Les Cahiers du CIJ Secteur A Études et Formations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Cahiers du CIJ Secteur A Études et Formations"

Transcription

1 L'éducation différenciée Les Cahiers du CIJ Secteur A Études et Formations A.1. Au Luxembourg 6. L'éducation différenciée Mots clefs de cette fiche : Autisme, Ecole, Education Différenciée, Dyslexie, Guidance,Etudes, Handicap, Intégration, Logopédie, Propédeutique, Pour que certains ne restent pas sur le bord du chemin de l intégration par l éducation et la scolarité, il existe donc toute une organisation qui permet dès le plus jeune âge à ceux qui sont en situation de handicap face à des compétences d apprentissage, de pourtant acquérir des savoirs adaptés C est l Éducation Différenciée!.. Éducation différenciée- Aspects légaux L introduction de l obligation scolaire par la loi du 12 août 1912 concernant l organisation de l enseignement primaire constituait un progrès social considérable, parce qu elle ne stipulait non seulement le devoir d aller à l école, mais qu en fait elle en octroyait également le droit. Pendant des siècles, l accès à la culture et à l instruction avait été réservé aux classes sociales supérieures, et la généralisation de l enseignement était donc une mesure importante en faveur de l égalité des chances. Toutefois la loi du 12 août 1912 excluait les enfants handicapés de cette obligation et par conséquent de ce droit, par les passages suivants : ne sont pas soumis aux prescriptions de l article 1er concernant l obligation scolaire, les enfants atteints de graves infirmités physiques autres que celles de la vue et de l ouïe ; Les enfants atteints d infirmités intellectuelles ne sont pas admissibles à l école. Les centres régionaux et les instituts spécialisés Cette discrimination fut abrogée par la loi de 1973 portant création de l Éducation différenciée, qui introduisait l obligation scolaire pour tous les enfants exclus par la loi de Les enfants handicapés ont donc obtenu le droit de profiter de l enseignement dans le cadre d écoles spécialisées, tenant compte de leurs besoins particuliers. S il est vrai que les enfants mentalement handicapés ne sont pas aptes à suivre un programme scolaire ordinaire, il n en est pas moins vrai qu une stimulation continue, telle qu elle est offerte dans les centres et instituts de l Éducation différenciée, favorise leur développement et permet une meilleure intégration dans la société. Les centres et instituts suivants sont les écoles spécialisées dans l enseignement des enfants handicapés et à besoins spéciaux : - les centres d éducation différenciée et de propédeutique professionnelle à Clervaux, Walferdange et Warken ; - les centres d éducation différenciée régionaux à Differdange, Echternach, Esch-sur-Alzette, Luxembourg, Redange-sur-Attert, Roeser et Rumelange ; - les centres d observation à Olm et Pétange ainsi que le centre d intégration de Cessange, accueillant des enfants à troubles graves du comportement ; - l institut pour infirmes moteurs cérébraux ; - l institut pour déficients visuels ; - l institut pour enfants autistiques et psychotiques. Le Centre de Logopédie est une école pour enfants sourds, durs d oreille ou atteints de troubles de la parole. Il fut instauré par la loi du 16 août 1968, et il fonctionne en étroite collaboration avec l Éducation différenciée. Le programme dispensé dans les écoles de l Éducation différenciée est basé sur le plan d études de l Éducation différenciée, portant sur les dix domaines suivants : - l indépendance personnelle, - la communication, - les apprentissages scolaires de base, - les apprentissages culturels, 1

2 DECLIC L éducation différenciée, c est quoi? Depuis 1973, des centres et instituts spécialisés, des centres de propédeutique professionnelle ainsi que des équipes médico- psycho- pédagogiques multidisciplinaires au sein des «Services de guidance de l enfance» et du «Service rééducatif ambulatoires» ont été crées afin d accueillir et d accompagner les enfants qui, en raison de particularités mentales, caractérielles ou sensorielles, ne peuvent pas suivre l enseignement ordinaire ou spécial. Ces enfants à besoins spéciaux doivent suffire à la scolarité obligatoire. A ce titre très exceptionnel, les enfants soumis à un traitement médical excluant la scolarité, sont dispensés de l obligation scolaire par décision du Ministre de l Education nationale, sur la base d un certificat établi par le médecin traitant ou un médecin spécialiste et sur avis de la Commission médico- psycho- pédagogique nationale. Particularité : Le Ministère de l Education nationale entend favoriser la plus grande intégration possible des enfants à besoins spéciaux et à besoins éducatifs spéciaux dans la société en les faisant bénéficier d un enseignement approprié. Mission : La double mission de l Education différenciée sur la scolarisation est claire : L instruction scolaire des enfants à besoins spéciaux et à besoins éducatifs spéciaux est assurée dans des centres d éducation différenciée régionaux et instituts spécialisées d une part, dans les classes de l éducation préscolaire et de l enseignement primaire d autre part. En effet, les élèves à besoins spéciaux et ayant des besoins éducatifs peuvent : - Soit suffire à leur obligation scolaire dans le cadre des classes de l Education différenciée, - Soit fréquenter une classe de l éducation préscolaire respectivement de l enseignement primaire (voir chapitres sur l Education préscolaire et l Enseignement primaire). - l éducation psychomotrice, - la santé et l hygiène sociale, - le développement affectif et social, - la responsabilité personnelle, - l initiation à la vie professionnelle, - les activités de loisir. Le nombre restreint d élèves dans les classes de l Éducation différenciée permet d assurer un enseignement individualisé, adaptant la matière à apprendre aux besoins éducatifs spéciaux de chaque élève. Les groupes sont encadrés par des instituteurs/trices, des éducateurs/trices gradué(e)s, des éducateurs/trices, des infirmiers ou infirmières et d autres agents socio-éducatifs ou ré-éducatifs. Les efforts en faveur d une intégration des personnes atteintes d un handicap dans notre société sont relativement récents, de même que la scolarisation d enfants atteints d un handicap au sein d une classe de l enseignement ordinaire. Dans cet esprit la loi de 1973 qui prévoyait deux possibilités de scolariser les enfants handicapés, à savoir : - soit de fréquenter un centre régional ou un institut spécialisé de l Éducation différenciée au Luxembourg, - soit de fréquenter une institution spécialisée à l étranger, fut complétée en 1994 par la loi dite sur l intégration scolaire par l ajout de deux autres formes de scolarisation pour les enfants à problèmes : - l intégration totale d un enfant affecté d un handicap dans l enseignement préscolaire, primaire ou postprimaire, - l intégration partielle d un enfant affecté d un handicap dans un centre régional ou un institut spécialisé de l Éducation différenciée et complémentairement, pour certaines activités, dans une classe de l enseignement ordinaire. Les parents ont le droit et la responsabilité de choisir la forme de scolarisation qui leur paraît la plus appropriée pour leur enfant : l admission dans un centre/institut de l Éducation différenciée ou dans une structure équivalente à l étranger, la participation à temps partiel ou à plein temps dans une classe de l enseignement préscolaire ou primaire. Il est difficile de se prononcer définitivement en faveur de l un ou de l autre mode de scolarisation. La décision doit être prise dans l intérêt bien compris de l enfant en considération de sa situation personnelle. Il est pourtant indéniable que les contacts entre enfants valides et enfants atteints d un handicap doivent être favorisés. S il n y a pas moyen d entamer de tels rapprochements pendant les cours, les rencontres doivent avoir lieu lors d activités périscolaires ou pendant les loisirs. Le Service ré-éducatif ambulatoire (SREA) Pour aider les enfants handicapés intégrés dans une classe de l enseignement préscolaire ou primaire, l intervention supplémentaire de la part de personnes qualifiées est souvent nécessaire. Les titulaires doivent assurer l enseignement des élèves qui suivent le programme normal, et parfois ils ne sont pas disponibles pour attribuer l attention nécessaire à l enfant atteint d un handicap qui a besoin d un programme individualisé. La loi sur l intégration scolaire de 1994 a donc mené à la création d un nouveau service assumant ces fonctions d appui et d aide, à savoir du Service ré-éducatif ambulatoire, instauré par arrêté grand-ducal du 9 janvier

3 Ce service est composé de professionnels à formation spécialisée du domaine scolaire, éducatif et paramédical, qui accompagnent les enfants à besoins éducatifs spéciaux intégrés dans des classes de l enseignement ordinaire, en les faisant bénéficier temporairement d un programme individuel et en conseillant les instituteurs qui accueillent ces élèves à problèmes. Ce service est appelé «ambulatoire», parce que les professionnels qui y sont affectés changent de lieu de travail (écoles) en fonction du lieu de scolarisation des élèves qui leur sont confiés. Le Service de Guidance de l Enfance (SGE) Les enfants dont les dossiers sont soumis à la Commission Médico- Psycho-Pédagogique Nationale pour juger de l utilité d un changement scolaire éventuel, ont généralement été vus auparavant par des membres du Service de Guidance de l Enfance, dont les centres de consultation régionaux sont répartis à travers tout le pays. Les instituteurs/trices de l enseignement préscolaire ou primaire qui sont d avis qu un élève a des difficultés scolaires graves et qu il nécessite une prise en charge particulière, conseillent aux parents de contacter ce service pour trouver une aide appropriée aux problèmes en question. Après l établissement d un bilan sur base des tests psychologiques et pédagogiques, les professionnels concernés se réunissent pour discuter des solutions à envisager. Cette concertation se fait au sein d une «commission médico-psychopédagogique régionale ou locale», comprenant entre autres l inspecteur de l arrondissement, des membres du Service de Guidance de l Enfance et/ ou du Service ré-éducatif ambulatoire, un professeur d enseignement logopédique, un(e) assistant(e) d hygiène sociale et un médecin. Le titulaire de la classe de l élève concerné participe à ces réunions pour exposer son point de vue et pour se faire conseiller. Quand une admission dans une école de l Éducation différenciée s avère indispensable, la commission régionale adresse un rapport détaillé à la Commission Médico-Psycho-Pédagogique Nationale qui émet la proposition définitive. Les membres du personnel des centres de consultation régionaux du Service de Guidance de l Enfance prêtent assistance dans la résolution de problèmes d ordre scolaire, psychologique et éducatif. Certains parents contactent le service suite au conseil de l instituteur, mais beaucoup de parents prennent eux-mêmes l initiative de s y adresser. Après un premier entretien avec les parents ou la personne responsable, la problématique est précisée en recourant à des tests, des entretiens avec l enfant, des observations en classe et/ou salle de jeux, etc. Consécutivement à ces investigations, les parents sont conseillés sur les mesures à entamer. Aucun enfant ne peut cependant profiter de l encadrement susmentionné, sans accord préalable des parents ou de la personne investie de l autorité parentale. Écoles et Services de l Éducation différenciée L Éducation différenciée comprend actuellement 16 écoles et deux services et travaille en étroite collaboration avec le Centre de Logopédie. Les écoles de l Éducation différenciée sont organisées en centres régionaux et instituts spécialisés. L orientation vers une école de l Éducation différenciée se fait sur proposition de la Commission Médico-Psycho-Pédagogique Nationale et sur décision des parents de l enfant concerné. Sont pris en charge les élèves soumis à l obligation scolaire et, le cas échant, les élèves au-delà de 15 ans ayant des besoins spécifiques et qui en raison de leurs particularités mentales, caractérielles, sensorielles ou motrices ne peuvent suivre une classe de l enseignement ordinaire. Les services de l Éducation différenciée s adressent aux élèves à besoins éducatifs spéciaux, intégrés dans les classes de l enseignement ordinaire ainsi qu à tous les autres enfants en âge scolaire et notamment à leurs parents et enseignants en cas de problème d ordre psychologique, pédagogique, éducatif et/ou scolaire. Centres d éducation différenciée et Centres de propédeutique professionnelle Dix centres d éducation différenciée accueillent les élèves soumis à l obligation scolaire ayant un retard mental ou des troubles d apprentissage importants. Au sein de leur centre de propédeutique professionnelle les écoles de Clervaux, Ettelbruck/Warken et Walferdange préparent, le cas échéant, les élèves au-delà de 15 ans à la vie professionnelle. Instituts spécialisés de l Éducation différenciée 6 instituts spécialisés prennent en charge les élèves soumis à l obligation scolaire ayant des besoins spécifiques similaires et nécessitant un encadrement spécialisé pareil. Centre de Logopédie Le Centre de Logopédie est une école pour enfants sourds, durs d oreille ou atteints de troubles de la parole. Il fut instauré par la loi du 16 août 1968, et il fonctionne en étroite collaboration avec l Éducation différenciée. Le Service de Guidance de l Enfance s adresse aux enfants en âge scolaire ainsi qu à leurs parents, aux enseignants ou à toute autre personne concernée. Il s agit d un centre de consultation proposant des conseils et une assistance en cas de problèmes d ordre psychologique, éducatif et/ou scolaire. Le Service ré-éducatif ambulatoire est un service pédagogique d aide et d assistance en classe. Il s adresse aux enfants à besoins éducatifs spéciaux intégrés dans l enseignement ordinaire. Structure et organisation de l Éducation Différenciée L administration des différents centres, instituts et services de l Education différenciée est assurée sous l autorité du Ministre de l Education nationale. L enseignement est gratuit de même que le traitement médical, pour autant qu il se rapporte aux particularités mentales, caractérielles ou sensorielles. L Etat fournit gratuitement l équipement ainsi que le matériel didactique et rééducatif nécessaire et organise le transport des enfants. De nombreux centres, instituts et services ont été implantés à travers tout le pays. 3

4 n Les structures scolaires et les services de l Education différenciée Les instituts spécialisés : - L institut pour déficients visuels - L institut pour infirmes moteurs cérébraux - L institut pour enfants autistiques et psychotiques - Le Centre d Observation - Le Centre d intégration scolaire - Le centre de Logopédie Ce dernier, instauré par la loi de 1968, fonctionne en étroite collaboration avec le service de l Education différenciée. Les centres d éducation différenciée régionaux créés par la commune et repris par l Etat en 1989 sont les suivants : Clervaux, Differdange, Echternach, Esch/Alzette, Ettelbrück, Luxemburg, Rédange/Attert, Roeser, Rumelange et Walferdange. Les centres de propédeutique professionnelle Ils se trouvent à Clervaux, Ettelbrück et Walferdange. Le Service de guidance de l enfance SGE Les centres de consultation régionaux se trouvent à : Belvaux, Bertrange, Bettembourg, Clervaux, Diekirch, Differdange, Dudelange, Echternach, Esch/Alzette, Ettelbrück, Grevenmacher, Hesperange, Mersch, Pétange, Redange, Remich et Wiltz. Le Service rééducatif ambulatoire S.R.E.A. Le service est organisé selon les arrondissements d inspection de l enseignement primaire et s adresse aux enfants à besoins spéciaux intégrés dans l enseignement ordinaire et aux élèves de l enseignement primaire et de l éducation préscolaire, risquant une désintégration scolaire à cause de difficultés d apprentissage importantes. Au delà de l horaire scolaire, ce service offre aussi des mesures d aide et d appui pédagogique notamment en ce qui concerne la résistance d élèves dyslexiques. Les membres du SREA et du SGE exercent leur mission en étroite collaboration avec les représentants de l enseignement primaire. La mission du service En tant que service de l Éducation différenciée, le Service ré-éducatif ambulatoire (SREA) offre une aide et assistance aux élèves handicapés et/ou à besoins éducatifs spéciaux intégrés dans l enseignement ordinaire. Les responsables du SREA organisent, suite à une décision de la commission médico-psycho-pédagogique régionale concernée, ou suivant avis de la Commission Médico-Psycho- Pédagogique Nationale, les mesures pédagogiques nécessaires en faveur des élèves qui par suite d un handicap mental, moteur, sensoriel ou caractériel ont des besoins éducatifs spéciaux. Le service assure et organise pour les besoins des élèves en question une assistance pédagogique et des mesures de rééducation ambulatoire, conformément aux propositions émises par les commissions médicopsycho-pédagogiques (CMPP) nationale, régionales ou locales et dans la mesure des moyens disponibles. C est-à-dire, les professionnels du SREA élaborent, organisent et exécutent les mesures de prise en charge orthopédagogique et de rééducation proposées par la CMPP en question. Le SREA offre à cet effet des consultations et assure la prise en charge de l élève en difficulté. Des prises en charge individuelles spécifiques peuvent être organisées, en dehors des heures de classe dans les locaux du service. Le service prête son concours aux centres, instituts et services de l Éducation différenciée en cas de demande afin d organiser l intégration d un enfant du centre ou de l institut en question dans l école primaire ou préscolaire. Le service met à la disposition de ses membres, des parents ainsi qu à d autres professionnels intéressés, une vaste bibliothèque d ouvrages à contenu psychopédagogique. Le matériel, utilisé pendant les prises en charge et servant aux différentes rééducations, peut être consulté sur place. Les associations conventionnées Benjamin Club Groupe d étude et d aide au développement de l enfant A.s.b.l. Nico KNEIP Chargé de direction 4, rue du Deich L-9012 Ettelbruck Tél. (+352) Fax : (+352) Site : Projet «Liewenshaff» Päerd s Atelier A.s.b.l. Yves WEISEN Directeur 32, Duerfstrooss L-9165 Merscheid (Heiderscheid) Tél. (+352) Fax : (+352) Site : Service de consultation et d aide psychomotrice (SCAP) Lëtzebuurger Aktiounskrees Psychomotorik A.s.b.l. Suzette EVERLING Chargée de la direction Val St. André L-1128 Luxembourg Tél. (+352) Schrëtt fir Schrëtt A.s.b.l. c/o Olivier MORES 36, rue de Keispelt L-8291 Meispelt Tél. (+352) Fax : (+352) Procédures d'admission Commission Médico-Psycho-Pédagogique Nationale (CMPPN) 17A, route de Longwy Tél. (+352) / 61 Fax : (+352) n Généralités Afin que les admissions dans des classes de l Éducation différenciée soient soumises à un contrôle neutre 4

5 Simone HEINEN Nom fonction tél. et objectif, et pour éviter que des enfants ne soient évincés de l enseignement préscolaire et primaire de façon précipitée, la Commission Médico-Psycho-Pédagogique Nationale (CMPPN) fut instaurée par la loi de 1973 portant création de l Éducation différenciée, pour examiner les dossiers des enfants susceptibles d un changement scolaire. Ce n est que dans les cas très exceptionnels où cet organe se prononce en faveur d une admission dans une école spécialisée (1 % de la population scolaire par rapport à 4-5 % dans les pays voisins). Composition de la Commission Médico-Psycho-Pédagogique Nationale La commission comprend : - l inspecteur général de l enseignement primaire, - le directeur de l Éducation différenciée, - le directeur du Centre de Logopédie, - un médecin inspecteur de la santé publique, - un représentant du ministère de la famille, - un médecin spécialiste en neuropsychiatrie, - un médecin spécialiste en pédiatrie, - un psychologue, - un assistant d hygiène sociale ou un assistant social qualifié, - un instituteur titulaire d une classe de l Éducation différenciée, - un secrétaire - personnes auxquelles s ajoutent l inspecteur du ressort et le médecin scolaire concerné. Le Ministre de l Éducation Nationale pourra nommer d autres membres selon les besoins. Présidente Jackie MICHELS-SCHARLE Secrétaire (+352) Sonja MEYERS Secrétaire administrative (+352) Attributions de la Commission Médico- Psycho-Pédagogique Nationale n Attributions en général - conseiller le ministre ayant l Éducation Nationale sous ses attributions sur les mesures à prendre en faveur des enfants qui, par l effet de problèmes mentaux, caractériels, moteurs, sensoriels ou sociaux, éprouvent des difficultés au cours de l éducation préscolaire, de l enseignement primaire ou de l enseignement spécial ainsi que dans le cadre de l éducation différenciée ; - veiller, dans les classes de l éducation préscolaire et de l enseignement primaire, au dépistage des enfants devant bénéficier de mesures préventives ou d appui ; - faire assister toute personne ayant la garde d un enfant présentant de telles difficultés ou étant responsable de son éducation ; - recommander des mesures préventives et des mesures d appui pédagogique dans l intérêt d enfants susceptibles d éprouver ou éprouvant des difficultés d ordre scolaire et à surveiller l exécution de ces mesures. n Attributions à l égard de l Éducation différenciée - organiser le dépistage de ces enfants ; - recueillir les informations nécessaires à leur orientation, La commission nationale fait constituer, par tous les moyens qu elle juge appropriés, et pour chaque enfant concerné, un dossier renfermant les pièces suivantes : - des rapports renseignant sur le handicap spécifique éventuel, établis par des spécialistes ; - un bilan psychologique établi par un membre du service de guidance compétent respectivement par un psychologue attaché à un Centre d éducation différenciée ; - des rapports émanant de services ayant assuré une prise en charge de l enfant avant sa scolarisation ; - un rapport pédagogique, rédigé par un pédagogue du Service rééducatif ambulatoire, renseignant sur les possibilités de scolarisation et les mesures d accompagnement éventuellement à envisager ; - un rapport d un assistant social ou assistant d hygiène sociale du service social concerné ; - un rapport sur l audition des parents de l enfant concerné rédigé par un membre des services de l Education différenciée ; - un bilan scolaire élaboré sous la responsabilité de l inspecteur ; - émettre une proposition d orientation parmi les quatre possibilités prévues : - soit des classes de l Éducation préscolaire ou de l enseignement primaire ou post-primaire en bénéficiant si nécessaire de l appui et de l assistance des services de l Éducation différenciée ; - soit à titre principal, une institution spécialisée de l Éducation différenciée et complémentairement, pour certaines activités, une classe de l éducation préscolaire ou de l enseignement primaire ou postprimaire - soit un des centres régionaux ou instituts spécialisés de l Éducation différenciée - soit une institution privée au Grand-Duché ou à l étranger agréée par le ministre ; - transmettre cette proposition d orientation aux parents ou à la personne investie de l autorité parentale qui décident parmi les 4 possibilités ; - recevoir la demande de transfert vers une classe de l éducation préscolaire ou de l enseignement primaire ou de l enseignement spécial d un enfant placé dans le cadre de l éducation différenciée et la transmettre au ministre ayant l Éducation Nationale dans ses attributions, accompagnée de son avis ; - émettre un avis lors de la prolongation de l éducation d un enfant au-delà de la scolarité obligatoire et à propos de demandes de dispense de l obligation scolaire pour raison de santé. 5

6 Carnet d adresses Ministère de l Education nationale et de la Formation professionnelle Éducation différenciée 34, avenue de la Porte-Neuve L-2227 Luxembourg Tél. (+352) Site : SREA Les secteurs du Service ré-éducatif ambulatoire (année scolaire 2006/07) Secteurs d inspection & Responsables des SREA par commune Secteur I Sandrine CHRIST Ville de Luxembourg : Les écoles des secteurs de Bonnevoie, Cessange, Gasperich, Hamm et Limpertsberg. Ville de Luxembourg : Les écoles des secteurs de Beggen, Cents, Clausen, Dommeldange, Eich, Grund, Muhlenbach, Neudorf, Pfaffenthal et Weimerskirch. Ville de Luxembourg : Les écoles des secteurs de Belair, Hollerich, Kiem, Kirchberg, Luxembourg-Gare, Merl, Rollingergrund, Val-Ste-Croix, Ville- Haute, Verlorenkost et Weimershof, L école privée Notre-Dame Sainte- Sophie. Secteur II Jackie HAUFFELS + coordination de l équipe «postprimaire & écoles privées» Les communes de Walferdange, Steinsel et Kopstal. Les communes de Strassen, Bertrange et Mamer. L inspection des écoles européennes et des écoles privées, ainsi que les relations avec les écoles à régime linguistique spécial. Équipe SREA de l enseignement postprimaire. Secteur III Joëlle SCHMITZ 33, rue J.B. Gillardin L-4735 Pétange Tél. (+352) Fax : (+352) Les communes de Leudelange, Reckange-sur-Mess et Mondercange. Les communes de Dippach, Bascharage, Garnich, Clemency et Steinfort. La Ville de Differdange. La commune de Schifflange. La commune de Pétange. La commune de Sanem. Secteur IV Monique BERSCHEID-KEMP (Dudelange, Esch) La Ville d Esch-sur-Alzette. La Ville de Rumelange. 6 La Ville de Dudelange. La commune de Kayl. Sylvie KLAPP (Bettembourg) La commune de Bettembourg. Les communes de Roeser, Hesperange, Weiler-la-Tour et Frisange. Secteur V Nadine WELTER Rue du Chemin de Fer L-6439 Echternach Tél. (+352) Fax : (+352) Le canton de Remich. Les communes de Contern et Sandweiler. Le canton de Grevenmacher sauf la commune de Junglinster. Les communes de Bech, Niederanven et Schuttrange. Le canton d Echternach sauf la commune de Bech. Les communes de Junglinster et de Heffingen. Secteur VI Nadine HANSEN + coordination de l équipe «ré-éducative» Le canton de Mersch sauf les communes de Tuntange, de Boevangesur-Attert et de Heffingen. Les communes de Medernach et d Ermsdorf. Les communes de Redange-sur-Attert, Beckerich, Ell, Préizerdaul, Saeul et Useldange. Les communes de Boevangesur-Attert et Tuntange. Les communes de Kehlen, Koerich, Hobscheid et Septfontaines. Équipe SREA comprenant les agents paramédicaux. - Secteur VII Nancy PÜTZ 8, avenue Kreins L-9536 Wiltz Tél. (+352) Fax : (+352) La Ville de Diekirch. La Ville d Ettelbruck. Les communes de Bettendorf, Reisdorf, Erpeldange, Schieren, Feulen et Mertzig. Le canton de Wiltz. Les communes de Rambrouch, Wahl, Grosbous et Vichten. Le canton de Clervaux. Le canton de Vianden. Les communes de Bastendorf, Bourscheid et Hoscheid. Sources : - Dossier : L Éducation au Luxembourg, Ministère de l Éducation nationale et de la formation professionnelle,

7 L'éducation différenciée Les Cahiers du CIJ Secteur A Études et Formations A.1. Au Luxembourg 6. L'éducation différenciée 7

Siège (autre lieu de consultation) Arr. Ville(s)/Commune(s) Inspecteur Coordinateur. Joëlle Schmit Coordinatrice de l équipe des assistants en classe

Siège (autre lieu de consultation) Arr. Ville(s)/Commune(s) Inspecteur Coordinateur. Joëlle Schmit Coordinatrice de l équipe des assistants en classe 1 Ville de Luxembourg Jean-Pierre Schmit Joëlle Schmit joelle.schmit@ediff.lu 2 Ville de Luxembourg Guy Medinger Joëlle Schmit joelle.schmit@ediff.lu Pascale Gengler 3 Hesperange Kopstal Francine Vanolst

Plus en détail

ADRESSE DE L'OFFICE SOCIAL. 11, rue de la Résistance L-4942 BASCHARAGE. MAISON THEIS 8, rue de l'auberge L-6315 BEAUFORT

ADRESSE DE L'OFFICE SOCIAL. 11, rue de la Résistance L-4942 BASCHARAGE. MAISON THEIS 8, rue de l'auberge L-6315 BEAUFORT COMMUNES ADRESSE L' TELEPHONES L' BASCHARAGE Bascharage Clemency 11, rue de la Résistance L-4942 BASCHARAGE 50.05.52-233 BEAUFORT Beaufort Bech Berdorf Consdorf Reisdorf MAISON THEIS 8, rue de l'auberge

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal portant fixation du nombre des conseillers communaux à attribuer à chaque commune

Projet de règlement grand-ducal portant fixation du nombre des conseillers communaux à attribuer à chaque commune Projet de règlement grand-ducal portant fixation du nombre des conseillers communaux à attribuer à chaque commune Vu les articles 36 et 107 de la Constitution ; Vu les articles 4bis, 5 et 5ter de la loi

Plus en détail

RECUEIL ADMINISTRATIF ET ECONOMIQUE. B N décembre S o m m a i r e

RECUEIL ADMINISTRATIF ET ECONOMIQUE. B N décembre S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1673 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL ADMINISTRATIF ET ECONOMIQUE B N 106 9 décembre 2010 S o m m a i r e Arrêté grand-ducal

Plus en détail

Siège (autre lieu de consultation) Arr. Ville(s)/Commune(s) Inspecteur Coordinateur

Siège (autre lieu de consultation) Arr. Ville(s)/Commune(s) Inspecteur Coordinateur 1 Ville de Luxembourg Françoise Welbes 2 Ville de Luxembourg Guy Medinger Joëlle Schmit 1 L-8080 joelle.schmit@ediff.lu GSM : 691 285 201 Joëlle Schmit 1 L-8080 joelle.schmit@ediff.lu GSM : 691 285 201

Plus en détail

Bilan des inscriptions sur les listes électorales communales

Bilan des inscriptions sur les listes électorales communales Conférence de presse Bilan des inscriptions sur les listes électorales communales 6 septembre 0 . Evolution du nombre d inscrits et du taux d inscription. L évolution du poids électoral des étrangers (%

Plus en détail

F. Les communes. Annuaire statistique

F. Les communes. Annuaire statistique F. Les communes F. 1 Les communes 456 F. 11 Territoire et environnement 456 F. 12 Population et emploi 464 F. 13 Entreprises et activités économiques 489 F. 14 Vie sociale 499 Annuaire statistique 2012

Plus en détail

» Hausse des prix enregistrés des appartements au 1 er trimestre 2011

» Hausse des prix enregistrés des appartements au 1 er trimestre 2011 L OBSERVATOIRE DE L HABITAT 2011 - TRIMESTRE 01 P 1 Les statistiques présentées ici sont basées sur les prix de transaction officiels renseignés dans une sélection des actes notariés. Les données, transmises

Plus en détail

Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005?

Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005? L OBSERVATOIRE DE L HABITAT DÉCEMBRE 2011 P 1 LA NOTE 17 DE L OBSERVATOIRE DE L HABITAT» Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005?

Plus en détail

Les permissions de voirie directes. XII. Coordonnées des Services Régionaux de l administration des Ponts et Chaussées.

Les permissions de voirie directes. XII. Coordonnées des Services Régionaux de l administration des Ponts et Chaussées. 126 XII. de l administration des Ponts et Chaussées. Division des Services Régionaux - Luxembourg Service Régional de Bettembourg M. André Dereppe Ingénieur-conducteur principal 103, rue de Peppange Bettembourg

Plus en détail

8.1 Le découpage régional selon le Programme Directeur d'aménagement du Territoire

8.1 Le découpage régional selon le Programme Directeur d'aménagement du Territoire Plan directeur sectoriel " décharges pour déchets inertes" page 65 8 Le découpage régional Avant de définir les besoins en capacités de décharge et leur répartition territoriale, la surface du Grand-Duché

Plus en détail

Centre scolaire inclusif régional Echternach

Centre scolaire inclusif régional Echternach LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale et de la Formation professionnelle Dossier de presse Inauguration du Centre scolaire inclusif régional Echternach 6 mai 2013

Plus en détail

LES JURIDICTIONS DU TRAVAIL

LES JURIDICTIONS DU TRAVAIL L - 143 LES JURIDICTIONS DU TRAVAIL Loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire (extrait) Loi modifiée du 6 décembre 1989 sur les juridictions du travail intégrée dans le Nouveau Code de

Plus en détail

» Hausse des prix enregistrés des appartements au 4 e trimestre 2011

» Hausse des prix enregistrés des appartements au 4 e trimestre 2011 L OBSERVATOIRE DE L HABITAT - TRIMESTRE 04 P 1 Les statistiques présentées ici sont basées sur les prix de transaction officiels renseignés dans une sélection des actes notariés. Les données, transmises

Plus en détail

Semaine européenne de la mobilité 2009

Semaine européenne de la mobilité 2009 Semaine européenne de la mobilité 2009 16.09-22.09.2009 Un meilleur climat pour nos villes 0ppp-aaaa.mm.jj-nvv 1 1. Programme gouvernemental et missions Claude Wiseler, Ministre du Développement durable

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PRÉSENTATION DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS POUR ÉTUDIANTS À NIEDERKORN. COMMUNE DE DIFFERDANGE

DOSSIER DE PRESSE PRÉSENTATION DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS POUR ÉTUDIANTS À NIEDERKORN. COMMUNE DE DIFFERDANGE DOSSIER DE PRESSE PRÉSENTATION DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS POUR ÉTUDIANTS À NIEDERKORN. COMMUNE DE DIFFERDANGE 74, Mühlenweg L -2155 Luxembourg T (+352) 26 26 44 1 info@fondsdulogement.lu www.fondsdulogement.lu

Plus en détail

DENSITÉ RÉSIDENTIELLE DANS LA CONSTRUCTION AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG ENTRE 2004 ET 2010

DENSITÉ RÉSIDENTIELLE DANS LA CONSTRUCTION AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG ENTRE 2004 ET 2010 Septembre 2013 DENSITÉ RÉSIDENTIELLE DANS LA CONSTRUCTION AU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG ENTRE 2004 ET 2010 ÉTUDE COMPARATIVE SUR LES TERRAINS CONSOMMÉS ET HABITÉS AINSI QUE SUR LES TERRAINS RECONSTRUITS

Plus en détail

AVIS - AUTOBUS N 042 du

AVIS - AUTOBUS N 042 du AVIS - AUTOBUS N 042 du 16.05.2017 Adresses: Gares de Luxembourg, Wasserbilig, Esch, Ettelbruck, Mersch, Clervaux, Troisvierges et Wiltz. AVS, AVNCo, SG/COM, GRCP, Cellule BUS RGTR. Ministère du Développement

Plus en détail

CONSTRUCTEUR DE BONHEUR DEPUIS 1980 LEUDELANGE. rue des Roses. Maison unifamiliale CONSTRUCTIONS TRADITIONNELLES

CONSTRUCTEUR DE BONHEUR DEPUIS 1980 LEUDELANGE. rue des Roses. Maison unifamiliale CONSTRUCTIONS TRADITIONNELLES LEUDELANGE rue des Roses CONSTRUCTEUR DE BONHEUR DEPUIS 980 Maison unifamiliale CONSTRUCTIONS TRADITIONNELLES Réf.: 580-673/70 Projet de construction à basse énergie «LEUDELANGE» rue des Roses. Terrain

Plus en détail

LA NOTE 20. Le potentiel foncier destiné à l habitat au Luxembourg en 2013 Introduction. Encart méthodologique : OCTOBRE 2015 P 1

LA NOTE 20. Le potentiel foncier destiné à l habitat au Luxembourg en 2013 Introduction. Encart méthodologique : OCTOBRE 2015 P 1 L OBSERVATOIRE DE L HABITAT OCTOBRE 201 P 1 LA NOTE 20 DE L OBSERVATOIRE DE L HABITAT» Le potentiel foncier destiné à l habitat au Luxembourg en 2013 Introduction La croissance démographique élevée depuis

Plus en détail

» Hausse des prix enregistrés par m² des appartements au 4 e trimestre 2013

» Hausse des prix enregistrés par m² des appartements au 4 e trimestre 2013 L OBSERVATOIRE DE L HABITAT Série révisée 2013 - TRIMESTRE 04 P 1 Les statistiques présentées ici sont basées sur les prix de transaction officiels renseignés dans une sélection des actes notariés. Les

Plus en détail

Une école pour tous. La prise en charge des élèves à besoins particuliers ou spécifiques : un dispositif sur trois niveaux.

Une école pour tous. La prise en charge des élèves à besoins particuliers ou spécifiques : un dispositif sur trois niveaux. LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Une école pour tous La prise en charge des élèves à besoins particuliers

Plus en détail

Site www.inspectorat-men.lu : Guide du remplaçant Version 09.2010

Site www.inspectorat-men.lu : Guide du remplaçant Version 09.2010 Site www.inspectorat-men.lu : Guide du remplaçant Version 09.2010 Inspectorat-MEN.lu Guide du remplaçant Version 09-2010 Ce guide s adresse aux personnes qui effectuent des remplacements dans les classes

Plus en détail

Semaine européenne de la mobilité

Semaine européenne de la mobilité Semaine européenne de la mobilité 16 au 22 septembre 2010 Se déplacer mieux, vivre mieux Conférence de presse 14.09.2010 0ppp-aaaa.mm.jj-nvv 1 1. Introduction Claude Wiseler, Ministre du Développement

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT

OBSERVATOIRE DE L HABITAT OBSERVATOIRE DE L HABITAT VENTES DE BIENS IMMOBILIERS ET FONCIERS AU LUXEMBOURG entre et VENTES DE BIENS IMMOBILIERS ET FONCIERS AU LUXEMBOURG Premiers résultats à partir des actes de vente enregistrés

Plus en détail

9Bilan des inscriptions

9Bilan des inscriptions 9Bilan des inscriptions aux élections communales d octobre 2005 et aux élections européennes de juin 2004 N 9 Cette étude a été réalisée par Nénad DUBAJIC, Sylvain BESCH et Michel LEGRAND La mise en page

Plus en détail

et /l7-/ll..~~..as»a n=

et /l7-/ll..~~..as»a n= 19. OC1. 2011 10:02 A:CHAMBRE DES DEPUTES GROUPE PARL, LSAP GROUPE PARL. LSAP NQ 193 P, 1 et. 20 1 /l7-/ll..~~..as»a n= Monsieur Laurent M05AR Président de la Chambre des Députés Luxembour:g Luxembourg

Plus en détail

» Légère baisse des prix enregistrés par m² des appartements au 1 er trim. 2013

» Légère baisse des prix enregistrés par m² des appartements au 1 er trim. 2013 L OBSERVATOIRE DE L HABITAT 2013 - TRIMESTRE 01 P 1 Les statistiques présentées ici sont basées sur les prix de transaction officiels renseignés dans une sélection des actes notariés. Les données, transmises

Plus en détail

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE 90-92, Grand-Rue. - Document non contractuel -

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE 90-92, Grand-Rue. - Document non contractuel - RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE 90-92, Grand-Rue Ces 2 résidences à appartements font partie du projet de construction de 75 logements dans le cadre de la revalorisation du centre-ville de Differdange.

Plus en détail

Départ Luxembourg-Badanstalt : 21h12, 22h12, 23h12 Départ Diekirch : 20h13, 21h13, 22h13 (exception 19h13 terminus à Bourglinster).

Départ Luxembourg-Badanstalt : 21h12, 22h12, 23h12 Départ Diekirch : 20h13, 21h13, 22h13 (exception 19h13 terminus à Bourglinster). A l'occasion des fêtes de fin d'année et suite à une décision du Ministère du Développement durable et des Infrastructures - Département des Transports, les mesures suivantes seront prises: Veille de Noël

Plus en détail

Bilan des inscriptions des non-luxembourgeois sur les listes électorales pour les élections européennes du 25 mai 2014.

Bilan des inscriptions des non-luxembourgeois sur les listes électorales pour les élections européennes du 25 mai 2014. Bilan des inscriptions des non-luxembourgeois sur les listes électorales pour les élections européennes du 25 mai 2014 29 avril 2014 Dossier de presse 1 Sommaire 1. Contexte p. 3 2. Résultats de l étude

Plus en détail

LE PRIXDEL EAU. Approche harmonisée du calcul du prix de l eau

LE PRIXDEL EAU. Approche harmonisée du calcul du prix de l eau LE PRIXDEL EAU Approche harmonisée du calcul du prix de l eau 08/03/2011 1. CONTEXTE ACTUEL 1.1 Cadre légal La Directive 2000/60/CE du 23 octobre 2000, transposée par la loi du 19 décembre 2008 relative

Plus en détail

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE Ces 2 résidences à appartements font partie du projet de construction de 75 logements dans le cadre de la revalorisation du centre-ville de Differdange. L ensemble

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PRÉ SENTATI O N DU PRO JET DE CO NSTRUCTI O N DE 1 7 MAI SO NS UNI FAMI LI ALES À MO NDO RF-LES-BAI NS.

DOSSIER DE PRESSE PRÉ SENTATI O N DU PRO JET DE CO NSTRUCTI O N DE 1 7 MAI SO NS UNI FAMI LI ALES À MO NDO RF-LES-BAI NS. DOSSIER DE PRESSE PRÉ SENTATI O N DU PRO JET DE CO NSTRUCTI O N DE 1 7 MAI SO NS UNI FAMI LI ALES À MO NDO RF-LES-BAI NS. 1 2 À SI SES -2 RUE FERD SCHUMAN MO NDO RF-LES-BAI NS COMMUNE DE MONDORF-LES-BAINS

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N février S o m m a i r e DECHARGES POUR DECHETS INERTES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N février S o m m a i r e DECHARGES POUR DECHETS INERTES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 55 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N février 6 S o m m a i r e DECHARGES POUR DECHETS INERTES Règlement grand-ducal

Plus en détail

Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre.

Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre. Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre. Conseils Les choix les mieux adaptés à votre situation spécifique Sommaire Raiffeisen, le professionnalisme au service

Plus en détail

Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre.

Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre. Entreprises, professions libérales et indépendants. Notre métier au service du vôtre. Conseils Les choix les mieux adaptés à votre situation spécifique Sommaire Raiffeisen, le professionnalisme au service

Plus en détail

Economie et Statistiques Working papers du STATEC

Economie et Statistiques Working papers du STATEC 94 Economie et Statistiques Working papers du STATEC juin 2017 Auteurs: Pigeron-Piroth Isabelle, Heinz Andreas (Université du Luxembourg ) et Caruso Geoffrey (Université du Luxembourg et Luxembourg Institute

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT

OBSERVATOIRE DE L HABITAT en collaboration avec le «HORS SERIE» OBSERVATOIRE DE L HABITAT OFFRES ET PRIX ANNONCÉS À LA VENTE DES LOGEMENTS : Localisation, taille, âge et performances énergétiques Septembre 2012 2 1. Introduction

Plus en détail

Les différents types de structures d accueil et services Du champs médico-social pour enfants et adolescents

Les différents types de structures d accueil et services Du champs médico-social pour enfants et adolescents Les différents types de structures d accueil et services Du champs médico-social pour enfants et adolescents Esther Ozeri, Malorie CHAPTAL Assistantes sociales Centre de Ressources Autisme Ile-de-France.

Plus en détail

Bulletin du STATEC

Bulletin du STATEC Bulletin du STATEC 6-2004 Sommaire Les s de biens immobiliers 1992-2002 1.1 Remarques méthodologiques 213 1.2 Définitions 215 Tableaux statistiques 1. Les s d immeubles résidentiels 216 2. Les s d immeubles

Plus en détail

Courses supprimées le 24 décembre 2013: Ligne 100 Luxembourg - Larochette - Diekirch: Dernier départ à Luxembourg 20h10

Courses supprimées le 24 décembre 2013: Ligne 100 Luxembourg - Larochette - Diekirch: Dernier départ à Luxembourg 20h10 Courses supprimées le 24 décembre 2013: Ligne 100 Luxembourg - Larochette - Diekirch: Dernier départ à Luxembourg 20h05 Dernier départ à Diekirch 19h13 (Attention : course limitée jusqu à Bourglinster)

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 83 7 mai S o m m a i r e RÉSEAUX CYCLABLES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 83 7 mai S o m m a i r e RÉSEAUX CYCLABLES 1507 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 83 7 mai 2015 S o m m a i r e RÉSEAUX CYCLABLES Loi du 28 avril 2015

Plus en détail

Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005?

Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005? L OBSERVATOIRE DE L HABITAT DÉCEMBRE 2011 P 1 LA NOTE 17 DE L OBSERVATOIRE DE L HABITAT» Les locataires peuvent-ils acheter plus facilement un loge ment correspondant à leurs besoins en 2009 qu en 2005?

Plus en détail

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE. - Document non contractuel -

RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE. - Document non contractuel - RESIDENCES A APPARTEMENTS DIFFERDANGE - ran - ue Ces 2 résidences à appartements font partie du projet de construction de 75 lo ement an le ca re e la re alor at on u centre- lle e D er an e L ensemble

Plus en détail

Travail social et Education introduction générale

Travail social et Education introduction générale Cours pour la reconnaissance du diplôme a.s. Travail social et Education introduction générale Jean-Paul Schaaf assistant social 1. Définitions 2. Bases légales 3. Enseignement fondamental 4. Enseignement

Plus en détail

LES PROJETS DE DÉMÉNAGEMENT EN 2003

LES PROJETS DE DÉMÉNAGEMENT EN 2003 6 note n 6, février 2006 LES PROJETS DE DÉMÉNAGEMENT EN 2003 I I N T R O D U C T I O N La première «Note de l Observatoire» portait sur les souhaits des ménages qui envisageaient de déménager. Elle s appuyait

Plus en détail

Stratégie globale pour une mobilité durable

Stratégie globale pour une mobilité durable I. Les constats et les défis Stratégie globale pour une mobilité durable pour les résidents et les frontaliers 1 Stratégie globale pour une mobilité durable pour les résidents et les frontaliers Stratégie

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION

RECUEIL DE LEGISLATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1067 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N o 56 4 juillet 1994 Sommaire ENSEIGNEMENT SECONDAIRETECHNIQUE Loi

Plus en détail

Adresse de l'école. Fax école Bascharage. Grand-rue Beckerich. 6, Dikrecherstrooss Bertrange. 4, bäim Maartbësch

Adresse de l'école. Fax école Bascharage. Grand-rue Beckerich. 6, Dikrecherstrooss Bertrange. 4, bäim Maartbësch Adresses des écoles fondamentales Commune Nom de l'école fondamentale Adresse de l'école Code postal école Fax école Bascharage fondamentale de Bascharage 24, rue de l'eau L-4920 Bascharage Beaufort Beeforter

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 6 13 janvier 2011. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 6 13 janvier 2011. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 25 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 6 13 janvier 2011 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 30 décembre

Plus en détail

modifiée par: Texte coordonné au **** Art. 1 er. Champ d application et définitions

modifiée par: Texte coordonné au **** Art. 1 er. Champ d application et définitions Loi modifiée du 29 juin 2005 portant a) fixation des cadres du personnel des établissements d enseignement secondaire et secondaire technique ; b) modification de la loi modifiée du 22 juin 1963 fixant

Plus en détail

3. lier les différents points d intérêt communaux entre eux par des pistes cyclables;

3. lier les différents points d intérêt communaux entre eux par des pistes cyclables; Avant-projet de loi relatif au réseau national de pistes cyclables et à la promotion de la mobilité douce et abrogeant la loi du 6 juillet 1999 portant création d un réseau national de pistes cyclables

Plus en détail

CHAPITRE VI. ÉDUCATION DIFFÉRENCIÉE

CHAPITRE VI. ÉDUCATION DIFFÉRENCIÉE CHAPITRE VI. ÉDUCATION DIFFÉRENCIÉE ÉDUCATION DIFFÉRENCIÉE CENTRE DE LOGOPÉDIE INSTITUTS SPÉCIALISÉS CENTRES RÉGIONAUX CENTRES DE PROPÉDEUTIQUE PROFESSIONNELLE SERVICES COMMISSIONS MÉDICO-PSYCHO-PÉDAGOGIQUE

Plus en détail

Chantiers de construction et de démolition

Chantiers de construction et de démolition GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 21 octobre 2005 ITM-CL 29.7 Chantiers de construction et de démolition Prescriptions de sécurité types Les présentes prescriptions comportent 27 pages Sommaire

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N décembre S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N décembre S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3741 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 223 30 décembre 2005 S o m m a i r e Règlement ministériel du 21 décembre

Plus en détail

L AVENIR DE VOS ENFANTS!

L AVENIR DE VOS ENFANTS! PRÉPAREZ L AVENIR DE VOS ENFANTS! La banque et l assurance d un monde qui change Votre enfant est ce que vous avez de plus précieux. Préparer son avenir dès son plus jeune âge, le soutenir dans ses projets

Plus en détail

Semaine européenne de la mobilité

Semaine européenne de la mobilité Semaine européenne de la mobilité 16.09-22.09.2011 Mobilité alternative Conférence de presse 07.09.2011 0ppp-aaaa.mm.jj-nvv 1 1. Introduction Claude Wiseler, Ministre du Développement durable et des Infrastructures

Plus en détail

Obtention des preuves en matière civile ou commerciale

Obtention des preuves en matière civile ou commerciale Obtention des preuves en matière civile ou commerciale Règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 relatif à la coopération entre les juridictions des Etats membres dans le domaine de l obtention

Plus en détail

BESOIN D UN CRÉDIT POUR FINANCER VOTRE ACHAT? Choisissez la formule qui vous convient. La banque d un monde qui change

BESOIN D UN CRÉDIT POUR FINANCER VOTRE ACHAT? Choisissez la formule qui vous convient. La banque d un monde qui change NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT POUR VOS PROJETS BESOIN D UN CRÉDIT POUR FINANCER VOTRE ACHAT? Choisissez la formule qui vous convient. La banque d un monde qui change LE PRÊT PERSONNEL POUR UN ACHAT PLANIFIÉ

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4125 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 209 110 11 novembre 22 mai 2009 2014 S o m m a i r e Ministère

Plus en détail

Code de l action sociale et des familles Partie réglementaire

Code de l action sociale et des familles Partie réglementaire Code de l action sociale et des familles Partie réglementaire À jour au 31 décembre 2007 Paragraphe 5 Établissements et services prenant en charge des enfants ou adolescents atteints de déficience visuelle

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N novembre S o m m a i r e AIDE SOCIALE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N novembre S o m m a i r e AIDE SOCIALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3417 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 206 18 novembre 2010 S o m m a i r e AIDE SOCIALE Loi du 18 décembre

Plus en détail

LEADER AU LUXEMBOURG

LEADER AU LUXEMBOURG LEADER AU LUXEMBOURG 2014-2020 1 TABLE DES MATIÈRES LEADER au Luxembourg 4 LEADER 2014-2020 6 Régions LEADER 2014-2020 7 GAL Éislek 8 GAL Atert-Wark 10 GAL Regioun Mëllerdall 12 GAL Miselerland 14 GAL

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état;

Vu la loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état; Règlement grand-ducal du 16 juin 2009 déterminant le fonctionnement des cours d'accueil et des classes d'accueil pour enfants nouvellement installés au pays. Nous Henri, Grand-Duc de Luembourg, Duc de

Plus en détail

Nouveaux statuts du syndicat de communes «Minett-Kompost»

Nouveaux statuts du syndicat de communes «Minett-Kompost» Nouveaux statuts du syndicat de communes «Minett-Kompost» Préambule Les communes de Bascharage, Bettembourg, Clemency, Differdange, Dippach, Dudelange, Esch-sur-Alzette, Frisange, Kayl, Leudelange, Mondercange,

Plus en détail

Projets en faveur des enfants en difficulté scolaire voire à besoins éducatifs spéciaux

Projets en faveur des enfants en difficulté scolaire voire à besoins éducatifs spéciaux Projets en faveur des enfants en difficulté scolaire voire à besoins éducatifs spéciaux Les classes orthopédagogiques A. Mission des classes orthopédagogiques Les classes orthopédagogiques ont pour mission

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2016/2017

LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2016/2017 Communiqué (13.09.2016) LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2016/2017 1. Nombre d élèves : enseignement fondamental... 2 2. Passage primaire post-primaire... 3 3. Nombre d élèves : enseignement post-primaire...

Plus en détail

PROTÉGEZ VOTRE ENTREPRISE ET VOUS-MÊME

PROTÉGEZ VOTRE ENTREPRISE ET VOUS-MÊME FRAUDE AU PRÉSIDENT PROTÉGEZ VOTRE ENTREPRISE ET VOUS-MÊME VOTRE INTERLOCUTEUR N EST PEUT-ÊTRE PAS CELUI QU IL PRÉTEND ÊTRE La banque d un monde qui change Qu est-ce que la fraude au président? La fraude

Plus en détail

Clever akafen Produkte empfohlen durch die Produits recommandés par la

Clever akafen Produkte empfohlen durch die Produits recommandés par la Umweltfreundliche Schul- und Büromaterialien - Teilnehmende Geschäfte Fourniture scolaire et matériel de bureau écologiques - Magasins participants Ecological school and office supplies - Participating

Plus en détail

Les structures non-conventionnées d éducation et d accueil des enfants de moins de 12 ans au Luxembourg. Un état des lieux.

Les structures non-conventionnées d éducation et d accueil des enfants de moins de 12 ans au Luxembourg. Un état des lieux. 0-12 ans Les structures non-conventionnées d éducation et d accueil des enfants de moins de 12 ans au Luxembourg. Un état des lieux. Structures non-conventionnées d éducation et d accueil des enfants Tome

Plus en détail

Centres de collecte OLAI

Centres de collecte OLAI Centre de collecte de dons matériels au Grand-Duché du Luxembourg Site CFL Logistics S.A. 3, rue de l'industrie L-1811 Luxembourg Lundi à vendredi 11h00 à 15h00 et de 17h00 à 19h00 Centres de collecte

Plus en détail

Clever akafen Produkte empfohlen durch die Produits recommandés par la

Clever akafen Produkte empfohlen durch die Produits recommandés par la Umweltfreundliche Schul- und Büromaterialien - Teilnehmende Geschäfte Fourniture scolaire et matériel de bureau écologiques - Magasins participants Ecological school and office supplies - Participating

Plus en détail

Devenez bénévole! Un enrichissement mutuel

Devenez bénévole! Un enrichissement mutuel Bénévole dans une section locale de la Croix-Rouge Auprès d une des 40 sections locales à travers le pays (Bascharage, Bertrange, Bettembourg, Betzdorf, Bissen, Boevange-Attert, Clemency, Colmar-Berg,

Plus en détail

Centre de collecte de la Croix-Rouge luxembourgeoise

Centre de collecte de la Croix-Rouge luxembourgeoise Centre de collecte de dons matériels au Grand-Duché du Luxembourg Fermeture des sites OLAI à partir du 1 er juillet 2016! Vous pouvez vous adresser au : Centre national de Collecte et de Tri (Caritas et

Plus en détail

Où utiliser mes Lunch Pass Sodexo au Luxembourg?

Où utiliser mes Lunch Pass Sodexo au Luxembourg? Où utiliser mes au? Boulangerie - Pâtisserie AN DER BACKES ARENS JEAN CLAUDE Rue de l'alzette 57 4011 Esch-sur-Alzette Tél. : (+352) 53 11 28 Avenue de la Gare 55 1611 Tél. : (+352) 48 83 32 Place de l'hôtel

Plus en détail

MOTOR UNION LUXEMBOURG

MOTOR UNION LUXEMBOURG MOTOR UNION LUXEMBOURG Note explicative 1. Remplissez consciencieusement toutes les cases 2. Ecrivez lisiblement 3. Tout pilote demandant une licence MUL doit obligatoirement acquérir une carte de membre

Plus en détail

Aperçu général sur la formation pendant le service provisoire

Aperçu général sur la formation pendant le service provisoire Aperçu général sur la formation pendant le service provisoire Livret d accueil à l attention des stagiaires du secteur communal en formation à l INAP- CYCLE COURT carrières: CO-TS / CO-TM / CO-TI (version

Plus en détail

CHANTIERS DE CONSTRUCTION ET DE DÉMOLITION

CHANTIERS DE CONSTRUCTION ET DE DÉMOLITION GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, mars 2014 ITM-SST 1408.2 Prescriptions de sécurité types CHANTIERS DE CONSTRUCTION ET DE DÉMOLITION Les présentes prescriptions comportent 19 pages Table des matières

Plus en détail

Stratégie globale pour une mobilité durable

Stratégie globale pour une mobilité durable Stratégie globale pour une mobilité durable pour les résidents et les frontaliers Brochure d information 2 Stratégie globale pour une mobilité durable - pour les résidents et les frontaliers Sommaire 1/

Plus en détail

ORGANISÉ PAR LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

ORGANISÉ PAR LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE ENSEIGNEMENT SPÉCIAL ORGANISÉ PAR LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Première partie GÉNÉRALITÉS ENSEIGNEMENT SPÉCIAL - GÉNÉRALITÉS Loi du 6 juillet 1970 modifiée par la loi du 11 mars 1986 ENSEIGNEMENT SPÉCIAL ET

Plus en détail

Les commissions pour les enfants et les jeunes en situation de handicap de la Nouvelle-Calédonie

Les commissions pour les enfants et les jeunes en situation de handicap de la Nouvelle-Calédonie Projet de texte N 4 Les commissions pour les enfants et les jeunes en situation de handicap de la Nouvelle-Calédonie Chapitre I : dispositions générales Article 1 : Entrent dans les dispositions de la

Plus en détail

une scolarité adaptée à mes besoins

une scolarité adaptée à mes besoins Suivre une scolarité adaptée à mes besoins Tout enfant a droit au savoir et à la connaissance. Cela se traduit par le droit à l inscription dans l établissement scolaire de secteur, qu on appelle «établissement

Plus en détail

BANQUE PRIVÉE Nos solutions pour préserver et développer votre patrimoine

BANQUE PRIVÉE Nos solutions pour préserver et développer votre patrimoine BANQUE PRIVÉE Nos solutions pour préserver et développer votre patrimoine SOMMAIRE Qui sommes-nous? 3 Notre activité de banque privée 4 Profil de l investisseur 6 Nos services 10 Nos produits 13 Notre

Plus en détail

Philosophie du Soutien aux élèves à besoins spécifiques Ecole de Bruxelles 1

Philosophie du Soutien aux élèves à besoins spécifiques Ecole de Bruxelles 1 Philosophie du Soutien aux élèves à besoins spécifiques Ecole de Bruxelles 1 Suivant les Directives du Conseil supérieur, l Ecole de Bruxelles 1 met en œuvre les documents - 2012-05-D-14-fr-7 «Politique

Plus en détail

D-1 Politique de l adaptation scolaire

D-1 Politique de l adaptation scolaire C a h i e r d e s r è g l e m e n t s, p o l i t i q u e s, p r o c é d u r e s e t a u t r e s d i r e c t i v e s d e l a C o m m i s s i o n s c o l a i r e d e s H a u t s - C a n t o n s SECTION D

Plus en détail

Commune Synd. Manifestations prévues pour le "Schoulsportdag" du 21 mars 2002 Programme complet dans les bâtiments en collaboration avec la LASEP

Commune Synd. Manifestations prévues pour le Schoulsportdag du 21 mars 2002 Programme complet dans les bâtiments en collaboration avec la LASEP Commune Synd. Manifestations prévues pour le "Schoulsportdag" du 21 mars 2002 Hespérange Programme complet dans les bâtiments en collaboration avec la LASEP Bonnevoie, Cessange, Gasperich, Hamm: initiatives

Plus en détail

Périmètre du CDU Règlementation et options possibles

Périmètre du CDU Règlementation et options possibles Atelier Logistique Urbaine Périmètre du CDU Règlementation et options possibles Cindy Guerlain, TUDOR Luxembourg 16 Sept 2014 Définition du périmètre géographique Option 1: cœur commercial de la Ville

Plus en détail

STATISTIQUES ET INDICATEURS

STATISTIQUES ET INDICATEURS LES CHIFFRES CLÉS DE L ÉDUCATION NATIONALE STATISTIQUES ET INDICATEURS 2015/2016 11 052 ENSEIGNANTS 215 ÉCOLES 100 527 ÉLÈVES 5 237 DIPLÔMES ET CERTIFICATS LES CHIFFRES CLÉS DE L ÉDUCATION NATIONALE STATISTIQUES

Plus en détail

POLITIQUE D INTEGRATION GRECE

POLITIQUE D INTEGRATION GRECE POLITIQUE D INTEGRATION GRECE En Grèce, l enseignement spécialisé fait partie intégrante de l éducation générale. La législation actuelle promeut l intégration des élèves à besoins éducatifs spécifiques

Plus en détail

LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2017/2018

LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2017/2018 LES CHIFFRES DE LA RENTRÉE 2017/2018 Remarque : Avec la réforme du lycée, certaines dénominations changent. L enseignement secondaire (ES, dit «classique») devient l enseignement secondaire classique (ESC).

Plus en détail

Présentation. IMS Charles ISAUTIER

Présentation. IMS Charles ISAUTIER FONDATION PÈRE FAVRON IMS Charles ISAUTIER Présentation IMS Charles ISAUTIER Présentation IMS Charles ISAUTIER juin 2013 1 L institut Médico Social Charles ISAUTIER, regroupe plusieurs établissements pour

Plus en détail

Le Dispatching de Heisdorf. Le centre de conduite pour l électricité et le gaz naturel. Energy in motion

Le Dispatching de Heisdorf. Le centre de conduite pour l électricité et le gaz naturel. Energy in motion Le Dispatching de Heisdorf Le centre de conduite pour l électricité et le gaz naturel Energy in motion Creos Luxembourg S.A. détient, gère et exploite des réseaux d électricité et de gaz naturel au Luxembourg.

Plus en détail

L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS

L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS L ORGANISATION DU SYSTÈME ÉDUCATIF FRANÇAIS Le premier degré ECOLE PRIMAIRE Ecole maternelle Âges concernés : 2 à 5 ans Ecole élémentaire Âges concernés : 6 à 11 ans Spécificité française : l école maternelle

Plus en détail

20 ème journée médicale de Pomponiana Olbia Vendredi 17 juin La scolarisation des enfants handicapés

20 ème journée médicale de Pomponiana Olbia Vendredi 17 juin La scolarisation des enfants handicapés 20 ème journée médicale de Pomponiana Olbia Vendredi 17 juin 2011 La scolarisation des enfants handicapés 1 La loi du 11 février 2005 «pour l égalité des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 48 SE Rés. : CC-1179 Cette politique remplace la politique P-48-SE, résolution CC-0770 datée du 19 avril 2004 Date : Le 18

Plus en détail

Les avantages OPERA pour les membres Raiffeisen.

Les avantages OPERA pour les membres Raiffeisen. Les avantages OPERA pour les membres Raiffeisen. www.raiffeisen.lu Sommaire Raiffeisen est une banque coopérative 4 et ça change tout! Profitez des avantages OPERA 6 Plus vous travaillez avec Raiffeisen,

Plus en détail

LE POTENTIEL FONCIER ET LA CONSOMMATION FONCIERE

LE POTENTIEL FONCIER ET LA CONSOMMATION FONCIERE Octobre 2010 LE POTENTIEL FONCIER ET LA CONSOMMATION FONCIERE DANS LES ZONES D HABITAT AU GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG en collaboration avec le Table des matières Chiffres Clés 5 Introduction 7 1. Potentiel

Plus en détail

Avant-projet de loi portant création d un lycée militaire d enseignement secondaire à Ettelbruck

Avant-projet de loi portant création d un lycée militaire d enseignement secondaire à Ettelbruck Avant-projet de loi portant création d un lycée militaire d enseignement secondaire à Ettelbruck Exposé des motifs Le présent projet de loi vise à créer un lycée militaire d enseignement secondaire sur

Plus en détail