Qu'est-ce qu'un objet?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu'est-ce qu'un objet?"

Transcription

1 Thierry BONNOT

2 Introduction S il est superflu de s interroger sur la définition d un objet dans la vie courante ou dans une exposition ordinaire, un travail autour des concepts de déchet et de recyclage nous oblige à prendre une certaine distance et à interroger des notions que nous tenons généralement pour indiscutables. Car dès lors qu on ne se limite pas à observer l objet dans son intégrité physique et sa pleine utilité mais qu on étudie ce qui se passe lorsqu il bascule dans la catégorie des déchets, l on est contraint de remettre en cause nos certitudes les mieux ancrées. En effet, si l on pose la question du passage de l objet du stade d ustensile à celui de déchet, il faut également s interroger sur ce qui se passe en amont, au moment de sa production et de toutes les étapes successives qu il franchit. A partir de quel moment la matière devient-elle objet? A partir de quel stade de transformation, physique ou symbolique, une chose (naturelle) devient-elle un artefact? La plupart du temps, la question ne se pose pas. Chacun sait, ou croit savoir, ce qu est un objet et peut le distinguer de la matière qui le constitue : on ne confond pas un marteau avec un morceau de bois et un morceau de métal. De même, chacun sait, ou croit savoir, quand un objet devient déchet : on jettera le marteau lorsque son manche sera brisé et qu il ne pourra plus être utilisé dans sa fonction. Mais il s agit là d hypothèses ; en pratique, qui n a pas conservé un manche de marteau («ça peut toujours servir!») et qui n a pas utilisé un morceau de bois ou de métal comme un marteau, ne serait-ce que pour casser une noix? Dès lors, quand y a-t-il objet-marteau? En réalité, ces problèmes prennent un caractère crucial dans certaines circonstances, par exemple en cas de litige juridique sur la délimitation d une catégorie d objets objets d art ou simples morceaux de métal?- ou quand il s agit de conserver des objets constitués de matières vivantes périssables, ou encore pour distinguer un outil humain d un artefact animal. De même, dans le cadre patrimonial se pose régulièrement la question de la partie et du tout : une tuile est un objet, mais quelle valeur a une tuile isolée par rapport à l ensemble d une toiture? Et une brique ou une pierre de taille par rapport à un mur et à un bâtiment? Faut-il préserver l ensemble en tant qu objet ou en tant que somme d objets? Même question au sujet d une machine dans une usine ou d un outil dans un atelier : modifier la configuration d ensemble met-il en péril l authenticité du tout? Nous n essaierons pas ici de répondre aux interrogations métaphysiques soulevées par de nombreux philosophes mais nous tenterons d exciter la curiosité de chacun en proposant des alternatives inhabituelles, parfois incongrues, mais fondamentales pour qui s intéresse à l univers matériel dans lequel nous évoluons. 1

3 1. Chose ou objet? Dans la vie courante, on confond souvent objet et artefact : Pour certains théoriciens, la distinction chose/objet est souvent réduite à l opposition chose naturelle/artefact fabriqué par l homme. L intervention humaine sur la matière constituerait donc une frontière entre deux catégories d entités. Pour le musée qui conserve par exemple des céramiques, des vêtements, des ustensiles de métal ou de bois, des outils, des livres, des photographies, etc., ce qui distingue les choses naturelles des objets, c est l intervention de l homme, la modification de la matière par l intelligence humaine. Cette distinction est commode et nous permet de ne pas confondre une simple pierre et un outil tranchant, un morceau de bois et un bâton sculpté, un tas d argile et une coupe céramique. Mais déjà le doute peut s installer : car la distinction entre matière et artefact est parfois plus subtile, plus délicate à établir. Le biologiste Jacques Monod a soulevé le problème avec [intelligence, subtilité, finesse] en imaginant que des extra-terrestres débarquant sur notre planète cherchent à concevoir un programme informatique pour distinguer artefacts et objets naturels. Les critères principaux devraient être la régularité des formes et leur répétition, attestant de l'existence d un projet renouvelé visant à donner aux choses des formes propres à satisfaire une fonction précise. Ce programme classerait aisément les maisons du côté des artefacts et les rochers du côté des choses naturelles. Mais elle séparerait sans doute les cailloux et les cristaux de quartz, la régularité de structure de ces derniers les rangeant du côté des artefacts. Et que diraient nos extra-terrestres d une ruche d abeilles? Elle est bien le résultat de l activité des insectes mais on ne saurait qualifier d intention ou de projet le travail strictement automatique des abeilles, êtres naturels : «N y a-t-il pas une contradiction flagrante à considérer comme «artificiel» le produit de l activité automatique d un être «naturel»? Selon Monod, cette contradiction résulte principalement de l ambigüité de nos jugements 1. Quand l anthropologue Frédéric Joulian envisagea de rapporter de Côte-d Ivoire des pierres et des branches qu il avait identifiés comme des «outils de singes», parce qu utilisés par des chimpanzés dans leurs activités quotidiennes, il lui fallut préciser le statut de ces choses naturelles pour avoir l autorisation des douanes de les faire sortir du territoire. «Comment et où donc classer ces objets «faits de main de singe» : du côté du patrimoine naturel ou du patrimoine culturel? Bien qu insuffisamment précise, l expression «outils animaux» semblait alors la plus commode. Mais selon qu il s agisse d objets naturels ou d objets culturels, la réglementation internationale diverge sur le droit à la commercialisation et à l exportation. Que faire d objets naturels utilisés et parfois modifiés par des animaux à des fins utilitaires et exportés par des chercheurs les étudiant précisément pour cette spécificité? Pour parvenir à ses fins et ne pas être accusé de pillage des ressources naturelles, F. Joulian a donc fait entrer ces outils animaux dans la sphère des objets culturels et payé les droits afférents, «en les labélisant du même sceau que les céramiques sénoufo ou les masques baoulé : en les mettant dans la même catégorie que des productions artistiques humaines!» Jacques Monod, Le hasard et la nécessité, Paris, Le Seuil, Chapitre 1, «D étranges objets». Frédéric Joulian, «Techniques du corps et traditions chimpanzières», Terrain, n 34, 2000, pp

4 Outre la question de la frontière entre humain et animal, ce cas précis nous renvoie à notre doute permanent quant à la qualification des éléments matériels qui nous entourent. Le passage à la douane est d ailleurs un moment privilégié pour étudier la construction des critères de classement, comme l atteste l affaire de l Oiseau dans l espace, œuvre de Brancusi. Lorsqu en 1926, le sculpteur roumain voulut faire entrer aux USA sa sculpture métallique, la douane américaine voulut la taxer comme «objet manufacturé», à 40 %, tandis que les œuvres d art pouvaient entrer librement sur le territoire américain. Mais en tant qu œuvre non figurative, l Oiseau dans l espace n était pas une représentation d oiseau réalisée en bronze ; c était une œuvre abstraite que les douaniers considéraient comme du bronze travaillé par l homme, certes, mais non artistiquement travaillé! C est sur la nature de l objet que portait le litige qui déboucha sur un retentissant procès en 1928, où l emporta finalement la vision de Brancusi 3. Plus proche de nous, les productions humaines intéressant les musées de société nous confrontent également à ce doute. Quand j ai travaillé en Saône-et-Loire sur l industrie céramique, j ai enquêté sur les sites de production désaffectés et auprès des anciens ouvriers. Lorsque les tourneurs potiers racontaient leur travail, ils évoquaient d autres objets, ou plus précisément d autres stades intermédiaires entre la matière et l artefact : il y avait d abord la balle d argile, sorte de gros boudin de matière déjà broyée, décantée et extrudée, dans laquelle le potier prélevait des boules, une boule équivalant à la quantité nécessaire à la fabrication d une bouteille ; la bouteille à liqueur ou cruchon était la production principale des usines de cette région. Une fois façonnée la bouteille s appelle le vert, c'est-à-dire produit non sec et non cuit, encore chargé d humidité on dit aussi le cru. Puis, après quelques jours de séchage, c est le sec que l on va enfourner afin d obtenir le biscuit, résultat d une première cuisson autour de 800 C. ; le biscuit est émaillé et retourne au four pour subir cette fois-ci une cuisson à 1150 C. Ce qui est défourné est le produit fini, auquel on donne le nom attribué par le catalogue de l entreprise ou un nom de baptême donné par les ouvriers eux-mêmes. Dans les récits des producteurs existe donc une continuité entre matière et objet qui rend plus floue la définition de l artefact. C est également vrai dans d autres contextes : les objets de divination africains, souvent regroupés sous l appellation «fétiches», peuvent être des artefacts (bois ou pierre sculptés, miroirs, masques ), des assemblages ou des conglomérats (d ossements, de plumes ou de poils, de sang séché ), mais aussi des éléments naturels (rochers, arbres, traces sur le sable ) 4. Où situer ici la frontière entre choses et objets? 3 Bernard Edelman, L adieu aux arts,1926 : l affaire Brancusi. Alto, Aubier, Paris Recettes des dieux, esthétique du fétiche, catalogue de l exposition, Musée du Quai Branly, Actes Sud

5 2. Fonctions L objet se définit le plus souvent par sa fonction, pratique, symbolique ou esthétique. Mais cette fonction est soumise aux interprétations les plus variées selon le contexte dans lequel l objet a été découvert ou dans lequel il est exposé et selon le discours qu on veut lui faire tenir. La fonction d un objet est souvent une donnée fluctuante, c est une notion poreuse. Sur le terrain de mes enquêtes subsistaient sur les anciens sites de production céramique et dans les greniers et les caves des habitants des environs, de nombreux objets qu il était impossible de classer dans la même catégorie que les poteries commercialisées, définies par leurs formes, leur fonction, leur contenance et leur dimension, la couleur de leur émail, etc. C était des pots inachevés, des ratés de cuisson, des «biscuits» non émaillés, des fonds de bouteilles cassées, des énormes plaques de céramiques réfractaires qui étaient utilisées selon les cas comme bordures de jardin, comme écuelles pour chien ou pot à pinceaux. Ils posaient la question cruciale de l identité fonctionnelle de l objet, que les artistes du XXè siècle avaient soulevée parfois avec humour. Ainsi la Fontaine de Marcel Duchamp est un urinoir qui n avait jamais servi comme tel jusqu à l intervention de Pierre Pinoncelli en 1993, à Nîmes : il urina dans Fontaine, puis asséna à l œuvre un violent coup de marteau, qui lui valu une amende de près de francs. Il avait alors déclaré : «L'urine fait partie de l'œuvre et en est l'une des composantes. Y uriner termine l'œuvre et lui donne sa pleine qualification». L ethnologie est souvent confrontée à ce problème de définition fonctionnelle, qu il s agisse d outils ou d ustensiles anciens, désaffectés, ou d usages exotiques. Pour ne prendre qu un exemple, les Itcha du Bénin utilisent deux types d instruments de musique : des cloches en métal répétant inlassablement la même formule et des «timbales» en terre cuite dont l ouverture est recouverte d une peau. Il s agit d anciens ustensiles destinés à la préparation des ignames, aujourd hui délaissés dans cette fonction au profit d ustensiles et de récipients métalliques. Les timbales de terre cuite sont donc désormais fabriquées spécifiquement pour la musique, sur le modèle autrefois utilisé pour la cuisine 5. Il est intéressant de comparer ce cas avec les terrines de grès fabriquées notamment dans la vallée de la Bourbince dès la fin du XIXè siècle pour un usage pharmaceutique et munie pour cet usage d un bec verseur. Lorsque dans les années 1990, ce modèle toujours existant figurait sur les catalogues du fabricant Grès et Poteries de Digoin, il était garni de salade verte et vendu comme «saladier» mais il avait conservé son bec verseur, pourtant désormais inutile. Que pourrait en déduire un archéologue découvrant l objet dans mille ans? Aimé Not, qui dirige une petite poterie (six salariés) à Castelnaudary (Aude), fait le même constat à partir d un autre ustensile. «Nous fabriquons énormément de terrines à cassoulet. Et la terrine à cassoulet de Castelnaudary, elle est conique, elle a deux anses et un bec verseur ; ne me demandez pas pourquoi, c est comme ça depuis 200 ans. Le bec verseur, il ne sert absolument à rien, le cassoulet, ça ne se verse pas. Mais si vous le supprimez, ça n est plus la terrine de Castelnaudary. Et si vous changez la forme, vous enlevez la valeur du produit qui est dedans. C est le même cassoulet, je ne vais pas vous dire qu il est meilleur dans cette terrine que dans une terrine sans bec verseur et sans anses, mais c est ça qui fait qu on l apprécie mieux. C est comme ça, même si c est idiot» 6. La forme «traditionnelle» de l objet contenant valorise le contenu. 5 Informations fournies par l ethnomusicologue Madeleine Leclair, musée du Quai Branly. 6 Intervention aux biennales de la poterie de Cliousclat (Drôme), Juin

6 La philosophe Beth Preston s est interrogée sur l articulation entre fonction et forme de l objet et comportement de ceux qui l utilisent. Selon elle, pour chaque fonction existe une multitude de mises en œuvre possibles et pour une forme particulière existe une multitude de fonctions possibles. Il est impossible de déduire la fonction de la forme seule ou la forme de la fonction. Il faut donc distinguer les performances relevant de la fonction d une chose de celles qui sont accidentelles ou fortuites ; par exemple, certains musiciens Nord-Américains utilisent traditionnellement des petites cuillères comme instruments de percussion (Blues, jazz, folklore New Orleans). La fonction peut être comprise uniquement en termes de capacité ou de disposition à jouer un rôle spécifique dans le contexte d un système spécifique : un ustensile peut tout à la fois servir à contenir et à décorer dans le système domestique ; une cuillère sert au cours des repas mais aussi comme instrument rythmique dans la musique folk. «C est une exception et non une règle pour une chose de n avoir qu une seule fonction». Autre exemple, «une bague de fiançailles a usuellement deux fonctions sociales (ou socio-functions) : manifester le statut économique du fiancé et manifester le statut social de celle qui l arbore comme femme promise au mariage.». Beth Preston parle de «porosité dynamique» des catégories fonctionnelles ou de «labilité des fonctions dans la culture matérielle». Il s agit de s opposer au caractère normatif de la fonction des objets. Un objet dispose toujours de capacités non indispensables à sa fonction propre celle pour laquelle il a été conçu- ce qui ouvre un large éventail d opportunités aux individus pour l utiliser comme ils le souhaitent ; d où l importance de l étude des pratiques et des usages de l objet plutôt que l étude de sa définition fonctionnelle 7. Les archéologues connaissent bien le problème, qui tentent de déduire des fonctions de la forme et de la localisation des objets découverts. Mais ils savent par exemple que si les traces d utilisation visibles à la surface des outils lithiques permettent aujourd hui de comprendre la façon dont ces objets ont fonctionné, elles n en fournissent pas la destination précise : «Il faut en effet distinguer le fonctionnement d un outil c est-à-dire la façon dont il fonctionne- de sa fonction, c est-à-dire de ce à quoi il est destiné, ce qui est généralement hors de portée de l archéologue» 8. La fonction d un objet peut toujours être sujette à discussion et en aucun cas ne peut être un facteur explicatif des activités humaines sans être remis en perspective. Il ne faut pas figer l objet dans son identité fonctionnelle, d autant moins qu un objet utilitaire a le plus souvent plusieurs fonctions distinctes au cours de son existence. Il faut donc ce méfier de la fonction comme facteur d authenticité, qui suppose que la fonction traditionnelle (pot à graisse, baratte, soufflet de forge, saloir à jambon ) rend l objet plus authentique que son usage réel et pratique (porte couverts, guéridon, table de salon, pot de fleurs ). Les utilisations effectives et contemporaines des objets ne doivent pas être rejetées avec dédain mais font partie de l histoire des objets et de leurs usagers. 7 8 Beth Preston : «The function of things. A philosophical perspective on material culture», in P.M. Graves- Brown (ed.) : Matter, materiality and modern culture, London/New York, Routledge, 2000, pp Sophie Archambault de Beaune, L homme et l outil. L invention technique durant la préhistoire, Paris CNRS éditions, 2008, note 32, p

7 3. Conservation et valeur patrimoniale Une fois sorti de la sphère de l utilité, l objet ordinaire peut être conservé, soit de façon passive (parce qu on ne prend pas la peine de s en débarrasser), soit volontairement, parce qu on lui attribue une valeur quelconque affective, historique, monétaire, etc. Dès lors, l objet acquiert explicitement ou non le statut d objet de mémoire ou de patrimoine. Mais le processus qui mène à l avènement patrimonial n est ni simple, ni linéaire : il y a des ratés, des allers-retours, des déviations dans le parcours d un objet. Seule la description des situations effectives permet de prendre conscience de ces écarts. Le patrimoine se «fabrique», pour reprendre les termes de Nathalie Heinich, selon différentes procédures. Chaque objet, chaque monument se trouve soumis à des enjeux plus ou moins lourds influant sur sa conservation ou sur sa destruction, selon les aléas de l histoire : chaque guerre, chaque révolution porte son lot de destruction et de pillages ; la colonisation a enrichi les musées d ethnographie européens de nombreux objets que les populations aujourd hui indépendantes souhaitent récupérer. C est le problème complexe de la restitution des objets culturels : de qui sont-ils le patrimoine? A qui les restituer? Sous quelle forme : matérielle ou virtuelle? La valeur patrimoniale d un objet ou d un ensemble d objets n est pas inscrite dans sa composition matérielle mais se construit à partir des intérêts que les individus et les groupes leur accordent. Quand Georges-Henri Rivière, fondateur du Musée National des Arts et Traditions Populaires, parcourait l Aubrac à la recherche d objets dits traditionnels, représentatifs de l époque préindustrielle, il dotait certains accessoires de la vie quotidienne d une valeur documentaire et mémorielle qui échappait à leurs propriétaires. C est ainsi qu il échangea en 1964 un intérieur complet quasiment intact depuis 1887, la salle commune d une ferme qu il trouvait d une grande qualité esthétique, contre une salle de séjour moderne avec meubles en formica. La salle commune fut présentée au Grand Palais dans la grande exposition de 1980 «Hier pour demain» tandis que les agriculteurs de l Aubrac découvraient le confort moderne 9. Toutefois, en dotant ces meubles d une valeur patrimoniale, G-H. Rivière négligeait le fait que même les objets les plus typiques sont les produits d échanges de savoirs, de techniques, d usages ; ils ne sauraient par conséquent être assimilés à de «purs» produits locaux, ni être identifiés strictement à une population ou à un territoire. Il est impossible d assigner tel modèle ou tel type de produit à telle région sans se référer aux influences commerciales et techniques lisibles dans l objet lui-même, ou accessibles par l intermédiaire des récits biographiques collectés avec les objets, que nous devons accepter comme bagages de l objet plutôt que de systématiquement tenter d en jauger la véracité, l authenticité. Les objets ne sont en tant que tels porteurs d aucune identité collective, mais ils sont les produits et les sédiments d une histoire qui s inscrit sur différentes échelles : ils portent surtout la trace des échanges et des appropriations successives qu ils ont subi avant d entrer dans le «Patrimoine collectif». La mémoire se construit en même temps sur différentes échelles. 9 Gorgus Nina, Le magicien des vitrines, le muséologue Georges-Henri Rivière, Paris, éditions de la MSH, 2003, pp

8 On touche ici aux limites de la théorie de l objet-témoin : elle tend à doter l objet d un statut univoque, elle en fait une source de savoir positif, un échantillon de civilisation témoignant à la fois du milieu, de la technique, de l éducation, de l économie, etc. Parmi les citons. Pour Jean Gabus, qui fut conservateur du musée d ethnographie de Neuchâtel, théoricien de l objet-témoin, l objet est le «personnage principal» de l exposition didactique. «[Il] n est jamais dû au hasard, il est le témoin de quelque chose ou de quelqu un. [ ] Cet objettémoin communique ce qu il sait, si nous savons l interroger» 10. Son successeur, Jacques Hainard, fit partie de ceux qui remirent en cause le plus radicalement cette théorie : «Je ne crois pas à l objet-témoin. J ai toujours dit que l objet n était le témoin de rien du tout. J aime mieux cette définition qui me plaît beaucoup : l objet, c est finalement une résistance matérielle qui attend un regard, ou des regards. [ ] Je pense qu on peut s arroger le droit de rejouer les objets dans une problématique d aujourd hui» 11. La valeur des objets, qu elle soit économique, fonctionnelle, symbolique ou patrimoniale, est toujours issue d une construction intellectuelle : elle est donc toujours relative et comme le dit l anthropologue australien Nicholas Thomas, les objets ne sont pas ce pour quoi ils ont été faits, mais ce qu ils sont devenus 12, ce qui implique la remise en question de l identification à la fois vague et figée de certains musées et études en culture matérielle. En cela, pour l anthropologue, l objet ne fournit pas un témoignage plus objectif que les textes, les entretiens avec ses informateurs, les observations de rituels ou les chants traditionnels. Thomas démontre parfaitement que selon les situations et les contextes, donc dans le cadre des différentes étapes de leur parcours, les objets deviennent autre chose que ce qu ils étaient précédemment, et sont en cela tout aussi subjectifs que ce qu on regroupe sous le vocable flou d immatériel. 4. Objet personne et personne chosifiée De l objet subjectif à l objet sujet, il n y a qu un pas, souvent franchi dès qu il est question de mémoire, d art ou de sacré. En partant de l exemple d un autoportrait de Matisse offert au cinéaste Marcel Ophuls par la veuve du peintre, Nathalie Heinich a montré comment un même objet peut relever successivement de régimes distincts (œuvre d art, chose, relique puis fétiche) formant deux catégories : d un côté les choses, tout objet interchangeable, de l autre les personnes, régime commun aux être vivants et aux objets «dès lors qu ils sont traités comme des personnes». Il s agit donc de bien séparer la notion de personne et celle d humain, comme la notion d objet et celle de chose car «c est seulement ainsi qu il est possible de concevoir que le statut de personne puisse être commun aux êtres humains, aux animaux et même aux être inanimés tout comme le statut d individu est commun à différentes catégories d êtres». De même l état d humain peut-il parfois être dissocié de celui de personne le cas de l esclavage est le plus parlant. Pour Heinich, «il existe des 10 Gabus, Jean, «Principes esthétiques et préparation d expositions didactiques I : L objet-témoin», Museum, vol. XVIII n 1, 1965, pp «Quels chantiers pour l ethno?», Entretien avec Jacques Hainard par Réda Benkirane et Erica Deuber- Ziegler ; Benkirane et Deuber-Ziegler (dir.) Culture et cultures, Genève, Musée d ethnographie/infolio, pp , et citation p La formule exacte de Thomas est: «objects are not what they were made to be but what they have become», p. 4 ; Nicholas Thomas, Entangled Objects: Exchange, Material Culture and Colonialism in the Pacific. Cambridge, Mass. Harvard University Press,

9 gradations sur l échelle des états, de sorte que les êtres peuvent être «plus ou moins» des personnes, selon leur nature et selon les circonstances. C est ainsi que les humains sont plutôt plus des personnes que des choses et, parmi celles-ci, les tableaux de maîtres le sont plutôt plus que les chaises, sauf basculements toujours possibles» 13. Quand l anthropologue Jean Bazin assiste au Mali à un rite au cours duquel des objets étranges sont aspergés de sang d animaux sacrifiés, il s interroge sur la nature, l identité, la matérialité même de ces «choses brunâtres et gluantes placées dans un fond de vieille poterie cassée. On dirait des bâtons, peut-être entourés de chiffons, de longueur et d épaisseur inégales ; je n ose guère m approcher trop du mystère, mais que leur forme reste assez indéfinissable est peut-être essentiel au culte. Leur allure énigmatique en fait déjà des choses divines 14». Dans la région, on nomme ces objets «boli». Chaque boli a son histoire propre, sa personnalité sociale transmise de génération en génération et enrichie d anecdotes : «[ ] un boli est un individu matériel, non point une chose personnifiée, mais une chose-personne. Faute d âme, il a ce qui ici en tient lieu : un nom propre» 15. Ce fétiche est donc un objet transformé en chose singulière par le traitement qu il subit de la part de ses «usagers» humains. Mais n est-ce pas aussi, se demande Jean Bazin dans un autre article, le cas d une œuvre d art comme la Joconde? Car c est bien une chose unique, dont chacun connaît l image grâce aux innombrables représentations qui circulent, et une chose contenue dans un musée, «un morceau de matière distinguable de tout autre, un panneau de bois de peuplier, légèrement voilée, de 80 sur 54 cm et de 15 mm d épaisseur, etc. [ ] sur lequel Vinci, à un certain moment de l histoire [ ] a combiné des traits et des taches de couleur, des formes et de la peinture» 16. Cette chose a été fabriquée par Léonard de Vinci, en peignant un panneau de bois, puis achetée 4000 écus par François 1 er ; Bonaparte la fit placer dans sa chambre à coucher avant qu elle ne se retrouve au Louvre et soit dérobée le 29 août 1911 à 8 heures du matin par l ouvrier décorateur Vincenzo Perugia entre autres épisodes. Soit une existence à rebondissements qui pourrait être celle d une personne. Cette porosité des frontières entre chose et objet, entre objet et personne, apparaît plus nettement dans certains cas particuliers où la personne son corps, ses restes- devient objet de mémoire et objet patrimonial. En 2002, le Musée de l'homme a rendu à l'afrique du Sud la dépouille de Saartje Baartman, dite "la Vénus hottentote", après un vote unanime de l'assemblée nationale et du Sénat. Venue en Europe comme esclave au début du XIXè siècle, exhibée comme une bête de foire, elle mourut à Paris en Un moulage en plâtre de son corps fut réalisé avant dissection. Son squelette et certains organes furent prélevés, puis le tout fut exposé à Paris au Musée de l Homme jusqu à1974. En 1994, l Afrique du Sud de Nelson Mandela demande à la France la restitution des restes de Saartje Baartman. Mais les autorités politiques et scientifiques françaises refusèrent au nom de la science et du patrimoine : la «vénus» était devenue un objet de patrimoine! Et ce n est qu après la loi spéciale votée en 2002 que la restitution put avoir lieu. Un cas très similaire s est présenté en Espagne, où un bushman naturalisé au XIXè siècle fut exhibé dans un musée catalan jusqu à sa restitution et son inhumation au Botswana en La question de la restitution Heinich N, «Les objets-personnes : fétiches, reliques et œuvres d art», Sociologie de l art, n 6, 1993, pp Jean Bazin, Des clous dans la Joconde, l anthropologie autrement, Toulouse, Anacharsis, 2008, p.493. Ibid, p.511. Ibid, p

10 des objets de collection des musées d ethnographie, surgie depuis quelques années, a fait émerger une problématique mêlant humains et non humains, choses et personnes, objets et restes corporels. C'est pourquoi les Maori recherchent toutes les têtes de chef tatouées, les Aborigènes les ossements de leurs ancêtres et l'île de Manikolo (Vanuatu) les crânes de chef surmodelés avec une pâte végétale. Tous veulent que leurs ancêtres reçoivent les rituels qui leur sont dus. Récemment, la ville de Rouen a restitué à la Nouvelle-Zélande une tête de guerrier maori appartenant au Muséum national d'histoire naturelle de la ville. En 2006, les restes du prince prince Ouanilo, fils du dernier roi du Dahomey, Béhanzin, sont exhumés à Bordeaux en vue d être rapatriés au Bénin. Dans le monde entier, des restes humains sont considérés comme des biens culturels. Mais faut-il s en étonner? Les squelettes font partie des objets de collection des musées d archéologie et dans un autre registre, on a vu des régions ou des communes s opposer farouchement à l entrée de personnalités au Panthéon sous prétexte que leur dépouille faisait partie du patrimoine local. Ce fut le cas dans le Berry, en 2002, où une association essentiellement féminine et parisienne fit campagne pour que George Sand, inhumée à Nohant (Cher), entre au Panthéon à l occasion du bicentenaire de sa naissance en L opposition locale, relayée par le journal La Nouvelle République du Centre, fut telle que l idée du transfert fut définitivement abandonnée en Les principaux arguments des anti-panthéonisation reposaient sur la volonté de la défunte jamais clairement affirmée- de reposer «parmi ses chers paysans» et sur son indispensable «présence» à Nohant pour l attrait touristique de la région. Faute de dépouille, le Sénat fit restaurer la statue de George Sand dans les jardins du Luxembourg à Paris. A Villers-Cotterêts, dans l Aisne, l Etat fit ériger une reproduction de la statue de bronze d Alexandre Dumas, natif de la ville, entré au Panthéon en Cette statue avait été fondue par l occupant allemand en En contrepartie du transfert de la dépouille de l écrivain, qui souleva également une certaine opposition locale, la commune obtint le financement par le ministère de la Culture de la fabrication d une nouvelle statue, reproduction fidèle de l originale grâce aux technologies de pointe (images 3D, moulages résine ) ; lors de l enlèvement du cercueil, le maire de Villers-Cotterêts parvint également à prélever un morceau du cercueil d origine, aujourd hui exposé au musée Dumas de la ville aux côtés d une autre relique : une mèche de cheveu du général Dumas, père de l écrivain. Conclusion Lorsqu on parle d objets, il faut donc entendre aussi bien, selon les contextes, œuvre d art, ustensile de cuisine, boîte de conserve, que restes humains, images, animaux ou plantes. Pour les objets comme pour les êtres vivants, rien n est immuable, aucun destin n est tracé a priori et tout peut arriver tant que l intégrité physique est maintenue. Nos rapports avec notre environnement matériel sont complexes, faits d attachement, de rejet, d indifférence selon les lieux et les moments ; ces rapports sont tout aussi sociaux que les liens qui nous unissent à nos congénères. Aucun statut social ni aucune fonction ne sont définitifs ; c est cette complexité des parcours et des situations qui rend l étude des objets en société et de leur devenir si passionnante. Thierry BONNOT 9

Le Culte moderne des monuments

Le Culte moderne des monuments Le Culte moderne des monuments aloïs riegl La Culte moderne des monuments sa nature et ses origines Traduit de l allemand par mat thieu dumont & arthur lochmann Éditions allia 16, rue charlemagne, paris

Plus en détail

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com

tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com MA tel : 06 32 16 57 83 site : ma-ma.biz mail : thomas.mouillon@gmail.com présentation janvier 2014 MA est une histoire qui a commencée par hasard. L une de ces idées qui prend forme lentement, et qui

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Saisir les nuances des mots

Saisir les nuances des mots Leçon LA LECTURE 10 Histoire du sens des mots 1 EFFICACE Saisir les nuances des mots Leçon 10 Histoire du sens des mots Avertissement La présente leçon explique l importance du contexte historique dans

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

Enseigner la technologie. à l'école maternelle

Enseigner la technologie. à l'école maternelle Enseigner la technologie à l'école maternelle Laure Lutz Docteur en didactique de la technologie Bernard Hostein Professeur d'université Éliane Lécuyer Professeur des écoles Conseillère pédagogique SERVICES

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

ENTREPRENEURIATÉTUDES. Découvrez votre profil d entrepreneur et bâtissez votre projet d entreprise par un accompagnement personnalisé!

ENTREPRENEURIATÉTUDES. Découvrez votre profil d entrepreneur et bâtissez votre projet d entreprise par un accompagnement personnalisé! MÉTIERS D ART CÉRAMIQUE PROGRAMME TECHNIQUE CÉGEP LIMOILOU CAMPUS DE QUÉBEC, MAISON DES MÉTIERS D ART DE QUÉBEC SÉJOURS À L INTERNATIONAL Vivez l un des Projets Monde offerts à tous les étudiants. ENTREPRENEURIATÉTUDES

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT-

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

swissness adapté aux réalités pratiques

swissness adapté aux réalités pratiques 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : PROTECTION DES MARQUES swissness adapté aux réalités pratiques La marque «Suisse» fait vendre : la plus-value peut atteindre 20 % du prix de vente d un produit. Afin

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE?

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? 1 PREMIER USAGE : LES PHOTOS ME PERMETTENT DE MIEUX COMPRENDRE COMMENT FONCTIONNE LE PAYSAGE... 1 2 DEUXIÈME USAGE : ELLES ME PERMETTENT D ORGANISER LE PARTAGE DE L EXPÉRIENCE...

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE

PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE LES MATERIAUX UTILISES DANS LA CONSTRUCTION À VIEUX-LA-ROMAINE Salle : Vitrine «Matériaux et techniques de construction». ) Voici les matériaux utilisés pour construire

Plus en détail

Faire de la photo avec un PRO

Faire de la photo avec un PRO Faire de la photo avec un PRO Atelier photo pour les élèves Animation auteur CONTACT Christine Malard Ateliers Art terre 11 bis rue de la Frébardière Bâtiment B Atelier 20 35510 Cesson-Sévigné Tél : 02

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1 MEDIACOACH Les plans cadrage Lecture de l image et pratique de l image Introduction Amateur de cinéma, ayant participé moi-même à des tournages, téléspectateur

Plus en détail

Journal de fabrication de la plus haute tour

Journal de fabrication de la plus haute tour Journal de fabrication de la plus haute tour Classe de CE2-CM1 et classe annexée de l INJS Ecole du Château Cognin Nos essais à la carte Tour des ponts On n arrive pas à la faire tenir, car ça penche d

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier Collection dirigée par Bernard Beignier LMD 1 er Semestre de L1 collection COURS Introduction au droit Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés Bernard BEIGNIER Corinne BLÉRY Anne-Laure THOMAT-RAYNAUD

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

LA NÉCESSITÉ D UNE RÉGLEMENTATION RELATIVE À LA DISPOSITON DES CENDRES DES DÉFUNTS MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L ASSEMBLÉE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU QUÉBEC

LA NÉCESSITÉ D UNE RÉGLEMENTATION RELATIVE À LA DISPOSITON DES CENDRES DES DÉFUNTS MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L ASSEMBLÉE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU QUÉBEC LA NÉCESSITÉ D UNE RÉGLEMENTATION RELATIVE À LA DISPOSITON DES CENDRES DES DÉFUNTS MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L ASSEMBLÉE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU QUÉBEC AU MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Montréal

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE

TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE TRADITIONS, MÉTIERS ET ETHNOGRAPHIE multimédia www.bulgariatravel.org L ART ET LE MÉTIER DU TAPISSIER Programme opérationnel «Développement régional» 2007-2013 www.bgregio.eu Nous investissons dans votre

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. CyCle 2 ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Nous

Plus en détail

Académie de Nancy-Metz L'équipe est constituée des enseignants de 3 écoles :

Académie de Nancy-Metz L'équipe est constituée des enseignants de 3 écoles : Programme Académique de Recherche et d Innovation (PARI) Ecrit sur l'action Titre de l'action : ARTS PLASTIQUES A L ECOLE PRIMAIRE Dynamique de conceptions pédagogiques pour l enseignant et de créations

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/2010/143 Distr. générale 4 août 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

le verre Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable

le verre Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable technique le verre PRÉNOM : 1 / L INGRÉDIENT PRINCIPAL DU VERRE Quel est l ingrédient principal du verre? Entoure la bonne réponse. sucre eau sable 2 / LA RECETTE DU VERRE Ces matières sont-elles à l état

Plus en détail

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation :

FICHE TYPE D'INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE. «La calligraphie» Indexation : «La calligraphie» Présentation sommaire Identification : Utilisation de l'écriture comme art Personne(s) rencontrée(s) : Brigitte PALARIC Localisation municipalité) : (région, département, Ville : Allaire

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011

Les enjeux des domaines skiables européens. Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Les enjeux des domaines skiables européens Congrès de l OITAF Rio Octobre 2011 Par Laurent Reynaud Délégué Général de Domaines Skiables de France Représentant de la FIANET Fédération Internationale des

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue

Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Santé Communautaire et accès aux soins en contexte tropical Présentation de la démarche et méthodologie qualitative Claire Boileau Anthropologue Introduction Principes des recherches qualitatives Les étapes

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Ateliers pédagogiques

Ateliers pédagogiques HISTOIRE LOCALE Ateliers pédagogiques Primaire (selon thème choisi) et Collège Visite commentée de 2 expositions au choix aux Archives Municipales Mise à disposition de questionnaire (30 minutes de recherche

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

l'eau, milieux de vie Exposition interactive sur l'eau la diversité des milieux aquatiques

l'eau, milieux de vie Exposition interactive sur l'eau la diversité des milieux aquatiques DOSSIER TECHNIQUE EXP'EAU : l'eau, milieux de vie Exposition interactive sur l'eau la diversité des milieux aquatiques Réalisation : CCSTI de Laval et Maine Sciences, 2007 1 "L'eau", comme l'air, est un

Plus en détail

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION

APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION APPROCHE PAR COMPÉTENCES ET ÉVALUATION (Gérard Scallon, 2005) PLAN DE FORMATION À L ÉVALUATION Introduction L évaluation des apprentissages est sans contredit un élément clé de tout programme de formation.

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

Espacestemps.net. Penser les humains ensemble.

Espacestemps.net. Penser les humains ensemble. 1 Espacestemps.net Penser les humains ensemble. Des habitudes automobiles antifragiles. Par Alexandre Rigal. Le mardi 8 septembre 2015 «Nous prenons l habitude de vivre avant d acquérir celle de penser.

Plus en détail

Visiter la Maison de George Sand, c est aller à la rencontre. d un écrivain hors du commun

Visiter la Maison de George Sand, c est aller à la rencontre. d un écrivain hors du commun Visiter la Maison de George Sand, c est aller à la rencontre d un écrivain hors du commun La maison de GS est un lieu particulièrement bien conservé ; le cadre de vie de l écrivain est très évocateur de

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

«S il faut aller vite, l ossature bois est idéale.»

«S il faut aller vite, l ossature bois est idéale.» «S il faut aller vite, l ossature bois est idéale.» www.sibomat.be Luc D. (46 ans) a vraiment une brique dans le ventre. Il a la construction dans le sang. Après avoir rénové sa première maison, il a voulu

Plus en détail

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible.

Bonjour et merci de me recevoir. Je vais essayer d être le plus bref possible. Tarification: calcul d une prime d assurance Mémoire sur le document de consultation: Pour un régime durable et équitable Jean-François Guimond 16 mai 2006 Prime = Fréquence x Coût moyen Facteurs influençant

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Construire ensemble le Parc Blandan Quel positionnement pour le parc?

Construire ensemble le Parc Blandan Quel positionnement pour le parc? Construire ensemble le Parc Blandan Quel positionnement pour le parc? A quoi sert un positionnement? Proposer des bénéfices qui répondent aux attentes des publics cibles S inspirer des attentes exprimées

Plus en détail

MÉDAILLE DE LA VILLE DE LYON ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

MÉDAILLE DE LA VILLE DE LYON ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ MÉDAILLE DE LA VILLE DE LYON ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ EDITORIAL L attribution de la médaille de la Ville de Lyon exprime la reconnaissance de toute la cité aux femmes et aux hommes qui contribuent

Plus en détail