DECLARATION DE BRUXELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DECLARATION DE BRUXELLES"

Transcription

1 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes MOLAN European Network for the Promotion of Language Learning Among All Undergraduates

2 BRUSSELS DECLARATION Enhancing motivation for language learning through institutional and systembased policies, strategies, and practices Copyright 2011 by the Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) All rights reserved. This information may be freely used and copied for non-commercial purposes, provided that the source is acknowledged. This project has been funded with support from the European Commission. This publication reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein. For further information, please contact or write to Conseil Européen pour les Langues / European Language Council (CEL/ELC) c/o Freie Universität Berlin ZE Sprachenzentrum Habelschwerdter Allee Berlin GERMANY Tel Fax A free electronic version of the text is available through 2

3 DÉCLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes PRESENTATION La Déclaration de Bruxelles est l aboutissement des travaux du réseau MOLAN (Réseau d échange de bonnes pratiques sur la manière de susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues), projet qui s est déroulé sur la période allant de décembre 2007 à février 2011 et qui a été financé par la Commission européenne dans le cadre du Programme pour l éducation et la formation tout au long de la vie (Activité clé n 2 : Les langues). Le réseau transversal MOLAN a regroupé 39 organismes en charge d éducation et de formation (écoles primaires et secondaires, universités) ainsi que des réseaux, des centres et des institutions situés dans 19 pays de l UE auxquels il faut adjoindre la Suisse. En outre, le réseau a bénéficié de la contribution déterminante de 13 experts dans les domaines de l éducation qui ont agi en tant que prestataires et qui ont représenté 7 pays différents. L objectif principal du projet MOLAN fut double : - Identifier et analyser des politiques linguistiques, des stratégies ou des bonnes pratiques qui ont fait leurs preuves pour accroitre la motivation pour l apprentissage des langues en Europe tant au niveau scolaire qu universitaire. - Faire connaitre ces exemples de politiques, de stratégies et de pratiques au plus grand nombre parmi les responsables d institutions en charge d éducation et de formation. MOLAN est parti du constat initial suivant : il existe un fossé entre une politique favorable au multilinguisme qui fait consensus au niveau de l Union européenne d une part, et la réalité d autre part. On observe aujourd hui une tendance forte et générale à l hégémonie de l anglais et nombreux sont les étudiants qui abandonnent définitivement l apprentissage des langues vivantes étrangères en cours de cursus secondaire. Le réseau MOLAN s est appuyé sur deux principes directeurs pour conduire ses travaux : - La maîtrise de plusieurs langues est un facteur déterminant pour le développement personnel, l accès au savoir, l acceptation de l autre, la cohésion sociale, la prospérité économique, la garantie de l emploi. - La motivation est une clé pour un apprentissage efficace des langues vivantes. Quel que soit le degré de professionnalisation et de motivation des professeurs, quelle que soit la qualité des outils et des ressources, la motivation pour l apprentissage des langues à long terme est toujours liée à la mise en œuvre de politiques linguistiques, de stratégies et de pratiques 3

4 spécifiques au niveau institutionnel. De même, MOLAN a pu démontrer que les initiatives les plus prometteuses menaient à une impasse dès lors que les budgets initialement alloués à ces politiques n étaient pas reconduits - en raison de la crise financière par exemple. Les partenaires du réseau MOLAN en collaboration avec quelques organismes satellites ont présenté plus de quatre-vingts études de cas qui mettent clairement en évidence le fait que les politiques, les stratégies et les pratiques qui s attachent à accroitre la motivation pour l apprentissage des langues jouent un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la politique linguistique de l Union européenne. L analyse de ces études de cas révèle toutefois qu il serait illusoire de prôner une généralisation des pratiques décrites, tant la réussite est liée à la prise en compte du contexte, qui est toujours spécifique. Au cours des trois années du projet MOLAN, le monde a connu des évolutions majeures voire des bouleversements dans le domaine politique, économique, social, éducatif et technologique. Les partenaires du projet en ont été pleinement conscients et ils ont mesuré combien ces changements affectaient le tissu linguistique de nos société, les contextes d usage des langues, l apprentissage des langues et la notion de profil linguistique de chacun. Cela implique qu il faudra à très court terme procéder à des réajustements pour un certain nombre des politiques, stratégies et pratiques repérées, analysées et diffusées par le réseau MOLAN. C est la raison pour laquelle il a été décidé de maintenir en activité le site internet conçu par MOLAN pour offrir une classification opérationnelle des bonnes pratiques et en faciliter la diffusion. C est le Conseil Européen des Langues (CEL/ELC), l un des partenaires essentiels du réseau MOLAN qui assumera la responsabilité d alimenter le site de le faire vivre et de le mettre à jour au quotidien au-delà de l arrivée à échéance du projet MOLAN. Wolfgang Mackiewicz MOLAN coordonateur du réseau MOLAN Président du CEL/ELC 4

5 DECLARATION DE BRUXELLES Susciter une plus grande motivation dans l apprentissage des langues au moyen de politiques institutionnelles, de stratégies spécifiques et de pratiques innovantes I. Préambule 1. Il est communément admis qu un grand nombre de personnes vivant en Europe travailleront désormais dans un environnement marqué par la mobilité professionnelle, la mobilité géographique et la coopération transnationale. Mobilité et coopération constituent des piliers de la stratégie 2020 de l Union européenne. 2. La nécessité de communiquer avec des locuteurs de différentes langues n est plus seulement, ni même prioritairement, liée au fait de passer des frontières. Avec l accroissement des flux migratoires et de la mobilité transnationale, tous les états membres de l Union européenne deviennent des sociétés multilingues. De très nombreux établissements scolaires et universitaires sont aujourd hui multilingues de fait. 3. Face à ces bouleversements, l Europe doit aujourd hui relever le défi du multilinguisme, celui-ci revêtant une importance et une complexité sans précédent. Ce défi concerne en tout premier lieu les systèmes d enseignement scolaire et universitaire et tous les jeunes engagés dans un cursus de formation. Il est essentiel d offrir aux jeunes la possibilité d acquérir des compétences de communication en langue étrangère et de les encourager à apprendre des langues : c est un enjeu pour leur avenir personnel mais aussi pour l avenir de nos sociétés. 4. Bien qu il existe un grand nombre de rapports sur ce sujet, de nombreux responsables en charge des systèmes éducatifs ou d organismes de formation n ont pas encore pris la juste mesure de l impérieuse nécessité d acquérir des compétences en langue, ni de l enjeu personnel et social de cet apprentissage pour tous ceux qui vivent en Europe. On retrouve cette absence de prise de conscience chez les jeunes comme chez leurs parents. Il importe aujourd hui de faire passer un message à la fois simple et clair : l apprentissage des langues doit désormais faire partie intégrante de tout cursus de formation (à l école maternelle, primaire, au collège, au lycée, dans tous les cursus de l enseignement supérieur comme dans le cadre de la formation continue). 5. La motivation est la clé de tout apprentissage, pas seulement de l apprentissage des langues. Pour des raisons qu il devient urgent d élucider, environ un quart des jeunes Européens souffrent d un manque de motivation pour développer des compétences élevées dans leur langue première. Il est manifeste que l attitude envers la langue est au moins aussi importante que l aptitude à l apprendre. 5

6 6. Mettre l accent sur la motivation pour l apprentissage des langues, c est faire de l apprenant l acteur central de son apprentissage, ce qui est essentiel si l on veut maintenir un degré élevé de motivation sur le long terme. Mais il importe aussi de garder à l esprit que derrière une politique qui vise une plus grande motivation pour l apprentissage des langues, il y a un double enjeu : individuel et social. L avenir de nos sociétés est en effet lié au désir et à la capacité des jeunes d acquérir la maîtrise de plusieurs langues. II. Un cadre conceptuel pour susciter la motivation chez les apprenants 7. Des politiques linguistiques institutionnelles, des stratégies spécifiques et des pratiques innovantes Il existe de nombreuses études sur les diverses typologies de motivation chez les apprenants. Toutefois, en ce qui concerne l apprentissage des langues, celles-ci n ont eu qu un impact relativement limité. La professionnalisation des professeurs de langue a eu une influence plus déterminante. Cependant, quelles que soient la qualité de sa formation, quel que soit le degré de sa motivation, aucun professeur de langue ne peut à lui seul générer un regain d intérêt massif pour l apprentissage des langues. Il faut pour cela que soit conçue une politique linguistique appropriée au niveau institutionnel, que des stratégies spécifiques soient mises en œuvre et que des pratiques nouvelles voient le jour. Telles sont les conclusions du projet du réseau MOLAN. 8. Trois paramètres déterminants : le contexte, les facteurs de succès, les indicateurs de performance Quiconque cherche à susciter une motivation pour l apprentissage des langues à grande échelle ne saurait se contenter de transposer à l identique des exemples de bonnes pratiques. Il convient de prendre en compte un certain nombre de paramètres : - le contexte dans lequel on prévoit d agir ; - la manière dont les mesures envisagées pourront s insérer dans la situation existante, en d autres termes les facteurs de succès. Par ailleurs, afin de se donner les moyens de mesurer l impact des mesures mises en œuvre, il faudra naturellement se doter d indicateurs de performance en fonction des objectifs visés. Il arrive souvent que les effets escomptés d une politique linguistique tardent à venir ; les responsables seront dans ce cas amenés à jouer sur les divers paramètres et à procéder à des ajustements. En effet, toute politique linguistique est régulièrement sujette à révision en raison de l évolution rapide du contexte. Le succès ne se mesure pas seulement en termes quantitatifs: augmentation du nombre de nouveaux apprenants, élargissement de l offre linguistique par l institution. L apprentissage des langues doit avoir pour objectif un niveau élevé de compétences de communication et non pas se limiter au niveau seuil. L objectif qualitatif doit faire partie intégrante d une politique visant à susciter la motivation pour l apprentissage des langues et il doit être mesuré. 9. De l utilité de prendre exemple sur des bonnes pratiques S il est indéniable que les contextes d apprentissage des langues varient considérablement d un pays à l autre, d une région à l autre, d un système éducatif ou universitaire à l autre, d un organisme à l autre, à l intérieur de l Union 6

7 européenne, des exemples concrets peuvent s avérer très utiles pour encourager des initiatives chez des responsables qui souhaitent agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, à condition toutefois que ceux-ci soient présentés de telle sorte que leur transposition apparaisse possible. Il convient en effet de se soumettre à ce principe essentiel chaque fois que l on envisage de publier des exemples de réussite ou de constituer un réseau d échanges de bonnes pratiques. Au niveau européen, on ne peut jamais faire abstraction des questions de généralisation et de transposition. 10. Les facteurs de succès : quatre grandes catégories Les facteurs de succès pour susciter une plus grande motivation pour l apprentissage des langues peuvent se regrouper sous quatre rubriques : - l importance de l innovation tant dans le domaine de la pédagogie que dans les modes d apprentissage ; - la mise en œuvre d une véritable politique linguistique ; - l importance des partenariats et des échanges avec l extérieur ; - l intégration de l apprentissage des langues dans les cursus, la validation des compétences et la certification. Ces quatre catégories regroupent un certain nombre de composantes où l on retrouve tout un ensemble coordonné de facteurs de succès. La première catégorie, par exemple regroupe des activités extrascolaires, des partenariats e-twinning, l apprentissage en autonomie, diverses modalités d enseignement de type EMILE. 11. Un facteur de succès essentiel : les échanges et les partenariats Echanges et partenariats jouent un rôle de tout premier plan non seulement pour susciter une plus grande motivation parmi les apprenants, mais aussi parmi les cadres de l éducation et les responsables de départements de langues. Ces échanges et partenariats supposent qu il existe une volonté politique au niveau institutionnel et que soient créées par exemple des réseaux de coopération sur l apprentissage des langues au niveau local ou régional, que soient institués des partenariats entre écoles, collèges, lycées ou universités qui impliquent tous les acteurs : enseignants, élèves ou étudiants, parents, anciens élèves ou étudiants, organismes compétents (qu ils soient spécialistes de formation en langue ou non), employeurs du secteur public et du secteur privé. 12. L apport des nouvelles technologies dans l apprentissage et l utilisation des langues Les jeunes ne résistent guère à l attrait des nouvelles technologies. L envoi de SMS et de courriels, le recours à Facebook ou à Twitter font partie de leur quotidien. S il ne fait aucun doute que ces nouveaux modes de communication ont souvent induit un certain recul de la litéracie, de nombreuses études de cas repérées par MOLAN apportent la preuve que lorsqu elles sont utilisées à bon escient, les nouvelles technologies permettent de susciter un regain d intérêt pour l apprentissage des langues. Les nouvelles technologies constituent de fait un second facteur de succès transversal. 7

8 III. De nouveaux défis et de nouvelles perspectives 13. Des apprenants multilingues La motivation pour l apprentissage des langues est encore largement perçue sous l angle restreint de la nécessité qu il y aurait à susciter chez des apprenants monolingues un intérêt pour d autres langues et d autres cultures. Mais de plus en plus de jeunes engagés dans des cursus de formation disposent de deux, voire trois premières langues, sans toutefois nécessairement les maîtriser véritablement. La plupart de ces jeunes aimeraient beaucoup garder leurs compétences initiales ou les développer afin de devenir véritablement bilingues ou multilingues mais dans la plupart des cas, nos institutions ne répondent pas à cette demande, ce qui peut se comprendre si l on considère que plus de 400 langues différentes sont parlées en Europe aujourd hui. Il n est toutefois pas possible d encourager les Européens à exercer pleinement leur droit à vivre et à exercer une activité professionnelle dans d autres pays membres sans se poser la question des conséquences de cette politique pour les systèmes éducatifs. En d autres termes, il devient impératif de répondre à la demande d enfants d Européens mobiles qui souhaitent développer des compétences dans leur langue maternelle ou dans d autres langues. 14. De l hétérogénéité des classes et des groupes d apprenants Les flux migratoires et la mobilité croissante ont pour conséquence une plus grande hétérogénéité des classes, que ce soit à l école, au collège, au lycée ou à l université. Il n est pas rare que dans certains groupes, des élèves ou des étudiants disposent de compétences plus élevées dans certaines activités langagières que leurs pairs. Ceci peut avoir une incidence négative sur la motivation de l ensemble du groupe. Mais il est aussi possible de tirer parti d une telle situation. En s appuyant sur des pratiques éprouvées, il conviendra de développer des stratégies pédagogiques visant à permettre à tous les apprenants d un groupe hétérogène de garder un intérêt pour les langues et de progresser selon leur niveau. 15. De nouvelles perspectives Tout doit être mis en œuvre pour tirer avantage du potentiel qui émerge des mutations et évolutions qui affectent l Europe. Et en particulier, il devient primordial de mettre en place la validation des compétences linguistiques dont disposent déjà les jeunes. On sait en effet que cette stratégie constitue un puissant levier pour agir sur la motivation pour l apprentissage des langues, quelles qu elles soient. IV. Questions de fond Au moment où l Europe doit relever le défi d un nouveau genre de multilinguisme et où elle doit définir sa politique future, il importe de garder présent à l esprit que l enjeu majeur derrière la promotion de l apprentissage des langues n est pas seulement celui de la motivation, mais celui des droits fondamentaux. Tous les jeunes vivant en Europe et dans les états membres du Conseil de l Europe doivent trouver la possibilité de développer leurs compétences linguistiques dans leur première langue jusqu au plus haut niveau, de faire de même dans la langue de scolarisation, d apprendre d autres langues dès le plus jeune âge et de poursuivre ces apprentissages sur l ensemble de leur cursus. Il faut d autre part que tous les jeunes aient la possibilité de faire valider leurs compétences, que celles-ci aient été acquises ou non dans le cadre scolaire ou universitaire. Les jeunes seront ainsi à même de faire valoir des compétences qui deviennent particulièrement précieuses 8

9 sur un marché du travail qui est soumis à des mutations liées à la mondialisation des échanges et à l émergence de nouveaux métiers. V. La coopération européenne La coopération européenne, en particulier sous la forme de projets dans les domaines de l éducation et de la formation reste un levier essentiel pour promouvoir l innovation dans nos systèmes éducatifs et nos institutions en charge de la formation. Dans la seconde période du projet MOLAN, certains experts des institutions partenaires ont eu des difficultés à apporter un concours actif au projet en raison de pressions subies dans leurs institutions respectives. Ils ont toutefois insisté sur le fait que leur participation à un programme de coopération européenne les a encouragés à prendre de nouvelles initiatives ou à inscrire dans la durée des choix stratégiques préalablement faits. Les questions et les défis mentionnés dans la partie n III appellent des réponses à la fois théoriques et pratiques au niveau européen. Il faut voir les projets européens comme des outils privilégiés pour se saisir de ces questions. Comme tous les projets, les projets européens sont aujourd hui confrontés au défi de la suite qui pourra leur être donnée. En faisant appel aux nouvelles technologies, le réseau MOLAN montre qu il est possible de relever ce défi : le site MOLAN a mis en place un réseau d échanges virtuel qui est à la fois dynamique et opérationnel. Grace à ce site les partenaires ont la possibilité de trouver rapidement des réponses précises à leurs demandes, de mettre en ligne de nouvelles initiatives et de réactualiser les initiatives précédemment présentées au fur et à mesure qu elles évoluent. Etant donné que les échanges et partenariats constituent de plus en plus des leviers essentiels, il semble particulièrement opportun que l Union européenne encourage grâce à ses divers programmes des projets qui impliquent des écoles, collèges, lycées, universités, des responsables de l éducation et de la formation, des représentants de l entreprise et du monde des affaires, pour ne mentionner que les principaux acteurs, et que soient privilégiés les réseaux et les projets qui se donnent pour l objectif le développement de compétences multilingues. 9

WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique

WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique WIKIM, renforcer la cohésion sociale par l apprentissage culturel et linguistique Progress Report Public Part Project information Project acronym: Project title: Project number: Sub-programme or KA: Project

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

In-Diversity NOVEMBRE. Lettre d information n 2

In-Diversity NOVEMBRE. Lettre d information n 2 In-Diversity Lettre d information n 2 NOVEMBRE 2011 This project has been funded with support from the European Commission. This communication reflects the views only of the authors, and the Commission

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement

Projet LEONARDO transfert d innovation. Co-building a good guidance 2013-2015. Concours international. «Steps to my future» Règlement Projet LEONARDO transfert d innovation Co-building a good guidance 2013-2015 Concours international «Steps to my future» Règlement 1. introduction Les apprenant-es de chaque partenaire, en coopération

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Newsletter n 2 «Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Prix «Towards Class A» Editorial La Towards Class A newsletter électronique vous informera sur les activités

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation

Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» Sommaire : 1. Affectation Accueil et formation des professeurs et CPE stagiaires du 2 nd degré «mi-temps» 2015 2016 Sommaire : 1. Affectation 2. Principes généraux de la formation L alternance intégrative Formation disciplinaire

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

L expression de la qualité. groupe

L expression de la qualité. groupe L expression de la qualité groupe Le groupe BTL 2 L expression de la qualité Le groupe Business & Technical Languages est un acteur majeur de la formation linguistique auprès des entreprises. Cours en

Plus en détail

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 GUIDE DE STAGE AEC- Développeur-intégrateur SharePoint Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 Le présent guide a été conçu pour servir de référence aux entreprises acceptant de recevoir,

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Individualisation et usages des TIC en formation de base

Individualisation et usages des TIC en formation de base Individualisation et usages des TIC en formation de base Professionnalisation de la lutte contre l illettrisme et de la formation de base Modules de base pour la formation de formateurs TRAIN - Module

Plus en détail

PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN

PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN PROJET INNOVANT 2008-2009 BILAN Établissement : Lycée professionnel DESAIX St-Eloy-les-Mines Titre du projet : Classe européenne anglais Nom du coordonnateur et fonction : Mme TAWIL, professeur PLP Lettres-Anglais

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE (ONGLET 37) Processus de consultation Comité de la politique linguistique 16 mars 2010 Comité de consultatif de gestion 23 mars 2011 Comité de parents 28 mars 2011 Comité de participation

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP

Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP Project No. 518423 LLP 1 2011 1 ES LEONARDO LMP FORMATION POUR LES ELECTROMECANICIENS SPECIALISES DANS LA MAINTENANCE DES PRINCIPAUX COMPOSANTS DE VEHICULES ELECTRIQUES: BATTERIES, MOTEURS ELECTRIQUES,

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique

Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique Août 2013 Août 2013 Directives nationales sur le classement et la progression en formation linguistique 1 OBJECTIF DE

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Guide pédagogiques/détermination suite à la formation pilote en Hongrie

Guide pédagogiques/détermination suite à la formation pilote en Hongrie Guide pédagogiques/détermination suite à la formation pilote en Hongrie Version française Le programme de formation pilote en Hongrie a dû satisfaire à de nombreuses contraintes entre les demandes des

Plus en détail

«Je change, ça change tout!»

«Je change, ça change tout!» «Je change, ça change tout!» Campagne de mobilisation du Plan Climat-Energie de Rennes Métropole 1. Les objectifs de la mobilisation Pour atteindre l'objectif de la Convention des Maires, les collectivités

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Support entretien professionnel

Support entretien professionnel Guide d utilisation du Support entretien professionnel de deuxième partie de carrière L entretien professionnel de deuxième partie de carrière doit être un moment privilégié, tous les cinq ans, pour examiner

Plus en détail

L accompagnement des gens du voyage

L accompagnement des gens du voyage L accompagnement des gens du voyage La deuxième phase de révision du Schéma départemental d accueil des gens du voyage a né- collégialement des enjeux et des orientations d actions à inscrire au Schéma

Plus en détail

La Formation des Personnels à l UM3

La Formation des Personnels à l UM3 La Formation des Personnels à l UM3 Le Plan de formation Le Plan de formation reprend les priorités retenues par l université pour une année. Il tient compte des besoins spécifiques de l établissement,

Plus en détail

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE est s- O u BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE Sèvres s est ues -Ou -O aris vres vres 1 parvis Charles de Gaulle 92310 Sèvres France email : sis@sis-sevres.net Tel. : +33 [0]1 72 77 70 40 Les

Plus en détail

CONTENT PAPER OF THE MODULE. Management du Système d Information et management des risques

CONTENT PAPER OF THE MODULE. Management du Système d Information et management des risques Erasmus Multilateral Projects Virtual campuses Reference Number of the Project: 134350- LLP-1-2007-1-HU-ERASMUS-EVC Title of the Project: Virtual campus for SMEs in a multicultural milieu ( SMEdigcamp

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013

Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013 Table ronde n 1 Ateliers de Giens 2013 Comment promouvoir la place des paramédicaux dans la recherche clinique: type d activités, place et statuts, reconnaissance, formations La recherche clinique fait

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie

Formation organisée avec le soutien de la Région Haute-Normandie ================================== Espace Régional de Formation des Professions de Santé 14, rue du Professeur Stewart 76042 ROUEN Cedex 1 02.32.88.85.45/46 Fax : 02.32.88.83.72 Secretariat.IFCS@chu-rouen.fr

Plus en détail

Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union.

Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union. Co-funded by the Prevention of and Fight against Crime Program of the European Union. Projet ISEC «approche administrative du crime organisé» ; soutien des autorités locales dans la lutte contre les répercussions

Plus en détail

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité :

Planification FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES. Activité : Planification Activité : FICHE DE CONTRÔLE DES DIRECTRICES ET DIRECTEURS D ÉCOLES Les directrices et directeurs d école peuvent se servir de la présente liste de contrôle pour vérifier si les ressources

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré

Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Mention MEEF Enseignement dans le 1er degré Offre de formation 201-2014 La Mention MEEF Enseignement dans le 1 er degré comprend parcours : Enseignement polyvalent Enseignement bilingue français-allemand

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement

Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies. Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Assistant-e de Direction Mons-Montignies Profil d enseignement Contenu 1. Introduction L enseignement à la HELHa... 3 2. Finalités de la formation de bachelier en Assistant-e

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Langues, Affaires, Interculturalité Se former à la culture de l autre et aux affaires internationales La mondialisation des relations et des marchés, la valorisation

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail