ENTRETIEN. Éducation DES COLLÈGES. formation - jeunesse PRATIQUE À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES PAGE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENTRETIEN. Éducation DES COLLÈGES. formation - jeunesse PRATIQUE À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES PAGE"

Transcription

1 GUIDE DES COLLÈGES Éducation formation - jeunesse pa esse trimoi un ne Pôle je PRATIQUE 1 À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES

2 2

3 Ce guide élaboré grâce à un travail concerté entre principaux, gestionnaires, services de l Inspection académique et du Conseil général de l Orne a pour objectif d aider les nouveaux gestionnaires à mieux appréhender les tâches d entretien de l établissement qui sont les leurs dans un but unique : la sécurité des enfants et des personnels. La maintenance curative est assurée par le Conseil général (ex. remplacement d une toiture, ravalement.). La maintenance préventive consiste en des interventions courantes et périodiques sur les ouvrages et les installations. Elle permet d assurer un bon fonctionnement des bâtiments et d éviter que d infimes défauts évoluent vers des désordres plus graves. Elle est conduite par le personnel d entretien de l établissement. L entretien des bâtiments est donc l affaire de tous. La maintenance d aujourd hui est la prévention du risque de demain, que cette maintenance soit curative ou préventive. Enfin, les collèges étant des établissements recevant du public, ils sont soumis à des réglementations précises que les gestionnaires se doivent d appliquer. Dans ce guide, vous trouverez des conseils d entretien, vos obligations réglementaires et le domaine d intervention du Département, classés par grandes fonctions du bâtiment. 3

4 SOMMAIRE Le bâtiment p.5 La structure p.5 Le clos p.5 Le couvert p.6 Aménagement intérieur p.6 Installations climatiques et hydrauliques p.7 Installations électriques p.11 Aménagements extérieurs p.14 Équipements divers p.15 Conseils divers p.18 Les risques liés aux légionnelles dans les établissements recevant du public p.18 Hygiène p.18 Cahier de suivi de l entretien courant p.19 Fermeture du site p.19 Clés et codes d accès pendant les vacances p.19 Chauffage pendant la période hivernale p.19 Habilitations des ouvriers d entretien p.20 Coupures électriques p.21 Consommation de gaz, de fioul, d eau et d énergie électrique p.21 4

5 La structure Toutes les interventions sur la structure relèvent du Conseil général : reprise de fondations, réfection des bétons de façade, consolidations de structures, etc. DE VÉRIFICATION TECHNIQUE DU COLLÈGE Signalement par le collège des fissures, infiltrations d eau, éclatements de béton, corrosion des aciers du béton, déformations de structure. Le clos Réfection des menuiseries et revêtements, lavages des façades. HUISSERIES EXTÉRIEURES : réglage des freins, graissage, débouchage des canaux de drainage, lavage, peinture. DE VÉRIFICATION TECHNIQUE DU COLLÈGE Signalement par le collège : 1) des détériorations des menuiseries, de leurs défauts d ouverture et fermeture, de leurs points de corrosion, 2) des salissures des revêtements et décollement extérieurs, 3) des écaillements de peinture extérieurs. 5

6 Le couvert Réfection des toitures et acrotères Réparations ponctuelles de toitures et ouvrages annexes (ex. gouttières). Signalement par le collège des fissures, infiltrations d eau, éclatements de béton, corrosion des aciers du béton, déformations de structure. Aménagement intérieur Réfection des sols et des portes, peintures des cages d escalier, modification importante des aménagements intérieurs. Ne pas boucher les aérations des vides sanitaires car cela peut engendrer des décollements de revêtements de sol souple. Entretien des peintures et revêtements muraux dessalles, couloirs. Réglage des paumelles, charnières et ferme-portes, entretien des quincailleries. Obligation d interroger le Conseil général pour toute modification d aménagement intérieur car par exemple, une porte supprimée peut entraîner une non conformité au niveau de la réglementation incendie. Beaucoup de revêtements de sol contiennent de l amiante. Pour des réfections ponctuel-les de sol, consultez le diagnostic amiante réalisé par le Conseil général en 1996, ou à défaut, avisez le Bureau vie quotidienne des collèges. Signalement des défauts de glissance et des décollements des revêtements de sol et plinthes, des fissures apparues dans les cloisons. 6

7 Installations climatiques et hydrauliques 1) Installations thermiques Remplacement des chaudières, pompes, circuits de chauffage, corps de chauffe. Réparation des fuites importantes. Remplacement des cuves à fuel. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Les conduits de fumée, les cheminées et tous les appareils, en particulier, doivent être ramonés et nettoyés une fois par an. Tenir à jour le livret d entretien de l installation. Contrôle quotidien du fonctionnement de la chaufferie et réglage de la régulation. Intervention sur les petites fuites du réseau. Manœuvre régulière des vannes du réseau pour éviter leur grippage. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Les brûleurs et foyers. Les dispositifs de protection et de régulation. L étanchéité des appareils et des canalisations d alimentation en combustibles liquides ou gazeux, et en fluide frigorigène. Pour les installations fonctionnant au butane ou au propane, ces vérifications portent en outre sur : le contrôle de l étanchéité des tuyauteries et organes accessoires effectué à la pression de service, le bon fonctionnement des accessoires de tuyauterie (vannes, régulateurs, filtres, groupes motopompes, etc). Pour les systèmes de chauffage par tubes rayonnants à génération centralisée, vérifier la dépression par rapport au local et le bon fonctionnement du dispositif de sécurité. 7

8 Ce contrôle est à transmettre au Conseil général impérativement. Signalement des manques d eau sur le réseau de chauffage, des défauts de calorifugeages, des dysfonctionnements de régulation, des fuites repérées sur réseau et au niveau des cuves de stockage des carburants. 2) Installations de traitement d air et ventilation Installation de traitement d air et ventilation. Remplacement des moteurs. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Contrôler l empoussièrement des filtres et maintenir leurs caractéristiques de bon fonctionnement. Tenir à jour un livret d entretien de l installation de filtration suivant les recommandations de l installateur et du fabricant du filtre. En l absence d un système de mesure et d alarme fonctionnant en permanence, cette périodicité est ramenée à trois mois. Les caractéristiques locales ou fonctionnelles de certaines installations peuvent justifier une périodicité plus courte. Les conduits doivent être ramonés au moins une fois par an. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Pas de prescriptions particulières. 8

9 3) Installations de désenfumage Mise aux normes ou réparation des installations suite au passage annuel du contrôleur technique. Création ou modification des systèmes de désenfumage dans le cadre de projet d aménagement. 4) Installations gaz Grosses interventions de réparation ou d extension du réseau. pérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Contrôler l empoussièrement des filtres et maintenir leurs caractéristiques de bon fonctionnement. Tenir à jour un Opérations à réaliser pério-diquement par un personnel compétent. Contrôle visuel annuel du bon état des installations. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Fonctionnement des dispositifs de commandes manuelles et automatiques. Fonctionnement des bouches, exutoires et ouvrants de désenfumage. Fonctionnement des transmissions et signalisations. Arrêt des ventilations mécaniques permanentes. Fermeture des éléments mobiles de compartimentage. Fonctionnement des ventilateurs de désenfumage. Mesures de pression, de débit et de vitesse. Ce contrôle est à fournir impérativement au Conseil général. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Ces vérifications sont faites dans les conditions indiquées par les notices accompagnant les appareils. 9

10 5) Installations d eau Réparations des réseaux, changement des vannes, extension et modification des réseaux dans le cadre de travaux, changement des équipements sanitaires, sectorisation du réseau. 6) Adoucisseur d eau Mise en place d un nouvel équipement ou remplacement de pièces défectueuses Ramonage annuel ou visite des conduits d évacuation et vérification de leur vacuité. L installateur doit fournir une notice contenant les consignes d entretien courant, la liste des vérifications nécessaires à un bon fonctionnement de l appareil ou du système. Dans les salles scientifiques, les logements de fonction, assurer le remplacement des raccordements flexibles. Réparations des petites fuites. Vérification et entretien des robinetteries des joints, des siphons. Manoeuvre des vannes afin d éviter qu elles se grippent. Vérification des consommations d eau. La chasse aux fuites vous permettra d économiser de l argent. Nettoyer et recharger les bacs en sel régénérant Contrôler régulièrement la dureté de l eau à la sortie de l adoucisseur Contrôler visuellement que l adoucisseur ne fuit pas, l état la crépine de la vanne de l adoucisseur, l état de l injecteur Vérifier l aspiration et contrôler que le niveau d eau reste identique dans le bac à sel Un livret d entretien sur lequel l exploitant est tenu de noter les dates de vérifications et des opérations d entretien doit être annexé au registre de sécurité de l établissement. Ce contrôle est à fournir impérativement au Conseil général. Prescriptions particulières pour éviter le développement de légionnelles (voir chapitre particulier sur ce sujet). Signalement des fuites, des vannes grippées. Désinfecter les résines et / ou les fi ltres plusieurs fois par an Après chaque période de vacance scolaire, lancer un cycle de régénération 10

11 Installations électriques 1) Distribution électrique éclairage Mises aux normes des installations et des éclairages. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Les installations doivent être entretenues et maintenues en bon état de fonctionnement. Les défectuosités et les défauts d isolement doivent être réparés dès leur constatation. Les groupes électrogènes de sécurité doivent faire l objet d un entretien régulier : tous les quinze jours : vérification du niveau d huile, d eau et de combustible, du dispositif de réchauffage du moteur et de l état de la source utilisée pour le démarrage, tous les mois, en plus : essai de démarrage automatique avec une charge minimale de 50 % de la puissance du groupe et fonctionnement au moins 30 minutes. Consignation des interventions et des résultats auregistre d entretien. Changement des lampes. Vérification du bon état des câbles de raccordement et remplacement si nécessaire. Remplacement de fusibles, resserrage des fixations et connexions. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Vérifier annuellement la conformité : des installations électriques, des installations d éclairage, des systèmes de protection contre la foudre (paratonnerres). Les dates des vérifications sont consignées sur le registre de sécurité et le rapport correspondant doit être annexé à ce registre. Le résultat des contrôles est à transmettre impérativement au Conseil général. Tout incident (échauffement, disjonction fréquente) doit être signalé. Signalement des fuites d eau sur câbles électriques. En cas de travaux importants la visite initiale des installations (code du travail) est à charge des établissements 11

12 2) Éclairage de secours Mise aux normes de l installation ou modification dans le cadre de travaux.. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Disposer en permanence de lampes de rechange car elles doivent systématiquement être remplacées. Annexer au registre de sécurité une notice descriptive des conditions de maintenance. Mettre l éclairage de sécurité à l état de veille pendant les périodes d exploitation. Mettre l éclairage de sécurité à l état de repos ou d arrêt si l installation d éclairage normal est mise intentionnellement hors tension. S assurer une fois par mois : du passage à la position de fonctionnement en cas de défaillance de l alimentation normale et à la vérification de l allumage de toutes les lampes. de l efficacité de la commande de mise en repos à distance et de la remise automatique en position de veille au retour de l alimentation normale. S assurer une fois tous les six mois : de l autonomie d au moins 1 heure. Consigner toutes les interventions dans le registre de sécurité. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Les installations d éclairage doivent être vérifiées dans les conditions de l article EL 19. Le résultat de ce contrôle doit être systématiquement transmis au Conseil général. 12

13 3) Sécurité incendie Mise aux normes de l installation ou modification dans le cadre de travaux. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Tous les appareils ou dispositifs d extinction et d alerte doivent être soigneusement entretenus et maintenus en permanence en bon état de fonctionnement. Le personnel de l établissement doit être initié à leur mise en œuvre. Cette information doit être maintenue dans le temps. Des pancartes indicatrices de manœuvre doivent être placées bien en évidence à proximité des appareils, des barrages et des mises en œuvre. La mise à jour de la signalétique incendie est à la charge de l établissement. Toute installation de détection doit faire l objet d un contrat d entretien, passé avec un installateur qualifié, qui doit inclure les essais fonctionnels prévus à l article MS 5. Le contrat et la notice descriptive d entretien et de fonctionnement doivent être annexés au registre de sécurité. Mener un exercice d évacuation par trimestre. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Les appareils et installations fixes doivent faire l objet d une vérification : avant leur mise en service, au moins une fois par an, en cours d exploitation. Les systèmes de sécurité incendie A et B doivent toujours être vérifiés par une personne ou un organisme agréé : avant leur mise en service, tous les trois ans. Pour le système de détection incendie, les vérifications techniques en cours d exploitation sont réalisées par des techniciens compétents. Les extincteurs doivent être vérifiés, au moins une fois par an par un technicien compétent. Lors des visites des commissions de sécurité l exploitant doit permettre le contrôle efficace des moyens de secours. A cet effet, il met en place le personnel compétent et le matériel nécessaire aux essais de fonctionnement. Ces contrôles sont à transmettre impérativement au Conseil général. 13

14 Aménagements extérieurs Réfection ponctuelle ou totale des revêtements des cours et circulations. Remplacement des réseaux extérieurs. Inspection vidéo des réseaux. Remplacement des pompes sur les postes de relevage. Élagages. Remplacement des clôtures. Éviter l obstruction des regards d eaux pluviales en les nettoyant régulièrement (curage, enlèvement des feuilles). Hydrocurage des réseaux. Vidange régulière des bacs à graisse (1 à 2 fois par an minimum). Contrôle des alarmes des postes de relevage des eaux usées. Entretien régulier des espaces verts (toutes tailles). Entretien et petites réparations des clôtures. Signaler les fuites sur les réseaux extérieurs ou les signes d humidité non justifiés en extérieur. Signalement des obstructions sur les réseaux usées. Signalement des ravinements sur les talus. 14

15 Équipements divers 1) Ascenseurs Mise aux normes et installation d ascenseurs. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Examen semestriel du bon état des câbles. Vérification annuelle du parachute Visite toutes les 6 semaines en vue de surveiller le fonctionnement de l installation et d effectuer les réglages nécessaires. Vérification toutes les 6 semaines de l efficacité des serrures des portes palières. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Les appareils doivent être entretenus par un personnel qualifié appartenant à l établissement ou à une entreprise sous contrat. Pour les ascenseurs électriques, cet entretien est exécuté conformément aux dispositions de l arrêté du 11 Mars 1977 (J.O. du 8 Avril 1977). L entretien des ascenseurs hydrauliques doit être assuré dans les mêmes conditions que les ascenseurs électriques pour autant que les dispositions précédentes les concernent. Contrôle par un organisme agréé tous les 5 ans. La maintenance n est pas obligatoire lors de l année de contrôle (décret du 24 août 2000). 15

16 2) Appareils de cuisson Remplacement des équipements lourds. Opérations à réaliser périodiquement par un personnel compétent. Maintenus en bon état de fonctionnement et nettoyés chaque fois qu il est nécessaire. Les conduits d évacuation doivent être entretenus régulièrement et ramonés au moins une fois par semestre. Pendant la période de fonctionnement, le circuit d extraction d air vicié, de buées et de graisses doit être nettoyé complètement, y compris les ventilateurs, au moins une fois par an. Les dispositifs de récupération de chaleur disposés dans le circuit d extraction doivent faire l objet du même entretien. Les filtres doivent être nettoyés aussi souvent que nécessaire et, en tout cas au minimum une fois parsemaine. Opérations à réaliser tous les ans par un organisme agréé ou un technicien compétent. Les vérifications sont faites au moins une fois par an dans les conditions indiquées par les notices accompagnant les appareils. 16

17 3) Installations sportives (décret du 4 juin 1996) Vérifications lourdes par un contrôleur agréé à consigner dans le registre prévu à cet effet. Changement ou consolidation du matériel en fonction du résultat des contrôles. 4) Portail automatique Traitement des points de corrosion. Peinture. Traitement des moisissures. Contrôle des visseries. Vérifications visuelles trois fois par an minimum à consigner dans le registre prévu à cet effet. Souscription obligatoire d un contrat d entretien de cet équipement (décret du 12/11/90). 2 visites par an Toutes les interventions seront consignées dans le livret d entretien. 17

18 CONSEILS DIVERS Les risques liés aux légionnelles dans les établissements recevant du public La gestion du risque sanitaire lié aux légionnelles repose sur de bonnes pratiques d entretien des réseaux d eau et des installations à risque. Le Ministère de la santé préconise différentes dispositions dans une circulaire du 24 Avril Il recommande aux responsables d établissements d évaluer la qualité de cet entretien au moins une fois par an par des prélèvements visant à rechercher les légionnelles. Les mesures principales à mettre en œuvre sont les suivantes : après les périodes de vacances, soutirage aux principaux points d eau chaude et notamment des douches, vidange et nettoyage au moins une fois par an des réservoirs de stockage d eau chaude, vérifier la température de l eau dans les ballons de stockage car, en dessous de 60 C, il existe des risques de développement de la légionnelle, prévoir le remplacement de tous les joints, filtres de robinet et pommes de douche. En cas de découverte de légionnelles dans votre établissement, il est important de joindre rapidement le Conseil général en raison des obligations de déclaration de la découverte de légionnelles auprès des services sanitaires et des opérations curatives à conduire. Hygiène Mener des dératisations régulières surtout si vos bâtiments possèdent des vide-sanitaires. Ponctuellement, des désinsectisations peuvent être nécessaires (mouches, cafards). Ne laissez pas se développer des situations de proliférations et traitez le problème dès son apparition. 18

19 CONSEILS DIVERS Cahier de suivi de l entretien courant On constate dans l Orne une grande mobilité des personnels depuis quelques années. Afin de garder la mémoire des interventions conduites dans l établissement et faciliter le travail de vos successeurs, nous vous conseillons de tenir un cahier les récapitulant. Fermeture du site En dehors des heures de périodes scolaires, notamment les week-end et les vacances scolaires, les établissements doivent rester clos pour éviter les intrusions de personnes indésirables : les portails, portillons et portes des bâtiments doivent être fermés à clés. L assurance du Département tient compte de cet élément lors des remboursements. Clés et codes d accès pendant les vacances Des problèmes de gel, de tempête et de vandalisme pendant les périodes de vacances scolaires nécessitant des interventions immédiates ont été constatés ces dernières années. En l absence des responsables du collège, les services du Département doivent avoir connaissance d un lieu où toutes les clés de l établissement (boîtes à clés) sont disponibles pour réaliser dans ces cas précis, les travaux d urgence. En outre, il est impératif de transmettre au Département un jeu complet de clés ouvrant l intégralité des locaux ainsi que les codes d accès des alarmes anti-intrusion, incendie, et des portails. A chaque modification de ces codes ou des cylindres de portes, une mise à jour doit parvenir au bureau vie quotidienne des collèges. Chauffage pendant la période hivernale Suite aux dégâts du gel de l hiver 1996, nous conseillons aux établissements pendant les vacances hivernales : de vérifier que les citernes fuel sont correctement remplies avant le départ en vacances, de vérifier les températures hors gel et les abaisser en cas de grand froid. 19

20 CONSEILS DIVERS Habilitations des ouvriers d entretien Les adjoints techniques sont appelés à travailler sur les installations électriques en fonction de leur niveau d habilitation. La nature de l habilitation est symbolisée par une lettre et un chiffre ou deux lettres et chiffres comme suit : LA PREMIÈRE LETTRE indique le domaine de tension des ouvrages sur lesquels le titulaire de l habilitation peut intervenir : B (de 0 à Volts) caractérise les ouvrages du domaine Basse Tension et Très Basse Tension, H (sup. à Volts) caractérise les ouvrages du domaine Haute Tension. LA SECONDE LETTRE, lorsqu elle existe, précise la nature des opérations qu il peut réaliser : R, S et E indiquent que le titulaire peut procéder à des interventions de dépannage ou de raccordement, à des mesurages, essais, vérifications. Ce type d habilitation ne peut être délivré que pour des ouvrages du domaine BT, C indique que le titulaire peut procéder à des consignations, Lettre additionnelle T indique que le titulaire peut travailler sous tension (interdit aux personnels de l Éducation Nationale), N indique que le titulaire peut effectuer des travaux de nettoyage sous tension (interdit aux personnels de l Éducation Nationale), V indique que le titulaire peut travailler au voisinage des P.N.S.T. INDICES NUMÉRIQUES O personnel réalisant exclusivement des travaux d ordre non électrique et/ou des manœuvres permises, 1 exécutant des travaux d ordre électrique et/ou des manœuvres sous les ordres d un chargé de travaux, 2 chargé de travaux d ordre électrique quel que soit le nombre d exécutants placés sous ses ordres. 20

21 CONSEILS DIVERS La norme en vigueur (qui est une recommandation) UTE C relative aux prescriptions en matière d électricité deviendra NFC en septembre 2011, qualifiée en prescription réglementaire du code du travail. Les dénominations des habilitations vont donc changer et les titres d habilitations seront requalifier soit par des recyclages ou par des stages. Coupures électriques Des coupures électriques surviennent dans les établissements chaque année. Les origines sont multiples (travaux en cours, orages, surtensions, ). Si la coupure peut être programmée plusieurs jours à l avance, il est impératif de vérifier les points suivants : Prévenir le Pôle jeunesse patrimoine du Département pour que les équipements informatiques (routeurs, switch, ) soient mis hors service uniquement par un personnel qualifié Vérifier l état de déconnexion de l alarme incendie, de l alarme anti-intrusion, du standard téléphonique, de la chaufferie Pour les coupures d électricité prolongées, de vider le contenu des chambres froides et armoires négatives Dès la reprise de l alimentation électrique, s assurer que l ensemble des équipements ci-dessus soient sous tension et opérationnels. Consommation de gaz, de fioul, d eau et d énergie électrique Dans le but de limiter les dépenses de viabilisation, il est impératif de procéder à des relevés hebdomadaires des index d eau, de gaz, de fioul et d électricité. Ces données sont consignées sur un cahier ou fichier informatique et transmis au bureau Vie quotidienne des collèges sans délai en cas de dépassement inhabituel de consommations. Les vannes générales ou vannes de secteurs doivent être placées en position de fermeture pendant chaque période de vacances scolaires sauf si les logements de fonction sont sur le circuit général du collège ou si des activités sont prévues dans l établissement pendant les périodes de vacances. 21

22 NOTES 22

23 1 À L USAGE DES PRINCIPAUX ET DES GESTIONNAIRES FONCTIONNEMENT DES COLLÈGES GUIDE PRATIQUE Éducation formation - jeunesse Pôle jeunesse patrimoine Pôle jeunesse patrimoine Service de la jeunesse et de l éducation Hôtel du Département - 27, bd de Strasbourg CS ALENÇON Cedex Tél API CG 61 - Guide d entretien des collèges Edition oct Photos : David Commenchal 24

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE PAGE 1 INTRODUCTION PAGE 2 I ENTRETIEN CONTROLE ET VERIFICATION TECHNIQUES PAGE 3-4 II CLASSEMENTS ET CATEGORIES DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

A l extérieur du logement

A l extérieur du logement Travaux et entretien du logement Locataire bailleur, qui fait quoi Locataire / bailleur, qui fait quoi? octobre 00 Fiche n sept. 00 Fiche n A l extérieur du logement 6 3 4 7 5 Fiche n Travaux et entretien

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe

OBLIGATIONS DES EXPLOITANTS D UN ERP EN MATIERE D ENTRETIEN ET DE VERIFICATIONS TECHNIQUES DES INSTALLATIONS Etablissements du 1 er groupe Page 1 / 11 1 PUBLIC VISE Exploitant(e) d un établissement recevant du public (ERP) du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) et membres des commissions de sécurité 2 OBJECTIFS L exploitant(e) est responsable

Plus en détail

Entretien domestique

Entretien domestique VÉRIFICATION DU BON FONCTIONNEMENT Mettez l appareil sous tension. Si votre tableau électrique est équipé d un relais d asservissement en heures creuses (tarif réduit la nuit), basculez l interrupteur

Plus en détail

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr S GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMB QUI FAIT QUOI DANS LOGEMENT? Point par point www.ophmontreuillois.fr Les installations de chauffage en détail Les installations de plomberie en détail Convecteur électrique

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair LES RÉPARATIONS locatives Le petit mémo pour y voir plus clair En matière de réparations locatives, les obligations du bailleur et celles du propriétaire sont définies par le Décret du 26 aôut 1987 et

Plus en détail

RÉPARATIONS LOCATIVES

RÉPARATIONS LOCATIVES LE GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES Décret Liste non limitative des réparations locatives Décret - du août pris en application de l article de la loi n -0 du décembre tendant à favoriser l investissement

Plus en détail

Marché précédé d une publicité et mise en concurrence ENTRETIEN DES CHAUDIERES ET RADIANTS DES BATIMENTS DE LA 3CM. Cahier des charges

Marché précédé d une publicité et mise en concurrence ENTRETIEN DES CHAUDIERES ET RADIANTS DES BATIMENTS DE LA 3CM. Cahier des charges Marché précédé d une publicité et mise en concurrence ENTRETIEN DES CHAUDIERES ET RADIANTS DES BATIMENTS DE LA 3CM Cahier des charges CAHIER DES CHARGES 1 La communauté de Communes de la Côtière à Montluel

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes.

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes. Notice de Montage T.Flow Activ Modulo Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo 11023718/A - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique Présentation de votre chauffe-eau Poignées de préhension (haut et bas) Isolation thermique Protection intérieure par émaillage Canne de prise d eau chaude Doigt de gant du thermostat Anode magnésium Résistance

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Chambre de Métiers et de l Artisanat de Seine Saint Denis Gammes de maintenance PRESENTATION

Chambre de Métiers et de l Artisanat de Seine Saint Denis Gammes de maintenance PRESENTATION PRESENTATION Le présent document indique les prestations de maintenance préventive minimales à effectuer sur les équipements suivants : Chaudière Réseau d'alimentation en gaz Compteur d'énergie Sonde de

Plus en détail

LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT. Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages

LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT. Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages LA FONCTION BATIMENT DANS LES ÉCOLES DU 14 E ARRONDISSEMENT Jeudi 18 décembre 2014, 18h00 Mairie du 14 e, salle des mariages L ÉCOLE : UN ÉQUIPEMENT PUBLIC DE PROXIMITÉ La ville de Paris, comme toutes

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION

NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION NOTICE TECHNIQUE D INSTALLATION & D UTILISATION Plafond filtrant Lumispace Il est important de lire attentivement cette notice avant la maintenance du plafond Lumispace Ce document doit être remis au client

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement?

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement? ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui paie quoi dans votre logement? Qui paie quoi dans votre logement? Peinture, papier peint sur murs et plafonds Peinture sur les portes palières et huisseries L entrée Un évier

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! sommaire Entrée et cuisine... p.4- Pièce à vivre... p.-7 Salle de bain, wc... p.8-9 Immeuble collectif... p.10 Maison

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE

REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE REGLEMENT COMMUNAL EN MATIERE DE SECURITE INCENDIE Adopté par le Conseil communal en séance du 17 février 2014 CHAPITRE I - SECURITE 1. Installations électriques 1.1. Les installations électriques qui

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

PROGRAMME. Recyclage BR chargé d intervention BT d entretien et de dépannage

PROGRAMME. Recyclage BR chargé d intervention BT d entretien et de dépannage PROGRAMME Recyclage BR chargé d intervention BT d entretien et de dépannage Action d acquisition, d entretien ou de perfectionnement des connaissances PREV 0016/3095 Objectifs Maintenir les compétences

Plus en détail

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX DEPARTEMENT DE SAONE ET LOIRE VILLE DE SANVIGNES-LES-MINES MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT MEMENTO SECURITE INCENDIE La commission de sécurité vous a prescrit la réalisation d un mémento sécurité Ce document est un modèle pour tout type d établissements en dehors des U et J Il

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur /Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la réglementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

SPECIMEN CONTRAT DE CONTRÔLE ANNUEL. POUR POMPES À CHALEUR AIR / EAU, eau / EAU OU EAU glycolée / eau. Un fabricant à votre service

SPECIMEN CONTRAT DE CONTRÔLE ANNUEL. POUR POMPES À CHALEUR AIR / EAU, eau / EAU OU EAU glycolée / eau. Un fabricant à votre service crédit Photo : Fotolia CONTRAT DE CONTRÔLE ANNUEL d ÉtanchÉitÉ et d entretien POUR POMPES À CHALEUR AIR / EAU, eau / EAU OU EAU glycolée / eau Un fabricant à votre service Par téléphone, du lundi au vendredi,

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Entretien du logement

Entretien du logement Entretien du logement Le locataire s engage à tenir les lieux loués en parfait de la location. CONSEILS D ENTRETIEN UTILISATION DES FENÊTRES ET BALCONS Il est interdit de planter des arbres (manguier,

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES Du locataire ou de l'office, qui fait quoi? Qui répare? Qui entretient?? Office 66 - Office Public de l'habitat des Pyrénées-Orientales 7 rue Valette - BP 60440 * 66004

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Alarme intrusionalarme incendie et contrôle d accès Sommaire 1 OBJET ET ETENDUE... 02 1.1.

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) 1) page 1 1) 0 CLAUSES COMMUNES Chap. 1 Clauses communes à tous les lots 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications communes à tous les lots 1 PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans.

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans. MISE EN SECURITE DES PETITS HOTELS (arrêté du 24 juillet 2006) Prescriptions applicables dans un délai de 5 ans aux établissements existants au 4 août 2006 A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Numéro 2 Aon Parizeau Inc. LA PROTECTION INCENDIE Guide pratique à l intention des universités VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Dans ce bulletin Préambule Entretien des systèmes de gicleurs

Plus en détail

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES L entretien et les menues réparations dans votre logement Informations données à titre indicatif. Pour plus de précisions, renseignez-vous auprès du personnel de proximité

Plus en détail

STEAMY MINI. Nous vous félicitons pour l acquisition de l appareil «STEAMY - MINI», un appareil de grande qualité.

STEAMY MINI. Nous vous félicitons pour l acquisition de l appareil «STEAMY - MINI», un appareil de grande qualité. REITEL Feinwerktechnik GmbH Senfdamm 20 D 49152 Bad Essen Allemagne Tel. (++49) 5472/94 32-0 Fax: (++49) 5472/9432-40 Mode d emploi STEAMY MINI Cher client, Nous vous félicitons pour l acquisition de l

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION

NOTICE D INSTALLATION BALLON THERMODYNAMIQUE MONOBLOC EAU CHAUDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION Lisez attentivement la notice d installation avant le montage de l appareil www.airtradecentre.com SOMMAIRE A. REMARQUES IMPORTANTES...

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CONTRAT D'EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES LOT CI FUEL MAITRISE D'OUVRAGE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CONTRAT D'EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES LOT CI FUEL MAITRISE D'OUVRAGE CONTRAT D'EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES LOT CI FUEL CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAITRISE D'OUVRAGE 26 rue de Fleurier B.P. 70309 70006 VESOUL Cedex ~ 03.84.96.13.50

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître de l Ouvrage : MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) Objet du marché : RENOVATION D UN

Plus en détail

Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims

Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims Préliminaire Le présent règlement intérieur détermine les droits et obligations particuliers des ouvriers-gardiens des

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr

04.93.48.68.68. présentation générale. www.algora-environnement.fr présentation générale La société Algora Environnement propose pour les entreprises, industries, commerces, collectivités, professionnels de l immobilier et particuliers un ensemble de services liés à l

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: INSTALLATIONS ELECTRIQUES SANITAIRES ET THERMIQUES MERCREDI

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

Entretien et Réparations dans votre logement

Entretien et Réparations dans votre logement Ce document est important pour vous. Conservez-le soigneusement. Extérieurs Entretien et Réparations dans votre logement Ce document reprend l ensemble des équipements de votre logement et vous indique,

Plus en détail

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Guide de montage Difficulté : Durée de l intervention : 1h30 à 2h00 Besoin d informations? Contactez-nous au 01 47 55 74 26 ou par email à Sommaire Introduction... 2

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT CONVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE NOZAY ET LA SELA POUR LA GESTION DE LA COPROPRIETE DU BATIMENT SITUE TERRASSES DE LA CHESNAIE 44170 NOZAY 1 /7 ENTRE LES SOUSSIGNEES : La Communauté

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Installateur chauffage-sanitaire

Installateur chauffage-sanitaire Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique Détail du programme

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT Qui fait quoi Guide et démarches La réparation vous concerne? LES DEMARCHES A SUIVRE Faites appel à l entreprise de votre choix et/ou effectuez vous-même

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

PETITS HOTELS EXISTANTS

PETITS HOTELS EXISTANTS ECOLE DEPARTEMENTALE DES SAPEURS-POMPIERS DES BOUCHES DU RHONE Document réalisé par : Cdt Roland RAOUX PETITS HOTELS EXISTANTS 1 EDSP 13 JUIN 2012 RAPPELS PETITS HOTELS EXISTANTS L article 2 du code civil

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES Les activités sont à développer lors de la réalisation d un ouvrage ou d une installation simple ACTIVITES : 1) Préparation / Organisation 1- Prendre connaissance du

Plus en détail

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page

NF X 50-011 GAZ. Sommaire. Page Sommaire Page Avant-propos...5 1 Domaine d application...6 2 Caractéristiques...6 3 Conditions générales...6 3.1 Services ou prestations compris dans le contrat d abonnement...6 3.2 Durée et dénonciation...7

Plus en détail

Foyer 1100 Double ouverture

Foyer 1100 Double ouverture Foyer 1100 Double ouverture Référence 6811 44 LC 27/01/2010 page 1/6 580 949 1158 Foyer 1100 DO AD681144 Notice particulière d utilisation et d installation Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP guide Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG lot CVC Avant-propos AVANT-PROPOS CHAUFFAGE... 1 CLIMATISATION... 2 GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE 3

Plus en détail

Guide. Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement

Guide. Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement Guide Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement L entretien de votre logement Qui fait quoi? Un évier bouché, une chaudière en panne... Que dois je faire? A qui m adresser? Pièce par

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Foyer 900 Double ouverture

Foyer 900 Double ouverture Foyer 900 Double ouverture Référence 6890 LC 26/01/2010 page 1/6 580 1158 Foyer 900 Double ouverture Notice particulière d utilisation et d installation AD6890 Consulter attentivement ce complément notice

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

GSA/RP/04/13 "SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC" Appel d Offres Restreint. Phase 1 : Candidatures. Annexe I-01 au Cahier des Charges

GSA/RP/04/13 SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC Appel d Offres Restreint. Phase 1 : Candidatures. Annexe I-01 au Cahier des Charges GSA/RP/04/13 "SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC" Appel d Offres Restreint Phase 1 : Candidatures Annexe I-01 au Cahier des Charges Caractéristiques Techniques Ref: GSA/RP/04/13-1 Rev 1 Date:

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières L ONDE Régie Personnalisée pour la Gestion de l Espace Culturel de Vélizy-Villacoublay Marché public n 22 : maintenance et entretien des t rois ascenseurs et du monte-charge de l Onde Régie personnalisée

Plus en détail

Le service d appels d offres

Le service d appels d offres Le service d appels d offres Demande de devis Le site Mon-immeuble.com vous propose un service d appels d offres accessible par le menu «Appels d offres». Ce service est réservé aux membres du Club MI

Plus en détail

GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O. Notice d emploi Chaudière gaz à condensation

GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O. Notice d emploi Chaudière gaz à condensation GVS C 28-1HN / GVM C 26-1HN / GVM C 30-1HN 6 720 610 956-00.2O Notice d emploi Chaudière gaz à condensation Modèles et brevets déposés Réf. : OSW Table des matières Table des matières Mesures de sécurité

Plus en détail