AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014"

Transcription

1 AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 ETUDE DES METHODES DE LUTTES CONTRE LE VER BLANC DES CEREALES (GEOTROGUS DESERTICOLA BLANCH.) DANS LA REGION D ORAN D. YAHIAOUI 1 & N. BEKRI 2 Station Régionale de la Protection des Végétaux Misserghin Oran ALGERIE 1 ; 2 RESUME Les vers blancs des céréales causent des dégâts considérables en céréaliculture, ce sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures. Les dommages occasionnés sur céréales sont localisés sur les racines qui sont rongées ou sectionnées complètement. Les plants endommagés se fanent puis se dessèchent. Le triste aspect des parcelles céréalières causé par les infestations dues au ver blanc des céréales Geotrogus deserticola, dans la région d Oran durant plusieurs années, nous a incités à mener à réaliser une étude sur les méthodes de lutte contre ce ravageur durant deux campagnes successives 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude est basée sur les façons culturales (travail du sol) qui se sont avérées être des moyens efficaces pour diminuer les populations larvaires dans le sol. La lutte chimique a permis de rendre d autant plus efficaces les mesures prophylactiques. Mots clés : vers blancs, cultures céréalières, infestation, dégâts, lutte ABSTRACT White worms cause considerable damage in cereal crops, they are polyphagous pests that attack virtually all cultures. Damage on cereals are located on roots that are eaten or severed completely, the damaged plants fade and wither. The sad aspect of the grain plots caused by the white worm infestations; Geotrogus deserticola in the region of Oran for many years encouraged us to investigate in the first place in , followed by a study of the methods of control of this pest in two successive years and This study is based on tillage which provide an effective means for reduction of Larval populations in soil, followed by a chemical control that is considered to be a complementary. Key words: White worms, cereal culture, infestation, damage, control

2 INTRODUCTION Comme toutes les cultures, les céréales sont l hôte d un bon nombre de parasites dont les dommages sont parfois très préjudiciables. Parmi ces parasites, le ver blanc des céréales provoque des dégâts variables selon les années et les régions. Les pullulations incontrôlables de cet insecte et la non-maitrise des facteurs liés à sa dynamique de population font de lui un ravageur fortement nuisible aux cultures. BIOLOGIE DU RAVAGEUR Le hanneton des célérales est un coléoptère de la famille des Scarabaeidae, du groupe des Rhizotroginie, du genre : Geotrogus et de l espèce : Deserticola. La biologie de ce ravageur n est pas connue dans ses détails. Les études faites jusqu à présent sur ce ravageur dans les conditions bioclimatiques algériennes sont très rares. L adulte est de couleur brun-fauve plus ou moins foncé avec une pilosité importante sur tout le corps. Il mesure de 1,5 à 2 cm de longueur pour le mâle et de 2 à 2,2 cm pour la femelle. Leurs antennes sont composées de 7 à 10 articles avec 3 à 6 feuilles aux extrémités (BALACHOWSKEY, 1962). Les larves, de couleur blanc pale à tête brune, mesure 3,5 à 4 cm de long au dernier stade de leur développement (enquête nationale de l INPV, 1998/1999) (Figure 1). Le cycle de vie de Geotrogus deserticola s échelonne sur 3 à 4 ans. Après une longue période d hivernation pendant l été jusqu à la fin de l hiver effectuée dans le sol, les adultes volent au coucher du soleil pendant une quinzaine de jours (BALACHOWSKEY, 1962). L accouplement se fait à la surface du sol. Ensuite, les femelles retournent dans les terres cultivées et les prairies avoisinantes pour pondre leurs œufs. Les larves effectuent leur développement dans le sol à des profondeurs variables. Le développement larvaire se caractérise par 3 stades (note technique de l INPV de 1985) : le premier stade larvaire dure environ 6 mois, le deuxième stade larvaire dure 12 à 15 mois et le troisième stade larvaire dure un peu plus de 3 mois. Figure 1 : Photos du hanneton (Geotrogus deserticola blanck) (a : mâle, b : femelle, c : larves) Pictures of cockchafer (Geotrogus deserticola blanck) (a: male, b: female, c: larva) a b c DEGATS OCCASIONNEES PAR LES VERS BLANCS DES CEREALES Les vers blancs des céréales sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures ainsi qu a de nombreuses plantes adventices (FABRE J. H., 1919). Les premières signalisations d infestations de vers blancs des céréales ont été relevées dans la wilaya d Oran durant les années 80 (K. ALI MOUSSA et A.LACHICHI, 1999). Les dégâts occasionnés sont variables en fonction de l année, du climat, de la culture en place et du précédent cultural. Il est connu que les journées pluvieuses permettent la propagation des larves dans les

3 parcelles avoisinantes (Note technique INPV, 1985). Les parcelles attaquées sont caractérisées par de larges taches sur les emblavures. Les dommages occasionnés peuvent être importants comme c est le cas de certaines parcelles de céréales observées dans différentes régions de notre circonscription (Figure 2) notamment au cours de l année 1994/1995 et de l année 2001/2002, les dégâts avaient atteint respectivement 2000 Ha et 1200 Ha dans la région d Oran (source Inspection Phytosanitaire de la Wilaya d Oran). Figure 2 : Répartition géographique des infestations de vers blancs des céréales dans les provinces de Wilaya Oran et Wilaya Ain Temouchent. Geographic distribution of crops white worms infestation in Algerians provinces of Wilaya Oran and Wilaya Ain Temouchent. L objectif de cette étude est l expérimentation de différentes méthodes de luttes mécaniques (travail du sol) et/ou chimique dans le but de diminuer les populations de vers blancs des céréales. Cette étude a été réalisée sur deux campagnes successives en 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude a également permis de recueillir de nombreuses informations sur la biologie de ce ravageur. MATERIEL ET METHODE PRESENTATION DU SITE EXPERIMENTAL L étude a été menée à la ferme pilote «Si Miloud» commune Oued Tlelat dans la province d Oran qui est considérée comme une importante zone céréalière en Algérie régulièrement touchée par les infestations de vers blancs des céréales. Lors de la campagne 2000/2001, le site choisi avait subi une importante infestation d environ 50 individus au m². La parcelle choisie est de 9000 m² divisée en 6 blocs de 1500 m² chacun euxmêmes divisés en inter-blocs.

4 DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2002/2003 Les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes (Tableau 1). Tableau 1 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2002/2003. Different kinds of tillage on experimental plots during 2002/2003 Blocs Type de travaux Nombre Date de Travaux effectué d opération réalisation 1. Labour profond (trisocs) 23/09/02 A/A Itinéraire 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 07/10/02 4 complet 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 16/10/02 4. Hersage 02/12/02 B/B Labour moyen 3 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 23/09/02 07/10/02 02/12/02 C/C Labour 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 29/10/02 2 superficiel 2. Hersage 18/11/02 Tous Semis 1 Semis 23/12/03 Le labour profond consiste à retourner la terre jusqu à 40 cm de profondeur à l aide d une charrue. Le cover cropage est l utilisation du cover-crop qui est un outil très puissant pour les labours et la culture des terres arides. Le hersage est un travail du sol superficiel qui a pour fonction de le niveler. DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2003/2004 Pour la campagne 2003/2004, les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes suivies d un traitement chimique (Tableau 2). Tableau 2 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2003/2004. Different kinds of tillage on experimental plots during 2003/2004 Blocs Type de travaux Nombre d opération A/A Travail du sol 4 B/B Labour moyen 3 C/C Labour superficiel 2 A /B /C Traitement chimique 1 Travaux effectué 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 4. Hersage 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 2. Hersage Traitement au Dursban 5G à la dose de 25 kg/ha (3,75 kg/bloc) Date de réalisation 15/08/03 Novembre 2003 Décembre 2003 Janvier /08/03 Novembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Tous Semis 1 Semis 24/01/04

5 EVALUATION DES DEGATS Afin de quantifier la présence de vers blancs des céréales et de déterminer le taux d infestation, des prélèvements de terre ont été effectués. Ainsi, 3 à 4 prélèvements d une profondeur de 60 à 80 cm pour chaque parcelle élémentaire ont été réalisés durant chaque campagne. L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire (Tableau 3). Tableau 3 : Evaluation du niveau d infestation en fonction du nombre d individus Estimation of the level of infestation according to numbers of crops white worms Nombre d individus / m² Supérieur à 7 Entre 4 et 6 Entre 1 et 3 Niveau d infestation Forte Moyenne Faible RESULTATS PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire. Suivant les résultats obtenus pour la campagne 2002/2003 (Tableau 4), il a été constaté que les blocs A/A qui ont reçus des façons culturales correctes présentent une infestation de plus en plus faible par rapport aux blocs B/B qui ont eu des travaux du sol différents. Par ailleurs, les blocs C/C ont présentés une infestation plus importante que les blocs A/A et B/B. Tableau 4 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2002/2003 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2002/2003 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août A Abs. 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM A Abs. 1 Ad. 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM B Abs. 1 à 2 Ad. 3 à 4 Ad 1 à2 Ad 1 à2 AdM 1 AdM B 1 Ad 1 à 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 à 2 Ad 1 à 2 AdM 2 AdM C 2L 2 à 3 Ad. 4 à 7 Ad 2 à 3 Ad 2 à 3 AdM 1 à 3 AdM C 2L 2 à 3 Ad 5 à 8 Ad 3 à 4 Ad 3 à 4 AdM 4 AdM les moissons le 13/07/2003 labour profond sur A/A et B /B le 15/08/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) A travers les sondages réalisés au niveau des blocs lors de la campagne 2003/2004 (Tableau 5), il a été constaté que la densité du ver blanc des céréales (Tableau 6) était moins importante (1 à 0 individus/m 2 ) dans les blocs traités chimiquement A /B /C par rapport aux blocs non traités A/B/C lesquels ont une densité d infestation moyenne de 2 à 3 individus/m 2. De même, les blocs qui ont subi les itinéraires techniques complets A/A présentent une infestation moindre de 1 à 2 individus/m 2 par rapport à ceux qui ont eu moins de travaux du sol B/B et C/C.

6 Tableau 5 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2003/2004 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2003/2004 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Sep. / Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet A 1L 1L 1L Abs. 1L 2L 1L 2L - A 1 à 2 L. 1L Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. - B 2L 2à3L 2L 2L 2L 2L 2L 3L - B 2L 3L Abs. Abs. Abs. 1L 1L 1L - C 3L 4L 2L 2L 5L 7L 6L 7L - C 4L 5L Abs Abs. 2L. 3L. 3L. 4L. - Moissons Tableau 6 : Densité larvaire (individus par m²) lors de la campagne 2003/2004 Larval density (individual per m²) during 2003/2004 DISCUSSION PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) Blocs expérimental Densité larvaire (ind./m²) A (traitée) Absence de larve A (non traitée) 1-2 larves B (traitée) Absence à 1 larve B (non traitée) 2 larves C (traitée) 2 à 3 larves C (non traitée) 5 à 7 larves La première année d étude montre l importance du travail du sol dans la diminution des populations des vers blancs des céréales. En effet, les blocs A/A ayant reçu l itinéraire le plus complet est la modalité la moins infestée. A l inverse, les blocs C/C n ayant subi qu un labour superficiel puis un hersage sont fortement infesté. En 2002/2003, les conditions climatiques ont favorisées la dynamique de population du ver blanc des céréales. Cette campagne agricole a été marquée par des fluctuations de températures et surtout des précipitations qui n ont pas été regulières. Une forte sécheresse a été relevée à partir du mois de juillet jusqu au mois d octobre. Nous avons pu observer les adultes d une génération en fin de cycle (Figure 3). Les premiers vols du hanneton ont eu lieu de février à avril. La période d accouplement des adultes, qui se fait à la surface du sol, a duré environ 3 mois. La période de ponte a eu lieu pendant le mois de mai. Les œufs sont déposés dans le sol à une profondeur de 3 à 4 cm de manière isolés ou en paquet de deux. Les pontes ont eu lieu surtout dans les sols frais et humides, dans notre cas, il s agit des parcelles BB et CC où une forte infestation d adventices a été constatée. Dans ces parcelles, nous avons pu constater une présence importante d adultes morts après la ponte. Après éclosion au mois de juillet, les jeunes larves se trouvaient à 15 cm de profondeur par rapport à la surface du sol. D après (L. MONTILLOT, 1891) les jeunes larves restent à fleur de terre, dès le mois d octobre et elles commencent à s enfoncer et se tiennent pendant l hiver à une profondeur qui varie entre 35 et 60 cm. Après les moissons, durant le mois de juillet, des labours profonds ont été effectués dans les blocs AA et BB. Les prélèvements qui ont été faits durant les périodes automnale et hivernale (septembre à janvier),

7 nous ont permis de voir que les larves se sont de plus en plus enfouies de 30 à 60 cm de profondeur. Cette observation peut s expliquer par le fait qu une sécheresse ait été enregistrée suivie par une forte pluviométrie en début d hiver (mois de Décembre). Ainsi, nous avons pu constater que c est au printemps que les larves provoquent la majeure partie des dégâts lorsque les céréales sont en développement. Durant cette période, les températures sont relativement fraîches, les larves sont dans la couche superficielle du sol. En période de sécheresse, les vers blancs des céréales se deplacent en profondeur à la recherche de fraicheur. En outre, une forte pluviométrie fait «fuir» les larves en profondeur pour échapper aux asphixies d eau. Figure 3 : Schéma représentatif du mouvement dans le sol et cycle de vie du hanneton des céréales durant la campagne agricole Drawing of life cycle and soil movement of crops cockchafer during 2002/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) La campagne 2003/2004 a été marquée par des températures plutôt stable et des précipitations qui sont reduites par rapport à la campagne précédente. Un manque de pluviométrie a été marqué à partir du mois de janvier jusqu au mois de mai. Cette deuxième partie qui complète la première étude, nous montre que l apparition des larves a eu lieu pendant les mois de juillet et août. La taille des larves étaient de plus en plus importante suivant les mois. Elle est passée de 0,5 mm au mois de Juillet à 1,5 cm à la fin du mois de mars. A la fin du premier stade larvaire, les larves atteignent environ 1 cm de long (L. MONTILLOT, 1891). Ce stade est d une durée de 6 mois (Note technique sur les vers blancs INPV., 1985). A partir de ces constats, nous pouvons dire que dans notre étude les larves ont achevé leur premier stade larvaire en Février. Les résultats de cette seconde campagne confirment ceux de la première : les blocs AA et BB ont montré des infestations beaucoup plus faibles par rapport à CC du fait de mesures prophylactiques plus importantes (travail du sol). Par ailleurs, les parcelles ayant reçu un traitement chimique à base de chlorpyrifos (A /B /C ) ont laissé apparaître une infestation bien inférieure aux parcelles témoins (A/B/C).

8 CONCLUSION Au vu des résultats obtenus, il apparaît clairement que le travail du sol influe sur la densité d infestation du ver blanc des céréales. Les façons culturales réalisées dans les parcelles expérimentales et le respect de l itinéraire technique a permis de réduire la population larvaire de façon croissante selon l importance des techniques culturales réalisées. Ainsi, la diminution du taux d infestation est encore plus remarquable dans les parcelles qui ont reçus, en plus des itinéraires techniques, un traitement chimique. A cet effet, nous recommandons aux céréaliculteurs qui veulent limiter les dégâts du ver blanc des céréales sur leurs parcelles d effectuer des labours superficiels en phase estivale suivis de labours profonds en période automnale. Le traitement chimique en phase automnale permet une protection supplémentaire pour la protection de la culture céréalière contre ce redoutable fléau. REMERCIEMENTS Cette modeste étude est née de notre curiosité pour les questions touchant les céréales de la zone Nord- Ouest Algérien. Toutefois, cette étude s est réellement concrétisée par la collaboration et l aide de quelques êtres chers, d abord nos parents pour leur support inconditionnel, ensuite notre Directeur qui a su nous remettre sur le bon choix des méthodes de la recherche, ainsi que les travailleurs de la ferme pilote «Si Miloud» Commune de Oued tlelat où a été réalisée l étude. BIBLIOGRAPHIE ALI MOUSSA K. ; LACHICHI A., 1999 Enquête sur le ver blanc dans la région Ouest Oran. BALACHOWSKYE, Entomologie (Appliqué à l agriculture) tome I : Coléoptères. FABRE J. H.,1919 Les ravageurs- Récit. Sur les insectes nuisibles à l agriculture. I.N.P.V Note technique sur les vers blancs. I.N.P.V. 1989, 1999 Enquête Nationale sur les vers blancs. MONTILLOT L., Les insectes nuisibles Ed Librairie baillière et fils Paris. TENDJAOUI B. ; BENLEBNA A. et IPW 2001, - Prospection sur le ver blanc à Ain Temouchent.

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Maïs doux : bilan sanitaire 2010

Maïs doux : bilan sanitaire 2010 N février S O M M A I R E Maïs doux bilan sanitaire Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du végétal d'aquitaine Légumes de plein

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Les ravageurs du poireau

Les ravageurs du poireau Les ravageurs du poireau Mars 2008 17 Le poireau connait depuis quelques années une augmentation des attaques de ravageurs. Dans ce dossier sont présentés les 3 principaux ravageurs du poireau : la teigne

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

LES ACARIENS LE BOMBYX

LES ACARIENS LE BOMBYX LES ACARIENS De nombreuses espèces d acariens attaquent les arbres et arbustes d ornement. Larves, nymphes et adultes vident les cellules notamment dans les jeunes organes. Les symptômes observés dépendent

Plus en détail

MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON COMMUN EN PEPINIERE M.-A. JOUSSEMET (1))

MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON COMMUN EN PEPINIERE M.-A. JOUSSEMET (1)) AFPP 3 e CONFÉRENCE SUR L ENTRETIEN DES ESPACES VERTS, JARDINS, GAZONS, FORÊTS, ZONES AQUATIQUES ET AUTRES ZONES NON AGRICOLES TOULOUSE 15, 16 ET 17 OCTOBRE 013 MOYENS DE LUTTE CONTRE LES LARVES DE HANNETON

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans

Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Comparaison de la croissance de 4 types de plants de peuplier hybride dans les sols argileux de l Abitibi- Témiscamingue résultats après 2 ans Fiche technique SABRINA MORISSETTE, Ing.f. ANNIE DESROCHERS,

Plus en détail

RESEAU D'EPIDEMIO-SURVEILLANCE Bulletin n 12 du 30 août 2015 SITUATION

RESEAU D'EPIDEMIO-SURVEILLANCE Bulletin n 12 du 30 août 2015 SITUATION SITUATION Le Dollar spot reste très actif pour cette rentrée! L incidence du Dollar spot ne semble pas avoir ralenti, les intendants et gestionnaires sont confrontés à des attaques répétées sur toutes

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal

Bulletin de Santé du Végétal Bulletin de Santé du Végétal Arboriculture - LORRAINE BULLETIN N 24 EDITION DU 2 SEPTEMBRE 2015 Tous fruitiers Monilioses : la période de risque est en cours. D.Suzukii : le nombre de capture reste stable

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

CONDITIONS METEOROLOGIQUES

CONDITIONS METEOROLOGIQUES 10 BULLETIN MENSUEL DU MOIS D OCTOBRE 2014 SITUATION DU CRIQUET PELERIN AU MALI ----------------------------------------------------------------------------------------------- Résumé les conditions écologiques

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Adaptation de la conduite culturale après un couvert végétal dans le contexte pédo-climatique du Sud-Ouest de la France 2004-2005

Adaptation de la conduite culturale après un couvert végétal dans le contexte pédo-climatique du Sud-Ouest de la France 2004-2005 Adaptation de la conduite culturale après un couvert végétal dans le contexte pédo-climatique du Sud-Ouest de la France 2004-2005 Laurent J., Blazian M.J. in Arrue Ugarte J.L. (ed.), Cantero-Martínez C.

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements.

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements. Bilan campagne 2014 flore adventice, perspectives réduction d usage s herbicis et limitation l impact s traitements. Depuis 2013, afin mieux répondre aux objectifs du plan ECOPHYTO, la problématique gestion

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle

Diabrotica virgifera : procédure pour la lutte officielle PM 9/4 (1) European and Mediterranean Plant Protection Organization Organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes Systèmes de lutte nationaux réglementaires Diabrotica virgifera

Plus en détail

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012 Conseils et expertises/production végétale Essai variétal colza bio Courtedoux 211-212 Rapport d essai Responsable de l essai : Michel Petitat Fondation Rurale Interjurassienne 2852 COURTEMEON 32 42 74

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

Station d expérimentation légumière en Poitou-Charentes. Essai 2011 Lutte contre la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella) en AB

Station d expérimentation légumière en Poitou-Charentes. Essai 2011 Lutte contre la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella) en AB Essai 2011 Lutte contre la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella) en AB Avec le soutien financier de : Les groupes de producteurs de légumes de la Région Constats en production - Bacillus thuringiensis

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Déroulement des travaux :

Déroulement des travaux : Rapport final Contrôle mécanique de la punaise terne dans la culture de fraises sur rangs nattés en régie biologique à l'aide d'une faucheuse rotative 10-INNO3-16 Demandeur : Coopérative Nord-Bio Date

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Les frelons. De la même famille que les guêpes

Les frelons. De la même famille que les guêpes Les frelons De la même famille que les guêpes Les frelons font partie de la même famille d'insectes que les guêpes et les abeilles, les Hyménoptères. Ils sont les plus grands insectes de cette famille,

Plus en détail

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE

PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE PROTECTION DES POUTRES EN BÉTON AU MOYEN D ENDUITS DE SURFACE Auteurs : Réjean Brousseau, Ph. D. et Sébastien Dewey, ing. jr Enpar Corrosion Contrôle Inc. Denis Bérubé, ing. et Daniel Bouchard, ing. Ministère

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009

Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 ISSN 17128315 Qualité des lentilles de l Ouest canadien 2009 Ning Wang Gestionnaire de programme, Recherches sur les légumineuses Personneressource : Ning Wang Gestionnaire de programme Laboratoire de

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s

Le s t hri p s du banani e r aux A nt i lle s Les thrips sont des insectes de petite taille (1 à 2 mm), allongés et qui possèdent des ailes étroites bordées de longs cils caractéristiques. Les dégâts majeurs résultent de l alimentation des adultes

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : 20-25 T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements

Plus en détail

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole.

La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. La Veille environnementale au Centre de suivi écologique (CSE) Utilisation des images d estimation des pluies dans le suivi de la campagne agricole. Par Papa Boubacar Soumaré 12 et Massimo Martini 13 Résumé

Plus en détail

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière.

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière. Fiche technique: Culture de la tomate La tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) de la famille des Solanacées, est l une des plus importantes cultures maraîchères produites au Bénin tant sur le plan des

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque.

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Le point agronomique sur l ergot des graminées Biologie du parasite L ergot (Claviceps purpurea) est un champignon qui attaque les inflorescences

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

En Bref cette semaine

En Bref cette semaine N 5 30 avril 2015, page 1 En Bref cette semaine Choux Mouche du chou : Les pontes s intensifient sur le nord de la Bretagne Artichaut Pucerons verts : Baisse des populations Pucerons noirs : quelques rares

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Observations P as d évolution observée pour le moment.

Observations P as d évolution observée pour le moment. FREDON PDL FREDON PDL rédigé par Stéphane LAMARCHE - FREDON Pays de la Loire A C T U A L I T E S Tavelure Risque de contaminations secondaires. Ce bulletin est rédigé sur la base d observations provenant

Plus en détail

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe

Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Biologie du campagnol roussâtre, Myodes glareolus, principal hôte des hantavirus en Europe Académie vétérinaire de France 21 février 2013 Jean-Luc Flot Département de la santé des forêts Plan de l'exposé

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Semis direct du maïs

Semis direct du maïs Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Semis direct du maïs Etude comparative de différents semoirs pour semis direct Bernhard Streit Journée d information

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Groupe conservation Brassards jaunes

FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Groupe conservation Brassards jaunes FEUILLE DE ROUTE Tri des dégâts subis par les collections Brassards jaunes No Nom Prénom Conservation ZONE DE SAUVETAGE IDENTIFIER ET CATEGORISER LE MATERIEL ZONE DE TRIAGE -> SECHAGE A L AIR ZONE DE TRAITEMENT

Plus en détail

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS

Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Info.pl@ine N 400 25 janvier 2012 5 pages CEREALES RELIQUATS Risque verse Comment bien prélever? AGRO-METEO Les températures enregistrées ces derniers mois restent exceptionnelles. Pour les premiers semis

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie)

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Aicha LARDJANE-HAMITI 1, Fatiha METNA 1, Samira MERABET 1, Karima RAKEM 2, Mohamed BOUKHEMZA

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

Altise d'hiver du colza d hiver et Charançon du bourgeon terminal

Altise d'hiver du colza d hiver et Charançon du bourgeon terminal Sud-Ouest : Ondes 15 décembre 2010 Altise d'hiver du colza d hiver et Charançon du bourgeon terminal Yannick BALLANGER - CETIOM - Altise d hiver du colza : cycle de développement Diapause obligatoire Diapause

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Ray-grass anglais auto-regarnissant

Ray-grass anglais auto-regarnissant Robuste COMME L ACIER Ray-grass anglais auto-regarnissant Une technologie révolutionnaire : auto-regarnissage et tolérance au jeu la plus élevée, même avec une tonte courte! RPR technology inside! RPR

Plus en détail

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes.

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Vous avez été nombreux à y répondre, nous vous en remercions et vous proposons

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne

Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne Contrôles de l utilisation des produits phytopharmaceutiques effectués en 2009 en région Auvergne Le programme national de contrôle de la mise sur le marché et de l utilisation des produits phytosanitaires

Plus en détail