Cas clinique infection ORL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas clinique infection ORL"

Transcription

1 Cas clinique infection ORL... 1 Infections ORL... 2 Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA)... 2 Otite moyenne purulente... 3 Sinusites purulentes... 4 Cas cliniques bronchites... 4 Bronchites et exacerbations de bronchites chroniques... 5 Bronchite aiguë de l'adulte sain... 5 Exacerbations de bronchite chronique obstructive (BPCO)... 6 Cas cliniques pneumonies... 7 Pneumonies communautaires de l'adulte... 9 Pour l'adulte sans facteur de risque de mortalité Pour l'adulte de plus de 65 ans et/ou avec comorbidité Infections respiratoires basses de l'enfant sans facteur de risque Bronchiolites aiguës Bronchites aiguës Pneumonie aiguë communautaire Cas Cliniques Infections urinaires Infections Urinaires (IU) de l'adulte et de l'enfant Pour l'adulte en dehors de la grossesse : Pour la femme enceinte : Pour l'enfant et le nourrisson Cas clinique infection cutanée Infections cutanées Érysipèle Impétigo primitif et secondaire (dermatoses ou plaies surinfectées) Acné Cas clinique infection ORL 1) Monsieur A, âgé de 30 ans, sans antécédent particulier, consulte pour un mal de gorge fébrile. A l'examen, il a une inflammation érythémato-pultacée de l amygdale droite avec des adénopathies cervicales. Le test de dépistage rapide est positif pour le Streptocoque du groupe A. Vous traitez ce patient pour son angine. Quelle antibiothérapie prescrivez-vous? amoxicilline (Amodex, Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor) azithromycine (Zithromax) ; cefpodoxime (Orelox) ; céfuroxime (Cépazine, Zinnat) ; clarithromycine (Zeclar) ; pénicilline V(Oracilline) ; pristinamycine (Pyostacine) ; autre ; pas d'antibiotique; ne sais pas. 1) Amoxicilline 1g x 2 par jour pendant 6 jours. Le test de diagnostic rapide est recommandé chez tout patient (enfants à partir de 3 ans) présentant des signes cliniques évocateurs; 2) L enfant O âgé de 6 ans a de la fièvre (38 9) depuis 3 jours et se plaint d une douleur de l oreille gauche. Son œil gauche présente une conjonctivite purulente, le tympan gauche est déformé, inflammatoire. Il a eu une réaction allergique à la pénicilline dans ses antécédents.

2 Vous traitez cet enfant pour son otite moyenne aigüe. Quelle antibiothérapie prescrivez-vous? amoxicilline (Amodex, Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin,Ciblor); azithromycine (Zithromax) ; céfixime (Oroken) ; cefpodoxime (Orelox) ; céfuroxime (Cépazine, Zinnat); clarithromycine (Zeclar); ofloxacine (Oflocet auriculaire); autre ; pas d'antibiotique ; ne sais pas. 2) Cefpodoxime proxétil (Orelox) 8 mg/kg/j en 2 prises pendant 5 jours. L'allergie à la pénicilline empêche l'utilisation de l'association amoxicilline-acide clavulanique de plus le tableau clinique évocateur d'une infection à Haemophilus influenzae indique en première intention une céphalosporine de 3ème génération. Les gouttes auriculaires avec antibiotique ne concernent que l'otite externe. Le vaccin H.influenzae de type b a été développé pour prévenir exclusivement les infections invasives à H. influenzae de type b. Or, les souches responsables d otites moyennes aiguës sont pratiquement toujours non capsulées (moins de 1% des souches sont de type b dans les OMA). Ainsi, le vaccin n a pas d impact sur les otites à Hæmophilus. 3) Madame S, âgée de 27 ans, consulte pour un écoulement nasal purulent unilatéral suite à une rhinite et une fièvre à 38 7 depuis 3 jours. Elle soufre de douleurs pulsatiles sous orbitaire gauche non soulagées par le paracétamol. La palpation du sinus maxillaire gauche est douloureuse et l état dentaire est bon. Vous traitez cette patiente pour une sinusite maxillaire aigüe. Quelle antibiothérapie prescrivez-vous? amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor) ; cefpodoxime (Orelox) ; céfuroxime (Cépazine, Zinnat); lévofloxacine (Tavanic); pristinamycine(pyostacine) télithromycine (Ketek) ; autre; pas d'antibiotique ; ne sais pas. 3) Amoxicilline-acide clavulanique 2 g/j en 2 prises pendant 7 à 10 jours. Ou une C2G (céfuroxime axétil) ou une C3G (cefpodoxime, céfotiam) pendant 5 jours. Ou en cas de contre indication aux bêta-lactamines : pristinamycine (4 jours) ou télithromycine (5 jours). Les fluoroquinolones actives sur le pneumocoque sont réservées aux échecs thérapeutiques ou aux sinusites les plus sévères et susceptibles de complications graves (autres localisations). Infections ORL (Source : AFSSAPS, Octobre 2005) Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA) On traite suite à un test de diagnostic rapide positif sur une suspicion clinique (enfants > 3ans).

3 - adulte : amoxicilline 2 g/j en deux prises, pendant 6 jours; - enfant (>30 mois): amoxicilline 50 mg/kg/j en 2 prises, pendant 6 jours.. Si allergie à la pénicilline (sans contre-indication aux céphalosporines rappelons que les réactions croisées s observent dans 10 à 15 % des cas) : - céfuroxime-axétil (Zinnat): - adulte 500 mg/j en 2 prises, pendant 4 jours, - enfant 30 mg/kg/j en 2 prises, pendant 4 jours. Ou cefpodoxime proxétil (Orelox) ou céfotiam héxétil (Taketiam), pendant 5 jours.. Si contre indication aux bêta-lactamines Après un prélèvement bactériologique (avec culture et antibiogramme) pour vérifier la sensibilité du SGA. Un macrolide (josamycine 5 jours ou clarithromycine 5 jours ou azithromycine 3 jours) ou la télithromycine (Ketek) 5 jours (enfants >12 ans) On peut également utiliser la pristinamycine(pyostacine) pendant au moins 8 jours (enfants > 6 ans) Réexaminer le patient en cas de persistance des symptômes après trois jours de traitement. Otite moyenne purulente Ces recommandations concernent l'enfant de plus de 3 mois immunocompétent. Indication de l'antibiothérapie :. Avant 2 ans, devant une OMA purulente d'emblée;. Après 2 ans, si signes cliniques modérés, traitement symptomatique avec réévaluation de à h. Si symptômes bruyants, antibiothérapie. Première intention (traiter le pneumocoque, l haemophilus et B. catarrhalis):. amoxicilline-acide clavulanique per os à 80 mg/kg/j (d'amoxicilline);. ou céfuroxime axétil (Cépazine, Zinnat) per os 30 mg/kg/j en deux prises (enfant >6 ans).. ou cefpodoxime proxétil (Orelox) per os 8 mg/kg/j en 2 prises (en 1er choix si syndrome otite-conjonctivite évoquant une infection à Haemophilus Influenza);.Si allergie à la pénicilline : céfuroxime et cefpodoxime en 1ère intention..si contre indication aux bêta lactamines : - avant l'âge de 6 ans : érythromycine-sulfafurazole 30 à 50 mg/kg/j (risque important d'échec thérapeutique sur pneumocoque du fait des résistances); - après 6 ans : pristinamycine 50 mg/kg/j en 2 ou 3 prises. La durée du traitement est de 8 à 10 jours avant 2 ans et de 5 à 7 jours après. En cas d'échec du traitement, paracentèse pour prélèvement bactériologique et adaptation de l'antibiothérapie en fonction du germe.

4 Chez l'adulte (cas rares) mêmes molécules pour une durée de 7 à 10 jours. Sinusites purulentes Pour l'adulte Localisation la plus fréquente : maxillaire (origine dentaire à évoquer). Les autres localisations donnent plus souvent lieu à des complications. Hospitalisation en cas de signes cliniques faisant suspecter une sinusite compliquée : Syndrome méningé, exophtalmie, trouble de la mobilité oculaire, douleurs insomniantes, œdème palpébral. Sinusite maxillaire aigue purulente : amoxicilline acide clavulanique, pendant 7 à 10 jours; ou une céphalosporine orale de 2ème génération (céfuroxime-axétil) ou certaines de 3ème génération (cefpodoxime-proxétil, céfotiam-héxétil) pendant 5 jours; ou, notamment en cas de contre indication aux bêta-lactamines, la pristinamycine pendant 4 jours ou la télithromycine pendant 5 jours. les fluoroquinolones actives sur le pneumocoque (lévofloxacine, moxifloxacine) doivent êtres réservées aux échecs d'une première antibiothérapie ou localisations potentiellement graves (sinusite frontale, ethmoïdale, sphénoïdale, pansinusite). Pour l'enfant La sinusite maxillaire est la forme la plus fréquente. L'ethmoïdite extériorisé aiguë (enfants de 6 mois à 5 ans) et l'infection purulente du sinus sphénoïdal (grand enfants) doivent conduire à l hospitalisation en urgence pour une antibiothérapie parentérale. Antibiothérapie : Dans les formes subaiguës une surveillance sous traitement symptomatique est licite chez l'enfant sans facteur de risque avec réévaluation après 3 à 4 jours. Facteurs de risque (asthme, cardiopathie, drépanocytose...) Pour les sinusites maxillaires (enfant de plus de 3 ans) et la sinusite frontale (enfant > 10 ans) : amoxicilline-acide clavulanique à 80 mg/kg/j per os en trois prises (sans dépasser 3 g/j) pendant 7 à10 jours; ou cefpodoxime-proxétil à 8 mg/kg/j en 2 prises pendant 7 à 10 jours; ou pristinamycine à 50 mg/kg/j en 2 prises pendant 7 à 10 jours notamment en cas de contre-indication aux bêta-lactamines. Cas cliniques bronchites 1) Un homme de 36 ans consulte pour une toux qui a débuté il y a 7 jours avec des expectorations muco-purulentes. Il n'a pas d'antécédent en dehors d'un tabagisme à 10 PA. Il n'est pas tachycarde, sa fréquence respiratoire est à 20/min et sa température à 37,8 C. L'auscultation est sans particularité. Vous traitez ce patient pour une bronchite aigüe.

5 Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? amoxicilline (Amodex, Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor); ceftriaxone (Rocéphine); ciprofloxacine (Ciflox); clarithromycine (Zeclar) ; lévofloxacine (Tavanic); pristinamycine (Pyostacine); télithromycine (Ketek); autre; pas d antibiotique; ne sais pas. 1) Aucun antibiotique L intérêt de l antibiothérapie dans la bronchite aiguë n est pas démontré, ni sur l évolution de la maladie ni sur la survenue de complications. La démonstration qu un traitement antibiotique prévienne les surinfections n est pas apportée. Aussi l abstention de toute prescription antibiotique en cas de bronchite aiguë de l adulte sain est la règle. 2) Un homme de 52 ans consulte pour une dyspnée et une augmentation de ses expectorations qui sont franchement purulentes. Ce patient a une BPCO connue de stade II avec également une hypertension artérielle connue et un épisode de pneumonie il y a deux ans. Un épisode d'exacerbation similaire avait été traité par moxifloxacine il y a deux mois. Il est apyrétique mais aurait eu 38,5 C la veille, TA à 15/95 et FR à 20. Vous traitez ce patient pour une exacerbation de sa bronchite chronique. Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? amoxicilline (Amodex, Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor) cefpodoxime (Orelox); ceftriaxone (Rocéphine); céfuroxime (Zinnat); ciprofloxacine (Ciflox); clarithromycine (Zeclar); josamycine (Josacine); lévofloxacine (Tavanic); moxifloxacine (Izilox); pristinamycine (Pyostacine); télithromycine (Ketek); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 2). amoxicilline-acide clavulanique (3 g/j amoxicilline), ou. céphalosporine de deuxième génération : céfuroxime-axétil, ou. céphalosporines de troisième génération : cefpodoxime-proxétil, céfotiam-hexétil, ceftriaxone par voie parentérale limitée à certaines situations dont des difficultés d'administration par voie orale. Il s'agit d'une BPCO de stade II avec facteurs de risque associé on élargie donc le spectre de l'antibiothérapie. Ces patients constituant un réservoir privilégié pour l'émergence de résistances, une rotation des familles d'antibiotiques (bêta-lactamines/fluoroquinolones anti-pneumococciques) est souhaitable (attitude actuellement non validée par des études scientifiques). Bronchites et exacerbations de bronchites chroniques (Source : AFSSAPS Octobre 2005) Bronchite aiguë de l'adulte sain (Pas de pathologie concomitante et âge<65 ans)

6 L abstention de toute prescription antibiotique en cas de bronchite aiguë de l adulte sain est la règle. Une fièvre > 38,5 C persistante au delà de 3 jours doit faire reconsidérer le diagnostic. Une toux persistant plus de trois semaines doit faire évoquer la coqueluche. Exacerbations de bronchite chronique obstructive (BPCO) (La moitié des exacerbations est d'origine infectieuse dont 50% virale et 50% bactérienne) Diagnostic de la BPCO et son stade : Définition: toux et expectoration pendant au moins 3 mois par an et 2 années consécutives. EFR indispensables pour caractériser le stade de sévérité. Stade 0 : VEMS/CV 70% toux et expectorations chroniques présentes par définition (Pas de dyspnée d'effort) Stade I, II, III : VEMS/CV < 70% Stade I : BPCO peu sévère VEMS > ou = 80% (pas de dyspnée d'effort) Stade II : BPCO moyennement sévère VEMS entre 30 et 80% (dyspnée d'effort) Stade III : BPCO sévère VEMS < 30% ou VEMS < 50% en présence d'insuffisance respiratoire chronique (PaO2 < 60 mm Hg = 8 k Pa) (Dyspnée au moindre effort ou dyspnée de repos) Dans la classification GOLD 2008 il existe 4 stades avec une subdivision du stade II en : Stade II : modéré VEMS/CV < 70% et 50% VEMS < 80% (dyspnée d effort) Stade III : sévère VEMS/CV < 70% et 30% VEMS < 50% (+ exacerbations plus fréquentes, diminution de la capacité à l exercice, impact sur la qualité de vie) Pas de stade 0 qui n est pas une BPCO. Diagnostic de l'exacerbation Augmentation des symptômes respiratoires d'une BPCO préexistante. Éliminer les causes non infectieuses : Embolie pulmonaire, insuffisance cardiaque gauche, arythmie, pneumothorax, cancer, bronchospasme, RGO, allergie, médicaments, condition climatique, épaississement des sécrétions, irritant bronchique, tabac,... Arguments pour une étiologie bactérienne : ( Triade d Anthoniansen) 1) - du volume de l expectoration 2) - de la purulence de l expectoration 3) - de la dyspnée.> 2 critères : origine bactérienne probable. augmentation du volume d'expectoration et/ou de la dyspnée avec en plus une franche purulence des crachats. La persistance d'une fièvre au 4ème jour ou une fièvre élevée>39 C, mais elle est

7 inconstante. Au contraire des signes ORL associés orientent vers une infection virale. Radiographie thoracique : non systématique, indiquée si suspicion de pneumonie L'ECBC est réservé aux échecs thérapeutiques ou aux BPCO sévères ou traitements itératifs (risque de germes multi résistants) Traitement selon le stade de sévérité de la BPCO Stade 0 : antibiothérapie non recommandée en première intention. Stade I et II sans facteur de risque associé :. amoxicilline 3 g/j pendant 7 à 10 jours ou. macrolide pendant 7 à 10 jours (sauf clarithromycine LP 1000 mg/j 5 jours) ou. pristinamycine pendant 4 jours ou. télithromycine pendant 5 jours Stade III ou I et II avec facteur de risque associé (exacerbations fréquentes (>= 4 par an), corticothérapie générale au long cours, comorbidités, antécédents de pneumonie) : Bêta-lactamines :. amoxicilline-acide clavulanique (3 g/j amoxicilline), pendant 7 à 10 jours ou. céphalosporine de deuxième génération : céfuroxime-axétil, pendant 7 à 10 jours ou. céphalosporine de troisième génération orale : cefpodoxime-proxétil, céfotiam-hexétil, pendant 7 à 10 jours,. ceftriaxone par voie parentérale pendant 5 jours limitée à certaines situations dont des difficultés d'administration par voie orale (avis spécialisé). Ou fluoroquinolone antipneumococcique :. moxifloxacine, pendant 5 jours ou. lévofloxacine. Autres mesures thérapeutiques arrêt du tabac bronchodilatateur en aérosol-doseur en cas d'obstruction bronchique franche courte (< 7 jours) corticothérapie par voie générale au cas par cas kinésithérapie respiratoire en cas d'encombrement contre-indication des antitussifs vaccin antigrippal et anti-pneumococcique Cas cliniques pneumonies 1) Monsieur P., âgé de 40 ans, qui n'a pas d'antécédent en dehors du tabagisme, se présente avec une fièvre à 39 C apparue depuis 2 jours avec frissons, une toux et une douleur thoracique. Sa PA est à 135/85 et sa FR à 24/min à l'auscultation vous percevez des râles localisés à droite. Vous traitez ce patient pour une pneumonie. Quelle est vôtre prescription d'antibiotique?

8 amoxicilline (Amodex, Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique(augmentin, Ciblor); amoxicilline et Clarithromycine; céfotiam (Taketiam); ceftriaxone (Rocéphine); clarithromycine (Naxy, Zeclar) ; kétolide(ketek); moxifloxacine(izilox); ofloxacine(oflocet); pristinamycine (Pyostacine); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 1) La clinique évoque un pneumocoque et puisqu'il s'agit d'un patient sans comorbidité ni facteur de risque de mortalité : Amoxicilline (per os) 3 g/j pendant 7 à 14 jours. 2) Monsieur A., âgé de 50 ans vous consulte car cela fait 6 jours qu'il se sentait de moins en moins bien depuis la fin d'un voyage ou d'autres personnes on présenté des signes de maladie des voies respiratoires. Sa température est 38 5, l'auscultation comporte des râles diffus, PA à 120/80, FR à 26/min. La radiographie thoracique montre des lésions bilatérales non systématisées. Quelle serait alors vôtre prescription initiale? amoxicilline(clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique(ciblor); amoxicilline et roxithromycine; céfotiam(taketiam); ceftriaxone(rocéphine); kétolide(ketek); moxifloxacine(izilox); ofloxacine(oflocet); pristinamycine(pyostacine); roxithromycine(rulid); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 2) On peut évoquer une pneumonie à germe atypique devant ce tableau et traiter par : macrolide (per os) ex.: josamycine 2 g/j pendant 7 à 14 jours. 3) Après trois jours de traitement on réévalue cliniquement ce patient et ne constate pas d'amélioration sans qu'il y ait de complication ou de signe de gravité. La radiographie montre une pneumopathie unilatérale. Par quel antibiotique remplacez-vous vôtre choix initial? amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor); amoxicilline et roxithromycine; céfotiam (Taketiam); ceftriaxone (Rocéphine); kétolide (Ketek); moxifloxacine (Izilox); ofloxacine (Oflocet); pristinamycine (Pyostacine); roxithromycine (Rulid); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 3) On doit modifier le traitement, soit par une monothérapie changeant le spectre d'activité : ex.: Amoxicilline, Soit par une monothérapie au spectre élargi : ex. : télithromycine, pristinamycine, fluoroquinolone. Soit plus rarement par une bithérapie : amoxicilline + macrolide. 4) Si ce même patient A. avait en plus un diabète déséquilibré par l infection. Quel aurait été vôtre traitement à la première consultation?

9 amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Ciblor); amoxicilline et roxithromycine; céfotiam (Taketiam); ceftriaxone (Rocéphine); kétolide (Ketek); moxifloxacine (Izilox); ofloxacine (Oflocet); pristinamycine (Pyostacine); roxithromycine (Rulid); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 4) Le diabète est une comorbidité qui doit faire élargir le spectre de l'antibiothérapie initiale En cas de doute sur l'étiologie on peut également utiliser l'amoxicilline pour couvrir le pneumocoque (germe qui tue!) voir la pristinamycine ou la télithromycine actifs sur les deux étiologies. Et sous conditions les fluoroquinolones antipneumococcique. 5) Une patiente de 67 ans, sportive, consulte pour une fièvre à 38 8, depuis quatre jours accompagnée d'une toux et une atteinte des voix aériennes supérieures. La PA est à 110/ 70 et la FR à 25. Cette patiente vous dit être allergique à l'amoxicilline et a été traité pour une cystite par oflocet il y a deux mois. Quel antibiotique lui prescrivez-vous? amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin, Ciblor); amoxicilline et roxithromycine; céfotiam (Taketiam); ceftriaxone (Rocéphine); kétolide (Ketek); moxifloxacine (Izilox); ofloxacine (Oflocet); pristinamycine (Pyostacine); roxithromycine (Rulid); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 5) Le tableau clinique n'est pas typique, on voudra donc couvrir le pneumocoque du fait de sa potentielle gravité. L'âge de la patiente n'est pas un facteur de risque de mortalité si elle est physiologiquement plus jeune. L'utilisation d'une fluoroquinolone dans un passé récent interdit l'utilisation de cette classe thérapeutique dans ce cas du fait du risque d'apparition de souches résistantes. On propose : La pristinamycine à 3 g/j ou la télithromycine actifs sur les deux étiologies. Si l'âge est pris en compte on utilise la ceftriaxone 1 g/j en IM pendant 7 à 14 jours. Pneumonies communautaires de l'adulte (Source : AFSSAPS, Octobre 2005) Hospitalisation. Si présence d'un signe de gravité : PA systolique < 90 mm Hg; fréquence respiratoire > 30/min; température < 35 C ou 40 C atteinte des fonctions supérieures; complication (épanchement pleural, abcédassion);

10 néoplasie associée (autre que basocellulaire); pneumonie d inhalation ou sur obstacle trachéobronchique connu ou suspecté. Ou s il existe plus d'un facteur de risque de mortalité : âge > 65 ans (physiologique plus que chronologique); maladie cardiaque (insuffisance congestive); cérébrovasculaire (AVC ou AIT); rénale (IRC ou élévation de la créatininémie); hépatique (cirrhose, autre hépatopathie chronique); BPCO; Diabète non équilibré; Immunodépression (corticothérapie par voie générale, chimiothérapie, splénectomie, SIDA...) Drépanocytose homozygote, Antécédent de pneumonie bactérienne, Hospitalisation dans l année, Vie en institution. Pour l'adulte sans facteur de risque de mortalité Si suspicion de pneumocoque (début brusque, fièvre élevée, opacité alvéolaire systématisée ). amoxicilline 3 g/j per os pendant 7 à 14 jours Si suspicion de germe atypique (contexte épidémique ou «situation à risque», début progressif, pour la légionellose allure sévère, signes extra thoraciques ). macrolide per os (sauf azithromycine) ex. : josamycine 2 g/j pendant 7 à 14 jours Si doute entre le pneumocoque et une bactérie atypique. amoxicilline pour couvrir le pneumocoque ou. pristinamycine (3 g/j) ou télithromycine (sauf femme enceinte ou allaitant) actifs sur les deux étiologies. fluoroquinolone active sur le pneumocoque (lévofloxacine (1 g/j) ou moxifloxacine) en cas d'intolérance ou de contre-indication aux antibiotiques précédents (en l'absence de prescription antérieure récente (moins de 3 mois) d'une fluoroquinolone). Pour tous les cas réévaluation systématique à H. En l'absence d'amélioration après heures de traitement bien suivi On procède à une réévaluation clinique et radiologique qui peut mener à : Modifier le traitement Soit, par une nouvelle monothérapie qui change le spectre d'activité initial; Soit, par une nouvelle monothérapie qui élargie le spectre : télithromycine, pristinamycine, fluoroquinolone; Soit, plus rarement, une bithérapie par amoxicilline + macrolide. Hospitaliser En cas d'apparition de signe de gravité, de complication (empyème), d'échec thérapeutique avec aggravation, de suspicion de diagnostic initial erroné (infarctus pulmonaire...) En cas d'absence d'amélioration aux 5-6 ème jours malgré la modification thérapeutique.

11 Pour l'adulte de plus de 65 ans et/ou avec comorbidité. amoxicilline-acide clavulanique per os (3 g/j);. ou céphalosporine de troisième génération injectable : ceftriaxone (1 g/j IM);. ou fluoroquinolone anti-pneumococcique : lévofloxacine ou moxifloxacine (cf. ci-dessus), Pendant 7 à 14 jours. Contrôle de l'efficacité impératif après 48 à 72 heures. Infections respiratoires basses de l'enfant sans facteur de risque (Source : AFSSAPS, Octobre 2005) Les bronchiolites et bronchites sont les plus fréquentes (90% des infections respiratoires basses) et sont avant tout d'origine virale. Les pneumonies sont l'expression d'une atteinte parenchymateuse pour laquelle une origine bactérienne doit être évoquée. Indications de la radiographie thoracique de face : enfant fébrile avec auscultation pulmonaire évocatrice (crépitants, sous-crépitants et/ou tachypnée), en dehors des bronchiolites; fièvre inexpliquée (prolongée ou mal tolérée), en particulier chez le nourrisson; toux fébrile persistante ou accompagnée de tachypnée croissante; pneumonie récidivantes et/ou suspicion de corps étranger inhalé; doute diagnostique entre bronchite et pneumonie. La radiographie thoracique ne doit pas retarder la mise sous antibiotique si l'indication en a été posée. Antibiothérapies :. Bronchiolites aiguës Inutile initialement. L antibiothérapie est discutée au cas par cas si il y a des complications ou pathologies associées (fièvre élevée (>38 5 C) persistante au delà de 3 jours; OMA purulente associée; pneumonie ou atélectasie confirmée à la radio de thorax) L'association amoxicilline-acide clavulanique, le céfuroxime-axétil ou le cefpodoxime-proxétil en première intention.. Bronchites aiguës Abstention d'antibiothérapie recommandée, Une fièvre élevée (> 38,5 C) persistante au-delà de 3 jours d'évolution doit faire rechercher une autre cause ou une complication.. Pneumonie aiguë communautaire (hospitalisation d'emblée pour le nourrisson de moins de 6 mois) Examens biologiques non systématiques; pas d'hémoculture ni d'ecbc.

12 Traitement probabiliste (couvrant le streptococcus pneumoniae) Avant l'âge de 3 ans : (principal germe le pneumocoque) amoxicilline per os, à la posologie de mg/kg/j en 3 prises par jour C3G injectable si allergie à la pénicilline sans contre indication aux céphalosporines. Si contre indication aux bêta-lactamines, hospitalisation pour traitement parentéral. A partir de l'âge de 3 ans : le pneumocoque et les bactéries atypiques (Mycoplasma et chlamydia pneumoniae) prédominent Selon le tableau clinique, En faveur du pneumocoque : une fièvre d'apparition brutale avec altération de l'état général et parfois douleur thoracique et/ou abdominale. Donne souvent une impression clinique de gravité. amoxicilline per os à la posologie de mg/kg/j, en trois prises par jour, jusqu'à l'âge de 10 ans sans dépasser 3 g/j ensuite Évocateur d'une bactérie atypique : un début plus progressif, avec toux pénible et durable, état général conservé, signes extra-respiratoires variés (myalgies, éruption cutanée), surtout après 5 ans. Un macrolide En cas d'allergie avec contre-indication aux bêta-lactamines : la pristinamycine peut être utilisée, à partir de l'âge de 6 ans, dans une forme sans gravité, chez l'enfant sans troubles digestifs (absence de vomissements) ; tous les autres cas doivent être hospitalisés. Dans de rares cas, avant l'âge de 5 ans, seule l'absence de vaccination ou une vaccination incomplète contre Haemophilus influenzae de type b et/ou la coexistence d'une otite moyenne aiguë purulente font proposer l'association amoxicilline-acide clavulanique dosée à 80 mg/kg/j d'amoxicilline. Durée du traitement : pneumonie à pneumocoque 10 jours (bêta-lactamine), pneumonie à bactérie atypique au moins 14 jours (macrolide) Surveillance Pour juger de l'efficacité thérapeutique, le critère principal d'évaluation est la fièvre. L'apyrexie souvent obtenue en moins de 24 heures dans une pneumonie à pneumocoque, peut demander 2 à 4 jours dans les autres étiologies. La toux peut être plus durable. L'évaluation clinique et éventuellement radiologique à heures de traitement est nécessaire à tout âge et plus précocement si une aggravation se manifeste. Une nouvelle radiographie thoracique n'est pas nécessaire si l'évolution clinique est satisfaisante. Cas Cliniques Infections urinaires 1) Une patiente âgée de 30 ans se plaint de brûlures mictionnelles, sa BU au cabinet est positive aux leucocytes et nitrites, elle est apyrétique et ne présente pas de facteur de risque de complication.

13 Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? acide pipémidique (Pipram fort); amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin); ciprofloxacine (Ciflox); énoxacine (Enoxor); fluméquine (Apurone); fosfomycine trométamol (Uridoz); loméfloxacine (Logiflox); nitrofurantoïne (Furadentine); norfloxacine (Noroxine); ofloxacine (Monoflocet); ofloxacine (Oflocet); péfloxacine (Peflacine monodose); sulfaméthoxazole-triméthoprime (Bactrim); autre; pas d'antibiotique; ne sais pas. 1) fosfomycine trométamol (en dose unique) pour préserver la classe des fluoroquinolones. En deuxième intention la nitrofurantoïne (5 jours) ou une fluoroquinolone en dose unique ou pendant 3 jours (péfloxacine exclue). Les quinolones de 1ère génération non plus leur place dans le traitement des IU. En raison du niveau des résistances bactériennes les antibiotiques suivants ne sont plus recommandé pour le traitement probabiliste des cystites : amoxicilline, amoxicilline-acide clavulanique, C1G, C2G, pivmecillinam, sulfaméthoxazole-triméthoprime. 2) Une femme de 55 ans, consulte pour des lombalgies fébriles, sa BU est positive, elle a fait un ECBU(en cours d'analyse) et une échographie des voies urinaires ne montrant pas de lithiase. Sa température est de 38 8, TA à 110/70. Elle n'a pas de facteur de risque de complication ni d'indication à un traitement hospitalier. Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? acide pipémidique (Pipram fort); amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin); céfixime (Oroken); céfotaxime (Claforan); ceftriaxone(rocéphine); ciprofloxacine(ciflox); énoxacine(enoxor); fosfomycine trométamol (Uridoz); lévofloxacine (Tavanic); loméfloxacine (Logiflox); nitrofurantoïne (Furadentine); norfloxacine (Noroxine); ofloxacine (Oflocet); péfloxacine (Peflacine); sulfaméthoxazole-triméthoprime (Bactrim); autre ; pas d'antibiotique; ne sais pas. 2) Une C3G par voie parentérale : ceftriaxone ou céfotaxime pendant 10 à 14 jours ; Ou une fluoroquinolone per os : ciprofloxacine, lévofloxacine ou ofloxacine, ou par voie IV (si la voie orale est impossible une hospitalisation est préférable) pendant 7 jours. La prescription d'une quinolone dans les 6 mois précédents (quel qu'en soit le motif) expose au risque de sélection de souches moins sensibles et constitue une limite à l'utilisation des fluoroquinolones. 3) Un homme de 42 ans, consulte pour une fièvre avec frissons et symptômes urinaires. Sa BU est positive, il a une température à 39 C, une TA à 120/80. Vous lui prescrivez un ECBU et une échographie des voies urinaires par voie sus-pubienne. Il n'a pas de signe de sévérité et pas d'antécédent. Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? acide pipémidique (Pipram fort); amoxicilline(clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin); céfixime (Oroken);

14 ceftriaxone (Rocéphine); ciprofloxacine (Ciflox); doxycycline (Doxy) ; énoxacine (Enoxor); lévofloxacine (Tavanic); loméfloxacine (Logiflox); moxifloxacine (Izilox) ; nitrofurantoïne (Furadentine); norfloxacine (Noroxine); ofloxacine (Oflocet); péfloxacine (Peflacine); pristinamycine (Pyostacine) ; sulfaméthoxazole-triméthoprime (Bactrim); autre ; pas d'antibiotique; ne sais pas. 3) Idem que pour la pyélonéphrite du cas 2 mais avec en général une durée de traitement plus longue de 14 à 21 jours. Une fois l'antibiogramme obtenu on adaptera le traitement, en excluant l'amoxicilline même pour les bactéries sensibles du fait de sa mauvaise diffusion tissulaire. Infections Urinaires (IU) de l'adulte et de l'enfant (Source : AFSSAPS, Juin 2008) Pour l'adulte en dehors de la grossesse : On distingue : les IU simples, c'est à dire sans facteur de risque Des IU dites compliquées qui concernent de complication qui concernent la femme jeune les patients présentant un ou plusieurs facteur de risque et celle de plus de 65 ans sans comorbidité : de complication :.cystite aiguë simple;.pyélonéphrite aiguë simple..cystites compliquées;.pyélonéphrites compliquées;.prostatites. Ces facteurs de risque de complication sont : des anomalies organiques ou fonctionnelles de l'arbre urinaire (résidu vésical, reflux, lithiase, tumeur...) certaines situations pathologiques (diabète, immunodépression, insuffisance rénale...) certains terrains physiologiques (homme, grossesse, sujet âgé avec comorbidité) Colonisation urinaire Aucun traitement antibiotique n'est nécessaire Cystite aiguë simple (BU recommandée) 1ère intention : fosfomycine trométamol en dose unique (3 g) 2ème intention : fluoroquinolone (ciprofloxacine 250mg x 2/j, loméfloxacine...) en dose unique ou pendant 3 jours ou nitrofurantoïne 100 mg x 3/j pendant 5 jours. En cas d'évolution défavorable à 72 h, réévaluation nécessaire avec ECBU et antibiogramme. Cystite compliquée (ECBU systématique après BU d'orientation) 1ère intention : nitrofurantoïne (hors AMM) au moins 7 jours 2ème intention : céfixime 200 mg x 2/j ou fluoroquinolone (ciprofloxacine 500 mg x 2/j ou ofloxacine...) pendant au moins 5 jours, avec adaptation selon l'antibiogramme. Les fluoroquinolones sont à éviter si l'antibiogramme montre une résistance aux quinolones. Cystites récidivantes (survenue d'au moins 4 épisodes en 12 mois) (ECBU systématique)

15 Le traitement est identique à celui de la cystite simple en changeant de molécule lors d'infections successives. Antibioprophylaxie : au cas par cas et réévaluée périodiquement nitrofurantoïne 50 mg/j le soir ou sulfaméthoxazole 400 mg-triméthoprime 80 mg, 1 comprimé par jour. Pyélonéphrite aiguë simple (BU, ECBU avec antibiogramme et une échographie rénale et vésicale dans les 24 heures) Hospitalisation : si signes de gravité, doute diagnostique, forme hyperalgique, impossibilité de réaliser les examens complémentaires en ambulatoire, vomissements (voie orale impossible), conditions socio-économiques médiocres, doute sur l'observance. Traitement probabiliste : céphalosporine de 3ème génération par voie parentérale (ceftriaxone 1 g/j en IV, IM ou SC ou céfotaxime IV/IM) pendant 10 à 14 jours; fluoroquinolone per os (ou IV si besoin), ciprofloxacine, lévofloxacine ou ofloxacine pendant 7 jours. Une évolution défavorable sous traitement pose l'indication d'un ECBU de contrôle et d'un uro- TDM. Pyélonéphrite aiguë compliquée (En urgence BU, ECBU et hémocultures; un uro-tdm ou une échographie des voies urinaires; un avis urologique si suspicion d'obstacle.) Chez l'homme la pyélonéphrite aiguë doit être prise en charge comme une prostatite aiguë. Antibiothérapie probabiliste : une C3G parentérale, ceftriaxone ou céfotaxime (2 à 3 g/j IM ou IV); ou une fluoroquinolone orale (ciprofloxacine, lévofloxacine, ofloxacine) ou parentérale si voie orale impossible. Une prescription de quinolone dans les 6 mois précédant expose au risque de sélection de souches moins sensible et constitue une limite à l'utilisation des fluoroquinolones. La durée de traitement est de 10 à 14 jours et peut être portée à 21 jours (abcès, germe multirésistant, IR). Suivi : clinique et biologique avec un ECBU à h de traitement et 4 à 6 semaines après la fin. Prise en charge urologique si obstacle justifiant un drainage ou une déviation. Prostatite aiguë (BU et ECBU +/- hémocultures si forme sévère; échographie des voie urinaires par voie sus-pubienne.) Si forme sévère hospitalisation initiale. Antibiothérapie probabiliste : C3G injectable (ceftriaxone ou céfotaxime); fluoroquinolone per os (ciprofloxacine ou lévofloxacine ou ofloxacine) ou par voie IV si voie orale contrindiquée. Le traitement de relais par voie orale avec l'antibiogramme sera une fluoroquinolone ou le sulfaméthoxazole triméthoprime. La durée de traitement sera de 14 à 21 jours (voir plus selon le tableau clinique)

16 Suivi ECBU si évolution défavorable sous traitement (fièvre persistante à 72 h); ECBU systématique à distance 4 à 6 semaines après la fin du traitement. Chez l'homme de plus de 50 ans, toucher rectal et dosage des PSA (dépistage du cancer) sont conseillés 6 mois au moins après l'épisode. Pour toutes les formes sévères de pyélonéphrites ou prostatites on ajoutera un aminoside (gentamycine, nétilmycine ou tobramycine) pendant 1 à 3 jours au début du traitement (en milieu hospitalier). Pour la femme enceinte : Bactériurie asymptomatique Déf.: patiente asymptomatique, 2 cultures positives à la même bactérie ( 10*5 UFC/ml) ; en pratique on traite à la première culture. On procède à un dépistage tous les mois à partir du 4ème mois (BU + ECBU si positive) voir plus souvent si haut risque d'iu (uropathie, diabète, trouble mictionnel, infection vaginale, antécédent de cystites récidivantes) avec un ECBU systématique mensuel. Traitement en fonction de l'antibiogramme : amoxicilline pendant 5 jours; ou amoxicilline+acide clavulanique pendant 5 jours; ou céfixime pendant 5 jours; ou nitrofurantoïne pendant 7 jours; ou pivmécillinam pendant 5 jours; ou sulfaméthoxazole triméthoprime (à éviter le premier trimestre) pendant 5 jours. Un ECBU de contrôle 8 à 10 jours après le traitement est nécessaire puis mensuel. Cystite aiguë : ECBU avec antibiogramme Traitement probabiliste (sans attendre les résultats) : céfixime; ou nitrofurantoïne. Une fois l'antibiogramme obtenu le traitement est identique à celui de la bactériurie asymptomatique. Pyélonéphrite aiguë gravidique Hospitalisation initiale recommandée. Le traitement ambulatoire est possible chez certaines patientes après h de surveillance : grossesse de moins de 24 semaines; pas de nausées ou vomissements; absence de comorbidité ou de signe de gravité; examen obstétrical normal; hyperthermie modérée (<38 5); conditions socio-économiques favorables pour le traitement ambulatoire. On pratique en urgence : Un ECBU, une échographie des voies urinaires et un bilan du retentissement fœtal. Traitement probabiliste:

17 Une C3G (ceftriaxone ou céfotaxime) par voie injectable. Dans les formes sévères on ajoutera un aminoside pendant 1 à 3 jours au début du traitement. En cas d'allergie ou intolérance, on pourra, après un avis spécialisé, utiliser l'aztréonam, un aminoside seul ou une fluoroquinolone. Après 48 heures d'apyrexie, un relais per os selon l'antibiogramme est possible par : amoxicilline; ou amoxicilline-acide clavulanique (à éviter en cas de risque d'accouchement imminent); ou céfixime; ou sulfaméthoxazole-triméthoprime (à ne pas utiliser par prudence au premier trimestre). La durée du traitement est d'au moins 14 jours. Surveillance Une surveillance maternelle et fœtale est indispensable. Un ECBU de contrôle est recommandé 48 h après de début et 8 à 10 jours après la fin de l'antibiothérapie puis une surveillance mensuelle. Pour l'enfant et le nourrisson L'adolescent pubère peut suivre les recommandations de l'adulte. Ailleurs, les signes et symptômes d'iu sont souvent non spécifiques, en particulier chez le nourrisson. Le dépistage repose sur la BU (leucocyturie et nitrites), sauf avant 3 mois (valeur prédictive négative de 97%). Le diagnostic repose sur l'ecbu et doit être évoqué devant toute fièvre sans foyer infectieux patent. Le prélèvement urinaire per-mictionnel doit être privilégié, si besoin on aura recours au cathétérisme ou à la ponction sus-pubienne. Cystites aiguës (filles à partir de 3 ans) Traitement : cotrimoxazole (30 mg/kg/j de sulfaméthoxazole et 6 mg/kg/j de triméthoprime) en deux prises quotidiennes (contre-indiqué avant l'âge d'un mois); céfixime, 8 mg/kg/j en deux prises quotidiennes (indication AMM à partir de 3 ans), notamment en cas de résistance, d'intolérance ou de contre indication au cotrimoxazole. La durée de traitement est de 3 à 5 jours. Pyélonéphrite aiguë L'hospitalisation est recommandée chez tout enfant de moins de 3 mois et chez tout enfant présentant des signes cliniques d'infection sévère. Traitement d'attaque: la ceftriaxone (IV ou IM), en hospitalisation ou ambulatoire à 50 mg/kg en dose unique (sans dépasser 1g) pendant 2 à 4 jours; le céfotaxime (IV), en hospitalisation à 100 mg/kg/j, en 3 ou 4 injections (sans dépasser

18 4g/j) pendant 2 à 4 jours; les aminosides (gentamicine à 3 mg/kg/j en injection unique IV ou IM pour une durée de 2 à 4 jours : - associés aux C3G injectables dans les pyélonéphrites sévères (enfant de moins de 3 mois, uropathie malformative connue, syndrome septicémique, immunodépression), - en monothérapie dans les pyélonéphrites, notamment en cas d'allergie aux bêtalactamines chez le sujet à fonction rénale normale, - en association à l'amoxicilline 100 mg/kg/j en 3-4 injections (sans dépasser 4 g/j) en cas d'infection à entérocoques. Suivi d'un traitement oral en fonction de l'antibiogramme par : cotrimoxazole (30 mg/kg/j de sulfaméthoxazole et 6 mg/kg/j de triméthoprime) en 2 prises à partir de l'âge d'un mois; ou céfixime à 8 mg/kg/j en 2 prises (à partir de l'âge de 6 mois). La durée totale du traitement est de 10 à 14 jours. Surveillance Une réévaluation après h permet de contrôler l'évolution clinique ainsi que la sensibilité de la bactérie au traitement. Antibioprophylaxie dans les infections urinaires récidivantes. Le cotrimoxazole (hors AMM) avec une posologie de 1 à 2 mg/kg/j de triméthoprime et 5 à 10 mg/kg/j de sulfaméthoxazole. Ou la nitrofurantoïne à 1 à 2 mg/kg/j. Ils sont prescrits en une prise quotidienne, le matin pour les enfants de moins de 2 ans et le soir pour les autres. La durée est de plusieurs mois en continu, jusqu'à ce qu'une nouvelle stratégie thérapeutique ait montré son intérêt. Il faut également dépister et traiter les facteurs de risque d'infection : Réplétion rectale (constipation, encoprésie), troubles mictionnels (instabilité vésicale, dyssynergie vésico-sphinctérienne), prépuce physiologiquement étroit. Cas clinique infection cutanée 1) Un patient de 50 ans consulte car est apparu ce jour un placard inflammatoire sur sa jambe droite avec de la fièvre et des frissons. Vous trouvez une adénopathie poplitée, un intertrigo du pied droit, une température à 38,4 C. Il n'y a pas de signe de nécrose ni de phlébite, le patient est obèse mais ne présente pas d'autre comorbidité ni d'allergie. Vous décidez de le soigner à domicile. Quelle antibiothérapie lui prescrivez-vous? acide fusidique (Fucidine); amoxicilline (Clamoxyl); amoxicilline, acide clavulanique (Augmentin); clarithromycine (Zeclar);

19 clindamycine (Dalacine); pénicilline G injectable (Extencilline); pénicilline V (Oracilline); pristinamycine (Pyostacine); doxycycline (Doxy); autre ; pas d'antibiotique ; ne sais pas. 1) Amoxicilline 3 à 4,5 g/j en trois prises pendant 15 jours En cas d'allergie aux bêta-lactamines on peut utiliser : Pristinamycine 2 à 3 g/j en trois prises Ou un macrolide Ou la clindamycine A domicile une surveillance quotidienne est nécessaire; Hospitalisation si persistance de la fièvre à 72 h de traitement, apparition de nouveaux signes locaux ou généraux, décompensation de maladie associée. Infections cutanées (Sources : SPILF et SFD conférence de consensus Érysipèle et fasciite nécrosante: prise en charge. Méd Mal Infect 2000; 30: et AFSSAPS juillet 2004 et novembre 2007) Érysipèle Origine essentiellement streptococcique Diagnostics différentiels avec : dermohypodermite nécrosante, fasciites nécrosante; phlébites profondes et superficielles; dermohypodermite bactérienne aiguë à autre germe spécifique; dermite de stase. Traitement antibiotique En première intention, à domicile : Amoxicilline 3 à 4,5 g/j en trois prises pendant 15 jours. En cas d'allergie aux bêta-lactamines : la pristinamycine 2 à 3 g/j en trois prises ou un macrolide ou la clindamycine. Critères d'hospitalisation : Doute diagnostique, signes généraux importants, comorbidité, contexte social rendant le suivi à domicile impossible, nécessité d'un traitement parentéral Si traitement à domicile, surveillance quotidienne nécessaire. Hospitalisation envisagée si persistance de la fièvre à 72 h de traitement, apparition de nouveaux signes locaux ou généraux, décompensation de maladie associée. Autres traitements : traitement adapté de la porte d'entrée; traitement anticoagulant préventif uniquement si facteurs de risques thromboemboliques associés;

20 pas de traitement anti-inflammatoire non-stéroïdien local ou général ni de corticothérapie (si ils sont préexistants ils constituent une comorbidité); prise en charge au long cours d'un lymphœdème ou d'un œdème. Antibioprophylaxie éventuelle (prolongée car effet suspensif): pénicilline V 2 à 4 MU/j per os en 2 prises, ou benzathine pénicilline 2,4 MU voie IM toute les 2 à 3 semaines, ou macrolide per os (si allergie aux bêta-lactamines) Impétigo primitif et secondaire (dermatoses ou plaies surinfectées). Dans les formes peu sévères d'impétigo crouteux comportant à la fois: une surface cutanée atteinte <2% de la surface corporelle totale; au plus 5 sites lésionnels actifs; et une absence d'extension rapide. Une antibiothérapie exclusivement locale est recommandée, par acide fusidique (crème ou pommade) ou mupirocine (pommade dermique). Idéalement 3 applications par jour, (on accepte 2 fois par jour) pendant 5 à 10 jours. La chlortétracycline a également une AMM dans cette indication.. Dans les autres formes: impétigo bulleux ou ecthyma (forme nécrotique creusante); surface cutanée atteinte >2% de la surface corporelle totale; plus d'une dizaine de lésions actives; extension rapide. Une antibiothérapie par voie générale à visée anti-staphylococcique et anti-streptococcique est nécessaire. Acné Acné à prédominance inflammatoire, étendue et/ou d'évolution prolongée: Traitement d'attaque par antibiothérapie générale. Les cyclines (doxycycline 100 mg/j ou lymécycline 300 mg/j) en première intention, limitées à 3 mois de traitement continu. (minocycline non recommandée en 1ère intention) En cas de contre indication aux cyclines : Érythromycine orale (1g/j) Chez la femme enceinte, les cyclines sont contre-indiquées à partir du 2ème trimestre de grossesse et déconseillées le premier trimestre. Chez l'enfant de moins de 8 ans, les cyclines ne doivent pas être prescrites (risque de coloration permanente des dents et d'hypoplasie de l'émail dentaire). Un traitement local doit être associé au traitement général : Peroxyde de benzoyle ou rétinoïde local ou association des deux.

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations

Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Prise en charge des infections urinaires en ville : les nouvelles recommandations Terminologie (1) On distingue : Infections urinaires simples = sans FdR de complication : Cystites aiguës simples, Pyélonéphrites

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE Infections ORL et respiratoires basses RECOMMANDATIONS 1 Les recommandations ont été établies par un groupe de travail multidisciplinaire, sous l égide de l Agence du

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux Novembre 2007 ; N 8 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux FICHE INFORMATIVE GRAND PUBLIC La bronchite

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement)

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) Questions ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) [2014 Dossier 4-2010 Dossier 5-2011 Dossier 4-2012 Dossier 4-2014 Dossier 3] QCM 1 :

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES Docteur Romain Guldmann, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital de Hautepierre OBJECTIFS Savoir poser le diagnostic de rhino-sinusite chronique et connaître

Plus en détail

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-requis Physiologie des sinus Anatomie radiologique des sinus Résumé Les infections rhino-sinusiennes aiguës constituent une pathologie très

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières 1 Pathologie Rhinosinusienne Aiguë...1 1. 1 Rhinites aiguës...

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte

Diagnostic et antibiothérapie. des infections urinaires bactériennes. communautaires de l adulte SPILF 2014 Mise au point Texte court Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires de l adulte dans son intégralité sans ajout ni retrait. 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr François

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins

Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Comité technique des infections nosocomiales et des infections liées aux soins Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Comité technique des infections nosocomiales et des infections

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Urétrite aiguë... 3 3.1.

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS Avertissement Le 30 janvier 2013, l'ansm a annoncé qu'elle engageait une procédure de suspension de Diane

Plus en détail

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE 1 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE Manuel Tunon de Lara, Paul Léophonte et Alain Didier Référence du programme officiel MODULE 7 - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT - MALADIES

Plus en détail

RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE RHINOSINUSITES INFECTIEUSES AIGUËS. Recommandation

RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE RHINOSINUSITES INFECTIEUSES AIGUËS. Recommandation RECOMMANDATION POUR LA PRATIQUE CLINIQUE RHINOSINUSITES INFECTIEUSES AIGUËS Recommandation PARTICIPANTS Comité d Organisation Dr Olivier CHASSANY (Méthodologie, Paris) Pr Françoise DENOYELLE (ORL-CCF,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme

Patho Med Cours 5. Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme Patho Med Cours 5 Maladie Pulmonaires Obstructives BPCO Asthme BPCO: B: Broncho ( Bronche) P: Pneumopathie C: Chronique O: Obstructive Asthme Maladies avec des spasmes bronchiques Maladies avec des spasmes

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme Octobre 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I

L asthme Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I L Dr Sophie Figon & Pr Jean-Pierre DUBOIS Département de Médecine Générale Université Claude Bernard LYON I Définition. Caractéristiques. Prévalence Dyspnée sifflante due à une obstruction bronchique,

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile

Faq 1 - Mener l interrogatoire et l examen clinique d un enfant fébrile Fièvre aiguë de l enfant (et de l adulte : non traité) Critères de gravité d un syndrome infectieux Auteurs : J. Gaudelus, M.Voisin Objectifs : Objectifs terminaux Diagnostiquer une fièvre aiguë chez l

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

L évaluation économique de la Sparfloxacine

L évaluation économique de la Sparfloxacine L évaluation économique de la Sparfloxacine RAPPORT DE FIN D ETUDE -1992- ROBERT LAUNOIS 1 (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

Docteur, j ai pris froid!

Docteur, j ai pris froid! Dr j ai pris froid: Objectifs Docteur, j ai pris froid! Jean-Paul Humair Avec la contribution de MC Kramer Colloque SMPR 21.12.2011 Connaitre l épidémiologie des infections des voies respiratoire sup (IVRS)

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs

La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs La prise en charge en ville d un enfant présentant une crise d asthme par les bronchodilatateurs JL. HERMIL / C. MARGUET G.R.A.P.P. 2004 Quoi de neuf en médecine générale 2005 (DUMG/CHNGE) 1ère étape :

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D.

TRAITEMENT DE LA MPOC. Présenté par : Gilles Côté, M.D. TRAITEMENT DE LA MPOC Présenté par : Gilles Côté, M.D. Département clinique de médecine générale Avril 2001 TRAITEMENT DE LA MPOC I- INTERPRÉTATION DES TESTS DE FONCTION RESPIRATOIRE II- PRISE EN CHARGE

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie

Tout sur la toux! La toux est une des principales causes de. La classification de la toux. Les caractéristiques de la toux selon son étiologie Tout sur la toux! Mise àj our Louis-Philippe Boulet, MD, FRCPC, FCCP La classification de la toux La toux est une des principales causes de morbidité et un des plus fréquents motifs de consultation médicale.

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION Paris, le 11 septembre 2009 DOSSIER D INFORMATION Conduite à tenir en cas d épidémie de grippe A H1N1 pour les femmes enceintes Ce que les futures mamans doivent savoir... Les femmes enceintes doivent

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

L essentiel. Complément québécois

L essentiel. Complément québécois L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel L essentiel

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours INFECTIONS URINAIRES A. François 1, H. Brandstätter 1, A.-C. Bréchet 1, A. Huttner 2 1.

Plus en détail

Rhinite et rhinosinusite. Luc Monette, ORL CSSSG 19 Mars 2008

Rhinite et rhinosinusite. Luc Monette, ORL CSSSG 19 Mars 2008 Rhinite et rhinosinusite Luc Monette, ORL CSSSG 19 Mars 2008 Objectifs Reconnaître l anatomie du nez et des sinus Reconnaître la classification des rhinites et leurs traitements. Discuter du consensus

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Education Thérapeutique

Education Thérapeutique Asthme du nourrisson AKCR 12/10/2009 Education Thérapeutique Efficacité en pédiatrie Efficacité chez l adulte Conduite à tenir dans l asthme du nourrisson Education thérapeutique Gestion optimale de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte

Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte Infections naso-sinusiennes de l enfant et de l adulte INFORMATIONS Pré-requis : Durée de l'item : Auteur(s) : Professeur E. SERRANO, Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale - CHU de Rangueil (mail :

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine

KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine KARDEGIC 75 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose Acétylsalicylate de DL-Lysine Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament. Elle contient des informations importantes

Plus en détail