GENRE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN AFRIQUE Par NDEUNA TCHOUMENI Carine Diane (Cameroun)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "------------------------------------------------------------ GENRE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN AFRIQUE Par NDEUNA TCHOUMENI Carine Diane (Cameroun)"

Transcription

1 Ms. Carine Diane Ndeuna-Tchoumeni est titulaire d un Master en Business Administration de l IAE de Poitiers en France. Dynamique, proactive, elle est présentement la coordinatrice générale du Réseau Camerounais pour l Entreprenariat et le Leadership des Femmes GENRE ET PARTICIPATION POLITIQUE EN AFRIQUE Par NDEUNA TCHOUMENI Carine Diane (Cameroun) Introduction En Afrique, en général, la place réservée à la femme est fortement influencée soit par les pratiques dans nos sociétés traditionnelles, soit par l histoire de la colonisation, soit encore de la façon dont se considère cette dernière. En effet, dans les sociétés traditionnelles africaines, le rôle de la femme était confiné à celui de procréer ou aux travaux domestiques ; elle ne prenait pas part aux discussions concernant la cité encore moins aux discussions concernant sa propre vie car son mariage par exemple ne dépendait pas d elle. Or, à cette époque elle n avait pour avenir que le mariage, car l éducation des jeunes garçons était celle à payer. De même, la colonisation qui est venue renforcer cet état de choses a laissé des séquelles encore plus graves. Ainsi, la femme fut de plus en plus confinée dans les rôles de cuisinière ou d animatrice pour distraire les hommes (soldats) dans leurs moments de détente. Par ailleurs, nous pouvons aller plus loin pour trouver les causes de cette exclusion de la femme à la chose politique dans la Bible. Lors du décompte de la population dans le livre des NOMBRE, on comptait très exactement le nombre d hommes et de façon furtive on généralisait les femmes et les enfants sans donner un chiffre exact. Ceci traduit bien la pensée véhiculée à cette époque où les hommes étaient assimilés à des guerriers et les femmes et enfants confinés aux tâches mineures. Ainsi, la situation actuelle en Afrique et dans la zone de la Communauté Economique et Monétaire de l Afrique Centrale (CEMAC) n est autre que la conséquence de cet état de choses. Aussi, est-il question pour nous de 1) documenter les raisons des échecs politiques des 1

2 femmes africaines dans la zone CEMAC ; 2) d identifier les meilleures expériences de participation politiques des femmes et 3) enfin de formuler des recommandations à l endroit de toutes les parties prenantes du jeu politique. I. Les résistances politiques à la participation des femmes africaines Il s agit de parler essentiellement des causes des échecs politiques des femmes africaines ; ces échecs sont soit d origine externes, soit d origine interne c est-à-dire liés à la femme ellemême. a) Les résistances externes i. les résistances fondées sur les croyances religieuses et les origines d ordre coloniale Selon le livre de Timothée I, chapitre 2 aux versets 11 et 12 la femme n est pas autorisée à prendre la parole en public car si elle a quelque chose à dire, qu elle le dise à son mari et celui-ci le communiquera à l assemblée. Cette pensée est encore répandue de nos jours et limite, de ce fait, l implication de la femme aux activités non pas simplement de l assemblée mais aussi à la chose politique considérée par beaucoup comme ne faisant pas partie des domaines dans lesquels Dieu souhaiterait que ses enfants exercent, encore moins la femme. Car comme il est écrit dans le livre de Genèse au chapitre 2, verset 22, la femme a été faite à partir d une seule côte sortie de l homme. Aussi, dans le verset 18, Dieu fit la femme pour être une «aide» à l homme. Ce qui justifie bien les pratiques observées dans nos sociétés traditionnelles. Alors que Dieu avait confié le jardin d Eden à l homme, Adam, c est encore lui qui donna les noms à tous les animaux. Or, c est par la femme que le péché est arrivé sur terre. Toutes ces croyances concourent à renforcer l idée selon laquelle la femme n a pas été faite pour participer à la vie politique de son pays. Ces pratiques s observent bien dans les pays de la zone CEMAC où le christianisme domine, en l occurrence le Cameroun, le Gabon, la République Centrafricaine, le Tchad et le Congo Brazzaville. Par ailleurs, c est la même constatation au Tchad où domine l islam, il n est pas autorisé à la femme de pratiquer la politique. Elle peut donner des conseils à son mari et n a que le devoir de le conseiller, libre à lui de décider. En somme, tout se passe comme si cette dernière est l accompagnatrice de l homme, elle doit s assurer de ce que ce dernier ne manque de rien pour vaquer à ses occupations ; autrement dit, son projet de vie se limite à ce dernier et ses enfants. ii. Les origines socioculturelles Consciemment ou inconsciemment, la société a toujours considéré la femme comme «le sexe faible», celle-là qui a besoin d être surprotégée, encadrée, contrôlée comme si elle ne peut rien faire d elle-même. Ceci a pour conséquence de créer une psychose générale et on considère que certaines fonctions sont uniquement dévolues aux hommes. 2

3 A titre d illustration, aucune femme n a jamais occupé le poste de Présidente de la République dans un pays de la CEMAC. Non pas par manque de volonté ou de qualification mais le contrôle lors de la validation des candidatures féminines aux postes électoraux est plus stricte que celui des candidatures masculines. Le nombre d enfants, la situation matrimoniale, sont évalués et peuvent constituer un blocage. Or, ces faits sont plutôt des arguments pour juger du sérieux d un candidat homme. Par ailleurs, bien que constituant la majeure partie de la population, au Cameroun (52%), les femmes sont moins représentées au niveau des instances décisionnaires des formations politiques. A titre d exemple, l animation est inscrite comme stratégie de développement dans ce processus de modernisation et cette mission échoit à la femme ainsi que le formule l article 47 (nouveau) des statuts du RDPC (ex-parti unique au pouvoir) : «L organisation des femmes du parti a pour but la mobilisation des femmes camerounaises en vue de leur conscientisation et de leur participation à la poursuite et à la réalisation des objectifs du parti.». Autrement dit, leur rôle est de contribuer au succès du parti et de ne pas songer à occuper de hauts rangs ; l architecture du parti au pouvoir le montre bien et se retrouve dans tous les autres partis politiques où les femmes sont cloisonnées dans les associations de femmes. La faible présence des femmes au niveau décisionnel est en contradiction avec leur présence massive au sein des formations politiques dans la zone CEMAC et rend visible le rôle de figurantes, d harangueurs de foules, généralement tenu par les femmes en leur sein. «Aussi peut-on les voir gesticuler, faire foule, chanter et danser pour agrémenter la tenue des grands évènements, les rencontres des partis politiques, bref à jouer les rôles folkloriques pendant que les hommes travaillent, réfléchissent pour prendre des décisions qui vont à coup sûr, influencer leur existence» comme le disait MFARAM ATCHANG lors de la conférence internationale sur les femmes actrices de développement pour les enjeux mondiaux en Mars 2008, Liège (Walonie). Ces discriminations se traduisent par l absence dans les programmes des partis politiques, de stratégies de promotion des femmes. iii. Les résistances économiques Ayant été longtemps sous l aile de son époux, la femme africaine dépendait de ce dernier qui était chargé de ramener les revenus pour toute la famille. Si elle exerçait une activité, c était une activité de subsistance et elle ne pouvait donc pas investir à grande échelle pour épargner. Mariée, tous les biens et actes étaient au nom du mari (titres fonciers, bien acquis en communs) ; par conséquent, elle se trouvait ainsi davantage fragilisée. De nos jours, bien qu ayant pris conscience de cet état de chose, la femme qui veut s engager en politique souffre du manque de financement de sa carrière, ne pouvant compter ni sur le soutien de la banque (elle n a pas de garantie à déposer) ni sur celui de son époux. 3

4 De plus, les femmes disposent donc de peu de ressources et de réseaux de soutien moins étendus que ceux des hommes, toutes choses qui sont nécessaires pour gagner les élections. B- Les Résistances liées à la femme elle-même 1. Intériorisation par la femme des valeurs traditionnelles et socioculturelles Ayant vécu pendant longtemps sous l influence de ces limitations, la femme a fini par accepter cet état de choses et la conséquence logique est la suivante : -le manque de volonté, d audace et de combativité; - le manque de confiance et faible estime d elle-meme ; -le manque de solidarité entre les femmes et de leadership ; - et le manque de vision à long terme. Ainsi, la femme a tendance à se replier sur elle-même ou alors elle se considère comme une victime résignée. 2. La vie familiale et les maternités La décision d engager ou de poursuivre une carrière politique par la femme est fortement influencée par sa situation familiale. Car pour celle qui est mariée, il lui faut concilier le triple rôle d épouse, de mère et de femme politique ; sous réserve bien sur de l accord du mari, sinon elle est exposée au risque d instabilité conjugale. Pour celles qui ne sont pas mariées, elles souffrent de devoir faire face aux préjugés et regards malveillants car une femme «seule» est souvent stigmatisée en Afrique, continent où le sens de la famille est très développé. 3. La carrière du mari Le choix de la femme devant être validé par son mari, celle-ci l orientera dans le sens de ne pas nuire à la carrière du mari et à son image. Car, c est très mal considéré qu un homme laisse sa femme faire la politique alors que c est lui qui doit tenir les reines et à elle de le suivre. II. Les meilleures expériences de participation politique des femmes africaines de la Zone CEMAC Toutes ces femmes qui ont bravé préjugés, insultes, mépris et manque de considération ont toutes un point commun : la détermination et la poursuite d une vision d un idéal commun pour leur nation. a) Le Cas du Cameroun Au Cameroun par exemple, l un des brillants parcours les plus récents est celui de Edith Kahbang-Walla, candidate à l élection présidentielle d Octobre Longtemps, cette dernière a dirigé le «Shadow Cabinet»-Cabinet stratégique- du principal parti au pouvoir, le 4

5 Social Democratic Front (SDF). Elle était partie favori sur les listes électorales alors que son mari s opposait à sa candidature. Elle a démissionné de ce parti où sa voix n était pas entendue pour former le Cameroon People Party (CPP). Pour sa toute première participation à une élection présidentielle, le CPP est arrivé 5 ème sur 21 candidats (elles étaient deux femmes dans la course) ; devançant ainsi d autres leaders hommes qui ont déjà participé à plusieurs élections présidentielles. Et comme elle le dit toujours : «Quand on est une femme, on doit travailler deux fois plus que les hommes pour se faire accepter et respecter» b) Le Cas du Gabon Au Gabon, une Avocate, Ministre Déléguée aux Finances et Député du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Madame Pauline OYANE s est vue exclure de ce parti avec menace de lever son immunité parlementaire parce qu elle s est opposée à la modification de la constitution par le Président de la République. Toujours déterminée à servir son pays, elle est militante des droits de l homme, de la femme et de l enfant. Sa consœur Gabonaise qui est Maire Rose Allogho-Mengara, est comme plusieurs femmes de la sous-région, à une bonne position. En effet l expérience montre que plus on se rapproche de la sphère décisionnelle, moins elles sont présentent. c) Le Cas du Tchad Madame Amina Kodiyana, Ministre des Droits de l homme et des libertés fondamentales. C est sans doute l un des postes les plus prestigieux que peut occuper une femme dans un tel pays où l islam domine et où la femme n est pas sensée parler en public. d) Le Cas de la République Centrafricaine Candidate aux dernières élections présidentielles, Marie Reine Hassen, candidate indépendante du peuple pour le renouveau a axé sa campagne sur : une force d avenir : la volonté de changer le regard sur la Centrafrique. III. Les Recommandations Face à cet état des lieux et considérant que la femme est un moteur incontesté de la société, il est impératif de formuler des recommandations afin que sa participation aux instances de décisions soit plus considérée. Ces recommandations vont à l endroit de l Etat et des politiques (A), des religieux qui sont les «gardiens de la morale et de la paix»de la société (B) et enfin des femmes engagées ou aspirantes en politique (C). a) Recommandations pour les états et les politiques i. Pour les Etats 5

6 Au-delà des politiques de discriminations positives mis en place par l Etat et des ministères essentiellement pour femmes, il est important que l Etat repense son organisation en laissant ouverte la porte qui mène aux hautes sphères de décision de la République. Prenant en compte les capacités des femmes et non leur statut de femme, l Etat gagnerait à développer un autre visage de la politique ; car la femme est reconnue comme celle qui écoute, établit des relations de solidarité avec ses collaborateurs et délègue plus facilement, donc pas de risque de confiscation du pouvoir. Le problème ne se trouvant pas au niveau des textes et lois qui régissent nos Etats, ces derniers ont intérêt à mettre en place des cellules d écoute et d encadrement pour mettre un terme aux frustrations et au clientélisme dont les femmes sont victimes. ii. Pour les politiques Il serait judicieux de revoir les textes qui régissent leurs formations politiques pour eviter ce qui se passe au niveau de l Etat qui a de très bons textes mais dont l application pose problème. Les formations politiques sont encore fortement dominées par les pratiques d exclusion de la femme qui avaient cours dans nos sociétés traditionnelles et pendant la période précoloniale. Or, de la même façon qu ils comptent sur les femmes pour mobiliser et faire passer leurs messages aux populations - souvent considérées comme plus crédibles, ils pourraient utiliser cet atout pour gagner en légitimité. De plus, au lieu de cloisonner la femme à un «rôle mineur» au sein des formations politiques, il gagnerait à profiter de leur dynamisme pour les mettre au cœur de l action politique. b) Recommandations pour les religieux i. Annulation des croyances négatives Considérés par plusieurs comme les «gardiens de la morale et de la paix» au sein de la société, les religieux ont donc la responsabilité de veiller à la cohésion sociale ; car ils jouissent de l estime et de la considération du peuple et des politiques. Ceci dit, la bonne interprétation des versets sur lesquels s appuient certains leaders religieux pour exclure la femme de la chose politique doit être faite. Il faut donc, de toute urgence, lutter contre ces croyances négatives qui limitent ainsi l exploitation du potentiel que Dieu a placé en la femme. Aussi, le démantèlement de ce réseau d hommes religieux qui répandent pareille psychose permettrait d arrêter d endormir la femme de la sorte et de la reconsidérer dans la société. ii. L exemple de la femme politique dans la bible : Esther 6

7 Ces croyances semblent ignorer le fait que c est Esther (une femme) qui avait pris l initiative du jeun de trois jours et invita son oncle Mardochée à demander à tout le peuple de jeuner avec elle pour implorer la miséricorde de Dieu. Au terme de ces trois jours, lorsqu elle se présenta devant le roi, elle gagna la faveur du roi de telle sorte qu Israël fut libéré. Ce seul exemple montre bien combien la femme peut tenir les reines de la cité et la conduire à la prospérité. c) Recommandations pour les femmes engagées ou aspirantes en politique i. Pour les femmes engagées Il faut simplement tenir ferme et garder la vision car pour tout changement politique, la femme a toujours joué un rôle majeur dans l histoire, bien que ignoré. Surtout, conscientes de l environnement dans lequel elles évoluent et des défis auxquels elles font face, il est nécessaire qu elles se mettent ensemble pour être mieux entendues. En travaillant de façon solidaire et non en rangs dispersés, elles auront une meilleure occasion de mettre leur talent à profit et seront reconsidérées. Aussi, elles ne doivent jamais perdre de vue le fait que les jeunes aspirantes en politique ont les yeux rivés sur elles ; donc elles doivent être irréprochables. ii. Pour les femmes aspirantes Contrairement aux femmes déjà engagées en politique qui ont plus d expériences et rencontrent d autres types de résistances, en plus d être inexpérimentées, les jeunes aspirantes en politique font face aux harcèlements sexuels du fait de leur jeunesse car c est ce qui leur est présenté comme moyen de réussite en politique. Ayant moi-même fait l expérience de cette situation lorsque j étais en année de Licence à l Université de Yaoundé II en 2005 ; il s agissait d élire la présidente ou le président de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques. Un responsable de la commission qui organisait les élections m avait clairement dit qu il n est pas possible que je gagne car disait-il «Bien que tu aies le meilleur plan d action, tu ne pourras pas gagner car tu n es pas manipulable, et tu parles en regardant droit dans les yeux. Tu es trop droit». J avais 22ans et je fus longuement choquée de savoir à quel point la réussite de la femme est si différente de celle de l homme. Comme il me l avait dit je suis arrivée 2 ème à l élection ; mais j avais vécu une expérience qui marqua ma vie de telle sorte que je me dis toujours «Quand on est une femme, on doit travailler deux fois plus que les hommes pour se faire accepter et respecter» De plus, c est la détermination, le courage de dire non aux propositions indécentes qui feront la différence avec le système déjà en place. BIBLIOGRAPHIE Statuts régissant le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), 7

8 MFARAM ATCHANG Conférence internationale sur les femmes actrices de développement pour les enjeux mondiaux en Mars 2008, Liège (Walonie). ETOGA EYILI, S «Pour une implication accrue des femmes dans l administration publique camerounaise», in B. AMAMA (dir.), op. cit. : 292. Ibrahim MOUICH Département de Science politique, Université de Yaoundé II. Difficultés d insertion politique des femmes au Cameroun Colette Florence MEBADA Conférence sur le renforcement des capacités de la femme dans l administration, la gouvernance et le leadership. Le développement de la carrière des femmes dans les organisations publiques au Cameroun : Enjeux et DEFIS RANDALL, V Women in Politics, London, The Macmillan press. AGUESSY, D «Femmes et démocratie», Démocraties africaines, 1 : BARBIER, J.-C. (dir.) 1993 Femmes du Cameroun. Mères pacifiques, femmes rebelles, Paris, ORSTOM-Karthala. CONAC, G. (dir.) 1979 Les institutions administratives des États francophones d Afrique noire, Paris, Economica L Afrique en transition vers le pluralisme, Paris, Economica. DIOUF, M Libéralisation politique ou transition démocratique, perspectives africaines, Dakar, CODESRIA. HIRSCHMANN, D «Woman and Political Participation in Africa : Brooding the Scope of Research», Word Development. KAMTO, M Pouvoir et droit en Afrique noire. Essai sur les fondements du constitutionnalisme dans les États d Afrique noire francophone, Paris, LGDJ. LE VINE, V. T Le Cameroun : du mandat à l indépendance, Paris, Les Éditions internationales 8

9 9

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

Le Volontariat international de la Francophonie (VIF)

Le Volontariat international de la Francophonie (VIF) Partage Le Volontariat international de la Francophonie (VIF) Solidarité Engagement Diversité culturelle 1. LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL DE Qu est ce que le Volontariat International de la Francophonie?

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.)

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) 1 CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR MOUVEMENT POUR LA RENAISSANCE DU CAMEROUN STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR 1 TABLE DES MATIERES Déclaration de principes...5 STATUTS...7 PRÉAMBULE...7 CHAPITRE I : DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES...7 CHAPITRE

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

LA LETTRE D UN COACH

LA LETTRE D UN COACH LA LETTRE D UN COACH COACH DIDIER GAGNANT KALIPE N 18 du Dimanche 04 Mai 2014 «Il fallait commencer un peu plutôt ; c'est-à-dire maintenant et résolument.» Un Coach vous enseigne la Méthode qui permet

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement

Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Femmes et politique Le rôle des partis politiques et l impact du système électoral dans la représentation des femmes au parlement Projet de rapport Présenté par Mme Pascale Boistard, députée (France) Rapporteure

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick

Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Droits et responsabilités Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau- Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004 Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE Genève le 6 février 2004 intervention de Fabienne Bonnet-Cogulet et Jean-Pierre Rosenczveig 1 La légitimité

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Rapport d'activité. http://clasches.fr contact@clasches.fr

Rapport d'activité. http://clasches.fr contact@clasches.fr 2009 2010 Rapport d'activité http://clasches.fr contact@clasches.fr Sommaire 1. Présentation de l association...3 a. Historique...3 b. Objectifs de l association...3 c. Adhérent e s...4 d. Membres du bureau...4

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Notes de recherche de l

Notes de recherche de l Notes de recherche de l DÉCEMBRE 2009 La situation du régime complémentaire de retraite de l industrie de la construction du Québec François L Italien, Doctorant, Département de sociologie, Université

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN 1/ EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN Salle Mandela, siège de l Union africaine Addis-Abeba, Éthiopie Le 28 juillet 2015 Les propos du président ont été regroupés par thèmes.

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE ELECTIONS MUNICIPALES 2014 LISTE ELECTORALE Un candidat vient demander copie de la liste électorale. Quelle liste électorale doit-on lui fournir : celle qui est arrêtée au 10 janvier ou la liste avec les

Plus en détail

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS

GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS 1 République de Guinée Commission Electorale Nationale Indépendante GUIDE DE SENSIBILISATION DES ELECTEURS Election Présidentielle, octobre 2015 Conakry, Août 2015 1 2 Introduction Les organisations de

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU

LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE. Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU Paris le 01 Novembre 2007 LES DEFIS DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE DES SERVICES MOBILES A VALEUR AJOUTEE EN AFRIQUE Par Dr.-Ing. Pierre-François KAMANOU 1 Introduction Dans le cadre de leur politique de réformes

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

code d éthique et de déontologie

code d éthique et de déontologie code d éthique et de déontologie Notre éthique et notre déontologie Le Code d éthique et de déontologie a été adopté le 22 avril 2006 par la Chambre Syndicale après un large débat et des échanges approfondis,

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L

ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L ALLOCUTION DE LA 2 ème PROMOTION MBA-IP / SENEGAL «SOUMAÏLA CISSE, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE L UNION ECONOMIQUE MONETAIRE OUEST AFRICAINE» A L OCCASION DE LA CEREMONIE DE REMISE DE DIPLÔMES Dakar,

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon

Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire de renforcement des capacités «gestion des

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE

TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE TERMES DE REFERENCES BOURSES MASTERS RECHERCHES POLES D EXCELLENCE 1 1. CONTEXTE Le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d Afrique Centrale a obtenu un don de la Banque Africaine

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET

DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET DES FEMMES GUINENNES BENEFICIENT D UNE FORMATION EN LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL DANS LE CADRE D UN PROGRAMME ELABORE A CET EFFET «Ce programme est très bénéfique pour les femmes guinéennes car il développe

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS Article 1 CREATION Il est formé entre les personnes désignées à l article 4, vivant au Cameroun, et qui adhèrent

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-090 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de carte de paiement adossée à un crédit renouvelable en considération du congé maternité de la

Plus en détail

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-=

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland =-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= PROPOS LIMINAIRE DE MADAME ABENA ONDOA NEE OBAMA MARIE THERESE, MINISTRE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS AUX PARENTS D UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Préambule Lors de la négociation de l accord «Nouveau Contrat Social», les Organisations Syndicales ont fait

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Pays Avant la réforme Après la réforme Bénin Travaux exécutés dans les locaux de l entrepreneur : Celui-ci est, en cas d insolvabilité du tâcheron, responsable de ses obligations à l égard des travailleurs.

Plus en détail