile-de-France Sous la direction scientifique de Jean-Yves BARREYRE, directeur du CREAI Ile-de-France Nous tenons à remercier Camille DAYRAUD qui s est chargée, dans le cadre de son mémoire de maîtrise de géographie, de collecter toutes les informations traitées dans ce rapport (dépouillement et contrôle des questionnaires, saisie informatique des données). Les résultats des travaux universitaires issus de cette enquête n ont pu, malgré leur intérêt et leur grande qualité, être utilisés pour la rédaction de ce rapport en raison de leur caractère théorique trop éloigné des problèmatiques spécifiques du secteur médico-social. Nous adressons également tous nos remerciements aux très nombreux établissements médico-sociaux de la région Ile-de- France qui ont bien voulu participer à cette enquête, qui demandait pourtant un investissement en temps non négligeable.

2 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 1. Objectifs Méthodologie Caractéristiques des établissements franciliens en faveur des enfants et adolescents handicapés Représentativité de l échantillon Taille des établissements enquêtés Les Modes de prise en charge des établissements enquêtés Caractéristiques de la population accueillie dans les établissements ayant participé à l enquête Données démographiques Sexe Age Mode de prise en charge Les flux migratoires L accueil des enfants venus de province Les échanges inter-départementaux en Ile-de-France Les trajets «domicile-établissement» Distance établissement-domicile La distance moyenne Les enfants pris en charge dans leur département de domiciliation Les échanges interdépartementaux en Ile-de-France Les enfants originaires de province Le temps de transport La durée moyenne de transport Les enfants pris en charge dans leur département de domiciliation Les échanges interdépartementaux en Ile-de-France Les enfants originaires de province Les modes de déplacement Les modes multiples de déplacement Les modes de déplacement selon l origine géographique des enfants accueillis Les modes de déplacement selon la distance «domicileétablissement» Les modes de déplacement selon le département Les modes de déplacement selon le type de handicap

3 5.4 Distance Durée Mode de déplacement La corrélation «distance-durée» selon le mode déplacement L efficacité de déplacement moyenne (Km/h) Analyse départementale des trajets «domicile-établissement» Paris Seine-et-Marne Les Yvelines L Essonne Les Hauts-de-Seine La Seine-Saint-Denis Le Val-de-Marne Le Val-d Oise...98 CONCLUSION 104 ANNEXES

4 INTRODUCTION Les transports sont source de mouvement : mouvement des corps, des véhicules et des humeurs ; mouvements de fonds dans tous les sens du terme. Voilà une ligne budgétaire souvent interrogée, presque soupçonnée tant elle véhicule de représentations, d imageries multiples rapportées à son coût. Maîtriser les transports, voilà un fantasme bien contemporain, tant ceux-ci sont autant du transfert entre deux lieux, deux mondes, deux systèmes, deux responsabilités. Le transport engage un corps dans un véhicule inscrit dans un territoire et un temps donné. Chacun de ces agents s intrique et se comprend dans son alchimie avec les autres agents : les chemins des enfants franciliens handicapés se comprennent à partir des corps véhiculés sur des territoires hétérogènes, dans des flux différenciés en fonction des heures de la journée et des canaux empruntés. Le corps est véhicule lorsque l enfant rejoint à pied son externat ou quand il emprunte encore les escaliers du métro ou du RER. Il est aidé par le car de ramassage qui le rapproche de son domicile ; il est soutenu par le VSL aménagé. Seule l ambulance retire au corps de l enfant handicapé sa capacité véhiculaire quelque peu autonome 1. Mais l adaptation «corps-véhicule» est aussi fonction des distances, des territoires traversés et des axes empruntés, bref du trafic, c est-à-dire ce qui se négocie dans les mouvements véhiculaires sur les axes de circulation. Le matin et le soir, les enfants franciliens handicapés se réduisent comme nous tous à des corps véhiculés dans le trafic. Si on doit se poser la question «à quel coût?», encore faut-il ajouter «à quel prix?». Quel est le rapport d échange entre le service rendu et l effort de l enfant et de sa famille pour effectuer ce déplacement? Quelle distance l enfant parcourt-il? Cette distance et le temps passé dans les transports occasionnent-ils des «ruptures» de proximité? Comment l enfant vit-il le changement de lieu, le changement d espace de vie, le changement de département, voire de région ou de continent? Quels efforts représente ce transport pour l enfant polyhandicapé transporté en VSL à 5 km de chez lui et pour l enfant souffrant de troubles du comportement rejoignant chaque lundi par transport en commun son institut de rééducation distant de 35 km? Si on peut comparer les deux coûts, on comparera difficilement les deux prix. Cette enquête analyse donc simplement des premières indications permettant d approcher la complexité de la question : distance, temps, territoire, type de handicap et moyens de transports. Ce premier déblayage, compte-tenu de la diversité de la région francilienne, était indispensable. Il a nécessité un travail rigoureux d analyse des données afin d éviter les nombreux pièges d interprétation de résultats isolés. 1 Cf. E. Goffman, «les territoires du moi», tome 1 de la mise en scène de la vie quotidienne», 1980, Edition de minuit. 4

5 1. Objectifs Cette enquête a pour objectif d étudier les trajets que doivent effectuer les enfants et adolescents handicapés, pris en charge dans un établissement médico-social francilien, pour se rendre à leur structure d accueil. L étude des distances, du temps et des moyens de transport utilisés doit permettre de construire une cartographie des déplacements des jeunes handicapés et d analyser les aires d influence des établissements médico-sociaux, qui ne correspondent pas forcément aux frontières départementales (c est le cas en particulier des établissements à la lisière d un département limitrophe ou d institutions dont le projet est très spécialisé). Cette étude qui constitue «une première» en Ile-de-France, a pour ambition d entamer une réflexion régionale, avec les différents acteurs, visant à dépasser les logiques de sectorisation territoriale pour privilégier la logique d un meilleur service rendu aux enfants, en leur offrant, dans la mesure du possible, un accueil de proximité. De plus, compte-tenu de la suppression de l enquête ES (la dernière enquête disponible décrivant la clientèle des établissements annexes 24 date du 1 er janvier 1996), cette enquête sur les transports présente l avantage de fournir des données socio-démographiques actualisées sur la population des établissements médico-sociaux (âge, sexe, département de domiciliation). 5

6 2. Méthodologie Cette enquête régionale concernait tous les enfants et adolescents pris en charge, au 1 er février 2000, dans les établissements «annexes 24» situés en Ile-de-France, quelque soit le lieu de domiciliation des parents et le mode de prise en charge (externat / internat). Les SESSAD et les placements familiaux spécialisés ont été exclus du champ de l enquête en raison des spécificités que leur prise en charge implique : l aire d intervention du SESSAD est défini dans son projet institutionnel et la notion de «domicile» pour les enfants accueillis en PFS varie selon la situation familiale des enfants (fréquence des retours en famille) et leur accueil de jour (établissement scolaire, établissement annexe 24, etc.). Un questionnaire a été envoyé à chacun des 231 établissements concernés. Il interrogeait les structures sur les caractéristiques démographiques des enfants accueillis (age, sexe), leur mode de prise en charge (externat, internat de semaine, hébergement à temps complet) ainsi que la distance qui les sépare de leur domicile, les moyens et le temps de transport nécessaires pour la parcourir. Tous les établissements ont fait l objet d une relance téléphonique. Les institutions ont été étudiées selon la catégorie d établissement auxquelles elles sont rattachées (dans le Fichier national des institutions sanitaires et sociales FINESS) et ont fait l objet d un regroupement par annexe (ex : l annexe 24 bis «Handicap moteur» regroupe les établissements pour déficients moteurs cérébraux cat.191-, les établissements pour déficients moteurs cat.192- et les établissements pour déficients moteurs et déficients moteurs cérébraux cat.193). Cependant, les instituts de rééducation ont été isolés des autres établissements appartenant à l annexe 24 simple (annexe 24 simple : IMP, IME, IMPRO et IR). Par ailleurs, cette logique classificatoire a l inconvénient de ne pouvoir repérer les places réservées aux enfants polyhandicapés au sein des IME. Sous l appellation «polyhandicap», seuls sont regroupés les établissements accueillant exclusivement des personnes polyhandicapées (établissements pour enfants polyhandicapés cat.188). 6

7 3. Caractéristiques des établissements franciliens en faveur des enfants et adolescents handicapés 3.1 Représentativité de l échantillon 74% des établissements concernés par l enquête ont répondu (170/231), avec un taux de réponse qui varie de 58% pour la Seine-Saint-Denis à 87% pour la Seine-et-Marne. La représentativité de l échantillon, en terme de places occupées dans les établissements médicosociaux en Ile-de-France, est légèrement inférieure avec un taux de réponse de 71,6% (en raison des non-réponses de plusieurs gros établissements). De même, le taux de réponse varie d un département à l autre : de 64,7% pour les établissements en faveur des enfants polyhandicapés à 93,4% pour les structures médicosociales pour enfants malvoyants (taux de réponses en terme de places). La comparaison de ces résultats avec ceux de l enquête ES95 (places occupées au 1 er janvier 1996) met en évidence une augmentation de la capacité d accueil pour la plupart des catégories d établissements, hormis pour les instituts de rééducation. Pour ces derniers, nous posons l hypothèse que notre liste d établissements, bien qu issue de FINESS, n est pas exhaustive. Par ailleurs, trois instituts de rééducation identifiés par FINESS n apparaissent pas dans ce tableau car l un d entre eux à changer récemment d agrément (foyer ASE) et les deux autres de relèveraient pas de la compétence de la DDASS. A partir de ces constats, nous pouvons poser l hypothèse que nos taux de réponse par catégorie d établissement semblent relativement fiables, à l exception des instituts de rééducation pour lesquels le taux de réponse doit probablement être plus proche des 65% (969/1477) que des 79% (cf. tableau suivant : 969/1220) Tableau 1 : Comparaison de la répartition des enfants accueillis en IDF selon la catégorie d établissement entre l enquête ES95 et la liste des établissements enquêtés pour l étude sur les trajets «domicile-établissement» IME-IMP- IMPRO IR Polyhand. Handicap moteur Handicap visuel Handicap auditif Sourdsaveugles TOTAL ES 95 (01/1996) Etude Trajets «domicileétablissement » (02/2000) Globalement, l importance de l échantillon et la variabilité limitée des taux de réponse d un département à l autre ou d une catégorie d établissement à l autre, permettent de garantir des résultats représentatifs du paysage régional. Le croisement des variables «département» et «type d'établissement» permet de déterminer pour chacun des départements quels sont les établissements qui font défaut à l analyse et de pondérer certaines remarques. Il apparaît ainsi que le faible taux de réponse de la Seine-Saint- Denis (55,3%) est du essentiellement à des réponses insuffisantes des IME-IMPRO qui constituent l essentiel de son équipement départemental. 7

8 Tableau 2 - Répartition des établissements selon le département et l agrément IME-IMP- IMPRO IR Polyhandicap réponses total réponses Handicap moteur Handicap visuel Handicap auditif TOTAL total réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total Paris (75) Tx de réponse 76,9% 100,0% 100,0% 0,0% 100,0% 71,4% _ 75,9% Sourdaveugle Seine-et- Marne (77) Tx de réponse 85,7% 66,6% 100,0% 100,0% _ 100,0% _ 87,0% Yvelines (78) Tx de réponse 59,1% 100,0% 50,0% 80,0% 100,0% 65,6% Essonne (91) Tx de réponse 87,5% 66,6% 100,0% 50,0% 100,0% 100,0% _ 83,3% Hauts-de- Seine (92) Tx de réponse 72,2% 100,0% 50,0% 80,0% _ 100,0% _ 77,4% Seine-Saint- Denis (93) Tx de réponse 53,8% 100,0% _ 66,6% - 100,0% _ 58,1% Val-de- Marne (94) Tx de réponse 73,7% 100,0% 66,6% _ 50,0% _ - 73,1% Val-d'Oise (95) Tx de réponse 71,4% 66,6% 50,0% 0,0% _ 100,0% _ 66,6% TOTAL Tx de réponse 70,6% 82,6% 69,2% 66,6% 80,0% 89,5% 100,0 73,6% Tableau 3 - Répartition des places en établissements selon le département et l agrément IME-IMP- IMPRO IR Polyhandicap Handicap moteur Handicap visuel Handicap auditif TOTAL réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total réponses total Paris (75) Tx de réponse 73,6% 100,0% 100,0% 0,0% 100,0% 44,0% 59,8% Sourdaveugle Seine-et- Marne (77) Tx de réponse 77,9% 57,3% 100,0% 100,0% 100,0% 80,3% Yvelines (78) Tx de réponse 64,1% 100,0% 55,9% 89,6% 100,0% 71,3% Essonne (91) Tx de réponse 92,8% 46,1% 100,0% 53,2% 100,0% 100,0% 83,5% Hauts-de- Seine (92) Tx de réponse 72,8% 100,0% 55,5% 85,3% 100,0% 83,2% Seine-Saint- Denis (93) Tx de réponse 50,1% 100,0% 55,3% Val-de- Marne (94) Tx de réponse 69,7% 100,0% 28,3% 64,0% 68,4% Val-d'Oise (95) Tx de réponse 64,9% 88,9% 33,0% 0,0% 100,0% 63,8% TOTAL Tx de réponse 70,0% 79,4% 64,7% 67,3% 93,4% 78,2 100,0% 71,6% 8

9 3.2 Taille des établissements enquêtés La taille moyenne d un établissement est de 57 places. Les trois quart des institutions ayant participé à l enquête comptaient entre 16 et 75 places occupées le 1 er février 2000 (75,3%). Tableau 4 - Répartition des établissements selon leur taille Les places occupées au 1 er février 2000 pour les 170 établissements Taille des établissements ayant participé à l enquête Nombre % Moins de 16 places 6 3,5% places 27 15,9% places 43 25,3% places 35 20,6% places 23 13,5% places 16 9,4% Plus de 90 places 20 11,8% TOTAL ,0% Tableau 5 - Comparaison de la taille moyenne des établissements selon leur agrément Les places occupées au 1 er février 2000 pour les 170 établissements ayant participé à l enquête effectifs Nbre moyen de places par étab. IME-IMP-IMPRO IR Etab. polyhandicap 9 41 Handicap moteur Handicap auditif Handicap visuel 4 64 Autre 1 42 TOTAL

10 3.3 Les Modes de prise en charge des établissements enquêtés Près des deux-tiers des établissements ayant participé à l enquête proposent uniquement une prise en charge en externat (64,7%). A l inverse, peu d établissements offrent un accueil exclusivement en internat (7,6%). Tableau 6 - Répartition des établissements selon leur(s) mode(s) de prise en charge Les places occupées au 1 er février 2000 pour les 170 établissements ayant participé à l enquête Externat Externat + Internat Internat IME-IMP-IMPRO IR Etab. polyhandicap Handicap moteur 6 8 Handicap auditif 12 5 Handicap visuel 3 1 Autre 1 TOTAL % 64,7% 27,6% 7,6% 10

11 4. Caractéristiques de la population accueillie dans les établissements ayant participé à l enquête 4.1 Données démographiques Sexe 62% des 9668 personnes accueillies dans les établissements ayant participé à l enquête sont de sexe masculin. La répartition par sexe varie considérablement selon la catégorie d établissement : une prépondérance massive des garçons parmi les IR (82,5%) alors que l équilibre des genres est atteint pour les établissements pour déficients sensoriels (52,9% de garçons parmi les déficients auditifs et 50,0% pour les déficients visuels) et les structures en faveur des enfants polyhandicapés (51,6% de garçons). Tableau 7 - Répartition de la clientèle des établissements selon le sexe et l agrément de l établissement La clientèle des 170 établissements ayant participé à l enquête Masculin Effectifs % Féminin Effectifs % TOTAL Effectifs % IME-IMP-IMPRO , , ,0 IR , , ,0 Etab. polyhandicap , , ,0 Handicap moteur , , ,0 Handicap auditif , , ,0 Handicap visuel , , ,0 Autre ,0 TOTAL , , ,0 La variation des taux de réponse à l enquête n a pas, après vérification, d impact significatif sur la part que représente globalement les garçons dans l ensemble des établissements franciliens en faveur des enfants handicapés (62,2% contre 62,6% pour l estimation sur l ensemble des établissements). Tableau 8 - Généralisation des résultats à l ensemble des établissements en faveur des enfants handicapés de la région Ilede-France : Ratio du sexe IME-IMP -IMPRO Nre de places occupées dans les établissements franciliens IR Polyhand Handicap moteur Handicap auditif Handicap visuel Sourdaveugle * % de garçons 62,4 82,5 51,6 59,8 52,9 50,4 47,6 Nombre de garçons * estimation du nombre de places en IR dans la région IDF (cf tableau n 1) Estimation de la proportion de garçons dans l ensemble des établissements franciliens = 62,6% (8623 /13778) 11

12 Age Plus de la moitié des personnes prises en charge sont des adolescents ou jeunes adultes (59,5% de «13 ans et plus»). La moyenne d âge de la clientèle des institutions ayant participée à l étude est de 13,6 ans. Mais la moyenne d âge et la répartition par âge varient selon la catégorie d établissement. L établissement pour enfants sourds et aveugles (autre) présente l âge moyen le plus élevé en raison de son histoire. En effet, il accueille des enfants présentant un handicap rare (consécutif à une rubéole congénitale) qui tend à disparaître grâce aux progrès de la prévention médicale. Les établissements pour enfants polyhandicapés affichent la plus faible moyenne d âge (10,8 ans), avec près de la moitié des effectifs composés d enfants de moins de 10 ans (45,7%). A l inverse la clientèle des établissements en faveur des déficients visuels ou moteurs détient une moyenne d âge élevée (15,6 ans) qui s explique du côté des handicapés moteurs par une prépondérance des plus de 15 ans (55,9%) et du côté des malvoyants par un poids important des ans (75,2%). La clientèle des instituts de rééducation se caractérisent essentiellement par l accueil massif des enfants de ans puisqu ils représentent à eux seuls plus d un tiers des places occupées dans ce type d institution. La clientèle des 170 établissements ayant participé à l enquête Tableau 9 - Répartition selon l âge de la clientèle des établissements ayant participé à l enquête - de 7 ans 7-9 ans ans ans ans 20 ans et + TOTAL Moyenne d âge (écarttype) IME-IMP-IMPRO ,9 % 2,3 12,4 21,7 25,1 33,9 4,7 100,0% (3,8) IR ,1 2,1 18,4 37,3 29,6 12,0 0,7 100,0% (2,9) Polyhandicap ,8 12,7 33,0 27,6 13,8 8,6 4,3 100,0% (4,1) Handicap moteur ,6 2,7 8,7 13,9 17,1 36,1 19,8 100,0% (4,5) Handicap auditif ,7 14,7 20,1 23,9 19,5 15,9 5,9 100,0% (4,7) Handicap visuel ,6 2,0 3,1 9,1 29,5 45,7 10,6 100,0% (3,4) Autre ,6 TOTAL * 13,6 % 4,1 13,9 22,4 23,6 29,3 6,6 100,0% (4,1) *un établissement n a pas donné la date de naissance des enfants accueillis (20 enfants). 12

13 12,6% des personnes accueillies dans les établissements franciliens en faveur des enfants handicapés ont 20 ans ou plus au moment de l enquête et devraient relever par conséquent d une prise en charge au sein des dispositifs réservés aux adultes handicapés. Une dérogation d âge prononcée par la CDES est possible pour les jeunes poursuivant une formation qualifiante (BEP, CAP, BAC PRO, BTS, etc.). Elle concerne généralement des jeunes pris en charge au sein d établissements d éducation motrice ou d institution d éducation sensorielle. Ce qui explique qu un jeune handicapé moteur sur cinq est 20 ans ou plus (19,8%). Pour les autres jeunes, le maintien au sein d une structure de l enfance handicapée est liée à la difficulté de trouver une place disponible dans le secteur des adultes handicapés. Ces derniers sont maintenus au nom de l amendement «CRETON» et le financement de leur prise en charge n est plus assuré par le budget DDASS mais transite par la COTOREP. Tableau 10 - Les «20 ans et plus» accueillis dans les établissements ayant participé à l enquête La clientèle des 170 établissements ayant participé à l enquête Dérogation d âge pour terminer une formation qualifiante Maintenus dans les structures de l enfance handicapée faute de places dans le secteur des adultes (CRETON) TOTAL IME-IMP-IMPRO IR Etab. polyhandicap Handicap moteur Handicap auditif Handicap visuel Autre TOTAL Sur les 635 jeunes adultes repérés dans l enquête «trajet domicile-établissement», la moitié d entre eux relèvent de l amendement CRETON (318). En 2000, les jeunes adultes relevant de l amendement Creton représentent ainsi 3,3% des enfants accueillis dans les établissements franciliens en faveur des enfants handicapés (318/9668) alors qu ils n occupaient que 2,5% des places quatre ans plus tôt (ES 95 : 325/13242). Compte-tenu des résultats de l enquête sur les trajets «domicile-établissement», on peut estimer leur nombre, au 1er février 2000, à environ 450 (3,3% de 13498). Cette augmentation des jeunes adultes était prévisible au regard de l importance des «16 et plus» dans les établissements franciliens en 1996 et de la carence importante d institutions en faveur des adultes handicapés. Dans un rapport de mai 1997, le CREAI Ile-de-France prévoyait pour les cinq prochaines années, en l absence d un programme audacieux de créations de structures médico-sociales pour adultes handicapés, «un blocage du dispositif francilien de l enfance handicapée» 2. 2 CREAI Ile-de-France / DRASSIF, «Les enfants et adolescents handicapés en Ile-de-France orientés par les CDES vers les structures médico-sociales», mai

14 4.2 - Mode de prise en charge Près des trois-quart des enfants pris en charge dans les établissements ayant répondu à l enquête regagnent leur domicile chaque soir (74% en externat). Mais la proportion d externes varie considérablement d une catégorie d établissement à l autre. Si elle dépasse les 80% au sein des IME-IMP-IMPRO et des établissements pour enfants malentendants, elle n atteint qu un tiers des effectifs des institutions en faveur des enfants déficients visuels (35%). De plus, les établissements pour enfants polyhandicapés se caractérisent par un nombre élevé de places permettant un accueil permanent (30% en hébergement complet en internat / ouverture 365 jours par an). Tableau 11 - Répartition des enfants selon le mode de prise en charge et l agrément de l établissement La clientèle des 170 établissements ayant participé à l enquête du CREAI Ile-de-France Externat Internat de Héberg. complet TOTAL semaine en internat Effectif % Effectif % Effectif % Effectif % IME-IMP-IMPRO % % 40 1% % IR % % 29 3% % Etab. polyhandicap % 55 15% % % Handicap moteur % % 109 9% % Handicap auditif % % 4 0% % Handicap visuel 89 35% % % Autre % TOTAL % % 312 3% % L âge n est pas vraiment déterminant dans le choix du mode de prise en charge. Si les «20 ans et plus» accusent une proportion importante de personnes accueillies en internat, ils le doivent essentiellement aux nombreux jeunes adultes handicapés moteurs venus des autres départements franciliens et de province pour poursuivre leur cursus scolaire. Tableau 12 - Répartition des enfants selon le mode de prise en charge et l âge La clientèle des 170 établissements ayant participé à l enquête du CREAI Ile-de-France Externat Internat TOTAL Effectif % Effectif % Effectif % Moins de 7 ans % 19 5% % De 7 à 9 ans % % % De 10 à 12 ans % % % De 13 à 15 ans % % % De 16 à 19 ans % % % 20 ans et plus % % % TOTAL % % % 14

15 Au sein des IME, la corrélation entre l âge et le mode de prise en charge est peu marqué, si ce n est un accueil en internat très marginal pour les plus jeunes et d une façon générale pour les moins de 10 ans. Tableau 13 - Répartition des enfants accueillis en IME-IMP-IMPRO selon le mode de prise en charge et l âge La clientèle des IME-IMP-IMPRO ayant participé à l enquête du CREAI Ile-de-France Externat Internat TOTAL Effectif % Effectif % Effectif % Moins de 7 ans % % De 7 à 9 ans % 52 7% % De 10 à 12 ans % % % De 13 à 15 ans % % % De 16 à 19 ans % % % 20 ans et plus % 57 21% % TOTAL % % % Quand ils sont en internat de semaine, ils rentrent tous les week-end chez leurs parents, voir plusieurs fois par semaine pour quelques uns d entre eux (49/2221). L hébergement en internat à temps complet n implique pas une mise à distance durable des enfants du domicile familial. La fréquence des retours à domicile est généralement mensuelle (103/312) ou bimensuelle (157/312). Seuls 40 enfants placés sous la tutelle de l aide à sociale à l enfance restent toute l année au sein de l établissement. Tableau 14 - Fréquence des retours à domicile des enfants en internat Internat de Héberg. complet TOTAL semaine en internat Hebdommadaire Plusieurs fois par semaine Bimensuel Mensuel Tous les deux mois Sorties exceptionnelles Jamais TOTAL

16 Les raisons qui ont prévalu à choisir l internat comme mode de prise en charge sont de plusieurs ordres : - dans 16% des cas, seul l éloignement géographique du domicile a motivé ce choix ; - dans 18 autres % des cas, la nécessité sociale est mise en avant pour expliquer ce choix (difficultés familiales) - Mais dans la majorité des situations, c est le projet éducatif ou thérapeutique qui préconisait ce type d accueil (60%). Tableau 15 - Motifs de la prise en charge en internat. Effectifs % Nécessité thérapeutique / éducative ,5 Nécessité sociale ,3 Eloignement du domicile familial ,1 Demande de l enfant ou de la famille 80 3,2 Autres* 49 1,9 TOTAL ,0 Autres* = faute de places en externat (6), soutien à la formation (5), problème judiciaire (1) + non précisé (37) Lecture du tableau Le choix d envoyer son enfant en internat a été le résultat de plusieurs raisons dans un quart des situations. En cas de réponses multiples, nous avons procédé de la façon suivante : l éloignement géographique n a jamais été retenu quand il était associé à d autres motifs ; la nécessité sociale a été préférée à la nécessité thérapeutique/éducative. 16

17 4.3 Les flux migratoires La clientèle des institutions franciliennes est à 96,4% originaire de la région Ile-de-France. L aire d attraction des structures médico-sociales en faveur de l enfance handicapée se limite donc, pour la plupart d entre elles, aux frontières régionales. La proportion de provinciaux accueillis est globalement plus importante à Paris, en Seine-et- Marne, dans les Yvelines et dans les Hauts-de-Seine en raison de la spécialisation de leur équipement départemental dans la prise en charge des déficiences sensorielles et/ou motrices 3. Les échanges inter-départementaux ne sont pas négligeables puisqu une place médico-sociale sur quatre est occupée par un enfant originaire d un autre département francilien que le département d accueil (25,0%). Paris et les Hauts-de-Seine constituent les deux départements les moins «sectorisés» puisque leurs ressortissants occupent seulement la moitié des places départementales (55,3% pour Paris et 53,0% pour les Hauts-de-Seine). A l inverse, l équipement médico-social du Val d Oise et de la Seine-Saint-Denis bénéficient essentiellement aux enfants handicapés du département. Tableau 16 - Répartition des enfants accueillis dans les institutions franciliennes selon leur origine géographique (département de domiciliation des parents) Département de l établissement médico-social d accueil Les originaires de ce département Les enfants originaires des autres départ. de l IDF Les enfants originaires de Province (dont DOM- TOM) TOTAL Paris ,6% ,3% 51 5,1% ,0% Seine-et-Marne ,8% ,3% 89 (1) 5,9% ,0% Yvelines ,4% ,3% 60 5,2% ,0% Essonne ,4% ,1% 23 (2) 1,5% ,0% Hauts-de-Seine ,8% ,3% 105 (2) 5,9% ,0% Seine-Saint-Denis ,6% ,3% 1 0,1% ,0% Val-de-Marne ,0% ,9% 1 0,1% ,0% Val-d Oise ,4% 83 9,7% 8 0,9% ,0% TOTAL ,4% ,1% 338 (5) 3,5% ,0% 3 L équipement médico-social de la Seine-et-Marne est composé avant tout d IME-IMP-IMPRO (%) mais il comprend également trois établissements pour enfants handicapés moteurs, qui ont tous trois répondu à l enquête. 17

Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France

Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France Dans le cadre de l élaboration du schéma régional

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

Les enfants handicapés en internat en 1998

Les enfants handicapés en internat en 1998 De moins en moins d enfants handicapés sont pris en charge en internat au sein des établissements médico-sociaux : 45 500 en 1998 alors qu ils étaient 57 500 treize plus tôt. L externat, regroupant 48

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8

LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent. Les lieux de placement collectif en France. Chapitre 8 Chapitre 8 Les lieux de placement collectif en France LES LIEUX de placement pour enfants et adolescents sont souvent désignés par le terme générique d «internat spécialisé». Le nombre d enfants séparés

Plus en détail

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale des Caisses d Allocations Familiales Les bénéficiaires de l APL d le parc de logements-foyers en Ile-de-France

Plus en détail

Un prix de l eau élevé en Île-de-France, sauf à Paris

Un prix de l eau élevé en Île-de-France, sauf à Paris Agreste N 109 - Mai 2011 Île-de- Enquête sur les services publics de l eau potable et de l assainissement en 2008. Un prix de l eau élevé en Île-de-, sauf à Paris A 3,69 /m³, le prix moyen de l eau potable

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE Direction du Développement Économique, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et de l'innovation

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA

EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA EDVM SCoT Nord 54 et CCPHVA Rapport intermédiaire 16 décembre 2014 Landres Méthodologie L enquête :» Réalisée par téléphone du 7 novembre 2013 au 15 janvier 2014» 124 communes» 22 secteurs de tirage» Selon

Plus en détail

Les Franciliens et le logement dans leur région

Les Franciliens et le logement dans leur région Les Franciliens et le logement dans leur région Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique Opinion

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013 La formation aux professions de santé en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2011 Septembre 2013 PRÉFET DE LA RÉGION Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France «Qualifier les profils des personnes en situation de handicap accueillies hors de leur région de domiciliation et caractériser les équipements dont elles bénéficient» A partir du traitement de l enquête

Plus en détail

L espace Rhin-Rhône va connaître, dès décembre 2011, une

L espace Rhin-Rhône va connaître, dès décembre 2011, une observatoire Usages et usagers du transport ferriviaire : les principaux enseignements de «l enquête gare» Guillaume Carrouet, ThéMA, CNRS-UMR 49, Université de Bourgogne L espace Rhin-Rhône va connaître,

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région

II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région II - Diagnostic sur la situation haut débit de la région Pour examiner la situation de la région Aquitaine dans le domaine du haut débit, sans doute sera-il efficient de faire le diagnostic de l existence

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement Observatoire national de la vie étudiante Infos N 10 Février 2005 LE TRANSPORT DES ETUDIANTS: moyens, durées et coûts Ronan VOURC H, Ingénieur d études à l OVE Ce numéro d OVE Infos, le premier à rendre

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour le conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROROGATION DU CONTRAT DE PROJETS ETAT-REGION 2007-2013 ET DES CONTRATS PARTICULIERS

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

L hébergement des jeunes touristes en Ile-de-France

L hébergement des jeunes touristes en Ile-de-France L hébergement des jeunes touristes en Ile-de-France ----------------- Synthèse Etude sur les structures d accueil réalisée par l Unat IDF, pour le compte de la DRT IDF et du CRT IDF Septembre 2001 Unat

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Novembre 2009 Sommaire 1. Introduction : les caractéristiques

Plus en détail

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations de base en Île de France 5. Ambulancier 12. Infirmier 19. Sage femme 26. Masseur kinésithérapeute 33

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations de base en Île de France 5. Ambulancier 12. Infirmier 19. Sage femme 26. Masseur kinésithérapeute 33 La formation aux professions de santé en Île-de-France Exploitation statistique de l enquête 2013 Août 2015 Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations de base en Île de

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Contexte socio-démographique

Contexte socio-démographique Santé des mères et des enfants de Paris 1 Contexte socio-démographique 1.. Population 11 1.2. Fécondité et natalité 21 1.3. Mortalité 27 1.4. Composition des ménages et des familles, modes de garde des

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap Les fiches techniques du CCAH Juin 2012 La scolarité des enfants en situation de handicap QUE DIT LA LOI? La scolarité des enfants en situation de handicap La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

La carte intercommunale au 1 er janvier 2016

La carte intercommunale au 1 er janvier 2016 N 109 mars 2016 Sylvie Plantevignes, Lionel Sebbane, Département des études et des statistiques locales La carte intercommunale au 1 er janvier 2016 Début 2016, la France compte 2 062 établissements publics

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien?

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? DOSSIER DE PRESSE Ipsos pour Février 2014 UNE PERCEPTION NEGATIVE DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France

Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France SEPTEMBRE 2009 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES

TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES TRANSPORT ROUTIER : la place des véhicules légers (3,5 T au plus) en POITOU-CHARENTES Sans doute parce que sa prise

Plus en détail

Les Français et le découvert bancaire

Les Français et le découvert bancaire Les Français et le découvert bancaire Octobre 2014 Contacts Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Sondage complémentaire de l étude

Plus en détail

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME

LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LES INDICATEURS DE PILOTAGE DE L ABSENTÉISME LA MISE EN PLACE D INDICATEURS D ABSENTÉISME EN AMONT DE TOUTE EXPÉRIMENTATION POURQUOI? La compréhension de l absentéisme pour le réduire nécessite des outils

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

Introduction. L enquête

Introduction. L enquête Enquête sur le mal- être et la détresse psychologique des personnes sourdes, malentendantes, devenues sourdes et/ou acouphéniques : Analyse des résultats du point de vue des personnes devenant sourdes

Plus en détail

Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne. juillet 10

Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne. juillet 10 Etude sur la demande de Tourisme d Affaires en Seine et Marne juillet 10 1 Modalités de l étude Enquête réalisée du 10 Mai au 10 Juin 2010 auprès de : 144 entreprises 68 agences événementielles Mode d

Plus en détail

Les Médiévales de Provins Edition 2012

Les Médiévales de Provins Edition 2012 Étude sur les retombées économiques d un évènement culturel Les Médiévales de Provins Edition 2012 Provins xx/xx/2013 1 1 - Introduction : objectifs de l étude Une méthodologie nationale pour le calcul

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Synthèse sur les gains d accessibilité permis par la mise en service de la ligne 15 sud

Synthèse sur les gains d accessibilité permis par la mise en service de la ligne 15 sud Service de la Connaissance des Études et de la Prospective Synthèse sur les gains d accessibilité permis par la mise en service de la ligne 15 sud Eric Magdelénat Janvier 2015 La ligne 15 sud du Grand

Plus en détail

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP note d information N 12 Février 23 LES ZONES D EDUCATION PRIORITAIRE DANS L ACADEMIE DE VERSAILLES Premier volet : Quelques repères statistiques Mise en place à partir de 1981 pour lutter contre l échec

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Recherche clinique dans les établissements privés

Recherche clinique dans les établissements privés Documentation AFC-U N H P C Recherche clinique dans les établissements privés Sondage AFC - UNHPC, en collaboration avec la FHP-MCO Avril 2015 La recherche clinique va devenir de plus en plus complexe,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013

Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013 Chiffres clés Les jeunes franciliens face à l emploi en 2013 le rôle des Missions locales d Ile-de-France 2 Edito Cette 5ème publication sur les jeunes franciliens face à l emploi est le résultat d une

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Densité d établissements industriels à risque

Densité d établissements industriels à risque Thème : Santé publique, prévention et gestion des risques Orientation : Prévenir et gérer les risques majeurs et chroniques, technologiques et naturels Densité d établissements industriels à risque par

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Éducation, scolarité. Jean-Bernard Champion, Chargé d études statisticien, Observatoire national des ZUS, Délégation Interministérielle à la ville

Éducation, scolarité. Jean-Bernard Champion, Chargé d études statisticien, Observatoire national des ZUS, Délégation Interministérielle à la ville , scolarité éducation constituant un facteur majeur d intégration et de lutte contre L l exclusion, la réussite éducative a été retenue comme l un des cinq champs prioritaires de l action de l État dans

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques

Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des. Pyrénées-Atlantiques Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap des Pyrénées-Atlantiques Les adultes handicapés en attente d une mise en œuvre d une orientation COTOREP dans les Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail