BELAC Rev Note valable uniquement pour la version en français:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BELAC 2-201 Rev 5-2006. Note valable uniquement pour la version en français:"

Transcription

1 BELAC Rev CRITERES GENERAUX ET LIGNES DIRECTRICES POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA NORME NBN EN ISO/IEC PAR LES ORGANISMES D'INSPECTION CANDIDATS A UNE ACCREDITATION. Note valable uniquement pour la version en français: Le terme "inspection" utilisé dans la norme NBN EN ISO/IEC a été retenu pour l'ensemble du présent document. Il est à considérer comme synonyme du terme "contrôle" utilisé dans les textes réglementaires relatifs à l accréditation. Mise en application: BELAC Rev /53

2 BELAC Rev /53

3 HISTORIQUE DU DOCUMENT Révision Motif de la révision Portée de la révision 0 (CC ) 1 Secr Remplace le document BELTEST L02 Rev 1 Prise en compte des lignes directrices émises par EA (doc. 5/01 version Juin 2001). Révision des lignes directrices BELTEST. Prise en compte des lignes directrices EA pour l évaluation des organismes d inspection de type A Entièreté du document, suite à la fusion de la documentation BELAC, mais sans modification significative des principes directeurs. Clause Secr Secr Secr CC Optimisation du texte. - Lignes directrices EA G3.2 et G3.3 n étaient pas reprises et sont ajoutées de la norme était repris sans numérotation. Intégration des lignes directrices selon EA IAF/ILAC-A4 :2004 Révision suite à la mise en application de l A.R. BELAC Entièreté du document. Aucune modification significative. - Paragraphe 3.3 ligne verticale dans la marge droite - Paragraphe Entièreté du document, suite à la intégration des lignes directrices selon EA IAF/ILAC-A4 :2004, avec révision des lignes directrices BELAC mais sans modification significative des principes directeurs. Uniquement quelques adaptations formelles dans la partie I. Pas de modification significative du contenu. BELAC Rev /53

4 TABLE DES MATIERES Partie I: Introduction 1. GENERALITES 1.1 Objet et références normatives 1.2 Type de présentation 2. DESTINATAIRES Partie II: Critères généraux pour le fonctionnement de différents types d'organismes procédant à l'inspection Introduction 1. Domaine d'application 2. Définitions 3. Exigences administratives 4. Indépendance, Impartialité et Intégrité 5. Confidentialité 6. Organisation et management 7. Système qualité 8. Personnel 9. Installations et équipements 10. Méthodes et procédures d'inspection 11. Manipulation des échantillons et objets présentés à l'inspection 12. Enregistrements 13. Rapports d inspection et certificats d inspection 14. Sous-traitance 15. Réclamations et recours 16. Coopération Annexe A (normative) Annexe B (normative) Annexe C (normative) Annexe D (informative) Annexe E (informative) Annexe F (informative) Annexe G (informative) Annexe H (informative) Critères d'indépendance pour l'organisme d'inspection de type A Critères d'indépendance pour l'organisme d'inspection de type B Critères d'indépendance pour l'organisme d'inspection de type C Informations à inclure ou à référencer dans le Manuel Qualité Les étapes du processus d'inspection Contenu du rapport d'inspection Différences entre inspection et certification de produits Recommandations spécifiques en cas d échantillonnage BELAC Rev /53

5 Partie I: INTRODUCTION 1. GENERALITES 1.1 Objet et références normatives Le document ci-après décrit les critères généraux et les lignes directrices pour la mise en œuvre de la norme NBN EN ISO/IEC 17020: 1998 par les organismes d'inspection candidats à une accréditation délivrée par BELAC. Il peut, pour des secteurs d'activités particuliers, devoir être complété par des dispositions spécifiques. Il est destiné à servir de référence - aux organismes d'inspection candidats à une accréditation; - aux auditeurs chargés de l'évaluation des organismes d'inspection; - dans le cadre des démarches entreprises par BELAC pour conclure des accords de reconnaissance mutuelle Le document est conforme et se réfère - à la norme NBN EN ISO/IEC : aux lignes directrices émises par EA IAF/ILAC (document A4 :2004 voir site internet Présentation Le document est basé sur le texte de la norme NBN EN ISO/IEC :1998 qui est repris in extenso en gras et en décalé sur la partie gauche de chaque page. Il comporte des lignes directrices qui ne constituent pas des exigences supplémentaires à la norme mais qui ont pour but de préciser la façon dont BELAC entend gérer sa mise en application. L'organisme d'inspection est dès lors tenu de se conformer aux lignes directrices; des dérogations sont cependant possibles, pour autant que l'organisme démontre la conformité de sa pratique aux exigences de la norme et aux objectifs précisées dans les lignes directrices. Les commentaires qui reprennent explicitement les lignes directrices émises par EA-IAF/ILAC sont clairement identifiés. Les commentaires sont présentés en décalé sur la partie droite de chaque page, directement après le paragraphe de la norme auquel ils se rapportent. BELAC Rev /53

6 2. DESTINATAIRES. Avec suivi des mises à jour: - Les membres de la Commission de Coordination - Les membres du Bureau d'accréditation - Le Secrétariat d Accréditation - Les Organismes d'inspection accrédités - Les Organismes d'inspection ayant introduit une demande - Les auditeurs concernés Sans suivi des mises à jour : - Experts - Tout demandeur BELAC Rev /53

7 Partie II: CRITERES GENERAUX POUR LE FONCTIONNEMENT DES DIFFERENTS TYPES D'ORGANISMES PROCEDANT A L'INSPECTION INTRODUCTION Cette norme a été rédigée dans le but de promouvoir la confiance à accorder à ceux des organismes procédant à l'inspection, qui s'y conforment. Elle a été établie à la lumière de l'expérience des organismes européens procédant aux inspections et en tenant compte des exigences et recommandations des documents européens et internationaux tels que la série des normes ISO 9000 (EN 29000) et le guide ISO/CEI 39. Les organismes d inspection ont réalisé des évaluations pour le compte de clients privés, de leurs organisations mères et/ou d'autorités publiques avec l'objectif de fournir, aux parties concernées, l'information relative à la conformité aux règlements, normes ou spécifications. Les paramètres d'inspection peuvent inclure des éléments sur la quantité, la qualité, la sécurité, l'aptitude à l'utilisation, et le maintien de la sécurité de fonctionnement des usines et des systèmes. Les critères généraux avec lesquels ces organismes devraient être en conformité afin que leurs services soient acceptés par les clients et les autorités publiques, nécessitent d'être harmonisés dans une Norme européenne. Par conséquent, cette norme couvre les fonctions des organismes indépendants dont l'activité comprend l'examen des matériels, produits, installations, usines, processus, procédures de travail, ou services et la détermination de leur conformité aux exigences et, par la suite, l'émission d'un rapport sur les résultats de ces interventions aux clients et, lorsque requis, aux autorités publiques. L'inspection d'un produit, d'une installation ou d'une usine peut comprendre toutes les phases de leur vie, y compris celle de la conception. Une telle activité nécessite normalement l'exercice d'un jugement professionnel dans la fourniture du service, en particulier lors de l'évaluation de la conformité. L'exigence d'indépendance des organismes d'inspection varie selon les législations et les besoins du marché. La présente norme comprend donc, en annexes A, B et C, les critères d'indépendance. La présente norme a été élaborée également pour conforter l'introduction des procédures d'évaluation de la conformité spécifiées dans la décision du Conseil des Communautés Européennes concernant les modules relatifs aux différentes phases des procédures d'évaluation de la conformité destinés à être utilisées dans les directives d'harmonisation technique. Les exigences pertinentes de la série des normes EN/ISO 9000 qui se rapportent aux systèmes qualité des organismes d'inspection sont incorporées dans la présente norme. BELAC Rev /53

8 Cette norme fait partie de la série des normes suivantes couvrant les essais, l'inspection, la certification et l'accréditation : EN Critères généraux concernant le fonctionnement des laboratoires d'essais. EN Critères généraux concernant l'évaluation des laboratoires d'essais. EN Critères généraux concernant les organismes d'accréditation des laboratoires. EN Critères généraux concernant le fonctionnement des différents types d'organismes procédant à l'inspection. EN XXXX Critères généraux concernant l'accréditation des organismes procédant à l'inspection (à publier). EN Critères généraux concernant les organismes de certification procédant à la certification des produits. EN Critères généraux concernant les organismes de certification procédant à la certification des systèmes qualité. EN Critères généraux concernant les organismes de certification procédant à la certification du personnel. EN Critères généraux concernant la déclaration de conformité par les fournisseurs. EN Termes généraux et leurs définitions concernant la normalisation et les activités connexes. (Commentaire BELAC clause Introduction : La liste ci-dessus reflète la situation existant lors de la publication de la norme NBN EN (1995) qui a précédé la norme NBN EN ISO/IEC Le lecteur est invité à se tenir informé de l évolution de ces normes et à se référer aux versions en vigueur.) BELAC Rev /53

9 1. DOMAINE D'APPLICATION 1.1. La présente Norme Européenne spécifie les critères généraux en matière de compétence des organismes impartiaux procédant à l'inspection, quel que soit le secteur concerné. Elle spécifie aussi les critères d'indépendance Cette norme est prévue pour être utilisée par des organismes d'inspection et par d'autres organismes concernés par la reconnaissance de la compétence des organismes d'inspection Il est possible que cet ensemble de critères doit être interprété lorsqu'il est appliqué à un secteur particulier, ou aux inspections en service. 1.3/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 1.1a) Lors de la mise en application de la norme NBN EN ISO/IEC et compte tenu des lignes directrices ci-après, BELAC entend ne rien ajouter ni soustraire aux exigences spécifiées. La prise en compte d'exigences légales ou d'autres exigences normatives sera mentionnée dans le domaine d'application de l'accréditation accordée. 1.4 La présente norme ne traite pas des laboratoires d'essais, des organismes de certification ni de la déclaration de conformité par les fournisseurs, pour lesquels les critères sont définis par d'autres Normes Européennes de la Série EN /1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 1.4a) Les essais exécutés par un organisme d'inspection peuvent être repris sous deux catégories, à savoir des essais dits "fonctionnels" et des essais dits "analytiques". Par essai fonctionnel on entend par exemple l'essai en charge d'une grue; ces essais sont partie intégrante des activités d'un organisme d'inspection et sont par conséquent couverts par le champ d'application de la norme NBN EN ISO/IEC Les essais analytiques quant à eux, qui doivent être exécutés en laboratoire dans des conditions environnementales contrôlées et en recourant à des équipements plus élaborés et des procédures d essais, sont des activités de laboratoire et ne ressortent pas du champ d'application de la norme NBN EN ISO/IEC Les organismes d'inspection qui souhaitent exécuter des essais analytiques dans le cadre de leurs activités d'inspection doivent prendre en compte les exigences spécifiques de la norme NBN EN ISO/IEC BELAC Rev /53

10 2. DEFINITIONS Pour les besoins de la présente norme, les définitions suivantes s'appliquent: 2.1. Inspection: Examen de la conception d'un produit, d'un produit, service, processus ou d'une usine, et détermination de leur conformité à des exigences spécifiques, ou, sur la base d'un jugement professionnel, aux exigences générales. Note 1: L'inspection des processus comprend le personnel, les installations, la technologie et la méthodologie. Note 2: Les résultats de l'inspection peuvent être utilisés comme support à la certification. 2.1/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 2.1a) Dans toutes les lignes directrices ci-après, le mot «produit» recouvre également les concepts de conception de produit, service, processus ou usine, comme spécifié dans la clause 2.1 de la norme. 2.1/2 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 2.1b) Eu égard à la large gamme d activités industrielles visées par les organismes d inspection, des terminologies alternatives peuvent être utilisées pour décrire l objet des inspections. 2.1/3 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 2.1c) La définition d'une inspection recouvre en partie celle d'un essai ou d'une certification de produit, dans la mesure où ces activités possèdent des caractéristiques communes. Il existe cependant une différence importante, dans la mesure où de nombreux types d'inspection impliquent un jugement professionnel pour déterminer la conformité par rapport à des exigences générales; par conséquent, l'organisme d'inspection doit être en mesure de démontrer qu'il possède la compétence nécessaire pour exercer cette tâche. 2.1/4 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 2.1d) Le domaine d application de la norme NBN EN ISO/IEC n inclut pas la certification de système de management de la qualité. Il se peut cependant qu un organisme d inspection ait à examiner certains aspects d un système de management de la qualité ou d autres systèmes documentés, pour justifier des résultats d inspection, par exemple lors de l examen de procédés (voir clause 2.1, note 1). 2.1/5 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 2.1e) En règle générale, une inspection implique une détermination directe de la conformité par rapport à des exigences spécifiques ou générales pour des produits souvent complexes ou de petites séries de produits, alors que la certification de produit vise à la détermination de la conformité de produits manufacturés en séries BELAC Rev /53

11 importantes par rapport à des exigences spécifiées. Si l'inspection de produits mis en service est une pratique bien établie, la certification (ISO/IEC Guide 65 / NBN EN 45011) de ces mêmes produits n'est pas appliquée. D'autres différences sont présentées à l'annexe G Organisme d'inspection: Organisme procédant à l'inspection. Note: Un organisme peut être une entité ou une partie de cette entité. Pour les autres définitions, celles contenues dans la EN 45020:1993 sont applicables. (La norme EN a fait l'objet d'une révision en 1998) BELAC Rev /53

12 3. EXIGENCES ADMINISTRATIVES 3.1. L'organisme d'inspection ou l'entité dont il fait partie doivent avoir une structure juridique connue. 3.2 Un organisme d'inspection qui fait partie d'une entité exerçant d'autres activités que l'inspection doit être identifiable à l'intérieur de cette organisation. 3.2/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.2.a) Un diagramme organisationnel est un moyen efficace pour illustrer la position d un organisme d inspection dans le cadre d une organisation plus large. Les diagrammes qui présentent les relations avec les organismes associés ou entre les différents départements au sein d une même organisation sont des éléments particulièrement utiles pour démontrer l indépendance de l organisme d inspection. 3.2/2 (Ligne directrice BELAC sur la clause 3.2) L organisme d inspection sera en mesure de fournir des informations sur les principals activités de l organisation mère dont il dépend. Le certificat d'accréditation sera établi au nom de l'organisation-mère. 3.3 L'organisme d'inspection doit avoir des documents qui décrivent ses activités et le domaine pour lequel il est compétent. 3.3/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.3.a) Les organismes d'accréditation présentent le domaine d'activités pour lequel l'accréditation est donné à un organisme d'inspection dans un document formalisé, appelé par exemple le domaine d'application, qui accompagne le certificat d'accréditation. Le domaine d'application est rédigé par l'organisme d'accréditation en consultation avec les auditeurs impliqués dans l'évaluation de l'organisme d'inspection. Il est basé sur l'information fourni par l'organisme d'inspection lors de la demande d'accréditation et sur la démonstration de la compétence de l organisme d inspection. Le certificat d'accréditation et le domaine d'application doivent mentionner le type d'organisme comme il est défini dans le paragraphe 4.2 de la norme NBN EN ISO/IEC Un exemple de mise en forme d'un certificat d'accréditation se trouve à l annexe 1 et un exemple d'un domaine d'application à l annexe 2 du document EA IAF/ILAC-A4: /2 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.3b) Le domaine d'application d'une accréditation devrait être défini en des termes suffisamment clairs de telle façon que le client ou l'utilisateur puissent établir précisément et explicitement le champ global de l'inspection, le type et la portée de celle-ci ainsi que, chaque fois que pertinent, les réglementations, normes ou spécifications contenant les exigences d'après lesquelles l'inspection sera exécutée. 3.3/3 (Ligne directrice BELAC sur la clause 3.3) BELAC Rev /53

13 La description des domaines d'activités (y compris les activités non couvertes par l accréditation) doit permettre d'identifier l'organisme d'inspection à un organisme de type A, B ou C (voir 4.2). L'objet précis d'une inspection doit être défini par les termes d'un contrat particulier ou d'un ordre de service. 3.3/4 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.3c) Il est fait ici référence à un contrat individuel ou à un ordre de travail. L'objet de cette exigence est d'assurer et démontrer un bon niveau de compréhension entre l'organisme d'inspection et son client en ce qui concerne l'objet du travail d'inspection à réaliser. Dans de nombreux secteurs d'inspection, (par ex. les inspections périodiques basées sur des réglementations nationales) il n'existe pas de contrat individuel avec le client; dans ce cas, l'ordre de travail est habituellement inclus dans la documentation relative à l'inspection, par exemple dans les réglementations émises par les autorités compétentes L'organisme d'inspection doit avoir contracté une assurance en responsabilité civile adéquate, sauf si sa responsabilité est couverte par l'etat conformément aux lois nationales ou par l'entité dont il fait partie. 3.4/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.4.a) L'organisme d'inspection doit être à même de présenter les facteurs qui ont été pris en compte pour déterminer le montant de l'assurance contractée. Un des facteurs à prendre en compte est le niveau de risque associé à l'exécution des inspections. 3.4/2 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.4.b) Les organismes d accréditations n ont pas à approuver le niveau de couverture en assurance des organismes d inspection. Les types de responsabilités à couvrir par l'assurance doivent inclure, par exemple, la responsabilité des employés et les responsabilités civiles et professionnelles. Note : L'organisme d'inspection portera une attention particulière à la couverture en assurances quand les inspections sont effectuées à l'étranger où les exigences légales peuvent s'avérer différentes. 3.5 L'organisme d'inspection doit avoir des documents qui définissent les conditions dans lesquelles il commercialise ses services, sauf s'il fait partie d'une entité et ne fournit des services d'inspection qu'à cette entité. BELAC Rev /53

14 3.5/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.5a) Les conditions dont question à la clause 3.5 visent les conditions opérationnelles et financières, et non les conditions physiques, des sites d inspection. 3.6 L'organisme d'inspection, ou l'entité dont il fait partie, doivent avoir une comptabilité auditée avec indépendance. 3.6/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 3.6a) Les organismes d accréditations n ont pas à juger de la pertinence des bilans comptables 3.6/2 (Ligne directrice BELAC sur la clause 3.6) Pour des organismes dépendant directement d'un Pouvoir Public, cette dernière exigence n'est pas d'application. BELAC Rev /53

15 4. INDEPENDANCE, IMPARTIALITE ET INTEGRITE 4.1. Généralités Le personnel de l'organisme d'inspection ne doit être soumis à aucune pression commerciale, financière ou autre pouvant influencer son jugement. Des procédures doivent être mises en œuvre pour assurer que des personnes ou organisations extérieures à l'organisme d'inspection ne peuvent pas influencer les résultats des inspections effectuées. 4.1/1 Ligne directrice EA-IAF/ILAC 4.1a) L organisme d inspection disposera de procédures permettant d assurer que le personnel n est soumis à aucune pression à caractère commercial, financier ou autre susceptible d affecter son jugement. 4.2 Indépendance L'organisme d'inspection doit être indépendant dans la mesure exigible compte tenu des conditions dans lesquelles il fournit ses services. Selon ces conditions, il doit satisfaire aux critères minimaux que précise l'une des Annexes normatives A, B et C. 4.2/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 4.2a) La classification des organismes d'inspection en types A, B et C est essentiellement une mesure de leur indépendance. En démontrant son indépendance, un organisme d'inspection peut renforcer la confiance de ses clients en sa capacité à exécuter le travail d'inspection en toute impartialité et objectivité. Les termes "première partie" et seconde partie", tels que définis dans le guide ISO/IEC 2 ne sont pas utilisés dans la norme NBN EN ISO car y faire recours n'aiderait pas la compréhension. Toutefois, comme il est d'usage de faire référence aux termes première, seconde et tierce partie, le lien entre les deux types de terminologie est explicité ci-après Organisme d'inspection de type A L'organisme d'inspection fournissant des services de "tierce partie" doit satisfaire aux critères de l'annexe A (normative) 4.2.1/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 4.2.1a) Pour être en mesure de revendiquer une indépendance par rapport à toutes les parties concernées et donc le statut d'organisme de type A, un organisme d'inspection doit démontrer l'absence de lien avec une entité impliquée en tant que concepteur, fabricant, fournisseur, installateur, acheteur, propriétaire, utilisateur ou réparateur des objets inspectés ou d objets similaires de la concurrence. Par lien entre l'organisme d'inspection et une partie concernée, il faut entendre - un actionnariat commun (sauf quand les actionnaires n'ont pas la possibilité d'influencer les résultats d'une inspection) voir note 1; BELAC Rev /53

16 - le fait que les mêmes représentants de l'actionnariat commun soient membres des conseils d'administrations (ou comités équivalents) des deux organisations (sauf quand les personnes concernées n'ont pas la possibilité d'influencer les résultats d'une inspection) voir note 2; - le fait que l'organisme d'inspection et l'autre partie concernée rapportent au même niveau supérieur de management; - l'existence de dispositions contractuelles, d'arrangements informels et de tout autre moyen d'action susceptible d'influencer les résultats d'une inspection. Note 1: Note 2: On peut citer à titre d'exemple un type de structure coopérative avec un nombre important de membres qui, individuellement ou en tant que groupe n'ont aucun moyen d'influencer les politiques, stratégies et mode de fonctionnement de l'organisme d'inspection. On peut citer à titre d'exemple le cas où une banque qui finance une compagnie insiste pour disposer d'un représentant au conseil d'administration, afin de suivre la gestion de la compagnie mais sans être impliqué dans les processus de décision. En complément aux dispositions ci-dessus, un organisme d'inspection ne peut être reconnu de type A si une autre partie de la même organisation est directement impliquée en tant que concepteur, fabricant, fournisseur, installateur, acheteur, propriétaire, utilisateur ou réparateur des objets inspectés ou d objets similaires de la concurrence, si cette autre partie n'est pas couverte par une identité juridique séparée. Le Directeur Général de l'organisation à laquelle appartient l'organisme d'inspection définira et documentera la politique lui permettant de maintenir le statut d'indépendance de l'organisme d'inspection. Lors de l'audit d'accréditation, il y a lieu de vérifier la mise en application de cette politique, en particulier en ce qui concerne le respect des intérêts des actionnaires, la constitution du comité de direction, les sources de financement, les mécanismes de décision et tout autre facteur susceptible d'influencer impartialité, l'indépendance et l'intégrité d'un organisme d'inspection de type A Organisme d'inspection de type B L'organisme d'inspection qui constitue une partie distincte et identifiable d'une entité agissant dans les domaines de la conception, de la production, de la fourniture, de l'installation, de l'utilisation ou de la maintenance des objets qu'il inspecte, et qui a été constitué pour fournir des services d'inspection à leur organisation mère, doit satisfaire aux critères de l'annexe B (normative) /1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 4.2.2a) Les deux caractéristiques qui identifient les organismes d'inspection de type B sont les suivantes: - Un organisme d'inspection consistant en une entité séparée identifiable appartenant à une organisation impliquée dans le développement, la produc- BELAC Rev /53

17 tion, la fourniture, l'installation, l'utilisation ou la réparation des objets inspectés est un organisme de type B; - Les organismes d'inspection de type B ne fournissent des services d'inspection qu'à l'organisation à laquelle ils appartiennent. L'organisme d'inspection de type B peut dépendre d'une organisation ayant une fonction "fournisseur" ou "utilisateur" : - dans le premier cas, quand l'organisme inspecte des objets fabriqués par ou pour l'organisation à laquelle il appartient et qui seront mis sur le marché ou livré à toute autre partie, le service presté est clairement une inspection première partie; - dans le second cas, quand l'organisme inspecte des objets qui seront utilisés par l'organisation dont il dépend mais fournis par un organisme qui ne lui est pas lié, le service presté est clairement une inspection seconde partie Organisme d'inspection de type C L'organisme d'inspection qui agit dans les domaines de la conception, de la production, de la fourniture, de l'installation, de l'utilisation ou de la maintenance des objets qu'il inspecte, et qui peut fournir des services d'inspection à d'autres organisations que son organisation mère, doit satisfaire aux critères de l'annexe C (normative) /1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 4.2.3a) Les organismes impliqués dans le développement, la production, la fourniture, l'installation, l'utilisation ou la réparation des objets qu'ils inspectent sont des organismes de type C. Les inspections qu'ils réalisent peuvent inclure des inspections de type première ou seconde partie comme celles exécutées par les organismes de type B. Toutefois, les organismes de type C se distinguent des organismes de type B : - Un organisme d'inspection de type C ne doit pas être une entité séparée mais doit pouvoir être clairement identifié au sein de l'organisation. Un organisme de type C peut développer, produire, fournir, installer, utiliser ou réparer les objets qu'il inspecte. - Un organisme d'inspection de type C peut offrir ses services à tout type de demandeur et réaliser des inspections pour des organisations externes. Par exemple, il peut inspecter des produits fournis par lui ou par l'organisation dont il dépend et utilisés par un autre organisme. Il peut également réaliser pour d'autres organismes l'inspection d'objets similaires à ceux que luimême ou l'organisation dont il dépend développe, produit, fournit, installe, utilise ou répare, et peuvent donc être considérés comme concurrentiels. Les inspections exécutées par des organismes de type C ne peuvent être classifiées comme inspections tierce partie puisque les exigences d'indépendance dans l exécution des activités applicables aux organismes de type A et reprises à l'annexe A ne sont pas rencontrées. BELAC Rev /53

18 Les organismes d'inspection de type C peuvent répondre à certains critères concernant par exemple : - l'indépendance par rapport à certains opérateurs économiques, - l'absence d'activités potentiellement conflictuelles ou de pratiques discriminatoires également applicables aux organismes de type A et B. Ils demeurent cependant des organismes de type C tant qu'ils ne répondent pas à l'entièreté des exigences applicables aux organismes de type A ou B. Les actions de développement / fourniture / installation / entretien / réparation et l inspection d un objet exécutée par un organisme d inspection de type C ne peuvent en principe pas être réalisées par une même personne. Une exception est possible quand une autorité réglementaire ou autre autorise une personne membre du personnel d un organisme d inspection de type C à exécuter à la fois les actions de développement / fourniture / installation / entretien / réparation et l inspection d un objet. BELAC Rev /53

19 5. CONFIDENTIALITE L'organisme d'inspection doit assurer la confidentialité des informations recueillies au cours de ses activités d'inspection. Les droits de propriété doivent être protégés. 5/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 5a) L'organisme d'inspection doit disposer d'une politique, documentée au système de qualité, relative au respect, par lui-même ou par les sous-traitants désignés par lui, des exigences de confidentialité formulées par ses clients (voir également sous clause 12.3); les exigences légales applicables seront prises en compte. Dans le cas d'inspections à caractère réglementaire, la procédure définira qui, outre le client, peut avoir accès aux résultats. 5/2 (Ligne directrice BELAC - clause 5) Les obligations de confidentialité ne peuvent être invoquées quand des dispositions légales ou réglementaires imposent la transmission d informations à l autorité. BELAC Rev /53

20 6. ORGANISATION ET MANAGEMENT 6.1. L'organisme d'inspection doit avoir une organisation lui permettant de maintenir son aptitude à exécuter ses fonctions techniques de manière satisfaisante. 6.1/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 6.1a) Dans le contexte de cette clause, le terme organisation recouvre les aspects tels que taille, structure et composition de l'organisme d'inspection qui, pris dans leur ensemble, constituent une entité adaptée à une exécution performante des tâches de l'organisme d'inspection L'organisme d'inspection doit définir et documenter les responsabilités et la structure de l'organisation chargée de l'émission des rapports. Lorsque l'organisme d'inspection fournit également des services de certification et/ou d'essai, les relations entre ses fonctions doivent être clairement définies. 6.2/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 6.2a) De manière à rencontrer les exigences de cette clause, l'organisme d'inspection doit tenir à jour un diagramme d'organisation indiquant les fonctions et responsabilités du personnel de l'organisme d'inspection et les relations, le cas échéant, entre la fonction inspection et les autres activités de l'organisation. La position du responsable technique et du responsable doit apparaître clairement dans le diagramme d'organisation. 6.2/2 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 6.2b) Les responsabilités associées à chaque fonction pouvant affecter la qualité des inspections seront documentées en détail 6.2/3 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 6.2c) Le niveau de détail nécessaire pour la documentation et la possibilité pour les membres du personnel de cumuler diverses fonctions dépendent de la taille de l'organisme L'organisme d'inspection doit avoir un dirigeant technique, qui, quelle qu'en soit la dénomination, est qualifié et expérimenté dans la gestion de l'organisme d'inspection et qui assume l'entière responsabilité de l'exécution des activités d'inspection en conformité avec la présente norme. Cette personne doit être un employé permanent. Note: Lorsque l'organisme d'inspection est structuré en plusieurs divisions avec différents domaines d'activités, il peut y avoir un dirigeant technique par division. 6.3/1 (Ligne directrice EA-IAF/ILAC 6.3a) Le rôle de responsable technique peut être attribué à différentes personnes quand il BELAC Rev /53

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL F. Gerster Directeur des Services vétérinaires, 4

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Fiche conseil n 16 Audit

Fiche conseil n 16 Audit AUDIT 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 4.5.5 : Audit interne EMAS Article 3 : Participation à l'emas, 2.b Annexe I.-A.5.4 : Audit du système de management environnemental SST OHSAS

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée)

Série sur les Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire et Vérification du Respect de ces Principes Numéro 4 (version révisée) Non classifié ENV/JM/MONO(99)20 ENV/JM/MONO(99)20 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 22-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 REGLES DE CERTIFICATION MARQUE MANCHONS ET PLAQUES D ISOLATION THERMIQUE EN ELASTOMERE EXPANSE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

Norme de la Chaîne de Traçabilité

Norme de la Chaîne de Traçabilité Norme de la Chaîne de Traçabilité Mars 2014 Réseau d'agriculture Durable et Rainforest Alliance, 2012-2014. www.san.ag Ce document est disponible sur les sites suivants: www.san.ag - www.rainforest-alliance.org

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL DE CERTIFICATION Référentiel I4 NF 285 Edition : Janvier 2015 N de révision : 4 ORGANISMES CERTIFICATEURS CNPP Cert. Route de la Chapelle Réanville CD 64 - CS 22265 F- 27950 SAINT-MARCEL Tél.

Plus en détail

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT

ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT RÉFÉRENTIEL POUR L'ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE ET LA DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT Date d'application : 29 octobre 2014 DOCUMENT QUALIBAT 005 VERSION 06 OCTOBRE

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ)

FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 50 FICHE EXPLICATIVE Système de management de l Énergie (SMÉ) Fiches d opérations standardisées concernées : N BAT-SE-02 et IND-SE-01. Ce document

Plus en détail

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION

Appendice A I. Mission II. Domaine d'activité A. VÉRIFICATION Appendice A Charte du Bureau de l'inspecteur général I. Mission 1. Le Bureau de l'inspecteur général assure la supervision des programmes et des opérations de l'organisation, par des opérations de vérification

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010)

Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Évaluation de la conformité Certification des produits OEM (mise à jour : octobre 2010) Traduction non officielle du document "Antworten und Beschlüsse des EK-Med" 3.9 1010 B 16 publié sur le site internet

Plus en détail

PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN ISO 3834

PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN ISO 3834 1 PROCEDURE DE CERTIFICATION IIW MCS SELON EN 2 SYNTHESE DES REVISIONS Révision 0 : Révision 1 : édition originale de la procédure modification du paragraphe 3.3.1 c) : critères pour évaluation des coordonnateurs

Plus en détail

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme "

MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK. Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme Organisme certificateur 11, avenue Francis Le Pressensé F 93571 SAINT-DENIS LA PLAINE CEDEX MODALITES D'APPLICATION DE LA KEYMARK "Refroidisseurs de lait en vrac à la ferme " N d identification AFAQ AFNOR

Plus en détail

Règles de certification

Règles de certification N d identification : NF212 N de révision : 7.3 Mise à jour : 04/02/2015 Et addendum n 1 du 04/02/2015 Date de mise en application : 04/02/2015 Règles de certification SERVICES DE DEPANNAGE/REMORQUAGE DE

Plus en détail

Qu'est-ce que la normalisation?

Qu'est-ce que la normalisation? NORMALISATION 1 Qu'est-ce que la normalisation? La normalisation est un outil élémentaire et efficace des politiques européennes, ses objectifs étant de : contribuer à la politique visant à mieux légiférer,

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP

Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Service de réplication des données HP pour la gamme de disques Continuous Access P9000 XP Services HP Care Pack Données techniques Le service de réplication des données HP pour Continuous Access offre

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS

Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS ASCQUER Référentiel pour la certification de conformité CE Organisme Notifié N 1826 REFERENTIEL POUR LA CERTIFICATION DE CONFORMITE CE DES PLOTS RETROREFLECHISSANTS EN 1463 partie 1 & 2 Révision n 2 Edition

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S

CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES. C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S I~,0:.----------, c 1 M A CONFÉRENCE INTERAFRICAINE DES MARCHÉS D'ASSURANCES.'.- 1. ~ 0 0 0 SI: C () N SEI L n E S M l!\ 1 S T l{ l': S J) E S A S S II [{ A NeE S REGLEMENT N,.ICIMAlPCMA/ CE/ SG/ 2DD9

Plus en détail

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP

REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP REGLES GENERALES DE CERTIFICATION HACCP Date d application 1 er Mars 2012 Angle Avenue Kamal Zebdi et rue Dadi Secteur 21, Hay Riad-Rabat Tél.: (+212) 537 57 24 49/53 Fax: (+212) 537 71 17 73 URL : www.imanor.ma

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives. Annexe 4

Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives. Annexe 4 Catalogue de critères pour la reconnaissance de plateformes alternatives Annexe 4 Table des matières 1 Objectif et contenu 3 2 Notions 3 2.1 Fournisseur... 3 2.2 Plateforme... 3 3 Exigences relatives à

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

PROTOCOLE D'ENTENTE ENTRE

PROTOCOLE D'ENTENTE ENTRE Document 3002 F Rev 3 May 2012 Page 1 de 9 Cet accord, ET ATTENDU QUE : PROTOCOLE D'ENTENTE ENTRE LabTest Certification Inc. ET Nom de l'entreprise ENTRE : LabTest Certification Inc., une entreprise constituée

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

Documentation du système de management de la qualité

Documentation du système de management de la qualité Documentation du système de management de la qualité ISO/IEC 17025:2005 ISO/TR 10013:2001 Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 ISO/TR 10013:2001 Lignes directrices

Plus en détail

SOMMAIRE. Bureau Veritas Certification FranceGP01 Certification de systèmes de management 2015-05-15.docx Page 2/21

SOMMAIRE. Bureau Veritas Certification FranceGP01 Certification de systèmes de management 2015-05-15.docx Page 2/21 Procédure de Certification de systèmes de management GP01 Version du 15 mai 2015 SOMMAIRE 1. Proposition de certification... 3 1.1 Candidature... 3 1.1.1 Schéma général... 3 1.1.2 Schéma Multi-sites...

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

BE-CERT www.be-cert.be certif@be-cert.be Tél. : + 32 2 645 52 41 Fax : +32 2 645 52 61 CRC CE 105 REGLEMENT D'APPLICATION EDITION 2 2014

BE-CERT www.be-cert.be certif@be-cert.be Tél. : + 32 2 645 52 41 Fax : +32 2 645 52 61 CRC CE 105 REGLEMENT D'APPLICATION EDITION 2 2014 www.be-cert.be certif@be-cert.be Tél. : + 32 2 645 52 41 Fax : +32 2 645 52 61 REGLEMENT D'APPLICATION CRC CE 105 EDITION 2 2014 Evaluation et vérification de la constance des performances du FPC dans

Plus en détail

Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000

Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau Services HP Données techniques Le service d'installation et de démarrage de la solution de stockage réseau offre l'installation

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

4 Système de management de la qualité

4 Système de management de la qualité 4 Système de management de la qualité 4.1 Exigences générales 1 L'entreprise dispose-t-elle d'un organigramme? (organigramme ou description) 2 Toutes les unités organisationnelles pouvant avoir une influence

Plus en détail

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993)

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Modifié par: (1) arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005

LEXIQUE. Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr. NF EN ISO 9000 octobre 2005 LEXIQUE DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) Extraits du document AFNOR (Association Française de Normalisation) www.afnor.fr NF EN ISO 9000 octobre 2005 DEFINITIONS NORMALISEES (ISO 9000) - GENERAL ISO

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

Règlement particulier de certification pour "Entreprise certifiée BOSEC spécialisée en installation de systèmes EFC " Version 5 2011.01.

Règlement particulier de certification pour Entreprise certifiée BOSEC spécialisée en installation de systèmes EFC  Version 5 2011.01. Règlement particulier de certification pour "Entreprise certifiée BOSEC spécialisée en installation de systèmes EFC " Version 5 2011.01.20 Ce règlement fait partie intégrante du Règlement général de la

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un

conséquence, en cas d'une alarme pour les biens, d'une intrusion non permise ou d'une tentative, ou en cas d'une alarme pour les personnes, d'un 25 AVRIL 2007. - Arrêté royal fixant les conditions d'installation, d'entretien et d'utilisation des systèmes d' et de gestion de centraux d' ALBERT II, Roi des Belges, A tous, présents

Plus en détail

Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE

Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE CSTB/CG CE/2013 Conditions générales d intervention du CSTB pour la délivrance des certificats de marquage CE Applicable au 1 er juillet 2013 (applicable on July, 1er, 2013) page 2/14 PREAMBULE Les États

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

REGLEMENT DE CERTIFICATION

REGLEMENT DE CERTIFICATION REGLEMENT DE CERTIFICATION Auditor/Lead Auditor «ISO/CEI 27001» N DE PROCEDURE LSTI 24, AVENUE DE MOKA 35400 SAINT-MALO VERSION DATE MAJ PAGE Q015 SAS AU CAPITAL DE 37 000 - SIREN 453 867 863 RCS DE SAINT-MALO

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence

[Contractant] [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence BESOINS PROPRES DE L'AGENCE LICENCE TYPE DE l'esa 4 [Contractant] et [Agence spatiale européenne] Licence de propriété intellectuelle de l'esa pour les besoins propres de l'agence Contrat partiellement

Plus en détail

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r.

Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. Université du Québec à Trois-Rivières Politique de gestion des documents actifs, semi-actifs et inactifs de l'u.q.t.r. (Résolution 398-CA-3497, 25 novembre 1996) 1. Énoncé Par cette politique, l'université

Plus en détail

MODULE 7 - COMPTABILITÉ

MODULE 7 - COMPTABILITÉ MANUEL DE GESTION FINANCIÈRE POUR LES BÉNÉFICIAIRES DE FONDS EUROPÉENS DESTINÉS AUX ACTIONS EXTÉRIEURES - Histoire vraie Le projet «Droits humains et situations d'urgence» était géré par une organisation

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NFPOSTES DE SECURITE MICROBIOLOGIQUE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

INTRODUCTION DES NORMES

INTRODUCTION DES NORMES INTRODUCTION DES NORMES L audit interne est exercé dans différents environnements juridiques et culturels ainsi que dans des organisations dont l'objet, la taille, la complexité et la structure sont divers.

Plus en détail

L assurance de la qualité à votre service

L assurance de la qualité à votre service Atelier L assurance de la qualité à votre service Présentation de Jean-Marie Richard 24 et 25 novembre Sujets Qu est-ce que l assurance de la qualité? Initiation aux concepts de l assurance de la qualité.

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46

Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46 Pour la gestion du personnel Norme simplifiée n 46 1. Les finalités suivantes : La gestion administrative des personnels : gestion du dossier professionnel des employés, tenu conformément aux dispositions

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PARTIE 4 CERTIFICATION 2014-01. (Also available in English) (Auch in deutscher Fassung erhältlich)

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PARTIE 4 CERTIFICATION 2014-01. (Also available in English) (Auch in deutscher Fassung erhältlich) RÈGLEMENT INTÉRIEUR PARTIE 4 CERTIFICATION (Also available in English) (Auch in deutscher Fassung erhältlich) 2014-01 CEN-CENELEC Avant-propos La présente Partie 4 du Règlement intérieur du CEN-CENELEC

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 115 MANUEL DES NORMES TITRE 2 EVALUATION DES RISQUES ET ELEMENTS DE REPONSE AUX RISQUES IDENTIFIES 116 SOMMAIRE INTRODUCTION 2300. PLANIFICATION D UNE MISSION D AUDIT D ETATS DE SYNTHESE 2315. CONNAISSANCE

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Octobre 2011 Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F-93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.fr

Plus en détail

Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS

Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Les clauses «sécurité» d'un contrat SaaS Paris, 21 janvier 2011 Frédéric

Plus en détail

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE

PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE PLAN DE WARRANTS 2014 EMISSION ET CONDITIONS D EXERCICE Offre de maximum 100.000 de droits de souscription ("Warrants") réservés aux Bénéficiaires du Plan de Warrants de la Société Les acceptations dans

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Code d'ethique des Métiers de la Sécurité des Systèmes d'information

Code d'ethique des Métiers de la Sécurité des Systèmes d'information Code d'ethique des Métiers de la Sécurité des Systèmes d'information CLUB DE LA SECURITE DES SYSTEMES D INFORMATION FRANCAIS 11 rue de Mogador 75009 Paris - Tél : 01 53 25 08 80 Fax : 01.53 25 08 88 email

Plus en détail

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel)

Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Validation des processus de production et de préparation du service (incluant le logiciel) Traduction non officielle du document Réponses et décisions de EK-Med 3.9 B 18 publié sur le site Web de l organisme

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC

Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Enquête 2014 de rémunération globale sur les emplois en TIC Les emplois repères de cette enquête sont disponibles selon les trois blocs suivants

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES

CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES LABORATOIRES ET DES ORGANISMES D INSPECTIONS TECHNIQUES DQN/CA/E005.06-03/04 CIRCULAIRE RELATIVE A L ACCREDITATION DES ORGANISMES Vu le Dahir N 1.70.157 du 26

Plus en détail

A009 Maîtrise des enregistrements

A009 Maîtrise des enregistrements 28.11.2014 Version 11 Page 1 de 8 A009 Maîtrise des enregistrements Modifications : pages 2, 5 South Lane Tower I 1, avenue du Swing L-4367 Belvau Tél.: (+352) 2477 4360 Fa: (+352) 2479 4360 olas@ilnas.etat.lu

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail