DICRIM. Document d Information Communale sur les Risques Majeurs. Commune de BEINHEIM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DICRIM. Document d Information Communale sur les Risques Majeurs. Commune de BEINHEIM"

Transcription

1 DICRIM Document d Information Communale sur les Risques Majeurs Commune de BEINHEIM 1

2 L information préventive : un droit du citoyen Face aux risques recensés sur notre commune et afin d assurer à la population un maximum de sécurité, il est nécessaire de développer une information préventive. Le DICRIM (Document d Information Communal sur les Risques Majeurs) est un document réalisé par le Maire dans le but d informer les habitants de la commune sur les risques naturels et technologiques qui les concerne, sur les mesures de prévention, de protection et de sauvegarde mise en œuvre ainsi que les moyens d alerte en cas de survenance d un risque. Il vise aussi à indiquer les consignes de sécurité individuelles à respecter, les consignes font également l objet d une campagne d affichage, organisée par le Maire et à laquelle sont associés les propriétaires de certains bâtiments (locaux à usage d habitation regroupant plus de quinze logements par exemple). Le présent DICRIM s inscrit dans cette démarche de prévention et est tenu à la disposition du public à la mairie, aux heures habituelles d ouverture, soit : - du lundi au Jeudi de 09 h 00 à 12 h 00 et de 16 h 00 à 18 h 00 (fermé le mercredi après-midi) - le vendredi 10 h 00 à 12 h 00 et de 14 h 00 à 17 h 00 Il est également consultable sur le site de la commune : L ensemble des dispositions réglementaires concernant le DICRIM est aujourd hui codifié au Code de l Environnement (CE), articles R à R Elles sont complétées par le décret n du 14 mars relatif à l établissement des repères de crues et le décret n du 13 se ptembre 2005 relatif au plan communal de sauvegarde. Le risque majeur Un risque majeur est la probabilité de survenance d un événement d origine naturelle ou technologique plus souvent appelé catastrophe. Il a pour caractéristiques essentielles : - sa gravité (possibilités de pertes humaines, dommages importants aux biens et à l environnement) - sa faible fréquence (au risque d oublier de se préparer à l éventualité) On distingue ainsi : - Les risques naturels : tempête, inondation, mouvement de terrain, séisme, - Les risques technologiques : industriel, nucléaire, rupture de barrage - Les transports de matières dangereuses 2

3 Notre commune est soumise à : trois risques naturels : - tempête - sismique - inondation / rupture de digue / remontée de nappe trois risques technologiques : - industriel - TMD Transport de Matière Dangereuse - rupture de barrage. 3

4 LE RISQUE TEMPETE Qu est qu une tempête Le seuil au-delà duquel on parle de tempête est de 89 km/h, correspond au degré 10 de l échelle de Beaufort (échelle de classification des vents selon douze degrés, en fonction de leurs effets sur l environnement). Le contact entre deux masses d air et caractéristiques différentes est appelé un front. On distingue les fronts chauds et les fronts froids. Un front chaud sépare une masse d air chaud poussant une masse d air froid. Un front froid sépare une masse d air froid poussant une masse d air chaud. Du fait de la différence de densité entre les masses d air chaud (légère) et froid (lourde), un front est généralement oblique. Une tempête correspond à l évolution d une perturbation atmosphérique, ou dépression, le long de laquelle s affrontent deux masses d air aux caractéristiques distinctes (température, teneur en eau). TEMPETE HISTORIQUE DE 1999 Une tempête d une violence exceptionnelle dénommée «Lothar» a littéralement ravagé l est de la France le 26 décembre Les rafales de vent ont atteint 180 km/h en plaine. Suivie d une seconde tempête moins violente dénommée «Martin» le 28 décembre Qualifiés de tempêtes du siècle, laissant derrière elles un indescriptible chaos. Elles ont fait de nombreuses victimes, décimé des milliers de forêts, privés de courants des millions de foyers pendant plusieurs jours, provoqué d importants inondations et dégâts matériels. 11 ANS APRES La forêt se relève, hectares ont été détruits. Certains massifs ont été énormément touchés. Le replantage n est pas forcément systématique, parfois la gestion opte pour le choix de laisser la nature revivre. 4

5 Niveau d alerte «ORANGE» Conséquences possibles - Des coupures d électricité et de téléphone peuvent affecter les réseaux de distribution pendant des durées relativement importantes - Les toitures et les cheminées peuvent être endommagées - Les branches des arbres risquent de se rompre - Les véhicules peuvent être déportés - La circulation peut être perturbée, en particulier sur le réseau secondaire en zone forestière Conseils de comportements - Limitez vos déplacements. Limitez votre vitesse sur route et autoroute, en particulier si vous conduisez un véhicule ou un attelage sensible aux effets du vent. - Ne vous promenez pas en forêt ou sur le littoral - En ville, soyez vigilants face aux chutes possibles d objets divers - N intervenez pas sur les toitures et ne touchez en aucun cas à des fils électriques tombés au sol - Rangez ou fixez les objets sensibles aux effets du vent ou susceptibles d être endommagés. Niveau d alerte «ROUGE» Conséquences possibles - Des coupures d électricité et de téléphone peuvent affecter les réseaux de distribution pendant des durées très importantes - Des dégâts nombreux et importants sont à attendre sur les habitations, les parcs et les plantations - Les massifs forestiers peuvent être fortement touchés - La circulation routière peut être rendue très difficile sur l ensemble du réseau - Les transports aériens, ferroviaires et maritimes peuvent être sérieusement affectés. Conseils de comportements - Dans la mesure du possible - Restez chez vous - Mettez vous à l écoute de vos stations de radio locales - Prenez contact avec vos voisins et organisez-vous 5

6 En cas d obligation de déplacement - Limitez- vous au strict indispensable en évitant, de préférence, les secteurs forestiers, - Signalez votre départ et votre destination à vos proches. - Pour protéger votre intégrité et votre environnement proche - Rangez et fixer les objets sensibles aux effets du vent ou susceptibles d être endommagés - N intervenez au aucun cas sur les toitures et ne touchez pas à des fils électriques tombés au sol - Prévoyez des moyens d éclairage de secours et faites une réserve d eau potable - Si vous utilisez un dispositif d assistante médicale (respiratoire au autre) alimenté par l électricité prenez vos précautions en contactant l organisme qui en assure la gestion. Respectez les consignes des autorités - Rentrer à l intérieur tous les objets susceptibles d être emportés (tables, chaises ) - Débrancher les appareils électriques et les antennes de télévision - Pour les responsables de chantiers de construction : mettre les grues en girouettes, rassembler le personnel à l abri - Pour les agriculteurs, rentrer le bétail et le matériel - En cas de manifestation avec un chapiteau : arrêter la manifestation et évacuer le public - Ne pas prendre votre voiture - Ne pas prendre l ascenseur pour éviter de rester bloqué. 6

7 LE RISQUE SISMIQUE Caractéristiques générales : Un séisme est une fracturation brutale des roches en profondeur qui crée des failles dans le sol et parfois en surface, et se traduit par des vibrations du sol transmises aux bâtiments. Les dégâts observés sont en fonction de l amplitude, de la durée et de la fréquence des vibrations. Les séismes sont principalement caractérisés par deux grandeurs : la magnitude et l intensité. La magnitude mesure, à partir des enregistrements des ondes sismiques, l énergie libérée par une source sismique. C est une valeur calculée, caractéristique de la «puissance» d un séisme. Elle est repérée sur une échelle dite de «Richter». Les séismes de magnitude supérieure à 9 sont très rares, compte tenu de la solidité des roches et de la fragmentation des failles. L intensité est définie en un lieu par rapport aux effets produits par le séisme, qu ils soient seulement observés ou ressentis par l homme ou qu ils aient causé des dégâts plus ou moins importants aux constructions. Elle était repérée sur une échelle dite «MSK» (du nom de 3 sismologues européens Medvedev, Sponheuer et Karnik) qui comporte 12 degrés et qui était l échelle de référence. Depuis janvier 1997, la France utilise une nouvelle échelle adoptée par les pays européens : EMS 92, qui est la préfiguration de l échelle EMS 98, utilisée par le Bureau Central Sismologique Français depuis janvier La sismicité en France, comme celle de tout le bassin méditerranéen, résulte de la convergence des plaques africaine et eurasienne à la vitesse d environ 2cm par an. Cette sismicité est actuellement surveillée par un réseau national dont les données sont centralisées à l Institut de Physique du Globe à Strasbourg. Après un séisme, il est important de participer aux enquêtes macrosismiques en remplissant le formulaire d enquête : «avez-vous ressenti ce séisme?», proposé par le Bureau Central Sismologique Français, que l on peut se procurer sur le site Le zonage sismique Le zonage sismique de la France métropolitaine, fixé par décret n du 14 mai 1991, comprend 4 zones : 0,Ia,Ib,II,III. Le Bas-Rhin est entièrement concerné par la réglementation parasismique. D ailleurs, notre commune est située en zone Ib (sismicité faible), comme indiqué dans le DDRM. 7

8 Que faire en cas de séisme? Pendant : Dès la première secousse : baissez-vous, protégez-vous la tête et surtout restez ou vous êtes! Restez où vous vous trouvez : - à l intérieur : se mettre à l angle d un mur, d une colonne porteuse ou sous des meubles solides, s éloigner des fenêtres. - à l extérieur : s éloigner de ce qui peut s effondrer (bâtiments, corniches, toitures, fils électriques) - en voiture : s arrêter si possible à distance des constructions et de fils électriques et ne pas descendre avant la fin de la secousse. Si vous êtes dans un MAGASIN OU TOUT AUTRE ENDROIT PUBLIC, ne vous précipitez pas vers les sorties. Eloignez-vous des étagères contenant des objets qui pourraient tomber. Si vous êtes dans la CUISINE, éloignez-vous du réfrigérateur, du fourneau et des placards suspendus. Si vous êtes dans un STADE ou un THEATRE, restez dans votre siège et protégez votre tête avec vos bras. N essayez, pas de partir avant l arrêt des secousses. Partez alors dans le calme, de façon ordonnée. - Ouvrez les portes, vous éviterez ainsi leur blocage - Protégez- vous la tête avec les bras - N allumez pas de flamme Après la 1ère secousse, se méfier des répliques : il peut y avoir d autres secousses. - Ne pas prendre les ascenseurs pour quitter un immeuble - Vérifier l eau, le gaz, l électricité : en cas de fuite, ouvrir les fenêtres et les portes - Sauvez-vous et prévenez les autorités Consignes générales : - Ecouter la radio - Abritez-vous sous un meuble solide et éloignez-vous des fenêtres - Coupez l électricité et le gaz - N entrez pas dans un bâtiment endommagé - Eloignez-vous des bâtiments, pylônes, arbres - Ne touchez pas aux fils électriques tombés à terre - Ne pas cherchez les enfants à l école - Ne pas téléphoner sauf en cas d urgence 8

9 9

10 LE RISQUE INONDATION Caractéristiques générales Une inondation est la submersion d une zone, à des hauteurs variables, soit par débordement naturel d un cours d eau, soit suite à une rupture de digue, soit par une coulée d eau chargée en sédiments (coulées de boue). L inondation fait suite à un épisode de pluies importantes ou à une fonte de neige. L Etat par le biais des Services de Prévention des crues (SPC) et du Service Central d Hydrométéorologique d Appui à la Prévision des Inondations (SCHAPI), assure la surveillance des principaux cours d eau et de ce fait, la prévision des crues sur des secteurs identifiés. Des risques connus L Alsace a toujours été soumise à des phénomènes d inondation. L examen des chroniques historiques permet de relever des descriptions très fréquentes de crues catastrophiques ayant inondé toute la plaine au 18ème siècle et au 19ème siècle. Situation de la commune La commune de Beinheim est traversée par la rivière «la Sauer» Affluent de la rive gauche du Rhin, cette rivière vosgienne développe son bassin versant entre celui de la Moder au sud et celui de la Lauter au nord. Elle sort du Sauerbrunnen dans le sud du cercle de Pirmasens, près de la ferme de Ramshorn dépendant de la commune d Eppenheim. Elle arrose Lembach, Woerth, Biblisheim, et bien d autres villages, reçoit l Eberbach au-dessous de la forêt de Haguenau, le Selztbach, traverse Beinheim et se jette dans le Rhin au delta de Seltz-Muchhausen. La Prévention contre les inondations La prévention s appuie particulièrement sur L entretien des cours d eau et des ouvrages de protection Il permet d assurer le libre écoulement des eaux en enlevant notamment les embâcles qui obstruent le lit (troncs d arbres ). Il est à la charge des propriétaires riverains ou des syndicats de cours d eau. Les ouvrages de protection jouent un rôle majeur en cas de crue, ce sont eux qui permettent de contenir la crue ou de décharger la rivière vers une zone moins sensible. Ils doivent être régulièrement entretenus et surveillés pour garantir une tenue optimale lors des inondations. La rupture d une digue peut en effet entraîner des conséquences catastrophiques à l arrière, comme le montrent régulièrement des épisodes récents. L entretien et la surveillance des ouvrages sont de la responsabilité de la personne physique ou morale qui a construit la digue ou en a la garde (propriétaires riverains, syndicats de cours d eau ). 10

11 A L approche du sinistre : L alerte se déroule en plusieurs phases : - la surveillance de la montée des eaux par des stations de mesures de débit automatisées, dont les données sont télétransmises à un centre d alerte, - la mise en alerte des services lors des émissions de bulletins de vigilance météorologiques, - l information de la population menacée par les inondations appartient au maire, ainsi qu à l organisation des secours, - le Préfet met en place en cas de besoin de moyens départementaux pour faire face aux situations les plus graves. La préfecture dispose d un outil permettant de lancer téléphoniquement l alerte auprès des maires du département dans des délais très rapides (système GALA : Gestion d Alerte Locale Automatisée). Les consignes de sécurité : Avant : - Obturer les entrées d eau : portes, soupiraux, aérations - Couper le gaz et l électricité - Mettre au sec les meubles, objets, matières et produits, - Amarrer les cuves, prendre les mesures pour éviter la pollution de l eau (fuel, produits toxiques) - Faire une réserve d eau potable Pendant : - - s informer de la montée des eaux (radio, mairie ) - aller sur les points hauts préalablement repérés (étages des maisons, collines) n entreprendre une évacuation que si vous recevez l ordre des autorités ou si vous êtes forcés par la crue - ne jamais s engager sur une route inondée (à pied ou en voiture) Après : - aérer et désinfecter les pièces - ne rétablir le gaz et l électrique que sur une installation sèche, - chauffer dès que possible et dès que les conditions de sécurité le permettent En cas d évacuation, se conformer aux directives des services techniques et des pompiers 11

12 12

13 LE RISQUE INDUSTRIEL Caractéristiques générales : Le risque industriel est un événement accidentel entraînant des conséquences graves pour le personnel, les populations avoisinantes, les biens et l environnement. Il peut se manifester par l incendie, l explosion ou la dispersion de produits dangereux. Une entreprise classée SEVESO II Beinheim : «seuil bas» est présente sur le ban de - Entreprise ROQUETTE Frères industrie d agro alimentaire Comment se manifeste-t-il? Les principales manifestations du risque industriel sont : - l incendie par inflammation d un produit au contact d un autre, d une flamme ou d un point chaud, avec risque de brûlures et d asphyxie - l explosion par mélange avec certains produits, libération brutale de gaz avec risque de traumatismes dus directement ou non à la propagation de l onde de choc - la dispersion dans l air, l eau ou le sol de produits dangereux avec toxicité par inhalation, ingestion ou contact. La directive dite «SEVESO» distingue 2 catégories d établissements assujettis : - SEVESO II seuil haut (nécessitant l élaboration d un PPI) - SEVESO II seuil bas (ne nécessitant pas l élaboration d un PPI) La Prévention : La Directive SEVESO : C est une directive européenne qui impose aux établissements classés pour la protection de l environnement des mesures préventives de sécurité. - Une étude de dangers doit être réalisée par l industriel. Elle s appuie sur : - les connaissances techniques approfondies de ses unités de production. - les enseignements tirés d accidents passés et comporte aussi une analyse des conséquences des divers scénarios d accidents possibles. - Le contrôle des activités est exercé par l Etat (DRIRE). 13

14 L organisation des secours : Les plans d intervention déclenchés en cas d accident majeurs sont : - Le Plan d Opération Interne (POI) : établi et mis à jour par l exploitant, vise à maîtriser les conséquences d un sinistre à l intérieur de l établissement. - Le Plan Particulier d Intervention (PPI) : élaboré et mis en oeuvre par le Préfet, vise à maîtriser les conséquences vers l extérieur. Il se base sur les éléments du POI, et comporte des fiches réflexes sur l alerte et l information des populations, l organisation des secours, le rôle de l industriel, les missions des services et des maires concernés, s articule autour de 2 postes de commandement : - le centre opérationnel départemental (COD) : réunit à la préfecture les responsables des services impliqués ; - le poste de commandement opérationnel (PCO) : réunit les services intervenant sur le terrain ; - le poste avancé de l exploitant : regroupe l ensemble des moyens mis en œuvre par l industriel pour maîtriser le sinistre. Il apporte son concours au commandant des opérations de secours. L organisation des opérations est donnée au Préfet qui prend la direction des secours. Les consignes de sécurité : Dès le déclenchement de l alerte : - se confiner (rester à l intérieur, et pour les personnes à l extérieur, entrer dans le bâtiment le plus proche ; ne pas rester dans son véhicule - fermer les portes, fenêtres et soupiraux avec arrêt de la ventilation - écouter la radio ou regarder France 3 Alsace qui diffuseront des messages d information et des consignes supplémentaires Il faut : - conserver son calme et son sang froid - respecter les consignes de confinement - laisser les enfants à l école, leurs professeurs veilleront sur eux Il ne faut pas : - fumer - téléphoner (laisser les lignes libres pour les secours) 14

15 LE RISQUE TRANSPORT DE MATIERES DANGEREUSES (TMD) Caractéristiques générales : Dans notre département, le transport de matières dangereuses s effectue par voie routière, ferrée et navigable. L accident peut se produire n importe où avec, selon la nature du produit transporté, des risques d incendie, d explosion, de déversement qui peuvent propager dans l atmosphère des gaz ou vapeurs toxiques et polluer l environnement. Les matières dangereuses les plus couramment transportées sont les liquides inflammables, les gaz comprimés, liquéfiés ou dissous, les matières corrosives et les produits toxiques. Le Risque TMD par voie routière : Notre commune est soumise au risque Transport de Matières Dangereuses par route de par l autoroute A35. Dans le but de permettre aux intervenants d avoir connaissance du produit transporté de son danger et des mesures de sécurité à respecter, une signalisation spécifique est apposée sur les véhicules et comporte : Des panneaux présentant les pictogrammes des principaux dangers (ex : danger de feu matière liquide inflammable) Des codes numériques qui figurent sur ces panneaux ou sur des panneaux séparés : Les catégories de risques : Les produits étant habituellement transportés en colis ou en vrac, notamment en citerne, les accidents peuvent conduire soit à une fuite légère due à une fissure, soit à une rupture de la citerne. 15

16 L on peut distinguer 4 sortes de risque : l incendie, l explosion, le nuage toxique et la pollution. Les mesures prises : Les mesures prises sont des mesures d ordre général. Une réglementation rigoureuse portant sur : - la formation des personnels de conduite. - la construction de citernes selon des normes établies avec des contrôles techniques périodiques. - l identification et la signalisation des produits dangereux transportés (code de danger, code matière, fiche de sécurité). Pendant : - si vous êtes témoin d un accident, donnez l alerte 18 : sapeurs-pompiers 17 : police ou gendarmerie en précisant le lieu exact, la nature du moyen de transport, le nombre estimé de victimes, le numéro du produit, son code danger, la nature du sinistre (feu, fuite, explosion ) - s il y a des victimes, ne les déplacez pas, sauf en cas d incendie. Ne devenez pas une victime supplémentaire en touchant le produit ou en vous en approchant (fuites possibles) - si un nuage toxique vient vers vous, fuyez si possible selon un axe perpendiculaire au vent. Invitez les autres témoins à s éloigner. - Si vous entendez la sirène, mettez-vous à l abri dans un bâtiment (confinement) ou quittez rapidement la zone (éloignement) mais surtout évitez de vous enfermer dans votre véhicule Après : - Si vous êtes confiné, les autorités ou la radio annonceront la fin de l alerte. A partir de cet instant et seulement à partir de cet instant, aérez le local ou vous êtes. Consignes générales : - Ecouter la radio - Rentrer rapidement dans un bâtiment - Fermez et calfeutrez les portes, fenêtres et ventilations - Ne fumez pas - Ne pas cherchez les enfants à l école - Ne pas téléphoner sauf en cas d urgence 16

17 17

18 LE RISQUE BARRAGE Notre commune est concernée par le risque de rupture de barrage, de part le barrage d Iffezheim. Le risque au niveau d un barrage est constitué par la formation d une onde de submersion se traduisant par une élévation brutale et rapide du niveau de l eau en amont. Cette onde peut être provoquée par un glissement de terrain dans la retenue du barrage ou la rupture totale ou partielle de celui-ci. Cette rupture peut être instantanée (ouvrages maçonnés) ou progressive (barrages avec remblai), mais demeure toutefois exceptionnelle. Un barrage n est pas inerte. Il vit, travail et se fatigue, en fonction des efforts auxquels il est soumis. De son état va dépendre la sécurité des populations situées en aval hydraulique. Prévention : Chaque année, le service de contrôle de l Etat (DDAF) effectue une visite d inspection pour s assurer que l entretien, la surveillance et l interprétation des mesures d auscultation sont correctement effectués. Il peut demander toute étude ou travaux qui lui semblent nécessaires pour garantir la sécurité de l ouvrage. Une visite plus approfondie est effectuée tous les 10 ans lors de la vidange. - Avant : - Connaître le signal d alerte et les consignes pour la zone du premier quart d heure. - Un signal d alerte spécifique, de type corne de brume, est réservée à la rupture de barrage. Pour diffuser, un réseau de sirènes est installé dans la zone dite de «sécurité immédiate» (zone de premier quart d heure). En aval de cette zone de «sécurité immédiate», les populations sont alertées par les pouvoirs publics au moyen des sirènes du réseau général d alerte ou de véhicules des pompier avec - Connaître les points hauts sur lesquels se réfugier (collines, étages élevés des immeubles résistants), les moyens et les itinéraires d évacuation (voir le PPI) - Pendant : - Gagner immédiatement les points hauts les plus proches ou à défaut les étages supérieurs d un immeuble élevé et solide - Ne pas prendre l ascenseur - Ne pas revenir sur ses pas - Ne pas aller chercher les enfants à l école - Attendre les consignes des autorités ou le signal de fin d alerte pour quitter les points hauts avant de regagner son domicile RESTEZ CALME, NE PENSEZ QU A VOTRE SECURITE 18

19 ORGANISATION DES SECOURS Un plan communal de sauvegarde (PCS) a été arrêté par le maire le Ce plan détermine, en fonction des risques connus, les mesures immédiates de sauvegarde et de protection des populations, fixe l organisation nécessaire à la diffusion de l alerte et des consignes de sécurité. 1. Organisation de la commune : La cellule de crise communale est composée de la façon suivante : - du maire - des adjoints - du DGS et du chef de service - des employées et de toutes autres personnes utiles Sa mission est de coordonner sur place les actions en cas de sinistre. 2. Poste de Commandement Communal et rôle des élus : Le Poste de Commandement Communal (PCC), en cas de crise, se situe à l étage de la mairie, principalement dans les bureaux du DGS et COMPTABILITE où téléphone, fax, messagerie sont disponibles. Toutes les décisions doivent partir ou transiter par lui et toutes les actions mises en œuvre doivent y être relatées et consignées. Le Maire est le Directeur des Opérations de Secours (DOS) au niveau communal et le Préfet au niveau départemental (plan ORSEC, si plusieurs communes sont touchées, si l événement dépasse les capacités de la commune, ou à la demande du Maire). Le DOS est assisté sur le terrain par le Commandant des Opérations de Secours (COS) généralement un officier sapeur-pompier. Le Maire met en œuvre les premières mesures d urgence, en lien avec le COS, et les mesures de sauvegarde : 19

20 Pendant la phase d urgence - Diffusion de l alerte à la population (sirène et autres mesures) - Information directe des entreprises et établissements recevant du public : écoles, salle polyvalente, crêche - Mise en sécurité des personnes exposées - Mise en place de périmètre de sécurité en complément de l intervention des secours - Appui logistique aux secours (moyens de transport, de balisage, etc ) - Indications à donner au Préfet sur les personnes sensibles ou vulnérables de la Population (crèche-halte garderie, écoles, personnes à mobilité réduite, etc ) - Actions de soutien de la population (hébergement d urgence) - Actions d information et de communication (évolution de la situation, accueil physique et téléphonique en mairie) - Soutien moral et psychologique aux personnes en détresse Pendant la phase post-urgence - Remise en état des infrastructures (voirie, écoles, réseaux, etc ) - Relogement sur une plus longue durée des sinistrés - Soutien moral et psychologique - Soutien administratif et financier (aide financière, déclaration aux assurances, obtention de papiers perdus, dossier de déclaration de catastrophe naturelle) - Aide au redémarrage de l activité économique Le Maire doit pouvoir être libre de se déplacer en fonction des besoins et pour assurer la communication. Cette liberté n est possible que s il peut s appuyer sur une personne : le Responsable des Actions Communales (RAC), qui met en oeuvre les actions de sauvegarde. Le RAC de la commune de BEINHEIM est le Maire Bernard HENTSCH Il assure la liaison avec les «autorités opérationnelles» (le DOS : directeur des opérations de secours et le COS : commandant des opérations de secours). Généralement, pour la plupart des opérations courantes des services de secours, le Maire n a aucune action à réaliser, mais doit être informé. Au niveau départemental, c est le Plan ORSEC qui détermine l organisation des secours et recense l ensemble des moyens publics et privés susceptibles d être mis en oeuvre. 20

21 3. Les Moyens opérationnels : Les sapeurs-pompiers du centre de Première Intervention de notre commune et leur équipement / les Centres de Secours Médecins et infirmières présents de la commune. Les enseignants au niveau de l école. L agent technique et le matériel communal. Sur demande du Maire, les entreprises et les agriculteurs de la commune avec du matériel spécifique. Tout bénévole dès lors qu il est mandaté par le Maire. Au niveau départemental : C est le plan ORSEC qui détermine l organisation des secours, et recense l ensemble des moyens publics et privés susceptibles d être mis en oeuvre. Il comporte deux parties : les dispositions générales et les dispositions spécifiques. Les dispositions générales définissent : - l organisation de la veille permanente, - le suivi des dispositifs de vigilance, - les procédures et moyens permettant d alerter les collectivités territoriales, - les procédures et moyens permettant d alerter les populations, - les modes d action communs à plusieurs types d événements (secours à de nombreuses victimes, soutien des victimes et des populations, protection des biens, approvisionnement d urgence en eau potable et en énergie, gestion d urgence des réseaux de transport et de télécommunications ), - l organisation de l après-crise, - les conditions de mise en œuvre des accords internationaux de coopération opérationnelle. Les dispositions spécifiques précisent, en fonction des conséquences prévisibles des risques et des menaces identifiées, les moyens de secours et les mesures adaptées à mettre en œuvre. Cas des établissements scolaires Dans les établissements scolaires, le chef d établissement est responsable de l organisation des secours de première urgence. Chaque établissement scolaire doit être pourvu d un Plan Particulier de Mise en Sûreté (PPMS) destiné à permettre au chef d établissement de mettre en sécurité les élèves et le personnel, et de se préparer à la mise en œuvre des directives des autorités, en attendant l arrivée des secours. 21

22 ETAT D ALERTE L accident est une situation exceptionnelle qui appelle une organisation toute aussi exceptionnelle. Il faut donc se préparer à gérer l événement, en examinant et suivant les principales consignes de sécurité ; L ALERTE ET SIGNAL D ALERTE L alerte pourra être déclenchée par différents moyens tels, que l activation d un signal sonore destiné à prévenir la population de l imminence d une catastrophe, un appel téléphonique, par de hauts parleurs depuis les véhicules de la police ou des forces de l ordre ou par les panneaux d informations municipales. Elle permet à chacun de modifier son comportement pour adopter une attitude réflexe appliquant les consignes de sécurité, et les mesures de protection adaptées et décrites dans le présent document. L alerte sera la réponse à une prévision d un risque majeur encouru. Toutefois certains risques majeurs notamment les tremblements de terre peuvent survenir sans que prévision à court terme ait pu être enregistrée. L alerte dans ce cas n aura pu être donnée. L activation du signal sonore par la sirène. Le signal d alerte est un signal particulier émis par une sirène. Il est émis dans toute situation d urgence, mais ne renseigne pas sur la nature du danger. LE SIGNAL NATIONAL D ALERTE Début d alerte En cas c alerte, une sirène émet un signal : Prolongé Modulé (montant et descendant) Comportant 3 séquences entrecoupées d un court silence 1 minute 41 secondes 5 secondes 1 minute 41 secondes 5 secondes 1 minute 41 secondes 5 secondes Fin d alerte La fin de l alerte sera annoncée par la sirène, sous forme d un son continu de : 30 secondes 22

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS

D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS D.I.C.R.I.M. DOCUMENT D INFORMATIONS COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS LES BONS REFLEXES EN CAS DE RISQUES MAJEURS Les incendies de forêts ou les inondations sont les principaux risques majeurs qui peuvent

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur

RISQUES MAJEURS. www.vivre-a-niort.com. Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT. Toutes les informations sur LES RISQUES MAJEURS Notice d information sur la prévention des risques majeurs À NIORT Toutes les informations sur Définition des Risques majeurs Quels risques à Niort? Le territoire de la commune se trouve

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

Guide de préparation aux situations d urgence

Guide de préparation aux situations d urgence Guide de préparation aux situations d urgence Soyez Prêts! disponible sur le portail interministériel de prévention des risques majeurs http://www.risques.gouv.fr Faire face en attendant les équipes de

Plus en détail

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5

Sommaire... 2. Le mot du Maire... 3. Glossaire... 4. Pour en savoir plus... 4. Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Sommaire Sommaire... 2 Le mot du Maire... 3 Glossaire... 4 Pour en savoir plus... 4 Qu'est-ce qu'un risque majeur... 5 Les risques naturels... 6 Les inondations... 6 Les phénomènes météorologiques... 7

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté

PPMS. Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement. Plan Particulier de Mise en Sureté PPMS Ce recueil de tableaux vous guidera dans la conception et dans la présentation du PPMS de l établissement Page 1 1 IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT Année de réalisation du PPMS Nom de l établissement

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

n w Document d information communal sur les risques majeurs

n w Document d information communal sur les risques majeurs D I C R I M b n w c i Document d information communal sur les risques majeurs ÉDITO Madame, Monsieur, Notre Ville peut être, un jour, concernée par un risque majeur comme un phénomène météorologique, un

Plus en détail

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU V.2011 Incendie Classes de feu : CLASSE A CLASSE B CLASSE C CLASSE D CLASSE F Signalétique Dénomination Feux de matériaux solides Feux

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE 2011 PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE COMMUNE DE PUNAAUIA PARTIE 2: OPERATIONNELLE SOMMAIRE SOMMAIRE 2 DECLENCHEMENT DU PCS 3.1 ROLE ET OBJECTIFS DU PLAN 3.2 MODALITES DE DECLENCHEMENT DES DIFFERENTES ALERTES

Plus en détail

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque.

COMMUNE DE VELET. Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque. COMMUNE DE VELET Dotée d un P.P.R.I (Plan de Prévention des Risques) Plan Communal de Sauvegarde Identification du Risque (le D I C R I M) Document d information communal sur les Risques Majeurs Sommaire

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)...3. La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4. Le risque inondation...5 Sommaire Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)....3 La Cellule de Crise Municipale (CCM)...4 Le risque inondation...5 Directeur des opérations de secours (D.O.S.)... 5 Cellule Coordination... 7 Cellule

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes

Qu est-ce qu un risque majeur? graves dommages grand nombre de personnes Qu est-ce qu un risque majeur? Un aléa grave d origine naturelle (inondation, tempête, séisme, ) ou technologique (barrage, transport, ) qui peut causer de graves dommages à un grand nombre de personnes,

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM

LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM LA PREVENTION DES RISQUES MAJEURS LE DICRIM Madame, Monsieur, Les Pianais vivent dans un environnement naturel de qualité qui ne doit pas nous faire oublier les risques auxquels nous pouvons être confrontés.

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial

RISQUES MAJEURS. Apprenons les bons réflexes! * *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs. édition 2015 2013 éditorial édition 2015 2013 éditorial RISQUES MAJEURS Apprenons les bons réflexes! * La Garde Département du Var *D.I.C.R.I.M. Document d Information Communal sur les Risques Majeurs DICRIM 2015-1 À conserver SOMMAIRE

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs

agissons ensemble Octobre 2013 Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Fiche d information sur la gestion des risques d accidents industriels majeurs Octobre 2013 Scénarios impliquant un produit toxique : Ammoniac La Brasserie Labatt du Canada, Montréal (Québec) Partenaire

Plus en détail

PLAN LOCAL DE GESTION DE CRISE

PLAN LOCAL DE GESTION DE CRISE GUIDE MÉTHODOLOGIQUE PLAN LOCAL DE GESTION DE CRISE A v ertissement Les plans locaux de gestion de crise sont des outils opérationnels permettant de mieux organiser les actions locales en période de crise.

Plus en détail

PLAN FAMILIAL DE MISE EN SURETÉ Face aux risques majeurs, comment se préparer en famille?

PLAN FAMILIAL DE MISE EN SURETÉ Face aux risques majeurs, comment se préparer en famille? PLAN FAMILIAL DE MISE EN SURETÉ Face aux risques majeurs, comment se préparer en famille? GMF. Assurément humain Chaque foyer doit s organiser face aux risques majeurs Qu est-ce qu un risque majeur? Le

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie Les Établissements recevant du public La prévention incendie 1 Sommaire Partie 1 : Les établissements recevant du public Partie 2 : La prévention incendie Partie 3 : L organisation de la prévention dans

Plus en détail

nmwrcvk RISQUES MAJEURS APPRENONS LES BONS RÉFLEXES DUNKERQUE ET LA COMMUNE ASSOCIÉE DE MARDYCK DICRIM

nmwrcvk RISQUES MAJEURS APPRENONS LES BONS RÉFLEXES DUNKERQUE ET LA COMMUNE ASSOCIÉE DE MARDYCK DICRIM DICRIM DOCUMENT D INFORMATION COMMUNAL SUR LES RISQUES MAJEURS RISQUES MAJEURS APPRENONS LES BONS RÉFLEXES nmwrcvk DUNKERQUE ET LA COMMUNE ASSOCIÉE DE MARDYCK La sécurité est aujourd hui l affaire de tous.

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

Chaque citoyen est un élément essentiel de la gestion de crise. Aussi, soyons responsables et pour être efficaces, tenons-nous prêts.

Chaque citoyen est un élément essentiel de la gestion de crise. Aussi, soyons responsables et pour être efficaces, tenons-nous prêts. Le risque zéro n existe pas. A Orléans, nous ne sommes pas à l abri d une crue majeure de la Loire, d événements naturels et climatiques extrêmes, ou encore d accidents technologiques et industriels. La

Plus en détail

DICRIM Mairie de Port-Mort

DICRIM Mairie de Port-Mort 1 Conformément à l article R125-11 du code de l environnement, le maire, dont la commune est concernée par des risques majeurs doit établir un document d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM)

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

«Une heure pour savoir»

«Une heure pour savoir» PLAN CYCLONE. ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ET ZONALE DE LA GESTION DE CRISE «Une heure pour savoir» LE 8 JUILLET 2011 E.FONTANILLE/ J. VINCENT Les CYCLONES aux ANTILLES Depuis 1986 le Cyclone (en Grec Dieu

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Le Plan Communal de Sauvegarde :

Le Plan Communal de Sauvegarde : Le Plan Communal de Sauvegarde : Pour faire face aux catastrophes et aux sinistres majeurs : tempête, crue, fortes chutes de neige, pluies torrentielles, canicule, accident grave de la circulation routière,

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? 91 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France

Plus en détail

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE?

w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES LES RISQUES TECHNOLOGIQUES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE 2- QU EST-CE QU UNE MATIÈRE DANGEREUSE? LES RISQUES TECHNOLOGIQUES w p LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES 1- QU EST-CE QUE LE RISQUE TRANSPORT DE MATIÈRES DANGEREUSES? Le risque de transport de matières dangereuses, ou risque TMD, est

Plus en détail

dossier départemental les risques majeurs du calvados

dossier départemental les risques majeurs du calvados dossier départemental les risques majeurs du calvados Éditorial introduction La loi de modernisation de la sécurité civile de 2004 a posé un principe fondamental fort : placer le citoyen au cœur des prescriptions

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

Mémento. pour partir en montagne l été en. sécurité. www.sports.gouv.fr

Mémento. pour partir en montagne l été en. sécurité. www.sports.gouv.fr Mémento pour partir en montagne l été en sécurité www.sports.gouv.fr Avant une sortie Choisissez une activité à votre mesure. Choisissez votre itinéraire en fonction de vos capacités (ne pas se surestimer,

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

L évolution des techniques d information

L évolution des techniques d information Les automates d appel en masse : quel système pour ma collectivité? Marion Hébert, ingénieur à l Institut des Risques Majeurs L évolution des techniques d information a vu naître dès le début des années

Plus en détail

Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers

Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers Plan Particulier de Mise en sûreté (P.P.M.S.) face aux risques majeurs dans l'académie de Poitiers Ce document a été élaboré par : Yannick BRUXELLE, correspondante risques majeurs, Elisabeth RIMBEAU, inspectrice

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES Document valable jusqu au : 2 octobre 2012 RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES SOMMAIRE - Déclaration de l état des risques naturels et technologiques

Plus en détail

Domonial Notice utilisateur

Domonial Notice utilisateur Domonial Notice utilisateur EKZ 35 F Vous venez d acquérir le système de surveillance DOMONIAL et nous vous en remercions. Ce système est prévu pour fonctionner dans une bande de fréquence radio homologuée

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches

1 si oui, les risques naturels pris en compte sont liés à : inondation crue torrentielle mouvements de terrain X Avalanches Etat des risques naturels, miniers et technologiques en application des articles L 125-5 et R 125-26 du Code de l'environnement 1. Cet état, relatif aux obligations, interdictions, servitudes et prescriptions

Plus en détail

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR

DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR DETECTEUR CO (monoxyde de carbone) NB 930 MANUEL UTILISATEUR wizmart Detecteur CO TECHNOLOGIE ELECTRO CHIMIQUE Garantie 5 ANS Le détecteur CO peut vous sauver la vie Le danger : la présence de monoxyde

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Le Document d Information Communal sur les

Le Document d Information Communal sur les EDITORIAL ETRE INFORMÉS ET ORGANISÉS POUR BIEN REAGIR Jean-Jacques Filleul, maire de Montlouis-sur-Loire, président de la Communauté de communes de l Est Tourangeau. Le Document d Information Communal

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE

RETOUR D EXPERIENCE. Exercice Départemental DAREGAL 2012 Milly la forêt DESCRIPTION DE L EXERCICE Exercice Départemental DAREGAL 22 - SAP - RETEX EXER DESCRIPTION DE L EXERCICE HISTORIQUE Date : 20 janvier 22 Heure de début: 14h00 Heure de fin : 16h30 LIEU Adresse : D 948, OBJECTIFS DE L EXERCICE Pour

Plus en détail

Notice Utilisateur EKZ 0938 00A STORIA CRT 600 HF

Notice Utilisateur EKZ 0938 00A STORIA CRT 600 HF Notice Utilisateur EKZ 0938 00A STORIA CRT 600 HF Vous venez d acquérir le système de surveillance STORIA CRT 600 HF et nous vous en remercions. Ce système est prévu pour fonctionner dans une bande de

Plus en détail

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES

RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES 7 rue Mercure 94 700 MAISONS-ALFORT RISQUES NATURELS ET TECHNOLOGIQUES DOSSIER D INFORMATION REGLEMENTAIRE DES ACQUEREURS ET LOCATAIRES Document valable jusqu au : 10 janvier 2016 UBYRISK Consultants 8,

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 15/IMO/0204 Date de réalisation : 16 avril 2015 (Valable 6 mois)

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

Se préparer pour les situations d urgence :

Se préparer pour les situations d urgence : Pour tout renseignement complémentaire : Agence fédérale des situations d urgence (Federal Emergency Management Agency, FEMA) www.ready.gov Croix-Rouge américaine (American Red Cross) www.redcross.org

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

FM FM ECOLE q g FM ECOLE q g q g q g

FM FM ECOLE q g FM ECOLE q g q g q g Lors d une catastrophe naturelle ou d un accident technoloiue, la préfecture, la commune, l exploitant industriel et chaue citoyen ont un rôle à jouer. Pour faciliter le travail des éuipes de secours et

Plus en détail

transport marchandises dangereuses

transport marchandises dangereuses w transport marchandises dangereuses RISQUE t.m.d. RISQUE T.M.D. w Qu est-ce que le risque de transport de marchandises dangereuses? Les transports de marchandises dangereuses (TMD) sont en général peu

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs

L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs DIRECTION GÉNÉRALE DE LA PRÉVENTION DES RISQUES L information des acquéreurs et des locataires sur les risques naturels et technologiques majeurs Renseignements utiles à l état des risques et à la déclaration

Plus en détail

DOMONIAL CRT 500 HF. Notice Utilisateur EKZ 0904 00C SECOM AUTOPROTECTION PILE A U SUPERVISION OUVERTURE ALARME INTRUSION ALARME TECHNIQUE

DOMONIAL CRT 500 HF. Notice Utilisateur EKZ 0904 00C SECOM AUTOPROTECTION PILE A U SUPERVISION OUVERTURE ALARME INTRUSION ALARME TECHNIQUE R Notice Utilisateur EKZ 0904 00C DOMONIAL CRT 500 HF D EF A U T M EM O IR E C O NT R O LE AUTOPROTECTION PILE SUPERVISION OUVERTURE ALARME INTRUSION ALARME TECHNIQUE LIAISON RADIO MARCHE PRESENCE SECTEUR

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

Conseil départemental de sécurité civile et des risques naturels majeurs Réunion du 14 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE

Conseil départemental de sécurité civile et des risques naturels majeurs Réunion du 14 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Conseil départemental de sécurité civile et des risques naturels majeurs Réunion du 14 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Contact presse Préfecture de La Réunion - Service régional de la communication interministérielle

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Prévention habitation. 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité

Prévention habitation. 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité Prévention habitation 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité 20 trucs et astuces pour encore plus de sécurité! Votre habitation fait évidemment partie des biens que vous souhaitez protéger le

Plus en détail

Les blessures avec la tondeuse à gazon

Les blessures avec la tondeuse à gazon Les blessures avec la tondeuse à gazon En cas de problème avec sa tondeuse, il faut : Arrêter le moteur Débrancher le courant Attendre la fin complète de la rotation En cas de blessures légères : Nettoyer

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau Tout connaître sur l assurance et les dommages causés par l eau Les dommages causés par l eau : première cause de réclamation en assurance habitation Les dommages causés par l eau représentent environ

Plus en détail

Centrale d Alarme 32 zones sans fils

Centrale d Alarme 32 zones sans fils Centrale d Alarme 32 zones sans fils Ultra facile à installer et à programmer Sans fil : Aucune connexion nécessaire!!! Nombreux capteurs différents disponibles : permet de détecter une intrusion par infrarouge,

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ

LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ avril 2013 NOTE D INFORMATION LA SURVEILLANCE DES PHÉNOMÈNES MÉTÉOROLOGIQUES POUR PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ EN TOUTE SÉCURITÉ En tant qu exploitant des centrales de production d électricité, EDF met en

Plus en détail

Le guide pratique. habitation. habitation

Le guide pratique. habitation. habitation Le guide pratique habitation habitation automobile santé habitation Incendie, tempêtes, catastrophes naturelles, vol, dégâts des eaux, sont autant de situations auxquelles vous pourriez, un jour, être

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Etat des risques naturels, miniers et technologiques

Etat des risques naturels, miniers et technologiques Etat des risques naturels, miniers et technologiques En application des articles L125-5 et R125-26 du code de l'environnement. Référence : 13/ABCD/145 Réalisé par SARL ABCD Diagnostics Date de réalisation

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile 12 Assurer son logement, c est obligatoire et utile Assurer son logement est une obligation légale. Si un dégât se déclare chez vous et que vous n êtes pas assuré, vous devrez supporter les frais de remise

Plus en détail

MISE A JOUR DU PCS. Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées. remarques

MISE A JOUR DU PCS. Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées. remarques 1 MISE A JOUR DU PCS Numéro de page Date Mise à jour Pages modifiées Corrections apportées remarques 2 SOMMAIRE PREAMBULE 4 PRESENTATION DE LA COMMUNE 5 ANALYSE DES RISQUES RISQUE NUCLEAIRE (comprimés

Plus en détail

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO

GESTION DE TRAFIC GESTION DES CRISES HIVERNALES LE SUIVI ET L ALERTE METEO Gestion de trafic, gestion des crises hivernales : le suivi et l alerte météo M. Guy LEGOFF Directeur Régional Météo Sud-Est 2, bd du château double 13908 Aix-en-Provence Cedex 2 Tél.: 33 (0)4 42 95 90

Plus en détail

MONTAGE ET MODE D EMPLOI

MONTAGE ET MODE D EMPLOI MONTAGE ET MODE D EMPLOI et L appareil d alerte ultime avec détecteur pour Gaz liquide (propane/butane) et gaz naturel (méthane) Gaz narcotique. 1. GENERALITES Vous avez acheté un système d alarme KombiAlarm

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne

Effondrements et affaissements du sol, la Wallonie vous accompagne Un colloque inédit sur les techniques de prévention et la gestion de crise 3 avril 2014 - centre culturel «La Marlagne» - Wépion Effondrements & affaissements du sol et assurance Bernard Desmet Assuralia

Plus en détail

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Mise à jour Mai 2010 Rappel de la réglementation L objectif des exercices d évacuation est d entraîner

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive

Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive Chapitre 1 : Risque majeur et information préventive I - QU EST-CE QU UN RISQUE MAJEUR? Le risque majeur est la possibilité d'un événement d'origine naturelle dont les effets peuvent mettre en jeu un grand

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE

Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE Recommandations à l'attention des RECOMMANDATIONS A L ATTENTION DES ORGANISATEURS D'ACCUEILS DE LOISIRS ET DE SEJOURS VACANCES EN BASSE-NORMANDIE La Basse-Normandie est une région qui accueille annuellement

Plus en détail

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur

Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur Diapositive 1 Préparer votre famille à une situation d urgence Notes de l animateur L animateur se présente; ensuite, il présente le thème ainsi que les membres du groupe. Diapositive 2 Après les présentations,

Plus en détail

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel 31.01.2015 / V01 1 Bases légales Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre

Plus en détail

Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels

Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels Assuré et rassuré. Dangers gravitationnels Directives pour votre sécurité Dans le cadre du traitement de dommages naturels, l AIB

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

Plan de communication SIG 2009 30 septembre et 1 er octobre. L intégration de la 3D dans l alerte des populations en cas de risques

Plan de communication SIG 2009 30 septembre et 1 er octobre. L intégration de la 3D dans l alerte des populations en cas de risques Plan de communication SIG 2009 30 septembre et 1 er octobre L intégration de la 3D dans l alerte des populations en cas de risques Session Prévention / Sécurité Philippe JAUNEAU Courriel : contact@cii-industrielle.fr

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail