DECLARATION DE BRUXELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DECLARATION DE BRUXELLES"

Transcription

1 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes MOLAN European Network for the Promotion of Language Learning Among All Undergraduates

2 BRUSSELS DECLARATION Enhancing motivation for language learning through institutional and systembased policies, strategies, and practices Copyright 2011 by the Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) All rights reserved. This information may be freely used and copied for non-commercial purposes, provided that the source is acknowledged. This project has been funded with support from the European Commission. This publication reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein. For further information, please contact or write to Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) c/o Freie Universität Berlin ZE Sprachenzentrum Habelschwerdter Allee Berlin GERMANY Tel Fax A free electronic version of the text is available through 2

3 DÉCLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes PRESENTATION La Déclaration de Bruxelles est l aboutissement des travaux du réseau MOLAN (Réseau d échange de bonnes pratiques sur la manière de susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues), projet qui s est déroulé sur la période allant de décembre 2007 à février 2011 et qui a été financé par la Commission européenne dans le cadre du Programme pour l éducation et la formation tout au long de la vie (Activité clé n 2 : Les langues). Le réseau transversal MOLAN a regroupé 39 organismes en charge d éducation et de formation (écoles primaires et secondaires, universités) ainsi que des réseaux, des centres et des institutions situés dans 19 pays de l UE auxquels il faut adjoindre la Suisse. En outre, le réseau a bénéficié de la contribution déterminante de 13 experts dans les domaines de l éducation qui ont agi en tant que prestataires et qui ont représenté 7 pays différents. L objectif principal du projet MOLAN fut double : - Identifier et analyser des politiques linguistiques, des stratégies ou des bonnes pratiques qui ont fait leurs preuves pour accroitre la motivation pour l apprentissage des langues en Europe tant au niveau scolaire qu universitaire. - Faire connaitre ces exemples de politiques, de stratégies et de pratiques au plus grand nombre parmi les responsables d institutions en charge d éducation et de formation. MOLAN est parti du constat initial suivant : il existe un fossé entre une politique favorable au multilinguisme qui fait consensus au niveau de l Union européenne d une part, et la réalité d autre part. On observe aujourd hui une tendance forte et générale à l hégémonie de l anglais et nombreux sont les étudiants qui abandonnent définitivement l apprentissage des langues vivantes étrangères en cours de cursus secondaire. Le réseau MOLAN s est appuyé sur deux principes directeurs pour conduire ses travaux : - La maîtrise de plusieurs langues est un facteur déterminant pour le développement personnel, l accès au savoir, l acceptation de l autre, la cohésion sociale, la prospérité économique, la garantie de l emploi. - La motivation est une clé pour un apprentissage efficace des langues vivantes. Quel que soit le degré de professionnalisation et de motivation des professeurs, quelle que soit la qualité des outils et des ressources, la motivation pour l apprentissage des langues à long terme est toujours liée à la mise en œuvre de politiques linguistiques, de stratégies et de pratiques 3

4 spécifiques au niveau institutionnel. De même, MOLAN a pu démontrer que les initiatives les plus prometteuses menaient à une impasse dès lors que les budgets initialement alloués à ces politiques n étaient pas reconduits - en raison de la crise financière par exemple. Les partenaires du réseau MOLAN en collaboration avec quelques organismes satellites ont présenté plus de quatre-vingts études de cas qui mettent clairement en évidence le fait que les politiques, les stratégies et les pratiques qui s attachent à accroitre la motivation pour l apprentissage des langues jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la politique linguistique de l Union européenne. L analyse de ces études de cas révèle toutefois qu il serait illusoire de prôner une généralisation des pratiques décrites, tant la réussite est liée à la prise en compte du contexte, qui est toujours spécifique. Au cours des trois années du projet MOLAN, le monde a connu des évolutions majeures voire des bouleversements dans le domaine politique, économique, social, éducatif et technologique. Les partenaires du projet en ont été pleinement conscients et ils ont mesuré combien ces changements affectaient le tissu linguistique de nos société, les contextes d usage des langues, l apprentissage des langues et la notion de profil linguistique de chacun. Cela implique qu il faudra à très court terme procéder à des réajustements pour un certain nombre des politiques, stratégies et pratiques repérées, analysées et diffusées par le réseau MOLAN. C est la raison pour laquelle il a été décidé de maintenir en activité le site internet conçu par MOLAN pour offrir une classification opérationnelle des bonnes pratiques et en faciliter la diffusion. C est le Conseil Européen des Langues (CEL/ELC), l un des partenaires essentiels du réseau MOLAN qui assumera la responsabilité d alimenter le site de le faire vivre et de le mettre à jour au quotidien au-delà de l arrivée à échéance du projet MOLAN. Wolfgang Mackiewicz MOLAN coordonateur du réseau MOLAN Président du CEL/ELC 4

5 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes I. Préambule 1. Il est communément admis qu un grand nombre de personnes vivant en Europe travailleront désormais dans un environnement marqué par la mobilité professionnelle, la mobilité géographique et la coopération transnationale. Mobilité et coopération constituent des piliers de la stratégie 2020 de l Union européenne. 2. La nécessité de communiquer avec des locuteurs de différentes langues n est plus seulement, ni même prioritairement, liée au fait de passer des frontières. Avec l accroissement des flux migratoires et de la mobilité transnationale, tous les états membres de l Union européenne deviennent des sociétés multilingues. De très nombreux établissements scolaires et universitaires sont aujourd hui multilingues de fait. 3. Face à ces bouleversements, l Europe doit aujourd hui relever le défi du multilinguisme, celui-ci revêtant une importance et une complexité sans précédent. Ce défi concerne en tout premier lieu les systèmes d enseignement scolaire et universitaire et tous les jeunes engagés dans un cursus de formation. Il est essentiel d offrir aux jeunes la possibilité d acquérir des compétences de communication en langue étrangère et de les encourager à apprendre des langues : c est un enjeu pour leur avenir personnel mais aussi pour l avenir de nos sociétés. 4. Bien qu il existe un grand nombre de rapports sur ce sujet, de nombreux responsables en charge des systèmes éducatifs ou d organismes de formation n ont pas encore pris la juste mesure de l impérieuse nécessité d acquérir des compétences en langue, ni de l enjeu personnel et social de cet apprentissage pour tous ceux qui vivent en Europe. On retrouve cette absence de prise de conscience chez les jeunes comme chez leurs parents. Il importe aujourd hui de faire passer un message à la fois simple et clair : l apprentissage des langues doit désormais faire partie intégrante de tout cursus de formation (à l école maternelle, primaire, au collège, au lycée, dans tous les cursus de l enseignement supérieur comme dans le cadre de la formation continue). 5. La motivation est la clé de tout apprentissage, pas seulement de l apprentissage des langues. Pour des raisons qu il devient urgent d élucider, environ un quart des jeunes Européens souffrent d un manque de motivation pour développer des compétences élevées dans leur langue première. Il est manifeste que l attitude envers la langue est au moins aussi importante que l aptitude à l apprendre. 5

6 6. Mettre l accent sur la motivation pour l apprentissage des langues, c est faire de l apprenant l acteur central de son apprentissage, ce qui est essentiel si l on veut maintenir un degré élevé de motivation sur le long terme. Mais il importe aussi de garder à l esprit que derrière une politique qui vise une plus grande motivation pour l apprentissage des langues, il y a un double enjeu : individuel et social. L avenir de nos sociétés est en effet lié au désir et à la capacité des jeunes d acquérir la maîtrise de plusieurs langues. II. Un cadre conceptuel pour susciter la motivation chez les apprenants 7. Des politiques linguistiques institutionnelles, des stratégies spécifiques et des pratiques innovantes Il existe de nombreuses études sur les diverses typologies de motivation chez les apprenants. Toutefois, en ce qui concerne l apprentissage des langues, celles-ci n ont eu qu un impact relativement limité. La professionnalisation des professeurs de langue a eu une influence plus déterminante. Cependant, quelles que soient la qualité de sa formation, quel que soit le degré de sa motivation, aucun professeur de langue ne peut à lui seul générer un regain d intérêt massif pour l apprentissage des langues. Il faut pour cela que soit conçue une politique linguistique appropriée au niveau institutionnel, que des stratégies spécifiques soient mises en œuvre et que des pratiques nouvelles voient le jour. Telles sont les conclusions du projet du réseau MOLAN. 8. Trois paramètres déterminants : le contexte, les facteurs de succès, les indicateurs de performance Quiconque cherche à susciter une motivation pour l apprentissage des langues à grande échelle ne saurait se contenter de transposer à l identique des exemples de bonnes pratiques. Il convient de prendre en compte un certain nombre de paramètres : - le contexte dans lequel on prévoit d agir ; - la manière dont les mesures envisagées pourront s insérer dans la situation existante, en d autres termes les facteurs de succès. Par ailleurs, afin de se donner les moyens de mesurer l impact des mesures mises en œuvre, il faudra naturellement se doter d indicateurs de performance en fonction des objectifs visés. Il arrive souvent que les effets escomptés d une politique linguistique tardent à venir ; les responsables seront dans ce cas amenés à jouer sur les divers paramètres et à procéder à des ajustements. En effet, toute politique linguistique est régulièrement sujette à révision en raison de l évolution rapide du contexte. Le succès ne se mesure pas seulement en termes quantitatifs: augmentation du nombre de nouveaux apprenants, élargissement de l offre linguistique par l institution. L apprentissage des langues doit avoir pour objectif un niveau élevé de compétences de communication et non pas se limiter au niveau seuil. L objectif qualitatif doit faire partie intégrante d une politique visant à susciter la motivation pour l apprentissage des langues et il doit être mesuré. 9. De l utilité de prendre exemple sur des bonnes pratiques S il est indéniable que les contextes d apprentissage des langues varient considérablement d un pays à l autre, d une région à l autre, d un système éducatif ou universitaire à l autre, d un organisme à l autre, à l intérieur de l Union 6

7 européenne, des exemples concrets peuvent s avérer très utiles pour encourager des initiatives chez des responsables qui souhaitent agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, à condition toutefois que ceux-ci soient présentés de telle sorte que leur transposition apparaisse possible. Il convient en effet de se soumettre à ce principe essentiel chaque fois que l on envisage de publier des exemples de réussite ou de constituer un réseau d échanges de bonnes pratiques. Au niveau européen, on ne peut jamais faire abstraction des questions de généralisation et de transposition. 10. Les facteurs de succès : quatre grandes catégories Les facteurs de succès pour susciter une plus grande motivation pour l apprentissage des langues peuvent se regrouper sous quatre rubriques : - l importance de l innovation tant dans le domaine de la pédagogie que dans les modes d apprentissage ; - la mise en œuvre d une véritable politique linguistique ; - l importance des partenariats et des échanges avec l extérieur ; - l intégration de l apprentissage des langues dans les cursus, la validation des compétences et la certification. Ces quatre catégories regroupent un certain nombre de composantes où l on retrouve tout un ensemble coordonné de facteurs de succès. La première catégorie, par exemple regroupe des activités extrascolaires, des partenariats e-twinning, l apprentissage en autonomie, diverses modalités d enseignement de type EMILE. 11. Un facteur de succès essentiel : les échanges et les partenariats Echanges et partenariats jouent un rôle de tout premier plan non seulement pour susciter une plus grande motivation parmi les apprenants, mais aussi parmi les cadres de l éducation et les responsables de départements de langues. Ces échanges et partenariats supposent qu il existe une volonté politique au niveau institutionnel et que soient créées par exemple des réseaux de coopération sur l apprentissage des langues au niveau local ou régional, que soient institués des partenariats entre écoles, collèges, lycées ou universités qui impliquent tous les acteurs : enseignants, élèves ou étudiants, parents, anciens élèves ou étudiants, organismes compétents (qu ils soient spécialistes de formation en langue ou non), employeurs du secteur public et du secteur privé. 12. L apport des nouvelles technologies dans l apprentissage et l utilisation des langues Les jeunes ne résistent guère à l attrait des nouvelles technologies. L envoi de SMS et de courriels, le recours à Facebook ou à Twitter font partie de leur quotidien. S il ne fait aucun doute que ces nouveaux modes de communication ont souvent induit un certain recul de la litéracie, de nombreuses études de cas repérées par MOLAN apportent la preuve que lorsqu elles sont utilisées à bon escient, les nouvelles technologies permettent de susciter un regain d intérêt pour l apprentissage des langues. Les nouvelles technologies constituent de fait un second facteur de succès transversal. 7

8 III. De nouveaux défis et de nouvelles perspectives 13. Des apprenants multilingues La motivation pour l apprentissage des langues est encore largement perçue sous l angle restreint de la nécessité qu il y aurait à susciter chez des apprenants monolingues un intérêt pour d autres langues et d autres cultures. Mais de plus en plus de jeunes engagés dans des cursus de formation disposent de deux, voire trois premières langues, sans toutefois nécessairement les maîtriser véritablement. La plupart de ces jeunes aimeraient beaucoup garder leurs compétences initiales ou les développer afin de devenir véritablement bilingues ou multilingues mais dans la plupart des cas, nos institutions ne répondent pas à cette demande, ce qui peut se comprendre si l on considère que plus de 400 langues différentes sont parlées en Europe aujourd hui. Il n est toutefois pas possible d encourager les Européens à exercer pleinement leur droit à vivre et à exercer une activité professionnelle dans d autres pays membres sans se poser la question des conséquences de cette politique pour les systèmes éducatifs. En d autres termes, il devient impératif de répondre à la demande d enfants d Européens mobiles qui souhaitent développer des compétences dans leur langue maternelle ou dans d autres langues. 14. De l hétérogénéité des classes et des groupes d apprenants Les flux migratoires et la mobilité croissante ont pour conséquence une plus grande hétérogénéité des classes, que ce soit à l école, au collège, au lycée ou à l université. Il n est pas rare que dans certains groupes, des élèves ou des étudiants disposent de compétences plus élevées dans certaines activités langagières que leurs pairs. Ceci peut avoir une incidence négative sur la motivation de l ensemble du groupe. Mais il est aussi possible de tirer parti d une telle situation. En s appuyant sur des pratiques éprouvées, il conviendra de développer des stratégies pédagogiques visant à permettre à tous les apprenants d un groupe hétérogène de garder un intérêt pour les langues et de progresser selon leur niveau. 15. De nouvelles perspectives Tout doit être mis en œuvre pour tirer avantage du potentiel qui émerge des mutations et évolutions qui affectent l Europe. Et en particulier, il devient primordial de mettre en place la validation des compétences linguistiques dont disposent déjà les jeunes. On sait en effet que cette stratégie constitue un puissant levier pour agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, quelles qu elles soient. IV. Questions de fond Au moment où l Europe doit relever le défi d un nouveau genre de multilinguisme et où elle doit définir sa politique future, il importe de garder présent à l esprit que l enjeu majeur derrière la promotion de l apprentissage des langues n est pas seulement celui de la motivation, mais celui des droits fondamentaux. Tous les jeunes vivant en Europe et dans les états membres du Conseil de l Europe doivent trouver la possibilité de développer leurs compétences linguistiques dans leur première langue jusqu au plus haut niveau, de faire de même dans la langue de scolarisation, d apprendre d autres langues dès le plus jeune âge et de poursuivre ces apprentissages sur l ensemble de leur cursus. Il faut d autre part que tous les jeunes aient la possibilité de faire valider leurs compétences, que celles-ci aient été acquises ou non dans le cadre scolaire ou universitaire. Les jeunes seront ainsi à même de faire valoir des compétences qui deviennent particulièrement précieuses 8

9 sur un marché du travail qui est soumis à des mutations liées à la mondialisation des échanges et à l émergence de nouveaux métiers. V. La coopération européenne La coopération européenne, en particulier sous la forme de projets dans les domaines de l éducation et de la formation reste un levier essentiel pour promouvoir l innovation dans nos systèmes éducatifs et nos institutions en charge de la formation. Dans la seconde période du projet MOLAN, certains experts des institutions partenaires ont eu des difficultés à apporter un concours actif au projet en raison de pressions subies dans leurs institutions respectives. Ils ont toutefois insisté sur le fait que leur participation à un programme de coopération européenne les a encouragés à prendre de nouvelles initiatives ou à inscrire dans la durée des choix stratégiques préalablement faits. Les questions et les défis mentionnés dans la partie n III appellent des réponses à la fois théoriques et pratiques au niveau européen. Il faut voir les projets européens comme des outils privilégiés pour se saisir de ces questions. Comme tous les projets, les projets européens sont aujourd hui confrontés au défi de la suite qui pourra leur être donnée. En faisant appel aux nouvelles technologies, le réseau MOLAN montre qu il est possible de relever ce défi : le site MOLAN a mis en place un réseau d échanges virtuel qui est à la fois dynamique et opérationnel. Grace à ce site les partenaires ont la possibilité de trouver rapidement des réponses précises à leurs demandes, de mettre en ligne de nouvelles initiatives et de réactualiser les initiatives précédemment présentées au fur et à mesure qu elles évoluent. Etant donné que les échanges et partenariats constituent de plus en plus des leviers essentiels, il semble particulièrement opportun que l Union européenne encourage grâce à ses divers programmes des projets qui impliquent des écoles, collèges, lycées, universités, des responsables de l éducation et de la formation, des représentants de l entreprise et du monde des affaires, pour ne mentionner que les principaux acteurs, et que soient privilégiés les réseaux et les projets qui se donnent pour l objectif le développement de compétences multilingues. 9

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

In-Diversity NOVEMBRE. Lettre d information n 2

In-Diversity NOVEMBRE. Lettre d information n 2 In-Diversity Lettre d information n 2 NOVEMBRE 2011 This project has been funded with support from the European Commission. This communication reflects the views only of the authors, and the Commission

Plus en détail

Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union.

Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union. Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union. Projet ISEC «approche administrative du crime organisé» ; soutien des autorités locales dans la lutte contre les répercussions

Plus en détail

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement Projet LEONARDO transfert d innovation Co-building a good guidance 2013-2015 Concours international «Steps to my future» Règlement 1. introduction Les apprenant-es de chaque partenaire, en coopération

Plus en détail

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP FORMATION POUR LES ELECTROMECANICIENS SPECIALISES DANS LA MAINTENANCE DES PRINCIPAUX COMPOSANTS DE VEHICULES ELECTRIQUES: BATTERIES, MOTEURS ELECTRIQUES,

Plus en détail

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS

European Union Network for Patient Safety EUNetPaS European Union Network for Patient Safety EUNetPaS Maggie Galbraith Haute Autorité de Santé Symposium Qualité et Sécurité des Patients Bruxelles 24 novembre, 2010 EUNetPaS is a project supported by a grant

Plus en détail

Un Cadre de Référence Européen

Un Cadre de Référence Européen COMPÉTENCES CLÉS POUR L ÉDUCATION ET LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE Un Cadre de Référence Européen Les Compétences clés pour l éducation et la formation tout au long de la vie Un cadre de référence

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

RESPONS 539920-LLP-1-2013-1-BG-LEONARDO-LMP. Cadre Européen des Qualifications pour la Formation Continue

RESPONS 539920-LLP-1-2013-1-BG-LEONARDO-LMP. Cadre Européen des Qualifications pour la Formation Continue RESPONS Alliance Compétences Responsables pour la gestion durable des petits hôtels et restaurants 539920-LLP-1-2013-1-BG-LEONARDO-LMP Cadre Européen des Qualifications pour la Formation Continue Niveau

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

CONTENT PAPER OF THE MODULE. Management du Système d Information et management des risques

CONTENT PAPER OF THE MODULE. Management du Système d Information et management des risques Erasmus Multilateral Projects Virtual campuses Reference Number of the Project: 134350- LLP-1-2007-1-HU-ERASMUS-EVC Title of the Project: Virtual campus for SMEs in a multicultural milieu ( SMEdigcamp

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données

OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données OpenOffice Base OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données Version 2.3 / 2.4.1 Module d'introduction Document de présentation Contributions : Charles BURRIEL, Pauline CONSTANT, Frédéric PIRARD Jeffrey

Plus en détail

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche L Union Nationale des Etudiants en Gestion, créée en 2003 est une organisation étudiante ayant vocation à représenter les étudiants de la filière Gestion, en fédérant les BDE des IAE, IUT, UFR et Instituts

Plus en détail

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC

Information Formation de Formateurs FEI / DAIC Information Formation de Formateurs FEI / DAIC En complément de sa programmation annuelle, le Centre Ressources Illettrisme tient à informer l ensemble des acteurs régionaux de la mise en place d un dispositif

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel 3 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers Méthode et logiciel Projet EPI-CREM Le projet EPI-CREM 1 vise à améliorer l efficacité énergétique et

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

WEBINAIRE Organise et participe à des conférences en ligne

WEBINAIRE Organise et participe à des conférences en ligne WEBINAIRE Organise et participe à des conférences en ligne Financé par: The European Commission support for the production of this publication does not constitute endorsement of the contents which reflects

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Newsletter n 2 «Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Prix «Towards Class A» Editorial La Towards Class A newsletter électronique vous informera sur les activités

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

Projet d Etablissement 2013-2016

Projet d Etablissement 2013-2016 Projet d Etablissement 2013-2016 L organisation pédagogique d un établissement scolaire doit être conçue en fonction d un projet d établissement. Le dernier projet (2007-2010) est arrivé à son terme. Le

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer la formation Promouvoir la formation des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser»

Plus en détail

Formation linguistique pour entreprises, universités et gouvernement EF CORPORATE LANGUAGE LEARNING SOLUTIONS V1.1

Formation linguistique pour entreprises, universités et gouvernement EF CORPORATE LANGUAGE LEARNING SOLUTIONS V1.1 Formation linguistique pour entreprises, universités et gouvernement EF CORPORATE LANGUAGE LEARNING SOLUTIONS V1.1 L anglais, la langue des affaires Deux milliards d individus parlent ou apprennent l anglais

Plus en détail

GDF SUEZ s engage aux côtés de l Education Nationale en proposant

GDF SUEZ s engage aux côtés de l Education Nationale en proposant GDF SUEZ s engage aux côtés de l Education Nationale en proposant un dispositif pédagogique novateur Un dispositif scolaire complet Apprendre & Comprendre l énergie Jouer & Participer Transmettre & Accompagner

Plus en détail

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts

HAUTE ECOLE EPHEC. Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur. Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts HAUTE ECOLE EPHEC Baccalauréats en marketing et en commerce extérieur Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts A. Commentaire général Ce commentaire général prend en compte le diagnostic

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

INNOVATION, CREATIVITE et EDUCATION

INNOVATION, CREATIVITE et EDUCATION INNOVATION, CREATIVITE et EDUCATION Compte-rendu TABLE RONDE REMA L Education et la sensibilisation des enfants et des jeunes à la musique ancienne. Mercredi 3 juin 2009 à Stallet, Nybrokajen 11, Stockholm.

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda.

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda. Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda Synthèse Synthèse L énergie solaire thermique représente une source de

Plus en détail

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5

POLITIQUE SRE-POL-09. 1. Énoncé... 2. 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5. 3. Personnes et entités visées... 5 POLITIQUE Service des ressources éducatives aux jeunes SRE-POL-09 POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. Énoncé... 2 2. Fondements et cadre légal d application... 2 à 5 3. Personnes et entités visées... 5 4. Principes

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

Politique curriculaire pour le Programme d immersion française

Politique curriculaire pour le Programme d immersion française Politique curriculaire pour le Programme d immersion française Politique curriculaire pour le Programme d immersion française Septembre 1996 Février 1999, 2 e édition Juillet 2008, 3 e édition Éducation,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel GUIDE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DE GRILLES D ENTRETIEN Axes de réflexions à aborder avec les étudiants : Le parcours de vie Il s agit de faire connaissance

Plus en détail

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise

PPE. Mon choix c'est l'école de langue fran aise 7 choses qu un parent néo-canadien devrait savoir sur l éducation canadienne avant de choisir une école pour son enfant PPE Choisir l éducation de langue française car il s agit de l identité, de la vie

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE ADOPTÉE : Le 24 novembre 2010 RÉSOLUTION NO : CC2567-10 596, 4 e Rue Chibougamau (Québec) G8P 1S3 Tél. : 418 748-7621 - Télécopieur : 418 748-2440 Politique linguistique document

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Conseil d Administration

Conseil d Administration Conseil d Administration - Séance du 11 mars 2014 - Point n 5 de l ordre du jour Relations internationales - Déclaration de politique internationale Présidence Déclaration de politique internationale Mars

Plus en détail

Sur les nouvelles façons de former

Sur les nouvelles façons de former Jean-Claude LEWANDOWSKI Sur les nouvelles façons de former Le e-learning, enjeux et outils Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2992-9 Bouygues Télécom 13 Une prudence dans les choix payante Sur

Plus en détail

Décideurs. Finances pour non financiers. Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise

Décideurs. Finances pour non financiers. Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise Décideurs Finances pour non financiers Comprendre les mécanismes de base de l économie d entreprise Serena-Team Aidez vos équipes à atteindre vos buts 06 08 48 27 87 info@serena-team.fr http://www.serena-team.fr

Plus en détail

L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats

L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats L enseignement-apprentissage du néerlandais en Fédération Wallonie-Bruxelles: Objectifs, méthodes, résultats Philippe Hiligsmann, Université catholique de Louvain Philippe.Hiligsmann@uclouvain.be Laurent

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome.

manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome. manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome.fr 1 un cabinet de conseil de formation d accompagnement dédié à la

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1

Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 LOUISE LAFORTUNE Pédagogie du projet et développement des compétences transversales : un changement de posture pédagogique 1 AVANT LES CHANGEMENTS ASSOCIÉS À LA RÉFORME dans l école québécoise à partir

Plus en détail

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des

Pour la formation des formateurs visant l émancipation des Charte Pour la formation des formateurs visant l émancipation des apprenants Eur-Alpha 2009-2012 L alphabétisation est définie par les partenaires Eur-Alpha comme : L acquisition des savoirs de base (compétences

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Dans un contexte où. ont évolué

Dans un contexte où. ont évolué Dans un contexte où l environnement de la formation professionnelle les modalités d achat de la formation les cadres de références les publics concernés les acteurs de la LCI les approches pédagogiques

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

«Je change, ça change tout!»

«Je change, ça change tout!» «Je change, ça change tout!» Campagne de mobilisation du Plan Climat-Energie de Rennes Métropole 1. Les objectifs de la mobilisation Pour atteindre l'objectif de la Convention des Maires, les collectivités

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon Réseau du Socle ACTIONS 2012-2013 Considération due aux élèves : -restauration de la confiance dans l élève -restauration de l estime de soi -prise en compte

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Révision 01-27/06/04 Réalisé avec : OOo 1.1.1 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet Fr.OpenOffice.org Table des Matières 1

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ)

Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Master européen en traduction (EMT) Foire aux questions (FAQ) Questions d'ordre général Compétences requises pour l'emt La procédure de sélection EMT Aspects techniques Questions d ordre général 1. Qu

Plus en détail

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY Université de XY University of XY Faculté XY Faculty of XY Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil d'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise

Plus en détail

Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial

Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial Sun Java System Application Server Platform Edition 8.2 J2EE Tutorial Sun Microsystems, Inc. 4150 Network Circle Santa Clara, CA 95054 U.S.A. Part No: 819 4709 Copyright 2005 Sun Microsystems, Inc. 4150

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

CLAUSES TYPES en génie-conseil

CLAUSES TYPES en génie-conseil CLAUSES TYPES en génie-conseil 1. LIMITATION DE RESPONSABILITE... 2 2. PROPRIÉTÉ ET UTILISATION DES DOCUMENTS, BREVETS ET MARQUES DE COMMERCE... 3 2.1 OWNERSHIP AND USE OF DOCUMENTS, PATENTS AND TRADEMARKS...

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

La formation professionnelle et l orientation professionnelle et le placement

La formation professionnelle et l orientation professionnelle et le placement Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et l orientation professionnelle et le placement Maroc This project is funded by The European Union A project implemented by sequa ggmbh

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Des enseignants expérimentés interviennent en formation initiale à l enseignement Une démarche de coformation en gestion de classe

Des enseignants expérimentés interviennent en formation initiale à l enseignement Une démarche de coformation en gestion de classe Des enseignants expérimentés interviennent en formation initiale à l enseignement Une démarche de coformation en gestion de classe NADIA CODY Professeure RENAUD GAGNON Professeur En collaboration avec

Plus en détail