CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires"

Transcription

1 CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine TREUVEY (SERAIL), Marielle GREGORI Collaboration : Céline GENEAU (FiBL) I - But de l essai Amélioration de la répartition intra-parcellaire des auxiliaires, sur une culture de chou conduite en agriculture biologique. Par ailleurs, au regard des résultats préliminaires du FIBL et de façon à être complémentaire, il nous a semblé intéressant de travailler d autres plantes que Centaurea cyanus seule. II - Matériel et méthodes Modalités L essai était constitué de trois modalités distinctes : Modalité 1 : culture de chou pommé, conduite en AB, longée de deux bandes fleuries, implantées en 1 et similaires à celle implantée en 7, dans laquelle ont été réparties des plantes intra-parcellaires, sélectionnées selon les critères énoncés ci-dessous. Modalité : culture de chou pommé, conduite en AB, le long de laquelle deux bandes fleuries, implantées en 7, sans plantes intra-parcellaires. Ces deux modalités ont été mises en place sur le site de la station SERAIL, suffisamment éloignées (plus de m) pour être indépendantes mais dans un environnement paysager similaire. Modalité : culture de choux (pommé, cabus, frisé ) conduite en AB, dans un contexte faunistique et floristique différent, longée de deux bandes fleuries (implantées en 1) et dans laquelle ont été réparties les même plantes intra-parcellaires. Cette modalité a été mise en place chez un producteur, soit à plus de 1 km de la station SERAIL mais a rencontré quelques difficultés. Les plantes compagnes ainsi que la bande fleurie implantées n ont pas réussi à survivre après leur plantation (manque d eau et fort enherbement). Les données n ont pas été exploitables et la comparaison avec les modalités M1 et M, mises en place sur la station SERAIL n ont pu être faites. Cette modalité M n a donc pas été conduite jusqu à la fin de l essai et non prise en compte dans les résultats. Mise en œuvre Choix de la culture : Brassica oleracea - Variété Shelton Certifiée en Agriculture biologique Choix des espèces des bandes fleuries La majorité des espèces implantées cette année dans les bandes fleuries est celle semée et/ou retrouvée dans les bandes fleuries de 7.

2 Modalité 1 Modalité Choix des espèces intra-parcellaires Le choix des espèces a été réalisé selon : Les principaux ravageurs dommageables du chou pommé et le moment où ils sont plus dommageables pour la culture, afin d attirer les auxiliaires qui leur sont associés Leur intérêt pour les auxiliaires visés, durée et facilité d implantation, périodes de floraison, famille botanique, taille adulte Choix des espèces intraparcellaires Nom commun Nom latin Famille botanique Bleuet Centaurea cyanus Astéracées Ammi élevé Ammi majus Apiacées Vesce cultivée Vicia sativa Fabacées Implantation des espèces intra-parcellaires et culture de choux Plantes intra-parcellaires ou compagnes : semis en micro-mottes (plaques de 15 alvéoles), à raison d une plaque par espèce (conditions de germination distinctes), en pépinière. Date et densité semis : 7/4 et 1/5 - graines par alvéole. Densité de plantation des plantes intra-parcellaires :,/m² Culture : plantes intercalées entre les choux, sur la même ligne, à raison d une plante compagne un espace sur deux (voir plan ci-dessous). Plants de choux : achetés auprès d un producteur de plants Période : 4/ Culture : planches de choux (*), de 4m chacune, de lignes de choux/planche. Planches longées par planches de bandes fleuries de chaque côté. Densité de plantation chou : 1,7 chou/m², soit,5m entre rangs et,7m sur le rang Bande Fleurie : semis en godets plastique ou minimottes pour adapter conduits par espèce, en pépinière. Date et densité semis : 7/4 et 1/5 - graines par godet/motte Densité de plantation plantes bande fleurie: plantation sur paillage biodégradable, 1 à mottes par m² de chaque espèce soit 4 mottes par m² de planche.

3 Mesures effectuées et méthodologie des relevés Sur bandes fleuries : Prélèvement faunistique à l aspirateur toutes les semaines. Aspiration de 1 secondes sur zones établies de la bande-fleurie. Tri des débris végétaux et classement des insectes par ordres, familles et espèces (certains) après congélation. Suivi des stades de croissance et de floraison, par espèce, toutes les semaines. Observation des insectes présents sur chaque espèce de plante, pendant 1 minute avec notation en classes pour les ravageurs et en nombre pour les auxiliaires. Sur la culture de choux avec ou sans plantes intra-parcellaire : Suivi hebdomadaire, par observations et comptages visuels des ravageurs (en classes) et auxiliaires (nombre, stade). Les zones d observation étaient constituées en placettes, de choux chacune, à raison de deux par planche (voir schéma 1). Nous avons réalisé ces observations chaque lundi, vers 1h du matin (pour s affranchir de la rosée et des fortes chaleurs qui peuvent perturber les arthropodes) et les notations ont été transcrites en classes (identiques que celles des bandes fleuries). Les huit placettes étaient situées à égales distances des bandes fleuries entre les modalités, mais à deux distances distinctes dans chaque modalité. Suivi des stades de croissance et floraison, par espèce des plantes intra-parcellaires, toutes les semaines. III - Résultats / Discussion Evolution des ravageurs et auxiliaires Sur la culture de choux Les graphiques suivants nous montrent le nombre d individus observés sur les placettes des deux parcelles à différentes dates. Tout insecte (ravageurs et auxiliaires) Modalité 1 Modalité Parcelle Bas 1 classe classe Parcelle Haut 1 classe classe Somme des individus observés sur les placettes du bas, modalité 1, et du haut, modalité Lors du premier comptage, les mêmes espèces colonisent les choux des deux modalités : la quasitotalité des insectes sont des altises (majorité de classe, soit plus de 1) et des pucerons (majorité de classe 1 soit de 1 à 1 individus). Il y a également présence d'aleurodes et de noctuelles. Des auxiliaires (momies d aphidius, adultes et larves de coccinelles) ont par ailleurs été observés sur 5% des choux des parcelles.

4 Alors que les populations de pucerons ont presque disparu, le nombre d'aleurodes ne cesse d augmenter au fil des semaines. Nous pouvons également remarquer une diminution générale de la colonisation des autres insectes Parcelle Haut classe classe Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda Parcelle Haut 1 classe classe Après un mois et demi de comptages, une légère baisse de l'occupation des altises et des aleurodes se fait ressentir. Il y a apparition de populations de punaises particulièrement sur la modalité. Dès la mi-août, tous les choux sont de nouveau touchés par des attaques d altises. Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda A partir du 1 août et jusqu à la fin de l essai, deux populations de ravageurs persistent dans les parcelles: les altises et les punaises, touchant la majorité des choux Parcelle Haut classe classe Somme des individus observés sur les placettes du haut Moda De manière générale, nous pouvons voir des effectifs de populations à peine plus faibles dans la modalité 1, avec plantes compagnes, que la modalité, sans plante compagne. Parallèlement, l essentiel des ravageurs (punaise, altise..) présents possède peu d auxiliaires susceptibles de les contrôler. Ceux que l on a retrouvés étaient principalement des larves et adultes de coccinelles et momies de micro-hyménoptères, donc avec une cible pucerons.

5 Pucerons Classe Moyenne de classes de l'occupation des pucerons selon la modalité 1 Modalité 1 Modalité Ce graphique nous indique la moyenne de classes de l occupation des pucerons sur la parcelle du bas, modalité 1 et la parcelle du haut, modalité. Les courbes sont sensiblement identiques, passant d'une moyenne de classe de 1,5 à en un mois. Auxiliaires Les moyennes de classes chutent de, à en 5 semaines pour les deux parcelles. Moyenne de classes de l'occupation des auxiliaires selon la modalité Excepté durant la première semaine d'août où l'occupation est nulle, il y a toujours quelques choux colonisés dans les parcelles. Au vu des espèces constituant ces auxiliaires (coccinelles et microhyménoptères), nous pouvons remarquer que leur évolution suit celle des pucerons, hôtes et proies de ceuxci. Classes 1 Modalité 1 Modalité Gradient géographique Les graphiques suivants permettent d observer la répartition des insectes, toujours en moyenne de classes, pour les deux modalités. Un gradient pourra, ou non, être constaté selon la position des choux sur la parcelle par rapport à la bande fleurie, avec ou sans plantes compagnes. Sur les plantes compagnes (modalité 1) Les graphiques ci-dessous illustrent les résultats des aspirations des bandes fleuries et la somme des insectes auxiliaires et ravageurs comptabilisés sur l ensemble des 1 placettes d observation (1 espèce/ placette - espèces de plantes compagnes) //1 Nb. d'individus Plantes compagnes 1 Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Nb. de plantes colonisées Classes de pucerons par espèce de plante relais ( 1) 1 Classe Classe 4 Classe 1

6 Pour ce contrôle, les pucerons présents sur les plantes compagnes ne semblent pas provenir des bandes fleuries (puceron spécifique sur bleuet). Ce sont principalement les bleuets qui sont le plus fortement touchés puisque tous colonisés (majorité de classe ). Par contre, en termes d auxiliaires, des syrphes et micro-hyménoptères ont été retrouvés dans les aspirations et observés sur les plantes compagnes. Chaque bleuet, Centaurea cyanus avait en moyenne, individu, l'ammi, Ammi majus 1 et la vesce, Vicia sativa,,7. 1/7/1 Nb. d'individus Plantes compagnes Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Nb. de plantes colonisées Classes de pucerons par espèce de plante relais (1 7 1) 1 Classe Classe 4 Classe 1 De nombreuses cicadelles ont été aspirées des bandes fleuries mais ne semblent pas avoir migré sur les plantes compagnes. La forte pression des pucerons sur plantes compagnes au contrôle précédent décroit et devient ici quasi nulle, dès la troisième semaine d observation. Les quelques chrysomélidées aspirées sont des altises. Le nombre d'auxiliaires diminue au fil des semaines même si des syrphes et cantharides apparaissent. /7/1 Nb. d'individus Plantescompagnes 7 1 Micro hyméno. Punaises prédatrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharides Des micro-hyménoptères, syrphes et coccinelles, ont été observés sur les plantes compagnes et aspirés des bandes fleuries, donc susceptibles de s être déplacés entre les deux, voire sur la culture de choux. La vesce n'est plus attractive, pour les auxiliaires et les ravageurs, son développement végétatif n ayant pas été optimum et ayant subi une attaque de limaces, ce sont donc le bleuet et l'ammi qui attirent les insectes. 1//1 Nb. d'individus Plantes compagnes 1 1 Micro hyméno. Punaises prédratrices Syrphes Coccinelles larves Coccinelles ad. Cantharide Divers insectes auxiliaires et ravageurs ont été aspirés sur les bandes fleuries (cicadelles, hyménoptères, altises, araignées ) mais très peu observés sur plantes compagnes. Seul le bleuet reste colonisé, principalement par des adultes de coccinelles et de syrphes.

7 Durant onze semaines d observations, nous avons répertorié 17 auxiliaires, uniquement sur les plantes compagnes : Nombre moyen d'individu 1, 1, 1,4 1, 1,,,4, 5% (soit 9 individus) sur les bleuets 41% (soit 9 individus) sur les ammis % (soit 11 individus) sur les vesces (essentiellement imputable à la qualité végétative de la plante elle-même et non à son attractivité). Nombre moyen d'auxiliaires par plante relais Bleuet Ammi Vesce Résultats culturaux En fin de culture, nous avons procédé à une récolte d échantillons de choux, puis pesé le poids brut et net (choux parés, commercialisables). Suite à l analyse statistique des données, on peut noter une différence significative de masse entre les choux des deux modalités (1 et ). En effet, les choux provenant de la modalité 1 (avec plantes compagnes) ont une masse moyenne inférieure, de 7,5 g, à ceux provenant de la modalité (sans plante compagne), de 9,5 g. Malgré cette importante différence, il faut relativiser et rappeler que les parcelles des modalités 1 et étaient situées sur des milieux aux caractéristiques agronomiques différentes : fertilisation, précédents culturaux, ancienneté des bandes fleuries. Cette donnée étant fortement biaisée du fait de l hétérogénéité des parcelles entre elles, elle ne pourra être exploitée dans les résultats. Cependant, nous pouvons souligner que les plantes compagnes, en particulier le Centaurea cyanus, peut entraîner une certaine concurrence du fait de son développement végétatif important (même hauteur que le choux adulte). IV Conclusion Cet essai a rencontré quelques difficultés et en particulier pour la modalité qui n a pu être exploitée jusqu au bout malgré tous les efforts mis en œuvre. Concernant la culture elle-même, l évolution et la quantité de ravageurs observés sont similaires sur les deux modalités, avec ou sans plantes compagnes. Les différences relevées ne sont pas suffisamment nettes pour être attribuées à la présence ou non de plantes compagnes dans la parcelle. Pour les plantes compagnes, leur attractivité vis-à-vis des auxiliaires s est révélée intéressante mais n a apparemment pas permis que ceux-ci se déplacent mieux sur la culture infestée. En effet, nous n avons peu ou pas retrouvé d auxiliaires sur la culture, au moment même où celle-ci se trouvait être attaquée de ravageurs et que les plantes compagnes hébergeaient des auxiliaires. Enfin, les insectes observés et aspirés des bandes fleuries, évoluent selon les dates de contrôles et les stades culturaux des espèces présentes. En effet, lorsque celles-ci sont au stade «floraison», la présence d hyménoptères, syrphes et autres insectes pollinisateurs est nettement plus importante. Le lien entre les insectes relevés sur les plantes compagnes et sur les bandes fleuries n est ainsi pas toujours évident. Les stades ne sont pas toujours identiques entre plantes compagnes et bandes fleuries, l attractivité non plus. L effet «de volume attractif» des bandes fleuries renforce cette disparité.

8 Le choix des espèces de plantes compagnes a été relativement pertinent mais leur densité de plantation et leur nombre (1 ou, plutôt que ) seraient des paramètres à repenser afin de ne pas induire trop de concurrence pour la culture et optimiser le temps de mise en place (semis, suivi pépinière & plantation des plantes compagnes). Parallèlement, il semblerait que se focaliser sur un ou deux couples ravageurs/auxiliaires (prédateur ou parasitoïde) permettrait d avoir un suivi plus fin et de ne pas amasser trop de données qui finissent par ne plus être exploitables et/ou nécessitent d autres moyens (logiciel combinant résultats statistiques et cartographie). Année de mise en place : 1 N F.A.M. de l essai : * Code station de l essai : 1-CHO- LI--PCB Renseignements complémentaires auprès de : SERAIL - 1 Chemin du Finday - 91 BRINDAS Mail : Mots clés : choux biodiversité fonctionnelle bande fleurie plantes compagnes plantes relais - répartition intra parcellaire des auxiliaires Diffusion publique totale (internet) réservée à intranet confidentielle

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Figure 1. Proportion des dépenses en fromage en 2001 sur les dépenses totales en produits laitiers

Figure 1. Proportion des dépenses en fromage en 2001 sur les dépenses totales en produits laitiers Dépenses alimentaires des ménages canadiens 1 : Le fromage Le fromage est un aliment très populaire au Canada. En effet, les ménages canadiens y ont consacré 35,7 de leurs dépenses totales en produits

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Étude préparée pour les villes de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa et Montréal Par Kelly Hill, Hill

Plus en détail

Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement

Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement Heures d arrivée au travail et difficultés de stationnement Sur les 592 individus de l échantillon considéré, 43 % estiment ressentir de stationnement, contre 57 % exprimant peu ou pas de difficultés.

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

La contribution employeur n est pas modifiée. Elle est assise sur la rémunération versée à temps partiel ou à temps non complet au taux normal.

La contribution employeur n est pas modifiée. Elle est assise sur la rémunération versée à temps partiel ou à temps non complet au taux normal. DIFFUSION OCTOBRE 2004 SURCOTISATION AGENTS A TEMPS PARTIEL ET AGENTS A TEMPS NON COMPLET REFERENCES : Loi n 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites, article 47 Décret n 2004-678 du 8 juillet

Plus en détail

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats

Objectifs d'insertion en emploi 2006-2017 Population autochtone, région du Québec Notes de lecture, calculs et résultats Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (EDRHA de l'apnql) Collectif des services d'emploi et de formation de 29 communautés de Premières nations et de 4 centres

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Cette année encore, les primes pour l assurance maladie vont grimper. Vaut-il vraiment la peine de changer de caisse-maladie?

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Efforts comparables, influence sur les politiques

Efforts comparables, influence sur les politiques Les réseaux et les domaines de programme du CRDI Efforts comparables, influence sur les politiques Mars 2006 En 2006, le CRDI a procédé à une évaluation d envergure du soutien qu il a accordé aux réseaux

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Synchronisation avec Outlook

Synchronisation avec Outlook Synchronisation avec Outlook Les paramètres La fenêtre des paramètres La fenêtre des filtres La réparation La synchronisation Généralités La descente des contacts La montée des contacts La descente des

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS

BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS BILAN DES GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS 1 GRANDS PASSAGES ESTIVAUX 2011 DEPARTEMENT DU CALVADOS 1/ La préparation des grands passages Préparation en amont des arrivées Planning

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille Exercice 1 : Evolution de la fécondité en France Fécondité selon l âge de la mère et le rang de naissance 1 Par lecture, déterminer et commenter les valeurs des points correspondant au groupe d âges 20-24

Plus en détail

Enfants Agiles. La méthode Agile appliquée à l éducation

Enfants Agiles. La méthode Agile appliquée à l éducation Enfants Agiles La méthode Agile appliquée à l éducation Isableue Blog Les Petits Loups - 2012 Qu est-ce que la méthode Agile? Il s agit d un ensemble de pratiques développées et perfectionnées depuis une

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

chos Tourisme Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne

chos Tourisme Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 125 - Décembre 2013 chos Tourisme Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne Enquête auprès des touristes ayant demandé des brochures au C.R.T. Photo : Festival Mondial de Théâtres

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/081 DÉLIBÉRATION N 08/027 DU 6 MAI 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES PAR

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

pas d exception pour le secteur de la construction!

pas d exception pour le secteur de la construction! Loi sur l équité salariale : pas d exception pour le secteur de la construction! Souvent, les dirigeants d entreprises du secteur de la construction vont dire : «Nous sommes régis par la Commission de

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012

Fiche thématique n 9 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Les infractions au code de la consommation et au droit de la concurrence en 2012 Principaux enseignements En 2012, les enquêteurs de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la

Plus en détail

La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010

La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 273 Décembre 2011 La durée de service des conducteurs routiers de fret poids lourds en 2010 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2010, le temps de service

Plus en détail

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF

Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Août 2012 Décision fixant le taux de rémunération du capital employé pour les obligations comptables et l encadrement tarifaire des prestations régulées de TDF Synthèse de la consultation publique menée

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) Février

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

Etudes. Les Agences locales pour l'emploi. Analyse descriptive

Etudes. Les Agences locales pour l'emploi. Analyse descriptive Etudes Les Agences locales pour l'emploi Analyse descriptive 1995 à 1999 Introduction Cette analyse a pour but de faire le point sur le système des Agences locales pour l emploi après 5 ans. Les données

Plus en détail

Exercices financiers particuliers, paiement provisoire et estimation des bénéfices Capsule de formation 5

Exercices financiers particuliers, paiement provisoire et estimation des bénéfices Capsule de formation 5 Exercices financiers particuliers, paiement provisoire et estimation des bénéfices Capsule de formation 5 Mai 2014 Traitement des données financières Table des matières 1. Exercices financiers particuliers...

Plus en détail

Enquête L industrie du rêve/écran Total. marché du cinéma français en 2011

Enquête L industrie du rêve/écran Total. marché du cinéma français en 2011 Enquête L industrie du rêve/écran Total Les producteurs entrants sur le marché du cinéma français en 2011 12e Rencontres Art & Technique Février 2012 MéTHODOLOGIE DE L ENQUÊTE Afin de mener cette enquête*

Plus en détail

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Date de mise en service : mai 2008 Nombres de Trains équipés : 73 Nombre de Quais : 3 Station : Paris Chatillon line 13 Une nouvelle version

Plus en détail

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Etude sur l accession sociale à la propriété dans le département de l Oise, dans les communes et les intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Accession sociale à la propriété en 2009 Portraits de Territoire

Plus en détail

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine

Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Etude des rendements en viticulture Biologique Re gion Aquitaine Campagne 2013 Sommaire I. Présentation de l étude et de ses données 2 II. Rendements globaux 4 1. Rendement AOC et IGP/VDF 4 2. Rendements

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web

Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web Influence de la notoriété des marques sur les visites des sites Web Etude réalisée du 1 er au 31 janvier 2008 sur un périmètre de 553 sites web audités par XiTi. La notoriété d une société, de ses marques

Plus en détail

Exportation wallonne et certification ISO

Exportation wallonne et certification ISO Exportation wallonne et certification ISO Janvier 2015 1 Contenu 1. Introduction... 3 2. Méthodologie d analyse... 3 3. Résultats chiffrés... 4 3.1. Au global... 4 3.2. Répartition par province... 4 3.3.

Plus en détail

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul.

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul. Rubriques du conseiller provincial en apiculture Printemps 2013 Bonjour à vous tous et bon début de saison 2013. Au cours des lignes qui suivent, nous vous présenterons certains résultats de notre enquête

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Mise en place de la réglementation DPE et évolutions de Display Mémo à titre d information

Mise en place de la réglementation DPE et évolutions de Display Mémo à titre d information Mise en place de la réglementation DPE et évolutions de Display Mémo à titre d information L arrêté définissant les conditions exactes de mise en application du Diagnostic de Performance Energétique (DPE)

Plus en détail

MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré)

MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré) MERE DE 3 ENFANTS estimation de votre pension (second degré) Les fonctionnaires, mères de trois enfants bénéficient du départ anticipé (possibilité de partir quand elles le veulent). Pour le calcul de

Plus en détail

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées

Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées Approche quantitative Interprétation d une analyse de variance avec mesures répétées «Les faits sont têtus. Il est plus facile de s arranger avec les statistiques.» Mark Twain L objectif de ce document

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture

Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Logiciel de production de références technico-économiques en agriculture Objectifs du logiciel Fonctionnalités du logiciel Caractéristiques techniques du logiciel 1. Objectifs du logiciel Collecter, stocker

Plus en détail

AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE

AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE AEROCLUB DE BORDEAUX FORMATION A LA LICENCE PPL ETUDE STATISTIQUE Jean-Pierre Duvivier octobre 23 1. INTRODUCTION 2 Cette petite étude présente les résultats d'une enquête effectuée auprès des membres

Plus en détail

La réglementation des congés payés

La réglementation des congés payés Ressources pour les enseignants et les formateurs en français du tourisme Activité pour la classe : CFTH Crédit : Marie-José BACHMANN Les congés payés des salariés Cette fiche contient : un texte informatif

Plus en détail

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon VI. Tests non paramétriques sur un échantillon Le modèle n est pas un modèle paramétrique «TESTS du CHI-DEUX» : VI.1. Test d ajustement à une loi donnée VI.. Test d indépendance de deux facteurs 96 Différentes

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France

Figure 1 : Graphique de l évolution des températures en France sur 100 ans Source : Météo France 1) Le changement climatique Le changement climatique qui est maintenant prouvé scientifiquement est connu de tous. Il a une influence sur nous, sur la végétation, mais aussi sur la pollinisation. Les changements

Plus en détail

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2014

Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques 2014 Observatoire S.O.S Amitié des souffrances psychiques Contacts : S.O.S Amitié Paris Ile-de-France - 01 42 96 73 90 - sos.amitie.idf@wanadoo.fr Bureau de presse : Marie Mancel Communication et Développement

Plus en détail

Rapport triennal sur la gestion des ressources humaines dans les entreprises adaptées

Rapport triennal sur la gestion des ressources humaines dans les entreprises adaptées Rapport triennal sur la gestion des ressources humaines dans les entreprises adaptées 2006-2009 Direction régionale d Emploi-Québec du Centre-du-Québec Direction de la planification et des services aux

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque.

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Le point agronomique sur l ergot des graminées Biologie du parasite L ergot (Claviceps purpurea) est un champignon qui attaque les inflorescences

Plus en détail

Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label.

Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label. Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label.newtest Sommaire 1 MARQUES DE TELEPHONES LES PLUS UTILISEES POUR

Plus en détail

Calcul des plafonds du bulletin

Calcul des plafonds du bulletin Calcul des plafonds du bulletin Fonctionnement et appel des plafonds sur le bulletin Lors du calcul du bulletin, les plafonds de la Sécurité Sociale, de la retraite, des congés spectacles, critères essentiels

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI

APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI APPLICATION DU SCHEMA PLURIANNUEL DE STRATEGIE IMMOBILIERE PENDANT LA PERIODE QUINQUENNALE COUVERTE PAR LES SPSI Note de présentation des résultats : ayant pour référence 2011, atteints entre 2012 et 2014

Plus en détail

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE

COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE RIHET Natacha LE GUENNAN Eugénie COMPTE RENDU ÉCRIT DU DOSSIER SUR L AGRICULTURE URBAINE SUJET : L AGRICULTURE URBAINE ET LES POLLUTIONS Site visité : Les murs à pêches de Montreuil I- Méthodes de travail

Plus en détail

Un algorithme de composition musicale

Un algorithme de composition musicale Un algorithme de composition musicale Table des matières Présentation Le compositeur. Le code PMX.................................................. Structures de données utilisées........................................

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Tableau de Bord Fixe

Tableau de Bord Fixe Instance Nationale des Télécommunications Tableau de Bord Fixe Suivi des principaux indicateurs du marché de la téléphonie fixe en Tunisie Sommaire 1. Parc global......... 2 1.1. RTC........... 5 1.2.

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail