Pour protéger l'environnement, faut-il abattre la croissance? Edwin Zaccai

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour protéger l'environnement, faut-il abattre la croissance? Edwin Zaccai"

Transcription

1 Pour protéger l'environnement, faut-il abattre la croissance? Edwin Zaccai A paraître dans Heering A. et Leyens S. (éds.), Stratégies de développement durable. Développement, environnement ou justice sociale?, Presses Universitaires de Namur, 2009, ISBN Croissance économique contre protection de l'environnement? Limites à la croissance, croissance durable, décroissance? Les débats relatifs à l'écologie sont accoutumés à se préoccuper des oppositions ou conciliations possibles entre croissance économique et environnement. Mais se focaliser sur la croissance est-ce la bonne question dans ces contextes, et de quelle croissance est-il question? Pour alimenter ce débat, nous commençons par remonter en amont de la notion de croissance pour décrire les différentes relations possibles entre produit économique et dommages infligés à l'environnement, montrant que le premier est un indicateur à la fois incomplet et indirect en ces matières. Dans un deuxième temps, pour comprendre l'importance cruciale donnée à la croissance, nous reviendrons à ses origines dans le cadre de la révolution industrielle. Avec ces éléments, nous donnerons des aperçus différenciés sur la situation dans trois types de régions du monde aujourd'hui et au futur, à la fois sous l'angle du rôle de la croissance, et des principaux problèmes qui en découlent pour l'environnement. Nous pourrons alors dans un dernier temps confronter ces éléments empiriques à différents principes qui ont été proposés ces dernières décennies dans le contexte du développement durable au sens large, pour limiter les impacts environnementaux issus de la croissance La croissance économique: un indicateur indirect et biaisé des atteintes à l'environnement 1.1. Différencier les activités La croissance économique est définie comme l'évolution à la hausse, d'un produit, autrement dit d'une somme monétaire. Pour fixer les idées considérons la situation en ce qui concerne un pays. Le Produit intérieur brut (PIB) est, pour simplifier, la somme des valeurs des activités menées par les résidents durant un an. Concentrons-nous sur ce PIB. Du point de vue de l'environnement, plusieurs cas sont possibles. Certaines activités dont la valeur est comprise dans le PIB ont des impacts sur l'environnement, par exemple des productions industrielles. D'autres, également valorisées dans le PIB, n'en ont presque pas, par exemple les honoraires d'un avocat. Par ailleurs, certaines activités non comprises dans le PIB ont également un impact sur l'environnement, 1 Un dossier intéressant à consulter a été publié sur le même type de question par les Cahiers Français sous le titre "Développement et environnement". CAHIERS FRANÇAIS, «Développement et environnement», n 337, mars- avril

2 par exemple pour des ruraux pauvres en quasi autosubsistance, une déforestation. D'autres activités non comprises dans le PIB n'ont guère d'impact. Activités / Impacts Impacts Peu ou pas d'impact Augmentent le PIB Ex. : production industrielle Ex. prestation intellectuelle Non incluses dans le PIB Ex.: agriculture en autosubsistance Tableau 1 Ex. : activité sociale Le PIB s'avère donc être un marqueur indirect et incomplet des atteintes à l'environnement. En outre, les valeurs relatives de ses composantes sont loin d'être directement corrélées à l'importance des impacts sur l'environnement. Ainsi par exemple, dans les pays industrialisés, l'énergie ne pèse que quelques pourcents du PIB, alors que les impacts climatiques qui sont attendus de cette utilisation constituent une menace potentiellement catastrophique à long terme (et d'ailleurs aussi une source considérable de fragilité pour la croissance elle-même, voir plus loin). A l'inverse toujours dans ces mêmes pays, les services pèsent plus de la moitié du PIB, et génèrent proportionnellement moins d'impacts que l'industrie et l'agriculture. Cependant, les activités menées dans une société vont se traduire par des impacts matériels en fonction de sa structure technique générale de production et de consommation (voir 3). Par exemple si une activité artistique n'a a priori que peu d'incidences sur l'environnement, dans certaines sociétés des manifestations artistiques peuvent entraîner la mobilisation de très larges infrastructures et générer des impacts de déplacements importants (concerts, expositions à grand succès, ) En outre, des activités intellectuelles sans impact environnemental direct peuvent être à la source d'impacts indirects importants (par ex. le travail intellectuel menant à un brevet appliqué ensuite à de la production). En conclusion, dans des sociétés très monétarisées et à impact environnemental général élevé, souvent le PIB va être modifié quand il se passe quelque chose, mais ce qu'il mesure est loin d'être bien corrélé aux impacts environnementaux, comme le soulignent d'ailleurs de très nombreux travaux critiques sur les indicateurs de richesse Différencier les impacts sur l'environnement Avant de revenir au concept de croissance, détaillons encore un peu les impacts sur l'environnement. Cette expression agrège elle aussi de nombreux phénomènes de nature et 2 Voir par exemple GADREY J., "Evaluations des biens environnementaux et nouveaux indicateurs de richesse", Cahiers français, «Développement et environnement», n 337, mars- avril 2007, p ; et l'important rapport de la Commission Stiglitz mandatée par N. Sarkozy, STIGLITZ J., SEN A. et FITOUSSI J-P., Rapport de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social, 2

3 d'importance diverses. On peut notamment distinguer l'utilisation de ressources renouvelables (par exemple l'eau, les forêts), ou non (par exemple le pétrole) d'une part, et de l'autre les impacts (émissions, effluents, déchets, ) des activités sur diverses composantes de l'environnement. Ces impacts sont eux-mêmes extrêmement variés, certains locaux (une pollution du sol), d'autres régionaux (pollution de l'air), voire mondiaux (dérèglements climatiques). En outre, certains impacts sont réparables, comme le montre l'amélioration de la qualité des eaux de surface, ou de l'air dans certains lieux, d'autres ne le sont pas dans un avenir prévisible, comme la disparition d'espèces ou des changements importants d'environnement. Via la combinaison de différentes caractéristiques, jointes à l'importance qui leur est donnée par tel ou tel groupe humain, certains impacts seront réputés plus graves que d'autres, et cela fait beaucoup de différence par rapport à une notion abstraite de respect de l'environnement 3. En toute généralité, la fabrication et la production effectuées par l'homme dans tout type d'activités utilisent des quantités variables de ressources naturelles et produisent différents impacts. D'une façon intuitive, la durabilité de productions sous l'angle écologique, peut se dire de celles qui permettent aux ressources de ne pas s'épuiser sur une longue période de temps. Ainsi en est-il de l'agriculture traditionnelle, ou de productions à partir de ressources renouvelables. Au sens strict, pourtant ce type de production a bien un effet sur l'environnement: un champ cultivé, même de façon "durable", modifie la situation écologique antérieure, de même qu'une pêche respectant la régénération des poissons exploités, etc. Toutefois, selon les critères habituels, on considère généralement (bien que ce ne soit pas le cas dans les conceptions d'écologie profonde), que la possible durabilité du point de vue des ressources de l'environnement constitue un critère environnemental suffisant. On peut donc dans cette optique concevoir une activité, agricole par exemple, qui va générer un produit monétaire, et une croissance de celui-ci, tout en étant compatible avec le respect de l'environnement. Que retenir de ces éléments? Ce qu'il faut considérer si on se soucie des impacts d'activités humaines sur l'environnement, y compris au niveau des pays, est le type de ressources consommées, leur caractère critique (irremplaçable, essentiel), et la nature, la gravité, les conséquences des impacts générés par ces activités. Les valeurs monétaires agrégées données aux différentes activités, par exemple via le PIB, ne sont pas un reflet fidèle de ces impacts, et par conséquent, la croissance (ou la décroissance) de ces valeurs ne l'est pas non plus. Ceci étant, on peut s'attendre à ce qu'une croissance d'activités reflétée par celle du PIB, résulte en une augmentation des pressions sur l'environnement si elle est d'un ordre de grandeur important, et perdure pendant une longue période. Or c'est bien ce qui s'est produit dans les pays industrialisés, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous. En Europe de l'ouest, le PNB par habitant a été multiplié par 15 (22000/1400) entre 1820 et 1992 (en 3 Pour de nombreuses données et analyses, voir par exemple les rapports PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L'ENVIRONNEMENT (PNUE), Geo-4, Nairobi, Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2007; EUROPEAN ENVIRONMENTAL AGENCY, State of the Environment Report, Copenhague, EEA, Pour la Région wallonne, on consultera CELLULE ETAT DE L'ENVIRONNEMENT WALLON (CEEW), Tableau de bord de l'environnement wallon, Namur, DGARNE,

4 dollars constants) 4. Sachant en outre que la population a plus que quadruplé, on a là un indice d'une augmentation sous-jacente d'impacts sur l'environnement. Toutefois, en fonction de ce qui a été dit plus haut, ce n'est qu'un indice, car a priori en regardant cette seule courbe, on ne peut augurer des impacts qui sont en jeu. Mais de fait l'intensification agricole, la production industrielle de masse, et l'augmentation sans précédent de l utilisation d'énergies fossiles, impliquées derrière ces augmentations, résultent en des impacts considérables sur l'environnement. Evolution du PNB par habitant ( ), en dollars internationaux constants de /.1 à 20./. 1 à 4 Sources : A. Maddison (1995). Ch. Vandermotten & P. Marissaal, TOME 1, 1998, p 64 5 Graphique 1 2. La croissance: pourquoi, comment S'il est important d'analyser quels impacts sur l'environnement sont causés par l'augmentation des activités humaines, il n'est pas possible de faire l'impasse sur une compréhension des ressorts et de la place de la croissance économique dans les sociétés. Sans cela, il est bien difficile de se faire une idée sur la validité de diverses propositions formulées sur la croissance pour limiter les impacts sur l'environnement (voir 4). Ce sujet est lui-même vaste, d'autant que dans le cas qui nous occupe, nous ne voulons pas directement appliquer la réflexion à une période et à un lieu donnés, et que comme on va le voir, ces conditions peuvent modifier très fortement les réflexions générales sur la 4 VANDERMOTTEN Ch. et MARISSAL P., La production des espaces économiques, Tome 1, Editions de l'université de Bruxelles,

5 croissance. Nous nous limiterons ici à trois aspects fondamentaux en relation avec le modèle historique de la croissance des pays industrialisés depuis le 19 ème siècle. D'un point de vue historique, en particulier à partir de ce qu'on a appelé la révolution industrielle, des gains de productivité se sont manifestés dans l'agriculture d'abord, dans l'industrie ensuite, et continuent à se produire dans tous les secteurs. Il s'agit essentiellement de productivité en termes de travail humain, et dans une moindre mesure, de matières. Dans l'agriculture le nombre de travailleurs nécessaires a diminué de façon très spectaculaire. A peu près en même temps, la production industrielle, soutenue par l'énergie et l'innovation technique, a non seulement fait baisser considérablement les coûts des produits usuels, mais a multiplié ces produits et continue de le faire. Des croissances matérielles de quantité de produits et d'énergie se sont ainsi réalisées, accompagnées de croissances considérables de valeurs de produits et services échangeables sur un marché. Si dans une économie préindustrielle, la part du budget des ménages pour assurer un besoin de base comme l'alimentation est majoritaire, elle tombe à quinze pourcents en Europe 5 où, en outre, l'abondance de l'alimentation est bien supérieure à celles des pays les plus pauvres. Du point de vue des individus ces transformations sans égales dans l'histoire à cette échelle ont façonné la vision d'une société en évolution rapide, où il est possible d'attendre des améliorations sur la durée d'une vie. Les morales et religions préindustrielles, avec leurs préceptes orientés vers la satisfaction de besoins spirituels, ont perdu de leur influence dans un contexte où des changements matériels inédits se répandaient. Pour certains sociologues, il y aurait même une concurrence de "dieux" entre la morale traditionnelle religieuse, et les prescriptions des modes et de la publicité 6, concurrence qui n'est d'ailleurs pas étrangère au fait que la consommation ait été dès son origine l'objet de visions moralement négatives toujours prêtes à se ranimer (le latin consumare ou consumer, brûler, détruire; contrairement au travailleur, au producteur, qui lui est perçu positivement) 7. Ce sera le cas notamment sous l'angle d'une critique de ses effets sur l'environnement (dans le contexte de la décroissance notamment, voir 4). Un certain nombre d'indicateurs suggèrent cependant aujourd'hui que cette amélioration à l'échelle d'une vie est, dans les pays riches, plus sujette à caution que durant les dites Trente glorieuses, ce qui ne va pas sans alimenter des réflexions sur les conditions de la durabilité d'un développement 8. Un troisième aspect fondamental de la croissance économique est le point de vue d'investisseurs de capitaux, privés ou publics. Les investisseurs considèrent comme normal de rémunérer (le risque de) leur investissement par une part de profit. Existant dans nombre 5 Chiffre approximatif pour l'ue en Source: EUROPEAN ENVIRONMENTAL AGENCY, Household consumption and the environment, EEA Report N 11/2005, p DESJEUX D., La consommation, Paris, PUF, Que Sais-je?, HEILBRUNN B., La consommation et ses sociologies, Paris, Armand Colin, Collection 128, Il faut toutefois rappeler que nombre de cultures traditionnelles incluent aussi des fêtes donnant lieu à d'importantes consommations (cf. potlachs). 8 ZACCAI E., "Le développement durable: un projet et ses résonances", JP. CHANGEUX et J. REISSE (eds.), Un monde meilleur pour tous, Collège de France, Paris, Odile Jacob, 2008, pp

6 de sociétés du monde, ce mécanisme est central dans le capitalisme. Or, si l'on veut éviter que le profit provienne seulement de pertes enregistrées par d'autres acteurs, sa réalisation implique une croissance continuelle des valeurs monétaires liées à ces profits. Dans les données économiques guidant les investisseurs, les indicateurs de croissance sont omniprésents, et absolument centraux. Il faut voir en outre, et c'est essentiel, que l'horizon de croissance des richesses monétaires sous-tend indirectement un grand nombre de décisions publiques: de nouvelles routes, un nouvel aéroport, et même le financement de certains secteurs, comme l'enseignement par exemple, afin que les formations techniques et la recherche contribuent, via les gains de productivité, à alimenter la croissance. Enfin un aspect crucial est évidemment aussi l'importance de retombées de la croissance économique pour les budgets des pouvoirs publics. Les retombées de la crise économique de se sont chargé d'en faire d'ailleurs une démonstration de plus. 3. La croissance selon trois types de régions du monde Comme on l'a indiqué au début de cet article, dans le contexte du développement durable, une série de réflexions et de principes ont été formulés au sujet des relations entre croissance économique et protection de l'environnement, et c'est ce que nous examinerons au point suivant. Mais pour mieux apprécier leur portée, esquissons ces problèmes dans trois types de régions différentes. De façon très incomplète et sélective, nous présenterons à la fois des éléments clés de ce que représente la croissance économique dans ces régions, et des problèmes principaux en matière d'environnement que celles-ci rencontrent actuellement. Les trois régions définies sont, d une part, celle des pays économiquement les plus pauvres, comme ceux d'afrique subsaharienne en ajoutant que beaucoup d'éléments d'analyses sont aussi valables pour certaines régions défavorisées à l'intérieur de pays un peu mieux lotis en moyenne sur le plan économique (Inde par exemple) ; d autre part, celle des pays en voie d'industrialisation rapide, comme les BRICS; et enfin, celle des pays de l'ocde Régions les plus pauvres Dans cette première zone, la plus vaste des trois, on rencontre une pauvreté que l'on peut avoir du mal à se figurer. On y trouve la majeure partie des (a) 3 milliards de personnes, environ la moitié de l'humanité, qui disposent d'un revenu de moins de 60 USD/mois (2 USD/jour), (b) 2 milliards qui vivent d'une agriculture traditionnelle à très faible productivité, (c) un milliard de sous-alimentés dont environ 1% en meurent chaque année, et (d) 2 milliards de personnes n'ayant pas accès à l'électricité. La croissance démographique y est forte, l'espérance de vie relativement faible. Dans ces régions, la croissance économique sur le modèle qui a été esquissé plus haut pour les pays industrialisés est-elle actuellement de nature à entraîner un développement au sens d'une amélioration de la vie humaine? Bien des travaux se sont penchés sur cette question vitale. De nombreux critiques du développement actuel dénoncent la primauté donnée aux profits économiques recherchés par des élites nationales ou étrangères, alors que la qualité de vie du plus grand nombre n'est pas améliorée par les éventuels taux de croissance 6

7 constatés, lesquels peuvent provenir d'ailleurs de parts assez limitées de l'activité économique (exploitation de ressources naturelles et commerce notamment). Pour certains, même les idéaux d'un développement humain sont un masque pour une recherche encore et toujours de croissance, elle-même alimentée par une marchandisation croissante, une mise sur le marché de biens et de services auparavant non comptabilisés par une valeur financière 9. La position inverse est au contraire de continuer à promouvoir la croissance économique comme un indicateur fondamental pertinent, et ce pour différentes raisons: d une part, l'attrait pour des investisseurs, dont les investissements bénéficieront à des sphères plus larges de la population (trickle-down effect), et d autre part les demandes de la population elle-même de biens de nécessité apportés par le marché 10. Un courant important, qui est bien symbolisé par le PNUD, ou encore par l'ex-directeur de la Banque mondiale et prix Nobel d'économie, J. Stigliz, travaille à ce que l'indicateur de PIB ne soit pas le seul pour représenter le développement humain 11. De ce point de vue on est loin de repousser le développement comme horizon pour les pays pauvres, et malgré les nombreux échecs et promesses non tenues, on met en valeur la hausse de l'espérance de vie (plus élevée aujourd'hui dans la majorité des pays les plus pauvres que dans l'angleterre préindustrielle) 12, et la meilleure satisfaction de certains besoins de base, ou la hausse de l'instruction. Sous l'angle économique cependant, on voit mal comment pourrait se produire à grande échelle dans ces régions et dans un avenir proche un processus du même type que le modèle de la révolution industrielle en Europe. Comment en effet attirer des investisseurs? Quel avenir imaginer pour les agriculteurs perdant leur mode de vie traditionnel (qui affluent vers des mégapoles)? Quel type d'activités industrielles mettre en place pour avoir des retombées positives locales, et avec quels moyens? Si il existe certaines réponses à ces questions, c'est surtout l'ampleur des défis posés par cette grande pauvreté face à ces réponses, qui interpelle dans la réplication de ce modèle. Dans la réalité 9 SACHS W. (ed.), The Development Dictionary. A guide to knowledge as power, London, Zed Books, 1992, et toute l'œuvre de cet important critique du développement; RIST G., Le développement histoire d'une croyance occidentale, Presses de Sciences-Po, Paris, 2006 (Rist y définit le développement comme le seul accroissement de la marchandisation); RAHNEMA M. and BAWTREE V. (eds.), The post-development reader, London, Zed Books, 1997 ; DE RIVERO, O., Le mythe du développement, Enjeux Planète, Paris, Ces critiques gagnent du terrain, dans un rapport récent de synthèse sur les positions de l'iucn, l'idée de développement est considérée comme "démodée" ("old-fashioned"), ADAMS B. et JEANRENAUD S.J., Towards a Humane and Diverse World. Transition to Sustainability, Gland, IUCN, 2008, en pdf_1.pdf, p EASTERLY W., The elusive quest of growth. Economists Adventures and. Misadventures in the Tropics, Cambridge, The MIT Press, Voir les rapports du PNUD, Rapport sur le développement humain, Programme des Nations Unies pour le Développement, annuel. Pour Stiglitz, outre le rapport de la Commission Stiglitz, Sen et Fitoussi déjà cité, voir notamment STIGLITZ J., Un autre monde. Contre le fanatisme du marché, Paris, Fayard, 2006, où un programme de réforme de la globalisation financière est proposé. Le chapitre sur l'environnement se limite quasi exclusivement à l'aspect climatique, et pourrait s'avérer un peu optimiste. 12 PNUD, Rapport sur le développement humain, Programme des Nations Unies pour le Développement, 2005, fig

8 les écarts entre pays les plus riches et les plus pauvres se creusent, comme cela est constaté dans le graphique ci-dessus (Graphique 1), et sans cesse dénoncé comme l'un des aspects négatifs du développement économique mondial actuel. Sur le plan environnemental, on a pu montrer par des indicateurs clés que l'environnement de pays africains est, proportionnellement à leur niveau de richesse, plus dégradé que celui des pays européens 13. Il l'est globalement moins en moyenne, mais il l'est bien davantage qu'on ne pourrait s'y attendre si on compare les niveaux de PIB. Ceci s'explique par le fait que les ressources naturelles entrent davantage en proportion dans le PIB, et que certaines sont surexploitées. Il existe en outre des atténuations possibles à la pollution dans les pays plus riches (éco-efficience partielle), et il se produit depuis ces pays des délocalisations de certaines activités générant des pollutions. Contrairement à l'image superficielle d'une écologie comme souci de "riches", on peut considérer qu'aujourd'hui les problèmes environnementaux ressentis sont en général plus graves et affectent plus directement la vie des populations dans les pays pauvres que dans les pays riches: détérioration de ressources naturelles dont vivent les populations 14, eau et air de mauvaise qualité, etc BRICS L'acronyme BRIC, pour Brésil, Russie, Inde, Chine, symbolise bien en ce début de 21 ème siècle un changement de vision des problèmes de croissance au niveau mondial. Si durant la deuxième moitié du 20 ème siècle les pays définis comme développés ont conservé l'image (fallacieuse) d'une masse de pays en voie de développement, pauvres et dominés, il est maintenant sans cesse question des bouleversements introduits par la Chine dans l'économie, et d'autres géants dans son sillage. A l'image vertueuse mais impuissante de l'assistance envers les pays pauvres se substitue celle d'une crainte envers la concurrence de ce type de nations. Sous l'angle de la croissance économique, les pays européens sont distanciés à leur propre jeu, par des taux de croissance bien plus élevés enregistrés dans des pays émergents, année après année. Ces pays tirent parti de cette croissance en révélant l'un de ses ressorts centraux, à savoir la rivalité de puissance et de pouvoir. Le poids économique croissant va être lié à différents aspects de prises d'influence : par la recherche de contrôle sur des ressources (Chine en Afrique), par leur utilisation (Russie), par l'attraction réelle de capitaux importants, par la revendication de plus d'influence dans les arènes politiques et économiques mondiales (le G20). Pour ces pays, la croissance économique devrait continuer à fonctionner comme paradigme, car leurs dirigeants, et les bénéficiaires de ces évolutions, s'estiment en être les gagnants. Par là ils peuvent espérer prendre différents types de revanche face au monde occidental, et avec ses propres outils. Ce dernier au contraire se voit devenir moins fort dans un monde multipolaire, et sous l'angle économique assiste à la constitution de catégories de centaines de millions de nouveaux consommateurs, qui en parité de pouvoir d'achat, s'avèrent maintenant presque 13 KESTEMONT B., FRENDO L. et ZACCAÏ E., "Indicateurs des impacts du développement sur l'environnement: une comparaison Afrique-Europe", Vertigo, 7, 2, 2006, 14 Le MILLENNIUM ECOSYSTEM ASSESSMENT (www.millenniumassessment.org), rapport comparable pour l'environnement à ceux du GIEC pour le climat, insiste sur les effets de la dégradation des écosystèmes sur la situation des plus pauvres, et notamment sur l'obtention des Objectifs du Millénaire. 8

9 aussi nombreux dans les BRICS et autres pays de niveaux intermédiaires (Dragons, OPEP, etc.) que dans l'ocde 15. Investissements, consommation, influence politique, ou encore militaire, il se produit en ce début de 21ème siècle un basculement important dont on n'a pas fini de voir les conséquences et qui conditionne les visions actuelles sur les limites de la croissance dans le contexte mondial en rapport avec le développement durable. Sous l'angle environnemental, les maux de l'industrialisation intense, au niveau des pollutions directes comme la pollution de l'air, de l'eau, la diffusion de déchets et produits chimiques, reproduisent des phénomènes connus précédemment dans les zones qui s'industrialisaient massivement au moins jusqu'à la première moitié du 20 ème siècle 16. Mais s'y ajoutent deux types de phénomènes d'importance mondiale considérable: la quantité de ressources naturelles nécessaire dans le cadre d'une hausse importante des productions et des consommations pour de vastes populations, ainsi que, spécifiquement les émissions de gaz à effet de serre générées par des hausses sensibles des niveaux de consommation d'énergie. Ces processus sont de nature à bouleverser fortement les équilibres écologiques, déjà aujourd'hui mis à mal. Pour ce qui est du climat, si à la Conférence de Kyoto (1997), les pays en voie de développement se voyaient exemptés de respecter des objectifs en termes d'émission, une décennie plus tard, à la Conférence de Copenhague (2009), les accords avec la Chine et d'autres grands pays émergents sont aussi centraux que les traditionnelles négociations entre l'ue et les Etats-Unis OCDE Dans le contexte du développement durable notamment, on peut recenser toute une littérature mettant en doute les effets positifs de la poursuite d une croissance économique ayant déjà atteint les niveaux élevés des pays tels que ceux de l OCDE. Ceci est bien mis en évidence par les indicateurs alternatifs de richesse ou de bien-être, plus élaborés que l'idh du PNUD, qui souvent montrent un décrochage, après les 20 ou 30 Glorieuses (aprèsguerre), entre divers indices de bien-être ou de qualité de vie et la poursuite de la croissance économique 17. L'un des aspects conduisant à ces détériorations est la diminution des gains de la croissance dont disposent les prestataires de travail par rapport à la rémunération du capital, ou encore la montée d'inégalités et de pauvreté (même si elle est relative par rapport à la grande pauvreté dans d'autres pays du monde). A ceci s'ajoute la critique, sous l'angle mondial, de la non soutenabilité de la reproduction mondiale d'un tel niveau de consommation. Il y a donc une critique interne la croissance crée plus de dégâts sociaux qu'elle n'apporte de progrès et une critique externe les limites écologiques condamnent 15 UNITED NATIONS ENVIRONMENTAL PROGRAM (UNEP), Planning for change. Guidelines for National Programmes on Sustainable Consumption and Production, Nairobi, Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2008, p La limite inférieure de pouvoir d'achat est de 7000 dollars en parité de pouvoir d'achat (PPA), c'est-à-dire une valeur de pouvoir d'achat recalculée par rapport aux prix locaux. 16 On a oublié ces pollutions d'avant la Deuxième guerre mondiale, par exemple celles des Grands lacs aux Etats-Unis qui rendaient l'atmosphère irrespirable et l'eau imbuvable, le smog tuant des habitants de Londres, les riverains de la Ruhr ou d'industries japonaises condamnés à subir les dégâts, malgré leurs mobilisations. Voir MC NEILL J.R., Something new under the sun. An environmental history of the Twentieth- Century World, Penguin Press, Allen Lane, Voir GADREY J., op. cité. 9

10 ce modèle soit à l'injustice mondiale en réservant à un groupe de pays riches une grande part des ressources, soit à des tensions et des détériorations importantes de l'environnement en cas de poursuite de la diffusion d'un tel modèle. Singulièrement, d'innombrables textes dénoncent les limites du PIB comme reflet de progrès. Pour ne citer que celui-là, le livre La société de consommation de J. Baudrillard 18 qualifie le PIB, dès la fin des années 60, de magie blanche transformant des dommages tels "la perte de luminosité de l'air" due à la pollution, en richesses, via la vente de dispositifs pour faire face à cette pollution. Outre les critiques sur tout ce que la croissance n'apporte pas, et sur les risques qu'elle entraîne, on relève également des travaux sur l'essoufflement de ce modèle lui-même dans les pays les plus riches, comme cela est détaillé dans le livre de R. Ayres, The end of the growth paradigm 19. Cet auteur se demande notamment quels sont les produits et services qui pourront continuer à être créés dans les pays riches avec suffisamment de valeur ajoutée, pour maintenir et accroître le niveau de richesses de ces pays? Un aspect central de la crise de , l'endettement excessif des ménages américains pourrait s'accorder avec cette analyse. Sous l'angle environnemental ces pays économiquement favorisés ont pu améliorer une série d'aspects de l'environnement qui répondent à des demandes des populations relatives à la santé ou à l esthétique, et dont certaines peuvent être valorisés par des activités (la vente de technologies, ou encore le tourisme par exemple). Certains indices relatifs à la pollution de l'air, de l'eau, ou à la pollution par des déchets se sont améliorés. Il n'en reste pas moins que d'autres problèmes environnementaux subsistent ou s'aggravent, et surtout que les niveaux de consommation des pays de l'ocde pèsent très fortement sur les ressources naturelles soit dans leur zone, soit par importation. D'après des estimations agrégées, chaque Européen consommerait au total en moyenne 50 tonnes par an de diverses matières 20, de grands déséquilibres en termes de composés chimiques continuent à se produire (acidification, nitrification), et les émissions de gaz à effet de serre sont majoritairement issues de ces pays, qui représentent pourtant moins de 20% de la population mondiale. Outre ces déséquilibres porteurs d'injustices et de tensions, d autres types de fragilités s avèrent plus difficile encore à modifier : celles qui sont inhérentes à des systèmes hautement interconnectés, en partie en temps réel, de plus en plus structurants pour des activités dans les sociétés les plus riches (via l'électronique en particulier), mais aussi pour des systèmes mondiaux. Les crises associées au principe de précaution en sont un révélateur, mais il est probable qu'à l'avenir diverses causes de défauts dans ces connexions (accidents, dangers non perçus dans des substances, terrorisme,.) poussent à des changements vers plus de résilience 21, la dernière en date étant la crise financière de septembre BAUDRILLARD J., "La société de consommation", Paris, Gallimard, AYRES R., The U-turn. The end of the growth paradigm, London, Earthscan, Entre 31 et 74 tonnes, EEA, 2005, op. cité. 21 En un sens, les pirates informatiques ont aidé à instaurer par tâtonnements et par nécessité plus de résilience des connexions, grâce à une montée progressive des défenses contre les virus qu'ils ont introduits. Sur des 10

11 En définitive cet aperçu sommaire de trois grandes régions du monde a illustré et précisé ce que nous présentions dans notre premier paragraphe : les impacts sur l'environnement ne sont pas directement corrélés à la croissance économique, même si il existe des relations lâches entre les deux. Mais il a aussi illustré différentes significations de la croissance pour des régions diverses du monde, et pointé vers une série de problèmes clés en environnement dont les relations avec la croissance sont diverses. 4. Petit panorama des théories sur les rapports entre croissance économique et environnement Comme cela a souvent été remarqué dans des travaux sur l'économie de l'environnement, les ressources naturelles n'étaient pas considérées comme des facteurs critiques dans la tradition économique classique. Certes des précurseurs (Hartwick, Hotelling) 22 formulent des conditions sur l'utilisation durable d'une ressource, ou sur les rapports entre économie et protection de l'environnement (Coase). Toutefois, c'est dans le dernier quart du 20ème siècle que les travaux à ce sujet vont se multiplier, débouchant sur de véritables courants de recherches inspirant des politiques, en économie environnementale et en économie écologique. Dans cette section nous aborderons la question des rapports entre croissance et environnement et nous distinguerons trois positions: croissance opposée à l'environnement; croissance compatible avec l'environnement; croissance favorable à l'environnement. Chacune sera illustrée par un ou deux courants ou œuvres emblématiques. Nous tirerons parti des éléments d'analyse enregistrés jusqu'ici pour mieux apprécier la portée de ces différentes positions. Croissance contre environnement "Halte à la croissance?" (Rapport au Club de Rome) Mouvement de la décroissance Croissance compatible avec l'environnement Rapport Brundtland Découplage Croissance favorable à l'environnement Hypothèse de la courbe environnementale de Kusnetz (EKC) scénarios de rupture possibles voir HOMER-DIXON Th., The Upside of Down. Catastrophe, Creativity, and the Renewal of Civilization, Knopf, Toronto?, Il semble que cette tonalité sombre prend de l'importance ces dernières années en particulier face à l'évolution climatique et pétrolière, comme le montre cette notre sélection ci-après à partir de la bibliographie du récent livre de GIDDENS A., The politics of climate change, Cambridge, Polity, 2009, lui-même assez alarmiste: Scared to death (2007), Terror and Consent (2008), Climate crash (2005), Collapse: How societies choose or fail to survive (2005), Invitation to Terror (2007), Hot, Flat and Crowded (2008), The Science and Politics of Fear (2008), New World Disorder (2008), The Party's Over (2003), The Return of History and the End of Dreams (2008), Rising Powers, Shrinking Planet (2008), Fields Notes from a Catastrophe (2006), The Doomsday Book (2005), The Revenge of Gaia (2007), Surviving Armaggeddon (2005), A Brief Guide to the End of Oil (2007), The Last Generation (2007), Our Final Century (2004), The End of Oil (2004), Unstoppable Global Warming (2007), The Last Oil Shock (2007), Laws of Fear (2005). 22 Voir HARRIBEY J-M., Le développement soutenable, Paris, Economica, Poche,

12 Tableau Croissance contre environnement a) The Limits to Growth Traduit en français par Halte à la croissance?, le rapport du Club de Rome publié en 1972, s'intitule plus clairement en anglais The Limits to Growth 23. Il s'est imposé comme la référence incontournable de tous les débats ultérieurs concernant les relations entre environnement et croissance économique. Le modèle expérimenté dans ce rapport construit des scénarios d'évolution de cinq variables essentielles agrégées chacune au niveau mondial : population, ressources alimentaires, production industrielle, ressources (naturelles) et enfin pollution. Plusieurs hypothèses sont considérées, mais chaque fois la poursuite des dynamiques de croissance de la production aboutit à des dépassements puis à des effondrements à partir du milieu du 21 ème siècle, que ce soit parce que les ressources alimentaires deviennent insuffisantes pour nourrir la population qui aurait cru énormément selon le modèle (le rapport envisage 14,4 milliards pour 2035, contre 9 milliards comme hypothèse haute actuelle pour cette date), ou parce que la pollution générée par cette production va décimer la population par ses effets sur la santé. Considérant la croissance comme nuisible, dans son dernier chapitre, le rapport prône donc le modèle de l'économie stationnaire, théorisé à cette époque par Herman Daly, qui deviendra l'un des chefs de file de l'économie écologique, et qui s'est inspiré sur ce point de l'économiste J-S Mill 24. Plutôt que de rechercher une augmentation de la production, il s'agirait d'utiliser les gains de productivité pour diminuer la quantité de temps passé à travailler et de faire en sorte de ne pas augmenter la consommation, ni la population, via des mesures démographiques strictes, et des régulations politiques importantes, ce dernier aspect étant un élément constant des travaux s'orientant vers une limitation de la croissance économique pour des raisons environnementales 25 Le rapport a connu plusieurs update qui ont pu tirer parti de la notoriété du produit initial, mais si celui-ci était réellement innovant et important à l'époque, les volumes suivants diffuseront des messages un peu brouillés, où la surpopulation est parfois mise en exergue 26 tandis que pour les pays riches, des mots d'ordre de simplicité volontaire sont distillés sans réelles stratégies autres qu un appel aux valeurs ou aux bons sentiments. En outre, on voit 23 MEADOWS, D.H., MEADOWS, D.L., RANDERS, J. and BEHRENS III W.H., The Limits to Growth (Report to the Club of Rome), New York, Universe Books, Mill est une référence centrale pour l'économie de son temps. Son livre de 1848, Principes d'économie politique, inclut cette possibilité d'état stationnaire comme objectif, associé à la hausse du temps libre, de l'instruction, de l'émancipation des femmes. L'état stationnaire se trouve aussi comme une possibilité chez d'autres économistes (Ricardo, Smith), mais comme peu souhaitable (VIVIEN F.D., Economie et écologie, La Découverte, Repères, Paris, 1994). 25 EKINS P., Economic Growth and Environmental Sustainability. The prospects for green growth, London and New York, Routledge, Par exemple, une population "extrapolée" pour le Nigeria en 2087, de un milliard d'habitants MEADOWS, D.H., MEADOWS, D.L., RANDERS, J. and BEHRENS III W.H., The Limits to Growth (Report to the Club of Rome), New York, Universe Books, 1972, p

13 mal quelles sont les solutions propres à cette optique adaptées au contexte actuel des pays émergents (BRICS). b) La décroissance Le terme de décroissance est principalement utilisé dans des débats en France depuis 2003 environ, même si on peut trouver des analogies avec d'autres mouvements comme la simplicité volontaire (dans d'autres pays de l'ocde), l'état stationnaire cité ci-dessus dont les idées ont toujours continué à circuler, ou encore, pour certains, avec l'écologie profonde 27. Le promoteur principal de cette idée est S. Latouche, qui y voit non un idéal mais une nécessité, celle de sortir de l'imaginaire de la croissance (et pas nécessairement donc de décroître économiquement, le terme d'a-croissance étant parfois formulé), elle-même soustendue par un imaginaire économique occidental oppresseur des consciences et du monde. La non soutenabilité écologique des sociétés riches a été constamment mise en avant ces dernières années par Latouche, qui avait précédemment aussi critiqué vertement les méfaits du développement (y compris réputé "durable") 28. On constate une vogue certaine de la décroissance actuellement, portée en France également par Yves Cochet 29, sous l'effet de la récente mise en lumière plus crue d'un pic du pétrole, des hausses de matières premières et agricoles, des faibles résultats enregistrés par les politiques environnementales classiques au niveau mondial. En outre, le contexte d'affaiblissement des politiques réformistes organisées, la perception de changements globaux avec une décroissance relative de la place de pays riches ainsi que la reviviscence d'idées écologiques latentes expliquent probablement cette vogue... Ces différents éléments peuvent contribuer à ce que des crises, des effondrements, des décroissances justement soient anticipées comme étant inéluctables, et à ce qu il s avère donc utile d y penser, voire de s y préparer. Sur le fond, les théories ont été plusieurs fois critiquées pour leurs difficultés pratiques, mais il s'agit aujourd'hui plutôt d'un mouvement d'idées et de mobilisations qui n'ont pas encore de contours bien définis. A la lecture de travaux de l'école, et de la revue Ecological Economics un certain nombre de points de rencontre avec le mouvement de la décroissance apparraissent, bien que des jonctions explicites aient jusqu'ici été peu fréquentes 30. Dans les deux extraits d'article repris ci-dessous, Robert U. Ayres traite du thème de l incompatibilité 27 HARRIBEY J.M., "Les théories de la décroissance : enjeux et limites", Cahiers français, «Développement et environnement», n 337, mars- avril 2007, p Pour une série de références et d'analyses de la décroissance, voir FLIPO F., " Voyage dans la galaxie décroissante", Mouvements, 2007, 28 LATOUCHE S., "Pour une société de décroissance", Le Monde diplomatique, novembre 2003, pp ; LATOUCHE S., Le pari de la décroissance, Fayard, COCHET Y., Pétrole apocalypse, Paris, Fayard, Spécialiste médiatisé des changements climatiques et partisan de solutions technologiques forte régulés par l'etat, J-M. Jancovici rejoint la prédiction d'une prochaine décroissance économique sous l'effet de hausses fortes du prix du pétrole in JANCOVICI J-M. et GRANDJEAN A., C'est maintenant! 3 ans pour sauver le monde, Paris, Seuil, La plus nette a été le colloque FIRST INTERNATIONAL CONFERENCE ON ECONOMIC DE-GROWTH FOR ECOLOGICAL SUSTAINABILITY AND SOCIAL EQUITY, Paris, April 18-19th, 2008, 13

14 de la croissance avec la soutenabilité de l'environnement, de la contribution de la croissance au bien-être et de la difficulté (pratique, politique) de ce qu'il appelle non croissance (no growth) dans le système actuel. Cet article présente quatre thèses. (1) La croissance économique, telle qu elle est traditionnellement mesurée, n est pas, et ne devrait jamais être, considérée comme le plus important moteur de l augmentaion du bien-être humain. (2) Le progrès technologique a toujours été la première source de la croissance et du bien-être, ceuxci étant pris en compte séparément. (3) Le commerce a été par le passé un moteur secondaire de la croissance ; aujourd hui, en Europe et aux Etats-Unis, il contribue probablement négativement à la fois à la richesse et à l équité nationales, et dès lors au bien-être. (4) Le commerce et la croissance (du PIB) sont de plus en plus incompatibles avec la protection de l environnement. Paradoxalement, alors que l augmentation de prospérité génère une sensibilité environnementale accrue, nombre de processus associés à l augmentation de prospérité sont néfastes à l environnement. En bref, aucun des acteurs économiques d importance, que ce soient les chefs de gouvernements ou les directions du secteur privé, n est motivé par des objectifs compatibles avec une politique de «noncroissance». La «non-croissance» économique n est pas une option politiquement viable pour une démocratie, du moins dans un monde où un fossé énorme sépare riches et pauvres. Cependant, eu égard aux matières premières, à l énergie et à la pollution, la «noncroissance» est un impératif en raison du fait que toute activité économique s appuie sur une base matérielle essentielle. 31 (This paper) makes four broad claims: (1) that economic growth (as conventionally measured) is not, and never has been, the most important contributor to increasing human welfare; (2) that technological progress has always been the primary source of both growth and welfare (considered separately); (3) that trade was at best a minor contributor to growth in the past and is probably now contributing negatively to both national wealth and equity, hence to welfare, in Western Europe and North America and (4) that both growth (of GDP) and trade are increasingly incompatible with environmental protection. In fact, while increasing prosperity breeds environmental sensitivity. many of the processes by which it is achieved are environmentally destructive. Roberto U. AYRES, "Limits to the growth paradigm", Ecological Economics 19 (1996) , page 117 In short, none of the important economic actors, whether government leaders or private sector executives, has an incentive compatible with a no growth policy. No economic growth is evidently not a politically viable proposition for a democracy, at least in a world with enormous gaps between poverty and wealth. But no growth is an imperative as regards extractive materials, energy and pollution emissions because economic activity is based on a material foundation Traduction française par l'éditeur 14

15 Roberto U. AYRES, "Sustainability economics: Where do we stand?", Ecological Economics 67 (2008) , page 290. Tableau Croissance compatible avec l'environnement a) Le Rapport Brundtland Figure tutélaire du développement durable auquel il donnera définitivement son empreinte, malgré d'innombrables autres interprétations, le rapport de la Commission Mondiale (des Nations Unies) sur l'environnement et le Développement appelé Rapport Brundtland (1987) 32 propose d'autres théories sur les rapports entre développement et environnement que celles défendues par le rapport au Club de Rome Le Rapport Brundtland prône une croissance nécessaire pour les pays en développement avec des conditions que l'on peut résumer en un meilleur partage des bénéfices de cette croissance (en phase avec les théories du développement, comme celles du PNUD), et un respect des conditions environnementales pour que cette croissance puisse être durable. Pour le dire autrement il s'agirait d'une croissance différant selon les contextes, mais soutenable socialement et écologiquement. Le Rapport développera de nombreuses analyses et arguments pour qu'il en soit ainsi. Toutefois les politiques de développement durable qui s'en inspireront, de Rio à Johannesburg, et au-delà, ne parviendront qu'à des succès mitigés, même si les concepts se répandront largement. b) Le découplage S'autonomisant progressivement par rapport au développement durable notamment en raison de son caractère mesurable sous forme d'indicateurs, le découplage entre croissance économique d'une part et croissance des intrants en ressources naturelles, énergétiques, ou émissions polluantes d'autre part est devenu un objectif de premier ordre des politiques des pays de l'ocde 33. L'UE s'y réfère à de multiples reprises. L'Agence européenne de l'environnement remarque ainsi que la productivité du travail en Europe (EU 15) a augmenté de 270% entre 1960, tandis que la productivité en matière a augmenté de 100% et celle de l'énergie seulement de 20% sur la même période 34. Aujourd'hui les problèmes d environnement et d emploi nous incitent à accroitre de beaucoup la productivité «écologique», et éventuellement à réduire la pression sur le travail humain (ce qu'on appelle parfois double dividende). L'éco-efficience, c'est-à-dire la baisse de consommation de ressources écologiques et de pollutions, pour un même service, recherchée 32 WORLD COMMISSION ON ENVIRONMENT AND DEVELOPMENT, Our common future (The Brundtland Report), Oxford, Oxford University Press, RUEFING K,, "Indicators to Measure Decoupling of Environmental Pressure from Economic Growth", HAK T., MOLDAN B. and DAHL L.A. (eds), Sustainability Indicators", Scope 67, Island Press, Washington, 2007, pp MC GLADE J., "Experience with the Use of Economic Instruments in Europe", Speech, Brussels 19 March 2007, 15

16 essentiellement par des améliorations techniques et éventuellement par des changements de biens consommés, reste la voie principale d'amélioration dans ce type de conception 35. Remarquons que ce sont bien des objectifs de découplage que les Etats-Unis ont proposé sous l'ère Bush en matière d'émissions de gaz à effet de serre, via des objectifs de réduction d'intensité énergétique de leur économie, c'est-à-dire de rapport entre GES et PIB (ou PNB). Il est remarquable que les mesures qui sont, à juste titre, décriées comme étant insuffisantes pour un pays comme les Etats Unis eu égard à la problématique du climat, soient largement acceptées comme objectifs dans de nombreux domaines. En effet, l'ue et d'autres pays riches se sont ralliés aux objectifs de Kyoto, c'est-à-dire de baisser les émissions, indépendamment de l'évolution économique (en réalité toutefois les objectifs initiaux par pays en tiennent compte). Comme on l a vu plus haut, ce qui est pertinent pour protéger l'environnement est la baisse des pressions mesurée en quantités de matières et de polluants, les niveaux économiques qui y sont associés ne l étant pas directement. En réalité tout se passe, comme si une série d'objectifs de réduction de pressions s'avéraient être hors de portée de pays riches, et que pour protéger leur fonctionnement interne, pour lequel la croissance économique est considérée comme irremplaçable, un objectif ad hoc avait été défini, à savoir la baisse des pressions en termes relatifs par rapport à cette croissance. Cet objectif de découplage est d'autant plus commode qu'il se produit effectivement sous l'influence de plusieurs phénomènes tels que la part toujours croissante des services dans le PIB, le gain de productivité en ressources naturelles et énergétiques de certains procédés, l'innovation technologique orientée vers l'environnement, et la délocalisation d'activités polluantes hors des zones les plus riches. Ces éléments sont beaucoup moins présents dans d'autres pays, notamment chez les compétiteurs en voie d'industrialisation, où à l'instar de ce qui s'est produit durant la croissance industrielle historique en Europe, c'est au contraire à une augmentation transitoire de l'intensité énergétique de l'économie que l'on assiste parfois Croissance favorable à l'environnement L'hypothèse de la courbe environnementale de Kuznets Une courbe en cloche a été proposée par l'économiste Prix Nobel S. Kuznets ( ), pour tracer l'évolution de l'égalité des revenus en fonction de la croissance du PIB. 35 Un ouvrage symbolisant bien cette approche dès les années 90 est VON WEISZACKER E., LOVINS A. et LOVINS H., Facteur 4: deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources (Rapport au Club de Rome), Mens (F.), Terre Vivante, Sous l'angle purement technologique, un ouvrage optimiste de référence aux USA, est Natural capitalism (LOVINS A.B., LOVINS L.H. and HAWKEN P., "A road map for Natural capitalism", Harvard Business Review, May-June 1999, pp ). 36 Dans le cadre des négociations pré-copenhague, on évoque des objectifs parfois en termes de valeurs absolues des émissions (comme l'objectif de l'ue de réduire de 20% ou plus celles-ci pour 2020), et parfois de leurs valeurs relatives au PIB (propositions notamment de la Chine pour le moyen terme). Il y a donc lieu de tenir compte de l'état de l'industrialisation des pays concernés pour apprécier ces objectifs. Ainsi, la trajectoire qui serait celle de la Chine si elle répliquait le modèle industriel, impliquerait une augmentation des émissions par rapport à la croissance, et de ce fait les objectifs de découplage constituent déjà un progrès, tandis qu'aux Etats Unis, le découplage n'est autre que la tendance déjà en cours. 16

17 D'abord relativement grande (car il y a peu de riches), cette inégalité augmente, puis diminue, quand la richesse de certains groupes se diffuse dans la société. Cette courbe n'est pas nécessairement vérifiée empiriquement et les trajets s'avèrent plus complexes puisque, ainsi qu'on l'a mentionné, les inégalités tendent à augmenter aujourd'hui dans des pays riches. Dans les années 90 des chercheurs ont tenté de démontrer qu'une courbe de même allure existerait entre le niveau de pollution cette fois et l'augmentation du PIB. La pollution, faible quand il y a peu de productions polluantes, augmente avec l'industrialisation puis diminuerait à mesure que les revenus croissants permettent de s'équiper en installations moins polluantes, et que les demandes des citoyens dont les besoins primaires sont rassasiés s'orientent davantage vers des valeurs environnementales. Empiriquement, une telle évolution peut en effet se constater pour des types de pollutions réputées gênantes, à court rayon de nuisance, et pour lesquels il existe des alternatives accessibles économiquement. C'est le cas de la pollution de l'air par les particules, de la pollution des cours d'eau ou de la production non contrôlée des déchets. Ajoutons toutefois que cela ne se produit pas automatiquement et nécessite des politiques et des mesures spécifiques. En revanche pour toute une série de phénomènes, cette courbe ne se vérifie pas. C'est le cas pour l'exploitation de ressources naturelles dans des pays pauvres. Nous avons indiqué que celle-ci peut être assez élevée, même si les valeurs économiques de cette exploitation sont relativement faibles. C'est le cas aussi, dans les pays riches, pour des pollutions difficiles à atténuer à grande échelle et à coûts économiques réduits, comme l'utilisation de produits toxiques, et l'émission de gaz à effet de serre. Pollutions Poussières Eaux surface (partie) Déforestation «Courbe environnementale de Kuznets» Vérifiée plutôt pour des dommages à court rayon d action directement nuisibles pour la santé et pour des technologies de substitution facilemen accessibles PIB Courbe de poursuite de croissance des pollutions Pollutions Gaz à effet serre Consommation Totale de matières Déchets PIB Graphique 2 Malgré sa validité limitée, l'idée plus ou moins explicite d'une amélioration générale de la dégradation de l'environnement grâce aux moyens fournis par la croissance économique 17

18 reste très répandue, car elle permet une poursuite de la croissance économique, moteur de nombreux acteurs, qui font, par conviction ou méconnaissance, l'hypothèse qu'il en résultera aussi des gains environnementaux généraux à la longue. On peut remarquer que le principe 12 de la Déclaration de Rio énonce ce même type de raisonnement, appliqué au commerce international Conclusions A partir d'une question apparemment simple, à savoir comment positionner la croissance économique par rapport à la protection de l'environnement, nous en sommes arrivés à de larges palettes d'observations, de phénomènes et de théories. Que peut-on en retenir en guise de conclusion? La croissance économique constitue seulement un indicateur indirect et incomplet des atteintes à l'environnement. Il existe néanmoins des corrélations certaines, ne serait-ce que parce que les activités humaines ont des impacts sur l'environnement, et que dans des systèmes monétarisés, ces activités sont reflétées dans le PIB. Ces atteintes sont d'autant plus grandes, que l'on se situe à des niveaux intenses de consommation de ressources naturelles et d'impacts. C'est notamment le cas dans les pays de l'ocde, où les hausses supplémentaires de consommation dénotées par une hausse du PIB s'ajoutent à des niveaux déjà élevés, du fait de structures très énergivores et dévoreuses de ressources naturelles. Toutefois, dans des pays pauvres également, certaines activités humaines peuvent être défavorables à l'environnement, sans que cela ne soit reflété autant dans le PIB, et avec des impacts humains plus directs et plus forts sur les populations. Dans le cadre de théories axées sur l'environnement et le développement durable, ces éléments ont été interprétés selon diverses analyses depuis les années 1970, et même avant. Certaines approches insistent sur les menaces dues à la croissance des activités économiques, d'autres cherchent les conditions pour les rendre compatibles avec l'environnement et le progrès humain, d'autres enfin minimisent la portée des problèmes environnementaux en considérant qu'une compatibilité se produira par la poursuite du développement économique. Dans ces débats, on ne peut envisager la croissance économique de façon détachée comme un paramètre qu'il serait loisible de modifier sur base d'une décision rationnelle, même si dans certains cas sa poursuite apparaît nuisible et injustifiée selon un certain nombre de paramètres. Nous avons au contraire voulu rappeler combien cette partie émergée de l'iceberg appelée croissance économique est foncièrement sous-tendue par des logiques diverses et puissantes, des intérêts et des valeurs. L'influence keynesienne qui a suivi la Grande dépression a permis de construire des instruments, à commencer par le PIB, permettant d'orienter en partie l'économie vers des buts favorables à la société dans les 37 Les Etats devraient coopérer pour promouvoir un système économique international ouvert et favorable, propre à engendrer une croissance économique et un développement durable dans tous les pays, qui permettrait de mieux lutter contre les problèmes de dégradation de l'environnement. Sur l'ekc comme sur les effets possibles de la libéralisation du commerce sur l'environnement voir la section "Mondialisation et environnement", dans LES CAHIERS FRANÇAIS, op. cité., et la citation de R.U. Ayres ci-dessus 18

19 pays dits développés. A cette époque, et durant les 30 Glorieuses, s'est forgée l'idée que la hausse de ce PIB est empiriquement associée à la création d emplois. La question de l'environnement était accessoire et peu significative par rapport à cet axe central. C'est sans doute une raison fondamentale expliquant les difficultés à intégrer cette question de façon cohérente dans les systèmes actuels. Aujourd'hui, des avocats de la décroissance cherchent à alléger le fardeau immense que fait peser la consommation des ressources sur les équilibres naturels. Mais de combien réduire dans l'immédiat la croissance économique pour faire une réelle différence, et surtout comment? La crise financière majeure apparue de jettera sans nul doute de nouveaux éclairages sur ces débats. A court terme, en effet, une diminution des émissions nocives de gaz à effet de serre et de la consommation du pétrole apparaît du fait du ralentissement industriel et de certains changements de comportement. Mais personne ne pense qu'il s'agit là d'une solution soutenable. Le système basé sur la croissance économique est tel que les transitions sont difficiles et conflictuelles. Il est certainement essentiel d'envisager des modèles différents et plus soutenables. Si l'on prend du recul on peut dire en effet que la société de consommation sera écologiquement insoutenable 38, et que des figures de réconciliation avec la nature sont à trouver, tenant compte de l'équité, des besoins essentiels et du temps long. Mais outre le dessin politique, économique et social à préciser dans ce type de proposition, il sera aussi important de tracer des stratégies de changement politique. Il est possible que les années que nous vivons voient une plus importante prise au sérieux des facteurs environnementaux, énergétiques et naturels dans les décisions économiques majeures, en raison du fait que ces facteurs se manifestent avec plus de sévérité que par le passé. Hausse des prix alimentaires, des matières premières et du pétrole sont des éléments qui ont marqué particulièrement l'économie mondiale, et les économies nationales, en (même si ces prix sont retombés par la suite), manifestant des éléments de théorie du développement durable présents depuis des décennies, mais n'ayant eu jusque-là qu'une influence relative sur les décisions les plus importantes. Pour ne prendre que l'exemple du pétrole, certains analysent la hausse de son prix aux Etats-Unis comme une contribution sensible à la baisse du pouvoir d'achat de ménages américains et à la dépréciation de certaines propriétés immobilières, plus spécifiquement celles dont la localisation implique davantage de déplacements automobiles 39, avec pour conséquence le déclenchement de la crise des subprimes. C'est par toute une série de stratégies, de politiques et de décisions différenciées selon les domaines et les régions, mais toutes orientées vers une diminution d'impacts non 38 Voir Zaccai E. et Haynes I., La société de consommation face aux défis écologiques, La Documentation Française, Problèmes politiques et sociaux N 954, Nov. 2008, pour une petite anthologie de textes à ce sujet, où l'on retrouvera plusieurs auteurs cités dans le présent article. 39 CORTRIGHT J., "Driven to the Brink: How the Gas Price Spike Popped the Housing Bubble and Devalued the Suburbs", CEOs for cities, mai 2008, cite par BROCORENS P., Cours sur le Pic du pétrole, FUNDP, 19

20 soutenables sur les ressources naturelles et l'environnement, que des évolutions devraient être progressivement corrigées, même si cela ne suffira pas à modifier les modèles socioéconomiques. Citons à titre non limitatif quatre types d'évolutions nécessaires en ce sens. Durant cette décennie et la prochaine, des investissements considérables conditionneront le futur de la production de l'énergie et par conséquent les impacts climatiques pour longtemps ; il s'agit d'un élément crucial à ne pas manquer 40. Deuxième vaste chantier, celui des créations d'emplois dans des secteurs favorables à l'environnement : que ce soit via des relances sélectives dans les pays menacés aujourd'hui de récession, ou encore par nombre d'actions de développement durable économiquement favorable dans des pays du sud, le potentiel est grand pour des créations ou réorientations d'emplois 41.Dans des régions pauvres, des problèmes environnementaux graves handicapent directement la santé et la satisfaction de besoins, et c'est un troisième domaine où des progrès sont indispensables. Les systèmes où nous vivons présentent des fragilités importantes, à la fois sous l'angle des risques industriels et des risques financiers. Ces quatre types de problèmes - pour ne prendre que ceux-là - ne sont pas conditionnés par le fait d'augmenter ou de diminuer la croissance économique dans les prochaines années, mais par le choix des moyens de correction qui devront être de différentes natures et être mis en œuvre sous peine d infliger des dommages cruciaux à la croissance peut-être, mais ce qui est plus grave, au monde vivant et aux hommes. Remerciements Mes remerciements vont à Isabelle Cassiers, Franck-Dominique Vivien, et surtout Bruno Kestemont, pour leurs commentaires éclairés et éclairants sur une première version de ce texte. Bibliographie ADAMS B. et JEANRENAUD S.J., Towards a Humane and Diverse World. Transition to Sustainability, Gland, IUCN, 2008, en pdf_1.pdf, AYRES R., The U-turn. The end of the growth paradigm, London, Earthscan, 1998 AYRES R., "Limits to the growth paradigm", Ecological Economics 19 (1996), pp Voir la très bonne synthèse de HOURCADE J-Ch., "Le développement durable: des alertes aux politiques", Cahiers français, «Développement et environnement», n 337, mars- avril 2007, p Voir par exemple PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L'ENVIRONNEMENT (PNUE), Pour un travail décent dans un monde durable à faibles émissions de carbone, PNUE en collaboration avec OIT, septembre 2008, suivi du Global Green New Deal, lancé par le PNUE en octobre

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu:

DOCUMENT 3 «Le Monde: Comment imaginez-vous l'offre énergétique mondiale dans les années qui viennent? [...] Steven Chu: Dissertation s appuyant sur un dossier documentaire Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Economie du Développement Durable - Licence

Economie du Développement Durable - Licence Economie du Développement Durable - Licence - Définitions 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Bibliographie: Qu est-ce que le développement durable? Brunel,

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE

Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE Discours de M. Achim Steiner Secrétaire général adjoint des NU et Directeur exécutif du PNUE A la conférence ministérielle africaine sur l économie verte Oran, Algérie 22 février 2014 Votre Excellence,

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

PROJET: Collecte et recyclage des papiers de bureaux des entreprises et administrations

PROJET: Collecte et recyclage des papiers de bureaux des entreprises et administrations PROJET: Collecte et recyclage des papiers de bureaux des entreprises et administrations 1 Développement Durable En 1987, Madame Gro Harlem Brundtland, présidente de la Commission mondiale sur l environnement

Plus en détail

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV PRÉSENTATION LORS D UN ATELIER DE L ORDRE DES INGÉNIEURS FORESTIERS DU QUÉBEC QUÉBEC LE 20 MARS 2013 HARVEY L. MEAD harveymead.org La forêt, pour construire

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009.

Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009. Géographie et développement durable en classe de 5 ème. Compte-rendu de la conférence de Gérard Granier, 12 novembre 2009. Introduction : Plan de la conférence. I) Qu'est-ce que le développement durable

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Élisabeth Michel-Guillou & Lise Bihannic CRPCC EA 1285 Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et Communication

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 15 septembre 2015. Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 DOSSIER DE PRESSE Mardi 15 septembre 2015 Novethic Une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Novethic, une boussole pour vous guider avant, pendant et après la COP 21 Depuis sa création

Plus en détail

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse

L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse L'industrie de l'énergie, G. Chauveteau, Commission Energie Attac Toulouse 1 I La richesse grâce aux énergies fossiles! II Pic du pétrole et économie de marché III Les ressources non-conventionnelles IV

Plus en détail

Favoriser la croissance verte à l aide des brevets

Favoriser la croissance verte à l aide des brevets Favoriser la croissance verte à l aide des brevets journée luxembourgeoise de la propriété intellectuelle Roberto d Erme IPR Legal Advisor European IPR Helpdesk ANNÉE 1865 Sir William Stanley Jevons -

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

Investissement et préparation à l'adaptation par le GCF aperçu. 13 août 2015

Investissement et préparation à l'adaptation par le GCF aperçu. 13 août 2015 Investissement et préparation à l'adaptation par le GCF aperçu 13 août 2015 Domaines de résultats du Fonds Réduction des émissions provenant des domaines suivants: Production d'énergie et accès à l'énergie

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC):

Filière coton: Rôle économique majeur dans les 16 pays producteurs d'afrique de l Ouest et du Centre (AOC): CONFERENCE DES MINISTRES DE L AGRICULTURE DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE CMA/AOC Avenue Bourguiba BP. 15799 Dakar-Fann Tél : (221) 869 11 90 Fax : (221) 825 47 30 Email : cmaoc@cmaoc.org CONFERENCE

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS I PANTHÉON-SORBONNE 1 ère année de Sciences Économiques (L1) Théories économiques 1 : Valeur et répartition (Division III) Cours de Mme Ai-Thu DANG Le cours comprend trois parties : -

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA POSITION FRANÇAISE (FONDATION DU DROIT CONTINENTAL ET APPROCHE ACADÉMIQUE UNIVERSITAIRE) SUR INTRODUCTION

PRÉSENTATION DE LA POSITION FRANÇAISE (FONDATION DU DROIT CONTINENTAL ET APPROCHE ACADÉMIQUE UNIVERSITAIRE) SUR INTRODUCTION PRÉSENTATION DE LA POSITION FRANÇAISE (FONDATION DU DROIT CONTINENTAL ET APPROCHE ACADÉMIQUE UNIVERSITAIRE) SUR L'EFFICACITÉ ECONOMIQUE DU DROIT INTRODUCTION La rencontre non-fortuite, en France, de l'héritage

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable DIACT

gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable DIACT PREMIER MINISTRE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE NASA/NOAA gilles.pennequin@diact.gouv.fr Haut Fonctionnaire Développement Durable

Plus en détail

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Un bilan décevant Table des matières Peu d indicateurs globaux témoigne d une importance croissante donnée

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire?

Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? Scénarios de la Biodiversité en Afrique : quels enjeux d aménagement du territoire? 26 mars T. Leménager (AFD)-PhD lemenagert@afd.fr ATELIER RÉGIONAL /// REGIONAL WORKSHOP SCÉNARIOS DE LA BIODIVERSITÉ

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Emplois verts Perspectives pour le développement durable Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Vue d ensemble 1. Les risques des modèles de développement actuels pour le développement durable 2. Economie

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable

L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable L ingénieur-conseil, votre partenaire pour le développement durable Le concept de développement durable est aujourd hui incontournable

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail