EPARGNE INTERIEURE ET CROISSANCE ECONOMIQUE : CAS DU BENIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPARGNE INTERIEURE ET CROISSANCE ECONOMIQUE : CAS DU BENIN"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN = = = = MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE = = = = UNIVERSITE D ABOMEY CALAVI = = = = FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION = = = = MEMOIRE DE MAÎTRISE ES SCIENCE ECONOMIQUE = = = = OPTION : Economie = = = = THEME : EPARGNE INTERIEURE ET CROISSANCE ECONOMIQUE : CAS DU BENIN Réalisé et soutenu par : Georges A. SOGLOHOUN Sous la direction de : Dr. Honorat SATOGUINA Enseignant chercheur à la FASEG/UAC

2

3 DEDICACES A Dieu le tout puisant, conquérant et couronné de l univers ; Ma mère, Adjouavi AGOSSOU, je sais combien tu aurais aimé être à mes côtés aujourd hui, toi dont la vie n a pas donné la chance de nous voir grandir, merci pour nous avoir donné la vie Mon père Prosper SOGLOHOUN, qui nous a sus donné une bonne éducation, merci pour tous les sacrifices Ma seconde mère Marie TOGBE, qui nous a élevé et nous a donné son amour, que Dieu vous bénisse ; Mes sœurs et frères Eugénie, Eléonore, Antoine, Franck, Bruno, Bernadette Judith, Gabriele, Gisèle et Touwi voyez dans ce travail le fruit de vos efforts et un beau symbole de notre unité ; Mes amis Franck, Serge, Prudence, Ariel, Basile, Audrey, André, Kisito et les membres du REES merci pour l amour et le partage dont nous sommes faits preuve. Georges A. SOGLOHOUN I

4 REMERCIEMENTS Nos sincères et profondes reconnaissances à notre encadreur : Docteur Honorat SATOGUINA pour avoir accepté suivre ce travail et pour s y être impliqué véritablement malgré ses multiples occupations. Nos remerciement vont également à l endroit de : -Tout le corps professoral pour les sacrifices consentis aux fins de nous assurer une formation de qualité particulièrement : Au professeur Fulbert Gero AMOUSSOUGA, Doyen de la FASEG Dr ADANGUIDI, Vice Doyen de la FASEG A Monsieur Didier NOUKPO pour sa chaleureuse contribution dans le travail Au professeur Magloire LANHA -Aux familles SOGLOHOUN, KPAOSSOU, CLOHOUNTO et HADO -A tout le personnel de l administration de la FASEG -Au collègues du Réseau d Etude Economique et Sociale (REES) -Nos collègues de la promotion, singulièrement ceux de l option Economie II

5 LISTE DES TABLEAUX Tableau n 1 : Prédiction théorique sur le signe des coefficients des variables de l équation (2). 31 Tableau n 2 : Prédiction théorique sur le signe des coefficients des variables de l équation (4) Tableau n 3 : Taux de croissance des dépôts par type d institution financière de Tableau n 4: Structure du PIB Tableau n 5 : Evolution du taux d investissement par rapport au PIB (%) Tableau n 6 : système bancaire béninois en Tableau n 7: Résultats des tests de stationnarité sur les variables du modèle (2) 52 Tableau n 8 présentation des résultats de l équation (2).53 Tableau n 9: Principaux tests sur l équation (2)..54 Tableau n 10 : Résultats des tests d ADF sur les variables de l équation (4) 55 Tableau n 11 : Présentation des résultats du modèle (4). 56 Tableau n 12 : Principaux tests sur l équation (4)..57 Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 1

6 LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 1 : Evolution du taux de croissance du PIB..43 Graphique 2 : Evolution de l épargne intérieure brute 45 Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 2

7 LISTE DES ABREVIATIONS ADF BCEAO BAD BCEAO BM BRVM CGAP CNE CNUCED EVIEWS FECECAM FENU IMF MCO NEPAD l Afrique. OMD ONG PAIDF PAS PIB PNUD PVD : Augmented Dickey Fuller. : Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest : Banque Africaine de Développement. : Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest. : Banque Mondiale. : Bourse Régionale de Valeurs Mobilières. : Consultative Group to Assist the Poor : Caisse Nationale d Epargne. : Conférence des Nations Unis sur le Commerce et le Développement. : Econometric views : Fédération des Caisses d Epargne et de Crédit Agricole Mutuel. : Fonds d Equipement des Nations Unies. : Institution de Micro Finance : Moindres Carrés Ordinaires. : Nouveau Partenariat pour le Développement de : Objectifs du Millénaire pour le Développement : Organisation Non Gouvernementale : Fonds Panafricain de Développement de l Afrique. : Programme d Ajustement Structurelle. : Produit Intérieur Brut : Programme des Nations Unies pour le Développement. : Pays en Voie de Développement. Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 3

8 SOMMAIRE Introduction 6 Chapitre1 : Cadre théorique et méthodologie de la recherche..10 Section 1 : Cadre théorique..10 Paragraphe 1 : Contexte de l étude et problématique.10 Paragraphe 2 : Objectifs et hypothèse de la recherche 17 Section 2 : Revue de littérature et méthodologie de la recherche 17 Paragraphe 1 : Revue de littérature..17 Paragraphe 2 : Méthodologie de la recherche 26 A- Choix des variables.26 B- Choix du modèle 26 C- Collecte des données..33 D-Traitement des données 33 Section 3 : Cadre opératoire 35 Paragraphe 1 : Condition de vérification de la première hypothèse..35 Paragraphe 2 : Condition de vérification de la deuxième hypothèse.36 Chapitre 2 : Evolution historique de l épargne intérieure, de la Croissance et analyse du financement des investissements publics 38 Section 1 : Analyse de l évolution de l épargne intérieure et de la croissance économique 38 Paragraphe1 : Analyse de l évolution de l épargne intérieure 38 Paragraphe2 : analyse de l évolution de la croissance économique.40 Paragraphe 3 : Analyse de la variation annuelle de la croissance et de l épargne intérieure 44 Section 2 : Analyse du financement des investissements au Bénin.46 Paragraphe 1 : Les investissements publics.46 Paragraphe 2 : Les investissements privés 47 Paragraphe 3 Un aperçu du système financier béninois..48 Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 4

9 Chapitre 3 : Présentation et analyse des résultats..52 Section 1 : Estimation et interprétation des résultats 52 Paragraphe 1 : Estimation des équations.52 A- Le modèle de l équation (2) 52 B- Le modèle de l équation (4)..55 Paragraphe 2 : Interprétation des résultats..58 A- Interprétation des résultats du modèle de l équation (2) 58 B- Interprétation des résultats du modèle de l équation (4).59 Section 2 : Validation des hypothèses...61 Paragraphe1 : Validation de la première hypothèse.61 Paragraphe 2 : Validation de seconde hypothèse.61 Recommandations 61 Conclusion...65 Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 5

10 INTRODUCTION Aujourd hui l ensemble des acteurs économiques participant aux politiques de développement s accordent à reconnaître, depuis une quinzaine d années, l échec des politiques de financement extérieur. Ces politiques de financement extérieur ont eu pour effet d accroître le niveau d endettement extérieur des pays en développement, ce qui a fini par pénaliser leur croissance. Et par ricochet maintient les pays en développement dans le gouffre de la pauvreté. En effet la hausse concomitante des taux d intérêt et des taux de change ont accéléré le service de la dette à partir des années 80 et a obligé plusieurs pays à ne plus honorer leurs engagements vis-à-vis de la dette. Cet incapacité à honorer le service de la dette à été à l origine de l initiative en faveur des pays pauvres très endettés en vue d alléger la dette de certains pays. Tout ceci ajouté à l instabilité politique de certains pays et la hausse du prix du pétrole ont engendré la crise économique et financière dans les années 80. Cette crise a secoué les pays d Afrique subsaharienne comme le Bénin. Au Bénin cette crise a été caractérisée par une baisse du PIB (-3% en 1989), un déficit chronique des finances publiques (-7,3% en 1989) avec une accumulation d arriérés tant extérieurs qu intérieurs, un effondrement du système bancaire et une perte de compétitivité. Des Programmes d Ajustement Structurel (PAS) et des plans de redressement ont été imposé par les bailleurs de fonds (FMI), dans le but d enrayer ces déséquilibres, de manière à assurer une reprise de la croissance. De façon Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 6

11 générale, il s agissait de prendre des mesures pour dynamiser le secteur privé et améliorer la gestion des ressources publiques. Les résultats escomptés restent cependant très mitigés. La mise en place de ces réformes s est avérée si contraignante sans tenir compte des dégâts sociaux que de nos jours des solutions alternatives à la dépendance des ressources extérieures telle que la promotion de l épargne intérieure commencent à être explorées. Ainsi, la diminution de l aide extérieure montre qu il est nécessaire de mobiliser des ressources intérieures. La mobilisation de l épargne intérieure sans constituer une solution miracle aux problèmes de développement permet d atteindre les objectifs de croissance de la production dans le cadre d un développement économique endogène. L histoire des faits économiques et sociaux révèle que le décollage des pays d Europe et des " pays miracles " d Asie et d Amérique a été rendu possible parce qu il a été précédé d une accumulation importante d épargne grâce à laquelle a été assuré le financement du développement. En Afrique, et en particulier au Bénin il y a une inadéquation des structures monétaires et financières par rapport aux exigences du développement. Le système financier est considéré dans la littérature économique comme étant dualiste avec la présence d un système financier formel et d un système financier informel basé sur des petits financements aux plus pauvres généralement. Ce qui ne permet pas d orienter l épargne vers les secteurs productifs. Au lendemain de la crise financière de juillet 2008, les pays africains à travers l union africaine ont commencé par demander aux pays développés de ne pas Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 7

12 fléchir pour ce qui concerne l aide à l Afrique, ce qui montre encore le degré de dépendance des pays africains en développement vis-à-vis des pays du nord. Nous avons voulu effectuer cette recherche dans le but de cerner la contribution à l analyse du rôle de l épargne intérieure dans la croissance économique au Bénin. Cette analyse permettra de suggérer une meilleure canalisation des ressources d épargne intérieure susceptible de financer l investissement en vue de la croissance économique au Bénin. Le travail se repartit en trois chapitres. Dans le premier chapitre il est question du cadre théorique et de la méthodologique de la recherche, dans le second chapitre, nous présenterons l évolution historique de l épargne intérieure, de la croissance et l analyse du financement des investissements. Enfin dans le troisième chapitre nous ferons la présentation et l analyse des résultats. Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 8

13 CHAPITRE PREMIER Cadre théorique et méthodologique de la recherche Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 9

14 Chapitre 1 : Cadre théorique et méthodologique de la recherche. Dans ce chapitre il est question de situer le cadre de l étude, de poser la problématique et de présenter une synthèse des différentes conceptions théoriques et empiriques sur le rôle de l épargne intérieure sur la croissance, et enfin, d exposera la méthodologie choisie. Section 1 : Cadre théorique. Paragraphe 1 : Contexte de l étude et problématique. En 1776, dans Recherche sur la nature et causes de la richesse des nations Adam SMITH disait en ces thèmes «. Le principe qui nous porte à épargner, c est le désir d améliorer notre sort ; désir qui est en général calme et sans passion, mais qui naît avec nous et ne nous quitte qu au tombeau» pour montrer le rôle décisif de l épargne dans la croissance économique mis en évidence dans les pays industriels. Ainsi l épargne constitue la renonciation à une consommation présente dans le but d accroître la consommation future. Mais ce désir calme et sans passion peut être motivé par certaines politiques économiques (de taux d intérêt) dont leurs mises en place dans les pays Africains leur permettra d entamer un développement économique. L analyse des sources de la croissance a montré que les " pays miracles " d Asie et d Amérique devaient une large part de leur croissance à l importance de leur épargne, de leur système financier et des investissements effectués tant dans le capital humain et matériel. Pris collectivement, les pays en développement avaient, en 1992, fortement intensifié leur politique de mobilisation de l épargne intérieure. Dans les années 50 et 60, l une des thèses fondamentales des stratégies de développement classique soutenait que l expression des investissements Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 10

15 indispensable à une croissance soutenue des revenus était inséparable d une action majeure pour accroître la part de l épargne dans le PIB. Plusieurs arguments ont été avancés pour montrer le rôle théorique de l épargne dans la croissance économique. Harrod (1939) et Domar (1946) ont étudié les rapports entre la croissance et les besoins en capital. Leur modèle se fonde sur l hypothèse que la production de toute unité économique dépend du montant de capital qui y est investi. L investissement donne lieu à un effet revenu (ΔYd = ΔI /s) du côté de la demande et un effet capacité du côté de l offre (ΔYo = I / v) ; oū s et v sont le taux d épargne et le coefficient de capitale (K / Y). A l équilibre, ΔYd = ΔYo, donc ΔI/I = s /v. Le taux de variation de l investissement est égal au rapport entre le taux d épargne et le coefficient de capital. On voit dans ce modèle le rôle de l épargne ou plus précisément le taux d épargne : en effet l investissement (ΔI / I) et donc la croissance sont d autant plus élevés que le taux d épargne est élevé. Kaldor (1956), développe un modèle visant à démontrer la stabilité de la croissance économique, dans la mesure où la propension à épargner varie en fonction de la répartition des revenus. Dans ce modèle la propension à épargner des capitalistes est plus importante que celle des ménages ; le taux d épargne est une fonction croissante de la part du profit dans le revenu national ; la stabilité de la croissance est due à la flexibilité des salaires et profit par rapport au revenu national. En cas de pénurie de main-d œuvre, il y a risque de surchauffe de Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 11

16 l économie. Dans ce cas, les salaires augmentent et les profits par rapport au PIB diminuent ; ce qui entraîne une baisse du taux d épargne. Pour SOLOW (1956) les capacités de production par tête augmentent tant que l épargne par tête dépasse la dépréciation du capital par tête. Il en ressort que la capacité de production dépend positivement du taux d épargne. Des auteurs comme Adam Smith, David Ricardo, et J. Stuart Mill pensent que l épargne est la principale source de croissance et d accumulation du capital. D. Romer (1986) et Lucas (1986) pensent qu une augmentation du taux de l épargne augmente pour toujours le taux de croissance de l économie. Pour Keynes (1930), l investissement et non l épargne est le moteur de la machine économique. Selon lui l investissement engendre l épargne en élevant le produit selon le principe du multiplicateur d investissement. Selon J. Atkinson Hobson (1889), une épargne excessive peut entraîner une crise de surproduction générale. Des études empiriques montrent que sur la période en Allemagne, la croissance était de 3,6% en moyenne pour un taux d épargne de 12,5%. En France on a respectivement 1,1% et 13,6%. Toutefois ces modèles théoriques ne permettent pas de conclure à une relation claire entre épargne et croissance. Le sens de causalité est encore mal compris. En réalité, il y a une certaine corrélation entre épargne et investissement. L épargne constitue donc une source de financement de l investissement. La crise économique et financière traversé par le Bénin au cours des années 80 et qui était caractérisée par une baisse du PIB, un déficit chronique des finances publiques, un effondrement du système bancaire et une perte de Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 12

17 compétitivité ; a contraint les autorités du pays à adopter en 1989 un vaste Programme d Ajustement Structurel (PAS). La mise en œuvre de cette option a été marquée notamment par un désengagement graduel de l Etat des activités de production. Aujourd hui l Etat béninois se consacre pour l essentiel à la régulation de l économie, à l investissement ; en mettant l accent sur la création d un environnement macroéconomique sain ; toutes choses nécessaires au développement du secteur privé. Depuis lors, le pays a renoué avec la croissance économique avec une amélioration des finances publiques. Le système bancaire a été restructuré. Les mouvements inflationnistes ont été plus ou moins jugulés et la croissance s est quelque peu accélérée ; pourtant celle ci se révèle insuffisante. Les exportations des biens primaires sont limitées en quantité et en qualité du fait de la faible compétitivité, en conséquence le financement interne de l économie reste en deçà des besoins tandis que le financement extérieur qui le relaie reste soumis à des contraintes. De ce qui précède, il ressort que l économie béninoise demeure fragile. En dépit des bons résultats obtenus, les conditions de vie de la population ne se sont pas améliorées pour autant. Dans son rapport de 2005, le PNUD place le Bénin au 162 eme rang sur 177 pays couverts. Alors qu en 2001, le Bénin occupait la 147 eme place sur 162 pays. Pire, la réalisation des OMD semble compromise. Le tiers de la population béninoise (environ 34%) souffre de la pauvreté monétaire et 47% de diverses formes de dénuement. Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 13

18 Les analyses faites par différentes études s accordent à dire qu il ne sera véritablement possible de réduire la pauvreté qu avec un taux de croissance à deux chiffres à un effort de développement constant. De cela, les gouvernants africains ont pris conscience. De plus en plus, les gouvernements africains se préoccupent de mobiliser leurs ressources intérieures. Au sommet de l Union Africaine (U.A.) tenu en juillet 2008 au Ghana, les dirigeants du continent ont lancé une initiative destinée à exploiter les ressources locales pour financer le développement des infrastructures africaines. Jusqu à très récemment, la plupart des conférences et sommets internationaux qui se penchaient sur le financement du développement économique et social de l Afrique s occupaient généralement des moyens de mobiliser de plus importantes ressources extérieures. Cela est entrain de changer. Comme le note le rapport 2007 de la CNUCED (Conférence des Nations Unie sur le Commerce et le Développement) Une dépendance excessive vis-à-vis des flux de capitaux étrangers rend les pays africains vulnérables aux chocs extérieurs. De plus les bailleurs de fonds imposent des conditions si contraignantes. Ainsi des solutions alternatives à la dépendance extérieure (promotion de l épargne intérieure) commencent sérieusement à être explorées pour pallier la diminution des flux de capitaux extérieurs. Le fonds panafricain de développement des infrastructures (PAIDF) qui entre dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le Développement de l Afrique (NEPAD), le plan du développement du continent, cherche à trouver des ressources principalement auprès des fonds de pensions publics et privés et des sociétés de services fiduciaires de l Afrique. On estime que l Afrique subsaharienne a le taux d épargne le plus bas du monde en développement. Bien que les chiffres varient d un pays à l autre, selon les estimations de la Banque mondiale (BM), Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 14

19 l épargne intérieure brute de la région se situe en moyenne en 2005 à 18 % du Produit Intérieur Brute (PIB), contre 26% en Asie du sud et 43% environ en Asie orientale et dans les pays du pacifique. Dans certains pays ce taux est à la baisse. Bien que quelques pays aient atteint des taux d épargne élevés. Ces taux sont loin des besoins d investissement de 25% du PIB nécessaire pour réduire la pauvreté d ici à Il y a de nombreuses causes à ce faible taux d épargne en Afrique, dont des services financiers inadéquats, l éloignement physique des institutions bancaires et des exigences de dépôts et de soldes minimums élevés font que la majorité de la population n a pas accès aux services bancaires. Selon un rapport 2007 de la banque mondiale, ouvrir un compte au Cameroun exige un dépôt de 700 dollars, somme supérieure au revenu annuel de nombreux camerounais. En conséquence, seulement 20% des familles africaines détiennent un compte en banque. Selon Samuel GAVI, économiste principal pour l Afrique à la CNUCED de Genève, en Afrique, de nombreuses activités économiques se déroulent dans le secteur informel. De nombreux Africains conservent encore la plus grande partie de leur épargne sous forme de bétails, de stocks de marchandises destinées au commerce, de bijoux Les données sont peu nombreuses mais certains experts estiment qu environ 80% des avoirs détenus par les ménages le sont sous forme non financière. (Afrique Renouveau, ONU, vol 22#3 octobre 2008). Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 15

20 Selon le rapport 2004 du Fonds d Equipement des Nations Unis (FENU) au Rwanda environ comptes d épargne avec livret, dont le montant moyen de dépôt était de 57 dollars, avaient mis près de 40 millions de dollars en circulation en Le FENU expliquait que l utilisation appropriée de ces fonds sous forme de produits de crédit pourrait avoir un effet démultiplicateur pour l économie du Rwanda bien que le montant puisse paraître relativement insignifiant. Au Bénin à la suite de la réforme du secteur financier opérée dans les années 1990, le gouvernement a introduit un programme de caisses d épargne rurales pour mieux servir les pauvres. Le FENU notait dans son rapport 2004 que l économie a connu une croissance annuelle de 5% au cours des cinq dernières années à la suite de ces interventions. Il ajoutait qu une bonne politique financière et la mise en place de systèmes d épargne surs, de taux d épargne accessible et que les investissements intérieurs accrus stimuleraient la croissance de l économie béninoise. Selon le rapport 2005 du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unie, développer l épargne et s assurer qu elle est orientée vers des investissements productifs est essentiel pour la croissance économique. C est pour apporter une contribution à la recherche des sources de croissance à travers l épargne que nous avons envisagé dans le cadre de notre mémoire de maîtrise en économie ce travail de recherche. Bénin? Quel est l effet de l épargne intérieure sur la croissance économique au Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 16

21 Comment l épargne intérieure influence-t-elle la croissance économique concrètement? Paragraphe 2 : Objectifs et hypothèses de la recherche. A- Objectifs : L objectif général de la recherche est d étudier l impact de l épargne intérieure sur les performances de croissance du Bénin. De façon spécifique, Il s agira de : Déterminer l impact de l épargne intérieure sur la croissance économique au Bénin. Tester l influence de l épargne orientée vers l investissement sur la croissance. Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 17

22 B- Hypothèses : Pour atteindre ces objectifs, nous formulons deux hypothèses. L épargne intérieure améliore la croissance économique au Bénin. L épargne orientée vers l investissement (crédit à l économie) impacte positivement la croissance économique. Section 2 : Revue de littérature et méthodologie de la recherche. Paragraphe 1 : Revue de littérature Dans cette partie, nous nous intéresserons aux études théoriques sur l influence de l épargne sur la croissance économique à travers l investissement. Ensuite une attention sera portée sur les études empiriques effectuées par quelques auteurs sur le sujet. L épargne est considérée comme la renonciation à une consommation présente pour accroitre la consommation future. En effet le revenu des ménages est affecté soit à la consommation soit à l épargne. Mais depuis plus de deux siècles, deux visions s affrontent quant à l importance de l épargne dans la croissance économique. Il s agit des néo-classiques et les Keynésiens. Pour les classiques l épargne, qui constitue la formation du capital permet d accroitre la production, le chef de fil de ce courant de pensée, Adam SMITH prônait une certaine vertu pour l épargner car celle-ci accroit la capacité de production. Quant aux Keynésiens la composante essentielle de la demande globale est la consommation, l épargne n est qu un résidu, la partie du revenue non consommée ce qui leur avait permis de proposer des recommandations pour Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 18

23 résoudre la crise économique de 1929 en agissant sur la demande. Mais les sources de la croissance économique continuent d être exploré jusqu à nos jours. De recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, ouvrage d Adam SMITH qui de l aveu général est considéré comme le début de la science économique moderne. Adam SMITH montrait que c est la division du travail qui était le pilier de la théorie de la croissance, puisqu elle améliorait les compétences des travailleurs et augmentait la productivité du travail. Chaque nation dispose d autres ressources matérielles mais c est en augmentant la productivité de la main d œuvre qu une économie s enrichit. Ainsi Adam SMITH a eu le mérite de poser clairement depuis longtemps que ce sont les investissements en capital humain qui peuvent accroître la richesse des nations. Dès 1926, Keynes écrivait dans The end of laisser-faire : «Je pense qu une coordination et qu une appréciation correcte doivent présider à la détermination du montant de l épargne.»au centre de sa réflexion à cette époque, l accent était mis sur la distinction entre l acte d épargner et celui d investir et les divergences éventuelles de leur évolution. Selon Keynes, si l épargne et l investissement sont à un moment donné d un montant égal, montrant ainsi que le système est en équilibre. Leur inégalité entraîne, en revanche, de graves distorsions dans toute l économie d un pays. Pour Keynes (1930), l investissement et non l épargne est le moteur de la machine économique. Selon lui l investissement engendre l épargne en élevant le produit selon le principe du multiplicateur d investissement. Le modèle de croissance le plus traditionnellement utilisé est celui de SOLOW(1956). Dans ce modèle SOLOW montre que le taux d épargne est le déterminant clé du stock de capital d état stationnaire. Si le taux d épargne est élevé, l économie se dote d un stock de capital important qui lui permet de Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 19

24 produire un volume élevé de production. Si le taux d épargne est faible, cela induit aussi une faiblesse du stock de capital; la faiblesse du stock de capital ne permet pas à l économie de produire un volume de production important. Il s est donc apparu nécessaire d introduire dans l analyse à côté de la progression quantitative du capital et du travail la notion de rendement croissant à l échelle ainsi que toute une série d externalités comme l apprentissage (Romer; 1986) l expérience (Lucas ; 1988) la diffusion des connaissances, l innovation (Romer ; 1990) les infrastructures publiques (Barro ; 1990). C est Romer (1956) qui a été le premier à prendre en compte les différents facteurs pour déterminer les conditions d une croissance endogène : le rendement croissant, externalité, imperfection de la concurrence, remise en cause des principes d optimalité néoclassique. On peut noter à ce niveau trois ordres d avantages : - sur le plan théorique, avec la croissance endogène, on va assister à une unification théorique entre la macroéconomie (croissance), l économie publique (externalité, rendement croissant), économie industrielle (innovation), économie du développement (question de rattrapage), et de l économie internationale (pourquoi des pôles de croissances?) - sur le plan empirique, il y a une meilleure appréhension des phénomènes de convergence ou de non convergence. - au niveau de la politique, on notera d une part des imperfections qui donnent un rôle de politique économique ; et d autre part on a une possibilité d action. Pour faire apparaître une solution de croissance endogène, il faut lever l hypothèse décroissant du capital, ce qui va conduire à un modèle à rendement d échelle non décroissant. Avec un modèle du type COBB-DOUGLAS Y = AK α L β, il faut que α +β 1 ; dans le cas ou α = 1 et β= 0, on obtient le modèle AK de REBELO Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 20

25 (1991). Il ressort de ce qui précède que la croissance est fonction de nombreux facteurs tels que : le taux d épargne, l investissement, le capital humain, la dépense publique, les institutions etc. Selon Levine Revelt, une seule variable garde un lien robuste avec la croissance : le taux d investissement physique. Feldstein et Horioka (1980) ont étudié le lien entre les taux d épargne et d investissement et ont trouvé que ces taux étaient fortement corrélés. Ils ont effectué une régression portant sur 21 pays industrialisés entre la part moyenne de l épargne dans le PIB et la part moyenne de l investissement dans le PIB, sur la période Ils ont trouvé qu il existe une corrélation presque parfaite entre épargne et investissement. Selon eux, la différence d épargne et d investissement entre pays serait associée à des différences de taux de rendement. Une fiscalité importante peut affecter à la fois l épargne et l investissement (Barro, Mankiw, Sala I Martin ; 1995). Selon David Romer (1997), la forte corrélation entre épargne et investissement peut également s expliquer par des politiques gouvernementales qui contrecarrent la divergence du taux d épargne et d investissement. Chez Gurley et Show, (1955), on notait déjà l idée qu un système financier efficient active la croissance économique. Selon eux, la principale contribution du système financier à la croissance économique repose sur le fait que ce dernier permet d assurer le fonctionnement d un système de paiement efficace et évolutif, qui mobilise l épargne et améliore son affectation à l investissement grâce au taux d intérêt réels positifs. Selon Chenery et Strout (1966), il faut accumuler l épargne intérieure nécessaire pour le financement de l investissement interne. L idée d une épargne préalable Réalisé et soutenu par SOGLOHOUN Georges A 21

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne

Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Épargne, systèmes de financement et développement économique en Afrique : une alternative post-keynésienne Par Koffi SODOKIN Laboratoire d économie et de gestion Université de Bourgogne (France) Koffi.Sodokin@u-bourgogne.fr

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Partie 5 : La consommation et l investissement

Partie 5 : La consommation et l investissement Partie 5 : La consommation et l investissement Enseignant A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suite La troisième partie a exposé les théories

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES

CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES CHAPITRE 6. LES FONCTIONS MACROÉCONOMIQUES PLAN ET RÉFÉRENCES Plan du chapitre I. Circuit et équilibre macro-économique II. La consommation et l épargne III. L investissement Références Généreux (2) Mankiw

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance?

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 13:38 Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE :

PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : PARTIE I : LES DETERMINANTS DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : INTRODUCTION : Les différents moments d augmentation des richesses dans les groupes sociaux sont liés à différents phénomènes parfois difficilement

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

MEMOIRE de Théorie de Croissance Economique : Epargne et Investissement, quelle causalité?

MEMOIRE de Théorie de Croissance Economique : Epargne et Investissement, quelle causalité? RÉPUBLIQUE DE LA COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ***************************** Ministère de l Enseignement Supérieur *************************** École Nationale Supérieure de Statistique et d Économie

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Intégration régionale et croissance:

Intégration régionale et croissance: Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC 2013 1 / 16 Plan Introduction Contexte

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail