LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES"

Transcription

1 DIRECTION GÉNÉRALE DES ACTIVITÉS FIDUCIAIRES ET DE PLACE DIRECTION DES PARTICULIERS LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Externe 1

2 LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT LES ÉVOLUTIONS LÉGISLATIVES 2

3 CONTEXTE GÉNÉRAL Le dispositif français de traitement du surendettement : un système original combinant l intervention de commissions administratives et des autorités judiciaires plusieurs évolutions depuis son institution en 1990 actuellement confronté à des problématiques et à des enjeux spécifiques 3

4 POURQUOI ET COMMENT LE DISPOSITIF A-T-IL ÉVOLUÉ DEPUIS L ORIGINE? Facteurs d évolution L efficacité des commissions et la relative inadéquation du traitement judiciaire L évolution des dépôts et de la typologie 5 réformes majeures depuis 1990 Recommandations ordinaires (1995) et extraordinaires ( ) Rétablissement personnel judiciaire( ) déjudiciarisation (loi Lagarde de 2010) puis renforcement des pouvoirs des commissions (loi de 2013) 4

5 CADRE RÈGLEMENTAIRE Une volonté des pouvoirs publics Optimiser la procédure Favoriser la mise en place de solutions adaptées et pérennes, éviter les redépôts et l accumulation de mesures provisoires Renforcer l homogénéité et la cohérence du traitement Traiter certaines difficultés rencontrées dans le traitement des dossiers, en particulier : Améliorer les relations entre les banques et leurs clients surendettés. Banque de Avril France 2014 DSRP - SIS LOI PORTANT RERORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 5

6 UN CADRE JURIDIQUE Dispositions législatives L et suivants du Code de la consommation Décret du 29 octobre 2010 modification du volet surendettement Circulaire ministérielle du 29 août 2011 Règlement intérieur harmonisé et rendu public avec une présentation du «budget vie courante» Élaboration d un rapport d activité Arrêté du 24 mars 2011 portant homologation de la norme professionnelle sur les relations entre les banques et leurs clients surendettés Jurisprudence de la Cour de Cassation et des juridictions judiciaires Banque de Avril France 2014 direction des particuliers Juin

7 LES ACTEURS DE LA PROCÉDURE 98 commissions de surendettement en France métropolitaine 120 unités de la Banque de France assurent actuellement le secrétariat des commissions Tout ou partie des tribunaux d instance dans chaque département traitent les aspects judiciaires. Banque de France direction des particuliers Novembre

8 LA COMPOSITION Un historique marqué par plusieurs évolutions A l origine, 5 membres dont 3 issus du monde «administratif» deux représentants des intérêts des parties : établissements de crédit, consommateurs et familles Actuellement, 7 membres avec voix délibérative dont un juriste un spécialiste en économie sociale et familiale Une constante structurante : le secrétariat assuré par la Banque de France 8

9 Les membres de la commission du Puy de Dôme Statut Fonction au sein de la commission Préfet Responsable départemental de la DGFIP Président Vice président UFC que choisir / UDAF Banque Nuger BNP - Paribas Représentante des associations familiales ou de consommateurs Représentante de l A.F.E.C.E.I. Directeur de la Banque de France Secrétaire CESF de la CAF Conseillère en économie sociale et familiale Juriste 9

10 Les coordonnées des secrétariats de la région Auvergne 10 Av de la république CS Moulins Cedex Tél. : Fax : bis Av de la république CS Aurillac Cedex Tél. : Fax : Bd Alexandre Clair CS Le Puy En Velay Cedex Tél. : Fax : Cours Sablon CS Clermont-Ferrand Cedex 01 Tél. : Fax : Banque Avril de France

11 Les coordonnées des responsables du service des particuliers de la région Auvergne Responsable Moulins : M. ZAGO Tél. : Responsable Aurillac : Mme CAISEY Tél. : Responsable Le Puy En Velay : Mme ALLEGRE Tél. : Responsable Clermont-Ferrand : Mme MARCHAND-HENRY Tél. : Banque Avril de France

12 LE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION Un règlement intérieur harmonisé Un bilan annuel d activité élaboré Une implication renforcée des services de l État 12

13 Le règlement intérieur public et disponible Dans les locaux du secrétariat et sur Internet Mise à jour de la liste nominative assurée par la BDF Destiné à une lecture autant externe qu interne Doit s inscrire dans un cadre normé figurant en annexe à la circulaire ministérielle du 29 août 2011 PORTÉE DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR HARMONISATION ET TRANSPARENCE DGAFP Avril DSRP SIS Paris, le 26 juillet

14 PORTÉE DU RÈGLEMENT INTÉRIEUR HARMONISATION ET TRANSPARENCE Le règlement intérieur porte sur : Les règles de fonctionnement de la commission autres que celles figurant dans le Code de la consommation La liste des documents transmis avant la réunion Les conditions générales d appréciation du «budget vie courante» du débiteur L ordre de priorité du traitement des dettes DGAFP Avril DSRP SIS Paris, le 26 juillet

15 LES COMMISSIONS BILAN ET RAPPORT ANNUEL Une réunion plénière avec l ensemble des membres et des délégués En dehors des commissions habituelles Annuelle Au cours du 1 er trimestre Cette réunion plénière vise à Approuver le rapport d activité annuel de la Commission Modifier le règlement et actualiser les modalités de calcul du «budget vie courante» Examiner les pratiques de la commission Envisager des actions de communication en direction de la sphère sociale 15

16 L INSTRUCTION DU DOSSIER ET LES DÉCISIONS En séance, la commission se prononce sur la base d une liste comportant les références des dossiers et les propositions du secrétariat Le président ou tout membre de la commission peut demander l examen individuel d un dossier Le secrétariat présente pour examen individuel la liste des dossiers pour lesquels il considère qu il existe un doute quant à la recevabilité 16

17 LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT Une mesure d aide sociale, à tout moment de la procédure un programme d éducation budgétaire une mesure d accompagnement social personnalisé dans les conditions du code de l action sociale et des familles La commission peut recommander au juge la mise en place d une mesure d accompagnement social et budgétaire en cas de redépôt à la suite d une mesure de rétablissement personnel 17

18 STATISTIQUES ET TYPOLOGIE 18

19 ÉVOLUTIONS QUANTITATIVES ET QUALITATIVES LES DÉPÔTS DE DOSSIERS Une progression continue des dépôts avec des paliers après chaque réforme Des profils faisant apparaître une fragilité et une vulnérabilité aux aléas des débiteurs Un endettement mixte : crédits à la consommation et charges courantes Faiblesse des capacités de remboursement et augmentation des PRP 19

20 en nombre LES VOLUMES D ACTIVITÉ Sur le long terme, une progression continue du nombre de dossiers déposés Un nouveau palier de dépôts semble franchi après chaque intervention législative Sur l année 2012, une baisse des dépôts est constatée (- 5 % à fin décembre 2012). Sur l année 2013, une légère progression des dépôts : 0,95% Mise en place des commissions de surendettement Loi du 29 juillet Source : Banque de France DGAFP DPAR Loi du 8 fév ÉVOLUTION DES DÉPÔTS DE DOSSIERS Loi du 1er août Loi du 1er juillet

21 LA TYPOLOGIE DU SURENDETTEMENT Prépondérance des situations où le surendettement est lié à des facteurs socioprofessionnels Pourcentage élevé de personnes seules, en difficulté face à l emploi Faiblesse des revenus et des capacités de remboursement Endettement mixte : crédits renouvelables et charges courantes 21

22 PROFIL SOCIOLOGIQUE DES PARTICULIERS SURENDETTÉS Source BDF enquête typologique

23 PROFIL SOCIOLOGIQUE DES PARTICULIERS SURENDETTÉS Source BDF enquête typologique

24 PROFIL SOCIOLOGIQUE DES PARTICULIERS SURENDETTÉS La part des dossiers sans capacité de remboursement s élève à 53,4 % en 2012 Source BDF enquête typologique

25 TYPOLOGIE DE L ENDETTEMENT Source BDF : baromètre 4 trimestre 2013 Données à fin décembre 2013 Dettes financières Dettes de charges courantes Part dans l endettement global Endettement moyen (en ) (*) Dossiers concernés (en %) Nombre moyen de dettes (*) 81,4% ,9% 5,1 9,7% ,7% 3,9 Autres dettes 8,9% ,3% 2,3 Endettement global 100 % % 9,1 (*) pour les seuls dossiers comportant ce type de dette 25

26 BIEN COMPRENDRE LA PROCÉDURE 26

27 L ÉLIGIBILITÉ À LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT DES PROFESSIONNELS 27

28 SCHÉMA GÉNÉRAL gérant, PCA En activité ou ayant cessé son activité entrepreneurs individuels, commerçants, artisans, agriculteurs, auto entrepreneurs, profession libérale éligible à la procédure ayant cessé son activité en activité pas de dettes professionnelles dettes professionnelles non éligible à la procédure jugement de clôture de liquidation judiciaire pas de jugement de clôture de liquidation judiciaire 28

29 LA NOTION DE BONNE FOI La bonne foi est toujours présumée. L absence de bonne foi doit reposer sur des considérations étayées par des éléments factuels et non sur de simples doutes. La bonne foi est personnelle au débiteur. 29

30 L ARTICULATION AVEC LES DISPOSITIONS RELATIVES AU LOGEMENT Boring lecture? Try our new agenda! Sécuriser l accès de la procédure aux propriétaires avec la possibilité de dépasser la QS pour sauvegarder la résidence principale Suspendre à la recevabilité les paiements dus au titre d un protocole de cohésion sociale et substituer les mesures au protocole 30

31 Boring lecture? UN SUIVI Try our SOCIAL new agenda! RENFORCÉ 1 Désignation d un correspondant au Conseil Général et à la CAF pour faciliter la mise en place des mesures d accompagnement social ou budgétaire 2 Recommandation au juge par la commission de la mise en place d un suivi budgétaire ou social en cas de PRP successives 3 Rétablissement des droits à toutes les allocations logement après recevabilité 31

32 LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE 32

33 LE DÉROULÉ DE LA PROCÉDURE ET SES EFFETS 33

34 LE DÉPÔT D UN DOSSIER ET SES EFFETS Délivrance d une attestation de dépôt dans les 48H Inscription au FICP départ du délai de 3 mois laissé à la commission pour décider de l orientation La commission peut, sur demande du débiteur, saisir le juge aux fins de suspension des mesures d exécution ou de report de la date d adjudication. Les renseignements relatifs au dépôt et à la situation du débiteur ne peuvent être communiqués aux créanciers avant la recevabilité, sous peine de sanction pénale. Le débiteur doit continuer à régler ses dettes et les poursuites ne sont pas automatiquement suspendues Aout 2010 LOI PORTANT RERORME DU CREDIT 34 A LA CONSOMMATION / VOLET SURENDETTEMENT

35 LA RECEVABILITÉ ET SES EFFETS Suspension automatique et interdiction des procédures d exécution dans la limite de 2 ans Possibilité pour la commission de demander la suspension des procédures d expulsion Maintien du compte bancaire et des moyens de paiement adaptés à la situation Interdiction des frais de rejet d avis de prélèvement Arrêté du 24 mars 2011 portant homologation de la norme professionnelle sur les relations entre les banques et leurs clients 35

36 LA RECEVABILITÉ ET SES EFFETS Interdiction faite au débiteur de régler les créances nées antérieurement à la décision de recevabilité (dans la limite de 2 ans). Cela concerne : les crédits (consommation et immobiliers ), y compris les découverts bancaires, les arriérés de charges Le débiteur doit continuer à régler ses charges courantes 36

37 LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE LE CALCUL DE LA CAPACITÉ DE REMBOURSEMENT 37

38 APPRÉCIATION DE LA SITUATION DE SURENDETTEMENT Appréciation du montant des ressources et des dépenses du ménage pour l évaluation de la capacité de remboursement Prise en compte des ressources de toutes natures, imposables ou non, saisissables ou non Prise en compte de la valeur du patrimoine (bien immobilier, épargne ) Prise en compte des dépenses sur la base d un barème et de justificatifs LOI PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 38

39 PRISE EN COMPTE DES DÉPENSES RÉELLES En tenant compte des postes de dépenses listés par la loi logement, électricité, gaz, chauffage, eau, nourriture, frais de scolarité, frais de garde, frais de déplacement professionnel, frais de santé à la charge du débiteur Prise en compte sur la base de justificatifs : Loyer Impôts Frais de garde Pension alimentaire versée Toute dépense présentant un caractère «hors norme» et justifiée LOI PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 39

40 PRISE EN COMPTE DES DÉPENSES LES BARÈMES Choix de 3 barèmes modulables et complémentaires Forfait de base Forfait de charges liées à l habitation Forfait chauffage LOI PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 40

41 BARÈME FORFAIT DE BASE LES BARÈMES DE LA COMMISSION DU PUY DE DÔME EN 2015 DÉPENSES CONCERNÉES -Alimentation -Habillement -Transports -Mutuelle santé -divers MONTANT POUR UNE PERSONNE SEULE De l ordre de 540 MONTANT PAR PERSONNE SUPPLÉMENTAIRE De l ordre de 190 FORFAIT DEPENSES D HABITATION -Eau, électricité -Téléphone -Assurance habitation De l ordre de 104 De l ordre de 36 FORFAIT CHAUFFAGE Peut être remplacé par un montant apprécié sur base de justificatifs De l ordre de 69 De l ordre de 24 Banque de Avril France 2014 DSRP - SIS LOI PORTANT RERORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 41 / VOLET EXTERNE SURENDETTEMENT DPAR-SIS

42 CAS PARTICULIER DU DÉPOSANT SEUL MAIS VIVANT EN COUPLE L objectif est de parvenir à une méthode d appréciation de la répartition des charges du ménage qui rende neutre le choix, pour les membres d un couple, d un dépôt séparé ou d un dépôt commun Obtention des revenus du non déposant afin d apprécier la répartition des charges dans le ménage : Prise en compte intégrale des dépenses propres au débiteur. Prise en compte d une quote-part des dépenses communes, au prorata de la part des revenus du débiteur dans le couple. LOI PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 42

43 LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE L ORIENTATION 43

44 DÉPÔT Inscription au FICP 3 mois pour orienter RECEVABILITÉ Arrêt des pénalités et gel des intérêts ORIENTATION SITUATION IRRÉMÉDIABLEMENT COMPROMISE SOLVABILITÉ TOTALE/ PARTIELLE PRP AVEC OU SANS LIQUIDATION JUDICIAIRE SOLVABILITÉ TOTALE SOLVABILITÉ PARTIELLE NÉGOCIATION AMIABLE MIRI 44

45 QU EST-CE QU UNE SITUATION IRRÉMÉDIABLEMENT COMPROMISE? une capacité de remboursement nulle ou très faible combinée avec l absence de perspectives d amélioration à moyen terme de la situation du débiteur L âge du débiteur ne peut être retenu comme seul critère pour déclarer que la situation n est pas irrémédiablement compromise en cas de dépôts de dossiers successifs, l impossibilité de mettre en œuvre de nouvelles mesures de paiement ou de report dans le délai maximal prévu par les textes 45

46 LA PROCÉDURE DE RÉTABLISSEMENT PERSONNEL ORIENTATION PRP ACTIFS DE VALEUR PAS D ACTIFS DE VALEUR PRP AVEC LJ PRP SANS LJ ACCORD DU DÉBITEUR RECOMMANDATION D EFFACEMENT DES DETTES oui non JUGEMENT DE CLÔTURE PAR LE JUGE MIRI HOMOLOGATION PAR LE JUGE 46

47 LE RÉAMÉNAGEMENT DES DETTES Le réaménagement des dettes comprend 2 branches La branche amiable si la capacité de remboursement permet de régler l intégralité des dettes sur la durée légale restante : traitement négocié avec les créanciers La branche de mesures imposées ou recommandées immédiates si la capacité de remboursement ne permet pas de régler l intégralité des dettes sur la durée légale restante 47

48 LE RÉAMÉNAGEMENT NÉGOCIÉ DES DETTES RÈGLEMENT DE L INTÉGRALITÉ DE L ENDETTEMENT PROJET DE PLAN ÉCHEC PLAN DÉFINITIF OUVERTURE DES MIR - Remboursement des dettes - Suspension des dettes - Effacement partiel - Obligations à la charge du débiteur MESURES IMPOSÉES MESURES RECOMMANDÉES CONFIRMATION COMMISSION HOMOLOGATION PAR LE JUGE 48

49 LES MESURES IMPOSÉES OU RECOMMANDÉES IMMÉDIATES SOLVABILITÉ PARTIELLE MESURES IMPOSÉES OU RECOMMANDÉES IMMÉDIATES : MIRI Suspension des dettes - Effacement partiel - Obligations à la charge du débiteur SUSPENSION D ÉXIGIBIILITÉ IMMÉDIATE MESURES RECOMMANDÉES IMMÉDIATES CONFIRMATION COMMISSION HOMOLOGATION PAR LE JUGE 49

50 LE DÉROULÉ DE LA PROCÉDURE ET SES EFFETS 50

51 DURÉE DE L INSCRIPTION AU FICP Incident de paiement Mesures de surendettement Plan conventionnel de redressement * Mesures imposées * Mesures recommandées * 5 ans maxi 8 ans maxi 8 ans maxi 8 ans maxi * En l absence d incident de paiement constaté pendant les 5 premières années de la mise en œuvre de la mesure = radiation anticipée Mesures successives Procédure de rétablissement personnel 8 ans maxi 5 ans fixe Banque de Avril France 2014 DPAR - SIS Aout 2010 LOI PORTANT RERORME DU CREDIT 51 A LA CONSOMMATION / VOLET SURENDETTEMENT

52 CONCLUSION 52

53 DES LIENS UTILES pour aider les travailleurs sociaux dans leur travail de soutien et de conseil des personnes fragilisées financièrement afin d essayer de prévenir le surendettement afin de les accompagner une fois que leur dossier a été traité. 53

54 DONNÉES STATISTIQUES Site Internet Banque de France : Enquête typologique Baromètre du surendettement Données d activité mensuelles Banque de Avril France 2014 direction des particuliers externe Juin

55 55

56 56

Le services des particuliers 22 septembre 2015

Le services des particuliers 22 septembre 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ACTIVITÉS FIDUCIAIRES ET DE PLACE DIRECTION DES PARTICULIERS Le services des particuliers 22 septembre 2015 EXTERNE BIEN COMPRENDRE LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT LE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction des PARticuliers LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS JURIDIQUES / ASPECTS PRATIQUES UDAF 54 8 juin 2013

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES BANQUE DE FRANCE LA ROCHE SUR YON SERVICE DES PARTICULIERS LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF ASPECTS PRATIQUES EXTERNE 02/10/2012 BANQUE DE FRANCE LA ROCHE-SUR-YON 1 Le rôle de la

Plus en détail

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France

Commission de surendettement Présentation du bilan 2013. Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Commission de surendettement Présentation du bilan 2013 Mercredi 12 février 2014 à la Banque de France Qu est-ce que la commission de surendettement? 12 FEVRIER 2014 Qu est-ce que le surendettement? o

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013)

Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013) maintenant Observatoire semestriel du surendettement des particuliers dans les DOM (1er semestre 2013) NB : les expressions soulignées ci-dessous sont définies dans le glossaire en page 5. Le nombre de

Plus en détail

La loi de séparation et de régulation des activités bancaires

La loi de séparation et de régulation des activités bancaires Direction générale des activités fiduciaires et de place (DGAFP) Direction des Particuliers (DPAR) Service Infobanque Surendettement (SIS) La loi de séparation et de régulation des activités bancaires

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. avec

LE SURENDETTEMENT. avec LE SURENDETTEMENT avec LES LOIS 1 ER texte spécifique au srdt dualité de la procédure : plan amiable//rjc 1989 LOI NEIERTZ «loi 89-1010 du 31/12/1989 : loi relative à la prévention et au règlement des

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

SEMINAIRE. FAIRE FACE AU SURENDETTEMENT DES LOCATAIRES : Stratégies, méthodes et organisation pour éviter l expulsion et préserver sa créance

SEMINAIRE. FAIRE FACE AU SURENDETTEMENT DES LOCATAIRES : Stratégies, méthodes et organisation pour éviter l expulsion et préserver sa créance SEMINAIRE FAIRE FACE AU SURENDETTEMENT DES LOCATAIRES : Stratégies, méthodes et organisation pour éviter l expulsion et préserver sa créance 11-12 Décembre 2012 Novotel Paris La Défense 2 Bd de Neuilly

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

Communication. Note ASF. Dossiers déposés sur 12 mois glissants 229 218 223 287-2,6%

Communication. Note ASF. Dossiers déposés sur 12 mois glissants 229 218 223 287-2,6% Accès aux communications : http://www.extranet-asf.com Les demandes de mots de passe et d abonnement pour : Vigilance circulaires quotidien / hebdomadaire Vigilance blanchiment quotidien / hebdomadaire

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Définition du surendettement

Définition du surendettement Points abordés Définition du surendettement Selon l article L 330-1 du code civil «La situation dans laquelle le débiteur de bonne foi, personne physique, est dans l impossibilité manifeste de faire face

Plus en détail

Qu est-ce que la commission de surendettement?

Qu est-ce que la commission de surendettement? Qu est-ce que la commission de surendettement? 24 FEVRIER 2015 Qu est-ce que le surendettement? o Une personne est en situation de surendettement si elle ne parvient plus : - à rembourser ses mensualités

Plus en détail

Procédure Objectif de la loi Avantages Inconvénients Difficultés de mise en œuvre

Procédure Objectif de la loi Avantages Inconvénients Difficultés de mise en œuvre Ouverture de la procédure de rétablissement personnel : Définition de la notion d une situation irrémédiablement compromise Instaurer une nouvelle procédure pour les situations où les mesures conventionnelles

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement.

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS. I. Conditions d application de la procédure de traitement des situations de surendettement. LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Textes applicables : septembre 2003! Loi n 89-1010 du 31 décembre 1989 dite loi Neiertz entrée en vigueur le 1 er mars 1990! Loi n 95-125 du 8 février 1995! Loi n 98-657

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE

RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE RAPPORT D ACTIVITE 2014 DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE LA GIRONDE Rapport établi conformément à l article L.331-12 du Code de la consommation 1 La commission de surendettement de la Gironde est

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Rapport étobliconformément à l'article 1.j31-12 du Code de lo consommotiont. Principaux éléments relatifs à l'activité de!

Rapport étobliconformément à l'article 1.j31-12 du Code de lo consommotiont. Principaux éléments relatifs à l'activité de! RAPPORT D'ACTIVITE DE ta COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE ta SOMME PORTANT SUR L'ANNEE 2011 Rapport étobliconformément à l'article 1.j31-12 du Code de lo consommotiont Préambule la commission de surendettement

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE

RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE. Mardi 9 février 2016. Banque de France DOSSIER DE PRESSE RÉUNION PLENIERE DE LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT DE L ISERE Mardi 9 février 2016 Banque de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Service communication de la préfecture : 04-76-60-48-07 communication@isere.pref.gouv.fr

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 22 Le surendettement Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 ANNEXE 16 Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 142 COMITÉ CONSULTATIF LE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT (RECEVABILITÉ ET PHASE AMIABLE) COMITÉ CONSULTATIF 143 Sommaire 1. RECEVABILITÉ...

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5)

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) METTRE DANS CETTE POCHETTE LES PHOTOCOPIES DES DOCUMENTS SUIVANTS (et cocher à droite si vous avez bien fourni le document) DOCUMENTS À FOURNIR (photocopies)

Plus en détail

loi de séparation et de régulation des activités bancaires

loi de séparation et de régulation des activités bancaires loi de séparation et de régulation des activités bancaires Plus de transparence, plus de concurrence et une meilleure protection des clients face à des frais bancaires excessifs Plafonnement des commissions

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Juillet 2012 n 17 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Plus en détail

Pour éviter le surendettement

Pour éviter le surendettement Pour éviter le surendettement Lister et classer ses dépenses dépenses fixes ou préengagées Dépenses réalisées dans le cadre d un contrat difficilement renégociable à court terme. Ces dépenses doivent être

Plus en détail

Paris le 11 avril 2012

Paris le 11 avril 2012 Paris le 11 avril 2012 Direction des politiques familiale et sociale Circulaire n 2012-008 Objet : Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

Éducation économique, budgétaire et financière des publics

Éducation économique, budgétaire et financière des publics Éducation économique, budgétaire et financière des publics Surendettement Comprendre la procédure I. La typologie du surendettement II. Les instances et la procédure III. Le dépôt, la recevabilité et leurs

Plus en détail

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES POUR VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT Document élaboré par l Association Française des Sociétés Financières (ASF) en concertation avec plusieurs organisations de consommateurs

Plus en détail

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie,

Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'économie, des finances et de l industrie Nos réf. : 2011/50806 FI Paris, le Le ministre de l économie, des finances et de l industrie, La ministre du budget, des comptes

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR

COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DE POLYNESIE FRANCAISE REGLEMENT INTERIEUR Les règles générales de traitement des situations de surendettement des particuliers, dans le cadre desquelles s

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement,

Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement, Conférence de presse sur la réforme du surendettement des ménages proposée par le gouvernement, Présentation par Jean-Louis BORLOO de la «procédure de rétablissement personnel», s inspirant de la faillite

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 mars 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires relatives au traitement des situations de surendettement

Plus en détail

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde»

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» Sommaire 1. Les objectifs de la réforme 2. Le calendrier 3. Les changements apportés 4. Les nouveaux documents 5. Pour en savoir plus 2 1. Les objectifs

Plus en détail

N 59 juillet - août 2014

N 59 juillet - août 2014 Rectificatif n 1 au Bulletin officiel de l administration centrale du ministère des Finances et des Comptes publics et du ministère de l Économie, de l industrie et du Numérique SOMMAIRE N 59 juillet -

Plus en détail

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise -

Dispositif exceptionnel de délais de paiement en faveur des entreprises affectées par la. crise - DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES D ÎLE-DE-FRANCE ET DU DEPARTEMENT DE PARIS SITE REAUMUR 94 RUE REAUMUR - 75104 PARIS CEDEX 02 ACCUEIL DU PUBLIC : 8H35

Plus en détail

Le Surendettement : 1. Introduction :

Le Surendettement : 1. Introduction : Le Surendettement : 1. Introduction : Pour vivre le mieux possible dans une société organisée, il est important d en connaître les règles et les dangers. La société de consommation dans laquelle nous vivons

Plus en détail

présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015

présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015 présentent LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014-2015 LA PREVENTION DES EXPULSIONS EN 2014 - juin 2014 : réunion de lancement de la Commission de Coordination des Actions de Prévention des Expulsions CCAPEX

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 748 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 août 2012 PROPOSITION DE LOI relative à un meilleur encadrement du crédit à la consommation et au traitement du

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

La faillite personnelle

La faillite personnelle La faillite personnelle Selon l article 191 de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP), Le-la débiteur-trice surendetté-e peut se déclarer lui-elle-même en faillite. Critères Si

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Le surendettement. Les Mini-Guides Bancaires. Nouvelle édition Août 2011

Le surendettement. Les Mini-Guides Bancaires. Nouvelle édition Août 2011 022 Le surendettement Les Mini-Guides Bancaires Nouvelle édition Août 2011 4 6 8 12 14 16 18 22 26 28 Sommaire Le surendettement Quelles sont les conditions à remplir pour bénéficier de la procédure? Comment

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE :

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE : DIRECTION DE LA SOLIDARITE 3, Rue François de Guise B.P. 504 55012 BAR LE DUC CEDEX IDENTIFICATION DE L INSTRUCTEUR NOM : Qualité : FICHE DE SAISINE SERVICE INSERTION ET DEVELOPPEMENT SOCIAL Demande de:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H 1 CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H CONDITIONS L obtention d une bourse scolaire est subordonnée aux conditions suivantes

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE REGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE VILLETANEUSE juin 2008 SOMMAIRE CHAPITRE I OBJET ET TYPE D AIDES...3 ARTICLE 1. OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be www.vdelegal.be

77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be www.vdelegal.be 77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be Continuité Des Entreprises Vue générale de la loi du 31 janvier 2009 (entrée en vigueur le 1 er avril 2009) Structure

Plus en détail

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer?

Impôts 2014. Où se renseigner? Comment réclamer? Impôts 2014 Où se renseigner? Comment réclamer? La direction générale des Finances publiques est un service du ministère des Finances et des comptes publics. Au plan local, les services des impôts des

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS DALLOZ REFERENCE teimft SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS PIERRE-LAURENT CHATAIN Inspecteur de la Banque de France, Delegue-adjoint au Controle sur Place des Etablissements de credit aupres du Secretariat

Plus en détail

Fonds Social d Insertion Règlement intérieur

Fonds Social d Insertion Règlement intérieur F.S.I. Fonds Social d Insertion Règlement intérieur 1 er mars 2015 1 SOMMAIRE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Article 6 Article 7 Article 8 Article 9 Article 10 Article 11 Article 12

Plus en détail

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB ANNEXE 3 Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB Date : Travailleur social : Dates du contrat : du au contrat initial Date début de mesure : 1 er

Plus en détail

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet

FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE FONDS NATIONAL DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Cahier des charges de l appel à projet Date de

Plus en détail

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE

DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE DE Organisme instructeur : Nom et qualité de l'instructeur : DEMANDE D'AIDE FINANCIERE UNIQUE Date de la demande : Public : Famille Jeune Problématique Logement : Oui Non RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Montant maximum : 1 020 par enfant Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 1 020 par enfant Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AIDE A LA SCOLARITE» Montant maximum : 1 020 par enfant Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public

Plus en détail

1. La composition. La CCSF est présidée par le DRFiP/DDFiP.

1. La composition. La CCSF est présidée par le DRFiP/DDFiP. La commission des chefs des services financiers et des représentants des organismes de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d assurance chômage C C S F 1. La composition La CCSF est présidée

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

Éducation économique, budgétaire et financière des publics

Éducation économique, budgétaire et financière des publics Éducation économique, budgétaire et financière des publics Surendettement Instruction du dossier I. Le dépôt et ses effets II. L instruction du dossier III. La recevabilité et ses effets IV. Les orientations

Plus en détail

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION

COMPTE DE GESTION DES BIENS POUR L ANNÉE... Période de gestion du... au... LA PERSONNE PROTÉGÉE LA MESURE DE PROTECTION Tribunal d Instance de CHÂTEAUROUX Service Tutelles des majeurs 11 rue Paul-Louis Courier B.P. 625 36020 CHATEAUROUX CEDEX Téléphone : 02 54 53 03 11 / 13 Fax : 02 54 08 44 86 COMPTE DE GESTION DES BIENS

Plus en détail

Demande. d intervention sociale CONFIDENTIEL. 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - Le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale CONFIDENTIEL. 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - Le conjoint actuel Annexe à l'instruction Agirc-Arrco 2009-101-DAS 14/10/2009 Demande d intervention sociale Cadre réservé au service CONFIDENTIEL 1 - Le demandeur (Écrire en lettres majuscules et en noir) chômeur(1) actif

Plus en détail

Epargne. aux difficultés. Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve. Budget FICHE N 4

Epargne. aux difficultés. Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve. Budget FICHE N 4 FICHE N 4 Dépenses Budget FAIRE FACE Revenus aux difficultés Epargne Malgré toutes les précautions, la vie nous réserve des coups durs, nous devons être en mesure de réagir. Ne rien faire est la pire des

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

Le surendettement. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle édition Août 2011

Le surendettement. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent. Nouvelle édition Août 2011 Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 (Mme Roxane S.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 octobre 2014 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 1036 du 15 octobre 2014), dans

Plus en détail