Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement"

Transcription

1 Vers Un Triple Résultat U nited N ations E nvironment P rogramme Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

2 Copyright Programme des Nations Unies pour l Environnement, 2009 A condition d en mentionner la source, la présente publication peut être reproduite intégralement ou en partie sous quelque forme que ce soit à des fins pédagogiques ou non lucratives sans autorisation spéciale du détenteur du copyright. Le Programme des Nations Unies pour l environnement souhaiterait recevoir un exemplaire de toute publication produite à partir des informations contenues dans le présent document. L usage de la présente publication pour la vente ou toute autre initiative commerciale quelle qu elle soit est interdite sans l autorisation préalable écrite du Programme des Nations Unies pour l environnement. Avertissement Les termes utilisés et la présentation du matériel contenu dans la présente publication ne sont en aucune façon l expression d une opinion quelconque par le Programme des Nations Unies pour l environnement à propos de la situation légale d un pays, Le PNUE encourage les d un territoire, d une ville ou de son administration ou de la pratiques écophiles, dans le délimitation de ses frontières ou de ses limites. De plus, les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement monde entier et au sein de ses la décision ou la politique officielle du Programme des propres activités. Ce magazine Nations Unies pour l environnement, de même que la est imprimé sur du papier mention de marques ou de méthodes commerciales ne entièrement recyclé. Notre constitue une recommandation. politique de distribution vise à limiter l empreinte écologique Couverture: Floris van der Pol Imprimé sur du papier Cyclus Print (papier couché mat, 100% recyclé, label écologique européen) du PNUE.

3 Vers un triple résultat Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

4 Remerciements Ce document d orientation a été produit par le PNUE avec le soutien financier du gouvernement de Norvège. L étude de cas consacrée à Manila Waters a bénéficié de l aimable soutien de l initiative «Entreprendre au bénéfice de tous» du PNUD. Supervision, coordination et soutien Esther Reilink, PNUE Auteurs Christina Gradl, Martin Herrndorf et Aline Krämer, Emergia Institute, Allemagne Experts internationaux interrogés Lawrence Agbemabiese, PNUE, initiative AREED (Promotion des entreprises énergétiques en milieu rural en Afrique) Ross Andrews, initiative SEED (Soutien aux entrepreneurs pour l environnement et le développement) Hennings Austmann, Deutscher Entwicklungsdienst (DED / Service de volontaires allemands), Allemagne Lucas Black, initiative «Encourager les entreprises viables pour réduire la pauvreté», PNUD Nicola Borregaard, Recursos e Investigación para el Desarrollo Sustentable (RIDES), Chili Michael Kuhndt, PNUE/Wuppertal Institute, Collaborating Centre on Sustainable Consumption and Production (CSCP) Autres contributeurs (information et révision) Angela Cheung, d.light Jonathan Duwyn et Louise Sörensen, l Initiative pauvretéenvironnement PNUD-PNUE Cornelius Schaub, Decision Institute Fisseha Tessema, PNUE/Wuppertal Institute, Collaborating Centre on Sustainable Consumption and Production (CSCP) Taizo Yamada, Japan International Cooperation Agency (JICA) Erica Allis, Charles Arden Clarke, Cornis van der Lugt, Luc Reuter et Sonia Valdivia, PNUE Contributions Les auteurs souhaitent remercier toutes les personnes ayant collaboré à la rédaction de ce document d orientation grâce à leur apport précieux de renseignements, d idées, de commentaires, d exemples et de données, notamment les personnes interrogées, dont la contribution a permis de mieux recentrer et mettre en forme ce guide. Conception et mise en page NODE Berlin Oslo, Allemagne Impression Oktoberdruck, Allemagne Traduction Strategic Agenda LLP Desta Mebratu, Bureau régional pour l Afrique du PNUE Floris van der Pol, Koninklijk Instituut voor de Tropen / Royal Tropical Institute (KIT), Pays-Bas Nydia Suppen, Center for Life Cycle Analysis and Sustainable Design, Mexico Bill Vorley, International Institute for Environment and Development (IIED), Royaume-Uni Auteurs des études de cas Manila Water Company, Philippines: Jane Comeault, consultante indépendante, Canada T ikapapa, Pérou: Nydia Suppen, Center for Life Cycle Analysis and Sustainable Design, Mexico USISS, Mali: Floris van der Pol et Hugo Verkuijl, Koninklijk Instituut voor de Tropen / Royal Tropical Institute (KIT), Pays-Bas 2 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

5 Table des matières Résumé 6 Introduction Chapitre 1: Objectifs et méthode De quels «projets durables» est-il question ici? De quel type d analyse est-il question? Qui devrait lire ce document, et pourquoi? 13 Chapitre 2: Adopter un point de vue systémique Le défi de la durabilité Triple bilan Cycle de vie Parties prenantes 24 Boîte à outils 25 Chpater 3: Identifier les possibilités Dimensions Applications Ressources Étude de cas: T ikapapa 32 Chapitre 4: Comprendre les déterminants du succès Dimensions Application Ressources Étude de cas: USISS 40 Chapitre 5: Évaluer les coûts et les avantages Localiser les répercussions Mesurer les répercussions Comparaison des différentes répercussions Ressources Étude de cas: la société Manila Water 53 Conclusion Chapitre 6: Mise en application de la boîte à outils 58 Bibliographie 62 3

6 Liste des figures Figure 1: Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables 13 Figure 2: Revenu et émissions de CO2 par habitant et par pays (en 2004) 17 Figure 3: Trois angles d analyse d une entreprise durable 18 Figure 4: Le programme 3S de Sadia pour une production porcine durable 22 Figure 5: Étapes du cycle de vie d un produite 23 Figure 6: Parties prenantes d une entreprise 24 Figure 7: Réticule de l entreprise durable 27 Figure 8: Quatre dimensions des déterminants du succès 35 Figure 9: Trois étapes de l évaluation coûts-avantages 43 Figure 10: Intégration d indicateurs sur les domaines économique, social et environnemental 47 Figure 11: Table d agrégation REED 50 Figure 12: Le cycle de l eau et les activités de Manila Water 54 Liste des tableaux Table 1: Impact que peuvent avoir les entreprises durables sur les OMD 20 Table 2: Améliorations possibles pour préserver l environnement 21 Table 3: Effets en matière de développement économique 21 Table 4: Estimation de l étendue du marché de la mangue séchée (en milliers de dollars) 40 Table 5: Localiser les coûts et les avantages pour les trois dimensions 44 Table 6: Quelques répercussions économiques, sociales et environnementales 45 Table 7: Exemples d indicateurs intermédiaires pour l intégration 49 Table 8: Avantages et inconvénients de la monétisation 49 Table 9: La «valeur actuelle nette» d un projet de reforestation à Lubrín, en Espagne, calculée avec différents taux d abattement 51 Table 10: Analyse coûts-avantages de la compagnie Manila Water 56 4 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

7 5 Floris van der Pol

8 Résumé Les projets durables peuvent contribuer de manière importante à la réduction de la pauvreté et à la préservation de l environnement. Ces entreprises et activités améliorent les conditions de vie des humains et l environnement sur un mode gagnant-gagnant (pour les gens, la planète et l économie), en contribuant à dissocier la croissance économique et les améliorations des conditions de vie de l utilisation des ressources naturelles. Élaborer et gérer des projets durables est un véritable défi. Des questions clés concernant l identification des possibilités, la compréhension des déterminants du succès et l évaluation des coûts et avantages reviennent continuellement. Ce document présente une boîte à outils qui aide à répondre à ces questions. Cette boîte à outils est destinée aux initiatives soutenant des projets durables, notamment les programmes de donateurs, les concours de projets, les investisseurs privés et publics, les programmes de formation professionnelle et les décideurs politiques. Ces derniers peuvent utiliser les outils proposés pour identifier méthodiquement, évaluer, conseiller et promouvoir des projets durables. 6 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

9 Objectifs et méthode Les projets durables tirent parti des possibilités d améliorer les conditions de vie des humains tout en veillant à préserver l environnement, avec des méthodes pouvant être reproduites à différentes échelles. Il s agit d initiatives au micro-niveau, émanant d entreprises mais aussi d organismes publics ou sans but lucratif. Parvenant à concilier les objectifs écologiques, sociaux et économiques, ils peuvent contribuer de manière importante à relever certains des défis internationaux les plus urgents de notre époque: réduction de la pauvreté, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le développement, préservation de ressources écologiques mondiales comme un climat stable et une riche biodiversité. La présente publication met en évidence de nombreux exemples de projets de ce type. Élaborer et gérer des projets durables est un véritable défi. Les modèles d entreprise les sous-tendant sont souvent de création récente ou restent à imaginer. C est pourquoi l on manque souvent d expérience en matière de faisabilité ou de potentiel de croissance. Qui plus est, la multiplicité des objectifs rend la gestion de ces initiatives encore plus complexe. Une analyse systématique peut permettre d identifier, d évaluer, de gérer et de promouvoir les projets durables. Mais, à l heure actuelle, il n existe pas d outils permettant une telle analyse des projets de ce type, comme il en existe pour les projets commerciaux habituels. Le présent document présente donc une boîte à outils spécifique. Cette boîte à outils est destinée aux initiatives soutenant des projets durables: programmes de donateurs, concours de projets, investissements privés et publics, programmes de formation professionnelle, décideurs politiques, etc. Ces initiatives contribuent au succès des projets durables par le biais du financement, de la facilitation des projets, du renforcement des capacités, et de la création d un environnement favorable. Leurs actions leur permettent d encourager et de faciliter une approche plus systématique, par exemple en demandant des renseignements structurés à l occasion des dossiers de candidature. La boîte à outils peut être utilisée comme point de départ à un cadre d application des plans d affaires, ou pour les dossiers de prêt ou d aide financière. Elle peut aussi contribuer à informer les entreprises, à les former, et à les aider afin qu elles utilisent une méthode analytique. Elle peut servir de référence lors de l élaboration de documents de formation ou de communication, ainsi que pour la structuration d ateliers de formation et de programmes de conseil ou de consultation. Afin de pouvoir les adapter à des utilisations et à des utilisateurs aussi différents, les concepteurs ont veillé à ce que ces outils soient modulables et génériques. Les initiatives de soutien peuvent les adapter et les simplifier en fonction de leurs besoins spécifiques. Ces outils répondent à trois questions qui reviennent continuellement lors de l élaboration ou de la gestion d un projet durable: Quelles sont les possibilités de créer de la valeur en répondant aux besoins de manière plus satisfaisante et plus efficace? Quels sont les facteurs déterminant le succès d une entreprise? Quels sont les coûts et les avantages du projet d un point de vue commercial, social, ou environnemental? Ce document d orientation fournit un cadre de référence pour une analyse systématique de chacune de ces questions. Le graphique ci-dessous montre les trois composantes analytiques du présent document d orientation, et les relations entre elles: Identifier les possibilités Évaluer coûts et avantages Comprendre les déterminants du succès Adopter un point de vue systémique Les projets durables doivent adopter un point de vue systémique par rapport aux processus de consommation et de production afin de trouver des façons de maximiser avec profit les conditions de vie tout en minimisant les pressions sur l environnement. La réduction de la pauvreté et la préservation de l environnement sont inextricablement liées, car les pauvres des pays en développement dépendent fortement des ressources naturelles et des services rendus par les écosystèmes, et une amélioration du bien-être s accompagne souvent d une augmentation des ressources utilisées. Toute la difficulté d une entreprise durable est de dissocier l amélioration des conditions de vie et le développement économique d une part, et une utilisation non viable des ressources naturelles d autre part. Les processus de consommation et de production sont intrinsèquement liés, et les conséquences peuvent évoluer au long du cycle de vie, selon le type d impact ou les parties prenantes affectées; de ce fait, il est important de ne jamais perdre de vue l intégralité de l environnement du projet, en ayant en permanence recours à trois approches: Le point de vue du triple bilan s intéresse aux coûts et avantages sociaux, environnementaux et économiques d une entreprise. Le point de vue du cycle de vie traite de toutes les étapes du processus de consommation et de production, Résumé 7

10 depuis l extraction des matières brutes à l élimination des déchets, la réutilisation et le recyclage. Le point de vue des parties prenantes considère la relation entre l entreprise et les acteurs sur lesquels elle a un impact ou qui ont un impact sur elle. Tirer parti de l innovation Parties prenantes Société dans son ensemble Communautés Employés Ressources Chances à saisir: (ré-)inventer les processus de transformation Besoins Fournisseurs Entreprise Clients Éliminerles facteursd inefficience Zone d incidence Économique Sociale Environnementale Étapes du cyclede vie Extraction Production des matières premières Conditionnement & Distribution Utilisation du produit Fin de vie Identifier les possibilités Le chapitre «Identifier les possibilités» fournit des indications sur la manière d examiner la situation afin de faire coïncider les objectifs économiques, sociaux et environnementaux. questions peuvent orienter la réflexion: Besoins: Dans quel domaine peut-on concrètement améliorer les conditions de vied une population? Quels sont les domaines où les besoins ne sont toujours pas satisfaits? Quelles possibilités fondamentales ne sont pas offertes aux gens? Ressources: Quelles sont les ressources existantes permettant de satisfaire les besoins et d améliorer les conditions de vie? Existe-t-il des ressources renouvelables, plus abondantes voire inutilisées qui pourraient remplacer ou compléter celles actuellement utilisées? Inefficience: Quelles sont les étapes du cycle de vie engendrant un gaspillage des ressources? Où pourrait-on améliorer l efficience en «faisant plus avec moins»? Innovations: Peut-on parfois sauter des étapes pour la mise en place de modes de consommation et de production plus efficients? En termes de produits, de processus ou de modèles d entreprise, quelles sont les nouvelles méthodes ou technologies permettant d améliorer l efficience? Comprendre les déterminants du succès Le deuxième chapitre, intitulé «Comprendre les déterminants du succès», montre comment repenser systématiquement les facteurs internes et externes à l entreprise susceptibles d influencer son développement et sa croissance. Le succès est déterminé par la situation présente d une entreprise, les circonstances favorables et les contraintes qu elle rencontre, mais aussi par les évolutions à venir, synonymes de risques ou de chances à saisir pour cette entreprise. Le diagramme ci-dessous illustre ces quatre dimensions: Atouts: Quelles sont les parties prenantes soutenant l entreprise? Quelles sont les ressources ou capacités économiques, environnementales et sociales dont elle peut tirer parti? Quelles sont les forces au sein du cycle de vie de cette entreprise? Contraintes: Quelles sont les parties prenantes qui s opposent à l entreprise ou qui freinent son développement? Quelles sont les ressources ou capacités économiques, environnementales ou sociales qui font défaut et qui limitent son développement? Quels sont les chaînons faibles dans le cycle de vie? Chances à saisir: Quelles sont les parties prenantes susceptibles d avoir un impact positif sur l entreprise à l avenir? Peut-on prévoir une évolution des ressources ou des capacités économiques, sociales ou environnementales disponibles qui pourrait être bénéfique pour cette entreprise? Peut-on prévoir des changements au sein du cycle de vie susceptibles de contribuer au succès de l entreprise? Ces quatre «lentilles», au travers desquelles on peut identifier les chances à saisir, peuvent être résumées visuellement par ce que nous appelons le «Réticule de l entreprise durable» (voir diagramme ci-dessous). 8 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

11 Risques: quelles sont les parties prenantes susceptibles d avoir un impact négatif sur l entreprise à l avenir? Peut-on prévoir une évolution des ressources ou des capacités économiques, sociales ou environnementales disponibles susceptible de porter préjudice à l entreprise? Peut-on prévoir des changements au sein du cycle de vie susceptibles de nuire à l entreprise? Une analyse complète peut-être structurée en trois étapes: Localiser les répercussions aide les entreprises à savoir où et comment leurs actions affectent l entreprise et d autres parties prenantes. Mesurer les répercussions suggère des manières de définir des indicateurs utiles et de collecter des données. Importance pour le succès de l entreprise Atouts Contraintes Entreprise Chances à saisir Risques Positive Négative Comparer les répercussions aide l entreprise à agréger et à intégrer les données collectées dans le but de comparer différentes entreprises ou différentes solutions. Mise en application de la boîte à outils Les initiatives de soutien peuvent mettre en œuvre ces trois outils de différentes façons pour leurs propres programmes. Elles peuvent les utiliser pour: Évaluer des initiatives. Ces données peuvent par exemple être utilisées pour décider si une entreprise mérite d être soutenue ou pour mettre au point des programmes de soutien très ciblés. Aujourd hui Horizon temporel À l avenir Comprendre ces facteurs est essentiel pour gérer l entreprise avec les meilleurs résultats possibles. Évaluer les coûts et les avantages Le dernier outil, «Évaluer les coûts et les avantages», montre comment identifier, mesurer et comparer les coûts et les avantages d une entreprise durable sur le plan social, environnemental et économique. Ceux-ci concernent différents groupes et différents individus à différentes étapes du cycle de vie des produits et des services, et dans des domaines différents. Pour faire face à cette complexité, une collecte systématique des données permet la planification et la prise de décision (en amont) et l évaluation des impacts (en aval). Structurer les dossiers de candidature et les rapports d activité. Une structure claire guide les entreprises, révèle les données essentielles et peut amener l entreprise à découvrir par elle-même les étapes du processus susceptibles d être améliorées. Cela permet aussi aux initiatives de soutien de comparer plus facilement des rapports d activité. Promouvoir et enseigner une méthode analytique. Le cadre de référence peut être utilisé comme point de départ pour des programmes de renforcement des capacités dans le domaine du développement et de la gestion, et pour analyser et évaluer des entreprises durables. Localiser Mesurer Comparer Résumé 9

12 Introduction Chapitre 1: Objectifs et méthode Le développement et la gestion de projets durables représentent un défi: Ces projets se basent sur des modèles d entreprise nouveaux qui n ont pas encore fait leurs preuves; ils prennent en compte les répercussions sociales, environnementales et économiques de façon simultanée, et se concentrent autant sur leur impact sur les parties concernées que sur leur interaction dans le cadre de l intégralité du cycle de vie d un produit. Les outils standard de planification des affaires ne reflètent pas ces défis, et aucun outil spécialisé n est disponible à ce jour. Ce document tend à combler ce manque en présentant une gamme d outils adaptés à l analyse des projets durables. 10 Towards Vers un Triple triple résultat: Impact: boîte Toolbox à outils for Analysing pour l analyse Sustainable des entreprises Ventures durables dans les pays en développement

13 Une analyse systématique peut être un atout pour les entreprises durables désirant identifier les chances à saisir, les évaluer, les gérer et les faire connaître. L initiative T ikapapa a mis au point un concept de commercialisation novateur pour des pommes de terre péruviennes indigènes, cultivées dans la région andine depuis plus de 8000ans. Reconnaissant dans cette ressource oubliée et introuvable ailleurs une nouvelle chance commerciale, le Centre international de la pomme de terre (CIP) a contribué à réduire la pauvreté parmi les petits fermiers andins tout en préservant la biodiversité péruvienne. L Usine semi-industrielle de séchage solaire (USISS) est une petite entreprise établie dans la capitale du Mali, spécialisée dans le séchage solaire de la viande et de la mangue. Les produits sont de meilleure qualité que ceux séchés à l air libre. Ils sont distribués à Bamako par des vendeurs ambulants et dans de petits supermarchés. USISS génère des revenus dont les propriétaires, les distributeurs et les employés ont grand besoin. Une analyse des atouts et des contraintes actuels, ainsi que des risques et des débouchés à venir, a permis d identifier des pans de l activité pouvant être améliorés, ce qui peut contribuer à la survie et à l expansion de l entreprise. Depuis 1997, Manila Water Company, service des eaux des Philippines, bénéficie par contrat d une concession de vingt-cinq ans pour l alimentation en eau et l assainissement de la zone est de la métropole de Manille (Metro Manila). Des objectifs de résultats quinquennaux exigeants ont été fixés dans des domaines comme l approvisionnement en eau, la qualité du service et la réduction de la quantité d eau non payée. Des pénalités financières étaient prévues si ces objectifs n étaient pas respectés. Manila Water s est d abord surtout consacré à l amélioration des infrastructures existantes, en éliminant les pertes dues à des fuites ou à des raccordements illégaux. Les pertes du système sont passées de 63% en 1997 à 24% en Par ailleurs, la compagnie s est rendu compte que le plus grand potentiel d extension du réseau de distribution correspondait aux zones qui en avaient le plus besoin, c est-à-dire les communautés défavorisées. Manila Water a utilisé un modèle d entreprise souple et une structure d organisation décentralisée afin d adapter ses services aux différentes communautés. La compagnie sert à présent plus de foyers pauvres (contre une poignée en 1997). Une évaluation systématique des coûts et des avantages, basée sur des objectifs de résultats clairement définis, aide l entreprise à améliorer ses résultats en permanence. L objectif du présent document est de contribuer à ce que les parties concernées prennent des décisions en connaissance de cause dans le domaine de la gestion ou du soutien d entreprises durables. Ces décisions doivent prendre en compte l incidence d une action sur l ensemble d un système. Une approche systémique aide les entrepreneurs à identifier les possibilités d amélioration, à prendre des mesures afin d accroître les avantages et d éviter les coûts, de diminuer les risques et d assurer la survie et la croissance à long terme de l entreprise. Pour les initiatives de soutien se préoccupant de l intérêt public, il est important de percevoir toutes les retombées de l entreprise sur son environnement, d inciter celle-ci à viser les meilleurs résultats pour toutes les parties concernées, et d éliminer les barrières et les risques afin d améliorer le contexte d implantation de l entreprise. En résumé, il est important de disposer de ce type de renseignements pour pouvoir utiliser des ressources limitées de façon à créer le plus de valeur possible pour tous, y compris les générations à venir. C est précisément l objet de la durabilité: accroître le bien-être humain dans les limites des capacités de la Terre. Une utilisation efficace des ressources est particulièrement importante pour les pauvres. Ils disposent de ressources très limitées, mais auraient besoin d améliorations radicales de leurs conditions de vie. Le cadre d analyse et les exemples présentés ici peuvent aider à identifier les chances à saisir et à accroître leur impact. 1.1 De quels «projets durables» est-il question ici? Les projets durables sont des initiatives au micro-niveau qui parviennent à contribuer au bien-être humain, à la préservation de l environnement et au développement économique. Ils sont surtout le fait d entreprises, mais aussi d organismes à but non lucratif, communautaires ou publics.dans le présent document, l accent est mis sur les entreprises dans un contexte de développement. Les exemples de modèles d entreprise pouvant avoir une influence positive pour les pauvres, l environnement et les affaires viennent de tous les secteurs et de toutes les régions. On y trouve des entreprises qui incluent les pauvres dans le processus de production de façon écologiquement durable, comme l agriculture biologique et le commerce équitable ou les élevages carboneutres. On y trouve aussi des entreprises fournissant à une clientèle pauvre des produits et des services, comme l eau, l assainissement, la gestion des déchets, l électricité ou des biens de consommation, en veillant à une utilisation efficace des ressources et à un mode de fonctionnement respectueux de l environnement. Manila Introduction / Chapitre 1: Objectifs et méthode 11

14 Water, USISS et T ikapapa sont trois exemples analysés en profondeur dans le cadre de la préparation du présent document d orientation. 1 Mais celui-ci évoque aussi d autres exemples afin d illustrer la richesse des idées existantes et d en stimuler de nouvelles. Ce document d orientation exploite les idées développées dans le domaine de la «Consommation et production durables» (CPD). En 1987, le rapport Brundtland a défini le développement durable comme un «développement qui répond aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations à venir à satisfaire les leurs» (WCED 1987). En 2002, la Déclaration de Johannesburg a présenté comme une priorité la nécessité de mettre en place des modes de consommation et de production durables. Dans son Plan de mise en œuvre, cette déclaration invite à l instauration d un plan-cadre décennal travaillant dans ce sens. Le «Processus de Marrakech» a été créé pour soutenir l élaboration de ce plan-cadre et pour coordonner les actions des acteurs nationaux. Le présent document participe à ce processus. Les différents pays négocieront ce Plan-cadre au cours de la Dix-neuvième session de la Commission du développement durable des Nations Unies, en Une définition largement utilisée de la CPD est la suivante: Produire et utiliser des biens et des services répondant à des besoins essentiels et améliorant la qualité de la vie, tout en minimisant l utilisation de ressources naturelles, les matières toxiques et les rejets de déchets ou de polluants tout au long du cycle de vie, de façon à ne pas compromettre la capacité à répondre aux besoins des générations à venir. Symposium d Oslo, ministère norvégien de l Environnement, 1994 En termes simples, la CPD consiste à assurer les meilleures conditions de vie possibles aux humains tout en garantissant une utilisation durable des ressources naturelles. Le travail fourni en matière de CPD a notamment permis de comprendre qu un développement durable nécessitait une approche systémique, prenant en compte l intégralité du processus de consommation et de production, ou du cycle de vie, et non les différentes étapes de façon isolée. La CPD a aussi conduit à la mise en œuvre de ces idées dans des domaines concrets tels qu une production plus propre et plus sûre, une gestion selon le cycle de vie, une conception durable des produits, une consommation durable, l écoétiquetage, ou des achats responsables 2. Tous ces aspects sont importants pour les entreprises durables dans le contexte de la pauvreté et y sont appliqués. Bien que fortement inspiré par les concepts de la CPD, le présent document mentionnera seulement la durabilité comme une idée directrice afin d éviter un jargon inutile. 1.2 De quel type d analyse est-il question? Trois questions reviennent sans cesse lorsqu il s agit de créer et de gérer un projet durable: Où existe-t-il des possibilités de créer de la valeur en répondant aux besoins de manière plus satisfaisante et plus efficace? Quels sont les facteurs qui déterminent le succès du projet? Quels sont les coûts et les avantages du projet d un point de vue commercial, social ou environnemental? Pour répondre à ces questions, les décideurs doivent tenir compte de multiples informations. Ils doivent considérer leurs propres options au sein de tout un système de facteurs dynamiques pertinents. La complexité est telle qu il semble souvent plus facile de suivre son instinct. Pourtant, une analyse systématique peut aider à se doter d une base de décision beaucoup plus claire et plus pensée, et de ce fait à prendre des décisions meilleures et plus efficaces. Une analyse de ce type est aussi importante pour les parties prenantes extérieures au projet, comme les investisseurs, les responsables politiques ou les clients: en tant que facteur de transparence et de responsabilisation, elle aide à obtenir leur soutien et leur engagement. 1. Les études de cas seront publiées séparément, de façon détaillée. Le présent document inclut seulement de courtes présentations insistant sur certains aspects. 2. Des ressources détaillées sont disponibles sur tous ces sujets spécialisés, par exemple: site web du PNUE sur les achats responsables (http://www.unep.fr/scp/ procurement/); site web du PNUE sur une production plus propre et plus sûre (http://www.unep.fr/scp/sp/programme/ background.htm); étude de l OCDE sur une production plus propre (OECD (1995): Promoting Cleaner Production In Developing Countries. The Role Of Development Co- Operation); site web du PNUE sur l écoétiquetage en Afrique (http://www.unep.org/roa/projects_programmes/african_ Ecolabelling_Mechanism/index.asp); site web du PNUE sur le design durable (http://www.unep.fr/scp/design/); étude du PNUE sur la consommation durable (UNEP (2001): Consumption opportunities. Strategies for Change. A report for decision-makers).) 12 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

15 Les outils des chapitres suivants aident à adopter une telle méthode analytique. Nous avons volontairement veillé à ce qu ils restent simples et génériques de façon à ce que chaque utilisateur puisse les adapter à ses besoins spécifiques. Le diagramme ci-dessous montre les trois composantes analytiques du présent document d orientation et les relations entre elles: 1.3 Qui devrait lire ce document, et pourquoi? Ce document peut concrètement aider les entrepreneurs à mener leur analyse. Il s adresse cependant en premier lieu aux initiatives de soutien aux entreprises durables. Celles-ci incluent notamment: Identifier les possibilités Comprendre les déterminants du succès Des investisseurs publics ou privés, comme les banques ou les fonds de capital risque, qui consentent des prêts ou un financement par capitaux propres aux entreprises. Évaluer coûts et avantages Figure 1: Boîte à outils pour l analyse des entreprises durables Source: analyse des auteurs Identifier les possibilités fournit des indications sur la manière d identifier les chances à saisir. Comprendre les déterminants du succès montre quelle attitude adopter face aux contraintes, aux atouts, aux risques et aux chances à saisir afin de préserver une entreprise ou de poursuivre son expansion. Évaluer les coûts et les avantages montre comment localiser, mesurer et comparer les coûts et les avantages d une entreprise durable sur le plan social, environnemental et économique. Le cercle indique aussi que ces tâches analytiques sont étroitement liées entre elles. Une vue d ensemble d une entreprise inclut de répondre à ces trois types de question: quelle est la chance à saisir? de quoi dépend sa réussite? quelle est son incidence réelle? Idéalement, on passera de l identification d un créneau à l étude de sa faisabilité et finalement à l évaluation de son impact, avant de passer au créneau suivant. Cela vaut autant pour la création de nouvelles entreprises que pour l amélioration ou l expansion d entreprises existantes. Une analyse systématique ne sera néanmoins pas nécessaire à toutes les étapes. Les utilisateurs peuvent appliquer les cadres de réflexion indépendamment les uns des autres. Parfois, les utilisateurs seront intéressés par l incidence d une entreprise en particulier, et s intéresseront donc prioritairement à «l évaluation des coûts et des avantages». Parfois, on ne sait pas clairement dans quelle mesure les effets positifs peuvent être reproduits à une échelle supérieure, et le principal souci de l utilisateur sera donc de «comprendre les déterminants du succès», et ainsi de suite. De ce fait, les chapitres de la boîte à outils sont eux aussi indépendants les uns des autres et peuvent être lus dans le désordre. Des systèmes de récompenses, comme des concours récompensant le meilleur plan d entreprise ou des bourses d études, qui identifient et soutiennent les entreprises durables et leurs entrepreneurs. Des programmes d aide appropriés comme ceux qui ont pour objectif le développement du secteur privé, le développement rural, ou la création de moyens d existence durables. Des initiatives politiques publiques, au plan local, national ou international, afin de faciliter et d encourager des entreprises plus durables. Des organismes de formation professionnelle comme ceux proposant des MBA (Master of Business Administration), des MPA (Master of Public Administration) ou des programmes de formation à destination des cadres, centrés sur le développement et le soutien des entreprises durables. Ces initiatives peuvent soutenir les entreprises durables à tous les stades de développement, de la génération d idées à la conception, à la mise en œuvre et à l expansion. En dehors d un soutien financier, leur principale contribution est souvent l encadrement des entrepreneurs, et l aide à la prise de meilleures décisions. Cependant, à la différence des initiatives soutenant les entreprises commerciales ordinaires, celles-ci ne peuvent pas se fier à des concepts analytiques et à des cadres de référence bien établis et largement appliqués pour guider leur travail. C est là l intérêt du présent document: il fournit un ensemble d outils permettant d identifier les entreprises durables, de les évaluer, de les gérer et de les faire connaître. Introduction / Chapitre 1: Objectifs et méthode 13

16 Si nous destinons ce document à des initiatives de soutien, c est pour deux raisons: Les entrepreneurs n ont bien souvent ni l envie ni la capacité de se livrer à tout un processus d analyse structuré pour développer leur entreprise. Les organismes de soutien peuvent les motiver en ce sens, leur proposer des conseils et des formations pour les encourager et leur permettre de développer leur entreprise de façon plus systématique. De nombreux organismes de soutien sont à la recherche d outils permettant une approche plus structurée de leurs programmes. Leur fournir un document d orientation peut faciliter la mise en place d une méthode standardisée d évaluation des entreprises durables. Les organismes de soutien peuvent aussi consulter les personnes concernées et ajuster le cadre de référence en fonction de leurs besoins spécifiques. Les initiatives de soutien peuvent appliquer ces lignes directrices de plusieurs façons pour leurs propres programmes. Elles peuvent les utiliser pour: Évaluer les initiatives qu elles soutiennent. Ces données peuvent par exemple être utilisées pour décider si telle ou telle entreprise mérite d être soutenue, ou pour élaborer des programmes de soutien très ciblés. Les évaluations peuvent aussi prendre en compte le coût d une abstention. Structurer les dossiers de candidature et les rapports d activité. Une structure claire guide les entreprises, révèle les points critiques et peut ce faisant permettre à l entrepreneur de découvrir par lui-même les points à améliorer. Cela permet aussi aux initiatives de soutien de comparer les rapports entre eux. Promouvoir une approche analytique. Le cadre de référence peut servir de point de départ à des programmes de renforcement des capacités dans le domaine de la création, de la gestion, de l analyse et de l évaluation des entreprises durables. Ces outils sont génériques et doivent être adaptés aux besoins spécifiques de l initiative, et être par exemple appliqués à un pays, à une région ou à un secteur spécifiques. Les concours récompensant les meilleurs plans d entreprise peuvent prendre pour point de départ l outil «Comprendre les déterminants du succès» et créer un questionnaire visant à guider l analyse stratégique des dossiers présentés. Les initiatives politiques publiques peuvent se servir de l outil «Identifier les possibilités» comme base pour orienter un dialogue structuré entre les parties prenantes, par secteur ou à l échelle de la région, afin de révéler les zones d engagement prometteuses. Les investisseurs de fonds publics peuvent exiger une évaluation des coûts et des avantages mettant clairement en valeur les résultats attendus pour certaines parties concernées, comme les pauvres, ou dans certains domaines précis, comme le changement climatique. Le nombre d applications est illimité. Mais, comme pour les entreprises ordinaires, il est préférable de chercher à mettre en place une norme de référence, ce qui facilite la communication et la coordination entre tous ces intermédiaires différents et réduit les coûts liés à l établissement des rapports pour les entreprises. La boîte à outils propose à la fois un point de départ pour une adaptation au cas par cas et pour une standardisation des outils d analyse servant à guider les entreprises durables. Les utilisateurs finaux de ces outils (éventuellement adaptés) seront souvent les entrepreneurs à la tête d entreprises durables. Ces derniers peuvent les utiliser pour différentes raisons: Créer de nouvelles entreprises: Avant de se lancer dans une nouvelle entreprise, les entrepreneurs doivent identifier un créneau commercial, comprendre ses chances de réussite et prévoir les coûts et les avantages. Gérer: Connaître et surveiller les coûts et les avantages d une entreprise est important si l on veut atteindre les objectifs en termes de profitabilité et de croissance, mais aussi du point de vue social et environnemental. Avoir conscience des facteurs déterminant la réussite d un projet permet aux entrepreneurs de tirer systématiquement profit des atouts et des chances dont ils bénéficient, et de faire face aux contraintes et aux risques, voire de les éviter. Être toujours à l affût des chances à saisir peut aussi permettre l amélioration continue d une entreprise existante. Passer à l échelle supérieure et reproduire: Pour développer une entreprise, il est essentiel de bien comprendre la situation commerciale et les déterminants du succès. Communiquer: Créer la transparence et faire connaître les coûts et les avantages d un projet, du point de vue de la société et de l environnement, peut contribuer à s assurer l acceptation de parties prenantes importantes. Pouvoir fournir des preuves de l impact positif d une entreprise accroît la valeur de la marque et réduit les risques commerciaux. 14 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

17 Bénéficier d un financement: Être en mesure de livrer une évaluation claire des coûts et avantages ainsi que de la situation commerciale de son entreprise facilite l accès au financement, sous forme de prêts ou de financement par capitaux propres. Le financement peut aussi être consenti à des conditions préférentielles si l entreprise peut prouver qu elle a ou aura des effets bénéfiques du point de vue de la société ou de l environnement. Ce document a été rédigé de bout en en bout à l intention d utilisateurs inexpérimentés dans ce domaine, et non à l intention de spécialistes. Trois principes ont guidé la rédaction: Facile à utiliser: Les cadres de référence restent toujours très simples et sont expliqués pas à pas. Nous évitons le recours à un jargon spécialisé et, dans la mesure du possible, avons recours à des concepts compris du plus grand nombre ou intuitifs. Tout le document est jalonné d illustrations et d exemples. Pragmatique: À chaque étape, la pertinence du cadre analytique pour des activités réelles, et du point de vue de leur application à des problèmes concrets, est expliquée et illustrée. Concret: Les analyses et les cadres analytiques destinés aux entreprises durables sont par nature abstraits; ils ne deviennent concrets que s ils sont appliqués à des exemples. C est pourquoi chaque message est accompagné de cas précis, et les considérations abstraites sont liées à des concepts concrets chaque fois que c est possible. Introduction / Chapitre 1: Objectifs et méthode 15

18 Introduction Chapitre 2: Adopter un point de vue systémique Les entreprises durables parviennent à concilier des objectifs économiques, environnementaux et sociaux. De ce fait, elles contribuent de manière importante à relever l un des grands défis de l humanité aujourd hui: comment assurer des conditions de vie décentes à chacun tout en préservant l environnement naturel? Les entreprises durables sont des initiatives au micro-niveau. Mais leur impact s étend bien au-delà de l entreprise elle-même et touche de nombreuses parties prenantes tout au long du cycle de vie, de différentes façons. Pour comprendre et influencer ces répercussions variées, il est important de procéder à l analyse du projet en ayant toujours l intégralité du système de consommation et de production à l esprit, et d utiliser de bout en bout trois angles d analyse différents: Le point de vue du triple bilan prend en considération les coûts et les avantages sociaux, environnementaux et économiques d une entreprise. Le point de vue du cycle de vie envisage toutes les étapes du processus de consommation et de production, depuis l extraction de la matière première jusqu à la mise au rebut, la réutilisation ou le recyclage. Le point de vue des parties prenantes s intéresse aux relations entre l entreprise et les acteurs sur lesquels elle a une incidence, ou qui ont une incidence sur elle. 16 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

19 2.1 Le défi de la durabilité Pourquoi les entreprises durables sont-elles importantes? Parce que la réduction de la pauvreté et la préservation de l environnement sont étroitement liées. Il n est pas possible de réaliser totalement l un de ces objectifs indépendamment de l autre. Et ces deux objectifs ne peuvent être tous deux atteints à grande échelle si nous ne veillons pas à la viabilité financière. Réduire la pauvreté exige de préserver l environnement. Nous ne serons pas en mesure de garantir des conditions de vie décentes aux plus démunis si nous ne trouvons pas les moyens d utiliser nos ressources naturelles de manière plus efficace. Nous ne disposons tout simplement pas de suffisamment de ressources pour assurer le bien-être de tous comme nous l avons fait jusqu à présent pour le milliard de personnes vivant dans le monde industrialisé. La plupart des nations ont ainsi dynamisé leur croissance économique grâce à l énergie tirée des combustibles fossiles, à base de carbone. La croissance économique et le niveau des émissions de dioxyde de carbone sont clairement liés, comme le montre la Figure 2 ci-dessous. Mais les gisements de pétrole ou de gaz ne sont plus suffisants pour que les pays en développement puissent suivre la même voie. Préserver l environnement est aussi essentiel pour la réduction de la pauvreté, car les plus démunis sont très dépendants des ressources naturelles et des services rendus par l écosystème. Pour beaucoup d entre eux, l agriculture est la principale source de moyens de subsistance. Des ressources naturelles dégradées sont souvent une des causes sous-jacentes de la faim, des maladies, de la perte des moyens de subsistance et de la pénurie d eau. Ainsi la désertification met-elle en danger la santé et le bien-être de 1,2 milliard de personnes dans plus d une centaine de pays 3. On peut à juste titre penser que la dégradation de l environnement touche plus durement les plus démunis que les personnes plus aisées. Pour prendre un exemple à l échelon international, les terres agricoles menacées par les changements climatiques se trouvent surtout dans le monde en développement. Des pays comme le Bangladesh ont beaucoup plus à perdre que les pays développés, matériellement et financièrement, du fait de la fréquence croissante des ouragans et de l élévation du niveau des océans (DEFRA, 2003). On retrouve le même phénomène à l échelon national. Des catastrophes naturelles extrêmes comme les inondations ou les tempêtes tropicales ont généralement des répercussions plus graves pour les pauvres parce qu ils sont plus vulnérables: ils ne disposent pas de ressources leur permettant d édifier des abris appropriés, ou bien leur logis est construit sur des terres où les barrières naturelles protégeant des glissements de terrain ou des inondations ont été détruites (Duraiappah, 2004). Préserver l environnement exige de réduire la pauvreté. La première préoccupation des pauvres, et la plus immédiate, est leur survie et la survie de leurs enfants au quotidien. Ils ne peuvent donc pas se permettre de penser aux besoins des générations à venir. Par exemple, plus de 50% de la déforestation tropicale est due à l agriculture sur brûlis pratiquée par des paysans déplacés ne possédant pas de terres. 4 N ayant pas d autre choix, les plus démunis sont contraints de compromettre leurs ressources à long terme en faveur de revenus à court terme. 3. Ce chiffre provient du site: desertification/2007/sgmessage.shtml 4. Amerique Émissions de CO2 (tonnes par habitant) 00,04 0,1 0,2 0, Europe & Asie Central Afrique Sous-Sahara Moyen-Orient & Afrique du Nord Asie du Sud Asie du Sud-Est & Pacifique Revenu par personne (PPA fixe en dollars) Figure 2: Revenu et émissions de CO2 par habitant et par pays (en 2004) Source: Gapminder, 2008 Introduction / Chapitre 2: Adopter un point de vue systémique 17

20 Préserver l environnement et réduire la pauvreté exigent de veiller à la viabilité financière. Nous ne pourrons pas nous attaquer aux problèmes mondiaux actuels en matière de réduction de la pauvreté et d écologie si nous comptons uniquement sur les contributions philanthropiques ou même sur les ressources publiques. Il est nécessaire de trouver des solutions financièrement viables, qui peuvent ainsi être reproduites à l échelle supérieure ou dans d autres lieux afin qu elles aient un impact très large. Le problème des entreprises durables est de parvenir à dissocier les améliorations des conditions de vie et le développement économique d une part, et une utilisation non durable des ressources naturelles d autre part. Nous devons utiliser moins de ressources pour procurer à la population la nourriture, l eau, la santé, l éducation, l hygiène, les loisirs et tout ce à quoi elle aspire. Sauter des étapes de développement peut offrir la possibilité d accéder à un type de développement plus durable. Cette théorie du développement appelée leapfrogging en anglais, ou parfois «saute-mouton technologique» en français, repose sur l idée que les pays en développement peuvent aller plus vite en sautant les étapes représentées par des technologies et des industries inférieures, moins efficaces, plus onéreuses et plus polluantes, pour passer directement à des technologies et des industries plus avancées. Les entreprises des pays en développement peuvent d emblée adopter des modes de consommation et de production plus durables sans avoir à passer par les étapes d une utilisation non durable des ressources. Elles peuvent ainsi avoir recours à des sources d énergie renouvelable comme le vent, le rayonnement solaire ou l eau, sans passer par l étape de la production d énergie à base de combustibles fossiles; les pays nouvellement industrialisés peuvent mettre en œuvres des techniques de production propres en évitant l étape des technologies fortement polluantes. l utilisation des ressources alors qu en réalité il s opère simplement un déplacement en termes d utilisation des ressources, d un groupe à un autre, d une étape de la consommation ou de la production à une autre, ou d un type de ressources à un autre. Les chaînes de valorisation globales permettent d installer les étapes du processus de consommation et de production là où elles sont réalisées le plus efficacement. C est pourquoi les étapes les plus gourmandes en ressources sont déplacées des pays industrialisés vers les pays en développement. l Europe a-t-elle pu constater un découplage relatif dans sa consommation directe de ressources ces dernières années. Dans le même temps, les progrès pour atteindre les objectifs de développement ont été inégaux, et la réduction de l extrême pauvreté économique (personnes vivant avec moins de 1dollar par jour) n a pas été accompagnée de progrès comparables en matière d amélioration des conditions de vie ou de viabilité écologique. Une nouvelle répartition de la charge supportée pourrait être une explication. Si la participation à la chaîne de valorisation globale amène une croissance économique, elle n est pas pour autant synonyme d améliorations sociales ou environnementales dans la mesure où cette croissance consommatrice de ressources a des répercussions sur la population et l environnement (CSCP, 2007). Cette nouvelle répartition de la charge supportée peut amener une redistribution des coûts et des avantages entre les différentes parties prenantes au long du cycle de vie. Il peut aussi s accompagner d une modification des types de coûts et d avantages. Les coûts financiers laissent la place à des coûts en matière de santé ou de sécurité, et des avantages sociaux peuvent être préférés aux avantages écologiques. Pour concevoir et gérer une entreprise durable, il est important de toujours garder l intégralité du système de consommation et de production à l esprit. Ce point de vue systémique se caractérise par trois angles d analyse différents: le triple bilan, le cycle de vie, et les parties prenantes. Chacun de ces types d analyse est présenté en détail ci-après. Trouver toujours plus de modes de consommation et de production économes en ressources est un défi permanent, dans la mesure où les économies réalisées sur les ressources nécessaires peuvent être annulées par une consommation accrue phénomène connu sous le nom d «effet de rebond». Par exemple, la consommation moyenne d énergie par machine à laver a diminué d environ 4,5% au Royaume-Uni entre 1999 et 2003, mais la consommation totale d énergie pour l ensemble de ces appareils s est accrue de 18,5%. Les économies permises par l amélioration du rendement ont été annulées par l accroissement du nombre de machines à laver, passé de 20,4millions d unités à 25,4 millions au cours de cette même période (2003). De plus, on peut parfois avoir l impression que les améliorations des conditions de vie sont dissociées de Économique Fournisseurs Extraction Production des matières premières Société dans son ensemble Communautés Employés Entreprise Sociale Conditionnement & Distribution Clients Utilisation du produit Environnementale Figure 3: Trois angles d analyse d une entreprise durable Source: analyse des auteurs Fin de vie Parties prenantes Zone d incidence Étapes du cycle de vie 18 Vers un triple résultat: boîte à outils pour l analyse des entreprises durables dans les pays en développement

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques

La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques La Caraïbe insulaire face à l économie verte: présentation des orientations stratégiques Loïza Rauzduel, Chargée de projet Caribbean Natural Resources Institute (CANARI) Conférence ICFC, Espace Régional

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Economie du Développement Durable - Licence

Economie du Développement Durable - Licence Economie du Développement Durable - Licence - Définitions 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Bibliographie: Qu est-ce que le développement durable? Brunel,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu

Valorisation du capital humain, Une façon d accroître son revenu Fiche technique 1.1 Étude de faisabilité page 1 Nous savons qu il y a une abondance de connaissances et de savoir-faire à la portée de chaque communauté agricole, agroalimentaire et rurale franco-ontarienne.

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008

Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008 25/03/2008 1 Introduction au Code de la compensation CO2 - Mars 2008 La compensation volontaire implique le financement de réductions d émissions de dioxyde de carbone équivalentes aux émissions qu un

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Écoconception d une PLV Fiche pratique

Écoconception d une PLV Fiche pratique Lorsqu une Mise en place PLV d un outil est de veille conçue, basé sur des les mots différents clés à sélectionner acteurs Eco-conception du : circuit doivent prendre en compte Rédaction plusieurs de recommandations

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement?

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Légende: Dépliant expliquant le rôle de la BEI, ses missions, son activité, son fonctionnement. Source: Banque européenne d investissement, Qu est-ce

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET

ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET ENSEMBLE, PARTENAIRES D AFFAIRES POUR UNE FILIÈRE PORCINE AU SOMMET UNE INITIATIVE DE LA FILIÈRE PORCINE QUÉBÉCOISE UN CONTEXTE PROPICE À L INVESTISSEMENT L es perspectives économiques entourant l industrie

Plus en détail

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action

L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Page 2 L économie circulaire en pratique dans la Mécanique - L éco-conception comme levier d action Lionel MELETON Pôle PID Cetim L économie circulaire en quelques mots Page 3 Pour mémoire, l économie

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail