Table des matières. Introduction. 1 La convection. 1.1 Convection naturelle et convection forcée

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Introduction. 1 La convection. 1.1 Convection naturelle et convection forcée"

Transcription

1 Principes physiques des échanges de chaleur par convection avec et sans changement de phase liquide-vapeur. Applications au refroidissement des convertisseurs de l électronique de puissance. RÉMI SIESKIND Table des matières 1 La convection Convection naturelle et convection forcée Constante de temps et échange de chaleur Nombre adimensionné et équation thermique L apport du changement de phase Systèmes diphasiques Enthalpie massique de changement d état Equation thermique et gain par rapport au cas précédent Le refroidissement des composants de l électronique de puissance Origine de l augmentation de température Chaleur à dissiper Solutions techniques le radiateur Les caloducs à capillarité les thermosiphons... 7 Introduction La conduction thermique correspond au phénomène de diffusion de la chaleur d un milieu matériel vers un autre. Cette loi reliant le gradient de température au flux de chaleur tend à montrer comment la température s homogénéise naturellement. A l intérieur d un composant d électronique de puissance, des pertes sont responsables d une nette élévation de la température, qui peut dégrader ses performances, accélérer son vieillissement voire tout simplement le détruire. Cette chaleur produite doit donc être évacuée et souvent, la surface extérieure du composant n est pas suffisante pour la dissiper simplement par conduction dans l air. Une première solution envisageable est constituée d un simple radiateur à ailettes qui permet de largement augmenter la surface de contact avec l air ; mais la capacité calorifique de l air étant faible, le temps de conduction dans le radiateur pouvant être long et la transmission de la chaleur du composant vers le radiateur n étant pas optimale, il n est pas rare qu un tel dispositif soit insuffisant. On se penche donc sur les solutions impliquant le phénomène de convection, dont les efficacités sont bien supérieures. 1 La convection 1.1 Convection naturelle et convection forcée Définition La convection naturelle correspond à un mouvement, une circulation du fluide dans un système sans intervention extérieure autre qu une source de chaleur. Pour l expliquer, il est intéressant de voir ce qui arrive à une particule fluide en contact avec une surface plane horizontale qui commence à chauffer. Par conduction, la température de cette particule fluide augmente, ce faisant, elle se dilate et sa masse volumique diminue : elle subit de la part du reste du fluide une poussée d Archimède qui la porte à se déplacer vers le haut. Au cours de son mouvement, à nouveau par conduction et au 1

2 contact du fluide plus froid, elle se contracte, sa masse volumique augmente et elle tend à retomber au fond. Selon les facilités de circulation, un courant plus ou moins intense est ainsi généré. De nombreux paramètres interviennent dans ce modèle et, notamment, les caractéristiques du fluide (géométrie du système, coefficient de dilatation thermique, masse volumique, capacité thermique et viscosité). Définition La convection forcée est, elle, provoquée par une circulation artificielle du fluide du système obtenue à l aide d une pompe ou d une turbine. Dans ce cas, le transfert est plus rapide que pour la convection naturelle. Le coefficient d échange (qu on définira par la suite) vaut alors 1W.cm 2 K 1 pour 0, 1W.cm 2 K 1 dans le cas de la convection naturelle. FIGURE 1 Schéma illustrant le phénomène de convection naturelle dit "de Bénard" Les systèmes de refroidissement par convection permettent d amener la chaleur plus vite et sur une surface plus grande afin de la dissiper plus facilement que par conduction directe vers un radiateur puis vers l air ambiant. 1.2 Echangeur de chaleur Un échangeur de chaleur est un dispositif destiné à la transmission de chaleur d un système à un autre. En son sein circule deux fluides, l un chaud, l autre froid, séparés par un solide bon conducteur. Il existe des échangeurs dans lesquels les deux fluides circulent dans le même sens, dits "à co-courant" et d autres dans le sens opposé (solution permettant d extraire une puissance thermique supérieure). On définit l efficacité d un échangeur comme le rapport de la puissance réellement échangée sur la puissance totale échangeable. 1.3 Nombre adimensionné et équation thermique Pour caractériser le transfert de chaleur au sein d un fluide, on peut utiliser le nombre de Rayleigh (pour la convection naturelle) : R a = g Td3 c (1) avec : : la masse volumique en kg.m 3 g : l accélération de pesanteur en m.s 2 : le coefficient de dilatation thermique en K 1 d : la longueur caractéritique en m : la conductivité thermique en W.m 1.K 1 c : la capacité calorifique massique en J.K 1.kg 1 : la viscosité dynamique en Pa.s Il faut simplement retenir qu en deça de R a = 2000 on considère le transfert plutôt conductif et au delà, plutôt convectif. 2

3 Dans le cas de la convection forcée, on utilise le nombre de Péclet (rapport du transport par convection et du transport par diffusion) : P e = cd2 (2) T avec : : la masse volumique en kg.m 3 d : la longueur caractéritique en m : la conductivité thermique en W.m 1.K 1 c : la capacité calorifique en J.K 1 T : le temps caractéristique en s Pour calculer les échanges, on a recours au modèle suivant : avec : j th le flux de chaleur S la surface d échange h le coefficient d échange en W.m 2.K 1 j th = hs T (3) Toute la difficulté réside donc dans le calcul du coefficient h (via le nombre adimensionné de Nusselt), puisqu on peut ensuite se ramener au modèle électrique équivalent de résistance thermique utilisé pour la conduction (on avait alors j th = S L T et R th = L S et T l équivalent de la tension électrique). Il dépend entre autre de la vitesse moyenne et du régime de l écoulement du fluide le long de la surface (qui conditionne l épaisseur moyenne apparente de fluide que la chaleur traverse par conduction). Exemple Pour l air, en convection naturelle, le coefficient d échange h est généralement compris entre 400 et 600W.m 2.K 1. 2 L apport du changement de phase Si la conduction ne permet de transporter les flux de chaleur générés par l électronique de puissance que sur quelques centimètres, la convection, elle, permet de d assurer cette fonction sur de grandes distances. Ainsi, un fluide traversant un système chauffé en extrait un flux de chaleur j th = cq(t s T e ) (premier principe) avec Q le débit massique de fluide et T s et T e les températures d entrée et de sortie du fluide Exemple L évacuation de 1kW avec un écart de 10K nécessite un débit de 0, 1kg.s 1 d air ou de 23, 4g.s 1 d eau. A titre de comparaison, par conduction à travers une plaque de cuivre de 1dm 2 de surface d échange, il faudrait un gradient de température au sein du cuivre de 2, 7K.cm 1. Mais, au-delà de cet avantage de la convection, le cycle d échauffement-refroidissement peut inclure un changement d état qui augmente de beaucoup l efficacité du dissipateur. Mode de refroidissement Fluide h Convection naturelle Gaz 5 à 30 Eau 100 à 1000 Convection forcée Gaz 10 à 300 Eau 300 à Changement de phase Ebullition 3000 à Condensation 5000 à FIGURE 2 Coefficient d échange h (en W.m 2.K 1 ) en fonction du type de refroidissement 3

4 2.1 Systèmes diphasiques Définition Un système est dit diphasique lorsqu il met en jeu deux fluides dans des phases différentes (liquide-liquide s ils sont non-miscibles ou liquide-gaz dans notre cas) Dans le cas qui nous intéresse, on va utiliser un fluide qui va se vaporiser au contact de la source chaude et se liquéfier sur les parois de la source froide. Rappelons qu à pression constante sur le liquide, le changement d état consomme de l énergie et impose une température constante pendant toute la transformation. Lorsque, dans des conditions données de pression, on apporte un flux de chaleur suffisant à ce liquide, sa température augmente jusqu à une certaine valeur, la température d ébullition, puis une partie de plus en plus grande passe à l état gazeux. La quantité de chaleur nécessaire à cette transformation d une unité de masse est l enthalpie de vaporisation. Ce phénomène est réversible et, lors du retour à l état liquide, cette quantité de chaleur est restituée. La circulation d un fluide entre deux points, à l état de vapeur dans un sens et à l état liquide dans l autre, permet donc un transfert de chaleur de l un vers l autre. En réalité, les systèmes sont à volume constant et la température augmente avec la quantité de matière qui se vaporise (augmentation de la pression). Dans un système diphasique, plusieurs régimes de transfert peuvent exister : FIGURE 3 Courbe de Nukiyama Pour des flux assez faibles, on retrouve la convection naturelle, puis, lorsque la puissance dissipée augmente, la température de surface tend à dépasser la température d ébullition, des bulles commencent à se former, c est l ébullition nuclée. Au-delà du point C sur la courbe, la vapeur englobe entièrement la surface libre du composant, les transferts se font par conduction dans le gaz. Pour notre application, on va essayer de trouver un point de fonctionnement entre B et C. 2.2 Enthalpie massique de changement d état Définition On appelle enthalpie massique de changement d état en J.kg 1, à la température T l énergie thermique transférée réversiblement pour faire passer l unité de masse du corps pur de l état initial à l état final. On écrit h = l 1!2. Le diagramme PV permet de relier "l avancement" du changement d état à la température et à la pression. A l équilibre dans un dissipateur à changement d état, on va essayer de travailler sur une isotherme sous les courbes de bulle et de rosée, de sorte à rester dans une configuration diphasique. 4

5 FIGURE 4 Diagramme PT et PV de changement d état de l eau 2.3 Equation thermique et gain par rapport au cas précédent Dans le cas d un changement de phase, la puissance absorbée au moment de la vaporisation vaut : P = Q.l vap (4) avec Q le débit massique en kg.s 1 et P la puissance en W. Il faut alors déterminer (expérimentalement?) la masse qui se vaporise en une seconde une fois qu on a atteint le point de fonctionnement stable et on peut en déduire (à partir de la surface d échange) le flux de puissance thermique qu on peut évacuer par cette méthode. En réalité, le point de fonctionnement est imposé par la chaleur à dissiper, il convient seulement de vérifier que toute la masse de liquide ne se vaporise pas. On peut calculer un coefficient d échange équivalent (ce qui est fait dans le tableau 2). On voit alors combien cette méthode est efficace. 3 Le refroidissement des composants de l électronique de puissance Comme on l a dit au début de l exposé, les composants d électronique de puissance ne fonctionnent correctement que dans une plage de température assez restreinte. Il est donc important de pouvoir prévoir l échauffement à partir de la physique du composant et connaissant l application visée (hâcheur, onduleur...) 3.1 Origine de l augmentation de température Il nous faut commencer par trouver la cause de l échauffement du composant. A l état passant, les composants d électronique de puissance se comporte comme une résistance nommée R DS,on (pour résistance drain-source à l état passant), or une intensité importante s établit dans le composant et la puissance Joule générée vaut alors P J = R DS,on Imoyen. 2 C est cette puissance qu il faut dissiper (La surface d échange est de l ordre du cm 2 ). La résistance thermique du composant est donnée dans la datasheet du composant (conduction de la chaleur générée par effet joule). 5

6 3.2 Chaleur à dissiper On peut trouver les éléments constitutifs du calcul dans les datasheet des composants de puissance. Ici, on prend l exemple d un MOSFET (200V, 30A). On suppose qu il est utilisé pour réaliser un hâcheur Buck et on se place dans le cas le plus défavorable, celui où passent 30A continûment. FIGURE 5 Résistance thermique sur une datasheet FIGURE 6 Données générales sur une datasheet La chaleur créee dans ce composant au niveau de la jonction vaut p =0, 085x30 2 = 76, 5W. Avant d arriver à la surface, la chaleur est évacuée selon la loi j th = T R th. On ne fera pas de calcul dans l immédiat, car R th va être additionnée aux autres résistances des dispositifs à venir. Connaissant j th on pourra alors déterminer T et donc la température extérieure de fonctionnement maximale. 3.3 Solutions techniques le radiateur On peut envisager l ajout d un ventilateur au radiateur (qui sert à répartir le flux thermique sur une plus grande surface afin de mieux le dissiper) afin d utiliser ce qu on a vu sur la conduction forcée. FIGURE 7 Profil d un radiateur aileté La résistance totale sera ici la somme de la résistance du composant (jonction-extérieur), de la résistance du matériau composant le radiateur (fonction de la conductivité de la longueur équivalente et de la surface) et de celle inhérente à la convection forcée (fonction de h et S). 6

7 3.3.2 Les caloducs à capillarité De manière générale, un caloduc 1 est une enceinte étanche qui contient un liquide en équilibre avec sa vapeur. Le liquide s évapore à évaporateur et la vapeur se liquéfie au condenseur. Tandis que la vapeur se déplace sous l effet de la différence de pression régnant à l évaporateur et au condenseur, le liquide retourne à l évaporateur sous l effet d une force imposée par le système. Pour le caloduc à capillarité, ce sont les forces de capillarité qui meuvent le condensat. FIGURE 8 Schéma de principe d un caloduc On peut calculer la résistance thermique équivalente d un tel dispositif en faisant la somme : des résistances des parois à l évaporateur et au condenseur des résistances des capillaires de l évaporateur et du condenseur des résistances d interface de l évaporateur et du condenseur de la résistance de la vapeur sur l ensemble du caloduc les thermosiphons Le thermosiphon est un caloduc dont la force de rappel du liquide à l évaporateur est simplement la gravité. FIGURE 9 Schéma de principe d un thermosiphon Le calcul de la résistance global est identique au cas précédent. 1. Se reporter au BE9545 des Techniques de l ingénieur 2. les calculs, quoique inintéressants ici, sont menés dans le BE9545 des Techniques de l ingénieurs 7

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES

PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES FICHE 1 Titre Type d'activité Objectifs de l activité Références par rapport au programme PRÉSENTATION TRANSFERTS THERMIQUES Exercices / Evaluation Connaître les différents modes de transferts Evaluer

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

ÉLEMENTS DE GESTION DE L ÉNERGIE ET DE LA DEMANDE. Pour optimiser l appel de puissance les étapes suivantes sont proposées :

ÉLEMENTS DE GESTION DE L ÉNERGIE ET DE LA DEMANDE. Pour optimiser l appel de puissance les étapes suivantes sont proposées : CHAPITRE 11 ÉLEMENTS DE GESTION DE L ÉNERGIE ET DE LA DEMANDE 11.1. Gestion de l appel de puissance Pour optimiser l appel de puissance les étapes suivantes sont proposées : 1. Etablir le profil de la

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

Solutions frigorifiques prêtes à l emploi à usage industriel

Solutions frigorifiques prêtes à l emploi à usage industriel Solutions frigorifiques prêtes à l emploi à usage industriel Glen Dimplex Deutschland Division refroidissement RIEDEL La division Refroidissement de RIEDEL compte plus de 40 ans d expérience dans la réfrigération

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE Enseignement primaire et collège Articles Code Chauffe-eau solaire 870M0003 Document non contractuel Généralités sur l'énergie solaire L'énergie

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION

INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION INFORMATIONS TECHNIQUES CLIMATISATION Le chauffage et la climatisation peuvent dans bien des cas, être fournis par le même appareil. Il s'agit là d'une solution que les utilisateurs apprécient : elle permet

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

Générateur d air chaud Série BW TE

Générateur d air chaud Série BW TE gønørateur_d_air_chaud.qxd 05/02/2004 10:53 Page 1 Générateur d air chaud Série BW TE gønørateur_d_air_chaud.qxd 05/02/2004 10:53 Page 2 gønørateur_d_air_chaud.qxd 05/02/2004 10:53 Page 3 SOMMAIRE Conformité

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

BALLON Td / BALLON Td VMC

BALLON Td / BALLON Td VMC BALLON Td / BALLON Td VMC CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE SUR AIR EXTÉRIEUR OU AIR AMBIANT GAMME 0 ET 0 LITRES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE SUR AIR EXTRAIT 0 LITRES solution Solution PMR, db BALLON Td RACCORDEMENTS

Plus en détail

Climatisation. Climatiseur split system. Généralités. Montage. Mise en service MDF M3 TIFCC M3 A.F.P.A. 2001 DEAT 1/33

Climatisation. Climatiseur split system. Généralités. Montage. Mise en service MDF M3 TIFCC M3 A.F.P.A. 2001 DEAT 1/33 Climatisation Climatiseur split system Montage Mise en service MDF M3 TIFCC M3 A.F.P.A. 2001 DEAT 1/33 Climatiseur à éléments séparés Le concept SPLIT SYSTEM Les composants (compresseur, échangeurs, détendeur)

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants.

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Aurélie FASQUELLE 1* 1 JEUMONT Electric 367, rue de l Industrie BP 219 59572 Jeumont Cedex * (auteur correspondant

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS MODES DE CHAUFFAGE

LES DIFFÉRENTS MODES DE CHAUFFAGE Les dispositifs de régulation La régulation : mode spécifique de fonctionnement permettant de maintenir une valeur (de température, de débit, de pression ) dans certaines limites préalablement définies.

Plus en détail

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs.

Présentation. Il s adresse aux étudiants : de B.T.S. Fluides Énergies Environnement, d I.U.T. Génie Thermique des écoles d ingénieurs. Présentation Professeur agrégé de mécanique, j enseigne la conception des installations frigorifiques depuis 1989 en B.T.S. Fluides Énergies Environnement option Génie Frigorifique. Lors de sa dernière

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Thermodynamique 4 Machines thermiques Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Simulation gtulloue // cycles moteur A savoir - Définir une machine thermique - Bilan énergétiques et entropiques

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006

Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006 Ingénierie Véhicule Direction de la Recherche Contraintes thermiques autour d un système pile à combustible embarqué sur un véhicule 5 Avril 2006 Robert YU, Gérard OLIVIER, Pascal ARCHER Sommaire! 1 Introduction!

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

CHALEUR ET ENERGIE THERMIQUE

CHALEUR ET ENERGIE THERMIQUE CHALEUR ET ENERGIE THERMIQUE Les atomes d un solide se heurtent constamment les uns aux autres et vibrent toujours au voisinage de leur position d équilibre. Dans un liquide, ces positions d équilibre

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Thermodynamique (Échange thermique)

Thermodynamique (Échange thermique) Thermodynamique (Échange thermique) Introduction : Cette activité est mise en ligne sur le site du CNRMAO avec l autorisation de la société ERM Automatismes Industriels, détentrice des droits de publication

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

TP : Une résistance pour se chauffer?

TP : Une résistance pour se chauffer? TP : Une résistance pour se chauffer? Document extrait d un site Internet : L'effet Joule est un mode de production de chaleur qui se produit lors du passage du courant électrique dans un conducteur présentant

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

CHAUFFAGE, CLIMATISATION & TRAITEMENT DE L AIR

CHAUFFAGE, CLIMATISATION & TRAITEMENT DE L AIR CHAUFFAGE, CLIMATISATION & TRAITEMENT DE L AIR 126 Groupes de condensation par air réversibles pour rideaux d air et Les groupes Inverter Réversibles de la toute nouvelle gamme ERQ peuvent désormais se

Plus en détail

Chaudières à vapeur à combustible

Chaudières à vapeur à combustible 1 Objectif Chaudières à vapeur à combustible Connaître les principes des chaudières à combustible. 2 Introduction La chaudière est un dispositif permettant de chauffer l'eau et de produire de la vapeur

Plus en détail

SUMMIT-INVERTER POUR CAVES À VIN

SUMMIT-INVERTER POUR CAVES À VIN SUMMIT-INVERTER POUR CVES À VIN 7 Climatiser et chauffer pour températures jusqu à C Évaporateur mural et unité extérieure, réglée par inverter compris Unité intérieure RS Châssis châssis en plastique

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec.

Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Les aérothermes à condensation: une avenue prometteuse pour les producteurs en serre du Québec. Chauffage des serres Le coût de chauffage est non négligeables pour les propriétaires 2 ieme plus grosse

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

CLIMATISATION DE CONFORT

CLIMATISATION DE CONFORT Théorie Définitions Détermination des débits d air neuf et soufflage tude des évolutions fondamentales de l air : Mélange, Chauffage, Refroidissement Déshumidification Humidification CLIMATIATION D CONFORT

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

ÉLABORATION DES PROJETS

ÉLABORATION DES PROJETS ---------------------------------------------------------------------- Base de dimensionnement Données nécessaires : Le besoin de refroidissement (le mieux est d utiliser le programme ProClim de Swegon)

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond

Produit Br eveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Produit Breveté Hourdis Iso-Plat à sous-face bois Conditionnement Pose Découpe Tympan Pas de chute Coulage Sous-face Suspente standard Faux-Plafond Toiture-Terrasse Combles Sous-toiture Haut d étage Haut

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Notice d installation et d utilisation. (à conserver précieusement) Hygromaster

Notice d installation et d utilisation. (à conserver précieusement) Hygromaster R Notice d installation et d utilisation (à conserver précieusement) Hygromaster INDICATIONS PORTEES SUR LA PLAQUE SIGNALETIQUE PLACEE SUR L'APPAREIL : o Modèle :.. o N de série :.. o Date d'achat :...

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LE CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LES PERFORMANCES DE TANÉO C EST L ASSURANCE : > DE 75 % D ÉNERGIE GRATUITE > D UN FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps.

Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps. CHAUDIÈRE MURALE MIXTE À MICRO-ACCUMULATION ET POMPE À CHALEUR Le confort thermique garanti au meilleur coût par tous les temps. Conçue pour limiter la consommation d énergie, la Talia Green Hybrid est

Plus en détail

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT

Fiche commerciale. Pompes à chaleur. Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010. bi-bloc MT Fiche commerciale Pompes à chaleur Arcoa duo Arcoa bi-bloc MT pompes a chaleur bi-bloc INNOVATION 2010 bi-bloc MT INNOVATION 2010 Communiqué de presse Arcoa Nouvelle gamme de pompes à chaleur bi-bloc Des

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE.

ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE. ENERGIE SOLAIRE FICHE TECHNIQUE. I. LE RAYONNEMENT SOLAIRE. La puissance du rayonnement solaire reçu par la Terre est en moyenne de 1KW/m 2. Pour vérifier l ordre de grandeur, on peut réaliser un pyrhéliomètre

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement

Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement Quelques chiffres clés de l énergie et de l environnement GSE 2011-2012 I.1 Que représente : - 1 kcal en kj? : 1 kcal = 4,187 kj - 1 frigorie (fg) en kcal? : 1 fg = 1 kcal - 1 thermie (th) en kcal? : 1

Plus en détail

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent

Equilibres binaires. Exercices d entraînement. Thermodynamique 2 : 1. Tracé d un diagramme binaire LV. 2. Alliages or-argent Thermodynamique 2 : Equilibres binaires Exercices d entraînement 1. Tracé d un diagramme binaire LV On considère un mélange de deux constituants A et B (A plus volatil que B). On précise que A et B sont

Plus en détail

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Qu est-ce qu une microunité de cogénération? Une unité de cogénération est une unité indépendante de production simultanée

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE. Durée : 4 heures SESSION 2012 TSIP003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PHYSIQUE Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

Carisma. Climatisation Ventilo-convecteur CRC ECM Carisma CRT ECM CRS ECM. www.eurovent-certification.com www.certiflash.com

Carisma. Climatisation Ventilo-convecteur CRC ECM Carisma CRT ECM CRS ECM. www.eurovent-certification.com www.certiflash.com Carisma Climatisation Ventilo-convecteur ECM Carisma CRT ECM CRS ECM Systèmes de management de la qualité ISO 900 Cert. n 04/4 www.eurovent-certification.com www.certiflash.com Les ventilo-convecteurs

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES

LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES LES PERTES DE CHARGE DANS LES TUYAUTERIES Initiation au calcul Page 1 sur 20 Sommaire : 1. Constance du débit 2. Pertes de charge 2.1 Pertes de charge linéaire 2.2 Pertes de charge localisées 2.3 Hauteur

Plus en détail

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels

Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels 1 Chapitre 6 Etude des cycles moteurs usuels I Les moteurs à fonctionnement séquentiel A. Propriétés générales Le fluide est l air, l atmosphère est la source froide. On a montré que ρ = (T 1 -T 2 )/T

Plus en détail

atmotop turbotop Plus Confort 28 kw atmotop turbotop Confort 24 et 25 kw Chaudières murales gaz mixtes mini-accumulation Ventouse, cheminée, VMC

atmotop turbotop Plus Confort 28 kw atmotop turbotop Confort 24 et 25 kw Chaudières murales gaz mixtes mini-accumulation Ventouse, cheminée, VMC atmotop turbotop Plus 28 kw atmotop turbotop 24 et 25 kw Chaudières murales gaz mixtes mini-accumulation, cheminée, VMC Eau chaude immédiate... et à volonté! Pour vous offrir un confort toujours meilleur,

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Air neuf. Economie Ecologie

Air neuf. Economie Ecologie Hitachi 2010 174 Air neuf Economie Ecologie Pour tous les locaux nécessitant l apport d air neuf, pour assurer chauffage et rafraîchissement en assurant des économies d énergie. Confort Performances Qualité

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail