L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie"

Transcription

1 Introduction à l écologie des communautés L'écologie! Ecologie : des mots grecs "Oikos", maison / habitat, et "logos", discours / étude! Ecologie : Science qui étudie les organismes (leur distribution et leur abondance), toutes les interactions qu ils ont avec leur milieu ainsi que les conséquences de ces interactions.! Le niveau d organisation et d interaction considéré peut être très variable Les différents niveaux d'organisation Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie! Organe! Individu! Ecophysiologie! Ecologie du comportement Biosphère Ecosystèmes! Population! Espèce! Communauté! Dynamique des populations! Biologie de la conservation! Ecologie des communautés Communautés! Paysage! Biosphère! Ecologie du paysage! Etude de la biodiversité Populations! Etude des changements globaux Figure 1 Individus Chaque niveau d'organisation a des propriétés émergentes Deux approches distinctes Pourquoi étudier l'écologie?! Ecologie fonctionnelle : Le fonctionnement de l organisme ou l écosystème est le sujet de l étude. Par fonctionnement on entendra en particulier les flux de matières et d énergie.! Pour comprendre comment les systèmes naturels fonctionnent! Pour comprendre quel est l'impact des activités humaines sur le fonctionnement des écosystèmes! Pour permettre aux décideurs de mettre en place des pratiques écologiquement correctes (ex: développement durable)! Ecologie évolutive : Les mécanismes de l évolution sont utilisés pour comprendre les différences observées entre espèces. Figure 2

2 Comment étudier l'écologie L écologie des communautés! A l'aide de la méthode scientifique :! Observation et description! Etablissement d'hypothèses pour expliquer les observations! Test des hypothèses! Expérience à petite, moyenne ou large échelle! Expériences naturelles! Modélisation Biosphère Ecosystèmes Communautés Populations Individus Introduction à l'écologie des communautés! I. Introduction! Qu'est ce qu'une communauté?! II. Les interactions dans une communauté! A. Compétition! Niche écologique! Exclusion compétitive! B. Prédation! C. Mutualisme! D. Commensalisme! III. La structure des communautés! A. Mesure de la diversité des communautés! B. Structure trophique! IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté?! A. Espèces dominantes et espèces clef! B. Ascendant ou descendant?! C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés! Conclusion! Applications de l'écologie des communautés I. Qu'est ce qu'une communauté écologique?! Définition : L ensemble de populations animales et végétales qui vivent dans une aire donnée, à un moment donné, et qui interagissent.! Les plantes, les animaux et les microorganismes d'une communauté sont liés par des relations alimentaires (qui consomme qui?) et par d'autres types d'interactions L' Ecologie des communautés II. Les interactions dans une communautés! Ecologie des communautés : études des interactions entre les organismes vivant dans une aire donnée.! En pratique, il est impossible d étudier toutes les espèces d une communauté. On se limite à des ensembles plurispécifiques définis en fonction des problématiques "! Ex : Les poissons d un lac"! Ex : les graminées et les herbivores d'une prairie" Types d'interaction Signes Effets de l'interaction Compétition - / - Les deux espèces souffrent de interaction Prédation + / - Une espèce bénéficie de l'interaction, l'autre en souffre Mutualisme + / + Les deux espèces bénéficient de l'interaction Commensalisme + / 0 Une espèce bénéficie, l'autre n'est pas affectée

3 A) Compétition : - / - 1) La niche écologique! Il y a compétition quand deux espèces ont besoin d'une ressource en quantité limitée, de sorte que la disponibilité de la ressource pour une espèce diminue quand la deuxième espèce est présente.! L'intensité de la compétition augmente quand les deux espèces ont des niches écologiques similaires.! Niche écologique : position occupée par une espèce dans un écosystème! paramètres physico-chimiques de l'environnement (température, humidité, composition chimique du sol, etc..)! paramètres biologiques, comme les espèces avoisinantes. La Niche écologique! L habitat ne suffit pas à déterminer la niche écologique d une espèce! La niche écologique correspond à l adresse et à la profession d une espèce. Son adresse (Son habitat) Sa profession (Ce qu'elle fait) Lieux où elle vit, à quelle profondeur dans l'eau, à quelle hauteur dans les arbres, dans quels arbres, à quel moment de la journée, à quel moment de l'année Que mange-t-elle, par qui est-elle mangée, quelles sont les conditions nécessaires à sa reproduction, avec qui entre-t-elle en compétition, avec quels partenaires fonde-t-elle des associations, quels parasites doit-elle supporter La niche écologique : exemple! La fauvette à poitrine baie :! L intervalle de température toléré! La taille des arbres! Hauteur du nid! Moment de la journée où elle s active! Le type d insecte qu elle mange! Ses parasites! Ses prédateurs Figure 3 2) Le principe de l exclusion compétitive Que se passe-t-il quand deux espèces présentent un recouvrement important de niche? Le principe de l exclusion compétitive! Deux espèces ayant des niches écologiques très similaires ne peuvent cohabiter car l'espèce la plus adaptée à la niche va se multiplier et éliminer l autre de la communauté. Paramecium aurelia se nourrit plus efficacement que paramecium caudatum et l élimine. L'écureuil gris américain a été introduit en Grande Bretagne en 1876 Figure 5 Figure 4 Distribution des deux espèces en 1997 Ecureuil gris Ecureuil roux

4 Niche fondamentale et niche réelle : exemple 3) Niches fondamentales et niches réelles Niche fondamentale! Niche réelle! Niche fondamentale: Ensemble des ressources potentielles qu une espèce peut utiliser dans son milieu lorsque les conditions sont idéales. Niche réelle ou réalisée: Ensemble des ressources réellement utilisées par une espèce en conditions naturelles. Compétition pour les ressources Contrôle par un consommateur (prédateur ou herbivore) Contrôle par un parasite Absence d'une autre espèce (exemple un pollinisateur) Chthamalus et Balanus sont observés dans des zones de profondeurs différentes Quelles sont leurs niches fondamentales? Expériences d'exclusion Figure 6 Témoin Chthamalus retiré Balanus retiré Niche fondamentale et niche réelle : exemple 4) Partage des ressources Les espèces d'une communauté se partagent les ressources de l'environnement : les niches de chaque espèce diffèrent par un facteur ou plus de celles des autres espèces A. distichus Chthamalus a subi une exclusion compétitive par Balanus dans la zone de profondeur plus élevée Figure 7 B) La prédation au sens large (+ / -) La prédation au sens large Prédation : un animal en tue un autre et le mange Parasitisme Herbivorie Parasitoïdes Pathogènes A. christophei Microhabitats de 7 espèces de lézard Anolis dans les îles des Caraïbes Figure 8 Prédation Parasitisme : Le parasitisme est une relation dans laquelle le parasite tire profit de l'hôte, en vivant soit à l'intérieur de l'hôte (endoparasite), soit à l'extérieur de l'hôte (ectoparasite) Herbivorie Parasitoides Pathogènes Moustiques : ectoparasites Ver solitaire : endoparasite

5 La prédation au sens large La prédation au sens large Prédation Parasitisme Herbivorie : un animal consomme une plante Peut ressembler à de la prédation : la plante entière est consommée Ou à du parasitisme : une partie de la plante est consommée Prédation Parasitisme Herbivorie Parasitoides : Organisme qui se développe aux dépens d'un hôte dont il entraîne la mort Pathogènes Parasitoides Pathogènes La prédation au sens large a) Adaptations des prédateurs Prédation Parasitisme Herbivorie Parasitoides : Pathogènes : organismes microscopiques qui provoquent des maladies Guépards Tortue alligator Pathogènes du blé c) Défenses des Animaux b) Défenses des Végétaux Défenses chimiques Défenses chimiques Morphine (Pavot) Nicotine (Tabac) Mescaline (Cactus Peyotl) Défenses mécaniques Défenses mécaniques Épines Crochets Piquants Substance odorante Acide Carapace Piquants Dards

6 C) Mutualisme (+ / +) D) Commensalisme (+ / 0) Mutualisme : Interaction bénéfique au deux partenaires Commensalisme : relation bénéfique pour un partenaire et neutre pour l'autre Mycorhize : champignon + racines Corail : cnidaire + zooxanthelle Fourmis et accacias Introduction à l'écologie des communautés I. Introduction II. Les interactions dans une communauté A. Compétition B. Prédation C. Mutualisme D. Commensalisme A. Mesure de la diversité des communautés Richesse spécifique : nombre d espèces de la communauté Concept simple Mais dépend du nombre de prélèvements effectués Mais représente mal la diversité si les abondances des différentes espèces sont très différentes A. Mesure de la diversité des communautés B. Structure trophique IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté? A. Espèces dominantes et espèces clef B. Ascendant ou descendant? C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés Mesure de la diversité des communautés III. La structure des communautés A. Qu'est ce qu'une communauté? B. Questions en écologie des communautés III. La structure des communautés La richesse spécifique représente mal la diversité si les abondances des différentes espèces sont très différentes Facteurs qui influencent la diversité Facteurs abiotiques Utilisation d'indices qui prennent en compte le nombre d'espèce et leur abondance Indice de Simpson : H = 1 - Σpi2 avec pi la proportion d'individus de l'échantillon qui appartiennent à l'espèce i Figure 9 H= 1 - ( )= 0.75 Facteurs biotiques H= 1 - ( ) = Température Précipitations Lumière Sol, etc.. Relations intraspécifiques Relations interspécifiques

7 B Structure trophique des communautés 1) La chaîne alimentaire! Les producteurs (les végétaux chlorophylliens)! Les consommateurs (les animaux)! les herbivores = consommateurs primaires! les carnivores primaires qui se nourrissent des herbivores = consommateurs secondaires! les carnivores secondaires qui se nourrissent des carnivores primaires = consommateurs tertiaires La chaîne alimentaire! Chaque maillon de la chaîne alimentaire est appelé un niveau trophique! Les producteurs constituent le premier niveau trophique! Les herbivores le second, etc...! Les décomposeurs (animaux détritivores, bactéries et champignons) Figure 10 Figure 11 La chaîne alimentaire Le réseau trophique! A chaque niveau trophique, seule 10 % de l'énergie disponible est transférée! En général, dans une communauté, le nombre et la biomasse des espèces diminuent quand le niveau trophique augmente! Ex : Les carnivores sont moins nombreux que les herbivores! Une communauté comprend rarement plus de 4 à 5 niveaux trophiques! La plupart des espèces appartiennent à plusieurs chaînes alimentaires! L'ensemble de ces chaînes alimentaires forme le réseau trophique! Certaines espèces peuvent se trouver à plusieurs niveaux trophiques Réseau trophique dans un écosystème forestier français Le réseau trophique! La plupart des espèces appartiennent à plusieurs chaînes alimentaires! L'ensemble de ces chaînes alimentaires forme le réseau trophique! Certaines espèces peuvent se trouver à plusieurs niveaux trophiques! Représenter l ensemble d un réseau trophique est souvent impossible. Introduction à l'écologie des communautés! I. Introduction! A. Qu'est ce qu'une communauté?! B. Questions en écologie des communautés! II. Les interactions dans une communauté! A. Compétition! B. Prédation! C. Mutualisme! Commensalisme! III. La structure des communauté! A. Mesure de la diversité des communauté! B. Structure trophique! IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté?! A. Espèces dominantes et espèces clef! B. Ascendant ou descendant?! C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés Réseau trophique simplifié dans l Atlantique-Nord

8 Espèces clés IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté? A Espèces dominantes et espèces clef Espèce dominante : abondance ou biomasse la plus importante dans une communauté Parce qu'elle est la plus compétitive Parce qu'elle évite efficacement la prédation Marécage dominé par Sagittaria lancifolia et Pontederia cordata Les prédateurs réduisent la densité des compétiteurs forts et empêchent ainsi l exclusion compétitive des compétiteurs faibles. Ex. Pisaster ochraceus Pisaster ochraceus Sagittaria lancifolia Pontederia cordata Figure 13 Mytilus californicus. Espèce clé : la pyrale d'argentine Les cactus Opuntia furent introduit en Australie par les premiers colons comme plantes ornementales et comme haies pour contrôler le bétail. En 1925, km2 étaient recouverts d'oponces dans l'est de l'australie En 1925 : introduction de la pyrale d'argentine, Cactoblastis cactorum En 1930 les populations d'oponces avait diminué de 90 % La pyrale d'argentine est une espèce clef dans cette communauté Opuntia sp. Cactoblastis cactorum Opuntia infesté Queensland, Australie, 1928 B Contrôle ascendant ou descendant de la structure de la communauté? 1) Contrôle ascendant Prédateurs! Le nombre d'espèces végétale est limité par les nutriments! Herbivores! La structure de la communauté peut être manipulée en changeant les niveaux trophiques du bas! Végétaux! Nutriments! Queensland, Australie, 1930

9 2) Contrôle descendant! Le nombre d'herbivores est contrôlé par les prédateurs! Si on manipule les niveaux tropiques supérieurs, séries d'effets positifs et négatifs Prédateurs! Herbivores! Végétaux! C Evolution dans le temps des communautés! On a longtemps pensé que les communautés étaient en général à l'équilibre! On considère maintenant que les communautés changent constamment en réponse à des perturbations de petite ou grande échelle! Tempête! Incendie! Inondation! Perturbations humaines (pollution, déforestation, etc..), etc Nutriments! Perturbation de petite échelle : chute d'un arbre! Mont Saint Helens La succession écologique! La succession écologique : changement au cours du temps dans la structure d'une communauté après une perturbation.! Succession primaire : débute dans un territoire stérile! Exemple : colonisation après la fonte d'un glacier Perturbation de grande échelle : éruption volcanique! Le glacier se retire, les bactéries autotrophes sont les premiers colonisateurs! Les mousses et les lichens sont les premiers autotrophes macroscopiques; le sol se forme progressivement! Les espèces pionières colonisent ensuite! Succession primaire : l'île de Surtsey Succession primaire : l'île de Surtsey! Entre 1964 et 1965, une éruption volcanique au large de l'islande crée l'île de Surtsey. Figure En vert, les mousses, En rouge, Honckenya peploides En jaune, d'autres espèces de plantes H. peploides

10 La succession écologique! Succession secondaire : débute après une perturbation qui laisse le sol intact Succession écologique! Arrivées des espèces pionnières (grand pouvoir de reproduction et de dissémination).! La présence de ces espèces modifie le milieu et le rend apte à l établissement d autres espèces.! Remplacement graduel d espèces.! Le climax est le résultat de la succession écologique! Dans un climat donné, le climax est toujours le même Figure 15 Parc du Yellowstone, USA : après l'incendie de 1988 et en 1989 Succession écologique Questions en écologie des communautés! Quels sont les effets des introductions d espèces exotiques sur la structure et le fonctionnement des communautés?! Quelles sont les caractéristiques des envahisseurs?! Quelles sont les caractéristiques des communautés envahissables Ecureuil de Corée Questions en écologie des communautés! Quel est l'effet des activités humaines sur la structure et le fonctionnement des communautés?! Quel est l'effet de la perte de la biodiversité sur le fonctionnement des communautés?! Quel sera l'effet du changement climatique sur le fonctionnement des communautés? Perche du Nil Fourmi d'argentine Caulerpe

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions La biodiversité : un monde d interactions Dans un même lieu de vie, toutes les espèces sont liées entre elles. Ces liens sont de différentes natures, et plus ou moins vitaux. Tous les organismes vivants

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

La blatte (coquerelle)

La blatte (coquerelle) Le bourdon Les bourdons sont d importants pollinisateurs : ils sont très utiles à l agriculture et à l horticulture. Leur nid est souvent situé dans un vieux nid de souris sur le sol ou dans la terre,

Plus en détail

Écologie des populations végétales et microbiennes

Écologie des populations végétales et microbiennes Écologie des populations végétales et microbiennes Population Étude de l'abondance et de la dynamique des populations d'espèces végétales Quels sont les régulateurs de l'abondance et de la distribution

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE)

MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) MASTER (LMD) PARCOURS MICROORGANISMES, HÔTES, ENVIRONNEMENTS (MHE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE DES PLANTES

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique

Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique Propositions pour une harmonisation de la lutte contre le Frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de Loire-Atlantique

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

A quoi sert la Biodiversité?

A quoi sert la Biodiversité? A quoi sert la Biodiversité? Pr Francour Patrice francour@unice.fr La Biodiversité Définition de la biodiversité (génétique, spécifique, écosystémique) Méthodes d inventaire de la biodiversité (échantillonnages)

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE)

MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) MASTER (LMD) GESTION DE DONNEES ET SPATIALISATION EN ENVIRONNEMENT (GSE) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : STIC POUR L'ECOLOGIE

Plus en détail

ÉCOLOGIE. Sommaire. Prise de vue

ÉCOLOGIE. Sommaire. Prise de vue ÉCOLOGIE Sommaire Prise de vue 1. L'individu dans son environnement Écophysiologie Énergétique individuelle Adaptation au milieu physico-chimique Notion de valence écologique Notion de facteur limitant

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Fédération des Masters franco-suisses «Environnement-Homme-Territoire»

Fédération des Masters franco-suisses «Environnement-Homme-Territoire» Fédération des Masters franco-suisses «Environnement-Homme-Territoire» Programme de la semaine de la Fédération (29 sept. 3 oct. 2014) Lundi 29 septembre 11h30 - Accueil des participants 14h00 16h00 :

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Infestation par les puces

Infestation par les puces Fiche technique n 16 2 ème édition Infestation par les puces Les puces sont les parasites externes les plus fréquents en médecine féline. Les mâles et les femelles adultes sont des parasites hématophages*,

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011

N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 N 4 Du 16 au 22 nov. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : C est qui, ce frelon asiatique? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE 1 - Voici les mots

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat».

«Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». «Poursuivre au-delà de BEEST : une approche fonctionnelle basée sur les traits de vie des espèces en relation avec l habitat». Philippe USSEGLIO-POLATERA Université Paul Verlaine Metz UMR-CNRS 746 - LIEBE

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers

Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers Aperçu des avancées dans le domaine de la biologie des sols forestiers UROZ Stéphane, BISPO Antonio, BUEE Marc, CEBRON Aurélie, CORTET Jérôme, DECAENS Thibaud, HEDDE Mickael, PERES Guenola, VENNETIER Michel,

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) LA TRAME VERTE ET BLEUE RECONSTITUER UN RÉSEAU DE CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES Permettre à la faune

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Concept créé et mis en œuvre par En collaboration avec des associations, PME et laboratoires de recherche locaux

Concept créé et mis en œuvre par En collaboration avec des associations, PME et laboratoires de recherche locaux Ma Ville, Mes Chauves-Souris Concept créé et mis en œuvre par En collaboration avec des associations, PME et laboratoires de recherche locaux Ma Ville, Mes Chauves-Souris La chauve-souris est un animal

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S.

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. Activité proposée : La notion de croissance est abordée en classe de 6 ème et elle est traitée en première S. Montrez sur cet exemple qu

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES

INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES INTRODUCTION AUX MÉTHODES DE CONTRÔLE DES INSECTES NUISIBLES On peut souvent prévenir les dommages causés aux plantes de jardin en observant régulièrement cellesci afin de déceler rapidement la présence

Plus en détail

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers

Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers Méthodes de lutte contre les moustiques pour les particuliers par Dr Robert Anderson Professeur adjoint, département de biologie, Université de Winnipeg Entomologiste provincial spécialiste du virus du

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Lutte contre le développement du frelon asiatique

Lutte contre le développement du frelon asiatique Lutte contre le développement du frelon asiatique Depuis plusieurs années, le frelon asiatique s est disséminé sur l ensemble du territoire du sud-ouest. Il s agit d une espèce invasive, prédatrice des

Plus en détail

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

L ABEILLE DOMESTIQUE

L ABEILLE DOMESTIQUE L ABEILLE DOMESTIQUE Que savez-vous de moi? On m appelle l abeille européenne (Apis mellifera), ou l abeille domestique. J appartiens à l ordre des insectes hyménoptères, c est-à-dire ceux pourvus d ailes

Plus en détail

La Terre mise en scène

La Terre mise en scène Objectif La pièce peut servir d «évaluation des performances» et offrir aux élèves la possibilité de montrer de manière créative ce qu ils ont appris sur la Terre en tant que système. Vue d ensemble La

Plus en détail

1. Etude de la variation de distribution des chamois et des mouflons en fonction de la saison

1. Etude de la variation de distribution des chamois et des mouflons en fonction de la saison OBJECTIFS ET PROTOCOLES DE LA RECUPERATION DE DONNEES DANS LE CADRE DE L ETUDE DES INTERACTIONS INTERSPECIFIQUES ET DE LA SELECTION DE L HABITAT PAR LES ONGULES SAUVAGES ET DOMESTIQUES DU MASSIF DES BAUGES

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

L ABCDAIRE SUR L ECOLOGIE DE LA RESTAURATION DE LA SER INTERNATIONALE

L ABCDAIRE SUR L ECOLOGIE DE LA RESTAURATION DE LA SER INTERNATIONALE L ABCDAIRE SUR L ECOLOGIE DE LA RESTAURATION DE LA SER INTERNATIONALE Society for Ecological Restoration International, Science & Policy Working Group (Version 2, octobre, 2004)* Section 1 : Généralités

Plus en détail

Liste des matières enseignées

Liste des matières enseignées Liste des matières enseignées Domaine : Sciences de la Nature et de la Vie Filière : Biologie Parcours : Tronc Commun Semestre1 VHG Coefficient Cours TD/TP Crédits/s. unité crédits U.E fondamental : 13

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Séquence 2. Nourrir l humanité. Sommaire

Séquence 2. Nourrir l humanité. Sommaire Séquence 2 Nourrir l humanité Sommaire 1. La place de l Homme dans les écosystèmes : vers une perspective durable 2. Nourrir neuf milliards d Hommes : un défi technique et scientifique 3. Une alimentation

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

Patricia Roberts-Pichette

Patricia Roberts-Pichette CADRE POUR LA SURVEILLANCE DES CHANGEMENTS DE LA BIODIVERSITÉ (ESPÈCES ET GROUPES D'ESPÈCES) DANS LE RÉSEAU D'ÉVALUATION ET DE SURVEILLANCE ÉCOLOGIQUES AU CANADA Patricia Roberts-Pichette Bureau de coordination

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

E AGRÉGATION CONCOURS INTERNE ET CAER

E AGRÉGATION CONCOURS INTERNE ET CAER ministère Éducation nationale E AGRÉGATION CONCOURS INTERNE ET CAER Tournez la page S.V.P. A 2 EAI SVT 1 Tournez la page S.V.P. C Document 1 : Récapitulation chronologique des grandes étapes et transitions

Plus en détail

ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES

ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES ALLERGIQUE AUX VENINS D HYMÉNOPTÈRES L ALLERGIE DÉFINITION L allergie résulte d un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant l organisme à réagir de manière anormale au contact d une substance

Plus en détail

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU SymbioVag INFORMATIONS IMPORTANTES SUR SymbioVag Nous sommes heureux de l intérêt que vous portez à SymbioVag, notre nouvel ovule vaginal probiotique.

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

1 sur 7 3-modules.doc

1 sur 7 3-modules.doc Tableau des compétences. Ce tableau récence un certain nombre de questionnements possibles autour du jardin à l école élémentaire. Les compétences travaillées sont celles choisies par le concepteur des

Plus en détail

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul

Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul Texte : Michel Guillaume et Jean-Paul Bardoul En septembre 2012, un nid de Frelon asiatique a été découvert au Val-André. Bien camouflé et difficilement accessible au sommet d un conifère, il a cependant

Plus en détail

Allergies respiratoires et environnement extérieur 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires.

Allergies respiratoires et environnement extérieur 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires. 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires. Un document réalisé par le Comité Français d'observation des Allergies. Introduction Définition de l allergie L allergie correspond à une réponse anormale

Plus en détail

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles?

Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Session 1. Quelles représentations des interactionsbiotiques dans les modèles? Exemple du Modèle GEMINI Nicolas Gross, Vincent Maire, Jean François Soussana Nicolas Gross Chargé de recherche 1 er Classe

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur

Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur 1 2 Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur le cavaillon car cavaillon propre et non travaillé

Plus en détail

Chapitre 3 La biodiversité, résultat et étape de l évolution

Chapitre 3 La biodiversité, résultat et étape de l évolution Chapitre 3 La biodiversité, résultat et étape de l évolution Introduction 1- La diversité des milieux et des écosystèmes 2- La diversité des espèces 3- La diversité des gènes 4- L évolution de la biodiversité

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un arbre?

Qu est-ce qu un arbre? Qu est-ce qu un arbre? Définir un arbre permet d aborder différentes notions et perspectives. Si la définition d un arbre est d abord biologique, elle doit être complétée par la façon dont il est perçu

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Page 1 / 5

Fiche de données de sécurité Page 1 / 5 Fiche de données de sécurité Page 1 / 5 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom commercial: Natural Fournisseur: Andermatt Biocontrol AG Stahlermatten 6 CH-6146 Grossdietwil

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards Carte d'identité : Description Que mange-t-elle? Taille La grenouille mesure entre 4 et 5 cm. La grenouille avale ses proies. La grenouille a la peau nue. Elle possède quatre pattes. La grenouille nage

Plus en détail

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation.

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation. Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation Marc Lebouvier La ZATA s appuie sur neuf programmes de recherche soutenus par

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail