HYPOTHESES MISSION MAMBO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HYPOTHESES MISSION MAMBO"

Transcription

1 HYPOTHESES MISSION MAMBO Hypothèses mission : MAMBO effectue les mesures suivant la séquence suivante : 1) Position de départ θ0 : position de sécurité face à la charge "chaude", 2) Mesures au Nadir entre les angles θn0 et θn1 : 5 points de mesure ; intégration 1 à 5 s, 3) Mesures au Limbe entre les angles θl0 et θl1 : mesure tous les 5 km soit ~26 mesures (24 sans marge) ; intégration 1 à 5 s, 4) Mesures du ciel froid : 5 points de mesure ; intégration 1 à 5 s, 5) Retour position de sécurité ou nouvelle nesure sens "Foward" ou "Reverse" (direction vecteur vitesse ou inverse vecteur vitesse). Ciel froid: θ CF Limbe: θ L1 Nadir: θ N0 & θ N1 Limbe: θ L0 Hypothèses connaissance du Nadir et champ de vue : L'Orbiteur : 1) pointage du Nadir entre N+ 6 deg et N-6 deg pour des besoins de désaturation des roues, 2) stabilité du pointage direction Nadir +/- 3 deg, 3) nécessité de manœuvres de dépointage Nadir, moins de 2 mois par an, pour couvrir les besoins de communication avec la terre (fonction positions relatives Terre/Mars): indisponibilité du pointage Nadir ~40 deg sur l'orbite., 4) champ de vue Nadir +/- 45 deg interdit (implantation de MAMBO sur l'orbiteur). Prise en compte des contraintes de connaissance du Nadir par MAMBO : L'objectif étant de définir le système le plus simple qui répond au besoin, je vous propose les "cogitations" suivantes : - Point 1) : le décalage angulaire du pointage Nadir de l'orbiteur est "défini" au sol pour une période (quelques jours). On peut donc prendre en compte ce décalage dans le Plan de travail Charge Utile (PTCU) MAMBO qui sera élaboré au sol. En première approche cela va déterminer les angles θn*, θl*, θcf qui seront éventuellement corrigés avec la prédiction d'orbite en fonction de la latitude de la mesure souhaitée. - Point 2) : la stabilité du pointage doit être prise en compte en terme d'incertitude sur les angles de visée pour θl* (θl0-3 deg et θl1+3 deg). Ceci a des conséquences sur le nombre de spectres à acquérir (voir dans les paragraphes suivants).

2 - Point 3) : de la même manière que pour le décalage angulaire du Nadir, ces manœuvres sont définies au sol pour une période et peuvent facilement être prises en compte dans les PTCU (pas de mesure pendant les manœuvres). - Point 4) : compte tenu des décalages de pointage Nadir, il est nécessaire de réduire (voire de supprimer) le champ de vue interdit au voisinage du Nadir. Ceci est en cours d'étude côté Orbiteur. Capacité de mesure : Hypothèse complémentaires : je ne connais pas le volume en kbits d'un spectre mais, avec les "headers" on peut l'estimer à 50 kbits. Avec 3 spectromètres 150 kbits. D après «kick-off PI» : 16 Mbits / cycle pour l ensemble des spectros => 600 kbits / cycle après compression. Un cycle =~2 min. La capacité de transmission offerte par l'orbiteur est de 400 Mbits/j pour toutes les CU's au minimum et de 1Gbits/j au maximum. Pour 2 CU's et avec 20% de réserve pour les HK on obtient : 160 Mbits min. ; 400 Mbits max. Nombre de spectres Nadir à acquérir en fonction de H : J'ai essayé de définir, a priori, le nombre de spectre à enregistrer pour un balayage Nadir en fonction de l'orbite. Si l'on considère que 26 spectres sont nécessaires pour balayer 0 à 130 km par pas de 5 km, j'ai appliqué la relation suivante pour chaque orbite : (26/ θ)x ( θ+6) H (km) Limbe sans incertitude Nadir Limbe avec incertitude Nadir Nadir Ciel froid Total mesure (avec inc. Nadir) Soit pour une mesure (séquence hypt1) les capacités et le nombre de mesures/jour suivantes : H (km) Volume/mesure (Mbits) Nombre de mesures min/jour Nombre de mesures max/jour 170 7, , , , A comparer aux 30 mesures min/jour et aux 74 mesures max/jour si MAMBO à l'on réduit l'incertitude de connaissance du Nadir à des valeurs (fonction de l'orbite) qui dans tous les cas devront être < à 0,1 deg. Même avec des données d'attitude fournies par l'orbiteur et un modèle de restitution d'orbite à bord (de MAMBO) je ne pense pas que de telles précisions soient possibles. Stockage et transfert des données vers l'orbiteur : La capacité de la mémoire de masse associée à MAMBO sur l'hypothèse ou on stocke 2 jours de mesures devrait se situer à environ 1,5 Gbits si l'on réserve 500 Mbits pour les tables HK (c'est large) et d'éventuelles TDIF d'investigation. Il ne faut pas perdre de vue que le transfert de 500 Mbits de MAMBO vers l'orbiteur par le 1553 va prendre un temps certain (200 kbits/s/2 soit 100kbits/s) : ~90 mn. Comme l'orbiteur ne fournit pas une capacité de stockage suffisante, il faudra envoyer ces données à un débit compatible du débit TM Orbiteur ( soit transfert via calculateur Orbiteur directement vers le DST soit utilisation de la MdM Orbiteur mais, on ne peut pas écrire plus vite que l'orbiteur lit).

3 Contraintes liées au passage en survie de l'orbiteur : Lors du passage en mode "safe" de l'orbiteur, les CU's doivent être mises "OFF". En l'absence de BCG (Barre de Coupure Générale) l'orbiteur utilisera les commandes "CL" pôur mettre "OFF" MAMBO. Toutefois, il faut définir (côté MAMBO) les conditions de cette coupure. Je propose un mode Veille Forcée (VF) MAMBO qui quel que soit le mode actif permet d'interrompre le processus de manière à imposer le mode Veille (VLE). Lors de la transition vers VLE, le scan sera commandé de manière à mettre l'antenne en position de sécurité. (Y-a-t-il des contraintes vis à vis de l'antenne? éclairement solaire direct, ) Soit la séquence suivante si passage en mode "safe" Orbiteur : - L'Orbiteur envoie la cde VF à MAMBO (avant toutes manœuvres), - Attente x secondes (3 s TBC spécifiées en 540), - Coupure MAMBO par CL "ON/OFF". Modes MAMBO : Auto-Meas AMS Single-Meas SMS Calibration CAL VLE Gestion MdM GMM Autotest Investigations INV OFF

4 VF : flèches "rouges" Mode "OFF" : - MAMBO hors tension : lancement, Cruise, Oph1 (partiellement TBC), "Safe", - Transition OFF/VLE commande CL1 Orbiteur (Tch Orbiteur) - Autotest : lors de la transition OFF/VLE ou en mode INV (AUT), - Transition VLE/OFF commande CL0 Orbiteur (Tch Orbiteur). Mode "VLE" : - PDCU & Contrôle thermique "ON", - Tous les autres équipements "OFF" (TBC). - Antenne en position de sécurité. Mode "INV" : Ce mode permet toutes les commandes élémentaires des équipements par exemple : vérrouillage/déverrouillage du mécanisme scan (lancement), des commandes de type Move to (angle, step, dtéta/dt, ), etc. Ce mode peut également permettre des commandes de plus haut niveau qui seront nécessaires par exemple : déclenchement autotest, acquisition de spectre, etc. Mode "CAL" : Ce mode effectue une calibration instrument les paramètres sont TBD (température charge chaude, etc.). Il peut être appelé depuis le mode VLE ou les modes de mesure (AMS, SMS). Mode SMS : Ce mode mesure unique effectue une mesure en fonction des paramètres qui pourraient être : - les angles θ**, - la valeur de pas : step (ou deltatéta/dt) - calibration amont requise, - stockage des spectres, Mode AMS : Ce mode effectue des mesures en continu, les paramètres pourraient être : - Cycle (Fowward, Reverse, attente, ) - angles θ* (Foward et Reverse) - valeur de pas (FW, REV), - calibration (périodicité), - stockage des spectres, Mode GMM : Ce mode permet la gestion de la mémoire de masse :

5 - Autotest (peut être également en mode INV), - Partition, - Ecriture, - Lecture, - Ecriture/lecture, Divers : Il est nécessaire de prévoir également les modes "patch/dump" du logiciel ainsi que les configurations HK et TMS : vidage via MdM, vidage direct sur 1553, table d'anomalie, TDIF, etc.

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Maison DÔME éléments de correction

Maison DÔME éléments de correction Maison DÔME éléments de correction 1 - ANALYSE FONCTIONNELLE DU DISPOSITIF DE ROTATION DE LA MAISON Q 1) Désignation du flux d entrée de la chaîne d énergie repéré sur le schéma-blocs : Réseau domestique

Plus en détail

PRESENTATION EYE-SAT

PRESENTATION EYE-SAT PRESENTATION EYE-SAT OBJECTIFS DE LA MISSION OBJECTIFS SCIENTIFIQUES La lumière zodiacale 3 n La lumière zodiacale, c est quoi? n n Ø Faible lumière qui correspond à la diffusion de la lumière solaire

Plus en détail

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures A- MISE EN EVIDENCE DES PARAMETRES D'ASSISTANCE

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures A- MISE EN EVIDENCE DES PARAMETRES D'ASSISTANCE PSI* 24/01/14 Lycée P.Corneille tp_loi d_assistance_dae.doc Page 1/1 Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Etude de la loi d assistance Temps alloué 2 heures Vous disposez : De la direction

Plus en détail

Les principes physiques

Les principes physiques Géométrie des images spatiales Les principes physiques OLIVIER DE JOINVILLE 1e partie Table des matières I - Principes 5 II - Généralités sur la localisation directe 7 A. Généralités sur la localisation

Plus en détail

Afficheurs OLED RAX 133Y RAX134Y

Afficheurs OLED RAX 133Y RAX134Y Afficheurs OLED RAX 133Y RAX134Y Ces afficheurs OLED* permettent d afficher 16 caractères sur 2 lignes (RAX-133Y) et 20 caractères sur 4 lignes (RAX-134Y). Ils sont équipés d'un module de gestion PICAXE

Plus en détail

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires.

Poursuite du soleil pour panneau solaire. Système de positionnement automatique de panneaux solaires. Poursuite du soleil pour panneau solaire Système de positionnement automatique de panneaux solaires. 1.1. Introduction. Le positionnent d un panneau face au soleil par rapport au même panneau positionné

Plus en détail

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Session 2007 Étude des systèmes techniques industriels Durée : 6 heures coefficient : 8 AUTOMATISME DE PORTE DE GARAGE

Plus en détail

Cours et exercices satellites et communications spatiales

Cours et exercices satellites et communications spatiales Les télécommunications par satellites offrent des possibilités complémentaires aux communications par lignes et ondes terrestres. Quelques notions de physique aident à comprendre le fonctionnement de ces

Plus en détail

UNITÉ DE CLIMATISATION / THERMOPOMPE MURALE MANUEL D UTILISATION

UNITÉ DE CLIMATISATION / THERMOPOMPE MURALE MANUEL D UTILISATION UNITÉ DE CLIMATISATION / THERMOPOMPE MURALE MANUEL D UTILISATION KF / KFR09GW 9 000 Btu/h KF / KFR12GW 12 000 Btu/h KF / KFR18GW 18 000 Btu/h KF / KFR24GW 24 000 Btu/h TABLE DES MATIÈRES : Mesures de précaution.

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07

CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07 CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07 La station de mesure F6KSX Calibration sur soleil Les mesures Données brutes principe de traitement Variation de la température de brillance

Plus en détail

Calibration de systèmes de levé mobiles

Calibration de systèmes de levé mobiles 1/30 Calibration de systèmes de levé mobiles S. Levilly, N. Seube ENSTA Bretagne Brest, FRANCE et CIDCO Rimouski Qc, CANADA Journées AFHy, Juin 2014 Les systèmes mobiles Ils sont généralement constitués

Plus en détail

DISPOSITIF D ESSUIE-VITRES DE LA RENAULT SCENIC II

DISPOSITIF D ESSUIE-VITRES DE LA RENAULT SCENIC II DISPOSITIF D ESSUIE-VITRES DE LA RENAULT SCENIC II CORRIGÉ OBJET D ETUDE 1 : L ARCHITECTURE FONCTIONNELLE DU PRODUIT QUESTION 01 : Intensité de la pluie ou intensité des précipitations ou quantité d eau

Plus en détail

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19 / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Réglages rapides et précis par encodeurs ou par les interfaces. Interfaces analogique,

Plus en détail

TRACEUR GPS Pro GUIDE D UTILISATION

TRACEUR GPS Pro GUIDE D UTILISATION TRACEUR GPS Pro GUIDE D UTILISATION 1- CARTE SIM Le Traceur GPS Pro doit recevoir une carte SIM, pour lui permettre de transmettre à distance ses informations de positionnement. Cette carte doit obligatoirement

Plus en détail

HL-P IMPRIMANTE SMS MANUEL UTILISATEUR

HL-P IMPRIMANTE SMS MANUEL UTILISATEUR HL-P IMPRIMANTE SMS MANUEL UTILISATEUR Instructions d Utilisation Introduction : L imprimante HL-P permet d imprimer des SMS reçus sur sa puce SIM par le réseau GSM. Avant la mise sous tension Avant d

Plus en détail

«Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro.

«Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro. «Sextant» expérimental papier (mais c est plutôt un «quadrant»!) principes de mise en œuvre de la navigation astro. Traçage 1 Matériel nécessaire : un réglet gradué en mm un crayon à mine très fine (0.5

Plus en détail

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Proposition d un modèle mécanique Temps alloué 2 heures

Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Proposition d un modèle mécanique Temps alloué 2 heures PSI* 28/11/12 Lycée P.Corneille tp_modele_mecanique_dae.doc Page 1/1 Travaux Pratiques. :Direction assistée électrique Proposition d un modèle mécanique Temps alloué 2 heures Vous disposez : De la direction

Plus en détail

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles.

MBR225. Le module a été conçu et réalisé conformément aux normes en vigueur portant sur la sûreté et la fiabilité des installations industrielles. MBR225 Module de surveillance des chaînes cinématiques Le module est dédié à la surveillance du fonctionnement de machines dont la chaîne cinématique constitue un facteur important de sécurité : treuil,

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 3. Pointage et suivi automatiques Les instruments sont portés par une monture équatoriale dite à l allemande dont chacun des deux axes est solidaire d une

Plus en détail

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique»

MODULE REACTEUR. Chimie industrielle. Bilan thermique. Apports et éliminations de chaleur. Guide TP «conduite d une réaction exothermique» MODULE REACTEUR Guide TP 1 / 30 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Premiers éléments du bilan thermique 11 Fiche 2 Conduite d une

Plus en détail

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents Beamex Calibration White Paper info@beamex.com Configuration et étalonnage des instruments intelligents Configuration et étalonnage des instruments intelligents Les instruments intelligents sont de plus

Plus en détail

Manuel d instructions

Manuel d instructions www.spygadgetonline.ca Multifonctionnel Horloge Caméra HD Spy Gadget Online Manuel d instructions www.spygadgetonline.ca Horloge Caméra Manuel d utilisation Adaptateur AC Disque compact Câble USB Télécommande

Plus en détail

8 bonnes raisons. papier!

8 bonnes raisons. papier! 8 bonnes raisons DE PASSER informatisée, INCONDITIONNELS DU crayon ET A UNE GESTION COMMERCIALE POUR LES DU papier! le passage informatisée. Laurent PARERA, Fondateur d EOLE Concept et créateur de GC Soft,

Plus en détail

Migrez facilement du monochrome à la couleur.

Migrez facilement du monochrome à la couleur. Courrier et Expédition Impression Système d impression IntelliJet 20 Impression jet d encre couleur à haute vitesse Migrez facilement du monochrome à la couleur. Obtenez un véritable avantage concurrentiel.

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

KRONOS V4. Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9

KRONOS V4. Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9 KRONOS V4 Logiciel de gestion de banc d essai moteur KRONOS4_P_08_04 1/9 KRONOS : une multitude d applications. Rotronics conçoit des bancs d essai liés au moteur à combustion interne depuis plus de 10

Plus en détail

Manuel Utilisateur OPN 2001 Scanner de Poche O P T I C O N

Manuel Utilisateur OPN 2001 Scanner de Poche O P T I C O N Manuel Utilisateur OPN 2001 Scanner de Poche O P T I C O N Table des matières 1. Introduction... 3 1.1 Déballage... 3 1.2 Vue détaillé... 3 2. Instructions d utilisation... 4 3. Mise en route... 5 3.1.

Plus en détail

AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique

AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique AERA MONITOR AMS8057 Enregistrement en continu et contrôle distant des mesures de champ électromagnétique Différenciation de la contribution UMTS et GSM en valeur EMF totale Contrôle des champs électriques

Plus en détail

ID 15 l alternative intelligente au système de code à barres. Le système d identification ID 15 de Rexroth

ID 15 l alternative intelligente au système de code à barres. Le système d identification ID 15 de Rexroth ID 15 l alternative intelligente au système de code à barres Le système d identification ID 15 de Rexroth 2 Identification des pièces sans erreur même dans les conditions les plus difficiles Le système

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

A. Initialisation des services BMW ConnectedDrive

A. Initialisation des services BMW ConnectedDrive Sommaire A. Initialisation des services BMW ConnectedDrive... 2 B. Activation des services à distance... 5 C. Guide d utilisation pour «My BMW Remote App»... 8 1. Conditions préalables... 8 2. Configurer

Plus en détail

Mobile Security Configurator

Mobile Security Configurator Mobile Security Configurator 970.137 V1.1 2013.06 fr Manuel d'utilisation Mobile Security Configurator Table des matières fr 3 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Caractéristiques 4 1.2 Installation

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 Fonctions La carte Mermoz est un système électronique qui se charge d enregistrer et de dater des mesures de tension. Elle peut être utilisée pour une large variété

Plus en détail

GEFRAN 450 REGULATEUR CONFIGURABLE

GEFRAN 450 REGULATEUR CONFIGURABLE GEFRAN 450 REGULATEUR CONFIGURABLE Applications principales : Machines de conditionnement Machines d emballage Machines d étiquetage Installations de transformation pour l industrie alimentaire Machines

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats 1/ But :... 3 2/ Procédure d achat :... 3 3/ Pré-requis :... 3 4/ Génération des prévisionnels de commandes fournisseurs :... 3 4.1/ Comment y aller?... 3 4.2/ Les filtres :... 3 4.3/ Calculs et conditions

Plus en détail

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu :

Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : TRANSMETTEURS EN INSTRUMENTATION Transmetteurs aux SIGNAUX ANALOGIQUES STANDARDS Rappel d une chaîne de mesure d un procédé régulé en continu : Capteur Transmetteur Régulateur PROCESSUS Actionneur Signal

Plus en détail

Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable

Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable Data loggers SOFREL LS Solutions réseaux d eau potable Les data loggers SOFREL LS sont dédiés au suivi des réseaux d eau (regards de comptage, chambres de vannes, ). Robustes, totalement étanches (IP 68),

Plus en détail

Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques

Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques LIVRE BLANC Les dispositifs différentiels résiduels 30 ma et les centres informatiques 1 INTRODUCTION Ce livre blanc se veut exhaustif et regroupe les divers argumentaires explicites et existants pour

Plus en détail

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement

régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation TF 313 environnement 2 2 3 3 régulation, programmation Série TF logiciel d application régulateur de température ambiante option climatisation famille : Heating type : Regulator TF 313 environnement TF 313 1 0 1 sélection

Plus en détail

M1500. Moteur pour vanne à siège

M1500. Moteur pour vanne à siège M1500 Moteur pour vanne à siège septembre 2007 Le moteur M1500 est un moteur électromécanique prévu pour commander des vannes à siège deux et trois voies dans : les circuits d eau chaude sanitaire les

Plus en détail

Tablet Coating Technology

Tablet Coating Technology Profile Automation travaille avec l industrie pharmaceutique depuis de nombreuses années et a tiré profit de l expérience des spécialistes du pelliculage les plus renommés de cette industrie pour créer

Plus en détail

L INVENTAIRE DES EMPLACEMENTS AVEC LES TERMINAUX DE SAISIE SANS FIL

L INVENTAIRE DES EMPLACEMENTS AVEC LES TERMINAUX DE SAISIE SANS FIL L INVENTAIRE DES EMPLACEMENTS AVEC LES TERMINAUX DE SAISIE SANS FIL Manuel Utilisateur STRATEGIE-INFORMATIQUE Immeuble la Coupole Grand-Camp 97142 ABYMES Page 1 PRESENTATION 3 DEROULEMENT DE L INVENTAIRE

Plus en détail

La continuité des activités informatiques. Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008

La continuité des activités informatiques. Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008 La continuité des activités informatiques Intégrer un PCA dans mon entreprise Prangins 17 Janvier 2008 Pas de recette toute faite!!! Vérité n 1 : «il existe autant de PCA différents que de sociétés» Votre

Plus en détail

Description des performances et conditions d utilisation

Description des performances et conditions d utilisation EC1000 TM Analizador A n a l y s e u r ÉElectroQuímico l e c t r o C h i m i q u e d e de B abaterías t t e r i e s F i c h e t e c h n i q u e Cette fiche technique décrit les performances et conditions

Plus en détail

Smart Energy & Power Quality Solutions. www.energy-portal.com. La solution Cloud pour votre gestion d Energie

Smart Energy & Power Quality Solutions. www.energy-portal.com. La solution Cloud pour votre gestion d Energie Smart Energy & Power Quality Solutions www.energy-portal.com La solution Cloud pour votre gestion d Energie ENERGY-PORTAL Energy-Portal Vos avantages La solution cloud développée spécifiquement pour les

Plus en détail

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar

CHECK-LIST F150 M F-GAQC. Aéroclub Saint Dizier - Robinson VISITE EXTERIEURE VISITE PRE-VOL EXTERIEURE. Dans le hangar Dans le hangar VISITE EXTERIEURE CHECK-LIST F150 M F-GAQC 2 purges essence... Niveau huile... Verrière, fenêtres... Sur le parking Essence... Barre de manœuvre... Effectuées Entre FULL et 2 cm en dessous

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Mesure Instrumentation

Mesure Instrumentation Instrumentation 291 072 Français p 1 Version : 2109 1 Introduction Nous vous recommandons de lire attentivement ce manuel avant toute utilisation et de suivre scrupuleusement les indications qu'il contient.

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC

Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC Inforindus Solution photovoltaïque hybride pour la RDC Solution photovoltaïque hybride pour la RDC 1-Présentation des solutions Il existe en fait plusieurs types de solutions pour l alimentation d un consommateur

Plus en détail

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5

Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Optimisation de trajectoire pour une mission Ariane 5 Ludovic Goudenège (sur la base d un projet de Pierre Martinon) ENSTA - Module IN103 Septembre 2012 Plan 1 Quelques données et chiffres 2 Dynamique

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK Rhanjati Mohamed mrhanjati@yahoo.com RÉSUMÉ Le projet «TRAIN» consiste en la gestion d un site ferroviaire donné. Cette gestion étant axée sur la détection,

Plus en détail

Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse. Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre

Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse. Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre Etudier et mettre en œuvre un variateur de vitesse Banc variation de vitesse Altivar 71 avec frein à poudre 1. Présentation de l Equipement Cet équipement est destiné à l apprentissage des différents

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08

Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08 Manuel d installation Installatie handleiding SD201 03/08 Table des matières 1 Remarques relatives à la documentation 4 2 Identification CE 4 3 Choix de l emplacement 4 4 Consignes de sécurité 4 5 Liste

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE DIRECTION A ASSISTANCE VARIABLE (ZF) " SERVOTRONIC D8" (direction à vérin intégré)

DOSSIER TECHNIQUE DIRECTION A ASSISTANCE VARIABLE (ZF)  SERVOTRONIC D8 (direction à vérin intégré) Examen : BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Session 1999 Spécialité : MAINTENANCE ET APRES VENTE AUTOMOBILE Option : VEHICULES PARTICULIERS Code : MACSVEP Durée : 6h Epreuve : U5. COMPREHENSION DES SYSTEMES

Plus en détail

testo525 Software Mode d emploi

testo525 Software Mode d emploi testo525 Software Mode d emploi testo525 Software Mode d emploi Caractéristiques nécessaires À partir d un Pentium 133 16 Mb Ram Carte graphique Haute définition Souris Windows TM 95/98/NT/2000/ME Lecteur

Plus en détail

Information Equipment

Information Equipment PLM Information Equipment SOMMAIRE: DESCRIPTION ET CARACTERISTIQUES PRINCIPALES PLAN D INSTALLATION INFORMATIONS TECHNIQUES CONFIGURATION Sealed Air S.A.S. 53 rue St Denis Boîte Postale 9 F-28234 EPERNON

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

Sommaire II. III. IV. VI.

Sommaire II. III. IV. VI. 1 Sommaire I. II. III. IV. V. VI. Généralités Paramètres métrologiques Etalonnage et vérification Exploitation des résultats ATOL-GPI et la 21 CFR part 11 Les technologies utilisées 2 I. Généralités 1.

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans l habitat

Maîtrise de l énergie dans l habitat Séquence 1 : Quels sont les postes de consommation d énergie dans une habitation? 2 séances Séance Séquence 2 : Quel est le systéme de chauffage le plus économique? Séance Séquence 3 : Quels éléments composent

Plus en détail

N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 CONTRÔLE TEMPÉRATURE DE MÉLANGE. Conduit de retour du système de chauffage. 1 m (40 po) minimun.

N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 CONTRÔLE TEMPÉRATURE DE MÉLANGE. Conduit de retour du système de chauffage. 1 m (40 po) minimun. N U M É R O 1 7 - J A N V I E R 2 0 1 3 V e n t i l a t i o n d e s h a b i t a t i o n s P a r t i e 2 Installation de ventilation combinée à un système de chauffage à air pulsé RACCORDEMENT DU VRC AU

Plus en détail

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE...

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE... Découverte du logiciel Mecaplan pour SolidWorks Page 1/9 Mecaplan pour SolidWorks Bielle Manivelle Piston Bâti Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL....2

Plus en détail

5. Word - Ecrire un texte

5. Word - Ecrire un texte 5. Word - Ecrire un texte Entrons dans le vif du sujet en commençant par Word! Nous allons tout d'abord voir les bases de la mise en forme du texte, et l'insertion d'éléments. 1. Ecrire son premier texte

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL

GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL GUIDE VSAT BIDIRECTIONNEL Février 2008 p. 1/5 Les connexions haut débit par satellite utilisent une technologie de haut niveau. Si le coût de l équipement et de l abonnement mensuel sont souvent les principaux

Plus en détail

principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN

principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN Le bus CAN Le protocole CAN principales caractéristiques Codage physique des bits CAN Le réseau CAN Codage des informations Structure détaillée de la trame Trace d une trame CAN à l oscilloscope Réception

Plus en détail

Administration via l'explorateur WebSphere MQ

Administration via l'explorateur WebSphere MQ Ce document présente l utilisation de l Explorateur WebSphere MQ, et en particulier sa capacité à administrer des Queue Manager distants. Il aborde également les problèmes de sécurité liés à l administration

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Procédure de réalisation de cartes électroniques a moindre coûts.

Procédure de réalisation de cartes électroniques a moindre coûts. Procédure de réalisation de cartes électroniques a moindre coûts. Version du 14/10/2012, jc_omega Matériels : - Une plastifieuse modifié (pour une montée en température plus importante, et pour que le

Plus en détail

CONTEXTE PROJET (1) FINANCEMENT DASSAULT/SEXTANT POUR PRE-ETUDE SELECTION ALCATEL ESPACE SUITE A CONSULTATION MI-1994 DEMARRAGE ETUDE : MARS 95

CONTEXTE PROJET (1) FINANCEMENT DASSAULT/SEXTANT POUR PRE-ETUDE SELECTION ALCATEL ESPACE SUITE A CONSULTATION MI-1994 DEMARRAGE ETUDE : MARS 95 CONTEXTE PROJET (1) FINANCEMENT DASSAULT/SEXTANT POUR PRE-ETUDE SELECTION ALCATEL ESPACE SUITE A CONSULTATION MI-1994 DEMARRAGE ETUDE : MARS 95 RDP : JUIN 96 MI SPOT5 : FEVRIER 99 MV SPOT5 : FEVRIER 2000

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Une nouvelle génération de centrale. Centrale analogique et numérique. 4 ou 8 lignes de mesure / 16 à 32 détecteurs max. Très grande flexibilité

Une nouvelle génération de centrale. Centrale analogique et numérique. 4 ou 8 lignes de mesure / 16 à 32 détecteurs max. Très grande flexibilité Centrale de détection de gaz Centrale analogique et numérique 4 ou 8 lignes de mesure / 6 à 32 détecteurs max. Très grande flexibilité Réduction des coûts de câblage Nouveau Nouveau Nouveau Nouveau Nouveau

Plus en détail

Institut Clément Ader

Institut Clément Ader A00 TRIBOMETRE PION/DISQUE- FAIBLE CHARGE (site d Albi) PRINCIPE Mesurer le coefficient de frottement entre un pion et un disque animé d un mouvement rotatif continu (éventuellement chauffé par induction).

Plus en détail

3900 DD et AUT Série. Machine point noué rapide avec moteur intégré MODE D EMPLOI GLOBALSEW.COM

3900 DD et AUT Série. Machine point noué rapide avec moteur intégré MODE D EMPLOI GLOBALSEW.COM 3900 DD et AUT Série Machine point noué rapide avec moteur intégré MODE D EMPLOI GLOBALSEW.COM 1 Sommaire 1. Avant utilisation...3 2. Précautions d emploi...3 3. Caractéristiques techniques...3 4. Installation...4

Plus en détail

Mesure chimique. Intelligent - meter. Ref : 701 001. Français p 1. Version : 9007

Mesure chimique. Intelligent - meter. Ref : 701 001. Français p 1. Version : 9007 Français p 1 Version : 9007 1 Présentation Cet appareil de mesures chimiques portatif permet la réalisation de mesures en laboratoire et sur le terrain. Très polyvalent, il peut mesurer de multiples grandeurs

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

Question 1.1. Modélisation d une machine simple

Question 1.1. Modélisation d une machine simple D'apres TD ENSEEIHT Question 1. Modélisation d une machine à café Corrigé du Travaux Dirigés n 2 Ingénierie des protocoles LOTOS Question 1.1. Modélisation d une machine simple La modélisation de la machine

Plus en détail

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin).

Circuit fluidique d un climatiseur : (source Daikin). TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT D AIR Tâche T3.3 : câblage et raccordement électrique des appareils. Compétence C1.2 : s informer, décider, traiter. Thème :S2 : communication technique. Séquence

Plus en détail

K 60 D 063 Z BOÎTIER DE COMMANDE AQUASET. - 2 Zones Plancher - 2 Zones Mixte (Plancher + Unités Terminales) - 1 Zone Unités Terminales

K 60 D 063 Z BOÎTIER DE COMMANDE AQUASET. - 2 Zones Plancher - 2 Zones Mixte (Plancher + Unités Terminales) - 1 Zone Unités Terminales NOTICE D INSTALLATION K 60 D 063 Z BOÎTIER DE COMMANDE AQUASET APPLICATIONS : - 1 Zone Plancher - 2 Zones Plancher - 2 Zones Mixte (Plancher + Unités Terminales) - 1 Zone Unités Terminales Février 2006

Plus en détail

Conditions de réalisation

Conditions de réalisation ENVOI D'UNE POSITION PAR SMS RECUPERATION ET STOCKAGE D'UNE TRAME GPS ENVOI DE LA TRAME PAR SMS LOCALISATION SUR CARTE IGN Conditions de réalisation Pour réaliser ces travaux pratiques, vous devez disposer

Plus en détail

Construction d une progression pédagogique

Construction d une progression pédagogique Construction d une progression pédagogique Enseignement technologique transversal en 1 re STI2D IA-IPR STI Paris - Réunion du 6 mars 2012 - lycée Raspail 1 L objectif visé A partir des Programme Centres

Plus en détail

Automates Programmables Industriels

Automates Programmables Industriels Automates Programmables Industriels 1) Structure d un API...2 1.1 Structure matérielle...2 1.2 Mémoire programme utilisateur...2 1.3 Mémoire bit...3 1.4 Mémoire mot...4 2) Structure logicielle...4 2.1.

Plus en détail

Carte d acquisition TRIDENT MANUEL UTILISATEUR

Carte d acquisition TRIDENT MANUEL UTILISATEUR Laboratoire d électronique et de technologie de l information Département Conception et Intégration dans les Systèmes Carte d acquisition TRIDENT MANUEL UTILISATEUR MyHeart 15/12/04 L.Jouanet 1.01 1/8

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Windows XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Windows XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Windows XP Aide-mémoire Novembre 2003 Table des matières Menu Démarrer...3 Propriété de l affichage...3 Onglet Thème...3 Onglet Bureau... 4 Onglet Écran de veille...5 Onglet

Plus en détail

VECTRA/ CALIBRA 4x4. Liste des pannes

VECTRA/ CALIBRA 4x4. Liste des pannes Liste des pannes Remarques générales La transmission intégrale est équipée de l autodiagnostic. Après une détection de panne, la centrale de commande enregistre la panne comme code dommage à deux chiffres.

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

Procédure d utilisation de la fonction MAILING. I. Qu est-ce que le mailing?...2

Procédure d utilisation de la fonction MAILING. I. Qu est-ce que le mailing?...2 Procédure d utilisation de la fonction MAILING V. 2.167 Plan du document : I. Qu est-ce que le mailing?...2 II. Les critères de sélections et d exclusions...2 1. de l état civil...2 2. des fiches techniques

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Les formats de fichiers images

Les formats de fichiers images Les formats de fichiers images Une photo numérique est avant tout un fichier informatique. Votre appareil convertit l'image en données puis l'enregistre. Les formats les plus courants sont le JPEG, le

Plus en détail

J utilise un APN Canon 350D défiltré.

J utilise un APN Canon 350D défiltré. Philippe Tranquille. Page 1 31/03/2012 Comment je traite mes images acquises avec un APN. J utilise un APN Canon 350D défiltré. Pour commencer il faut respecter 02 règles élémentaires. 1) Acquérir les

Plus en détail

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ SANTE RESEAU développe en 2012, une filiale, VIRTUAL SR, spécialisée dans l'hébergement PRIVÉ de Machines Virtuelles. Spécialisée dans Les Architectures Virtuelles

Plus en détail