L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'écologie. Introduction à l écologie des communautés. Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie"

Transcription

1 Introduction à l écologie des communautés L'écologie! Ecologie : des mots grecs "Oikos", maison / habitat, et "logos", discours / étude! Ecologie : Science qui étudie les organismes (leur distribution et leur abondance), toutes les interactions qu ils ont avec leur milieu ainsi que les conséquences de ces interactions.! Le niveau d organisation et d interaction considéré peut être très variable Les différents niveaux d'organisation Différents types de niveau d organisation correspondent à différents domaines de l écologie! Organe! Individu! Ecophysiologie! Ecologie du comportement Biosphère Ecosystèmes! Population! Espèce! Communauté! Dynamique des populations! Biologie de la conservation! Ecologie des communautés Communautés! Paysage! Biosphère! Ecologie du paysage! Etude de la biodiversité Populations! Etude des changements globaux Figure 1 Individus Chaque niveau d'organisation a des propriétés émergentes Deux approches distinctes Pourquoi étudier l'écologie?! Ecologie fonctionnelle : Le fonctionnement de l organisme ou l écosystème est le sujet de l étude. Par fonctionnement on entendra en particulier les flux de matières et d énergie.! Pour comprendre comment les systèmes naturels fonctionnent! Pour comprendre quel est l'impact des activités humaines sur le fonctionnement des écosystèmes! Pour permettre aux décideurs de mettre en place des pratiques écologiquement correctes (ex: développement durable)! Ecologie évolutive : Les mécanismes de l évolution sont utilisés pour comprendre les différences observées entre espèces. Figure 2

2 Comment étudier l'écologie L écologie des communautés! A l'aide de la méthode scientifique :! Observation et description! Etablissement d'hypothèses pour expliquer les observations! Test des hypothèses! Expérience à petite, moyenne ou large échelle! Expériences naturelles! Modélisation Biosphère Ecosystèmes Communautés Populations Individus Introduction à l'écologie des communautés! I. Introduction! Qu'est ce qu'une communauté?! II. Les interactions dans une communauté! A. Compétition! Niche écologique! Exclusion compétitive! B. Prédation! C. Mutualisme! D. Commensalisme! III. La structure des communautés! A. Mesure de la diversité des communautés! B. Structure trophique! IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté?! A. Espèces dominantes et espèces clef! B. Ascendant ou descendant?! C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés! Conclusion! Applications de l'écologie des communautés I. Qu'est ce qu'une communauté écologique?! Définition : L ensemble de populations animales et végétales qui vivent dans une aire donnée, à un moment donné, et qui interagissent.! Les plantes, les animaux et les microorganismes d'une communauté sont liés par des relations alimentaires (qui consomme qui?) et par d'autres types d'interactions L' Ecologie des communautés II. Les interactions dans une communautés! Ecologie des communautés : études des interactions entre les organismes vivant dans une aire donnée.! En pratique, il est impossible d étudier toutes les espèces d une communauté. On se limite à des ensembles plurispécifiques définis en fonction des problématiques "! Ex : Les poissons d un lac"! Ex : les graminées et les herbivores d'une prairie" Types d'interaction Signes Effets de l'interaction Compétition - / - Les deux espèces souffrent de interaction Prédation + / - Une espèce bénéficie de l'interaction, l'autre en souffre Mutualisme + / + Les deux espèces bénéficient de l'interaction Commensalisme + / 0 Une espèce bénéficie, l'autre n'est pas affectée

3 A) Compétition : - / - 1) La niche écologique! Il y a compétition quand deux espèces ont besoin d'une ressource en quantité limitée, de sorte que la disponibilité de la ressource pour une espèce diminue quand la deuxième espèce est présente.! L'intensité de la compétition augmente quand les deux espèces ont des niches écologiques similaires.! Niche écologique : position occupée par une espèce dans un écosystème! paramètres physico-chimiques de l'environnement (température, humidité, composition chimique du sol, etc..)! paramètres biologiques, comme les espèces avoisinantes. La Niche écologique! L habitat ne suffit pas à déterminer la niche écologique d une espèce! La niche écologique correspond à l adresse et à la profession d une espèce. Son adresse (Son habitat) Sa profession (Ce qu'elle fait) Lieux où elle vit, à quelle profondeur dans l'eau, à quelle hauteur dans les arbres, dans quels arbres, à quel moment de la journée, à quel moment de l'année Que mange-t-elle, par qui est-elle mangée, quelles sont les conditions nécessaires à sa reproduction, avec qui entre-t-elle en compétition, avec quels partenaires fonde-t-elle des associations, quels parasites doit-elle supporter La niche écologique : exemple! La fauvette à poitrine baie :! L intervalle de température toléré! La taille des arbres! Hauteur du nid! Moment de la journée où elle s active! Le type d insecte qu elle mange! Ses parasites! Ses prédateurs Figure 3 2) Le principe de l exclusion compétitive Que se passe-t-il quand deux espèces présentent un recouvrement important de niche? Le principe de l exclusion compétitive! Deux espèces ayant des niches écologiques très similaires ne peuvent cohabiter car l'espèce la plus adaptée à la niche va se multiplier et éliminer l autre de la communauté. Paramecium aurelia se nourrit plus efficacement que paramecium caudatum et l élimine. L'écureuil gris américain a été introduit en Grande Bretagne en 1876 Figure 5 Figure 4 Distribution des deux espèces en 1997 Ecureuil gris Ecureuil roux

4 Niche fondamentale et niche réelle : exemple 3) Niches fondamentales et niches réelles Niche fondamentale! Niche réelle! Niche fondamentale: Ensemble des ressources potentielles qu une espèce peut utiliser dans son milieu lorsque les conditions sont idéales. Niche réelle ou réalisée: Ensemble des ressources réellement utilisées par une espèce en conditions naturelles. Compétition pour les ressources Contrôle par un consommateur (prédateur ou herbivore) Contrôle par un parasite Absence d'une autre espèce (exemple un pollinisateur) Chthamalus et Balanus sont observés dans des zones de profondeurs différentes Quelles sont leurs niches fondamentales? Expériences d'exclusion Figure 6 Témoin Chthamalus retiré Balanus retiré Niche fondamentale et niche réelle : exemple 4) Partage des ressources Les espèces d'une communauté se partagent les ressources de l'environnement : les niches de chaque espèce diffèrent par un facteur ou plus de celles des autres espèces A. distichus Chthamalus a subi une exclusion compétitive par Balanus dans la zone de profondeur plus élevée Figure 7 B) La prédation au sens large (+ / -) La prédation au sens large Prédation : un animal en tue un autre et le mange Parasitisme Herbivorie Parasitoïdes Pathogènes A. christophei Microhabitats de 7 espèces de lézard Anolis dans les îles des Caraïbes Figure 8 Prédation Parasitisme : Le parasitisme est une relation dans laquelle le parasite tire profit de l'hôte, en vivant soit à l'intérieur de l'hôte (endoparasite), soit à l'extérieur de l'hôte (ectoparasite) Herbivorie Parasitoides Pathogènes Moustiques : ectoparasites Ver solitaire : endoparasite

5 La prédation au sens large La prédation au sens large Prédation Parasitisme Herbivorie : un animal consomme une plante Peut ressembler à de la prédation : la plante entière est consommée Ou à du parasitisme : une partie de la plante est consommée Prédation Parasitisme Herbivorie Parasitoides : Organisme qui se développe aux dépens d'un hôte dont il entraîne la mort Pathogènes Parasitoides Pathogènes La prédation au sens large a) Adaptations des prédateurs Prédation Parasitisme Herbivorie Parasitoides : Pathogènes : organismes microscopiques qui provoquent des maladies Guépards Tortue alligator Pathogènes du blé c) Défenses des Animaux b) Défenses des Végétaux Défenses chimiques Défenses chimiques Morphine (Pavot) Nicotine (Tabac) Mescaline (Cactus Peyotl) Défenses mécaniques Défenses mécaniques Épines Crochets Piquants Substance odorante Acide Carapace Piquants Dards

6 C) Mutualisme (+ / +) D) Commensalisme (+ / 0) Mutualisme : Interaction bénéfique au deux partenaires Commensalisme : relation bénéfique pour un partenaire et neutre pour l'autre Mycorhize : champignon + racines Corail : cnidaire + zooxanthelle Fourmis et accacias Introduction à l'écologie des communautés I. Introduction II. Les interactions dans une communauté A. Compétition B. Prédation C. Mutualisme D. Commensalisme A. Mesure de la diversité des communautés Richesse spécifique : nombre d espèces de la communauté Concept simple Mais dépend du nombre de prélèvements effectués Mais représente mal la diversité si les abondances des différentes espèces sont très différentes A. Mesure de la diversité des communautés B. Structure trophique IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté? A. Espèces dominantes et espèces clef B. Ascendant ou descendant? C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés Mesure de la diversité des communautés III. La structure des communautés A. Qu'est ce qu'une communauté? B. Questions en écologie des communautés III. La structure des communautés La richesse spécifique représente mal la diversité si les abondances des différentes espèces sont très différentes Facteurs qui influencent la diversité Facteurs abiotiques Utilisation d'indices qui prennent en compte le nombre d'espèce et leur abondance Indice de Simpson : H = 1 - Σpi2 avec pi la proportion d'individus de l'échantillon qui appartiennent à l'espèce i Figure 9 H= 1 - ( )= 0.75 Facteurs biotiques H= 1 - ( ) = Température Précipitations Lumière Sol, etc.. Relations intraspécifiques Relations interspécifiques

7 B Structure trophique des communautés 1) La chaîne alimentaire! Les producteurs (les végétaux chlorophylliens)! Les consommateurs (les animaux)! les herbivores = consommateurs primaires! les carnivores primaires qui se nourrissent des herbivores = consommateurs secondaires! les carnivores secondaires qui se nourrissent des carnivores primaires = consommateurs tertiaires La chaîne alimentaire! Chaque maillon de la chaîne alimentaire est appelé un niveau trophique! Les producteurs constituent le premier niveau trophique! Les herbivores le second, etc...! Les décomposeurs (animaux détritivores, bactéries et champignons) Figure 10 Figure 11 La chaîne alimentaire Le réseau trophique! A chaque niveau trophique, seule 10 % de l'énergie disponible est transférée! En général, dans une communauté, le nombre et la biomasse des espèces diminuent quand le niveau trophique augmente! Ex : Les carnivores sont moins nombreux que les herbivores! Une communauté comprend rarement plus de 4 à 5 niveaux trophiques! La plupart des espèces appartiennent à plusieurs chaînes alimentaires! L'ensemble de ces chaînes alimentaires forme le réseau trophique! Certaines espèces peuvent se trouver à plusieurs niveaux trophiques Réseau trophique dans un écosystème forestier français Le réseau trophique! La plupart des espèces appartiennent à plusieurs chaînes alimentaires! L'ensemble de ces chaînes alimentaires forme le réseau trophique! Certaines espèces peuvent se trouver à plusieurs niveaux trophiques! Représenter l ensemble d un réseau trophique est souvent impossible. Introduction à l'écologie des communautés! I. Introduction! A. Qu'est ce qu'une communauté?! B. Questions en écologie des communautés! II. Les interactions dans une communauté! A. Compétition! B. Prédation! C. Mutualisme! Commensalisme! III. La structure des communauté! A. Mesure de la diversité des communauté! B. Structure trophique! IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté?! A. Espèces dominantes et espèces clef! B. Ascendant ou descendant?! C. Perturbation et évolution dans le temps des communautés Réseau trophique simplifié dans l Atlantique-Nord

8 Espèces clés IV. Qu'est ce qui contrôle la structure de la communauté? A Espèces dominantes et espèces clef Espèce dominante : abondance ou biomasse la plus importante dans une communauté Parce qu'elle est la plus compétitive Parce qu'elle évite efficacement la prédation Marécage dominé par Sagittaria lancifolia et Pontederia cordata Les prédateurs réduisent la densité des compétiteurs forts et empêchent ainsi l exclusion compétitive des compétiteurs faibles. Ex. Pisaster ochraceus Pisaster ochraceus Sagittaria lancifolia Pontederia cordata Figure 13 Mytilus californicus. Espèce clé : la pyrale d'argentine Les cactus Opuntia furent introduit en Australie par les premiers colons comme plantes ornementales et comme haies pour contrôler le bétail. En 1925, km2 étaient recouverts d'oponces dans l'est de l'australie En 1925 : introduction de la pyrale d'argentine, Cactoblastis cactorum En 1930 les populations d'oponces avait diminué de 90 % La pyrale d'argentine est une espèce clef dans cette communauté Opuntia sp. Cactoblastis cactorum Opuntia infesté Queensland, Australie, 1928 B Contrôle ascendant ou descendant de la structure de la communauté? 1) Contrôle ascendant Prédateurs! Le nombre d'espèces végétale est limité par les nutriments! Herbivores! La structure de la communauté peut être manipulée en changeant les niveaux trophiques du bas! Végétaux! Nutriments! Queensland, Australie, 1930

9 2) Contrôle descendant! Le nombre d'herbivores est contrôlé par les prédateurs! Si on manipule les niveaux tropiques supérieurs, séries d'effets positifs et négatifs Prédateurs! Herbivores! Végétaux! C Evolution dans le temps des communautés! On a longtemps pensé que les communautés étaient en général à l'équilibre! On considère maintenant que les communautés changent constamment en réponse à des perturbations de petite ou grande échelle! Tempête! Incendie! Inondation! Perturbations humaines (pollution, déforestation, etc..), etc Nutriments! Perturbation de petite échelle : chute d'un arbre! Mont Saint Helens La succession écologique! La succession écologique : changement au cours du temps dans la structure d'une communauté après une perturbation.! Succession primaire : débute dans un territoire stérile! Exemple : colonisation après la fonte d'un glacier Perturbation de grande échelle : éruption volcanique! Le glacier se retire, les bactéries autotrophes sont les premiers colonisateurs! Les mousses et les lichens sont les premiers autotrophes macroscopiques; le sol se forme progressivement! Les espèces pionières colonisent ensuite! Succession primaire : l'île de Surtsey Succession primaire : l'île de Surtsey! Entre 1964 et 1965, une éruption volcanique au large de l'islande crée l'île de Surtsey. Figure En vert, les mousses, En rouge, Honckenya peploides En jaune, d'autres espèces de plantes H. peploides

10 La succession écologique! Succession secondaire : débute après une perturbation qui laisse le sol intact Succession écologique! Arrivées des espèces pionnières (grand pouvoir de reproduction et de dissémination).! La présence de ces espèces modifie le milieu et le rend apte à l établissement d autres espèces.! Remplacement graduel d espèces.! Le climax est le résultat de la succession écologique! Dans un climat donné, le climax est toujours le même Figure 15 Parc du Yellowstone, USA : après l'incendie de 1988 et en 1989 Succession écologique Questions en écologie des communautés! Quels sont les effets des introductions d espèces exotiques sur la structure et le fonctionnement des communautés?! Quelles sont les caractéristiques des envahisseurs?! Quelles sont les caractéristiques des communautés envahissables Ecureuil de Corée Questions en écologie des communautés! Quel est l'effet des activités humaines sur la structure et le fonctionnement des communautés?! Quel est l'effet de la perte de la biodiversité sur le fonctionnement des communautés?! Quel sera l'effet du changement climatique sur le fonctionnement des communautés? Perche du Nil Fourmi d'argentine Caulerpe

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré

Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Conférence-débat SNPN sur les espèces invasives Les espèces d oiseaux invasives en France : le cas de l Ibis sacré Photo : Jean-Luc Potiron Jean-Marc Pons Origine, Structure et Evolution de la biodiversité,

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes»

Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» Conférence de clôture Chaire Blaise Pascal de C. J. Jones «Une odyssée de l ingénierie des écosystèmes» La pollinisation: un service écosystémique basé sur des réseaux d interactions complexes Isabelle

Plus en détail

Écologie des populations et des communautés. Campbell chapitres 52 et 53

Écologie des populations et des communautés. Campbell chapitres 52 et 53 Écologie des populations et des communautés Campbell chapitres 52 et 53 Détermination du nombre d individus 1- Les compter un par un (ex: gros mammifères) Détermination du nombre d individus 1- Les compter

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Nom : Groupe : Date :

Nom : Groupe : Date : Nom : Groupe : Date : CHAPITRE 810 STE Questions 1 à 26, A à C. Verdict 1 QU EST-CE QU UN ÉCOSYSTÈME? (p. 318-326) 1. Indiquez à quel niveau écologique font référence les énoncés suivants. a) Une meute

Plus en détail

peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté, Besançon, France

peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté, Besançon, France Le campagnol terrestre, ravageur des prairies Pullulations et biodiversité Le paradoxe du double statut de peste et d espèce-clé Patrick GIRAUDOUX, Francis RAOUL, et le Réseau ROPRE Univ. de Franche-Comté,

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions

BIODIVERSITE - Fiche activité 1. La biodiversité : un monde d interactions La biodiversité : un monde d interactions Dans un même lieu de vie, toutes les espèces sont liées entre elles. Ces liens sont de différentes natures, et plus ou moins vitaux. Tous les organismes vivants

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Thème n 12 Les récifs coralliens

Thème n 12 Les récifs coralliens Thème n 12 Les récifs coralliens L objectif Présenter la biologie et l écologie* des coraux. Ce qu il faut savoir Le corail appartient à l embranchement des cnidaires comprenant entre autres les méduses

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation :

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation : Spécialiste de l hydroculture Nous proposons 9 modules de formation : Module 1 : Historique de la lutte contre les ravageurs. Module 2 : Règles de base sur la santé des végétaux. Module 3 : Les stress

Plus en détail

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6

1.1 Généralités... 3. 1.2 Climat... 5. 1.3 Sol... 6 T ABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Facteurs écologiques et croissance des forêts 1.1 Généralités....................................................... 3 1.2 Climat..........................................................

Plus en détail

CHAÎNE ALIMENTAIRE DANS UN ÉCOSYSTÈME

CHAÎNE ALIMENTAIRE DANS UN ÉCOSYSTÈME CHAÎNE ALIMENTAIRE DANS UN ÉCOSYSTÈME Objectif terminal d'unité 8 Démontrer que l'énergie est accessible aux vivants.. Objectif intermédiaire 8.1 Identifier, après avoir étudié une chaîne alimentaire,

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot

Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE. Université Paris 7 - Denis Diderot Parcours Mycologie Fondamentale du MASTER INFECTIOLOGIE: MICROBIOLOGIE, VIROLOGIE, IMMUNOLOGIE Université Paris 7 - Denis Diderot Mycologie fondamentale 12 ects 2EMHFWLIGXSDUFRXUV Les champignons tant

Plus en détail

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Thème n 12 Les récifs coralliens

Thème n 12 Les récifs coralliens Thème n 12 Les récifs coralliens Objectif Présentation de la biologie et de l écologie* des coraux. Ce qu il faut savoir Le corail appartient à l embranchement des cnidaires comprenant entre autres les

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME

LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME LES RELATIONS ENTRE LES ETRES VIVANTS DANS UN ECOSYSTEME L'écologie (1) est la science qui étudie les interactions au sein des écosystèmes (2). Dans un écosystème, les relations trophiques (3) décrivent

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES

NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES NUTRITION CHEZ LES VERTEBRES 1 Rappel du connu : Classification simplifiée des animaux en 5 classes. Description de l activité Matériel Organisation Liens interdisciplinaires 2 Mise en situation : "Vous

Plus en détail

Strasbourg PARTENARIAT PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL. Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens

Strasbourg PARTENARIAT PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL. Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens Dossier de presse PARTENARIAT Communauté Urbaine de Strasbourg & Conservatoire des Sites Alsaciens PROTECTION ET GESTION DURABLE DU PATRIMOINE NATUREL ELLO-RHÉNAN - LE BOHRIE, À OSTWALD Strasbourg Communauté

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale

Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale Chapitre 11 : la production agricole végétale et animale L approvisionnement de l humanité en nourriture constitue un enjeu planétaire majeur pour le 21 ème siècle. Depuis les années 1950, la modernisation

Plus en détail

Écologie des populations végétales et microbiennes

Écologie des populations végétales et microbiennes Écologie des populations végétales et microbiennes Population Étude de l'abondance et de la dynamique des populations d'espèces végétales Quels sont les régulateurs de l'abondance et de la distribution

Plus en détail

2. Les agents de maladies infectieuses

2. Les agents de maladies infectieuses 2. Les agents de maladies infectieuses 2a. Ce qui est un agent pathogène des plantes? Les organismes phytopathogènes sont pour la plupart les champignons, les bactéries, les nématodes, et les virus (il

Plus en détail

Module 1 Les interactions au sein des écosystèmes. Temps suggéré: 19 heures

Module 1 Les interactions au sein des écosystèmes. Temps suggéré: 19 heures Module 1 Les interactions au sein des écosystèmes Temps suggéré: 19 heures 24 sciences 7 e année : programme d Études Aperçu du module Introduction Démarche et contexte Les écosystèmes se composent d éléments

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Environnement en milieu urbain

Environnement en milieu urbain Environnement en milieu urbain Professeur Djamel Fadel Editions Al-Djazair FADEL Djamel Professeur d'université Environnement en milieu urbain 3 ème Année Licence Aménagement urbain Cours Editions Al-Djazair

Plus en détail

Chapitre 1 : habiter notre environnement

Chapitre 1 : habiter notre environnement Chapitre 1 : habiter notre environnement Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 1

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance

Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Les corridors écologiques: Bases scientifiques et limites de la connaissance Françoise Burel, CNRS Jacques Baudry, INRA CAREN, Rennes www.caren.univ-rennes1.fr/pleine-fougeres Les paysages sont hétérogènes

Plus en détail

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 6 La conservation des chicots INTRODUCTION En nature, on retrouve une grande diversité de milieux

Plus en détail

Synthèse de l article :

Synthèse de l article : Les connectivités longitudinale et latérale des cours d eau sont souvent évoquées comme élément important de la fonctionnalité des cours d eau. Par contre la connectivité verticale avec la nappe d eau

Plus en détail

Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse

Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse Nom, prénom Cahier de S.V.T. p. 18 8- Observer la colonisation du milieu par les végétaux Vocabulaire : colonisation, hypothèse Sur l'île de Au sud de l', en novembre 1963, une île volcanique apparaît

Plus en détail

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ

LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ LES PÂTURAGES, UN MONDE DE BIODIVERSITÉ Véronique Bérard, B biologiste Journée INPACQ Pâturages 6f février 2007, Victoriaville 1 Biodiversité «Nombre d espd espèces vivant dans un même milieu» Plantes,

Plus en détail

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE

Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE. Ecologie des forêts méditerranéennes INRA AVIGNON - FRANCE MODELISER L IMPACT DES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX SUR L EVOLUTION DES ARBRES Le module Luberon Version 2010 Mariane ALLEAUME-BENHARIRA Sylvie ODDOU-MURATORIO François LEFEVRE Ecologie

Plus en détail

ATELIER INTERNATIONAL Droit et environnement Regards croisés sur la réparation des atteintes à la nature

ATELIER INTERNATIONAL Droit et environnement Regards croisés sur la réparation des atteintes à la nature ATELIER INTERNATIONAL Droit et environnement Regards croisés sur la réparation des atteintes à la nature «La traduction du dommage écologique et propositions d amélioration du système d indemnisation»

Plus en détail

Alimentation et environnement. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

Alimentation et environnement. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Alimentation et environnement Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Les acquis (p54-55) 1. L alimentation de l organisme représente une triple nécessité : - Couvrir les dépenses

Plus en détail

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé

1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé 1.2 Utilisation des mésocosmes en écotoxicologie : un outil éprouvé Source : Thierry Caquet, Inra, Le Croisic 2009 Mis en œuvre à l origine pour des utilisations en écologie, les écosystèmes aquatiques

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

Droles de champignons!

Droles de champignons! Les Rendez-vous de l Automne Du 19 au 27 octobre 2013 Droles de champignons! Ce livret appartient à :... Un champignon, c est quoi? Le champignon est un être vivant :, il n appartient ni aux végétaux,

Plus en détail

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Arrivés au bord de l eau, vous pouvez faire des mesures de température, de ph. Ce sont des mesures ponctuelles qui donne la qualité de la rivière à un instant précis.

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Nom : Groupe : La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau. Nom : Groupe : Date : THÉORIE UNIVERS TERRE-ESPACE, ST-STE, 4 e secondaire La lithosphère La lithosphère, se compose de la croûte terrestre (continentale et océanique) et de la partie supérieure du manteau.

Plus en détail

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire

L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire L Indice de Biodiversité Potentielle (IBP) : un outil pour évaluer la biodiversité ordinaire Atelier de reflexion «La biodiversité, un plus au service des éleveurs et des forestiers» Le Caylar - 09 Juin

Plus en détail

Chapitre 3 - Les biomes

Chapitre 3 - Les biomes Chapitre 3 - Les biomes A- Les niveaux d'organisation de la vie sur Terre L individu : Organisme unicellulaire ou multicellulaire. Elément autonome d une population. La population : Groupe d individus

Plus en détail

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly

CREPAN. Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados. Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly CREPAN Vers une valorisation écologique des bords de routes du Calvados Pourquoi protéger la biodiversité? Powerpoint réalisé par Claudine Joly Présenté par Annick Noël Vice Présidente du CREPAN 1 La biodiversité

Plus en détail

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES

Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Chap9 TS LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE RESULTAT DE L EVOLUTION : EXEMPLE DE LA VIE FIXEE CHEZ LES PLANTES Restitution des acquis L organisation des plantes est liée aux exigences de leur

Plus en détail

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.

Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical. Activités Pédagogiques CM2. RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico. Jardin d Oiseaux Tropicaux Jardin Zoologique Tropical Activités Pédagogiques CM2 RD 559-83250 La Londe-les-Maures www.jotropico.org La reproduction chez les animaux Consigne : Relie par une flèche le mâle

Plus en détail

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration

Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration. Identifier les facteurs qui influencent la transpiration 1. Objectifs : Objectifs de savoir: Connaître les structures de la plante responsables de la transpiration Identifier les facteurs qui influencent la transpiration Etablir la relation entre l'absorption

Plus en détail

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou CONCEPT DES TRAITS FONCTIONNELS Application pour l enherbement des cultures pérennes Elena Kazakou Dans cet exemple je vais vous présenter le concept des traits fonctionnels et vous illustrer comment on

Plus en détail

! 2nde E 2h 24/03/ 2014

! 2nde E 2h 24/03/ 2014 2nde E 2h 24/03/ 2014 DST # 4 EXERCICE 1 : Exploitation de documents : Les mécanismes de l évolution { 10 points, 45 min } Parmi ces 2 exemples, un illustre particulièrement la dérive génétique et l autre

Plus en détail

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Les enjeux des trames vertes et bleues. Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Les enjeux des trames vertes et bleues Philippe Clergeau Professeur Muséum National d Histoire Naturelle, Paris 1 Pourquoi prendre en compte la nature? pour conserver un patrimoine pour une éthique par

Plus en détail

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones

Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Surfaces forestières dominées par des espèces allochtones Pour l économie forestière suisse, la culture d essences allochtones est pratiquement insignifiante. La part de forêt dominée par des essences

Plus en détail

EDD et Coins nature. Textes officiels. - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5

EDD et Coins nature. Textes officiels. - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5 EDD et Coins nature Textes officiels - Circulaire EDD 2015 - Annexe 5 => B.O. n 6 du 5 février 2015 http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?pid_bo=31763 Instruction relative au déploiement

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE LES ÊTRES VIVANTS DANS LEUR MILIEU.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE LES ÊTRES VIVANTS DANS LEUR MILIEU. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE LES ÊTRES VIVANTS DANS LEUR MILIEU. Approche écologique afin de mieux connaître le rôle et la place des êtres vivants dans leur milieu. Écologie : science avant tout descriptive

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE

CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE CHAP 5 : LES PLANTES A FLEURS ET LA VIE FIXEE Une plante est constituée de racines ancrées dans le sol et de tiges feuillées se développant en milieu aérien. la plante est donc en contact avec 2 milieux

Plus en détail

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS

Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS Effets biologiques d une pollution chimique en milieu estuarien AMIARD JC. Directeur de Recherche Honoraire au CNRS La triade de l écotoxicologie Milieu physique (eau ou sédiment) EXPOSITION Organisme

Plus en détail

Rappels et nouveautés, partie 2

Rappels et nouveautés, partie 2 Le don écologique comme outil de conservation: Rappels et nouveautés, partie 2 Steeve Morasse, biologiste Direction générale de l écologie et de la conservation Ateliers sur la conservation des milieux

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

Résultats Propriétés de la couche de neige

Résultats Propriétés de la couche de neige Résumé Introduction Les propriétés physico-chimiques de la neige des pistes de ski sont, par rapport à la neige naturelle, modifiées par un traitement mécanique et, en ce qui concerne la neige artificielle,

Plus en détail

VI PARASITOLOGIE ET PROTECTION BIOLOGIQUE INTEGREE DE L'ARBRE

VI PARASITOLOGIE ET PROTECTION BIOLOGIQUE INTEGREE DE L'ARBRE ET PROTECTION BIOLOGIQUE INTEGREE DE L'ARBRE Prérequis : Formation Voyage au Centre de l Arbre fortement recommandée. GENERALITES Motifs de la formation Sous certaines conditions les arbres sont soumis

Plus en détail

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES

INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES INTERACTIONS TROPHIQUES MULTISPECIFIQUES DANS LES ÉCOSYSTÈMES INSULAIRES TROPICAUX : APPLICATIONS POUR LA RÉHABILITATION DES ÎLES TROPICALES FRANÇAISES DE L OUEST DE L OCÉAN INDIEN Pr. Matthieu Le Corre

Plus en détail

L Australie. Activité 13. Document 1 : Le relief de l Australie. 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie.

L Australie. Activité 13. Document 1 : Le relief de l Australie. 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie. L Australie Activité 13 Document 1 : Le relief de l Australie 1. Expliquez l originalité de la situation géographique de l Australie. 2. Quelles sont les spécificités du relief? 214 La géographie régionale

Plus en détail

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie.

PREAMBULE CPIE Pays gersois propose Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. PREAMBULE Le CPIE Pays gersois propose aux classes de primaire un projet pédagogique en 3 phases. L objectif général est : Apprendre à mieux respecter notre milieu de vie. A l intérieur de chaque phase,

Plus en détail

Fiche ressource n 1 : l épuration de l eau

Fiche ressource n 1 : l épuration de l eau Dossier Épuration lagunage Fiche ressource n 1 : l épuration de l eau ASCO TP SOMMAIRE 1) Les systèmes d épuration des eaux usées adaptés aux petites collectivités 2) Les techniques d épuration des eaux

Plus en détail

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique

4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique 4.3 Influence de la transgénèse sur les relations Plante-insecte, en particulier sur les interactions par voie chimique Ute Vogler, Anja Rott, Cesare Gessler 1, Silvia Dorn* ETH Zurich, Institute for Plant

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Le catalogue des ateliers. Le Conservatoire des animaux en voie d extinction

Le catalogue des ateliers. Le Conservatoire des animaux en voie d extinction Le catalogue des ateliers Le Conservatoire des animaux en voie d extinction Sommaire: Atelier «Nids»... p. 3 Atelier «Extinction»... p. 4 Atelier «Oeufs/Poussins»... p. 5 Atelier «Adaptation»... p. 6 Atelier

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

Code de Conduite Module Café

Code de Conduite Module Café Code de Conduite odule Café Version 1.1 www.utzcertified.org Les copies et traductions du présent document sont disponibles au format électronique sur le site Internet UTZ Certified: www.utzcertified.org

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT?

LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? LEÇON À PROPOS DE L EAU COMMENT L EAU SE PROMÈNE-T-ELLE DANS UN BASSIN VERSANT? CONTEXTE : Lorsque la pluie tombe sur le sol, une de ces deux choses se produit avec l eau. Lorsque le sol est déjà saturé,

Plus en détail

Impact de l intensité des prélèvements forestiers sur la biodiversité IMPREBIO Philippe Balandier

Impact de l intensité des prélèvements forestiers sur la biodiversité IMPREBIO Philippe Balandier Impact de l intensité des prélèvements forestiers sur la biodiversité IMPREBIO Philippe Balandier Contrat MEEDDM GIP Ecofor Programme BGF Contexte : - Alternatives aux énergies fossiles : augmentation

Plus en détail

Univers Vivant Révision. Notions SCT

Univers Vivant Révision. Notions SCT Univers Vivant Révision Notions SCT Chap. 13) L Écologie 1) Quelle différence y a-t-il entre population, communauté, habitat, niche écologique et écosystème? Une population est l ensemble des individus

Plus en détail

Constructeur bois Document professeur

Constructeur bois Document professeur Constructeur bois Document professeur STI2D Mathématiques SVT Physique Chimie Seconde Première Terminale Quelles approches dans les disciplines scientifiques et technologiques? Compétences scientifiques

Plus en détail

Mieux connaître la renouée du Japon

Mieux connaître la renouée du Japon Mieux connaître la renouée du Japon Sous le terme «renouée du Japon» se cache en fait deux espèces à l aspect et aux caractéristiques écologiques très similaires : la Renouée du Japon (Fallopia japonica)

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Villes et Biodiversités. Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris

Villes et Biodiversités. Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Villes et Biodiversités Philippe Clergeau Professeur et expert-consultant Muséum National d Histoire Naturelle, Paris Définitions Un urbanisme écologique c est un aménagement du territoire qui se fait

Plus en détail

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles.

Défi EDD 2014/15. Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Défi EDD 2014/15 Nous vous mettons au défi d'expliquer pourquoi des fleurs vont être plantées le long des routes de France pour les abeilles. Pour vous aider à relever ce défi Après avoir lu et expliqué

Plus en détail

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines

Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Perspective des sciences de l écologie sur la problématique des trames vertes urbaines Philippe CLERGEAU Muséum National d Histoire Naturelle Journée Adaptation aux Changements Climatiques et Trames Vertes

Plus en détail

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes Le sol est vivant Champignons conocybes Les conocybes sont des champignons de la famille des Bolbitiacées. Cette famille comporte plusieurs genres dont les caractères de détermination principaux résident

Plus en détail

I. Une agriculture pour nourrir les Hommes

I. Une agriculture pour nourrir les Hommes Nourrir l'humanité Vers une agriculture durable pour la planète OBJECTIF À l échelle globale, l agriculture doit relever le défi de l alimentation d une population humaine toujours croissante. On cherche

Plus en détail

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles

API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles API : amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles Version du 16 mars 2015 Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SUJET

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SUJET SESSION 2007 Nouvelle Calédonie Série STAE Spécialité : Toutes BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE ÉPREUVE N 7 LA MATIÈRE ET LE VIVANT Coefficient : 4 - Durée : 3 h 30 Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : calculatrice

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

Les végétaux ont des besoins

Les végétaux ont des besoins 7 Les végétaux Les végétaux ont des besoins LES DIFFÉRENTES PARTIES D UNE PLANTE À FLEURS. la fleur le fruit la feuille la tige Voici un exemple de plante à fleurs avec le nom des différentes parties.

Plus en détail