BTS_DM COULEUR COLORIMETRIE COLORIMETRIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BTS_DM COULEUR COLORIMETRIE COLORIMETRIE"

Transcription

1 COLORIMETRIE I. QUELQUES POINTS FONDATEURS DE LA COLORIMETRIE : 1. Définition : La colorimétrie est l ensemble des théories et lois dont le but est de mesurer et de coder les couleurs perçues par la vision humaine. Cette science tente donc de faire le lien entre des grandeurs physiques objectivement mesurables (ex : la longueur d onde) et des concepts modélisant la perception des couleurs par nos organes de la vision. Autrement dit, la clorimétrie doit faire le lien entre une discipline quantifiable : la RADIOMETRIE et une discipline plus empirique : la PHOTOMETRIE. Depuis 1913, une véritable organisation professionnelle (orginie française) de colorimétrie existe sous le nom de «Commission internationale de l éclairage : CIE». Son siège actuel est situé à Vienne, site web : 2. Quelques grandeurs radiométriques et photométriques de base : La courbe fondatrice de toute la colorimétrie moderne, qui sous-tend actuellement le fonctionnement de tous nos appareils fournissante des couleurs (écrans, imprimantes, ) se nomme «fonction d efficacité lumineuse» est fut établie en 1924 par la CIE. Elle traduit l efficacité lumineuse de la vision diurne en fonction de la longueur d onde en nm. On constate ainsi, qu il faut qu un rayonnement rouge ait une puissance radiante 10 fois plus élevée qu un rayonnement vert pour qui l soit perçu comme aussi lumineux par la vision. 3. Couleur d un objet : Nous regardons rarement une source lumineuse directement. La lumière qui nous parvient elle celle réfléchie par les objets qui nous entourent. Le rayon lumineux qui nous parvient d un objet résulte de la manière dont il réfléchit la lumière. La distribution spectrale C( ) du rayonnement réfléchi par l objet et venant solliciter la rétine est donné par la relation : C( ) = I( ) R e ( ) Page 1 sur 8

2 I( ) : est la distribution spectrale de l éclairage, c est-à-dire la puissance radiante en fonction de la longueur d onde. R e ( ) : est le coefficient dit de «réflectance spectrale de l objet», compris entre 0 (absorption totale) et 100% (réflexion totale) mesurant la capacité de sa surface à réfléchir un rayonnement de longueur d onde. Ce coefficient se nomme «transmittance spectrale» si l objet est transparent. Métamérisme : c est le fait que 2 objets de distributions spectrales différentes aient la même couleur sous un certain éclairage. 4. Trichromie, trivariance et expériences d égalisation : Trichromie : pour la perception visuelle, toute couleur peut être reproduite par un mélange de 3 couleurs dites «primaires» en proportion unique. Trivariance : généralisation de la trichromie, toute couleur peut être définie, pour la perception visuelle, par 3 propriétés colorimétriques différentes qui peuvent être : 3 couleurs monochromatiques ou 2 caractéristiques chromatiques et une de luminosité, Dans le système RGB standard les 3 couleurs monochromatiques «primaires» sont : Rouge : 700,0 nm Vert : 546,1 nm Bleu : 435,8 nm Expériences d égalisation : - 6% des hommes et seulement 0,4% des femmes souffrent d une anomalie de la perception trichromatique. - Angle d observation : années 30, 2 pour ne mettre en jeu que la partie centrale de la rétine / dans les années 60 d autres expérience ont été faite avec angle de 4 et 10. Page 2 sur 8

3 II. DIAGRAMME DE CHROMATICITE xy 1931 : 1. Termes de bases : Le contour en forme de fer à cheval s appelle le «spectrum locus». Les couleurs monochromatiques (ou pures) du spectre visible s y succèdent de l UV, sur la pointe gauche du fer à cheval ; à l IR, sur sa pointe droite. Cette courbe résulte directement des expériences d égalisation. La ligne droite qui relie les 2 extrémités du spectre est la «droite des pourpres». Elle représente les couleurs obtenues par le mélange du «rouge» et du «bleu» situés aux limites de l IR et de l UV. E Les rayonnements blancs sont situés vers le centre de gravité du fer à cheval. Le blanc théorique E, mélange égal de toutes les couleurs monochromatiques, est situé au point : x = y = 1 3. Le triangle dont les sommets sont le blanc E et les 2 extrémités du spectrum locus constitue la «zone des pourpres». L étude des couleurs se fait dans le plan xy, mais il existe une 3 ième coordonnée z qui est systématiquement fixée et qui traduit la luminosité. Les 3 coordonnées sont liées par la relation mathématique : x + y + z = Additivité des couleurs : Toute couleur C résultant du mélange de 2 couleurs, par exemple G et R, est située sur le segment de droite GR. La position du point C peut être calculée par la loi dite «du centre de gravité». Si les 2 couleurs G et R sont mélangées en quantité respective m G et m R (exprimées en luminance) et que y G et y R sont leurs ordonnées chromatiques, alors C est situé au centre de gravité des points G et R affectés des poids m G /y G et m R /y R. Toute couleur C peut être obtenue par le mélange d une couleur pure M située sur le spectrum locus avec un blanc de référence D situé dans la zone centrale du fer à cheval. Le point représentatif de C est situé sur le segment de droite DM. M étant la couleur dominante de C. Tout mélange de 3 couleurs quelconques, par exemple R, G et B est représenté par un point situé dans le triangle RGB appelé «gamut». 3. Longueurs d onde dominante et complémentaire, pureté de couleur : Pour trouver la longueur d onde dominante d une couleur C, il suffit de prolonger le segment de droite reliant le point D au point C. Cette droite coupe le spectrum locus au point M de la couleur dominante (ici (M) = 600 nm). La droite MD représente les couleurs résultant du mélange aditif de ce blanc avec cette couleur pure. Lorsqu on se déplace sur cette droite, plus on est proche du blanc D, moins la couleur est pure. Page 3 sur 8

4 La pureté d une couleur C est égale au rapport «DC/DM». Elle est donc maximale et égale à 1 pour le point M (rayonnement monochromatique), et nulle pour le blanc de référence D. Pour obtenir la couleur complémentaire d une couleur pure, il suffit de prolonger la droite passant par celle-ci et par le blanc D. Cette droite coupe le côté opposé du spectrum locus au point M de la couleur complémentaire (ici (M ) = 492 nm). 4. Mélange de couleurs : Hors zone des pourpres : le mélange de couleur 1 de longueur d onde dominante 1 et d une couleur 2 de longueur d onde dominante 2, donne la couleur 3 de longueur d onde dominante 3. Dans l exemple illustré ici, le jaune mélangé au bleu donne un vert. Dans la zone des pourpres : Les couleurs de la zone des pourpres sont un mélange additif d un bleu et d un rouge. Ici, le bleu 1 mélangé au rouge 3 donne le pourpre 2. Les pourpres se singularisent par le fait qu ils sont dépourvus de longueur d onde dominante. En effet, la droite venant du blanc et passant par eux ne coupe pas le spectrum locus. En revanche, ils possèdent une couleur complémentaire et une longueur d onde complémentaire. La couleur complémentaire du pourpre 3 est ici la couleur pure de longueur d onde C. Page 4 sur 8

5 III. LES ILLUMINANTS : La température de couleur de l illuminant joue un rôle capital dans la perception colorée que nous avons des objets. Un certain nombre d illuminants standards ont été définis et sont indiqués sur le diagramme CIE xy. Ceci nous permet de déterminer la couleur perçue en fonction de la nature de l illuminant : Page 5 sur 8

6 Température de couleur proximale Température de couleur proximales de sources d éclairage K Flamme d une bougie Sources d éclairage K Ampoule ordinaire de 40 à 60 W à filament de tungstène K Ampoule ordinaire de 100 à 200 W à filament de tungstène K Projecteur de studio, ampoule Photoflood, tungstène-halogène K Tube fluorescent haut de gamme K Eclairage de type lumière solaire chaude utilisé dans les dispositifs professionnels d observation d image (table lumineuse, pupitre d examen) K Flash électronique, soleil au milieu de l après-midi ou de la matinée K Soleil à midi, éclairage fluorescent lumière du jour K Soleil sous un ciel brumeux K Couleur naturelle du blanc affiché par certains écrans avant étalonnage Page 6 sur 8

7 Nouveau standard 2004 Tubes fluorescents Ancien standard CIE A large spectre Illuminants solaires Illuminant CIE TC proximale BTS_DM COULEUR COLORIMETRIE Caractéristiques des illuminant standards CIE Composantes chromatiques Source lumineuse modélise par l illuminant x y A 0, K D50 0,346 0, K D55 0,332 0, K Lampe banale à filament de tungstène, qui se comporte à peu près comme le corps noir à K. Lumière solaire chaude du matin ou de la fin d après-midi. C est l illuminant de référence pour l imprimerie (examen de documents sur les tables lumineuses ou les pupitres de contrôle professionnels). Il est la référence de nombreux espaces colorimétriques de travail et a été choisi par Adobe pour baser son mode Lab et par l ICC pour être le blanc de référence dans l espace de connexion des profils. Eclairage solaire au milieu de la matinée ou de l après-midi. D55 est l illuminant D dont la couleur se rapproche le plus du blanc idéal E et constitue un bon compromis pour le réglage des écrans d affichage. D65 0,313 0, K Lumière solaire légèrement bleutée observée à midi. Blanc de référence de nombreux espaces colorimétriques de travail. Peut être considéré comme un blanc d usage général. ID50 0,343 0, K En cours de standardisation CIE, ces nouveaux illuminants ID «indoor daylight» modélisent la lumière du jour filtrée par un ID65 0,311 0, K vitrage «moyen» à l intérieur d un bâtiment. E 0,333 0,333 (5 454 K) Illuminant «blanc idéal» hypothétique dont la distribution spectrale est plate, conservant la même valeur quelle que soit la longueur d onde. cet illuminant, qui ne peut être réalisé par une source lumineuse réelle, est l une des bases des espaces colorimétriques CIERGB et CIEXYZ. F2 0,372 0, K Tube fluorescent ordinaire. F7 0,313 0, K Lumière du jour, simule D65. F8 0,346 0, K Lumière du jour, simule D50. F10 0,346 0, K FL2 0,372 0, K Tube fluorescent à spectre étroit, trois raies spectrales Tube fluorescent ordinaire FL7 0,313 0, K Tube fluorescent à large bande FL11 0,381 0, K Tube fluorescent à spectre étroit, trois raies spectrales HP1-HP5 Nouveau standard CIE 2004 : lampes au sodium et aux halogénures métalliques Page 7 sur 8

8 IV. EXERCICE : 1. Vérifier les coordonnées du blanc équi-énergie E. 2. On considère une couleur lumière A de coordonnées trichromatiques x = 0,55 et y = 0,40. a. Placer ce point sur le diagramme. b. Evaluer la longueur d onde dominante d (A), ainsi que la teinte correspondante. c. Calculer la pureté d excitation p e (A). d. Evaluer la longueur d onde complémentaire de A c (A), ainsi que la teinte correspondante. 3. On considère une couleur lumière B de coordonnées trichromatiques x = 0,10 et y = 0,60. a. Evaluer la longueur d onde dominante d (B), ainsi que la teinte correspondante. b. Calculer la pureté d excitation p e (B). c. Pourquoi ne peut-on pas définir une longueur d onde complémentaire c (B)? 4. On fait la synthèse additive des lumières correspondant à A et B. On obtient la couleur S. a. Sur quelle portion de droite se situe le point S? b. Placer le point S sachant que sa longueur d onde dominante est d (C) = 550 nm. 5. On considère une couleur lumière C de coordonnées trichromatiques x = 0,30 et y = 0,20. a. Placer ce point sur le diagramme. b. Quel est le lieu des couleurs que l on peut synthétiser pas des mélanges des lumières A, B et C? c. Pourquoi ne peut-on pas définir une longueur d onde dominante d (C)? Page 8 sur 8

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX Objectif : Indiquer les règles de base de colorimétrie en coiffure (échelle de tons, reflets) LA COLORIMETRIE Du soleil nous parvient la lumière du

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

La Photographie - Page 1 / 13

La Photographie - Page 1 / 13 La Photographie - Page 1 / 13 Table des matières 1. Généralités sur la lumière... 3 2. La photographie... 5 2.a. Le support... 5 2.a.i. L argentique... 5 2.a.ii. Le numérique... 6 3. L outil appelé appareil

Plus en détail

[ F ] Fig.1 enregistreur indicateur HD30.1 MicroSD Card. Entrée sonde HD30.S1- HD30.S2. MiniUSB Ethernet Alimentation chargeur batterie

[ F ] Fig.1 enregistreur indicateur HD30.1 MicroSD Card. Entrée sonde HD30.S1- HD30.S2. MiniUSB Ethernet Alimentation chargeur batterie [ F ] [ F ] Description Le HD30.1 est un instrument fabriqué par Delta Ohm pour l analyse spectrale de la lumière dans le champ visible et ultraviolette. L instrument a été conçu en conjuguant fl exibilité

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

TP SIN Traitement d image

TP SIN Traitement d image TP SIN Traitement d image Pré requis (l élève doit savoir): - Utiliser un ordinateur Objectif terminale : L élève doit être capable de reconnaître un format d image et d expliquer les différents types

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique Physique - Chimie Ressources pour la classe de première générale et technologique Série S

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique Physique - Chimie Ressources pour la classe de première générale et technologique Série S eduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale et technologique Physique - himie Série S es documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 La photo numérique sous-marine Guide expert Isabelle et Amar Guillen Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 3 Balance des blancs, phares, filtres sous-marins Dans le chapitre précédent, nous avons

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES

III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES instrumentation III.2 SPECTROPHOTOMÈTRES Spectrophotomètres UV/visibles 2 à 4 Spectrophotomètres visibles 5 à 7 0100100100100100011100110100100100100100 110100100100100100 011100110100100100100100 00100100100100011100110100100100100100

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

IMAGINEZ UNE NOUVELLE FACON DE PEINDRE!

IMAGINEZ UNE NOUVELLE FACON DE PEINDRE! #THISISABSTRACT Elle a développé des tubes de peinture pour de Staël, et créé le pastel à l huile pour Picasso, Sennelier est une référence pour les artistes depuis 1887, date à laquelle Gustave Sennelier

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES index ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATIONS DL 2101ALA DL 2101ALF MODULES INTERRUPTEURS ET COMMUTATEURS DL 2101T02RM INTERRUPTEUR INTERMEDIAIRE DL 2101T04 COMMUTATEUR INTERMEDIAIRE

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Les bases de l étalonnage avec Adobe Premiere Pro Formation de Duduf http://www.duduf.training

Les bases de l étalonnage avec Adobe Premiere Pro Formation de Duduf http://www.duduf.training Les bases de l étalonnage Formation de Duduf http://www.duduf.training I - Régler les contrastes Luminosité, niveaux, gamma... Forme d onde Y/C, Correcteur de luminance II - Régler la saturation Vivacité

Plus en détail

Couleur. Sommaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couleur. Sommaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Couleur Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. On nomme couleur la perception par l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s)s donné(s)e. Il importe de

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer!

JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer! JPEG, PNG, PDF, CMJN, HTML, Préparez-vous à communiquer! 1 / Contexte L ordinateur La loi du nombre La numérisation = codage d une information en chiffres binaire : 0 1 («bit») 8 bits = 1 octet 1ko = 1024

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» Sources : syndicat de l éclairage et CNIDEP A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales L éclairage a pour vocation : - D assurer de bonnes conditions de travail,

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

D Utilisation des Spectromètres à CCD

D Utilisation des Spectromètres à CCD D Utilisation des Spectromètres à CCD (de marque Ocean Optics, Avantes ou Getspec version USB2000 et USB650) I PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DU SPECTROMETRE : La lumière à analyser est transmise au spectromètre

Plus en détail

Guide de référence de L ÉCLAIRAGE

Guide de référence de L ÉCLAIRAGE Guide de référence de L ÉCLAIRAGE CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : Ni CEA Technologies Inc., ni les auteurs, ni les commanditaires, ou toute autre personne agissant en leur nom, ne seront en aucun cas tenus

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

CONSOMMABLES. Tubes polarimètres. Cuves spectrophotomètres. Lampes spectrophotomètres

CONSOMMABLES. Tubes polarimètres. Cuves spectrophotomètres. Lampes spectrophotomètres CONSOMMABLES Tubes polarimètres Cuves spectrophotomètres Lampes spectrophotomètres Chemin des Abeils.30110 BRANOU LES TAILLADES. Tél. : 04.66 30.57. 75 Fax : 04.66.30.46.21 Spectrophotomètres SECOMAM CONSOMMABLES

Plus en détail

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop

Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop Réussir et traiter ses photos sous UV avec Photoshop par Rémi BORNET le 29/12/2009 Beaucoup de personnes n'arrivent pas à obtenir de bons résultats en photos sous UV et ne trouvent pas de conseils. Cet

Plus en détail

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Un tube fluo de 1.500 mm et de 58 W consomme 68 W avec son ballast. Dans certains cas, il pourrait être

Plus en détail

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Spectrophotomètres Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Forte de son expérience en spectrophotométrie, la société Jenway a mis au point une série de spectrophotomètres nouvelle génération.

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS :

Ecran : Processeur : OS : Caméra : Communication : Mémoire : Connectique : Audio : Batterie : Autonomie : Dimensions : Poids : DAS : SMARTPHONE - DUAL-CORE - NOIR 3483072425242 SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLEU XXXX SMARTPHONE - DUAL-CORE - BLANC 3483072485246 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROSE 3483073704131 SMARTPHONE - DUAL-CORE - ROUGE XXXX

Plus en détail

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales Enseigner la prévention des risques professionnels Éclairage et vision Fiches principales EV 1 OBJECTIF : Identifier les caractéristiques physiques de la lumière et de l environnement lumineux de travail

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Spectrophotomètres. www.jenway.com

Spectrophotomètres. www.jenway.com Imlab Oude Vijvers 1 B-3370 Boutersem Spectrophotomètres www.jenway.com Bibby Scientific France - ZI du Rocher Vert - BP 79-77793 Nemours Cedex Tél. : 01 64 45 13 13 - Fax : 01 64 45 13 00 - email : bsf@bibby-scientific.fr

Plus en détail

Les LEDs et les plantes

Les LEDs et les plantes Les LEDs et les plantes Ing. Samuël Colasse 1, Ir. Julien Louvieaux 2,Dr. Thierry Marique 3 et Dr. Cécile Nanbru 4 L emploi des diodes luminescentes (ou LED pour «light emitting diode») devient de plus

Plus en détail

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches.

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. QUEL CHOIX D OUTILS ET QUELLE METHODE, POUR QUEL OBJECTIF? Il existe différentes techniques de détourage. De la plus simple à la plus délicate,

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique Tuttlingen, novembre 2011 - La nouvelle CHROMOPHARE Génération

Plus en détail

JUST Normlicht softproof solutions.

JUST Normlicht softproof solutions. JUST Normlicht softproof solutions. F Dans l industrie graphique, la comparaison d épreuves virtuelles avec des imprimés ou des épreuves papier ou tout autre support doit se faire selon des critères précis

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Aperture Principes fondamentaux de la photographie numérique

Aperture Principes fondamentaux de la photographie numérique Aperture Principes fondamentaux de la photographie numérique K Apple Computer, Inc. 2005 Apple Computer, Inc. Tous droits réservés. Aucun passage de la présente publication ne peut être reproduite ni transmise

Plus en détail

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

fiche m mo technique

fiche m mo technique fiche m mo technique les lois de la colorimétrie Les lois DE LA COLORIMétrie... Les lois de la colorimétrie s appliquent pour tous les supports du papier, à la toile aux cheveux en passant par l objet

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour.

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour. ORIGINES Saviez-vous que les astronautes séjournant à bord de la Station Spatiale Internationale voient le soleil se lever et se coucher toutes les 90 minutes? Oui. 16 fois par jour de quoi avoir du mal

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 22 avril 2012 Table des matières 1 Couleur, vision et image 3 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 3 1.2 Lentille

Plus en détail

Tuto pour connecter une source RVB RGB à un moniteur Commodore / Amiga

Tuto pour connecter une source RVB RGB à un moniteur Commodore / Amiga Tuto pour connecter une source RVB RGB à un moniteur Commodore / Amiga Il faut 1 moniteur Commodore 1084S / 1083S-D1 Ecran 1084S (au dos, il est indiqué 1083S-D1), je l ai eut avec un Amiga 600 et on va

Plus en détail

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable

X-Rite RM200QC. Spectrocolorimètre d'imagerie portable Spectrocolorimètre d'imagerie portable X-Rite RM200QC Le spectrocolorimètre d'imagerie RM200QC d X-Rite permet d'établir un lien entre l'apparence de la couleur et la couleur des matériaux des lots entrants

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

Lampes à DEL EcoShine II Plus

Lampes à DEL EcoShine II Plus Lampes à DEL EcoShine II Plus LAMPES POUR TABLETTE, RAIL et PAVILLON POUR COMPTOIRS MULTI-NIVEAUX, LIBRE-SERVICE ET DE PRODUITS SPÉCIALISÉS Une efficacité d éclairage maximale dans la vente d aliments

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon

Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon Guide de l'utilisateur de l'utilitaire d'installation de caméra Avigilon Version 4.10 PDF-CIT-D-Rev1_FR Copyright 2011 Avigilon. Tous droits réservés. Les informations présentées sont sujettes à modification

Plus en détail

Ligne de produits Comparaison

Ligne de produits Comparaison Ligne de produits Comparaison Eric Meola ColorMunki Photo est une solution de gestion des couleurs pour une correspondance écran/imprimante précise, incluant également des outils de création de couleurs

Plus en détail

Unité 2 Leçon 2 Les permutations et les combinaisons

Unité 2 Leçon 2 Les permutations et les combinaisons Unité 2 Leçon 2 Les permutations et les combinaisons Qu'apprenons nous dans cette leçon? La différence entre un arrangement ordonné (une permutation) et un arrangement nonordonné (une combinaison). La

Plus en détail

«Lumière sur les pigments»

«Lumière sur les pigments» «Lumière sur les pigments» Pourquoi les feuilles des plantes sont-elles vertes en été et rouges en automne? Comment un caméléon fait-il pour changer de couleur? Que voit un daltonien? Pourquoi les cheveux

Plus en détail

THEME 3. L UNIVERS CHAP 2. LES SPECTRES MESSAGES DE LA LUMIERE DES ETOILES.

THEME 3. L UNIVERS CHAP 2. LES SPECTRES MESSAGES DE LA LUMIERE DES ETOILES. THEME 3. L UNIVERS CHAP 2. LES SPECTRES MESSAGES DE LA LUMIERE DES ETOILES. 1. LES SPECTRES D EMISSION. 1.1. SPECTRES CONTINUS D ORIGINE THERMIQUE. Spectres d émission successifs d un corps porté à des

Plus en détail

Livre blanc. Utilisation de diodes électroluminescentes en éclairage opératoire dentaire

Livre blanc. Utilisation de diodes électroluminescentes en éclairage opératoire dentaire Livre blanc Utilisation de diodes électroluminescentes en éclairage opératoire dentaire 2 Livre blanc A-dec Utilisation de diodes électroluminescentes en éclairage opératoire dentaire Table des matières

Plus en détail

La lumière. Sommaire de la séquence 10. t Séance 4. Des lumières blanches. Des lumières colorées. Les vitesses de la lumière

La lumière. Sommaire de la séquence 10. t Séance 4. Des lumières blanches. Des lumières colorées. Les vitesses de la lumière Sommaire de la séquence 10 La lumière t Séance 1 Des lumières blanches t Séance 2 Des lumières colorées t Séance 3 Les vitesses de la lumière t Séance 4 Je fais le point sur la séquence 10 Ce cours est

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

CATALOGUE 2010 SPOTS AMPOULES TUBES COMPACTLED

CATALOGUE 2010 SPOTS AMPOULES TUBES COMPACTLED CATAOGUE 2010 SPOTS AMPOUES TUBES COMPTED Page 3 TUBES DF- MUTIED HAUTE PERFORMANCE Page 4 - Fiche technique Tube DF-MultiED HP Blanc chaud 3000 Page 5 - Fiche technique Tube DF-MultiED HP Blanc chaud

Plus en détail

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire ADJOINTE CAD/CAM Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire 16 Tech. Dent. N 342-06/15 L ASIGA pro075 Une mini imprimante très précise L imprimante ASIGA pro075 utilisée dans notre centre est une machine

Plus en détail

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX 08/ENS/24 BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF Lot n 2 : Achat et installation de matériel pour l enseignement

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi Logiciel de création de fichiers de style d image Picture Style Editor Ver..4 MODE D EMPLOI Contenu de ce mode d emploi Picture Style Editor est abrégé en PSE. Dans ce mode d emploi, les fenêtres utilisées

Plus en détail

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape :

Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Chauffer l eau avec le soleil Est-ce possible? Première étape : Peut-on chauffer de l eau avec le soleil? Les différents groupes ont posé un simple récipient au soleil dans la cour. Le constat de l élévation

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail