AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014"

Transcription

1 AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 ETUDE DES METHODES DE LUTTES CONTRE LE VER BLANC DES CEREALES (GEOTROGUS DESERTICOLA BLANCH.) DANS LA REGION D ORAN D. YAHIAOUI 1 & N. BEKRI 2 Station Régionale de la Protection des Végétaux Misserghin Oran ALGERIE 1 ; 2 RESUME Les vers blancs des céréales causent des dégâts considérables en céréaliculture, ce sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures. Les dommages occasionnés sur céréales sont localisés sur les racines qui sont rongées ou sectionnées complètement. Les plants endommagés se fanent puis se dessèchent. Le triste aspect des parcelles céréalières causé par les infestations dues au ver blanc des céréales Geotrogus deserticola, dans la région d Oran durant plusieurs années, nous a incités à mener à réaliser une étude sur les méthodes de lutte contre ce ravageur durant deux campagnes successives 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude est basée sur les façons culturales (travail du sol) qui se sont avérées être des moyens efficaces pour diminuer les populations larvaires dans le sol. La lutte chimique a permis de rendre d autant plus efficaces les mesures prophylactiques. Mots clés : vers blancs, cultures céréalières, infestation, dégâts, lutte ABSTRACT White worms cause considerable damage in cereal crops, they are polyphagous pests that attack virtually all cultures. Damage on cereals are located on roots that are eaten or severed completely, the damaged plants fade and wither. The sad aspect of the grain plots caused by the white worm infestations; Geotrogus deserticola in the region of Oran for many years encouraged us to investigate in the first place in , followed by a study of the methods of control of this pest in two successive years and This study is based on tillage which provide an effective means for reduction of Larval populations in soil, followed by a chemical control that is considered to be a complementary. Key words: White worms, cereal culture, infestation, damage, control

2 INTRODUCTION Comme toutes les cultures, les céréales sont l hôte d un bon nombre de parasites dont les dommages sont parfois très préjudiciables. Parmi ces parasites, le ver blanc des céréales provoque des dégâts variables selon les années et les régions. Les pullulations incontrôlables de cet insecte et la non-maitrise des facteurs liés à sa dynamique de population font de lui un ravageur fortement nuisible aux cultures. BIOLOGIE DU RAVAGEUR Le hanneton des célérales est un coléoptère de la famille des Scarabaeidae, du groupe des Rhizotroginie, du genre : Geotrogus et de l espèce : Deserticola. La biologie de ce ravageur n est pas connue dans ses détails. Les études faites jusqu à présent sur ce ravageur dans les conditions bioclimatiques algériennes sont très rares. L adulte est de couleur brun-fauve plus ou moins foncé avec une pilosité importante sur tout le corps. Il mesure de 1,5 à 2 cm de longueur pour le mâle et de 2 à 2,2 cm pour la femelle. Leurs antennes sont composées de 7 à 10 articles avec 3 à 6 feuilles aux extrémités (BALACHOWSKEY, 1962). Les larves, de couleur blanc pale à tête brune, mesure 3,5 à 4 cm de long au dernier stade de leur développement (enquête nationale de l INPV, 1998/1999) (Figure 1). Le cycle de vie de Geotrogus deserticola s échelonne sur 3 à 4 ans. Après une longue période d hivernation pendant l été jusqu à la fin de l hiver effectuée dans le sol, les adultes volent au coucher du soleil pendant une quinzaine de jours (BALACHOWSKEY, 1962). L accouplement se fait à la surface du sol. Ensuite, les femelles retournent dans les terres cultivées et les prairies avoisinantes pour pondre leurs œufs. Les larves effectuent leur développement dans le sol à des profondeurs variables. Le développement larvaire se caractérise par 3 stades (note technique de l INPV de 1985) : le premier stade larvaire dure environ 6 mois, le deuxième stade larvaire dure 12 à 15 mois et le troisième stade larvaire dure un peu plus de 3 mois. Figure 1 : Photos du hanneton (Geotrogus deserticola blanck) (a : mâle, b : femelle, c : larves) Pictures of cockchafer (Geotrogus deserticola blanck) (a: male, b: female, c: larva) a b c DEGATS OCCASIONNEES PAR LES VERS BLANCS DES CEREALES Les vers blancs des céréales sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures ainsi qu a de nombreuses plantes adventices (FABRE J. H., 1919). Les premières signalisations d infestations de vers blancs des céréales ont été relevées dans la wilaya d Oran durant les années 80 (K. ALI MOUSSA et A.LACHICHI, 1999). Les dégâts occasionnés sont variables en fonction de l année, du climat, de la culture en place et du précédent cultural. Il est connu que les journées pluvieuses permettent la propagation des larves dans les

3 parcelles avoisinantes (Note technique INPV, 1985). Les parcelles attaquées sont caractérisées par de larges taches sur les emblavures. Les dommages occasionnés peuvent être importants comme c est le cas de certaines parcelles de céréales observées dans différentes régions de notre circonscription (Figure 2) notamment au cours de l année 1994/1995 et de l année 2001/2002, les dégâts avaient atteint respectivement 2000 Ha et 1200 Ha dans la région d Oran (source Inspection Phytosanitaire de la Wilaya d Oran). Figure 2 : Répartition géographique des infestations de vers blancs des céréales dans les provinces de Wilaya Oran et Wilaya Ain Temouchent. Geographic distribution of crops white worms infestation in Algerians provinces of Wilaya Oran and Wilaya Ain Temouchent. L objectif de cette étude est l expérimentation de différentes méthodes de luttes mécaniques (travail du sol) et/ou chimique dans le but de diminuer les populations de vers blancs des céréales. Cette étude a été réalisée sur deux campagnes successives en 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude a également permis de recueillir de nombreuses informations sur la biologie de ce ravageur. MATERIEL ET METHODE PRESENTATION DU SITE EXPERIMENTAL L étude a été menée à la ferme pilote «Si Miloud» commune Oued Tlelat dans la province d Oran qui est considérée comme une importante zone céréalière en Algérie régulièrement touchée par les infestations de vers blancs des céréales. Lors de la campagne 2000/2001, le site choisi avait subi une importante infestation d environ 50 individus au m². La parcelle choisie est de 9000 m² divisée en 6 blocs de 1500 m² chacun euxmêmes divisés en inter-blocs.

4 DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2002/2003 Les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes (Tableau 1). Tableau 1 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2002/2003. Different kinds of tillage on experimental plots during 2002/2003 Blocs Type de travaux Nombre Date de Travaux effectué d opération réalisation 1. Labour profond (trisocs) 23/09/02 A/A Itinéraire 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 07/10/02 4 complet 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 16/10/02 4. Hersage 02/12/02 B/B Labour moyen 3 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 23/09/02 07/10/02 02/12/02 C/C Labour 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 29/10/02 2 superficiel 2. Hersage 18/11/02 Tous Semis 1 Semis 23/12/03 Le labour profond consiste à retourner la terre jusqu à 40 cm de profondeur à l aide d une charrue. Le cover cropage est l utilisation du cover-crop qui est un outil très puissant pour les labours et la culture des terres arides. Le hersage est un travail du sol superficiel qui a pour fonction de le niveler. DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2003/2004 Pour la campagne 2003/2004, les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes suivies d un traitement chimique (Tableau 2). Tableau 2 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2003/2004. Different kinds of tillage on experimental plots during 2003/2004 Blocs Type de travaux Nombre d opération A/A Travail du sol 4 B/B Labour moyen 3 C/C Labour superficiel 2 A /B /C Traitement chimique 1 Travaux effectué 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 4. Hersage 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 2. Hersage Traitement au Dursban 5G à la dose de 25 kg/ha (3,75 kg/bloc) Date de réalisation 15/08/03 Novembre 2003 Décembre 2003 Janvier /08/03 Novembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Tous Semis 1 Semis 24/01/04

5 EVALUATION DES DEGATS Afin de quantifier la présence de vers blancs des céréales et de déterminer le taux d infestation, des prélèvements de terre ont été effectués. Ainsi, 3 à 4 prélèvements d une profondeur de 60 à 80 cm pour chaque parcelle élémentaire ont été réalisés durant chaque campagne. L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire (Tableau 3). Tableau 3 : Evaluation du niveau d infestation en fonction du nombre d individus Estimation of the level of infestation according to numbers of crops white worms Nombre d individus / m² Supérieur à 7 Entre 4 et 6 Entre 1 et 3 Niveau d infestation Forte Moyenne Faible RESULTATS PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire. Suivant les résultats obtenus pour la campagne 2002/2003 (Tableau 4), il a été constaté que les blocs A/A qui ont reçus des façons culturales correctes présentent une infestation de plus en plus faible par rapport aux blocs B/B qui ont eu des travaux du sol différents. Par ailleurs, les blocs C/C ont présentés une infestation plus importante que les blocs A/A et B/B. Tableau 4 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2002/2003 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2002/2003 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août A Abs. 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM A Abs. 1 Ad. 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM B Abs. 1 à 2 Ad. 3 à 4 Ad 1 à2 Ad 1 à2 AdM 1 AdM B 1 Ad 1 à 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 à 2 Ad 1 à 2 AdM 2 AdM C 2L 2 à 3 Ad. 4 à 7 Ad 2 à 3 Ad 2 à 3 AdM 1 à 3 AdM C 2L 2 à 3 Ad 5 à 8 Ad 3 à 4 Ad 3 à 4 AdM 4 AdM les moissons le 13/07/2003 labour profond sur A/A et B /B le 15/08/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) A travers les sondages réalisés au niveau des blocs lors de la campagne 2003/2004 (Tableau 5), il a été constaté que la densité du ver blanc des céréales (Tableau 6) était moins importante (1 à 0 individus/m 2 ) dans les blocs traités chimiquement A /B /C par rapport aux blocs non traités A/B/C lesquels ont une densité d infestation moyenne de 2 à 3 individus/m 2. De même, les blocs qui ont subi les itinéraires techniques complets A/A présentent une infestation moindre de 1 à 2 individus/m 2 par rapport à ceux qui ont eu moins de travaux du sol B/B et C/C.

6 Tableau 5 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2003/2004 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2003/2004 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Sep. / Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet A 1L 1L 1L Abs. 1L 2L 1L 2L - A 1 à 2 L. 1L Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. - B 2L 2à3L 2L 2L 2L 2L 2L 3L - B 2L 3L Abs. Abs. Abs. 1L 1L 1L - C 3L 4L 2L 2L 5L 7L 6L 7L - C 4L 5L Abs Abs. 2L. 3L. 3L. 4L. - Moissons Tableau 6 : Densité larvaire (individus par m²) lors de la campagne 2003/2004 Larval density (individual per m²) during 2003/2004 DISCUSSION PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) Blocs expérimental Densité larvaire (ind./m²) A (traitée) Absence de larve A (non traitée) 1-2 larves B (traitée) Absence à 1 larve B (non traitée) 2 larves C (traitée) 2 à 3 larves C (non traitée) 5 à 7 larves La première année d étude montre l importance du travail du sol dans la diminution des populations des vers blancs des céréales. En effet, les blocs A/A ayant reçu l itinéraire le plus complet est la modalité la moins infestée. A l inverse, les blocs C/C n ayant subi qu un labour superficiel puis un hersage sont fortement infesté. En 2002/2003, les conditions climatiques ont favorisées la dynamique de population du ver blanc des céréales. Cette campagne agricole a été marquée par des fluctuations de températures et surtout des précipitations qui n ont pas été regulières. Une forte sécheresse a été relevée à partir du mois de juillet jusqu au mois d octobre. Nous avons pu observer les adultes d une génération en fin de cycle (Figure 3). Les premiers vols du hanneton ont eu lieu de février à avril. La période d accouplement des adultes, qui se fait à la surface du sol, a duré environ 3 mois. La période de ponte a eu lieu pendant le mois de mai. Les œufs sont déposés dans le sol à une profondeur de 3 à 4 cm de manière isolés ou en paquet de deux. Les pontes ont eu lieu surtout dans les sols frais et humides, dans notre cas, il s agit des parcelles BB et CC où une forte infestation d adventices a été constatée. Dans ces parcelles, nous avons pu constater une présence importante d adultes morts après la ponte. Après éclosion au mois de juillet, les jeunes larves se trouvaient à 15 cm de profondeur par rapport à la surface du sol. D après (L. MONTILLOT, 1891) les jeunes larves restent à fleur de terre, dès le mois d octobre et elles commencent à s enfoncer et se tiennent pendant l hiver à une profondeur qui varie entre 35 et 60 cm. Après les moissons, durant le mois de juillet, des labours profonds ont été effectués dans les blocs AA et BB. Les prélèvements qui ont été faits durant les périodes automnale et hivernale (septembre à janvier),

7 nous ont permis de voir que les larves se sont de plus en plus enfouies de 30 à 60 cm de profondeur. Cette observation peut s expliquer par le fait qu une sécheresse ait été enregistrée suivie par une forte pluviométrie en début d hiver (mois de Décembre). Ainsi, nous avons pu constater que c est au printemps que les larves provoquent la majeure partie des dégâts lorsque les céréales sont en développement. Durant cette période, les températures sont relativement fraîches, les larves sont dans la couche superficielle du sol. En période de sécheresse, les vers blancs des céréales se deplacent en profondeur à la recherche de fraicheur. En outre, une forte pluviométrie fait «fuir» les larves en profondeur pour échapper aux asphixies d eau. Figure 3 : Schéma représentatif du mouvement dans le sol et cycle de vie du hanneton des céréales durant la campagne agricole Drawing of life cycle and soil movement of crops cockchafer during 2002/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) La campagne 2003/2004 a été marquée par des températures plutôt stable et des précipitations qui sont reduites par rapport à la campagne précédente. Un manque de pluviométrie a été marqué à partir du mois de janvier jusqu au mois de mai. Cette deuxième partie qui complète la première étude, nous montre que l apparition des larves a eu lieu pendant les mois de juillet et août. La taille des larves étaient de plus en plus importante suivant les mois. Elle est passée de 0,5 mm au mois de Juillet à 1,5 cm à la fin du mois de mars. A la fin du premier stade larvaire, les larves atteignent environ 1 cm de long (L. MONTILLOT, 1891). Ce stade est d une durée de 6 mois (Note technique sur les vers blancs INPV., 1985). A partir de ces constats, nous pouvons dire que dans notre étude les larves ont achevé leur premier stade larvaire en Février. Les résultats de cette seconde campagne confirment ceux de la première : les blocs AA et BB ont montré des infestations beaucoup plus faibles par rapport à CC du fait de mesures prophylactiques plus importantes (travail du sol). Par ailleurs, les parcelles ayant reçu un traitement chimique à base de chlorpyrifos (A /B /C ) ont laissé apparaître une infestation bien inférieure aux parcelles témoins (A/B/C).

8 CONCLUSION Au vu des résultats obtenus, il apparaît clairement que le travail du sol influe sur la densité d infestation du ver blanc des céréales. Les façons culturales réalisées dans les parcelles expérimentales et le respect de l itinéraire technique a permis de réduire la population larvaire de façon croissante selon l importance des techniques culturales réalisées. Ainsi, la diminution du taux d infestation est encore plus remarquable dans les parcelles qui ont reçus, en plus des itinéraires techniques, un traitement chimique. A cet effet, nous recommandons aux céréaliculteurs qui veulent limiter les dégâts du ver blanc des céréales sur leurs parcelles d effectuer des labours superficiels en phase estivale suivis de labours profonds en période automnale. Le traitement chimique en phase automnale permet une protection supplémentaire pour la protection de la culture céréalière contre ce redoutable fléau. REMERCIEMENTS Cette modeste étude est née de notre curiosité pour les questions touchant les céréales de la zone Nord- Ouest Algérien. Toutefois, cette étude s est réellement concrétisée par la collaboration et l aide de quelques êtres chers, d abord nos parents pour leur support inconditionnel, ensuite notre Directeur qui a su nous remettre sur le bon choix des méthodes de la recherche, ainsi que les travailleurs de la ferme pilote «Si Miloud» Commune de Oued tlelat où a été réalisée l étude. BIBLIOGRAPHIE ALI MOUSSA K. ; LACHICHI A., 1999 Enquête sur le ver blanc dans la région Ouest Oran. BALACHOWSKYE, Entomologie (Appliqué à l agriculture) tome I : Coléoptères. FABRE J. H.,1919 Les ravageurs- Récit. Sur les insectes nuisibles à l agriculture. I.N.P.V Note technique sur les vers blancs. I.N.P.V. 1989, 1999 Enquête Nationale sur les vers blancs. MONTILLOT L., Les insectes nuisibles Ed Librairie baillière et fils Paris. TENDJAOUI B. ; BENLEBNA A. et IPW 2001, - Prospection sur le ver blanc à Ain Temouchent.

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels

Influence d odeurs sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels Influence d s sur un ravageur de plein champ et sur ses ennemis naturels La mouche du chou Delia radicum (Insecte Diptère, Anthomyidae) est le principal ravageur des cultures de Crucifères (choux, navets,

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016)

La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) CENTRE TECHNIQUE HORTICOLE DE TAMATAVE La fructification des litchis dans la province de Tamatave (Situation au 28 septembre 2015) ****** (Campagne 2015 2016) Centre Technique Horticole de Tamatave Tél.

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes.

Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Plusieurs enquêtes en ligne vous ont été proposées au cours de l année 2014, afin de toujours mieux comprendre vos attentes. Vous avez été nombreux à y répondre, nous vous en remercions et vous proposons

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie

Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Les Macro-invertébrés Hydrobiologie Arrivés au bord de l eau, vous pouvez faire des mesures de température, de ph. Ce sont des mesures ponctuelles qui donne la qualité de la rivière à un instant précis.

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Suite à l article paru dans La Presse le 14 avril 2014, J-Trex.com vous fait part de ses commentaires et suggestions SANS PRÉJUDICES.

Suite à l article paru dans La Presse le 14 avril 2014, J-Trex.com vous fait part de ses commentaires et suggestions SANS PRÉJUDICES. T-Rex, la sécurité d abord et avant tout. Suite à l article paru dans La Presse le 14 avril 2014, J-Trex.com vous fait part de ses commentaires et suggestions SANS PRÉJUDICES. Le 11 juillet 2013, à Longueuil,

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE École : Jean XXIII L école et son milieu Population de 1000 habitants; clientèle en 2012 2013 de 92 élèves; un indice de défavorisation de 9; un projet école aux couleurs

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque.

Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Ne cherchez plus, la performance est chez Deleplanque. Le point agronomique sur l ergot des graminées Biologie du parasite L ergot (Claviceps purpurea) est un champignon qui attaque les inflorescences

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ;

PROJET PERSONNEL. démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; PROJET PERSONNEL Critère A Utilisation du journal de bord démontrer des compétences d organisation illustrant leur gestion du temps et de soi ; communiquer et collaborer avec leur superviseur ; démontrer

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch

Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 021 311 92 06 CCP 10-5261-6 Résultats Sondage Campagne Lovelife sur ciao.ch 1 Introduction «Les personnes atteintes d'infections sexuellement transmissibles sont incitées à informer leurs partenaires de

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Maïs doux : bilan sanitaire 2010

Maïs doux : bilan sanitaire 2010 N février S O M M A I R E Maïs doux bilan sanitaire Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du végétal d'aquitaine Légumes de plein

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE

DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE DIAGNOSTIC COMPLÉMENTAIRE 26 III Éléments de diagnostic complémentaires 1 Bilan des stationnements illicites 2008 et 2009 En complément de l évaluation sur les aires en fonctionnement, il a paru intéressant

Plus en détail

Sommaire. Pourquoi nous avons choisi un site web?... 7. 7 Production et Informatique... 7. Difficultés :... 7 Solutions :... 8

Sommaire. Pourquoi nous avons choisi un site web?... 7. 7 Production et Informatique... 7. Difficultés :... 7 Solutions :... 8 Sommaire 1 - Découverte du programme :... 5 2 - Brainstorming :... 5 3 Choix du produit :... 5 4 Choix du Nom de l entreprise... 6 5 - Membre du comité... 6 6 Démarche marketing... 7 Pourquoi nous avons

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1

JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1 JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1 Bienvenus dans le système d inscription à la JMJ de Cracovie 2016! Avant de commencer la procédure d inscription, nous vous invitons à lire

Plus en détail

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL

CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL CAMPAGNE DE MESURE DE LA QUALITE DE L AIR AUX ABORDS DE LA RN126 CASTRES-SOUAL Dans le cadre du projet d aménagement de la liaison routière RN126 Castres-Soual, la Direction Départementale de l Equipement

Plus en détail

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C

Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Programme d appui financier aux regroupements et aux associations de producteurs désignés - Volet C Évaluation de l exportation en phosphore lors de la récolte de gazon en plaques et comparaison des grilles

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

916.013 Ordonnance concernant les aides financières pour les indemnités versées en vertu de la loi sur l agriculture

916.013 Ordonnance concernant les aides financières pour les indemnités versées en vertu de la loi sur l agriculture Ordonnance concernant les aides financières pour les indemnités versées en vertu de la loi sur l agriculture (Ordonnance sur les indemnités dans l agriculture) du 6 décembre 1994 (Etat le 8 mai 2001) Le

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE SONDAGE SOCIALE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE SONDAGE SOCIALE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION INSTITUT NATIONAL DE SANTE PUBLIQUE SONDAGE ORGANISATION MONDIALE SOCIALE DE LA SANTE CELLULE DE COMMUNICATION

Plus en détail

Évaluation des résultats

Évaluation des résultats Section 2 Évaluation des résultats Section 2 ÉVALUATION DES RÉSULTATS La présente section vise à dresser le portrait général des résultats obtenus par l organisation aux différents sondages menés dans

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque,

quel mode d emploi? Devant des valeurs à risque, Devant des valeurs à risque, quel mode d emploi? Dans les sciences exactes, la précision est reine. Pas en économie où il est difficile de quantifier certaines variables. Notamment le risque qui n est

Plus en détail

Prospection géophysique

Prospection géophysique Prospection géophysique Projet Géothermie 2020 François Martin Michel Meyer Mobile: +41 76 569 17 07 Mobile : +41 76 532 26 28 www.geo2x.com www.sig-ge.ch www.geothermie2020.ch - 1 - Qu est-ce que la géothermie?

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES

2.1 NATURE DE LA PARTICIPATION FINANCIÈRE : INVESTISSEMENTS RÉCUPÉRABLES POLITIQUE DE RÉCUPÉRATION : VOLET EXPÉRIMENTAL En vigueur en date du 1er avril 2013 1. INTRODUCTION La présente politique s applique à tous les projets qui bénéficient de la participation financière du

Plus en détail

Maladies foliaires du bleuet sauvage

Maladies foliaires du bleuet sauvage Maladies foliaires du bleuet sauvage Feuillet de renseignements sur le bleuet sauvage C.3.3.0 Les bleuets sauvages peuvent être infectés par cinq maladies foliaires d importance causant la décoloration

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Dossier statistiques

Dossier statistiques Dossier statistiques Fréquentation touristique de l Office de Tourisme de Gardanne en Pays d Aix Sommaire I. Détail des procédures pour les questionnaires de satisfaction et pour les statistiques de fréquentation.

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON

COPP Façades de Quai de la Station Paris Châtillon. Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Le Système COPP FAÇADES DE QUAIS DE LA STATION PARIS CHÂTILLON Date de mise en service : mai 2008 Nombres de Trains équipés : 73 Nombre de Quais : 3 Station : Paris Chatillon line 13 Une nouvelle version

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités

Module : Fichier. Chapitre I : Généralités Module : Fichier Semestre 1 Année : 2010/2011-1- SOMMAIRE 1. Introduction 2. Définition d un fichier 3. Caractéristiques d un fichier 4. Topologie des fichiers 5. Résumé 6. QCM 7. Exercices 8. Bibliographie

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer

Bilan d activités de septembre 2007 à décembre 2008 du Numéro unique France Alzheimer Bilan d activités de septembre 20 à décembre 20 du Numéro unique France Alzheimer Association France Alzheimer 1 A. Présentation En 2005, la Direction Générale de la Santé a demandé à France Alzheimer

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR

SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR SUIVI SCIENTIFIQUE DES NICHOIRS A CHAUVES-SOURIS SUR LA METROPOLE NICE COTE D AZUR Direction de l Environnement et de l Energie-Métropole Nice Côte d Azur Aout 2013 Introduction En 2011, 2012 et début

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.

PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE. LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail. PERFORMANCE DE L IRRIGATION AU GOUTTE A GOUTTE, UN PROCESSUS DYNAMIQUE. CAS DE LA PLASTICULTURE AU ZIBAN. ALGÉRIE LAIB Khalil kalilo_agr@hotmail.fr 1 Plan de la Présentation 1. Contexte de l étude 2. Questions

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser

Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Sondage bonus.ch sur l assurance maladie : oser le changement permet d économiser Cette année encore, les primes pour l assurance maladie vont grimper. Vaut-il vraiment la peine de changer de caisse-maladie?

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal

Bulletin de Santé du Végétal Bulletin de Santé du Végétal Arboriculture - LORRAINE BULLETIN N 24 EDITION DU 2 SEPTEMBRE 2015 Tous fruitiers Monilioses : la période de risque est en cours. D.Suzukii : le nombre de capture reste stable

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Université Hassan 1er- École Supérieure de Technologie Berrechid La e-logistique & le e- commerce Réalisé par : Ishaq BEKKAR Zakaria IBNOU HAOUA Ali MOUTI Filière : Gestion Logistique et Transport Année

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

L AMENAGEMENT LOCAL. Jean-Marc Schaller, architecte de ville de Fribourg

L AMENAGEMENT LOCAL. Jean-Marc Schaller, architecte de ville de Fribourg L AMENAGEMENT LOCAL Jean-Marc Schaller, architecte de ville de Fribourg LE ROLE DU CONSEIL COMMUNAL Art. 37 LATeC alinéa 1 Il (le Conseil) communal est l autorité responsable de l aménagement local. Son

Plus en détail

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Interprétations Validées des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème Édition, ont été publiées en 2008. Les Interprétations Validées suivantes

Plus en détail

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION

RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION RAPPORT DE LA PREMIERE JOURNEE DE FORMATION SUR LA CONSERVATION/ STOCKAGE DES PRODUITS AGRICOLES (CAS DU MAÏS) INTRODUCTION Dans le cadre du renforcement de capacité des producteurs bénéficiaires de la

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul.

Voici donc un exemple expliquant notre méthode de calcul. Rubriques du conseiller provincial en apiculture Printemps 2013 Bonjour à vous tous et bon début de saison 2013. Au cours des lignes qui suivent, nous vous présenterons certains résultats de notre enquête

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014

FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 FICHE DE SYNTHESE du rapport annuel 2013/2014 DU PORT DE CANET A L EMBOUCHURE DU BOURDIGOU CELLULE HYDRO-SEDIMENTAIRE N 7 (Du port de Canet à l embouchure du Bourdigou) COMMUNES sur la CELLULE : Canet-en-Roussillon

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Défi Cloud Computing

Défi Cloud Computing EQUIPE RICM 2010 Défi Cloud Computing Dossier de remarques Ricom c est l @base 04/12/2009 Sommaire Introduction... 3 Les applications et la plateforme Cloud Computing... 4 Cloud Computing - RICM-2010 Page

Plus en détail

Mettre en œuvre le Six Sigma

Mettre en œuvre le Six Sigma Caroline Fréchet Mettre en œuvre le Six Sigma CD-Rom de démonstration MINITAB offert QUALITÉ Comment utiliser le Six Sigma avec facilité > Définir et positionner le projet > Mesurer la situation existante

Plus en détail

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar K.Chevreul 1, F.Ballereau 2 1. Department of Social Policy, London

Plus en détail

Bulletin d information Période : Octobre 2008

Bulletin d information Période : Octobre 2008 ROYAUME DU MAROC Centre Royal de Télédétection Spatiale Direction de la Production Végétale Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification Direction de la Météorologie Nationale

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9

L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E. D é b u t 2 0 0 9 L E N I VE AU D E S L OYERS PAR C OM M U N E D E L AG GLOMÉRAT I ON PAR I S I E N N E D é b u t 2 0 0 9 69 70 Dossier n 24 Introduction L OLAP présente ici la synthèse d une étude réalisée en 2010 pour

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Exercices de révision pour l examen 2

Exercices de révision pour l examen 2 Exercices de révision pour l examen 2 1) Lors d une étude sur la rainette aux yeux rouges (une grenouille vivant au sud du Mexique), nous avons observé un échantillon de 150 grenouilles pour mesurer la

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE

LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE LE COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE Textes applicables Loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 D. n 2014-1155, n 2014-1156, n 2014-1157, n 2014-1158, n 2014-1159 et n 2014-1160 du 9 octobre 2014, JO du 10 octobre

Plus en détail