DECLARATION DE BRUXELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DECLARATION DE BRUXELLES"

Transcription

1 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes MOLAN European Network for the Promotion of Language Learning Among All Undergraduates

2 BRUSSELS DECLARATION Enhancing motivation for language learning through institutional and systembased policies, strategies, and practices Copyright 2011 by the Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) All rights reserved. This information may be freely used and copied for non-commercial purposes, provided that the source is acknowledged. This project has been funded with support from the European Commission. This publication reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein. For further information, please contact or write to Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) c/o Freie Universität Berlin ZE Sprachenzentrum Habelschwerdter Allee Berlin GERMANY Tel Fax A free electronic version of the text is available through 2

3 DÉCLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes PRESENTATION La Déclaration de Bruxelles est l aboutissement des travaux du réseau MOLAN (Réseau d échange de bonnes pratiques sur la manière de susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues), projet qui s est déroulé sur la période allant de décembre 2007 à février 2011 et qui a été financé par la Commission européenne dans le cadre du Programme pour l éducation et la formation tout au long de la vie (Activité clé n 2 : Les langues). Le réseau transversal MOLAN a regroupé 39 organismes en charge d éducation et de formation (écoles primaires et secondaires, universités) ainsi que des réseaux, des centres et des institutions situés dans 19 pays de l UE auxquels il faut adjoindre la Suisse. En outre, le réseau a bénéficié de la contribution déterminante de 13 experts dans les domaines de l éducation qui ont agi en tant que prestataires et qui ont représenté 7 pays différents. L objectif principal du projet MOLAN fut double : - Identifier et analyser des politiques linguistiques, des stratégies ou des bonnes pratiques qui ont fait leurs preuves pour accroitre la motivation pour l apprentissage des langues en Europe tant au niveau scolaire qu universitaire. - Faire connaitre ces exemples de politiques, de stratégies et de pratiques au plus grand nombre parmi les responsables d institutions en charge d éducation et de formation. MOLAN est parti du constat initial suivant : il existe un fossé entre une politique favorable au multilinguisme qui fait consensus au niveau de l Union européenne d une part, et la réalité d autre part. On observe aujourd hui une tendance forte et générale à l hégémonie de l anglais et nombreux sont les étudiants qui abandonnent définitivement l apprentissage des langues vivantes étrangères en cours de cursus secondaire. Le réseau MOLAN s est appuyé sur deux principes directeurs pour conduire ses travaux : - La maîtrise de plusieurs langues est un facteur déterminant pour le développement personnel, l accès au savoir, l acceptation de l autre, la cohésion sociale, la prospérité économique, la garantie de l emploi. - La motivation est une clé pour un apprentissage efficace des langues vivantes. Quel que soit le degré de professionnalisation et de motivation des professeurs, quelle que soit la qualité des outils et des ressources, la motivation pour l apprentissage des langues à long terme est toujours liée à la mise en œuvre de politiques linguistiques, de stratégies et de pratiques 3

4 spécifiques au niveau institutionnel. De même, MOLAN a pu démontrer que les initiatives les plus prometteuses menaient à une impasse dès lors que les budgets initialement alloués à ces politiques n étaient pas reconduits - en raison de la crise financière par exemple. Les partenaires du réseau MOLAN en collaboration avec quelques organismes satellites ont présenté plus de quatre-vingts études de cas qui mettent clairement en évidence le fait que les politiques, les stratégies et les pratiques qui s attachent à accroitre la motivation pour l apprentissage des langues jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la politique linguistique de l Union européenne. L analyse de ces études de cas révèle toutefois qu il serait illusoire de prôner une généralisation des pratiques décrites, tant la réussite est liée à la prise en compte du contexte, qui est toujours spécifique. Au cours des trois années du projet MOLAN, le monde a connu des évolutions majeures voire des bouleversements dans le domaine politique, économique, social, éducatif et technologique. Les partenaires du projet en ont été pleinement conscients et ils ont mesuré combien ces changements affectaient le tissu linguistique de nos société, les contextes d usage des langues, l apprentissage des langues et la notion de profil linguistique de chacun. Cela implique qu il faudra à très court terme procéder à des réajustements pour un certain nombre des politiques, stratégies et pratiques repérées, analysées et diffusées par le réseau MOLAN. C est la raison pour laquelle il a été décidé de maintenir en activité le site internet conçu par MOLAN pour offrir une classification opérationnelle des bonnes pratiques et en faciliter la diffusion. C est le Conseil Européen des Langues (CEL/ELC), l un des partenaires essentiels du réseau MOLAN qui assumera la responsabilité d alimenter le site de le faire vivre et de le mettre à jour au quotidien au-delà de l arrivée à échéance du projet MOLAN. Wolfgang Mackiewicz MOLAN coordonateur du réseau MOLAN Président du CEL/ELC 4

5 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes I. Préambule 1. Il est communément admis qu un grand nombre de personnes vivant en Europe travailleront désormais dans un environnement marqué par la mobilité professionnelle, la mobilité géographique et la coopération transnationale. Mobilité et coopération constituent des piliers de la stratégie 2020 de l Union européenne. 2. La nécessité de communiquer avec des locuteurs de différentes langues n est plus seulement, ni même prioritairement, liée au fait de passer des frontières. Avec l accroissement des flux migratoires et de la mobilité transnationale, tous les états membres de l Union européenne deviennent des sociétés multilingues. De très nombreux établissements scolaires et universitaires sont aujourd hui multilingues de fait. 3. Face à ces bouleversements, l Europe doit aujourd hui relever le défi du multilinguisme, celui-ci revêtant une importance et une complexité sans précédent. Ce défi concerne en tout premier lieu les systèmes d enseignement scolaire et universitaire et tous les jeunes engagés dans un cursus de formation. Il est essentiel d offrir aux jeunes la possibilité d acquérir des compétences de communication en langue étrangère et de les encourager à apprendre des langues : c est un enjeu pour leur avenir personnel mais aussi pour l avenir de nos sociétés. 4. Bien qu il existe un grand nombre de rapports sur ce sujet, de nombreux responsables en charge des systèmes éducatifs ou d organismes de formation n ont pas encore pris la juste mesure de l impérieuse nécessité d acquérir des compétences en langue, ni de l enjeu personnel et social de cet apprentissage pour tous ceux qui vivent en Europe. On retrouve cette absence de prise de conscience chez les jeunes comme chez leurs parents. Il importe aujourd hui de faire passer un message à la fois simple et clair : l apprentissage des langues doit désormais faire partie intégrante de tout cursus de formation (à l école maternelle, primaire, au collège, au lycée, dans tous les cursus de l enseignement supérieur comme dans le cadre de la formation continue). 5. La motivation est la clé de tout apprentissage, pas seulement de l apprentissage des langues. Pour des raisons qu il devient urgent d élucider, environ un quart des jeunes Européens souffrent d un manque de motivation pour développer des compétences élevées dans leur langue première. Il est manifeste que l attitude envers la langue est au moins aussi importante que l aptitude à l apprendre. 5

6 6. Mettre l accent sur la motivation pour l apprentissage des langues, c est faire de l apprenant l acteur central de son apprentissage, ce qui est essentiel si l on veut maintenir un degré élevé de motivation sur le long terme. Mais il importe aussi de garder à l esprit que derrière une politique qui vise une plus grande motivation pour l apprentissage des langues, il y a un double enjeu : individuel et social. L avenir de nos sociétés est en effet lié au désir et à la capacité des jeunes d acquérir la maîtrise de plusieurs langues. II. Un cadre conceptuel pour susciter la motivation chez les apprenants 7. Des politiques linguistiques institutionnelles, des stratégies spécifiques et des pratiques innovantes Il existe de nombreuses études sur les diverses typologies de motivation chez les apprenants. Toutefois, en ce qui concerne l apprentissage des langues, celles-ci n ont eu qu un impact relativement limité. La professionnalisation des professeurs de langue a eu une influence plus déterminante. Cependant, quelles que soient la qualité de sa formation, quel que soit le degré de sa motivation, aucun professeur de langue ne peut à lui seul générer un regain d intérêt massif pour l apprentissage des langues. Il faut pour cela que soit conçue une politique linguistique appropriée au niveau institutionnel, que des stratégies spécifiques soient mises en œuvre et que des pratiques nouvelles voient le jour. Telles sont les conclusions du projet du réseau MOLAN. 8. Trois paramètres déterminants : le contexte, les facteurs de succès, les indicateurs de performance Quiconque cherche à susciter une motivation pour l apprentissage des langues à grande échelle ne saurait se contenter de transposer à l identique des exemples de bonnes pratiques. Il convient de prendre en compte un certain nombre de paramètres : - le contexte dans lequel on prévoit d agir ; - la manière dont les mesures envisagées pourront s insérer dans la situation existante, en d autres termes les facteurs de succès. Par ailleurs, afin de se donner les moyens de mesurer l impact des mesures mises en œuvre, il faudra naturellement se doter d indicateurs de performance en fonction des objectifs visés. Il arrive souvent que les effets escomptés d une politique linguistique tardent à venir ; les responsables seront dans ce cas amenés à jouer sur les divers paramètres et à procéder à des ajustements. En effet, toute politique linguistique est régulièrement sujette à révision en raison de l évolution rapide du contexte. Le succès ne se mesure pas seulement en termes quantitatifs: augmentation du nombre de nouveaux apprenants, élargissement de l offre linguistique par l institution. L apprentissage des langues doit avoir pour objectif un niveau élevé de compétences de communication et non pas se limiter au niveau seuil. L objectif qualitatif doit faire partie intégrante d une politique visant à susciter la motivation pour l apprentissage des langues et il doit être mesuré. 9. De l utilité de prendre exemple sur des bonnes pratiques S il est indéniable que les contextes d apprentissage des langues varient considérablement d un pays à l autre, d une région à l autre, d un système éducatif ou universitaire à l autre, d un organisme à l autre, à l intérieur de l Union 6

7 européenne, des exemples concrets peuvent s avérer très utiles pour encourager des initiatives chez des responsables qui souhaitent agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, à condition toutefois que ceux-ci soient présentés de telle sorte que leur transposition apparaisse possible. Il convient en effet de se soumettre à ce principe essentiel chaque fois que l on envisage de publier des exemples de réussite ou de constituer un réseau d échanges de bonnes pratiques. Au niveau européen, on ne peut jamais faire abstraction des questions de généralisation et de transposition. 10. Les facteurs de succès : quatre grandes catégories Les facteurs de succès pour susciter une plus grande motivation pour l apprentissage des langues peuvent se regrouper sous quatre rubriques : - l importance de l innovation tant dans le domaine de la pédagogie que dans les modes d apprentissage ; - la mise en œuvre d une véritable politique linguistique ; - l importance des partenariats et des échanges avec l extérieur ; - l intégration de l apprentissage des langues dans les cursus, la validation des compétences et la certification. Ces quatre catégories regroupent un certain nombre de composantes où l on retrouve tout un ensemble coordonné de facteurs de succès. La première catégorie, par exemple regroupe des activités extrascolaires, des partenariats e-twinning, l apprentissage en autonomie, diverses modalités d enseignement de type EMILE. 11. Un facteur de succès essentiel : les échanges et les partenariats Echanges et partenariats jouent un rôle de tout premier plan non seulement pour susciter une plus grande motivation parmi les apprenants, mais aussi parmi les cadres de l éducation et les responsables de départements de langues. Ces échanges et partenariats supposent qu il existe une volonté politique au niveau institutionnel et que soient créées par exemple des réseaux de coopération sur l apprentissage des langues au niveau local ou régional, que soient institués des partenariats entre écoles, collèges, lycées ou universités qui impliquent tous les acteurs : enseignants, élèves ou étudiants, parents, anciens élèves ou étudiants, organismes compétents (qu ils soient spécialistes de formation en langue ou non), employeurs du secteur public et du secteur privé. 12. L apport des nouvelles technologies dans l apprentissage et l utilisation des langues Les jeunes ne résistent guère à l attrait des nouvelles technologies. L envoi de SMS et de courriels, le recours à Facebook ou à Twitter font partie de leur quotidien. S il ne fait aucun doute que ces nouveaux modes de communication ont souvent induit un certain recul de la litéracie, de nombreuses études de cas repérées par MOLAN apportent la preuve que lorsqu elles sont utilisées à bon escient, les nouvelles technologies permettent de susciter un regain d intérêt pour l apprentissage des langues. Les nouvelles technologies constituent de fait un second facteur de succès transversal. 7

8 III. De nouveaux défis et de nouvelles perspectives 13. Des apprenants multilingues La motivation pour l apprentissage des langues est encore largement perçue sous l angle restreint de la nécessité qu il y aurait à susciter chez des apprenants monolingues un intérêt pour d autres langues et d autres cultures. Mais de plus en plus de jeunes engagés dans des cursus de formation disposent de deux, voire trois premières langues, sans toutefois nécessairement les maîtriser véritablement. La plupart de ces jeunes aimeraient beaucoup garder leurs compétences initiales ou les développer afin de devenir véritablement bilingues ou multilingues mais dans la plupart des cas, nos institutions ne répondent pas à cette demande, ce qui peut se comprendre si l on considère que plus de 400 langues différentes sont parlées en Europe aujourd hui. Il n est toutefois pas possible d encourager les Européens à exercer pleinement leur droit à vivre et à exercer une activité professionnelle dans d autres pays membres sans se poser la question des conséquences de cette politique pour les systèmes éducatifs. En d autres termes, il devient impératif de répondre à la demande d enfants d Européens mobiles qui souhaitent développer des compétences dans leur langue maternelle ou dans d autres langues. 14. De l hétérogénéité des classes et des groupes d apprenants Les flux migratoires et la mobilité croissante ont pour conséquence une plus grande hétérogénéité des classes, que ce soit à l école, au collège, au lycée ou à l université. Il n est pas rare que dans certains groupes, des élèves ou des étudiants disposent de compétences plus élevées dans certaines activités langagières que leurs pairs. Ceci peut avoir une incidence négative sur la motivation de l ensemble du groupe. Mais il est aussi possible de tirer parti d une telle situation. En s appuyant sur des pratiques éprouvées, il conviendra de développer des stratégies pédagogiques visant à permettre à tous les apprenants d un groupe hétérogène de garder un intérêt pour les langues et de progresser selon leur niveau. 15. De nouvelles perspectives Tout doit être mis en œuvre pour tirer avantage du potentiel qui émerge des mutations et évolutions qui affectent l Europe. Et en particulier, il devient primordial de mettre en place la validation des compétences linguistiques dont disposent déjà les jeunes. On sait en effet que cette stratégie constitue un puissant levier pour agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, quelles qu elles soient. IV. Questions de fond Au moment où l Europe doit relever le défi d un nouveau genre de multilinguisme et où elle doit définir sa politique future, il importe de garder présent à l esprit que l enjeu majeur derrière la promotion de l apprentissage des langues n est pas seulement celui de la motivation, mais celui des droits fondamentaux. Tous les jeunes vivant en Europe et dans les états membres du Conseil de l Europe doivent trouver la possibilité de développer leurs compétences linguistiques dans leur première langue jusqu au plus haut niveau, de faire de même dans la langue de scolarisation, d apprendre d autres langues dès le plus jeune âge et de poursuivre ces apprentissages sur l ensemble de leur cursus. Il faut d autre part que tous les jeunes aient la possibilité de faire valider leurs compétences, que celles-ci aient été acquises ou non dans le cadre scolaire ou universitaire. Les jeunes seront ainsi à même de faire valoir des compétences qui deviennent particulièrement précieuses 8

9 sur un marché du travail qui est soumis à des mutations liées à la mondialisation des échanges et à l émergence de nouveaux métiers. V. La coopération européenne La coopération européenne, en particulier sous la forme de projets dans les domaines de l éducation et de la formation reste un levier essentiel pour promouvoir l innovation dans nos systèmes éducatifs et nos institutions en charge de la formation. Dans la seconde période du projet MOLAN, certains experts des institutions partenaires ont eu des difficultés à apporter un concours actif au projet en raison de pressions subies dans leurs institutions respectives. Ils ont toutefois insisté sur le fait que leur participation à un programme de coopération européenne les a encouragés à prendre de nouvelles initiatives ou à inscrire dans la durée des choix stratégiques préalablement faits. Les questions et les défis mentionnés dans la partie n III appellent des réponses à la fois théoriques et pratiques au niveau européen. Il faut voir les projets européens comme des outils privilégiés pour se saisir de ces questions. Comme tous les projets, les projets européens sont aujourd hui confrontés au défi de la suite qui pourra leur être donnée. En faisant appel aux nouvelles technologies, le réseau MOLAN montre qu il est possible de relever ce défi : le site MOLAN a mis en place un réseau d échanges virtuel qui est à la fois dynamique et opérationnel. Grace à ce site les partenaires ont la possibilité de trouver rapidement des réponses précises à leurs demandes, de mettre en ligne de nouvelles initiatives et de réactualiser les initiatives précédemment présentées au fur et à mesure qu elles évoluent. Etant donné que les échanges et partenariats constituent de plus en plus des leviers essentiels, il semble particulièrement opportun que l Union européenne encourage grâce à ses divers programmes des projets qui impliquent des écoles, collèges, lycées, universités, des responsables de l éducation et de la formation, des représentants de l entreprise et du monde des affaires, pour ne mentionner que les principaux acteurs, et que soient privilégiés les réseaux et les projets qui se donnent pour l objectif le développement de compétences multilingues. 9

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement Projet LEONARDO transfert d innovation Co-building a good guidance 2013-2015 Concours international «Steps to my future» Règlement 1. introduction Les apprenant-es de chaque partenaire, en coopération

Plus en détail

OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données

OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données OpenOffice Base OpenOffice Base Gestionnaire de Base de Données Version 2.3 / 2.4.1 Module d'introduction Document de présentation Contributions : Charles BURRIEL, Pauline CONSTANT, Frédéric PIRARD Jeffrey

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY Université de XY University of XY Faculté XY Faculty of XY Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil d'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress

Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Comment créer un modèle avec plusieurs arrière-plans pour Impress Révision 01-27/06/04 Réalisé avec : OOo 1.1.1 Plate-forme / Os : Toutes Distribué par le projet Fr.OpenOffice.org Table des Matières 1

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers. Méthode et logiciel 3 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines immobiliers Méthode et logiciel Projet EPI-CREM Le projet EPI-CREM 1 vise à améliorer l efficacité énergétique et

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014

CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE. Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues. 27 28 mars 2014 CONFERENCE INTERNATIONALE AU CIEP, Paris / FRANCE Thème : Réussir l Education en Afrique : l enjeu des langues 27 28 mars 2014 Communication de Jacques KI Secrétaire général de la CONFEMEN Thématique :

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

CLAUSES TYPES en génie-conseil

CLAUSES TYPES en génie-conseil CLAUSES TYPES en génie-conseil 1. LIMITATION DE RESPONSABILITE... 2 2. PROPRIÉTÉ ET UTILISATION DES DOCUMENTS, BREVETS ET MARQUES DE COMMERCE... 3 2.1 OWNERSHIP AND USE OF DOCUMENTS, PATENTS AND TRADEMARKS...

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

La professionnalisation des étudiants

La professionnalisation des étudiants La professionnalisation des étudiants en informatique par les projets libres Morgan Magnin 1, Guillaume Moreau 2 1 École Centrale de Nantes, IRCCyN, Nantes, France 2 École Centrale de Nantes, CERMA, Nantes,

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d enseignants expatriés du second degré à la rentrée 2013

Appel à candidatures pour le recrutement d enseignants expatriés du second degré à la rentrée 2013 Le 5 avril 2013 Appel à candidatures pour le recrutement d enseignants expatriés du second degré à la rentrée 2013 L Agence pour l enseignement français à l étranger lance un appel à candidatures pour

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

Get your ticket to innovation!

Get your ticket to innovation! Get your ticket to innovation! Le : un service de support en propriété intellectuelle pour les PME Chambre de Commerce de Luxembourg 10 mars 2014 M. Cyrille Dubois /, CRP Henri Tudor Feuille de route Le

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon

Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon Les règles de conduite indispensables en matière de propriété intellectuelle pour bien préparer sa communication-salon Fit4Fairs, Cyrille Dubois Training & News Services European IPR Helpdesk Road Map

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Accident automobile en Europe : comment réagir? Le guide du consommateur européen. Finances. Achats. e-commerce. Santé. Tourisme.

Accident automobile en Europe : comment réagir? Le guide du consommateur européen. Finances. Achats. e-commerce. Santé. Tourisme. Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Immobilier énergie Justice Accident automobile en Europe : comment réagir? Le guide du consommateur européen SOMMAIRE Indispensables dans votre boîte

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne.

L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne. L apprentissage tout au long de la vie, une perspective européenne. Erasmus + : enjeux et opportunités pour l Enseignement supérieur en Bretagne Brest, Rennes, 27 novembre 2013 Jean-Marie Filloque Vice-président

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers

Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines. Projets pilotes EPI-CREM. immobiliers 4 Intégration de la performance énergétique dans les processus de gestion de patrimoines Projets pilotes EPI-CREM immobiliers Introduction Le projet EPI-CREM 1 vise de manière globale l amélioration de

Plus en détail

INFRASTRUCTURE À CLÉ PUBLIQUE DE CANAFE (ICP) Accord d abonnement ENTRE

INFRASTRUCTURE À CLÉ PUBLIQUE DE CANAFE (ICP) Accord d abonnement ENTRE INFRASTRUCTURE À CLÉ PUBLIQUE DE CANAFE (ICP) Accord d abonnement ENTRE Le Centre d analyse des opérations et déclarations financières du Canada («CANAFE») ET («l Abonné») 1. Objet Le présent accord définit

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

Projet numérique départemental 2012-2013

Projet numérique départemental 2012-2013 Projet numérique départemental 2012-2013 Rappels sur le projet numérique départemental Le projet numérique académique est articulé avec les ambitions du projet académique dont il reprend les objectifs.

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

La recherched emploi: Etapes et points d attention

La recherched emploi: Etapes et points d attention La recherched emploi: Etapes et points d attention Isabelle Dehut - HR & Internal Communication T H I N K I N G A H E A D B E G I N S N O W 1 Agenda Bilan personnel Lettre de candidature CV Postuler Entretien

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

OpenOffice.org Calc Ouvrir un classeur

OpenOffice.org Calc Ouvrir un classeur OpenOffice.org Calc Ouvrir un classeur Diffusé par Le Projet Documentation OpenOffice.org Table des Matières 1. Ouvrir un nouveau classeur...3 2. Ouvrir un classeur existant...6 3. Crédits...8 4. Licence...8

Plus en détail

Programme d Utilisation à Domicile (Home Use Program - HUP)

Programme d Utilisation à Domicile (Home Use Program - HUP) Programme d Utilisation à Domicile (Home Use Program - HUP) Décembre 2010 Microsoft Business Division Qu est ce que HUP? Le Programme d'utilisation à Domicile (HUP - Home Use Program) est un service de

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V : Concepts et Langages EA 4509 Sens Textes Informatique Histoire T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : Linguistique

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Master Management international

Master Management international Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management international Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997

COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT FOR COMMERCIAL USE OR REPRODUCTION. DS/EN 61303:1997 COPYRIGHT Danish Standards. NOT

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Principes clés pour la promotion de la qualité dans l éducation inclusive Recommandations pour la pratique

Principes clés pour la promotion de la qualité dans l éducation inclusive Recommandations pour la pratique Principes clés pour la promotion de la qualité dans l éducation inclusive Recommandations pour la pratique PRINCIPES CLÉS POUR LA PROMOTION DE LA QUALITÉ DANS L ÉDUCATION INCLUSIVE Recommandations pour

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Read Me First: Guide to Sun HPC ClusterTools 3.1 Documentation

Read Me First: Guide to Sun HPC ClusterTools 3.1 Documentation Read Me First: Guide to Sun HPC ClusterTools 3.1 Documentation Sun Microsystems, Inc. 901 San Antonio Road Palo Alto, CA 94303-4900 USA 650 960-1300 Fax 650 969-9131 Part No. 806-3729-10 March 2000, Revision

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE ORGANISATIONNEL L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉVALUATION DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 48 L évaluation du projet d alternance travail-études 1 permet de mesurer le degré d atteinte des résultats attendus et de cibler des actions en vue d

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS SOMMAIRE ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS Examen des pratiques actuelles des établissements postsecondaires canadiens

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail