Intégration régionale et croissance:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration régionale et croissance:"

Transcription

1 Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

2 Plan Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

3 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

4 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

5 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

6 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

7 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

8 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

9 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

10 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

11 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

12 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

13 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

14 Plan Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

15 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

16 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

17 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

18 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

19 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

20 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

21 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

22 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

23 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

24 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

25 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

26 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

27 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

28 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

29 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

30 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

31 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

32 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

33 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

34 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

35 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

36 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

37 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

38 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

39 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

40 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

41 Plan Introduction 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

42 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

43 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

44 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

45 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

46 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

47 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

48 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

49 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

50 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

51 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

52 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

53 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

54 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

55 MERCI POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION. THANK YOU FOR YOUR KIND ATTENTION.

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Page 1 NOTE DE SYNTHESE N 24 Réalisée par Djenno Ngoua Melissa Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Le Traité d Abuja instituant en 1991 la Communauté

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI Année 2009 THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES Présentée et soutenue publiquement par Raphaël Jeudy LA TRANSMISSION DE

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

Strategic Management M. Jean Mourani

Strategic Management M. Jean Mourani Strategic Management M. Jean Mourani The course deals with the traditional and contemporary concepts of strategy. It will provide the students with an in-depth knowledge of the integration of the strategy

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

1 Définition de la non stationnarité

1 Définition de la non stationnarité Chapitre 2: La non stationnarité -Testsdedétection Quelques notes de cours (non exhaustives) 1 Définition de la non stationnarité La plupart des séries économiques sont non stationnaires, c est-à-direqueleprocessusquiles

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

PRESENTATION DE L ECAM4

PRESENTATION DE L ECAM4 ATELIER DE RESTITUTION DES RESULTATS DE L APPROCHE MODELISATION POUR INFORMER SUR L ETABLISSEMENT DES STRATEGIES ET POLITIQUES REDD+ AU CAMEROUN Yaoundé, Falaise Hôtel 21 et 22 mai 2015 PRESENTATION DE

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Edy K. ANTHONY Secrétariat Exécutif, OCAL

Edy K. ANTHONY Secrétariat Exécutif, OCAL PRESENTATION DU PROJET/PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT PAR L'OCAL Edy K. ANTHONY Secrétariat Exécutif, OCAL Tunis, 22 24 Avril 2014 SOMMAIRE Introduction ti OCAL Expériences Description du projet Cadre de mise

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

LA NOTATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT EST-ELLE UN INDICATEUR DE SA PERFORMANCE FUTURE?

LA NOTATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT EST-ELLE UN INDICATEUR DE SA PERFORMANCE FUTURE? LA NOTATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT EST-ELLE UN INDICATEUR DE SA PERFORMANCE FUTURE? Vincent FROMENTIN Christine LOUARGANT CEREFIGE Cahier de Recherche n 2013-03 CEREFIGE Université de Lorraine 13

Plus en détail

Résultats semestriels page 2

Résultats semestriels page 2 Paris, le 31 juillet 2008 Les activités de GO Sport Belgique étant en cours de réorganisation, les données 2008 et 2007 ci-après ont été retraitées en application de la norme IFRS 5 : les activités belges

Plus en détail

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE

TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE TAUX DE CHANGE REELS FONDES SUR LA PARITE DES POUVOIRS D ACHAT : APPLICATION AU CAS DE L ECONOMIE TUNISIENNE Auteur : Sana GUERMAZI-BOUASSIDA Assistante Permanente à l Ecole Supérieure de Commerce de la

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Mesure agnostique de la qualité des images.

Mesure agnostique de la qualité des images. Mesure agnostique de la qualité des images. Application en biométrie Christophe Charrier Université de Caen Basse-Normandie GREYC, UMR CNRS 6072 Caen, France 8 avril, 2013 C. Charrier NR-IQA 1 / 34 Sommaire

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION -------------------

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- DOSSIER TYPE A FOURNIR PAR LES INDUSTRIELS ET A PRESENTER PAR LES ETATS MEMBRES DE LA CEMAC

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques

Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : Kimura, S., J. Antón et C. LeThi (2010), «Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

ETAT DE L INTÉGRATION EN AFRIQUE. Troisième Publication Commission de l Union africaine Juillet 2011

ETAT DE L INTÉGRATION EN AFRIQUE. Troisième Publication Commission de l Union africaine Juillet 2011 2011 ETAT DE L INTÉGRATION EN AFRIQUE Troisième Publication Commission de l Union africaine Juillet 2011 1 TABLE DES MATIÉRES REMERCIEMENTS.5 1. RESUME 9 2. INTRODUCTION 12 2.1 INFORMATION DE BASE... 12

Plus en détail

La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est

La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est Noémie Jess Dorian Roucher Département de la conjoncture Jean-Baptiste Bernard Guillaume Cléaud Département des études économiques La prévision est un art difficile de manière générale, mais c est particulièrement

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels

Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Le rôle du secteur bancaire suisse dans la transformation de l épargne en investissements réels Dans la théorie de l intermédiation financière, un système bancaire fonctionne correctement s il favorise

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Mechti samia, Mokri samia, Roggaz Nacera Direction de la Population et de l Emploi, ONS Objectif L enquête Nationale sur l Emploi du temps

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE KIGALI, RWANDA 30 OCTOBRE AU 02 NOVEMBRE 2012 THEME :

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE KIGALI, RWANDA 30 OCTOBRE AU 02 NOVEMBRE 2012 THEME : CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE KIGALI, RWANDA 30 OCTOBRE AU 02 NOVEMBRE 2012 Promouvoir un développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale THEME :

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Introduction à la législation vétérinaire :principes généraux

Introduction à la législation vétérinaire :principes généraux Introduction à la législation vétérinaire :principes généraux Gaborone 1 novembre 2011 Dr M PETITCLERC Conventions Généralisation du terme de législation Législation = pouvoir législatif Réglementation

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

L Afrique Centrale et le FGI

L Afrique Centrale et le FGI Collège International de l'afnic http://www.afnic.fr/afnic/international/college L Afrique Centrale et le FGI Victor NDONNANG Membre du Collège International de l AFNIC Cameroun Sommaire Introduction Présentation

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient Le pari stratégique de la France en Afrique TRIBUNE n 541 Germain-Hervé Mbia Yebega Observatoire Politique et Stratégique de l Afrique (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Chercheur associé à la

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Consolidation budgétaire et croissance économique

Consolidation budgétaire et croissance économique Consolidation budgétaire et croissance économique Gilbert Koenig * La stratégie européenne fondée exclusivement sur des mesures d assainissement des finances publiques s est révélée peu efficace. En effet,

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

DEMAND MANAGEMENT inc

DEMAND MANAGEMENT inc Mars 2009 Pour vos appels d offre OPTIMISATION DES STOCKS 2 e ÉDITION DEMAND MANAGEMENT inc SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort QUESTIONNAIRE EDITEURS DE LOGICIELS D OPTIMISATION

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES

UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES MASTER Domaine DROIT, ÉCONOMIE, GESTION Mention MONNAIE,BANQUE, FINANCE, ASSURANCE Spécialité RISQUE, ASSURANCE, DÉCISION 2014 / 2015 Z.Trocellier Directeurs Pr Kouroche VAFAÏ

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE DE LA BRH

CAHIER DE RECHERCHE DE LA BRH CAHIER DE RECHERCHE DE LA BRH 1 Préface D ans le cadre de ses efforts de dissémination des informations et de sa contribution à l enrichissement du débat sur les phénomènes macroéconomiques et financiers

Plus en détail

transmission entre économies?

transmission entre économies? Synchronisation des cycles au sein du G7 et intégration commerciale et financière Benoît Heitz Division Synthèse conjoncturelle François Hild Brieuc Monfort Division Croissance et politiques macroéconomiques

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

Résultats session de rattrapage Cursus L3

Résultats session de rattrapage Cursus L3 Résultats session de rattrapage Cursus L3 Matricule Matière Résultat Jury 101955 Analyse financière 1 admis 101955 Macroéconomie 1 admis 101955 Mathématique 3 admis 101955 Mathématique 4 admis 101955 Microéconomie

Plus en détail

Mésalignement et dynamique de convergence du taux de change réel en zone CFA

Mésalignement et dynamique de convergence du taux de change réel en zone CFA Mésalignement et dynamique de convergence du taux de change réel en zone CFA Elie Yamb To cite this version: Elie Yamb. Mésalignement et dynamique de convergence du taux de change réel en zone CFA. Economies

Plus en détail

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Juin 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise enregistre

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail