Christophe Roulet LA BOURSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Christophe Roulet LA BOURSE"

Transcription

1 Christophe Roulet LA BOURSE

2 LA BOURSE: COMMENT ÇA MARCHE? La loi de l'offre et de la demande La Bourse représente le lieu de rencontre privilégié entre vendeurs et acheteurs qui tous souhaitent réaliser une transaction aux meilleures conditions possibles. A noter que la différence entre le prix demandé et celui offert pour une même valeur (le spread) est d'autant plus petite que le nombre d'acheteurs et de vendeurs est important, ce qui est généralement le cas sur les principaux titres négociés en Bourse. De la confrontation entre acheteurs et vendeurs résulte donc un prix d'équilibre qui permet de conclure une transaction entre deux contreparties. Mais contrairement à la valeur accordée aux biens de consommations par exemple, fixée pour des durées relativement longues, les prix pratiqués sur les marchés financiers fluctuent constamment en fonction de l'offre et de la demande, avec des variations qui peuvent parfois prendre beaucoup d'ampleur et évoluent en quelques secondes. Le rôle de la Bourse Comme on l'a vu, le grand avantage des Bourses est de réunir en un même endroit de nombreux acheteurs et vendeurs intéressés à conclure une transaction en leur faveur. Mais pour qu'ils aient des titres à négocier, il faut au préalable que des entreprises et des collectivités publiques aient décidé de lever des capitaux sur les marchés financiers sous forme d'emprunts, représentés par des papiers valeurs qui seront ensuite librement échangeables en Bourse. En ce sens, les marchés financiers rassemblent dans un premier temps des entités à la recherche de nouveaux fonds auprès des épargnants qui, eux, désirent investir 2

3 leurs capitaux dans des produits rémunérateurs. Entre ces deux intervenants, on retrouve des prestataires de services qui agissent en qualité de médiateur pour les entreprises et de négociateur pour les investisseurs. Les actions Le détenteur d'actions d'une société anonyme peut être considéré comme copropriétaire de cette compagnie à hauteur du nombre de parts qu'il possède. Pour cette catégorie de titres, il faut différencier la valeur nominale, dont la somme représente le capital-actions porté dans les comptes de la société au passif de son bilan, de sa valeur marchande négociée sur les marchés financiers. La détention d'actions confère des droits à leurs propriétaires qui, au niveau financier, se traduisent par une participation aux bénéfices sous la forme de dividendes perçus annuellement au pro rata du nombre d'actions en leur possession, si les résultats de l'entreprise le permettent; droit également au produit de la liquidation d'une société et enfin droit préférentiel de souscrire à toute nouvelle émission d'actions de la part de la compagnie qui procède à une augmentation de capital. A ces droits patrimoniaux, s'ajoutent des droits sociaux comme celui de participer aux assemblées générales de la société ou de se faire élire à son conseil d'administration. A noter enfin que les actions se rangent en plusieurs catégorie: actions nominatives (le propriétaire est identifié et figure au registre des actionnaires pour un meilleur contrôle de l'actionnariat), actions au porteur (l'identité du propriétaire n'est pas précisée), bons de participation (dépourvus droits sociaux). Les obligations Les entreprises et collectivités publiques ont une autre possibilité de lever des capitaux sur les marchés financiers en lançant des emprunts obligataires. La somme totale de l'emprunt est divisée en un certain nombre d'obligations, toutes d'égale valeur et de conditions identiques. En ce sens, ces titres acquis par les investisseurs représentent une reconnaissance de dette. En tant que tels, ils sont assortis du versement d'un intérêt annuel, généralement fixe et appelé coupon. Ces emprunts sont tous limités dans le temps, avec des échéances généralement comprises entre 3 et 10 ans, voire plus pour certains emprunts d'etat. Au terme de l'échéance, l'émetteur des obligations est tenu de rembourser leurs détenteurs au pair, c'est-à-dire à la même valeur que le 3

4 prix d'émission. En conséquence, il est facile de comprendre pourquoi les obligations passent pour des investissements nettement moins risqués que les actions. Les échéances peuvent être parfaitement planifiées, le rendement est assuré à date fixe par le versement d'un intérêt et le remboursement garanti par contrat. Les fonds de placement Du fait qu'ils répondent à une logique simple et efficace, les fonds de placement se sont multipliés de manière exponentielle ces dernières années sur les marchés, donnant naissance à une véritable industrie financière. Le principe consiste à réunir l'épargne d'une multitude d'investisseurs au sein d'un même véhicule de placement collectif afin d'obtenir une masse critique suffisante permettant une large diversification de portefeuille. Ce type de produit répond en effet à une des lois immuables régissant le monde des placements, très bien illustrée par l'adage selon lequel il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. En collectant plusieurs dizaines de millions au sein d'un seul fonds, les professionnels de la branche ont ainsi une marge de manœuvre suffisamment large pour obtenir une meilleure répartition des risques qui constitue un avantage clé de ce type de placement. Le petit épargnant ne pourrait en effet jamais obtenir un aussi large spectre d'investissement avec ses seuls avoirs, c'est pourquoi les fonds de placement leur sont spécialement dédiés, d'autant qu'ils sont gérés par des professionnels aguerris qui modifient constamment la grille de placement en fonction de l'évolution des marchés. Pratiquement, l'investisseur acquiert une ou plusieurs parts d'un fonds qui sont calculées en faisant la somme de toutes les participations détenues en portefeuille, divisée de manière égale par le nombre de parts. Ce calcul donne la valeur nette d'inventaire (VNI) pour chacune des parts et sert de base d'évaluation pour ces produits d'investissement. Les instruments dérivés La famille des produits dérivés, même si leur variété est aujourd'hui relativement vaste, répond dans son ensemble à quelques principes de base. Par produit dérivé, on entend un véhicule d'investissement dont la valeur se base sur celle d'un autre actif ou instrument financier appelé sous-jacent ou notionnel. D'où leur appellation d'instruments dérivés. Ces actifs ou instruments sous-jacents peuvent être de plusieurs ordres: matières premières, actions, obligations, indices boursiers, taux d'intérêt, 4

5 taux de change ou d'autres produits dérivés. Ces véhicules d'investissement sont généralement des instruments financiers à terme, c'est-à-dire que l'acheteur et le vendeur conviennent à l'avance du prix auquel sera livré le sous-jacent dans un futur plus ou moins proche. La livraison matérielle des actifs n'a toutefois pas toujours lieu, la transaction pouvant être annulée en tout temps par une opération inverse. Les contrats à terme (futures en anglais) ont leur genèse inscrite dans le négoce des matières premières. C'est d'ailleurs encore essentiellement sur des denrées comme les céréales, le cacao, le sucre, le café, le coton, le soja, le pétrole, le cuivre, platine, l'or ou l'argent qu'ils sont basés. Théoriquement, un contrat à terme sur matière première consiste à en fixer le prix à l'avance pour un échange qui aura lieu dans le futur. Généralement les échéances interviennent à espace régulier jusqu'à un an. Selon le même principe, les spécialistes ont imaginé des futures sur des produits financiers tels que des indices boursiers, des devises, des dépôts à terme, des bons du trésor et autres instruments à taux d'intérêt. Dans ce cas, l'une des deux parties cherche à se prémunir contre un risque de change, de taux ou de baisse des cours sur des actifs détenus en portefeuille alors que l'autre, généralement une banque ou un courtier en Bourse, spécule sur une évolution inverse pour réaliser son gain. Comme ces contrats portent sur des sous-jacents immatériels, il n'y a pas de livraison de marchandise à terme. A l'échéance, on calcule la différence entre le cours du contrat et celui du sous-jacent pour déterminer les compensations financières entre les deux contreparties. Les options sont des contrats incluant un prix d'exercice, appelé également prix de base ou strike en anglais. Il s'agit du prix convenu à l'avance auquel se dénouera la transaction à l'échéance du contrat, en d'autres termes le prix déterminant pour la vente ou l'achat de l'actif sous-jacent à l'expiration du délai. A la différence des futures, l'acheteur n'est toutefois pas contraint de s'exécuter, il peut très bien laisser expirer son option sans la réaliser, alors que le vendeur, lui, a l'obligation de s'exécuter. Le cours des options qui fluctuent à la Bourse représente ce que l'on appelle une prime, à savoir le montant que va recevoir le vendeur pour assumer les risques inclus dans la transaction. Toutes les options ont ainsi un prix d'exercice, une échéance et une prime. Dans le jargon, on dit que le vendeur va prendre une position courte (short) contre l'encaissement d'une prime, alors que l'acheteur prend une position 5

6 longue (long) contre le versement de cette prime. En terme de durée, les options peuvent être courtes (short term option, STO), dont l'échéance porte sur quelques mois, ou longues (long term option, LTO) si l'échéance va au-delà d'un an. Les options peuvent être directement négociées entre deux parties, de gré à gré, sans passer par les marchés organisés. Quant aux options standards, elles font l'objet d'échanges intervenant auprès de Bourses spécialement dédiées à ce type de produits financiers, comme le Liffe à Londres, le Matif à Paris, le Chicago Board of Trade aux Etats-Unis ou l'eurex, né de la fusion de la Soffex suisse et de la Deutsche Termin Borse allemande. Toutes ces Bourses ont des chambres de compensation qui font office, comme pour les futures, de contrepartie lors des échanges assurant la liquidité du marché. Le cours des options varie à la Bourse selon l'offre et la demande et en fonction de l'évolution de l'actif sous-jacent. Option d'achat (call) On recense deux grandes catégories d'options. Les options d'achat ou call dans le jargon professionnel donnent le droit mais non l'obligation à l'acheteur d'acquérir, à l'échéance, l'actif sous-jacent au prix d'exercice fixé à l'avance. L'acheteur n'est donc pas tenu d'exercer son option si les cours du sousjacent évoluent à l'inverse de ses prévisions. En revanche le vendeur du call est, lui, contraint de vendre l'actif en question si l'acheteur en exprime la volonté Les options de vente (put) Les options de ventes ou put dans le jargon professionnel donne le droit mais non l'obligation à l'acheteur de vendre, à l'échéance, l'actif sous-jacent au prix d'exercice fixé à l'avance. L'acheteur n'est donc pas tenu d'exercer son option si les cours du sous-jacent évoluent à l'inverse de ses prévisions. En revanche, le vendeur du put est, lui, contraint d'acheter l'actif en question si l'acheteur de l'option en exprime la volonté. Le comportement des acheteurs et vendeurs d'options est exactement à l'opposé l'un de l'autre. L'évolution de l'actif sousjacent a donc des répercussions directement inversées selon que l'on se place d'un côté ou de l'autre de la transaction. D'une manière générale, l'acheteur d'options, qui prend une position longue, risque au pire de perdre les sommes versées sous forme de prime. Pour le vendeur en revanche, qui prend une position courte, 6

7 les pertes vont augmenter à mesure que l'actif sous-jacent évolue dans le sens opposé à ses prévisions. En ce sens, il adopte un comportement purement spéculatif puisque ces pertes peuvent représenter un multiple des primes encaissées. Le fonctionnement de la Bourse Les marchés des valeurs mobilières fonctionnent tous sur un même modèle, même si certains d'entre eux ont leurs particularités propres. Pour une bonne compréhension du système, on prendra l'exemple de la Bourse suisse ou la SWX Swiss Exchange qui, en termes de volume d'échanges, occupe la troisième place en Europe et la sixième au niveau mondial. La SWX a le statut d'une association qui regroupe 60 membres, soit des établissements financiers suisses comme étrangers, pour un quart d'entre eux, agissant en tant qu'intermédiaires pour les émetteurs et les investisseurs. Son rôle en tant que plate-forme de négoce consiste ainsi à assortir le maximum d'ordres d'achats et de ventes qui sont introduits dans le système. Car depuis 1996, avec la disparition des corbeilles de Bâle, Zurich et Genève pour créer la Bourse électronique suisse (BES), le marché helvétique est devenu une place financière virtuelle totalement informatisée et automatisée, du passage de l'ordre à son règlement en passant par la chambre de compensation, Les différents intervenants ne sont ainsi plus présents autour d'une corbeille fonctionnant à la criée, comme c'est encore le cas à Wall Street, mais ils agissent par écran d'ordinateur interposé pour animer le marché des valeurs mobilières. Un simple clic de souris suffit donc à négocier, payer, exécuter et confirmer une transaction, En ce sens, la SWX fait certainement partie des Bourses à la pointe de la technologie avec sa plate-forme totalement intégrée. Lorsque l'investisseur désire passer un ordre de vente ou d'achat, il va donc s'adresser à son conseiller en placement qui, après discussion, l'exécutera pour lui, directement s'il est membre de la Bourse. L'investisseur pourra également effectuer lui-même son ordre en passant par un courtier en ligne, directement connecté à la Bourse via Internet. Les ordres entrant dans le système seront ensuite assortis selon les règles de conciliation de la SWX (matching rules), qui stipule précisément dans quelles conditions et à quel moment ils peuvent déboucher sur une transaction. La Bourse suisse fonctionne selon un principe de priorité prix/temps, en d'autres termes, la meilleure cotation sera toujours exécutée en premier. Une fois les transactions conclues, soit un échange simultané de titres et d'espèces entre deux contreparties, elles sont 7

8 traitées par des chambres de compensation, spécialement rattachées à la Bourse. Ces dernières ont pour tâche de comptabiliser les titres achetés et vendus entre membres de la Bourse. Les créances et les engagements sont alors compensés réciproquement et les soldes portés au crédit ou au débit des différents établissements financiers auprès de la chambre de compensation. La dernière opération consiste enfin à effectuer le règlement des transactions et le cas échéant la livraison des titres. Comme on l'a vu, à la SWX, le négoce, la compensation (clearing) et le règlement (settlement) des titres représente un processus totalement intégré, fruit d'un système électronique développé entre Swiss Exchange, Swiss Interbank Clearing (SIC) et SegalnterSettle (SIS). En règle générale, les transactions boursières sont décomptées «à date de valeur 3 jours». C'est-à-dire que la compensation et le règlement ont lieu le troisième jour de Bourse après la conclusion de la transaction. A I'échéance, SegaInterSettle (SIS) débite via Swiss Interbank Clearing (SIC) le compte de l'acheteur auprès de la Banque nationale suisse (BNS) du prix d'achat convenu et crédite le compte du vendeur de ce même montant. En échange, les valeurs mobilières sont transférées du compte de dépôts SIS du vendeur vers celui de l'acheteur. SIC est donc un système de paiement en ligne géré par Telekurs à Zurich. La BNS y est reliée directement, tout comme les banques membres de la Bourse. Celles-ci disposent en outre d'un compte de virement auprès de la BNS. Cet ensemble de mesures est ainsi destiné à former un marché équitable et transparent pour les investisseurs qui ont plusieurs possibilités à disposition pour passer leurs ordres : limités, au mieux, de protection des gains. Les grandes bourses internationales Si, pendant longtemps, les différents pays ont entretenu des Bourses régionales à côté de leur marché principal, suite à la globalisation des flux financiers, l'activité boursière a connu une forte concentration, nationale dans un premier temps et internationale aujourd'hui. Dans ce contexte, les marchés financiers commencent à se livrer une concurrence sans merci pour augmenter leur liquidité et attirer les investisseurs. Mais le New York Stock Exchange (NYSE ou Wall Street) fondé en 1792, tout comme le Nasdaq créé en 1971 exercent toujours leur suprématie sur l'ensemble des Bourses de la planète dans la mesure où leur évolution influence largement le comportement de l'ensemble des places financières. A fin 1999, la capitalisation boursière de Wall Street totalisait plus de 11'000 milliards de dollars et celle du Nasdaq dépassait 8

9 les 5'000 milliards. Ces deux places financières caracolaient ainsi en tête du classement des Bourses internationales devant celle de Tokyo (4'100 milliards de dollars), représentative de la deuxième économie mondiale, de Londres (2'700), Francfort (1'400), Paris (1'300) Toronto (860), Milan (670) et Zurich (630). Décembre CENTRE ROMAND DE FORMATION DES JOURNALISTES Florimont 1, 1006 Lausanne Tél. : Fax :

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES

SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES SECTION 5 : OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 1 - DEFINITION DES PRODUITS DERIVES 2 - DEFINITIONS DES MARCHES 3 - USAGE DES CONTRATS 4 - COMPTABILISATION DES OPERATIONS SUR PRODUITS DERIVES 51 SECTION 5

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PDSTK-10-20-70-50-20120912 DGFIP BIC - Produits et stocks - Opérations

Plus en détail

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente vise à vous communiquer, conformément à la Directive MiFID, une information générale

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande.

CHAPITRE 17. Opérations relatives aux titres. - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. CHAPITRE 17 Opérations relatives aux titres - Les bourses sont des marchés qui fonctionnent dans le cadre du jeu de l offre et de la demande. - Il y a par ex: o Bourses des valeurs pour le commerce des

Plus en détail

Table des matières Schéma E - Emprunts

Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts Table des matières Schéma E - Emprunts 1 INDICATIONS RELATIVES À L'ÉMETTEUR... 1 1.1 Indications générales... 1 1.1.1 Raison sociale, siège social et siège administratif...

Plus en détail

Brochure d'information sur les options

Brochure d'information sur les options Brochure d'information sur les options Introduction La présente brochure explique succinctement le fonctionnement des options et se penche sur les risques éventuels liés au négoce d options. Le glossaire

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 Qu est ce que sont les options binaires? Le trading d options binaires, parfois connu sous le nom des options numériques ou ORF (options de retour fixe), est une

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions?

Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? en collaboration avec Comment aborder l Investment Challenge dans les meilleures conditions? Vous participez au concours organisé par l association Transaction l Investment Challenge, et vous avez bien

Plus en détail

Cantaluppi & Hug Software and Consulting

Cantaluppi & Hug Software and Consulting Options - Comptabilisation Nous allons examiner dans ce document la comptabilisation "state-of-the-art" des options, c'est-à-dire des calls et puts. Nous donnons tout d'abord pour rappel la définition

Plus en détail

JEU BOURSIER 2015. Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader. - Pour débutants -

JEU BOURSIER 2015. Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader. - Pour débutants - JEU BOURSIER 2015 Séance d introduction à la plateforme de trading SaxoWebTrader - Pour débutants - A partir d un ordinateur: a) Rends-toi sur le site suisse de SaxoBank: https://webtrader.saxobank.ch/sim/login/

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

NOUVEAUX PRODUITS À LA BOURSE CONTRATS D OPTIONS SUR DEVISES OPTIONS SUR LE DOLLAR AMÉRICAIN (USX)

NOUVEAUX PRODUITS À LA BOURSE CONTRATS D OPTIONS SUR DEVISES OPTIONS SUR LE DOLLAR AMÉRICAIN (USX) Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 21 septembre 2005 NOUVEAUX

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés INTRODUCTION Ce document n'a pas pour objet de présenter de manière exhaustive les risques associés

Plus en détail

GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES

GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES GLOSSAIRE VALEURS MOBILIERES Action Valeur mobilière représentant une part du capital d'une société. Le détenteur d'une action bénéficie d'une rémunération sous forme de dividendes et a normalement un

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 66 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 66 66 ACTIVITÉS AUXILIAIRES DE SERVICES FINANCIERS ET D'ASSURANCE Cette division comprend la prestation de services connexes des services financiers

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

SPREAD (CYLINDRE) CONSTRUCTION DE DEUX OPTIONS

SPREAD (CYLINDRE) CONSTRUCTION DE DEUX OPTIONS Dans un contrat d'option, le détenteur acquiert un droit, l'émetteur contracte une obligation. Un prix doit être payé par le détenteur à l'émetteur : c'est la prime (premium). LE CALCUL DU MONTANT DE LA

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22

INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22 INSTRUCTION GÉNÉRALE Q-22 DOCUMENTS D'INFORMATION SUR LES CONTRATS À TERME, SUR LES OPTIONS NÉGOCIABLES SUR UN MARCHÉ RECONNU ET SUR LES OPTIONS NÉGOCIABLES SUR CONTRATS À TERME 1. Dans le cas de contrats

Plus en détail

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS 1. Dans les présentes Règles à moins que le contexte ne s'y oppose, le terme : «activités manipulatrices et trompeuses» désigne la saisie d un ordre ou l exécution d une

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Directive concernant les droits de créance ayant une structure

Directive concernant les droits de créance ayant une structure Directive Droits de créance structure particulière Directive concernant les droits de créance ayant une structure particulière (Directive Droits de créance structure particulière, DDSP) Du Fondement juridique

Plus en détail

http://www.gaselys.com/cms/produits_et_services/lexique/index.html

http://www.gaselys.com/cms/produits_et_services/lexique/index.html 1 sur 5 26/01/2011 17:25 L'énergie est notre avenir, économisons-la! Page d'accueil > Lexique A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Recherche par mots-clés : A la monnaie (at-the-money) Se

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

Chapitre 6 Les instruments financiers

Chapitre 6 Les instruments financiers Chapitre 6 Les instruments financiers La notion d'instruments financiers est définie en France par l article L. 211-1 du Code monétaire et financier (issu de la loi 96-597 du 2 juillet 1996 de modernisation

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00)

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) dans la limite de l'enveloppe disponible Batik Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance*

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Cher client, chère cliente, La BANQUE RAIFFEISEN tient à vous informer

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Loi Fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (LBVM)

Loi Fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (LBVM) Cette note a été établie à la suite de l introduction de la Loi Fédérale sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (LBVM) entrée en vigueur le 1 er février 1997. Bien que, dans l ensemble,

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT BELGIUM

TREETOP ASSET MANAGEMENT BELGIUM TREETOP ASSET MANAGEMENT BELGIUM APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS...

Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU AUX DONNEURS DE SÛRETÉS... Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard Table des matières Schéma F Description de la valeur pour options standard 1 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX RELATIFS AUX ÉMETTEURS OU

Plus en détail

APERCU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERCU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERCU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS I. Risques de base 1) Risque de conjoncture Des changements dans l activité d une économie de marché ont toujours des répercussions

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 DU 4 MAI 2001 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Dans le cadre du renforcement de la libéralisation

Plus en détail

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM

4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-07 DU 23 JUIN 1998 4 ème mise à jour du plan comptable des OPCVM Le Conseil National de la Comptabilité, réuni en Assemblée Plénière le 23 juin 1998, a adopté

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE. Instruction n 94~7. relative à la comptabilisation des opérations sur titres

COMMISSION BANCAIRE. Instruction n 94~7. relative à la comptabilisation des opérations sur titres COMMISSION BANCAIRE Instruction n 94~7 relative à la comptabilisation des opérations sur titres La Commission Bancaire, Vu la loi n 84-46 du 24 janvier 1984 modifiée relative à l'activité et au contrôle

Plus en détail

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI About NYSE Euronext NYSE Euronext (NYX) est l un des principaux opérateurs de marchés financiers et fournisseurs de technologies de négociation innovantes.

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME

II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME II. CARACTERISTIQUES DES MARCHES A TERME Le marché à terme définit un prix d'échange pour un produit donné et pour une date future. Ce prix formé par la libre confrontation de l'offre et la demande, sert

Plus en détail

COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE

COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE COMMISSION D ORGANISATION ET DE SURVEILLANCE DES OPÉRATIONS DE BOURSE INVESTIR EN BOURSE Sommaire 1 Introduction 2 Qu est-ce que la Bourse des valeurs mobilières? 3 Quels sont les droits liés aux valeurs

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

Directive 20 Négoce sur une ligne séparée

Directive 20 Négoce sur une ligne séparée Page SWX-DDM-MAN-/F DDM MSE-RDI Directive 20 Négoce sur une ligne séparée 01.11.2005 CE DOCUMENT CONTIENT DES DISPOSITIONS CONCERNANT LE NÉGOCE SUR UNE LIGNE SÉPARÉE. Sans restrictions Directive 20 Page

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 1 I LES ACTEURS DU MARCHE / ARCHITECTURE ORGANISATIONNELLE DU MARCHE 1- L ORGANE DE REGULATION : LA

Plus en détail

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012

Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Mathématiques pour la finance Définition, Evaluation et Couverture des Options vanilles Version 2012 Pierre Andreoletti pierre.andreoletti@univ-orleans.fr Bureau E15 1 / 20 Objectifs du cours Définition

Plus en détail

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 1 INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 RELATIVE AUX MODALITÉS DE CALCUL DE L ENGAGEMENT DES OPCVM SUR INSTRUMENTS FINANCIERS À TERME Prise en application des articles 411-44-1 à 411-44-5 du règlement

Plus en détail

2- Instruments de gestion des risques de marché

2- Instruments de gestion des risques de marché 2- Instruments de gestion des risques de marché Objectif : présenter les produits dérivés utilisés dans la gestion des risques de marché. 1- CONTRATS À TERME 2- SWAPS 3- OPTIONS CLASSIQUES Jean-Baptiste

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Vontobel Mini Futures Futures Investissement minimum, rendement maximum Vontobel Investment Banking Vontobel Mini Futures Investir un minimum pour un maximum de rendement Avec

Plus en détail

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires

Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires NC 25 Le portefeuille-titres dans les établissements bancaires Objectif 01. Dans le cadre de ses activités courantes, la banque peut affecter une partie de ses ressources à la gestion d'un portefeuille-titres.

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET

QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET QUELLE «JUSTE VALEUR»? Philippe MARTINET Workshop Agenda Perceptions et concepts de JV Les Normes internationales Approche des IFRS 7 - IFRS 9 - IFRS 13 Guide de Juste Valeur Exemple d application Confrontation

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action

Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Dérivés Financiers Evaluation des options sur action Owen Williams Grenoble Ecole de Management > 2 Définitions : options sur actions Option : un contrat négociable donnant le droit d acheter ou vendre

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières Circ.-CFB 98/2 Négociant Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Commentaires du terme de négociant en valeurs mobilières (Négociant) du 1 er juillet 1998 Sommaire 1 But 2 Situation de

Plus en détail

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier

LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE. Finance internationale 9éme ed. Y. Simon & D. Lautier LES MARCHÉS DÉRIVÉS DE CHANGE 1 Section 1. Les instruments dérivés de change négociés sur le marché interbancaire Section 2. Les instruments dérivés de change négociés sur les marchés boursiers organisés

Plus en détail

Les Turbos. Guide Pédagogique. Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits présentant un risque de perte en capital

Les Turbos. Guide Pédagogique. Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits présentant un risque de perte en capital Les Turbos Guide Pédagogique Produits à effet de levier avec barrière désactivante Produits présentant un risque de perte en capital Les Turbos 2 Sommaire Introduction : Que sont les Turbos? 1. Les caractéristiques

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier

Les produits dérivd. des instruments incontournables du paysage financier Les produits dérivd rivés s : des instruments incontournables du paysage financier Léon Bitton Vice-président, R&D Bourse de Montréal Inc. CONGRÈS DE L'ASDEQ 19 mai 2005 1 Produits dérivd rivés s : Outils

Plus en détail

NYSE EURONEXT LES OPTIONS : MODE D EMPLOI

NYSE EURONEXT LES OPTIONS : MODE D EMPLOI NYSE EURONEXT LES OPTIONS : MODE D EMPLOI A propos de NYSE Euronext NYSE Euronext (NYX) est l un des principaux opérateurs de marchés financiers et fournisseurs de technologies de négociation innovantes.

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Document d'information

Document d'information Document d'information CPG Opportunité de revenu annuel HSBC Non enregistrés Le présent document d information s applique à tous les certificats de placement garanti Opportunité de revenu annuel HSBC non

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTION GENERALE DES ÉMETTEURS LA BANQUE ET LE GROUPE

RÉSUMÉ DESCRIPTION GENERALE DES ÉMETTEURS LA BANQUE ET LE GROUPE RÉSUMÉ Ce résumé a été rédigé conformément à l'article 5(2) de la directive sur les prospectus (directive 2003/71/CE) (la «Directive Prospectus») et doit être considéré comme une introduction au Prospectus

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS Société Anonyme au capital de 515 592 876 euros Siège social : 45, rue de Villiers - 92526 Neuilly-sur-Seine 552 059 024 RCS Nanterre www.thalesgroup.com Note d information émise à l occasion de la mise

Plus en détail

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS

APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS APERÇU DES CARACTERISTIQUES ET RISQUES ESSENTIELS DES INSTRUMENTS FINANCIERS Ce document ne prétend pas décrire tous les risques inhérents aux investissements en instruments financiers. Il a plutôt pour

Plus en détail

Ponts Investment Challenge 2008

Ponts Investment Challenge 2008 SOMMAIRE I /Définition II/ Aperçu historique III/ Rôle et fonctionnement IV/ Les Produits financiers V/ Les marchés financiers VI/Les métiers de la finance VII/ Critiques de la bourse VIII/ Remerciements

Plus en détail

Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats)

Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats) Résumé du Programme de Warrants (bons d option ou certificats) Le résumé suivant (le "Résumé") doit être lu comme une introduction au présent Prospectus lequel est soumis dans son intégralité aux réserves

Plus en détail

L unique CFD AutoStop

L unique CFD AutoStop L unique CFD AutoStop Une solution alternative aux certificats Avertissements : Les CFD sont des produits spéculatifs à effet de levier pouvant mener à une perte totale voire supérieure à l investissement

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail