en région bruxelloise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en région bruxelloise"

Transcription

1 AFrAHM Section de Bruxelles Association de Parents de La Clairière Etat des lieux Centres de jour Centres d hébergement pour travailleurs et non travailleurs en région bruxelloise

2 2 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 MÉTHODE UTILISÉE PRESENTATION DE LA RECHERCHE AGREMENT PERSONNES PRESENTES LIMITES DE TRAVAIL LES CENTRES DE JOUR DEFINITION AGREMENT Capacité agréée NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE RÉPARTITION DE LA POPULATION DES CENTRES DE JOUR EN FONCTION DU TYPE DE HANDICAP RÉPARTITION PAR TRANCHE D ÂGE DE LA POPULATION DES CENTRES DE JOUR SUBVENTIONNEMENT CARTOGRAPHIE LES CENTRES D HEBERGEMENT DEFINITION AGREMENT Capacité agréée NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE RÉPARTITION DE LA POPULATION EN FONCTION DU TYPE DE HANDICAP RÉPARTITION PAR TRANCHE D ÂGE DE LA POPULATION SUBVENTIONNEMENT LES ECOLES OBJECTIF SYNTHESE CAPACITÉ AGRÉER NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE COMPARAISON ENTRE L OFFRE ET LA DEMANDE CRITERES DE SELECTION CENTRES DE JOUR LES CENTRES D HEBERGEMENT CONCLUSION ANNEE... 20

3 3 1 INTRODUCTION Nous entendons de plus en plus autour de nous des réflexions telles que : Que vais-je faire de mon enfant après l école? A partir de quel âge dois-je commencer à inscrire mon enfant sur une liste d attente? Y a-t-il une longue liste d attente? Il n y a plus de place dans les institutions spécialisées. Face à cette problématique, la Section de Bruxelles de l Afrahm en collaboration avec l Association de Parents de La Clairière a décidé de mettre sur pied un groupe de réflexion chargé d examiner la situation. L objectif premier du groupe est : de faire un état des lieux de la situation présente ; de mesurer l adéquation entre les conditions d agrément et le public présent ; de relever les sources de subventionnement ; de relever les besoins existants ; d analyser la situation. Méthode utilisée La méthode utilisée est celle du mailing. Un questionnaire a été réalisé par le groupe de parents et a été complété par les institutions. Une vérification par les diverses institutions fut demandée après récolte des premières informations. Outre le fait de vérifier les données, ce deuxième mailing avait pour but d essayer de relancer notre demande et de récolter les informations manquantes. Malheureusement les relances téléphoniques ensuite n ont pas permis d avoir l ensemble des informations souhaitées. C est pourquoi certaines informations sont manquantes. Fort heureusement, cela n a pas affecté l objectif de cette note.

4 4 2 PRESENTATION DE LA RECHERCHE Ce travail est organisé sur la base des éléments suivants : 2.1 AGREMENT Les données concernant cet aspect du travail ont été répertoriées à partir des informations publiées par la Commission Communautaire Française et d autres publications pour les données bi-communautaires. Les institutions prises en considération sont les centres de jour, les centres d hébergement pour travailleurs et non travailleurs. 2.2 PERSONNES PRESENTES Il s agit des personnes présentes dans les institutions. Ces données ont été extraites des informations fournies par les directions d institutions lors du mailing. Ces données ont été répertoriées par les membres du groupe de parents. Ce mailing s est déroulé durant l année LIMITES DE TRAVAIL Les recherches sont orientées dans le secteur de la déficience mentale (recherche dirigée par la Section de Bruxelles de l Afrahm). Ces recherches sont également limitées au bi-communautaire et au communautaire francophone. L Afrahm se déclare incompétente dans les matières néerlandophones et fait référence dans ce cas à son association soeur la Vlaamse Vereniging voor Hulp aan Verstandelijke Gehandicapten (VVHVG). Le traitement de ces données a été effectué avec toute l attention voulue en fonction des données disponibles.

5 5 3 LES CENTRES DE JOUR 3.1 DEFINITION La mission du centre de jour est d assurer une prise en charge globale et de s inscrire dans une logique de développement psycho-médico-éducative et/ou pédagogique ainsi que de garantir une qualité de vie nécessaire à l épanouissement personnel de la personne handicapée. Destinés aux personnes handicapées qui ne peuvent envisager une occupation professionnelle. Chaque centre de jour a sa spécificité et selon son projet et les besoins des personnes handicapées, assure une prise en charge au moyen notamment : d activités sociales, créatives et récréatives ; d activités éducatives et d apprentissage ; d activités d adaptation et paramédicales ; de guidance médicale, psychologique et sociale ; de contact ou de soutien du milieu familial ; d aide à la vie journalière ; d aide à acquérir et conserver leur capacité dans les actes de la vie touchant notamment leur hébergement, leur prise en charge individuelle, leurs relations sociales ; d activités éducatives de type professionnel ou pré-professionnel ; d activités leur permettant de rendre des services à la collectivité ou de mettre une partie de leurs compétences au service de la collectivité, moyennant juste contrepartie ; des séjours extérieurs.

6 6 3.2 AGREMENT Capacité agréée NOM Capacité agréer Sexe Age Type d handicap ESPOIR ET JOIE Déficience mentale sévère 18 M/F Adulte 11 (13) ou profonde FARRA-FORET Déficience mentale modérée 16 M/F Adulte 11 (13) et profonde à l exclusion de ceux qui nécessitent des soins de nursing L AUBIER Troubles graves de la parole, de la vue ou de l ouïe avec 10 M/F Adulte (13) ou sans handicap mental ou moteur associé et inaptes à travailler dans le circuit ordinaire ou atelier LA FAMILLE Troubles moteurs, paralysie cérébrale, dysmélie, 15 M/F Adulte 1, 2, 5, 6, 8, 9 (13) poliomyélite, sclérose en plaque, spinabifia ou myopathie LA BRAISE Handicapés majeurs des 30 M/F Adulte (13) catégories 1 à 12 FACERE Troubles moteurs et/.ou 5 M/F Adulte paralysie cérébrale avec ou sans handicap associé LA FORESTIERE Déficience mentale 30 M/F Adulte 11 (13) LE GRAIN Handicapés majeurs des 20 M/F Adulte (13) catégories 1 à 12 LE PRETETE Epilepsie et/ou déficience mentale qui ne peuvent 20 M/F Adulte (13) s intégrer de leur propre force dans la vie sociale LES PLATANES Déficience mentale modérée 94 M/F Adulte 11 (13) LES VRAIES RICHESSES et sévère Déficients mentaux qui ne peuvent s intégrer dans la vie sociale de leur propre force 20 M/F Adulte 11 (13) CENTRE DE VIE 25 M/F Adulte (13) DELTA Déficience mentale modérée, sévère ou profonde 20 M/F Adulte (13) HOME JEAN VELDEMANS MEDORI Déficience mentale 15 M/F Adulte (13) Déficience mentale modérée, sévère ou profonde 10 M/F Adulte (13) LE POTELIER Déficience mentale 15 M/F Adulte (13) LE CENTRE Déficience mentale 26 M/F Adulte 11-(13) SESAME TIMBER 20 M/F Adulte (13) Nous voyons donc que la capacité agréée est de 409 personnes

7 7 3.3 NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE NOM Nombre de personnes Espoir et Joie 18 Farra Foret 16 L Aubier 10* La Famille 15* La Braise 30* Facere 5* La Forestière 54 Le Grain 23 Le Prétexte 22 Les Platanes 94* Les Vraies Richesses 20 Centre de Vie 22 Delta 20 Home Jean Veldemans 15 Médori 10 Le Potelier 17 Le Centre Sésame 26* Timber 18 * Etant donné le manque d information la capacité agréée à été prise en considération Cela nous amène donc à 435 personnes prises en charge dans les centres de jour 3.4 RÉPARTITION DE LA POPULATION DES CENTRES DE JOUR EN FONCTION DU TYPE DE HANDICAP Nom Total Léger Modéré Sévère Grave Polyhandica p Besoin en nursing F M F M F M F M F M Centre Espoir et Joie Fara Foret L Aubier La Famille La Braise Facere La Forestière Le Grain Le Prétexte 22 Les Platanes Les Vraies Richesses Centre et Vie Delta Jean Veldemans Medori Le potelier 17 Le Centre Sésame Timber

8 8 3.5 RÉPARTITION PAR TRANCHE D ÂGE DE LA POPULATION DES CENTRES DE JOUR Nom F M F M F M F M Espoir et Joie For a Foret L Aubier La Famille La Braise Facere La Forestière Le Grain Le Prétexte Les Platanes Les Vraies Richesses Centre et Vie Delta Jean Veldemans Medori Le potelier Le Centre Sésame Timber

9 9 3.6 SUBVENTIONNEMENT NOM COCOF COCOM NEANT Espoir et Joie For a Foret L Aubier La Famille La Braise Facere La Forestière Le Grain Le Prétexte Les Platanes Les Vraies Richesses Centre et Vie Delta Jean Veldeman Medori Le potelier Le Centre Sésame Timber 3.7 CARTOGRAPHIE

10 10

11 11

12 12 4 LES CENTRES D HEBERGEMENT 4.1 DEFINITION Ces établissements procurent un hébergement et un encadrement médical, paramédical, social et éducatif aux personnes handicapées majeures qui travaillent en entreprises de travail adapté (ETA) ou dans le circuit professionnel ordinaire. Ils peuvent compléter leur prise en charge de nuit par un accueil occupationnel de jour. Ils sont animés par une équipe pluridisciplinaire comprenant notamment des assistants sociaux, des paramédicaux et des éducateurs. 4.2 AGREMENT Capacité agréée NOM Capacité Sexe Age Type de Nontravailleurs Travailleurs Catégories agréer pers L Aubier 20 F/M 18 et HNT (1,7,11) plus Le Bois de Sapin 12 F HNT (11) Centre espoir et 16 F/M 16 Joie Farra Derby 16 F/M 16 Les Fougères 15 F 15 Les Freesias 15 F/M 15 HAMA IV 17 F/M 17 la Bastide 20 F/M HNT/HT 5 15 La Forêt 16 Le Foyer Aurore 21 F/M 13 8 HADEP 26 F (11, 10) HAMA I 20 M (11) HAMA II 22 F/M HAMA III 18 F/M 14 4 Pierre Jurdant 20 F/M Maison du 18 F/M 8 Tropique Médori 15 Home Jean Veldemans Non agréé L arche (11) Nous voyons donc que la capacité agréée est de HNT : Home pour non-travailleurs - HT : Home pour travailleurs

13 NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE NOM Nombre de personnes L Aubier 20* Le Bois de Sapin 12 Centre Espoir et Joie 16 Farra Derby 16 La Forêt 16 Les Fougères 15 Les Freesias 15* La Bastide 19 Le Foyer Aurore 21* HABEP 23 HAMA I 20 HAMA II 22 HAMA III 18 HAMA IV 17 Pierre Jurdant 17 Maison du Tropique 18* Médori 15 Home Jean Veldemans 20 L Arche 29 * Etant donné le manque d information la capacité agréée à été prise en considération Cela nous amène donc à 349 personnes prises en charge dans les centres d hébergement

14 RÉPARTITION DE LA POPULATION EN FONCTION DU TYPE DE HANDICAP Nom Total Léger Modéré Sévère Grave Polyhandicap F M F M F M F M F M L Aubier 20 Le Bois de Sapin Centre Espoir et Joie Farra Derby La forêt 16 Les Fougères 15 Les Freesias 15 La Bastide Le Foyer Aurore 21 HADEP HAMA I HAMA II HAMA III HAMA IV 17 Pierre Jurdant Maison du 18 Tropique Médori Home Jean 20 Veldemans L Arche couples 4.5 RÉPARTITION PAR TRANCHE D ÂGE DE LA POPULATION NOM Total F M F M F M F M L Aubier 20 Le Bois de Sapin Centre Espoir et Joie Farra Derby La Forêt 16 Les Fougères Les Freesias 15 La Bastide Le Foyer Aurore 21 HADEP HAMA I HAMA II HAMA III HAMA IV 17 Pierre Jurdant Maison du 18 Tropique Médori Home Jean 20 Veldemans L Arche

15 SUBVENTIONNEMENT NOM COCOF COCOM L Aubier Le Bois de Sapin Espoir et Joie Farra Derby La Forêt Les Fougères Les Freesias La Bastide Le Foyer Aurore HADEP HAMA I HAMA II HAMA III HAMA IV Pierre Jurdant Maison du Tropique Home Jean Veldemans L Arche

16 16 5 LES ECOLES 5.1 OBJECTIF Le but est d évaluer le nombre de personnes handicapées dans les tranches d âge de 18 à 21 ans, étant donné que ce type de personnes représente les demandeurs potentiels pour avoir une place dans les centres d hébergement et centres de jour. Cette partie du recensement se base sur une étude réalisée dernièrement par L Association de Parents d enfants Trisomiques 21 (APEM) Cette étude avait pour objectif de cerner le nombre potentiel de bénéficiaires sortant de l enseignement spécial, susceptibles d avoir besoin de Services d accueil de jour ou de services résidentiels dans les 5 prochaines années. Cette étude s est basée sur les documents officiels de l Administration de l Enseignement Spécial. Cette étude n a tenu compte que des données incluant l enseignement de type 2 et 4 et de forme 1 et 2 (en annexe : explication des types et des formes d enseignement) A ces chiffres il faudra encore inclure ceux qui pourraient être fournis par les S.A.J.E. (Service d Accueil de Jour pour Enfants) non scolarisables. Voici les chiffres pour Bruxelles Nombres d élèves susceptibles de quitter l enseignement de Forme 1 à Bruxelles Année de sortie 18 ans 21 ans >21 ans TOTAL Nombres d élèves susceptibles de quitter l enseignement de Forme 2 à Bruxelles Année de sortie 18 ans 21 ans >21 ans TOTAL

17 17 6 SYNTHESE 6.1 CAPACITÉ AGRÉER Type d institution Capacité d agréer Centres de jour 409 Centre d hébergement NOMBRE DE PERSONNES PRISES EN CHARGE Type d institution Centre de jour 435 Centre d hébergement 316 Nbre pers. 6.4 COMPARAISON ENTRE L OFFRE ET LA DEMANDE Cette comparaison ne peut aujourd hui que reposer sur des hypothèses de travail, étant donné qu il n existe aucun recensement Ce type d information est disséminé entre plusieurs institutions et est protégé par la législation en matière de respect de la vie privée. Les hypothèses de travail peuvent être les suivantes : La population des personnes handicapées mentales représente le pourcentage de 1% de la population des villes industrialisées. Ces pourcentages sont publiés par l OMS. Nous nous sommes attachés cependant à comparer le nombre de personnes de 18 à 21 ans accueillies dans les institutions pour enfants par rapport aux places disponibles en institutions pour adultes. Les adultes restés en famille ne sont pas repris dans ces tableaux. Type d institution Centre de jour Centre d hébergement Nombre de places disponibles 0 Quelques unes Nombre de demandes dans les 5 ans 741

18 18 7 CRITERES DE SELECTION Nous avons essayé de connaître les critères qui régissent l accueil d une personne handicapée sollicitant une place dans une institution. 7.1 CENTRES DE JOUR Le type de handicap est bien entendu le premier critère de la sélection. Il s agit d évaluer le degré d handicap présenté par la personne handicapée. Certains centres limitent l accès des personnes handicapées mentales profondes, n étant pas équipées pour les accueillir ou pour maintenir une certaine homogénéité à l intérieur du groupe ou pour maintenir un équilibre entre les personnes présentant un handicap mental léger, modéré ou profond. D autre part, le niveau de handicap physique est également pris en compte : certains centres de jour occupent des bâtiments organisés de telle façon qu ils ne peuvent accueillir des personnes se déplaçant en chaise roulante par exemple. La capacité d intégration dans un groupe existant est également un critère. 7.2 LES CENTRES D HEBERGEMENT Les critères pour les centres de jour sont également utilisés pour décider de l accueil ou non d une personne handicapées dans un centre d hébergement : - la catégorie de handicap - le niveau de handicap - la capacité d intégration dans le groupe de vie Deux autres critères sont également pris en considération : 1/ le sexe : certains centres d hébergement n accueillent que des femmes, d autres souhaitent avoir un équilibre entre hommes et femmes dans l institution. 2/ la présence d un trouble se marquant par un risque de violence importante.

19 19 8. CONCLUSION Le groupe de Parents souligne la complexité à voir clair dans le fonctionnement de ces institutions, la difficulté à récolter des informations utiles aux parents face à la problématique de faire un choix (pour autant qu un choix puisse se faire) pour l avenir de leurs enfants. Nous constatons malheureusement que les rumeurs relayant les informations concernant la problématique du manque de place dans les cinq années à venir sont bel et bien exactes. De plus il ne faut pas oublier la spécificité de certaines institutions. Toutes n offrent pas de possibilité pour les personnes lourdement handicapées. Si les personnes «normales» ont la possibilité de choisir l orientation de leur avenir suivant un large panel il en est tout autrement pour la personne handicapée.

20 20 Annexe L enseignement spécial est organisé en 8 types Enseignement de type 1 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints d arriération mentale légère Enseignement de type 2 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints d arriération mentale modérée ou sévère Enseignement de type 3 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints de troubles caractériels Enseignement de type 4 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints de déficiences physiques Enseignement de type 5 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents malades Enseignement de type 6 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints de déficience visuelle Enseignement de type 7 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints de déficience auditive Enseignement de type 8 Enseignement spécial adapté aux besoins éducatifs des enfants et des adolescents atteints de troubles instrumentaux

21 21 Au niveau secondaire il existe 4 formes Enseignement de forme 1 Enseignement spécial secondaire d adaptation sociale peut accueillir des élèves relevant des types 2 et 4 vise au développement des possibilités sensori-motrices des élèves et de leurs possibilités de communication et de socialisation. Vise l intégration dans un milieu de vie protégé. Enseignement de forme 2 Enseignement spécial secondaire d adaptation sociale et professionnelle Peut accueillir des élèves relevant du types 2 et 4 Vise à l intégration dans un milieu de vie et de travail protégé Enseignement de forme 3 Enseignement spécial secondaire professionnel Vise à l obtention d un certificat de qualification Vise à l insertion dans un milieu de travail ordinaire Enseignement de forme 4 Enseignement spécial secondaire de transit et de qualification Propose un programme similaire à celui de l enseignement général, technique ou artistique de l école d enseignement ordinaire mais qui a été adapté aux besoins particuliers des adolescents handicapés concernés.

LES CENTRES DE JOUR POUR ADULTES

LES CENTRES DE JOUR POUR ADULTES COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Service Bruxellois Francophone des Personnes Handicapées 42, rue des Palais 1030 Bruxelles Tel.: 02/800.82.03 Fax: 02/800.81.20 LES CENTRES DE JOUR POUR ADULTES Déficiences

Plus en détail

LES CENTRES D'HEBERGEMENT POUR ADULTES

LES CENTRES D'HEBERGEMENT POUR ADULTES COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Service Bruxellois Francophone des Personnes Handicapées 42, rue des Palais 1030 Bruxelles Tel.: 02/800.82.03 Fax: 02/800.81.20 LES CENTRES D'HEBERGEMENT POUR ADULTES

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR

GUIDE DE L UTILISATEUR FEI 2007-2013 GUIDE DE L UTILISATEUR du logiciel pour l établissement des statistiques sur les projets et leurs utilisateurs à l usage des bénéficiaires finaux (BF) d un cofinancement communautaire au

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

L ESAT l Orange Épicée

L ESAT l Orange Épicée L ESAT l Orange Épicée Goûtez la différence Séminaire CRFTC : «Travail et cérébrolésion» Le 15 novembre 2012 La mission L ESAT (Établissement et Service d Aide par le Travail) est une structure médicosociale

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Parcours de vie et offre de services

Parcours de vie et offre de services Parcours de vie et offre de services De 7 à 21 ans Cécile JAVAUX, AFrAHM asbl Imbroglio Juridique Communauté flamande Région flamande Communauté française Région wallonne Communauté germanophone Région

Plus en détail

BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST REGION DE BRUXELLES-CAPITALE 36095 BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST REGION DE BRUXELLES-CAPITALE F. 2010 1821 COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANÇAISE DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE [C 2010/31252] 10 DECEMBRE 2009. Arrêté 2009/724 du

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE

A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE Chapitre 116 La Permanence d Accès aux Soins de Santé A. HERICORD, M.-F. WILMOTTE 1. La loi d orientation du 29 juillet 1998 La loi d orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions

Plus en détail

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés»

Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Questionnaire de l enquête complémentaire emploi «Insertion professionnelle des personnes handicapés» Texte introductif, à lire à haute voix par l enquêteur : «La question qui suit concerne les problèmes

Plus en détail

Tutoriel de la grille d évaluation 2014. Mission Insertion Culture

Tutoriel de la grille d évaluation 2014. Mission Insertion Culture Tutoriel de la grille d évaluation 2014 Mission Insertion Culture Table des matières Introduction... 2 Partenaire insertion... 2 Partenaire culturel ou artistique... 2 Niveau de qualification... 3 Sexe...

Plus en détail

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Mme M. LASTECOUERES, coord. Réseau

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE

DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE DOSSIER DE PRESSE ECOLE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES DE CAEN-NORMANDIE Contact : A vue de truffe BP 197-14011 Caen cedex 1- tél : 02 31 39 61 53 Courriel : avuedetruffe@orange.fr / Site : www.avuedetruffe.fr

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

En Région wallonne. A Bruxelles. Les services de transition. Les services d aide précoce

En Région wallonne. A Bruxelles. Les services de transition. Les services d aide précoce Les services de transition (AWIPH) Ces services correspondent à ce que l on appelait auparavant «le service de suite». Ils sont devenus des services «à part entière» qui font l objet d un agrément séparé.

Plus en détail

Les contacts perdus : comment les éviter

Les contacts perdus : comment les éviter : comment les éviter Chef de projet : Normand Savoie (L ABC Communautaire) Partenaire au projet : Anna Veltri (Le Collège du Savoir) Consultant au projet : Fred Van Winckel Réalisé grâce à une subvention

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Maison d Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.)

Maison d Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.) Les Etablissements médico sociaux et sanitaires Institut Médico-Educatif (I.M.E.) Centre/Institut d'education Motrice (C.E.M et I.E.M) Annexe XXIV au décret 89-798 du 27 octobre 1989 - Circulaire 89-17

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS

SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS SECTEUR DES MAISONS DE REPOS MAISONS DE REPOS ET DE SOINS Normes en vigueur dans le secteur. NORMES FEDERALES Normes d agrément des maisons de repos Maisons de repos et de soins AR du 21/09/2004 modifié

Plus en détail

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Ce questionnaire s inscrit dans le cadre d une démarche de travail collectif des services de la ville en charge de l accueil

Plus en détail

Le sur mesure et la proximité à votre service

Le sur mesure et la proximité à votre service CONSEIL L accompagnement de l entreprise : Orchidée vous apporte son analyse et ses conseils pour vous accompagner dans la gestion de votre personnel. Parce que vous manquez de temps, de détachement ou

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises

Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises Garde d enfant Procédure destinées aux entreprises I. La prime garde des enfants a. Origine 1) Conformément à l accord sectoriel 2013-2014, le Fonds social de chacune des commissions paritaires 202, 311

Plus en détail

Renseignements généraux sur le SESOBEL

Renseignements généraux sur le SESOBEL Renseignements généraux sur le SESOBEL Le Service social pour le bien-être de l enfant au Liban (SESOBEL) s occupe de 471 enfants atteints de handicaps physique et mental et des enfants atteints de troubles

Plus en détail

Handicap en Île-de-France Lexique établissements services médico-sociaux ILE- E DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france

Handicap en Île-de-France Lexique établissements services médico-sociaux ILE- E DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france Handicap en Île-de-France Acteurs et organismes Lexique des établissements & services médico-sociaux pour personnes en situation de handicap ILE-DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france LEXIQUE DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3

dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3 s a m e d i 2 3 j u i n 2 0 0 7 dossier de presse par, président du conseil général de la Loire La prise en charge des enfants et adolescents : 2 La prise en charge des adultes : 3! Les activités financées

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice

Centre de réadaptation MAB Mackay Programmes et services pour la déficience motrice Langues desservies: français et anglais MISSION Le Centre de réadaptation MAB-Mackay (CRMM) contribue à maximiser l autonomie et la participation sociale de ses usagers, et ce, dans le but d améliorer

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Mme Fabiola BERIZIKY Chargée d Etudes et de Développement AGEFIPH PACA CORSE Journée «Maintien dans l Emploi»

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Une initiative de la Ministre en charge de la politique d Aide aux Personnes handicapées Commission communautaire française Service Bruxellois

Une initiative de la Ministre en charge de la politique d Aide aux Personnes handicapées Commission communautaire française Service Bruxellois Une initiative de la Ministre en charge de la politique d Aide aux Personnes handicapées Commission communautaire française Service Bruxellois Francophone des Personnes Handicapées 2 1. Les coordonnées

Plus en détail

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION

RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION RESIDENCE LA YOLE GRAN MOUN PRESENTATION Historique Le Foyer Logement de Châteauboeuf a été créé par la Municipalité de Fort-de- France désireuse d apporter une solution au problème de logement des personnes

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Rappel des travaux. Parcours administratif et législatif. Ce qui reste à faire

Rappel des travaux. Parcours administratif et législatif. Ce qui reste à faire Rappel des travaux Parcours administratif et législatif Ce qui reste à faire Concernant l agrément et les avancées qualitatives Concernant le financement Attention particulière en ce qui concerne les cas

Plus en détail

DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS

DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS 1 Etat des lieux des emplois et activités financées en Promotion de la Santé par la Fédération Wallonie-Bruxelles DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS Contexte Conseil supérieur de promotion

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

I.PROTECTION ET PROMOTION DES PERSONNES HANDICAPEES

I.PROTECTION ET PROMOTION DES PERSONNES HANDICAPEES I.PROTECTION ET PROMOTION DES PERSONNES HANDICAPEES I.1 Cadre juridique : Loi n 02_09 du 8 mai 2002, relative à la protection et à la promotion des personnes handicapées. Principes et objectifs : - Dépister

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010

BULLETIN N 3 /2010 MARS 2010 SANTE MENTALE EUROPE Boulevard Clovis 7, B-1000 Bruxelles Tél.:+ 32 2 280 04 68 Fax: + 32 2 280 16 04 Email : info@mhe-sme.org Site web: http://www.mhe-sme.org SANTE MENTALE EUROPE BULLETIN N 3 /2010 MARS

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

Circulaire n 5419 du 23/09/2015 Nouveau régime concernant les allocations d'insertion des jeunes de moins de 21 ans

Circulaire n 5419 du 23/09/2015 Nouveau régime concernant les allocations d'insertion des jeunes de moins de 21 ans Circulaire n 5419 du 23/09/2015 Nouveau régime concernant les allocations d'insertion des jeunes de moins de 21 ans Réseaux et niveaux concernés Fédération Wallonie- Bruxelles Libre subventionné libre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L école est implantée dans un cadre de calme et de verdure

L école est implantée dans un cadre de calme et de verdure L école est implantée dans un cadre de calme et de verdure Qu est-ce que l enseignement spécialisé? Cet enseignement «sur mesure» vise à apporter une aide efficace à des enfants qui éprouvent des difficultés

Plus en détail

L aide aux personnes sans abri

L aide aux personnes sans abri L aide aux personnes sans abri CPAS de Bruxelles 8 juin 2012 Constatations générales Quelques chiffres Raisons Actions Participation dans le dispositif d hivernal et l opération «grand froid» Conclusions

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE)

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) 13 novembre 2002 Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) Etat au 1 er janvier 2008 Le Conseil d'etat de la République

Plus en détail

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance Etienne Debauche Les objectifs de la Drees Suivi régulier des politiques publiques suivi des prestations existantes et de leurs bénéficiaires

Plus en détail

Cahier des Charges. Appel d offre restreint

Cahier des Charges. Appel d offre restreint Cahier des Charges Appel d offre restreint Consultation pour une demande de prestations concernant l évaluation externe des établissements médico-sociaux Date limite de candidature : 31/03/2014 Contact

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du 28 avril 2006

Compte-rendu de la réunion du 28 avril 2006 Compte-rendu de la réunion du 28 avril 2006 Atelier «Bourse de l emploi» - projet FAME (EQUAL) a) Personnes présentes AWIPH - M. Bernard CAUDRON, Inspecteur général - Mme M. DOPCHIE, Directrice f.f. -

Plus en détail

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test

Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH. Questionnaire test Mesure de la satisfaction des usagers de la MDPH Questionnaire test COMMENT UTILISER LE QUESTIONNAIRE? Objectif et finalité de la démarche Ce questionnaire s adresse à tous les usagers de la Maison départementale

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE D ACCUEIL École maternelle École élémentaire Collège lycée. Établissement (nom et adresse) :

ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE D ACCUEIL École maternelle École élémentaire Collège lycée. Établissement (nom et adresse) : ENFANT M.D.P.H. de la Manche 50000 SAINT LO Année scolaire : / NOM : Prénom : Né(e) le : Sexe : Masculin Féminin Adresse : PROJET PERSONNALISÉ DE SCOLARISATION Des enfants et adolescents handicapés (loi

Plus en détail

- Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail.

- Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail. La Convention Premier Emploi - Finalité : favoriser l insertion des jeunes sur le marché du travail. - Base légale : 24 DECEMBRE 1999 - Loi en vue de la promotion de l'emploi (plusieurs mises à jour Rosetta

Plus en détail

Ind. rég. Résidence Ind. rég. Bureau Ind. rég. Autre. Code postal Rég. Co. att. Candidature admise sous condition

Ind. rég. Résidence Ind. rég. Bureau Ind. rég. Autre. Code postal Rég. Co. att. Candidature admise sous condition RENSEIGNEMENTS IMPORTANTS Vous devez utiliser ce formulaire pour vous inscrire aux concours de recrutement et aux réserves de candidatures de la fonction publique du Québec. Le personnel régulier de la

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Les Cahiers du DESS MRH

Les Cahiers du DESS MRH DESS Management des Ressources Humaines http://www.dessmrh.org ➎ Les Cahiers du DESS MRH Les travailleurs handicapés dans L entreprise 6 - L accompagnement du travailleur handicapé http://www.e-rh.org

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ASH

GUIDE PRATIQUE DE L ASH GUIDE PRATIQUE DE L ASH ADAPTATION SCOLAIRE ET SCOLARISATION DES ELEVES HANDICAPES La loi du 11 février 2005 a fixé les obligations nationales en faveur des personnes handicapées. Trois grands principes

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

COMMISSION ACTION SOCIALE

COMMISSION ACTION SOCIALE 122 e congrès national des sapeurs-pompiers de France 23 26 septembre 2015 Agen COMMISSION ACTION SOCIALE SALLE A JEUDI 4 SEPTEMBRE 2015 16h30 ACCUEIL par Philippe HUGUENET Vice-Président de la FNSPF chargé

Plus en détail

Le Projet pédagogique Secteur Adultes

Le Projet pédagogique Secteur Adultes Le Projet pédagogique Secteur Adultes I. Introduction... 2 II. Les Objectifs Généraux Statutaires Spécifiques au Secteur... 2 Le 2ème : Renforcer le lien social... 2 Le 3ème : Identifier et formaliser

Plus en détail

Les Etablissements et Services Accueillant les Enfants

Les Etablissements et Services Accueillant les Enfants Les Etablissements et Services Accueillant les Enfants Handicapés Si chaque établissement ou service est spécialisé dans le type d handicap accueilli, tous sont complémentaires et indissociables. Pour

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013

Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Assemblée Générale ordinaire du 6 Mai 2013 Le dispositif du SIAO 06 en 2012 SIAO urgence Mise à l abri et orientation : 115 et PAU Hébergement : SIAO insertion - ALT - CHRS Urgence - CHRS Insertion - Lits

Plus en détail

Février 2016 Juin 2016

Février 2016 Juin 2016 Septembre 2015 PRESENTATION DE LA FORMATION DE COORDONNATEUR Février 2016 Juin 2016 Promotion 2016/2 Début de la formation : lundi 1 er février 2016 à l epss de Cergy Date limite d inscription à l admission

Plus en détail

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington «Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington Géré par l institut Camille Miret (association d intérêt général à but non

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

SEMINAIRE du CA de l association PASSERAILE APETREIMC 7 et 8 DECEMBRE 2007 «Construire ensemble l avenir de notre Association» SYNTHESE

SEMINAIRE du CA de l association PASSERAILE APETREIMC 7 et 8 DECEMBRE 2007 «Construire ensemble l avenir de notre Association» SYNTHESE SEMINAIRE du CA de l association PASSERAILE APETREIMC 7 et 8 DECEMBRE 2007 «Construire ensemble l avenir de notre Association» SYNTHESE L objectif de ce séminaire était de réfléchir à l avenir de PASSERAILE

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER DES ORGANISMES PRESTATAIRES DE BILANS DE COMPETENCES (Article R. 6322-60 du Code du travail)

COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER DES ORGANISMES PRESTATAIRES DE BILANS DE COMPETENCES (Article R. 6322-60 du Code du travail) Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Service régional de contrôle 19-21, rue Vionnet 93300 AUBERVILLIERS COMPTE-RENDU STATISTIQUE ET FINANCIER

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019

Appel pour une politique stratégique et coordonnée de l'aide aux sans-abri 2014-2019 Cet appel sollicite les responsables des gouvernements afin qu'ils s'engagent à relever ces enjeux dès l entrée en fonction de la nouvelle législature. Appel pour une politique stratégique et coordonnée

Plus en détail

NOUVEAU DECRET PETITE ENFANCE : ETAT DES LIEUX

NOUVEAU DECRET PETITE ENFANCE : ETAT DES LIEUX NOUVEAU DECRET PETITE ENFANCE : ETAT DES LIEUX Par le Collectif Girondin des Psychomotriciens Petite Enfance En 2003, notre Collectif se créait en Gironde, pour faire reconnaître et inscrire législativement

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Organisation La Plateforme de formation de la Fegems est au bénéfice d une subvention de l Etat depuis juin 2003. Cette aide s est inscrite dans le

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle

LA FONDATION. Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle LA FONDATION Traitement des dépendances Réinsertion socio-professionnelle CHARTE LES OLIVIERS Accueillir Soigner Accompagner Réinsérer l Nous plaçons l être humain avec sa souffrance au centre de notre

Plus en détail