Les calculatrices sont autorisées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les calculatrices sont autorisées"

Transcription

1 Les calculatrices sont autorisées Le sujet comporte quatre parties indépendantes. Les parties 1 et portent sur la mécanique (de la page à la page 7). Les parties 3 et 4 portent sur la thermodnamique (de la page 8 à la page 13). 1/13

2 MECANIQUE La première partie peut être vue comme l étude du mouvement d un sstème matériel composé de 3 parties, relativement à un repère fie. La seconde partie concerne le mouvement d un point matériel dans un fluide, le mouvement pouvant être étudié depuis un repère fie ou depuis un repère mobile. Noter que les deu parties sont indépendantes. PARTIE 1 Une moto et son conducteur On va étudier quelques mouvements d une motocclette (moto) et de son conducteur. On suppose l eistence d un référentiel galiléen auquel est associé un repère orthonormé direct Oz et on note r r r e, e, ez les vecteurs unitaires des aes ; la direction O est supposée horizontale. L accélération r r due à la pesanteur est notée g = ge (pour simplifier les calculs, on pourra prendre g = 10 m.s ). L ensemble moto + conducteur est de masse M = 300kg, la position du barcentre de cet ensemble est caractérisée par les distances d 1 = 0, 7 m, d = 0, 4 m et h = 1m (voir figure 1). La roue avant, pneu inclus, de centre O 1, possède un raon r 1 = 0,5m et un moment d inertie, relativement à un ae ( O1, e r z ), J 1 = 6 kg.m. La roue arrière, pneu inclus, de centre O, possède un raon r = 0,5 m et un moment d inertie, relativement à un ae ( O e r, z ), J = 10 kg.m. Lorsque la moto se déplace, les deu roues en contact avec la chaussée supposée horizontale, les points de contact des roues avant et arrière sont r r r notés I 1 et I. Les réactions du sol sur les roues sont respectivement R 1 = T1e + N1e et r r r R = Te + N e. Le coefficient de frottement des roues sur le sol est f = 0, 8 ; il ne sera pas fait de distinction entre le coefficient de frottement statique et le coefficient de frottement dnamique. A r r un instant donné quelconque, la vitesse instantanée de l ensemble est v = v. e (on se limitera au cas ν > 0). De même, on note ω er 1 z et ω er z, les vitesses de rotation instantanées des roues avant et arrière. On supposera toujours que les roues roulent sans glisser sur le sol. De plus, pour les questions allant de 1.1 à 1.14, on négligera l action de l air ambiant sur la moto et son conducteur (il peut s agir, par eemple, d une phase de démarrage pour laquelle la vitesse n est pas élevée). g r Roue arrière Roue avant G O h O 1 e r O e r I d d1 I 1 Figure 1 : vue dans le plan vertical O /13

3 1.1 Ecrire les relations de non glissement des roues sur le sol ; en déduire les epressions de ω 1 et ω en fonction de v, r1, r. 1. On note ( ) 1 O 1 σr et σr ( O ), les moments cinétiques en 1 s agit de moments pour un observateur du repère Oz ). Donner les epressions de ( O 1 1 ) ( ) O σr en fonction de J1, ω1, J, ω. 1.3 Montrer que le moment cinétique ( G) O et O des roues avant et arrière (il σr et r σ de l ensemble moto + conducteur relativement au point G, moment pour un observateur du repère Oz, se limite à la somme des moments précédents (on pourra utiliser le théorème de Koenig faisant référence au repère barcentrique). 1.4 En utilisant le théorème de la résultante dnamique, donner deu epressions et liant N, N, T, T, M, g, v& (accélération instantanée) En utilisant le théorème du moment cinétique, donner une epression liant N1, N, T1, T et h, d1, d, J1, r1, J, r, v&. 1.6 En appliquant le théorème du moment cinétique à la roue avant, établir une relation entre T1, J1, r1, v& (il est à noter que l articulation de cette roue sur le reste de la moto est supposée parfaite et que cette roue n est soumise à aucun couple). 1.7 A partir des relations obtenues, écrire N1, N, T1, T en fonction de v&. v& 1.8 Pour une accélération telle que 0,1 g =, montrer que les roues ne décollent pas du sol. 1.9 De même, montrer qu il n a pas glissement sur le sol, pour cette accélération Le moteur eerce un couple sur la roue arrière noté Γ.e r z ( Γ < 0 puisqu il s agit du couple moteur ; il n a pas de couple eercé sur la roue arrière). Par application du moment cinétique à la roue arrière, epliciter la relation liant le couple et l accélération On suppose le couple constant, ce qui correspond à une accélération constante. Eprimer la puissance instantanée P transmise par le moteur à la roue arrière motrice. Pour les questions 1.1 à 1.14, on suppose que le pilote parvient à soulever du sol la roue avant de son véhicule et on notera θ l angle d inclinaison de O O 1 par rapport à l horizontale (voir figures et 3, page 4). 3/13

4 Roue avant Roue arrière G O 1 h H Sol O I 1 I d d 1 Figure : moto inclinée de θ par rapport à l horizontale O C I θ Figure 3 : détail du point de contact 1.1 En supposant négligeable la vitesse de rotation de la roue avant, eprimer le moment cinétique en G de l ensemble (il s agit du moment cinétique pour un observateur du repère Oz ) Déterminer le moment en G des forces s appliquant à l ensemble moto + conducteur D après les deu questions précédentes, donner une équation permettant le calcul de l angle θ. v& Donner la valeur numérique de cet angle, pour 0, g = en utilisant le graphe de la figure v& Moment / G pour 0, g = eprimé en N.m θ en degrés -100 Figure 4 : moment / G des forces appliquées à l ensemble moto + conducteur en fonction de θ 4/13

5 1.15 A partir de cette question, on suppose que la moto roule de nouveau sur ses deu roues, le moteur eerçant un couple constant sur la seule roue arrière, couple noté Γ.e r z ( Γ < 0 ) A partir de cette question, on suppose que la moto roule de nouveau sur ses deu roues, le suppose que Comme on s intéresse à une phase où la vitesse v peut être plus grande que celles des moteur la moto eerçant roule de un nouveau couple sur constant ses deu roues, questions précédentes, il est maintenant nécessaire d introduire une force supplémentaire de onstant sur la seule roue arrière, couple noté.e r sur la seule roue arrière, couple noté Γ.e r z ( Γ < 0 ). Comme on s intéresse à une phase Γ où z ( la Γ < vitesse 0 ). v peut être plus grande rque celles r des phase où la freinage, due à l environnement de l ensemble. Cette force s écrira F = kv e et l on questions vitesse v précédentes, peut être plus il est grande maintenant que celles nécessaire des d introduire une force supplémentaire de supposera, pour simplifier, que sa ligne d action horizontale passe par le r aintenant nécessaire d introduire une force supplémentaire de point G. r freinage, due à l environnement Etablir l équation différentielle pour v (reprendre les équations à et tenir compte de la force F r r de l ensemble. r Cette force s écrira F = kv e et l on ent la moto de l ensemble. roule supposera, de nouveau Cette pour force sur simplifier, ses s écrira deu roues, F = le kv e et l on ), équation. la sa seule ligne d action roue arrière, horizontale couple passe noté par.e le r que sa ligne d action horizontale passe par le point G. Etablir l équation différentielle Γ point G. z ( Γ < pour 0 ). v (reprendre les équations à et tenir compte de la e pour v (reprendre 1.15 A partir vitesse v 1.16 peut force Montrer être Fles r équations de cette question, à et on tenir suppose compte que de la la moto roule de nouveau sur ses deu roues, le ), plus qu il grande eiste,. que pour celles la vitesse des moteur eerçant un couple constant v, sur une la valeur seule roue limite arrière, v l dont couple on donnera noté l epression Γ.e r en cessaire d introduire une force supplémentaire de z ( Γ < 0 ). fonction du couple r et des autres paramètres. emble Cette Montrer Comme force s écrira qu il on eiste, s intéresse r F = pour à kv ela une vitesse phase et l on v, une où la valeur vitesse limite v peut v l dont être on plus donnera grande l epression que celles en des itesse v, une valeur questions limite précédentes, v l dont on il donnera est maintenant l epression nécessaire en d introduire une force supplémentaire de ction horizontale fonction 1.17 passe du Montrer par couple que point et l équation G. des autres paramètres. r peut s écrire sous la forme v& + av. = av. l. On r s paramètres. freinage, due à l environnement de l ensemble. Cette force s écrira F = kv e précisera et l on rendre les équations à et tenir compte de la 1.17 Montrer supposera, l epression que pour l équation de simplifier, la constante que peut a sa en ligne s écrire fonction d action de sous kmj, horizontale la, forme 1, J, rr 1passe,. v& + av. par = le av. point l. On G. précisera peut s écrire sous Etablir la l équation forme v& différentielle + av. = av. l. pour On v précisera (reprendre les équations à et tenir compte de la l epression de la constante a en fonction de kmj,, 1, J, rr 1,. n valeur fonction limite de 1.18 kmj v force, En, supposant que la vitesse est nulle à l instant t = 0, établir la solution de l équation l dont F r 1, on J),, équation donnera rr 1,.. l epression en v En l précédente. supposant que Pour la cela, vitesse on pourra est nulle introduire à l instant le changement t = 0, établir de fonction la solution suivant de : ul équation 1.16 Montrer qu il eiste, pour la vitesse v, une valeur limite v =. est nulle à l instant t = 0, établir la solution de l équation l dont on donnera l epression vl ven vl précédente. fonction du e sous la forme v& Pour couple cela, et on des pourra autres introduire paramètres. v le changement de fonction suivant : u =. + av. = av. l ra introduire le changement de fonction l. On précisera suivant : u =. vl v e kmj,, vl v 1, J, rr 1, Montrer que l équation peut s écrire sous la forme v& + av. = av. l. On précisera PARTIE l epression Point de la matériel constante dans a en un fonction fluide de kmj,, 1, J, rr 1,. l instant t = 0, établir la solution de l équation PARTIE Il s agit de Point l étude matériel du mouvement dans vun d un fluide l point matériel se déplaçant dans un fluide. n le fluide changement 1.18 de En fonction supposant suivant que : la u = vitesse. est nulle à l instant t = 0, établir la solution de l équation Soit R un premier référentiel v galiléen auquel est associé un repère orthonormé direct d aes OX, l v Il s agit de l étude du mouvement d un point matériel se déplaçant rdans r un r fluide. vl un point Soit matériel OY, R précédente. OZ. un se premier déplaçant Les vecteurs Pour référentiel dans cela, unitaires un on fluide. galiléen pourra associés auquel introduire à ces est aes le associé changement sont un notés repère Ede, fonction E orthonormé, Ez. Ce suivant repère direct : ulié d aes = à la Terre OX,. est en auquel est considéré associé comme fie. L ae OZ est vertical ascendant, l accélération r r r vl v OY, OZ. due à la pesanteur sera notée r Les r vecteurs un repère orthonormé direct d aes OX, r runitaires r associés à ces sont notés E, E, Ez. Ce repère lié à la Terre est iés à ces aes g = sont genotés z. considéré comme Efie., E L ae, Ez. Ce OZ repère est vertical lié à la ascendant, Terre est l accélération due à la pesanteur sera notée vertical rascendant, Soit rr l accélération un second référentiel due à la auquel pesanteur est sera associé notée un repère orthonormé direct d aes O, O, Oz. g = ge r r r ériel se déplaçant Les vecteurs z. PARTIE dans un Point unitaires fluide. matériel associés dans à ces un fluide aes sont notés e, e, ez. Ce second repère mobile effectue un Soit R un second référentiel auquel est associé un repère orthonormé direct d aes O, O, Oz. el t associé est associé un mouvement repère de rotation uniforme relativement à R. Les aes Oz et OZ coïncident et l on posera un repère orthonormé orthonormé direct direct d aes d aes OX, r r r Les vecteurs r r O, O, Oz. runitaires r associés à ces sont notés e, e, ez. Ce second repère mobile effectue un Il s agit de l étude du mouvement d un point matériel se déplaçant dans un fluide. s aes sont sont notés mouvement notés ( E X,, Ee ), ee de = z,. e ωrotation. zce t. Ce où repère second ω, uniforme la lié vitesse repère à la Terre relativement de mobile rotation, est effectue est à R supposée. un Les aes constante Oz et OZ (voir coïncident figures 5a et et l on b, page posera 6). Un lativement ndant, l accélération r Soit R un premier référentiel galiléen auquel est associé un repère orthonormé direct d aes OX, récipient à rr. Les lié due aes à à R Oz la, pesanteur figuré et OZ coïncident pointillés, sera notée et renferme l on posera r r r ( EOY, un volume fluide supposé au repos relativement à X, eoz. ) = Les ω. t vecteurs où ω, la unitaires vitesse associés rotation, à ces est supposée aes sont constante notés E (voir figures 5a et b, page 6). Un, E, Ez. Ce repère lié à Terre est tation, est supposée R, la masse constante volumique (voir figures du fluide 5a étant et b, notée page 6). ρ. Un récipient considéré lié comme à R, figuré fie. L ae en pointillés, OZ est vertical renferme ascendant, un volume l accélération fluide supposé due au à la repos pesanteur relativement sera notée à é Une particule pesante, de masse m et de masse volumique ρ s se déplace au sein du fluide sous és, un renferme repère r orthonormé r un volume fluide direct supposé d aes O, au O, repos l action de son poids, d une force F r Oz. r rr g, = la masse ge relativement à ant tés notée e, e, ρ. ez. Ce second z. volumique du fluide étant notée ρ. repère mobile effectue un (et par la suite d une force supplémentaire). On suppose que la Une Soit particule R force F r un second pesante, référentiel de masse auquel m et de masse volumique ρ s se déplace au sein du fluide sous et R. de Les masse aes volumique Oz et ρ ρ s écrit OZ coïncident ρ s sous se déplace forme et l on au sein posera = kdu. Opfluide +. mge sous.. z avec l action de son poids, d une force F r est associé un repère orthonormé direct d aes O, O, Oz. r r r Les vecteurs unitaires associés à ces (et aes par sont la suite notés d une e force supplémentaire). k =. m. ω, une On constante suppose positive que la et pposée (et par la constante suite d une (voir force figures supplémentaire). 5a et b, page 6). On Un suppose ρsque la ρs force ρ p désignant F r, e, ez. Ce second repère mobile effectue un r mouvement ρ r ρ s écrit de la sous rotation projection la ρ forme uniforme du Fpoint = relativement k. P Opsur + le plan. mge. à. R horizontal z,. avec Les kaes (cette = Oz. m et force. ωoz, est une coïncident la constante et résultante positive l on posera r des forces et de kun. Opvolume +. mge fluide r.. z, supposé avec k = au repos. m. ω relativement, une constante à ρpositive s et ρ ( E s X, e) = ω. t où ω, la vitesse de rotation, est supposée constante ρ ρ(voir figures 5a et b, page 6). Un p sdésignant pression la s eerçant projection ρs sur du la point particule). P sur le Par plan la horizontal suite, seul (cette le cas force est > 1la sera résultante considéré. des forces On repère de la sur volumique le plan récipient horizontal lié ρ (cette à R, force figuré est en la pointillés, résultante renferme des forces un de volume fluide ρ s supposé au repos relativement à s se déplace au sein du fluide sous ρ pression R ite position, la masse s eerçant de P volumique par sur ρses la coordonnées particule). du fluide étant Par X, Y, notée la Z suite, (relativement ρ. seul le cas à R ) ou >, 1, sera z (relativement considéré. On à R repère ). la. Par d une la suite, force seul supplémentaire). cas > 1On sera suppose considéré. que la On repère la ρ s ρ. ge. r Une particule pesante, de masse m et de masse volumique ρ s se déplace au sein du fluide sous ρ s Y, Z z, avec position k = de. m P. par ω, ses une coordonnées constante positive X, Y, Z et (relativement à R ) ou,, z (relativement à R ). l action de son poids, d une force F r (et par la suite d une force supplémentaire). On suppose que la (relativement ρ à R ) ou,, z (relativement à R ). s orizontal (cette force force F r r ρ r ρ s écrit est la sous résultante la forme des Fforces = k. Op de +. mge.. z, avec k =. m. ω, une constante positive et ρs ρs ρ, seul le cas > 1 sera considéré. On repère la 5/13 p désignant la projection du point P sur le plan horizontal (cette force est la résultante des forces de ρ s 5/13 ρ ement à R pression ) 5/13 ou,, s eerçant z (relativement sur la à particule). R ). Par la suite, seul le cas > 1 sera considéré. On repère la ρ s

6 Z g r O P h Y O p Y h p X ω.t X Figure 5a : vue dans l'espace Figure 5b : vue dans le plan horizontal.1 Etablir les trois équations différentielles du mouvement de P pour un observateur de R, c està-dire pour les variables X, Y et Z, fonctions du temps (équations I, II et III). Donner la solution générale des équations différentielles I et II et préciser la nature de la trajectoire du point p, trajectoire vue de R.. Etude de quelques cas particuliers..1 Dans le cas des conditions initiales suivantes : k X(0) = X0, X& (0) = 0, Y(0) = 0, Y& (0) = X0, préciser la nature de la trajectoire du point p m (trajectoire dans R ) ainsi que la vitesse angulaire de parcours sur cette courbe. Indiquer la nature de cette même trajectoire vue de R ainsi que la vitesse angulaire de parcours... Pour les conditions initiales suivantes : X(0) = X0, X& (0) = U0, Y(0) = 0, Y& (0) = 0, établir les solutions de I et II ; préciser la nature de la trajectoire vue de R..3 A partir de maintenant, on va tenir compte d une force supplémentaire F r v, trouvant son r r origine dans la viscosité du fluide. Cette force s écrit Fv = μ. vr où μ désigne une constante positive, v r r étant la vitesse de P par rapport à R. On va maintenant déterminer les équations différentielles du mouvement pour un observateur de R, c est-à-dire pour les variables, r r r r r r et z, fonctions du temps. Eprimer, suivant e, e, ez, les vecteurs ar, ac, ae, respectivement accélération relative, de Coriolis et d entraînement du point P. 6/13

7 .4 En utilisant les résultats de la question.3, établir les équations différentielles du mouvement pour et (équations IV et V)..5 Des solutions approchées de ces équations IV et V peuvent être obtenues en supposant l accélération de Coriolis négligeable devant l accélération d entraînement. Etablir les epressions de et en fonction du temps. Pour simplifier l écriture, on pourra poser Ω = k m ω μ et = λ, cette dernière quantité étant supposée inférieure à Ω. m.6 Pour t +, quelle est la position de p? 7/13

8 THERMODYNAMIQUE Bilan thermique d une maison climatisée Ce problème se compose de deu parties. La première partie, indépendante de la seconde, porte sur une étude du double vitrage. Dans cette première partie, beaucoup de questions ne dépendent pas des précédentes. Nous analsons l intérêt d utiliser vitres ainsi que les solutions technologiques actuellement emploées pour réduire les pertes thermiques. La seconde partie aborde le fonctionnement du climatiseur d un point de vue très général puis le bilan thermique d une maison climatisée en présence d air sec. Données du problème : 8 4 Constante de Stefan : σ = 5, W.m.K. Constante des gaz parfaits : 1 1 R = 8,315 J.mol.K. PARTIE 3 Comparaison des fenêtres à double vitrage On suppose qu un corps noir au fond d une cavité est éclairé par le soleil. L ensemble du problème sera unidimensionnel. Le corps noir ne raonne que d un côté. Une fenêtre est interposée entre le soleil et le corps noir comme représenté sur la figure 6. Fenêtre Corps noir Isolant thermique sans rôle Figure 6 : corps noir recouvert d une vitre éclairé par un raonnement solaire Dans cette partie, le corps noir sera supposé parfait, absorbant l intégralité du raonnement incident et réémettant tout le raonnement absorbé. Toutes les vitres sont en verre que l on suppose parfaitement transparent au raonnement solaire et se comportant comme un corps noir dans l infrarouge lointain. Dans cette partie du problème, on supposera que le flu surfacique solaire incident ϕ s, normal au corps noir, est égal à 1000 W.m. 3.1 Questions préliminaires Donner la loi du déplacement de Wien reliant la température du corps noir T CN et la longueur d onde λ m du maimum d émission du corps noir en μm. 8/13

9 3.1. Indiquer dans quel domaine spectral émet un corps noir chauffé à 300 K et à 5800 K 3.1. (température Indiquer du dans soleil). quel domaine spectral émet un corps noir chauffé à 300 K et à 5800 K (température du soleil) Le verre est globalement transparent pour le raonnement solaire (le soleil émet dans le visible) Le verre et se comporte est globalement comme transparent un corps noir pour dans le raonnement l infrarouge solaire lointain (le (issu soleil des émet corps dans à le température visible) ambiante). et se comporte Sachant comme que un 95 corps % du noir raonnement dans l infrarouge d un corps lointain noir est (issu concentré des corps à entre température 0,5 λ m et 8 ambiante). λ m, déterminer Sachant la longueur que 95 d onde % du approimative raonnement d un à laquelle corps le noir verre est change concentré de comportement. entre 0,5 λ Les constructeurs en fonction du tpe de verre donnent 3-4 µm. m et 8 λ m, déterminer la longueur d onde approimative à laquelle le verre change de comportement. Les constructeurs en fonction du tpe de verre donnent 3-4 µm. 3. Comparaison du simple et du double vitrage 3. Comparaison du simple et du double vitrage 3..1 La fenêtre est composée d une simple vitre (température T v1 ). A partir d un bilan radiatif et 3..1 sans La tenir fenêtre compte est composée de la présence d une d air, simple déterminer vitre (température la température T du corps noir T CNa en v1 ). A partir d un bilan radiatif et régime sans stationnaire. tenir compte Effectuer de la présence l application d air, numérique déterminer pour la Ttempérature CNa ( ϕs = 1000 du W.m corps ) noir. T CNa en régime stationnaire. Effectuer l application numérique pour TCNa ( ϕs = 1000 W.m ). 3.. La fenêtre est maintenant composée d un double vitrage. La vitre etérieure est à la 3.. température La fenêtre T v1 est et la maintenant vitre face composée au corps noir d un à double la température vitrage. T La v. vitre A partir etérieure d un bilan est à la radiatif température et sans tenir T compte de la présence d air, déterminer la température du corps noir v1 et la vitre face au corps noir à la température T v. A partir d un bilan T CNbradiatif en régime et sans stationnaire. tenir compte de la présence d air, déterminer la température du corps noir Effectuer T CNb l application en régime stationnaire. numérique pour TCNb ( ϕs = 1000 W.m ). Effectuer l application numérique pour TCNb ( ϕs = 1000 W.m ). On cherche maintenant une durée caractéristique de la décroissance de la température pour les différentes On cherche fenêtres. maintenant On ne tient une toujours durée caractéristique pas compte de de l air. la On décroissance suppose que de le la corps température noir est pour à la les température différentes de T fenêtres. = 333KOn à ne t = tient 0s, toujours qu il raonne pas compte et se refroidit. de l air. On Il ne suppose reçoit plus que le de corps raonnement noir est à la 4 1 solaire. Sachant que le corps noir a une capacité thermique C = 10 J.K température de T = 333K à t = 0s, qu il raonne et se refroidit. Il ne, une reçoit surface plus A de de raonnement 1m et que la capacité thermique des vitres est négligeable : 4 1 solaire. Sachant le corps noir a une capacité thermique = 10 J.K C, une surface A de 1m et que la capacité thermique des vitres est négligeable : 3..3 Déterminer la durée τ a pour que le corps noir soit à une température de T 1 = 300 K pour le 3..3 simple Déterminer vitrage. la Effectuer durée τ a l application pour que le corps numérique noir soit et à donner une température cette durée de en T 1 = minutes 300 K pour et le secondes. simple vitrage. Effectuer l application numérique et donner cette durée en minutes et secondes Déterminer la durée τ b pour que le corps noir soit à une température de T 1 = 300 K pour le 3..4 double Déterminer vitrage. Eprimer la durée τ b en pour fonction que le de corps τ a. L application noir soit à une numérique température n est de pas T 1 = demandée. 300 K pour le double vitrage. Eprimer τ b en fonction de τ a. L application numérique n est pas demandée. 3.3 Amélioration par métallisation eterne 3.3 Amélioration par métallisation eterne Sur la face la plus eterne du double vitrage à la température T v1, est déposée une fine couche Sur métallique la face la ou plus un eterne revêtement du double à faible vitrage émission à la température thermique. On T suppose que cette v1, est déposée une fine couche couche transmet métallique intégralement ou un le revêtement flu solaire à et faible réduit émission de moitié thermique. l émission On de suppose cette face. que En cette 1 4 conséquence, couche transmet on devra intégralement écrire que le le flu flu surfacique solaire et réduit émis par de moitié la vitre l émission vaut ϕ = de σcette T pour face. En 1 4 conséquence, on devra écrire 4 que le flu surfacique émis par la vitre vaut ϕ = σt pour la face métallisée et ϕ = σt pour la face non métallisée. A partir d un bilan radiatif et sans tenir compte de la présence d air, 4 la face métallisée et ϕ = σt pour déterminer la face non la métallisée. température A partir T CNc d un du bilan corps radiatif noir. La et sans tenir compte de la présence d air, déterminer la température T CNc du corps noir. La 9/13 9/13

10 température de la vitre face au corps noir est notée T v. Effectuer l application numérique pour TCNc ( ϕs = ) 1000 W.m Déterminer la durée caractéristique τ c de la décroissance de la température pour passer de T = 333K à T 1 = 300 K pour cette fenêtre. Comme précédemment, on suppose que le corps noir ne reçoit plus de raonnement solaire, qu il a une capacité thermique 4 1 C = 10 J.K, une surface A de 1m et que la capacité thermique des vitres est négligeable. Eprimer τ c en fonction de τ a. L application numérique n est pas demandée. 3.4 Prise en compte des échanges diffusifs dans le double vitrage On prend en compte, dans un premier temps, les échanges de tpe diffusif dus à un gaz uniquement entre les deu vitres. Dans le cadre d un modèle microscopique, on considère que les molécules se déplacent à la vitesse quadratique moenne identique v suivant trois directions et pour chaque direction suivant deu sens (isotropie de la distribution des vitesses) Trouver, dans le cadre de ce modèle simplifié du gaz parfait en équilibre thermodnamique interne, la relation entre la pression p et la vitesse v A partir de l équation d état du gaz parfait, retrouver l epression suivante de la vitesse v en fonction de la température T : 3RT v = M où R est la constante des gaz parfaits et M la masse molaire du gaz considéré. On suppose maintenant, qu à une échelle d espace plus grande, les molécules subissent des chocs caractérisés par une section efficace, a, que l on suppose constante en fonction de la pression et de la température. La conductivité thermique peut s écrire : 1 c λ = v 3 a où c est la capacité thermique constante d une molécule et v la vitesse quadratique moenne obtenue à la question précédente Est-ce que la conductivité thermique λ varie avec la pression? Et avec la température? T v1 T v Température etérieure 303 K Température intérieure 93 K L Figure 7 : vitres composant le double vitrage 10/13

11 Dans les doubles vitrages, le constructeur vante le remplacement de la lame d air emprisonnée entre les deu vitres par de l argon. A pression atmosphérique et à 73K, la conductivité thermique de 1 1 l argon vaut 0, 0177 W.m.K thermique est définie par : alors que pour l air, elle s élève à R th ΔT = Φ 1 1 0, 040 W.m.K. La résistance où Δ = v1 v T T T est la différence de températures entre les deu thermostats entre lesquelles s échange un flu énergétique Φ (en W). La température intérieure est de 93K et la température etérieure de 303K comme indiqué sur la figure Eprimer R th en fonction de la surface A de chaque vitre, de la distance entre les deu thermostats L et de la conductivité thermique λ Donner l analogie entre les grandeurs thermiques (, Δ, Φ) dans un tableau en spécifiant, pour chaque grandeur, l unité. R T et les grandeurs électriques Les vitres séparées par l air sont distantes de d = 1cm. Quelle distance L permet d avoir la même résistance thermique avec de l argon? La différence vous parait-elle importante? On suppose une faible différence de température (linéarisation du problème) et l on prend en considération (1) la conductivité thermique et () le raonnement entre les deu vitres Ecrire le flu énergétique entre la vitre 1 et la vitre en fonction des données du problème (surface A, distance L entre les vitres, températures des vitres T v1 et T v, conductivité λ et constante de Stephan σ ). Linéariser cette epression sachant que 4 ( ) ( ) v1 v = v + v1 v v v1 v 4 v T T T T T T T T T Que vaut la résistance thermique pour la lame d air (L vaut alors d = 1cm ) sans le raonnement ( ) ths R et avec le raonnement ( ) tha th R? Effectuer l application numérique. On prendra une surface A = 1m. Est-ce que la contribution du raonnement est importante? Remarque : il est courant que la métallisation ou une couche à faible émission thermique soit située sur une des faces internes Entre une lame d air et une lame d argon, la différence est un peu plus grande que celle que l on a calculée. De plus, si l espacement entre les vitres est supérieur à 1, cm, la résistance thermique ne varie plus. Quel phénomène de transport thermique permet d epliquer ces observations? 11/13

12 Le coefficient de transfert thermique U d une fenêtre, eprimé en W.m.K, est défini comme l inverse du produit de la résistance thermique de l objet et de sa surface A. Il vaut pour les différents tpes de fenêtres : Sstème Fenêtre 1 U ( W.m.K ) I Simple vitrage 5,8 II Double vitrage ordinaire,8 III Double vitrage avec métallisation 1,9 IV Double vitrage avec métallisation et argon 1,1 V Triple vitrage avec métallisation et argon 0,8 Pour référence, les murs ont tpiquement un coefficient de transfert thermique de 1 0,5 W.m.K. Analser l importance du nombre de vitres à partir du tableau ci-dessus et des questions précédentes. Justifier que l on installe majoritairement des fenêtres en double vitrage. PARTIE 4 Bilan thermique d une maison climatisée en été On considère une maison et sa climatisation. La température etérieure est de T C = 303K. La température intérieure est de T F = 93K. L ensemble mur-fenêtre reçoit un flu net (radiatifconvectif-diffusif) de W. La maison est équipée d une climatisation idéale. Sur chaque ccle, le fluide circulant dans l installation reçoit un transfert thermique Q C à la source chaude, un transfert thermique Q F à la source froide et un travail W. Dans toute cette partie, on admettra que la conversion électromécanique du compresseur (moteur servant lors de la compression) a un rendement unité. 4.1 Maison sans circulation d air A partir du premier principe, eprimer le travail W en fonction du transfert thermique avec la source chaude Q et froide Q. C F 4.1. A partir du second principe en supposant une machine de Carnot, donner l epression de Q F en fonction de QC, T C et T F Déterminer le coefficient de performance (COP) du climatiseur idéal modélisé comme une machine de Carnot fonctionnant en récepteur. Effectuer l application numérique Quelle puissance électrique est nécessaire pour maintenir la température interne de la maison à 93K avec cette machine de Carnot? Rappel : le moteur est idéal, sans perte, convertissant l intégralité de la puissance électrique reçue en puissance mécanique. 1/13

13 4.1.5 La machine réelle utilisée pour la climatisation de la maison a un COP de 3. En déduire la puissance électrique nécessaire pour maintenir la température interne de la maison à 93K. 4. Prise en compte de la circulation d air sec 3 1 Dans une maison de 100m, le débit volumique d air entrant mesuré à l etérieur vaut 100m.h. L air chaud entrant est directement en contact avec la climatisation. La température à l intérieur de la maison est homogène. L air entrant est à la même pression que l air sortant. On prendra : p = 1,00 10 Pa, M air = 0,089 kg.mol et c p, air = 1005 J.kg.K. d L air sera traité comme un gaz parfait. Dans la suite, on adoptera la notation : = &. dt 4..1 Ecrire le bilan des débits massiques (on notera m& V, air, e le débit massique d air entrant et m& le débit massique d air sortant). Déterminer la valeur numérique du débit massique V, air, s entrant en 1 g.s. La température de référence sera la température etérieure T = 303K. 4.. Ecrire le premier principe et en déduire l epression du transfert thermique reçu par l air entrant δ Q air, e en fonction des paramètres du problème dont font partie le débit massique m& V, air, e et la différence de température TC T F. Dans le cas d un sstème ouvert, on rappelle que la variation d enthalpie dh = C p dt est reliée au transfert thermique δq et au travail utile δ Wu = Vdp par : dh = δw + δq En déduire la puissance thermique Q & F reçue par le fluide de la climatisation nécessaire pour refroidir cet air. Effectuer l application numérique Quelle puissance électrique est maintenant nécessaire pour maintenir la température interne COP = 3? de la maison ensoleillée à 93K avec la climatisation réelle ( ) 4..5 En présence d air humide saturé (air + vapeur d eau dont la pression partielle est égale à la pression de vapeur saturante), la puissance thermique Q & F trouvée à la question 4..3 passe à 190 W. A quel phénomène phsique est associée cette augmentation sachant que la pression de vapeur saturante de l eau vaut 446Pa à 303K et 339Pa à 93K? u air Fin de l'énoncé. 13/13

14

15

16 IMPRIMERIE NATIONALE D après documents fournis

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées.

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. EION 003 EPREUVE PECIFIQUE FIIERE MP PHYIQUE 1 Durée : 4 heures es calculatrices sont autorisées NB : e candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée

Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Thermodynamique 4 Machines thermiques Illustrations : Exp du bateau à eau, machine Bollée Simulation gtulloue // cycles moteur A savoir - Définir une machine thermique - Bilan énergétiques et entropiques

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 004 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP PYSIQUE Durée : 4 heures Les calculatrices sont autorisées. N : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 DA 5 pour le 15 avril 2014 Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 Problème : Essuie-vitre à détecteur de pluie Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu

TS Physique D Aristote à aujourd hui Exercice résolu P a g e 1 TS Physique Eercice résolu Enoncé -34 avant JC : Aristote déclare qu une masse d or, de plomb ou de tout autre corps pesant tombe d autant plus vite qu elle est plus grosse et, en particulier,

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Sujet Agro 2011 Physique

Sujet Agro 2011 Physique Sujet Agro 2011 Physique A Chauffage d une maison en hiver A I Evaluation des pertes thermiques Confusion de l énoncé : le régime permanent est évoqué alors qu il faudrait parler de régime stationnaire.

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

A. Chauffage d une maison en hiver

A. Chauffage d une maison en hiver Banque Agro - Véto A - 0711 PHYSIQUE Durée : 3 heures 30 minutes L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Partiel PHY121 Mécanique du point

Partiel PHY121 Mécanique du point Université Joseph Fourier Grenoble Licence Partiel PHY2 Mécanique du point Vendredi 23 mars 202 Durée h30 Calculatrices et documents non-autorisés Pour chaque question, 4 réponses sont proposées dont ou

Plus en détail

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012

Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Ecole Polytechnique de l Université de Nice - Sophia Antipolis CiP1 Notes du Cours de Mécanique 1 er semestre, année 2011/2012 Patrizia Vignolo Jean-Michel Chauveau Thibault Gayral Sommaire : Introduction

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STI2D Epreuve de physique chimie. Corrigé. Session de juin 2013 Antilles Guyane. 10/07/2013 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STID Epreuve de physique chimie Session de juin 013 Antilles Guyane Corrigé 10/07/013 www.udppc.asso.fr PARTIE A : ENERGIE MECANIQUE DES VEHICULES A-1 ÉTUDE MECANIQUE DU MOUVEMENT. Un véhicule

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique

Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique F en N LNW Physique II e BC Exercices sur Travail, puissance et l'énergie mécanique 1) Calculer le travail d'une force constante F 3 i 1 j le long d'un trajet rectiligne de A (2,0) vers B (7,4). 2) Le

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques. Correction. Session septembre 2014 Métropole. 06/12/2014 www.udppc.asso.fr

Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques. Correction. Session septembre 2014 Métropole. 06/12/2014 www.udppc.asso.fr Baccalauréat STL B Épreuve de sciences physiques Session septembre 2014 Métropole Correction 06/12/2014 www.udppc.asso.fr PARTIE A : traitement du lait et pasteurisation. 1. Contrôle qualité du lait (document

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION

EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION EXERGIE ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE EXEMPLE DE COGÉNÉRATION DÉFINITIONS L exergie d un système dans des conditions (T, S, U ) données correspond au travail utile maximal que ce système pourrait fournir en

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC

CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Option Génie Electrotechnique SESSION 2002 Epreuve: Etude des constructions Durée : 4 heures Coefficient : 6 CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc.

PHYSIQUE-CHIMIE. Traitements des surfaces. Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc. PHYSIQUE-CHIMIE Traitements des surfaces Partie I - Codépôt électrochimique cuivre-zinc IA - Pour augmenter la qualité de surface d une pièce en acier, on désire recouvrir cette pièce d un alliage cuivre-zinc

Plus en détail

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique Page 1 sur 5 1 ère S Physique Mécanique - Enoncé - Remarques préliminaires : - n prendra g = 9,8 N.kg -1. - n traaille dans un référentiel terrestre supposé galiléen. Un jouet, une «petite oiture», est

Plus en détail

Cours préparatoires de physique

Cours préparatoires de physique Cours préparatoires de physique Août 2012 L. Dreesen LA DYNAMIQUE, LES LOIS DE NEWTON Août 2012 L. Dreesen 1 Table des matières Introduction Force La première loi de Newton La troisième loi de Newton La

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve

A propos de la sonde Rosetta. Corrigé de l'épreuve Concours EPITA IPSA Épreuve de physique A propos de la sonde Rosetta Corrigé de l'épreuve A Navigation spatiale Questions préliminaires 1 Compte-tenu des symétries, on détermine l'expression du champ de

Plus en détail

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Modèle d une automobile.

Modèle d une automobile. Modèle d une automobile. On modélise une automobile par deux disques homogènes identiques de masse m de rayon a, de moment d inertie J = (1/) m a par rapport à leurs axes respectifs, de centre C, en contact

Plus en détail

ESSUIE-VITRE À DÉTECTEUR DE PLUIE

ESSUIE-VITRE À DÉTECTEUR DE PLUIE A 00 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit!

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! - 1 - L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! Jean-Louis Dufresne, LMD-IPSL, CNRS-Université Paris 6 Jacques Treiner, Paris 6 Par souci de simplicité, l effet de serre atmosphérique

Plus en détail

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces

Partie I - Généralités sur la microscopie I.A - Ordres de grandeur I.B - Microscope optique ; étude géométrique La signification de ces PHYSIQUE I Les trois parties du problème sont largement indépendantes Les réponses non justifiées au questions qualitatives ne seront pas prises en compte Partie I - Généralités sur la microscopie IA -

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

Physique. Les télescopes infrarouges

Physique. Les télescopes infrarouges Physique MP 4 heures Calculatrices autorisées Les télescopes infrarouges 2014 Ce sujet traite de l observation, à l aide de télescopes, des rayonnements infrarouges provenant de l espace. Ces rayonnements

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Etude d'un monte-charge

Etude d'un monte-charge BTS ELECTROTECHNIQUE Session 1998 3+

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

DM n 3 MP 2015/2016. PROBLEME II. Autour de l'eau. Propriétés physiques de l'eau

DM n 3 MP 2015/2016. PROBLEME II. Autour de l'eau. Propriétés physiques de l'eau DM n 3 MP 2015/2016 PROBLEME II. Autour de l'eau Ce problème comporte trois parties s'articulant autour d'un thème commun : l'eau. Dans la première partie du problème, on s'intéresse à quelques propriétés

Plus en détail

Deuxième partie L impact

Deuxième partie L impact A 00 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide Chapitre 5 Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide 5.1 Equations de propagation pour E et B Dans le vide, au voisinage de tout point où les charges et les courants sont nuls, les équations

Plus en détail

L élève doit avoir une connaissance pratique de la force normale, du poids, des schémas d équilibre et de l analyse graphique.

L élève doit avoir une connaissance pratique de la force normale, du poids, des schémas d équilibre et de l analyse graphique. Leçon Frottement L applet Frottement simule le mouvement d une pile de livres tirée sur une surface rugueuse par un dynamomètre de traction. Préalables L élève doit avoir une connaissance pratique de la

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail