Christophe Roulet LA BOURSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Christophe Roulet LA BOURSE"

Transcription

1 Christophe Roulet LA BOURSE

2 LA BOURSE: COMMENT ÇA MARCHE? La loi de l'offre et de la demande La Bourse représente le lieu de rencontre privilégié entre vendeurs et acheteurs qui tous souhaitent réaliser une transaction aux meilleures conditions possibles. A noter que la différence entre le prix demandé et celui offert pour une même valeur (le spread) est d'autant plus petite que le nombre d'acheteurs et de vendeurs est important, ce qui est généralement le cas sur les principaux titres négociés en Bourse. De la confrontation entre acheteurs et vendeurs résulte donc un prix d'équilibre qui permet de conclure une transaction entre deux contreparties. Mais contrairement à la valeur accordée aux biens de consommations par exemple, fixée pour des durées relativement longues, les prix pratiqués sur les marchés financiers fluctuent constamment en fonction de l'offre et de la demande, avec des variations qui peuvent parfois prendre beaucoup d'ampleur et évoluent en quelques secondes. Le rôle de la Bourse Comme on l'a vu, le grand avantage des Bourses est de réunir en un même endroit de nombreux acheteurs et vendeurs intéressés à conclure une transaction en leur faveur. Mais pour qu'ils aient des titres à négocier, il faut au préalable que des entreprises et des collectivités publiques aient décidé de lever des capitaux sur les marchés financiers sous forme d'emprunts, représentés par des papiers valeurs qui seront ensuite librement échangeables en Bourse. En ce sens, les marchés financiers rassemblent dans un premier temps des entités à la recherche de nouveaux fonds auprès des épargnants qui, eux, désirent investir 2

3 leurs capitaux dans des produits rémunérateurs. Entre ces deux intervenants, on retrouve des prestataires de services qui agissent en qualité de médiateur pour les entreprises et de négociateur pour les investisseurs. Les actions Le détenteur d'actions d'une société anonyme peut être considéré comme copropriétaire de cette compagnie à hauteur du nombre de parts qu'il possède. Pour cette catégorie de titres, il faut différencier la valeur nominale, dont la somme représente le capital-actions porté dans les comptes de la société au passif de son bilan, de sa valeur marchande négociée sur les marchés financiers. La détention d'actions confère des droits à leurs propriétaires qui, au niveau financier, se traduisent par une participation aux bénéfices sous la forme de dividendes perçus annuellement au pro rata du nombre d'actions en leur possession, si les résultats de l'entreprise le permettent; droit également au produit de la liquidation d'une société et enfin droit préférentiel de souscrire à toute nouvelle émission d'actions de la part de la compagnie qui procède à une augmentation de capital. A ces droits patrimoniaux, s'ajoutent des droits sociaux comme celui de participer aux assemblées générales de la société ou de se faire élire à son conseil d'administration. A noter enfin que les actions se rangent en plusieurs catégorie: actions nominatives (le propriétaire est identifié et figure au registre des actionnaires pour un meilleur contrôle de l'actionnariat), actions au porteur (l'identité du propriétaire n'est pas précisée), bons de participation (dépourvus droits sociaux). Les obligations Les entreprises et collectivités publiques ont une autre possibilité de lever des capitaux sur les marchés financiers en lançant des emprunts obligataires. La somme totale de l'emprunt est divisée en un certain nombre d'obligations, toutes d'égale valeur et de conditions identiques. En ce sens, ces titres acquis par les investisseurs représentent une reconnaissance de dette. En tant que tels, ils sont assortis du versement d'un intérêt annuel, généralement fixe et appelé coupon. Ces emprunts sont tous limités dans le temps, avec des échéances généralement comprises entre 3 et 10 ans, voire plus pour certains emprunts d'etat. Au terme de l'échéance, l'émetteur des obligations est tenu de rembourser leurs détenteurs au pair, c'est-à-dire à la même valeur que le 3

4 prix d'émission. En conséquence, il est facile de comprendre pourquoi les obligations passent pour des investissements nettement moins risqués que les actions. Les échéances peuvent être parfaitement planifiées, le rendement est assuré à date fixe par le versement d'un intérêt et le remboursement garanti par contrat. Les fonds de placement Du fait qu'ils répondent à une logique simple et efficace, les fonds de placement se sont multipliés de manière exponentielle ces dernières années sur les marchés, donnant naissance à une véritable industrie financière. Le principe consiste à réunir l'épargne d'une multitude d'investisseurs au sein d'un même véhicule de placement collectif afin d'obtenir une masse critique suffisante permettant une large diversification de portefeuille. Ce type de produit répond en effet à une des lois immuables régissant le monde des placements, très bien illustrée par l'adage selon lequel il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. En collectant plusieurs dizaines de millions au sein d'un seul fonds, les professionnels de la branche ont ainsi une marge de manœuvre suffisamment large pour obtenir une meilleure répartition des risques qui constitue un avantage clé de ce type de placement. Le petit épargnant ne pourrait en effet jamais obtenir un aussi large spectre d'investissement avec ses seuls avoirs, c'est pourquoi les fonds de placement leur sont spécialement dédiés, d'autant qu'ils sont gérés par des professionnels aguerris qui modifient constamment la grille de placement en fonction de l'évolution des marchés. Pratiquement, l'investisseur acquiert une ou plusieurs parts d'un fonds qui sont calculées en faisant la somme de toutes les participations détenues en portefeuille, divisée de manière égale par le nombre de parts. Ce calcul donne la valeur nette d'inventaire (VNI) pour chacune des parts et sert de base d'évaluation pour ces produits d'investissement. Les instruments dérivés La famille des produits dérivés, même si leur variété est aujourd'hui relativement vaste, répond dans son ensemble à quelques principes de base. Par produit dérivé, on entend un véhicule d'investissement dont la valeur se base sur celle d'un autre actif ou instrument financier appelé sous-jacent ou notionnel. D'où leur appellation d'instruments dérivés. Ces actifs ou instruments sous-jacents peuvent être de plusieurs ordres: matières premières, actions, obligations, indices boursiers, taux d'intérêt, 4

5 taux de change ou d'autres produits dérivés. Ces véhicules d'investissement sont généralement des instruments financiers à terme, c'est-à-dire que l'acheteur et le vendeur conviennent à l'avance du prix auquel sera livré le sous-jacent dans un futur plus ou moins proche. La livraison matérielle des actifs n'a toutefois pas toujours lieu, la transaction pouvant être annulée en tout temps par une opération inverse. Les contrats à terme (futures en anglais) ont leur genèse inscrite dans le négoce des matières premières. C'est d'ailleurs encore essentiellement sur des denrées comme les céréales, le cacao, le sucre, le café, le coton, le soja, le pétrole, le cuivre, platine, l'or ou l'argent qu'ils sont basés. Théoriquement, un contrat à terme sur matière première consiste à en fixer le prix à l'avance pour un échange qui aura lieu dans le futur. Généralement les échéances interviennent à espace régulier jusqu'à un an. Selon le même principe, les spécialistes ont imaginé des futures sur des produits financiers tels que des indices boursiers, des devises, des dépôts à terme, des bons du trésor et autres instruments à taux d'intérêt. Dans ce cas, l'une des deux parties cherche à se prémunir contre un risque de change, de taux ou de baisse des cours sur des actifs détenus en portefeuille alors que l'autre, généralement une banque ou un courtier en Bourse, spécule sur une évolution inverse pour réaliser son gain. Comme ces contrats portent sur des sous-jacents immatériels, il n'y a pas de livraison de marchandise à terme. A l'échéance, on calcule la différence entre le cours du contrat et celui du sous-jacent pour déterminer les compensations financières entre les deux contreparties. Les options sont des contrats incluant un prix d'exercice, appelé également prix de base ou strike en anglais. Il s'agit du prix convenu à l'avance auquel se dénouera la transaction à l'échéance du contrat, en d'autres termes le prix déterminant pour la vente ou l'achat de l'actif sous-jacent à l'expiration du délai. A la différence des futures, l'acheteur n'est toutefois pas contraint de s'exécuter, il peut très bien laisser expirer son option sans la réaliser, alors que le vendeur, lui, a l'obligation de s'exécuter. Le cours des options qui fluctuent à la Bourse représente ce que l'on appelle une prime, à savoir le montant que va recevoir le vendeur pour assumer les risques inclus dans la transaction. Toutes les options ont ainsi un prix d'exercice, une échéance et une prime. Dans le jargon, on dit que le vendeur va prendre une position courte (short) contre l'encaissement d'une prime, alors que l'acheteur prend une position 5

6 longue (long) contre le versement de cette prime. En terme de durée, les options peuvent être courtes (short term option, STO), dont l'échéance porte sur quelques mois, ou longues (long term option, LTO) si l'échéance va au-delà d'un an. Les options peuvent être directement négociées entre deux parties, de gré à gré, sans passer par les marchés organisés. Quant aux options standards, elles font l'objet d'échanges intervenant auprès de Bourses spécialement dédiées à ce type de produits financiers, comme le Liffe à Londres, le Matif à Paris, le Chicago Board of Trade aux Etats-Unis ou l'eurex, né de la fusion de la Soffex suisse et de la Deutsche Termin Borse allemande. Toutes ces Bourses ont des chambres de compensation qui font office, comme pour les futures, de contrepartie lors des échanges assurant la liquidité du marché. Le cours des options varie à la Bourse selon l'offre et la demande et en fonction de l'évolution de l'actif sous-jacent. Option d'achat (call) On recense deux grandes catégories d'options. Les options d'achat ou call dans le jargon professionnel donnent le droit mais non l'obligation à l'acheteur d'acquérir, à l'échéance, l'actif sous-jacent au prix d'exercice fixé à l'avance. L'acheteur n'est donc pas tenu d'exercer son option si les cours du sousjacent évoluent à l'inverse de ses prévisions. En revanche le vendeur du call est, lui, contraint de vendre l'actif en question si l'acheteur en exprime la volonté Les options de vente (put) Les options de ventes ou put dans le jargon professionnel donne le droit mais non l'obligation à l'acheteur de vendre, à l'échéance, l'actif sous-jacent au prix d'exercice fixé à l'avance. L'acheteur n'est donc pas tenu d'exercer son option si les cours du sous-jacent évoluent à l'inverse de ses prévisions. En revanche, le vendeur du put est, lui, contraint d'acheter l'actif en question si l'acheteur de l'option en exprime la volonté. Le comportement des acheteurs et vendeurs d'options est exactement à l'opposé l'un de l'autre. L'évolution de l'actif sousjacent a donc des répercussions directement inversées selon que l'on se place d'un côté ou de l'autre de la transaction. D'une manière générale, l'acheteur d'options, qui prend une position longue, risque au pire de perdre les sommes versées sous forme de prime. Pour le vendeur en revanche, qui prend une position courte, 6

7 les pertes vont augmenter à mesure que l'actif sous-jacent évolue dans le sens opposé à ses prévisions. En ce sens, il adopte un comportement purement spéculatif puisque ces pertes peuvent représenter un multiple des primes encaissées. Le fonctionnement de la Bourse Les marchés des valeurs mobilières fonctionnent tous sur un même modèle, même si certains d'entre eux ont leurs particularités propres. Pour une bonne compréhension du système, on prendra l'exemple de la Bourse suisse ou la SWX Swiss Exchange qui, en termes de volume d'échanges, occupe la troisième place en Europe et la sixième au niveau mondial. La SWX a le statut d'une association qui regroupe 60 membres, soit des établissements financiers suisses comme étrangers, pour un quart d'entre eux, agissant en tant qu'intermédiaires pour les émetteurs et les investisseurs. Son rôle en tant que plate-forme de négoce consiste ainsi à assortir le maximum d'ordres d'achats et de ventes qui sont introduits dans le système. Car depuis 1996, avec la disparition des corbeilles de Bâle, Zurich et Genève pour créer la Bourse électronique suisse (BES), le marché helvétique est devenu une place financière virtuelle totalement informatisée et automatisée, du passage de l'ordre à son règlement en passant par la chambre de compensation, Les différents intervenants ne sont ainsi plus présents autour d'une corbeille fonctionnant à la criée, comme c'est encore le cas à Wall Street, mais ils agissent par écran d'ordinateur interposé pour animer le marché des valeurs mobilières. Un simple clic de souris suffit donc à négocier, payer, exécuter et confirmer une transaction, En ce sens, la SWX fait certainement partie des Bourses à la pointe de la technologie avec sa plate-forme totalement intégrée. Lorsque l'investisseur désire passer un ordre de vente ou d'achat, il va donc s'adresser à son conseiller en placement qui, après discussion, l'exécutera pour lui, directement s'il est membre de la Bourse. L'investisseur pourra également effectuer lui-même son ordre en passant par un courtier en ligne, directement connecté à la Bourse via Internet. Les ordres entrant dans le système seront ensuite assortis selon les règles de conciliation de la SWX (matching rules), qui stipule précisément dans quelles conditions et à quel moment ils peuvent déboucher sur une transaction. La Bourse suisse fonctionne selon un principe de priorité prix/temps, en d'autres termes, la meilleure cotation sera toujours exécutée en premier. Une fois les transactions conclues, soit un échange simultané de titres et d'espèces entre deux contreparties, elles sont 7

8 traitées par des chambres de compensation, spécialement rattachées à la Bourse. Ces dernières ont pour tâche de comptabiliser les titres achetés et vendus entre membres de la Bourse. Les créances et les engagements sont alors compensés réciproquement et les soldes portés au crédit ou au débit des différents établissements financiers auprès de la chambre de compensation. La dernière opération consiste enfin à effectuer le règlement des transactions et le cas échéant la livraison des titres. Comme on l'a vu, à la SWX, le négoce, la compensation (clearing) et le règlement (settlement) des titres représente un processus totalement intégré, fruit d'un système électronique développé entre Swiss Exchange, Swiss Interbank Clearing (SIC) et SegalnterSettle (SIS). En règle générale, les transactions boursières sont décomptées «à date de valeur 3 jours». C'est-à-dire que la compensation et le règlement ont lieu le troisième jour de Bourse après la conclusion de la transaction. A I'échéance, SegaInterSettle (SIS) débite via Swiss Interbank Clearing (SIC) le compte de l'acheteur auprès de la Banque nationale suisse (BNS) du prix d'achat convenu et crédite le compte du vendeur de ce même montant. En échange, les valeurs mobilières sont transférées du compte de dépôts SIS du vendeur vers celui de l'acheteur. SIC est donc un système de paiement en ligne géré par Telekurs à Zurich. La BNS y est reliée directement, tout comme les banques membres de la Bourse. Celles-ci disposent en outre d'un compte de virement auprès de la BNS. Cet ensemble de mesures est ainsi destiné à former un marché équitable et transparent pour les investisseurs qui ont plusieurs possibilités à disposition pour passer leurs ordres : limités, au mieux, de protection des gains. Les grandes bourses internationales Si, pendant longtemps, les différents pays ont entretenu des Bourses régionales à côté de leur marché principal, suite à la globalisation des flux financiers, l'activité boursière a connu une forte concentration, nationale dans un premier temps et internationale aujourd'hui. Dans ce contexte, les marchés financiers commencent à se livrer une concurrence sans merci pour augmenter leur liquidité et attirer les investisseurs. Mais le New York Stock Exchange (NYSE ou Wall Street) fondé en 1792, tout comme le Nasdaq créé en 1971 exercent toujours leur suprématie sur l'ensemble des Bourses de la planète dans la mesure où leur évolution influence largement le comportement de l'ensemble des places financières. A fin 1999, la capitalisation boursière de Wall Street totalisait plus de 11'000 milliards de dollars et celle du Nasdaq dépassait 8

9 les 5'000 milliards. Ces deux places financières caracolaient ainsi en tête du classement des Bourses internationales devant celle de Tokyo (4'100 milliards de dollars), représentative de la deuxième économie mondiale, de Londres (2'700), Francfort (1'400), Paris (1'300) Toronto (860), Milan (670) et Zurich (630). Décembre CENTRE ROMAND DE FORMATION DES JOURNALISTES Florimont 1, 1006 Lausanne Tél. : Fax :

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PDSTK-10-20-70-50-20120912 DGFIP BIC - Produits et stocks - Opérations

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande.

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. CHAPITRE 17 Opérations relatives aux titres - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. - Il y a par ex: o Bourses des valeurs pour le commerce des

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002

FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 FINANCE DE MARCHÉ Devoir n 1 novembre 2002 Exercice 1 Le 13 octobre (N), votre responsable financier vous donne l ordre de vendre au SRD 50 actions ZZZ au cours limite de 180. a- Expliquer en quoi consiste

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

Glossaire des termes du marché boursier

Glossaire des termes du marché boursier des termes du marché boursier Action Titre représentatif d'une participation ou d'une part de propriété dans une entreprise, qu'il s'agisse d'une action ordinaire ou privilégiée. Action cotée en bourse

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL COMMERCE INTERNATIONAL (21 février 2011) Le risque de change Le risque de change correspond à un risque de paiement plus élevé pour l'importateur ou d'une recette moindre pour l'exportateur dans les deux

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Fiche Didactique : Les Options

Fiche Didactique : Les Options Fiche Didactique : Les Options Introduction Le processus de négociation des options semble souvent mystérieux et complexe. Dans cette section, nous tenterons de démystifier le sujet afin que vous compreniez

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Futures Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement.

La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou ultérieurement. Umbruch franz. 30.8.2006 16:06 Uhr Seite 183 Instruments financiers dérivés La présente recommandation s applique pour la première fois aux périodes annuelles ouvertes à compter du 1 er janvier 2007 ou

Plus en détail

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier Les produits dérivd rivés s : des instruments incontournables du paysage financier Léon Bitton Vice-président, R&D Bourse de Montréal Inc. CONGRÈS DE L'ASDEQ 19 mai 2005 1 Produits dérivd rivés s : Outils

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 Qu est ce que sont les options binaires? Le trading d options binaires, parfois connu sous le nom des options numériques ou ORF (options de retour fixe), est une

Plus en détail

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008

OPTION NÉGOCIABLE. Définition. Facteurs influençant la valeur des options. Claire Peltier EDC 2008 OPTION NÉGOCIABLE Définition Une option d'achat - ou call - est un titre financier conditionnel qui donne le droit, mais non l'obligation, d'acheter un actif détermineé. appelé l'actif support (ou sous-jacent),

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Dans un premier temps, nous nous limiterons aux actions et aux obligations.

Dans un premier temps, nous nous limiterons aux actions et aux obligations. LA BOURSE 1. GENERALITES 1.1 Définition La bourse est un marché où se réunissent périodiquement acheteurs et vendeurs d un même bien ou service, dans le but d être complètement renseignés sur l état des

Plus en détail

LA BOURSE. OS3 GYB C. Beez-Ducarroz

LA BOURSE. OS3 GYB C. Beez-Ducarroz LA BOURSE OS3 GYB C. Beez-Ducarroz Définitions Définitions La bourse est un lieu physique ou virtuel (ordinateur) où se rencontrent des acteurs ayant besoin de capitaux (entreprises et Etat) et ceux qui

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Cantaluppi & Hug Software and Consulting

Cantaluppi & Hug Software and Consulting Options - Comptabilisation Nous allons examiner dans ce document la comptabilisation "state-of-the-art" des options, c'est-à-dire des calls et puts. Nous donnons tout d'abord pour rappel la définition

Plus en détail

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

Directive 10 SIX Swiss Exchange Obligation d'annoncer les transactions

Directive 10 SIX Swiss Exchange Obligation d'annoncer les transactions Page SWX-SWX-MAN-/F , SWX Helbling Raphael Directive 10 SIX Swiss Exchange Obligation d'annoncer les transactions 13.01.2009 Version: 14.01.2009 En vigueur depuis: 16.02.2009 Directive 10 SIX

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente vise à vous communiquer, conformément à la Directive MiFID, une information générale

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 66 66 ACTIVITÉS AUXILIAIRES DE SERVICES FINANCIERS ET D'ASSURANCE Cette division comprend la prestation de services connexes des services financiers

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente 5 Prix d exercice 5 Échéance 5 4. Possibilités pour

Plus en détail

La bourse de New York est la plus importante du monde. Elle représente à elle seule la moitié de la capitalisation boursière mondiale.

La bourse de New York est la plus importante du monde. Elle représente à elle seule la moitié de la capitalisation boursière mondiale. 1 Séance 5 : La Bourse. La bourse est un marché dans lequel se rencontrent une ofre et une demande de capitaux et dont le support est représenté par une valeur mobilière (action ou obligation principalement).

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

QU EST CE QUE LE TRADING?

QU EST CE QUE LE TRADING? QU EST CE QUE LE TRADING? www.tradafrique.com 1 1) Définition du trading 2) Définition du trader 3) Quoi trader? 4) Ou trader? 5) Comment trader? www.tradafrique.com 2 Définition du trading Le trading

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

JEU BOURSIER 2015. Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader. - Pour débutants -

JEU BOURSIER 2015. Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader. - Pour débutants - JEU BOURSIER 2015 Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader - Pour débutants - A partir d un ordinateur: a) Rends-toi sur le site suisse de SaxoBank: https://webtrader.saxobank.ch/sim/login/

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

3- Valorisation d'options

3- Valorisation d'options 3- Valorisation d'options Valorisation des options classiques : options d'achat (call) options de vente (put) Une pierre angulaire de la finance moderne : décisions d'investissement (options réelles) conditions

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Warrants Un investissement avec effet de levier.

Warrants Un investissement avec effet de levier. Warrants Un investissement avec effet de levier. Protection du capital Optimisation du rendement Certificats Produits à effet de levier Une mise minimum pour un résultat maximum. L acheteur d un warrant

Plus en détail

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR

ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR ROLE DE LA STICODEVAM ET GESTION DES BONS DU TRESOR L internationalisation croissante des investissements et la mobilité des capitaux incitent toutes les places financières à s adapter en permanence voire

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte

Marchés Financiers I. Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte et U-Discover Bibliographie Nicolas Huck, Olivier Lamotte Objectifs du cours Organisation du cours et évaluation Pédagogie découverte

Plus en détail

FUTURE CONTRACT OUTLOOK

FUTURE CONTRACT OUTLOOK I/ Définition FUTURE CONTRACT OUTLOOK Un contrat future est un contrat standard entre deux parties pour échanger un actif sous jacent à un prix convenu aujourd hui pour une livraison qui aura lieu dans

Plus en détail

Table des matières Schéma E - Emprunts

Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts 1 INDICATIONS RELATIVES À L'ÉMETTEUR... 1 1.1 Indications générales... 1 1.1.1 Raison sociale, siège social et siège administratif...

Plus en détail

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-07 DU 23 JUIN 1998 4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM Le Conseil National de la Comptabilité, réuni en Assemblée Plénière le 23 juin 1998, a adopté

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

LES OBLIGATIONS. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations, Exemples. Synthèse. TABLE DES MATIERES

LES OBLIGATIONS. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations, Exemples. Synthèse. TABLE DES MATIERES LES OBLIGATIONS Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Opérations relatives aux droits de créances. Connaissances juridiques et financières. Acquisition, évaluation, revenus et cession d'obligations,

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

Règlement des Placements à terme KBC

Règlement des Placements à terme KBC Règlement des Placements à terme KBC Enregistré à Leuven, troisième bureau, le 28/12/2012. Le présent règlement remplace le règlement des Placements à terme KBC du 25/01/2011. La relation contractuelle

Plus en détail

SECTION 2 : OPERATIONS SUR TITRES

SECTION 2 : OPERATIONS SUR TITRES SECTION 2 : OPERATIONS SUR TITRES 1 DEFINITION DES TITRES 2 CLASSIFICATION DES TITRES 3 DISPOSITIONS COMMUNES A L ENSEMBLE DES TITRES 4 DISPOSITIONS APPLICABLES AUX TITRES DE TRANSACTION 5 DISPOSITIONS

Plus en détail

Précisions à propos des services de placement. Opérations stratégiques sur le capital

Précisions à propos des services de placement. Opérations stratégiques sur le capital Précisions à propos des services de placement Opérations stratégiques sur le capital Introduction Dans les Précisions à propos des services de placement, DEGIRO donne le contenu détaillé des accords contractuels

Plus en détail

Convention d ouverture et de gestion sous mandat d un portefeuille titres

Convention d ouverture et de gestion sous mandat d un portefeuille titres MAC S.A. Intermédiaire en Bourse Agrément N 44/89 du 01/05/98 Convention d ouverture et de gestion sous mandat d un portefeuille titres Identifiant unique N :. Entre les Soussignés : Monsieur(Mme) : Né(e)le

Plus en détail

SPREAD (CYLINDRE) CONSTRUCTION DE DEUX OPTIONS

SPREAD (CYLINDRE) CONSTRUCTION DE DEUX OPTIONS Dans un contrat d'option, le détenteur acquiert un droit, l'émetteur contracte une obligation. Un prix doit être payé par le détenteur à l'émetteur : c'est la prime (premium). LE CALCUL DU MONTANT DE LA

Plus en détail

Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices AUTOCERTIFICATION

Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices AUTOCERTIFICATION Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 149-15 Le 10 décembre 2015

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis -

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis - Augmentation de capital VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

reverse exchangeable notes Guide Explicatif

reverse exchangeable notes Guide Explicatif reverse exchangeable notes Guide Explicatif www.warrants.commerzbank.com Un coupon attrayant? De plus en plus d investisseurs découvrent les avantages des Reverse Exchangeable Notes (REN) avec un coupon

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Directive 20 Négoce sur une ligne séparée

Directive 20 Négoce sur une ligne séparée Page SWX-DDM-MAN-/F DDM MSE-RDI Directive 20 Négoce sur une ligne séparée 01.11.2005 CE DOCUMENT CONTIENT DES DISPOSITIONS CONCERNANT LE NÉGOCE SUR UNE LIGNE SÉPARÉE. Sans restrictions Directive 20 Page

Plus en détail