Dossier d'éveil scientifique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier d'éveil scientifique"

Transcription

1 Dossier d'éveil scientifique ocâ/j/ FORÊT MER ~~~~ MARE Energi~ ~SOI"''' PHYTOPLANCTON +

2 ÉCOSYS-ENS- 2 Structure du dossier enseignant Les outils de base pour comprendre de quoi on parle 3-4 Les écosystèmes en milieux aquatiques 5 Les océans et les mers 5-9 Les eaux douces 10 Fleuves et rivières 11 Mares et étangs 12 Forêts D'autres écosystèmes et chaines alimentaires locales viendront s'ajouter au dossier. Un cahier d'activités pour les élèves accompagnera le dossier.

3 ÉCOSYS-ENS- 3 Les outils de base pour comprendre de quoi on parle A. La notion d'écosystème Du grec: oikos = maison, habitat + suste(è)ma = assemblage, ensemble. C'est l'ensemble des interactions dans un milieu constitué: - des divers organismes vivants: animaux, végétaux, bactéries, champignons... - des conditions climatiques: soleil, humidité, gel... - de la constitution du milieu physique: terre, roche. En fait, un écosystème peut être étudié au niveau d'un mètre carré de jardin ou au niveau d'un océan. B. La notion de communauté ou de biocénose Du grec: bios = vie + koinos = commun Toutes les populations d'êtres vivants occupant un milieu donné forment une communauté. À l'intérieur de celle-ci, on distingue généralement deux types de relations: - les relations biotiques qui s'établissent entre les individus de même espèce ou d'espèces différentes: les moutons se déplacent en groupes, l'oiseau mange le ver de terre. - les facteurs abiotiques tels que le climat, la qualité chimique des eaux...qui créent des conditions de vie auxquelles les communautés doivent s'adapter. Maintenir un écosystème en équilibre demande des ajustements incessants de ces relations. C. La notion de biotope Du grec: bios = vie + topos = lieu, endroit C'est le milieu dans lequel évoluent les êtres vivants. D. La notion de biomasse Du grec: bios = vie + maza = bloc C'est la masse totale des êtres vivants d'un milieu donné. Elle est mesurée par unité de surface pour le milieu terrestre et par unité de volume pour le milieu aquatique. ~... Les spécialistes estiment que les animaux (le petit carré noir) occupent seulement 1% du milieu terrestre. Les spécialistes estiment que les poissons, les crustacés et les mammifères marins occupent seulement 5% du milieu océanique.

4 ÉCOSYS-ENS- 4 E. La notion d'habitat écologique Du grec: oikos = maison, habitat + logos = discours L'ensemble des interactions entre un animal et son milieu définit un habitat écologique. Ainsi le ver de terre vit dans le sous-sol des jardins, des forêts, des champs... Le lapin dans son terrier...l'interdépendance apparait clairement et fait prendre conscience de la fragilité du fonctionnement d'un écosystème. F. La notion de chaine trophique ou alimentaire Du grec: trophè = nourriture Dans un écosystème, une des relations les plus importantes qui conditionne la survie est évidemment le besoin de se nourrir. Des organismes se nourrissant les uns des autres forment une chaine dans laquelle chacun se nourrit de celui qui le précède dans la chaine. Dans ce dossier, nous donnons quelques exemples simples de chaines dans les milieux des parcs et des jardins. Les éléments d'une chaine alimentaire LES PRODUCTEURS Ce sont eux qui produisent de la matière organique à partir d'une matière minérale et d'une source d'énergie. Ils constituent le premier maillon de la chaine car, sans eux, il n'y aurait pas de nourriture disponible pour les êtres vivants. Exemples: végétaux chlorophylliens, eaux, sels minéraux... On les distingue par leur régime alimentaire: Les phytophages Les zoophages Les omnivores Du grec: Du grec: Du latin: phuton = plante + zoo = animal + omnis = tout + phagein = manger phagein = manger vorare = manger On les classe par niveau: LES CONSOMMATEURS Les végétariens qui absorbent les éléments nu- NIVEAU 1 tritifs fabriqués par les plantes. Exemples: vache, escargot... REMARQUE: On se base sur le régime alimentaire dominant car la plupart des animaux sont NIVEAU 2 en partie omnivores NIVEAU 3 (par nécessité ou...). Les carnivores (du latin carnis= chair + vorare = manger) qui mangent d'autres animaux. Exemples: brochet, chat... Les superprédateurs du sommet de la pyramide qui ne craignent aucun autre prédateur. Ils peuvent être omnivores. Exemples: renard, buse... LES DÉCOMPOSEURS Ce sont les organismes qui se nourrissent des matières mortes, animales et végétales, et les convertissent en matière minérale. Ils sont détritivores (Du latin: detritus= ordure + vorare= manger). Exemples: champignons, bactéries...

5 ÉCOSYS-ENS- 5 1.LES ÉCOSYSTÈMES EN MILIEUX AQUATIQUES Deux types d'environnements aquatiques contiennent des êtres vivants: I.A. Les eaux salées comme les océans et les mers Les plus grandes régions de vie aquatique sont les océans qui couvrent ± 71% de la surface de notre planète. C'est un réservoir capital de nourriture. Quelque espèces de plantes et d'animaux vivent dans les océans et les mers. Si les zones côtières ne représentent que 10% de l'environnement maritime, elles contiennent pourtant 90% de toutes les espèces. Dans les régions côtières, on rencontre aussi des zones humides, des zones de terre inondées gorgées d'eau salée comme les lagons, les marais... I.B. Les eaux douces D a. Les eaux courantes comme les fleuves, les rivières et les ruisseaux. D b. Les eaux dormantes comme les étangs et les mares. I.A. Les océans et les mers Si on sait qu'il y a des fonds marins à plus de 6000mètres, on sait aussi que pratiquement toute l'activité pour les circuits alimentaires se passe entre le niveau de la mer et la profondeur de 200 m. Voyons comment les scientifiques découpent les fonds marins I.A.1. Les zones de vie ZONE ÉPIPÉLAGIQUE Du grec: Les premiers mètres (± 10)sont appelés la zone euphotique. De 0 m à -100 m épi = au-dessus + (Du grec: eu = bien + photon = lumière). pelagos = de la mer. Zone privilègiée du phytoplanction*. ZONE MÉSOPÉLAGIQUE De -100 m à m Du grec: méso = moyen + C'est la zone du planction* et de la plupelagos = de la mer. part des animaux du necton*. ZONE INFRAPÉLAGIQUE Du latin: infra = sous C'est une zone très riche en espèces fort + du grec: pelagos = De -200 m à m de la mer. diverses. ZONE BATHYPÉLAGIQUE Du grec: On y trouve des espèces très spécifiques De -500 m à m bathus = profond + et des animaux de grandes tailles. pelagos = de la mer.. ZONE ABYSSOPÉLAGIQUE De m à m Du latin: abyssos = C'est la zone, encore peu connue, des esinsondable + du grec: pèces carnivores possédant des formes pelagos = de la mer. d'adaptation très efficaces.

6 ÉCOSYS-ENS- 6 1.A.1. LES ZONES DE VIE SCHÉMA Pour une question de clarté du schéma, une double échelle a été utilisée. Échelle A: 1cm = 50 m. Échelle B: 1cm = 1000m. NIVEAU DE LA MER ZONE GIQUE Z0Ii.E AfÉSOPÉLAG/QUE ê~~ ZONE INFRAPÉLAG/QUE Échelle B. ~~~

7 ÉCOSYS-ENS- 7 I.A.2. Les habitants des océans Un monde extraordinaire où toutes les formes possibles et imaginables coexistent de l'infiniment petit aux véritables géants... Ces êtres fantastiques sont divisés en deux catégories. LE PHYTOPLANCTON Du grec: phuton = plante Formé d'algues microscopiques et de bactéries. Leur taille varie de 0,001 mm à quelques mm. LE PLANCTON -.'llul l' "'. "or, ",--. ~~....,:'. ' ~~~-<:- Du grec: plangkton = qui erre au hasard. Appelé come cela parce que les organismes qui le composent ne sont pas capables de se déplacer par la nage. Remarque: La baleine à fanons se nourrit essentiellement de «krill» (terme norvégien) composé de petits crustacés transparents vivant dans les mers froides. LE ZOOPLANCTON Du grec: zoo = animal Formé d'animaux microscopique comme les larves, les méduses... Leur taille varie de quelques mm à plusieurs cm. LE PLANCTON existe aussi dans les eaux douces avec une constitution différente. LE NECTON Du grec: nektos = qui nage Formé de tous les animaux marins capables de se déplacer de façon autonome: les crustacés (crabe...), les mollusques ( poulpe...), les poissons, les reptiles ( tortue marine...), les mammifères marins ( baleine...).

8 ÉCOSYS-ENS- 8 I.A.3. LA CHAINE ALIMENTAIRE Les bulles ne contiennent que quelques exemples pris parmi les plus significatifs. ~SOIBire Énergie +- Azote, phosphore, C02 ensuspension dans l'eau ZOOPLANCTON CREVETTES MÉDUSES POISSONS CRABES ÉTOILES DE MER MOUETTES GOÉLANDS PHOQUES THONS REQUINS LOUTRES de me

9 ÉCOSYS-ENS- 9 I.A.4. Les ressources de plancton sont-elles constantes? Le graphique ci-dessous montre l'évolution de la disponibilité des deux types de plancton au cours de l'année. Il faut noter que la quantité de zooplancton est souvent supérieure à celle du phytoplancton ce qui explique la nécessité pour le zooplancton de chercher, à certains moments, d'autres types de nourriture comme des bactéries ou encore des déchets organiques résultant de la décomposition d'animaux, voire même la solution radicale de la zoophagie. I.A.5. La règle des 10% = mange Les spécialistes estiment que le passage d'un maillon de la chaine alimentaire au suivant demande 10 fois plus de nourriture à consommer. Le schéma ci-dessous montre le contenu des maillons. " !JO CIO 500 -" DO [kg de pohi.son.s mang~mrs,de plànctoflll,qu',onl au be,soin de: 100 kg de zoo plial'licttlln quionlëu ba&o!i iii da,:

10 ÉCOSYS-ENS Les eaux douces: les fleuves et les rivières 1.B. a. Les eaux courantes Le biotope des eaux courantes est constitué par les fleuves, les rivières, les ruisseaux. 1/est caractérisé par: D Un habitat On y trouve différents types de plantes depuis la berge jusqu'au milieu du cours d'eau. D Des populations végétales - Des plantes entièrement sous l'eau comme les algues. - Des plantes les pieds dans l'eau comme le jonc ou l'iris. - Des plantes terrestres qui poussent sur les berges comme l'ortie, l'aulne ou encore le saule. D Des populations animales - Des poissons comme la truite, le brochet, le goujon... - Des crustacés comme l'écrevisse. - Des amphibiens comme la grenouille, le crapaud, le triton... - Des mammifères comme le castor, la loutre... - Des insectes comme l'éphémère, la libellule, le moustique... - Des oiseaux comme le héron, le martin-pêcheur. 1/est influencé par: - Le climat - La géologie - L'ensoleillement - Les activités humaines 1/comporte quatre grands groupes d'acteurs - Les producteurs Le plancton et les plantes aquatiques qui produisent leurs besoins au départ de l'énergie solaire et des sels minéraux. -1 Les consommateurs Du niveau 1: les crustacés, les insectes... Du niveau 2: Les truites, les goujons, les grenouilles... - Les prédateurs Les canards, les loutres, les hérons, les canards Les décomposeurs Les bactéries qui se nourrissent des restes de la décomposition des animaux morts et produisent ainsi des sels minéraux qui servent à nouveau aux producteurs.

11 ÉCOSYS-ENS- 11 I.B.a.1. Schéma de l'écosystème de la rivière Décomposeurs Champignons, bactéries... Canards, loutres, hérons, brochets... Consommateurs Niv.2 Truites, goujons, grenouiiies... Consommateurs Niv.1 Crustacés, insectes: libellules, éphémères... Producteurs Niv.2 Plantes aquatiques, algues, plancton Producteurs Niv.1 TERRE Substances minérales

12 ÉCOSYS-ENS- 12 I.B.b. Les eaux dormantes Le biotope des eaux dormantes est constitué par les étangs, les marais, les mares. On peut pratiquement reprendre les caractéristiques des eaux courantes en tenant compte toutefois du caractère nettement plus réduit des espaces occupés, tout au moins pour les étangs et les mares. Nous avons pris la mare comme exemple des eaux dormantes parce qu'il en existe beaucoup, parfois même dans les écoles, et qu'elles permettent quantité d'activités fort appréciées des élèves dès la maternelle. I.B.b.1. Schéma de l'écosystème de la mare CANARD A.l. L'ANIMAL I7b CRAPAUD A.2. L'ANIMAL 15b

13 ÉCOSYS-ENS- 13 II. L'ÉCOSYSTÈME DE LA FORÊT La forêt est un ensemble dense d'arbres et de sous-bois couvrant une vaste étendue. Dans sa chaine alimentaire, on peut répartir les êtres vivants en trois catégories selon leur fonction dans la nature. En forêt, les chaines alimentaires sont complexes car elles font intervenir un grand nombre d'acteurs qui se contrôlent mutuellement. En fait, le modèle simplifié de la chaine alimentaire correspond assez mal à la réalité où les relations entre les êtres vivants sont multifactorielles. On parlera plutôt de réseaux trophiques. LES CONSOMMATEURS Les carnivores et les herbivores. ~, LES PRODUCTEURS Les végétaux, les sels minéraux... Tous les organismes qui transfor- LES DÉCOMPOSEURS ment les corps en décomposition pour fabriquer la matière organique. La mort des producteurs et des consommateurs entraine le retour au sol d'une grande quantité de matière constituant la litière qui sera décomposée en humus par les décomposeurs dont le lombric est un bon exemple. Le déséquilibre provoqué par l'homme...danger! En réduisant les forêts, l'homme a privé certains animaux de leurs ressources premières...lls sont alors réduits à disparaitre, à s'adapter ou à émigrer dans des milieux plus accueillants...ce qui risque de déséquilibrer ce nouveau milieu!

14 ÉCOSYS-ENS- 14 Il.1. Schéma de l'écosystème de la forêt VÉGÉTAUX CHAMPIGNONS

15 LA RELATION "SE NOURRIT DE..." ÉCOSYS-ENS- 15

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME L'écologie (1) est la science qui étudie les interactions au sein des écosystèmes (2). Dans un écosystème, les relations trophiques (3) décrivent

Plus en détail

FICHE D ACTIVITE. Thème. Les chaînes et les réseaux alimentaires. Niveau. Objectifs. Matériel. Déroulement. Prolongements

FICHE D ACTIVITE. Thème. Les chaînes et les réseaux alimentaires. Niveau. Objectifs. Matériel. Déroulement. Prolongements FICHE D ACTIVITE Thème Les chaînes et les réseaux alimentaires Niveau Cycle II ( CP, CE1) et Cycle III Objectifs Matériel Déroulement Prolongements Reconstituer des chaînes alimentaires. Etablir des relations

Plus en détail

Les régimes alimentaires des animaux.

Les régimes alimentaires des animaux. Les régimes alimentaires des animaux. Les animaux appartenant à une même espèce consomment un ensemble d aliments qui constitue leur régime alimentaire. Selon les espèces, les régimes sont très variables.

Plus en détail

Les fonctions de nutrition

Les fonctions de nutrition Les fonctions de nutrition Auteur : Yves Kuster Formateur SVT ESPE de Bretagne Objectifs Ce cours en ligne vous apportera une information de base, richement illustrée, concernant les fonctions de nutrition.

Plus en détail

Le monde des animaux DES LIEUX DE VIE VARIÉS

Le monde des animaux DES LIEUX DE VIE VARIÉS séance Séquence 5 1 DES LIEUX DE VIE VARIÉS En t aidant des mots de la liste suivante, indique où tu peux rencontrer chaque animal du tableau (plusieurs réponses sont possibles). le chemin - le pré - le

Plus en détail

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation :

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation : L ECOLOGIE AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE Champ du programme : appréhender son espace de vie Domaine : design graphique Axe d étude : L écologie Classe : 2nde bac pro Compétences évaluées dans l investigation

Plus en détail

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers

Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers Problèmes d actualité Citoyenneté et responsabilité Métiers L Homme a besoin de matière et d énergie. La croissance démographique place l humanité face à un enjeu majeur : trouver et exploiter des ressources

Plus en détail

LES CELLULES. Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt.

LES CELLULES. Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt. I) L organisation du vivant : Un être vivant (végétal ou animal) naît, respire, rejette des déchets, se nourrit, grandit, se reproduit et meurt. Exemple : Une cellule, une bactérie, une algue, un champignon,

Plus en détail

Le réseau hydrographique

Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique de la MRC représente un milieu aquatique d environ 600 kilomètres de cours d eau et du double de rives. Le fleuve Saint-Laurent représente le grand collecteur

Plus en détail

Démarche d investigation

Démarche d investigation SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE Séance N 1/5 Durée : 1h 30 minutes Cycle II - Niveau CP CE1 Découvrir le monde du vivant Les animaux de la litière Progressivité apprentissages au cours cycles CYCLE

Plus en détail

Les animaux vertébrés

Les animaux vertébrés Les animaux vertébrés Marie-Ève Brunet et Stéphanie Thibert Quitter Page suivante Invertébrés et vertébrés Les invertébrés sont des animaux qui n ont pas de colonne vertébrale. Les mollusques et les méduses

Plus en détail

Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos

Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos Proposition Aqua Monde découverte régionale + Sélection de photos Dour - Plonger en Belgique à la découverte du lagon bleu A la découverte de Dour, une ancienne carrière d extraction de chaux située dans

Plus en détail

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133

CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 CORRECTION Ch9. PRODUCTION INDUSTRIELLE DE L ENERGIE ELECTRIQUE I. Comment fonctionnent les centrales hydrauliques? p : 133 1.Centrale hydraulique. Compléter le schéma. Voir livre p : 133 2. Quelle forme

Plus en détail

Prix epe metronews 2016

Prix epe metronews 2016 Prix epe metronews 2016 GREGORI Anthony Ecole d Ingénieurs Léonard De Vinci REDUIRE RECYCLER REUTILISER RECREER Peut on dormir sur des mégots? Table des matières Introduction... 4 Le Mégot... 5 Compositions...

Plus en détail

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED

I/ Un semi-conducteur «lumineux» : la LED 1/7 Thème : Matériaux Domaine : Propriétés électriques des matériaux CHAP 10-ACT DOC/EXP semi-conducteurs-diodes-cellules photovoltaïques : comment expliquer leur fonctionnement? Mots clés : Semi-conducteurs-cellules

Plus en détail

Fiche conseil n 1. Les techniques du compostage

Fiche conseil n 1. Les techniques du compostage Fiche conseil n 1 Compostez comme bon vous semble... A chaque maison et son jardin attenant correspond une façon plus ou moins appropriée de composter. Et même sans jardin, il y a possibilité de composter

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Origine des eaux souterraines

Origine des eaux souterraines Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans

Plus en détail

A toi de jouer. En t aidant des panneaux de l exposition «Les Insectes Jardiniers», réponds aux questions sur ce petit peuple de l herbe.

A toi de jouer. En t aidant des panneaux de l exposition «Les Insectes Jardiniers», réponds aux questions sur ce petit peuple de l herbe. Suis le guide Coccie! Bienvenue dans le jardin de Coccie, notre apprentie jardinière. Elle se balade souvent dans le jardin pour y rencontrer les autres insectes qui y vivent. Elle sera ton guide pour

Plus en détail

LE LAC BROME ET LES ALGUES BLEU-VERT

LE LAC BROME ET LES ALGUES BLEU-VERT LE LAC BROME ET LES ALGUES BLEU-VERT Par Peter F. Wade Série d articles parus dans le Brome County News Été 2010 TABLE DES MATIÈRES Vue d ensemble 1. Une mesure de la clarté de l eau le disque Secchi 2.

Plus en détail

La chaîne alimentaire

La chaîne alimentaire La chaîne alimentaire - La chaîne alimentaire Elle est caractérisée par une suite de relations alimentaires existant entre les êtres vivants : chaque être vivant mange celui qui le précède. Il existe autant

Plus en détail

LA CHAÎNE TROPHIQUE. Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton. USCMB et ASER Subaquatique - Formation

LA CHAÎNE TROPHIQUE. Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton. USCMB et ASER Subaquatique - Formation 1 LA CHAÎNE TROPHIQUE Formation Biologie sous-marine 2011 Annick Lebreton SOMMAIRE Réseau trophique et chaîne alimentaire Fonctionnement d un écosystème Les différentes catégories d organismes Compléments

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2010-2011 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 1- Le Marché 27/09/2014 Année scolaire 2014-2015 Mr Larbi TAMNINE Important: Pour les remarques

Plus en détail

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz

Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT. Chaudières Effigaz Prestigaz Effigaz CHAUDIÈRE BASSE TEMPÉRATURE DE 80 À 600KW HAUT RENDEMENT Chaudières Effigaz Prestigaz LES AVANTAGES LES TRÈS FAIBLES CONSOMMATIONS À CHARGE NULLE La perte de charge dans le serpentin sur le gaz

Plus en détail

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : rappels sur la démographie Démographie : étude des populations et de leurs dynamiques (à partir de caractéristiques

Plus en détail

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire

Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire Direction départementale des territoires de Saôneet-Loire Livre blanc de l'étalement urbain en Saône-et-Loire «Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique

Plus en détail

Une mission humanitaire à Madagascar

Une mission humanitaire à Madagascar Une mission humanitaire à Madagascar Interview d un jeune étudiant parti en mission à Madagascar A l occasion de la course contre la faim, nous avons correspondu avec un jeune homme de 23 ans qui a accepté

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Septembre Chapitre 1: Où vivent les? Nommer quelques fleurs et du jardin. Nommer quelques fleurs de la prairie. Identifier l aspect sauvage du milieu. Relever la différence

Plus en détail

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants.

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Chapitre 2 : Respiration et répartition des êtres vivants. Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Qu'est ce

Plus en détail

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux

COMMUNE DE LAUTREC. Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux ANNEXES COMMUNE DE LAUTREC Elaboration d'une ZPPAUP Document annexe : Les grands enjeux Paysagiste d.p.l.g - 39 Rue de la Négrouillère - 81000 ALBI Tél : 05 63 47 60 06 Fax : 05 63 47 60 19 Email : labarthepaysagiste@wanadoo.fr

Plus en détail

Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly

Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly Ville de Chambly Complément à la demande de cas par cas juin 2015 Complément à l étude de cas par cas déposé le 27 mai 2015 dans le cadre d un projet de création d un stade de football à Chambly Introduction

Plus en détail

Programme de sensibilisation auprès des collèges du bassin versant du Lez : L eau en climat méditerranéen entre rareté et abondance

Programme de sensibilisation auprès des collèges du bassin versant du Lez : L eau en climat méditerranéen entre rareté et abondance Programme de sensibilisation auprès des collèges du bassin versant du Lez : L eau en climat méditerranéen entre rareté et abondance Le contexte Situés au cœur de la région méditerranéenne, Montpellier

Plus en détail

un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille.

un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille. un pot de Pélargonium à feuilles panachées est mis au soleil direct pendant 4 heures. Au bout de 4heures, on cueille la feuille. On la met dans l'alcool bouillant. Elle en ressort décolorée après 3 minutes.

Plus en détail

hydrosourcedavenir.com

hydrosourcedavenir.com hydrosourcedavenir.com L HYDROÉLECTRICITÉ AU QUÉBEC MY THES ET S 2011G1230F L HYDROÉLECTRICITÉ QUÉBÉCOISE, SOURCE D AVENIR L hydroélectricité est une importante source de gaz à effet de serre. Les émissions

Plus en détail

La baleine saute et plonge pour se débarrasser de ses parasites.

La baleine saute et plonge pour se débarrasser de ses parasites. Sommaire Page 2 : Où vit la baleine à bosse? Page 3: Que mange la baleine? Page 4: Comment communique-t-elle? Page 5: Les parades amoureuses. Page 6: Le baleineau. Page 7: Fiche d identité de la baleine

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Une vision Compétitivité mondiale

Une vision Compétitivité mondiale www.fpinnovations.ca Une vision Compétitivité mondiale Une nouvelle force pour un marché en évolution www.fpinnovations.ca Facteurs qui influencent les méthodes d évaluation de la teneur en humidité Dany

Plus en détail

La décomposition des arbres

La décomposition des arbres La décomposition des arbres Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences, français Objectifs de l ERE : la prise de conscience, les connaissances, l état d esprit. Objectifs : Étudier comment

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Parcourez la forêt à travers vos sens Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 1 1 Cycle 1 Maternelle Petite section Moyenne section Grande section

Plus en détail

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES

PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : LES OBJETS DU SYSTÈME SOLAIRE ET LEURS CARACTÉRISTIQUES PARTIE 2 : LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT L'environnement de la planète Terre correspond à tous les éléments du Système Solaire dont elle fait partie. L'environnement de la Terre a pu être découvert

Plus en détail

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres L ARBRE EST UN ÊTRE VIVANT Arbres fiche n 03 Il respire, il transpire, il photosynthétise, il fait des réserves, il produit des défenses physiques et chimiques (antibiotiques) s il est agressé. Il grandit,

Plus en détail

Caractéristiques de la lumière

Caractéristiques de la lumière Caractéristiques de la lumière Une source lumineuse, qu'il s'agisse d'un HQI, d'une LED, d'un tube T5 ou T8, d'une ampoule halogène ou du soleil, se caractérise par sa couleur et son intensité. 1. La couleur

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés.

fourniront ensuite les produits alimentaires de Terranova aux magasins et supermarchés. Cas pratique de synthèse 1 Organisation d une entreprise et placement des produits Ce cas pratique de synthèse vous propose différentes activités touchant à l organisation d une entreprise et à la commercialisation

Plus en détail

2013-2014. Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2.

2013-2014. Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2. Une association de Haute Côte d'or pour connaître son environnement, pour apprendre et devenir acteur de demain. 2013-2014 Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2. Association Empreintes

Plus en détail

J explore LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

J explore LE DÉVELOPPEMENT DURABLE J explore LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cette année, le projet «LES EXPLORATEURS» nous fera découvrir le DÉVELOPPEMENT DURABLE (D.D.) Pourquoi parler de D.D.? Parce que ça touche TOUT LE MONDE; Parce que ça

Plus en détail

Un être vivant qui effectue des échanges gazeux avec le milieu aquatique prélève le dioxygène dissous dans l eau. La tortue plonge en apnée

Un être vivant qui effectue des échanges gazeux avec le milieu aquatique prélève le dioxygène dissous dans l eau. La tortue plonge en apnée Activités J ai découvert 1 et 2 La respiration : des échanges gazeux avec le milieu Au cours de la respiration, les animaux comme les végétaux prélèvent dans leur milieu de vie le dioxygène dont ils ont

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

CHIEN Animaux DOMESTIQUES chat - chien - cheval - hamster - lapin - poisson

CHIEN Animaux DOMESTIQUES chat - chien - cheval - hamster - lapin - poisson CHAT Animaux DOMESTIQUES chat - chien - cheval - hamster - lapin - poisson CHIEN Animaux DOMESTIQUES chat - chien - cheval - hamster - lapin - poisson CHEVAL Animaux DOMESTIQUES chat - chien - cheval -

Plus en détail

L entreprise et la production

L entreprise et la production Université Paris Est Créteil IUT DE CRETEIL VITRY Département de GEii 2 ème année du DUT de Génie Électrique et Informatique Industrielle Réalités humaines, économiques et sociales de l'entreprise 2 è

Plus en détail

Bassin versant de la rivière Ferrée

Bassin versant de la rivière Ferrée Carte d identité n 19 OBV de la Côte-du-Sud L'Île-d'Orléans Montmagny Québec L'Islet Cette carte d identité dresse le portrait du bassin versant de la rivière Ferrée, inclus dans le territoire de l OBV

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

Augmentation de la surface racinaire

Augmentation de la surface racinaire Introduction (10pts) Un être vivant, quel qu il soit, a besoin d énergie pour assurer son fonctionnement et son développement. Les végétaux terrestres utilisent la matière minérale dans leur environnement

Plus en détail

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide!

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide permet de réduire de 35 % la fréquence de tonte Un gazon toujours

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Les fibres. Les vaisseaux. Les parenchymes ligneux. Les trachéides. Fil du bois

Les fibres. Les vaisseaux. Les parenchymes ligneux. Les trachéides. Fil du bois Le bois est la matière ligneuse et compacte qui compose les branches, le tronc et les racines des arbres et des arbrisseaux. C'est un ensemble de tissus composés de fibres, de vaisseaux, de parenchymes

Plus en détail

Niveau : cycle 3 et début collège. Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux objectifs et contenus d apprentissage)

Niveau : cycle 3 et début collège. Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux objectifs et contenus d apprentissage) MOBICLIC N 125 Fiche pédagogique enseignant Notion disciplinaire principale visée : Les réseaux alimentaires Niveau : cycle 3 et début collège Descriptif rapide de la séquence d apprentissage (principaux

Plus en détail

Exposé : LES BALEINES. Noé et Emile Le 13 mai 2011

Exposé : LES BALEINES. Noé et Emile Le 13 mai 2011 Exposé : LES BALEINES Noé et Emile Le 13 mai 2011 1- La baleine est un mammifère marin de grande taille classé dans l ordre des cétacés. Il existe 2 grandes espèces de baleines : les baleines à dents et

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES

CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES ROYAUME DU MAROC HAUT COMMISSARIAT AU PLAN RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DE 2004 CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES REGION DE GHARB-CHRARDA-BENI HSSEN SERIE REGIONALE

Plus en détail

Naturellement. NovoCondens SOB. Chaudière fioul à condensation

Naturellement. NovoCondens SOB. Chaudière fioul à condensation Naturellement NovoCondens SOB Chaudière fioul à condensation NovoCondens SOB des avantages pour la vie quotidienne 2 Le fait de disposer de la chaleur douce et de l'eau chaude dans sa maison est tout à

Plus en détail

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU

MIGRATION DE VAPEUR D'EAU MIGRATION DE VAPEUR D'EAU Maison individuelle (toutes époques de construction) OBJET L air ambiant contient naturellement de l eau sous forme de vapeur. Sa quantité varie en fonction de la température

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION Que faisions-nous avant d avoir des pesticides chimiques? Nous morcelions un espace dans un écosystème naturel,

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE

CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION SPECIALE D ENTRAINEMENT N 1 ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE SÉRIE L Durée de l'épreuve : 1h30 - Usage de la calculatrice autorisé CORRIGE DE LA PARTIE PHYSIQUE PARTIE 1 : REPRÉSENTATION

Plus en détail

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique

L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique L'entropie est une mesure de la diffusion et le partage de l'énergie thermique!!! L'entropie n'est pas la désorganisation!!! BCM 1502 Entropie Page 1/6 De http://www.chem1.com/acad/webtut/thermo/entropy.html

Plus en détail

SCIENCES ADIEU LA FORÊT?

SCIENCES ADIEU LA FORÊT? Outil d évaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire SCIENCES ADIEU LA FORÊT? DOSSIER DE L ÉLÈVE PARTIE 1 Nom et prénom : Classe : TÂCHE Des cultivateurs ont

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

ECOLE DES SCIENCES EXPERIMENTALES

ECOLE DES SCIENCES EXPERIMENTALES ECOLE DES SCIENCES EXPERIMENTALES Hervé This dans sa «cuisine» Introduction Une école des sciences expérimentales pour quoi faire? A vrai dire, au moins sur le papier les enfants et les adolescents font

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO

QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO QUELQUES NOTIONS DE BASE POUR UTILISER SON APPAREIL PHOTO Questions communes, quelque soit l'appareil photo utilisé 1 2 La photographie, en numérique, s'est construite sur les apports techniques de la

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Le physique, le prânique et le mental chez l être humain

Le physique, le prânique et le mental chez l être humain 1 Conférences par Shri Shyam Sundar Goswami (I.7) Le physique, le prânique et le mental chez l être humain Notre existence peut être divisée en deux parties: une partie dynamique et une partie statique.

Plus en détail

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL

LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL Fiche n 4 LES PROGRAMMES DE PHYSIQUE-CHIMIE AU LYCEE D ENSEIGNEMENT GENERAL La réforme du lycée est entrée en vigueur à la rentrée 2010 avec la nouvelle classe de Seconde. Des ressources pour faire la

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement»

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» GROUPE DE TRAVAIL Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» CONTACT Nom, Prénom : Maxime CLAVAL Coordonnées : maxime@qivivo.com 06 24 07 18 02 0 805

Plus en détail

ADIL INFOS n 2011-01

ADIL INFOS n 2011-01 Vannes, le 31 décembre 2010 ADIL INFOS n 2011-01 Loi de finances pour 2011 (loi de finances du 29.12.10 : JO du 30.12.10) Entrée en vigueur du PTZ + à compter du 1er janvier 2011 (art. 90 : CCH art. L.30-10-1

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

Guide Michelin: Impact des rétrogradations et des promotions. sur les résultats des restaurants étoilés. Olivier GERGAUD. KEDGE Business School

Guide Michelin: Impact des rétrogradations et des promotions. sur les résultats des restaurants étoilés. Olivier GERGAUD. KEDGE Business School Guide Michelin: Impact des rétrogradations et des promotions sur les résultats des restaurants étoilés Olivier GERGAUD KEDGE Business School olivier.gergaud@kedgebs.com Caractéristiques principales de

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE Agence locale de l energie et du climat 6 r u e H a r o u n T a z i e f f 78114 Magny les Hameaux Tél. 01 34 52 26 34 pedagogie@energie-sqy.com www.energie-sqy.com EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

La paroi des procaryotes

La paroi des procaryotes Les procaryotes Les procaryotes appartiennent à deux domaines, les bactéries et les Archéobactéries, qui présentent de nombreuses caractéristiques structurales, physiologiques et biochimiques distinctes.

Plus en détail

Thème 1 Respiration et occupation des milieux de vie Chapitre 2 : Respirer dans différents milieux de vie

Thème 1 Respiration et occupation des milieux de vie Chapitre 2 : Respirer dans différents milieux de vie Thème 1 Respiration et occupation des milieux de vie Chapitre 2 : Respirer dans différents milieux de vie Rappel : Tous les animaux, quel que soit leur milieu de vie, respirent. I) Milieu de vie et milieu

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

Baccalauréat technologique annale zéro

Baccalauréat technologique annale zéro éduscol Baccalauréat technologique Enseignement de Chimie, Biochimie, Sciences du Vivant Baccalauréat technologique annale zéro Annale zéro : Sciences et technologies de laboratoire Durée de la sous-épreuve

Plus en détail

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire

Cours. Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Cours Outils de recherche d emploi ISP-3029-2 Second cycle du secondaire Situation du cours Outils de recherche d emploi Programme d études Intégration socioprofessionnelle Dimension Choix professionnel

Plus en détail

Initiation à l algorithmique... et à la programmation

Initiation à l algorithmique... et à la programmation IREM Clermont-Ferrand Année 2009-2010 Journée d information Malika More sur les nouveaux programmes de Seconde Initiation à l algorithmique... et à la programmation Contenu de l atelier Des algorithmes

Plus en détail

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 LA MATIÈRE ET L ÉNERGIE /page 5/ Le mouvement Position initiale Position finale Déplacement 280 m 0 m - 280 m 25 m 525 m 500 m 125 m 150 m 25 m 200 m 125 m - 75 m 175 m 75

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ

Les outils de vie scolaire. Mélissa MARTINEZ Mélissa MARTINEZ Samia SENOUCI TIC Master 2 CPE Ali HAMMOUDA 17 décembre 2013 PLAN Introduction 1. Les outils non informatisés : a) Les outils d information b) Les outils de communication 2. Les outils

Plus en détail

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire

Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Pratiques numériques en éducation : L exemple des usages de Twitter en milieu scolaire Cécile Delesalle (Vérès Consultants) et Gérard Marquié (Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire).

Plus en détail

Que mangent les animaux qui vivent dans un étang?

Que mangent les animaux qui vivent dans un étang? QUE SAIS-TU? Les êtres vivants dans leur environnement Que mangent les animaux qui vivent dans un étang? Écris sur ton cahier la liste des animaux, des végétaux (plantes) qui peuvent habiter dans un étang

Plus en détail

Diagnostic et évaluation de la fertilité des sols

Diagnostic et évaluation de la fertilité des sols Diagnostic et évaluation de la fertilité des sols Présentation sur la base des résultats du programme SolAB en maraîchage Jean Michel LHOTE! Station d expérimentation légumière en Poitou-Charentes!! La

Plus en détail

Pour tout renseignement, contactez

Pour tout renseignement, contactez Le SMAGE des Gardons (Syndicat Mixte pour l Aménagement et la Gestion Equilibrée des Gardons) regroupe 120 communes adhérentes et le Conseil général du Gard, unis pour la gestion des Gardons et ses affluents

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT 1) Généralités : La grande quantité d'eau abritée par la Terre lui a valu le surnom de planète bleue. Notre planète vue d un satellite. Nasa. L eau présente sur Terre forme

Plus en détail