Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pourquoi le Canada a besoin d une Marine"

Transcription

1 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

2 Édition : octobre 2010 Ligue Navale du Canada Copyright Tous droits réservés. Imprimé au Canada Note: this publication is also available in english. Contact the Navy League of Canada Auteur : Peter T. Haydon; Avant-propos : Dr. Marc Milner et Vice-Admiral (Ret d) Larry Murray; Rédacteur développemental : Louise Mercier-Johnson; Conception graphique : MacGraphics; Photos : Les Forces Canadiens & le Département de la défense nationale; Imprimeur : Bonanza Printing & Copying Centre Inc.

3 AVANT-PROPOS Nous sommes ravis autant qu honorés de prendre part à ce projet important et fort à propos. Peter Haydon est un spécialiste incontournable des questions de politique navale canadienne et de sécurité maritime. Cette publication est la dernière de ses contributions au dialogue avec le public. Cette année a été exceptionnelle pour la Marine canadienne. Comme le fait remarquer l auteur, 2010 a débuté par le transport vers Haïti de 500 membres des Forces canadiennes par les NCSM Athabaskan et Halifax à la suite du séisme qui a dévasté le pays le 12 janvier dernier. En collaboration avec les Nations Unies, la Croix Rouge, UNICEF Canada et l Organisation internationale de perspective mondiale, la Marine canadienne y a acheminé des génératrices, des vêtements, de la nourriture et de l aide médicale. En février, notre Marine a assuré la sécurité des Jeux olympiques, puis celle des sommets du G8 et du G20 pendant l été, avant de déployer des démineurs en Afghanistan. Le NCSM Fredericton a effectué des opérations sur la mer d Oman dans le cadre de l engagement permanent du Canada envers les opérations de paix internationale et de sécurité, tandis que d autres navires étaient déployés en Arctique, dans les Grands Lacs et ailleurs dans le monde, notamment au large de la Somalie en vue de contrer le terrorisme et la piraterie. En outre, des navires ont dirigé des exercices de formation dans le monde entier avec les États-Unis, le Chili, en Extrême-Orient et dans le nord avec les Danois. Cette opération a eu lieu alors que le pays se joignait à sa Marine pour fêter ses cent ans d existence. D un océan à l autre, des activités et des galas locaux ont souligné l événement tandis qu une nouvelle pièce de monnaie était frappée et qu une superbe cloche, qui a trouvé son abri permanent à l étage du Sénat au Parlement canadien, était baptisée en l honneur du centenaire de la Marine. En réponse, les forces navales du monde entier sont venues au Canada pour participer à deux revues distinctes de la flotte en compagnie de la Gouverneure générale Michaëlle Jean, à Esquimalt (C.-B.) et Sa Majesté la reine Élisabeth II a passé la flotte en revue à Halifax (N.-É.). Pendant le Centenaire de la Marine, le gouvernement a également présenté la nouvelle Stratégie nationale d approvisionnement en matière de construction navale du Canada. Cette annonce met en lumière la nécessité pour l industrie et le gouvernement de collaborer pour créer une industrie durable qui serve les intérêts maritimes du Canada en général et de la Marine en particulier. En fait, un partenariat étroit entre la population canadienne, le gouvernement, la Marine et le secteur privé est conditionnel à la viabilité à long terme d une politique maritime nationale cohérente. Ce partenariat doit s appuyer sur le respect durable, la confiance et le travail d équipe. Le monde évolue aussi rapidement que la fonte des glaces qui débouchera sans aucun doute sur l ouverture de l archipel de l Arctique canadien à la navigation permanente. La nécessité de se doter d une Marine sur les trois océans pour défendre la souveraineté canadienne n a jamais été aussi pressante. Dans cette optique, Pourquoi le Canada a besoin d une marine décrit la nature et la portée de l utilisation des océans ainsi que les menaces pour la sécurité nationale qui nous viennent de la mer. Les leçons tirées du passé et de la conduite de l État démontrent qu un pays fort qui possède des liens étroits avec bon nombre d autres nations doit s appuyer sur ses forces navales pour asseoir sa diplomatie. Et comme nous le fait observer Peter Haydon, aucun instrument ne sert aussi bien tous les intérêts d un État qu une Marine, et ce, qu il s agisse de souveraineté, de défense, de diplomatie, d assistance, de contributions à la sécurité collective, de police ou d une panoplie d autres tâches maritimes ou internationales. C est donc avec un immense plaisir que nous recommandons vivement la lecture de Pourquoi le Canada a besoin d une marine à tous ceux et celles qui se sentent concernés par les enjeux de la sécurité maritime et navale de ce grand pays. Nous tenons à remercier chaleureusement le commandant Haydon pour cette remarquable contribution personnelle au centenaire de la Marine canadienne. Pour emprunter le langage de la marine «Bravo Zulu» Peter! Vice-admiral (ret.) Larry Murray Président de division de la Ligue navale du Canada Marc Milner, PhD Université du Nouveau-Brunswick

4 LA LIGUE NAVALE DU CANADA THE NAVY LEAGUE OF CANADA Affaires maritimes La ligue navale comme l organisation se occupe de la promotion et éducation pour les affaires maritimes du Canada. Fondée en 1895, la Ligue navale du Canada est une organisation nationale disposant d un large mandat de promotion des affaires maritimes. Forte d une présence dans plus de 230 communautés du Canada. Le dossier des Affaires maritimes attache un intérêt tout particulier à l état de nos voies navigables, de leurs installations et à leur utilisation pour la navigation, la recherche, la plaisance et le tourisme aussi bien que pour la production durable de ressources minérales et aquatiques. Nous continuons à nous préoccuper de la capacité des secteurs agricole, industriel et commercial du pays à stimuler l expansion économique découlant de bons systèmes de transport, de sécurité et de protection maritimes et d installations portuaires. Nous aimerais assurer une Marine dont le rôle serait pertinent et durable une Marine prête et capable de protéger nos intérêts maritimes. La Ligue navale du Canada s occupe de la journée de reconnaissance sur la Colline du Parlement. Bureau National Maison Lisgar 66 rue Lisgar Ottawa, ON K2P 0C

5

6 L ASSOCIATION DES OFFICERS DE LA MARINE DU CANADA THE NAVAL OFFICERS ASSOCIATION OF CANADA Patron Son Altesse Royale le Prince Phillip Duc D Édinbourg L AOMC/ NOAC a été constituée en société à partir de différentes associations d officiers de marine en Nous comptons actuellement près de 1500 membres répartis entre quinze sections à travers le Canada et une au quartier général de l OTAN à Bruxelles. L AOMC / NOAC est fière de s identifier et de participer au centième anniversaire de la marine en Pillers de mission AOMC/NOAC NOTRE MARINE Pour éduquer la population canadienne quant à la nécessité cruciale pour le pays de posséder une marine de niveau international pour défendre nos intérêts sur les trois océans qui nous touchent ainsi qu à travers le monde. PATRIMOINE MARITIME Pour promouvoir la reconnaissance et la préservation d histoire, patrimoine et culture maritimes du Canada. CAMARADERIE Pour soutenir et apprécier les liens que nous partageons au service du Canada en mer. Pour contacter le Chef de la direction :

7 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine par Peter T. Haydon Agrégé supérieur de recherche Centre d études des politiques étrangères de l Université Dalhousie

8 6 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

9 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine En 1994, Fred Crickard et moi-même avons écrit un livret intitulé Why Canada Needs Maritime Forces (pourquoi le Canada a-t-il besoin de forces maritimes?) pour appuyer le processus d examen public de la politique de défense mené par le nouveau gouvernement. Cet ouvrage a été bien reçu parce qu il présentait dans des mots simples l argumentation justifiant le maintien d une marine canadienne moderne et qu il aidait le public à mieux comprendre la place qu occupe la marine dans le tissu national. Seize ans plus tard, il semblerait que le public ait oublié la plus grande partie des arguments avancés. Si le Centenaire de la Marine canadienne a fait mieux connaître son riche passé et sa présence, il ne semble pas avoir beaucoup convaincu quant à la nécessité pour le pays de disposer d une flotte polyvalente et efficace. De plus, nombreux sont ceux qui semblent penser que la Marine est l une de ces organisations qu on peut mobiliser immédiatement en cas de crise en mer. Du fait de cette incompréhension de ce que la Marine apporte de manière continue au Canada, il est difficile d expliquer les activités navales et la nécessité de se doter de navires de combat neufs, invariablement coûteux. Et lorsque survient dans la Marine canadienne une crise comme l incident du NCSM Chicoutimi, les médias et bon nombre de citoyens qui s expriment sur la place publique ont tendance à se concentrer sur la situation immédiate, sans réfléchir aux conséquences. Malheureusement, ce manque de compréhension réelle de l utilité de la Marine pour l ensemble du Canada s étend au domaine plus vaste des intérêts maritimes du pays. Comment en sommes-nous arrivés là? Le phénomène s explique en partie du fait que, contrairement à l Armée, la Marine n a jamais été considérée comme une composante établie et essentielle de l État canadien. Bien que la géographie du pays compte pour beaucoup dans cette façon de voir, celle-ci tient davantage au fait que la Marine exerce ses activités loin des regards du public. La situation est aggravée par le manque apparent de transparence du processus d établissement des politiques navales qui, il faut le reconnaître, est complexe et souvent déroutant. Une personne de l extérieur qui examinerait pour la première fois les politiques navales canadiennes des vingt dernières années, en fait depuis la fin de la guerre froide en 1989, ne pourrait que s étonner du cycle apparemment ininterrompu d examens et de révisions dont ces politiques ont fait l objet. Elle ne serait pas moins surprise de la durée nécessaire pour construire un nouveau bâtiment de combat et du fait que le processus d approbation politique prend encore plus de temps. Elle en conclurait, à juste titre, que pour un pays au vaste territoire maritime et aux intérêts nautiques très étendus à l échelon national et international, il ne devrait pas être difficile de mettre sur pied une politique navale cohérente. Pourquoi, dans ce cas, la Marine doit-elle s exposer à la critique publique et subir un examen politique chaque fois qu elle a besoin de nouveaux navires ou ressources ou qu elle est appelée à faire ce que font quasiment toutes les autres marines du monde? Pour répondre à cette question, il faut examiner les principales raisons pour lesquelles le Canada doit disposer d une marine, en commençant par jeter un rapide coup d œil sur la nature même de la marine en général et sur ce qui incite les États à en posséder une. Il est également nécessaire de comprendre l étendue des intérêts maritimes du Canada et ce qu a fait la Marine au fil des années pour les développer et les protéger. Il serait intéressant d étudier l évolution de l opinion publique sur les questions navales et maritimes. Il n existe malheureusement aucun document à ce sujet. Nous ne disposons que d une série d observations confirmant que la majorité des Canadiens qui vivent loin des côtes pensent que les affaires maritimes et le sort de la Marine ne les concernent guère. Tant qu ils ne perçoivent aucune menace militaire, la plupart des Canadiens ne comprennent pas vraiment que les océans ont une incidence directe sur leur vie quotidienne. Le fait que cette influence soit indirecte constitue une grande partie du problème de l identité publique. Toutefois, le manque de compréhension de la nature et du rôle de la Marine compte pour une part non moins négligeable de la problématique. Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 7

10 Qu est-ce qu une marine? Les dictionnaires et les encyclopédies sont remplis de définitions des mots marine et naval, selon la plupart desquelles la marine est le corps d armée d un État dont les activités s exercent à la surface, au-dessus de la surface et audessous de la surface des mers et qui est constitué de «toute l organisation militaire d une nation servant à la guerre et à la défense maritimes, y compris les navires, l aviation, le personnel, les états-majors et l infrastructure spécifique». Traditionnellement, la marine a une culture, des traditions et des uniformes différents des autres corps d armée. La plupart des sources mentionnent également l esprit de clan qui anime les membres de la marine des différentes nations, créant en quelque sorte une «fraternité» des mers. Bien plus que l armée de terre ou l armée de l air, la marine a toujours été et restera sans aucun doute un instrument politique, en raison de sa structure traditionnelle et, en particulier, de sa flexibilité opérationnelle, de son utilité diplomatique et du fait qu en droit international, un navire de guerre est considéré comme le prolongement légal de l État auquel il appartient. Depuis les débuts des forces navales organisées, les navires de combat ont servi divers objectifs d autodéfense, de projection de la force militaire et de diplomatie, ce dernier rôle étant plus évident de nos jours qu à toute autre période de l histoire. Le potentiel diplomatique des navires de combat a été mis en lumière par l avènement des technologies modernes, en particulier les systèmes d information, qui leur donnent une mobilité et une endurance sans précédent et permettent à leur équipage une meilleure appréhension de ce qui se passe dans la zone immédiate des opérations (ce que l on nomme la connaissance de la situation). 8 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

11 Pourquoi les états ont-ils une marine? Étant donné que près de 75 % de la surface de la Terre est recouverte d eau et que seulement une trentaine de pays n ont pas de frontières maritimes, les océans jouent un rôle important dans la vie de la plupart d entre nous. Ils sont non seulement un moyen de perpétuer la vie, mais aussi une source d aliments, de ressources et d énergie. Ils constituent par ailleurs d excellentes voies de circulation, dont nous dépendons pour une grande partie du commerce et du transport. Que nous vivions dans un pays à l économie industrielle très développée, dans un pays émergent ou dans un pays non développé, les océans ont une influence prédominante sur notre mode de vie. Il s ensuit que le mauvais usage des océans, en particulier la dégradation de l environnement et les contraintes illégitimes quant à leur utilisation, constitue une grave menace pour la sécurité nationale et internationale. Il était à prévoir que la mainmise politique sur les océans irait croissante. Pour les États, la marine est devenue un moyen d exercer leur contrôle sur les océans ou sur certaines régions océaniques. Pour exercer sa souveraineté en mer, un État doit pouvoir maîtriser tout ce qui se passe dans les eaux qui relèvent de sa compétence. Ce principe s applique aux eaux territoriales (12 milles marins à partir des côtes), aux eaux de la zone économique exclusive (ZEE, à 200 milles marins) et aux eaux adjacentes au plateau continental. L absence de contrôle des activités dans ces eaux constitue une acceptation tacite de leur utilisation par d autres entités, selon leur gré et sans égard ni respect pour la loi. Cela revient à une renonciation à la souveraineté. Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 9

12 Rôle domestique et international Cependant, le rôle de la marine ne se limite pas à l affirmation de la souveraineté dans les eaux nationales. De nos jours, elle sert d instrument de mise en œuvre des politiques nationales de plusieurs autres façons, principalement : pour défendre le pays dans ses eaux nationales et adjacentes, y compris pour protéger les échanges commerciaux; pour faire appliquer les lois nationales et internationales qui régissent l utilisation des océans; en tant qu instrument hautement polyvalent de politique étrangère et de sécurité collective; pour mener des opérations de coercition et de dissuasion dans des situations de guerre latente et, en cas d échec, pour combattre. De manière générale, les forces navales sont utilisées dans les eaux nationales pour faire respecter la souveraineté, pour faire appliquer la loi et pour l autodéfense. Dans les eaux éloignées, elles servent à soutenir la politique étrangère, notamment dans le cadre des opérations humanitaires et de sécurité collective. Le rôle de la marine dans le domaine de la politique étrangère tient à sa particularité de représenter la force sans que celle-ci doive nécessairement être utilisée. Comme l a si bien expliqué le professeur D.P. O Connell : «[de par] son ambiguïté, la marine à elle seule donne au gouvernement les moyens d exercer une pression plus forte que ne le permet la diplomatie, et moins dangereuse et imprévisible dans son issue que les autres forces, car la liberté des mers lui confère une grande disponibilité à l échelon local, sans pour autant qu elle soit engagée. La marine a le droit de parcourir les mers et la capacité de le faire pendant la durée exigée par les circonstances, alors que l armée de terre ne peut démontrer un degré de coercition crédible sans outrepasser les limites de la souveraineté nationale.» Dans un monde plutôt incertain et imprévisible, où des situations potentiellement dangereuses peuvent survenir sans avertissement, les États ont besoin d un éventail de solutions qui leur permettront de réagir rapidement aux menaces pour la sécurité et la stabilité de leur environnement géographique et économique étendu. Comme l attestent 2500 ans d histoire navale, les gouvernements aux prises avec un problème au large de leurs côtes commencent toujours par envoyer un navire de combat. Les gouvernements doivent également remplir l obligation, souvent commandée par l opinion publique, d intervenir en cas de catastrophes naturelles et de crises humanitaires touchant d autres pays. Dans ce cas, et pour des raisons évidentes, ils ont souvent recours à la marine. Bien qu ils soient faits pour la guerre, les navires de combat sont caractérisés par une polyvalence naturelle qui permet de les utiliser dans un grand éventail d activités pacifiques : Ils peuvent se déployer en quelques jours seulement et rester sur place pendant de longues périodes sans nécessiter des systèmes de soutien logistique complexes. Ils peuvent changer de rôle rapidement tout en conservant leur efficacité et sans avoir à retourner au pays pour des questions de reconfiguration et de réorganisation. Prolongements légaux de l État auquel ils appartiennent, ils ont une valeur symbolique et leur présence constitue un signal clair de l intérêt ou de l inquiétude d un État (ou d un groupe d États dans le cas d une force multinationale) face à une situation. Ils peuvent se retirer rapidement en cas de situation menaçante. De plus, les navires de combat modernes ont la capacité de fonctionner sur un mode défensif pour se protéger et protéger ceux qui s en remettent à eux. Les marines modernes disposent de systèmes de communication et de gestion des données qui les rendent exceptionnellement aptes à la gestion de crises. Par ailleurs, le déploiement d une force navale ne comporte qu un faible 10 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

13 Centre de commande d un sous-marin risque politique, non seulement parce qu elle peut se retirer rapidement, mais aussi parce que son empreinte est bien moins importante que celle des autres services. Cependant, une marine n est pas un système clés en main qui peut être activé et utilisé au gré des volontés politiques en cas de crise. Pour être utile, elle doit être déjà constituée et prête à prendre la mer. Il faut également prévoir une structure organisationnelle pour l entretien, l instruction et l entraînement et le soutien général. Lorsque vient le temps de remplacer les composantes qui forment les capacités opérationnelles des forces navales, pas question de les trouver «prêtes à l emploi»; il faut du temps pour créer les compétences individuelles et d équipe qui sont nécessaires. Le remplacement et l entretien des navires et de l équipement demandent une gestion minutieuse. Surtout, il faut beaucoup de temps et d argent pour reconstruire des capacités navales qui ont été perdues. Pour toutes ces raisons, il est important d enraciner la marine dans le tissu national, pour garantir son efficacité opérationnelle par le truchement de programmes opportuns de modernisation et pour éviter que la sécurité nationale soit sacrifiée sur l autel des politiques intérieures et d autres stratégies inconsidérées. Comme l ont reconnu à juste titre en 1787 les auteurs de la Constitution américaine, la création et l entretien d une marine sont des conditions essentielles à la souveraineté d un État. Cette affirmation reste valable pour tous les pays ayant des intérêts maritimes. Quels sont les intérêts maritimes du Canada? La responsabilité de souveraineté, de gestion des océans et d intervention en mer en cas de crise n est plus répartie entre les divers ministères et organismes gouvernementaux qui s occupent de situations bien précises. De nos jours, l approche «pangouvernementale» prévaut face aux questions de sécurité maritime nationale au sens le plus large du terme. À partir d une initiative entreprise en avril 2004, le gouvernement a créé un nouvel organisme de sécurité, qui a d abord consisté en deux centres des opérations de la sûreté maritime sous le commandement de la Marine, situés à Halifax et Esquimalt; un troisième COSM pour les Grands Lacs et la voie maritime du Saint-Laurent a été créé par la suite. Cette nouvelle politique exige de la Marine qu elle connaisse toutes les facettes des activités et intérêts maritimes du Canada et qu elle y participe. Les résumés des principaux problèmes, exposés ci-dessous, permettront de mieux comprendre la dépendance du Canada envers les océans et les obstacles à la sécurité nationale qui peuvent en découler. Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 11

14 Défis de littoral Caractérisé par près d un quart de million de kilomètres de côtes, le Canada, qui revendique actuellement sa souveraineté sur près de six millions de kilomètres carrés d eaux contiguës et de plates-formes continentales, possède l un des plus vastes domaines océaniques du monde. Bien qu à l heure actuelle à peine la moitié de ces eaux soient navigables toute l année, les changements climatiques rendent possible une utilisation des eaux arctiques bien plus grande que par le passé, ce qui entraîne des problèmes de souveraineté et de sécurité. Une grande partie des côtes canadiennes sont pratiquement inhabitées et elles sont parsemées d anses et de havres parfaits pour mener des activités illégales. En outre, le tourisme d aventure est un secteur en pleine expansion, surtout le long des côtes plus accidentées et pittoresques du Canada, notamment dans l Arctique, où il existe peu de moyens de soutien et d intervention d urgence. L économie mondiale Le Canada joue un rôle important dans l économie mondiale, même si ses échanges concernent principalement les matières premières destinées aux produits finis et sont fortement tributaires du transport maritime. La plus grande partie de l industrie et du commerce canadiens dépend désormais du transport maritime pour la circulation des matières premières et des biens de consommation. Chaque année, près de 470 millions de tonnes de marchandises transitent par les ports canadiens : un tiers concerne le commerce intérieur, un quart, le commerce avec les États-Unis (une grande partie de ces marchandises se retrouveront ultérieurement sur le marché mondial) et un peu moins de la moitié seulement, les échanges avec le reste du monde. À peine moins de 10 % de ces marchandises sont transportées par conteneurs et passent par les trois grands ports à conteneurs, Halifax, Montréal et Vancouver. Le transport maritime est l élément vital de l économie canadienne. Les eaux canadiennes sont largement utilisées pour des raisons économiques ou autres, et la circulation va certainement s amplifier au cours des prochaines années. Du fait de la violence, des accidents et des catastrophes naturelles dont ils peuvent faire l objet, les navires et, dans de nombreux cas, leur cargaison, constituent des problèmes potentiels pour l environnement et la sécurité. Ces situations sont exacerbées par le manque de moyens d intervention adéquats dans les régions éloignées. Par conséquent, la nécessité de savoir exactement ce qui se passe dans toutes les eaux territoriales canadiennes constitue une priorité de sécurité nationale qui concerne directement la Marine. Étant donné le rôle du Canada sur le marché mondial, la sécurité du commerce international est une condition sine qua non du bien-être économique des Canadiens. Quelles qu en soient les répercussions immédiates sur le commerce canadien, les menaces et les cas réels de perturbation des échanges doivent être pris très au sérieux. Par exemple, les actes de piraterie peuvent perturber le transport maritime et donc avoir des répercussions économiques sur l économie mondiale. Par conséquent, ils doivent être combattus, peu importe leur portée et l endroit où ils sont perpétrés. De même, les menaces de fermeture des principaux couloirs de navigation, comme le golfe Persique ou les voies à travers l archipel indonésien, doivent être traitées avec rapidité et fermeté. Il est donc tout à fait logique que la Marine canadienne prenne part à des opérations multinationales visant à protéger le transport maritime, comme celles qui ont lieu à l heure actuelle au large de la Corne de l Afrique. Par ailleurs, une situation d instabilité régionale non maîtrisée peut facilement s étendre et avoir non seulement des conséquences humanitaires, mais aussi des répercussions à long terme sur l économie mondiale. Bien que dans certaines situations, les intérêts du Canada peuvent ne pas sembler menacés, il existe des risques indirects avec des conséquences à long terme. Encore une fois, il suffit de prendre du recul pour comprendre que la participation canadienne aux opérations de sécurité nationale est absolument logique sur le plan économique et politique. Il ne s agit pas d une politique récente. La Marine canadienne a participé à de telles opérations pendant une bonne partie de ses 100 années d existence. 12 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

15 D énergie Le Canada est un exportateur net d énergie, mais les Provinces maritimes restent tributaires des importations, malgré la présence d une industrie pétrolière et gazière extrêmement productive dans l Atlantique (qui alimente principalement les marchés américains). En moyenne, 76 millions de tonnes de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés (17 % de toutes les marchandises transportées) transitent chaque année par les ports canadiens, presque exclusivement dans l est du Canada, où se trouvent plusieurs grandes raffineries. Ce chiffre augmentera encore lorsque d autres sites au large de la côte Atlantique entreront en production. Les installations d exploitation de gaz naturel de la plateforme néo-écossaise et ses terminaux en Nouvelle-Écosse pourraient constituer des sources de vulnérabilité en matière de sûreté et de sécurité. Les nouveaux terminaux de produits pétroliers installés sur la côte de la Colombie-Britannique (Northern Gateway) pour alimenter le marché asiatique contribueront également à augmenter la circulation dans des eaux écologiquement fragiles et susciteront de nouvelles inquiétudes quant à la sûreté et la sécurité. L industrie de la pêche L industrie canadienne de la pêche continue à décliner dans l Atlantique comme dans le Pacifique. La crise due à la surpêche et à de mauvaises politiques de gestion et de conservation perdure, et aucune amélioration n est à espérer pour le moment. Cette industrie reste néanmoins un élément important de l économie nationale; l aquaculture correspondant actuellement à un peu plus de la moitié de la contribution de l industrie au PIB. Pendant ce temps, la demande mondiale de protéine de poisson continue d augmenter, dans la même mesure que la pêche illégale, et ce, malgré les mises en garde désespérées concernant la baisse dramatique des stocks mondiaux de poissons. La chasse aux nouveaux stocks, parfois illégale, s est étendue à l Arctique et continuera d augmenter au fur et à mesure que se poursuit la migration vers le Nord, causée en partie par les changements de température de l eau. Bien que la pêche soit en partie réglementée par l Organisation des pêches de l Atlantique Nord-Ouest (OPANO), sa pratique illégale est fréquente dans les eaux du Canada atlantique. Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 13

16 En quoi la Marine a-t-elle servi le Canada? Créée en 1910 au cœur d une controverse politique, la Marine canadienne a d abord été envisagée comme une organisation «nationale» structurée pour répondre aux besoins canadiens plutôt que pour satisfaire les exigences impériales. Cette vision n a pu être réalisée, et il aura fallu 80 années pour voir émerger une marine véritablement «canadienne». Bien que, par choix politique, sa taille soit restée limitée, la Marine devait tout de même être capable d étayer les revendications territoriales du pays sans l aide britannique tout en démontrant aux Américains qu en cas de problème dans les eaux canadiennes le Canada pourrait s en occuper. D un point de vue politique, la taille modeste de la flotte lui a évité de se faire prendre dans les filets de la marine impériale britannique, mais il a toujours été entendu que le fait d assurer la sécurité des eaux d Amérique du Nord servait les intérêts de l Empire. Le concept politique de «bonne petite flotte facilement manœuvrable», selon la description faite par la suite, ne nécessitait pas une structure complexe. Répartie entre l Est et l Ouest, la flotte relativement restreinte était chargée de faire respecter la souveraineté, de faire ce que lui demandaient ses maîtres politiques et de former les membres de la Réserve navale pour une mobilisation éventuelle. À l époque, les forces n étaient pas engagées à l extérieur du pays et le gouvernement canadien conservait plein pouvoir sur l utilisation de la flotte. Cette politique a persisté jusqu à ce que la perspective d une autre guerre européenne devienne évidente. En 1936, la flotte canadienne est autorisée à s agrandir pour comprendre sept destroyers et quatre dragueurs de mines. Lorsque la guerre éclate en septembre 1939, les six destroyers (le septième n arrivera qu en octobre) sont regroupés à Halifax pour patrouiller près des côtes et escorter les convois. En avril 1940, quatre d entre eux sont envoyés dans les eaux européennes. Faisant largement appel à la Réserve navale soigneusement créée et entretenue avant la guerre, la Marine canadienne arrive à un effectif de près de hommes et femmes affectés à l équipage et au soutien de près de 400 bâtiments de tous genres, cuirassés exceptés, dans l Atlantique, le Pacifique et la Méditerranée. Considérable, la contribution de la Marine canadienne à l effort de guerre des alliés, en particulier lors de la bataille de l Atlantique et des débarquements du jour J, a été bien supérieure à ce qu on aurait pu attendre d un pays de 12 millions d habitants. Après la guerre, la paranoïa des Russes concernant la sécurité territoriale et leur refus de démobiliser l Armée rouge débouchent sur la division de l Europe entre les deux camps armés de la guerre froide, aux idéologies opposées. On suppose que, sur l eau, la confrontation sera comme une reprise de la campagne des U-boot de la guerre précédente, car on croit que l Union soviétique mettra rapidement sur pied une force sous-marine importante et moderne en exploitant la technologie sous-marine et balistique confisquée aux Allemands. En toute logique, les Alliés donnent la priorité à la lutte anti-sous-marine (LASM), mission dans laquelle la Marine canadienne s engage en Bien que structurée principalement en vue de la LASM de l OTAN et pour la défense côtière du Canada, la nouvelle flotte peut également assumer toute une gamme de tâches nationales. Encadrée par l OTAN et la structure de sécurité continentale bilatérale, la mission de LASM sera le principal objectif de la Marine pendant les quarante années que durera la guerre froide, soit de 1949 à 1989, jusqu à l implosion du système soviétique. On peut soutenir que la Marine canadienne a été, tonne pour tonne, la meilleure marine de LASM de l OTAN. Outre sa participation aux opérations de l OTAN dictées par les circonstances pendant toute la durée de la guerre froide, et en particulier à la Force navale permanente de l Atlantique, la Marine a été chargée 14 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

17 d une vaste gamme de tâches associées à la politique étrangère : en Chine en 1949; pendant toute la durée de la guerre de Corée ( ) et pendant deux années par la suite; en 1956 pendant la crise de Suez; lors de la crise des missiles de Cuba en 1962; lors des émeutes de 1964 en Haïti; pour soutenir les troupes de l ONU en Égypte pendant la guerre arabo-israélienne de 1967; en 1973 au large du Vietnam pour assister les observateurs canadiens de la trêve; lors des élections de 1974 à la Grenade; dans le cadre de l intervention de l OTAN lors de la crise polonaise de 1981; en réaction au soulèvement de en Haïti. Bien que sa vocation première ait été la LASM, la Marine canadienne est toujours restée très polyvalente. Depuis la fin de la guerre froide en 1989, la Marine canadienne est organisée sous le commandement du Canada en groupes opérationnels autonomes, polyvalents et aptes au combat, au sein d un système de préparation échelonné selon lequel un groupe opérationnel est prêt à se déployer en une dizaine de jours tandis qu un autre se prépare à prendre la relève en cas de besoin. Chaque navire et chaque sous-marin peut se déployer plus rapidement au besoin. Ce concept confère une grande souplesse assortie d exigences minimales pour le soutien logistique côtier, en cas de déploiement. Les sous-marins, les avions, les navires des autres ministères et les systèmes à terre peuvent être intégrés à un groupe opérationnel. Au besoin, il est possible d ajouter et de soutenir des capacités militaires à terre. Pour le Canada, le groupe opérationnel naval représente une limite maximale réaliste d engagement pour une opération internationale de guerre latente. Au cours des 25 dernières années, la valeur de cette capacité d intervention rapide a été reconnue par les gouvernements qui se sont succédé et qui ont tous fait bon usage de la Marine lors de crises nationales et internationales. La Marine a été souvent largement et fructueusement utilisée lors d opérations humanitaires et de sécurité internationale : dans le cadre du déploiement de la force sous l égide de l ONU lors de la guerre du Golfe de (opération Friction); pour appliquer les sanctions de l ONU contre l Irak de 1991 à 2001; pour soutenir les opérations de l ONU en Somalie en (opération Deliverance); de nouveau en Haïti en ; avec la force déployée sous l égide de l ONU dans l Adriatique en (opération Sharp Guard); en soutien de la mission de l ONU sous le commandement de l Australie dans le Timor-Oriental en ; d octobre 2001 à décembre 2003, une série de groupes opérationnels se sont relayés dans la mer d Oman dans le cadre de l opération Apollo et de l opération Enduring Freedom en réponse aux attaques terroristes de septembre 2001 sur New York et Washington; en 2004, 2005 et 2007, des frégates canadiennes ont été déployées dans la mer d Oman au sein des groupes aéronavals américains à l occasion de l opération Altair; en septembre 2005, un petit groupe opérationnel mixte, créé autour de navires militaires et d un navire de la garde côtière, a sillonné le golfe du Mexique pour prêter main-forte aux opérations de récupération à la suite du passage de l ouragan Katrina (opération Unison); en 2008, un groupe opérationnel a été déployé pendant trois mois dans la mer d Oman dans le cadre des opérations antipiraterie de l ONU et de l OTAN; depuis, plusieurs navires ont participé à cette opération; Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 15

18 en janvier 2010, deux navires de combat canadiens ont fourni un soutien humanitaire au peuple d Haïti au lendemain du tremblement de terre. Parallèlement à ces opérations internationales, la Marine est également retournée dans l Arctique en 2002 pour participer à l opération Nanook. Par la suite, en 2004, en 2006 et chaque année depuis, des navires et des sousmarins ont sillonné l Arctique pendant la courte saison de navigation maritime afin de prendre part aux exercices routiniers mixtes et pangouvernementaux de visite des communautés isolées du Nunavut et ont parcouru l extrémité est du passage du Nord-Ouest pour affirmer la présence du gouvernement dans la région. Depuis la fin de la guerre froide en 1989, le monde a bien changé. Il est devenu un endroit clairement instable et imprévisible, constamment secoué par de petits conflits, avec des États défaillants ou en déroute qui créent une insécurité mondiale et constituent un terrain fertile pour le terrorisme. Par le plus grand des hasards, cette transition a eu lieu au moment où la Marine se restructurait pour former les groupes opérationnels. Cette restructuration a non seulement marqué l avènement d une nouvelle ère pour la Marine canadienne mais, en outre, elle l a remarquablement bien préparée pour l époque complexe de l après-guerre froide. En même temps, la Marine est devenue «nationale» dans le sens souhaité par les politiciens lors de sa création en Active sur son territoire comme à l étranger, la Marine canadienne est devenue un symbole de l engagement du Canada à créer un monde meilleur, ainsi qu un signal puissant de sa détermination à rester souverain dans ses eaux. 16 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

19 Quel rôle la Marine sera-t-elle appelée à jouer dans le futur? Cette interrogation pousse à poser deux autres questions préalables : «À quoi ressemblera le monde de demain?» et «Quelle sera la place du Canada dans ce monde?». Bien qu il soit impossible de prédire l avenir avec certitude, certaines tendances permettent de faire une analyse utile des difficultés les plus probables pour la sécurité nationale. Les résumés qui suivent ne respectent aucun ordre particulier : leur classement reviendrait à donner un sens erroné de leur importance. La détérioration des conditions sociales dans diverses régions du monde, en particulier en Afrique, où la pauvreté, la faim et la maladie font des ravages parmi la population, continuera à nous atteindre et à nous inciter à fournir de l aide humanitaire et autre. Nombre de ces régions connaissent des conflits politiques internes, ce qui complique l acheminement de l aide. De ce fait, de nombreuses personnes pauvres et opprimées tentent d émigrer, légalement ou non, dans des pays occidentaux industrialisés ou des régions où elles espèrent trouver la sécurité et combler leurs besoins essentiels. L un des exemples les plus récents de ce phénomène est l arraisonnement du navire Sun Sea dans les eaux du Pacifique, à l approche du Canada. Le Moyen-Orient est en proie aux inégalités, aux rivalités et à la suspicion. Les pays occidentaux industrialisés (l Occident) sont désormais engagés dans une guerre complexe et de longue haleine avec divers groupes armés et terroristes, sans espoir de règlement. Pour des raisons économiques, sociales et altruistes, certains États occidentaux, comme le Canada, se sentiront tenus de continuer à rechercher des solutions aux problèmes de cette région, notamment en utilisant la force militaire en renfort de la diplomatie et en prévision de la distribution de l aide. L appétit apparemment insatiable de l Occident pour les produits pétroliers ne fait qu aggraver le problème politique. Le conflit a pris un autre cours lorsque la violence s est intensifiée davantage entre les factions au sein des pays qu entre les pays eux-mêmes. L emploi de la terreur pour atteindre des objectifs politiques a augmenté de manière alarmante, et il est très probable qu une faction quelconque s essaiera bientôt à l utilisation d armes de destruction massive. Comme l Occident le découvre, il est quasiment impossible de se protéger et de s immuniser contre les attaques terroristes, à moins d adopter une mentalité de forteresse. Cette position va à l encontre du but recherché; la solution réside dans l engagement direct. Bien qu on ne puisse pas encore parler de crise, l accès aux sources d énergie fiables reste une préoccupation constante, surtout si l on songe à l augmentation de la demande chinoise et asiatique. S ajoutant aux inquiétudes environnementales en matière de pollution et aux conséquences des catastrophes comme le récent déversement de pétrole dans le golfe du Mexique, la recherche de sources d énergie renouvelables deviendra de plus en plus importante, tout comme les mesures nécessaires pour renforcer l efficacité énergétique. Les politiques sur l énergie, qui visent à assurer des sources d alimentation fiables et prévoient leur utilisation comme moyen de coercition, sont de plus en plus complexes, et il est presque devenu impossible de les dissocier des préoccupations environnementales. La mondialisation, que ce soit sous son aspect politique ou sociétal, s accompagne elle aussi de problèmes. Largement diversifiés, la production et l assemblage, s ajoutant à l adoption d un concept de livraison justeà-temps (par opposition à l accumulation de stocks) dans la plupart des processus de fabrication, sont complètement dépendants des cycles de transport prévisibles. Comme nous l avons déjà vu, la moindre perturbation du réseau de transport peut avoir des effets catastrophiques sur l économie d un pays. Par exemple, dans une société de consommation de plus en plus exigeante, comme la société occidentale, la demande d articles de luxe soutient les économies de nombreux pays moins développés. La mondialisation a rendu notre structure économique plus vulnérable aux perturbations. Les changements climatiques mondiaux provoqués par le réchauffement de la planète, l irresponsabilité envers l environnement et les phénomènes naturels comme les tremblements de terre et les ouragans ont des répercussions considérables sur la production alimentaire et sur l accès à l eau potable et risquent de compromettre la survie de nombreuses communautés côtières. Il semble désormais admis que les pays industrialisés portent automatiquement aide et assistance aux sociétés touchées par des catastrophes naturelles. Les besoins d intervention étant en augmentation, il devient de plus en plus difficile et coûteux de fournir de l aide Le crime international hautement organisé constitue une préoccupation majeure, surtout du fait de sa capacité à saper les économies des pays, petits ou grands. Parallèlement, la corruption qui mine les systèmes politiques, surtout dans les pays moins développés, affaiblit les possibilités de développement. L instabilité du système international n est pas le seul problème qui nous guette. Non seulement nous polluons notre environnement à une vitesse alarmante mais, en outre, nous consommons les ressources naturelles à une vitesse alarmante. Par ailleurs, plus se creusent les inégalités entre les pays industrialisés prospères (essentiellement l Occident) et les économies moins développées, plus Pourquoi le Canada a besoin d une Marine 17

20 grandissent le ressentiment et la frustration, et donc aussi la probabilité que certaines communautés recourent à la violence pour compenser la détérioration des conditions sociales. De nombreux gouvernements, notamment ceux des pays industrialisés, croulent littéralement sous la masse des problèmes de sécurité nationale et internationale qu ils doivent affronter. Le coût des mesures de sécurité essentielles contre les catastrophes naturelles, les épidémies, le crime et les actes de violence est tout simplement trop élevé. Ces gouvernements sont donc obligés de faire des choix qui, invariablement, sont guidés autant par les politiques intérieures que par la nécessité d assurer la sécurité nationale. Travaillent en étroite collaboration avec le Sécurité publique Canada, l Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la Garde côtière canadienne NCSM Whitehorse à escorter le navire à moteur dans les eaux territoriales canadiennes, au large de la Colombie-Britannique. Quelles sont les implications de tout ceci pour le Canada, l un des grands pays industrialisés, qui jouit d un niveau de vie élevé et envié? Que ce soit géographiquement, économiquement ou culturellement, le Canada n est pas une île. Il dépend de bien d autres régions du globe pour conserver son niveau de vie élevé et la diversité de sa culture. Par conséquent, il n est pas à l abri des problèmes auxquels est confronté le reste du monde. Certains de ces problèmes ont des répercussions particulières à l échelon national tandis que d autres nécessitent un engagement permanent dans le système international. De plus, que ce soit par la profondeur de l intégration économique et culturelle ou par la présence d une frontière commune de cinq mille milles, les États-Unis influencent inexorablement nombre de politiques nationales et internationales du Canada. Voici quelques problèmes qui concerneront probablement les Canadiens dans le futur et qui auront des répercussions sur la Marine La stabilité et la sécurité du système économique international conserveront toute leur importance et exigeront que le Canada continue de participer au processus global de sécurité internationale et fournisse aide et assistance pour le rétablissement des États en déroute. Tant que les gouvernements canadiens maintiendront une politique d internationalisme actif, la Marine devra s attendre à participer à des initiatives de politique étrangère aussi diverses que par le passé. La sûreté et la sécurité de la patrie et des eaux territoriales constituent déjà une priorité, comme le démontre l approche gouvernementale concernant la sécurité nationale, soit «Le Canada d abord». Dans cette optique, l Arctique et les diverses installations extra- 18 Pourquoi le Canada a besoin d une Marine

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE

DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE Document préparé par le maire des Îles-de-la-Madeleine, M. Jonathan Lapierre Septembre 2015 LES DOSSIERS PRIORITAIRES 1. Soutien à la desserte

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées

Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Dossier OF-EP-Gen-NSD-RSRF 0101 Le 6 octobre 2014 Destinataires : Sociétés réglementées et autres parties intéressées Exigences de dépôt relatives aux forages extracôtiers dans l Arctique canadien de l

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation?

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation? Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre Cette activité pédagogique offre aux élèves un aperçu des 3 pays touchés par des crises alimentaires majeures de cette année : Le Pakistan, Haïti et le

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

NON CLASSIFIÉ. La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement

NON CLASSIFIÉ. La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement La gestion des urgences au Canada et le Centre des opérations du gouvernement 0 Gestion des urgences et Sécurité publique Canada Sécurité publique Canada (SP) a été créé en 2003. Fusion de la sécurité

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/65/475)] Nations Unies A/RES/65/34 Assemblée générale Distr. générale 10 janvier 2011 Soixante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES

QUESTIONS ET RÉPONSES QUESTIONS ET RÉPONSES Zones de contrôle des douanes Q1. Qu est-ce qu une zone de contrôle des douanes? R1. Une zone de contrôle des douanes (ZCD) est une aire désignée où il y a probabilité que les travailleurs

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin.

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. SGS - Système officiel i institué par une entreprise dans le but de diminueri et d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. - Un système

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015

INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC. Rapport descriptif : automne 2015 INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Rapport descriptif : automne 2015 SONDAGE SUR L INDICE DE CONFIANCE COMMERCIALE D EDC Automne 2015 : faits saillants L indice de confiance commerciale (ICC) a glissé

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Le droit des Autochtones au Canada Introduction

Le droit des Autochtones au Canada Introduction Le droit des Autochtones au Canada Introduction Les questions relatives au droit des Autochtones peuvent avoir des incidences sur tous les aspects des affaires traitées aux quatre coins du Canada. Avant

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

BUDGET SUPPLÉMENTAIRE DES DÉPENSES (B) 2014-2015. Transferts entre organisations

BUDGET SUPPLÉMENTAIRE DES DÉPENSES (B) 2014-2015. Transferts entre organisations BUDGET SUPPLÉMENTAIRE DES DÉPENSES (B) 2014-2015 Transfert d Agriculture et Agroalimentaire à Diversification de l économie de l Ouest canadien pour soutenir la mise sur pied du Centre d excellence du

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION

CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION CADRE DE COMPÉTENCES EN COMMERCE D INTÉGRATION Étude sur les ressources humaines du commerce international du FITT d intérêts et de connaissances. Toutefois, compte tenu de la nature du commerce d intégration,

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER?

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? Aimé D. MIANZENZA Qu est-ce que le plaidoyer? QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? I. Introduction Le plaidoyer est devenu un outil d action incontournable des organisations de la société civile (OSC). Il en existe

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT

LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT SOMMAIRE LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 1 SÉCURITÉ, FIABILITÉ ET EFFICACITÉ... 2 PRINCIPALES MARCHANDISES TRANSPORTÉES SUR LES GRANDS LACS ET LA VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT... 3 LE COEUR DE L

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail