Atelier A13. «Afrique : quelle gestion des risques pour ce continent?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier A13. «Afrique : quelle gestion des risques pour ce continent?»"

Transcription

1 Atelier A13 «Afrique : quelle gestion des risques pour ce continent?»

2 Intervenants Richard LOWE Président Directeur Général Groupe ACTIVA Président du Conseil d Administration du Réseau GLOBUS E mail : Antoine JACQUOT Directeur Opérationnel Délégué Modérateur Régis de PONCINS Responsable Assurance Groupe

3 Activités Fabrication de boissons, transformation plastique Négoce et distribution de véhicules neufs Négoce et distribution de produits pharmaceutiques Négoce et distribution de produits technologiques, ingénierie de solutions 2009 C.A. 2,5 Mds EUR 39 pays et territoires d outre mer Afrique, pays d activité principaux : Algérie, Maroc, Congo, Nigeria, Cameroun, RCI Afrique : 88 filiales opérationnelles, 220 sites assurés, 800 M de marchandises assurées

4 CFAO les risques en Afrique Facteurs de risques externes niveau d investissement direct étranger, aides au développement, dévaluation d une devise locale (CFA,etc.) restrictions à l importation / aux investissements étrangers perturbations liées au négoce (piraterie, pénurie de conteneurs, etc.) réglementation sur les prix des produits pharmaceutiques crises politiques, enlèvements, etc Facteurs de risques classiques ressources humaines (formation, etc.) fraude, crédit client marchandises transportées responsabilités et dommages, etc dans des environnements changeants et où la culture du risque reste très modérée

5 CFAO les risques en Afrique Une gestion centralisée au niveau «corporate», une adaptation locale La réduction des risques L assurance des grands risques des programmes d assurance mutualisants et sécurisants, déployés sur l ensemble du continent polices excess avec des assureurs internationaux de 1 er plan polices locales uniformisées, respectant les législations locales (CIMA), avec des assureurs internationaux d Afrique support des courtiers et aussi, des contraintes à prendre en compte

6 La vision d un assureur de la gestion des risques pour le continent africain R. Lowé

7 INTRODUCTION SOMMAIRE A. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INVESTISSEMENT ET PART DE MARCHE DE L AFRIQUE A.1. Environnement économique A.2. Investissements A.3. Part de marché de l assurance

8 B. ANALYSE DES MARCHES D ASSURANCE B.1. Maghreb B.1.1. La réglementation B.1.2. Les acteurs compagnies d assurance B.1.3. La réassurance et la capacités de souscription B.2. Afrique anglophone, lusophone et australe B.3. Afrique francophone

9 C. TENDANCES ET MUTATIONS DES MARCHES D ASSURANCE EN AFRIQUE C.1. Au niveau de la réglementation C.1.1. Contribution de l assurance au développement économique africain C.1.2. Contrôle des entreprises d assurances C.2. Au niveau des compagnies d assurances C.2.1. Les réseaux africains C.2.2. Les réseaux internationaux C.3. Au niveau de la réassurance et capacités de souscription C.3.1. Les réassureurs africains C.3.2. Les réassureurs internationaux

10 INTRODUCTION L Afrique est un continent d une grande diversité linguistique, diversité humaine, diversité juridique et diversité monétaire ; Malgré cette spécificité, le marché africain de l assurance est totalement connecté au marché mondial ; Il est en effet traversé par toutes les mutations et évolutions entraînées par les différents mouvements observés sur le plan économique mondial ;

11 INTRODUCTION La gestion des risques sur le continent africain doit être faite en tenant compte de ces réalités aussi bien économiques que techniques ; Nous allons aborder le sujet successivement en analysant les différentes zones du marché africain, ensuite nous pointerons les tendances et les mutations qu il convient de relever sur ce marché. Mais avant d aborder ces deux points, nous commencerons par parcourir rapidement l environnement économique, le niveau des investissements et la part de marché de l Afrique sur le plan mondial.

12 A. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INVESTISSEMENTS ET PART DE MARCHE DE L AFRIQUE A.1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE Population o Monde : millions o Afrique : millions Sur la base des données 2009 (source SIGMA), quelques indicateurs économiques :

13 o La part de marché de l Afrique dans le commerce mondial devrait subir les évolutions suivantes : 2001 : 1,7% 2009 : 3,2% 2015 : 6,0% Soit une croissance annuelle moyenne d environ 17%. o Taux de croissance Monde : + 1,8% - 1,9% + 2% Afrique : + 5,4% + 2,7% + 6%

14 o Selon plusieurs études, le taux de croissance moyen en Afrique sur les cinq (5) prochaines années sera d environ 6% alors que le taux de croissance mondiale sera à un niveau d environ 2% ; Ces indicateurs économiques montrent que, malgré sa marginalité, le développement économique de l Afrique sauf catastrophes majeures, devrait permettre à ce continent d accroître progressivement sa part sur l activité du commerce mondial.

15 A.2. INVESTISSEMENTS o Les investissements sur le continent africain seront en forte croissance sur les années à venir ; o Ces investissements porteront notamment dans les secteurs suivants : Energie, minier, infrastructures, portuaires ; o Suivant une étude de la Standard Bank Research, la part la plus importante de ces investissements en Afrique proviendra des pays du «BRIC» (Brésil, Russie, Inde et Chine)

16 Suivant cette étude, les principales tendances sont les suivantes : o La part du BRIC dans le commerce mondial doublera entre 2010 et 2015 pour atteindre 8,3 trillons USD ; o Le commerce entre BRIC et Afrique passera de 150 milliards USD en 2010 à 530 milliards USD en 2015 ; o La part des pays du BRIC dans le commerce en Afrique passera ainsi d 1 / 5 à 1 / 3 dans les cinq prochaines années ; o L essentiel de la croissance de ces investissements proviendra de la Chine.

17 o En effet, le commerce entre la Chine et l Afrique devrait passer d un volume de 93 milliards USD en 2009 à 350 milliards USD en 2015 ; o L inde sera également très présente et le volume du commerce entre l Afrique et l Inde devrait passer de 34 milliards USD en 2009 à 120 milliards USD en 2015 ; o Le volume du commerce entre le Brésil et l Afrique devrait passer de 28 milliards de dollars US en 2009 à 55 milliards USD en 2015 ; o Le volume du commerce entre la Russie et l Afrique devrait passer de 5 milliards de dollars US en 2009 à 17 milliards USD en 2015 ; o Ce commerce portera essentiellement sur les ressources naturelles africaines.

18 A.3. PART DE MARCHE o Suivant les études de SIGMA (SWISS RE), la répartition du marché mondial de l assurance a évolué ainsi qu il suit entre 2004 et 2009 : COTISATIONS (en milliards de USD) Total Total Total Total Total Total % variation % marché Amérique (-7%) 33,2% Europe (+2%) 39,6% Asie (+3%) 24,4% Afrique %) 1,2% Océanie (-10%) 1,7% Total Monde (-3,6%) 100%

19 o Il y a une corrélation directe entre la part de marché de l Afrique dans le commerce international et sa part dans le marché de l assurance ; Cette part demeure marginale aujourd hui (1,3% en 2008 et 1,2% en 2009) ; o Le marché africain en 2009 (-11%), du fait de la crise mondiale, a baissé bien plus fortement le marché mondial (-3,6%), surtout à cause de la baisse sensible en Afrique du Sud (-13%) ; o Il faut préciser que 80% du marché africain est réalisé dans la seule Afrique du Sud (50% du marché non vie et 90% du marché vie).

20 o Quelques paramètres pour mesurer le poids comparatif de l assurance en Afrique dans l économie : Primes en % du PIB Prime par tête (en USD) Amérique 6, Europe 7, Asie 6,1 243 Afrique 3,3 49 Océanie 6, Monde 7,0 595

21 Francophone (dont Maghreb) B. ANALYSE DES MARCHES D ASSURANCE Zones Anglophone (dont Afrique du Sud) Lusophone (et Hispanophone) Autres zones (Egypte, Ethiopie, Soudan, etc.) QUELQUES DONNEES DE BASE Population (millions) 260 (88) 335 (50) Pays (nombre) 22 (4) 16 (01) Total % du marché total (non vie) 24 (17) 63 (48)

22 Les dix principaux marchés africains en 2009 Pays Chiffres d affaires (en millions USD) Rang mondial Afrique du Sud Maroc Egypte Nigeria Kenya Algérie Tunisie Namibie Angola Ile Maurice Autres pays (Source SIGMA)

23 A la suite de notre analyse, pour les besoins de la présentation, nous allons diviser cette Afrique de l assurance en trois régions : Le Maghreb ; L Afrique anglophone lusophone et australe ; L Afrique francophone. Et dans chacune de ces régions, nous examinerons successivement les points ci-après : o La réglementation o Les acteurs compagnies d assurances o La réassurance et les capacités disponibles

24 B.1. LE MAGHREB B.1.1. La réglementation Au niveau des assurances obligatoires, nous pouvons lister les principales obligations d assurances locales suivantes : Pays Obligations «Non admitted» Algérie Maroc Tunisie RC Auto Catastrophes naturelles (mais peu respecté) RC Auto Accidents du Travail Santé (AMO) Diverses RC Pro. RC Auto Diverses RC Pro Construction (RC) Transport (importation) Interdit (Loi de 1995) Interdit (sauf transports internationaux maritime et aviation -) Note : dérogation avec autorisation de la DAPS si le marché ne répond pas (pour les importations). Interdit

25 B.1. LE MAGHREB Au niveau de la pratique des «non-admitted», il convient de préciser que cela est interdit en général (en Algérie par la loi de 1995). Il convient cependant de préciser qu au Maroc, cette pratique est courante pour les transport internationaux maritimes et l aviation.

26 B.1.2. Les acteurs compagnies d assurances o Au niveau des différents pays du Maghreb, les principaux assureurs directs ainsi que leur répartition publique-privée se présentent comme suit : Nombre Acteurs publics Acteurs privés Autres Part de marché Nombre Part de marché Nombre Part de marché Algérie 5 72% 7 20% 2 6% Maroc 11 94% 3 6% Tunisie 2 27% 12 59% 4 14%

27 B.1.2. Les acteurs compagnies d assurances Liste des quatre premiers acteurs par pays : ALGERIE MAROC TUNISIE SAA RMA WATANYA STAR CAAR WAFA COMAR CASH AXA GAT CAAT CNIA-ESSAADA MAGHREBIA Présence des assureurs européens D une manière générale dans les cinq pays du Maghreb, le nombre d acteurs contrôlés par des assureurs européens est faible (quelques uns seulement au Maroc et en Tunisie).

28 Pour la Mauritanie o Exiguïté du marché local (7 assureurs seulement dont le leader NASR contrôle 55% du marché) ; Pour la Lybie o Contexte politique particulier o Courtage quasi absent o Cependant, depuis ces dernières années, une certaine tendance à une ouverture contrôlée du marché, des investissements importants étant programmés.

29 B.1.3. La réassurance et les capacités disponibles Pour l Algérie o Obligation de cession à la CCR (Caisse Centrale de Réassurance); o Courtage peu répandu (une vingtaine de courtiers collectant moins de 5% des primes non vie) ; o Garanties attentats/terrorisme.

30 Pour le Maroc o Omniprésence de la SCR (Société Centrale de Réassurance) ; o La cession légale a été réduite à 10% sur les affaires directes ; mais par ailleurs, toute cession à l extérieur est soumise au visa de la SCR et obligation de représentation des réserves sur les affaires cédées en réassurance en dehors de la SCR ; o Il convient d ajouter 5% de cession légale à AFRICA RE. Pour la Tunisie o D une manière générale, la Tunisie est le plus ouvert des marchés en matière de réassurance (plus d obligation de cession locale).

31 Capacités des marchés Pays Algérie Maroc Concentration du marché (part des 4 premiers acteurs) Notes sur les capacités locales 75% (tous étatiques) Rétention du marché : environ 65% 72% (tous privés) Supérieure à 80%. Tunisie 53% (en majorité privés) Rétention nette sur les 25 premières affaires inférieure en moyenne à 20% des capitaux.

32 B.2. L AFRIQUE ANGLOPHONE, LUSOPHONE ET AUSTRALE B.2.1. La réglementation - la réglementation ces dernières années dans cette région notamment les pays anglophones a évolué dans deux directions ; - Renforcement des fonds propres des compagnies d assurances directes et des sociétés de réassurance ; - Volonté d une plus grande rétention de primes dans le pays - Au niveau du renforcement des fonds propres, dans quelques pays, les autorités de contrôle ont augmenté de manière significative le montant minimum du capital social ;

33 o Au Nigéria en 2007, l autorité de contrôle a multiplié par plus de 20 le niveau de capital minimum des compagnies d assurances en fixant le nouveau capital à : Sociétés vie Sociétés non vie Sociétés mixtes Sociétés de réassurance : 16 millions de dollars US : 24 millions de dollars US : 40 millions de dollars US : 80 millions de dollars US o Au Ghana en 2010, les autorités ont décidé de multiplier le capital minimum par cinq en le faisant passer d un million à cinq millions de dollars US.

34 Au niveau des assurances obligatoires : o Assurances RC automobile Très souvent avec de très faibles limites ; Seuls 6 pays imposent une garantie illimitée sur dommages corporels : Afrique du Sud, Botswana, Kenya (pour certains professionnels seulement), Ghana, Nigeria, Tanzanie; Souvent non obligatoire pour les dommages matériels : Angola, Ouganda, Tanzanie, Zambie, Afrique du Sud, Botswana, Ghana et Kenya. o Accidents du travail Obligation dans tous les pays (le plus souvent via le marché de l assurance).

35 o Autres obligations GEMP, Transport (importation), incendie (pour certains secteurs), en Afrique du Sud, Angola, Kenya et Nigeria. o Obligation d assurance locale Le non-admitted est interdit dans tous les pays, avec cependant des dérogations spécifiques à obtenir au cas par cas par les autorités de contrôle locales (la condition sine-qua-non étant l incapacité du marché à apporter une réponse aux besoins) ; En Afrique du Sud, cette condition est assouplie (dérogation possible également pour les multinationales).

36 B.2.2. Les acteurs compagnies d assurances Concernant l Afrique du Sud qui est de loin le premier marché du continent et dans lequel se trouvent aussi bien de puissants acteurs locaux que les sociétés multinationales ; Ce marché fait l objet d une organisation qui se rapproche très nettement de celle que l on peut constater sur les marchés des pays développés ; L Afrique du Sud est le 20 ème marché sur le plan mondial.

37 Les principaux acteurs du marché sont les suivants : 1. SANLAM (Vie) 2. Old Mutual (Vie) 3. Liberty Holdings (essentiellement vie) 4. Santam (non-life) filiale de Sanlam à 57 % et qui contrôle 20 % du Marché 5. Metropolitan Life 6. Life Healthcare Group 7. Mutual & Federal (non vie) 8. Occupational Health (santé) 9. Zurich (short term insurance à savoir non-life). Zurich est ainsi le 3e short term insurer en Afsud. Note : les 4 premières citées ci-dessus représentent à elles seules environ 20 % des primes de tout le Marché africain. L Afrique du Sud représente 90% du marché Vie du continent et environ 50% du marché non vie.

38 L Afrique anglophone ol Afrique anglophone orientale Ces marchés sont dominé par deux principaux groupes d assurance tous deux d origine indo-pakistanaise :le Groupe Jubilee et le Groupe Phoenix ; Le Groupe Jubilee étant la branche assurance du Groupe de l Aga-Khan présent aujourd hui dans six pays (4 pays actuellement et 2 pays en cours de finalisation) ; Ces deux réseaux sont les plus dynamiques dans cette partie de l Afrique ; Deux des principaux acteurs du marché sud-africain (Santam et Nico) sont également sur ce marché.

39 o L Afrique anglophone occidentale Cette zone est évidemment dominée par le Nigeria qui est un marché à croissance soutenue ; La forte augmentation du capital minimum décidée par le régulateur en 2007 a permis de diminuer considérablement le nombre des acteurs dont le chiffre est passé de 103 à 51 ; Les principaux acteurs de ce marché sont : Leadway, Industrial & General Insurance, AIICO Insurance Le marché ghanéen également du fait notamment de son appréciable stabilité politique et de son dynamisme économique (nouveau producteur de pétrole) a vu l arrivée sur ce marché autrefois uniquement ghanéen de nombreux acteur aussi bien nigérians, zone Cima, qu européens ; Les autres marchés (Sierra Leone, Libéria) sont assez petits.

40 L Afrique lusophone ola zone lusophone comprend essentiellement le Mozambique et l Angola qui, du fait de la richesse pétrolière de ces pays, est un marché important pour l Afrique ; oles principales assurances obligatoires sont la RC Auto et les accidents de travail oles principaux acteurs du marché angolais (8 ème africain et 81 ème mondial) sont : AAA Seguros (Energie 70%) Global Alliance Seguros Empresa National Seguros (Energie 50%) ocapital minimum: Non Vie : 6 millions USD Vie : 8 millions USD Mixte : 10 millions USD

41 B.2.3. La réassurance et les capacités disponibles Les cessions obligatoires sont présentes dans 70% des cas (hors Afrique du Sud, Botswana et Mozambique); Cessions : o à l échelle continentale : AFRICA RE (5%) o À l échelle régionale : ZEP RE (10%) et EAST AFRICAN RE o A l échelle nationale : KENYA RE (18%) et TAN RE (40%)

42 B.3. L AFRIQUE FRANCOPHONE B.3.1. La réglementation Il s agit d une zone qui pour une très large part est régie par le Code CIMA, Ce code établi une législation unique dans les quinze pays de l ex-zone francs depuis 1995 ; Les autres pays de cette zone francophone ont mis en place des législations très proches du code CIMA. Il s agit notamment : Rwanda, Burundi, Madagascar ; Au niveau du capital minimum, la CIMA a doublé le niveau du capital requis l année dernière pour le porter de dollars US à environ euros.

43 Au niveau des assurances obligatoires, les principales obligations portent sur les branches suivantes : o RC AUTO o Facultés maritimes à l importation o Risques construction o Diverses RC La pratique du non-admitted est formellement interdite ; L article 308 du Code CIMA impose une rétention sur le marché du risque d au moins 25%.

44 B.3.2. Les acteurs compagnies d assurances Cette zone regroupe plus de 150 acteurs compagnies d assurance dans les différents pays. Cependant, les principaux acteurs sont structurés en réseau ayant pour ambition d offrir un programme global harmonisé à la clientèle internationale ; Les principaux réseaux dont les activités sont présentes de cette zone : Allianz - Axa - Colina - Globus - Nsia - Sunu,

45 B.3.3. La réassurance et les capacités disponibles Sur la plupart de ces marchés, il existe les cessions légales : o CICARE : 15% o AFRICA RE : 5% o Pour le Sénégal, cession complémentaire à la SEN RE Les acteurs des marchés ont une capacité de souscription qui, du fait du niveau moyen de leur fonds propres, est surtout offerte à travers le programme de réassurance. En dehors des cessions légales, le réassureur conventionnel le plus important est AFRICA RE aux cotés des principales compagnies de réassurance internationales : MUNICH RE, SWISS RE, SCOR, PARTNER RE; De manière globale, la rétention sur ce marché est d environ 34%.

46 C. TENDANCES ET MUTATIONS DES MARCHES D ASSURANCE EN AFRIQUE C.1. AU NIVEAU DE LA REGLEMENTATION C.1.1. Contributions de l assurance au développement économique des pays Les pouvoirs publics expriment de plus en plus la volonté d accroître la contribution du secteur des assurances au financement de l économie; Renforcement significatif des fonds propres des sociétés d assurance afin d augmenter leur solidité financière et accroître ainsi les taux de rétention :

47 o Sur le marché nigérian par exemple, suite à la forte capitalisation exigée depuis 2007, le taux de rétention minimum sur le marché actuellement de 45% passe à 70% en 2011 ; o Au Ghana également, une réglementation récente exige la saturation du marché avant l exportation des primes ; o Dans la zone CIMA, en plus de l article 308 du code qui impose une rétention minimale de 25%, un règlement sur la coassurance communautaire pourrait également accroître le taux de rétention dans la zone.

48 C.1.2. Contrôle des entreprises d assurances Le contrôle des entreprises d assurance par les autorités de régulation est de plus en plus régulier et rigoureux : o Règles sur la bonne gouvernance ; o Contrôle du respect des ratios prudentiels ; o Règles de consolidation et contrôle des groupes. On peut ainsi constater que de ce point de vue, les règles de solvency 2 alimentent quelque peu la réflexion de nos régulateurs : o En effet, le pilier 1 de Solvency 2 se retrouve dans la forte tendance d augmentation du capital minimum dans de nombreux pays ; o Le pilier 2, à travers la mise en place des règlements sur la bonne gouvernance d entreprise, o Le pilier 3, à travers les règles de consolidation et de contrôle des groupes visant à la transparence de l information apportée au public ; o Prochain contrôle des compagnies africaines de réassurance.

49 Les règles sur l encaissement des primes : o Devant le constat de l importance des arriérés de primes, la réglementation a subi de récentes évolutions dans plusieurs pays : Au Kenya depuis trois ans l encaissement des primes est réputé comptant et la discipline des acteurs du marché en facilite l application; Au Nigéria comme au Ghana, les législateurs ont fixé récemment les délais d encaissement des primes variant entre 1 et 3 mois ; Sur les marchés de la zone CIMA, le législateur envisage une évolution prochaine dans les articles 13, 541 et 542 du code notamment portant sur l encaissement et le reversement des primes ; les principales innovations sont : Interdiction faite aux compagnies d assurance de vendre l assurance à crédit ; Dérogation pour les primes supérieures à 100 fois le SMIG annuel : délai de paiement 60 jours à l exception des branches automobile, maladie et facultés ; Règlement des primes directement à l ordre de l assureur pour les primes supérieures à 1500 euros.

50 C.2. AU NIVEAU DES COMPAGNIES D ASSURANCES La tendance à une domination certaine des compagnies constituées en réseau devrait s accentuer ; Les sociétés sur les différents marchés devraient améliorer encore leur professionnalisme : o Qualité de service proposée à la clientèle : certaines de ces sociétés sont récemment certifiées à la norme ISO 9001 ; o Solidité financière : l exigence des législations de disposer des fonds propres importants devrait conforter la solidité financière des sociétés et leur permettre d améliorer leurs habitudes dans les règlements de sinistres. Cette solidité financière devrait également leur permettre d augmenter leur rétention ; o La confiance du public devrait être améliorée grâce à l évolution positive des deux indicateurs ci-dessus : qualité de service et solidité financière.

51 C.2.1. Les réseaux africains Les principaux réseaux africains se professionnalisent de plus en plus : o Mise en place des synergies dans les secteurs de gestion ; o Innovation dans la création de nouveaux produits ; o Quelque fois création de sociétés captives de réassurance du Réseau. o Notation financière Pour certains de ces réseaux, la langue n est plus une barrière. Seule la volonté d accompagner le client prédomine. Les compagnies d assurance du Maghreb ont une forte offensive sur l Afrique sub-saharienne o C est ainsi que le groupe marocain Saham a racheté il y a quelques semaines le Groupe Colina

52 C.2.1. Les réseaux africains Nous rappelons que les principaux réseaux sont : o Allianz, Axa, Colina, Globus, Nsia, Sunu o Pour l Afrique orientale les groupes Jubilee et Phoenix Il convient également de noter la présence de grands groupes sud-africains présents sur les marchés en Afrique australe ainsi que dans la partie lusophone. Cas particulier de la RDC : o Il s agit d un pays de 80 millions d habitants dont le potentiel en matière d assurances est très important ; o Ce marché est actuellement sous le monopole d une seule société d assurance d Etat, LA SONAS, qui ne réalise qu un chiffre d affaires d environ 60 millions USD;

53 o Au cause de l insolvabilité permanente de cette compagnie d assurance, la pratique du non-admitted y est très importante ; o Cependant les autorités ont confirmé leur volonté d ouvrir le marché et nous pensons qu après les élections prévues en fin d année, cette ouverture devrait avoir lieu en 2012 ; o Un code des assurances largement inspiré du code CIMA est déjà écrit. C.2.2. Les réseaux internationaux Les deux principaux réseaux internationaux présents sur les marchés en Afrique sont Allianz et Axa.

54 C.3. AU NIVEAU DE LA REASSURANCE ET DES CAPACITES C.3.1. Les réassureurs africains Les principaux acteurs africains dans le domaine de la réassurance sont : o AFRICA Re, CICA Re, SCR du Maroc, CCR d Algérie, TUNIS Re, ZEP Re, GHANA Re, SEN Re, AVENI Re, CONTINENTAL Re. La moitié de ces acteurs bénéficie des cessions légales ; Toutes ont bien compris la nécessité de renforcer leur crédibilité : o Renforcement important de leur fonds propres; o Assistance technique auprès des cédantes ; o Notation financière ;

55 C.3. AU NIVEAU DE LA REASSURANCE ET DES CAPACITES C.3.1. Les réassureurs africains Plusieurs d entre eux doivent cependant améliorer encore leur capitalisation afin de ne pas apparaître comme de simples courtiers de réassurance : ceci est surtout valable pour certains réassureurs africains. En effet, les législateurs envisagent progressivement de supprimer les cessions légales mais souhaitent en même temps s appuyer sur ces structures pour améliorer la rétention de primes sur le continent afin d obtenir ne meilleure contribution au développement économique.

56 C.3.2. Réassureurs internationaux Malgré une sinistralité en légère augmentation, les marchés africains demeurent attractifs pour les réassureurs ; Au côté des réassureurs africains sus-indiqués, on note la présence permanente des grands réassureurs internationaux : o MUNICH RE, SWISS RE, SCOR, PARTNER RE, BEST RE, ARIG Ces différentes compagnies de réassurance permettent au marché africain d offrir des capacités très importantes sur les risques standards ; Cependant les capacités demeurent insuffisantes sur certains risques complexes : o Fraude bancaire ; o Risques politiques ; o Crédit caution ; o Risques de responsabilités civiles dans certaines professions.

57 N.B. En plus des réassureurs internationaux professionnels, il est possible d observer l arrivée sur le continent de certaines captives ; En effet, l impact de Solvency 2 sur ces captives pourrait se traduire par une délocalisation de ces captives et leur arrivée sur le continent notamment dans le Maghreb.

58 CONCLUSION ALORS QUELLE GESTION DE RISQUES EN AFRIQUE? Marché africain de plus en plus intégré, connecté au marché mondial et caractérisé par : o Une réglementation évoluant vers une volonté de rétention locale des primes plus significative afin d accroître la contribution de l assurance au développement économique de l Afrique ; o Un régulateur qui en soutient à ce souhait, édicte des règles de plus en plus fermes sur la solvabilité et la gestion des sociétés d assurances ; o Des acteurs, sociétés d assurances, de plus en plus organisés en réseaux pour proposer une offre globale à la clientèle internationale. Les principaux réseaux : Allianz, Axa, Colina, Globus, Nsia et Sunu.

59 Des sociétés d assurances professionnelles : o Notation financière o Certification ISO o Règles de bonne gouvernance o Prévention : ingénieurs Des sociétés de réassurances : o Allégement ou suppression de la cession légale o Recapitalisation significative Des capacités de souscription, grâce au soutien de réassureurs de renom, de plus en plus élevées.

60 Dans un environnement économique africain : o Dont le taux de croissance dans les cinq prochaines années sera avec l Asie du Sud Est un des plus élevé du monde ; o Où les investissements directs seront les années à venir très significatifs créant ainsi un énorme besoin d assurances ; o Où les autorités de régulation des assurances ont la forte intention d accroître la contribution de l industrie de l assurance au développement économique des pays.

61 Plusieurs réseaux d assureurs en Afrique sont prêts : o En respectant les standards mondiaux ; o En développant des capacités de souscription significatives grâce à l importance de leurs fonds propres et à l apport des réassureurs à accompagner solidement les entreprises internationales dans leurs investissements en Afrique en leur proposant des offres d assurance globale et harmonisée dans une Afrique sans frontière et sans barrière de langue.

62 JE VOUS REMERCIE. Richard LOWE Président Directeur Général Groupe ACTIVA Président Conseil d Administration Réseau GLOBUS

63 La vision d un courtier de la gestion des risques pour le continent africain A. Jacquot

64 INTRODUCTION L Afrique : un continent qui se conjugue au futur - 1 milliard d habitants en 2009 / 2 milliards en vers une meilleure représentation dans les instances internationales Des voix s élèvent pour réclamer une meilleure représentation au sein du FMI ou du G20 qui accueille aujourd hui la seule Afrique du Sud. Position soutenue par le directeur général du FMI, qui estime qu'il est difficile «d'organiser l'économie mondiale en laissant un milliard de personnes en dehors du processus». - une croissance comparativement assez soutenue Au cours des 3 années qui ont précédé la récession mondiale, le taux de croissance annuel moyen était proche de 6%. Il est reparti à la hausse en réserve considérable de matières premières L Afrique possède 99% des ressources mondiales de chrome, 85% de platinite, 68% de cobalt et 54% de l or. Elle possède aussi d importantes ressources de pétrole et de gaz. De plus, l Afrique est riche en diamants, bois et bauxite. - un intérêt grandissant de la part des investisseurs La Chine, l Inde, les pays de la péninsule arabique, les Etats-Unis, l Australie

65 Mais qui occupe une place aujourd hui marginale - L Afrique représente environ 3% du commerce mondial. - En 2008, le marché de l Assurance en Afrique (vie et non vie) représentait 1,3% du marché mondial (données Fanaf 2010). L Afrique du Sud pèse à elle seule plus de 80% du marché africain de l assurance.. Le volume des cotisations émises est en nette augmentation sur la période (36,4 mds US$ / 54,7 mds US$). La part relative de l assurance africaine dans le monde est en légère augmentation sur la même période.

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE

Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE Société Commerciale Gabonaise de Réassurance SCG-Ré Premier Forum des Marchés Zone FANAF Libreville, le 30 et 31 Octobre 2014 Développement des Marchés ASSURANCES OBLIGATOIRES & REASSURANCE vendredi 31

Plus en détail

LEADER PANAFRICAIN DE L

LEADER PANAFRICAIN DE L LEADER PANAFRICAIN DE L assurance sommaire Mot du directeur général...5 indicateurs clés 2014...7 pays de présence...8 nos pôles d activités...9 indicateurs financiers...13 SAHAM Finances a confirmé

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005 SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES Situation Liminaire Exercice 2005 Mars 2006 FAITS MARQUANTS 2005 Campagne de Communication sur les délais de recouvrement des primes Suite à l entrée en vigueur des nouvelles

Plus en détail

Présentation générale Underwriting & International Risk Management

Présentation générale Underwriting & International Risk Management Présentation générale Underwriting & International Risk Management Assurances de personne Biens & Responsabilités des Entreprises Production audiovisuelle Schéma général 1 PRESENTATION GENERALE L association

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009

RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 RAPPORT DE MARCHE FANAF EXERCICE (ANNEE) : 2009 I. Environnement économique 2009 SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) 31 625 Taux de croissance de l'économie 3,00% II. Environnement Institutionnel

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

38 e assemblée générale de la FANAF

38 e assemblée générale de la FANAF 38 e assemblée générale de la FANAF Les nouveaux enjeux du contrôle des assurances Ouagadougou, mardi 18 février 2014 François Tempé Autorité de Contrôle prudentiel et de Résolution (ACPR) Abréviations

Plus en détail

Montpellier. 24 mai 2011

Montpellier. 24 mai 2011 Montpellier 24 mai 2011 SOMMAIRE Le Groupe AXA Retour sur 2010, une année charnière Performance en 2010 et indicateurs d activité 2011 Priorités pour 2011 et après Christian RABEAU Directeur de la Gestion

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE www.oecd.org/dev/reperes Repères n 7 Le financement des PME en Afrique par Céline Kauffmann Repères n 7 découle des Perspectives économiques en Afrique 2004/2005, une

Plus en détail

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence BROCHURE TARIFAIRE 2015 AFRICA Africa Intelligence Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence L abonnement à Africa Intelligence comprend l

Plus en détail

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance

GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES. Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance GRAS SAVOYE CONSEIL ET COURTAGE EN ASSURANCES Risques Supply Chain : le point sur le marché de l'assurance Le 3 juin 2014 Gérard GUENDAFA Risques Supply Chain Vulnérabilité dans la chaîne d approvisionnement

Plus en détail

Communication Financière. 12 Mai 2014

Communication Financière. 12 Mai 2014 Communication Financière 12 Mai 2014 1 Introduction: Les Faits marquants de l année 2013 Les Performances 2013 Les Perspectives 2014 et la Stratégie de développement sur le restant du plan 2014-2016. Augmentation

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE

ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE NOTE INTERNE DIRECTION DE L INTERNATIONAL ET DE L UNIVERSITE POLE AFRIQUE ET MEDITERRANEE DECEMBRE 2014 ETUDE AFRIQUE AUPRES DU RESEAU BPIFRANCE EXCELLENCE Bpifrance accompagne le développement des entreprises

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications?

Atelier B01. Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? Atelier B01 Nouvelle stratégie d utilisation de captives : quelles diversifications? 1 Atelier B01 Intervenants Hugh ROSENBAUM Towers Watson Retired Principal Fabrice FRERE Aon Global Risk Consulting (Luxembourg)

Plus en détail

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT

Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles L EXPERIENCE ALGERIENNE. Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT Assurance & Réassurance des risques de Catastrophes Naturelles Par Mr. Abdelmadjid OULMANE Chargé Des CAT NAT L EXPERIENCE NNE Àla Compagnie Centrale de Réassurance -Algérie ALGERI E I- Brève présentation

Plus en détail

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS

GUILLAUME GILKES PRINCIPALES QUALIFICATIONS GUILLAUME GILKES ESSEC MBA, Actuaire 10 ans d expérience dans le conseil, la formation et la gestion de projet à l international : Actuariat : protection sociale, assurance, finance Stratégie : étude de

Plus en détail

Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant

Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant Ministère de L'enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Université Ferhat Abbas Evolution du Marche Des Assurances en Algérie et La Réglementation Le Régissant 2a 2011 26 25 PARTIE 1 : EVOLUTION

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING État DEs lieux de LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE Publié conjointement par : Fondation Munich Re www.munichre-foundation.org Contact : Dirk Reinhard, dreinhard@munichre-foundation.org

Plus en détail

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie?

L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? L assurance islamique ou Takaful : A-t-elle un avenir en Algérie? Mr Toufik CHEDDADI General Manager FIRST ASSUR Broker/ Alger Introduction Cet article vise à introduire le concept et l'industrie du Takaful

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES DOSSIER DE PRESSE. Gras Savoye, une dimension internationale.

GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES DOSSIER DE PRESSE. Gras Savoye, une dimension internationale. GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES DOSSIER DE PRESSE Gras Savoye, une dimension internationale. Janvier 2011 Page 2 Page 3 Gras Savoye : une dimension internationale Sommaire Présentation du Groupe p.5

Plus en détail

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Un des plus grands groupes financiers européens...p3 en France Au service des Particuliers et des Entreprises...p4 en quelques

Plus en détail

Les soieils des Assurances

Les soieils des Assurances .. à la Rencontre sur Francophonie et Culture appelait, à juste titre, ((un directoire franco-québécois ))? L attrait français pour la francophonie se nourrit, à l heure actuelle, de beaucoup d ambiguïtés,

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

LLe marché africain de l assurance et de la réassurance offre un potentiel de croissance

LLe marché africain de l assurance et de la réassurance offre un potentiel de croissance Dossier spécial Best Notre expertise à votre service. Afrique non-vie et vie Analyse du marché Le 21 janvier 2013 Divers moteurs, dont les industries de l énergie et la croissance de la population. Les

Plus en détail

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE Dans un contexte de plus en plus mondialisé où la stratégie internationale prend une importance grandissante, l implantation sur le continent africain

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes Introduction en Bourse de la Société «Assurances SALIM» Réunion d analystes 22 Février 2010 & Membre d Sommaire I. Le secteur des assurances en Tunisie i II. Présentation de la société «Assurances SALIM»

Plus en détail

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société

IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société IV Forum des Assurances d Alger Réforme dans les assurances : plus de rigueur au service de la société L assurance vie : une composante épargne et une composante risque, L impact des nouveaux produits

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement.

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Du 04 au 15 Mai 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Report du lancement de la plateforme T2S. Agrément de 10 CCP

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 Fabrice KOM TCHUENTE Fabrice.kom-tchuente@finafrique.com Deux chiffres pour caractériser le marché financier

Plus en détail

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc

Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Bureau Central Marocain d Assurances Indemnisation des victimes des accidents de circulation au Maroc Paris, le 07 octobre 2008 Mr Hamid BESRI Directeur Général du BCMA Sommaire Présentation du secteur

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale

Atelier A N 29. Code CIMA, risk management et coopération internationale Atelier A N 29 Code CIMA, risk management et coopération internationale Intervenants Jean Claude NGBWA Secrétaire Général de la CIMA cima@cima-afrique.org Edmond Charles BRIAND Risk Manager ec.briand@bollore.net

Plus en détail

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES LA GARANTIE DE L AUTOMOBILE LA COMPAGNIE AUTOMOBILE D ASSURANCE ET DE REASSURANCE ASSOCIÉES est une société de souscription et de gestion en assurance et en réassurance qui RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie

www.macsa.com.tn Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Département Recherches Etude du secteur des assurances Analyse Sectorielle Novembre 2011 Le secteur des assurances en Tunisie Les sociétés opérant dans le marché des assurances en Tunisie s élèvent à 22

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe

EXCESS RC PME - PMI. Georges BORKOWSKI. Février 2006. ACE Europe EXCESS RC PME - PMI Georges BORKOWSKI Février 2006 ACE Europe ACE Group Début des années 1980, crise de la Responsabilité Civile aux USA 1985 : création d ACE, Assureur spécialisé en Excess 1999 : acquisition

Plus en détail

AIG, un des leaders mondiaux de l assurance, compte plus de 63 000 collaborateurs et 88 millions de clients dans le monde. Vous trouverez dans cette

AIG, un des leaders mondiaux de l assurance, compte plus de 63 000 collaborateurs et 88 millions de clients dans le monde. Vous trouverez dans cette Bienvenue chez AIG 2 AIG, un des leaders mondiaux de l assurance, compte plus de 63 000 collaborateurs et 88 millions de clients dans le monde. Vous trouverez dans cette brochure une présentation de notre

Plus en détail

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES LA MESURE DES PERFORMANCES DES COMPAGNIES D ASSURANCES Séminaire - Atelier La mesure des performances des compagnies d assurances 1 ère communication Généralités sur les processus d évaluation des activités

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Asset Management. A Commitment to Excellence

Asset Management. A Commitment to Excellence Asset Management A Commitment to Excellence L ambition que nous poursuivons et que nous partageons avec nos partenaires et clients s enracine profondément dans la culture d un groupe qui met l excellence

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI

Atelier B8. La gestion des risques et des assurances dans les ETI Atelier B8 La gestion des risques et des assurances dans les ETI Intervenants Hélène DUVIVIER Philippe LABEY Responsable Régional Lyon SET Risques et Assurances Xavier MARY Bernard DURAND Modérateur Nicolas

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015

PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE. Projet de stratégie 2015-2020. Mai 2015 PARIS, PLACE DE RÉASSURANCE ET D ASSURANCE INTERNATIONALE Projet de stratégie 2015-2020 Mai 2015 1 SOMMAIRE Introduction Place internationale assurance/réassurance Diagnostic de place Plan de développement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine

Note de présentation Intermédiaire et conseils de l assurance et du patrimoine Code Apporteur : Note de présentation et du patrimoine Nom de la personne physique ou morale exerçant l activité dont il est demandé la garantie ci-après dénommée l entreprise :..... Adresse de l établissement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE MOBILISATION DE RESSOURCES ET DES PROCEDURES Y RELATIVES POUR LA BIDC Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie de mobilisation de ressources

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

2014 RÉSULTATS ANNUELS

2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS Conférence de presse Paris - 25 février 2015 Certaines déclarations figurant dans ce document contiennent des prévisions qui portent notamment sur des événements futurs, des tendances,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Courtier d Assurance INFORMATIONS GENERALES 1. Etes-vous? Courtier et / ou Agent général compagnie Laquelle :... 2. Nombre de personnes travaillant dans votre cabinet (y compris

Plus en détail

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail