L enseignement des langues modernes dans la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les propositions des FDF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enseignement des langues modernes dans la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les propositions des FDF"

Transcription

1 Note L enseignement des langues modernes dans la Fédération Wallonie-Bruxelles Les propositions des FDF Caroline Persoons Députée FDF Joëlle Maison Échevine de l enseignement Corinne François Échevine de l enseignement Et avec la collaboration des : Jeunes FDF 1

2 I. Introduction : Avec la place centrale de notre pays au cœur de l Europe, les impératifs liés à la mondialisation et la présence des nombreux européens qui vivent et travaillent dans notre capitale, nul doute que la connaissance d une ou de plusieurs langues favorise le développement d une économie compétitive, constitue un atout précieux pour accéder au marché de l emploi et permet une plus grande ouverture aux autres cultures. Pourtant, trop de disparités relatives à la connaissance des langues existent entre les Régions et les Communautés qui composent notre pays. Actuellement, le constat est sans appel : la connaissance des langues dans la Fédération Wallonie-Bruxelles est insuffisante par rapport aux objectifs européens. Pour rappel, le Conseil Européen de Barcelone avait fixé en 2002 l objectif d «améliorer la maîtrise des compétences de base, notamment par l enseignement d au moins deux langues étrangères dès le plus jeune âge ( )». Le Conseil de l Union européenne estime également que chaque citoyen européen devrait maîtriser trois langues : sa langue maternelle, une langue à portée internationale et une langue de proximité ou minoritaire. Dès lors, déterminés à promouvoir l ouverture vers le monde et bien conscients des enjeux économiques liés à l apprentissage des langues, les FDF souhaitent mettre en avant leurs propositions fortes pour améliorer significativement la connaissance des langues et la connaissance de deux langues supplémentaires à la langue de l enseignement. Parallèlement, les FDF rappellent combien la maîtrise de la langue d enseignement est un facteur essentiel pour la construction des apprentissages et l assimilation des compétences de base permettant de mieux lutter contre le décrochage scolaire. C est pourquoi, il faut tenir compte de la situation spécifique des primo-arrivants dans le débat relatif aux langues. Dans le sondage réalisé par les Jeunes FDF sur l apprentissage des langues, 33% des jeunes interrogés placent la maîtrise de la langue de l enseignement en tête de leurs priorités et ils sont 21,9 % à mettre l accent sur la maîtrise d une langue supplémentaire qui est trop souvent repoussée au lendemain II. Constats en Fédération Wallonie Bruxelles: Des résultats en dessous des objectifs européens Notre maîtrise des langues étrangères, que nous appellerons «langues modernes» au long de ce texte, en Fédération Wallonie-Bruxelles, est très mauvaise, surtout lorsqu on se compare aux autres pays de l Union Européenne. En Fédération Wallonie-Bruxelles, nos résultats sont en-dessous de la moyenne européenne. Alors que le pourcentage moyen d Européens unilingues est de 44% : 57% des Wallons sont unilingues, 28 % des personnes résidant en Flandre sont unilingues. A Bruxelles, 38 % de la population ne parle que le français ou le néerlandais. Si l on analyse le pourcentage de la population qui se déclare trilingue, ici encore, les résultats obtenus par 2

3 la Wallonie sont très moyens avec seulement 7% de la population qui se déclare trilingue français, néerlandais, anglais. Les résultats relativement bons de la Belgique reposent donc largement sur le plurilinguisme des néerlandophones. 1 L étude européenne des compétences en langues 2 nous indique que le pourcentage d élèves en Fédération Wallonie-Bruxelles qui atteint ou dépasse le niveau B1 (utilisateur indépendant) en anglais n est que de 29%, tandis que la moyenne européenne se situe à 42% 3. Seule éclaircie au tableau, pour le niveau A2 4 ), le taux de réussite en FWB oscille entre 41 et 65%, quand la moyenne européenne est située à 35 à 72 % 5. Pas d utilisation en FWB des outils européens Le cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) constitue, en Europe, la base pour l élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d examens, de manuels,... Force est de constater que la FWB est le seul pays de l Union européenne (avec le Royaume-Uni) où le CECR est totalement absent de l enseignement obligatoire, alors qu il se généralise dans le milieu académique et professionnel. La Ministre en charge de l enseignement obligatoire vient à peine d engager un travail sur l intégration du CECR dans les référentiels inter-réseaux existants. L utilisation du Portfolio européen des langues qui suit l étudiant au long de son parcours est également une piste intéressante, trop souvent négligée par les enseignants. Les premiers apprentissages trop tardifs Dans la plupart des systèmes éducatifs européens, l apprentissage obligatoire d une première langue étrangère débute entre 6 et 9 ans 6. Cette obligation en Fédération Wallonie-Bruxelles est plus tardive et ne commence qu à 10 ans. Il est pourtant démontré qu un des facteurs de succès dans l apprentissage des langues est le temps global qui y a été consacré et la durée d apprentissage. Les résultats du sondage des Jeunes FDF ne disent pas autre chose. Les participants sont 43% à plaider pour l apprentissage d une langue étrangère dès la maternelle et 31 % dès le primaire. La proportion de temps consacré aux cours de langues sur l ensemble de l enseignement primaire est donc, sans surprise, parmi les plus faibles : 2,4% en FWB comme en Slovaquie, seule l Autriche obtient ici un score plus faible (2,2%). Heureusement, 41% des 128 écoles visitées dans l enseignement primaire 7 organisent des activités d éveil ou d apprentissage avant le début obligatoire des cours de langues. 1 Ginsburgh, v., & Weber, s. (2006). La dynamique des langues en Belgique. Version initiale regards économiques, p First European survey on language competences. Final report. Office des publications de l Union européenne, Luxembourg, Christiane Blondin et Florent Chenu, «L apprentissage des langues : mise en perspective européenne de la situation en Fédération Wallonie-Bruxelles», 2013, p A2 = «Niveau de Survie», sous le niveau B1. 5 Christiane Blondin et Florent Chenu, Ibid., p Christiane Blondin et Florent Chenu, Ibid., p

4 Discrimination entre filières L apprentissage des langues varie selon l école, la filière et même l option choisie par l élève. Les constats ne sont pas bons, mais ils deviennent interpellants quand on aborde les autres filières que l enseignement général. Dans l enseignement de qualification en FWB, les élèves sont 48 % à ne suivre aucun cours de langue étrangère 8 et seulement 14% à étudier deux langues. Dans l enseignement professionnel, l enseignement d une langue étrangère n est pas généralisé. Au niveau du troisième degré de l enseignement secondaire, «si certains élèves ont l occasion d apprendre jusqu à trois langues étrangères parfois en y consacrant 12 heures de l horaire hebdomadaire, d autres, dans certaines sections de l enseignement qualifiant, n ont plus aucun cours de langue au troisième degré» 9. Une récente thèse analysant l enseignement de transition 10 montre le manque de cohérence entre écoles quant aux objectifs poursuivis et le manque d outils adéquats. Les étudiants perdent donc toutes les connaissances acquises dans les huit premières années de l enseignement. La pénurie d enseignant : le recours aux articles 20 plus fréquent en Fédération Wallonie-Bruxelles Pénurie oblige, les pouvoirs organisateurs ont bien souvent recours à des articles 20, soit des professeurs qui ne sont pas détenteurs d un titre pédagogique et qui n ont pas de formation pédagogique. Les étudiants peuvent ainsi se retrouver dans des situations ubuesques et avoir comme professeur de néerlandais une secrétaire de formation dont on justifiera la présence par le seul fait qu elle ait étudié trois ans en Flandre Il y a des domaines où l absence de méthodologie entraîne inévitablement des désastres : l enseignement des langues est l un d entre eux. L absence de continuité et de cohérence au sein du système scolaire Le régime linguistique de l enseignement est fondé sur le principe de territorialité, c'est-àdire sur base de l existence de quatre régions linguistiques 11 et non sur le principe du libre choix de la langue de l enseignement. Plusieurs études déplorent les incohérences et la rupture des parcours dans les langues étudiées. 12 Le choix de la langue est laissé à 7 Rapport de l inspection de l enseignement 2012, p Christiane Blondin et Florent Chenu, ibid., p Rapport établi par le Service général de l Inspection au terme de l année scolaire , p D. Etienne, «Enseignement et apprentissage des langues étrangères en Communauté française de Belgique : quel(s) profil(s) seuil(s) pour les apprentissages en langues étrangères au sortir des humanités de transition? Essai de régulation», La région de langue française, la région de langue néerlandaise, la région bilingue de Bruxelles-Capitale et la région de langue allemande. 12 Blondin, Fagnant et Goffin, «L étude internationale des compétences en langues», 2008 ; D. Etienne, «Enseigner les langues étrangères. Quels sont nos objectifs et nos priorités?» 4

5 l établissement : en Wallonie, la première langue moderne enseignée peut être le néerlandais, l anglais ou l allemand. En cas de changement d école, l élève pourra être confronté à d importantes difficultés avec un décrochage à la clé. La suite du parcours de l enfant dépend des cours de langue organisés dans l établissement et de la filière fréquentée. Si en Communauté flamande, tous les élèves apprennent d abord le français, auquel s ajoute l anglais au 1 er degré du secondaire, la Fédération Wallonie-Bruxelles est moins cohérente : l apprentissage d une première langue moderne à Bruxelles débute en 3 ème primaire et en 5 ème primaire en Wallonie. Dans notre sondage, 24% des sondés indiquent qu il y a un problème de continuité dans le parcours : lorsqu ils changent de classe, d école ou même de région, les élèves étudient des thèmes déjà vus ou changent de langue (néerlandais à anglais par exemple) et 38 % souhaitent que l on regroupe les élèves par niveaux en langue de façon plus souple. Encore quelques lacunes au niveau de l immersion linguistique L immersion constitue un moyen d augmenter la période d apprentissage d une langue cible et d atteindre un niveau de compétence élevée. On comprend donc aisément les raisons qui poussent le «marché scolaire» à développer cette catégorie bien particulière d école. L atout offert par cet enseignement est indéniable : les élèves qui terminent leurs études après un parcours en immersion linguistique ont un niveau de connaissance linguistique nettement plus élevé que les autres. Depuis 1998, l immersion a été autorisée en FWB dans l enseignement fondamental et secondaire. Dès 2007, le décret relatif à l immersion linguistique a défini le cadre dans lequel ce système pouvait s organiser au niveau fondamental et secondaire (général, qualifiant et de transition). Pour l année 2013, la part des implantations organisant l immersion en FWB est de 15,9 % et élèves sont inscrits en immersion dans le fondamental et dans le secondaire 13. Le nombre d établissements en immersion a augmenté d année en année : 171 dans l enseignement fondamental dont 11 à Bruxelles et 160 en Wallonie ; 142 dans l enseignement secondaire, dont 19 à Bruxelles et 123 en Wallonie 14. Malgré ce succès grandissant, l enseignement en immersion doit encore être amélioré. De fait, le rapport de l Inspection de 2010 et les différentes enquêtes récentes réalisées par les jeunes FDF auprès des directions d écoles en Fédération Wallonie-Bruxelles ont mis en évidence une série de lacunes ou de difficultés concrètes: - Les programmes de disciplines enseignés dans la langue cible ne sont pas entièrement couverts. En 2010, près de 50% des classes en immersion linguistique n arrivent pas à couvrir le programme prévu (40% en secondaire tant en immersion Bruxelles : De Boeck, Coll. Action! 2011 ; Poulain, Compte-rendu de la Commission de l Education Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2013, p Compte-rendu de la Commission de l Education Ibid. 5

6 précoce qu en immersion tardive). L apprentissage de la langue d immersion se fait donc au détriment de la discipline enseignée ou se marque par le manque de maîtrise du vocabulaire technique et scientifique visé en français ; - Le nombre plus faible d établissements en immersion à Bruxelles par rapport à la Wallonie (21 écoles secondaires dans toute la Province du Hainaut, contre seulement 19 à Bruxelles); - L absence d établissement en immersion dans l enseignement de qualification ou technique ; - L immersion en anglais au niveau de l enseignement primaire n est pas autorisée à Bruxelles et dans certaines communes à facilités de Wallonie ; - Les écoles rencontrent des difficultés à recruter des locuteurs natifs porteurs des titres adéquats pour la discipline enseignée et la langue cible ; - La difficulté d intégrer des candidats enseignants en immersion dans les équipes pédagogiques existantes; - La connaissance variable des locuteurs natifs des programmes utilisés en Fédération Wallonie-Bruxelles ; - L impossibilité d accorder un accès prioritaire à une école en immersion où un élève dont un frère/une sœur, ainsi que tout autre mineur résident sous le même toit fréquente déjà l école. Nous espérons que ces chiffres s amélioreront dans le rapport de l Inspection qui devrait être publié sous peu. 6

7 III. Nos propositions en 4 axes pour améliorer l apprentissage des langues : 1. Un apprentissage précoce 1. Généraliser en Wallonie l apprentissage d une seconde langue dès la 3 ème primaire. Depuis 1998, l enseignement des langues a été rendu obligatoire en 5 ème et 6 ème primaire dans les écoles situées en Wallonie. A Bruxelles, le néerlandais est enseigné dès la 3 ème primaire. Il est primordial d insister sur la nécessité d entamer un apprentissage le plus précoce possible et donc d aligner les écoles sur Bruxelles, à savoir l enseignement d une seconde langue (néerlandais, anglais ou allemand en fonction du libre choix des écoles) dès la 3 ème primaire. Les FDF souhaiteraient le mettre en place dès la 1 ère conscients des implications budgétaires liées à ce choix. primaire, mais nous sommes Concrètement, en termes de volume d apprentissage, cela signifie augmenter le nombre d heures à 3 périodes d enseignement en 3 ème et 4 ème années primaires et à 5 périodes d enseignement en 5 ème et 6 ème primaires. On estime le coût de cette mesure d harmonisation à 35 millions d euros. 2. Financer à 100% les périodes dédiées à l'enseignement des langues. À Bruxelles, les heures de néerlandais imposées par la loi du 30 juillet 1963 ne sont pas financées en totalité par la FWB, malgré l obligation fédérale d enseigner le néerlandais dès la 3 ème primaire! Par conséquent, les pouvoirs organisateurs assurent, bien souvent sur fonds propres, la part non assumée par la FWB et assument parfois jusqu à 4/5 ème de la charge. Les FDF estiment qu au regard de l importance de l apprentissage d une seconde langue de façon précoce, qui plus est, imposée par le fédéral, il s agit d une question de priorités politiques. 3. Généraliser un programme d éveil aux langues dès la 3 ème maternelle (dès le cycle 5-8 ans). Cet éveil aux langues n est pas un «cours de langue» à proprement parler, il s agit plutôt de sensibiliser de manière ludique les plus jeunes à la diversité linguistique et culturelle. Cette approche renforce chez l enfant l ouverture d esprit, développe sa curiosité d apprendre et le sens du respect de l autre. Il faut continuer de mettre en place les nombreux outils didactiques qui ont été mis au point dans le cadre des programmes EVLANG, JA-LING et d EOLE, qui constituent d ores et déjà une base solide. L expérience pilote menée dans quelques écoles a confirmé qu il ne fallait pas pour cela engager des professeurs qui connaissaient déjà la langue, puisque la majorité des enseignants ont estimé en fin d année qu il n était pas indispensable pour eux de connaitre eux-mêmes plusieurs langues pour organiser les activités étant donné que la plupart des supports fournissaient les informations nécessaires C. BLONDIN et C. MATTAR, «Cinq équipes éducatives s engagent dans l éveil aux langues projet pilote dans l enseignement fondamental en Communauté française», rapport final juillet 2004, Université de Liège, p

8 4. Permettre l apprentissage précoce d une troisième langue dans les écoles dès le niveau fondamental (5 ème primaire). Les FDF estiment qu il faut commencer la 3 ème langue dès la 5 ème primaire. A Bruxelles, qui est une métropole internationale, capitale de l Union européenne, qui accueille de nombreux citoyens venus du monde entier, il est essentiel d apprendre l anglais. Pour preuve, «si la connaissance et l apprentissage de l anglais se généralisent dans toute la Belgique, aux dépens parfois de l autre langue nationale, le statut international de Bruxelles et ses populations étrangères font de l anglais la langue vecteur incontournable». 16 En Wallonie, il est également essentiel d enseigner le néerlandais, dans les écoles où la seconde langue serait l anglais ou l allemand. A ce propos, les FDF ont déposé, successivement au parlement bruxellois et au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une résolution relative à l apprentissage des langues étrangères, dès l enseignement fondamental (dès la 5 ème primaire) ou à tout le moins dès le 1 er degré du secondaire afin de mettre en œuvre un apprentissage précoce d une troisième langue. 2. Valoriser l apprentissage des langues et définir les objectifs à atteindre 5. Valoriser les apprentissages des langues dans les diplômes et certificats obtenus pendant la scolarité en faisant passer un examen certificatif aux élèves au terme de leur scolarité. Valoriser l apprentissage par un certificat, c est aussi motiver les élèves dans leur apprentissage des langues. Or que constate-t-on? Ni le CEB de fin de primaire, ni le Certificat d études secondaires ne mentionnent les langues apprises ou le niveau atteint par l élève. Encore une fois, la FWB fait figure d exception. Un examen organisé par le Selor ou un examen qui utilise les systèmes de certification européens (CECR) devrait être organisé au terme du niveau secondaire pour pouvoir s en servir sur le marché de l emploi. 6. Atteindre en dernière année de l enseignement secondaire de l enseignement général le niveau de connaissance B2 (Niveau «Autonome») et atteindre en dernière année de l enseignement secondaire de l enseignement technique et professionnel le niveau de connaissance B1 (Niveau «Seuil» avec un début d autonomie). Bien qu encore peu connus de grand public, les niveaux de connaissance du cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) sont des outils dont il faut se servir. Utilisés dans le milieu académique et professionnel, ils permettent d être compris rapidement par un employeur qui cherche à déterminer le niveau de maîtrise d un candidat. Le niveau B2 du CECR se caractérise par un niveau où «l'étudiant peut comprendre le contenu essentiel de sujets concrets ou abstraits dans un texte complexe, y compris une discussion technique dans sa spécialité. Il peut communiquer avec un degré de spontanéité et d'aisance telle qu'une conversation avec un locuteur natif ne comportant de tension ni pour l'un ni pour l'autre. Il peut s'exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de 16 La Libre Belgique du 5 mai 2007 ; Ph. VAN PARIJS, «Bruxelles capitale de l Europe : les nouveaux défis linguistiques», Brussels Studies, numéro 6, 3 mai

9 sujets, émettre un avis sur un sujet d'actualité et exposer les avantages et inconvénients de différentes possibilités». Ce niveau permet dès lors aux élèves de disposer d une bonne base de connaissance pour ensuite s orienter vers le monde professionnel ou vers des formations plus spécialisées. Dans le qualifiant, nous visons le niveau B1 avec un début d'autonomie et une orientation «métier» permettant à l élève de se débrouiller dans la matière qu il pratique. On l a vu, certains élèves n ont aucun cours de langue dans l enseignement professionnel. Un décret voté récemment les rend carrément facultatifs dans les deux dernières années du degré professionnel 17. Dans cette filière technique et professionnelle, il faut s atteler à un niveau de connaissance axée «métier». 3. Moderniser l apprentissage des langues 7. Donner la possibilité d organiser des autres cours de langues modernes dès la 5ème et 6ème secondaire (arabe, chinois, russe, ). Cette initiation à d autres langues doit être autorisée dans les écoles secondaires qui font le choix de miser sur des langues dont l importance grandit. 8. Opter pour des dispositifs pédagogiques à hautes valeurs ajoutées et créer une plateforme en ligne à destination des enseignants, enfants et adultes avec des outils ludiques interactifs. Les cours traditionnels ou encore «magistraux» sont révolus. Les enseignants qui veulent transmettre leurs savoirs et surtout capter l attention de leurs élèves en sont convaincus. Une pédagogie active doit être généralisée en recourant aux nouveaux outils de transmission de la matière tels que les nouvelles technologies. En matière d apprentissage des langues, cette méthode semble tout particulièrement indiquée pour améliorer la connaissance des élèves. L élève découvre les langues étudiées à l aide d outils fournis par l enseignant : vidéos en ligne, podcast d émissions, 9. Généraliser les cours de langues dans les études supérieures notamment par le biais de plateformes informatiques. Les programmes de certaines facultés universitaires ou écoles supérieures prévoient l obligation de suivre des cours de langues ou des cours en langue étrangère. Très souvent, la connaissance d une langue étrangère (anglais, néerlandais, allemand ou espagnol) est même un pré-requis à l entrée dans l enseignement supérieur. Par ailleurs, plusieurs universités ou instituts font l effort d offrir à leurs étudiants la possibilité de suivre des formations linguistiques facultativement et parfois, moyennant des coûts supplémentaires. Mais trop souvent, de nombreux étudiants du supérieur ne sont plus, au cours de leurs études, mis en contact avec une langue étrangère et perdent les compétences acquises durant l enseignement obligatoire. Il conviendrait dès lors 17 Décret n 559 ( ) voté le 4 décembre 2013, modifiant les grilles horaires dans la section de qualification de l enseignement secondaire ordinaire de plein exercice( ). 9

10 d encourager les écoles et les Universités à organiser pour tous les étudiants de l enseignement universitaire ou supérieur l obligation de suivre une formation linguistique, étant entendu qu ils auront la liberté de choix de la langue. Pour limiter les coûts, les FDF préconisent d investir dans des outils tels que les plateformes Internet ou les séances on line, telles que proposées ci-dessus. 4. Promouvoir et améliorer l enseignement en immersion 10. Promouvoir l immersion linguistique et la permettre en anglais dès le primaire à Bruxelles et dans les communes à facilités en Wallonie. A condition de couvrir le programme des disciplines enseignées dans la langue cible, les FDF sont favorables à l immersion et souhaitent inviter chaque commune à mettre en place un projet d enseignement en immersion dans au moins un établissement sur son territoire. Toutefois, nous regrettons, par exemple, que l immersion linguistique en anglais ne soit pas autorisée dans l enseignement primaire à Bruxelles et dans les communes à facilités en Wallonie. En effet, l article 12, 3 du décret prévoit que «dans la Région de Bruxelles- Capitale et dans les communes visées à l article 3 de la loi du 30 juillet 1963 (ndlr les communes à statut linguistique spécial), la langue moderne dans laquelle peut être organisée l immersion dans l apprentissage d une langue est le néerlandais». C est regrettable, car les rapports de l inspection démontrent que lorsque l on débute l immersion en secondaire, c est-à-dire très tardivement, le niveau des élèves s en ressent. C est pourquoi, les FDF souhaitent, par une modification du décret, corriger cette lacune. Nous proposons également d accorder une priorité d accès aux élèves dont un frère/une sœur ainsi que tout autre mineur résidant sous le même toit fréquentant déjà l école en immersion. Il faut combler la lacune selon laquelle «aucune priorité ne peut être accordée à un élève dont un frère/une sœur, ainsi que tout autre mineur résidant sous le même toit fréquente déjà l école». Cette mesure nous semble discriminatoire et particulièrement dérangeante pour des parents qui pourraient se voir obligés d inscrire leurs enfants dans des écoles différentes et de provoquer des inégalités de traitement des enfants au sein d une même famille. A titre informatif, la Communauté flamande accorde au contraire comme première priorité d inscription la fratrie; ceci déforce bien évidemment notre enseignement en immersion. 11. Conclure un accord de reconnaissance mutuelle des titres pédagogiques obtenus par les enseignants pour qu ils puissent enseigner dans l autre Communauté. Nous demandons un accord de coopération entre les Communautés permettant aux enseignants de travailler de l autre côté de la frontière linguistique en disposant d une équivalence des diplômes. Aujourd hui outre le fait que le salaire perçu en Flandre est légèrement supérieur à celui versé par la FWB, bien des professeurs compétents se voient contraints d accepter les conditions inhérentes aux personnes relevant de l article 20 (notamment un salaire moins élevé). Bien sûr, il est essentiel que les enseignants aient une bonne connaissance tant des programmes appliqués dans l autre Communauté, que de la langue de l enseignement, mais l objectif doit être une simplification des procédures. 10

11 11

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Les français préfèrent la combinaison de plusieurs méthodes et l apprentissage en ligne plutôt que les cours de langue traditionnels

Les français préfèrent la combinaison de plusieurs méthodes et l apprentissage en ligne plutôt que les cours de langue traditionnels IE Business School et busuu.com publient le Baromètre des langues 2012, une étude sur l apprentissage des langues, s appuyant sur les données collectées auprès de 45000 personnes venant de 230 pays différents.

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP)

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - décembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques Résumé Table des matières Origines de l Enquête... 3 Pilotage de l Enquête... 3 Résultats : niveau de langue... 6 Performance globale... 6

Plus en détail

Quelle année de Licence Sciences Economiques et de Gestion intégrer (sous réserve d acceptation du dossier)?

Quelle année de Licence Sciences Economiques et de Gestion intégrer (sous réserve d acceptation du dossier)? F A C U L T É DEMANDE D ACCES Fonctionnement de la Commission pédagogique La Commission Pédagogique est composée d enseignants de la formation visée par le candidat. La Commission Pédagogique prend en

Plus en détail

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK)

02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) 02 Écoles de formation technique et professionnelle (FTP) en Autriche Ministère fédéral de l éducation, des arts et de la culture (BMUKK) La direction générale pour la formation technique et professionnelle

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats

L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats Philippe Hiligsmann, Université catholique de Louvain Philippe.Hiligsmann@uclouvain.be Laurent

Plus en détail

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres A. Introduction L emploi et la formation des jeunes bruxellois est un des défis majeurs du Gouvernement. Notre objectif ultime

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

PROJET présenté en décembre 2006 et accepté par le SeGECen mars 2007 IMMERSION LINGUISTIQUE EN NEERLANDAIS

PROJET présenté en décembre 2006 et accepté par le SeGECen mars 2007 IMMERSION LINGUISTIQUE EN NEERLANDAIS PROJET présenté en décembre 2006 et accepté par le SeGECen mars 2007 IMMERSION LINGUISTIQUE EN NEERLANDAIS 1. EN 3 ième TRANSITION (ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNIQUE sciences économiques appliquées) EN

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008

N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 N 498 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2007-2008 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 23 juillet 2008 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 août 2008 PROJET DE LOI autorisant l'approbation

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au

PROJET DE LOI 52. Mémoire de. l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au PROJET DE LOI 52 Mémoire de l Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenté au Comité permanent de l Assemblée législative Août 2006 L Association des enseignantes et

Plus en détail

Test de positionnement en Anglais

Test de positionnement en Anglais Département formation et carrières Département des Langues Test de positionnement en Anglais Aspects pratiques Le Département des Langues de l UPMC a développé un test de positionnement permettant d évaluer

Plus en détail

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3

D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION PRIORITES D'ACTION POUR LES 3 ANNEES A VENIR 1. LE RELATIONNEL 5 DOCUMENT 3 5 DOCUMENT 3 PROJET D'ETABLISSEMENT INTRODUCTION Le projet d établissement du Collège Sainte-Marie - 1 er degré - est écrit dans la lignée des projets éducatif et pédagogique. Il précise les objectifs

Plus en détail

POPULATIONS SCOLAIRES À L HORIZON 2030 CROISSANCE DE 30% A BRUXELLES ET DE 15% A LIEGE (ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE)

POPULATIONS SCOLAIRES À L HORIZON 2030 CROISSANCE DE 30% A BRUXELLES ET DE 15% A LIEGE (ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE) COMMUNIQUE DE PRESSE 20-06-2013 POPULATIONS SCOLAIRES À L HORIZON 2030 CROISSANCE DE 30% A BRUXELLES ET DE 15% A LIEGE (ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE) Dans le contexte de choc démographique bruxellois, d accroissement

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies Profil d enseignement Contenu 1. Introduction L enseignement à la HELHa... 3 2. Finalités de la formation de bachelier en Assistant-e

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo)

Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) www.besafe.be Eeklo Les écoles pour les jeunes - les jeunes pour les écoles (projet JoJo) Mons - Projet Bien-être à l école 1 Eeklo Les écoles pour les jeunes les jeunes pour les écoles (projet JoJo) SPF

Plus en détail

Profil de recrutement

Profil de recrutement Profil de recrutement Intitulé de la fonction Conseiller pédagogique Conditions d accès En tant que Conseiller pédagogique, vous êtes désigné comme «expert pédagogique et technique» dans une fonction enseignante

Plus en détail

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents leo > Degré secondaire I Année 11S DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Certification en fin de 11 e année Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle

Plus en détail

Circulaire n 4388 du 16/04/2013

Circulaire n 4388 du 16/04/2013 Circulaire n 4388 du 16/04/2013 Stage d'immersion linguistique en langue allemande à SAINT-VITH 7 au 16 août 2013 Réseaux et niveaux concernés Fédération Wallonie- Bruxelles Libre subventionné libre confessionnel

Plus en détail

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS

SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS 1 SEJOURS LINGUISTIQUES ADULTES NOTRE ACTE D'ENGAGEMENT EN 10 ACTIONS PREAMBULE Tous les organisateurs de séjours linguistiques adultes agréés par l sont impliqués de longue date dans une démarche qualité

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920

Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920 1 Service pédagogique A Paris le 23 09 2004 -- N 2920 La Directrice de l'agence pour l'enseignement français à l'étranger à Mesdames et Messieurs les Chefs des Postes diplomatiques et consulaires à l'attention

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

[TRADUCTION LIBRE] Titre abrégé (modifié) : Loi donnant aux Premières Nations le contrôle de l éducation des Premières Nations

[TRADUCTION LIBRE] Titre abrégé (modifié) : Loi donnant aux Premières Nations le contrôle de l éducation des Premières Nations [TRADUCTION LIBRE] PROJET DE LOI C/S- X, LOI DONNANT AUX PREMIÈRES NATIONS LE CONTRÔLE DE L ÉDUCATION DES PREMIÈRES NATIONS Ce document contient les modifications importantes apportées à l'ébauche d'octobre

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C

LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C LA REFORME DES CARRIERES DES FONCTIONNAIRES DE CATEGORIE C Décrets n 2005-1344, n 2005-1345 et n 2005-1346 du 28 octobre 2005 I REGLES DE CLASSEMENT PRINCIPE : Jusqu' à présent, les fonctionnaires stagiaires

Plus en détail

LE ROSEY. Programmes scolaires

LE ROSEY. Programmes scolaires LE ROSEY Programmes scolaires Organisation des études Le programme scolaire du Rosey permet à des élèves venus de tous pays de recevoir une éducation de qualité, d acquérir des connaissances approfondies

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La

Laurent Puren est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Christian Ollivier est Maître de conférences en didactique du FLE/S à l Université de La Réunion et membre du laboratoire Langues, textes et Communication dans les espaces créolophones et francophones

Plus en détail

GT 14 personnels d orientation

GT 14 personnels d orientation GT 14 personnels d orientation Fiche 4 Recrutement et formation des psychologues de l éducation nationale Les deux catégories de professionnels chargés, chacun en ce qui les concerne, de mobiliser leur

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS)

Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Blog dans l enseignement des langues vivantes (BLOGS) Une plate-forme d'écriture coopérative en ligne pour l'apprentissage des langues Description de projet Mise à jour le 29 novembre 2006 Coordinateur:

Plus en détail

DEPARTEMENT ARTS, LETTRES ET LANGUES ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016

DEPARTEMENT ARTS, LETTRES ET LANGUES ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 Contacts Frédéric HAMBERGER 05 63 48 19 62 frederic.hamberger@univ-jfc.fr CUFR Jean François Champollion Campus d Albi Place de Verdun 81012 ALBI Cédex 9 DEPARTEMENT ARTS, LETTRES ET LANGUES ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

TEST D ANGLAIS OFFERT! La qualité Cambridge. 2014 narbonne.victorias.fr - En cours d installation - narbonne@victorias.fr - Tél.

TEST D ANGLAIS OFFERT! La qualité Cambridge. 2014 narbonne.victorias.fr - En cours d installation - narbonne@victorias.fr - Tél. TEST D ANGLAIS OFFERT! La qualité Cambridge à parler anglais avec VICTORIA s English Center! Il est temps d apprendre 2014 narbonne.victorias.fr - En cours d installation - narbonne@victorias.fr - Tél.

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ Assistantes et assistants de langue en Suisse Définition et objectifs Dans

Plus en détail

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier Spécialité professionnelle Définition de la discipline L objet de la formation en droit immobilier est de permettre aux étudiants d en

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SCHEMA DES FORMATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE,

Plus en détail

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier

MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier MASTER Droit de l urbanisme, de la construction et de l immobilier Spécialité professionnelle Carte d identité de la formation Diplôme Master 2 Mention Droit public science politique Spécialité Droit de

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Ministerium der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Rapport intermédiaire : Mars 2013- Elèves de la 6 e année secondaire Niveau B2 Département

Plus en détail

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada

ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada ÉTABLIR DES LIENS : comparabilité, portabilité et capacité d évaluer les diplômes d études internationaux au Canada > > ARUCC 2014 16 juin 2014, Québec (Québec) PRÉSENTATION VUE D ENSEMBLE À propos du

Plus en détail

PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT

PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT entre la Communauté française de Belgique et le Royaume du Maroc 2006-2007 2007-2008 2008-2009 1 1. Présentation générale du programme 1.1 Pour

Plus en détail

Centre de Formation Juridique

Centre de Formation Juridique Centre de Formation Juridique Etablissement d enseignement supérieur privé 98 % de réussite* STAGE DE PRÉ-RENTRÉE NANTES Réservé aux étudiants de 1 ère année de Nantes Découvrez notre offre de Formation

Plus en détail

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE est s- O u BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE Sèvres s est ues -Ou -O aris vres vres 1 parvis Charles de Gaulle 92310 Sèvres France email : sis@sis-sevres.net Tel. : +33 [0]1 72 77 70 40 Les

Plus en détail

UNIVERSITE DE HAUTE-ALSACE FACULTE DES LETTRES, LANGUES ET SCIENCES HUMAINES LIVRET LANSAD / LV2 (LANGUES POUR SPECIALISTES D AUTRES DISCIPLINES)

UNIVERSITE DE HAUTE-ALSACE FACULTE DES LETTRES, LANGUES ET SCIENCES HUMAINES LIVRET LANSAD / LV2 (LANGUES POUR SPECIALISTES D AUTRES DISCIPLINES) UNIVERSITE DE HAUTE-ALSACE FACULTE DES LETTRES, LANGUES ET SCIENCES HUMAINES LIVRET LANSAD / LV2 (LANGUES POUR SPECIALISTES D AUTRES DISCIPLINES) LICENCE ET MASTER, 2014-2015 1 Sommaire I. Que sont les

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Éveil au Langage et. Ouverture à la Diversité Linguistique. La fleur des langues

Éveil au Langage et. Ouverture à la Diversité Linguistique. La fleur des langues Éveil au Langage et Ouverture à la Diversité Linguistique La fleur des langues MODULE La fleur des langues, 11 pages ÉLODiL Mai 2006 Résumé de la situation d apprentissage et d évaluation : Au cours de

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 PROJET DE DÉCRET 328 (2015-2016) N 3 328 (2015-2016) N 3 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 1 ER DÉCEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération entre la Communauté française, la Région wallonne

Plus en détail

Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique. Juin 2011

Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique. Juin 2011 Présentation du dispositif de formation à distance en bureautique Juin 2011 Martin Chailloux 05/05/2011 Projet de formation continue Formation à la bureautique à distance Sommaire Formation à la bureautique

Plus en détail

Syndicat de l enseignement de la région de la Mitis

Syndicat de l enseignement de la région de la Mitis Le Le Règlement sur les autorisations d enseigner en vigueur depuis le 29 juin 2006 comporte des mesures qui touchent aussi bien celles et ceux qui désirent enseigner à la formation générale des jeunes

Plus en détail

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE C O L L E C T I O N " Q U E S T I O N S " ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS Une formation pour les adultes ARTICLE 32 INFORMATIONS SUR LES PROCÉDURES

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Système Entrée express. Information pour les travailleurs étrangers qualifiés

Système Entrée express. Information pour les travailleurs étrangers qualifiés Système Entrée express Information pour les travailleurs étrangers qualifiés Contexte En janvier 2015, les travailleurs étrangers qualifiés pourront se prévaloir d Entrée express. Ce nouveau système de

Plus en détail

COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE. Année scolaire 2011-2012

COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE. Année scolaire 2011-2012 COMMUNIQUE DE L AUTORITE CENTRALE DES INSCRIPTIONS CONCERNANT LA 1 ère SECONDAIRE DE LA SECTION NEERLANDOPHONE Année scolaire 2011-2012 Lors de la première phase d inscription aux Ecoles européennes de

Plus en détail

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion

Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Méthodes informatiques appliquées à la gestion Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Licence Science politique

Licence Science politique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Science politique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS

PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS PROGRAMMES MONDIAUX ENTRAÎNEURS BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS Solidarité Olympique Programmes mondiaux 2013 2016 BOURSES OLYMPIQUES POUR ENTRAÎNEURS OBJECTIF L objectif de ce programme est de permettre

Plus en détail

QUELS OUTILS POUR L ORIENTATION ET LA CERTIFICATION EN FLE?

QUELS OUTILS POUR L ORIENTATION ET LA CERTIFICATION EN FLE? QUELS OUTILS POUR L ORIENTATION ET LA CERTIFICATION EN FLE? INTRODUCTION Nous ne dressons pas ici de liste exhaustive d outils mais situons les outils qui nous semblent les plus appropriés au parcours

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Tableau comparatif des dispositifs d enseignements spécifiques en langues vivantes, septembre 2010

Tableau comparatif des dispositifs d enseignements spécifiques en langues vivantes, septembre 2010 Tableau comparatif des dispositifs d enseignements spécifiques en langues vivantes, septembre 2010 Sections internationales (SI) préparant à l option internationale du baccalauréat Sections binationales

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle relative au

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE 2012- MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE 2013 Présentation de la Section Européenne Anglais Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences sociales, économiques et politique de l Institut Catholique de Paris Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail