LEMERCIER Eugène-Emmanuel ( ) 1) Le témoin :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LEMERCIER Eugène-Emmanuel (1886-1915) 1) Le témoin :"

Transcription

1 LEMERCIER Eugène-Emmanuel ( ) 1) Le témoin : L auteur de Lettres d un soldat est le premier enfant de Louis Eugène Auguste Lemercier et de Marguerite Harriet O Hagan. Il est né le 7 novembre 1886 à Paris et est de nationalité française. Son père meurt quand il a sept mois et Eugène-Emmanuel est alors élevé par sa mère et sa grand-mère maternelle. Celles-ci lui enseignent les rudiments du dessin qui devient rapidement une destinée pour l enfant. Il est décrit comme un étudiant studieux au collège. C est à ce moment-là que sa mère le présente au peintre Fernand Cormon, professeur à l Ecole des Beaux-Arts. Eugène-Emmanuel y est admis dès l âge de quinze ans et demi et son talent lui permet d entrer au sein de l atelier de Cormon qui l aide à perfectionner sa technique. Il semble être un enfant fragile «accablé par la maladie» et on connait des détails de son apparence grâce à l état de service établi d après le registre matricule de la classe 1906, 6 e bureau de la Seine conservé aux Archives départementales de la Seine : «cheveux blonds, yeux gris, taille : 1m68». Il a un degré 5 d instruction et son génie dans le domaine de la peinture ne connait pas de contestation. Il a notamment peint le portrait de celle qui permet à Lemercier de s exprimer sur les tableaux : sa mère, qui est dans les Lettres d un soldat sa principale confidente, le principal moteur de sa vie, celle à qui il doit tout. Ce portrait, reçu en 1905 au Salon des artistes français au Grand Palais des Champs-Elysées, est une première consécration porteuse d espérances dans la carrière d un peintre qui semble néanmoins emprisonné par son œuvre. Un emprisonnement qui va connaitre une parenthèse puisque c est en cette même année 1905 qu il effectue son service militaire où il rejoint le 106 e régiment d infanterie en garnison à Chalons sur Marne. Il est engagé volontaire pour trois ans à partir du 9 octobre Il effectue son service jusqu en 1906 puisqu une disposition légale prévoit une dispense d un an pour les élèves des écoles supérieures (article 59 de la loi du 15 juillet 1889). Le peintre retourne alors à ses études et à ses projets. Il a au 17 novembre 1910 un certificat constatant qu il a obtenu le 11 novembre 1910 une médaille dans un «concours de composition décorative». Il réalise La Contemplation qui est décrite comme son œuvre la plus réussie et la plus expressive où «tout geste humain conduit à la contemplation des choses éternelles». Contempler, Lemercier ne va pas manquer de le faire durant cette guerre ainsi que de décrire ce qu il contemple dans ses lettres. Mais avant la guerre, Lemercier est malade (on ne

2 2 sait pas exactement de quoi) et va se faire soigner en Suisse en 1914 et se retrouve en guerre dès la fin de sa convalescence. Lemercier entre en guerre dès le début du conflit avec le 106e régiment, il se bat pour la première fois le 22 aout 1914 à Cons-la-Grandville en Meurthe-et-Moselle. Son régiment se replie alors dans le nord de la Meuse à Annecy, Lemercier est 2e classe, sous le commandement du sous-lieutenant Maurice Genevoix. En septembre, il se retrouve dans le nord du Barrois quand le général Joffre donne l ordre à l ensemble de l armée française de reprendre l offensive. Le régiment participe à la Bataille de la Marne au sud de l Argonne. C est dans ce mois que Lemercier va être détaché dans ce qu il appelle «la zone des horreurs». Le 15 septembre, le 106 ème revient à Charny puis se tourne le 21 du même mois dans les Hauts de Meuse pour repousser les Allemands qui veulent tourner Verdun. Le 22 septembre, Lemercier est en première ligne dans le bois de Saint-Rémy. Le 25 septembre, c est-à-dire à la fin de la guerre de mouvement, le 106 ème Régiment change de secteur et va quelques kilomètres plus à l est : aux Eparges. Le 106 ème de Chalons est alors de tous les assauts dans ce secteur de la butte des Eparges en particulier du 17 au 21 février 1915 où l état-major français voulait conquérir la totalité de la crête divisée en plusieurs points : à l extrémité ouest, «le point A» tenu par les Français et l extrémité est, «le point X» tenu par les Allemands. Toutes les attaques ont été défendues et se poursuivent à partir du 4 avril pour chasser les Allemands des Hauts de Meuse. Le 6 avril 1915, Eugène-Emmanuel Lemercier est porté disparu aux Eparges. Son corps n a pas été retrouvé et on ignore les conditions de sa mort. Mais si son corps a disparu, l âme du peintre soldat a survécu grâce à ses tableaux mais également grâce à ses Lettres d un soldat dont Norton Cru dira «qu aucune correspondance de soldat tué n approche en grandeur, en pathétique, en vérité, de celle de Lemercier».

3 3 La contemplation de Lemercier et son acte de décès réalisé par le corps du 106 e Régiment d infanterie 2) Le témoignage : Eugène-Emmanuel LEMERCIER, Lettres d un soldat, Paris, Bernard Giovanangeli Editeur, 2005.

4 4 Une première édition de ce témoignage est parue sans nom d auteur en 1916 chez Chapelot avec une préface d André Chevillon. L édition que nous étudions ici a été réalisée en Elle reprend la première édition augmentée de la correspondance inédite et d une partie des notes publiées en 1924 chez Berger-Levrault sous le titre de Notes ( ). Il y a dans cette édition une séparation des lettres adressées à sa mère et sa grand-mère et celles adressées à Pierre A. dont l identité n était pas révélée dans l édition de Ce témoignage peut être qualifié de correspondance de guerre. Cependant, elle comporte également des carnets de guerre que le soldat a fait parvenir à sa mère par colis. Lemercier fait mention de ces envois de carnets au sein de ses lettres : «la veille je m étais séparé d un cahier de notes que j avais décidé de t envoyer dans un colis» (page 52) et livre deux angoisses : d une part que ce colis se perde et que «ces notes, qui ont été ma vie du 1 er au 20 octobre, ne soient perdues» et deuxièmement que ce colis parvienne à sa mère avant «des lettres explicatives car l expédition était faite sous un autre nom et la couverture du cahier portant des recommandations pour qu on fasse parvenir ces notes au cas échéant» et donc qu elle le pense disparu. Sa mère est donc le principal destinataire de ces lettres. Il faut se rappeler que son père est mort alors qu il n avait que sept mois et qu il a été élevé par elle et sa grand-mère. Ces femmes sont donc les sources de son inspiration et de sa vie. On trouve aussi dans ce corpus de lettre une lettre adressée à «madame C» (page 63), «madame L» (page 153) qui sont des amies de la famille avec qui Lemercier garde contact. Enfin, on retrouve une série de lettres envoyées à «P.A.». On peut deviner que ce personnage est son frère nommé Pierre : «Cher Pierrot mon bon enfant, Ta chère lettre que maman m a transmise m a donné une bien douce émotion» (page 179). L ensemble de ce témoignage est précédé par une préface de Bernard Giovanangeli qui est un éditeur spécialisé autour de Napoléon et de ses campagnes, mais qui privilégie essentiellement la mémoire combattante ce qui explique la publication de cet ouvrage. Bernard Giovanangeli est un éditeur indépendant publiant une quinzaine d'ouvrages par an. L ouvrage n a pas été censuré mais il y a des lettres qui ont été censurées ou qui ont été autocensurées par son auteur afin de ne pas renseigner l ennemi en cas de perte. On retrouve par exemple page 23 la mention de la ville de «C» qui celle de «C[hâlons]». Son style d écriture est descriptif et réflexif avec une prose agréable à la lecture. Il écrit ses pensées et donne des détails sur les évènements qui rythment sa vie de soldat, les bonheurs qu il peut avoir de découvrir des paysages et de vouloir les partager avec sa mère

5 5 mais aussi des moments où la guerre rattrape son esprit d artiste et le plonge dans l horreur avec des descriptions poignantes. Avec l ensemble de ces lettres, Lemercier fait pénétrer sa mère dans la tranchée, il lui donne de ses nouvelles mais aussi en demande de l arrière («Êtes-vous bombardés par ces affreux aéroplanes? Je pense à vous dans ces circonstances, et surtout à pauvre Grand-Mère» page 29). Parfois il la rassure, à d autres moments il lui narre ses «coups de cafard» et les horreurs qui rythment sa vie. La publication de cet ouvrage permet à l historien ou à un lecteur intéressé par l histoire sociale de la grande guerre, de s immiscer également sur le front, de percevoir des détails importants tels que les états d âme d un soldat pas comme les autres, un soldat qui garde son esprit d artiste et qui nous donne la possibilité d être proche de lui pendant ses neufs mois de combats. 3) L analyse : Les lettres présentes dans l ouvrage recouvrent la totalité de la période d Eugène- Emmanuel Lemercier sur le front c est-à-dire du moment où il rejoint le 106 ème régiment d infanterie en août 1914 à sa disparition sur le champ de bataille le 6 avril 1915 : «voici mes premiers jours de vie guerrière, très mouvementés» (première lettre du 6 aout 1914, page 23), «Chère mère bien-aimée, à midi, nous voici sur l extrême position d attente. Je t envoie tout mon amour. Quoi qu il arrive, la vie aura eu de la beauté» (ultime lettre du 6 avril 1915, page 167). La proximité que nous avons mentionnée est décuplée par le fait qu Eugène-Emmanuel Lemercier écrit à la première personne du singulier. A de nombreuses reprises, l auteur fait entrer sa mère dans la tranchée en utilisant la première personne du pluriel : «notre bonheur» (page 26), «soyons courageux, moi parmi tous ces jeunes morts, toi, dans l expectative» (page 144). Lemercier utilise aussi le pronom «nous» pour s évoquer parmi ses camarades de combat : «nous sommes dans l eau : les murs sont de la boue, le plancher et le plafond aussi» (page 110). Il évoque la «camaraderie» (page 25) mais cite peu les noms de ses compagnons de combats. Néanmoins on peut noter qu il parle de camarades comme «Pierre» à la page 26 ou encore un dénommé André après un acte héroïque de sa part. On retrouve ce camarade André au fil des lettres mais cette fois c est Eugène-Emmanuel qui demande des nouvelles par l intermédiaire de sa mère, on peut donc penser qu il s agit d un ami de la famille qui n est pas dans le même régiment («Est-ce grave la blessure d André? Les mamans ont des angoisses terribles dans cette guerre» page 84). Si le soldat Lemercier cite peu ses camarades, c est sans doute par son isolement qu il recherche et qui est nécessaire à son âme d artiste ; il le reconnait lui-même à la page

6 6 61 : «mais je n aime pas les cantonnements, parce que le confort et la sécurité qui détendent les tempéraments suscitent un brouhaha dont je souffre. Tu sais le besoin de recueillement, de solitude que j ai toujours eu». L isolement et cette volonté de rester lui-même n est néanmoins pas incompatible à une attitude patriotique qu il a face à la guerre. Le 25 août 1914, lorsqu il pense aller pour la première fois dans ce qu il appellera plus tard «la zone des horreurs», Lemercier parle alors de faire «son devoir» (page 25). Il reprend ce terme de «devoir» à la page 26 et dit à sa mère «qu il serait honteux de songer un instant à se conserver quand la race demande le sacrifice» tout en envisageant «la joie du retour». Ce patriotisme ne s efface pas pendant les neufs mois de guerre de Lemercier. On retrouve cette volonté de devoir le 3 avril (c est-à-dire trois jours avant sa disparition) quand il dit «j espère que la Providence me donnera la force d âme d y faire mon devoir jusqu au bout» (page 165). Lemercier fait aussi preuve d autres sentiments comme la patience dont il dit que les soldats en ont «une forte provision» (page 24). Il exprime aussi des sentiments d horreur en parlant de cette guerre tout en restant patriote : «il a fallu cette horreur pour sentir tout ce qu il y a de filial et de profond dans les liens qui m unissent à mon pays» (page 30). Alors que certaines lettres prennent des dimensions psychologiques, artistiques voir même parfois psychanalytiques, d autres vont décrire les nouvelles et les évènements qui surviennent durant la guerre. On citera en exemple la lettre du 23 novembre où il donne un descriptif de la situation militaire dans ce qui constitue une des plus longues lettres de l ouvrage : «ici stationnent les dernières unités d infanterie ; unités de faible effectif généralement. L ennemi n est déjà plus qu à moins de cent mètres» (page 75). Ainsi si on envisage la lecture de cet ouvrage comme un témoignage de l environnement social de son auteur pendant la guerre, nous pouvons déterminer les différents rapports qu il peut avoir notamment face à l autorité ou parmi ses camarades. S il ne cite pas leurs noms (ou alors des citations incomplètes, peut être censurées ou autocensurées comme «colonel B» page 154), il reconnait volontiers leurs qualités comme à la page 61 : «d ailleurs j ai d excellents amis et les officiers sont très bons». Il y a une distinction entre ces officiers émérites qui disparaissent massivement au combat («j ai vu tous mes chefs tomber et le régiment décimé» (page 154), «Le régiment a été héroïque : nous n avons plus d officiers. Tous sont morts en braves») et l état-major dont il rapporte des manquements «: «il y a eu des fautes dans le haut commandement, et qu elles furent impitoyablement punies. A l heure actuelle, nous avons à les réparer» (page 29). Pendant cette période allant d août 1914 à mars 1915, Lemercier a eu deux promotions : il est promu caporal le 1 er janvier 1915 (ordre de régiment n 96) puis lieutenant-

7 7 colonel le 13 mars de cette même année (ordre du régiment n 21). Il les évoque dans ses lettres. Dans celle du 3 janvier adressée à sa mère, il éprouve sa «satisfaction en se constatant débarrassé du travail manuel» en contemplant «ses petits bouts de galons». Mais cette promotion ne l enthousiasme pas plus que cela car il quittait «l immense supériorité anonyme qui me mettant en dehors de toute évaluation militaire» et ce grade de caporal lui fait rappeler un «devoir social, devoir que mon individualisme oublie trop souvent». (page 108). La promotion du mois de mars n est quant à elle pas évoquée dans les lettres adressées à sa mère, on retrouve ce point dans une lettre adressée à son frère page 184 il dit «il parait que j ai fait mon devoir, car je suis proposé comme servent, et peut-être serai-je cité à l ordre du jour». Lemercier montre ainsi qu il veut servir sa patrie, une France qu il aime et qu il découvre à travers ses paysages, une France qu il défend face à l ennemi. Face à cet ennemi, Lemercier a un rapport particulier. Il les nomme les «Allemands». Dans «la zone des horreurs», il ne fait pas de distinction entre les hommes des deux camps : «dans le fossé, les morts! Ils se sont trainés depuis le champ jusqu ici. Tels tombés, tels restés puants maintenant. La nuit qui est venue nous oblige à l effort pour distinguer leur nationalité, mais une même grande pitié les enveloppe. Un seul mot pour tous : pauvre garçon» (page 33). Il les nomme également de manière assez sobre : «l ennemi», «l artillerie et l infanterie ennemies» qui ont causé de nombreux dégâts au 20 novembre (page 69). Mais si il les nomme ainsi, le peintre fait preuve d indignation quand il parvient à lire des journaux français dans la période du bourrage de crâne en disant que ces publications «déshonorent la France et l armée» française (page 79). Il dit que «ce canard est ignoble» et il ne veut pas que «l on maquille par des procédés pareils à ceux que nous reprochons à nos ennemis». Dans cette même lettre datant du 27 novembre, il dit que parmi les soldats allemands il y a des «gens courageux, très déterminés, et est par leur commandement et surtout par la force de justice immanente qu ils nous sont inférieurs et qu ils seront surement vaincus». En cette phrase, on peut bien voir la personnalité de Lemercier qui fait preuve de patriotisme mais qui garde une humanité envers ces hommes, qui comme lui, connaissent les mêmes horreurs. Lemercier se défend aussi de vouloir anéantir la Nation allemande en disant que ceci «est une utopie criminelle» car «l humanité est redevable de trop de choses à l effort intellectuel de l Allemagne, pour ne pas lui pardonner l éclipse lamentable de sa pensée actuelle». A ces moments, c est l artiste qui prend le pas sur le soldat, l artiste qui cite dans de nombreuses lettres des modèles allemands comme le sont Bach et Goethe. Il y a donc une certaine compassion pour ces soldats ennemis qui font la guerre et une admiration culturelle qui subsiste dans la tranchée.

8 8 Ces sentiments sont décuplés certains jours, en particulier la nuit de Noël 1914 où Lemercier commence sa lettre en disant «quelle nuit magique! nuit sans seconde, où la beauté a triomphé, où malgré ses vertiges sanglants, l humanité prouva la réalité de sa conscience. Sache que parmi les fusillades intermittentes, un chant n a pas cessé de s élever sur toute la ligne! En face de nous, un ténor admirable disait le Noël ennemi». C est donc un moment de fraternisation au sein de cette guerre, un moment d échange autre que ceux de l habituelle artillerie qui se fait entre soldats français et allemands, un moment où le caractère social de la guerre prend un peu plus le dessus sur les autres phénomènes. Néanmoins, ces moments, rares mais précieux dans la vie des soldats, ne peuvent faire oublier les réalités des combats ce qui est montré dans les Lettres d un soldat. Lemercier y décrit les premières charges qu il y voit le 19 novembre : «d un coup, de la butte d en face, j ai entendu venir des clameurs et des hurlements : En avant! En avant! C était une charge à la baïonnette [ ] jusqu à présent, je n avais pu imaginer que la guerre anonyme, qui veut une forme de courage très différente de la valeur guerrière traditionnellement conçue par le civil [ ] Et voici que le vacarme de ce matin me rappelle que les hommes jeunes et sans motif personnel de haine peuvent et doivent se précipiter sur des gens qui les attendent pour les tuer» (page 68). Dans certaines lettres, Lemercier écrit qu il est confronté aux dures batailles, c est le cas en février Au 22 février, il écrit ce qui s est passé le 17 «au lieu de l action» (page 142) : «explosion de sept galeries demie sous les tranchées ennemies : c était comme un tonnerre lointain. Puis, les cinq cents pièces de canon ont fait l enfer au milieu duquel nous nous sommes élancés». Dans la suite de cette lettre, Lemercier développe les «positions conquises», ses rencontres avec les «morts et les blessés des deux parties», des «pertes sérieuses de son régiment», la «reprise de leur avance» mais aussi le fait que son capitaine est mort sous ses yeux quand celui-ci lui a annoncé sa décision de le faire citer à l ordre de l armée pour le devoir qu il a réalisé. On peut alors mesurer le rapport à la mort que Lemercier peut avoir quand il parle de «nos pertes effroyables». Il mentionne la mort des allemands en disant que leurs pertes sont «pires encore» et ajoute page 143 «tu ne peux savoir, ma mère aimée, ce que l homme peut faire contre l homme. Mes souliers sont gras de cervelles humaines, j rase des thorax, je rencontre des entrailles». Ces morts sont rapportés avec sobriétés et solennité : «deux bons amis, dont un charmant modèle à pour un de mes derniers portraits, sont tués», «cinq jours d horreur qui nous ont couté douze cent victimes, nous avons été retirés de ce lieu d abomination» (page 144) Pour faire face à ces épreuves quotidiennes, notre soldat a des ressources de ténacités de plusieurs ordres. En premier lieu, nous pouvons rappeler qu il tente de garder son âme et son esprit d artiste en dessinant et en décrivant dans ses lettres les paysages qu il découvre

9 9 dans une France qu il apprend à adorer «grâce» à cette guerre. Mais il garde surtout son âme d artiste en lisant où en ayant des réflexions que l on peut qualifier d intellectuelles qu il fait partager à sa mère. Eugène-Emmanuel est un homme cultivé et érudit et nombreuses sont les lettres qui font mentions de ceux qui l inspirent comme Verlaine à la page 81 ou Musset à la page 82. Dans plusieurs lettres il fait mention de Tolstoï et de son livre Guerre et Paix en disant que son auteur lui aussi «a fait la guerre». Il fait aussi référence à plusieurs passages de ce corpus à une figure du nationalisme français : «J ai été heureux d un bel article de Maurice Barrès «l aigle et le Rossignol» qui correspond, point par point, à ce que je sens» (page 27). Mais sans doute que ce qui fait le plus tenir cet artiste est cette correspondance qu il entretient avec sa mère. Dans un premier temps, il se plaint de n avoir aucune nouvelle que ce soit les journaux ou les lettres en s élevant contre la censure : «ce qui nous manque c est de savoir ce qui se passe», «nous sommes sans nouvelles, et pendant plusieurs jours il en sera ainsi, car la censure est des plus rigoureuses» (lettres des 6 et 13 aout 1914). Par la suite, Lemercier exprime sa joie à partir du moment où il est certain que ses lettres sont bien reçues et qu il en reçoit à son tour. Il écrit le 15 octobre «j ai reçu une carte de toi du 1 er. Comme j ai de la joie de nous voir enfin reliés l un à l autre! A vrai dire, nos pensées ne se sont jamais quittées» (page38). Ainsi Lemercier va commenter dans ses écrits les lettres que sa mère lui envoie, quand elle lui dit qu elle s intéresse aux intellectuels dont son fils est friand, quand elle lui annonce qu elle peint. Cette joie est décuplée quand sur le front il reçoit un paquet : «comme c est gentil! Comme on pense à nous! Toutes ces douceurs sont très appréciées» (page 53). Mais malgré tout, l enfer de cette Grande Guerre, les horreurs que les hommes peuvent vivre sont présentes dans ces lettres avec des «coups de cafards» que Lemercier reconnait. «Hier, sans savoir pourquoi, j étais un peu triste : ce que les militaires appellent avoir le cafard» (page 52). Dans la quasi-totalité des lettres, il fait mention du temps qu il fait : si Lemercier fait contre mauvaise fortune, bon cœur en étant très souvent optimiste, certaines conditions sont décrites comme atroces : tout d abord la chaleur en août que ce soit pour les hommes sur le front, puis dans le train où les soldats sont «comme du bétail», puis la pluie, le froid, la boue qui sont un fléau de plus pour ses hommes dont les oreilles sont perpétuellement soumises aux bruits des canons, à la présence de rongeurs et au rationnement alimentaire. Certaines lettres ne narrent que de ces conditions comme celle du 21 septembre : «la pluie en guerre : c est un supplice dont on ne peut se faire idée. Trois jours et trois nuits sans pouvoir faire autre chose que trembler et geindre, et malgré cela il faut assurer le service».

10 10 En définitive, ces lettres d un soldat écrites par Lemercier à sa mère sont celles d un artiste à sa confidente à qui il exprime ce qu il y a de plus intime chez un combattant. Pour appuyer l affirmation de Norton Cru faisant l éloge de cette correspondance, voici un passage illustrant la grandeur, le pathétique et la vérité qui transparait dans ces lettres : «aujourd hui nous vivons dans le plus intime et délicat paysage de Corot. De la grange où nous avons établi notre avant-poste, je vois d abord la route avec des flaques d eau qu a laissées la pluie. Ensuite, des souches d arbres, puis, après un pré, une ligne de saules bordant un ruisselet coureur et charmant. Au fond, quelques maisons se voilent d une brume légère et conservent les noirs délicats que notre cher paysagiste sentait si bien. Telle est la paix de cette matinée. Qui croirait qu en tournant la tête, il n y a plus rien qu un incendie et décombres!...» Julien MINEO (Université de Nice Sophia-Antipolis) Bibliographie : LEMERCIER Eugène-Emmanuel, Lettres d un soldat, Paris, Bernard Giovanangeli Editeur, 2005 Webographie : - Fiche du sergent Lemercier sur le site Mémoire des Hommes : _Base=MPF1418&_Lg=fr&_Fiche=4imSVF5RDAOsf2wChmdKEQ==&_C= Site de la galerie Saint George : mpes&id=231

11 Annexe : 11

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Le Grand Troupeau de De Jean Giono.

Le Grand Troupeau de De Jean Giono. Cornus Louis 1èreS 3 Lycée Paul Cézanne Le Grand Troupeau de De Jean Giono. Le Grand Troupeau est roman écrit de l année 1929 jusqu à l année 1931 par l auteur pacifiste Jean Giono. Il a été publié en

Plus en détail

Déterminants possessifs

Déterminants possessifs POSSESSIFS MATÉRIEL POUR ALLOPHONES 1 Déterminants Déterminants référents Déterminants possessifs Le déterminant possessif indique une relation d appartenance, de possession, de parenté, d origine, etc.,

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Sommaire DITES-MOI UN PEU

Sommaire DITES-MOI UN PEU 168 Sommaire L amour....................................page 5 Les superstitions...............................page 13 La gastronomie...............................page 23 L argent....................................page

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin

L Annonciation Dialogue pastoral Auteure Ghislaine Rigolt Beaudoin Catéchèse 1 Apprendre que Dieu parle au fond de notre cœur Découvrir le récit de l Annonciation 1 Accueil et chant Encore un peu de temps de Christiane Gaud et Jean Humenry Activité de bricolage «Comment

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919)

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) 1 GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) (4 e version, 31 oct. 2014) Notice par Hugues Plaideux, d après le site «Mémoire des Hommes» du Ministère de la Défense, l état civil, les répertoires

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Mylène a besoin d aide!

Mylène a besoin d aide! ER ER Cahier de l élève Mylène a besoin d aide! Enseignement religieux 5 e année Nom de l élève 5 e année 1 Mylène a besoin d aide Description de tâche Dans cette tâche, tu examineras la situation de Mylène

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Liens entre la peinture et la poésie

Liens entre la peinture et la poésie Liens entre la peinture et la poésie Ophélie dans Hamlet Ophélie est un personnage fictif de la tragédie d Hamlet, une célèbre pièce de William Shakespeare. Elle partage une idylle romantique avec Hamlet

Plus en détail

Denise Morin 4 Utile à lire Les membres des forces de maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies sont nommés les Casques bleus. Ils sont prêtés par leur pays d origine. Les Casques bleus canadiens

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

LARMES DE HAINE. Lettre 1 Dans la prison perdue au milieu de la mer 18 décembre 1871

LARMES DE HAINE. Lettre 1 Dans la prison perdue au milieu de la mer 18 décembre 1871 LARMES DE HAINE Lettre 1 Dans la prison perdue au milieu de la mer 18 décembre 1871 Noël arrive bientôt. J aurais aimé être à la maison pour ce beau jour. Mais c est impossible. Personne ne vient jamais

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

La carte de mon réseau social

La carte de mon réseau social La carte de mon réseau social Avant de commencer Un réseau social, c est quoi? Dans ta vie, tu es entouré de plusieurs personnes. Certaines personnes sont très proches de toi, d autres le sont moins. Toutes

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Questionnaire pour le Jumeau B Second né

Questionnaire pour le Jumeau B Second né ETUDE SUR LA QUALITE DES RELATIONS GEMELLAIRES D ENFANTS DE 3 A 5 ANS ET PRATIQUES EDUCATIVES PARENTALES Questionnaire pour le Jumeau B Second né Thèse réalisée dans le cadre d un Doctorat de Psychologie

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Celui qui me guérit Copyright 1995, Geneviève Lauzon-Falleur (My Healer) Ps. 30. Car Tu es Celui qui me guérit

Celui qui me guérit Copyright 1995, Geneviève Lauzon-Falleur (My Healer) Ps. 30. Car Tu es Celui qui me guérit elui qui me guérit opyright 1995, Geneviève Lauzon-alleur (My Healer) Ps. 30 B Seigneur mon ieu # B J ai crié à Toi B Seigneur mon ieu # B J ai crié à Toi B/# t Tu m as guérie # #/G G#m #/ Par la puissance

Plus en détail

Voici Léa : elle est blonde et elle a les yeux bleus. Elle a douze ans. Elle porte un t-shirt blanc. a. b. c.

Voici Léa : elle est blonde et elle a les yeux bleus. Elle a douze ans. Elle porte un t-shirt blanc. a. b. c. et MODULE CONTRAT D APPRENTISSAGE Dans ce module, tu vas apprendre à demander et dire ton âge décrire des personnes décrire des vêtements parler des ressemblances et des différences Pour écrire une annonce

Plus en détail

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le

I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le I. Le déterminant Il détermine le nom. Le déterminant indique le genre, le nombre et le degré de détermination du nom. 1. L article le, la, les, l, d, au, aux, du, des, un, une, des, du, de l, de la, des.

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique.

Objectif (socio-) linguistique : enrichir le vocabulaire lié à l espace, le lexique lié à l apparence physique. Atomic Betty Thème Jeunesse Concept Cette série de dessins animés présente les aventures de Betty, une super héroïne qui sauve la galaxie et ses habitants des pires dangers qui la menacent. Quand la sonnerie

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE 2 HISTOIRE MODERNE ET CONTEMPORAINE UMR 8138 Identités, Relations internationales et civilisation de l Europe T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Volume 1 Numéro 2 Février 2009

Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Sommaire Lancement du concours Je prends ma place...1 Lancement du concours Je prends ma place Entrevue avec Annie Patenaude, lauréate 2008...2 En collaboration avec le Secrétariat

Plus en détail

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors

Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Bruno Pompili Les sculptures égarées de Jean-Pierre Duprey : épaves terrestres et trésors Nous avions cru que c était vrai, et que les sculptures de Jean-Pierre Duprey étaient définitivement perdues. Un

Plus en détail

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI

VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI VOYAGE AU JAPON OCTOBRE-NOVEMBRE 2014, COLIBRI Durant 3 semaines j étais { Hiratsuka, près de Yokohama où j allais tous les jours au lycée. Ma famille d accueil se composait du père, de la mère, de ma

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Utilisation des auxiliaires avoir et être

Utilisation des auxiliaires avoir et être AVOIR MATÉRIEL ET ÊTRE POUR ALLOPHONES 1 Groupe verbal Utilisation des auxiliaires avoir et être 1 DIFFÉRENTS CONTEXTES D EMPLOI DU VERBE AVOIR Être dans un certain état physique, moral ou intellectuel.

Plus en détail

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze,

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, il avait les désillusions d un vieillard de soixante-dix-sept

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail