Intégration régionale et croissance:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégration régionale et croissance:"

Transcription

1 Introduction Intégration régionale et croissance: Le cas de l Afrique Centrale DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph 11 octobre 2013 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

2 Plan Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

3 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

4 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

5 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

6 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

7 Contexte Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Les décennies 80 et 90 ont connu une prolifération sans précédent des Communautés Économiques Régionales (CER) à travers le monde et en Afrique en particulier. Le continent africain est celui qui dispose du plus grand nombre de CER, évaluées à 14. Cette mouvance et justifiée par les avantages que confère l intégration régionale, notamment : les nouvelles possibilités d échange et les marchés plus vastes (Venables, 2000 ; Banque mondiale, 2000) ; la production de plus-values plus importantes sur les capitaux engagés, l accroissement du pouvoir de négociation, l augmentation des investissements ou encore la prévention des conflits (UNECA, 2004). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

8 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

9 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

10 Introduction Intérêt de l étude Contexte et intérêt de l étude Problématique Constat Impact de l intégration sur la croissance économique insuffisamment appréhendé en Afrique Centrale. Intérêt La quantification de son impact sur la croissance en Afrique Centrale. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

11 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

12 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

13 Problématique Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique Questions de recherche L intégration régionale est-elle source de croissance économique en Afrique Centrale? Si oui, dans quelles proportions? Quelles sont les dimensions de l intégration régionale qui contribuent le plus à la croissance en Afrique centrale? Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

14 Plan Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

15 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

16 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

17 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

18 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

19 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

20 Méthodologie Introduction Méthodologie et données Présentation des résultats Modélisation économétrique Modèle VAR spécifié sur données de panel ; Introduction de variables inspirées du modèle de croissance endogène de Mankiw, Romer et Weil (1992) (TCPIBT, TINV) ; Introduction dans le modèle d une variable relative à la théorie de la croissance régionalisée : la variation du commerce intra-régional ; Introduction dans un premier modèle de l indice composite de contribution à l intégration économique et dans un second modèle des indices primaires de contribution à l intégration économique ; Spécification ex-post d un modèle à erreur composée pour chaque équation du modèle ; Utilisation de la méthode d estimation d Arellano et Bond (1992). Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

21 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

22 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

23 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

24 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

25 Introduction Méthodologie (suite) Méthodologie et données Présentation des résultats Stratégie d estimation et avantages Centrage des variables par leurs moyennes annuelles pour tous les pays ; Application de la procédure de Helmert de différenciation par la moyenne des observations futures ; Analyse de stationnarité des variables pour n introduire dans le modèle que les variables stationnarisées ; Implémentation des fonctions de réponse impulsionnelles (IRF) après une décomposition de Cholesky des résidus, et décomposition de la variance de l erreur. Échantillon Ensemble des pays de la CEEAC à l exception de Sao-Tomé et Principe ; données allant de 1995 à 2010, soit 16*9=144 observations. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

26 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

27 Résultats (1) Fonctions de réponse impulsionnelles Modèle 1 Réponse positive instantanée du taux du croissance du PIB par tête à un choc sur l intégration régionale, qui s accentue à la deuxième année et s estompe sur le reste de la période. FIGURE: Réponse de la croissance à un choc sur l intégration

28 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

29 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Effet positif différé sur la croissance économique d un choc sur le libre échange, qui atteint son pic à la deuxième année et se stabilise sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

30 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

31 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive instantanée de la croissance économique suite à un choc sur l union douanière, qui augmente légèrement sur les deux premières années suivant le choc pour se stabiliser sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

32 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

33 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse initiale négative de la croissance suite à un choc sur l union économique, qui devient faiblement positive sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

34 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

35 Résultats (2) Fonctions de réponse impulsionnelles (suite) Modèle 2 Réponse positive très forte de la croissance suite à un choc sur l union économique totale, qui est atténuée sur le reste de la période. FIGURE: Réponses de la croissance à des chocs sur les indices primaires

36 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

37 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

38 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

39 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

40 Résultats (3) Décomposition de la variance Modèle 1 L effort global d intégration d un pays de la CEEAC explique à lui seul 16.96% de la variation de la croissance économique de celui-ci sur une période de 10 ans. Modèle 2 La contribution au libre échange explique 1.81% de la variation de la croissance ; La contribution à l union douanière explique 1.22% de la variation de la croissance économique ; La contribution à l union économique explique 3.34% de la variance de la croissance ; La contribution à l union économique totale explique à elle seule 7.79% de la variation de la croissance économique.

41 Plan Introduction 1 Introduction Contexte et intérêt de l étude Problématique 2 Méthodologie et données Présentation des résultats 3 Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

42 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

43 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

44 Introduction Principaux résultats 1 Impact globalement positif de l intégration économique sur la croissance, d une amplitude de 16.96% sur une période de 10 ans ; 2 Impact sur la croissance plus significatif de l union économique et de l union économique totale ; 3 Impact positif, de plus faible amplitude mais persistant du libre échange et de l union douanière. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

45 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

46 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

47 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

48 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

49 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

50 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

51 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

52 Introduction Recommandations 1 Améliorer l efficacité du libre échange ; Établir effectivement une ZLE CEEAC ; Enclencher la libre circulation des personnes ; Sensibiliser les opérateurs économiques sur les modalités à remplir pour profiter du taux 0 ; Améliorer le recouvrement des contributions au financement de l intégration. 2 Profiter des effets bénéfiques induits par la convergence des économies et l union économique totale. Étendre les critères de convergence CEMAC à la CEEAC ; Définir dans un premier temps des fixités (appuyées par des mécanismes de compensation adéquats) entres les différentes monnaies dans la CEEAC pour aboutir à terme à une union monétaire. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

53 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

54 Limites Introduction Non disponibilité des données 1 Omission de Sao-Tomé et Principe de l échantillon ; 2 Résultats entièrement dépendants de la qualité des indices composites utilisés. Par DAGBA Xavier et BARICAKO Joseph AEC / 16

55 MERCI POUR VOTRE AIMABLE ATTENTION. THANK YOU FOR YOUR KIND ATTENTION.

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA

Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Les effets d une contrainte de crédit sur la convergence économique : Le cas des pays de l UEMOA Auteurs : Abdoulaye DIAGNE et Abdou-Aziz NIANG Introduction Ceci devrait contribuer à réduire l écart entre

Plus en détail

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS

Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS Formations EViews FORMATIONS GENERALES INTRODUCTIVES DEB : DECOUVERTE DU LOGICIEL EVIEWS INTRO : INTRODUCTION A LA PRATIQUE DE L ECONOMETRIE AVEC EVIEWS FORMATIONS METHODES ECONOMETRIQUES VAR : MODELES

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe

Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Page 1 NOTE DE SYNTHESE N 24 Réalisée par Djenno Ngoua Melissa Stratégie de la Banque africaine de développement pour l intégration de l Afrique australe Le Traité d Abuja instituant en 1991 la Communauté

Plus en détail

EVOLUTION DES VOLUMES NON ANTICIPES. Volumes NA DJIND. Volumes NA CAC40. Volumes NA DAX30

EVOLUTION DES VOLUMES NON ANTICIPES. Volumes NA DJIND. Volumes NA CAC40. Volumes NA DAX30 EVOLUTION DES VOLUMES NON ANTICIPES 2,5 Volumes NA DJIND,5,5 -,5 -,5-2,5-3,5 //993 //994 //995 //996 //997 //998 //999 //2 //2 //22 //23 2,5 Volumes NA CAC4,5,5 -,5 -,5-2,5-3,5 //993 /7/993 2,5,5,5 -,5

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie.

HARMONISATION COMMISSION CULTURE GENERALE. Définition : Sociétés Africaines (traditionnelle et Moderne). La polygamie. Niveau : Contrôleur / Candidats : Internes (Douaniers) et Externes (Non Douaniers) Sujet N 1 : Dans les sociétés africaines, la polygamie a-t-elle un avenir? INTRODUCTION (5 points) Définition : Sociétés

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60

AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 AUTOMNE 2008 ECO 2400 ANALYSE MACROECONOMIQUE Groupes 01, 02, 03, 20, 21, 22, 30, 31, 40, 41, 50, 51, 60 Site du cours : http://www.moodle.uqam.ca/ Avant de commencer la séance, éteignez votre cellulaire!!!

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe

Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe Analyse des déterminants de la transmission des taux directeurs sur les taux bancaires en Europe Raphaël Jeudy juin 2008 Abstract Analyses of the transmission of money market rates to retail interest rates

Plus en détail

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R

P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P. O. Box 3243, AddisAbaba, ETHIOPIA Tel.: (251-11) 5525849 Fax: (251-11) 5525855 STIMULER LE COMMERCE INTRA-AFRICAIN Q & R 1. Pourquoi stimuler le commerce

Plus en détail

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques

Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Transparence et réaction des taux d intérêt à la publication périodique des données macroéconomiques Nicolas Parent, département des Marchés financiers Il est généralement reconnu aujourd hui qu une grande

Plus en détail

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE

AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE AFFAIRES ACADEMIQUES ET RECHERCHE STRUCTURE DES PROGRAMMES D ENSEIGNEMENT DE L IRIC Cycle : Stage Diplomatique Ce cycle est prioritairement destiné au recyclage des fonctionnaires, des cadres des Ministères

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES

UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI THESE. Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES UNIVERSITE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE U.F.R. SEGMI Année 2009 THESE Pour obtenir le grade de DOCTEUR ES SCIENCES ECONOMIQUES Présentée et soutenue publiquement par Raphaël Jeudy LA TRANSMISSION DE

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Thème de communication

Thème de communication ALLIANCE POUR REFONDER LA GOUVERNANCE EN AFRIQUE ************************************ ATELIER SUR LE PARTAGE ET L IDENTIFICATION DES ENJEUX DE LA GOUVERNANCE ET LES CHANTIERS POUR LA CÔTE D IVOIRE (CERAP,

Plus en détail

L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LE TOURISME EN FRANCE

L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LE TOURISME EN FRANCE L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LE TOURISME EN FRANCE Guillaume Chevillon et Xavier Timbeau * Département analyse et prévision de l OFCE La dégradation de la balance commerciale française de plus de 20

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/STATCOM/3/5 21 octobre 2011 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Call for papers au séminaire «Relecture de la politique budgétaire au Maroc»

Call for papers au séminaire «Relecture de la politique budgétaire au Maroc» Call for papers au séminaire «Relecture de la politique budgétaire au Maroc» Ce call for papers s'adresse aux doctorants et jeunes docteurs. Contexte Sur le plan des politiques économiques, la crise de

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

Strategic Management M. Jean Mourani

Strategic Management M. Jean Mourani Strategic Management M. Jean Mourani The course deals with the traditional and contemporary concepts of strategy. It will provide the students with an in-depth knowledge of the integration of the strategy

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels

La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels La croissance dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) Une estimation par l économétrie des panels Djamila BELKACEM 1 Oum El Kheir MOUSSI 2 Résumé Les pays du Maghreb : l Algérie, la Tunisie

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

Groupe de travail n 3 sur la coopération et l'application de la loi

Groupe de travail n 3 sur la coopération et l'application de la loi A usage officiel DAF/COMP/WP3/WD(2007)77 DAF/COMP/WP3/WD(2007)77 A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development 04-Oct-2007

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce

Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce Chapitre VI Impact de l intégration sur le Commerce Catherine Araujo Bonjean CERDI Stéphanie Brunelin CERDI Céline Carrère Université de Genève et FERDI Conférence sous-régionale: Renforcer l intégration

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance. Deuxième partie (séance 2)

Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance. Deuxième partie (séance 2) Séminaire d enseignement M2 Production de données et échelles temporelles de l évaluation du risque en finance Deuxième partie (séance 2) Séminaire M2 2015-2016 page 1 Plan 1. Les échelles de temps 2.

Plus en détail

Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme?

Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme? 02 Février 2014 Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme? Pierre-François Michiels Alors que les signes d une reprise modérée de l activité économique semblent

Plus en détail

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie

HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie HEC Université de Lausanne Analyse économique : macroéconomie Prof. Mathias Thoenig et Philippe Andrade Examen de Rattrapage : Session d été 2015 Nom et prénom No matricule No de place Points EX 1 EX 2

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Aérodynamique Numérique

Aérodynamique Numérique Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré 1 1.1 Préparation du maillage.....................

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique

L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique L élaboration des données de comptabilité annuelle et l analyse économique Stéphane Gregoir (stephane.gregoir@edhec.edu) Juin 2008 Objectifs Illustrer quelques uns des problèmes que l on peut rencontrer

Plus en détail

Rupture conjugale et santé mentale : un rôle des facteurs socio-économiques différencié selon le sexe

Rupture conjugale et santé mentale : un rôle des facteurs socio-économiques différencié selon le sexe Rupture conjugale et santé mentale : un rôle des facteurs socio-économiques différencié selon le sexe Anne-Lise Biotteau, Carole Bonnet, Emmanuelle Cambois Colloque Santé et Société Toulouse 13 mai 2015

Plus en détail

-------------------------

------------------------- ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) -------------------------------------- SEMINAIRE CONTINENTAL DE L ABCA POUR L'ANNEE 2014 SUR LE THEME : «PREALABLES NECESSAIRES POUR L AMELIORATION ET

Plus en détail

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA PRESENTATION DE L ETUDE L DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA Chef de Division des Politiques économiques et Recherche Département des Affaires économiques Commission de l Union

Plus en détail

Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques "MONNAIE 2"

Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques MONNAIE 2 Université Saint Joseph Faculté des Sciences Economiques Licence en sciences économiques 2007-2008 "MONNAIE 2" Jean-Baptiste DESQUILBET Professeur à l'université d'artois (France) jbaptiste.desquilbet@univ-artois.fr

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Book Part Répercussions territoriales de l'union Monétaire Européenne: Résumé et conclusions politiques

Book Part Répercussions territoriales de l'union Monétaire Européenne: Résumé et conclusions politiques econstor www.econstor.eu Der Open-Access-Publikationsserver der ZBW Leibniz-Informationszentrum Wirtschaft The Open Access Publication Server of the ZBW Leibniz Information Centre for Economics Lammers,

Plus en détail

Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace?

Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace? Politique budgétaire et finances publiques M1 mention Analyse et Politiques Economiques Année universitaire 2014-2015 Chapitre 3 : La politique budgétaire est-elle efficace? Amélie BARBIER-GAUCHARD e-mail

Plus en détail

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles

Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A CANDIDATURE Recrutement de Consultants

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Notes d'information et Statistiques

Notes d'information et Statistiques UNION MONETAIRE OUEST AFRICAIN N 512 Mars 2001 ETUDES ET RECHERCHES Notes d'information et Statistiques BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST EVALUATION DE L IMPACT DES CHOCS EXOGENES RECENTS

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

La communication digitale : Atouts et défis pour les Syndicats Africains

La communication digitale : Atouts et défis pour les Syndicats Africains Agenda Mondial du Développement, Travail Décent et Justice sociale: Défis du Mouvement syndical Africain Nairobi:12-14 Février 2014 La communication digitale : Atouts et défis pour les Syndicats Africains

Plus en détail

ICC 103-7. 17 septembre 2009 Original: French. Étude. Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre

ICC 103-7. 17 septembre 2009 Original: French. Étude. Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre ICC 103-7 17 septembre 2009 Original: French Étude F Conseil international du Café 103 e session 23 25 septembre 2009 Londres, Angleterre Volatilité des prix du café Contexte Dans le cadre de son programme

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) 2005 2006 2007 2008 (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6

Plus en détail

MCCI GDP Forecasts 5ème édition Octobre 2012

MCCI GDP Forecasts 5ème édition Octobre 2012 MCCI GDP Forecasts 5 ème édition Octobre 2012 T ABLE DE MATIERES I. Introduction... 1 II. Estimation de l équation de croissance... 2 III. Les Résultats... 4 IV. Conclusion... 8 Annexe - La Méthodologie...

Plus en détail

L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française

L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française L impact de la hausse du prix du pétrole sur la croissance française Résumé: - Les variations, notamment la hausse, des prix du pétrole ont un impact sur la croissance du PIB français. Une augmentation

Plus en détail

EN SCIENCES ECONOMIQUES

EN SCIENCES ECONOMIQUES REPUBLIQUE TUNISIENNE **** Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie **** DIRECTION GENERALE DE LA RENOVATION UNIVERSITAIRE REFORME LMD SCIENCES ECONOMIQUES

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

1 Définition de la non stationnarité

1 Définition de la non stationnarité Chapitre 2: La non stationnarité -Testsdedétection Quelques notes de cours (non exhaustives) 1 Définition de la non stationnarité La plupart des séries économiques sont non stationnaires, c est-à-direqueleprocessusquiles

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe I. Institutions monétaires, politique monétaire et politique de change A) Cadre institutionnel - n pays et n+1 banques centrales - SEBC (Système européen de banques

Plus en détail

LE PAYSAGE économique mondial a

LE PAYSAGE économique mondial a Cycles économiques : découplage ou convergence? M. Ayhan Kose, Christopher Otrok et Eswar Prasad Les cycles économiques des pays industrialisés et émergents convergent peut-être, mais les deux groupes

Plus en détail

CONTEXTE DE L INTEGRATION REGIONALE En résumé: L AC AC A n est est pas une zone intégrée; Son économie est sous tutelle (vestige de la coloniale).

CONTEXTE DE L INTEGRATION REGIONALE En résumé: L AC AC A n est est pas une zone intégrée; Son économie est sous tutelle (vestige de la coloniale). Federal Ministry for Economic Cooperation anddevelopment JEICP GTZ Les réformes dans le commerce des services, l intégration régionales et les négociations APE en Afrique centrale: Evaluation des besoins

Plus en détail

PRESENTATION DE L ECAM4

PRESENTATION DE L ECAM4 ATELIER DE RESTITUTION DES RESULTATS DE L APPROCHE MODELISATION POUR INFORMER SUR L ETABLISSEMENT DES STRATEGIES ET POLITIQUES REDD+ AU CAMEROUN Yaoundé, Falaise Hôtel 21 et 22 mai 2015 PRESENTATION DE

Plus en détail

Note Conceptuelle et. Appel à communications

Note Conceptuelle et. Appel à communications Note Conceptuelle et Appel à communications Conférence économique africaine 2015 LUTTER CONTRE LA PAUVRETE ET LES INEGALITES DANS LE PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT POUR L APRES 2015 Kinshasa, République Démocratique

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique

Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Conférence régionale sur l économie informelle en Afrique Les causes et les origines de l expansion de l économie informelle en Afrique : Propos introductifs Par B. Kouglo LAWSON BODY Centre de Formation

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés ESSEC Cours FING31259 Management bancaire Séance 1 Le r isque de mar chés Plan Les activités de marché Les opérations de marché Le risque de marché Le cadre réglementaire Méthode forfaitaire et méthode

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail