Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours"

Transcription

1 Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours Sciences de la Terre Année scolaire ST5 FABRE Vincent / GARCIA Guillermo

2 Sommaire 1. EXERCICE DE COURS (Butons) Répartition de contraintes selon SPIKKER pour sable compact Option de deux lits de butons en butonnage à l avancement Vérification à la compression Vérification au flambement Vérification au poinconnement Choix de butons Vérification de situation poussée butée DÉNÉBOLA (PAROI MOULÉE) Caractéristiques du sol et de la paroi: Phasage des travaux Calcul des tirants d ancrage Résultats obtenus TALREN (Talus Renforcés) Mur en terre armée Clous Tirant d ancrage Résultats... 7 Rapport fondations FABRE GARCIA 1

3 1. EXERCICE DE COURS (Butons) Description du problème : Nous voulons mettre en place un système de soutènement afin de résister aux efforts dus à la poussée du sol lors du creusement d une tranchée. Le sol en place a les caractéristiques géomécaniques suivantes : Sol : Sable compact 1.1 Répartition de contraintes selon SPIKKER pour sable compact ( ( )) 1.2 Option de deux lits de butons en butonnage à l avancement Nous pouvons voir que la contrainte maximale du sol dans les sables compactes est de 26 kn. A partir du diagramme de distribution de charges ci-dessous, l effort à reprendre de chaque buton est délimité par le mi-chemin entre les deux butons. Ceci est dû à que dans cet endroit l effort de cisaillement est nul. Ainsi, le buton plus près de la surface reprendra les efforts représentés en violet et le buton d en bas reprendra un effort plus important representé en bleu. La forze b i par mètre linéaire reprise par le buton i est détérminée par le calcul de la surface en violet. Le même principe est utilisé pour calculer la force que le buton 2 doit reprendre. Ainsi, ( ) ( ) ml ( ) ( ) ml Rapport fondations FABRE GARCIA 2

4 1.3 Vérification à la compression Pour détérminer la section du buton necessaire pour reprendre cette force, il faut partir de l expression de contraintes :, où F est notre force bi multipliée par l écart horizontal (3m), est un coefficient de sécurité égal à 1,5 et S est la surface de notre élément. Nous voulons que l acier travaille jusqu à sa contrainte ultime, c est-à-dire. Nous pouvons donc maintenant calculer la surface minimale des butons : 1.4 Vérification au flambement Determination de la rigidité du buton EI : ( ) ( ) 1.5 Vérification au poinconnement Le poinçonnement dépend de la rigidité de l élément poinçonné. La section susceptible d être poinconnée est la suivante : ( ) ; Pour la détérmination du module E du sol, nous avons utilisé les courbes page 114 du cours de fondations où, et (sable normalement consolidé) d après les cours p. 66. ; Rapport fondations FABRE GARCIA 3

5 La contrainte de poinconnement est définie comme la force appliquée bi divisée par la surface de poinconnement calculée. Cette contrainte constitue la partie motrice du système, qui devra être comparée avec la partie résistante : la contrainte pl. ; ; Nous pouvons donc constater qu il n y aura pas de poinconnement, car, c est-à-dire, que la contrainte motrice ne dépasse pas la contrainte résistante. 1.6 Choix de butons Nous avons décidé d utiliser des souténements en forme de tube avec les caractéristiques suivantes : Buton 1 : Buton Vérification de situation poussée butée Nous avons vérifié les limites de contraintes qui correspondent à la poussée et à la butée. Ceci afin de réperer dans que létat on se trouve : Les contraintes sont : Les pressions sont : La pression Pparoi se trouve exactement entre les deux pressions de butée et pousée, donc dans un état stable. Rapport fondations FABRE GARCIA 4

6 Tableau récapitulatif : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) B1 42, ,7 0,8 E ,44 1,21 106,4 B2 81, ,7 1,5 E-3 933,5 0,52 1,69 145,4 2. DÉNÉBOLA (PAROI MOULÉE) Le projet à réaliser consiste en la construction d une paroi moulée avec mise en place de tirants d ancrage pour reprendre les efforts de poussée des terres et poussées hydrostatiques induits du creusement d une tranchée. La configuration du projet est la suivante, les tirants sont mis en place à -2,0 m/ta et -7,0 m/ta. 2.1 Caractéristiques du sol et de la paroi: L utilisation du logiciel Dénébola nécessite de calculer les caractéristiques du sol suivantes : SOL Kh (kpa) Ka Ko Ki Kp Aa Ap Em α (kn/m3) (kpa.m) Limons ,41 0,58 0,58 0, / Sables et ,31 0,47 0,47 0, / graviers Craie altérée ,33 0,5 0,5 0, / Craie saine ,27 0,43 0,43 0,43 10,4 103,2 35 2/ Avec : ( ( )) ; ; ( ( )) ; ( ) ; Rapport fondations FABRE GARCIA 1

7 α donné par les abaques ; ( ) (Ménard, Bourdon, 1964) Le calcul de EI, pour une paroi d épaisseur 0,6 m, par mètres linéaires, est donné par : EI = ( ) * = Pa.m Phasage des travaux Les travaux se réalisent suivant les quatre phases successives suivantes : - Phase 1 : Excavation à -3,0 m/ta. Mise en place d un tirant à -2,0 m/ta. - Phase 2 : Rabattement de la nappe à -8,0 m/ta. Excavation à -7,0 m/ta. Mise en place d un tirant à -7,0 m/ta. - Phase 3 : Rabattement de la nappe à -9,6 m/ta. Excavation à -9,1 m/ta. - Phase 4 : Remontée de la nappe à l amont. 2.3 Calcul des tirants d ancrage A partir des de l effort à reprendre, et connaissant l inclinaison i des tirants, on peut calculer les efforts horizontaux, verticaux et les efforts dans l axe des tirants. Par exemple pour le tirant 1, incliné de 15, avec un espacement de 3 m : TiH = TiV = T = TiH = 645 kn = 173 kn Tirant Tonnes/ml (kn) Inclinaison ( ) Espacement (m) TiH (kn) TiV (kn) T (kn) Tirant Tirant $ 2.4 Résultats obtenus Après l entrée des paramètres dans le programme Dondene, nous avons obtenu le fichier de données suivant : Rapport fondations FABRE GARCIA 2

8 Après l exécution du calcul par Dénébola, le programme Desbopil nous a permis d obtenir les résultats graphiques suivants : Rapport fondations FABRE GARCIA 3

9 Rapport fondations FABRE GARCIA 4

10 Rapport fondations FABRE GARCIA 5

11 3. TALREN (Talus Renforcés) Le projet consiste en la construction d un bâtiment et d une route en bordure d un lac. Le sol en place est constitué d éboulis sablo-argileux qui reposent sur un substratum rigide. Les éboulis sont renferment une nappe phréatique qui s écoule en direction du lac. Son niveau piézométrique diminue à mesure que l on s approche du lac. Un ouvrage en terre armée est prévu pour renforcer le sol sous la route. Les surcharges imposées et la géométrie du projet est décrite sur le schéma cidessous. Rapport fondations FABRE GARCIA 6

12 Le logiciel TALREN nous a permis de dimensionner les ouvrages de renforcement des sols pour soutenir le projet. 3.1 Mur en terre armée Les bands métalliques utilisés ont les caractéristiques géométriques suivantes : e = 60 mm l = 10 mm Dans cette configuration, la section réduite Sr est donné par : Sr = ( ) ( ) = Sr = ( ) ( ) = 0, m 2 La limite de résistance à la traction de l acier σ a est de 240 MPa On peut donc déterminer l effort de traction maximal admis par les bands métalliques : Tmax = σ a = 111,36 kn 3.2 Clous Une technique de clouage est utilisée pour renforcer le sol sous la terre armée (entre les points 0 m et + 4 m). Le tableau suivant donne les efforts de traction maximaux admissibles par les clous en fonction de leur diamètre pour une résistance de l acier de 500 MPa : Diamètres (mm) S Tmax (m 2 ).10-4 (kn) Sr (m2) Tmax.10-4 (kn) 18 2, , , , , , , , Tirant d ancrage Afin de renforcer l ensemble de la construction, on utilise des tirants d ancrage scellés dans le substratum. On les dimensionne pour selon les valeurs suivantes : RQS = 1300 kn TR = 780 kn Df = 130 mm Ds = αdf = 234 mm (α = 1,8) qs = 0,6 MPa Dans cette configuration, la longueur de scellement minimale est : ls = = = 5,9 m 3.4 Résultats Rapport fondations FABRE GARCIA 7

13 Les calculs effectués par le logiciel TALREN nous on permis de calculer les coefficients de sécurité dans différentes situation en fonction du mode de fondation choisi. Chaque situation permet de visualiser la stabilité dans chaque ouvrage de renforcement. Les fondations sont optimisées pour avoir des valeurs de coefficient de sécurités les plus proches possibles de 1. La note de calcul obtenue avec TALREN ainsi que les résultats graphiques sont présentés en annexe. Rapport fondations FABRE GARCIA 8

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES

COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES COURS DE FONDATIONS FONDATIONS SUPERFICIELLES 2010 Sommaire -1- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 FONDATIONS SUPERFICIELLES... 3 1.1 Définitions... 3 1.1.1 Types de fondations superficielles... 3 1.1.2 Capacité

Plus en détail

1 ) Fonctions des fondations :

1 ) Fonctions des fondations : On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage. 1 ) Fonctions des fondations

Plus en détail

PROJET «BUREAU D ETUDE»

PROJET «BUREAU D ETUDE» ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D INGENIEUR DE BRETAGNE SUD Spécialité : INGENIEUR MECATRONIQUE PROJET «BUREAU D ETUDE» Etude d un lève-vitre Encadré par M. Stéphane BOCHARD & M. Christophe CELLARD Présenté

Plus en détail

Résumé ANALYSE VIBRATOIRE ET OPTIMISATION D UN RESSORT DE SOUPAPE. Département Ressort Usine 1 22, route de Lobsann 67250 MERKWILLER- PECHELBRONN

Résumé ANALYSE VIBRATOIRE ET OPTIMISATION D UN RESSORT DE SOUPAPE. Département Ressort Usine 1 22, route de Lobsann 67250 MERKWILLER- PECHELBRONN Département Ressort Usine 1 22, route de Lobsann 67250 MERKWILLER- PECHELBRONN INSA STRASBOURG 24 Boulevard de la victoire 67000 Strasbourg Résumé ANALYSE VIBRATOIRE ET OPTIMISATION D UN RESSORT DE SOUPAPE

Plus en détail

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

ENTPE année scolaire 2005-2006 Cours de Mécanique des Sols II. Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles Essais in situ et capacité portance des fondations superficielles p. 1 / 13 ENTPE année scolaire 005-006 Cours de Mécanique des Sols II Essais in situ et capacité portante des fondations superficielles

Plus en détail

Le Seacisol LE SEACISOL. La Dalle Isolante Sans Etai. Seacisol

Le Seacisol LE SEACISOL. La Dalle Isolante Sans Etai. Seacisol Le LE SEACISOL La Dalle Isolante Sans Etai Chapitre I : Chapitre II : Chapitre III : Chapitre IV : CARACTERISTIQUES GENERALES LES POSSIBILITES DE MONTAGE LA MISE EN ŒUVRE LIMITES DE PORTEE 55 Le C H A

Plus en détail

Typologie des ouvrages de soutènement Liste II

Typologie des ouvrages de soutènement Liste II Typologie des ouvrages de soutènement Liste II 1 Tableau de typologie N type Type Nom de la technique ou du procédé Mode de fonctionnement 1 Mur en maçonnerie de pierres sèches 2 Mur en maçonnerie jointoyée

Plus en détail

APPLICATION AUX POUTRES

APPLICATION AUX POUTRES APPLICATION AU POUTRE 1 Cinématique 1.1 Géométrie Une poutre est un solide engendré par une aire plane qui est déplacée dans l espace de manière que durant son mouvement, le centre de gravité G de la section

Plus en détail

Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS

Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS Transferts Thermiques TP n 1 PROBLEMES BIDIMENSIONNELS Ce TP est à réaliser en salle d informatique, seul ou en binôme. Il ne donnera pas lieu à une évaluation directe, et il n est pas demandé de compte-rendu.

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014

Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014 Durée : 3 heures Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014 EXERCICE 1 5 points Partie A Cette partie est un questionnaire à choix multiples (QCM). Une agence de voyage, propose un itinéraire

Plus en détail

CAPTEUR DE PRESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE

CAPTEUR DE PRESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE CAPTEU DE PESSION ET CINETIQUE CHIMIQUE - Le capteur de pression Il s agit du capteur MPX 00 AP (Motorola) capteur piezorésistif qui mesure des pressions comprises entre 0 et.0 5 Pa. D après le constructeur

Plus en détail

LE PLIAGE : CALCUL DE LD

LE PLIAGE : CALCUL DE LD Nom : Classe: Date: 1) Rappel : Comme nous l avons vu dans les principes du pliage, la tôle pliée est soumise à un.. effort qui engendre des. déformations des fibres. Nous avons vu également que la seule

Plus en détail

DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements

DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements DYNAMIC, logiciel intégré pour l étude des mouvements Résumé : Le logiciel DYNAMIC peut être utilisé à la fois pour la simulation de mouvements et pour l étude d enregistrements vidéo de mouvements. Outre

Plus en détail

Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD)

Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD) CPN GC-CD Document complémentaire au PPN du DUT Génie civil construction durable (GC-CD) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du août

Plus en détail

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications PROTECTION FEU PASSIVE TM ULTIMATE Protect La formule pour une isolation efficace des conduits de ventilation et de désenfumage Manuel d'installation et de spécifications Le Leader Mondial de l'isolation

Plus en détail

1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS. Sommaire

1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS. Sommaire 1. EXPLORER TWITTER AVEC SAS VISUAL ANALYTICS Dans notre monde interconnecté, il est plus important que jamais de comprendre non seulement des détails sur vos données, mais aussi la façon dont ses différentes

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc

UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Détermination du volume sanguin chez le rat Le but de cette séance

Plus en détail

Propriétés physiques complexes

Propriétés physiques complexes Propriétés physiques complexes Les propriétés physiques complexes (moins bien définies) sont les suivantes : rigidité résistance à la compression de la boîte résistance au déchirement résistance au choc

Plus en détail

REGLEMENT des EQUIPEMENTS SPORTIFS «BOULODROMES»

REGLEMENT des EQUIPEMENTS SPORTIFS «BOULODROMES» REGLEMENT des EQUIPEMENTS SPORTIFS «BOULODROMES» PREAMBULE Section 1 BOULODROMES EXTERIEURS Section 2 BOULODROMES COUVERTS SOMMAIRE PREAMBULE Conformément aux dispositions de l article L131-16 du Code

Plus en détail

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre

CASSETTE SP Guide de mise en œuvre -1- CASSETTE SP Guide de mise en œuvre Edition du 21 Août 2007 PMA by Arval ZA du Pays de Podensac 33720 CERONS - France Tel. +33 (0)5.57.98.14.50 Fax. +33 (0)5.57.98.14.60 commercial@pma.fr www.pma.fr

Plus en détail

NCCI : Conception et calcul des fermes de toiture

NCCI : Conception et calcul des fermes de toiture CCI : Conception et calcul des fermes de toiture Ce CCI aborde certains aspects particuliers de la conception et du calcul d'une ferme de toiture. Il explique notamment comment tenir compte des excentrements

Plus en détail

Relevé des déductions ------

Relevé des déductions ------ Cahier des charges du mode EDI du téléservice SIMPL-TVA Relevé des déductions ------ Version 1.1 10 Février 2016 SUIVI DES VERSIONS Date N Version Motif de Mise à Jour 24/07/2015 1.0 Création 10/02/2016

Plus en détail

Entwässerung mit System Éléments de construction SELF

Entwässerung mit System Éléments de construction SELF Entwässerung mit System Éléments de construction SELF Caniveaux de drainage, décrottoirs, écoulements pour la maison, la cour et le jardin Sommaire 04 ANRIN éléments de construction SELF Matériau / application

Plus en détail

built build to ALUMINIUM S

built build to ALUMINIUM S uilt build to ALUMINIUM TOURS ROULANTS EN ALUMINIUM QS Entreprise Projets Produits Echafaudage SYSTÈME QS POUR TOURS ROULANTES EN ALUMINIUM Le système de tours roulantes QS répond de façon efficace et

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX

PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX PRISE EN MAIN DU LOGICIEL D ENQUETE SPHINX I Présentation du logiciel : Le logiciel de traitement d enquêtes Sphinx permet de gérer les enquêtes et les données, quelque soit leur nature : quantitative

Plus en détail

TP CPGE T.P. numéro 2 : système du premier ordre : réponse fréquentielle.

TP CPGE T.P. numéro 2 : système du premier ordre : réponse fréquentielle. T.P. numéro 2 : système du premier ordre : réponse fréquentielle. Buts du TP : le but du TP n 2 est l étude générale des systèmes du premier ordre alimentés par un signal sinusoïdal (réponse fréquentielle).

Plus en détail

Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER.

Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER. Programmation du calcul de la solution numérique de l équation de WINTER. Bernard GAGEY [ bernard.gagey@gmail.com ] Annexe 5 Ce programme étant quasi linéaire ne nécessite pas de présentation sous forme

Plus en détail

M12 C > Résistance et Déformation des matériaux

M12 C > Résistance et Déformation des matériaux M12 C > Résistance et Déformation des matériaux Nicolas REMY D apres le chapitre 4 du livre de Pierre Lavigne - Approche scientifique des structures - EAG:Grenoble, ome 1, pp 85-143. 1- La traction et

Plus en détail

ST 086-38 Indice B. Application Ferroviaire Spécification Technique

ST 086-38 Indice B. Application Ferroviaire Spécification Technique Indice B Application Ferroviaire Spécification Technique PRODUITS PLATS ET LONGS, DEMI- PRODUITS ET TUBES SIDERURGIQUES UTILISES DANS LA FABRICATION ET LA REPARATION DE PIECES OU DE MATERIELS FERROVIAIRES.

Plus en détail

Table des matières. 17.1 champ d application

Table des matières. 17.1 champ d application Dispositions particulières aux usages industriels Table des matières 17.1 champ d application 17.2 bande tampon 17.2.1 obligation 17.2.2 largeur de la bande tampon 17.2.3 aménagement de la bande tampon

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE Epure

DOSSIER TECHNIQUE Epure DOSSIER TECHNIQUE Epure FDOCDT01FAP001 04/02/2010 1/19 SOMMAIRE 1 COMPOSANTS 1.1 Les plateaux Synoptique Page Matériau Page Les passe-câbles Page 1.2 Les piétements Synoptique Page Composants Page 1.3

Plus en détail

Origine des eaux souterraines

Origine des eaux souterraines Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans

Plus en détail

E.N.P.C. module B.A.E.P.1

E.N.P.C. module B.A.E.P.1 Béton armé et précontraint I FLEXION COMPOSEE DIAGRAMME INTERACTION Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 4 1 ENPC Module BAEP1 Séance 4 2 12. FLEXION COMPOSEE -

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ENVELOPPE DU BÂTIMENT Façades Etanchéité Sous épreuve U43 : Economie et Organisation Session 2011 Durée : 2 heures 40 Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices

Plus en détail

EFD Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage

EFD Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage Clapets coupe-feu certifiés EI 180 S EN 1366-2 marquage UNI EN15650. Conformité à la norme EN13501-3:2005 Supports normalisés EI 120 S EI 180 S Cloison en plaques de plâtre 150 mm (v e i o) 1500x1000 -

Plus en détail

Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3

Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3 Contrôle vision et laser des produits métallurgiques J-Pierre CHAMBARD HOLO3 Nous reprenons dans cet article un des thèmes présentés lors de la journée organisée par l ATTT (Association technique du traitement

Plus en détail

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010

La Chaîne Critique. Résumé du livre 17/02/2010 La Chaîne Critique Résumé du livre 17/02/2010 INTRODUCTION Pourquoi les projets sont-ils souvent en retard? Pourquoi certains n aboutissent-ils jamais? Comment réussir à terminer les projets en respectant

Plus en détail

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS

MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS MISE EN CONFORMITE DE LA PRISE D EAU DES RICOUS DISPOSITIONS RELATIVES A LA SURETE ET LA SURVEILLANCE 1 DOSSIER ETABLI PAR LE CANAL DE GAP EN AOUT 2011 AVEC LE SOUTIEN FINANCIER DE L UNION EUROPEENNE DE

Plus en détail

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement.

LA DÉRIVÉE SECONDE. Même si la dérivée première donne beaucoup d'information à propos d'une fonction, elle ne la caractérise pas complètement. LA DÉRIVÉE SECONDE Sommaire 1. Courbure Concavité et convexité... 2 2. Détermination de la nature d'un point stationnaire à l'aide de la dérivée seconde... 6 3. Optima absolus... 8 La rubrique précédente

Plus en détail

ASCENSEURS HYDRAULIQUES AH-1600 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. ET-404fr Vers. 01 21/05/14

ASCENSEURS HYDRAULIQUES AH-1600 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. ET-404fr Vers. 01 21/05/14 ASCENSEURS HYDRAULIQUES AH-1600 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ET-404fr 21/05/14 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES ET-404fr Page 1 Sommaire 1. Description générale... page 2 1.1. Application... page 2 1.2. Normes...

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES

MA1 COURS DE CHARPENTES METALLIQUES MA1 COURS DE CHARPENTES METAIQUES ANAYSE DES STRUCTURES EN ACIER (2) INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur Analyse des struct. acier (2) - Deh 2009 30 4. Classification des ossatures es structures

Plus en détail

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage

Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine et de son outillage Brevet de Technicien Supérieur en Mise en Forme des Matériaux par Forgeage Session 2015 Epreuve E 4 Etude des Systèmes d outillage ------------- Sous épreuve U 4.1 Comportement mécanique d une machine

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

CHAPITRE 2 : FONDATIONS

CHAPITRE 2 : FONDATIONS 1 CHAPITRE 2 : FONDATIONS Plan du chapitre 1. ROLES DES FONDATIONS 2. FONCTIONNEMENT DES FONDATIONS 3. TYPES DE FONDATIONS 4. FONDATIONS SUPERFICIELLES (isolés et continues) 5. RADIERS 6. FONDATIONS PROFONDES

Plus en détail

Mode d'emploi DMFIT. Description de la barre d outils de dessin

Mode d'emploi DMFIT. Description de la barre d outils de dessin Mode d'emploi DMFIT ce travail a été réalisé par Delphine Métais Bertrand Leydier, microprojet CPE 2003 Comment faire une fenêtre de zoom Zoomer sur un endroit précis du graphique en cliquant droit sur

Plus en détail

Atelier B : Maintivannes

Atelier B : Maintivannes Atelier B : Maintivannes BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne BMA01 : Contrôle d étanchéité de vanne Page 1 Buts de l exercice : - Elingage et manutention du matériel avec respect des consignes de sécurité

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe

LAAS-CNRS. JAUMOUILLÉ Rodolphe 2009 LAAS-CNRS JAUMOUILLÉ Rodolphe [ Tutoriel pour le logiciel de Simulation de communications distribuées et de reconnaissance de formes d une SmartSurface] Tutoriel pour un logiciel permettant de simuler

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR

BANDEROLEUSE ROTOPLAT MODELE : 107 CONVOYEUR 1 2 FONCTIONNEMENT DE LA MACHINE AVEC UN CYCLE CLASSIQUE : La charge est déplacée sur le convoyeur par l opérateur. Avec une levier l opérateur bloque les 6 rouleaux centrales. Une cellule de sécurité

Plus en détail

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM.

ThyssenKrupp Industrial Solutions. Notre nouveau nom est. www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com. La presse à rouleaux POLYCOM. Notre nouveau nom est ThyssenKrupp Industrial Solutions www.thyssenkrupp-industrial-solutions.com La presse à rouleaux POLYCOM Polysius 2 La presse à rouleaux POLYCOM La solution éprouvée pour les économies

Plus en détail

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES SCIE A RUBAN TB 2 SOMMAIRE TB 2 Objectifs. 1 Description...... 2 Spécifications.. 3-4 Usinage 4 Façonnage 5 - Consignes générales. 5 - Utilisation..

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION POUR SYSTÈME DE VENTILATION MURAL

INSTRUCTIONS D INSTALLATION POUR SYSTÈME DE VENTILATION MURAL DIRECTIVES D'INSTALLATION ET D UTILISATION Veuillez lire attentivement ces instructions avant de procéder CHAUFFE-EAU AU MAZOUT INSTRUCTIONS D INSTALLATION POUR SYSTÈME DE VENTILATION MURAL Les présentes

Plus en détail

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment

KS-PLAN E. La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment KS-PLAN E La nouvelle brique efficace pour la pose manuelle, destinée au secteur du bâtiment Les avantages et bénéfices que vous apporte le nouveau KS-PLAN E KS-PLAN E permet de réaliser des maçonneries

Plus en détail

Retour d expérience national et international

Retour d expérience national et international Scierie BatiPlus Contrôle et Vérifications Techniques CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES Retour d expérience national et international Evolution des techniques de construction des fondations, ouvrages français

Plus en détail

Fourier sur les images - scilab

Fourier sur les images - scilab Fourier sur les images - scilab Le logiciel SCILAB Il est nécessaire d installer une des dernières versions de SCILAB (version 5.4.1 par ex.) Puis, pour avoir les commandes sur les images, il faut installer

Plus en détail

2. Étude du DPE de la villa actuelle

2. Étude du DPE de la villa actuelle Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Simulation d un DPE 1 d une villa T le STI2D CI5 : Efficacité énergétique dans l habitat TP ET D après le TP de Thierry Marxer académie

Plus en détail

TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES

TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES TD : RESIDENCE U FONDATIONS SUPERFICIELLES OBJECTIF Découvrir la technologie et les différentes phases de réalisation de semelles isolées et de semelles filantes. PRESENTATION Le présent dossier concerne

Plus en détail

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre

TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre TP Cours : Diagrammes de Bode du premier ordre Dans ce polycopié, on passe en revue les méthodes et définitions à maîtriser pour l étude des filtres du premier ordre. Toutes ont été étudiées lors des séances

Plus en détail

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité

PRÉPARATION DU BACCALAURÉAT MATHÉMATIQUES. SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité PRÉPRTION DU BCCLURÉT MTHÉMTIQUES SÉRIE ES Obligatoire et Spécialité 8 Janvier Durée de l épreuve : heures Coefficient : 5 ou 7 L usage d une calculatrice électronique de poche à alimentation autonome,

Plus en détail

VÉRINS MECANIQUES Séries VMP Modèles A à vis translatante Modèle B à vis tournante

VÉRINS MECANIQUES Séries VMP Modèles A à vis translatante Modèle B à vis tournante VÉRINS MECANIQUES Séries VMP Modèles A à vis translatante Modèle B à vis tournante Électronique de puissance Réducteurs de vitesse Moteurs électriques Les caractéristiques et descriptions du présent catalogue

Plus en détail

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE»

TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Mise à jour du 20 mai 2010 TUTORIEL «REDIMENSIONNER UNE IMAGE» Guide incluant la procédure de téléchargement d un logiciel gratuit Ce tutoriel est un pas-à-pas très détaillé. Cette prise de parti explique

Plus en détail

Système Embarqué de transmission de données

Système Embarqué de transmission de données Système Embarqué de transmission de données 1 Présentation du système 1.1 Fonction remplie par le système Transmission unidirectionnelle de données physiques entre un mobile et une station fixe par voie

Plus en détail

Utilisez vos compétences essentielles : Au travail avec une charpentière

Utilisez vos compétences essentielles : Au travail avec une charpentière Maintenant et demain L excellence dans tout ce que nous entreprenons Les compétences essentielles et l apprentissage Utilisez vos compétences essentielles : Au travail avec une charpentière WP-147-03-10F

Plus en détail

ex: On désire calculer la valeur de la résistance R pour différents couples (U,I).La relation liant ces trois grandeurs étant U = R * I

ex: On désire calculer la valeur de la résistance R pour différents couples (U,I).La relation liant ces trois grandeurs étant U = R * I I PRESENTATION GENERALE: 1 ) fonctionnement de base: * Un fichier Microsoft Excel est appelé un classeur (pouvant contenir plusieurs feuilles). * Une sélection de feuille dans un classeur se fait grâce

Plus en détail

CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER

CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER CALCUL DU VOLUME EQUIVALENT DES EAUX PLUVIALES A STOCKER Etape 1 : calcul de la pluie de projet La pluie de projet utilisée pour les calculs est donnée par la formule de Montana : t : durée de l évènement

Plus en détail

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1

COMMUNE DE ROUGIERS. 83 170 -Var. Novembre 2010 1 COMMUNE DE ROUGIERS 83 170 -Var Novembre 2010 1 Diagnostic d accessibilité des bâtiments communaux recevant du public à Rougiers N BATIMENTS ADRESSES 1 Mairie 15 Avenue de Brignoles 2 Eglise Avenue de

Plus en détail

Examen GCI 110 GCI 120 Mai 2013 - durée 2 heures

Examen GCI 110 GCI 120 Mai 2013 - durée 2 heures Documents autorisés : 1 feuille A4 Recto verso manuscrite pour la partie thermique/ acoustique Les 2 parties (Mécanique & Thermique / Acoustique) doivent être rédigées sur des feuilles différentes Note

Plus en détail

PhotoFiltre 7 : barre de filtres, réglages simples (10-2014)

PhotoFiltre 7 : barre de filtres, réglages simples (10-2014) PhotoFiltre 7 : barre de filtres, réglages simples (10-2014) Barre d outils La barre d'outils est sur deux niveaux. Le premier niveau permet d'accéder rapidement aux fonctions les plus courantes, par exemple

Plus en détail

!! Les document 3 et 4 sont à rendre avec votre copie!!

!! Les document 3 et 4 sont à rendre avec votre copie!! EXAMEN GMP 120 Session de Mai 2015 Durée 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Documents fournis : Présentation du support d étude (p.1&2) Travail à réaliser (p.3&4) Nomenclature partielle

Plus en détail

Concours «Architecture éphémère» 2014-2015

Concours «Architecture éphémère» 2014-2015 Concours «Architecture éphémère» 2014-2015 Projet Pour l édition 2014-2015 du concours «Architecture éphémère», l Hôtel de Glace est fier d inviter depuis maintenant dix ans les étudiants des écoles d

Plus en détail

CIRCULAIRE N. Aux Présidents et aux secrétaires des ORCES

CIRCULAIRE N. Aux Présidents et aux secrétaires des ORCES Commission centrale de réaffectation Bruxelles, le 25 août 2003. pour les enseignements secondaire ordinaire et spécial, secondaire artistique à horaire réduit, artistique et de promotion sociale libres

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Sommaire Page 0 Sommaire Guide de l utilisateur...2 1. Prise en main...2 2. Symbolique de l afficheur...2 3. Réglage de la température de conservation...3 4. Programmation d un cycle de surgélation...4

Plus en détail

Activités informatiques

Activités informatiques Développement d un Système d Informations Statistiques sur les Entreprises (SISE) en Tunisie Documentation technique finale Activités informatiques Contrat de Jumelage n TU/07/AA/OT/02 Sommaire 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5 1/7 2 / 7 Sommaire Page Ventilation : Raison d être.. 3 Mise en situation moteur / compartiment. 4 Ventilation forcée par extracteur 5 Ventilation : exigences minimales. 5 Section consommation d air du

Plus en détail

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement

prend en charge les dépenses de réalisation et d entretien de son installation, il est responsable du bon fonctionnement de son assainissement A l attention des élus et du personnel communal L Assainissement Non Collectif Une préoccupation commune, Une gestion intercommunale Définition : Tout système d assainissement effectuant la collecte, le

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION Installations de gaz Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz > Arrêté du 2 août 1977 modifié > Normes NF DTU 61.1 - NF DTU 24.1 > Cahier des charges

Plus en détail

Normes graphiques et dessins de fabrication pour enseignes commerciales

Normes graphiques et dessins de fabrication pour enseignes commerciales Normes graphiques et dessins de fabrication pour enseignes commerciales FAUBOURG SAINTE-CATHERINE Table des matières Codification C Normes de coloration ou de construction G Normes graphiques EP Express

Plus en détail

Modélisation des images. Tâches et contours

Modélisation des images. Tâches et contours Modélisation des images Tâches et contours Modèles d images Images vectorielles ou matrice de points Le terme image vectorielle est impropre Une image dite vectorielle n est en fait qu une image possédant

Plus en détail

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface

Action du vent NOTIONS GÉNÉRALES. Action du vent sur une surface Action du vent Cette fiche donne des indications de base pour déterminer la stabilité des parties d ouvrages en phases transitoires et des équipements de chantier sous l action du vent. Dans tous les cas,

Plus en détail

Distributeurs à segments PSG3(PM)

Distributeurs à segments PSG3(PM) 1-3011-FR Distributeurs à segments PSG3(PM) pour les systèmes de lubrification par circulation d huile, résistant à la corrosion Application Les distributeurs à segments de la série PSG3 (PM), résistant

Plus en détail

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X

MECANIQUE DU VOL M1 = M2. Avec M1 = Fz * Y et M2 = Fz * X MECANIQUE DU VOL 1 Equilibre de l avion autour du centre de gravité (Avion de conception classique) 11 Stabilité en tangage Le contrôle longitudinal de l avion consiste à contrôler ses évolutions autour

Plus en détail

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES

TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES TRAVAIL DU BOIS INSTRUCTIONS DE SECURITE ET DONNEES TECHNIQUES PONCEUSE-CALIBREUSE TB 18 SOMMAIRE TB 18 Objectifs. 1 Description...... 2 Spécifications.. 3 Réglage 4 Façonnage 5 - Consignes générales.

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR D'UNE ENTREPRISE DE

RAPPORT D'ENQUÊTE RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR D'UNE ENTREPRISE DE EN003515 RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR D'UNE ENTREPRISE DE RECYCLAGE DE FER ET MÉTAUX LE 22 JUIN 2004 À BAIE SAINT-PAUL TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Fixations lourdes dans le béton non fissuré

Fixations lourdes dans le béton non fissuré Fixations lourdes dans le béton non fissuré ÉVALUATION TECHNIQUE EUROPÉENNE ETE - 08/0327 Option 7 Béton non fissuré GOUJON FILETÉ FT Cheville d expansion par vissage à couple contrôlé à employer sur béton

Plus en détail

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm

Mur massif «Alpha mur» en béton 10cm 1. Description Elément préfabriqué en béton de type d un voile en béton de 10 cm d épaisseur pour mur intérieurs non porteurs. Les armatures principales nécessaires à la stabilité du voile en béton sont

Plus en détail

Choix des matériaux acoustiques pour une salle de conférence. Compétences travaillées ou évaluées : S approprier, analyser, réaliser, valider

Choix des matériaux acoustiques pour une salle de conférence. Compétences travaillées ou évaluées : S approprier, analyser, réaliser, valider Physique-Chimie Programme de Terminale S - Enseignement de spécialité Choix des matériaux acoustiques pour une salle de conférence Thème : Son et musique Type de ressources : Activité documentaire Domaine

Plus en détail

Surplomb maximal. Vincent PANTALONI. 27 novembre 2010

Surplomb maximal. Vincent PANTALONI. 27 novembre 2010 Surplomb maximal Vincent PANTALONI 27 novembre 2010 1 Le problème On s intéresse ici à un problème que nous sommes beaucoup à nous être posé, en jouant à empiler des cartes, des dominos, des morceaux de

Plus en détail

Dessins avec Photo & Graphic Designer

Dessins avec Photo & Graphic Designer Vidéo relative au tuto en HD au lien suivant : https://vimeo.com/99466114 Avant -propos : Sur une demande croissante de tutoriels concernant Magix Photo & Graphic Designer, de questions à propos de gifs

Plus en détail

Pourcentage, proportion, évolution

Pourcentage, proportion, évolution Pourcentage, proportion, évolution Sommaire : I. Pourcentage, Proportion II. Augmentation de pourcentages III.Diminution de pourcentages IV. Taux d'évolution ou pourcentage de variation V. Évolutions successives

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements

2012-2013 CHAPITRE 3. Terrassements CHAPITRE 3 Terrassements Blindage en palplanches légères 8 Boisage, blindage des parois 7 Conditions générales 2 Décapage de terre végétale 3 Difficultés et travaux accessoires 4 Excavations 2, 4 Fonds

Plus en détail

Chapitre1. Chaussées aéronautiques

Chapitre1. Chaussées aéronautiques - Caractéristiques de frottement : Notions physiques permettant d apprécier la qualité de contact entre la surface d une chaussée et un pneumatique. - Chaussée : Structure permettant la circulation en

Plus en détail

Parements contemporains

Parements contemporains Fiche technique Parements contemporains 2 4 5 8 Connaître Les pierres attachées Les revêtements collés Le verre Regarder Pierres attachées Revêtements collés Entretenir Améliorer Réparation des parements

Plus en détail

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau»

Chauconin Neufmontiers «le Pré Bourdeau» NOTE RELATIVE A LA GESTION DES EAUX PLUVIALES SUR LES PARCELLES PRIVATIVES «le Pré Bourdeau» 55 b rue Gaston Boulet 76380 Bapeaume les Rouen TEL : 02.32.82.36.81 FAX : 02.35.76.96.50 contact@infraservices.fr

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION Direction des Enseignements Secondaires POLYNESIE FRANCAISE SESSION 2011 S U J E T DNB C11-22 SÉRIE COLLÈGE

MINISTERE DE L EDUCATION Direction des Enseignements Secondaires POLYNESIE FRANCAISE SESSION 2011 S U J E T DNB C11-22 SÉRIE COLLÈGE MINISTERE DE L EDUCATION Direction des Enseignements Secondaires POLYNESIE FRANCAISE SESSION 2011 S U J E T DNB C11-22 SÉRIE COLLÈGE EXAMEN ÉPREUVE DURÉE : : : 2 heures COEFFICIENT : 2 NB DE PAGE(S) :

Plus en détail

TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES

TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES TP HF Manipulation 1 INTRODUCTION AUX FIBRES OPTIQUES I. Introduction La fibre optique est un guide de lumière, régi par la loi de Snell-Descartes, constituée d un cœur dans lequel se propage l onde lumineuse

Plus en détail

HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION

HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION Manuel d utilisation 1 / 9 HYDROGENERATEUR H240 MANUEL D UTILISATION Table des matières 1. Domaine d utilisation et d application de l hydrogénérateur Save Marine H240... 2 1.1 Production d énergie...

Plus en détail

Traitement d images numériques

Traitement d images numériques olivier.bernard@creatis.insa-lyon.fr Traitement d images numériques Analyse d images: 3 ème partie Département Génie Electrique 5GE - TdSi Sommaire I. Introduction II. Fondamentaux en imagerie numérique

Plus en détail

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements

Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements Consommation annuelle d'eau chaude de 7'000 appartements Nombre de consommateurs par tranche de consommation Total consommé par tranche de consommation 0..0 m3 % 3603 30..40 m3 0..30 m3 5% 85778.5 4% 7705.7

Plus en détail