Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes"

Transcription

1 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes Renforcer la contribution des agences d emploi pour rendre plus efficace le marché du travail Ce rapport est basé sur une étude commandée par

2

3 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes Renforcer la contribution des agences d emploi pour rendre plus efficace le marché du travail Notice de Droit d Auteur Ce rapport est basé sur une étude commandée par Eurociett, la Confédération Européenne des Agences d Emploi Privées, et menée avec le soutien et l assistance de Bain & Company, une firme de conseil en gestion d envergure internationale. Eurociett peut être contactée par l intermédiaire de Denis Pennel, Eurociett Managing Director (tel , Copyright Eurociett, Bruxelles, 2008 Immeuble Tour & Taxis Avenue du Port 86c Boîte 302 B 1000 Bruxelles

4

5 Sommaire Section I. En résumé 7 Section II. Notes explicatives 9 Section III. Les enjeux 18 Section IV. Portée et méthodologie de recherche 20 Section V. Notes 21 Section VI. À propos d Eurociett 22 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

6

7 Section I. En résumé Les agences d emploi peuvent créer plus de 2,1 millions de nouveaux emplois, grâce à la croissance structurelle et à la levée des réglementations contraignantes qui limitent le recours à l intérim à travers toute l Europe. Les agences d emploi représentent d ores et déjà un moteur de création d emplois, puisqu elles emploient actuellement 3,3 millions de personnes (en équivalent temps plein, ou ETP) à travers l Europe. A croissance structurelle constante, ce chiffre pourrait s accroître de 1,6 million supplémentaire, ce qui permettrait d atteindre 4,98 millions d emplois d ici à Parallèlement à ces 1,6 million de nouveaux emplois créés à l horizon 2012, le rapport montre que le secteur pourrait créer emplois supplémentaires (en ne considérant que six pays majeurs de l Union Européenne*) pour peu que deux contraintes particulières soient levées, en l occurrence les interdictions sectorielles et les limitations de recours. Les agences d emploi favorisent l efficacité et l insertion sur le marché du travail. Les agences d emploi contribuent à instaurer une meilleure adéquation entre l offre et la demande de travail, en facilitant les transitions sur le marché du travail : elles jouent le rôle de tremplin vers l emploi et améliorent l employabilité des salariés par des missions, des expériences et les formations reçues. Elles élargissent la gamme des opportunités professionnelles afin de s adapter aux choix de vie ou contraintes des personnes à toutes les étapes de leur vie professionnelle. Les agences d emploi jouent un rôle-clé s agissant de favoriser la diversité et l insertion sur le marché du travail. Les créations d emploi qui seraient créées grâce à la levée des restrictions pourraient de surcroît augmenter la diversité : ainsi, 37% de ces nouveaux emplois seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Le recours à l intérim permet aux entreprises de se concentrer sur leur cœur de marché et de s adapter aux modes de production en flux tendus imposés par les contraintes économiques. Par ailleurs, le développement de l activité des agences d emploi auprès des PME leur permettrait d améliorer leur compétitivité et de résoudre leur problématique de pénurie de compétences. Les emplois supplémentaires qui seraient ainsi créés viendraient abonder les recettes publiques de 8,9 milliards d euros, tout en générant des économies substantielles en matière d allocations chômage (plus de 3,6 milliards d euros). La levée des restrictions et la reconnaissance du rôle des agences d emploi peuvent en outre jouer un rôle-clé dans la lutte contre le travail illégal, débouchant également sur des recettes supplémentaires pour l État. Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008 * Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Royaume-Uni 7

8 tableau 1 : Nombre d intérimaires (ETP x 1000) Autriche Belgique Danemark Finlande France Allemagne Hongrie ns ns ns ns ns ns Irlande Italie nlr nlr * Luxembourg Pays-Bas Norvège Pologne ns ns ns ns ns ns ns Portugal * Slovaquie ns ns ns ns ns ns ns ns 11 na na Espagne Suède Suisse Royaume-Uni Total Europe ns = non significatif nlr = non légalement reconnu na = non disponible * est Source : Eurociett & SEO Economic Research Amsterdam Tableau 2 : le taux de recours de l intérim varie très largement selon les pays européens taux de recours en 2006* 5% 4,5% 4% 3% 2,4% 2% 2,5% 2,4% 2,0% 1% 1,5% 1,4% 1,3% 1,0% Moyenne 0,8% 0,9% européenne : 1,8% 0,7% 0,7% 0% uk NL FR ie ch de Pt dk it es 0,3% 0,1% PL gr Lu Be At Hu No Se Fi emploi total en 2006* *Taux de recours = Travail à temps partiel /Travail à plein temps en pourcentage de l emploi total **Moyenne sur 19 pays Source: EuroFound, EuroStat, Ciett, Federgon, Prisme, BZA, ABU, REC, AGETT, Statistiques de l Etat allemand, ONS, Prognos 8 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

9 Section I I. Notes explicatives Le secteur de l intérim est l un des principaux employeurs privés en Europe. En 2006, quelque 3,3 millions d intérimaires étaient employés quotidiennement en équivalent plein temps 1 (voir Tableau 1). En moyenne, le secteur compte pour 1,8% des emplois en Europe 2 (voir Tableau 2). Le chiffre d affaires annuel de l intérim en Europe a dépassé 90 milliards d euros en 2006, ce qui représente 45% du chiffre d affaires mondial de cette activité. Entre 1996 et 2006, le nombre d intérimaires en Europe a plus que doublé 3, passant de 1,5 million à 3,3 millions (en équivalent temps plein ). Les principales activités des agences d emploi se répartissent entre l intérim, ainsi qu une large gamme de services connexes aux Ressources Humaines, qui incluent en particulier le recrutement, le placement, l outplacement, la gestion au sein de l entreprise cliente des salariés intérimaires, la formation ou la gestion des fiches de paye. Grâce à son développement et à son mode de fonctionnement, le secteur des agences d emploi contribue à rendre le marché du travail plus efficace en s appuyant sur sa valeur ajoutée : Une connaissance exhaustive des besoins du marché du travail au plan local, tout particulièrement en termes de pénurie de compétences ; L accès à un vivier de personnes en recherche d emploi, couvrant une large gamme de compétences et d expériences professionnelles ; Une longue expérience dans la capacité à rapprocher l offre et la demande d emploi ; Une véritable expertise en matière de droit du travail, au plan national comme international ; Un savoir-faire en matière d élaboration et de mise en œuvre de programmes de formation ; Une forte proximité géographique auprès des entreprises clientes, par l intermédiaire de nombreuses agences ( à travers toute l Europe) : Des équipes internes hautement qualifiées et fortement impliquées ( salariés permanents qui travaillent en Europe comme conseils en recrutement, commerciaux, personnels administratifs et chefs d agence au sein des agences d emploi) ; La mise en place de relations constructives avec les syndicats dans le cadre d un dialogue social sectoriel, à la fois au plan national et européen. Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

10 Les agences d emploi jouent un rôle moteur pour la création d emplois et la croissance économique Elles contribuent à créer des emplois supplémentaires là où, en d autres circonstances, elles n auraient pas vu le jour, participant ainsi à réduire le chômage. Qui plus est, la profession contribue à lutter contre le travail illégal en proposant aux entreprises une solution flexible et bien adaptée aux fluctuations de l activité économique. En tirant parti de leur expertise dans le domaine des ressources humaines et de leur vaste réseau, les agences d emploi améliorent l efficacité du marché du travail. Elles participent à améliorer la compétitivité des entreprises, en leur permettant de préserver leurs effectifs tout en leur fournissant la flexibilité dont elles ont besoin en matière de main d œuvre. Parmi les autres effets positifs, l action des agences d emploi permet de réduire la charge de l Etat en diminuant les indemnités chômage versées et en fournissant de nouvelles recettes fiscales, libérant ainsi des ressources supplémentaires pour l État. La preuve par les chiffres Entre 2003 et 2006, le secteur de l intérim a permis de créer emplois en Europe (ce qui représente 7,5% du total d emplois créés). 80% de ces emplois n auraient jamais vu le jour en l absence des agences d emploi (soit ). Le taux de recours à l intérim montre une forte corrélation inversée avec le chômage à long terme (autrement dit, un taux de recours plus élevé de l intérim a pour conséquence une réduction du taux de chômage de longue durée voir Tableau 3), ainsi qu un recul du travail illégal (voir Tableau 4). A l opposé, une corrélation positive apparaît entre le taux de recours et la mobilité professionnelle. Tableau 3 : Les agences d emploi fournissent des opportunités d emploi pour les chômeurs de longue durée 25% Part des chômeurs de longue durée dans l intérim* (2005) 20% 15% es FR 10% 5% 0% uk NL Be de 0% 5% 10% 15% 20% 25% Part des chômeurs de longue durée dans la population active* (2005) demandeurs d emploi de longue durée Ce graphique montre que pour ces 6 pays, la part des chômeurs de longue durée est sur- représentée parmi les intérimaires comparé à l ensemble des salariés Note:* Part estimée en Espagne et en France Sources: Féférations nationales des agences privées pour l emploi, OCDE 10 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

11 En se basant sur une extrapolation des tendances passées 4, le secteur de l intérim pourrait créer 1,6 million de nouveaux emplois en Europe (pour un total de 4,98 millions d intérimaires en équivalent plein temps) sur les cinq années à venir ( ) voir Tableau 4. Sans les services offerts par les agences d emploi, 80% de ces emplois potentiels n existeraient pas (soit 1,3 million). Ces prévisions sont basées sur l extrapolation des courbes de croissance structurelle passées de l intérim, et ne prennent pas en compte les impacts potentiels de changements de réglementation qui pourraient s appliquer aux agences d emploi. tableau 4 : Plus le taux de recours à l intérim est élevé, moins le travail illégal est développé travail illégal estimé (% gdb) 8 6 dk de R 2 = FR 2 Be NL uk taux de pénétration de l intérim (2005) Sources: EuroStat, Fédérations nationales des agences privées pour l emploi, analyses Bain L intérim facilite les transitions et l insertion sur le marché du travail Les agences d emploi améliorent le fonctionnement du marché du travail et renforcent la cohésion sociale : elles ouvrent l accès à l emploi aux personnes qui en sont exclues 5, améliorant ainsi l insertion et la diversité au sein du marché du travail. Elles jouent de surcroît le rôle de tremplin vers l emploi, tout particulièrement pour les personnes avec peu ou pas d expérience professionnelle,. De plus, elles permettent d élargir la gamme des solutions professionnelles, afin de s adapter aux choix de vie ou aux contraintes personnelles à chaque étape de la vie professionnelle (voir Tableau 5). En offrant une réponse cadrée, qui combine sécurité et flexibilité, tant pour les salariés que pour les entreprises qui les accueillent, l intérim réconcilie au niveau européen l économie et les défis créés par l emploi. tableau 5 : L intérim joue un rôle actif pour faciliter les transitions vers le marché du travail Etudiant 1 er emploi Salarié expérimenté Personne licenciée Retraité Proposer un travail à temps partiel pour financer les études tout en étudiant Fournir des missions temporaires menant à un contrat définitif Obtenir une première expérience professionnelle Proposer de nouvelles opportunités pour évoluer et améliorer les conditions de vie Fournir une solution travail flexible pour répondre aux responsabilités familiales Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008 Faciliter les transitions d un travail à l autre au moyens de services d outplacement Fournir des revenus financiers supplémentaires Améliorer l équilibre vie- travail 11

12 La preuve par les chiffres : Au sein de la population des intérimaires, 28% des personnes handicapées, 26% des seniors et 23% des minorités ethniques sont parvenus à décrocher un emploi à durée indéterminée grâce à des missions d intérim (Pays-Bas) ; En France, 87% des intérimaires, lors de leur entrée dans l intérim étaient en dehors du marché du travail (voir Tableau 6). Un an après leur passage dans l intérim, seuls 36% d entre eux restaient en demande d emploi (24% sont au chômage, 7% reprennent leurs études et 5% se retrouvent dans des situations diverses). Leur taux d emploi passe ainsi de 13 à 64%. Ce même taux passe en Belgique de 44 à 70% ; Les moins de 25 ans sont surreprésentés au sein des agences d emploi (de 34% en France à 50% aux Pays-Bas) ; 20% (en France), 33% (au Royaume Uni), et 35% (aux Pays-Bas) des intérimaires choisissent de ne pas opter pour un emploi permanent. tableau 6: Avant de travailler en intérim, la plupart des intérimaires étaient sans emploi Situation antérieure des intérimaires 100% 80% 60% 40% Autres inactifs étudiants Autres étudiants Sans emploi N ayant jamais travaillé chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée étudiants chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée Autres N ayant jamais travaillé chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée inactifs étudiants chômeurs de longue durée chômeurs de courte durée temps partiel 20% Sans emploi Actifs intérim Actifs Actifs Actifs temps plein 0% Période déterminée Période indéterminée FR es de NL Be uk Actifs Sans emploi étudiants ou inactifs AugMeNteR LA PARt des ActiFS DIMINUER LA PART DES PERSONNES QUI ÉTAIENT SANS EMPLOI Source: Étude Regard des Intérimaires (BVA for FPETT, Sept 06) / BIBB (Données ajustées pour les étudiants avec IABS) / ABU (Ecorys 04) / Federgon (Idea Consult 06) / REC (BMG Research survey), AGETT 12 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

13 La levée des obstacles réglementaires injustifiés qui pèsent sur l intérim dynamiserait la création d emplois et améliorerait l efficacité du marché du travail. En dépit d une reconnaissance croissante du rôle positif joué par les agences d emploi, tant au plan macroéconomique qu individuel, de nombreux obstacles persistent. Des restrictions réglementaires injustifiées : les interdictions sectorielles relatives au recours à l intérim (qui concernent par exemple le service public en France, en Belgique et en Espagne, ainsi que le secteur du bâtiment en Allemagne et en Espagne) ; les restrictions s appliquant aux motifs de recours à l intérim (Belgique, France, Espagne et Pologne), ainsi que la durée maximum des missions (par exemple la limitation qui s applique au renouvellement des contrats en France, du fait du délai de carence ) ; Les restrictions qui s appliquent à la gamme des services offerts par les agences d emploi : dans plusieurs pays européens (Luxembourg, Norvège, Espagne, Grèce), les agences d emploi n ont pas la possibilité de proposer des services additionnels en ressources humaines, tels que le recrutement, le placement, l outplacement, la formation ou la gestion des fiches de paye ; Discrimination en tant qu employeur, par comparaison avec d autres formes d emploi flexible : au plan national, les agences d emploi sont encore confrontées à des discriminations qui ne leur permettent pas de concourir sur un pied d égalité avec d autres formes d emploi flexible : par exemple, l interdiction de négocier les conditions d embauche des salariés intérimaires, les coûts supplémentaires qui frappent les contrats d intérim du fait des indemnités de fin de mission, l interdiction faite aux entreprises de recourir à l intérim en cas d augmentation temporaire d activité, alors même qu elles conservent la possibilité d opter pour des contrats à durée déterminée. Des préjugés et des blocages culturels persistants : déni de l impact sur les créations d emploi, préjugés relatifs au degré de satisfaction des intérimaires, concernant leur «situation incertaine et précaire». Plusieurs études universitaires, menées auprès des intérimaires, réfutent l essentiel de ces malentendus : il semble en particulier que les intérimaires soient très satisfaits de leurs relations avec les agences d emploi en général (les taux de satisfaction allant de 70% aux Pays-Bas à 90% en France) ; les intérimaires admettent par ailleurs que leur degré d employabilité s est amélioré grâce aux agences d emploi (68% en Belgique et 82% en France) et sont globalement satisfaits de leur niveau de rémunération (80% en France et 85% en Belgique) Conscients du rôle positif joué par les agences d emploi sur le marché du travail, des États membres de l Union Européenne ont d ores et déjà levé certaines restrictions obsolètes auxquelles la profession est confrontée : c est le cas de l Allemagne, avec les réformes Hartz (2002), de l Italie avec les réformes Biagi (2003) et de la France, avec la «loi de cohésion sociale» (2005). Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

14 Cependant, certaines contraintes demeurent encore. La levée d obstacles ciblés permettrait pourtant de libérer le potentiel de création d emplois et de croissance économique. Les projections réalisées dans ce rapport montrent que, si seulement deux des recommandations (levée des interdictions sectorielles, élargissement des motifs de recours à l intérim) étaient mises en oeuvre dans seulement six pays de l Union, alors: Davantage d offres d emploi pourraient être proposées à un plus grand nombre de personnes : en plus des 1,6 million d emplois 6 que la profession pourrait créer en Europe, du simple fait de la croissance structurelle, au cours des cinq années à venir ( ), emplois supplémentaires pourraient voir le jour si les obstacles étaient levés (voir Tableau 7). tableau 7 : Supprimer les restrictions permettrait de créer emplois supplémentaires dans 6 pays d ici Prévision basée sur une croissance annuelle moyenne de 6,8% et impact de la suppression des restrictions (interdiction de secteurs + motifs de recours) Prévision basée sur une croissance annuelle moyenne de 6,8% (mêmes tendances qu entre 1998 et 2006 ; à l exclusion de l impact des changements de règlementation) Source: SEO Economic Research Amsterdam NB: les créations d emploi sont des chiffres bruts sans effet de substitution tableau 8 : Impact sur la création d emplois de la levée des restrictions qui pèsent sur l intérim (interdictions sectorielles, limitation des motifs de recours) Secteur public Construction Motifs de recours Total des emplois supplémentaires Belgique n/a France n/a Allemagne n/a n/a Pays-Bas n/a n/a n/a 0 Espagne Royaume-Uni n/a n/a n/a 0 Total des emplois supplémentaires N/a: non applicable Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

15 Renforcer l insertion sur le marché du travail et l intégration des publics «en difficulté», dans la mesure où 37% des emplois supplémentaires qui pourraient voir le jour seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Une augmentation des recettes publiques de l ordre de 12,5 milliards d euros sur cinq ans ( ) en raison d une réduction des dépenses de l État en matière d allocations de chômage liée à la baisse du nombre de demandeurs d emploi et d une augmentation des recettes fiscales. De surcroît, le développement de l intérim auprès des PME, leur permettrait de devenir plus réactives et plus compétitives, ce sont alors quelque emplois supplémentaires qui pourraient voir le jour d ici à Ainsi, afin de pleinement libérer la contribution des agences d emploi, il convient de : Lever les contraintes obsolètes qui pèsent sur l intérim : les interdictions sectorielles (voir Tableau 8), les cas de recours à l intérim, la limitation de la durée maximale des missions et les conditions de renouvellement de contrat (voir Tableau 9) ; tableau 9 : Supprimer les interdictions sectorielles dans lesquelles il est possible d avoir recours à l intérim Exemples d actions prioritaires Principe Secteur public : l intérim pourrait BELGIQUE et FRANCE Supprimer les restrictions relatives au service public ESPAGNE Supprimer les restrictions dans le BTP, le service public et les secteurs à risque ALLEMAGNE Supprimer les restrictions dans le BtP Fournir des réponses aux besoins spécifiques du service public (flexibilité et mobilité) Répondre à des besoins en ressources humaines (pénurie de compétences, renouvellement des effectifs) Améliorer le statut du personnel non titulaire de la fonction publique BTP : l intérim pourrait Améliorer la compétitivité des secteurs (solutions de flexibilité pour faire face à une cyclicité élevée) Réduire le travail illégal Améliorer la santé et la sécurité des salariés L intérim pourrait être un outil appréciable pour améliorer l efficacité et la compétitivité du secteur public et du BtP tout en garantissant un véritable statut pour les intérimaires Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

16 tableau 10 : Supprimer les restrictions des cas de recours à l intérim Exemples d actions prioritaires Principe ESPAGNE, BELGIQUE et FRANCE Elargissement des cas de recours à l intérim Belgique et Espagne: les cas de recours sont définis en fonction de la situation de l entreprise cliente France: les cas de recours sont définis en fonction de la situation de l entreprise cliente ou des caractéristiques de l intérimaire Renforcer la compétitivité des entreprises clientes Plus grande réactivité Augmenter les opportunités d insertion pour les personnes en difficulté Possibilité d embaucher des personnes suivant leur situation professionnelle renforcerait la cohésion sociale elargir les cas de recours favoriserait la compétitivité des entreprises et l insertion des personnes en difficulté Permettre aux agences d emploi de proposer des services complémentaires en ressources humaines (voir Tableau 10) ; Renforcer la coopération avec le service public de l emploi (SPE) et contribuer à la mise en œuvre de politiques actives sur le marché du travail ; Laisser l initiative aux parties prenantes : agences d emploi, intérimaires, syndicats, entreprises clientes, gouvernements, municipalités et communautés territoriales. 16 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

17 tableau 11 : Autoriser les agences d emploi à proposer des services complémentaires en ressources humaines Exemples d actions prioritaires ESPAGNE et FRANCE Elargir la gamme des activités des agences d emploi à l ensemble des services RH France : l activité des agences d emploi est limitée à l intérim, au recrutement et au placement Espagne: l activité des agences d emploi est limitée à l intérim Fondement Elargir la gamme des activités des agences d emploi permettrait de - Aider les entreprises à enrichir leur capital humain - Accompagner les sociétés dans leur problématique de restructuration grâce à des activités d outplacement - Promouvoir la diversité des politiques de RH grâce à un processus de recrutement non discriminatoire - Participer à la réduction des coûts de fonctionnement grâce aux gains de productivité réalisés - optimiser le développemet professionnel des candidats grâce à des activités de management de transition elargir la gamme des prestations RH proposées par les agences d emploi leur permettrait d accompagner efficacement leurs clients Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

18 Section I I I. Les enjeux L impact potentiel quantifié de la levée des barrières injustifiées (retrait des interdictions sectorielles et «des motifs de recours» à l intérim) et du développement de l intérim dans les PME a fait l objet d une évaluation dans six pays européens : Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne et Royaume-Uni. Ces pays comptaient pour environ 85% du marché européen des agences d emploi en Satisfaire les revendications des agences d emploi permettrait de : Dynamiser la création d emplois Augmenter la contribution des agences d emploi Renforcer l insertion sur le marché du travail et sa diversité Accroître les recettes publiques et réduire les dépenses Les agences d emploi emploient 3,3 millions d intérimaires (équivalent temps plein ) en Europe, et sont un véritable moteur de la création d emplois : le nombre d intérimaires pourrait atteindre 4,98 millions d ici à 2012, du seul fait de la croissance structurelle (1,6 million d emplois supplémentaires). En plus des 1,6 million d emplois qui seraient créés en Europe dans les cinq prochaines années ( ), du fait de sa croissance structurelle, le secteur pourrait créer emplois supplémentaires dans six pays européens si deux des principales restrictions pesant sur l intérim (interdiction sectorielle et limitation des motifs de recours) étaient levées (Tableau 11). Les emplois supplémentaires qui seraient ainsi créés contribueraient à augmenter l insertion et la diversité : 37% de ces emplois seraient occupés par des jeunes, 15% par des chômeurs de longue durée et 6% par des seniors. Pour les six pays européens analysés, ces emplois supplémentaires se traduiraient par une augmentation des recettes publiques de l ordre de 12,5 milliards d euros (l activité ainsi générée représenterait 8,9 milliards d euros 8 et la réduction des dépenses publiques, du fait des économies réalisées sur les allocations chômage, atteindrait quelque 3,6 milliards d euros 9 ) dans les cinq ans à venir. Favoriser l équilibre entre vie professionnelle et personnelle Les agences d emploi permettent aux salariés de mieux gérer leur temps et leur mobilité favorisant la réalisation de projets personnels. Participer à la compétitivité et au développement des PME Le développement de l intérim au sein des PME permettrait une meilleure réactivité de celles-ci à la conjoncture, améliorant ainsi leur compétitivité. Ainsi emplois supplémentaires pourraient être créés dans les PME (de 10 à 49 salariés) des six pays européens précités. 18 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

19 La contribution de l intérim pour rendre plus efficace le marché du travail 9. Rapprocher l offre et la demande d emploi 1. Un moteur pour la création d emplois(4,9 millions d emplois créés en intérim d ici à 2012) 2. Améliorer la compétitivité des entreprises 8. S engager activement en faveur de la politique de l emploi (coopération avec le service public de l emploi) 7. Faciliter les transitions au sein du marché du travail Intérim 3. Fournir des recettes supplémentaires aux budgets publics (12,5 milliards d euros de plus) 4. Contribuer à lutter contre le travail illégal 5. Réduire le taux de chômage 6. Aider les populations en difficultés à s insérer sur le marché du travail Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

20 Section I V. Portée et méthodologie de recherche Eurociett, la Confédération Européenne des Agences d Emploi Privées, a mené une analyse exhaustive et objective de la contribution, actuelle et potentielle, de l intérim. L objectif de cette étude est d offrir une meilleure compréhension de la réalité de l intérim et d énumérer les actions efficaces permettant de libérer la contribution des agences d emploi. Cette étude est centrée sur les six principaux marchés européens : France, Royaume- Uni, Pays-Bas, Allemagne, Belgique et Espagne, qui, comptent pour environ 85% du marché de l intérim dans la zone EU-27 en Les conclusions et recommandations figurant dans ce rapport sont valables pour l ensemble des pays européens. Ces conclusions se fondent sur une collecte exhaustive des données au niveau européen, enrichies de nombreux entretiens menés auprès d experts de différents pays (la liste des contacts interviewés figure en annexe à ce rapport).en mars et avril 2007, 65 personnalités plus ou moins proches de l intérim ont participé à une étude en ligne visant à évaluer leur perception de l intérim. Ce rapport est basé sur une étude commandée par Eurociett et menée avec l assistance et le soutien de Bain & Company 10, un cabinet de conseil en gestion d envergure mondiale 20 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT 2008

21 Section V. Notes 1 La notion d équivalent temps plein, ou ETP, se réfère au nombre d intérimaires nécessaires pour accomplir le même nombre d heures qu un salarié permanent. 2 Le taux de recours est calculé pour les 19 pays européens disposant de données chiffrées exhaustives. 3 taux de croissance calculé pour le même nombre de pays (19). 4 cette extrapolation se calcule en se basant sur un taux de croissance annuel composé de 6,8% entre 1998 et 2006, puis en l appliquant aux cinq années suivantes ( ). 5 Le groupe des exclus inclut les chômeurs de longue durée, les seniors, les minorités ethniques et les personnes handicapées qui sont sans emploi. 6 exprimé en ETP. 7 Voir le communiqué conjoint de Eurociett et Uni-Europa sur la question de la flexisécurité. 8 La valeur de l activité supplémentaire ainsi générée soit 12,5 milliards d euros se répartit comme suit entre les divers pays européens : Belgique (995 millions d euros), Allemagne (758 millions d euros), Espagne (1 939 millions d euros), France (4 618 millions d euros), Pays-Bas (584 millions d euros) et Royaume-Uni (0). 9 La réduction de 3,6 milliards d euros des dépenses publiques, du fait des économies réalisées sur les allocations de chômage, se répartit comme suit entre les six principaux pays européens : Belgique (247 millions d euros), Allemagne (531 millions d euros), Espagne (1 215 millions d euros), France (1 473 millions d euros), Pays-Bas (189 millions d euros) et Royaume-Uni (0). 10 Plus d informations sur 11 La catégorie des seniors inclut les salariés de plus de 45 ans. 12 ces chiffres représentent la moyenne des résultats recensés pour les années 2001 à Voir le chapitre «Quality Secured» sur 14 Davantage d opportunités d emploi pour plus de personnes EUROCIETT

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS

LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS LA VENTE DIRECTE, UN SECTEUR QUI RECRUTE ET FORME DES VENDEURS La vente directe en plein essor recrute 10.000 nouveaux commerciaux à temps partiel ou à temps plein En s engageant à recruter 10.000 personnes,

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents

Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Robert Half Financial Services : le partenaire de vos recrutements temporaires et permanents Spécialisés dans le placement de candidat(e)s expérimenté(e)s pour tous les métiers de la banque et de l assurance,

Plus en détail

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES 2 RECOMMANDATION DU CONSEIL RELATIVE À UN ACCÈS ÉLARGI ET UNE EXPLOITATION PLUS EFFICACE CONCERNANT LES INFORMATIONS DU ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Robert Half : le partenaire de vos recrutements

Robert Half : le partenaire de vos recrutements Robert Half : le de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé et, est aujourd hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers : de la finance de la comptabilité

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE LE PORTAGE SALARIAL...3 Rappel des principes du portage...3 Une reconnaissance dans le droit du travail français....4 Historique, un secteur jeune qui se structure....4

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI Congrès Mondial de l AMSEP Annie GAUVIN- Istanbul- le 6 mai 2015 Faits et tendances actuels 200 millions

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Robert Half Finance & Comptabilité : le partenaire de vos recrutements

Robert Half Finance & Comptabilité : le partenaire de vos recrutements Robert Half Finance & Comptabilité : le partenaire de vos recrutements Robert Half Finance & Comptabilité vous offre l opportunité d accéder à un très large réseau de candidats expérimentés. Forts de leur

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Eclairages européens Eclairages européens 1. Les conceptions Les systèmes d indemnisation du

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés

Flash News. Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés www.pwc.lu/tax Flash News Assouplissement de l accès au régime spécial d imposition pour impatriés Le 21 mai 2013, l administration fiscale luxembourgeoise a émis une circulaire visant à remplacer la circulaire

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale?

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? L Europe des salariés. Compétitivité et mobilité des travailleurs Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? Marion DEL SOL (IODE UMR CNRS 6262/Université

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting.

WAGRAM CONSULTING sarl. 5 rue Villaret de Joyeuse 75017 Paris. Tel : 01 80 87 44 24. www.wagram-portage.fr. contact@wagramconsulting. Depuis 2008, Wagram Consulting offre aux consultants la possibilité d exercer leur activité en toute indépendance en les libérant des contraintes administratives. Le portage salarial est reconnu par les

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage.

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage. DOSSIER DE PRESSE Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage.fr 01 43 80 93 62 SOMMAIRE PORTAGE SALARIAL.... 3 Rappel des principes du

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.4.2016 COM(2016) 174 final ANNEX 14 ANNEXE à la proposition de décision du Conseil relative à la conclusion du protocole d adhésion à l accord commercial entre l Union

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Résumé 1. Introduction L éducation et l accueil des jeunes enfants ont suscité ces dix dernières années une vague d intérêt dans les pays de l OCDE. Les décideurs politiques ont reconnu que l accès équitable

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine

Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Le Volontariat International en Entreprise: Simplifiez-vous les Ressources Humaines en Chine Contacts: Matthieu.garcia@ubifrance.fr Bertrand.jimenez@ubifrance.fr QU EST-CE QUE LE V.I.E? UNE FORMULE FLEXIBLE

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans Rechercher et retrouver un emploi après 55 Stéphanie Govillot, Marie Rey* En France, le taux d activité des plus de 55 est particulièrement faible, surtout pour les hommes. Pour ces derniers, il a fortement

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE)

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) DIRECCTE des Pays de la Loire Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Qui pilote et prescrit le contrat d accompagnement

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012

BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 BILAN ECONOMIQUE & SOCIAL 2011 PERSPECTIVES 2012 28 JUIN 2012 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE I. LES AGENCES D EMPLOI : UN MODELE ÉCONOMIQUE TOURNÉ VERS LA CRÉATION D EMPLOI A. En 2011, l emploi intérimaire

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeurs/employés CDC Entreprises, en tant que société de gestion agréé AMF, est soumise au respect de la réglementation de l'autorité des Marchés

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL

RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL Emploi et relations employeur/employé Au sein du Groupe Transdev, les salariés sont employés conformément aux obligations légales relatives au droit du travail. Le Groupe

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale entreprises générales de france BTP Les engagements de l entreprise générale en matière sociale et sociétale 1 Sommaire Introduction............. page 3 Les engagements sociaux...................... pages

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail