CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires"

Transcription

1 CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine TREUVEY (SERAIL), Marielle GREGORI Collaboration : Céline GENEAU (FiBL) I - But de l essai Amélioration de la répartition intra-parcellaire des auxiliaires, sur une culture de chou conduite en agriculture biologique. Par ailleurs, au regard des résultats préliminaires du FIBL et de façon à être complémentaire, il nous a semblé intéressant de travailler d autres plantes que Centaurea cyanus seule. II - Matériel et méthodes Modalités L essai était constitué de trois modalités distinctes : Modalité 1 : culture de chou pommé, conduite en AB, longée de deux bandes fleuries, implantées en 1 et similaires à celle implantée en 7, dans laquelle ont été réparties des plantes intra-parcellaires, sélectionnées selon les critères énoncés ci-dessous. Modalité : culture de chou pommé, conduite en AB, le long de laquelle deux bandes fleuries, implantées en 7, sans plantes intra-parcellaires. Ces deux modalités ont été mises en place sur le site de la station SERAIL, suffisamment éloignées (plus de m) pour être indépendantes mais dans un environnement paysager similaire. Modalité : culture de choux (pommé, cabus, frisé ) conduite en AB, dans un contexte faunistique et floristique différent, longée de deux bandes fleuries (implantées en 1) et dans laquelle ont été réparties les même plantes intra-parcellaires. Cette modalité a été mise en place chez un producteur, soit à plus de 1 km de la station SERAIL mais a rencontré quelques difficultés. Les plantes compagnes ainsi que la bande fleurie implantées n ont pas réussi à survivre après leur plantation (manque d eau et fort enherbement). Les données n ont pas été exploitables et la comparaison avec les modalités M1 et M, mises en place sur la station SERAIL n ont pu être faites. Cette modalité M n a donc pas été conduite jusqu à la fin de l essai et non prise en compte dans les résultats. Mise en œuvre Choix de la culture : Brassica oleracea - Variété Shelton Certifiée en Agriculture biologique Choix des espèces des bandes fleuries La majorité des espèces implantées cette année dans les bandes fleuries est celle semée et/ou retrouvée dans les bandes fleuries de 7.

2 Modalité 1 Modalité Choix des espèces intra-parcellaires Le choix des espèces a été réalisé selon : Les principaux ravageurs dommageables du chou pommé et le moment où ils sont plus dommageables pour la culture, afin d attirer les auxiliaires qui leur sont associés Leur intérêt pour les auxiliaires visés, durée et facilité d implantation, périodes de floraison, famille botanique, taille adulte Choix des espèces intraparcellaires Nom commun Nom latin Famille botanique Bleuet Centaurea cyanus Astéracées Ammi élevé Ammi majus Apiacées Vesce cultivée Vicia sativa Fabacées Implantation des espèces intra-parcellaires et culture de choux Plantes intra-parcellaires ou compagnes : semis en micro-mottes (plaques de 15 alvéoles), à raison d une plaque par espèce (conditions de germination distinctes), en pépinière. Date et densité semis : 7/4 et 1/5 - graines par alvéole. Densité de plantation des plantes intra-parcellaires :,/m² Culture : plantes intercalées entre les choux, sur la même ligne, à raison d une plante compagne un espace sur deux (voir plan ci-dessous). Plants de choux : achetés auprès d un producteur de plants Période : 4/ Culture : planches de choux (*), de 4m chacune, de lignes de choux/planche. Planches longées par planches de bandes fleuries de chaque côté. Densité de plantation chou : 1,7 chou/m², soit,5m entre rangs et,7m sur le rang Bande Fleurie : semis en godets plastique ou minimottes pour adapter conduits par espèce, en pépinière. Date et densité semis : 7/4 et 1/5 - graines par godet/motte Densité de plantation plantes bande fleurie: plantation sur paillage biodégradable, 1 à mottes par m² de chaque espèce soit 4 mottes par m² de planche.

3 Mesures effectuées et méthodologie des relevés Sur bandes fleuries : Prélèvement faunistique à l aspirateur toutes les semaines. Aspiration de 1 secondes sur zones établies de la bande-fleurie. Tri des débris végétaux et classement des insectes par ordres, familles et espèces (certains) après congélation. Suivi des stades de croissance et de floraison, par espèce, toutes les semaines. Observation des insectes présents sur chaque espèce de plante, pendant 1 minute avec notation en classes pour les ravageurs et en nombre pour les auxiliaires. Sur la culture de choux avec ou sans plantes intra-parcellaire : Suivi hebdomadaire, par observations et comptages visuels des ravageurs (en classes) et auxiliaires (nombre, stade). Les zones d observation étaient constituées en placettes, de choux chacune, à raison de deux par planche (voir schéma 1). Nous avons réalisé ces observations chaque lundi, vers 1h du matin (pour s affranchir de la rosée et des fortes chaleurs qui peuvent perturber les arthropodes) et les notations ont été transcrites en classes (identiques que celles des bandes fleuries). Les huit placettes étaient situées à égales distances des bandes fleuries entre les modalités, mais à deux distances distinctes dans chaque modalité. Suivi des stades de croissance et floraison, par espèce des plantes intra-parcellaires, toutes les semaines. III - Résultats / Discussion Evolution des ravageurs et auxiliaires Sur la culture de choux Les graphiques suivants nous montrent le nombre d individus observés sur les placettes des deux parcelles à différentes dates. Tout insecte (ravageurs et auxiliaires) Modalité 1 Modalité Parcelle Bas 1 classe classe Parcelle Haut 1 classe classe Somme des individus observés sur les placettes du bas, modalité 1, et du haut, modalité Lors du premier comptage, les mêmes espèces colonisent les choux des deux modalités : la quasitotalité des insectes sont des altises (majorité de classe, soit plus de 1) et des pucerons (majorité de classe 1 soit de 1 à 1 individus). Il y a également présence d'aleurodes et de noctuelles. Des auxiliaires (momies d aphidius, adultes et larves de coccinelles) ont par ailleurs été observés sur 5% des choux des parcelles.

4 Alors que les populations de pucerons ont presque disparu, le nombre d'aleurodes ne cesse d augmenter au fil des semaines. Nous pouvons également remarquer une diminution générale de la colonisation des autres insectes Parcelle Haut classe classe Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda Parcelle Haut 1 classe classe Après un mois et demi de comptages, une légère baisse de l'occupation des altises et des aleurodes se fait ressentir. Il y a apparition de populations de punaises particulièrement sur la modalité. Dès la mi-août, tous les choux sont de nouveau touchés par des attaques d altises. Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda A partir du 1 août et jusqu à la fin de l essai, deux populations de ravageurs persistent dans les parcelles: les altises et les punaises, touchant la majorité des choux Parcelle Haut classe classe Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda De manière générale, nous pouvons voir des effectifs de populations à peine plus faibles dans la modalité 1, avec plantes compagnes, que la modalité, sans plante compagne. Parallèlement, l essentiel des ravageurs (punaise, altise..) présents possède peu d auxiliaires susceptibles de les contrôler. Ceux que l on a retrouvés étaient principalement des larves et adultes de coccinelles et momies de micro-hyménoptères, donc avec une cible pucerons.

5 Pucerons Classe Moyenne de classes de l'occupation des pucerons selon la modalité 1 Modalité 1 Modalité Ce graphique nous indique la moyenne de classes de l occupation des pucerons sur la parcelle du bas, modalité 1 et la parcelle du haut, modalité. Les courbes sont sensiblement identiques, passant d'une moyenne de classe de 1,5 à en un mois. Auxiliaires Les moyennes de classes chutent de, à en 5 semaines pour les deux parcelles. Moyenne de classes de l'occupation des auxiliaires selon la modalité Excepté durant la première semaine d'août où l'occupation est nulle, il y a toujours quelques choux colonisés dans les parcelles. Au vu des espèces constituant ces auxiliaires (coccinelles et microhyménoptères), nous pouvons remarquer que leur évolution suit celle des pucerons, hôtes et proies de ceuxci. Classes 1 Modalité 1 Modalité Gradient géographique Les graphiques suivants permettent d observer la répartition des insectes, toujours en moyenne de classes, pour les deux modalités. Un gradient pourra, ou non, être constaté selon la position des choux sur la parcelle par rapport à la bande fleurie, avec ou sans plantes compagnes. Sur les plantes compagnes (modalité 1) Les graphiques ci-dessous illustrent les résultats des aspirations des bandes fleuries et la somme des insectes auxiliaires et ravageurs comptabilisés sur l ensemble des 1 placettes d observation (1 espèce/ placette - espèces de plantes compagnes) //1 Nb. d'individus Plantes compagnes 1 Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Nb. de plantes colonisées Classes de pucerons par espèce de plante relais ( 1) 1 Classe Classe 4 Classe 1

6 Pour ce contrôle, les pucerons présents sur les plantes compagnes ne semblent pas provenir des bandes fleuries (puceron spécifique sur bleuet). Ce sont principalement les bleuets qui sont le plus fortement touchés puisque tous colonisés (majorité de classe ). Par contre, en termes d auxiliaires, des syrphes et micro-hyménoptères ont été retrouvés dans les aspirations et observés sur les plantes compagnes. Chaque bleuet, Centaurea cyanus avait en moyenne, individu, l'ammi, Ammi majus 1 et la vesce, Vicia sativa,,7. 1/7/1 Nb. d'individus Plantes compagnes Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Nb. de plantes colonisées Classes de pucerons par espèce de plante relais (1 7 1) 1 Classe Classe 4 Classe 1 De nombreuses cicadelles ont été aspirées des bandes fleuries mais ne semblent pas avoir migré sur les plantes compagnes. La forte pression des pucerons sur plantes compagnes au contrôle précédent décroit et devient ici quasi nulle, dès la troisième semaine d observation. Les quelques chrysomélidées aspirées sont des altises. Le nombre d'auxiliaires diminue au fil des semaines même si des syrphes et cantharides apparaissent. /7/1 Nb. d'individus Plantescompagnes 7 1 Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Des micro-hyménoptères, syrphes et coccinelles, ont été observés sur les plantes compagnes et aspirés des bandes fleuries, donc susceptibles de s être déplacés entre les deux, voire sur la culture de choux. La vesce n'est plus attractive, pour les auxiliaires et les ravageurs, son développement végétatif n ayant pas été optimum et ayant subi une attaque de limaces, ce sont donc le bleuet et l'ammi qui attirent les insectes. 1//1 Nb. d'individus Plantes compagnes 1 1 Micro hyméno. Punaises prédratrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharide Divers insectes auxiliaires et ravageurs ont été aspirés sur les bandes fleuries (cicadelles, hyménoptères, altises, araignées ) mais très peu observés sur plantes compagnes. Seul le bleuet reste colonisé, principalement par des adultes de coccinelles et de syrphes.

7 Durant onze semaines d observations, nous avons répertorié 17 auxiliaires, uniquement sur les plantes compagnes : Nombre moyen d'individu 1, 1, 1,4 1, 1,,,4, 5% (soit 9 individus) sur les bleuets 41% (soit 9 individus) sur les ammis % (soit 11 individus) sur les vesces (essentiellement imputable à la qualité végétative de la plante elle-même et non à son attractivité). Nombre moyen d'auxiliaires par plante relais Bleuet Ammi Vesce Résultats culturaux En fin de culture, nous avons procédé à une récolte d échantillons de choux, puis pesé le poids brut et net (choux parés, commercialisables). Suite à l analyse statistique des données, on peut noter une différence significative de masse entre les choux des deux modalités (1 et ). En effet, les choux provenant de la modalité 1 (avec plantes compagnes) ont une masse moyenne inférieure, de 7,5 g, à ceux provenant de la modalité (sans plante compagne), de 9,5 g. Malgré cette importante différence, il faut relativiser et rappeler que les parcelles des modalités 1 et étaient situées sur des milieux aux caractéristiques agronomiques différentes : fertilisation, précédents culturaux, ancienneté des bandes fleuries. Cette donnée étant fortement biaisée du fait de l hétérogénéité des parcelles entre elles, elle ne pourra être exploitée dans les résultats. Cependant, nous pouvons souligner que les plantes compagnes, en particulier le Centaurea cyanus, peut entraîner une certaine concurrence du fait de son développement végétatif important (même hauteur que le choux adulte). IV Conclusion Cet essai a rencontré quelques difficultés et en particulier pour la modalité qui n a pu être exploitée jusqu au bout malgré tous les efforts mis en œuvre. Concernant la culture elle-même, l évolution et la quantité de ravageurs observés sont similaires sur les deux modalités, avec ou sans plantes compagnes. Les différences relevées ne sont pas suffisamment nettes pour être attribuées à la présence ou non de plantes compagnes dans la parcelle. Pour les plantes compagnes, leur attractivité vis-à-vis des auxiliaires s est révélée intéressante mais n a apparemment pas permis que ceux-ci se déplacent mieux sur la culture infestée. En effet, nous n avons peu ou pas retrouvé d auxiliaires sur la culture, au moment même où celle-ci se trouvait être attaquée de ravageurs et que les plantes compagnes hébergeaient des auxiliaires. Enfin, les insectes observés et aspirés des bandes fleuries, évoluent selon les dates de contrôles et les stades culturaux des espèces présentes. En effet, lorsque celles-ci sont au stade «floraison», la présence d hyménoptères, syrphes et autres insectes pollinisateurs est nettement plus importante. Le lien entre les insectes relevés sur les plantes compagnes et sur les bandes fleuries n est ainsi pas toujours évident. Les stades ne sont pas toujours identiques entre plantes compagnes et bandes fleuries, l attractivité non plus. L effet «de volume attractif» des bandes fleuries renforce cette disparité.

8 Le choix des espèces de plantes compagnes a été relativement pertinent mais leur densité de plantation et leur nombre (1 ou, plutôt que ) seraient des paramètres à repenser afin de ne pas induire trop de concurrence pour la culture et optimiser le temps de mise en place (semis, suivi pépinière & plantation des plantes compagnes). Parallèlement, il semblerait que se focaliser sur un ou deux couples ravageurs/auxiliaires (prédateur ou parasitoïde) permettrait d avoir un suivi plus fin et de ne pas amasser trop de données qui finissent par ne plus être exploitables et/ou nécessitent d autres moyens (logiciel combinant résultats statistiques et cartographie). Année de mise en place : 1 N F.A.M. de l essai : * Code station de l essai : 1-CHO- LI--PCB Renseignements complémentaires auprès de : SERAIL - 1 Chemin du Finday - 91 BRINDAS Mail : Mots clés : choux biodiversité fonctionnelle bande fleurie plantes compagnes plantes relais - répartition intra parcellaire des auxiliaires Diffusion publique totale (internet) réservée à intranet confidentielle

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté Bulletin N 11-24 juillet 2015 INSCRIPTIONS Si vous ne recevez pas le BSV Légumes chaque semaine, vous pouvez vous inscrire aux listes diffusion de votre choix

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs A LES INSECTES UTILES : LES POLLINISATEURS Ce sont essentiellement les insectes de l ordre des Hyménoptères

Plus en détail

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Cette plaquette, réalisée par Arbre et Paysage 32, en lien avec le projet CASDAR «Améliorer l efficacité agro-écologique des systèmes agroforestiers

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 10 5 juin 2015 Ce qu'il faut retenir Balanin : des balanins sont présents en verger et d'après les dissections de femelles et de mâles, les accouplements devraient commencer dans les prochains jours.

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Livret d animations Sarthe Nature Environnement

Livret d animations Sarthe Nature Environnement Livret d animations Sarthe Nature Environnement La fédération d associations Sarthe Nature Environnement vous présente les animations pouvant être proposées par l animatrice et les bénévoles. Activités

Plus en détail

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE Identification Nom français : Punaise terne Nom latin : Lygus lineolaris Nom anglais : Tarnished plant bug Ordre : Hemiptera Famille

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

PRATIQUES PHYTOSANITAIRES RESPECTUEUSES DE L ENVIRONNEMENT : LA LUTTE BIOLOGIQUE

PRATIQUES PHYTOSANITAIRES RESPECTUEUSES DE L ENVIRONNEMENT : LA LUTTE BIOLOGIQUE PRATIQUES PHYTOSANITAIRES RESPECTUEUSES DE L ENVIRONNEMENT : LA LUTTE BIOLOGIQUE 1. DEFINITIONS «Lutte biologique ou biological control : utilisation par l homme d ennemis naturels tels que des prédateurs,

Plus en détail

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL 2 AOÛT 2012 Retrouvez le Bulletin de santé du végétal sur le Web! www.draaf.pays-de-la-loire.agriculture.gouv.fr www.agrilianet.com - www.fredonpdl.fr Les maladies du feuillage

Plus en détail

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison ELEMENTS DE BIOLOGIE DU PSYLLE DE L ELAEAGNUS, CACOPSYLLA FULGURALIS (KUWAYAMA, 1908) [HEMIPTERA : PSYLLIDAE] ET RELATIONS AVEC SES AUXILIAIRES SPONTANÉS A. FERRE ET M. BEAUJEAN LIFE HISTORY TRAITS OF

Plus en détail

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Le Syrphe ceinturé DÉFINITION Les ravageurs sont des organismes qui causent des dégâts aux plantes cultivées, aux stocks

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Les fortes chaleurs dans les abris et en sont favorables au développement des ravageurs : thrips, acariens notamment sur cucurbitacées, aubergine,etc. Les auxiliaires naturels

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre

Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre Rapport de recherche No. 217-T Présenté au : Par : M. Bruno Bélanger, agr. M.Sc. Institut de recherche et de développement

Plus en détail

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Daniel Cormier, Ph. D. Institut de recherche et de développement d en agroenvironnement inc.. (IRDA), Québec, Canada Pourquoi

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Lesauxiliaires auxiliaires Les enarboriculture arboriculture en Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Insectes pollinisateurs : respecter les

Plus en détail

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre?

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Lutte biologique ------------------------------ Un peu d histoire ------------------------- Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller

Plus en détail

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN Guide écologique des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique Préface de Denis Cheissoux Sang de la Terre et Groupe

Plus en détail

Page 1/6 - Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture

Page 1/6 - Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture 25/04/2006 - Par Bernard Pintureau, Chercheur INRA Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture Les plantes cultivées subiraient entre 20 et 40 % de pertes avant récolte, dues à des

Plus en détail

Principes généraux de la lutte intégrée sur cultures maraîchères en Polynésie française

Principes généraux de la lutte intégrée sur cultures maraîchères en Polynésie française Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement Ministère de l'agriculture et de l'élevage Service du Développement Rural Département Agriculture Principes généraux

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Tous fr uitiers Le réseau d épidémio-surveillance en arboriculture (pomme, poire, cerise, prune) pour la région Centre comprend actuellement 44 parcelles tous piégeages confondus. Le réseau «carpocapse

Plus en détail

POIS (Famille des haricots) HARICOTS (Famille des haricots)

POIS (Famille des haricots) HARICOTS (Famille des haricots) HARICOTS (Famille des haricots) POIS (Famille des haricots) Pour semer : 9 haricots par Divisez le carré en 9 petits carrés, et puis semez un haricot dans chacun d'eux. Compagnons : Carottes ou radis.

Plus en détail

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR

Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Traits fonctionnels : concepts et caractérisation exemples des prairies Marie-Laure Navas, Eric Garnier, Cyrille Violle, Equipe ECOPAR Ecole Chercheurs AgroEcologie 5-8 Juin 2012 1 Diversité spécifique

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06.

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06. FICHE TECHNIQUE Méligèthe du colza Introduction L huile de colza bio est recherchée, mais la culture de colza bio est très exigeante. En particulier, le méligèthe du colza peut provoquer de fortes pertes

Plus en détail

Les principaux auxiliaires naturels

Les principaux auxiliaires naturels Observation et suivi des bioagresseurs au jardin 28 Dans ce chapitre sont présentés les principaux auxiliaires naturels, c est-à-dire présents naturellement dans les jardins. Il est important de savoir

Plus en détail

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor MISE EN GARDE : Les recettes de pesticides «maison» présentées ci-dessous (destinées à un usage domestique) sont données à

Plus en détail

Les insectes jardiniers

Les insectes jardiniers Les insectes jardiniers Vous avez dit jardin? Le jardin à la française se caractérise par la régularité et la symétrie. Domptée, la nature ne s y exprime plus, les végétaux acceptés ne sont là que pour

Plus en détail

La production de Semences potagères

La production de Semences potagères La production de Semences potagères Intérêts de l autoproduction de semences Les producteurs qui se lancent dans leur propre production de semences le font pour diverses raisons. Maintien d une biodiversité

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

«Les auxiliaires des cultures

«Les auxiliaires des cultures «Les auxiliaires des cultures arboriculture, maraîchage, grandes cultures» Auteur : GIRAUD A. - CHAMBRE D AGRICULTURE DE L ARDECHE Date de parution : Octobre 2012 Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Par : JONATHAN ROY, agronome Conseiller en agriculture biologique MAPAQ - Chaudière re-appalaches Journée e d information d «Serres modiques

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 36 09 juillet 2015 Sésamie : Pic de vol de deuxième génération prévu du 18 au 25 juillet des secteurs les plus chauds aux plus froids de

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT 28-FEB-2007 MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT Page 1 of 7 GROUPE 1B INSECTICIDE Pour la suppression des insectes sur la Pomme de Terre, les Choux, la Laitue pommée et les Graines de colza

Plus en détail

Conditions climatiques

Conditions climatiques Bulletin N 6 du 12 juin 2015 INFORMATIONS Evolution moyenne des ravageurs et de leurs auxiliaires qui n ont jamais été aussi présents et limitent efficacement les populations comme en ce qui concerne les

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

les nouveaux espaces publics des quartiers nord

les nouveaux espaces publics des quartiers nord les nouveaux espaces publics des quartiers nord Comité de suivi du 7 avril 2006 SEM SEM Amiens Amiens Aménagement _ 7 _ avril 7 avril 2006 2006 _ ESE _ ESE bet bet ingénierie Charles VICARINI concepteur

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

École du Paysage et de l'horticulture

École du Paysage et de l'horticulture Convention de stage École du Paysage et de l'horticulture 14480 Saint Gabriel Brécy Concernant l'élève : Nom : Prénom : Date de naissance : En classe de : CAPA Seconde BAC Pro Dans l'option : Productions

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 26 7 Août 2015 Ce qu'il faut retenir Prairie Quelques chenilles présentes. Soja ANIMATEURS FILIERE Céréales à paille DESIRE Sylvie / FDGDON 64 s.desire@pa.chambagri.fr Suppléance : ARVALIS a.carrera@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage

Plus en détail

Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques. Jean Duval, agronome

Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques. Jean Duval, agronome Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques Jean Duval, agronome Éléments de stratégies gagnantes Identification et dépistage Lutte culturale

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Comité agriculture biologique du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CAAQ) Octobre 2012 mise à jour

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Reconnaissance des ravageurs des cultures

Reconnaissance des ravageurs des cultures des ravageurs des cultures Guide pratique Édito La réédition suivante a pour objectif de fournir des exemples de méthodes de luttes alternatives contre les ravageurs des cultures : Itinéraires techniques

Plus en détail

POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL

POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL PMRA Approved April 22, 2010 GROUPE 3 INSECTICIDE INSECTICIDE decis 5 CE POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL NUMÉRO D HOMOLOGATION 22478 LOI SUR LES PRODUITS

Plus en détail

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation Pesticides agricoles Moins et Mieux Cahier spécifique Cahier d auto- évaluation Maïs sucré 1 re ÉDITION (2004) : Coordination et réalisation : Marie-Hélène April Raymond-Marie Duchesne Stratégie phytosanitaire

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner

Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner Plan d action Gentianella germanica (Willd.) Börner par Corinne Steinbach ERSA s. à r. l. Distribution géographique: Les populations de Gentianella germanica se limitent aux pelouses calcaires du centre-est

Plus en détail

AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014

AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 ETUDE DES METHODES DE LUTTES CONTRE LE VER BLANC DES CEREALES (GEOTROGUS DESERTICOLA BLANCH.) DANS

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

La culture de la fraise à jours neutres

La culture de la fraise à jours neutres La culture de la fraise à jours neutres INTRODUCTION : Introduite en 1985 par l'université Laval à titre d'essai, la culture de la fraise à jour neutre est restée une production marginale au Québec. Le

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Nous prøsentons dans ce document notre questionnaire et les røponses telles que nous avons re ues, dans leurs intøgralitøs.

Nous prøsentons dans ce document notre questionnaire et les røponses telles que nous avons re ues, dans leurs intøgralitøs. Nous prøsentons dans ce document notre questionnaire et les røponses telles que nous avons re ues, dans leurs intøgralitøs. Questionnaire: (q Oui q Non) (q Oui q Non) espaces verts? (q Oui q Non) q IntØressantes

Plus en détail

Les potagers Neerstalle

Les potagers Neerstalle Les potagers Neerstalle Une initiative de Marc COOLS, Échevin de l Environnement et des Propriétés communales, avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Échevins d Uccle Une action menée par le Service

Plus en détail

Vers le jardinage au naturel Ses principes. Des solutions pour les particuliers, les collectivités

Vers le jardinage au naturel Ses principes. Des solutions pour les particuliers, les collectivités DECEMBRE 2013 n 9 DOSSIER CPIE EN ACTION Des initiatives de CPIE pour sensibiliser le grand public et accompagner les collectivités Vers le jardinage au naturel Ses principes. Des solutions pour les particuliers,

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Contre les Insectes en Général

Contre les Insectes en Général les Insectes en Général Nettoyant, désodorisant Le Bicarbonate De Soude a bien des vertus! Derrière sa poudre blanche, fine et sans odeur se cache un puissant insecticide biodégradable et non toxique pour

Plus en détail

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1

LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE. par Bruno Tisseyre 1 1 LA TÉLÉDETECTION EN AGRICULTURE par Bruno Tisseyre 1 RÉSUMÉ Avec la médiatisation des applications développées à partir des drones, la télédétection appliquée à l'agriculture fait aujourd hui beaucoup

Plus en détail

Semis direct du maïs

Semis direct du maïs Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Semis direct du maïs Etude comparative de différents semoirs pour semis direct Bernhard Streit Journée d information

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES 1) Principaux ravageurs du chou: ALTISE DES CRUCIFERES (Phyllotreta) Altise des navets (à gauche) altise des choux (à droite) Adulte prêt à décoller Dégâts sur

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase Journée Bases de Données Besançon 21 mars 2013 La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase François Gillet Université de Franche-Comté CNRS UMR 6249 Chrono-environnement

Plus en détail

La ferme dans son territoire

La ferme dans son territoire La ferme dans son territoire Projet co-réalisé par Avec le soutien financier de La ferme dans son territoire Cette thématique permet d'envisager les liens de la ferme avec son territoire à différentes

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DANS LA FRAISE Par : LUC URBAIN, agronome Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Depuis les 25 dernières années, nous avons connu de nombreuses

Plus en détail

SYSTÈMES DE SEMENCES DE L OCDE

SYSTÈMES DE SEMENCES DE L OCDE S RENFORCEMENT DES CAPACITÉ SYSTÈMES DE SEMENCES DE L OCDE DANS LE CADRE DU SYSTÈME DE CERTIFICATION DE SEMENCES DE L OCDE Mars 2013 RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DANS LE CADRE DU SYSTÈME DE CERTIFICATION

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail