TRANSFERT DE CHALEUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRANSFERT DE CHALEUR"

Transcription

1 TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des notions fondamentales concernant le transfert de chaleur entre 2 corps solides ou fluides. Il est nécessaire de le lire avant de commencer les TP de Thermo. 1. GÉNÉRALITÉS Le transfert d une quantité de chaleur δq pendant un intervalle de temps δt correspond à un flux de chaleur φ = δq dt. Un flux de chaleur équivaut à une puissance échangée par un système à travers sa frontière sous forme de chaleur. Les flux de chaleur φ se mesurent en Watts. Comme le flux de chaleur n est pas nécessairement uniforme sur toute la surface d échange S, on introduit la notion de densité de flux locale J (en W m 2 ). Le flux φ est alors l intégrale de la densité de flux sur la surface d échange S, φ = S J ds où ds représente un élément de surface orienté de telle sorte que le flux est sortant si J. ds > 0 entrant si J. ds < 0. D un point de vue plus physique, le transfert de chaleur trouve son origine dans les écarts de température. Ainsi, un transfert d énergie sous forme de chaleur sera obtenu chaque fois qu un gradient de température existera au sein d un système ou lorsque deux systèmes, à températures différentes, seront mis en contact par l intermédiaire d une surface d échange S. Le processus de transmission de la chaleur n est pas régi par une relation unique mais résulte d une combinaison de mécanismes physiques indépendants. On distingue trois modes de transmission de la chaleur qui sont la conduction, la convection et le rayonnement. Ces trois modes s effectuent la plupart du temps en parallèle. 2. TRANSMISSION DE LA CHALEUR PAR CONDUCTION 2.1. Définition. Loi fondamentale. Conductivité thermique. La conduction est un processus physique de transmission de la chaleur qui s appuie sur un milieu matériel (solide, liquide, gaz), sans mouvement de matière, et qui fait passer la chaleur des zones chaudes aux zones froides à l aide de mécanismes à l échelle microscopique (vibrations atomiques ou moléculaires, diffusion électronique,...). La conduction est le seul mécanisme qui permet à la chaleur d être transmise dans un solide. Par contre, si un fluide est soumis à un fort gradient thermique, la conduction devient rapidement négligeable devant la convection naturelle. La loi fondamentale de la conduction (loi de Fourier) a pour expression J = κ gradt où gradt représente le gradient local de température (c est-à-dire le taux de variation spatiale de la température au point considéré). Le vecteur gradient est, par définition, perpendiculaire aux isothermes. κ est le coefficient de conductivité thermique du milieu de transmission ( unité W m 1 K 1 ). Les conductivités thermiques des matériaux varient d une façon considérable d une substance à une autre, de sorte que l on distingue en général les matériaux conducteurs de la chaleur des matériaux isolants suivant l ordre de grandeur de leur conductivité thermique. La conductivité thermique dépend également de la température. Elle dépend aussi de l état du matériau considéré (solide, liquide ou gaz). Le tableau ci-contre donne quelques valeurs de κ pour divers matériaux à la température ambiante. Remarque : c est à la conductivité que le corps est sensible, impression quand on touche du métal, de chaud pour le bois, dans une pièce où la température est homogène. 1

2 TAB. 1. Conductivité thermique de quelques matériaux Valeur à température ambiante Matériaux k (W m 1 K 1 Argent 417 Cuivre 380 Aluminium 230 Métaux et alliages Laiton Fer pur 72 Acier 52 Plomb 35 Acier inoxydable 15 Béton plein 1.75 Béton vermiculite 0.31 Béton cellulaire 0.24 Matériaux de construction Briques réfractaires 0.11 à 0.61 Plâtre 0.43 Bois 0.15 Liége compensé 0.1 Verre 1.15 Liquides Eau 0.56 Alcool 0.13 Air 0.02 Gaz Vapeur d eau Gaz carbonique Liège expansé Laine de verre Laine Isolants Amiante 0.15 Amiante ciment 0.8 Polyuréthane 0.03 Polystyrène 0.04 Polychlorure de vinyle Equation de la chaleur. On applique le premier principe de la thermodynamique ( du = δw + δq) à un système constitué d un volume V limité par une surface S. - On a δw = 0. - δq est la somme de la chaleur δq e entrant dans le volume V pendant dt et de la chaleur δq i dégagée par les sources internes, de densité volumique q (effet Joule, courants de Foucault,) δq e = dt J. ds = dt div J dv S δq i = dt V qdv - Pendant le temps dt, on a : du = dt ρc dt V dt dv En utilisant la loi de Fourier, on obtient l équation de la chaleur div(κ gradt ) + q = ρc dt dt En considérant le milieu comme homogène et k comme isotrope et constant, cette équation se simplifie et devient : 2 V

3 κ T + q = ρc dt dt 2.3. Régime permanent. L équation de la chaleur se ramène alors à κ T + q = 0. On ne sait pas résoudre analytiquement cette équation différentielle dans le cas de 2 ou 3 dimensions. Des méthodes dapproximation (différences finies ou éléments finis) sont utilisables mais hors de propos dans ce document Cas du mur plan. Dans ce cas, on peut ramener le problème à un problème à une dimension en coordonnées cartésiennes et q = 0. L équation de la chaleur se ramène à d2 T dx 2 = 0. Dans le cas simple de la transmission de la chaleur à travers un mur plan, d épaisseur e et de conductivité κ, en supposant chacune de ses faces à température uniforme (respectivement T 1 et T 2 avec T 1 > T 2 ), on obtient, en intégrant l équation ci-dessus, une variation linéaire de la température en fonction de la distance T = T 1 T 1 T 2 e x. Le gradient de température est constant et égal à T 1 T 2 e. Le flux transmis à travers le mur est alors : φ = κs gradt = κ S e (T 1 T 2 ) en désignant par S la surface du mur. Le résultat peut aussi s écrire sous la forme φ = K(T 1 T 2 ) avec K = κ S e. Le coefficient K est la conductance thermique. On introduit également la notion de résistance thermique définie comme l inverse de la conductance R th = 1 K. Ainsi, la résistance thermique d une couche plane est R th = e κs. Le flux de chaleur s exprime alors comme φ = T 1 T 2 R th Cas d une coquille cylindrique. Considérons une conduite transportant de l eau chaude. On suppose les températures des parois intérieure et extérieure constantes. Le flux de chaleur est alors radial et on peut ramener le problème à un problème à une dimension en coordonnées cylindriques. L équation d dr ( r dt dr ) = 0. On montre facilement que la résistance thermique vaut dans de la chaleur se ramène à ( 1 r ce cas R th = 1 2πκL ln R1 R 2 )où R 1 et R 2 sont respectivement les rayons intérieur et extérieur de la conduite, L sa longueur et κ la conductivité thermique du matériau. Le flux échangé entre l intérieur et l extérieur est donc φ = T 1 T 2 R th où T 1 et T 2 sont les températures de surface des parois interne et externe de la couche cylindrique Analogie Loi d Ohm - Loi de Fourier. La loi de Fourier appliquée à un mur plan φ = T 1 T 2 R th présente une certaine analogie avec la loi d Ohm I = V 1 V 2 R elec où la différence de potentiel joue le rôle de la différence de température et le flux de chaleur celui du courant électrique. De même J = κ gradt est à rapprocher de J = σ gradv On peut ainsi établir les correspondances suivantes : Loi d Ohm Loi de Fourier Potentiel Température Courant Puissance transmise 3

4 TAB. 2. Conductivité thermique et difusivité de quelques matériaux Valeurs à température ambiante Diffusivité 10 4 m 2 s 1 Conductivité W m 1 K 1 Cuivre Fer Acier inoxydable Aluminium Béton Verre Eau Air 0.02 Champ électrique Gradient de température Densité de courant Flux thermique Résistance électrique Résistance thermique R elec = ρ L S = 1 L σ S R th = 1 e κ S On pourra donc, pour analyser un problème thermique, effectuer une transposition en construisant le schéma électrique correspondant (circuit en série, en parallèle) et adopter le même type de calcul Régime variable. En l absence de sources de chaleur et en ne considérant que les problèmes à une dimension en coordonnées cartésiennes, l équation de la chaleur devient D dt = dt dx 2 dt où D = κ ρc est la diffusivité thermique (unité m 2 s 1 ) ( ρ masse volumique, C chaleur spécifique ). Alors que la conductivité thermique k intervient en régime permanent (ne dépendant pas du temps), la diffusivité thermique intervient lors des régimes transitoires (dépendant du temps). Ainsi la constante de temps τ de mise en équilibre d un objet est typiquement τ = L2 D où L est une dimension caractéristique de l objet considéré. 3. TRANSMISSION DE LA CHALEUR PAR CONVECTION La convection est un processus physique de transmission de la chaleur qui s appuie sur un milieu matériel avec mouvement de matière. On ne peut donc avoir de convection que dans les liquides et les gaz. Le flux de chaleur transmis par convection, entre une paroi à température T 1 et un fluide à température T 2 (température mesurée loin de la paroi), peut s écrire sous la forme φ = h c S(T 1 T 2 ) (loi de Newton) où h c est le coefficient d échange par convection ( unité W m 2 K 1 ). On définira de la même façon que précédemment la résistance thermique de surface par R th = 1 h cs. Cette relation ne constitue pas une loi, mais plutôt une description phénoménologique du processus de transmission par analogie avec la conduction. Quel que soit le régime d écoulement, y compris turbulent, il existe au voisinage immédiat de la paroi une zone d écoulement laminaire appelée couche limite (voir figure ci-dessous). Ce film est adjacent à la surface avec condition d arrêt de l écoulement le long de la paroi (vitesse nulle). 4

5 Ce film constitue la principale résistance thermique au transfert de chaleur entre la paroi et le fluide en mouvement. C est pourquoi on parle souvent de coefficient de film pour désigner le coefficient de transfert convectif à la paroi. Lorsque la turbulence de l écoulement augmente, l épaisseur du film laminaire diminue, sa résistance thermique décroît. Le flux de chaleur, pour un écart de température donné, est donc d autant plus important que le régime d écoulement est turbulent. Dans la pratique, on détermine la valeur de h c à partir d expériences. Les résultats de ces expériences sont traduits en terme de lois de corrélations faisant intervenir des grandeurs adimensionnelles. On distingue deux types de convection La convection forcée. Le mouvement du fluide est imposé par des actions mécaniques extérieures (pompes, ventilateurs, etc...). L écoulement est alors laminaire ou turbulent suivant la valeur du nombre de Reynolds Re = ρvx µ où X est une échelle de longueur caractéristique de l écoulement (par exemple diamètre, dans le cas d un écoulement de conduite), v est une vitesse caractéristique de l écoulement (par exemple, la vitesse moyenne v = ṁ ρs dans le cas d un écoulement de conduite, ṁ représentant le débit massique et S la section de passage), µ la viscosité dynamique (en Poiseuille (Pl) en SI) et ρ la masse volumique. Les coefficients d échange h c sont exprimées par l intermédiaire du nombre de Nusselt Nu défini par Nu = hcx κ ( κ conductivité thermique du fluide, X échelle de longueur caractéristique). Le nombre de Nusselt caractérise l efficacité du transport thermique convectif par rapport à ce que serait le seul transport conductif dans le gaz. L expérience montre que Nu = f(p r, Re) où P r = µc κ est le nombre de Prandtl qui résume les propriétés thermophysiques du fluide. Ainsi, on posera la plupart du temps Nu = ARe m P r n où A est une constante dépendant de la géométrie considérée et de la valeur du nombre de Reynolds La convection libre (ou naturelle). Ce type de convection résulte des variations de masse volumique du fluide résultant des échanges de chaleur eux-mêmes (poussée d Archimède sur les éléments de fluide chaud). Il en résulte une convection laminaire ou turbulente, suivant la valeur du nombre de Grashof Gr,. Gr = gβρ2 X 3 T ou de Rayleigh Ra, Ra = P rgr µ 2 X est l échelle caractéristique de longueur, T est l écart caractéristique de température, g est l accélération de la pesanteur, µ est la viscosité dynamique, β = 1 dρ ρ dt est le coefficient de dilatation. En fonction de la valeur du nombre de Rayleigh, le transfert de chaleur a les caractéristiques suivantes : Ra < 10 3 : convection négligeable ; le transfert a lieu essentiellement par conduction 10 3 < Ra < 10 9 : le transfert a lieu en régime de convection libre laminaire (rouleaux convectifs stables dans le temps) Ra > 10 9 : le transfert a lieu en régime de convection libre turbulente. L expérience montre que Nu = ARa n = A(P rgr) n où A est une constante dépendant de la géométrie considérée et de la valeur du nombre de Rayleigh. 5

6 3.3. Valeurs du coefficient d échange h. Il est difficile de donner des valeurs de h, les valeurs pouvant varier énormément en fonction de la géométrie, du fluide et du type de convection. On peut cependant retenir que pour l air, aux alentours de la température ambiante et en convection naturelle, h est donné par h = 1.4 ( ) ϑ 0.25 D où θ = Tcorps T ambiante en Kelvin et D est le diamètre d une barre (en mètre). Ceci donne des valeurs d environ 5 W m 2 K 1. Pour l eau, toujours aux alentours de la température ambiante, le coefficient h est environ 10 fois plus élevé. 4. TRANSMISSION DE LA CHALEUR PAR RAYONNEMENT Les corps émettent de l énergie par leur surface, sous forme d un rayonnement d ondes électromagnétiques, et ce d autant plus que leur température est élevée. Inversement, soumis à un rayonnement, ils en absorbent une partie qui se transforme en chaleur. Le rayonnement est un processus physique de transmission de la chaleur sans support matériel. Ainsi, entre deux corps, l un chaud, l autre froid, mis en vis-à-vis (même séparés par du vide), une transmission de chaleur s effectue par rayonnement du corps chaud vers le corps froid : le corps chaud émet un flux φ 1 et absorbe une partie du flux φ 2 émis par le corps froid. Comme φ 1 > φ 2, le bilan de flux est tel que le corps chaud cède de l énergie au corps froid. A l inverse, le bilan de flux peut être retrouvé sur le corps froid qui émet moins d énergie qu il n en absorbe. On définit le coefficient d absorption α = La conservation de l énergie implique α + ρ = 1. flux absorb flux incident et le coefficient de réflexion ρ = flux rflchi flux incident Le corps noir. L émetteur ou l absorbeur idéal est un cas limite appelé corps noir. Il a la propriété d absorber tout le rayonnement qui lui parvient quelque soit sa longueur d onde ; son coefficient d absorption α est égal à 1 et son coefficient de réflexion ρ = 0 ; maintenu à la température T, il émet le maximum de rayonnement thermique possible. La luminance spectrale L 0 λ (l indice supérieur signifie corps noir ; unité W m 2 m 1 sr 1 ) est la puissance émise par unité de surface apparente, par unité de longueur d onde et par unité d angle solide. On démontre que ( loi de Planck ) L 0 λ = C 1λ 5 e C 2 λt 1 L émittance spectrale M 0 λ (unité W m 2 m 1 ) est la puissance émise par unité de surface, par unité de longueur d onde et dans le demi espace supérieur. La plupart des corps ont une luminance spectrale indépendante de la direction d émission ( loi de Lambert ). On a alors la relation M 0 λ = πl0 λ. La longueur d onde λ m du maximum de l émittance est donnée par la relation de Wien λ m T = 2896 µmk. Quasiment toute la puissance est émise entre les longueurs d onde λ m /2 et 7λ m. L émittance totale M 0 (unité W m 2 ) est la puissance émise par unité de surface dans le demi espace supérieur sur l ensemble de toutes les longueurs d onde possibles. Par intégration sur les longueurs d onde, on trouve que l émittance totale M 0 du corps noir est proportionnelle à la puissance quatrième de la température absolue de la surface ( loi de Stefan ) M 0 = σt 4 avec σ = constante de Stefan-Boltzman = 5, W m 2 K Corps réels. Les propriétés d émission des corps réels sont définies par rapport à celles du corps noir. On définit l émissivité ε d un corps comme le rapport de sa luminance (ou de son émittance) à celle du corps noir. L émissivité est un nombre strictement inférieur à 1. En toute rigueur, l émissivité dépend de la direction et de la longueur d onde. Un corps réel est donc défini par - son émissivité ε en ce qui concerne le rayonnement qu il émet - son coefficient d absorption α en ce qui concerne le rayonnement reçu de son environnement La loi de Kirchhoff indique que α = ɛ On fait la plupart du temps l hypothèse que les corps réels se comportent comme des corps gris à émission diffuse. Cette hypothèse entraîne que l émissivité, et par conséquent le coefficient d absorption, ne dépendent ni de la direction ni de la longueur d onde. Un corps réel est alors caractérisé par une seule quantité, son émissivité ε. 6

7 TAB. 3. Valeurs de quelques émissivités Matériau Emissivité à 37 C Emissivité à 260 C Aluminium poli Aluminium Laiton poli Laiton oxydé 0.61 Métaux Cuivre poli Cuivre oxydé Fer poli Fonte oxydée Argent poli Acier inox poli Brique rouge 0.93 Marbre blanc 0.95 Matériaux de Plâtre 0.91 construction Laque blanche Laque rouge 0.96 Glace 0.97 Eau 0.96 Divers Carbone Bois 0.93 Verre Puissance échangée entre deux corps. Entre deux corps noirs, l un chaud ( température T 1 ), l autre froid ( température T 2 ), en vis-à-vis total ( c est à dire que tout le flux émis par l un des corps est reçu par l autre), le flux net échangé s écrit : φ = flux mis flux absorb = Sσ(T 4 1 T 4 2 ) Si les deux corps ne sont pas en vis-à-vis total, on fait intervenir un facteur de forme F 1,2 qui tient compte de la géométrie considérée. De la même façon, le flux net échangé entre deux corps gris s écrit : φ = S 1 F 1,2 σ(t 4 1 T 4 2 ) où le facteur de forme fait intervenir cette fois la géométrie considérée et les émissivités des deux corps. 1 On a par exemple F 1,2 = dans le cas de deux surfaces grises parallèles en vis-à-vis ou ε 1 ε 2 1 F 1,2 = dans le cas de deux surfaces grises dont l une (S 1 + S 1 2) entoure complètement l autre ( 1 1) ε 1 S 2 ε 2 (S 1 ). Si les écarts de température ne sont pas trop importants, on peut linéariser (T1 4 T 2 4 ) et le remplacer par 4T1 3(T 1 T 2 ) de sorte que φ = 4S 1 F 1,2 σt1 3 (T 1 T 2 ) On a alors une relation de type Newton φ = h r S(T 1 T 2 )en introduisant un coefficient de transmission par rayonnement h r = 4F 1,2 σt1 3. De la même façon que précédemment, on définira la résistance de surface de rayonnement R th = 1 h r S 5. EXEMPLE D APPLICATION À UN MUR PLAN Quand plusieurs modes de transfert ont lieu simultanément, des analogies avec les lois d association des résistances électriques peuvent être établies. L établissement de ces règles de composition n est possible que si l on linéarise les phénomènes. 7

8 Résistances en série. Exemple : cas de la conduction dans 2 solides accolés. En régime permanent, le flux de chaleur par unité de surface est le même à travers chaque solide : φ = κ 1 S(T 1 T ) = κ 2 S(T T 2 ) e 1 e 2 On a addition des résistances thermiques en série comme en électricité : R th = R th1 + R th2 Résistances en parallèle. Exemple : transferts simultanés de chaleur par convection et rayonnement entre une paroi et l air ambiant. T p est la température de la paroi et T f la température de l air ambiant. Le flux de chaleur total est la somme des deux flux de chaleur dus respectivement à la convection φ c et au rayonnement φ r. φ c = h c S(T p T f ) et φ r = h r S(T p T f ) donc φ = φ c + φ r = (h c + h r )S(T p T f ) et par suite h = h c +h r ou 1/R th = 1/R th,conv +1/R th,ray. On a addition des inverses des résistances thermiques en parallèle comme en électricité. On peut, en utilisant ce qui précède, tracer le schéma thermique équivalent dans le cas d un mur plan (mur d une habitation par exemple) 8

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude.

Objectifs du Chapitre. Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Objectifs du Chapitre Initiatiaon à l Analyse Dimensionnelle. Introduction à la Théorie de Maquettes et Similitude. Adil Ridha (Université de Caen) Analyse Dimensionnelle et Similitude 2009-2010 1 / 31

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique PARTIE COMPRENDRE CH20 TRANSFERTS THERMIQUES FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique.

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg)

LN 2 - 1 - Raymond Le Diouron. Consommation LN 2 en l/heure pour 1 kwh d énergie. Cout en par kwh d énergie (prix LN2: 0,20 / kg) IMPACT ENERGETIQUE cryogénie en simulation spatiale 25 20 5 0 5 0 Consommation en l/heure pour kwh d énergie P LN2 = 3 bara -00 Consommation en kg/heure pour kwh d énergie -200 O C -60-20 -80-40 0 40 80

Plus en détail

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Printemps des sciences 2008 Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Objectifs L objectif de cette petite démonstration est double : 1. Démontrer l importance d une bonne isolation thermique sur les

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Transfert thermique, Isolation.

Transfert thermique, Isolation. Quelques rappels théoriques. Les 3 phénomènes. Rayonnement Au travers du vide. Par extension : milieu transparent Transfert thermique. Conduction Grace à la présence de : matière immobile Convection Grace

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

CHAPITRE 4. Transferts de chaleur par convection

CHAPITRE 4. Transferts de chaleur par convection CHAPITRE 4 Transferts de chaleur par convection 1 Les 3 modes de transfert de chaleur sont : La conduction La convection Le rayonnement 2 Transfert par conduction 3 Transfert par convection 4 Exemple de

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Caractérisation et calcul des isolants

Caractérisation et calcul des isolants Caractérisation et calcul des isolants La caractéristique des isolants et la connaissance de leur domaine d'application, nécessite la connaissance des trois modes de transmission de la chaleur : -la conduction

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR

DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DOSSIER CHAUFFAGE RADIATEURS & CIRCUIT DE CHAUFFAGE LE RÔLE DU CHAUFFAGE LES MODES DE TRANSMISSION DE LA CHALEUR DESCRIPTION D UN CIRCUIT DE CHAUFFAGE A EAU CHAUDE LE SENS DE LA PENTE LE RADIATEUR EN FONTE

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2

Table des matières. Diusion thermique. S.Boukaddid Thermodynamique MP2 Diusion thermique Table des matières 1 oi de Fourier 2 1.1 Flux thermique.................................... 2 1.2 Vecteur densité volumique du courant thermique................ 2 1.3 oi de Fourier.....................................

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique

Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Échange d énergie 1 er principe de la thermodynamique Table des matières 1) MISE EN PLACE DU PREMIER PRINCIPE 2 1.1) ENERGIE INTERNE D UN SYSTEME 2 1.2) CADRE DU PROGRAMME 2 1.3) ENONCE DU PREMIER PRINCIPE

Plus en détail

QCM5 - P H Y S I Q U E

QCM5 - P H Y S I Q U E QCM5 - P H Y S I Q U E 1. Une pression de 3 bars équivaut à : (Pa : Pascal) a. 300 Pa b. 3000 Pa c. 30000 Pa d. 300000 Pa 2. La pression atmosphérique vaut : a. 25 bars b. 1 bar c. 10 bars d. 100 bars

Plus en détail

GENERALITE CONVECTION

GENERALITE CONVECTION http://www.ff-sachsenhagen.de/images/webdesign/flamme.jpg GENERALITE CONVECTION n peu de physique de la transmission de la chaleur Hypothèse de travail : on est en régime stationnaire : la production de

Plus en détail

I) Chauffage par résistance

I) Chauffage par résistance Le chauffage électrique électrique est de plus en plus répandu. Les avantages sont : * Facilité d utilisation * Confort d utilisation * Aucune pollution * Fiabilité et précision de réglage. Dans ce cours

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES

Repère : Session : 2001 Durée : 2 H 30 Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/5 Coefficient : 2 SCIENCES PHYSIQUES - La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l appréciation des copies. - Conformément au dispositions

Plus en détail

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet

Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet Physique générale II Examen Problème 1 Prof. Jean-Philippe Ansermet 25 juin 2013-12h15-15h15 Nom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 Prénom : l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l 2 l

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES la liaison étant supposée parfaite. Le rouleau n est entraîné en rotation par un moteur extérieur non figuré, sa vitesse de rotation est ω > constante au cours du temps.

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

5 Champ de Température T et flux de chaleur q

5 Champ de Température T et flux de chaleur q Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier TUE 302 : Outil Physique et Géophysique 5 Champ de Température T et flux de chaleur q Page 1 de 48 k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'hydrogène Liquide

Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'hydrogène Liquide Rev. Energ. Ren. : Journées de Thermique (001) 31-36 Simulation de la Convection Naturelle en Régime Permanent dans une Cuve Cylindrique : Cas de l'ydrogène Liquide A. Benkhelifa et M. Belhamel Centre

Plus en détail

Isolants minces et isolants épais

Isolants minces et isolants épais Isolants minces et isolants épais A force de concentrer les attaques sur les isolants minces réfléchissants, on en est venu à considérer que leurs concurrents, les isolants dits, par comparaison, «épais»

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Isolant thermique : faire le bon choix

Isolant thermique : faire le bon choix Isolant thermique : faire le bon choix Soucieux de réduire ses dépenses de chauffage, Frédéric décide d'améliorer l'isolation thermique de son habitation. Sa maison possédant un grenier non chauffé, il

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont

Calcul de Charges. Génie Climatique Préparation à l'agrégation. Michaël Thienpont 30 octobre 2005. présentation de : Michaël Thienpont Calcul de Charges présentation de : 1 Plan du cours Introduction Traitement de l'air Calcul de Charges climatiques Éléments de technologie Spécificités de la régulation Approche système et fonctionnelle

Plus en détail

COURS DE THERMODYNAMIQUE

COURS DE THERMODYNAMIQUE 1 I.U.. de Saint-Omer Dunkerque Département Génie hermique et énergie COURS DE HERMODYNAMIQUE 4 e semestre Olivier ERRO 2009-2010 able des matières 1 Mathématiques pour la thermodynamique 4 1.1 Dérivées

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

ETUDE D UN THERMOELEMENT

ETUDE D UN THERMOELEMENT TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE D UN THERMOELEMENT BUT DU T.P. Mettre en évidence et comprendre les effets thermoélectriques. On cherchera

Plus en détail

TS 21 Chauffer Isoler

TS 21 Chauffer Isoler FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 21 Chauffer Isoler Type d'activité Démarche expérimentale Analyse de documents Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail