COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011"

Transcription

1 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite à tenir autour d un ou plusieurs cas de coqueluche Coqueluche en EHPAD 1

2 Epidémiologie Pas de déclaration obligatoire des cas communautaires Surveillance par des réseaux sentinelle En 2009 : augmentation de 22% du nombre de prélèvements positifs reçus par le CNR, et augmentation de l âge des patients The global pertussis initiative, Vaccine 2011 Lasserre et al Epidemiologie En établissements de santé Depuis 2001 : signalement des coqueluches nosocomiales au CClin et à la Ddass (qui transmet à l InVS) De 2000 à 2005 : 67 foyers de cas groupés Chez les personnes âgées Absence de données spécifiques 2

3 Bactériologie Bordetella pertussis (95%) et dans une moindre mesure B. parapertussis Difficile à isoler Pathogène humain exclusif Transmission aérienne Taux d attaque: 70-80% si contact proche Guiso N. Clin Infect Dis 2009 ;49 :1565-9, Pilly 2006 Clinique Enfant non vacciné Incubation 10 jours (7-21 jours) Phase d invasion (10 jours) : rhinite, toux d allure banale Phase d état (2-4 semaines) quintes de toux (congestion, cyanose) reprise inspiratoire bruyante («chant du coq») vomissements absence de fièvre patient asyptomatique entre les quintes hyperlymphocytose. Phase de convalescence (plusieurs semaines) : toux en cas de facteurs favorisants HCSP, Rapport du 5 septembre

4 Clinique Enfant vacciné et adulte Protection post-vaccinale Au moins 5 ans avec vaccin acellulaire (pas de données audelà) Protection après maladie : ans Formes atypiques atténuées Toux persistante > 1 semaine Recrudescence nocturne et insomniante Importance du contage +++ Toux traînante chez un membre de l entourage Délai compatible avec incubation prolongée (7-21 jours) Vaccination Généralités sur la vaccination Recommandations vaccinales Enfant Adulte Professionnels de santé 4

5 Principe de la vaccination Vaccin acellulaire Un ou plusieurs antigènes détoxifiés et purifiés Toxine pertussique (PT) Hémagglutinine filamenteuse (FHA), pertactine (PRN), protéines fimbriales Induit une immunité dirigée contre les facteurs de virulence de la bactérie Ne protège pas contre B. parapertussis Inclus dans les vaccins: Infanrix tetra, Tetravac-acellulaire, Repevax, Boostrix, Infanrix Quinta, Pentavac, Infanrix Hexa Guiso N. Clin Infect Dis 2009 ;49 : Recommandations vaccinales chez l enfant Nourrisson 3 injections à 1 mois d intervalle, rappel à mois Rappel entre 11 et 13 ans Protection des nourrissons dans l entourage de l adolescent Depuis 1998 Rattrapage à ans si pas de rappel à ans Calendrier vaccinal 2010, Rapport du HCSP du 05/09/2008 5

6 Recommandations vaccinales chez l adulte Stratégie du cocooning (2004) Jeune adulte susceptible de devenir parent dans les années à venir Au moins 2 ans d intervalle avec dernier DTP Femme enceinte vaccination de l entourage familial pendant la grossesse, et de la mère juste après l accouchement Rattrapage chez l adulte n ayant pas reçu de vaccination depuis plus de 10 ans (2008) Une seule dose Calendrier vaccinal 2010, Rapport du HCSP du 05/09/2008 Recommandations vaccinales chez les professionnels de santé Recommandé pour tous les professionnels de santé, y compris Travaillant en EHPAD Etudiants des filières médicales et paramédicales Personnel au contact de nourrissons trop jeunes pour avoir reçu 3 doses de vaccin (âge<6 mois) Personnel de la petite enfance (âge pré-scolaire) dtcp lors du rappel dtpolio tous les 10 ans Intervalle avec le dernier dtpolio peut être ramené à 2 ans (1 mois si survenue de cas groupés en collectivité) 6

7 Tests diagnostiques disponibles Culture sur sécrétions naso-pharyngées PCR en temps réel sur sécrétions nasopharyngées Sérologie HCSP 2008, Guiso N. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2011 Culture En 5-7 jours sur milieu de Bordet-Gengou Très spécifique mais peu sensible Sensibilité : 50-60% les deux premières semaines, puis diminution rapide Remboursé par l assurance maladie Peu fait en pratique (faible sensibilité, technique lourde) Indication: nouveau-nés et jeunes enfants, couplée à la PCR 7

8 PCR en temps réel Plus sensible que la culture La PCR des vaccinés se négative plus vite Test de référence chez les patients toussant depuis moins de 3 semaines Non remboursé Liste des laboratoires agréés disponible sur le site du CNR Sérologie: grands principes Principe : détection des anticorps contre des antigènes de B. pertussis Augmentation du taux d Ac après 3 semaines Seule la toxine pertussique (PT) est spécifique de B. pertussis Autres antigènes ne doivent pas être utilisés Car réaction croisée avec d autres antigènes microbiens Autres espèces de Bordetella, Haemophilus, Mycoplasma pneumoniae, Escherichia coli 8

9 Sérologie et vaccination Effet de la vaccination sur la sérologie Toxine pertussique contenue dans tous les vaccins anti-coquelucheux commercialisés en Europe Immunité post-vaccinale ne peut pas être différenciée de la réponse immune contre l infection : la vaccination interfère avec l interprétation de la sérologie Sérologie et vaccination La sérologie n est pas interprétable Dans l année suivant la vaccination pour les experts des laboratoires de référence européens 1 Dans les trois ans suivant la vaccination pour les recommandations françaises 2 1 Guiso N. Eur J Clin Microbiol Infect Dis 2011, 2 HCSP

10 Critères de qualité d un diagnostic sérologique de coqueluche Diagnostic sérologique sensible et spécifique augmentation d au moins 100% ou diminution d au moins 50% du taux des IgG anti-pt sur deux prélèvements successifs, réalisés avec un intervalle de 2 à 4 semaines Limites absence d ascension du taux des anticorps après l infection à cause de la réponse immune secondaire ou décroissance plus lente que les 50% attendus lors de la phase de convalescence Limites techniques Qualité de la méthode - Qualité de l antigène (toxine pertussique non détoxifiée) fondamentale pour l interprétation du résultat La plupart des tests commerciaux associent d autre antigènes à la PT Donc non spécifiques Oublier la «sérologie coqueluche» en laboratoire de ville - Méthode de dosage des Ac Seule technique validée: ELISA Disponible uniquement au CNR Tests commerciaux; méthodes par immuno-empreinte, dont aucune n est validée 10

11 Limites d interprétation Faux négatifs Faux positifs Trop précoce Techniques non validées Vaccination < 3 ans Ac autres qu Ac anti- PT Techniques non validées Stratégies diagnostiques: recommandations Confirmation biologique indispensable si cas groupés Nouveau-nés et jeunes enfants Grands enfants et adultes vaccinés PCR et culture le plus précocément possible Toux < 3 semaines: PCR Epidémie Toux > 3 semaines: -IgG anti-pt -PCR chez les cas secondaires PCR + culture + IgG anti-pt Experts européens: PCR et/ou culture chez les nouveau-nés et jeunes enfants, association PCR et IgG anti-pt entre 2 et 3 semaines de toux 11

12 En pratique après 3 semaines Remplacer la «sérologie coqueluche» par IgG anti toxine pertussique (IgG anti-pt) Par la méthode ELISA A envoyer au laboratoire du CNR (Institut Pasteur Paris) Aux conditions suivantes Patient non vacciné, ou vacciné depuis plus de 3 ans Avec toux évoluant depuis plus de 3 semaines A l exclusion des nourrissons et jeunes enfants Dispositions légales Journal officiel 15 février 2011 Sérologie de la coqueluche par technique d immuno-empreinte: supprimée de la nomenclature et non remboursée Si la toux dure depuis plus de 3 semaines, aucune investigation biologique n est réglementairement indiquée 12

13 Traitement Indiqué pendant les 3 premières semaines d évolution Permet de réduire rapidement la contagiosité 3 jours azithromycine 5 jours autres traitements Pas d effet démontré sur l évolution de la maladie Macrolides HCSP 2008 Traitement En première intention : Azithromycine (Zithromax ) 500 mg/j en une prise pendant 3 jours chez l adulte Clarithromycine (Zeclar ) 500 à 1000 mg par jour en 2 prises pendant 7 jours chez l adulte En deuxième intention Josamycine (Josacine ) HCSP

14 Traitement En cas d allergie aux macrolides Cotrimoxazole (Bactrim ) Bactrim forte 1 comprimé 2 fois par jour pendant 14 jours chez l adulte Absence de résistance décrite de B. pertussis à ces antibiotiques 1 1 Rapport d activité 2009 du CNR des bordetella, Institut Pasteur, Paris Mesures d éviction Eviction de la collectivité 3 jours si traitement par Zithromax 5 jours si autre traitement Jusqu à 3 semaines de toux en l absence de traitement 14

15 Conduite à tenir autour d un cas Enquête autour du cas Diagnostic Traitement Eviction de la collectivité Enquête autour du cas Objectifs Notion de contage : aide +++ au diagnostic Confirmation indirecte (PCR chez les cas secondaires) Traitement précoce des cas secondaires -> limitation propagation de la maladie Prophylaxie des sujets contacts 15

16 Diagnostic Confirmation diagnostique Patient Toux < 3 semaines: PCR Toux > 3 semaines: IgG anti-pt (si vaccination > 3 ans) Cas secondaires PCR chez les cas secondaires avec toux < 3 semaines Traitement Traitement antibiotique Azithromycine ou clarithromycine Si toux < 3 semaines Eviction 3 ou 5 jours selon traitement reçu 16

17 CAT devant un cas ou des cas groupés de coqueluche Définitions Mesures d isolement du cas Pour les membres de la collectivité En EHPAD Définitions des cas Cas suspect Toux insomniante nocturne avec quintes évocatrices, ou associées à une hyperlymphocytose, depuis > 8 jours Cas confirmé Cas clinique : toux avec quintes évocatrices > 14 jours en l absence d autre étiologie Cas confirmé biologiquement: culture et/ou PCR positive, ou sérologie positive si pratiquée conformément aux recommandations Cas confirmé épidémiologiquement: un cas contaminateur potentiel, ou un cas secondaire potentiel, confirmé biologiquement Cas groupés Au moins 2 cas confirmés contemporains ou successifs (intervalle maximum : 21 jours) survenant dans une même unité géographique 17

18 Définition des contacts Population exposée Toutes les personnes en contact avec le patient pendant la phase contagieuse 3 semaines après le début des signes cliniques en l absence de traitement Jusqu à 3 ou 5 jours après le début du traitement selon l antibiotique utilisé Contacts proches / occasionnels Sujets à risque / protégés Contacts proches / occasionnels Contacts proches personnes vivant sous le même toit (famille, même chambre si vie en collectivité), flirt, tous les enfants et personnels de la section en crèche et garderie, tous les enfants et personnes exposées au domicile des assistantes maternelles et des crèches familiales Contacts occasionnels Enfants et adultes partageant la même classe en milieu scolaire Personnes partageant le même bureau ou travaillant dans la même équipe en milieu professionnel Amis et personnes partageant plusieurs fois par semaine les mêmes activités 18

19 En établissement de santé Contacts occasionnels: Toutes les personnes ayant reçu des soins d un membre du personnel atteint Tous les collègues d un membre du personnel atteint ayant eu des contacts face à face ou prolongés avec lui Tous les personnels de soin exposés pendant sa phase contagieuse à un patient ayant la coqueluche Tous les patients exposés durant sa phase contagieuse à un patient ayant la coqueluche Sujets à risque / protégés Sujets à risque Sujets susceptibles de faire des formes graves de coqueluche ou de décompenser une pathologie sous-jacente Nourrissons non ou incomplètement vaccinés Immunodéprimés Pathologie respiratoire chronique Personnes en contact avec ces sujets fragiles, en particulier femmes enceintes, parents ou fratrie de nourrissons non vaccinés Sujets protégés Enfants de moins de 16 mois ayant reçu 3 doses de vaccins Enfants de plus de 16 mois ayant reçu 4 doses de vaccin, dernier rappel datant de moins de 5 ans Adolescents et adultes dont la dernière dose de vaccin date de moins de 5 ans 19

20 Mesures d isolement du cas Chambre seule durant les 5 premiers jours de traitement par un antibiotique adapté (3 jours si Zithromax) en cas d hospitalisation Eviction professionnelle pendant la même durée si cas chez un membre du personnel Prévenir la médecine du travail Pour les membres de la collectivité Rechercher les «tousseurs» Identification des contacts Antibioprophylaxie des cas contacts Le plus tôt possible après le contage, et dans un délai maximal de 21 jours (aucun intérêt au-delà de 21 jours) Mêmes modalités que le traitement curatif Indiquée pour Tous les contacts proches non protégés par la vaccination Les contacts occasionnels non protégés par la vaccination uniquement si sujets à risque Mise à jour de la vaccination des cas contacts (sans distinction contacts proches / contacts occasionnels) 20

21 En EHPAD Signalement CClin / Ddass / Médecine du travail Information du personnel et des visiteurs sur le conduite à tenir en cas de toux dans les 3 semaines suivant le contage En EHPAD Identification, investigation, traitement et éviction rapide de tout membre du personnel présentant une toux suspecte de coqueluche Port du masque en attendant confirmation Antibioprophylaxie des contacts non protégés par la vaccination selon recommandations Ne pas oublier les contacts sortis de l établissement Surveillance des nouveaux cas 21

22 En EHPAD Antibioprophylaxie du personnel exposé? Considéré comme «contact occasionnel» Antibioprophylaxie indiquée si non protégé par la vaccination ET facteurs de risque Mise à jour des vaccinations du personnel? Si dernier rappel de vaccin anti-coquelucheux datant de plus de 5 ans Repevax ou Boostrix tetra Intervalle de deux ans avec dernier vaccin comportant diphtérie et/ou tétanos Ramené à un mois si cas groupés En EHPAD Rapport d investigation à transmettre à l InVS si cas groupés Modèles de fiches disponibles sur le site de l InVS 22

23 Conclusion Y penser! Diagnostic biologique Indispensable si cas groupés Le plus précoce possible +++ PCR si toux < 3 semaines IgG anti-pt par ELISA envoyé au CNR si toux > 3 semaines Penser à la PCR chez les cas secondaires Jamais de «sérologie coqueluche» en laboratoire de ville Conclusion Traitement Si toux < 3 semaines Diminution rapide de contagiosité Azithromycine ou clarithromycine Antibioprophylaxie précoce des contacts occasionnels non protégés à risque, et de tous les contacts proches non protégés Prévention de la transmission Eviction de la collectivité jusqu à non contagiosité Vaccination de tous les contacts (proches ou occasionnels) non protégés 23

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009

EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 EPU Association Médicale du Val de Loire Le 29 janvier 2009 Alain Gravier, Gilles Ollagnon, Anne Iordanoff Coqueluche Bordetella pertussis (OMS : 300.000 décès dans monde), strictement humaine, transmission

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ Evaluation de l incidence l de la coqueluche chez l adolescent l de 13 ans et plus et l adulte en médecine m générale g en Ile-de France Enquête Rappel La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire

Plus en détail

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010

Vaccination coqueluche et maternité. G Picherot YOPI 2010 Vaccination coqueluche et maternité G Picherot YOPI 2010 Groupe Avancées Vaccinales 2010 Très inspiré de «AVANT, PENDANT et APRES Vaccinations autour de la grossesse» Dr Marc Valdiguié Pédiatre Unité de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE RAPPORT DU CONSEIL SUPÉRIEUR D'HYGIÈNE PUBLIQUE DE FRANCE SECTION MALADIES TRANSMISSIBLES Relatif à la conduite à tenir devant un

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde

Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Maladies infectieuses Cas groupés de coqueluche dans une maison de retraite de Gironde Juillet 2006 Claude Flamand, Alain Manetti et Laurent Filleul Ddass de Gironde Cire Aquitaine Sommaire Abréviations

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé C.CLIN Sud-Est Juillet 2009 Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche en établissement de santé La découverte d un cas ou plusieurs cas de coqueluche dans un établissement de santé nécessite

Plus en détail

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE. Commission spécialisée sécurité sanitaire. Comité technique des vaccinations RAPPORT

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE. Commission spécialisée sécurité sanitaire. Comité technique des vaccinations RAPPORT HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE RAPPORT RELATIF A LA CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE COQUELUCHE 5 septembre 2008 Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France, section des maladies

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Item 78 : COQUELUCHE

Item 78 : COQUELUCHE Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur: Dr Cécile DEBUISSON (debuisson.c@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud

Maladies infectieuses. Mai-juin 2006. Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud Maladies infectieuses Mai-juin 2006 Ddass du Vaucluse Drass Provence-Alpes-Côte d Azur Cire Sud 1.1 Généralités sur la coqueluche 4 1.2 Alerte 5 1.3 Objectifs 6 2.1 Types d enquêtes 7 2.2 Définitions de

Plus en détail

UPRES EA IFR MP23,

UPRES EA IFR MP23, CAS CLINIQUE Dr Daniel BENHAMOU Dr Cherifa GOUNANE Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Rouen Service de Pneumologie et Soins Intensifs Respiratoires UPRES EA 3830 - IFR MP23, Rouen, F-76031, France

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL

UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ANNEE 2008 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le A CRETEIL

Plus en détail

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE)

BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) BORDETELLA PERTUSSIS (LA COQUELUCHE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR DES MEDECINS

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Coqueluche. Paracoqueluche

Coqueluche. Paracoqueluche CCDM19 : P. Duclos, S. Halperin CCDM18 : P. Duclos 1. Identification Coqueluche Paracoqueluche CIM-9 033.1 ; CIM-10 A37.1 (Croup) Infection bactérienne aigüe du système respiratoire due à Bordetella pertussis.

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient

-Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 78 : COQUELUCHE Objectifs pédagogiques : -Diagnostiquer une coqueluche -Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Auteur et référent :Professeur J.P CARRIERE (carriere.jp@chu-toulouse.fr)

Plus en détail

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche

Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche Archives de pédiatrie "" (2005) """-""" Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche Action to be taken when facing one or more cases of whooping-cough D. Floret a, *, I. Bonmarin b, P. Deutsch

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

re vaccination concerne un rappel tétanost

re vaccination concerne un rappel tétanost Un patient âgé de 50 ans, tabagique, alcoolique, bronchitique chronique et ayant fait il y a 3 mois une pneumopathie à pneumocoque vous consulte pour une mise à jour de ses vaccinations. La dernière re

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007

LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT. Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 LA VACCINATION CHEZ L'ENFANT Dr. CASSIERS Service de Pédiatrie Hôpital de Jolimont 2007 SCHEMA VACCINAL DE 1981 : SCHEMA VACCINAL EN COMMUNAUTE FRANCAISE EN 2007 : COUVERTURES VACCINALES À L'ÂGE DE 12

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Coqueluche DCEM3 2011

Coqueluche DCEM3 2011 Coqueluche DCEM3 2011 Vous êtes appelé d urgence au domicile du petit T., nourrisson de 1 mois ½ pour perte de connaissance. L histoire a débuté il y a 10 jours par une toux à recrudescence nocturne, traitée

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA COQUELUCHE FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE LA

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006

Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006 Coqueluche (78) J. M. Garnier Janvier 2006 Références Broomhall J., Herxheimer A. - Treatment of whooping cough : the facts. Arch Dis Child,. 1984 ; 59 : 185-187. Bass J.W. - Pertussis : Current status

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE

RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE RATTRAPAGE DES VACCINATIONS CHEZ L ENFANT ET L ADULTE De très nombreuses raisons peuvent conduire un enfant ou un adulte à être en retard par rapport au calendrier vaccinal idéal. Parmi ces raisons, la

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE RETRAIT PRÉVENTIF DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE La coqueluche COMITÉ MÉDICAL PROVINCIAL EN SANTÉ AU TRAVAIL DU QUÉBEC Adopté le 26 mars 1998 Guide de pratique élaboré à

Plus en détail

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination

Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Les dernières nouvelles dans le domaine de la vaccination Professeur Ch. RABAUD 2007 2ème Journée Régionale d Infectiologie Nancy, 19 Octobre 2007 TUBERCULOSE Histoire d un ex-vaccin obligatoire Vaccinations

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI

Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste. Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI Prise en charge de la Vaccination de l adulte par le médecin généraliste Dr Fatima Zohra MCHICH ALAMI FMPR, Rabat le 23.10.2010 Les mesures de prévention concernent la population dans son ensemble en se

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers

Guide pratique sur les vaccinations. à l intention des infirmiers Guide pratique sur les vaccinations à l intention des infirmiers JNI Tours 14 juin 2012 Journée Nationale de Formation des Infirmières en Infectiologie Sophie Lefèvre Didier Pinquier D après le calendrier

Plus en détail

Vaccination des étudiants en santé

Vaccination des étudiants en santé Vaccination des étudiants en santé Quizz en Infectiologie Jean-Louis Koeck 1 Marie M. 21 ans, inscrite en PACES Elle dit avoir été bien vaccinée dans l'enfance, mais elle n'a pas retrouvé son carnet de

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict.

BORDETELLA. Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. BORDETELLA Introduction Le genre Bordetella est un ensemble de bactéries de forme coccobacillaire à Gram (-), aérobie strict. 03 espèces existent : -Bordetella pertussis : ou bacille de Bordet et Gengou

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul

VACCINATIONS. Actualités. D. Abiteboul Actualités D. Abiteboul VACCINATIONS Actualités Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous!

Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! DOSSIER DE PRESSE Adolescent ou adulte : à chaque âge, vaccinons-nous! Paris, le mardi 30 novembre 2010 3310EVAC35 Novembre 2010 Laboratoire GlaxoSmithKline Laboratoire GlaxoSmithKline Contacts Presse

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail