LES CARACTÉRISTIQUES DU LAC DE GRAND- LIEU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CARACTÉRISTIQUES DU LAC DE GRAND- LIEU"

Transcription

1 Panneau réalisé par Chloé, Antoine et Mounir. 1 LES CARACTÉRISTIQUES DU LAC DE GRAND- LIEU Situé au Sud- Ouest de Nantes, à une dizaine de kilomètres au Sud de la Loire. Entouré de plusieurs petites communes telles que Saint Philbert de Grand Lieu, Saint Aignan de Grand Lieu ou encore Bouaye. Alimenté par L'Ognon et la Boulogne. Type : Lac de plaine, long de 62 km (le plus grand de France en hiver) Diamètre : 5 km Profondeur : 2 mètres environ l'été, 4 mètres en hiver BASSIN VERSANT? Les gouttes de pluies tombent dans les rivières. Ces dernières conduisent les gouttes d'eau vers le lac qui les rejette. Le lac ne connaît donc pas de crue Dramatique grâce au barrage qui régule le niveau d'eau dans le lac. Terre Barrage Goutte d'eau Lac Rivières + Direction des gouttes de pluie

2 3 LA FAUNE ET LA FLORE DU LAC Le Lac de Grand- Lieu est un refuge protégé qui est propice à la vie, habité par plusieurs centaines d'espèces animales et végétales. On y trouve 270 espèces d'oiseaux : les échassiers, l'aigrette, la spatule, les canards ou encore le héron cendré, ce qui le place au deuxième rang en termes de richesse d'oiseaux en France, après la Camargue. 19 espèces de reptiles et batraciens, 30 espèces de poissons et une cinquantaine de mammifères sont également présents. Le lac contient 250 espèces de végétaux supérieurs et 220 d'algues. Flore : On peut considérer que ce lac est important puisqu'il contient huit plantes protégées au niveau international. Parmi elles, le nénuphar blanc. Les zones inondables sont composées de roselières, de forêts reposant sur de la vase, de prairies marécageuses. En bordure des zones boueuses, on trouve des fougères de marais et des saules. L'abondance de la flore le rend en outre inaccessible et mystérieux pour le visiteur. Faune : Le Lac de Grand Lieu accueille d'importantes espèces d'oiseaux, en particulier aquatiques. Parmi eux l'ibis sacré d'origine africaine, échappé du parc de Branféré dans le Morbihan, il y a plus de vingt ans. 30 espèces de poissons peuplent actuellement les eaux du lac de Grand Lieu. On y trouve l'anguille qui constitue presque l'essentiel de la pêche avec le brochet, le sandre récemment implanté, et le gardon, la brème, la carpe, la perche soleil, le poisson- chat et le carassin. Panneau réalisé par Marion, Anaïs, Alix

3 4 UNE EAU DE QUALITÉ, POUR QUOI FAIRE? La notion de bonne qualité de l'eau dépend de ses différents usages :. Pour la boisson : En France, des lois fixent des normes de qualité à respecter pour un certain nombre de substances dans l eau potable. Les principales substances sont les sels minéraux, le plomb, les nitrates, les pesticides et les bactéries.. Pour la baignade : La mesure de la qualité de l eau es effectuée selon les dispositions du code de la santé publique La qualité des eaux de baignade est évaluée par deux types d indicateurs : microbiologiques (bactéries) et physico- chimiques.. Pour la vie de la faune et de la flore : L'eau doit contenir certains éléments dont la quantité idéale est déterminé par des échelles de valeurs. L'eau du Lac de Grand- Lieu sert principalement pour la vie de sa faune et sa flore, dans le lac et aux alentours. Le lac de Grand- Lieu possède une turbidité assez forte surtout vers l'automne et la période post automne, dû à la végétation, mais cela est compensé par l'ensoleillement Il y a donc assez de lumière pour que la vie se développe. On trouve une eau oxygénée, surtout en hiver, avec la décomposition des feuilles mortes dans l'eau. Un Ph assez élevé et une eau assez basique, de mauvaise qualité d'eau pour le développement de la vie... Cela s'explique par une forte quantité de chlorophylle a et de phycocyanine (cyano- bactérie : voir le graphique ci- contre). Quantité de phycocyanine élevée. Ceci explique le Ph basique, et eau turbide à cause du surdépôt de microorganismes. Panneau réalisé par Baptiste et Maïwenn

4 5 LES MÉTIERS AUTOUR DU LAC Aujourd'hui, le lac de Grand- Lieu procure plusieurs métiers tels que pêcheurs, agriculteurs scientifiques ( dans différents domaines ). Pour leur profit, les pêcheurs voudraient que le niveau de l'eau soit très élevé toute l'année. Les agriculteurs voudraient voir le niveau de l'eau du Lac de Grand Lieu baisser pour pouvoir agrandir leurs terres, ce qui provoque des conflits d'intérêts. Le nombre de pêcheurs individuels a considérablement diminué lors de ces dix dernières années sur le Lac de Grand- Lieu. Ces pêcheurs naviguent sur des plates, embarcations pointues à l'avant et à l'arrière relevées en voûte, dont le déplacement s'effectue à la perche ou au moteur. L'anguille, qui constitue la part principale de la production est pêchée toute l'année. En attendant la vente, les poissons sont maintenus en pleine eau dans des viviers. L'agriculture dans la zone du lac est dite extensive. Les prairies humides accueillent le pâturage et l'élevage de bovins. Il y a 1200 a 1300 hectares utilisés Lorsque le niveau de l'eau baisse, les terres des agriculteurs deviennent plus grandes. Il y a environ 300 exploitations qui environnent le lac de Grand- Lieu. Les scientifiques exercent un suivi précis du Lac de Grand- Lie et de la qualité de son eau. Les mesures sont effectuées par des sondes puis analysées par des chercheurs. Afin de permettre des calculs fiables, il est nécessaire de réaliser des prélèvements 24h/24. Panneau réalisé par Tom, Alexandre, Marvin Lycée la Colinière Laboratoire de géodynamique Université de Nantes

5 7 MEASURING DEVICES The region of Pays de la Loire has funded a chemical survey of the lake, which has started in February The objectives are: - the study of the sedimentation in the waters of the Grand- Lieu lake. - the identification of the nutrients in the lake. - a better management of the water in order to decrease the pollution in the lake. A raft built by the Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN) carries two autonomous probes measuring physicochemical parameters and primary productivity (chlorophyll and Phycocyanin). WIZ measures 4 parameters during 30 minutes : nitrites, nitrates, ammonium and phosphates. WIZ operates within temperatures ranging from 4 C to 40 C. It has an autonomy of 45 days. WIZ receives instructions by SMS. It uses a multi- beam fiber optic colorimeter with a silicon detector and a fluorimetric detector. YSi measures : dissolved oxygen, turbidity, conductance, amount of chlorophyll and phycocyanin into the water. It has an autonomy of 75 days. Panneau réalisé par Claire, Noémie & Charlotte Lycée la Colinière Laboratoire de géodynamique Université de Nantes

LE POINT DE VUE DE FNE

LE POINT DE VUE DE FNE LE POINT DE VUE DE FNE Voir à ce sujet les articles suivants : - «Pour une eau vivante : la fin des barrages?» de la Lettre eau N 2 (juin 1996) - «Rapport de la Commission Mondiale des Barrages : les clés

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS

VANNES, VIS SANS FIN, POMPES D ASSÈCHEMENT DES MARAIS La Directive Cadre sur l Eau (DCE, n 2000/60/CE) fixe comme objectif pour 2015 l atteinte du bon état ou du bon potentiel écologique des eaux de surface. Ces états écologiques sont appréciés par la qualité

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B. ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014

RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B. ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014 COMITE GENEVOIS POUR L UTILISATION DU FONDS ECO-ELECTRICITE RAPPORT ANNUEL 2014 PARTIE B ETAT D AVANCEMENT DES MESURES au 31.12.2014 Bassin versant Rhône Délai réalisation accordé 31.03.2014 Terminé 2014

Plus en détail

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE :

TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : TRAVAUX RESTAURATION MORPHOLOGIQUE ET DIVERSIFICATION D HABITATS SUR L ÈVRE A LA JUBAUDIERE : Bassin versant de l Èvre : - Superficie : 573 km² - 45 communes concernées - Longueur de cours d eau cumulée

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui?

La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? La gestion des bassins versants : c est l affaire de qui? Journée montérégienne de santé publique 7 juin 2006 Chantal d Auteuil, directrice générale La Corporation Bassin Versant Baie Missisquoi Organisme

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

La rigole d Hilvern, encore plus belle

La rigole d Hilvern, encore plus belle DÉVELOPPEMENT CÔTES D ARMOR D Randonnée et Espaces naturels La rigole d Hilvern, encore plus belle Le détail de 5 ans de chantier Votre Conseil général le développement, favoriser l essor de tous 1 2 1

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 1 Relations alimentaires entre les êtres vivants 1 1 Les chaines alimentaires. Une chaine alimentaire est constituée par une succession d êtres vivants

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte REPUBLIQUE DU BENIN Cotonou, le 1 i MAI 2009 MINISTERE DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ET INSTITUTIONNELLE DIRECTION DES PROGRAMMES DE REFORME ADMINISTRATIVE Le Directeur des Programmes de Réforme Administrative

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Nouvelle édition donc, nouveau défi : Cette année, les MASTERS se dérouleront sous un nouveau format en 2 MANCHES!!!

Nouvelle édition donc, nouveau défi : Cette année, les MASTERS se dérouleront sous un nouveau format en 2 MANCHES!!! Et de 7! 7 ans déjà que nous avons lancé le pari fou d une compétition d un nouveau genre et on peut dire que la mayonnaise a pris puisque d autres nous ont emboité le pas! Avec les compliments et les

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde.

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde. Le dossier du CME : Le circuit de l eau potable Aujourd hui, il nous suffit d ouvrir le robinet pour profiter à volonté d une eau de qualité. Après avoir été traitée, et stockée, l eau est distribuée grâce

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

De la qualité des milieux aquatiques dépendent de nombreux services rendus à la société

De la qualité des milieux aquatiques dépendent de nombreux services rendus à la société Pourquoi restaurer? 2 De la qualité des milieux aquatiques dépendent de nombreux services rendus à la société L essentiel Les sociétés dépendent des fleuves et des rivières en bon état pour assurer leur

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA CONSULTATION

RÉSULTATS DE LA CONSULTATION RÉSULTATS DE LA CONSULTATION des propriétaires du Lac Sept-Îles SUR LE PLAN D ACTION Avril 2009 OBJECTIFS DE LA CONSULTATION Mesurer le niveau de préoccupations des résidants pour la protection de la qualité

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES EAUX DU LÉMAN NO 36 JUILLET 2008

BULLETIN D INFORMATION DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES EAUX DU LÉMAN NO 36 JUILLET 2008 BULLETIN D INFORMATION DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES EAUX DU LÉMAN NO 36 JUILLET 2008 La Lettre du Léman Sommaire Dossier Le fonctionnement du Léman (II) Assainissement Un système

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Inauguré en juin 2013, le centre régional pour la biodiversité Beautour redonne vie à l héritage

Plus en détail

FEDERATION DE LA CORREZE POUR LA PECHE ET LA PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE

FEDERATION DE LA CORREZE POUR LA PECHE ET LA PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE FEDERATION DE LA CORREZE POUR LA PECHE ET LA PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE Agréée au titre de la protection de la nature (Loi du 10 juillet 1976) 33 bis, place Abbé Tournet 19000 TULLE Téléphone : 05

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Au printemps surtout et durant l'été, il sera important de contrôler et d'ajuster certain paramètres qui constituent la chimie de l'eau. Cet étape est bien souvent

Plus en détail

Destination Suède. Le temple des carnassiers

Destination Suède. Le temple des carnassiers GP - CHASSE ET PECHE 12, rue de Saussure - 75017 PARIS Tél : 01 47 64 47 47 - Télécopie : 01 47 64 47 48 E-mail : gp.guy.geffroy@wanadoo.fr Destination Suède SIBBO LAKE & RAGO ISLAND Le temple des carnassiers

Plus en détail

Restaurer une mare. Impliquer des partenaires

Restaurer une mare. Impliquer des partenaires C O N N A I T R E P O U R A G I R1/ 1/4 Restaurer une mare Pourquoi restaurer une mare? «Ma mare est en mauvais état», «Ma mare ne tient plus l eau», «Les berges de ma mare s effondrent» «Il y a une mare

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Benoît LAMORT 6 rue de la Croix Boissée 91580 ETRECHY SIRET 429 734 007 000 25 APE 741G

Benoît LAMORT 6 rue de la Croix Boissée 91580 ETRECHY SIRET 429 734 007 000 25 APE 741G Mission de définition et de faisabilité de la rénovation et l'extension de l'aquarium de Trégastel (Cotesd'Armor). Aquarium présentant la faune locale dans un réseau de grottes naturelles sous un chaos

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Hinni vous souhaite la bienvenue

Hinni vous souhaite la bienvenue Hinni vous souhaite la bienvenue 1 1 Hinni SA Notre société Fondée en 1990. Champs d activité: hydrantes, pièces de rechange, contrôle et révision des hydrantes, contrôle des vannes, système de surveillance

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

Barrage & usine d'eguzon

Barrage & usine d'eguzon Barrage & usine d'eguzon L'usine et le barrage d'eguzon appartiennent à une chaîne d'aménagements de 6 barrages (Champsanglard, Chezelles, l'age, Roche-au-Moine, Roche-bat-l'Aigue et Eguzon) implantés

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

L univers des tortues aquatiques Bien s occuper de son aquaterrarium

L univers des tortues aquatiques Bien s occuper de son aquaterrarium L univers des tortues aquatiques Bien s occuper de son aquaterrarium Pour plus amples informations : www.tetra.net Un univers fascinant Notre planète est peuplée de nombreux reptiles terrestres et aquatiques.

Plus en détail

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle 2009 NADICO Ltd. Germany www.nadico.de Le revêtement Titan Effect TE1022 améliorer la rentabilité des installations solaires

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Tableau synthèse du Plan d'action du SECTEUR FLEUVE de la Zone Bécancour

Tableau synthèse du Plan d'action du SECTEUR FLEUVE de la Zone Bécancour Ensemble du secteur Fleuve Appliquer la Loi sur le régime des eaux (FL-B2,3,3) Tableau synthèse du Plan d'action du SECTEUR FLEUVE de la Zone Bécancour Priorité 1 - Actions d'application règlementaire

Plus en détail

SELLE Masse d'eau AR51

SELLE Masse d'eau AR51 SELLE Masse d'eau AR51 Présentation Générale : Superficie : 720 m² exutoire : Somme canalisée à Amiens longueur des cours d'eaux principaux : 63,27 km Population du bassin Versant 2006 : 28 211 hab Évolution

Plus en détail

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015.

Dossier de presse. Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire. Inauguration 6 mars 2015. LABO CE A Pl ouf r agan ( 22) Deux nouveaux bâtiments pour la santé publique et la sécurité sanitaire Dossier de presse Inauguration 6 mars 2015 Contacts presse Conseil général des Côtes d'armor Caroline

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables?

Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? Letondu Noëmie Baudin Nathan 3 C Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? Quels sont les avantages et les inconvénients des énergies renouvelables? I. Ce qu'est une énergie

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail