Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy"

Transcription

1 Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy

2 Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant Banalisation des prescriptions Mauvais usage: Emergence des résistances Perte efficacité des molécules

3 Introduction Antibiotiques: Arsenal thérapeutique important Très large: nombreuses classes Efficacité Sensibilité germe Résistance naturelle ou acquise Inefficacité sur virus, champignons

4 Introduction Antibioprophylaxie Antibiothérapie curative - Antibiothérapie probabiliste - Antibiothérapie adaptée Bonne prescription antibiotique : Nécessité: précis et germes suspectés

5 Quelques questions à se poser Faut il prescrire un antibiotique? Faut il faire un prélèvement préalable? Quel antibiotique utiliser? Faut il faire une association? Comment prescrire? Recours à la chirurgie?

6 Faut -il prescrire un antibiotique? Indication AB: infections bactériennes probables point d appel infectieux, foyer clinique Importance: Interrogatoire minutieux Examen physique: recherche foyer et de signes de gravité Fievre n est pas synonyme d infection

7 Faut-il faire un prélèvement préalable? Indispensable quand: Infection sévère (sepsis,endocardite, méningite,) Bactéries variées de sensibilité inconstante Moins indispensable quand clinique facile Prélèvements locaux: ECBU, pus etc Hémocultures Prélèvements à faire avant traitement antibiotique

8 Quel antibiotique utiliser? Choix initial: fonction Diagnostic clinique Malade C est-à-dire : fonction Foyer infectieux Germes suspectés (pari microbiologique) Terrain: allergie, tolérance, tares associées.

9 Faut il faire une association? Infections sévères Infection polymicrobienne non documentée Elargir : spectre d action Effets synergiques Limiter risques d émergence des mutants

10 A ne pas utiliser en monothérapie Aminosides sauf IU à germe sensible Quinolones sauf - IU à germe sensible, infection digestive, - pneumopathie Q anti-neumococciques Rifampicine Fosfomycine Acide fucidique

11 Comment prescrire? Voie d administration: orale, injectable Voie orale: infections peu sévères Voie injectable (IV): infections graves Biodisponibilité molécules? Diffusion au niveau du site infecté? Rythme: fonction demi-vie Durée?

12 Antibiothérapie de première intention selon localisation Angines érythématopultacées Amoxicilline: 6 jours Si allergie: Macrolide Angines récidivantes: C2G ou C3G

13 Antibiothérapie de première intention selon localisation Sinusite aigue otite moyenne aigue Amoxicilline-ac clavulanique Amoxicilline - métronidazole Si allergie: C3G, Pristinamycine Macrolide Antibiotiques locaux non recommandes

14 Antibiothérapie de première intention selon localisation Infection bucco-dentaire: Antibiotiques: Amoxicilline (5 jours) Amoxicilline- acide clavulanique Macrolide + Métronidazole Amoxicilline- métronidazole

15 Antibiothérapie de première intention selon localisation Méningite purulente Amoxicilline ou ceftriaxone Thiamphenicol

16 Antibiothérapie de première intention selon localisation Bronchites Bronchite aigue sujet sain: rien Exacerbation aigue de bronchite chronique: Amoxicilline- ac clavulanique C2G ou C3G Macrolides, ketolide, fluoroquinolones 5 à 7j

17 Antibiothérapie de première intention selon localisation Pneumopathies Sujet plus de 40 ans: amoxicilline 1g x3 10 jours Sujet < 40 ou pneumopathie d allure atypique: macrolide 15 à 21 jours Sujet avec comorbidités ou FDG: amoxicilline-acide clavulanique ou ceftriaxone

18 Antibiothérapie de première intention selon localisation Infections abdominales Amoxicilline + acide clavulanique Cetriaxone /Cefotaxime quinolone + metronidazole Ticarcilline acide clav Piperacilline- Tazo Amikacine ABCES DU FOIE

19 Antibiothérapie de première intention selon localisation Infections urinaires Quinolones/fluoroquinolones Peni A et Cotrimoxazole Résistance élevée Gentamycine, C3G Cystite: quinolones monothérapie Pyelonéphrite aigue: mono ou bi-thérapie

20 Antibiothérapie de première intention selon localisation IST Urétrite aigue: quinolone + doxy (7 jours) Orchi-épididymite : quinolone (10 jours) Salpyngites: amoxi-acide clavulanique + doxycycline Amoxi-acide clavulanique + Quinolone

21 Surveillance du traitement Efficacité: amélioration clinique Echec: -persistance signes généraux et locaux après 48 à 72 h - Apparition nouvelle localisation septique Tolérance??? Observance?

22 CAT en cas d échec Ré- interroger Ré - examiner Changer d antibiotique Réaliser des prélèvements? Obtenir un avis spécialisé? Référer?

23 Erreurs constatées Problème d attitude Prescription d antibiotique devant fièvre sans point d appel, sans examen physique AB devant une virose C3G ou C2G d emblée devant infection banale.

24 Erreurs constatées Erreurs dans choix de l antibiotique Ciprofloxacine : traitement fièvre avec point d appel ou foyer pulmonaire Gentamycine monothérapie devant fièvre sans point d appel Macrolide devant une infection urinaire Metronidazole: infection urinaire

25 Erreurs constatées Erreurs de posologie et de durée: Ampicilline 1g/ jour en IM ou IV (une fois) Amoxicilline en 2 fois par jour: ABprophylaxie > 48 heures Erreurs voie utilisée AB par voie orale devant une infection grave: sepsis, méningite, endocardite AB : voie injectable (infection banale)

26 Bon usage des antibiotiques Surveillance et détection résistances bactériennes Création comité des anti-infectieux Création CLIN Recommandations nationales Protocoles écrits Plan national pour préserver efficacité AB.

27 Conclusion Indication: infections bactériennes Choix molécule +++ Localisation et pari microbiologique Respect posologie et rythme d administration +++ Respect de la durée totale Évaluation: au bout de heures

28 Conclusion Bon usage: une démarche clinique individuelle de qualité amélioration des prescriptions Formation initiale, FMC Surveillance résistance Recommandations collectives protocoles écrits) Problème de l automédication Vente sauvage de médicaments

29 Merci de votre aimable attention! Attention: 1- Les antibiotiques ne sont systematiques 2- Fievre n est pas synonyme d antibiotique 3- Un antibiotique n est pas un anxiolytique

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Cas clinique infection ORL

Cas clinique infection ORL Cas clinique infection ORL... 1 Infections ORL... 2 Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA)... 2 Otite moyenne purulente... 3 Sinusites purulentes... 4 Cas cliniques bronchites... 4 Bronchites

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE

MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE MECANISMES D ACTION DES ATB BACTERIE I CLASSIFICATION En fonction du mode d action des antibiotiques».inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne».inhibition de la synthèse ou du fonctionnement des

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014

du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne édition 2014 du chu de Clermont-ferrand et des établissements de santé de la région auvergne 1 édition 2014 Introduction Qu ils soient utilisés pour le traitement des infections ou leur prophylaxie, les antibiotiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de cinq ans par arrêté du 18 janvier 2000 (JO du 26 janvier 2000) ZITHROMAX MONODOSE 250 mg,

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

COLLOQUE 14 11 2013 Encouragement à la juste prescription en médecine humaine: profils de prescription des médecins - la convention médicale

COLLOQUE 14 11 2013 Encouragement à la juste prescription en médecine humaine: profils de prescription des médecins - la convention médicale COLLOQUE 14 11 2013 Encouragement à la juste prescription en médecine humaine: profils de prescription des médecins - la convention médicale 1 RAPPEL DES ACTIONS ANTIBIOTIQUES portées par l Assurance Maladie

Plus en détail

Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques

Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques Item 173 : Prescription et surveillance des antibiotiques Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Pour mieux comprendre... 1 2 Enjeux d'une utilisation des antibiotiques non conforme

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

EN URGENCE CHEZ L ADULTE

EN URGENCE CHEZ L ADULTE GROUPE HOSPITALIER COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL LA ROCHE-GUYON COMITÉ LOCAL DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2002, L ANTIBIOGUIDE EN URGENCE CHEZ L ADULTE PHOTO A VENIR ELABORATION DU CLLIN,

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

Les infections urinaires

Les infections urinaires Les infections urinaires Dr S. CHADAPAUD CH de Hyères Schémas de l'arbre urinaire L'arbre urinaire féminin L'arbre urinaire masculin 1 1 à 2 % des motifs de consultations d un généraliste Variation selon

Plus en détail

Infections sur matériel d assistance circulatoire

Infections sur matériel d assistance circulatoire Symposium Novartis Pharma «De battre mon cœur s est infecté!» 14 JNI - 12 juin 2013 Clermont Ferrand Infections sur matériel d assistance circulatoire Dr Philippe GAUDARD DAR Arnaud de Villeneuve Pôle

Plus en détail

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE

PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE PROTOCOLE D ANTIBIOTHERAPIE HEBERGEMENT SEPTIQUE CLINIQUE D ORTHOPEDIE- TRAUMATOLOGIE CHRU LILLE Plan 1) règles générales de l antibiothérapie dans le domaine des infections ostéo- articulaires a- prélèvements

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades

Antibiothérapie en chirurgie dentaire. Principes généraux. Profil des malades Antibiothérapie en chirurgie dentaire Principes généraux Profil des malades Sujets considérés comme sains Cardiopathies sans risque d endocardite infectieuse Risque A (sujets à risque d infection locale

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR?

Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? Existe t il des effets pervers à l identification du portage de BMR? J P Bedos, Réanimation, Hôpital Mignot Journée Antibio Résistance et Infections, 5 décembre 2013 Effets pervers des Conflits d intérêt

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants

UE6 N 157. Infections urinaires de l adulte. 1 Bases pour comprendre. 1. Définitions. Points importants UE6 N 157 Infections urinaires de l adulte Les infections urinaires (IU) de l enfant ne sont pas traitées ici. Seules les infections urinaires communautaires sont traitées ici. Pour les IU liées aux soins,

Plus en détail

Christian Chidiac 1 pour le Groupe de Travail de la SPILF

Christian Chidiac 1 pour le Groupe de Travail de la SPILF Mise au point sur le bon usage des fluoroquinolones administrées par voie systémique chez l adulte (ciprofloxacine, lévofloxacine, moxifloxacine, norfloxacine, ofloxacine, péfloxacine). Focus on the good

Plus en détail

ETUDE DE LA PRESCRIPTION ET DE LA CONSOMMATION DES ANTIBIOTIQUES EN AMBULATOIRE

ETUDE DE LA PRESCRIPTION ET DE LA CONSOMMATION DES ANTIBIOTIQUES EN AMBULATOIRE ETUDE DE LA PRESCRIPTION ET DE LA CONSOMMATION DES ANTIBIOTIQUES EN AMBULATOIRE Agence du médicament - Direction des Etudes et de l Information Pharmaco-Economiques 1 Ce travail a été réalisé avec la collaboration

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

Les infections urinaires bactériennes

Les infections urinaires bactériennes Mise au point Les infections urinaires bactériennes N. Faucher, T. Cudennec Hôpital Sainte Périne, Paris Les infections urinaires sont les infections bactériennes les plus fréquemment rencontrées chez

Plus en détail

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4

4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 4ème enquête sur la prescription des Antibiotiques SPA 2012 ou SPA-4 A l'occasion de la Journée Européenne sur les Antibiotiques (European Awareness Day) du 18 novembre 2012, et pour la quatrième année

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux L3-UE9 Agents infectieux - Hôte C Leport Lundi 21/01/2013 16h30-17h30 Ronéotypeur : Quentin Gautier Ronéolectrice : Karen Bitton UE9 Agent infectieux Hôte Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent

Plus en détail

Infections urinaires (ITU)

Infections urinaires (ITU) Infections urinaires (ITU) Plan Considérations générales Bactériurie asymptomatique Infections urinaires chez la femme Non compliquées Compliquées Infections urinaires récidivantes Infections urinaires

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Infections urinaires. de l adulte. Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections urinaires de l adulte Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Introduction Un guide pour développer une stratégie régionale de maîtrise médicalisée de l usage des antibiotiques Le présent

Plus en détail

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012

Association marocaine de prévention bucco-dentaire. 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire. 5-6-7 avril 2012 Association marocaine de prévention bucco-dentaire 2 ème congrès international de prévention bucco-dentaire 5-6-7 avril 2012 Auteur: Dr. L. HARFOUCHE Prise en charge des patients porteurs de prothèse articulaire

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT CHAPITRE 21 Item 157 INFECTIONS URINAIRES DE L ADULTE ET DE L ENFANT UE Ê 6. Maladies transmissibles - Risques sanitaires - Santé au travail N 157. Infections urinaires de l enfant et de l adulte. OBJECTIFS

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE

ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE ETUDE BACTERIOLOGIQUE DES INFECTIONS URINAIRES A BAMAKO : ORIENTATION PRATIQUE G.H. SOULA*, E. PICHARD**, G.G. SOULA***, A. KODIO* RESUME A partir de l'examen cytobactériologique de 2 000 prélèvements

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 144 - Octobre 2014 SOMMAIRE 1) La gale 1-1 Transmission/contagiosité 2) Quizz 1-2 Diagnostic et symptômes 1-3 Traitements et conseils de prise en charge 2-1 Quizz d octobre 2014

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR

TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR ORDONNANCE COLLECTIVE Nº 02 TRAITEMENT DE LA DIARRHÉE DU VOYAGEUR en vigueur à la clinique Priva Santé La révision du contenu de la présente ordonnance est sous la responsabilité de : Dominique Landry

Plus en détail

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine

Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Mise au point mars 2011 MAP Mise au point sur le bon usage des aminosides administrés par voie injectable : gentamicine, tobramycine, nétilmicine, amikacine Sommaire ~ ~ ~ ~ ~ ~ d un traitement par aminosides

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Item 86 : Infections bronchopulmonaires. l'enfant et de l'adulte

Item 86 : Infections bronchopulmonaires. l'enfant et de l'adulte Item 86 : Infections bronchopulmonaires du nourrisson, de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Bronchiolite du nourrisson...1 1. 1 Diagnostiquer une broncholite

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

IADE IATROCONAZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE IDENTIFICATION ANTIFONGIGRAMME ANTIVIROGRAMME BIOLOGIE MOLECULAIRE SEROTYPIE IDMIN IDR IMAGERIE

IADE IATROCONAZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE IDENTIFICATION ANTIFONGIGRAMME ANTIVIROGRAMME BIOLOGIE MOLECULAIRE SEROTYPIE IDMIN IDR IMAGERIE I IADE ANESTHESISTE IATROCONAZOLE AZOLE IBODE ICALIN ICATB ICSHA IDE DE BLOC OPERATOIRE INDICATEUR INDICATEUR INDICATEUR IDENTIFICATION ANALYSE MICROBIOLOGIQUE PRELEVEMENT ANTIBIOTYPIE ANTIFONGIGRAMME

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN PRATIQUE BUCCO-DENTAIRE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, Juillet 2011 1 Principaux messages

Plus en détail

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s

Les s a n a ti t b i i b o i ti t q i ue u s Les antibiotiques Définition d un antibiotique Substances capables d inhiber spécifiquement la la croissance de de micro-organismes ou ou de de les les détruire Substances chimiques, produites par par

Plus en détail

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES H. GEORGES SERVICE DE REANIMATION. CH TOURCOING Introduction Mortalité à la phase aigue : 20 % exigence dans le choix

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne

INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE. Accidentologie et épidémiologie bactérienne INFECTIONS POST- TRAUMATIQUES SUR MATÉRIEL D'OSTÉOSYNTHÈSE Accidentologie et épidémiologie bactérienne SOMMAIRE Accidentologie Qualité de vie Conséquences médico-économiques Particularités épidémiologiques

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010

Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Rapport d activités du C.N.R. Haemophilus influenzae 2009-2010 Olivier Gaillot Institut de Microbiologie Centre de Biologie Pathologie CHU de Lille Boulevard du Professeur Leclercq 59037 Lille CEDEX tél.

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

ARRÊT DE TRAVAIL. Grippe saisonnière. Nov. 2010. Document ayant fait l objet d un avis de la HAS

ARRÊT DE TRAVAIL. Grippe saisonnière. Nov. 2010. Document ayant fait l objet d un avis de la HAS Grippe saisonnière Document ayant fait l objet d un avis de la HAS Pr vs aider dans votre prescription d arrêt de travail et faciliter le dialogue avec votre patient, des durées de référence vs sont proposées.

Plus en détail

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants

Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement résistants 2 ème Congrès National des Centres de référence des Infections Ostéo-articulaires Complexes Lille, 3-4 SEPTEMBRE 2015 Traitement des infections ostéo-articulaires (IOA) à bacilles Gram négatif hautement

Plus en détail

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES Docteur Romain Guldmann, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital de Hautepierre OBJECTIFS Savoir poser le diagnostic de rhino-sinusite chronique et connaître

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ANTIBIOVILLE : UNE AIDE A LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE

LE RÉFÉRENTIEL ANTIBIOVILLE : UNE AIDE A LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE LE RÉFÉRENTIEL ANTIBIOVILLE : UNE AIDE A LA PRESCRIPTION ANTIBIOTIQUE Vous avez sous les yeux la version de janvier 2015 d AntibioVille. Il ne s agit pas d un traité d infectiologie mais de fiches pratiques

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Déficits immunitaires primitifs Primary Immunodeficiency Groupe de pathologies génétiques, caractérisées par une

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU

BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU JENCK Sophie Lyon BETA LACTAMASE À SPECTRE ETENDU DEFINITION Hydrolyse du pont amide du cycle Blactame Résistance le plus souvent d origine plasmidique à : - toutes les pénicillines - céphalosporines de

Plus en détail

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA)

Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Staphylocoques dorés communautaires résistant à la méticilline (CA-MRSA) Recommandations destinées aux médecins du Canton de Genève Mise à jour, septembre 2010 Elaborées par le groupe de travail cantonal

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 82 : Grippe Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grippe... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique : forme typique de grippe saisonnière

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile Fièvre aiguë de l enfant (et de l adulte : non traité) Critères de gravité d un syndrome infectieux Auteurs : J. Gaudelus, M.Voisin Objectifs : Objectifs terminaux Diagnostiquer une fièvre aiguë chez l

Plus en détail

Guide de Bon Usage des Antibiotiques. EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais

Guide de Bon Usage des Antibiotiques. EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais Guide de Bon Usage des Antibiotiques EPSM Charcot de Caudan Centre hospitalier Port-Louis / Riantec Hôpital local Yves Lanco de Le Palais Révision décembre 2010 Sommaire 1) Les membres de la commission

Plus en détail

Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte

Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte Le Guide des ANTI-INFECTIEUX chez l adulte 2011 Commission des Antibiotiques ommaire Introduction...p 3 Quelques conseils...p 4 Indications d une association d antibiotiques...p 5 Point sur les aminosides...p

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques!

Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! Brochure d information En utilisant mal une ressource, elle devient inefficace! Rhume ou grippe? Pas d antibiotiques! z6creation.net Une initiative européenne en matière de santé. Rhume ou grippe? Pas

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire

Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire RECOMMANDATIONS Prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire Recommandations juillet 2011 Sommaire Introduction 2 Notion de patient à risque d infection 4 Information et éducation du patient

Plus en détail

Table des matières Infections du système nerveux central... 7 Infections ORL... 12 Pneumonies communautaires... 14 Pneumonies nosocomiales...

Table des matières Infections du système nerveux central... 7 Infections ORL... 12 Pneumonies communautaires... 14 Pneumonies nosocomiales... Table des matières 1. Infections du système nerveux central... 7 2. Infections ORL... 12 3. Pneumonies communautaires... 14 4. Pneumonies nosocomiales... 16 5. Exacerbations de BPCO... 18 6. Infections

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Pourquoi une politique antibiotique? Contenir et diminuer l'émergence de résistance

Pourquoi une politique antibiotique? Contenir et diminuer l'émergence de résistance Gestion de l'antibiothérapie: Expérience belge et Rôle du pharmacien Paul M. Tulkens, MD, PhD Françoise Van Bambeke, PharmD, PhD Patrick De Mol, MD, PhD Louvain Drug Research Institute, Université catholique

Plus en détail