Présenté au. Ministère des finances du Québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présenté au. Ministère des finances du Québec"

Transcription

1 Demande de crédit d impôt pour les agriculteurs et les transformateurs d aliments au Québec, donateurs de produits au réseau des Banques alimentaires du Québec Présenté au Ministère des finances du Québec Le 20 janvier 2015

2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION. p. 3 RAISONS /OBJECTIFS/AVANTAGES p. 5 DEMANDE AU MINISTÈRE DES FINANCES... p. 7 PARAMÈTRES.... p. 7 PRÉVISIONS DE COÛTS ET AUTRES REMARQUES. p. 9 AUTRES EXEMPLES DE CRÉDIT D IMPOTS POUR LES DONS AUX BANQUES ALIMENTAIRES : o Crédit d impôt de l Ontario.. p. 10 o Crédit d impôt de l Oregon pour les dons de récoltes aux banques alimentaires.. p. 11 o Crédit d impôt pour don de récoltes et de bétails du Colorado. p. 11 o Crédit d impôt pour les récoltes glanées de la Caroline du Nord... p. 12 CERTIFICAT DE SÉLECTION, FINALISTE PHÉNIX DE L ENVIRONNEMENT p. 13 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 2 de 13

3 INTRODUCTION La faim demeure une réalité toujours présente dans notre société d abondance et les demandes d aide alimentaire d urgence au Québec atteignent toujours des niveaux record. À chaque mois, plus de personnes ont faim au Québec dont enfants. Selon les résultats de l enquête Bilan-Faim , des centaines de milliers de québécois en situation de pauvreté ont besoin de l aide des banques alimentaires chaque mois pour se nourrir et près de 50 % des bénéficiaires sont des familles avec enfants. Dans un mois typique, les organismes desservis par les Moissons (banques alimentaires régionales) du réseau des Banques alimentaires du Québec répondent à demandes d aide alimentaire d urgence par mois : des paniers de provisions pour des familles de 1 à 6 personnes, repas servis en comptoirs alimentaire et collations à des jeunes de moins de 18 ans en milieu scolaire et parascolaire. En mars 2014, plus de 53 % des organismes et comptoirs d aide alimentaire du réseau des Banques alimentaires du Québec ont déclaré ne pas avoir suffisamment de denrées en quantité nécessaire pour répondre à la demande, soit 22% de plus qu en De plus, 12 % des organismes ont dû fermer leurs portes en 2014 comparativement à 3 % l an dernier. Soit 4 fois plus! En lien avec sa mission de base et ses objectifs d aide aux populations en difficulté partout au Québec, la cueillette et la redistribution de denrées représentent la préoccupation quotidienne du réseau des Banques alimentaires du Québec. Le réseau est composé de 18 Moissons (banques alimentaires régionales : centres de tri, de contrôle de qualité et de redistribution) et de plus de comptoirs alimentaires d aide directe dans toutes les régions du Québec. Le réseau compte sur plusieurs fournisseurs agro-alimentaires pour récupérer des aliments et autres produits essentiels de base. 1 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 3 de 13

4 Ces denrées proviennent principalement de surplus d entrepôts tel que des produits mal emballés, non conformes à la vente ou avec une date de péremption trop rapprochée pour leur mise en marché. De telles denrées, quoique de bonne qualité, ne répondent pas aux normes de circuit classique de la vente au détail. C est grâce à la récupération de ces produits, au fil des 25 dernières années, que le réseau a pu répondre à environ 50 % des besoins. Le mot d ordre des banques alimentaires est de minimiser le gaspillage alimentaire. Très peu de denrées sont achetées et plus de 60 % des approvisionnements des banques alimentaires proviennent ainsi de produits «sauvés» : l industrie agroalimentaire et les producteurs agricoles participent en donnant des produits présentant des défauts d emballage ou d étiquetage, des fruits et légumes mal calibrés ou des surplus. Les Banques alimentaires du Québec estiment que le taux de récupération des denrées destinées à être gaspillées pourrait être doublé avec plus de moyens financiers pour les Banques alimentaires du Québec et de nouveaux incitatifs fiscaux pour les entreprises de la part du gouvernement. Car malheureusement, depuis la dernière récession 2008, la quantité et la qualité de ces denrées de «récupération» ne cessent de diminuer. En effet, les fournisseurs ont amélioré leur performance opérationnelle et ils ont un souci de contrôler leurs dépenses pour faire face à la crise financière. Donc, ces derniers nous ont fait part qu il est plus facile de jeter que de donner car c est moins coûteux. De plus, selon Statistiques Canada, l augmentation générale du prix des aliments est de plus de 25 % entre , 2 ). Toutes les études sur la clientèle des banques alimentaires et les recommandations du Guide alimentaire Canadien (GAC), abondent dans le sens que plus de 50 % des personnes n atteignent pas le minimum des recommandations du GAC dû au manque de diversité des produits disponibles consommés. L insécurité alimentaire des ménages au Québec mérite ainsi une attention prioritaire et urgente de la part de nos élus du gouvernement car cette situation empire les conditions de vie et de santé des plus démunis de notre population et elle est source d angoisse continuelle et de drames au quotidien. C est dans ce contexte et dans le souci de trouver des solutions novatrices et à long terme, que le réseau des Banques alimentaires du Québec (BAQ) a décidé de contribuer à l élaboration d un crédit d impôt destiné aux agriculteurs et transformateurs d aliments au Québec qui font des dons de produits aux banques alimentaires. Cela permettra de solutionner deux problèmes en un : lutter contre le gaspillage alimentaire augmenter et assurer un meilleur approvisionnement en quantité et qualité aux banques alimentaires pour nourrir les personnes les plus vulnérables de notre société. Donc, une augmentation considérable des dons de nourriture santé pouvant être remis aux banques alimentaires à travers toute la province pour nourrir des centaines de milliers de familles dans le besoin à chaque mois. Plusieurs acteurs et partenaires liés 2 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 4 de 13

5 à la sécurité alimentaire, dont Faim et développement social Québec (FDSQ), recommandent et soutiennent cette initiative. RAISONS /OBJECTIFS/AVANTAGES Plusieurs raisons peuvent inciter le gouvernement du Québec à créer un crédit d impôt pour les dons effectués par les producteurs et les transformateurs d aliments du Québec. Il n existe actuellement aucune incitation fiscale à l échelle du Québec qui reconnaisse les dons de produits alimentaires frais donnés charitablement aux banques alimentaires. D un point de vue fiscal, les fruits et légumes frais, le bétail, les fruits de mer et les autres produits alimentaires frais ou manufacturés inutilisés donnent lieu au même traitement, il n y a aucun incitatif fiscal qu ils soient jetés dans un lieu d enfouissement, remis au labourage dans le champ de l agriculteur ou donnés à une banque alimentaire. Donc, il est moins cher de disposer «autrement» d un produit que de le donner. Les objectifs visés par ce présent document de travail et les principaux bénéfices directs découlant d un crédit d impôt sont : 1. Améliorer et accroitre l approvisionnement en aliments nutritifs (quantités et qualité) des banques alimentaires au Québec et des familles québécoises desservies. Un incitatif fiscal permettra aux banques alimentaires d avoir accès à Toutes les études sur la clientèle des banques alimentaires et les recommandations du Guide alimentaire Canadien (GAC), abondent dans le sens que plus de 50 % des personnes n atteignent pas le minimum des recommandations du GAC dû au manque de diversité des produits..disponibles consommés. des dons provenant de productions dédiées d aliments frais de qualité, produits et transformés au Québec. Le Bilan-Faim , nous indique que dans 37,8 % des cas, les organismes et comptoirs alimentaires déclarent donner moins de produits par personne pour être capable d aider toute la clientèle présente et dans 24 % des cas, ils doivent renvoyer les gens sans nourriture. Également, plus de la moitié (54 %) des organismes disent acheter des denrées complémentaires plus qu à l habitude. Tandis que 12 % des organismes ont dû fermer leurs portes par manque de denrées à donner. 2. Renforcer le secteur agricole du Québec, tout en fournissant des produits alimentaires diversifiés comportant de grandes qualités nutritives aux banques alimentaires pour nourrir des familles québécoises en situation de pauvreté. 3 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 5 de 13

6 3. Faciliter la réduction des déchets alimentaires et développer un système de réutilisation, de renouvellement, de recyclage, de compostage et de rejet des déchets et emballages alimentaires. Une quantité significative des aliments consommables produits au Québec est jetée ou enterrée dans les champs des agriculteurs. Selon les données d une recherche de l Université de Sherbrooke 4 à laquelle nous avons participé, entre 30 et 50 % de la nourriture produite est gaspillée, l auteur conclu que la même proportion des impacts environnementaux relatifs à la production et l acheminement de la nourriture peut être ainsi attribuée aux gaspillages eux- mêmes. Annuellement, le réseau des Banques alimentaires du Québec dévie plus de 31 millions de kg de denrées des sites d enfouissements. En appliquant le facteur de conversion tel que proposé par l étude ICF (voir tableau ci-dessous), cela représenteraient plus de 28 milles tonnes équivalents CO2 enlevés des sites d enfouissement par le réseau. Les Banques alimentaires du Québec* Émissions nettes CH4 par les sites d'enfouissement Émission économisées par les services publics Qtés de Qté de Transport denrées denrées Centre de redistribuées récupération/tri/ Équivalent Carbone (t CO2 éq) après tri et (Tonnes) redistribution du tco2 éq Coefficient contrôle de réseau (par région) Tonnes qualité (2012-0,01 0,88 (0,01) (0,09) 0,80 eco2/tonne 2013 en Kg)* Centre de bénévolat de la Vallée de L'Or ,00 178, ,174 2, , , , ,54 Centre de bénévolat de Laval , , ,88 12, , , , ,5 Moisson Beauce , , ,75-60, Moisson Estrie ,00 320, ,655 3, ,0164-3, , ,92 Moisson Kamouraska 60594,00 53, ,594 0, , , , ,475 Moisson Lanaudière , , ,798 15, , , , ,2 Moisson Laurentides , , ,837 26, , , , ,1 Moisson Mauricie / Centre du Québec , , ,778 17, , , , ,4 Moisson Montréal , , ,94 141, , , , Moisson Outaouais ,00 356, ,951 4, , , , ,96 Moisson Québec , , ,2 28, ,976-28, , ,2 Moisson Rimouski Neigette ,00 317, ,274 3, , , , ,22 Moisson Rive-Sud , , ,773 36, , , , ,6 Moisson Saguenay/Lac-St- Jean ,00 527, ,529 5, , , , ,62 Moisson Sud-Ouest ,00 491, ,061 5, , , , ,45 Moisson Vallée Matapedia 41379,00 36, ,379 0, , , , ,103 Ressourcerie Bernard Hamel ,00 333, ,085 3, ,5948-3, , ,27 SOS Dépannage / Moisson Granby ,00 444, ,027 5, , , , ,02 Total du réseau , , ,94 319, , , , *Calculs effectués pour BAQ par Veronic Pichard, Scientifique de programme, Division de la réduction et de la gestion des déchets, Environement Canada Réf. Analyse des effets des activités de gestion des matières résiduelles sur les émissions de gaz à effet de serre par ICF consulting, remis à Environement Canada et Ressources naturelles Canada, Oct _.pdf Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 6 de 13

7 4. Mieux-être des familles québécoises en situation de pauvreté : on est ce que l on mange Mauvaise alimentation = santé déficiente (difficultés d apprentissage, diabète, maladies cardio vasculaire, insuffisance rénale, etc.) Insécurité alimentaire = détérioration de la santé mentale Pauvreté = 20 % des années potentielles de vie perdues Pauvreté = exclusion + problèmes sociaux Source : Le rapport 2007 sur l état de santé de la population du Québec Le réseau des banques alimentaires du Québec effectue déjà un travail colossal de récupération et de redistribution de denrées aux personnes et aux familles qui ont faim, mais sans une coordination efficace entre l industrie agroalimentaire, les partenaires du plan de développement d un système alimentaire durable et équitable ainsi que le secteur communautaire, malheureusement le gaspillage se perpétue. Une politique d aide alimentaire devrait donc inclure une stratégie de coordination des actions afin de faciliter et de soutenir concrètement la récupération des denrées, mais aussi leur redistribution équitable à travers la province, tout en s assurant de la qualité nutritive des produits distribués. DEMANDE AU MINISTÈRE DES FINANCES Créer un crédit d impôt non remboursable de 25 % de la valeur en gros des produits alimentaires donnés aux banques alimentaires par les producteurs d aliments (agriculteurs, pêcheurs, éleveurs d animaux de ferme, etc.) et les transformateurs de produits alimentaires. PARAMÈTRES 1. Bénéficiaires du crédit d impôt Ce crédit d'impôt non remboursable aiderait directement le secteur agricole et l industrie de la transformation des aliments au Québec en reconnaissant les dons faits aux banques alimentaires qui sont des organismes de bienfaisance enregistrés. Pour tenir compte des problèmes de liquidité des agriculteurs, le bénéficiaire pourrait utiliser son crédit d impôt dans un délai pouvant aller jusqu à cinq (5) ans. Le crédit ne sera pas disponible pour les particuliers faisant don de fruits et légumes frais à un organisme de bienfaisance. Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 7 de 13

8 2. Utilisation des dons Les organisations qui reçoivent les dons de produits alimentaires doivent être des organismes de bienfaisance enregistrés Créer un crédit d impôt non œuvrant dans le domaine de la distribution remboursable qui permettra aux gratuite de nourriture et les produits alimentaires producteurs d aliments (agriculteurs, pêcheurs, éleveurs d animaux de ferme, dont il est fait don doivent être fournis gratuitement etc.) et aux transformateurs de produits au bénéficiaire. Ces organismes doivent signer la alimentaires de déduire de l impôt qu ils charte des Banques alimentaires du Québec et doivent, 25 % de la valeur en gros des s engager à respecter le code d éthique et de produits alimentaires dont ils ont fait don aux Banques alimentaires du Québec. déontologie du réseau des Banques alimentaires du Québec (voir annexe 1). 3. Valeur du crédit d impôt (Recettes potentielles cédées) L'avantage fiscal proposé consistera en un crédit d impôt non remboursable correspondant à vingt-cinq pour cent (25 %) de la valeur en gros de la quantité de nourriture donnée aux banques alimentaires. Le prix de gros des cultures serait fondé sur l'une ou l'autre des valeurs suivantes : le montant versé au producteur par l'acheteur au comptant le plus récent; le prix du marché de l'acheteur en gros le plus près ou le prix du marché d'auto-cueillette régional (s'il n'y a pas d'acheteur au comptant antérieur). La valeur totale du crédit ne pourrait dépasser le montant fiscal imposé par le gouvernement du Québec. Exemple 1 : un pomiculteur permet à des bénévoles d'une banque alimentaire de glaner dans ses vergers à la fin de la saison de la récolte. En un après-midi de travail, les bénévoles parviennent à glaner kg de pommes. Calcul du crédit d'impôt : Valeur au détail (VD) kg à 3,17 $/kg = $ Valeur en gros (VG) à 1,70 $/kg = $ Valeur du crédit d'impôt (VC) à 25 % = 425 $ Le pomiculteur aurait droit donc à une réduction de 425 $ de son fardeau fiscal pour son don, grâce au nouveau crédit d'impôt. Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 8 de 13

9 PRÉVISIONS DE COÛTS ET AUTRES REMARQUES Taux de réclamation Le cout de l investissement se base sur un taux de 50 % de réclamation de la part des agriculteurs et transformateur du Québec effectuant des dons. Valeur des aliments La valeur des aliments se base sur les données de Statistiques Canada, soit le prix moyen des produits alimentaires au détail. Le cout actuel au détail est de 1,80 $ pour 1kg d oignon, 398 ml de fèves au lard et de 3,24 $ la douzaine d œufs, etc. Capacité d absorption La capacité d absorption des banques alimentaires pour ce type d aliments permettrait de déterminer le plafond des crédits d impôt. Autrement dit, une «limite naturelle» déterminerait le cout maximum que pourrait atteindre le crédit d impôt. Retombées/Rendement du Capital investi (RCI) Dans le cas de l exemple 1 ci-dessus, grâce au nouveau crédit d impôt, le don de pommes du producteur réduirait son fardeau fiscal de 425 $. Bien qu avantageuse sur le plan financier, cette mesure ne serait pas considérée comme très lucrative du point de vue de l agriculteur puisqu il ne recevrait que 0,42 $/kg de pomme, soit environ seulement 13,2 % du prix du marché de détail. Toutefois, ces fonds permettraient à l agriculteur de récupérer une partie de ses couts de production. L investissement du gouvernement du Québec offrirait ainsi un excellent rendement puisque chaque dollar investi dans le crédit d impôt génèrerait sept dollars en aliments pour les banques alimentaires et les familles partout au Québec. Le RCI serait égal à la Valeur au détail (VD) divisée par la Valeur du crédit d impôt (VC) : RCI = VD/VC Dans l exemple précédant du pomiculteur : VD = $ et la VC = 425 $ donc un RCI = 7,45 $ À noter cependant que le calcul du RCI ne comprend pas l impact du crédit d impôt comme mesure incitant les dons d aliments aux banques alimentaires du Québec. Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 9 de 13

10 AUTRES EXEMPLES DE CRÉDIT D IMPOTS POUR LES DONS AUX BANQUES ALIMENTAIRES : 1- CRÉDIT D IMPÔT DE L ONTARIO 5 : Adopté par l assemblée législative de l Ontario le 6 novembre 2013 (annexe 2). Il s agit d une Loi édictant la Loi de 2013 sur les aliments locaux et modifiants la Loi de 2007 sur les impôts pour prévoir un crédit d impôt pour les agriculteurs qui font don aux banques alimentaires de certains produits agricoles qu ils ont produits (Pour plus de détails : La valeur du crédit d impôt est de 25 % et concerne seulement les dons à un programme alimentaire communautaire. Les conditions d admissibilité : Admissible, s entend, selon le cas : d un particulier qui exploite une entreprise agricole en Ontario ou de son conjoint ou conjoint de fait; d une société qui exploite une entreprise agricole en Ontario. d un programme alimentaire communautaire : personne ou entité qui réunit les conditions suivantes: - son activité consiste à distribuer gratuitement des aliments au public en Ontario, y compris en tant que banque alimentaire; - elle est enregistrée comme organisme de bienfaisances en vertu de la loi fédérale; - elle satisfait aux autres conditions prescrites par les règlements. Don admissible Est un don admissible pour une année d imposition le don qui répond aux critères suivants : il s agit d un don d un ou de plusieurs produits agricoles produits en Ontario par une personne admissible et le don est fait par une personne admissible à un programme alimentaire communautaire admissible de l Ontario. le don est fait le 1er janvier 2014 ou après cette date. 5 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 10 de 13

11 Montant du crédit d impôt : particuliers La personne admissible qui est un particulier et qui résidait en Ontario le dernier jour d une année d imposition se terminant après la date prescrite par le ministre des Finances peut déduire de son impôt payable par ailleurs pour l année en application de la section B de la partie II un crédit d impôt pour dons à un programme alimentaire communautaire qui ne dépasse pas le montant calculé selon la formule suivante : A x B (A = la juste valeur marchande du don et B = 25 %). Montant du crédit d impôt : sociétés La personne admissible qui est une société peut déduire de son impôt payable par ailleurs pour l année en application de la section B de la partie III, pour une année d imposition se terminant après la date prescrite par le ministre des Finances, un crédit d impôt pour dons à un programme alimentaire communautaire qui ne dépasse pas le montant calculé selon la formule suivante : C D ( C = la portion de ses dons admissibles pour l année que la personne a déduite en vertu de la loi fédérale dans le calcul de son revenu imposable pour l année; D = 25 %) Une fiducie n a pas droit au crédit d impôt prévu au présent article. 2- CRÉDIT D IMPÔT DE L OREGON POUR LES DONS DE RÉCOLTES AUX BANQUES ALIMENTAIRES : Mis en place en 1997, par le gouvernement de l état de l Oregon d un crédit d impôt lorsqu un don de récolte est fait à une coopérative de glanage, une banque alimentaire ou des organismes de charité distribuant gratuitement les denrées. Le donateur ou le bénéficiaire peut récolter les cultures. Les dons doivent répondent aux critères d admissibilité suivants : Classification du producteur. Pour se qualifier à ce crédit, le donateur doit être un producteur d une récolte destinée à la vente au comptant. Qualité des produits. La récolte doit être propre à la consommation humaine. Les aliments doivent répondre à l ensemble des normes de qualité et d étiquetage imposé par la loi fédérale, provinciale et locale, même si le produits ne sont pas aptes à être aisément vendus en raison de leur apparence, âge, fraicheur, classe, taille, quantité excédentaire ou autres conditions. Type de produit. Les récoltes admissibles comprennent sans s y limiter, les plantes à massif productrices d aliments, porte-greffes a vergers producteurs d aliments et de bétail dont la transformation peut produire des aliments propre à la consommation humaine. Le crédit équivaut à 10 % de la valeur de la quantité de récolte donnée enregistrée au prix courant du marché de gros au moment du don. Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 11 de 13

12 3- CRÉDIT D IMPÔT POUR DON DE RÉCOLTES ET DE BÉTAILS DU COLORADO : Le crédit équivaut à 25 % de la contribution, évaluée en fonction du marché de gros et du prix de vente le plus récent. Conditions : la récolte ou l abattage du bétail est effectué par ou au nom de l organisme de bienfaisance bénéficiaire; l utilisation que fait l organisme de bienfaisance bénéficiaire de la récolte ou du bétail est en rapport avec la mission ou la fonction ayant justifié le statut ; d exemption d impôt de l organisme et le bénéficiaire doit les utiliser au Colorado l organisme de bienfaisance bénéficiaire n échange pas la récolte ou le bétail pour de l argent ou tout autre type de propriété ou service le contribuable et les donateurs suivants recevront de l organisme de bienfaisance bénéficiaire une déclaration écrite stipulant que l utilisation et la mise au rebut de la récolte ou du bétail seront conformes à cette loi. 4- CRÉDIT D IMPÔT POUR LES RÉCOLTES GLANÉES DE LA CAROLINE DU NORD : Crédit d impôt en vigueur depuis 1983 aux agriculteurs ayant des récoltes afin de permettre le glanage de celle-ci et que les produits glanés soient donnés aux organismes de bienfaisance. Le crédit équivaut à 10 % du prix du marché de la quantité de récolte glanée et ne peut dépasser le montant de l impôt exigé par le gouvernement de l état. Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 12 de 13

13 CERTIFICAT DE SÉLECTION, FINALISTE PHÉNIX DE L ENVIRONNEMENT 2014 Crédit d impôt non remboursable - Dons dédiés en denrées aux BAQ Page 13 de 13

QUÉBEC 2014 BILAN-FAIM

QUÉBEC 2014 BILAN-FAIM BILAN-FAIM QUÉBEC 2014 NOS MEMBRES Centre de bénévolat et Moisson Laval Centre de bénévolat de la Vallée de l Or Moisson Beauce Moisson Estrie Moisson Kamouraska Moisson Lanaudière Moisson Laurentides

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012

Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 Crédits d impôt non remboursables et remboursables du Québec offerts aux particuliers pour 2012 du Québec pour 2012 Taux d imposition s appliquant aux crédits 1 20,00 % Facteur d indexation 2 2,66 % Montant

Plus en détail

Groupe de travail «Dynamiser la prévention»

Groupe de travail «Dynamiser la prévention» Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux Groupe de travail «Dynamiser la prévention» 15 octobre 2014 Réunion du 15 octobre Déroulement de la réunion : - Don alimentaire

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

LES banques AlimentAires du qu bec

LES banques AlimentAires du qu bec LES banques AlimentAires du qu bec rapport Annuel 2011-2012 Mot de la direction Historique Mission, vision et valeurs Conseil des membres Conseil d administration Les bénéficiaires de l aide alimentaire

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

Contribuer de façon durable à l éducation et au succès de nos jeunes LE GUIDE DU DON PLANIFIÉ

Contribuer de façon durable à l éducation et au succès de nos jeunes LE GUIDE DU DON PLANIFIÉ Contribuer de façon durable à l éducation et au succès de nos jeunes LE GUIDE DU DON PLANIFIÉ Table des matières Le don planifié : Une contribution durable à l éducation de nos jeunes 3 Qu est-ce qu un

Plus en détail

Résumé du budget du Québec 2013-2014

Résumé du budget du Québec 2013-2014 Résumé du budget du Québec 2013-2014 Le 20 novembre 2012 INTRODUCTION Le ministre des Finances et de l Économie, M. Nicolas Marceau, a déposé aujourd hui le budget du Québec pour 2013-2014. Voici les grandes

Plus en détail

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012

Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 Mars 2013 Par le Regroupement des aidantes et aidants naturels de Montréal Mesures fiscales pour les personnes proches aidantes et les personnes aidées - 2012 préparé par Ruth Rose Professeure associée

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario

Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario Changements dans la façon dont sont payés certains crédits d impôt en Ontario Centre d action pour la sécurité du revenu L Ontario change la façon dont sont payés trois crédits d impôt remboursables. Cela

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts

Collège Jean-de-Brébeuf. Les frais de scolarité et vos impôts Collège Jean-de-Brébeuf Les frais de scolarité et vos impôts Année fiscale 2014 Direction des ressources financières 24 octobre 2014 Objectifs Présenter les déductions et les crédits d impôts applicables

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Rapport sur le budget du Québec

Rapport sur le budget du Québec le 21 avril 2005 Rapport sur le budget du Québec Faits saillants Introduction Taux d imposition d une société est augmenté Instauration d un taux d imposition pour la petite entreprise Les taux de la taxe

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique

La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Séminaire Alimentation et Changement climatique DIM Astréa et DIM R2DS 4 décembre 2014 La réduction des pertes et gaspillages alimentaires : une nécessité face au changement climatique Barbara REDLINGSHÖFER,

Plus en détail

RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES PRIMERICA CONCERT (RÉGIME NON FAMILIAL) MODALITÉS

RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES PRIMERICA CONCERT (RÉGIME NON FAMILIAL) MODALITÉS RÉGIME D ÉPARGNE-ÉTUDES PRIMERICA CONCERT (RÉGIME NON FAMILIAL) MODALITÉS 1. LE RÉGIME La proposition de régime d épargne-études Primerica Concert (la «proposition») ainsi que les présentes modalités constituent

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Consultation publique sur le projet de politique québécoise de gestion des matières résiduelles Mémoire du Regroupement national des conseils régionaux de l environnement du Québec 23 février 2010 Présentation

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec

Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec 555, boul. René-Lévesque O. 9 e étage Montréal (Québec) H2Z 1B1 CANADA (514) 861-0809 Télécopieur (514) 861-0881 Internet info@zba.ca Plan stratégique 2010 2015 pour le secteur ovin du Québec Rapport final

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015 BULLETIN DE FISCALITÉ Mai 2015 OPTIONS D'ACHAT D'ACTIONS ACCORDÉES À DES EMPLOYÉS GAINS ET PERTES DE CHANGE CRÉDITS D'IMPÔT POUR AIDANTS FAMILIAUX ET PERSONNES À CHARGE AYANT UNE DÉFICIENCE LE VERSEMENT

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES MESURES FISCALES POUR LES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE

MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES MESURES FISCALES POUR LES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE MÉMOIRE PRÉSENTÉ PAR L UNION DES PRODUCTEURS AGRICOLES À LA COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ QUÉBÉCOISE MESURES FISCALES POUR LES ENTREPRISES AGRICOLES ET FORESTIÈRES LE 10 OCTOBRE 2014 ISBN 978-2-89556-140-8

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 4.7 Régimes de retraite, REER et REEE Compétence Législative Paragraphe 7 (3) de la Loi. Paragraphe 14 (1), article 15.1, paragraphe 17 (2), articles 32, 38,39,

Plus en détail

MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2012

MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2012 BULLETIN N 112 Publié en avril 2012 MODIFICATIONS FISCALES BUDGET 2012 Les modifications fiscales suivantes ont été annoncées par le ministre des Finances du Manitoba, M. Stan Struthers, dans le Discours

Plus en détail

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition?

notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? 2 Saviez-vous que notre système de consigne sur les boissons gazeuses est menacé d abolition? L avenir de la consigne au Québec est présentement incertain. Au printemps 2015, le Ministère du Développement

Plus en détail

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES LA GESTION RESPONSABLE D ÉVÉNEMENTS Le Bureau de normalisation du Québec a rendu publique, en juin 2010, une norme en gestion responsable d événements. La norme vient du besoin

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS

RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS RÈGLEMENT N O 7 DÉTERMINANT LES DROITS ET LES FRAIS EXIGIBLES DES ÉTUDIANTS Adopté par le conseil d administration le 16 juin 2015 (résolution numéro CA-015-0942) et déposé au ministère de l Éducation,

Plus en détail

GUIDE pour préparer la paye d'un PRÊTRE RELIGIEUX 1 occupant une fonction à TEMPS PLEIN

GUIDE pour préparer la paye d'un PRÊTRE RELIGIEUX 1 occupant une fonction à TEMPS PLEIN ANNÉE (du 1er janvier au 31 décembre) : 2015 Période de paye : MENSUELLE INFORMATIONS SERVANT AUX CALCULS Données annuelles DÉCRET (ref.) Rémunération monétaire de base (RMB) - PRÊTRE 24 509,30 $ art.

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Guide du Compte d épargne libre d impôt

Guide du Compte d épargne libre d impôt PLACEMENTS Compte d épargne libre d impôt Guide du Compte d épargne libre d impôt L épargne est un élément important de tout plan financier. L atteinte de vos objectifs en dépend, qu il s agisse d objectifs

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2015

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2015 Formation en fiscalité BULLETIN DE FISCALITÉ Janvier 2015 LES FRAIS DE DÉMÉNAGEMENT L'IMPOSITION DES FIDUCIES AU PROFIT DU CONJOINT ET AUTRES FIDUCIES SEMBLABLES L'EXONÉRATION DES GAINS EN CAPITAL LES

Plus en détail

Imposition des sociétés

Imposition des sociétés Imposition des sociétés Introduction L imposition des sociétés est un sujet qui revêt une grande importance pour toute personne qui s occupe de planification financière ou successorale. La mise en place

Plus en détail

Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants

Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants des Services fiscaux Numéro 2014-26F Budget du Québec de juin 2014 Faits saillants Le 4 juin 2014 En bref Le ministre des Finances, M. Carlos Leitao, a présenté aujourd'hui, le 4 juin 2014, le budget 2014-2015

Plus en détail

Trousse du solliciteur. Projet «Assurer l Avenir»

Trousse du solliciteur. Projet «Assurer l Avenir» Trousse du solliciteur Projet «Assurer l Avenir» Janvier 2015 Table des matières 1. Présentation... 2 2. Les quatre partenaires de cette campagne... 3 Le comité directeur de «Faire la différence»... 3

Plus en détail

LA FAILLITE. revenuquebec.ca

LA FAILLITE. revenuquebec.ca LA FAILLITE revenuquebec.ca La faillite entraîne un processus à la suite duquel une personne est libérée du paiement de la plupart de ses dettes en vertu de la Loi sur la faillite et l insolvabilité. Cependant,

Plus en détail

TABLE DES RESSOURCES EN AIDE ALIMENTAIRE DU CENTRE-DU-QUE BEC (TRAACQ)

TABLE DES RESSOURCES EN AIDE ALIMENTAIRE DU CENTRE-DU-QUE BEC (TRAACQ) CADRE DE RÉFÉRENCE TABLE DES RESSOURCES EN AIDE ALIMENTAIRE DU CENTRE-DU-QUE BEC (TRAACQ) CADRE DE RÉFÉRENCE 2014 Avant-propos Depuis de nombreuses années, l aide alimentaire offre une réponse concrète

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015

RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015 RÉSUMÉ DU BUDGET FÉDÉRAL DE 2015 Le 21 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES Table des matières Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant l impôt sur le revenu des sociétés

Plus en détail

L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles

L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles Colloque gestion et établissement Succombez à la tentation de gérer! 2 et 3 novembre 2009 L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek

Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek Octobre 2014 Conseils fiscaux de fin d année pour 2014 Auteur : Jamie Golombek Comme l année tire à sa fin, nous vous présentons une mise à jour de nos conseils fiscaux de fin d année dont vous souhaiterez

Plus en détail

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan

Des assises solides pour des actions efficaces. Plan Des assises solides pour des actions efficaces Rencontre de réflexion sur l action régionale en matière de sécurité alimentaire 12 mars 2014 Marie-Josée Riel, M.Ss Répondante régionale - sécurité alimentaire

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC

Budget Fédéral 2015. Mesures fiscales proposées. dans le budget fédéral 2015. Services de gestion de patrimoine RBC Services de gestion de patrimoine RBC Budget Fédéral 2015 Mesures fiscales proposées dans le budget fédéral 2015 Résumé des principales mesures fiscales pouvant avoir une incidence sur vous Le ministre

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées

Séminaire d information pour les particuliers. Renseignements relatifs aux personnes handicapées Séminaire d information pour les particuliers Renseignements relatifs aux personnes handicapées Objectifs Cette présentation vise à: Présenter les déductions et les crédits applicables aux personnes handicapées

Plus en détail

Les régimes enregistrés d épargne-études

Les régimes enregistrés d épargne-études Les régimes enregistrés d épargne-études Qu est-ce qu un régime enregistré d épargne-études? Un régime enregistré d épargne-études (REEE) est un contrat entre un particulier (le souscripteur) et une personne

Plus en détail

Solutions d'assurance pour les particuliers

Solutions d'assurance pour les particuliers Solutions d'assurance pour les particuliers Solide. Fiable. Sûre. Avant-gardiste. Vous nous avez dit que l un de vos plus grands défis était d aider vos clients à trouver des solutions s adaptant à leurs

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Pertes et gaspillages alimentaires

Pertes et gaspillages alimentaires Pertes et gaspillages alimentaires Un phénomène aux multiples facettes Barbara REDLINGSHÖFER Mission d anticipation Recherche&Société Pour le développement durable (MaR/S) de l INRA Plan de la présentation

Plus en détail

DONS D'ASSURANCE VIE

DONS D'ASSURANCE VIE DONS D'ASSURANCE VIE Il est intéressant de donner par le biais d une assurance vie car ainsi, pour un coût modeste, on peut faire un don ultérieur substantiel. Plusieurs options sont envisageables : 1

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013

Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 CONSEILS FISCAUX Conseils fiscaux de fin d année pour 2013 Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale pour les Services consultatifs de gestion

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-invalidité, Bon canadien pour l épargne-invalidité et Subvention canadienne pour l épargneinvalidité

Régime enregistré d épargne-invalidité, Bon canadien pour l épargne-invalidité et Subvention canadienne pour l épargneinvalidité Régime enregistré d épargne-invalidité, Bon canadien pour l épargne-invalidité et Subvention canadienne pour l épargneinvalidité Présentation à la rencontre des Jeux Olympiques spéciaux Ottawa Le 2 octobre

Plus en détail

COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER. (Formulaire complet)

COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER. (Formulaire complet) ANNEXE «D» (04/07) 1 COUR PROVINCIALE DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR CENTRE JUDICIAIRE : Dossier n ENTRE : REQUÉRANT(E) ET : INTIMÉ(E) ÉTAT FINANCIER (Formulaire complet) Je suis le/la (requérant(e) ou intimé(e))

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1. 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 TABLE DES MATIÈRES Paragraphe 1. INTRODUCTION...1 2. LE REVENU D EMPLOI...4 2.1 Les inclusions...5 2.2 Les déductions...8 3. REVENU OU PERTE PROVENANT D UNE ENTREPRISE OU D UN BIEN ET AUTRES REVENUS ET

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Annexe. Questionnaire aux fournisseurs. 1. Général

Annexe. Questionnaire aux fournisseurs. 1. Général Annexe Questionnaire aux fournisseurs 1. Général 1.1 Type d organisation Coopérative Organisme à but non lucratif Mutuelle Organisation publique Entreprise privée non cotée en bourse Entreprise privée

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail

Les REEE. et les solutions d éducation. Pour commencer. Pour progresser. Pour réussir. Guide sur les régimes enregistrés d épargne-études

Les REEE. et les solutions d éducation. Pour commencer. Pour progresser. Pour réussir. Guide sur les régimes enregistrés d épargne-études Les REEE et les solutions d éducation Guide sur les régimes enregistrés d épargne-études Pour commencer Notions de base sur les REEE Pour progresser Avantages des REEE Pour réussir Solutions REEE Pour

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013

Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Programmes de soutien de la R. et D. et à l'innovation au Canada Québec 2013 Les activités soutenues sont notamment (1) : Type d'activité Programmes du Québec Résumé des activités admissibles Crédits d'impôt

Plus en détail

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU L accord de contribution (l «accord de contribution») a

Plus en détail

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille mars 2015 La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille Jamie Golombek Le nouveau crédit Baisse d'impôt pour les familles, qui représente

Plus en détail

Pension alimentaire pour enfants

Pension alimentaire pour enfants Pension alimentaire pour enfants Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau Brunswick (SPEIJ NB) est un organisme de bienfaisance enregistré dont l objectif est de fournir aux

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Revenus de placement

Revenus de placement PUBLICATION SPÉCIALE DE FIN D ANNÉE STRATÉGIES F ISCALES PERSONNELLES POUR 2009 Automne 2009 Comme l année tire à sa fin, les contribuables devraient envisager les stratégies de planification disponibles

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes Qu est-ce que le Défi Climat? La plus vaste campagne de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques au Québec; Des centaines d entreprises, d institutions publiques et d organismes de toutes

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

Girafe & Cie, compagnie d assurance-vie

Girafe & Cie, compagnie d assurance-vie Girafe & Cie, compagnie d assurance-vie Régime d épargne-études Détails de votre plan Numéro de contrat Nom(s) du ou des souscripteurs Dates de naissance du ou des souscripteurs Date d entrée en vigueur

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Deux des mesures fiscales annoncées le 2 décembre 2014 1. Bonification de 800 000 $ à 1 million de dollars de l exonération des gains en capital sur les

Plus en détail

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant 1 Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices RBC Votre employeur a

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Imposition des dividendes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Juin

Plus en détail

Il ne nous reste maintenant qu à attendre pour voir si le gouvernement aura l occasion de mettre en application les mesures annoncées

Il ne nous reste maintenant qu à attendre pour voir si le gouvernement aura l occasion de mettre en application les mesures annoncées Maintenir le cap Bulletin fiscal Budget fédéral, 22 mars 2011 Le ministre des Finances du Canada, M. James M. Flaherty, a prononcé aujourd hui son sixième discours sur le budget, intitulé «Des impôts bas

Plus en détail