AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014"

Transcription

1 AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 ETUDE DES METHODES DE LUTTES CONTRE LE VER BLANC DES CEREALES (GEOTROGUS DESERTICOLA BLANCH.) DANS LA REGION D ORAN D. YAHIAOUI 1 & N. BEKRI 2 Station Régionale de la Protection des Végétaux Misserghin Oran ALGERIE 1 ; 2 RESUME Les vers blancs des céréales causent des dégâts considérables en céréaliculture, ce sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures. Les dommages occasionnés sur céréales sont localisés sur les racines qui sont rongées ou sectionnées complètement. Les plants endommagés se fanent puis se dessèchent. Le triste aspect des parcelles céréalières causé par les infestations dues au ver blanc des céréales Geotrogus deserticola, dans la région d Oran durant plusieurs années, nous a incités à mener à réaliser une étude sur les méthodes de lutte contre ce ravageur durant deux campagnes successives 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude est basée sur les façons culturales (travail du sol) qui se sont avérées être des moyens efficaces pour diminuer les populations larvaires dans le sol. La lutte chimique a permis de rendre d autant plus efficaces les mesures prophylactiques. Mots clés : vers blancs, cultures céréalières, infestation, dégâts, lutte ABSTRACT White worms cause considerable damage in cereal crops, they are polyphagous pests that attack virtually all cultures. Damage on cereals are located on roots that are eaten or severed completely, the damaged plants fade and wither. The sad aspect of the grain plots caused by the white worm infestations; Geotrogus deserticola in the region of Oran for many years encouraged us to investigate in the first place in , followed by a study of the methods of control of this pest in two successive years and This study is based on tillage which provide an effective means for reduction of Larval populations in soil, followed by a chemical control that is considered to be a complementary. Key words: White worms, cereal culture, infestation, damage, control

2 INTRODUCTION Comme toutes les cultures, les céréales sont l hôte d un bon nombre de parasites dont les dommages sont parfois très préjudiciables. Parmi ces parasites, le ver blanc des céréales provoque des dégâts variables selon les années et les régions. Les pullulations incontrôlables de cet insecte et la non-maitrise des facteurs liés à sa dynamique de population font de lui un ravageur fortement nuisible aux cultures. BIOLOGIE DU RAVAGEUR Le hanneton des célérales est un coléoptère de la famille des Scarabaeidae, du groupe des Rhizotroginie, du genre : Geotrogus et de l espèce : Deserticola. La biologie de ce ravageur n est pas connue dans ses détails. Les études faites jusqu à présent sur ce ravageur dans les conditions bioclimatiques algériennes sont très rares. L adulte est de couleur brun-fauve plus ou moins foncé avec une pilosité importante sur tout le corps. Il mesure de 1,5 à 2 cm de longueur pour le mâle et de 2 à 2,2 cm pour la femelle. Leurs antennes sont composées de 7 à 10 articles avec 3 à 6 feuilles aux extrémités (BALACHOWSKEY, 1962). Les larves, de couleur blanc pale à tête brune, mesure 3,5 à 4 cm de long au dernier stade de leur développement (enquête nationale de l INPV, 1998/1999) (Figure 1). Le cycle de vie de Geotrogus deserticola s échelonne sur 3 à 4 ans. Après une longue période d hivernation pendant l été jusqu à la fin de l hiver effectuée dans le sol, les adultes volent au coucher du soleil pendant une quinzaine de jours (BALACHOWSKEY, 1962). L accouplement se fait à la surface du sol. Ensuite, les femelles retournent dans les terres cultivées et les prairies avoisinantes pour pondre leurs œufs. Les larves effectuent leur développement dans le sol à des profondeurs variables. Le développement larvaire se caractérise par 3 stades (note technique de l INPV de 1985) : le premier stade larvaire dure environ 6 mois, le deuxième stade larvaire dure 12 à 15 mois et le troisième stade larvaire dure un peu plus de 3 mois. Figure 1 : Photos du hanneton (Geotrogus deserticola blanck) (a : mâle, b : femelle, c : larves) Pictures of cockchafer (Geotrogus deserticola blanck) (a: male, b: female, c: larva) a b c DEGATS OCCASIONNEES PAR LES VERS BLANCS DES CEREALES Les vers blancs des céréales sont des ravageurs polyphages qui s attaquent pratiquement à toutes les cultures ainsi qu a de nombreuses plantes adventices (FABRE J. H., 1919). Les premières signalisations d infestations de vers blancs des céréales ont été relevées dans la wilaya d Oran durant les années 80 (K. ALI MOUSSA et A.LACHICHI, 1999). Les dégâts occasionnés sont variables en fonction de l année, du climat, de la culture en place et du précédent cultural. Il est connu que les journées pluvieuses permettent la propagation des larves dans les

3 parcelles avoisinantes (Note technique INPV, 1985). Les parcelles attaquées sont caractérisées par de larges taches sur les emblavures. Les dommages occasionnés peuvent être importants comme c est le cas de certaines parcelles de céréales observées dans différentes régions de notre circonscription (Figure 2) notamment au cours de l année 1994/1995 et de l année 2001/2002, les dégâts avaient atteint respectivement 2000 Ha et 1200 Ha dans la région d Oran (source Inspection Phytosanitaire de la Wilaya d Oran). Figure 2 : Répartition géographique des infestations de vers blancs des céréales dans les provinces de Wilaya Oran et Wilaya Ain Temouchent. Geographic distribution of crops white worms infestation in Algerians provinces of Wilaya Oran and Wilaya Ain Temouchent. L objectif de cette étude est l expérimentation de différentes méthodes de luttes mécaniques (travail du sol) et/ou chimique dans le but de diminuer les populations de vers blancs des céréales. Cette étude a été réalisée sur deux campagnes successives en 2002/2003 et 2003/2004. Cette étude a également permis de recueillir de nombreuses informations sur la biologie de ce ravageur. MATERIEL ET METHODE PRESENTATION DU SITE EXPERIMENTAL L étude a été menée à la ferme pilote «Si Miloud» commune Oued Tlelat dans la province d Oran qui est considérée comme une importante zone céréalière en Algérie régulièrement touchée par les infestations de vers blancs des céréales. Lors de la campagne 2000/2001, le site choisi avait subi une importante infestation d environ 50 individus au m². La parcelle choisie est de 9000 m² divisée en 6 blocs de 1500 m² chacun euxmêmes divisés en inter-blocs.

4 DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2002/2003 Les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes (Tableau 1). Tableau 1 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2002/2003. Different kinds of tillage on experimental plots during 2002/2003 Blocs Type de travaux Nombre Date de Travaux effectué d opération réalisation 1. Labour profond (trisocs) 23/09/02 A/A Itinéraire 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 07/10/02 4 complet 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 16/10/02 4. Hersage 02/12/02 B/B Labour moyen 3 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 23/09/02 07/10/02 02/12/02 C/C Labour 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 29/10/02 2 superficiel 2. Hersage 18/11/02 Tous Semis 1 Semis 23/12/03 Le labour profond consiste à retourner la terre jusqu à 40 cm de profondeur à l aide d une charrue. Le cover cropage est l utilisation du cover-crop qui est un outil très puissant pour les labours et la culture des terres arides. Le hersage est un travail du sol superficiel qui a pour fonction de le niveler. DISPOSITIF EXPERIMENTAL PENDANT LA CAMPAGNE 2003/2004 Pour la campagne 2003/2004, les blocs sur lesquels l étude a été menée ont reçu des façons culturales différentes suivies d un traitement chimique (Tableau 2). Tableau 2 : Travaux effectués au niveau des différents blocs pendant la campagne 2003/2004. Different kinds of tillage on experimental plots during 2003/2004 Blocs Type de travaux Nombre d opération A/A Travail du sol 4 B/B Labour moyen 3 C/C Labour superficiel 2 A /B /C Traitement chimique 1 Travaux effectué 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Labour superficiel (Cover-cropage) 4. Hersage 1. Labour profond (trisocs) 2. Labour superficiel (Cover-cropage) 3. Hersage 1. Labour superficiel (Cover-cropage) 2. Hersage Traitement au Dursban 5G à la dose de 25 kg/ha (3,75 kg/bloc) Date de réalisation 15/08/03 Novembre 2003 Décembre 2003 Janvier /08/03 Novembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Janvier 2004 Décembre 2003 Tous Semis 1 Semis 24/01/04

5 EVALUATION DES DEGATS Afin de quantifier la présence de vers blancs des céréales et de déterminer le taux d infestation, des prélèvements de terre ont été effectués. Ainsi, 3 à 4 prélèvements d une profondeur de 60 à 80 cm pour chaque parcelle élémentaire ont été réalisés durant chaque campagne. L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire (Tableau 3). Tableau 3 : Evaluation du niveau d infestation en fonction du nombre d individus Estimation of the level of infestation according to numbers of crops white worms Nombre d individus / m² Supérieur à 7 Entre 4 et 6 Entre 1 et 3 Niveau d infestation Forte Moyenne Faible RESULTATS PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) L évaluation des dégâts est en fonction du degré d infestation relevé au niveau de chaque parcelle élémentaire. Suivant les résultats obtenus pour la campagne 2002/2003 (Tableau 4), il a été constaté que les blocs A/A qui ont reçus des façons culturales correctes présentent une infestation de plus en plus faible par rapport aux blocs B/B qui ont eu des travaux du sol différents. Par ailleurs, les blocs C/C ont présentés une infestation plus importante que les blocs A/A et B/B. Tableau 4 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2002/2003 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2002/2003 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Janv. Févr. Mars Avril Mai Juin Juillet Août A Abs. 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM A Abs. 1 Ad. 2 Ad 1 Ad 1 AdM 1 AdM B Abs. 1 à 2 Ad. 3 à 4 Ad 1 à2 Ad 1 à2 AdM 1 AdM B 1 Ad 1 à 2 Ad. 1 à 2 Ad 1 à 2 Ad 1 à 2 AdM 2 AdM C 2L 2 à 3 Ad. 4 à 7 Ad 2 à 3 Ad 2 à 3 AdM 1 à 3 AdM C 2L 2 à 3 Ad 5 à 8 Ad 3 à 4 Ad 3 à 4 AdM 4 AdM les moissons le 13/07/2003 labour profond sur A/A et B /B le 15/08/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) A travers les sondages réalisés au niveau des blocs lors de la campagne 2003/2004 (Tableau 5), il a été constaté que la densité du ver blanc des céréales (Tableau 6) était moins importante (1 à 0 individus/m 2 ) dans les blocs traités chimiquement A /B /C par rapport aux blocs non traités A/B/C lesquels ont une densité d infestation moyenne de 2 à 3 individus/m 2. De même, les blocs qui ont subi les itinéraires techniques complets A/A présentent une infestation moindre de 1 à 2 individus/m 2 par rapport à ceux qui ont eu moins de travaux du sol B/B et C/C.

6 Tableau 5 : Résultats des prélèvements pour la campagne 2003/2004 (Abs : Absence, L : Larve, Ad : Adulte, AdM : Adulte Mort) Results of sampling during 2003/2004 (Abs: Absence, L: Larva, Ad: Adult, Adm: Dead Adult) Blocs Sep. / Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet A 1L 1L 1L Abs. 1L 2L 1L 2L - A 1 à 2 L. 1L Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. Abs. - B 2L 2à3L 2L 2L 2L 2L 2L 3L - B 2L 3L Abs. Abs. Abs. 1L 1L 1L - C 3L 4L 2L 2L 5L 7L 6L 7L - C 4L 5L Abs Abs. 2L. 3L. 3L. 4L. - Moissons Tableau 6 : Densité larvaire (individus par m²) lors de la campagne 2003/2004 Larval density (individual per m²) during 2003/2004 DISCUSSION PREMIERE ANNEE D ETUDE (2002/2003) Blocs expérimental Densité larvaire (ind./m²) A (traitée) Absence de larve A (non traitée) 1-2 larves B (traitée) Absence à 1 larve B (non traitée) 2 larves C (traitée) 2 à 3 larves C (non traitée) 5 à 7 larves La première année d étude montre l importance du travail du sol dans la diminution des populations des vers blancs des céréales. En effet, les blocs A/A ayant reçu l itinéraire le plus complet est la modalité la moins infestée. A l inverse, les blocs C/C n ayant subi qu un labour superficiel puis un hersage sont fortement infesté. En 2002/2003, les conditions climatiques ont favorisées la dynamique de population du ver blanc des céréales. Cette campagne agricole a été marquée par des fluctuations de températures et surtout des précipitations qui n ont pas été regulières. Une forte sécheresse a été relevée à partir du mois de juillet jusqu au mois d octobre. Nous avons pu observer les adultes d une génération en fin de cycle (Figure 3). Les premiers vols du hanneton ont eu lieu de février à avril. La période d accouplement des adultes, qui se fait à la surface du sol, a duré environ 3 mois. La période de ponte a eu lieu pendant le mois de mai. Les œufs sont déposés dans le sol à une profondeur de 3 à 4 cm de manière isolés ou en paquet de deux. Les pontes ont eu lieu surtout dans les sols frais et humides, dans notre cas, il s agit des parcelles BB et CC où une forte infestation d adventices a été constatée. Dans ces parcelles, nous avons pu constater une présence importante d adultes morts après la ponte. Après éclosion au mois de juillet, les jeunes larves se trouvaient à 15 cm de profondeur par rapport à la surface du sol. D après (L. MONTILLOT, 1891) les jeunes larves restent à fleur de terre, dès le mois d octobre et elles commencent à s enfoncer et se tiennent pendant l hiver à une profondeur qui varie entre 35 et 60 cm. Après les moissons, durant le mois de juillet, des labours profonds ont été effectués dans les blocs AA et BB. Les prélèvements qui ont été faits durant les périodes automnale et hivernale (septembre à janvier),

7 nous ont permis de voir que les larves se sont de plus en plus enfouies de 30 à 60 cm de profondeur. Cette observation peut s expliquer par le fait qu une sécheresse ait été enregistrée suivie par une forte pluviométrie en début d hiver (mois de Décembre). Ainsi, nous avons pu constater que c est au printemps que les larves provoquent la majeure partie des dégâts lorsque les céréales sont en développement. Durant cette période, les températures sont relativement fraîches, les larves sont dans la couche superficielle du sol. En période de sécheresse, les vers blancs des céréales se deplacent en profondeur à la recherche de fraicheur. En outre, une forte pluviométrie fait «fuir» les larves en profondeur pour échapper aux asphixies d eau. Figure 3 : Schéma représentatif du mouvement dans le sol et cycle de vie du hanneton des céréales durant la campagne agricole Drawing of life cycle and soil movement of crops cockchafer during 2002/2003 SECONDE ANNEE D ETUDE (2003/2004) La campagne 2003/2004 a été marquée par des températures plutôt stable et des précipitations qui sont reduites par rapport à la campagne précédente. Un manque de pluviométrie a été marqué à partir du mois de janvier jusqu au mois de mai. Cette deuxième partie qui complète la première étude, nous montre que l apparition des larves a eu lieu pendant les mois de juillet et août. La taille des larves étaient de plus en plus importante suivant les mois. Elle est passée de 0,5 mm au mois de Juillet à 1,5 cm à la fin du mois de mars. A la fin du premier stade larvaire, les larves atteignent environ 1 cm de long (L. MONTILLOT, 1891). Ce stade est d une durée de 6 mois (Note technique sur les vers blancs INPV., 1985). A partir de ces constats, nous pouvons dire que dans notre étude les larves ont achevé leur premier stade larvaire en Février. Les résultats de cette seconde campagne confirment ceux de la première : les blocs AA et BB ont montré des infestations beaucoup plus faibles par rapport à CC du fait de mesures prophylactiques plus importantes (travail du sol). Par ailleurs, les parcelles ayant reçu un traitement chimique à base de chlorpyrifos (A /B /C ) ont laissé apparaître une infestation bien inférieure aux parcelles témoins (A/B/C).

8 CONCLUSION Au vu des résultats obtenus, il apparaît clairement que le travail du sol influe sur la densité d infestation du ver blanc des céréales. Les façons culturales réalisées dans les parcelles expérimentales et le respect de l itinéraire technique a permis de réduire la population larvaire de façon croissante selon l importance des techniques culturales réalisées. Ainsi, la diminution du taux d infestation est encore plus remarquable dans les parcelles qui ont reçus, en plus des itinéraires techniques, un traitement chimique. A cet effet, nous recommandons aux céréaliculteurs qui veulent limiter les dégâts du ver blanc des céréales sur leurs parcelles d effectuer des labours superficiels en phase estivale suivis de labours profonds en période automnale. Le traitement chimique en phase automnale permet une protection supplémentaire pour la protection de la culture céréalière contre ce redoutable fléau. REMERCIEMENTS Cette modeste étude est née de notre curiosité pour les questions touchant les céréales de la zone Nord- Ouest Algérien. Toutefois, cette étude s est réellement concrétisée par la collaboration et l aide de quelques êtres chers, d abord nos parents pour leur support inconditionnel, ensuite notre Directeur qui a su nous remettre sur le bon choix des méthodes de la recherche, ainsi que les travailleurs de la ferme pilote «Si Miloud» Commune de Oued tlelat où a été réalisée l étude. BIBLIOGRAPHIE ALI MOUSSA K. ; LACHICHI A., 1999 Enquête sur le ver blanc dans la région Ouest Oran. BALACHOWSKYE, Entomologie (Appliqué à l agriculture) tome I : Coléoptères. FABRE J. H.,1919 Les ravageurs- Récit. Sur les insectes nuisibles à l agriculture. I.N.P.V Note technique sur les vers blancs. I.N.P.V. 1989, 1999 Enquête Nationale sur les vers blancs. MONTILLOT L., Les insectes nuisibles Ed Librairie baillière et fils Paris. TENDJAOUI B. ; BENLEBNA A. et IPW 2001, - Prospection sur le ver blanc à Ain Temouchent.

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE Identification Nom français : Punaise terne Nom latin : Lygus lineolaris Nom anglais : Tarnished plant bug Ordre : Hemiptera Famille

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015 1 A retenir cette semaine - Très nette accélération des stades phénologiques. - 81% des cuvettes piègent des charançons de la tige du colza cette semaine. Le risque va s amplifier en fin de semaine avec

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06.

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06. FICHE TECHNIQUE Méligèthe du colza Introduction L huile de colza bio est recherchée, mais la culture de colza bio est très exigeante. En particulier, le méligèthe du colza peut provoquer de fortes pertes

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Fiche technique. Comment lutter contre les nématodes parasites des cultures maraichères par la solarisation?

Fiche technique. Comment lutter contre les nématodes parasites des cultures maraichères par la solarisation? Institut National de la Recherche Agronomique du Niger Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Fiche technique RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger Comment lutter

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Note nationale BSV. Hannetons et vers blancs

Note nationale BSV. Hannetons et vers blancs Note nationale BSV Note rédigée par la DGAl-SDQPV. Version 2013 Hannetons et vers blancs Situation des hannetons sur le territoire Depuis le début des années 2000, des dégâts de plus en plus fréquents

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte?

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? En culture de maïs, le pourcentage de surfaces traitées avec un insecticide avoisinne actuellement les 3

Plus en détail

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Daniel Cormier, Ph. D. Institut de recherche et de développement d en agroenvironnement inc.. (IRDA), Québec, Canada Pourquoi

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Par Jean-Paul Soucy, agr. Les acariens nuisibles en serre Tétranyque à deux points Tétranyque de Lewis Acariens des bulbes Mite du cyclamen/tarsonème du

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Lesauxiliaires auxiliaires Les enarboriculture arboriculture en Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Insectes pollinisateurs : respecter les

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Tous fr uitiers Le réseau d épidémio-surveillance en arboriculture (pomme, poire, cerise, prune) pour la région Centre comprend actuellement 44 parcelles tous piégeages confondus. Le réseau «carpocapse

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL Évaluation du type de dommage causé par la punaise pentatomide verte, Acrosternum hilare (Say) selon le développement des fruits (pommes et raisins) CRAM- 1-12-1595 Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison ELEMENTS DE BIOLOGIE DU PSYLLE DE L ELAEAGNUS, CACOPSYLLA FULGURALIS (KUWAYAMA, 1908) [HEMIPTERA : PSYLLIDAE] ET RELATIONS AVEC SES AUXILIAIRES SPONTANÉS A. FERRE ET M. BEAUJEAN LIFE HISTORY TRAITS OF

Plus en détail

Ray-grass anglais auto-regarnissant

Ray-grass anglais auto-regarnissant Robuste COMME L ACIER Ray-grass anglais auto-regarnissant Une technologie révolutionnaire : auto-regarnissage et tolérance au jeu la plus élevée, même avec une tonte courte! RPR technology inside! RPR

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir le passage au Qu'est-ce que le? C'est travailler le sol sans retournement (sans labour) sur tout ou partie des parcelles de l'exploitation, avec pour objectif à priori l'abandon définitif de la charrue.

Plus en détail

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes

Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Projet MERINOVA : Les risques météorologiques comme moteurs d innovation environnementale dans la gestion des agro-écosystèmes Y. Curnel 1, F. Vanwindekens 1, A. Gobin 2, S. Zamani 3, H. Van de Vijver

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 10 5 juin 2015 Ce qu'il faut retenir Balanin : des balanins sont présents en verger et d'après les dissections de femelles et de mâles, les accouplements devraient commencer dans les prochains jours.

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Journée scientifique 21 novembre «Base de données e-prpv Etat des lieux et perspectives Bernard Reynaud, Henri Brouchoud, Bruno Hostachy»

Journée scientifique 21 novembre «Base de données e-prpv Etat des lieux et perspectives Bernard Reynaud, Henri Brouchoud, Bruno Hostachy» Journée scientifique 21 novembre «Base de données e-prpv Etat des lieux et perspectives Bernard Reynaud, Henri Brouchoud, Bruno Hostachy» Sécurité alimentaire et Changement climatique : l Indianocéanie

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

La production de Semences potagères

La production de Semences potagères La production de Semences potagères Intérêts de l autoproduction de semences Les producteurs qui se lancent dans leur propre production de semences le font pour diverses raisons. Maintien d une biodiversité

Plus en détail

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons.

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons. Maïs Culture 4.5.11 Généralité Le maïs : est gourmand en éléments fertilisants; met bien en valeur l azote organique; est un fourrage de qualité. Type de sol, climat Sol Favorables Profond; bien structuré;

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Congrès International sur l Assurance et la Réassurance des Risques Agricoles

Plus en détail

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté Bulletin N 11-24 juillet 2015 INSCRIPTIONS Si vous ne recevez pas le BSV Légumes chaque semaine, vous pouvez vous inscrire aux listes diffusion de votre choix

Plus en détail

Semis direct du maïs

Semis direct du maïs Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Semis direct du maïs Etude comparative de différents semoirs pour semis direct Bernhard Streit Journée d information

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Le printemps et l été du compost

Le printemps et l été du compost Le printemps et l été du compost Le printemps du compost 1 A la sortie de l hiver, le compost est souvent trop tassé et/ou trop humide. Il faut, avant les nouveaux apports, penser à bien l aérer en faisant

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Trichogrammes. Les. dans le maïs sucré. Lutte contre la pyrale du maïs

Trichogrammes. Les. dans le maïs sucré. Lutte contre la pyrale du maïs Les Trichogrammes dans le maïs sucré Lutte contre la pyrale du maïs hristine Jean iologiste-entomologiste hargée de projet Para-io Saint-ugustin-de-Desmaures (Québec) Remerciements Para-io et l auteure

Plus en détail

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor MISE EN GARDE : Les recettes de pesticides «maison» présentées ci-dessous (destinées à un usage domestique) sont données à

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 26 7 Août 2015 Ce qu'il faut retenir Prairie Quelques chenilles présentes. Soja ANIMATEURS FILIERE Céréales à paille DESIRE Sylvie / FDGDON 64 s.desire@pa.chambagri.fr Suppléance : ARVALIS a.carrera@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle

Agriculture paysanne durable: innovations et meilleures pratiques aux fins de transposition et de reproduction à plus grande échelle Méthodes innovantes d amélioration sylvo-pastorale: Le cas du projet de lutte participative contre la désertification et de réduction de la pauvreté dans les écosystèmes arides et semi-arides des hauts

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES Version A Aide sollicitée auprès du Conseil Régional de Picardie au titre de (cocher l aide sollicitée) : o L investissement en agriculture biologique o

Plus en détail

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie

Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Programme financé par l Union européenne Séminaire de présentation du Programme d'appui à la Diversification de l'économie en Algérie Les appuis du Programme DIVECO visant à diversifier l économie algérienne

Plus en détail

Royaume du Maroc Secrétariat d État auprès du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau et de l Environnement, Chargé de l Eau et de l Environnement Direction de la Météorologie Nationale Variabilité

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Asian longhorned beetle (ALB) Longicorne asiatique Photo LNPV DRAAF - SRAL ALSACE Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora

Plus en détail

Influence du semis direct et des techniques culturales simplifiées sur les propriétés d'un sol de la ferme pilote Sersour (Sétif)

Influence du semis direct et des techniques culturales simplifiées sur les propriétés d'un sol de la ferme pilote Sersour (Sétif) Influence du semis direct et des techniques culturales simplifiées sur les propriétés d'un sol de la ferme pilote Sersour (Sétif) Bouzrara S., Ould Ferroukh M.E.H., Bouguendouz A. in Bouzerzour H. (ed.),

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 A retenir Maïs Fin du vol de pyrale, mais les premières larves sont visibles dans les tiges, peu d Héliothis cette semaine. Betteraves sucrières

Plus en détail

Guide pour une PELOUSE IMPECCABLE OBTENEZ L AVANTAGE

Guide pour une PELOUSE IMPECCABLE OBTENEZ L AVANTAGE Guide pour une PELOUSE IMPECCABLE 2012 OBTENEZ L AVANTAGE 1 UNE PELOUSE EN SANTÉ PROFITE À LA FAMILLE Les familles canadiennes adorent leur pelouse. Elle leur procure un terrain sûr pour le jeu et les

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Les Vers Blancs (Hannetons et assimilés) (Anomala spp., Amphimallon spp., Rhizotrogus spp. et Melolontha spp.)

Les Vers Blancs (Hannetons et assimilés) (Anomala spp., Amphimallon spp., Rhizotrogus spp. et Melolontha spp.) Les Vers Blancs (Hannetons et assimilés) (Anomala spp., Amphimallon spp., Rhizotrogus spp. et Melolontha spp.) Rhizotrogus aestivus Anomala dubia Baral, 2005 Kouassi, 2010 Amphimallon soltitiale Melolontha

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Ver de la grappe: cochylis

Ver de la grappe: cochylis Fiche: 050 Ver de la grappe: cochylis (Eupoecilia ambiguella Hb.) Auteurs: P.-J. Charmillot, D. Pasquier, U. Remund et E. Boller Aire de répartition La cochylis de la vigne est une tordeuse dont l'aire

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail