Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes"

Transcription

1 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes Renforcer la contribution des agences d emploi pour rendre plus efficace le marché du travail Ce rapport est basé sur une étude commandée par

2

3 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes Renforcer la contribution des agences d emploi pour rendre plus efficace le marché du travail Notice de Droit d Auteur Ce rapport est basé sur une étude commandée par Eurociett, la Confédération Européenne des Agences d Emploi Privées, et menée avec le soutien et l assistance de Bain & Company, une firme de conseil en gestion d envergure internationale. Eurociett peut être contactée par l intermédiaire de Denis Pennel, Eurociett Managing Director (tel , Copyright Eurociett, Bruxelles, 2008 Immeuble Tour & Taxis Avenue du Port 86c Boîte 302 B 1000 Bruxelles

4

5 Sommaire Section I. En résumé 7 Section II. Notes explicatives 9 Section III. Les enjeux 18 Section IV. Portée et méthodologie de recherche 20 Section V. Notes 21 Section VI. À propos d Eurociett 22 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

6

7 Section I. En résumé Les agences d emploi peuvent créer plus de 2,1 millions de nouveaux emplois, grâce à la croissance structurelle et à la levée des réglementations contraignantes qui limitent le recours à l intérim à travers toute l Europe. Les agences d emploi représentent d ores et déjà un moteur de création d emplois, puisqu elles emploient actuellement 3,3 millions de personnes (en équivalent temps plein, ou ETP) à travers l Europe. A croissance structurelle constante, ce chiffre pourrait s accroître de 1,6 million supplémentaire, ce qui permettrait d atteindre 4,98 millions d emplois d ici à Parallèlement à ces 1,6 million de nouveaux emplois créés à l horizon 2012, le rapport montre que le secteur pourrait créer emplois supplémentaires (en ne considérant que six pays majeurs de l Union Européenne*) pour peu que deux contraintes particulières soient levées, en l occurrence les interdictions sectorielles et les limitations de recours. Les agences d emploi favorisent l efficacité et l insertion sur le marché du travail. Les agences d emploi contribuent à instaurer une meilleure adéquation entre l offre et la demande de travail, en facilitant les transitions sur le marché du travail : elles jouent le rôle de tremplin vers l emploi et améliorent l employabilité des salariés par des missions, des expériences et les formations reçues. Elles élargissent la gamme des opportunités professionnelles afin de s adapter aux choix de vie ou contraintes des personnes à toutes les étapes de leur vie professionnelle. Les agences d emploi jouent un rôle-clé s agissant de favoriser la diversité et l insertion sur le marché du travail. Les créations d emploi qui seraient créées grâce à la levée des restrictions pourraient de surcroît augmenter la diversité : ainsi, 37% de ces nouveaux emplois seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Le recours à l intérim permet aux entreprises de se concentrer sur leur cœur de marché et de s adapter aux modes de production en flux tendus imposés par les contraintes économiques. Par ailleurs, le développement de l activité des agences d emploi auprès des PME leur permettrait d améliorer leur compétitivité et de résoudre leur problématique de pénurie de compétences. Les emplois supplémentaires qui seraient ainsi créés viendraient abonder les recettes publiques de 8,9 milliards d euros, tout en générant des économies substantielles en matière d allocations chômage (plus de 3,6 milliards d euros). La levée des restrictions et la reconnaissance du rôle des agences d emploi peuvent en outre jouer un rôle-clé dans la lutte contre le travail illégal, débouchant également sur des recettes supplémentaires pour l État. Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008 * Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Royaume-Uni 7

8 tableau 1 : Nombre d intérimaires (ETP x 1000) Autriche Belgique Danemark Finlande France Allemagne Hongrie ns ns ns ns ns ns Irlande Italie nlr nlr * Luxembourg Pays-Bas Norvège Pologne ns ns ns ns ns ns ns Portugal * Slovaquie ns ns ns ns ns ns ns ns 11 na na Espagne Suède Suisse Royaume-Uni Total Europe ns = non significatif nlr = non légalement reconnu na = non disponible * est Source : Eurociett & SEO Economic Research Amsterdam Tableau 2 : le taux de recours de l intérim varie très largement selon les pays européens taux de recours en 2006* 5% 4,5% 4% 3% 2,4% 2% 2,5% 2,4% 2,0% 1% 1,5% 1,4% 1,3% 1,0% Moyenne 0,8% 0,9% européenne : 1,8% 0,7% 0,7% 0% uk NL FR ie ch de Pt dk it es 0,3% 0,1% PL gr Lu Be At Hu No Se Fi emploi total en 2006* *Taux de recours = Travail à temps partiel /Travail à plein temps en pourcentage de l emploi total **Moyenne sur 19 pays Source: EuroFound, EuroStat, Ciett, Federgon, Prisme, BZA, ABU, REC, AGETT, Statistiques de l Etat allemand, ONS, Prognos 8 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

9 Section I I. Notes explicatives Le secteur de l intérim est l un des principaux employeurs privés en Europe. En 2006, quelque 3,3 millions d intérimaires étaient employés quotidiennement en équivalent plein temps 1 (voir Tableau 1). En moyenne, le secteur compte pour 1,8% des emplois en Europe 2 (voir Tableau 2). Le chiffre d affaires annuel de l intérim en Europe a dépassé 90 milliards d euros en 2006, ce qui représente 45% du chiffre d affaires mondial de cette activité. Entre 1996 et 2006, le nombre d intérimaires en Europe a plus que doublé 3, passant de 1,5 million à 3,3 millions (en équivalent temps plein ). Les principales activités des agences d emploi se répartissent entre l intérim, ainsi qu une large gamme de services connexes aux Ressources Humaines, qui incluent en particulier le recrutement, le placement, l outplacement, la gestion au sein de l entreprise cliente des salariés intérimaires, la formation ou la gestion des fiches de paye. Grâce à son développement et à son mode de fonctionnement, le secteur des agences d emploi contribue à rendre le marché du travail plus efficace en s appuyant sur sa valeur ajoutée : Une connaissance exhaustive des besoins du marché du travail au plan local, tout particulièrement en termes de pénurie de compétences ; L accès à un vivier de personnes en recherche d emploi, couvrant une large gamme de compétences et d expériences professionnelles ; Une longue expérience dans la capacité à rapprocher l offre et la demande d emploi ; Une véritable expertise en matière de droit du travail, au plan national comme international ; Un savoir-faire en matière d élaboration et de mise en œuvre de programmes de formation ; Une forte proximité géographique auprès des entreprises clientes, par l intermédiaire de nombreuses agences ( à travers toute l Europe) : Des équipes internes hautement qualifiées et fortement impliquées ( salariés permanents qui travaillent en Europe comme conseils en recrutement, commerciaux, personnels administratifs et chefs d agence au sein des agences d emploi) ; La mise en place de relations constructives avec les syndicats dans le cadre d un dialogue social sectoriel, à la fois au plan national et européen. Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

10 Les agences d emploi jouent un rôle moteur pour la création d emplois et la croissance économique Elles contribuent à créer des emplois supplémentaires là où, en d autres circonstances, elles n auraient pas vu le jour, participant ainsi à réduire le chômage. Qui plus est, la profession contribue à lutter contre le travail illégal en proposant aux entreprises une solution flexible et bien adaptée aux fluctuations de l activité économique. En tirant parti de leur expertise dans le domaine des ressources humaines et de leur vaste réseau, les agences d emploi améliorent l efficacité du marché du travail. Elles participent à améliorer la compétitivité des entreprises, en leur permettant de préserver leurs effectifs tout en leur fournissant la flexibilité dont elles ont besoin en matière de main d œuvre. Parmi les autres effets positifs, l action des agences d emploi permet de réduire la charge de l Etat en diminuant les indemnités chômage versées et en fournissant de nouvelles recettes fiscales, libérant ainsi des ressources supplémentaires pour l État. La preuve par les chiffres Entre 2003 et 2006, le secteur de l intérim a permis de créer emplois en Europe (ce qui représente 7,5% du total d emplois créés). 80% de ces emplois n auraient jamais vu le jour en l absence des agences d emploi (soit ). Le taux de recours à l intérim montre une forte corrélation inversée avec le chômage à long terme (autrement dit, un taux de recours plus élevé de l intérim a pour conséquence une réduction du taux de chômage de longue durée voir Tableau 3), ainsi qu un recul du travail illégal (voir Tableau 4). A l opposé, une corrélation positive apparaît entre le taux de recours et la mobilité professionnelle. Tableau 3 : Les agences d emploi fournissent des opportunités d emploi pour les chômeurs de longue durée 25% Part des chômeurs de longue durée dans l intérim* (2005) 20% 15% es FR 10% 5% 0% uk NL Be de 0% 5% 10% 15% 20% 25% Part des chômeurs de longue durée dans la population active* (2005) demandeurs d emploi de longue durée Ce graphique montre que pour ces 6 pays, la part des chômeurs de longue durée est sur- représentée parmi les intérimaires comparé à l ensemble des salariés Note:* Part estimée en Espagne et en France Sources: Féférations nationales des agences privées pour l emploi, OCDE 10 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

11 En se basant sur une extrapolation des tendances passées 4, le secteur de l intérim pourrait créer 1,6 million de nouveaux emplois en Europe (pour un total de 4,98 millions d intérimaires en équivalent plein temps) sur les cinq années à venir ( ) voir Tableau 4. Sans les services offerts par les agences d emploi, 80% de ces emplois potentiels n existeraient pas (soit 1,3 million). Ces prévisions sont basées sur l extrapolation des courbes de croissance structurelle passées de l intérim, et ne prennent pas en compte les impacts potentiels de changements de réglementation qui pourraient s appliquer aux agences d emploi. tableau 4 : Plus le taux de recours à l intérim est élevé, moins le travail illégal est développé travail illégal estimé (% gdb) 8 6 dk de R 2 = FR 2 Be NL uk taux de pénétration de l intérim (2005) Sources: EuroStat, Fédérations nationales des agences privées pour l emploi, analyses Bain L intérim facilite les transitions et l insertion sur le marché du travail Les agences d emploi améliorent le fonctionnement du marché du travail et renforcent la cohésion sociale : elles ouvrent l accès à l emploi aux personnes qui en sont exclues 5, améliorant ainsi l insertion et la diversité au sein du marché du travail. Elles jouent de surcroît le rôle de tremplin vers l emploi, tout particulièrement pour les personnes avec peu ou pas d expérience professionnelle,. De plus, elles permettent d élargir la gamme des solutions professionnelles, afin de s adapter aux choix de vie ou aux contraintes personnelles à chaque étape de la vie professionnelle (voir Tableau 5). En offrant une réponse cadrée, qui combine sécurité et flexibilité, tant pour les salariés que pour les entreprises qui les accueillent, l intérim réconcilie au niveau européen l économie et les défis créés par l emploi. tableau 5 : L intérim joue un rôle actif pour faciliter les transitions vers le marché du travail Etudiant 1 er emploi Salarié expérimenté Personne licenciée Retraité Proposer un travail à temps partiel pour financer les études tout en étudiant Fournir des missions temporaires menant à un contrat définitif Obtenir une première expérience professionnelle Proposer de nouvelles opportunités pour évoluer et améliorer les conditions de vie Fournir une solution travail flexible pour répondre aux responsabilités familiales Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008 Faciliter les transitions d un travail à l autre au moyens de services d outplacement Fournir des revenus financiers supplémentaires Améliorer l équilibre vie- travail 11

12 La preuve par les chiffres : Au sein de la population des intérimaires, 28% des personnes handicapées, 26% des seniors et 23% des minorités ethniques sont parvenus à décrocher un emploi à durée indéterminée grâce à des missions d intérim (Pays-Bas) ; En France, 87% des intérimaires, lors de leur entrée dans l intérim étaient en dehors du marché du travail (voir Tableau 6). Un an après leur passage dans l intérim, seuls 36% d entre eux restaient en demande d emploi (24% sont au chômage, 7% reprennent leurs études et 5% se retrouvent dans des situations diverses). Leur taux d emploi passe ainsi de 13 à 64%. Ce même taux passe en Belgique de 44 à 70% ; Les moins de 25 ans sont surreprésentés au sein des agences d emploi (de 34% en France à 50% aux Pays-Bas) ; 20% (en France), 33% (au Royaume Uni), et 35% (aux Pays-Bas) des intérimaires choisissent de ne pas opter pour un emploi permanent. tableau 6: Avant de travailler en intérim, la plupart des intérimaires étaient sans emploi Situation antérieure des intérimaires 100% 80% 60% 40% Autres inactifs étudiants Autres étudiants Sans emploi N ayant jamais travaillé chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée étudiants chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée Autres N ayant jamais travaillé chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée inactifs étudiants chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée temps partiel 20% Sans emploi Actifs intérim Actifs Actifs Actifs temps plein 0% Période déterminée Période indéterminée FR es de NL Be uk Actifs Sans emploi étudiants ou inactifs AugMeNteR LA PARt des ActiFS DIMINUER LA PART DES PERSONNES QUI ÉTAIENT SANS EMPLOI Source: Étude Regard des Intérimaires (BVA for FPETT, Sept 06) / BIBB (Données ajustées pour les étudiants avec IABS) / ABU (Ecorys 04) / Federgon (Idea Consult 06) / REC (BMG Research survey), AGETT 12 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

13 La levée des obstacles réglementaires injustifiés qui pèsent sur l intérim dynamiserait la création d emplois et améliorerait l efficacité du marché du travail. En dépit d une reconnaissance croissante du rôle positif joué par les agences d emploi, tant au plan macroéconomique qu individuel, de nombreux obstacles persistent. Des restrictions réglementaires injustifiées : les interdictions sectorielles relatives au recours à l intérim (qui concernent par exemple le service public en France, en Belgique et en Espagne, ainsi que le secteur du bâtiment en Allemagne et en Espagne) ; les restrictions s appliquant aux motifs de recours à l intérim (Belgique, France, Espagne et Pologne), ainsi que la durée maximum des missions (par exemple la limitation qui s applique au renouvellement des contrats en France, du fait du délai de carence ) ; Les restrictions qui s appliquent à la gamme des services offerts par les agences d emploi : dans plusieurs pays européens (Luxembourg, Norvège, Espagne, Grèce), les agences d emploi n ont pas la possibilité de proposer des services additionnels en ressources humaines, tels que le recrutement, le placement, l outplacement, la formation ou la gestion des fiches de paye ; Discrimination en tant qu employeur, par comparaison avec d autres formes d emploi flexible : au plan national, les agences d emploi sont encore confrontées à des discriminations qui ne leur permettent pas de concourir sur un pied d égalité avec d autres formes d emploi flexible : par exemple, l interdiction de négocier les conditions d embauche des salariés intérimaires, les coûts supplémentaires qui frappent les contrats d intérim du fait des indemnités de fin de mission, l interdiction faite aux entreprises de recourir à l intérim en cas d augmentation temporaire d activité, alors même qu elles conservent la possibilité d opter pour des contrats à durée déterminée. Des préjugés et des blocages culturels persistants : déni de l impact sur les créations d emploi, préjugés relatifs au degré de satisfaction des intérimaires, concernant leur «situation incertaine et précaire». Plusieurs études universitaires, menées auprès des intérimaires, réfutent l essentiel de ces malentendus : il semble en particulier que les intérimaires soient très satisfaits de leurs relations avec les agences d emploi en général (les taux de satisfaction allant de 70% aux Pays-Bas à 90% en France) ; les intérimaires admettent par ailleurs que leur degré d employabilité s est amélioré grâce aux agences d emploi (68% en Belgique et 82% en France) et sont globalement satisfaits de leur niveau de rémunération (80% en France et 85% en Belgique) Conscients du rôle positif joué par les agences d emploi sur le marché du travail, des États membres de l Union Européenne ont d ores et déjà levé certaines restrictions obsolètes auxquelles la profession est confrontée : c est le cas de l Allemagne, avec les réformes Hartz (2002), de l Italie avec les réformes Biagi (2003) et de la France, avec la «loi de cohésion sociale» (2005). Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

14 Cependant, certaines contraintes demeurent encore. La levée d obstacles ciblés permettrait pourtant de libérer le potentiel de création d emplois et de croissance économique. Les projections réalisées dans ce rapport montrent que, si seulement deux des recommandations (levée des interdictions sectorielles, élargissement des motifs de recours à l intérim) étaient mises en oeuvre dans seulement six pays de l Union, alors: Davantage d offres d emploi pourraient être proposées à un plus grand nombre de personnes : en plus des 1,6 million d emplois 6 que la profession pourrait créer en Europe, du simple fait de la croissance structurelle, au cours des cinq années à venir ( ), emplois supplémentaires pourraient voir le jour si les obstacles étaient levés (voir Tableau 7). tableau 7 : Supprimer les restrictions permettrait de créer emplois supplémentaires dans 6 pays d ici Prévision basée sur une croissance annuelle moyenne de 6,8% et impact de la suppression des restrictions (interdiction de secteurs + motifs de recours) Prévision basée sur une croissance annuelle moyenne de 6,8% (mêmes tendances qu entre 1998 et 2006 ; à l exclusion de l impact des changements de règlementation) Source: SEO Economic Research Amsterdam NB: les créations d emploi sont des chiffres bruts sans effet de substitution tableau 8 : Impact sur la création d emplois de la levée des restrictions qui pèsent sur l intérim (interdictions sectorielles, limitation des motifs de recours) Secteur public Construction Motifs de recours Total des emplois supplémentaires Belgique n/a France n/a Allemagne n/a n/a Pays-Bas n/a n/a n/a 0 Espagne Royaume-Uni n/a n/a n/a 0 Total des emplois supplémentaires N/a: non applicable Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

15 Renforcer l insertion sur le marché du travail et l intégration des publics «en difficulté», dans la mesure où 37% des emplois supplémentaires qui pourraient voir le jour seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Une augmentation des recettes publiques de l ordre de 12,5 milliards d euros sur cinq ans ( ) en raison d une réduction des dépenses de l État en matière d allocations de chômage liée à la baisse du nombre de demandeurs d emploi et d une augmentation des recettes fiscales. De surcroît, le développement de l intérim auprès des PME, leur permettrait de devenir plus réactives et plus compétitives, ce sont alors quelque emplois supplémentaires qui pourraient voir le jour d ici à Ainsi, afin de pleinement libérer la contribution des agences d emploi, il convient de : Lever les contraintes obsolètes qui pèsent sur l intérim : les interdictions sectorielles (voir Tableau 8), les cas de recours à l intérim, la limitation de la durée maximale des missions et les conditions de renouvellement de contrat (voir Tableau 9) ; tableau 9 : Supprimer les interdictions sectorielles dans lesquelles il est possible d avoir recours à l intérim Exemples d actions prioritaires Principe Secteur public : l intérim pourrait BELGIQUE et FRANCE Supprimer les restrictions relatives au service public ESPAGNE Supprimer les restrictions dans le BTP, le service public et les secteurs à risque ALLEMAGNE Supprimer les restrictions dans le BtP Fournir des réponses aux besoins spécifiques du service public (flexibilité et mobilité) Répondre à des besoins en ressources humaines (pénurie de compétences, renouvellement des effectifs) Améliorer le statut du personnel non titulaire de la fonction publique BTP : l intérim pourrait Améliorer la compétitivité des secteurs (solutions de flexibilité pour faire face à une cyclicité élevée) Réduire le travail illégal Améliorer la santé et la sécurité des salariés L intérim pourrait être un outil appréciable pour améliorer l efficacité et la compétitivité du secteur public et du BtP tout en garantissant un véritable statut pour les intérimaires Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

16 tableau 10 : Supprimer les restrictions des cas de recours à l intérim Exemples d actions prioritaires Principe ESPAGNE, BELGIQUE et FRANCE Elargissement des cas de recours à l intérim Belgique et Espagne: les cas de recours sont définis en fonction de la situation de l entreprise cliente France: les cas de recours sont définis en fonction de la situation de l entreprise cliente ou des caractéristiques de l intérimaire Renforcer la compétitivité des entreprises clientes Plus grande réactivité Augmenter les opportunités d insertion pour les personnes en difficulté Possibilité d embaucher des personnes suivant leur situation professionnelle renforcerait la cohésion sociale elargir les cas de recours favoriserait la compétitivité des entreprises et l insertion des personnes en difficulté Permettre aux agences d emploi de proposer des services complémentaires en ressources humaines (voir Tableau 10) ; Renforcer la coopération avec le service public de l emploi (SPE) et contribuer à la mise en œuvre de politiques actives sur le marché du travail ; Laisser l initiative aux parties prenantes : agences d emploi, intérimaires, syndicats, entreprises clientes, gouvernements, municipalités et communautés territoriales. 16 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

17 tableau 11 : Autoriser les agences d emploi à proposer des services complémentaires en ressources humaines Exemples d actions prioritaires ESPAGNE et FRANCE Elargir la gamme des activités des agences d emploi à l ensemble des services RH France : l activité des agences d emploi est limitée à l intérim, au recrutement et au placement Espagne: l activité des agences d emploi est limitée à l intérim Fondement Elargir la gamme des activités des agences d emploi permettrait de - Aider les entreprises à enrichir leur capital humain - Accompagner les sociétés dans leur problématique de restructuration grâce à des activités d outplacement - Promouvoir la diversité des politiques de RH grâce à un processus de recrutement non discriminatoire - Participer à la réduction des coûts de fonctionnement grâce aux gains de productivité réalisés - optimiser le développemet professionnel des candidats grâce à des activités de management de transition elargir la gamme des prestations RH proposées par les agences d emploi leur permettrait d accompagner efficacement leurs clients Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

18 Section I I I. Les enjeux L impact potentiel quantifié de la levée des barrières injustifiées (retrait des interdictions sectorielles et «des motifs de recours» à l intérim) et du développement de l intérim dans les PME a fait l objet d une évaluation dans six pays européens : Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne et Royaume-Uni. Ces pays comptaient pour environ 85% du marché européen des agences d emploi en Satisfaire les revendications des agences d emploi permettrait de : Dynamiser la création d emplois Augmenter la contribution des agences d emploi Renforcer l insertion sur le marché du travail et sa diversité Accroître les recettes publiques et réduire les dépenses Les agences d emploi emploient 3,3 millions d intérimaires (équivalent temps plein ) en Europe, et sont un véritable moteur de la création d emplois : le nombre d intérimaires pourrait atteindre 4,98 millions d ici à 2012, du seul fait de la croissance structurelle (1,6 million d emplois supplémentaires). En plus des 1,6 million d emplois qui seraient créés en Europe dans les cinq prochaines années ( ), du fait de sa croissance structurelle, le secteur pourrait créer emplois supplémentaires dans six pays européens si deux des principales restrictions pesant sur l intérim (interdiction sectorielle et limitation des motifs de recours) étaient levées (Tableau 11). Les emplois supplémentaires qui seraient ainsi créés contribueraient à augmenter l insertion et la diversité : 37% de ces emplois seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Pour les six pays européens analysés, ces emplois supplémentaires se traduiraient par une augmentation des recettes publiques de l ordre de 12,5 milliards d euros (l activité ainsi générée représenterait 8,9 milliards d euros 8 et la réduction des dépenses publiques, du fait des économies réalisées sur les allocations chômage, atteindrait quelque 3,6 milliards d euros 9 ) dans les cinq ans à venir. Favoriser l équilibre entre vie professionnelle et personnelle Les agences d emploi permettent aux salariés de mieux gérer leur temps et leur mobilité favorisant la réalisation de projets personnels. Participer à la compétitivité et au développement des PME Le développement de l intérim au sein des PME permettrait une meilleure réactivité de celles-ci à la conjoncture, améliorant ainsi leur compétitivité. Ainsi emplois supplémentaires pourraient être créés dans les PME (de 10 à 49 salariés) des six pays européens précités. 18 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

19 La contribution de l intérim pour rendre plus efficace le marché du travail 9. Rapprocher l offre et la demande d emploi 1. Un moteur pour la création d emplois(4,9 millions d emplois créés en intérim d ici à 2012) 2. Améliorer la compétitivité des entreprises 8. S engager activement en faveur de la politique de l emploi (coopération avec le service public de l emploi) 7. Faciliter les transitions au sein du marché du travail Intérim 3. Fournir des recettes supplémentaires aux budgets publics (12,5 milliards d euros de plus) 4. Contribuer à lutter contre le travail illégal 5. Réduire le taux de chômage 6. Aider les populations en difficultés à s insérer sur le marché du travail Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

20 Section I V. Portée et méthodologie de recherche Eurociett, la Confédération Européenne des Agences d Emploi Privées, a mené une analyse exhaustive et objective de la contribution, actuelle et potentielle, de l intérim. L objectif de cette étude est d offrir une meilleure compréhension de la réalité de l intérim et d énumérer les actions efficaces permettant de libérer la contribution des agences d emploi. Cette étude est centrée sur les six principaux marchés européens : France, Royaume- Uni, Pays-Bas, Allemagne, Belgique et Espagne, qui, comptent pour environ 85% du marché de l intérim dans la zone EU-27 en Les conclusions et recommandations figurant dans ce rapport sont valables pour l ensemble des pays européens. Ces conclusions se fondent sur une collecte exhaustive des données au niveau européen, enrichies de nombreux entretiens menés auprès d experts de différents pays (la liste des contacts interviewés figure en annexe à ce rapport).en mars et avril 2007, 65 personnalités plus ou moins proches de l intérim ont participé à une étude en ligne visant à évaluer leur perception de l intérim. Ce rapport est basé sur une étude commandée par Eurociett et menée avec l assistance et le soutien de Bain & Company 10, un cabinet de conseil en gestion d envergure mondiale 20 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

21 Section V. Notes 1 La notion d équivalent temps plein, ou ETP, se réfère au nombre d intérimaires nécessaires pour accomplir le même nombre d heures qu un salarié permanent. 2 Le taux de recours est calculé pour les 19 pays européens disposant de données chiffrées exhaustives. 3 taux de croissance calculé pour le même nombre de pays (19). 4 cette extrapolation se calcule en se basant sur un taux de croissance annuel composé de 6,8% entre 1998 et 2006, puis en l appliquant aux cinq années suivantes ( ). 5 Le groupe des exclus inclut les chômeurs de longue durée, les seniors, les minorités ethniques et les personnes handicapées qui sont sans emploi. 6 exprimé en ETP. 7 Voir le communiqué conjoint de Eurociett et Uni-Europa sur la question de la flexisécurité. 8 La valeur de l activité supplémentaire ainsi générée soit 12,5 milliards d euros se répartit comme suit entre les divers pays européens : Belgique (995 millions d euros), Allemagne (758 millions d euros), Espagne (1 939 millions d euros), France (4 618 millions d euros), Pays-Bas (584 millions d euros) et Royaume-Uni (0). 9 La réduction de 3,6 milliards d euros des dépenses publiques, du fait des économies réalisées sur les allocations de chômage, se répartit comme suit entre les six principaux pays européens : Belgique (247 millions d euros), Allemagne (531 millions d euros), Espagne (1 215 millions d euros), France (1 473 millions d euros), Pays-Bas (189 millions d euros) et Royaume-Uni (0). 10 Plus d informations sur 11 La catégorie des seniors inclut les salariés de plus de 45 ans. 12 ces chiffres représentent la moyenne des résultats recensés pour les années 2001 à Voir le chapitre «Quality Secured» sur 14 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle

Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle Contribution des entreprises de travail intérimaire aux transitions sur le marché du travail : l exemple de la formation professionnelle A Au nom de : Eurociett et UNI-Europa Réalisé par : IDEA Consult

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi.

Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Livre Blanc Propositions des Professionnels de l intérim pour développer l emploi. Sommaire Contributions économiques et sociales de l intérim p. 5 Propositions pour favoriser le maintien dans l emploi

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Approches et outils employés par les États membres en vue d identifier les besoins du marché du travail 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse du REM (EMN Inform) fournit

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie Le programme européen d échanges pour entrepreneurs Guide de l'utilisateur Commission européenne Entreprises et industrie Sommaire 1.0 Introduction... 5 2.0 Objectifs... 6 3.0 Structure... 7 3.1 Éléments

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Prendre la mesure du travail temporaire

Prendre la mesure du travail temporaire Chapitre 3 Prendre la mesure du travail temporaire Le travail temporaire a progressé, dans un certain nombre de pays de l OCDE, au cours des deux dernières décennies, et cette évolution a amené à craindre

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne

Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Éliminer l écart de rémunération entre les femmes et les hommes au sein de l Union européenne Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11 LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES 2O11 Au niveau international et européen en particulier, les soins de santé et la vieillesse occupent le premier rang en matière de protection sociale. Les Etats

Plus en détail

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE Conseil d orientation pour l emploi L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE L EMPLOI DEPUIS LA CRISE : UNE APPROCHE INTERNATIONALE Mai 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 7 1 Première partie : Des évolutions du chômage

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE

MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE Lancement de la publication Paris, 30 janvier 2014 VIEILLISSEMENT ET POLITIQUES DE L EMPLOI MIEUX TRAVAILLER AVEC L ÂGE RAPPORT DE L OCDE SUR LA FRANCE Stefano Scarpetta, Directeur Anne Sonnet, Responsable

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux chercheurs doctorants de l IUE

Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux chercheurs doctorants de l IUE CONFEDERATION DES JEUNES CHERCHEURS contact@cjc.jeunes-chercheurs.org http://cjc.jeunes-chercheurs.org Le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes impose des conditions de travail illégales aux

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL

MANIFESTE POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL MANIFESTE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DU PORTAGE SALARIAL POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000 EMPLOIS À LA CLÉ! POUR UN PORTAGE SALARIAL OUVERT AU PLUS GRAND NOMBRE : 600 000

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER

DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER Composante : Gestionnaire : Contacts : DOSSIER DE RECRUTEMENT VACATAIRE D ENSEIGNEMENT A L UNIVERSITE JOSEPH FOURIER ETAT CIVIL Nom patronymique : Prénom : Nom marital : Nom d usage : N SS : Date de naissance

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants?

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants? Rôle d avant-garde ou lieu d expérimentation avant réforme des services? Alternative aux services publics existants? Modification profonde et durable de l offre de services publics et/ou de la relation

Plus en détail

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Questions/réponses QUI EST CONCERNÉ PAR LA LOI DU 3 AOÜT 2009 RELATIVE A LA MOBILITÉ ET AUX PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

La loi sur la mobilité des fonctionnaires

La loi sur la mobilité des fonctionnaires MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L ÉTAT La loi sur la mobilité des fonctionnaires De nouveaux outils au service d une vraie carrière collection Ressources

Plus en détail