Groupe UE-Afrique(s) Réunion du 9 avril 2015 Paris. «La place et le rôle de l assurance dans la mobilisation de l épargne en Afrique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupe UE-Afrique(s) Réunion du 9 avril 2015 Paris. «La place et le rôle de l assurance dans la mobilisation de l épargne en Afrique"

Transcription

1 Intervenants : Groupe UE-Afrique(s) Réunion du 9 avril 2015 Paris «La place et le rôle de l assurance dans la mobilisation de l épargne en Afrique et le financement des projets de développement» COMPTE-RENDU Frédéric BACCELLI, directeur général, Allianz Africa (Assureur) Jérémy BRAULT, chargé d'investissement, division banque et marchés financiers, Proparco 1 Benoît FISSE, responsable du Développement, Gras Savoye (Courtier d assureur) Hermann KOUASSI, directeur exécutif de la CEADI (Club Economique et d'affaires de la Diaspora Ivoirienne), en collaboration avec Aimé KOSSONOU, directeur de la Communication au GNA, membre de l Association des Assurances de Côte d Ivoire Animations des débats : Mme Claude Fischer-Herzog, directrice des Entretiens Eurafricains Claude Fischer rappelle que ce groupe de travail UE-Afrique(s) -créé en juin 2013 par ASCPE et Confrontations Europecompte désormais quelques huit cent cinquante membres. La 1 ère conférence à Bruxelles en mars 2014 : le Sommet de la société civile - Dialogue public-privé pour un renouveau du partenariat économique entre l Europe & l Afrique de l Ouest et du Centre - qui s est tenu en marge du Sommet des chefs d Etat d avril 2014, a donné lieu à plusieurs recommandations qui ont été adressées à mille cinq cents personnalités européennes et africaines. Dans le prolongement, ASCPE a décidé d organiser les Entretiens eurafricains à Ouagadougou (Burkina Faso) à la fin de l année 2015, avec le souci de faire se rencontrer plusieurs acteurs d Afrique (Burkina Faso, Sénégal, Côte d Ivoire, Ghana et Maroc) avec des acteurs d Europe (France, Belgique, Pologne, Royaume-Uni et Allemagne). Cette initiative est soutenue par le ministère français des Affaires étrangères, l Union européenne et l UEMOA. Le thème des Entretiens eurafricains porte sur la réforme et la transformation des aides publiques afin qu elles deviennent un levier plus efficace de fonds privés, et que ces fonds publics et privés aillent s investir sur les grands projets d infrastructures comme sur les projets de plus petite envergure. L assurance émerge comme un nouvel acteur pour mobiliser l épargne, couvrir les risques, et comme investisseur de long terme : elle représente un potentiel important pour le développement. A quelles conditions? C est à cette question que sera consacrée notre réunion. Frédéric Baccelli se réjouit de l opportunité d échanger sur le rôle et la place de l assurance, notamment dans le cadre des projets de financement des investissements. Il souhaite présenter rapidement le groupe Allianz et ce qu il fait en Afrique, avant de parler plus précisément de son implication en Afrique francophone au niveau de la zone CIMA 1 (Filiale de l'afd dédiée au financement du secteur privé, PROPARCO a pour mission de favoriser les investissements privés dans les pays émergents et en développement en faveur de la croissance, du développement durable et de l'atteinte des Objectifs du Millénaire (OMD) 1

2 (Conférence Interafricaine des Marchés d'assurances), et d indiquer les enjeux de cette thématique, puis les facteurs limitants de son développement, avant de conclure sur des pistes d amélioration. La présence d Allianz en Afrique a débuté en Algérie il y a plus de cent ans, à travers sa filiale française, Les Assurances générales de France. Le groupe est actuellement dans un cycle d engouement, avec la volonté de se développer de façon significative en Afrique. Il est présent dans quinze pays, du Maroc à l Afrique du Sud en passant par l Egypte, avec une présence historique en Afrique de l Ouest et en Afrique Centrale. Seize filiales sont pilotées depuis la holding parisienne, dont Frédéric Baccelli est le directeur général : au Burkina Faso, au Mali, en Côte d Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin, au Sénégal, au Cameroun, au Congo Brazzaville, en Centrafrique et à Madagascar. Elles représentent cinq cents millions d actifs -ce qui peut paraitre relativement faible à l échelle du groupe Allianz mais qui est significatif sur le marché- avec environ cinq cents collaborateurs. Au niveau des activités, Allianz Africa possède cinq filiales vives, principalement établies dans les grands pays en termes de marché d assurance -Côte d Ivoire, Cameroun, Burkina Faso, Sénégal et Madagascar- où l ensemble du panel des solutions d assurance est offert aux grandes entreprises jusqu aux activités de micro-assurances, avec environ sept cent mille micro-assurés sur le territoire Ouest et Centrafricain (contrats d assurance associés à des micros crédits, offrant la garantie du capital en cas de décès). En 2013, la taille du marché africain de l assurance a été estimée par Allianz à soixante-douze milliards de dollars de primes, dont 70% en assurance-vie. 80% des primes en Afrique concernent le marché sud-africain et 10% celui du Maghreb (dont le Maroc), ce qui ne laisse que 10% de l activité d assurance pour le reste du continent. Les marchés de l assurance en Afrique restent petits : pour tout le continent africain, il est inférieur au chiffre d affaires d Allianz, et - hors Afrique du Sud et Maroc il est inférieur au chiffre d affaires d Allianz France. Cela donne un ordre de grandeur du marché africain, mais aussi du potentiel de croissance à venir. Le marché de l Afrique de l Est totalise environ 1,8 milliard USD de primes -avec le marché kenyan qui représente 1,5 milliard USD de primes. L Afrique de l Ouest (hormis le Nigéria, et le Ghana) et l Afrique Centrale réunissent 1,4 milliards USD de primes, dont ¼ pour le marché assurance-vie. La zone de la CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d'assurances pour l Afrique de l Ouest et l Afrique Centrale) est un exemple d intégration sectorielle en matière d assurance. Créée en 1992, la CIMA regroupe les quinze pays de l UEMOA et de la CEMAC avec un code d assurances unique et une autorité de contrôle commune basée à Libreville. Avec son bras armé, la CRCA (Commission Régionale de Contrôle des Assurances), elle exerce un contrôle auprès des 163 compagnies d assurances. Le total des engagements estimé par la CIMA en 2013 est de 2,2 milliards, dont environ 55% en assurance-vie, soit une capacité contributive relativement limitée, en comparaison de l estimation de la BAD et des besoins de financements des infrastructures qui s élèvent aux alentours de 100 milliards par an. Les taux d équipements (volume des primes d assurance) sont extrêmement faibles et représentent moins de 1% du PIB des quinze pays, là où l Afrique du Sud atteint plus de 16% (en Europe, moins de 10%) : il y a donc un potentiel de croissance important. La croissance du marché de l assurance sur les dix dernières années en zone CIMA est de 7,8% ; pour un assureur européen, cela peut paraitre intéressant, mais cela reste tout de même relativement faible au regard de l accroissement de la population africaine et de la croissance moyenne du produit intérieur brut. Plusieurs facteurs freinent la capacité contributive de l assurance, le développement des marchés de l assurance et l inclusion financière dans ces zones géographiques : -les problèmes en matière d incitation fiscale, de solutions technologiques pour la distribution d assurances (trouver des intermédiaires et de nouveaux canaux de distribution), de téléphonie mobile, etc qui sont autant de défis pour Allianz. -La faiblesse des supports d investissement dont disposent aujourd hui les assureurs : les actifs admis en représentation sont majoritairement orientés vers l immobilier et vers les dépôts à terme bancaires. D après les données de la CIMA, ce sont 40% en valeurs mobilières, dont 20% sur des titres émis par les Etats membres de la zone CIMA, 20% en actifs immobiliers, 40% en dépôts bancaires, et 20% en dette souveraine. On est donc encore loin d un investissement des actifs destinés aux financements de projets. -La faiblesse des marchés d action, une des difficultés que rencontre Allianz dans la gestion de ses actifs. Ainsi, par exemple, le groupe, qui est le 3 ème assureur de Côte d Ivoire, est bien placé en termes d assurance-vie, et il a déjà investi une trentaine de titres d actions en BRVM (Bourse régionale des valeurs Mobilières), là où il y a moins de 40 titres au total cotés en bourse. -La faiblesse des marchés obligataires, tant en encours qu en flux de transaction, et qui restent aujourd hui largement dominés par l émission d obligations souveraines ; cela provient aussi de la faiblesse des autres produits OPCVM 2

3 (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) autorisés par la CIMA en représentation des engagements des assureurs en 2007 ; c est aussi la naissance des fonds d investissement en Afrique lors de l évolution de la réglementation CIMA. -Enfin, la faiblesse des investissements mobiliers, directement liée à l insécurité juridique de ces zones en termes de titres fonciers : cela représente 20% des actifs des compagnies d assurance liés à l immobilier. C est un sujet important pour lequel il serait souhaitable que les Etats concernés puissent plancher. Un autre facteur limitant provient d une réglementation inadaptée, adoptée par la CIMA, par rapport au degré de maturité des marchés financiers actuels : -la CIMA a adopté un certain nombre de réglementations dans un objectif prudentiel de protection des bilans et dans l intérêt des assurés (notamment au niveau de l assurance-vie). Pour exemple, une règle territoriale a été adoptée en 1999 qui impose que les actifs soient investis à hauteur de 50% au sein du territoire de l Etat membre sur lequel les risques sont souscrits ; cela limite la possibilité de réaliser des investissements pour des projets panafricains. -De plus, la CIMA a adopté une autre règle dans les années 2010, avec un objectif de dispersion, pour que les actifs soient investis dans des classes d actifs suffisamment différentes afin de protéger le bilan et les intérêts des assurés. Ainsi, il n est pas possible d investir plus de 40% d engagements réglementés en valeur mobilière, ni plus de 40% en droit immobilier, etc C est une copie de la réglementation française, et si cela a du sens pour un marché européen où l on retrouve tous les leviers des supports d investissement, cela a beaucoup moins de sens pour un marché africain. Alors qu Allianz Africa est historiquement présent en Centrafrique (le groupe est le 1 er assureur du pays et possède 50% des parts de marché), il est très compliqué d investir en Centrafrique sur le marché des valeurs mobilières ; de plus, une règle de limitation ne permet pas d investir au-delà d un certain taux dans une même action. Si toutes ces règles de protection peuvent se comprendre dans un marché mature de l assurance, elles sont surtout un frein pour les investissements en Afrique. L équipement et le développement de l assurance en Afrique, comme l assurance-vie, nécessiteront un accroissement de l information et de la sensibilisation auprès des populations, afin de permettre une inclusion financière du plus grand nombre. Mais des sujets d ordre culturel, sociologique, religieux, ou l existence de mécanismes de solidarité, font que l assurance-vie, ou le principe de mutualisation de l assurance, sont des concepts qui ne sont pas réellement intégrés ni partagés par l ensemble de la population. En tant qu assureur, Allianz Africa a la responsabilité de produire avec ses partenaires intermédiaires des produits d assurance adaptés aux besoins et aux caractéristiques des populations et de mettre en place une bonne gouvernance des sociétés d assurance en Afrique : pendant longtemps, l assurance en Afrique a été associée à l assurance automobile obligatoire, ce qui représentait finalement une taxe, sans véritablement de valeur ajoutée. Tout un travail reste à faire, en particulier auprès des populations qui n ont pas accès aux réseaux financiers traditionnels, sur la valeur que peut représenter un contrat d assurance, d où l intérêt pour le groupe Allianz de travailler aussi sur la micro-assurance qui représente un moyen d apporter une véritable valeur aux assurés, tout en les engageant à comprendre les mécanismes de l assurance. Allianz Africa et Gras Savoye ont étudié différentes possibilités de mobiliser les flux financiers de la diaspora, mais aucune solution efficace n a été encore trouvée. La formation aux métiers de l assurance nécessiterait également un travail collectif de la part des compagnies d assurance. En termes d amélioration de l assurance en Afrique, les actions incombant aux Etats doivent s orienter vers des mesures d incitations fiscales, tout comme vers la déductibilité des primes et des indemnités de fin de carrière, mais aussi tendre vers une forme de sécurité fiscale pour les investisseurs institutionnels de l assurance, le développement des régimes complémentaires de retraites, etc Frédéric Baccelli rappelle que les assureurs sont tributaires du développement des marchés financiers ; aussi, tout ce qui pourra permettre à ces marchés d offrir des supports d investissement aux assureurs sera bienvenu, malgré les contraintes prudentielles pour éviter les faillites et les contraintes de gestion «actifs-passifs», en essayant de faire correspondre la durée des engagements des assureurs vis-à-vis des assurés, avec la durée de vie des investissements financiers, et d avoir des supports qui permettent de répondre aux besoins des assurés. C est en parvenant à réunir l ensemble de ces conditions que les assureurs pourront contribuer au mieux au financement des projets de développement en Afrique. Claude Fischer souhaite savoir si l assurance en Afrique et les exigences prudentielles sont soumises à des règles internationales. Elle interroge Frédéric Baccelli sur la mobilisation des ressources à travers l innovation technologique que représente la téléphonie mobile. 3

4 Frédéric Baccelli confirme que les exigences prudentielles en zone CIMA sont régies par les règles de Solvabilité1. Un des piliers de la stratégie d Allianz Africa est d essayer de développer des réseaux alternatifs de distribution avec le mobile banking, de donner aux populations qui ne sont pas bancarisées un accès aux réseaux financiers traditionnels et de répondre aux nouveaux besoins spécifiques de la classe moyenne émergente. Pour exemple, Vodafone et le mobile banking sont un véritable succès au Kenya : le pays possède un taux d équipement internet de l ordre de 35 à 40% à travers le smartphone et la tablette, qui génère près de 15 millions de transactions bancaires par jour pour 30 millions d habitants. L idée est de proposer des supports d assurance à travers le téléphone mobile (assurance épargne, accident, décès, obsèques ). Ce type de commercialisation est en cours à Madagascar, en Côte d Ivoire et au Burkina Faso avec différents opérateurs de téléphonie. Claude Fischer donne ensuite la parole à Hermann Kouassi, directeur exécutif de la CEADI (Club Economique et d'affaires de la Diaspora Ivoirienne) Hermann Kouassi présente une intervention préparée avec Aimé Kossonou, directeur de la Communication au GNA, membre de l Association des Assurances de Côte d Ivoire. Il rappelle le rôle de la CIMA, créée à Yaoundé (Cameroun) en 1992 avec 14 pays, et la mise en place d un traité avec un code communautaire des assurances, entré en vigueur en Aujourd hui, elles sont 163 compagnies d assurance (sociétés anonymes ou mutuelles) sur le marché de l assurance-vie, de l assurance non-vie, et de la capitalisation, regroupées dans la FANAF, et l OAA. Le marché est dominé par des grands groupes étrangers comme AXA ou ALLIANZ, mais aussi des holding africaines comme NSIA, COLINA ou SUNU En forte croissance, le marché représentait 693,599 milliards de FCFA de chiffre d affaires en 2009, mais avec de fortes inégalités, trois pays représentant 60% des parts de marché : la Côte d Ivoire, le Cameroun, le Sénégal. La Côte d Ivoire est le 1 er producteur de la branche vie avec 43,53% de parts du marché. Le secteur est très dynamique, avec un fort potentiel, mais il est confronté à différents problèmes dont le niveau minimal de capitalisation, le modèle d allocation du capital et la réforme des pensions. Par ailleurs, en plus de la crise, la fiscalité dans le secteur des assurances n est pas attrayante, et le niveau des taxes supportées par les compagnies alourdissent leurs charges de fonctionnement. Hermann Kouassi a terminé son intervention par quelques propositions pour valoriser l assurance (parmi lesquelles, éduquer les populations, mieux utiliser le mobile, et engager la réforme fiscale), et en faire un produit d épargne pour l investissement. (Voir sa présentation : les slides!) Discussion avec la salle : Christine Holzbauer, correspondante Afrique pour IC Publications, s étonne des faibles chiffres qui ont été annoncés ici concernant l assurance auto, alors qu au Mali par exemple, il existe un parc de dizaines de milliers de camions! Benoît Fisse, responsable du Développement pour Gras Savoye, précise que l assurance automobile au Mali représente environ 50% du marché de l assurance, auxquels il faut ajouter les nombreux véhicules en circulation qui ne sont pas assurés. Pour Frédéric Baccelli, l assurance «offshore» pourrait aussi être une piste de développement du marché de l assurance en Afrique francophone, mais à ce jour, la CIMA impose à tout assuré de contracter une police d assurance auprès d un assureur établi dans l un de ses Etats membres. Il s avère néanmoins que de nombreux projets d infrastructures sont directement assurés auprès du pays étranger responsable de leur réalisation. Jessica Njaboum, juriste en contentieux des affaires et spécialiste du droit bancaire, remarque que les mécanismes d assurance existent depuis longtemps en Afrique ; en effet, les «tontines» sont un mécanisme par lequel les membres d une communauté épargnent et qui peut être aussi une source de financement. Pour elle, le problème du développement de l assurance conventionnelle en Afrique provient de la représentation que les populations en ont, l assurance n étant pas intégrée dans les habitudes socio-culturelles de l Afrique. Un travail de sensibilisation auprès des populations serait donc souhaitable pour expliquer ce qu est réellement une assurance, et quels sont les avantages à contracter une police d assurance plutôt que de rester dans le secteur informel. 4

5 Face aux différences culturelles, sociologiques ou religieuses, Frédéric Baccelli reconnait tout le travail de pédagogie qu il reste à accomplir auprès des populations africaines pour expliquer les mécanismes d assurance. Allianz Africa a pu sensibiliser efficacement une partie de la population sénégalaise à la micro-assurance, et notamment les femmes qui ont été un excellent vecteur pour diffuser la connaissance des mécanismes d assurance auprès du plus grand nombre. Frédéric Baccelli prend ensuite pour exemple les pilotes d assurance agricole au Mali et au Burkina Faso, où Allianz Africa assure les récoltes contre les risques de sécheresse, à travers une assurance indicielle basée sur des mesures d évapotranspiration des terres depuis un satellite ; au-delà d un certain seuil, l assurance garantit alors le remboursement du coût des intrants auprès des agriculteurs. Claude Fischer rappelle qu un important colloque initié par FARM (Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde) a eu lieu en 2014 sur le thème de «La micro assurance agricole en Afrique de l Ouest - réalités et perspectives» (voir ici le communiqué de presse du colloque). Intervention de Benoît Fisse, responsable du Développement à Gras Savoye. Benoît Fisse se présente comme courtier d assurance : il réalise du conseil d intermédiation et de gestion pour le compte des compagnies d assurance. Gras Savoye est présent depuis une cinquantaine d années sur le continent africain dans 31 pays où il emploie un millier de salariés ; si le groupe est historiquement présent au Maghreb et en Afrique de l Ouest, il s est développé depuis dix ans au Ghana et en Afrique de l Est, puis récemment au Nigéria, avec la perspective de s étendre en Tanzanie. La superficie globale de l Afrique est comparable à la somme des surfaces des USA, de la Chine, de l Inde, de l Europe occidentale, du Japon et du Mexique réunis rappelle-t-il (voir : la taille imposante de l Afrique). L Afrique est un continent dans lequel on trouve toute la complexité du monde de l assurance, avec autant de marchés d assurance qu il existe de pays africains, même si la zone CIMA reste un bel exemple d intégration régionale. Cela engendre donc des spécificités locales, régionales et continentales : le Maghreb n est absolument pas unifié, l Afrique de l Est comporte une multitude de communautés différentes, l Algérie comme l Ethiopie sont des pays où les investisseurs étrangers ne sont pas les bienvenus, et des pays comme le Nigéria ont un capital concernant les assurances qui est détenu à 100% par l Etat. La zone CIMA en Afrique francophone reste un exemple unique, mais en termes d assurance offshore, la zone CIMA oblige à assurer une partie du risque de façon locale à hauteur de 25% minimum avec une tendance générale au renforcement des capacités locales. En Angola, l assurance publique est réservée à la société nationale ; la RDC qui représente un énorme marché de l assurance avec plus de 80 millions d habitants, ne possède qu un seul assureur qui de plus est complètement désorganisé. D autres pays enfin imposent de passer par un guichet national pour effectuer de la réassurance. D une façon générale, le marché de l assurance en Afrique est attractif et il offre une réelle rentabilité aux assureurs : il représente environ 20% de croissance annuelle, en particulier en ce qui concerne l assurance des personnes (assurance-santé, épargne, retraite) et il a un taux de pénétration supérieur au taux de croissance économique. L assurance-épargne représente à elle seule 13% du chiffre d affaires de Gras Savoye (qui, au-delà de l Afrique, est aussi présente en Asie du Sud-Est, au Vietnam, au Cambodge, ainsi que dans les zones Nord et Sud du Moyen-Orient). En Afrique, Gras Savoye assure essentiellement des PME et des multinationales implantées localement, mais assez peu de particuliers. Pour Benoît Fisse, l épargne se présente sous trois grands aspects en Afrique : -le secteur formel, national ou international, dans lequel les entreprises souhaitent assurer leur personnel sous forme de couverture sociale (assurance-accident, santé, décès ) mais aussi leur offrir une possibilité d assurance-épargne. -Le secteur de la micro-assurance est en développement, même s il pose encore de nombreuses difficultés essentiellement d ordre culturel et sociologique, et de fait, n offre pas encore de retour stable et équilibré. -Enfin le secteur informel, avec un potentiel de développement important pour le marché de l assurance, à condition de de savoir capter l adhésion des populations. Benoît Fisse voit dans le mobile un moyen d information, de communication et de publicité, mais en termes d assurance, il ne s adresse pas à toutes les branches. Au Kenya, le mobile est utilisé comme moyen de paiement, mais celui-ci n offre pas encore de visibilité pour gérer de l épargne. Il conclut en rappelant que si l Afrique génère aujourd hui beaucoup d engouement de la part des investisseurs, il est important de rester serein, voir prudent, car son développement économique demandera à tous d être constants dans l effort, et non pas de partir quand survient une crise, ni de s emballer quand la croissance est là. 5

6 Claude Fischer souhaite connaitre les types de risques que couvrent les assureurs au niveau des projets d investissement, et quels sont les secteurs dans lesquels des projets de développement seraient financés par les assureurs en Afrique. Quels sont les acteurs africains qui pourraient être des alliés en tant qu investisseurs auprès des assureurs? Benoît Fisse : les financements d investissement avec des produits d assurance sont assez limités, ou alors ils le sont de manière contrainte et forcée comme au Sénégal avec des participations dans la compagnie aérienne nationale. Les produits d assurance peuvent parfois financer des projets dans le secteur de l immobilier, mais ce n est pas la fonction de Gras Savoye. Les investisseurs en Afrique sont majoritairement africains, la part des IDE (Investissement Directs Etrangers) ne représentant que 10 à 15% du total des investissements. Si les grands projets d infrastructures sont souvent réalisés par des bailleurs de fonds internationaux, de nombreuses banques et groupes industriels panafricains se sont constitués ces dernières années et investissent désormais dans l immobilier et dans les grandes chaines hôtelières. Frédéric Baccelli : les compagnies d assurance assurent des projets de développement pour des équipements en électricité, en eau, etc..., mais leur participation aux financements pour un projet d infrastructures est confrontée à une question territoriale, car pour prétendre à une telle participation, il faut que le projet en question soit piloté par un fonds d investissement purement africain, et donc de droit local. Une autre question est le montant des fonds que les compagnies d assurance sont capables d injecter dans ce type de projets d infrastructures, car ceux-ci réclament des fonds élevés de la part des investisseurs institutionnels. Olivier Raiga-Clémenceau, d ETI Finances, cherche à connaitre le rôle des assureurs africains dans le développement de l épargne-retraite, puis à comprendre quelle est la situation de la bancassurance en Afrique. Benoît Fisse : au niveau de la bancassurance, il n y a pas une banque qui viendra en Afrique avec une approche continentale pour proposer un produit d assurance clé en main sur le modèle européen. Elle doit être à l écoute des besoins spécifiques de l Afrique, et observer ce qui se pratique déjà ; il est difficile de calquer une assurance pour la transposer à l Afrique qui permette de couvrir par exemple la perte d un trousseau de clés, l assurance bagages, etc Ce qui fonctionne, ce sera plutôt l assurance-santé, les besoins de financement pour la scolarité et les études des enfants, ainsi que l assurance-décès adossée au crédit. Le principe même de la bancassurance n est pas encore vraiment rentré dans les mœurs des banques panafricaines, cela est dû à un problème de gouvernance et à un manque de volonté. Au niveau de l assurance-épargne en zone CIMA, des dérogations commencent à voir le jour pour essayer d obtenir des placements mieux sécurisés en réassurance. Frédéric Baccelli : la bancassurance est le principal vecteur de distribution des produits d épargne et de prévoyance, notamment l assurance-décès associée à un crédit. Aujourd hui, 63% de l activité d Allianz se fait à travers la bancassurance, avec 80% d épargne et 20% de prévoyance. Les 20% de prévoyance sont associés à de l assurance-décès et du crédit, voir du micro-crédit ; les 80% d épargne sont essentiellement liés à l activité salariée. La législation issue de la CIMA est une première expérience d intégration sectorielle beaucoup plus développée qu en Europe, avec un corps de contrôleurs capable de réaliser des vérifications sur l ensemble des filiales, dans un cadre réglementaire visant à protéger l intérêt des assurés. Dans le processus d adoption de ses textes, la CIMA ne réalise pas d études d impact, mais elle a tendance à coller des dispositifs (ex. des règles de dispersion) qui s appliquent sur des marchés qui n ont rien à voir, en termes de maturité et de complexité, avec les marchés africains. Frédéric Baccelli se dit être en désaccord avec la CIMA concernant la micro-assurance, exigeant que le capital minimum pour les sociétés proposant de la micro-assurance soit deux fois supérieur à celui du capital minimum pour les sociétés d assurance. La philosophie d Allianz en matière de micro-assurance est de proposer ce type de contrat en le considérant comme tous les autres ; ce n est pas parce que la prime rattachée à un contrat de micro-assurance est de 1 /an, contre plusieurs centaines d euros pour les autres contrats, que l approche prudentielle doit être différente. Par ailleurs, le projet d augmentation du taux de rétention locale (fixé actuellement à 25% avec la possibilité de céder jusqu à 75% des primes à des réassureurs étrangers), risque de favoriser le développement de l assurance offshore ; en effet, si cette idée part d un bon sentiment, dans les faits, l assurance des grands risques, nécessaire aux projets d infrastructures par exemple, nécessitera des capacités financières que n ont pas les compagnies du marché local. Ceci dit, de nombreux progrès ont été réalisés dans la gouvernance et le pouvoir de contrôle de la CIMA : elle effectue de nombreux retraits d agréments auprès des sociétés d assurance qui n appliquent pas ses règles, et inflige des sanctions. 6

7 Depuis 2013 et l entrée en vigueur d une nouvelle réglementation, la CIMA a dé-risqué les bilans d un certain nombre de compagnies, là où le taux d impayés dans la zone représentait 50% du chiffre d affaires, soit une demie année d impayés dans le bilan des sociétés d assurance. Pour Hermann Kouassi, s il est facile pour une compagnie d intégrer le marché de l assurance en Afrique, il reste très complexe à appréhender dans son ensemble : en effet, une grande majorité de la population n est pas encore apte à s assurer ; il en est de même pour le taux global de bancarisation qui n avoisine que 20%. De nombreuses personnes ne comprennent pas l intérêt de s assurer, et ceux qui le font ont souvent recours à des assurances automobiles minimales. De plus, la crédibilité d une garantie de prise en charge en cas de sinistre est régulièrement remise en question au vue de sa durée excessive (2 ans en moyenne dans la zone CIMA), voire tout simplement inexistante. Malgré tout, certaines compagnies d assurance tendent à adapter leurs offres aux différentes catégories de la population, et des études d impacts seront nécessaires pour comprendre les systèmes sociologiques existant en Afrique. Mary Alexis, présidente d UTPM (Union de Terre Pacifique Monde), remarque que le thème du développement n a pas été réellement abordé, alors que dans le cadre des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement), les compagnies d assurance pourraient jouer un rôle pour l épargne et le développement. Celles-ci gagneraient à démarcher les femmes, et cibler les actions répondant aux besoins spécifiques des différentes catégories de la population africaine. Sékou Soumah, président du cercle Agir pour la Guinée (Conakry), souhaite connaître les critères spécifiques de développement des assureurs et quels sont leurs interlocuteurs? Est-ce les Etats? Dans la plupart des Etats africains, la centralisation du pouvoir fait que les Etats ne savent pas ce que vivent les populations. Aussi, il se demande de quelle façon les assureurs analysent les différents besoins en assurance des populations. Pour lui, la prise en charge des sinistres automobiles par les assureurs en Afrique est un réel problème : celle-ci est très souvent inefficace, ce qui discrédite la valeur de l assurance. En tant qu administrateur d une société de location de véhicules, il a eu à faire jouer l assurance qu il avait contractée pour un seul sinistre, mais après de longs mois d attente, aucune prise en charge n a eu lieu. De fait, il aimerait savoir si les compagnies d assurance qui sont présentes font des évaluations afin de comprendre les causes de non prises en charge, pour pouvoir en améliorer le cadre. Hélène Egger, conseillère en consommation pour Consodev, souhaite connaitre la part du budget des compagnies qui est consacré à la sensibilisation des populations à l assurance. Pour Rainer Geiger, directeur du CID (Centre d Investissement durable en Afrique), il serait intéressant d avoir une réflexion approfondie entre la répartition des risques inhérents au secteur public et au secteur privé, afin de savoir quels sont les risques qui sont assurables : risques économiques, politiques, climatiques, sinistres, etc. ; et savoir également si le type d assurance doit être individuel ou indiciel. Dans le cas d assurance agricole, il peut être utile de créer des filiales intermédiaires de compagnies d assurance répondant aux besoins des coopératives. De plus, face aux risques de chute des prix des produits agricoles, Rainer Geiger aimerait savoir si des systèmes de garantie capables de couvrir ces risques existent au sein des Etats, et il serait personnellement très intéressé de pouvoir en discuter avec les compagnies d assurance et les collectivités territoriales africaines. Claude Fischer questionne Frédéric Baccelli : pour quelle raison refuse-t-il de différencier la micro-assurance de l assurance alors que celle-ci nécessite des réglementations spécifiques pour pouvoir se développer? Frédéric Baccelli : Allianz Africa pratique la micro-assurance depuis plusieurs années, avec un capital d un milliard de FCFA, mais la nouvelle réglementation CIMA impose désormais d obtenir un agrément supplémentaire, ce qui est tout à fait illégitime, car la micro-assurance représente bien une forme d assurance. Concernant les risques agricoles, l enjeu est important pour les assureurs qui doivent s associer avec les Etats et les ONG, tout en continuant à assurer les entreprises, s adapter aux besoins des classes émergentes et répondre aux nécessités des besoins du secteur informel. Fréderic Baccelli confirme qu Allianz, comme d autres acteurs de l assurance, analyse sur le terrain les besoins spécifiques locaux afin de proposer des produits adéquats, et de sensibiliser les femmes dans les régions rurales. D une manière générale, le souhait d Allianz Africa est d élargir ses supports d investissement au-delà de la zone CIMA. 7

8 Intervention de Jérémy Brault, chargé d'investissement à PROPARCO Jérémy Brault : en tant qu institution de développement, Proparco a fait de l assurance son nouveau secteur d intervention qui permet de sécuriser la croissance et le développement durable d un pays, tout en l assurant contre les aléas de la vie, les accidents climatiques, etc Le financement du secteur productif et des infrastructures reste la priorité de Proparco, mais l assurance-vie, notamment en mobilisant l épargne locale pour la réinvestir dans le développement, parait un enjeu considérable. S agissant de ses stratégies d intervention, Proparco essaie à la fois de pallier aux deux composantes du problème : dynamiser la collecte de l assurance-épargne, mais aussi les opportunités de placement. La difficulté de la collecte est liée aux facteurs socio-culturels et ne doivent pas être négligés ; les produits d épargne doivent être adaptés aux contextes africains, et non pas être répliqués du modèle occidental qui est une forme d épargne individuelle, alors qu on est ici dans un contexte intergénérationnel et familial. Avec la croissance économique en Afrique, les sociétés s individualisent, et on peut estimer qu à moyen ou à long terme, on tendra vers une société d assurance plus individuelle ; malgré tout, la réalité est aujourd hui plutôt axée sur une solidarité intergénérationnelle. Le nombre d assurés est clairement sous-évalué, en grande partie à cause de l importance du secteur informel et des «tontines» qui représentent une part significative de l assurance collective en zone CIMA. Pour les assureurs, il est important de travailler à l innovation des produits pour inciter les populations à passer du secteur informel vers le secteur formel. Pour toute la partie de la population qui n est pas bancarisée, la confiance qui est accordée au sein du cercle familial est plus élevée que celle qui peut être accordée aux sociétés d assurance régionales, voire internationales. Si la CIMA a procédé à certains retraits d agréments, ce n est pas encore suffisant car compte-tenu de l assiette globale dans la zone, le nombre de compagnies d assurance présentes est toujours très élevé. Mais on peut s attendre à une consolidation du secteur pour les compagnies qui sauront être les plus fiables, ainsi qu un accroissement de la confiance des populations pour l assurance. La Banque Mondiale estime que 20 à 40% de l épargne africaine est délocalisée. Si cela est parfois légitime dans le cas des travailleurs expatriés, les classes aisées africaines qui souhaitent se protéger contre les risques du change monétaire, ou qui veulent avoir accès à des supports d investissement plus diversifiés, ont tendance à porter leur confiance vers les compagnies internationales : c est donc une partie de la collecte de l épargne africaine qui est investie sur les marchés étrangers. Face à ces constats, Proparco cherche à développer la bancarisation et l assurance pour les populations les plus vulnérables, et soutient le secteur de la micro-assurance : Proparco a investi dans le capital de plusieurs sociétés de micro-assurance en Afrique, mais aussi dans le reste du monde. Le principal avantage de la micro-assurance est la proximité avec la clientèle, la possibilité d expliquer les produits tout en s adaptant aux revenus des populations concernées. La microfinance offre des produits différents, et cela requiert une assistance technique pour former les agents localement (financement d études juridiques pour obtenir des contrats adaptés d études actuarielles locales adaptées à la population ; financement en technologies de l information, etc...). Proparco travaille aussi avec les sociétés d assurance existantes : sa stratégie sera ici la consolidation du secteur pour renforcer le capital de ces sociétés, mais aussi de renforcer la confiance des populations dans ces sociétés, leur permettre une extension géographique, d investir dans un réseau d agences d assurance de proximité mais aussi de banques. Pour Jérémy Brault, parvenir à canaliser l assurance dans les projets de développement reste complexe, en particulier en zone CIMA. Mais il y a des marchés financiers africains qui fonctionnent bien, comme en Afrique du Sud, au Nigéria, au Kenya et en Tanzanie. En zone CIMA, la BRVM (Bourse régionale des valeurs mobilières, commune aux 8 pays de l UEMOA) représente moins de 10 milliards de capitalisation, contre 54 milliards au Nigéria ; et si l on raisonne sur les 8 pays de la zone CIMA, le nombre de titres côtés se compte sur les doigts d une seule main! Pour les compagnies d assurance, les perspectives d investissement pour financer les entreprises sont extrêmement limitées. Proparco essaie de participer à ce mouvement d ouverture des marchés financiers, mais pour réussir ces projets de financement, il faut que les entreprises puissent émettre localement des obligations et qu elles parviennent à capter l épargne locale pour se passer des financements 8

9 internationaux, cela dans le but de réduire le coût du capital et des financements. La relation entre développement et marché financier développé est très élevée. A travers des projets embryonnaires, Proparco tente de participer au développement du marché financier en Afrique francophone. L agence travaille actuellement avec une société de gestion d actifs pour créer le 1 er fonds commun de placement à capital garanti qui permettra à des sociétés d assurance d investir dans des FCP (Fonds communs de placement) tout en captant de l épargne à long terme, pour ensuite la réinvestir dans des entreprises locales. Proparco participe également à des fonds de private equity avec pré-introduction en bourse (Capital-investissement désignant une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées, avec comme objectif de financer leur développement, leur transformation et leur expansion), pour permettre à des PME d accéder au marché financier et de ne pas être uniquement tributaires des banques, mais aussi de pouvoir accéder directement à l épargne, tout en réduisant le coût de leur capital et ainsi étendre leurs opérations. Le développement du nombre de sociétés cotées permettra d obtenir un marché plus liquide, ainsi que des perspectives d investissement pour les sociétés d épargne-retraite et d assurance-vie à long terme. L extension des horizons de placement pour l épargne est très difficile sur la zone CIMA ; celle-ci prendra du temps compte-tenu des contraintes réglementaires, mais aussi parce qu il est nécessaire d expliquer ces nouveaux produits aux autorités de régulation ; de plus, le cadre réglementaire est calqué d après des marchés qui sont déjà développés et il n est pas vraiment adapté au contexte africain. Au niveau de l intégration régionale en zone CIMA : sur 39 sociétés cotées à la bourse BRVM, 36 d entre-elles sont d origine ivoirienne ; ainsi pour un pays comme le Togo, et compte-tenu des règles de diversification, les possibilités de placement dans l industrie ivoirienne sont très limitées. Il est nécessaire de travailler également en faveur d une incitation fiscale pour l assurance-vie, afin de limiter le phénomène de délocalisation de l épargne, car il existe en zone CIMA un empilement fiscal pour l assurance-vie qui contraint fortement la collecte de l épargne ; l incitation à l épargne et sa collecte à long terme permettraient de la réinjecter aussi dans l économie réelle en faveur de la croissance. Les systèmes financiers publics comme privés sont nécessaires au développement en Afrique, mais les aides en faveur d un amorçage financier, comme l assistance technique pour réaliser des études de faisabilité économique, ou des études juridiques pour inciter les sociétés privées à venir investir en Afrique, sont également nécessaires. Proparco prépare aussi la mise en place d un produit qui va permettre de lier emprunt agricole et assurance agricole, pour permettre à un agriculteur faisant face à un sinistre de ne pas rembourser ponctuellement son échéance de prêt. Claude Fischer : qui sont les réassureurs aujourd hui en Afrique? Frédéric Baccelli : il existe des réassureurs panafricains comme Africa Re (African Reinsurance Corporation), Ghana Ré, Kenya Re, etc pour lesquels certaines compagnies d assurance sont actionnaires, et dont les législations locales leur imposent généralement de céder une partie de leurs activités lors d un investissement dans le pays ; l ensemble des réassureurs internationaux sont également présents, comme Scor, Suisse Re, etc. qui développent aussi des activités en Afrique, telle que l assurance et la réassurance agricoles. Discussion avec la salle : Céline Colin, analyste des politiques pour le Centre de Développement de l OCDE, s interroge sur l efficacité de la couverture des risques, et qui donne une image négative aux compagnies d assurance : comment comptent-ils améliorer la protection de l assuré? De quelle façon la CIMA où les Etats peuvent-ils faire appliquer la rétention locale de 25%, existante dans les textes mais qui n est que très peu appliquée? Christine Holzbauer s étonne que les produits d investissement soient encore trop peu nombreux pour les assureurs en Afrique, quand le secteur de l immobilier, et en particulier celui des logements sociaux, représente pourtant de l épargne à long terme en adéquation avec les besoins locaux ; de plus, face l émergence d une classe moyenne africaine, les Etats de la zone CIMA ont tous de grands projets de logements sociaux! Qu en est-il des intentions des assureurs à ce sujet? En matière d assurance préventive, 9

10 témoigne-t-elle, Jean-Luc Konan a créé la société Cofina, une compagnie financière africaine de méso finance qui octroi des prêts allant de 10 à 100 millions de FCFA; il doit ouvrir d'ici 2015 de nouveaux établissements destinés aux PME-PMI africaines (formelles comme informelles) dans plusieurs pays de l'espace UEMOA. Basée à Dakar, la société Cofina est déjà active en Guinée et en Côte d'ivoire, et son fondateur ambitionne de couvrir seize pays d'afrique francophone d'ici Pour Cofina, une PME qui souhaite obtenir un prêt doit être obligatoirement assurée, et il y a là un marché potentiel de développement pour l assurance. Pour C. Holzbauer, il serait souhaitable que les compagnies d assurance soit novatrices en matière d épargne-retraite, afin de proposer des produits attractifs et mieux rémunérés. Frédéric Baccelli confirme que la stratégie d Allianz Africa est axée sur le développement géographique et l innovation ; cela passe par une adaptation des offres d assurance aux besoins spécifiques. Concernant le secteur de l immobilier, le groupe Saham (Maroc) a lancé récemment des opérations de logements sociaux en Côte d Ivoire, mais Allianz Africa a atteint son quota avec 40% d actifs en vigueur dans ce pays et ne peut donc plus investir dans ce secteur. D autres problèmes limitent l investissement dans l immobilier, comme les problèmes de sécurité juridique sur les titres fonciers au Cameroun par exemple. La protection du consommateur est du ressort de la CIMA (en zone UEMOA) et des compagnies d assurance qui dépendent dans chaque pays du ministère des Finances, pour réaliser des contrôles et s assurer de la qualité du service ; à cette fin, la CIMA a mis en place un certain nombre d indicateurs pour mesurer les délais de règlement des sinistres. Les marges de progression en Afrique restent importantes pour les assureurs, car pendant longtemps, les assurés achetaient leur certificat d assurance auto obligatoire afin d être capables de le présenter en cas de contrôle routier, sans pour autant être certains d être couverts en cas de sinistre. L arrivée d assureurs étrangers sur le continent africain s accompagne de standards internationaux en termes de conformité, et cela participe à augmenter la crédibilité de l assurance. Un autre point est la question de la sécurité financière associée aux compagnies d assurance ; il existe des entreprises et des clients internationaux qui, dans leurs règles de classement, recherchent des assureurs possédant une dotation et un degré minimum de sécurité, mais la règle de rétention globale des «25/75» s oppose parfois à ce principe de sécurité. Benoît Fisse précise que le marché de l assurance en Afrique se développe à travers des branches obligatoires comme l automobile, mais aussi à travers l assurance maritime, les exportations, ou l assurance habitation dans certains pays, avec parfois une assurance décennale. Il s agit là d une sécurisation des investissements sur du moyen et long terme qui protège l investisseur comme l entreprise. Claude Fischer : l assurance en Afrique reste encore un secteur assez faible, comme avec 1700 emplois en Côte d Ivoire. Existe-t-il des écoles de formation de l assurance? Comment et par qui sont couverts les risques liés au climat, aux catastrophes naturelles, et aux épidémies? Benoît Fisse : Il n y a pas de contrats d exclusion pour les épidémies en tant que telles, et les risques liés aux catastrophes naturelles, comme celles qui touchent le monde agricole sont couverts par les polices d assurance. Concernant les grands risques politiques et terroristes, des contrats d assurance peuvent être souscrits en dehors du continent africain. La prochaine rencontre du groupe UE-Afrique(s) aura lieu le 22 mai 2015, au Bureau du Parlement Européen à Paris sur le thème de : La valorisation des projets productifs et humains (réalité des projets décentralisés et interconnectés dans les chaînes de valeur régionales et internationales, et les conditions de leur réalisation) Avec la participation de Etienne GIROS, président délégué du CIAN, Amadou HAMA MAÏGA, directeur de 2iE, Burkina Faso, Peter OWUSA MANU, conseiller économique de l Ambassade du Ghana, Nicolas SUREAU, du groupe EIFFAGE, un représentant de SCHNEIDER ELECTRIC, et un représentant de la BEI. (Y. Fischer ASCPE Les Entretiens Eurafricains Avril 2015) 10

11 *********** 11

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 Fabrice KOM TCHUENTE Fabrice.kom-tchuente@finafrique.com Deux chiffres pour caractériser le marché financier

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

LEADER PANAFRICAIN DE L

LEADER PANAFRICAIN DE L LEADER PANAFRICAIN DE L assurance sommaire Mot du directeur général...5 indicateurs clés 2014...7 pays de présence...8 nos pôles d activités...9 indicateurs financiers...13 SAHAM Finances a confirmé

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires

Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Opportunités offertes à l Assurance par la banque d affaires Présentation : Banque Régionale de Marchés (BRM) Assemblée Générale Annuelle FANAF Février 2011, Dakar LA BRM EN QUELQUES MOTS Première banque

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

26 avril 2013. Réglementation et contrôle appuyant les marché d'assurance inclusifs. Lomé Togo 1

26 avril 2013. Réglementation et contrôle appuyant les marché d'assurance inclusifs. Lomé Togo 1 Questions sur la réglementation et le contrôle de la Micro-assurance (2007) et le Papier d'application sur la réglementation et le contrôle appuyant les marchés (2012) 3 ème Congrès Actuariel Africain

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE Société Commerciale Gabonaise de Réassurance SCG-Ré Premier Forum des Marchés Zone FANAF Libreville, le 30 et 31 Octobre 2014 Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE vendredi 31

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE www.oecd.org/dev/reperes Repères n 7 Le financement des PME en Afrique par Céline Kauffmann Repères n 7 découle des Perspectives économiques en Afrique 2004/2005, une

Plus en détail

Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014

Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014 Rendez-vous de Casablanca de l Assurance --- Le rôle d un courtier en Microassurance: étude de cas au Guatemala --- 17 avril 2014 Sommaire 1. Planet Guarantee Faits et chiffres Produits et objectifs 2.

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS GUILLAUME GILKES ESSEC MBA, Actuaire 10 ans d expérience dans le conseil, la formation et la gestion de projet à l international : Actuariat : protection sociale, assurance, finance Stratégie : étude de

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA)

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCES (CIMA) Organisation, Attentes, Défis et Perspectives I- ORGANISATION A/ Traité et Etats membres Signature du Traité : le 10 juillet 1992 à Yaoundé (République

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014 Février 2015 Attijariwafa bank Présentation Attijariwafa bank est le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) et acteur de référence

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE Plan I. La CRRH-UEMOA : Quinze mois d activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Banque de Détail à l International - BHFM. Zoom sur la microfinance à la Société Générale

Banque de Détail à l International - BHFM. Zoom sur la microfinance à la Société Générale Banque de Détail à l International - BHFM Zoom sur la microfinance à la Société Générale JUIN 2007 LA SOCIETE GENERALE Un Groupe solide et performant Chiffres clés fin 2006 : Notations : 59 milliards EUR

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Intégration du Marché des Capitaux pour le Marché d Investissement Commun de la CEDEAO Jonathan Aremu Ph.D Consultant, ECIM Introduction ti Il y a un certain nombre de raisons bien connues pour lesquelles

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE "PETRO IVOIRE 7% 2013-2020"

DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE PETRO IVOIRE 7% 2013-2020 Union Monétaire Ouest Africaine CL Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers DECISION N 2013-062 PORTANT AUTORISATION DE L'EMISSION DE L'EMPRUNT OBLIGATAIRE PAR PLACEMENT PRIVE "PETRO

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT L EXPERIENCE NNE Àla Compagnie Centrale de Réassurance -Algérie ALGERI E I- Brève présentation

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite PERP Gaipare Zen Prévoir le meilleur pour votre retraite On a tous une bonne raison d épargner pour sa retraite Composante de votre avenir, la retraite s envisage comme une nouvelle vie, synonyme de liberté.

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail