Intégration régionale et croissance:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration régionale et croissance:"

Transcription

1 Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

2 Plan Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

3 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

4 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

5 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

6 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

7 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

8 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

9 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

10 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

11 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

12 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

13 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

14 Plan Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

15 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

16 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

17 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

18 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

19 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

20 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

21 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

22 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

23 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

24 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

25 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

26 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

27 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

28 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

29 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

30 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

31 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

32 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

33 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

34 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

35 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

36 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

37 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

38 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

39 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

40 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

41 Plan Introduction 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

42 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

43 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

44 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

45 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

46 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

47 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

48 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

49 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

50 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

51 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

52 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

53 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

54 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

55 MERCI POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION. THANK YOU FOR YOUR KIND ATTENTION.

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE STRUCTURE DES PROGRAMMES D ENSEIGNEMENT DE L IRIC Cycle : Stage Diplomatique Ce cycle est prioritairement destiné au recyclage des fonctionnaires, des cadres des Ministères

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA PRESENTATION DE L ETUDE L DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA Chef de Division des Politiques économiques et Recherche Département des Affaires économiques Commission de l Union

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Page 1 NOTE DE SYNTHESE N 24 Réalisée par Djenno Ngoua Melissa Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Le Traité d Abuja instituant en 1991 la Communauté

Plus en détail

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA

STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission STATISTIQUE DU COMMERCE EXTERIEUR DE L UEMOA PERIODE : 2002-2013 - 1 - Email : commission@uemoa.int Site Internet : www.uemoa.int et www.izf.net

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie.

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie. Niveau : Contrôleur / Candidats : Internes (Douaniers) et Externes (Non Douaniers) Sujet N 1 : Dans les sociétés africaines, la polygamie a-t-elle un avenir? INTRODUCTION (5 points) Définition : Sociétés

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable :

La monnaie au sens large recouvre ainsi des actifs dont le degré de liquidité est variable : CHAPITRE 2 LA MONNAIE DANS L ECHANGE SYNTHESE SCHEMATIQUE DEFINITIONS Un actif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique positive. Des biens aussi variés qu une maison, une voiture, une

Plus en détail

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement Atelier sur les statistiques de l'environnement en appui à la mise en œuvre du Cadre pour le Développement des Statistiques de l'environnement Lomé, 19-23 novembre 2015 Aperçu de l utilisation de l information

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE

MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE 1 MINISTERE DE L EDUCATION INSPECTION GENERALE DE L EDUCATION NATIONALE COMMISSION NATIONALE D ECONOMIE CURRICULUM D ECONOMIE GENERALE CLASSE DE TERMINALE G SOMMAIRE 1 Budget horaire 2 Calendrier annuel

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1 UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION Mention MANAGEMENT DES AFFAIRES ET NEGOCIATIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES 2 UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I. Annexes

Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I. Annexes Annexes Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Annexes 1. Textes communautaires

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE?

INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE? INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE? Expérience de la Banque Centrale du Congo (BCC) Deogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO Gouverneur Malabo, Août 2015 1 2 SOMMAIRE I. APERCU DES MISSIONS DE

Plus en détail

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme

La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme La couverture du délai de carence des arrêts maladie en France : Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES, Centre d Economie de la Sorbonne Discussion : Roméo Fontaine, LEG (Université

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h Avertissement au candidat : le candidat sera évalué sur sa capacité à réaliser l ensemble

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 Site du cours : http://www.moodle.uqam.ca/ Avant de commencer la séance, éteignez votre cellulaire!!!

Plus en détail

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique

Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Négociation de prix et taux de remboursement des produits pharmaceutiques en France : une analyse empirique Auteur: Luiz Flavio Andrade (GATE-CNRS, IRDES) Discutant: Lydie Ancelot (IRIAF, Université de

Plus en détail

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL Rapport du Consultant (Document de Travail) 20 CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL IV RAPPORT DU

Plus en détail

Plan de la thèse. Remerciements... 1 Sommaire.. 3 Introduction... 13

Plan de la thèse. Remerciements... 1 Sommaire.. 3 Introduction... 13 Plan de la thèse Remerciements... 1 Sommaire.. 3 Introduction... 13 Première Partie: Les déterminants traditionnels de la croissance: les modèles à l épreuve d un siècle de données... 29 Chapitre I : Construction

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015)

SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015) SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015) RELEVÉ DES CONCLUSIONS La commission de la CEMAC, en collaboration avec la Fondation

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE FINANCEMENT DE LA GESTION DURABLE DES ECOSYSTEMES FORESTIERS DU BASSIN DU CONGO BURUNDI - CAMEROUN - CONGO - REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - GABON GUINEE EQUATORIALE - REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO - RWANDA SAO-TOME & PRINCIPE - TCHAD CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES MECANISMES DE

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21

II LES ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE POLITIQUE COMMERCIALE ET LES MESURES CONTINGENTES A INTRODUCTION... 21 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES ABRÉVIATIONS ET SYMBOLES...vii REMERCIEMENTS...ix AVERTISSEMENT...x AVANT-PROPOS DU DIRECTEUR GÉNÉRAL...xi RÉSUMÉ ANALYTIQUE...xiii I SITUATION DU COMMERCE EN 2008-2009...

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels

La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels Djamila BELKACEM 1 Oum El Kheir MOUSSI 2 Résumé Les pays du Maghreb : l Algérie, la Tunisie

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE?

FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? FINANCEMENT DES ACTIVITES AGRICOLES ET REDUCTION DE LA PAUVRETE : QUELLE PLACE POUR LA MICROFINANCE? Présenté par : KENDO SANDRA, Doctorante en Economie (programme NPTCI) Université de Yaoundé II (Soa),

Plus en détail

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE

CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE Fouad MACHROUH CRISES BANCAIRES : COMPRENDRE POUR MIEUX PRÉDIRE armattan TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : ORIGINES ET MODALITÉS DE RÉSOLUTION DES CRISES BANCAIRES 19 INTRODUCTION 21

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

Objectifs et plan de la présentation

Objectifs et plan de la présentation Pour une politique plus écologique: taxer l essence, mais quel impact? Prof. Andrea Baranzini Haute École de Gestion de Genève Directeur DAS Management durable: http://sustainablemanagement.ch E-mail:

Plus en détail

SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO

SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES SYNTHESE DES RAPPORTS NATIONAUX SUR L ADOPTION DU TARIF EXTERIEUR COMMUN DE LA CEDEAO Abuja, Juillet 2004

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement.

l assureur-vie un risque non négligeable de réinvestissement. Taux d intérêt technique pour la détermination du taux de conversion en rentes concernant la prévoyance professionnelle surobligatoire 03.11.2003 / OFAP section Vie I. Résumé Le taux de conversion en rentes

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Initiative du SSATP sur les indicateurs de transport

Initiative du SSATP sur les indicateurs de transport Initiative du SSATP sur les indicateurs de transport Réunion Annuelle du SSATP Maseru Lundi 30 Octobre Daniel Ekwala Objectifs de l initiative du SSATP sur les indicateurs de transport Coordonner et promouvoir

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

EN SCIENCES ECONOMIQUES

EN SCIENCES ECONOMIQUES REPUBLIQUE TUNISIENNE **** Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie **** DIRECTION GENERALE DE LA RENOVATION UNIVERSITAIRE REFORME LMD SCIENCES ECONOMIQUES

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A CANDIDATURE Recrutement de Consultants

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Algérie se situe en Afrique du nord Surface totale : 2.381.741 Km2 Elle longe la cote sud de

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

1. Contexte. Le Partenariat vise à :

1. Contexte. Le Partenariat vise à : Atelier régional conjoint CEA-UIT-CNUCED sur la mesure de la société de l information en Afrique Du 7 au 9 mars 2007 à Addis Abéba, Ethiopie Centre de Conférence des Nations Unies (CCNU) Organisé par la

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail