Référentiel Vérifications et contrôles réglementaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Référentiel Vérifications et contrôles réglementaires"

Transcription

1 Inspection Santé et Sécurité au Travail Christian PEYMAUD Bâtiment Gergovia Bureau 101 Rectorat 3, avenue Vercingétorix Clermont-Ferrand Cedex 1 Tel : Fax: Site internet : Référentiel Vérifications et contrôles réglementaires Document à l intention du chef d établissement pour diffusion : - Au gestionnaire - A l assistant de prévention Verifications_controles.doc 12/06/15 1

2 Définitions des vérifications techniques Les vérifications techniques peuvent être dictées par : 1. Le code de la construction et de l habitation pour les établissements recevant du public (ERP) 2. Le code du travail (partie IV du nouveau code du travail) 3. Le code de la santé public (amiante, radon, tabagisme ) 4. Le code de l environnement (DTQD, bac à graisse ) 5. Le règlement sanitaire départemental (ambiances, sanitaires, hébergement ) 6. Le code rural (protection des végétaux avec l utilisation de produits phytosanitaires) 7. Les autres textes réglementaires : règlement européen, loi, décret, arrêté c est le code le plus restrictif qui s applique. Les vérifications techniques ne sont que des contrôles réglementaires d une installation à un moment donné : elles doivent donner lieu à des actions de maintenance en interne ou par des entreprises extérieures par la levée des prescriptions en inscrivant la date et le nom de l entreprise ou de l agent ayant effectué les travaux. Il faut donc dissocier ce qui est actions de maintenance et contrôles réglementaires Code de la construction et de l habitation article R : «Les constructeurs, installateurs et exploitants sont tenus, chacun en ce qui le concerne, de s assurer que les installations, ou équipements sont établis, maintenus et entretenus en conformité avec les dispositions de la présente réglementation. A cet effet, ils font respectivement procéder pendant la construction et périodiquement en cours d exploitation aux vérifications nécessaires par des organismes ou personnes agréés d les conditions fixées par arrêté du ministre de l intérieur et des ministres intéressés. Le contrôle exercé par l administration ou par les commissions de sécurité ne les dégage pas des responsabilités qui leur incombent personnellement». Règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique d les établissements recevant du public (ERP) pris par arrêté du 25 juin 1980 article GE 6 : «Les vérifications techniques prévues par l article R du code de la construction et de l habitation doivent être effectuées soit par des personnes ou organismes agréés par le ministre de l intérieur, soit par des techniciens compétents». Il existe donc deux types de contrôles et vérifications par : L organisme agréé Le technicien compétant 1. L organisme (ou personne) agréé a son agrément délivré pour une période déterminée et renouvelable par arrêté du ministère concerné pour la décision d agrément. La liste des organismes et personnes agréés, les périodes d agréments ainsi que les renouvellements sont publiés chaque année par arrêté au Journal officiel (voir tableau des organismes agréés par département en pages 3 à 5). L arrêté du 7 novembre 1990 définit la liste des agréments pour les installations suivantes des ERP : Installations électriques et éclairage ; Fonctionnement des ascenseurs, escaliers mécaniques et trottoirs roulants ; Comportement au feu des matériaux et éléments de construction, isolement, cloisonnements et dégagements, dispositifs d alarme et d alerte, moyens de secours, équipements de désenfumage naturel Installations de gaz, de fluides médicaux, de ventilation, de chauffage, de réfrigération et de conditionnement d air, équipements de désenfumage mécanique. L arrêté du 28 mars 2007 définit les vérifications techniques assurées par l organisme agréé : Verifications_controles.doc 12/06/15 2

3 I - Vérifications techniques assurées par des organismes agréés par le ministre de l'intérieur (Arr. 28 mars 2007, art. 1er) Art. GE 7 Conditions d'application (Arr. 28 mars 2007, art. 1er). Entrée en vigueur : le 19 novembre Les vérifications techniques doivent être effectuées par des organismes agréés par le ministre de l'intérieur : - d les établissements des 1re, 2e, 3e et 4e catégories, pour tous travaux soumis à permis de construire, ainsi que pour les travaux soumis à l'autorisation prévue à l'article R du code de la construction et de l'habitation; - d tous les établissements des 1re, 2e, 3e et 4e catégories, lorsque les dispositions du présent règlement l'imposent; - lorsque, en application de l'article R du code de la construction et de l'habitation, il est prescrit à l'exploitant d'un établissement de 1re, 2e, 3e ou 4e catégories en cours d'exploitation et, en cas de non-conformité grave, de faire procéder à des vérifications techniques par des organismes agréés. 2 - Obligations du constructeur ou de l'exploitant : Le constructeur ou l'exploitant doit communiquer aux vérificateurs, sur support papier, la notice de sécurité, les pl et les renseignements de détail concernant les installations techniques, les prescriptions imposées par le permis de construire ou l'autorisation de travaux, ainsi que l'historique des principales modifications effectuées et les prescriptions notifiées à la suite de visites de contrôle des commissions de sécurité. Art. GE 8 - Types de vérifications (Arr. 28 mars 2007, art. 1er). Entrée en vigueur : le 19 novembre Les vérifications à l'occasion de travaux: Les vérifications d les établissements neufs ou ayant fait l'objet de travaux sont réalisées à l'issue des visites effectuées pendant la phase construction par le(s) vérificateur(s) technique(s) au sein de l'établissement. Au cours de ces visites, ils doivent réaliser des examens par sondage et s'assurer que les constructeurs et les installateurs ont effectué les autres vérifications et essais exhaustifs qui leur incombent. Le résultat de ces visites permet de fournir à un maître d'ouvrage ou à un exploitant, d le cadre d'un référentiel préalablement défini, l'évaluation de la conformité de l'objet vérifié en fin de travaux par rapport aux dispositions réglementaires. Cette évaluation est effectuée selon les méthodes suivantes: - examen des documents de conception et d'exécution; - examen des justificatifs fournis (procès-verbaux de classement de comportement au feu des matériaux et éléments de construction, attestations de conformité, certificats de conformité, pl et schémas, notes de calcul, etc.). Ces vérifications font l'objet d'un rapport de vérifications réglementaires après travaux (RVRAT). 2 - Les vérifications d les établissements en exploitation : Ces vérifications sont effectuées d des établissements ouverts au public afin d'informer l'exploitant, par des observations clairement définies, de l'état des installations par rapport au risque d'incendie, afin qu'il prenne toutes dispositions pour remédier aux anomalies constatées. Ces vérifications, dont le contenu est défini d les articles spécifiques du règlement de sécurité, ont pour objet de s'assurer, selon le cas: - de l'existence des moyens nécessaires à l'entretien et à la maintenance des installations et équipements (techniciens désignés, contrats d'entretien, notices, livrets d'entretien, etc.); - de l'état d'entretien et de maintenance des installations; - du bon fonctionnement des installations de sécurité; - de l'existence, du bon fonctionnement, du réglage ou de la manœuvre des dispositifs de sécurité, sous réserve que les vérifications ne nécessitent pas de procéder à des essais destructifs; - de l'adéquation de l'installation avec les conditions d'exploitation de l'établissement. A cet effet, l'exploitant doit communiquer à l'organisme agréé le registre de sécurité et les documents techniques prévus à l'article GE 7, 2, qui lui sont nécessaires. Les vérifications en exploitation sont effectuées, selon le cas: - par l'examen des documents afférents à l'entretien et à la maintenance; - par l'examen visuel des parties accessibles ou rendues accessibles à la demande du vérificateur; - par des essais de fonctionnement. Elles peuvent concerner tout ou partie des installations ou équipements techniques d'un établissement selon la demande formulée par l'exploitant ou le chef d'établissement. Elles ne se substituent pas aux vérifications réglementaires réalisées à l'occasion de travaux neufs, d'aménagements ou de modifications visés aux articles R et R du code de la construction et de l'habitation. Les vérifications en exploitation font l'objet d'un rapport de vérifications réglementaires en exploitation (RVRE). 3 - Les vérifications d les établissements existants sur mise en demeure : Les vérifications effectuées à la suite d'une mise en demeure de l'autorité administrative après avis de la commission de sécurité consistent: - à effectuer les vérifications de bon état et de bon fonctionnement de tout ou partie des équipements ou installations désignés; - à vérifier la conformité ou la capacité des installations techniques à satisfaire aux exigences réglementaires applicables ou à des prescriptions particulières; Verifications_controles.doc 12/06/15 3

4 - à vérifier la conformité ou la capacité des dispositions constructives à satisfaire aux exigences réglementaires ou à des prescriptions particulières. La commission de sécurité précise l'objet, la nature et le référentiel des vérifications demandées. Ces vérifications font l'objet d'un rapport de vérifications réglementaires sur mise en demeure (RVRMD). Art. GE 9 - Rapports de vérifications (Arr. 28 mars 2007, art. 1er). Entrée en vigueur : le 19 novembre 2007 Les rapports de vérifications techniques réglementaires doivent être rédigés conformément aux dispositions figurant en appendice à la présente section 2. Le technicien compétant peut être : soit un personnel qualifié interne à l établissement (pour certaines opérations seulement) soit une entreprise extérieure qualifiée L arrêté du 28 mars 2007 définit les vérifications techniques assurées par les techniciens compétents : II - Vérifications techniques pouvant être assurées par des techniciens compétents (Arr. 28 mars 2007, art. 1 er ) Art. GE 10 - Obligations des techniciens compétents lors des vérifications (Arr. 28 mars 2007, art. 1er) Entrée en vigueur : le 19 novembre 2007 Lorsque les dispositions réglementaires le permettent, les vérifications techniques précisées d les dispositions générales et particulières peuvent être effectuées par des techniciens compétents sous la responsabilité de l'exploitant. La date, le nom du vérificateur et l'objet des vérifications doivent être inscrits au registre de sécurité. Un relevé des vérifications effectuées doit être annexé au registre de sécurité. Ce relevé doit, en fonction des précisions apportées d la suite du présent règlement, mentionner l'état de bon fonctionnement et d'entretien des installations vérifiées. APPENDICE CONTENU ET FORME DES RAPPORTS DE VÉRIFICATIONS TECHNIQUES 1-1. Le rapport de vérifications réglementaires après travaux (RVRAT): Le RVRAT comporte au minimum deux parties: - des renseignements d'ordre général et administratif concernant l'établissement; - les avis émis par le(s) vérificateur(s) technique(s) en application du référentiel cité à l'article GE 8, Renseignements d'ordre général et administratif devant figurer en tête du rapport: - identification de l'organisme agréé; - référence à l'organisme d'accréditation (logo, acronyme...) pour les organismes accrédités; - identification du (des) vérifïcateur(s); - identification du maître d'ouvrage ou de l'exploitant; - date de la fin des vérifications; - date d'émission du rapport; - désignation et adresse de l'établissement; - nom ou raison sociale du maître d'ouvrage et/ou de l'exploitant; - caractéristiques de l'établissement: - classement: type(s) et catégorie; - description sommaire des installations (normal, remplacement, sécurité); - réglementation applicable; - nature et étendue de la mission confiée à l'organisme agréé; - nature et étendue des vérifications effectuées; - références du rapport; - identification des matériels de mesure ou d'essai utilisés; - liste des documents examinés Avis relatifs à la conformité: Forme des avis: Les avis sont émis sous l'une des formes suivantes: - conforme (C); - non conforme (NC); - s objet (SO); - hors mission (HM); - pour mémoire (PM). Verifications_controles.doc 12/06/15 4

5 NC: Les avis NC sont délivrés lors du constat d'écarts entre les exigences réglementaires et les travaux réalisés. Ils correspondent également à des prestations non achevées dont l'évaluation ne peut de fait pas être réalisée ou en l'absence d'un ou plusieurs documents justificatifs destinés au maître d'ouvrage. SO: Les avis SO sont émis lorsque l'établissement n'est pas concerné par certaines dispositions ou lorsqu'il ne comprend pas d'installations techniques mentionnées d le règlement de sécurité. Le vérificateur peut regrouper plusieurs articles, voire des sous-sections, sections ou chapitres sur une seule ligne lorsque les dispositions qui y sont visées sont s objet. HM: L'indication HM s'applique aux articles du règlement dont la vérification n'a pas été confiée à l'organisme agréé. PM: L'indication PM s'applique aux articles du règlement qui ne nécessitent pas d'évaluation de conformité d le cadre de la mission en cours Emission des avis : Les avis relatifs à la conformité sont émis d l'ordre des dispositions générales du règlement de sécurité suivies des dispositions particulières ou avec insertion des dispositions particulières d les dispositions générales afférentes. Pour ce qui concerne les travaux d'aménagement ou de trformation d'un établissement existant, les seuls articles cités sont ceux de la partie du règlement concernée par les travaux, en application de l'article GN 10 du règlement de sécurité. Les avis relatifs aux non-conformités font l'objet d'un commentaire explicatif. Une liste complète de ces avis de nonconformité ainsi que leurs commentaires explicatifs, numérotée en une série unique, avec localisation des parties d'installations concernées, est établie en début ou en fin de rapport. Le contenu du rapport est complété, le cas échéant: - par des documents fournis par le maître d'ouvrage: - attestation par laquelle le maître de l'ouvrage certifie avoir fait effectuer l'ensemble des contrôles techniques relatifs à la solidité et à la sécurité des personnes conformément aux textes en vigueur; - attestation du bureau de contrôle précisant que la mission solidité a bien été exécutée. Cette attestation est complétée par les relevés des conclusions des rapports de contrôle, attestant de la solidité de l'ouvrage; - par le rappel des prescriptions annexées au permis de construire ou à l'autorisation de travaux, d la mesure où celles-ci viennent en atténuation ou en aggravation des dispositions du règlement de sécurité; - par le rappel des aggravations et des dérogations décidées ou accordées par l'autorité administrative et prévues aux articles R du code de la construction et de l'habitation et GN 4 du règlement de sécurité. Les autres formes d'émission d'avis peuvent faire l'objet, le cas échéant, d'une explication ou d'une observation complémentaire. 2 - Le rapport de vérifications réglementaires en exploitation (RVRE): Il comporte au minimum deux parties: - des renseignements généraux et administratifs concernant l'établissement; - les constats émis par le(s) vérificateur(s) technique(s) Renseignements d'ordre général et administratif: - identification du propriétaire ou de l'exploitant; - référence à l'organisme d'accréditation (logo, acronyme...) pour les organismes accrédités; - références du rapport; - date de l'émission du rapport; - désignation et adresse de l'établissement; - classement de l'établissement (type[s] et catégorie), en précisant l'effectif maximum du public admissible et le ou les documents prévus à l'article GE 7, 2, ayant permis de déterminer ce classement; - identification de l'organisme agréé; - identification du (des) vérificateur(s); - description sommaire de l'établissement et de(s) l'installation(s) vérifiée(s) comprenant l'historique des principales modifications déclarées par l'exploitant; - nature et étendue de la vérification effectuée; - date de la vérification; - identification des matériels de mesure ou d'essai utilisés; - existence de mise à jour ou non d'un registre de sécurité Résultat des vérifications: Forme des avis: Chaque installation ou partie d'installation vérifiée fait l'objet d'un des avis suivants: - satisfaisant (S); - non satisfaisant (NS); - non vérifié (NV). Verifications_controles.doc 12/06/15 5

6 S: l'avis S exprime le constat d'un maintien de l'état de conformité, acquis lors de la mise en service ou après une trformation importante, d'un établissement ou d'une installation. Il valide un fonctionnement, un entretien et une maintenance des installations et des équipements en adéquation avec les conditions d'exploitation de l'établissement. Lorsque le vérificateur ne dispose pas des éléments lui permettant d'établir avec certitude le référentiel réglementaire applicable à tout ou partie de l'objet de sa mission, le maintien à l'état de conformité est apprécié par rapport aux dispositions réglementaires en vigueur. D ce cas, s'il est constaté un écart, celui-ci ne peut conduire à un avis satisfaisant que s'il ne reflète pas une situation risquant de compromettre la sécurité du public. NV: la non-vérification de l'installation, ou de parties d'installations, pour des raisons d'exploitation ou d'inaccessibilité est signalée et motivée au sein du rapport. NS: cas ne faisant pas l'objet d'un avis satisfaisant ou non vérifié Emission des avis: Les anomalies constatées lors des vérifications donnent lieu à des observations clairement formulées. Lorsque le vérificateur ne dispose pas d'un référentiel réglementaire précis, tel que défini au paragraphe 2.2 ci-dessus, l'avis formulé doit faire l'objet d'un commentaire suffisamment explicatif. L'ensemble de ces observations détaillées fait l'objet d'une liste récapitulative établie en début ou en fin de rapport, numérotée en une série unique, avec localisation des parties d'installations concernées. Lorsque les observations concernent un même type d'installation ou de dispositif de sécurité (clapets, volets, etc.), elles sont regroupées. 3 - Le rapport de vérifications réglementaires sur mise en demeure (RVRMD): Le rapport comporte au minimum trois parties: - les renseignements d'ordre général et administratif prévus au paragraphe 1.1 ci-dessus incluant les références au procèsverbal de la commission de sécurité à l'origine de la prescription ou de la mise en demeure; - les avis relatifs à la conformité prévus au paragraphe 1.2 ci-dessus, adaptés à la réglementation applicable au moment du dépôt de la demande de permis de construire ou d'autorisation de travaux. En l'absence des justificatifs cités à l'article GN 12 du règlement de sécurité, le vérificateur procède à une estimation des comportements au feu des matériaux et éléments de construction, et les avis sont trmis sous la forme prévue au paragraphe 2.2 ci-dessus. En cas d'impossibilité d'évaluer la conformité, notamment lorsque cette évaluation nécessiterait des essais destructifs non autorisés par l'exploitant, le vérificateur fait apparaître les motifs de l'impossibilité d son rapport; - le contenu des vérifications réglementaires en exploitation d les conditions fixées au paragraphe 2.2 ci-dessus. Contrat d entretien : Il est constitué de 2 parties principales : Conditions générales Conditions particulières D un contrat doit se trouver tous les éléments principaux suivant : Objet du contrat, identification des contractants, durée du contrat, condition de résiliation, conditions financières ; Obligations de l entreprise, obligations du client, fournitures diverses, prestations non comprises, pénalités ; Description des installations concernées. Verifications_controles.doc 12/06/15 6

7 Vérifications et contrôles ACCESSIBILITE AUX PMR Obligation d un diagnostic accessibilité avant le 01/01/2011 pour les ERP de 1 ère à 4 ème catégorie Obligation de travaux pour tous les ERP avant le 01/01/2015 AMIANTE DTA = Dépistage des matériaux (friables et non friables) contenant de l amiante Flocages, calorifugeages et faux-plafonds Avant mise en service hebdo 15 jours Mens. Trim. Sem. Ann. 18 mois les 2 les 3 les 5 les 10 Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Propriétaire CCH R.III-19-9, Décret n du 17/05/2006, Arrêté du 21/03/2007 CCH R.III-19-9, Décret n du 17/05/2006, Arrêté du 21/03/2007 Propriétaire et maître d ouvrage Document Technique Amiante Formation obligatoire pour les agents de maintenance. Fiche d exposition annuelle CSP R à 29 - avant 31/12/2003 pour ERP avant 31/12/2005 pour ERP 5 Arrêté du 22/08/2002 CT R à 118 Si cotation 1 ou cotation 2 avec < 5 fibres/litre Si cotation 2 avec > 5 fibres/litre ou cotation 3 = obligation de travaux d les 36 mois avec mesures compensatoires pour limiter le taux d exposition APPAREILS DE CUISSON Arrêté du 10 octobre 2005 les appareils (électrique et gaz) : RS GC 22 de l'état d'entretien et de maintenance des installations et appareils; des conditions de ventilation des locaux contenant des appareils de cuisson ou de remise en température: conditions d'évacuation de l'air vicié, des buées et des graisses, fonctionnement de l'installation d'extraction des fumées; de la signalisation des dispositifs de sécurité; de la manœuvre des dispositifs d'arrêt d'urgence Ramonage et nettoyage des ventilateurs RS GC 21 Nettoyage des filtres RS GC 21 Verifications_controles.doc 12/06/15 7

8 Vérifications et contrôles ASCENSEURS et ASCENSEURS DE CHARGE Avant mise en service hebdo Verifications_controles.doc 12/06/ jours Mens. Trim. Sem. Ann. 18 mois les 2 les 3 les 5 les 10 Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Décrets n du 24/08/2000 et du 09/09/2004 : obligation d un rapport d activité annuel et d un carnet d entretien Mise en conformité obligatoire selon les dates d installation : voir CCH R Réglages et serrures des portes palières 6 semaines RS AS 9 Câbles et chaînes RS AS 9 RS AS 9 (arrêté du 06/03/2006) et Organes de sécurité et nettoyage (cuvette ) arrêté 18/11/2004 Vérifications Arrêté du 29/12/2010 (contrôle différent du contrat de maintenance) pompage BAC A GRAISSE CSP L35-8, RSD art Dépend du nombre de repas et des dimensions des bacs CHAUFFERIE Livret de chaufferie Nettoyage et ramonage RS CH 57 Brûleurs et foyers RS CH 58 Dispositifs de protection et de régulation RS CH 58 Etanchéité des appareils et canalisations RS CH 58 Si générateur compris entre 400 et kw Calcul de rendement et contrôle de conformité Contrôle du fonctionnement des appareils de mesures Contrôle distribution de l énergie thermique Contrôle de la qualité de combustion Contrôle de la tenue du livret de chaufferie CE article R à 28 Contrôle efficacité énergétique CE article R à 35 Si butane ou propane : Contrôle de l étanchéité des tuyauteries et organes accessoires effectué à la pression de service Fonctionnement des accessoires de tuyauterie (vannes, régulateurs, filtres, moto-pompes ) CLIMATISATION/POMPE A CHALEUR REVERSIBLE Si puissance frigorifique nominale utile > 12 kw RS CH 58 RS CH 58 Décret n du 31/03/2010 Rapport d inspection gardé 10 et envoyé d le mois de l inspection. CE article R

9 Vérifications et contrôles Avant mise en service hebdo 15 jours Mens. Trim. Sem. Ann. CT R INDIVIDUELLE Registre EPI Harnais de sécurité Arrêté du 19/03/ 1993 stocks de cartouches filtrantes antigaz pour appareils Arrêté du 19/03/ 1993 de protection respiratoire Verifications_controles.doc 12/06/ mois les 2 les 3 les 5 les 10 Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Habilitation du personnel EQUIPEMENTS SOUS PRESSION Registre appareils sous pression Autoclave > 25 litres Arrêté du 15/03/2000 art Déclaration préfectorale Cuve de gaz (propane, ) Arrêté du 15/03/2000 art.10 3 Si le produit Pression x Volume (P.V) > 200 Arrêté du 15/03/ bars.litres et une pression maximale > 4 bars Si la pression PMS <= 10 bars et un volume V <= Arrêté du 15/03/ litres Arrêté du 01/03/2004 EQUIPEMENTS DE LEVAGE Carnet de maintenance Formation obligatoire Elévateurs de personnel mus à la main Autres élévateurs de personnel CACES + autorisation de conduite Appareils de levage mobiles Chariot automoteur CACES + autorisation de conduite Autres appareils de levage de charge (monte-charge, pal, ) Organe de suspension des ponts de véhicules Arrêté du 27/07/61 modifié Accessoires de levage (élingues, crochets,..) Echafaudage Arrêté du 21/12/2004 Echelle en bois Arrêté du 15/07/1963 art.7 EQUIPEMENT-MACHINES Dossier de mise en conformité et plan de maintenance pour chaque machine les équipements Mise en conformité obligatoire Compacteur à déchets Arrêté du 05/03/93 Massicot Arrêté du 05/03/93 Presse Arrêté du 05/03/93 Centrifugeuse > 1500 joules et panier Ǿ>400mm ELEVATEUR DE PERSONNE A MOBILITE REDUITE Arrêté du 05/03/93 Note technique 02/08/95 DRT Arrêté du 29/12/2010 Si < 3 m Si > 3 m CT R EQUIPEMENTS DE PROTECTION

10 Vérifications et contrôles INCENDIE Avant mise en service hebdo 15 jours Mens. Trim. Sem. Ann. 18 mois les 2 les 3 les 5 les 10 Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Registre de sécurité SSI de catégorie A ou B / EA de type 1 ou 2a RS MS 68 et 73 Détection Règle R7 APSAD, RS MS 58 3 EA RS de type R article R33 Batteries 4 Norme NF S Déverrouillage des issues de secours RS MS 53, Norme NF S Eclairage de sécurité RS EC 14 avec étiquette de maintenance, norme NFS Installation complète RS EL 19 Communication radioélectrique RS MS71 1 et 3 Extincteur à sparklet Règle R4 APSAD, RS MS 73 2, Norme NF S juillet 2004 Extincteur à pression constante CO² Arrêté du 20/05/1963 RIA (2.5 bars au minimum) Règle R5 APSAD, RS MS 17 Poteaux d incendie (60m3/h à 1 bar minimal) RS MS 5 et 6 Désenfumage : Règle R17 APSAD, RS DF 8 Fonctiont dispositifs de commandes Fonctiont des bouches, exutoires, ouvrants Fonctiont des trmissions et signalisations l arrêt des ventilations mécaniques permanentes Fonctiont des ventilateurs de désenfumage Mesures de pression, de débit et de vitesse Si désenfumage mécanique et SSI A ou B RS DF 10 (arrêté 4/07/2007) INSTALLATIONS ELECTRIQUES Habilitation du personnel Installation complète (RS ou CT) RS EL 19 + Arrêté du 26/12/2011 Groupe électrogène de sécurité RS EL 18 Trformateur PCB (pyralène) Décret 18/01/2001, Arrêté du 13/02/ 2001.Déclaration avant le 25/04/01 Décontamination avant le 31/12/2010 INSTALLATIONS FRIGORIGENES Par un opérateur qualifié Contrôle de l étanchéité (chambres froides et climatisateurs) : CE articles R à 83 Arrêté du 7 mai 2007 > 2 kg > 30 kg > 300 kg Habilitation pour la remise en gaz INSTALLATIONS GAZ Habilitation soudure si > 400 mbar Toutes installations RS GZ 29 et 30 Ramonage ou visite des conduits d évacuation Livret d entretien obligatoire Verifications_controles.doc 12/06/15 10

11 Vérifications et contrôles INSTALLATIONS SPORTIVES Avant mise en service hebdo Verifications_controles.doc 12/06/ jours Mens. Trim. Sem. Ann. Buts de basket, foot, hand, hockey, rugby (3) (1) (2) (3) INSTALLATIONS DE VENTILATION Rapport d évaluation des moyens d aération des bâtiments 18 mois les 2 les 3 les 5 les 10 Contrôle de la qualité de l air intérieur par un organisme accrédité tous les 7 : - Ecoles maternelles : avant le 1 er janvier Ecoles élémentaires : avant le 1 er janvier Collèges et lycées : avant le 1 er janvier Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Registre de vérification avec plan de vérification et d entretien Code du Sport article R et annexe III-2, norme NF S Organisme agréé sur mise en demeure de l IT. Carnet de maintenance. CE R Décret n du 05/01/2012 Organisme accrédité COFRAC Installations Arrêté du 8 octobre 1987 art.3,4 Système de recyclage (pollution spécifique) Arrêté du 8 octobre 1987 art.4 Poussières de bois, benzène, plomb métallique et ses CT R pour les CMR de composés, chlorure de vinyl monomère, fibres catégorie 1 ou 2 disposant d une céramiques réfractaires, N,N-diméthylacétamide VLEP Contraignante LEGIONELLOSE Installations eau chaude sanitaire (douches, douchettes, bains à remous et à jets) Température de l eau Analyse de légionelles (4) Poussières de bois < 1mg/m 3 Fichier sanitaire Arrêté du 01/02/2010 annexe 2 A compter du 01/01/2012 Par un laboratoire accrédité selon la norme NF T : seuil < 1000 UFC MONTE-CHARGES Arrêté du 11 mars 1977 Nettoyage et graissage des organes mécanique Examen des câbles Examen des parachutes et nettoyage de la cuvette Vérifications Arrêté du 29/12/2010 PERFORMANCE ENERGETIQUE Décret n du 19/03/2007 Construction neuve (> 1000 m²) Bâtiment ancien (surface > 1000 m² occupé par une collectivité public ou ERP de 1 ère à 4 ème catégorie) Etude de faisabilité technique et économique des diverses solutions d approvisionnement en énergie dont celle faisant appel aux énergies renouvelables, devra être réalisée avant le dépôt de la demande de permis de construire A compter du 02/01/2008, affichage du diagnostic de performance énergétique à l entrée de chaque bâtiment puis à refaire tous les 10. PORTES PORTAILS AUTOMATIQUES Directive européenne n 2002/91 de janvier 2003 Installations RS CO 48, Arrêté du 21/12/1993 RADON Responsabilité du propriétaire. Locaux recevant les élèves au moins 1h/jour CSP articles R à 16 Arrêté du 22/07/2004

12 Vérifications et contrôles Locaux recevant des travailleurs au moins 1h/jour en sous-sol avec des activités de type : - manutention et approvisionnement de marchandises ou de matériels - activités hôtelières et de restauration - maintenance d ouvrage de bâtiment et de génie civil ainsi que de leurs équipements RESERVOIRS ENTERRES (fuel) Avant mise en service hebdo 15 jours Mens. Trim. Sem. Ann. 18 mois les 2 les 3 Réservoir simple paroi en fosse Réservoir simple enveloppe enfoui les 5 les 10 Contrat d entretien obligatoire Observations/réglementation Application avant Aout Présence : - Si < 400 Bq/m 3 = pas de travaux - Si 400 Bq/m 3 < x < 1000 Bq/m 3 = travaux simples de ventilation avec contre-mesure - Si > Bq/m 3 = diagnostic de type 2 et travaux obligatoire d les 2 avec contremesure CT R à 9 Arrêté du 07/08/2008 Même seuil que l arrêté du 22/07/2004 : voir ci-dessus. Application avant septembre Arrêté du 22 juin 1998 : Mise en conformité avant 31/12/2010 Etanchéité avant la 25 ème année et tous les 5 Etanchéité avant la 15 ème année et tous les 5 Technicien interne à l établissement Entreprise qualifiée Organisme (ou personne) agréé par le ministère de l intérieure (1) Contrôle opérationnel si but en accès libre (2) Contrôle opérationnel si but non en accès libre (3) Contrôle principal (4) D le cas ou les réseaux d eau chaude sanitaire ne sont pas utilisés pendant plusieurs semaines, des prélèvements pour l analyse de légionnelles sont réalisés après la purge des réseaux et d les 2 semaines qui précèdent l accueil du public Abréviations : CCH = Code de la Construction et de l Habitation CE = Code de l Environnement CSP = Code de la Santé Publique CT = Code du travail RS = règlement de sécurité incendie de l arrêté du 25 juin 1980 RS de type R = règlement de sécurité pour les établissements d enseignement des arrêtés du 25 juin 1980 et du 4 juin 1982 APSAD = règlement de l Assemblée Plénière des Sociétés d Assurances Dommages RSD = règlement sanitaire départemental CACES = Certificat d Aptitude de Conduite en Sécurité Verifications_controles.doc 12/06/15 12

13 Listes des organismes agréés et leurs agréments par département Département 03 Adresses SOCOTEC 25, rue de la baigneuse Yzeure Bureau VERITAS Villa Montaigut-Coulandon Moulins APAVE Lot Les Landes Perreguines St Victor Tel Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Département 15 Adresses SOCOTEC 24, Rue Gutenberg Aurillac CEBTP Maison du Bât. Avenue Georges Pompidou Aurillac Bureau VERITAS 14, avenue du Garric Aurillac APAVE 14, rue Paul Verlaine Aurillac Tel Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Verifications_controles.doc 12/06/15 13

14 Département 43 Adresses Tel SOCOTEC 36, bd A Clair Le Puy APAVE 65, Fb St Jean Le Puy Bureau VERITAS 11 bis, Bd Prés Bertrand Le Puy SERV- ELEC.CONTROLE 34 Lot les Allors BAS EN BASSET Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Département 42 Adresses SOCOTEC Technopole 1, Rue Logistique St-Etienne APAVE Lyonnaise 10, allée Technopole St-Etienne Bureau VERITAS 10, Rue Plateau des Glières St-Etienne NORISKO 81, Rue de la Tour St-Etienne Tel Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Verifications_controles.doc 12/06/15 14

15 Département 63 Adresses SOCOTEC Parc technologique La Pardieu 19, Av. L. de Vinci Clermont-Fd GRETCO 15, Rue Pré la Reine Clermont-Fd CEP Parc technologique de la Pardieu 15, rue P-Deapiller Clermont-Fd CEBTP 11, Rue Louis Rosier Clermont Fd Tel Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Département 63 Adresses NORISKO 2, Avenue L de Vinci Clermont-Fd Bureau VERITAS 3, Rue Kepler Clermont-Fd APAVE Lyonnaise 119, Rue Blanzat Clermont-Fd Tel Fax Radioprotection Electricité Source, rayonnement Vapeur, pression Poussière d amiante Oxyde de carbone Equipement de travail Plomb Eclairement Aération - assainissement Niveau sonore - bruit ERP Poussière de silice cristalline Verifications_controles.doc 12/06/15 15

Relevé des avis rendus au cours de la réunion du 7 décembre 2006 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité ***

Relevé des avis rendus au cours de la réunion du 7 décembre 2006 de la sous-commission permanente de la Commission centrale de sécurité *** DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA GESTION DES RISQUES Paris le Bureau de la Réglementation incendie Et des Risques de la Vie courante DDSC/SDGR/DDSC6/BN Affaire suivie

Plus en détail

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE PAGE 1 INTRODUCTION PAGE 2 I ENTRETIEN CONTROLE ET VERIFICATION TECHNIQUES PAGE 3-4 II CLASSEMENTS ET CATEGORIES DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe Page 1 / 11 1 PUBLIC VISE Exploitant(e) d un établissement recevant du public (ERP) du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) et membres des commissions de sécurité 2 OBJECTIFS L exploitant(e) est responsable

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX DEPARTEMENT DE SAONE ET LOIRE VILLE DE SANVIGNES-LES-MINES MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D'INCENDIE ET DE SECOURS DU MORBIHAN Remarque préliminaire : NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Cette notice descriptive de sécurité

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention CEP-CICAT 5 Février 2015 Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention EVACUER EN TOUTE SECURITE ESPACES D ATTENTE SECURISES SOLUTIONS EQUIVALENTES CAS D EXONERATION ERP CODE DU TRAVAIL IGH Introduction

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad na17.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE na17.1. Les établissements recevant du public na17.2. Les établissements généraux na17.3. Les établissements spécialisés

Plus en détail

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP Commerces Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Lt/Col GERARD P - SDIS 60- juin 2014 1 Classement des établissements recevant du public

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans.

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans. MISE EN SECURITE DES PETITS HOTELS (arrêté du 24 juillet 2006) Prescriptions applicables dans un délai de 5 ans aux établissements existants au 4 août 2006 A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

Instruction permanente prévention Doctrine GN8

Instruction permanente prévention Doctrine GN8 PRÉFET DE L'AIN Application des principes fondamentaux de conception et d'exploitation d'un ERP pour tenir compte des difficultés rencontrées lors de l'évacuation Table des matières 1 - Principes...2 2

Plus en détail

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions :

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions : Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation

Plus en détail

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions :

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions : Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation

Plus en détail

Obligations des propriétaires et gestionnaires

Obligations des propriétaires et gestionnaires Obligations des propriétaires et gestionnaires Établissements recevant du public Édition février 2014 Installations électriques et incendie Électricité Ensemble des installations XXvérification à l occasion

Plus en détail

CCTP. Vérifications periodiques des ERP. Maître d'ouvrage. Maître d'oeuvre. Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105. 33 173 Gradignan Cedex

CCTP. Vérifications periodiques des ERP. Maître d'ouvrage. Maître d'oeuvre. Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105. 33 173 Gradignan Cedex Vérifications periodiques des ERP CCTP Maître d'ouvrage Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105 33 173 Gradignan Cedex Maître d'oeuvre Direction des Services Techniques de la Mairie de Gradignan

Plus en détail

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Fiche technique 2011 / 01 Nouvelles dispositions prévues par le règlement de sécurité pour l évacuation des personnes en situation

Plus en détail

Sécurité contre l incendie dans les établissements recevant du public

Sécurité contre l incendie dans les établissements recevant du public PRÉFECTURE DE L AUBE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS Sécurité contre l incendie dans les établissements recevant du public Guide pratique à l usage des Maires Décembre 2012 Préambule Le

Plus en détail

PETITS HOTELS EXISTANTS

PETITS HOTELS EXISTANTS ECOLE DEPARTEMENTALE DES SAPEURS-POMPIERS DES BOUCHES DU RHONE Document réalisé par : Cdt Roland RAOUX PETITS HOTELS EXISTANTS 1 EDSP 13 JUIN 2012 RAPPELS PETITS HOTELS EXISTANTS L article 2 du code civil

Plus en détail

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 En tant que propriétaire de votre bâtiment (qu il soit à usage commercial, professionnel ou d habitation collective), vous devez, par l intermédiaire

Plus en détail

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE TECHNIQUE n 48 Préambule JANVIER 2013 Cette note technique rappelle, en les actualisant, les principales réglementations relatives à la sécurité incendie qui s appliquent

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Guide. Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public. Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle?

Guide. Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public. Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle? préfet de l ain Guide Les commissions de sécurité dans les établissements recevant du public Vous êtes Maire, Maître d ouvrage ou Exploitant, Quel est votre rôle? Sommaire Définition et objectifs de la

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition

A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition A N N E X E A MISSIONS COMPLÉMENTAIRES DE CONTRÔLE TECHNIQUE (ANNEXE CONTRACTUELLE) 1. Définition L'article 5-3 de la norme NFP 03-100 donne la liste des missions de contrôle technique complémentaires

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Groupement prévention du SDIS 85 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Relevé des Avis de la réunion du 8 mars 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité ****************

Relevé des Avis de la réunion du 8 mars 2012 de la sous-commission permanente de la Commission Centrale de Sécurité **************** DIRECTION GENERALE DE LA SECURITE CIVILE ET DE LA GESTION DES CRISES DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS Sous-direction des services d incendie et des acteurs du secours Bureau de la Réglementation Incendie

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5 ème catégorie sans fonction sommeil

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5 ème catégorie sans fonction sommeil NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP de 5 ème catégorie sans fonction sommeil 1/9 A. PROCEDURE L article L.111-8 du code de la construction et de l'habitation pose le principe d une vérification du respect

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

Registre de sécurité ERP

Registre de sécurité ERP Registre de sécurité ERP REGISTRE MIS EN PLACE LE :...... PAR :....... Collectivité :....... L éditeur de ce document ne saurait voir sa responsabilité tant contractuelle que délictuelle engagée, pour

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

Guide Pratique À l attention des exploitants

Guide Pratique À l attention des exploitants Ville de Saint-Maurice Val-de-Marne NOUS CONTACTER Guide Pratique À l attention des exploitants d établissements recevant du public de 5ème catégorie Ville de Saint-Maurice Direction des Services Techniques

Plus en détail

- Véritable projet de service -

- Véritable projet de service - Sylvain TROUVAIN Chargé de sécurité Groupe Hospitalier Public du Sud de l Oise Maintenance des équipements de sécurité - Véritable projet de service - Sylvain.trouvain@ch-creil.fr contact@asso-acses.fr

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES Préfecture de la Marne Juin 2011 Alors que la sécurité incendie s impose comme une préoccupation majeure

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Notice de sécurité incendie pour les établissements recevant du public (ERP) du 1 er groupe (1ère, 2ème, 3ème et 4ème catégorie)

Notice de sécurité incendie pour les établissements recevant du public (ERP) du 1 er groupe (1ère, 2ème, 3ème et 4ème catégorie) Service Départemental d'incendie et de Secours du FINISTERE - Service Prévention Bureau de Brest 27 avenue FOCH 29200 BREST 02.98.34.56.30 Fax 02.98.34.55.79 Courriel Prevention.BREST@sdis29.fr Bureau

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE

D ACHEVEMENT DES TRAVAUX ET AUTRES ACTIONS DE MISE EN ACCESSIBILITE Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie service habitat/pôle bâtiment durable Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»

l atelier «Mise en conformité du cadre bâti» l atelier «Mise en conformité du cadre bâti»» Rappel réglementaire» Cas pratiques La mise en conformité «accessibilité et qualité d usage» du patrimoine existant ne se fera pas d un seul coup RAPPEL DES

Plus en détail

18 Février 2011 à 12 Heures

18 Février 2011 à 12 Heures MARCHES PUBLICS DE SERVICES Ville d Auterive Place du 11 novembre 1918 31190 AUTERIVE 05 34 28 19 30 Cahier des Clauses Administratives Particulières Création d une médiathèque dans le bâtiment dénommé

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 Ce document regroupe 7 fiches pratiques à l usage des

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007

1- RAPPELS. Réglementation - Loi n 2005-102 du 11 février 2005 - Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1 er août 2006 Arrêté du 21 mars 2007 Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement joint au dossier de permis de construire

Plus en détail

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse

1- RAPPELS 1/11. direction départementale des Territoires Creuse direction départementale des Territoires Creuse Accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Document obligatoirement

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10 L ÉVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP 10.1 ESPACE D ATTENTE SÉCURISÉ FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L ensemble des usagers doit pouvoir être évacué du bâtiment.

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.

Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P. Notice d accessibilité des personnes handicapées aux établissements recevant du public et aux installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) ----------------- Accessibilité Avril 2009 (d'autres types

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR REHABILITATION DU BATIMENT 33 SITE DE LA GAILLARDE VILLE DE MONTPELLIER C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR ZAC de Tournezy 23 rue Nelson Mandela 34070 Montpellier Tél. 04.99.52.81.40 Fax. 04.99.52.81.49

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

Sécurité incendie, législation du travail

Sécurité incendie, législation du travail GUIDE PRATIQUE Hôteliers Quelles sont vos obligations? Guide des bonnes pratiques pour les hôteliers Sécurité incendie, législation du travail DOCUMENT DE TRAVAIL Novembre 2012 1 Sommaire p. 3 p. 3 p.

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Code de la Construction et de l Habitation

Code de la Construction et de l Habitation Code de la Construction et de l Habitation Articles de Loi Section 1 : Sécurité des ascenseurs. Article L125-1 : Les dispositions de la présente section s'appliquent aux ascenseurs qui sont destinés à

Plus en détail

Etat de l Installation Intérieure de GAZ

Etat de l Installation Intérieure de GAZ SCP Olivier CAZAUX Géomètre Expert Inscription au tableau de l'ordre sous le n 2007A10 0001 Lotissement VRD Projets d'urbanisme et d'aménagement de zone Copropriété Diagnostics immobiliers - Expertise

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI

DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI DÉTECTION ET PROTECTION CONTRE L'INCENDIE L'INTÉGRALE DE LA SÉCURITÉ Maintenance des SSI Maintenance des Systèmes de Sécurité Incendie Extraits commentés des textes réglementaires DE L EXCELLENCE NAÎT

Plus en détail

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux

PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE ----------------- Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite aux PREFECTURE DE L ILLE ET VILAINE Direction Départementale des Territoires et de la Mer Le Morgat 12, rue Maurice Fabre 35031 RENNES CEDEX 1 OBJET DU DOCUMENT ----------------- Accessibilité des personnes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES

FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES FICHE TECHNIQUE COMPLETANT LES DISPOSITIONS GENERALES MOBILITE REDUITE I - ACCEDER - CHEMINER II - UTILISER LES EQUIPEMENTS III - SALLE DE REUNION, AMPHITHEATRE, ESPACE SOCIAL DE RESTAURATION. IV - INSTALLATIONS

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Camille PATARD Olivier CLAIREAU Direction départementale des Territoires et de la Mer De la Loire-Atlantique unité SBL/PTB

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE À L'USAGE DES MAIRES

GUIDE PRATIQUE À L'USAGE DES MAIRES Service Départemental d' Incendie et de Préfecture de l' Hérault Secours GUIDE PRATIQUE À L'USAGE DES MAIRES 1 SOMMAIRE FICHE I Préambule...3 FICHE II Responsabilité...4 FICHE III Les ERP...5 Définition

Plus en détail

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

1/11 1- RAPPELS 3- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE direction départementale de l Equipement et de l agriculture Cher Notice de prise en compte de l'accessibilité aux personnes handicapées dans les établissements recevant du public (E.R.P. et I.O.P.) -----------------

Plus en détail

ENTRETIEN. Éducation DES COLLÈGES. formation - jeunesse PRATIQUE À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES PAGE

ENTRETIEN. Éducation DES COLLÈGES. formation - jeunesse PRATIQUE À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES PAGE GUIDE DES COLLÈGES Éducation formation - jeunesse pa esse trimoi un ne Pôle je PRATIQUE 1 À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES 2 Ce guide élaboré grâce à un travail concerté entre principaux,

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail