Xavier Karcher: l homme d expérience

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Xavier Karcher: l homme d expérience"

Transcription

1 Xavier Karcher: l homme d expérience Un profil massif qui impressionne, un regard attentif et presque amusé. Xavier Karcher ancien patron des automobiles Citroën anime maintenant le CNISF, confédération de tous les ingénieurs et scientifiques. Il parle avec passion d une expérience d ingénieur, qui a su en arrivant aux plus hauts postes de responsabilité, faire comprendre aux ingénieurs qu il travaillaient d abord pour un client. La révolution des NTIC et ce qu il faut en penser Il s agit en fait d outils nouveaux dont les perfectionnements ont conduit à des développements techniques considérables. Le point essentiel est que les technologies de l information permettent de fournir au même moment une information structurée identique à des personnes se situant dans des environnements différents. Cette absence de décalage permet les réactions rapides et évite toute une série de phénomènes de frottement aux effets extraordinairement néfastes. Pour l industrie automobile, ce sont les outils informatiques qui ont rendu possible la mise en place d équipes projets, travaillant en phase, bien que dans des environnements séparés parfois par des distances géographiques importantes. C est la qualité de l information disponible qui a permis au chef de projet de fournir à tous les acteurs une base de discussion homogène pour que les décisions soient prises chaque lundi matin. Ce processus a été lancé, il y a vingt ans, lorsqu a commencé l utilisation du courrier électronique. La démarche «équipe de projet» qui s est mise en place en 1989, a été portée par ces outils, enrichis souvent de téléconférences. Que peut-on attendre à l avenir? Il est probable que les instruments de base vont encore diminuer de taille, ce qui permettra de les transporter sur soi. En d autres termes nous disposerons à échéance relativement proches d instruments de communication et même de calcul ou d accès à des bases de données, dont nous n avons pas l idée. On peut s interroger sur les conséquences de cette nouvelle puissance, stricto sensu à portée de la main. Je pense que l un des impacts souhaitables est de L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 63

2 nous libérer en partie des contraintes d horaires et de lieu. Il ne s agit pas de passer au travail à distance, mais plus simplement de se donner des flexibilités importantes. Cette tendance me semble une donnée pour tous les métiers à forte valeur intellectuelle ajoutée, où il s agit d abord de réunir l information pertinente. Tout cela nous mène à un concept de Knowledge management, où l on s appliquera justement à fournir à chacun, plus d information mieux structurée ne serait-ce que pour ne pas réinventer l eau chaude à chaque occasion! Quelles sont en fait les deux fonctions essentielles à mettre en place? La première est celle de la capitalisation de l expérience (ou retour d expérience) qui assure que tout l acquis du passé est bien mis en mémoire pour être réutilisé facilement. La seconde est d assurer en continu la remise à jour des connaissances, à la carte. Je reviens sur la question du temps de présence, et sur le caractère absurde des grandes migrations quotidiennes synchronisées, auxquelles nous tenons tant en Europe. La Californie nous offre un exemple que nous devrions méditer. La flexibilité totale des horaires, et l option prise d assurer de nombreux services en continu (banques, grande distribution, ) apporte simultanément une qualité de vie et surtout une économie d encombrements dont nous mesurons mal le prix. L apport des puissances de calcul La seconde transformation technologique qui a eu et qui aura, un énorme impact sur les métiers industriels est celle de l apport d énormes puissances de calcul. Chaque poste de travail, chaque concepteur est désormais maître d outils qui modifient en profondeur toute l économie du développement. Il est désormais possible de tout simuler, c est-à-dire de tester concrètement à des vitesses échevelées des séries de choix techniques ou technologiques. On peut ainsi entrer dans une logique du «total résultat» où l on débouche sur le meilleur compromis en termes de coûts, fonctions et investissement. Tout cela amène une économie de coûts et d erreur que l on mesure mal. L industrie automobile a pu ainsi sur une vingtaine d années supprimer deux tranches de prototype et économiser deux fois 9 mois. Le délai de conception a été ramené de 5 à 3 ans, ce qui est exceptionnel, mais on ira encore plus loin!. Bien plus la conformité (qualité) est au rendez-vous à point tel que le premier prototype de l Airbus A380 sera vendu et aura une utilisation commerciale! L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 64

3 La simulation va jusqu à estimer le niveau de fiabilité, en assurant la facilité de montage, d entretien et de fabrication des pièces. La composante logistique Le troisième grand apport des technologies de l information est la capacité à bien mieux gérer la logistique des pièces. On a appris à gérer en simultané des ensembles énormes de pièces se situant un peu n importe où. La conséquence est d abord sensible au niveau du prix, mais aussi elle se fait sentir sur la qualité, tout problème remontant beaucoup plus vite vers le fabricant. Le travail à flux tendu et stocks minimaux crée ensuite une sorte d insécurité, qui oblige chacun à mieux travailler, puisqu il n y a plus de volant pour amortir l erreur. L ingénieur et les autres Q: Vous avez évoqué jusqu à présent l apport au travail de l ingénieur des nouvelles technologies. Mais ne faut-il pas évoquer le problème de la relation nécessaire et pas nécessairement évidente de l ingénieur avec le reste du monde, et en particulier les spécialistes des autres domaines. Vous avez tout à fait raison: l ingénieur ne peut absolument plus se réfugier dans un espace protégé qui lui soit propre. Il est immédiatement entouré dans les groupes de projets mis en place dans les années 80 par des spécialistes du marketing, de la finance Tout concepteur est désormais directement confronté avec le producteur ou le spécialiste de l après-vente. Et c est là qu intervient la puissance régulatrice du marché. Dans les organisations anciennes, le principe était de laisser chaque métier agir successivement. Tout projet de nouvelle voiture passait successivement du marketing à la conception, aux méthodes et à l après vente. Toute objection soulevée à un stade avait beaucoup de mal à remonter le processus, puisqu elle apparaissait comme un phénomène retardateur. Le travail de concert, permis concrètement par les outils d information que j ai évoqués en début d entretien, permet une résolution instantanée des divergences, sous l autorité d un chef de projet coordonnateur. Mais le véritable arbitre c est en fait le client qui apparaît désormais comme l acteur le plus présent du processus. J ai toujours tenu le discours que tout participant à un groupe de projet devait constamment rendre compte à un client fictif, mais bien présent à côté de lui! Forcer le passage à une culture client Q: Cette acceptation d une culture du client s est elle faite simplement? L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 65

4 Assurément non, parce qu elle impliquait un changement des mentalités toujours difficile à obtenir. Il a fallu user de persuasion et de constance, mais parfois marquer les esprits par un éclat. Lorsque j ai eu à intervenir auprès des équipes chargées de la conception de la CX, j ai constaté que nos ingénieurs avaient, parmi d autres prouesses techniques (qui étaient bien dans la culture maison) développé une ingéniosité exceptionnelle sur le pivot de fusée. Et dans le même temps j ai observé qu à aucun moment cette prouesse technique ne touchait le client, auquel elle n était pas même vantée. Alors j ai demandé d arrêter ce perfectionnisme et d en remettre simplement à la réalité du client, ce qui a provoqué un choc. J ai été conduit dans d autres circonstances, lors d une conférence annuelle au Palais des Congrès sur les questions de qualité, à jouer à nouveau de cet effet de choc, en exhibant la photo d une poignée de portière montrant des traces de rouille, immédiatement visibles pour l usager, dont la suppression relevait tout simplement de l ajout d une petite rondelle caoutchoutée, modification bien modeste (et donc négligée) par les ingénieurs. En fait il faut user modérément de ce type de secousse. Mais ce genre d éclat, surtout s il reste exceptionnel, marque les esprits. Comment poser dans le secteur automobile la question de l externalisation? la question de l externalisation se pose de manière tout à fait spécifique dans le secteur automobile. On ne trouve pas dans l automobile de forte propension à externaliser la fonction informatique, parce que le secteur s est trouvé en avance dans ce domaine. L industrie automobile, qui fait très largement appel à la sous-traitance, a une double approche. - En amont la question se pose d associer des partenaires, à la conception ou à la fabrication du produit. Tous les cas de figure sont possibles: le choix devient essentiellement économique. - En aval il s agit beaucoup plus simplement de déléguer à l extérieur des fonctions comme la maintenance, le transport. La tendance est ici de se décharger et de se concentrer sur ses tâches propres. L ingénieur et son employabilité Q: Pouvons-nous parler maintenant de l individu ingénieur, de ses préoccupations de carrière et puisque le mot est à la mode, du maintien de son employabilité? L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 66

5 Cette question est tout à fait pertinente, mais il faut distinguer deux situations. - L ingénieur en première phase de carrière, disons jusqu à 40 ans ou un peu plus, sait très bien qu il doit entretenir son niveau de compétences techniques et il s emploie en conséquence. - La question se pose de manière assez différente pour l ingénieur en seconde phase de carrière, s il se concentre sur les aspects de management: il court le risque de décrocher dans le domaine technologique. L entreprise ne peut rester passive devant ce risque et elle doit trouver des voies pour encourager le maintien d une excellence technique. C est là que les associations techniques peuvent jouer un rôle précieux: La première piste est d encourager la constitution de groupes d échanges au niveau professionnel, avec mélange d âges, ce qui est un point essentiel. Ce type d initiative peut être relayé en Province par les URIS, faute d une masse critique au niveau des associations d écoles. La seconde est de donner un rôle plus dynamique aux DRH et à leurs formateurs, sur la base des éléments recueillis lors de l entretien annuel. La plupart des Grandes entreprises s appliquent en effet à cette occasion à repérer les manques et à identifier par là même les besoins de formation. On peut donc considérer que les outils sont en place. La question non réglée est celle de la mise en œuvre des formations, en tenant compte de la variabilité des besoins. Un individu donné aura à chercher des compléments de manière relativement dispersée, et j observe que notre structure de formation, qu il s agisse de formules intra ou inter est mal adapté à cette forme de service «sur mesure». Je souhaite vigoureusement que nos écoles se sentent investies d une responsabilité à ce sujet et s impliquent dans des initiatives concrètes. Il est vraisemblable que la personnalisation des actions de formation passe par l utilisation des technologies nouvelles. Je crois qu il y a quelque chose à inventer. Comment voyez-vous l ingénieur s impliquer dans les problèmes de société? Il existe de toute évidence un risque de voir l ingénieur se créer une sorte d espace de confort délimité par son expertise technique, et développer dans cet espace une forme d esthétisme de la technique en soi. La prise en compte des réalités extérieures, et de toute évidence des réalités sociales, ressort de mon point de vue des obligations impérieuses. Dans le travail quotidien au sein de l entreprise, la principale force de rappel est la L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 67

6 prise en compte du client. Le client symbolise la force de l attente de l environnement, sans laquelle le travail de l ingénieur n a pas de sens. Mais il faut aller plus loin et reconnaître le besoin d un certain humanisme, au sens d un respect de valeurs liées à l homme et à ses aspirations de sécurité, de qualité de vie. C est à ce titre que les approches dites de développement durable vont prendre une importance croissante. Elles renvoient en effet à une responsabilité, que nous devons assumer vis-à-vis de notre descendance et qui va de plus en plus infléchir nos calculs de rentabilité. Garder les ingénieurs Q: Les entreprises ont pris conscience ces dernières années, que leur capacité à attirer et à garder les meilleurs éléments était devenue un axe majeur de leur stratégie. Partagez-vous ce point de vue et quelles conséquences en tirez-vous pour la gestion de carrière des ingénieurs? Je suis tout à fait d accord avec cette analyse et je me suis personnellement préoccupé de veiller à conserver nos bons éléments, d autant plus précieux que l évolution des technologies est plus rapide. Il me semble que trois règles d actions doivent être observées: 1) créer une ambiance de travail attachante; 2) donner une perspective de carrière aux meilleurs ; 3) proposer des gratifications (incentives) pas nécessairement matérielles. Au-delà du niveau de rémunération, les occasions sont multiples (manifestation de lancement, voyage et promotion) pour mettre en valeur les gagneurs et développer une fierté d appartenance. Pour les individus, ma réponse sera simple: s ils ne ressentent pas une attitude de l entreprise conforme à ces trois principes, leur intérêt est de changer. L avenir des ingénieurs à l orée du troisième millénaire - 4 janvier, page 68

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement

Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement Pierre Deschamps: l ingénieur architecte du changement La société Unilog occupe une place enviable dans le monde des sociétés de service, comme challenger des "grandes" que sont par exemple CAP-Gemini

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Durée : 11 jours (soit 77h00) FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Le public : Nouveau manager d unité technique, commerciale, ou administrative ou manager d

Plus en détail

Communiquer en interne, c est accompagner le changement

Communiquer en interne, c est accompagner le changement 1 CHAPITRE PREMIER Communiquer en interne, c est accompagner le changement Il fut un temps où il suffisait de réunir les ouvriers dans l atelier. L ingénieur ou le patron disait ce qu il avait à dire,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113. Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 113 Réunion du mardi 8 février 2005 à 17 heures Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE Communication de M. Pierre Forgues sur la proposition

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée.

Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée. Puissance, contrôle, précision et gestion jour par jour de tous les temps, au collège et au lycée. L intégration au coeur de l ENT en plus. w w w. o m t. f r Quel que soit votre projet, vous restez du

Plus en détail

PARTICULIERS. Offres de services de formation et d accompagnement

PARTICULIERS. Offres de services de formation et d accompagnement PARTICULIERS ET SALARIÉS À TITRE INDIVIDUEL Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

Pour responsabiliser vos employés et bien plus encore.

Pour responsabiliser vos employés et bien plus encore. Comprendre Agir Juger Réagir Pour responsabiliser vos employés et bien plus encore. Présenté par Charles-André Bannon, ing. Dans le cadre de la série des déjeuners RH de la Chambre de commerce Haute-Yamaska

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation

L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation CHOUARRA NOURA (6502) UFR SCIENCES DE L EDUCATION ATER, Sociologie de l éducation EQUIPE PROFEOR UNIVERSITE LIILE 3 L orientation à l université Les étudiants face au processus d orientation Dans une réflexion

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

Des services innovants pour l'industrie automobile

Des services innovants pour l'industrie automobile AUTOMOBILE Des services innovants pour l'industrie automobile www.daher.com Concepteur et pilote de services Le secteur automobile est un atout industriel majeur de l Europe. En réduisant les cycles logistiques

Plus en détail

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur

Huygens et le ressort spiral Fiche professeur 1 er étage La mesure du temps x Huygens et le ressort spiral Fiche professeur Où? Cabinet des curiosités, 1 er étage Moins de vingt ans après l invention du pendule (-> voir fiche «Galilée et le pendule»),

Plus en détail

L externalisation : Motivations et nouveaux business models

L externalisation : Motivations et nouveaux business models Entreprise et Personnel L externalisation : Motivations et nouveaux business models Bertrand QUÉLIN Professeur Groupe HEC quelin@hec.fr «L Externalisation : Vers de nouveaux modèles d organisation RH?»

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

A travers nos formations, vous contribuez à votre valeur ajoutée.

A travers nos formations, vous contribuez à votre valeur ajoutée. Depuis plus de 10 ans, nous proposons des solutions adaptées à votre entreprise en mettant à votre disposition ses compétences pour développer le talent de vos collaborateurs par des méthodes originales,

Plus en détail

(Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE...2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE...3

(Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE...2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE...3 Dossier technique Cric Page 1/6 Cric (Sujet St Cyr 1994) 1) PRÉSENTATION...2 2) ECLATÉ DU CRIC EN PERSPECTIVE....2 3) ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE....3 4) ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE....3 5) NOMENCLATURE....4

Plus en détail

Compétences relationnelles

Compétences relationnelles Compétences relationnelles Servir et aider Servir, aider ou assister des personnes, répondre à ses demandes et à des questions, être au service de clients. Capacité à communiquer chaleureusement avec les

Plus en détail

Ces deux présentations ont été suivies d échanges avec les participants.

Ces deux présentations ont été suivies d échanges avec les participants. 1 Compte rendu du petit-déjeuner de présentation de l étude sur les pénuries de main d œuvre et les besoins de la migration économique organisé par le Point de contact français du REM Paris, le 29 septembre

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8

Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8 SOMMAIRE Préambule, page 3 En montage, page 5 Finitions dans la salle de montage et mixage, page 8 Toute la mémoire du film, page 11 Transmission et apprentissage, page 11 1 2 De la nécessité du monteur

Plus en détail

Note de synthèse de l étude qualitative

Note de synthèse de l étude qualitative Note de synthèse de l étude qualitative Colloque interrégional de Marseille «Accueil et accompagnement des personnes âgées» 7 Juin 2011 TNS Sofres Emmanuel Rivière Laure Salvaing Clément Nicola Gwennaig

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Essent souhaitait automatiser entièrement la facturation de ses clients industriels. Etablir des

Plus en détail

LADEBOY ROBOT CHARGEUR

LADEBOY ROBOT CHARGEUR ROBOT CHARGEUR En route... Sans véhicule votre mobilité est limitée ce qui est particulièrement vrai pour les personnes en fauteuil roulant. Le déplacement en voiture est une des conditions indispensables

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Terminale STMG Sciences de gestion Ressources humaines et communication Scénario intégrant les TICE dans le programme RH&CO : Maison Caron Dossier

Plus en détail

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)?

LES COMPTEURS DE VITESSE. Pourquoi les compteurs sont-ils gradués en kilomètres par heure (1)? LES COMPTEURS DE VITESSE Les compteurs de vitesse (ou tachymètres) font partie des équipements obligatoires à bord des véhicules terrestres à moteur. Voici les questions que tout le monde se pose à leur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES

LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES I. Qu est-ce que la GPEC? LA GPEC, SUPPORT DE L ACTION STRATÉGIQUE La GPEC a pour mission d adapter l effectif du personnel à l Ent. Sur le plan

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

THEME : REMUNERATION EQUITE

THEME : REMUNERATION EQUITE THEME : REMUNERATION EQUITE EXERCICE 1 : CAS KEVIN : EQUITE Partie 1. Kevin est contrôleur back-office pour les opérations de marché d une grande banque française. Son rêve est de passer au front-office,

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

RESUME du COORDONNATEUR Joseph PASCUAL GEOMETRE-EXPERT FRANCE

RESUME du COORDONNATEUR Joseph PASCUAL GEOMETRE-EXPERT FRANCE THEME N 3 LE GEOMETRE ET LE CONSOMMATEUR : QUELS SERVICES POUR QUELLES EXIGENCES? RESUME du COORDONNATEUR Joseph PASCUAL GEOMETRE-EXPERT FRANCE Nous remercions vivement nos six invités pour la qualité

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Construire durable aujourd hui. Certification des compétences et réalisations en construction durable

Construire durable aujourd hui. Certification des compétences et réalisations en construction durable Construire durable aujourd hui Certification des compétences et réalisations en construction durable Sommaire 3 Introduction 5 Valideo pour vous 7 La démarche Valideo 8 Les 4 thèmes du référentiel Valideo

Plus en détail

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS?

A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? A6 LA COM, QUELLE PLACE DANS VOS PROJETS? Organisateur CAP COM Coordinateur Bernard DELJARRIE, Délégué général de CAP COM Animateur, Directeur de la Communication, Conseil Général du Bas-Rhin L un des

Plus en détail

Développement du leadership

Développement du leadership Développement du leadership Concevoir Construire Attirer Les leaders impulsent la stratégie Est-ce le cas des vôtres? La plupart des entreprises en croissance ont d ores et déjà amorcé une transformation

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

Salon Progiciels 2010

Salon Progiciels 2010 BELIER ASSOCIES Salon Progiciels 2010 Conférence LEAN & ERP, QUELLES INTERACTIONS? Avec le témoignage de la société SOMMAIRE Présentation de BELIER ASSOCIES D. de Boissieu 1 mn Présentation de BOLLHOFF

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

Projet de référencement et de valorisation des développements internes

Projet de référencement et de valorisation des développements internes Projet de référencement et de valorisation des développements internes Réunion du 23 octobre 2007 Ce projet a pour objectif de répondre à un besoin croissant de valorisation de la production scientifique

Plus en détail

Chargé(e) d Opérations

Chargé(e) d Opérations Chargé(e) d Opérations La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre au besoin de professionnaliser

Plus en détail

Le concept de marketing

Le concept de marketing Le concept de marketing Le concept de marketing englobe à la fois les techniques d étude des attentes du consommateur, la proposition d une offre répondant à ces attentes et la mise en œuvre de moyens

Plus en détail

PROPOSITION DE MODIFICATIONS DU RG AMF ET DE PUBLICATION D UNE POSITION-RECOMMANDATION

PROPOSITION DE MODIFICATIONS DU RG AMF ET DE PUBLICATION D UNE POSITION-RECOMMANDATION PROPOSITION DE MODIFICATIONS DU RG AMF ET DE PUBLICATION D UNE POSITION-RECOMMANDATION pour mettre en œuvre les propositions d un groupe de travail sur les introductions en bourse --- Consultation de l

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

LES ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, DEB et DES. Nos Formations :

LES ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, DEB et DES. Nos Formations : Une parfaite maîtrise de la Déclaration d'echanges de Biens (réglementation), une connaissance et une utilisation efficace des outils préconisés par l Administration, telles sont les conditions pour éviter

Plus en détail

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace Les 5 points clés d une Communication professionnelle efficace Communiquez comme une multinationale avec le budget d une TPE! www.communication-professionnelle.com wwwwww La communication est un volet

Plus en détail

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager EDITORIAL Dans un contexte économique et géopolitique en transition, le Maroc se voit aujourd hui de plus en plus interpellé à relever des challenges tant nationaux qu internationaux avec des exigences

Plus en détail

Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - "Petites Voitures" CYCLE II

Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - Petites Voitures CYCLE II Séquence rédigée de manière provisoire : Document de travail FAIRE ROULER - "Petites Voitures" CYCLE II Point du programme Choisir un outil en fonction de son usage et mener à bien une construction simple.

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH Pourquoi la conduite du changement? L entreprise avant et après le SIH Ensemble des processus de l hôpital Avant SIH Grande communauté de

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

Formation Restauration Tourisme

Formation Restauration Tourisme CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Restauration Tourisme Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES

L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Action : PERFORMANCE TECHNOLOGIQUE PLASTURGIE Document Technique N 1 Octobre 2010 L ECO CONCEPTION 1 L ECO-CONCEPTION DANS LES PME ET PMI ENJEUX, OPPORTUNITES ET PRIORITES Développement durable et éco-conception

Plus en détail

TYPE DE DOCUMENT ATEC ITS 2015 HEURE D ARRIVÉE EN TEMPS RÉEL : RÉACTIVITÉ ET PRODUCTIVITÉ

TYPE DE DOCUMENT ATEC ITS 2015 HEURE D ARRIVÉE EN TEMPS RÉEL : RÉACTIVITÉ ET PRODUCTIVITÉ TYPE DE DOCUMENT ATEC ITS 2015 HEURE D ARRIVÉE EN TEMPS RÉEL : RÉACTIVITÉ ET PRODUCTIVITÉ Cergy, le 12 décembre 2014 Information Conférence PTV GROUP LOGISTICS FRANCE / ATEC ITS 2015 Information Titre

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Management Industriel et Logistique

Management Industriel et Logistique Plan : Introduction (Historique du secteur industriel). I-La fonction Industrielle et Logistique dans l entreprise et concepts fondamentaux. II- La gestion de la capacité. II- La gestion des flux. III-

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous.

Relevez les expressions de temps et employez-les en parlant de vous. 1 Sarah 1 Une jeune femme va vous parler de son travail. Lisez les questions suivantes, ensuite, écoutez l enregistrement et répondez en quatre mots au maximum. 1 Où est-ce que la jeune femme travaille?

Plus en détail

LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT

LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT 1 I Introduction LES CONTRATS DE RECHERCHE ET DE DÉVELOPPEMENT Par Monsieur le Professeur Dr. Thomas Pfeiffer, Heidelberg Le contrat de vente constitue le modèle du droit des contrats. Cela était déjà

Plus en détail

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM

S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM CHAPITRE 8 l S associer à un fournisseur de services pour la gestion de la rémunération globale Terry Lister Services-conseils en affaires, IBM évolution des attentes ne cesse de pousser les entreprises

Plus en détail

Nous sommes fiers de votre attention. Vérins de sécurité... 3 Vérins de sécurité à verrouillage mécanique... 4 Ressorts hydrauliques...

Nous sommes fiers de votre attention. Vérins de sécurité... 3 Vérins de sécurité à verrouillage mécanique... 4 Ressorts hydrauliques... D a n s l e s a i r s, s u r t e r r e e t s u r t o u s l e s o c é a n s. L a p a s s i o n n o u s a n i m e. L a p a s s i o n v o u s s u r p r e n d r a! S appuyant sur 50 années d expérience dans

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

Démarche Compétences - JY LE ROUX

Démarche Compétences - JY LE ROUX 1 Pratiques RH Pratiques de Présélection Résultat chez les employés Résultat dans l entreprise Avantage compétitif Planification Analyse de poste Pratiques de Sélection Recrutement Sélection Pratiques

Plus en détail

L automobile a besoin de «marketeurs» évolués.

L automobile a besoin de «marketeurs» évolués. Accueil À propos Contact Catégorie Flux RSS Rechercher... Search L automobile a besoin de «marketeurs» évolués. Actualités, Information, Web Marketing Eric Saint-Frison 25 octobre 2011 à 9 h 32 min L article

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR

DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR DOSSIER D INSCRIPTION DECIDEUR A renvoyer à Claire MICHAUD, Directeur de s, tél. :+ 33 1 53 10 79 44/ fax : + 33 1 53 10 79 40, cmichaud@arcaneo-group.com Les éléments contenus dans votre dossier seront

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION

FORMATION EXIGENCE PÉDAGOGIE CONCERTATION FORMATION EXIGENCE CONCERTATION PÉDAGOGIE La formation professionnelle, la qualité relationnelle Qui sommes-nous? Notre objectif? Spécialiste de la gestion de la valorisation client, EL Quorum développe

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail