Détermination du résultat fiscal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détermination du résultat fiscal"

Transcription

1 IMPRIMÉ 2058-A 8 Réintégrations Charges non déductibles Quote-part des bénéfices d une société de personnes Régimes d imposition particuliers et impositions différées Réintégrations diverses Déductions Quote-part des pertes d une société de personnes Provisions antérieurement taxées et réintégrées Régimes d imposition particuliers et impositions différées Mesures d incitation Déductions diverses Résultat fiscal Obligations déclaratives des groupes de sociétés : pages 129 et Ce tableau permet de déterminer, de manière extra-comptable, le résultat fiscal à partir du résultat comptable (ligne HN du tableau 2053). Il est complété notamment par le tableau 2058-B qui permet d assurer le suivi des déficits ordinaires, celui des amortissements réputés différés, et d analyser de manière détaillée les réintégrations et déductions fiscales à opérer au titre des provisions et charges à payer non déductibles pour l assiette de l impôt. Cependant, avant de souscrire cet imprimé, l entreprise devra procéder, dans certaines situations, à plusieurs opérations intermédiaires pour obtenir les éléments nécessaires au calcul du résultat fiscal et pour exercer les choix les plus adaptés aux diverses options possibles. Tel sera le cas notamment si l entreprise est déficitaire au titre de l exercice ou si elle dispose de déficits antérieurs reportables ou encore d amortissements antérieurs réputés différés en période déficitaire. Nature des rectifications 281 Les tableaux 2050 à 2057 devant être souscrits, nous l avons vu, conformément aux exigences du dispositif comptable, le tableau 2058-A doit mentionner toutes les rectifications auxquelles il convient de procéder pour passer du résultat comptable au résultat fiscal. Ces rectifications extra-comptables sont obligatoires, soit parce que certains éléments formant le résultat sont soumis à un régime spécifique pour l assiette de l impôt, soit en raison des divergences existant entre le dispositif comptable et la réglementation fiscale. Au sujet de ces divergences, qui ont trait pour l essentiel aux définitions et règles d évaluation, on retiendra plus particulièrement les points suivants. Prise en compte des frais financiers dans les coûts de revient 282 Du point de vue comptable, les intérêts des capitaux empruntés pour financer la fabrication d une immobilisation peuvent être inclus dans le coût de production 109

2 Tableau fiscal 2058-A 110 (intérêts afférents à la période de fabrication); les frais financiers peuvent également être inclus dans le coût de revient des stocks lorsqu ils concernent la période de production desdits biens et services et que le cycle de production est supérieur à un an (PCG art et 333-1). En revanche, la réglementation fiscale exclut expressément les frais financiers pour la valorisation de ces éléments (CGI, ann. III, art. 38 quinquies et 38 nonies). Toutefois, elle autorise leur inclusion dans le coût de revient des stocks des entreprises de construction de logements (doc. adm. 4 A ). Les entreprises qui choisissent d incorporer les frais financiers dans les coûts de revient doivent procéder à divers ajustements. À cet effet, la justification et le montant de ces inclusions figurent à l annexe comptable. 283 Pour les immobilisations, ces ajustements sont les suivants : au titre de l exercice de production : déduction des frais financiers immobilisés (ligne XG du tableau 2058-A) et réintégration de la fraction de l annuité d amortissement calculée sur ces frais (ligne WE du tableau 2058-A) ; au titre des exercices suivants : réintégration de la fraction de l amortissement correspondant aux frais financiers immobilisés (ligne WE du tableau 2058-A). Si la cession de l immobilisation intervient avant le terme du plan d amortissement, les plus-values (ou moins-values) comptables et fiscales diffèrent : la plusvalue fiscale est égale à la plus-value comptable, majorée de la différence entre les frais financiers admis fiscalement en charge et les fractions d amortissement correspondantes fiscalement réintégrées au titre de chaque exercice d utilisation (dans le cas d une moins-value comptable, cette différence vient en diminution). Cet ajustement est opéré au tableau 2059-A (voir 428). Lorsque ces ajustements sont opérés dans le cadre d une situation déficitaire, ils concourent à augmenter le déficit ordinaire reportable sur les cinq exercices suivants et à diminuer les amortissements réputés différés reportables sans limitation de durée. 284 Pour les stocks et en-cours de production, ces ajustements sont les suivants : au titre de l exercice de production : déduction extra-comptable des frais financiers admis fiscalement en charge (ligne XG du tableau 2058-A) ; au titre de l exercice de cession : réintégration au résultat fiscal de l exercice des frais financiers initialement déduits de manière extra-comptable (ligne WQ du tableau 2058-A). Corrélativement, la constatation d une provision pour dépréciation des stocks et en-cours de production, par référence à un coût comptable supérieur au coût fiscal, entraîne la réintégration d une fraction de la provision comptabilisée (ligne Wl du tableau 2058-A) ; les reprises ultérieures qui seraient opérées en comptabilité devraient être admises en déduction, sur le plan fiscal, à due concurrence (ligne WU du tableau 2058-A). Créances et dettes libellées en devises hors zone euro 285 Du point de vue comptable, les dettes et créances libellées en devises hors zone euro sont évaluées en fonction du cours du change à la clôture de l exercice. Le détail de ces évaluations doit figurer à l annexe comptable. Les différences résultant de cette conversion ne sont pas prises en compte au niveau du résultat comptable à l exception de celles apparaissant sur des liquidités et sur des exigibilités, mais inscrites à des comptes transitoires : écarts de conversion actif

3 Les paragraphes indiqués renvoient aux commentaires de ce numéro 111

4 Tableau fiscal 2058-A (pertes latentes, ligne CN du tableau 2050) ou écarts de conversion passif (profit latent, ligne ED du tableau 2051). Les pertes latentes (diminution de créances ou augmentation de dettes) justifient la constitution d une provision pour risque. Seuls les pertes et profits réalisés à l échéance, par rapport à la valeur d origine, sont enregistrés au compte de résultat. Sur le plan fiscal, en revanche, les écarts de conversion des créances et dettes libellées en devises hors zone euro par rapport aux montants initialement comptabilisés sont déterminés à la clôture de chaque exercice en fonction du dernier cours de change et sont pris en compte pour la détermination du résultat imposable de l exercice (CGI art. 38-4). Toutefois, pour la détermination des résultats des exercices clos depuis le 31 décembre 2001, cette règle n est pas applicable, sur option de l entreprise pour les prêts libellés en monnaies étrangères, consentis depuis le 1 er janvier 2001, par une société établie en France à ses filiales ou sous-filiales implantées hors de la zone euro. Les ajustements à opérer à ce titre au tableau 2058-A sont les suivants : 2058-A Correspondance Dotation de l exercice N aux provisions pour 2058-B cadre III lignes 8X, 8Z, + WI pertes de change { 9B, 2056 ligne 4U Reprise de l exercice N de provisions pour 2058-B cadre III lignes 8Y, 9A, WU pertes de change d exercices antérieurs { 9C, 2056 ligne 4V Écart de conversion de l exercice: actif XG { 2050 ligne CN passif + WQ 2051 ligne ED Écart de conversion de l exercice précédent: actif + WQ { 2050 ligne CN (N 1) passif XG 2051 ligne ED (N 1) 112 II convient de ne pas omettre de porter les écarts de conversion relatifs à l exercice précédent pour les créances et dettes éteintes dans l exercice et pour lesquelles il n existe naturellement plus d écart de conversion à la clôture. Il y a lieu également de ne pas prendre en compte les écarts de conversion constatés sur les prêts et filiales pour lesquels l entreprise a opté pour la neutralisation des écarts de conversion (voir 285). En revanche, les gains et les pertes de change réalisés sur ces créances et dettes ne donnent pas lieu à rectification extra-comptable sur le tableau 2058-A. Charges à répartir sur plusieurs exercices 286 Ce poste (ligne CL du tableau 2050) est destiné à enregistrer les charges différées et certains frais affectant plusieurs exercices (voir 92 à 95). Or, sur le plan fiscal, les charges doivent être rattachées à l exercice au cours duquel elles ont été engagées, et ce principe s oppose à ce que des charges puissent être étalées sur plusieurs exercices pour la détermination du résultat fiscal. Toutefois, l administration admet «l amortissement» des frais d emprunt et des frais d acquisition des immobilisations, dans le délai maximum de 5 ans (voir 95) ; s agissant des frais d emprunt, ils sont en principe immédiatement déduits des résultats du seul exercice au cours duquel ils ont été engagés. Toutefois, pour les emprunts émis depuis le 30 décembre 1994, les entreprises peuvent, sur option globale et irrévocable pour une durée de deux ans, étaler les frais d émission d emprunt sur la durée de vie de l emprunt de manière linéaire ou au prorata de la rémunération courue (CGI art quater ; doc. adm. 4 C 2342). L option

5 est exercée par la première inscription en comptabilité des frais d émission d emprunt en charges à répartir sur plusieurs exercices. L administration admet également que les dépenses comptabilisées en «Charges à répartir» qui résultent exclusivement de la préparation du passage à l euro soient déduites dans les mêmes conditions que les frais d établissement (doc. adm. 4 C ). Les charges à répartir sur plusieurs exercices qui ne peuvent être étalées, sur le plan fiscal, donnent lieu aux ajustements suivants : déduction extra-comptable de leur totalité au titre de l exercice d engagement des charges (ligne XG du tableau 2058-A) ; réintégration de la dotation correspondant à l étalement des charges à répartir (ligne WQ du tableau 2058-A). Bénéfice comptable de l exercice (ligne WA) 287 Il convient de porter ici le bénéfice mentionné au tableau 2051 (ligne DI) et au tableau 2053 (ligne HN) ; si le résultat de l exercice se solde par une perte, celleci est portée ligne WS du tableau 2058-A. Réintégrations Charges non déductibles Rémunération du travail de l exploitant ou des associés (ligne WB) 288 Ni la rémunération de l exploitant dans le cas d une entreprise individuelle, ni celle des associés indéfiniment responsables dans le cas des sociétés de personnes n ayant pas opté pour l impôt sur les sociétés ne sont admises en déduction pour la détermination du résultat fiscal (voir RF 910, 321). Elles doivent donc être réintégrées si elles ont été comptabilisées. Rémunération du travail du conjoint (ligne WC) 289 Sous certaines conditions, le salaire du conjoint de l exploitant ou de l associé participant effectivement à l exercice de la profession est admis en déduction mais seulement dans la limite de ou bien de trente-six fois le SMIC mensuel pour les adhérents des centres de gestion agréés, soit pour un exercice coïncidant avec l année civile 2002 (CGI art. 154 ; voir RF 910, 322 et 323). Le salaire déductible résulte de la comparaison, mois par mois, du salaire versé et du salaire limite (voir pour plus de détails notre Feuillet hebdomadaire ) ; le surplus doit donc être réintégré. L administration ne fait application de cette limitation que dans le cas où les époux sont mariés sous un régime de communauté ou sous le régime de la participation aux acquêts; dans les autres cas, le salaire du conjoint de l exploitant individuel ou de l associé d une société de personnes non passible de l IS est déductible en totalité et, par conséquent, aucune réintégration n est à opérer (doc. adm. 5 F ) dans la mesure bien entendu où le salaire versé correspond à un travail effectif et n est pas excessif eu égard au service rendu. 113

6 Tableau fiscal 2058-A Le total du salaire versé est à mentionner dans la première case en regard de la ligne WB, le montant déductible dans la seconde case et la différence est à réintégrer sur la ligne WB. Avantages personnels non déductibles (sauf amortissements) (ligne WD) 290 Doivent être notamment réintégrés, à ce titre, l avantage en nature correspondant à l utilisation privative, par l exploitant, d un immeuble inscrit à l actif du bilan, la fraction des rémunérations excédant la rétribution normale des fonctions exercées (sociétés passibles de l impôt sur les sociétés) et les dépenses personnelles des associés dirigeants comptabilisées en charges. Si l occupant de l immeuble est un membre du personnel lié à l entreprise par un contrat de travail, la valeur locative à prendre en compte pour la détermination du résultat fiscal est la valeur locative réelle de l immeuble qui peut être réputée égale à sa valeur locative foncière. Si l occupant est un dirigeant, la valeur locative à retenir est la valeur locative réelle, c est-à-dire la valeur constituée par les loyers augmentés des charges (CE 9 novembre 1990, n 67354). Bien entendu, lorsque l immeuble occupé gratuitement demeure affecté à l exercice de l activité (logement du personnel salarié chargé de la sécurité ou de la surveillance), aucune réintégration dans le résultat fiscal ne doit être pratiquée. L attribution gratuite d ordinateurs par une entreprise à ses salariés constitue un avantage en nature exonéré, sur option de l entreprise et sous certaines conditions. Cette exonération implique la réintégration dans le résultat de l entreprise des charges afférentes aux ordinateurs (CGI art ). Le montant maximal à réintégrer est de 1525 par salarié (voir RF 910, 521). Amortissements excédentaires (ligne WE) 291 Sont à mentionner sous cette rubrique les amortissements ou fractions d amortissements comptabilisés au cours de l exercice et non déductibles du point de vue fiscal. Voitures particulières dont le prix excède L amortissement des voitures particulières doit être réintégré à concurrence de la fraction de leur prix d acquisition TTC qui dépasse (pour les voitures dont la première mise en circulation est intervenue depuis le 1 er novembre 1996), ou (première mise en circulation depuis le 1 er novembre 1993), à moins que l entreprise n établisse que ces véhicules sont nécessaires à son activité en raison de son objet (taxis, ambulances, voitures des auto-écoles, entreprises de locations de véhicules). La réintégration est susceptible de s appliquer à tous les véhicules immatriculés dans la catégorie des voitures particulières (CGI art ; doc. adm. 4 C 351; voir RF 910, 670). Pour les acquisitions postérieures au 31 décembre 2001, l amortissement ne sera pas déductible pour la fraction du prix TTC qui excédera (BO spécial 13 RC). Pour les sociétés soumises à l impôt sur les sociétés, la fraction de l annuité d amortissement ainsi réintégrée n est pas considérée comme un revenu distribué. Les radiotéléphones constituent des immobilisations distinctes amortissables séparément et ne sont pas à comprendre dans le coût d acquisition du véhicule (voir RF 910, 671). Il en est de même des accumulateurs embarqués des véhicules électriques et des véhicules à propulsion mixte (CGI art. 39 AD; voir RF 910, 827). Exemple Supposons qu une entreprise dont l exercice fiscal coïncide avec l année civile ait acquis le 1 er janvier 2002 une voiture particulière au prix taxes comprises de

7 Le véhicule est amortissable en cinq années, l annuité comptable étant de: % = La fraction de l annuité d amortissement à réintégrer dans les résultats imposables sera, pour chacun des exercices 2002 à 2006, de: 4784 ( )/23920 = Biens donnés en location 293 Quelle que soit la durée de la location, ces biens doivent, selon la règle générale, être amortis sur leur durée normale d utilisation ; mais, lorsque le bien est loué directement ou indirectement par une personne physique, une société, une copropriété ou un groupement non soumis à l IS ou lorsqu il est mis par une entreprise à la disposition de l un de ses dirigeants ou d un membre du personnel, l annuité d amortissement admise en déduction est limitée au montant total des loyers acquis diminué du montant des charges autres que l amortissement. Les entreprises prennent en compte le loyer couru (CGI art. 39 C; voir RF 910, 677 à 698 ; CGI, ann. II, art. 30 à 32). Pour les biens mis par l entreprise à la disposition des dirigeants ou membres de son personnel, ce montant est augmenté de la valeur déclarée à l administration au titre de l avantage en nature accordé à celui-ci (voir RF 910, 674). La fraction d annuité d amortissement dont la déduction se trouve écartée peut être déduite du bénéfice des exercices suivants sans excéder les mêmes limites. Acquisition d un contrat de crédit-bail 294 Lorsque la durée fiscale d amortissement du contrat est différente de celle retenue en comptabilité, ou lorsque le contrat porte sur un fonds de commerce ou artisanal ou sur un bien immobilier, la fraction d amortissement non déductible doit être réintégrée ligne WE. Frais financiers compris dans le coût de revient d une immobilisation 295 La fraction de charges calculées (amortissements) correspondant à l incorporation des frais financiers dans le coût de revient de l immobilisation est à porter sur la ligne WE. Autres charges et dépenses somptuaires (ligne WF) 296 Il s agit : des dépenses ayant trait à des résidences de plaisance ou à l exercice de la chasse, de la pêche ou de la navigation de plaisance, à moins que l entreprise ne justifie que ces dépenses sont nécessaires à son activité en raison même de son objet (CGI art. 39-4). Notons que les sociétés passibles de l impôt sur les sociétés doivent faire apparaître distinctement, en comptabilité, les dépenses dont il s agit et soumettre leur montant global à l assemblée générale ordinaire des actionnaires, ainsi que le montant de l impôt supporté du fait de leur réintégration (CGI art. 223 quater) ; pour les voitures particulières de plus de (ou ) prises en location par contrat de crédit-bail ou de location de longue durée (location de plus de trois mois ou bien de moins de trois mois renouvelables), de la fraction du loyer correspondant à l amortissement pratiqué par le bailleur sur la partie du prix de revient excédant (ou ) (CGI art. 39-4; voir RF 910, 177). Taxe sur les voitures particulières des sociétés (ligne WG) 297 La réintégration à opérer à ce titre ne concerne que les sociétés passibles de l impôt sur les sociétés (CGI art. 1010). 115

8 Tableau fiscal 2058-A 116 Lorsqu il s agit d une société en commandite simple n ayant pas opté pour le régime fiscal des sociétés de capitaux, la taxe n est déductible qu à concurrence du prorata de la part des bénéfices correspondant au droit des commandités (doc. adm. 7 M 234-3). Provisions et charges à payer non déductibles (ligne WI) 298 Le détail de ces réintégrations est indiqué au cadre III du tableau 2058-B (voir 370 à 374). Doivent notamment être portées sur cette ligne l indemnité non déductible de congés payés ainsi que les charges sociales et fiscales y afférentes, lorsque l entreprise créée avant 1987 a opté pour le maintien du régime fiscal antérieur selon lequel l indemnité constitue une charge de l exercice au cours duquel le salarié prend le congé correspondant (voir 371). Doivent également être portées sur cette ligne, pour les exercices clos depuis le 15 octobre 1997, les provisions pour indemnités de licenciement pour motif économique constatées dans les charges (voir RF 910, 1004). Sont également à réintégrer les provisions constatées par les entreprises soumises à l IS sur les titres soumis au régime des OPCVM (voir 305). Amendes et pénalités (ligne WJ) 299 N étant pas admises en déduction pour la détermination du résultat fiscal, les transactions, amendes, confiscations et pénalités de toute nature pour infractions aux dispositions régissant l assiette et le recouvrement des impôts doivent faire l objet d une réintégration (CGI art. 39-2). Tel est notamment le cas : des pénalités dues soit pour défaut de production ou pour production tardive des déclarations, soit pour insuffisance ou pour omission dans les déclarations; des pénalités transactionnelles et des amendes pénales ; de l amende fiscale égale à 5 % du montant du rappel lorsqu un redevable n a pas déclaré la TVA due au titre d une opération et qu il aurait pu lui-même déduire (livraison à soi-même d une immobilisation, acquisition intracommunautaire, par exemple) (CGI art septies ; BO 3 D-6-95) ; de l intérêt de retard et de la majoration de 5 % pour paiement tardif de la TVA, de la taxe sur les salaires ou des droits d enregistrement ; de la majoration de 10 % exigée en cas de retard de paiement de la taxe professionnelle ou de la taxe foncière pour les immeubles inscrits à l actif de l entreprise ; de la majoration de 0,2 % pour paiement de certains impôts par virement directement opéré sur le compte du Trésor. Il en est de même des amendes encourues pour contravention au code de la route, celles-ci ayant le caractère de peines personnelles aux auteurs des infractions. Par ailleurs, la loi relative aux nouvelles régulations économiques a étendu la nondéductibilité aux pénalités pour infractions à la législation sur la liberté des prix et de la concurrence, y compris celles infligées par la Commission européenne en vertu des articles 81 et 82 du traité instituant la Communauté européenne (loi du 15 mai 2001, art. 73 et 85). La nature des pénalités et amendes réintégrées doit être mentionnée sur la ligne WJ ; en tant que de besoin ces informations devront être données sur un état annexé au tableau 2058-A.

9 Impôt sur les sociétés et imposition forfaitaire annuelle (ligne WK) 300 Les sommes à réintégrer à ce titre sont celles qui figurent en charges au compte de résultat (ligne HK du tableau 2053). Elles comprennent notamment l imposition forfaitaire annuelle non imputée sur l impôt sur les sociétés. Ces sommes incluent également la contribution additionnelle de 3 % et la contribution sociale sur les bénéfices de 3,3 % à la charge de certaines sociétés. Quote-part des bénéfices d une société de personnes (ligne WL) 301 L entreprise membre d une société de personnes ou d un groupement d intérêt économique doit rattacher à son résultat fiscal de l exercice 2002 sa quote-part dans le résultat bénéficiaire obtenu par la société de personnes pour ce même exercice, sans en attendre la distribution effective; il y a donc lieu à réintégration dans la mesure où, n ayant pas été appréhendée par l entreprise membre, cette quote-part n a pas été enregistrée en comptabilité. Si le résultat de la société de personnes est déficitaire, la quote-part de la perte doit être portée sur la ligne WT. La quote-part du résultat est déterminée obligatoirement selon les règles prévues pour les bénéfices industriels et commerciaux (ou pour l impôt sur les sociétés) si l entreprise membre est soumise de plein droit à un régime de bénéfice réel (ou est une société passible de l IS); dans le cas contraire, cette quote-part est déterminée, en principe, d après les règles de la catégorie de revenus dont relève l activité de la société détentrice des parts (CGI art. 238 bis K; voir «Le régime fiscal des sociétés», RF 894, fiche 11). S agissant de la quote-part de résultats se rattachant à des affaires en participation, rappelons que deux lignes sont spécialement prévues à cet effet sur l imprimé 2052 (lignes GH et GI). En cas de comptabilisation d un bénéfice compris dans les résultats fiscaux des années antérieures, cette quote-part doit être déduite extra-comptablement. Régimes d imposition particuliers et impositions différées Moins-values nettes à long terme (ligne WM) 302 Sur cette ligne, il y a lieu de reporter le total de la moins-value nette à long terme relevant du taux de 16 % ou 19 % (tableau 2059-A, cadre B, colonne 12). Ces moins-values, rappelons-le, peuvent seulement être déduites des plus-values réalisées au cours des dix années suivantes (voir 324 et 462); comme le compte de résultat les a enregistrées en même temps que l ensemble des plus-values et moins-values, il convient de les éliminer du résultat comptable en les inscrivant sur la présente ligne. Fraction imposable des plus-values réalisées au cours d exercices antérieurs Plus-values nettes à court terme (ligne WN) 303 La somme à réintégrer est égale au total des sommes inscrites sur l imprimé 2059-B, cadre A, total 2, colonne

10 Tableau fiscal 2058-A Plus-values soumises au régime des fusions (ligne WO) 304 La somme à réintégrer est égale au total des sommes inscrites sur l imprimé 2059-B, cadre B, total de la colonne 3. Écarts de valeurs liquidatives sur OPCVM (ligne XR) 305 Les sociétés passibles de l impôt sur les sociétés détenant des parts ou actions d OPCVM français ou étrangers doivent, à la clôture de chaque exercice, évaluer ces titres à leur valeur liquidative. L écart net d évaluation constaté entre la valeur liquidative à l ouverture et à la clôture de l exercice est compris dans le résultat imposable (CGI art A ; voir RF 910, 1620 à 1629). Ce dispositif est également applicable aux entreprises d assurances, sauf si elles exercent majoritairement leur activité dans le secteur de l assurance-vie ou de capitalisation (CGI art A-1 ). Sont toutefois exclus les titres d OPCVM à dominante actions (c est-à-dire dont l actif est représenté de façon constante pour 90 % au moins par des actions rémunérées par des dividendes donnant droit à l avoir fiscal) et, sous certaines conditions, les parts de fonds communs de placement à risques (FCPR) (voir RF 910, 1622 à 1625). Les sociétés concernées doivent calculer, pour chaque catégorie de titres d OPCVM, l écart positif et l écart négatif constatés à la clôture de l exercice et effectuer la somme algébrique de ces écarts. L écart net positif est à ajouter au résultat imposable et doit figurer sur la ligne XR ; l écart net négatif vient en diminution du résultat et doit être porté sur la ligne XS. Pour éviter une double déduction, la provision constituée du point de vue comptable pour constater la perte de valeur des titres devra être réintégrée sur la ligne WI (voir 298). L écart est déterminé à partir d un état qui fait apparaître pour chaque catégorie de titres de même nature les valeurs liquidatives de ces parts ou actions qui sont retenues pour le calcul de l écart imposable. Cet état doit être présenté à toute réquisition de l administration (CGI art A-3 ). Lors de la cession ultérieure des titres, le résultat imposable sera déterminé à partir du prix d acquisition ou de souscription des titres, corrigé du montant des écarts compris dans les résultats imposés (voir RF 910, 1629). Réintégrations diverses (ligne WQ) 306 Cette ligne est à servir globalement pour les réintégrations autres que celles mentionnées aux lignes précédentes, le détail devant en être fourni sur un feuillet annexe. Il n est évidemment pas possible d établir une liste complète des réintégrations diverses susceptibles de devoir être opérées ; on se limitera à un rappel des principaux cas qui peuvent se présenter (voir 307 à 313). Doivent dans tous les cas figurer sur cette ligne: les profits de change latents sur créances et dettes libellées en monnaies étrangères, sauf option contraire exercée par l entreprise (voir 285) ; les charges relatives aux activités BIC exercées à titre non professionnel doivent être réintégrées pour la détermination du résultat BIC professionnel. En effet, les BIC non professionnels font l objet d un traitement différencié des déficits; «l amortissement» des charges à répartir sur plusieurs exercices (voir 286), sauf les dépenses qui résultent exclusivement du passage à l euro et les frais d ac- 118

11 quisition des immobilisations dont la déduction est étalée dans les mêmes conditions que les frais d établissement ainsi que les frais d emprunt pour lesquels l entreprise peut opter, sur une période de deux ans, pour l étalement de ces frais sur la durée de vie de l emprunt ; la fraction des subventions affectées au financement des dépenses de recherche immobilisées et dont l imposition est étalée (CGI art. 236-I bis), sauf bien entendu si cet étalement est déjà pratiqué du point de vue comptable; les régularisations afférentes aux produits de certains emprunts qui n ont pas été enregistrés en comptabilité selon la méthode des intérêts composés (CGI art. 238 septies E) et celles afférentes aux charges financières des emprunts, autres que les intérêts (CGI art ter), qui n ont pas été enregistrés en comptabilité de manière actuarielle selon la méthode des intérêts composés (voir RF 910, 412 et 1303) ; les jetons de présence pour leur fraction excédant les limites prévues par l article 210 sexies du CGI ; les régularisations résultant de certaines opérations sur le MATIF. Autres réintégrations Rappelons également que : lorsqu une entreprise ayant opté pour le maintien du régime fiscal antérieur applicable à l indemnité de congés payés (voir 371) a été absorbée par une société n ayant pas exercé cette option, l indemnité pour congés payés correspondant aux droits acquis par les salariés, durant la période neutralisée, n est pas déductible du résultat fiscal et doit donc être mentionnée sur la ligne WQ (CGI art. 236 bis). La période neutralisée est celle durant laquelle ont été acquis les droits non utilisés par ces salariés à la date de la fusion. Sa durée ne peut être inférieure à celle de la période d acquisition des droits à congés payés non utilisés à la clôture de l exercice de la société absorbante qui est en cours lors de la fusion; elle est au minimum de sept mois ; lorsqu un contrat d assurance souscrit sur la tête d un dirigeant garantit le remboursement d un emprunt contracté pour les besoins de l exploitation, l annulation de la dette résultant du décès du dirigeant fait naître un profit dont l imposition peut être répartie par parts égales sur l année de sa réalisation et sur les quatre années suivantes (CGI art. 38 quater; voir RF 910, 219); la fraction imposable doit être mentionnée à la ligne WQ. Par ailleurs, est échelonnée par parts égales sur les mêmes années la déduction du montant global des primes acquittées en exécution de ce contrat et qui n ont pas été précédemment déduites du résultat imposable (voir 337); les dons consentis par l entreprise au cours de l exercice ne sont déductibles du résultat fiscal que dans certaines limites (CGI art. 238 bis à 238 bis AB ; voir RF 910, 490 à 505) ; la fraction excédentaire doit être mentionnée à la ligne WQ ; sont à réintégrer les cotisations sociales des exploitants individuels et leur conjoint-collaborateur non rémunéré, des associés et membres de sociétés de personnes exerçant personnellement et directement leur activité dans le cadre de la société et des gérants et associés imposés au titre de l article 62 du CGI, dans la mesure où elles excèdent les limites prévues (CGI art. 154 bis ; voir RF 910, 360 à 374) ; les rappels de TVA opérés à l issue d un contrôle fiscal et ayant donné lieu à la déduction en cascade ne sont plus déductibles ultérieurement ; en conséquence, lorsque l entreprise enregistre les rappels de TVA, soit à la réception de la notification de redressements sous forme de provisions, soit lors de la réception de l avis de mise en recouvrement, la charge correspondante doit être réintégrée pour la détermination du résultat fiscal de l exercice considéré ; les dépenses exposées à l occasion d opérations archéologiques et qui ont été déduites l année où elles ont été engagées sur la ligne XG sont à réintégrer au résultat du même exercice et des exercices suivants, au même rythme que l amortissement de l immobilisation et pour leur montant total en cas de cession (CGI art. 236 ter) ; les commissions versées depuis le 29 septembre 2000 pour les entreprises exportatrices à des agents publics étrangers dans le cadre de transactions internationales (voir RF 910, 258) ; l impact à l ouverture de l exercice du changement de méthode comptable imputé en «Report à nouveau» lorsqu il correspond à un produit imposable ; pour les effets escomptés et non échus à la clôture de l exercice, la quote-part des intérêts précomptés lors de la remise à l escompte qui se rattache à l exercice suivant est une charge constatée d avance (doc. adm. 4 C ; CE 1 er juin 2001, n ). 119

12 Tableau fiscal 2058-A Impôts non déductibles 307 En règle générale, les impôts sont déductibles pour la détermination du résultat fiscal. Certains d entre eux doivent toutefois être réintégrés dans le résultat fiscal en vertu d une disposition expresse de la loi. Pour les entreprises individuelles, il en est ainsi de l impôt sur le revenu et des cotisations ou contributions annexes ; mais il est à noter que, formant une charge personnelle de l exploitant, cet impôt ne figure normalement pas en comptabilité et n a donc pas à être réintégré. Ces observations valent également pour les sociétés de personnes qui n ont pas opté pour l impôt sur les sociétés. Pour les exploitants individuels, la quote-part de CSG déductible fiscalement doit normalement être portée dans les charges du point de vue comptable. Aucune régularisation n est donc à effectuer à ce titre. Pour les sociétés passibles de l impôt sur les sociétés, il convient de réintégrer dans tous les cas, notamment, la taxe annuelle de 3 % sur les immeubles possédés en France par certaines sociétés et la taxe forfaitaire de 15 % applicable, sous certaines conditions, aux transformations et aux liquidations de sociétés (CGI art. 239 bis B et 990 D à 990 H). Sont également à réintégrer les taxes et redevances assimilées à un élément du prix de revient du terrain ou des constructions tels que la taxe locale d équipement, la redevance en cas de création de bureaux en région parisienne. La taxe sur les voitures particulières des sociétés, l impôt sur les sociétés et l imposition forfaitaire annuelle sont réintégrés sur des lignes spécifiques (WG et WK). Intérêts excédentaires des comptes courants d associés (case SU) 308 En premier lieu, les intérêts versés aux associés doivent en principe être totalement réintégrés si le capital n a pas été entièrement libéré (CGI art ; voir RF 910, 430). Dans le cas contraire, les intérêts ne doivent être réintégrés que dans la mesure où ils excèdent le taux effectif moyen pratiqué par les établissements de crédit pour des prêts à taux variable aux entreprises, pour une durée initiale supérieure à deux ans (TMPv). Pour les exercices de douze mois clos le 31 décembre 2002, ce taux (TMPv) est égal à 5,66 % (voir FH ). Le taux d intérêt le plus élevé servi aux associés est à porter ligne ZK du tableau 2058-C (voir 396). Les intérêts excédentaires faisant ainsi l objet d une réintégration sont à porter, pour les sociétés soumises à l IS, au cadre F (rubrique 4, lignes e à h) de la déclaration 2065 (voir 542). En outre, dans le cas des sociétés passibles de l impôt sur les sociétés et s agissant d associés ou d actionnaires qui possèdent en droit ou en fait la direction de l entreprise ou qui détiennent plus de 50 % des droits financiers ou des droits de vote attachés aux titres émis par la société, les intérêts ne sont déductibles que dans la mesure où les avances consenties par l ensemble de ces associés dirigeants ne dépassent pas une fois et demie le capital social (CGI art. 212 ; voir RF 910, 446 à 449) ; cette limite n est toutefois pas applicable aux intérêts des comptes bloqués et aux intérêts versés à une société mère au sens de l article 145 du CGI. 120

13 Ces deux limitations sont distinctes ; dans l hypothèse où elles doivent intervenir toutes les deux, aucune compensation n est possible entre elles. Il convient alors de faire application de la seconde limitation ; puis on applique la limitation liée au taux d intérêts en ramenant l intérêt au maximum légal pour les avances qui restent prises en considération. De même, doivent être réintégrés sur cette ligne les intérêts versés aux associés à raison des sommes mises en comptes bloqués à la disposition de la société, pour la fraction excédant le taux maximum légal indiqué ci-dessus. Prélèvements opérés sur la réserve spéciale des plus-values à long terme 309 Les sommes prélevées sur cette réserve par une société passible de l impôt sur les sociétés sont mises en évidence sur l imprimé 2059-D, à la ligne 13 ou 14 du cadre II (voir 490). L imposition au taux réduit dont avaient bénéficié les plus-values correspondantes n étant justifiée que par leur réinvestissement dans l entreprise, leur désinvestissement a pour conséquence que l entreprise doit rapporter les sommes prélevées au résultat de l exercice, sous déduction de l impôt versé lors de la réalisation des plus-values (CGI art. 209 quater-2; voir RF 910, 1554 à 1556). Ce prélèvement peut être librement imputé par la société sur l une quelconque des fractions de la réserve spéciale, que les plus-values correspondantes aient supporté l impôt au taux de 10 %, 15 %, 18 %, 19 % ou 25 %. En pratique, il convient de rapporter respectivement au résultat fiscal, pour les exercices ouverts depuis 1993, les 7/9, 11/17, 23/41, 43/81 ou 1/3 de la somme prélevée, afin de porter l imposition totale à 33 1/3 %. Produits des placements à revenu fixe 310 Pour la détermination du résultat imposable des exercices ouverts depuis 1993, les produits des placements à revenu fixe (à l exclusion des créances) sont à rattacher au résultat de l exercice au cours duquel ils ont couru (CGI art. 238 septies F ; voir RF 910, 1290). Les règles comptables et fiscales étant harmonisées (règle «du couru»), alors qu auparavant ces produits n étaient fiscalement imposables qu au moment de leur encaissement (règle «de l échu»), les produits imposables correspondent aux produits comptabilisés et aucun retraitement n est à opérer sur la ligne WQ. Toutefois, les titres figurant à l actif du bilan d ouverture et de clôture du premier exercice ouvert à compter du 1 er janvier 1993 (titres figurant au bilan d ouverture et de clôture de l exercice 1993 pour les entreprises dont l exercice coïncide avec l année civile) font l objet d un régime transitoire qui a pour effet d imposer, lors de la cession ultérieure des titres, les produits courus entre la date de paiement du dernier coupon et la date de clôture du dernier exercice soumis à la règle «de l échu». Lors de la cession de ces titres soumis au régime transitoire, le résultat fiscal est calculé par rapport au coût d acquisition, y compris le montant des revenus acquis à la date d achat des titres et non encore déduits des résultats imposables, diminué d une somme égale au montant des revenus de ces titres acquis et non imposés à l ouverture de l exercice (CGI art. 238 septies F). En conséquence, lors de la cession de cette catégorie de titres, il convient de réintégrer sur la ligne WQ les intérêts courus et non imposés à l ouverture de l exercice du changement de méthode (c est-à-dire au 1 er janvier 1993 pour les entreprises dont l exercice coïncide avec l année civile). 121

14 Tableau fiscal 2058-A Zones d entreprises (case SW) 311 Les entreprises implantées dans les bassins d emploi de Dunkerque, d Aubagne- La Ciotat et de Toulon-La Seyne sont en principe exonérées d impôt sur les sociétés jusqu au terme du cent-vingtième mois suivant leur création (CGI art. 208 quinquies). Mais cette exonération ne s applique pas aux produits qui ne proviennent pas directement de l activité exercée dans ces zones et aux activités expressément exclues du dispositif (voir RF 910, 1935). Le cadre III du tableau 2058-A, comme d ailleurs la rubrique C1 de la déclaration 2065, ne faisant apparaître que le résultat imposable, il convient d extourner les éléments relatifs au secteur exonéré, au moyen des cases SW (pertes et moinsvalues) et SY (produits et plus-values) respectivement incluses dans les lignes WQ et XF du tableau 2058-A. Intérêts d emprunts contractés par l exploitant 312 Ne sont pas déductibles du résultat imposable les frais financiers relatifs à la partie de l emprunt destinée à couvrir le solde négatif du compte capital qui ressortirait après virement du résultat de l exercice (rép. Bajeux, JO 22 janvier 1982, Déb. Sén. quest. p. 334). Selon l administration, pour apprécier la déductibilité de ces frais, le solde du compte de l exploitant doit être déterminé au jour le jour. Toutefois, l entreprise peut recourir au solde moyen annuel de ce compte et, dans ce cas, l exercice est divisé en autant de périodes qu il y a d apports et de prélèvements effectués. Quant au résultat de l exercice, il est réputé réalisé à la clôture de l exercice (doc. adm. 4 C 51-1; voir RF 910, 2020 à 2022). Dons de matériel informatique aux salariés 313 L attribution d ordinateurs par une entreprise à ses salariés, qui n est possible que si préalablement un accord a été conclu durant la période du 1 er janvier 2001 au 31 décembre 2005 entre les intéressés, constitue un avantage en nature exonéré, sur option de l entreprise. L exonération s adresse à toutes les entreprises qui remettent à leurs salariés gratuitement, ou moyennant une faible contribution de leur part, des ordinateurs neufs destinés à un usage exclusivement privé. L avantage en nature consenti aux salariés est exonéré d impôt et de cotisations sociales, sous réserve que l entreprise réintègre dans son résultat les charges nettes liées aux ordinateurs et inscrive l avantage en comptabilité (CGI art ; voir «Votre déclaration personnelle», RF 908, 195). Le montant maximal à réintégrer est de par salarié (voir RF 910, 521). Déductions Quote-part des pertes d une société de personnes (ligne WT) 321 On se reportera aux précisions données au paragraphe 301. En comptabilité, la constatation de pertes par les sociétés de personnes dont l entreprise est membre ne peut se traduire par l enregistrement d une charge. 122

15 Rappelons que la déduction fiscale est éventuellement limitée si la quote-part de déficit provient d une société de personnes ou d un GIE qui donne en location des biens meubles ou immeubles par contrats conclus depuis le 25 février 1998 (CGI art. 39 C; voir «BIC-IS : les points délicats», RF HS , fiche 16). Provisions antérieurement taxées et réintégrées (ligne WU) 322 Il doit être porté sur cette ligne le total figurant ligne YO du cadre III du tableau 2058-B. Le détail de cette déduction est commenté aux paragraphes 370 à

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales

BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales BTS COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E4 : Gestion des obligations comptables, fiscales et sociales ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ DOSSIER 1 ORGANISATION COMPTABLE DES ACHATS A1. Analyse

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

tifawt.com Impôt sur le revenu

tifawt.com Impôt sur le revenu IR L impôt sur le revenu s applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales et n ayant pas opté pour l impôt sur les sociétés. Impôt sur le revenu Elaboré par Abderrahmane

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne

Intervenant. Patrick MORGENSTERN. Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Les impôts différés Intervenant Patrick MORGENSTERN Expert-comptable, Chargé d enseignement fiscal à l Université de Bourgogne Sommaire Présentation synthétique du mécanisme des impôts différés Impôts

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE IMPOSABLE À L I.R.C.M. : OUI NON CADRE RÉSERVÉ À L ADMINISTRATION

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE IMPOSABLE À L I.R.C.M. : OUI NON CADRE RÉSERVÉ À L ADMINISTRATION CADRE RÉSERVÉ À L ADMINISTRATION BP 80-98713 PAPEETE Tél. 40 46 13 13 Fax. 40 46 13 01 www.impot-polynesie.gov.pf C20 IO 017 IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS Déclaration relative à l exercice du... au... IDENTIFICATION

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

LES COMPTES DE SITUATION

LES COMPTES DE SITUATION PROGRAMME DETAILLE DE L ARRETE DES COMPTES Contexte législatif et rappel des principes comptables liés à l arrêté des comptes ; Traitement des aspects juridiques, comptables et fiscaux des principaux comptes

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 23 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-2-10 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2010 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). RACHAT DE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société).

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). L AFFECTATION DES RESULTATS Objectif(s) : o Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). Pré-requis : o Double détermination du résultat. Modalités : o o o Principes,

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser

1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Principes comptables 1 1 ère partie Les documents de synthèse à analyser Introduction L information comptable a pour objectif de traduire la réalité économique de l entreprise dans les états financiers.

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

E4 SARL Cheval Bressan. Proposition de corrigé. Barème général

E4 SARL Cheval Bressan. Proposition de corrigé. Barème général E4 SARL Cheval Bressan Proposition de corrigé Barème général Détail Total DOSSIER 1 Travaux comptables 25 A. Enregistrement de factures (achats/ventes/import) 11,5 B1. Caractéristiques de l emprunt 4 B2.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER

FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER Nom : N Adhérent : Cabinet comptable : (Pour ce dernier une attestation est à compléter en dernière page OGD2) Nom collaborateur : Date du dernier contrôle fiscal : FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Quelle durée retenir?

Quelle durée retenir? 5 Quelle durée retenir? C est désormais aux caractéristiques propres de l entreprise qu il convient de se référer pour déterminer la durée et le mode d amortissement d une immobilisation. En pratique,

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip

BILAN SIMPLIFIÉ ACTIF { PASSIF. 1 e r E X E M P L A I R E D E S T I N É À L A D M I N I S T R A T I O N. DGFiP N 2033-A 2014 @internet-dgfip N 0956 6 Formulaire obligatoire (article 0 septies A bis du Code général des impôts) ➀ BILAN SIMPLIFIÉ DGFiP N 0-A 0 @internet-dgfip Désignation de l entreprise Adresse de l entreprise Numéro SIRET* Durée

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

Les rémunérations de l exploitant ne sont pas déductibles Les cotisations sociales de l exploitant sont déductibles

Les rémunérations de l exploitant ne sont pas déductibles Les cotisations sociales de l exploitant sont déductibles EERCICE 1 Correction partiel MAI 2003 BIC Résultat comptable Prélèvement de l exploitant Cotisations sociales de l exploitant Salaires de Madame Les rémunérations de l exploitant ne sont pas déductibles

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatés d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire 20 rue Fernand Léger BP 62001 37020 TOURS CEDEX 1 Tel : 02.47.36.47.47 Fax : 02 47 38 70 90 cga37@cga37.fr http://www.cga37.fr N adhérent : Nom : Prénom : CP Ville

Plus en détail

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise)

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise) INFOMATIONS GENERALES OGBIC01 Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au sein du cabinet Mail du cabinet ou de la personne à contacter au sein du cabinet Renseignements divers L'adresse

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006

La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006 La nouvelle fiscalité des coopératives d Hlm à partir du 1 er janvier 2006 Paris le 20 mars 2006 Programme de la journée e : La mise en place de l impôt l sur les sociétés s dans le secteur Hlm Démarrage

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit

TMP Ukraine. Expertise-Conseil-Audit TMP Ukraine Expertise-Conseil-Audit 36-B rue O. Gontchara, bur. 8 01034 Kiev, Ukraine Tel.: +38(044)234.33.48, +38(067)501.19.60, +38(067)406.97.37 Fax: +38(044)235.39.05 Sofia Tokar Auditeur certifié

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Règlement homologué par arrêté du 26 décembre

Plus en détail

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés

Dossier page 2 à 5. Brèves en page 6. Investir en Girardin pour réduire son impôt sur les sociétés VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

641/644 Rémunérations du personnel

641/644 Rémunérations du personnel comptes, des rémunérations versées aux 5 ou 10 personnes les mieux rémunérées. Toutefois, le montant global des rémunérations versées à ces personnes les mieux rémunérées n a pas à être communiqué lorsque

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9

UNITÉ 3 THÈME 4. Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits. Cned Site de Lyon Page 1 / 9 UNITÉ 3 THÈME 4 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et produits Cned Site de Lyon Page 1 / 9 Thème 4 Unité 3 Thème 4 UNITÉ 3 THÈME 4...1 Régulariser les comptes à l'inventaire : charges et

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation Imposition des produits THÈME 1 Exercice 1 Produits d exploitation L entreprise Pan est spécialisée dans la vente de panneaux solaires. Elle a vendu des panneaux courant novembre N à divers clients. Les

Plus en détail

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés)

Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Université de Sfax Ecole Supérieure de Commerce de Sfax Année universitaire : 2010-2011 Fiscalité approfondie : Corrigé série de révision n 3 (Impôt sur les sociétés) Auditoire : 1 ère année Mastère Professionnel

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0033/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

SCI. Outil de gestion patrimoniale

SCI. Outil de gestion patrimoniale SCI Outil de gestion patrimoniale Sommaire I. Définition II. Pourquoi opter pour la création d une SCI? III. Obligations IV. Fiscalité I- Définition La Société Civile Immobilière de location est une société

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.A. Millésime 2014

Bordereau de renseignements OG B.A. Millésime 2014 1, rue de la Paix - CS 60506-53005 LAVAL Cedex Tel : 02 43 59 24 00 Fax : 02 43 53 59 24 01 courriel : cga.mayenne@cgamayenne.org site Internet : http://www.cgamayenne.org NOM ADHERENT : N : Bordereau

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DECLARATION? N 51 275 # 01 2777-D-Not DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE LIBÉRATOIRE ET PRELEVEMENTS SOCIAUX DUS A LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUES ET

Plus en détail

Comité Professionnel des Galeries d Art

Comité Professionnel des Galeries d Art Comité Professionnel des Galeries d Art LE MECENAT D ENTREPRISE Mardi 6 octobre 2009 Présentation de l article 238 bis AB du CGI Le dispositif de cet article constitue pour les entreprises l unique possibilité

Plus en détail

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES DCG session 2012 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES 1. Expliquer la raison pour laquelle la constitution d une réserve légale est obligatoire et rappeler

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 4. Droit fiscal 6 ÉDITION. Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard. Sup FOUCHER

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 4. Droit fiscal 6 ÉDITION. Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard. Sup FOUCHER LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 4 Droit fiscal e 6 ÉDITION Jean-Luc Mondon Jean-Yves Jomard Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail