FISCALITÉ DES GROUPES ET DES RESTRUCTURATIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FISCALITÉ DES GROUPES ET DES RESTRUCTURATIONS"

Transcription

1 FISCALITÉ DES GROUPES ET DES RESTRUCTURATIONS MISE À JOUR AU 1 er JANVIER 2012 par Philippe Oudenot Deuxième loi de finances rectificative pour 2011 (L. n o , 19 sept. 2011) Quatrième loi de finances rectificative pour 2011 (L. n o , 28 déc. 2011) Loi de finances pour 2012 (L. n o , 28 déc. 2011) NB : La troisième loi de finances rectificative pour 2011, adoptéeafind éviterlafaillitededexia,necomportaitpasdemesuresfiscales.

2

3 Philippe Oudenot Diplômé Expert-comptable Docteur en droit FISCALITÉ DES GROUPES ET DES RESTRUCTURATIONS MISE À JOUR AU 1 er JANVIER 2012 LexisNexis SA 141,ruedeJavel 75015Paris

4 Avertissement de l Éditeur Toute utilisation ou traitement automatisé, par des tiers, de données personnelles pouvant figurer dans cet ouvrage sont formellement interdits. Le logo qui figure sur la couverture de ce livre mérite une explication. Son objet est d alerter le lecteur sur la menace que représente pour l avenir de l écrit, tout particulièrement dans les domaines du droit, de l économie et de la gestion, le développement massif du photocopillage. Le Code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s est généralisée dans les établissements d enseignement supérieur, provoquant une baisse brutale des achats de livres au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement soit aujourd hui menacée. LexisNexis SA, 2012 Siège social : 141, rue de Javel Paris Cette œuvre est protégée dans toutes ses composantes (y compris le résultat des savoirs mis en oeuvre, des recherches, des analyses et des interprétations effectuées et, de manière générale, des choix de fond et de forme opérés dans le cadre de la consolidation des textes reproduits) par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment celles relatives aux droits d auteur. Ces droits sont la propriété exclusive de LexisNexis SA. Toute reproduction intégrale ou partielle, par quelque moyen que ce soit, non autorisée par LexisNexis SA ou ses ayants droit, est strictement interdite. LexisNexis SA se réserve notamment tous droits au titre de la reproduction par reprographie destinée à réaliser des copies de la présente œuvre sous quelque forme que ce soit aux fins de vente, de location, de publicité, de promotion ou de toute autre utilisation commerciale conformément aux dispositions de l article L du Code de la propriété intellectuelle relatives à la gestion collective du droit de reproduction par reprographie. ISBN ISSN X

5 140. Modalités d imputation des déficits antérieurs à l intégration. L imputation d un déficit antérieur à l entrée dans le groupe fiscal d une société est en principe (1) possible, dans les conditions de droit commun, sur les résultats bénéficiaires qu elle a réalisés depuis son appartenance au groupe. En effet, le résultat d ensemble se présente fondamentalement comme la somme algébrique des résultats fiscaux individuels de toutes les sociétés membres du groupe sur lequel sont effectués quelques retraitements provenant d opérations intragroupes. Or, quand une société détermine son résultat individuel, elle est en droit d imputer sur le bénéfice d un exercice selon les règles de droit commun les déficits fiscaux antérieurs qu elle a générés. Toutefois, le législateur a restreint les modalités d imputation des déficits reportables en avant constatés par une société soumise à l impôt sur les sociétés pour la détermination des exercices clos à compter du 21 septembre 2011 (2). Les déficits antérieurs à l entrée dans le groupe pouvant être déduits du bénéfice d un exercice au titre duquel la société est membre du groupe sont donc désormais plafonnés à un montant de 1 million d euros majoré de 60 % de la fraction du bénéfice de l exercice excédant 1 million d euros Instauration d une contribution exceptionnelle d impôt sur les sociétés. Aux termes du nouvel article 235 ter ZAA du Code général des impôts issu de la quatrième loi de finances rectificative pour 2011, les sociétés soumises à l impôt sur les sociétés qui réalisent un chiffre d affaires supérieur à 250 millions d euros hors taxes sont assujetties à une contribution exceptionnelle d impôt sur les sociétés égale à 5 % de l impôt sur les sociétés (calculé au taux normal et aux taux réduits de 15 % et 19 %). Cette contribution revêt un caractère exceptionnel dans la mesure où elle est à ce jour applicable aux sociétés entrant dans son champ d application pendant deux exercices. En effet, elle est due au titre des exercices clos entre le 31 décembre 2011 et le 30 décembre À l instar de la contribution sociale sur l impôt sur les sociétés, l assiette de l impôt sur les sociétés à prendre en compte pour le calcul de cette contribution exceptionnelle doit être déterminée sans prendre en compte les crédits d impôts ni la créance née du report en arrière des déficits. Cette contribution obéissant (1) Toutefois, certains retraitements spécifiques ont été prévus par le législateur (V. infra, n 141). (2) V. infra, n

6 à un régime distinct de l impôt sur les sociétés (il ne s agit pas d une simple majoration de l impôt), les crédits d impôt et la créance de carry-back ne pourront être utilisés pour son paiement. Toutefois, contrairement à la contribution sociale de 3,3 % et à l impôt sur les sociétés, cette contribution ne donne pas lieu au versement d acomptes. Elle doit être payée spontanément à la date prévue pour le versement du solde de liquidation de l impôt sur les sociétés Dans un groupe intégré, la société mère est redevable de cette contribution dès lors que la somme des chiffres d affaires de chacune des sociétés membres du groupe fiscal est supérieure à 250 millions d euros. Cette mesure peut ainsi pénaliser un groupe constitué de sociétés qui prises isolément ne seraient pas redevables de cette contribution (le chiffre d affaires de chacune d entre elles étant inférieur à 250 millions d euros) si la somme des chiffres d affaires des sociétés membres excède ce seuil Durcissement des modalités d imputation du déficit reportable en avant report en avant du déficit. La croissance des déficits publics a conduit le législateur (3) à réduire les modalités d imputation des déficits des sociétés! Rappelons qu en cas de déficit subi pendant un exercice, ce déficit est considéré comme une charge de l exercice suivant et déduit du bénéfice réalisé pendant ledit exercice. Le déficit non imputé demeure en principe reportable indéfiniment. Toutefois, pour les exercices clos à compter du 21 septembre 2011, cette imputation s opère sur le résultat imposable des sociétés soumises à l impôt sur les sociétés dans la limite d un montant de un million d euros majoré de 60 % du montant correspondant au bénéfice imposable dudit exercice excédant ce premier montant (4). Si ce bénéfice n est pas suffisant pour que la déduction puisse être intégralement opérée, l excédent du déficit est reporté dans les mêmes conditions sur les exercices suivants. Il en est de même de la fraction de déficit non admise en application de ces nouvelles dispositions (5). Exemple 23-1 Modalités d imputation des déficits reportables en avant Première hypothèse : la société A a réalisé les résultats suivants : Exercice n-1 : 10 M. Exercice n : + 6 M. (3) 2 e L. fin. rect. 2011, n , art. 2. (4) En application des dispositions du 3 e alinéa de l article 209, I du Code général des impôts issu de la deuxième loi de finances rectificative pour (5) Cette nouvelle règle de plafonnement s applique non seulement aux déficits subis au titre des exercices clos à compter du 21 septembre 2011 mais également aux déficits restant à reporter à la clôture de l exercice précédent (4 e L. fin. rect. 2011, 28 déc. 2011, art. 31). Autrement dit, cette nouvelle règle d imputation s applique à l ensemble des déficits. 2

7 Le déficit imputable sur le bénéfice de l exercice n sera égal à : 1 + [60 % (6 1)] = 4M. Le résultat imposable après imputation des déficits antérieurs sera de : 6 4 = 2M. Le déficit restant à reporter sera égal à : 10 4 = 6M. Seconde hypothèse : la société A a réalisé les résultats suivants : Exercice n-1 : 10 M. Exercice n : + 16 M. Le déficit imputable sur le bénéfice de l exercice n sera égal à : 1 + [60 % (16 1)] = 10 M. Le résultat imposable après imputation des déficits antérieurs sera de : = 6M. Le déficit restant à reporter sera égal à : = 0. Dans ce cas, la réforme édictée par l article 2 de la loi de finances rectificative du 19 septembre 2011 est sans impact puisque comme auparavant, les déficits antérieurs auront été imputés en totalité sur le bénéfice de l exercice suivant. Conclusion : le déficit restant à reporter en avant au titre de n-1 sera donc imputable en totalité sur le bénéfice de l exercice n s il est inférieur d environ 60 % au bénéfice de cet exercice. Les férus de mathématiques (!), après avoir posé l équation selon laquelle : Déficit imputable de n-1 = [(bénéfice de n ) 60 %] préciseront que le déficit de n-1 est imputable en totalité s il est inférieur à 60 % du bénéfice de n augmenté de La preuve par 9!! : supposons que le bénéfice de l exercice n soit de 50 M. Le déficit n-1 sera imputable en totalité s il est inférieur ou égal à 30,4 M Le nouveau mécanisme d imputation des déficits restant à reporter a donc pour objet et pour effet de créer une assiette fiscale minimum obligeant la société à acquitter de l impôt sur les sociétés plus ou moins égale à 40 % du bénéfice de l exercice, du moins lorsque le montant du bénéfice imposable est supérieur à un million d euros. Plus les bénéfices seront élevés, plus les entreprises seront mises à contribution pour acquitter effectivement l impôt sur les sociétés alors même qu elles disposeraient de monceaux de déficits antérieurs restant à reporter! 3

8 Exemple 23-2 Report en avant des déficits d ensemble La société A a réalisé les résultats suivants : Exercice n-1 : 100 M. Exercice n : + 60 M. Le déficit imputable sur le bénéfice de l exercice n sera égal à : 1 + [60 % (60 1)] = 36,4 M. Le résultat imposable après imputation des déficits antérieurs sera de : 60 36,4 = 23,6 M. Le déficit restant à reporter sera égal à : ,4 = 63,6 M Le report en avant du déficit d ensemble. Les règles s appliquent également au résultat d ensemble déficitaire. Le déficit d ensemble subi au cours d un exercice constitue pour le groupe une charge déductible de l exercice suivant et s impute sur le bénéfice d ensemble réalisé au titre de cet exercice, mais à compter du résultat des exercices clos à compter du 21 septembre 2011 dans la limite susvisée. Cette mesure de plafonnement s appréciant au niveau de la société tête de groupe, la franchise de est appliquée au niveau de la société mère et ne varie pas en fonction du nombre de sociétés dont les déficits ont concouru à la détermination du déficit d ensemble (6). Exemple 23-3 Inconvénient de l option pour l intégration fiscale en cas de filiales faiblement déficitaires Les sociétés M et F ont dégagé les résultats fiscaux suivants au titre des exercices n-1 et n : Résultat n-1 Résultat n M F Première hypothèse : M et F n ont pas opté pour le régime de l intégration fiscale : M pourra imputer en totalité le déficit de n-1 sur le bénéfice de l exercice n. Son résultat imposable de l exercice n sera donc égal à 0. Il en ira de même pour F. (6) Projet instr. 8 déc. 2011, n os 24 et 25. 4

9 Seconde hypothèse : M a formé un groupe fiscal avec F à compter de n-1. Nous supposerons qu aucun retraitement n est à effectuer pour la détermination du résultat d ensemble. Celui-ci est donc égal à : Exercice n-1 : Exercice n : Le déficit d ensemble de l exercice n-1 sera imputable sur le bénéfice d ensemble de l exercice n à hauteur de [ % ( )]. La société tête de groupe devra donc acquitter l impôt sur les sociétés sur une assiette de Cette règle est donc pénalisante pour les groupes fiscaux constitués de sociétés faiblement déficitaires Le déficit d ensemble non imputé est imputable sur le bénéfice d ensemble des exercices suivants dans les mêmes conditions. L arrivée du terme d une période d option ne modifie pas ces règles de reports si l option, renouvelable par tacite reconduction, n est pas dénoncée par la société mère. Exemple 24 Report en avant des déficits d ensemble La société M a formé avec sa filiale A un groupe à compter du 1 er janvier n pour une période de cinq ans qui s est achevée le 31 décembre n+4. L option a été reconduite pour une nouvelle période de cinq ans à compter du 1 er janvier n+5. Le résultat d ensemble de n+2 déficitaire n a pas pu être imputé sur les résultats de n+3 et n+4. Le déficit d ensemble de n+2 peut s imputer sur les exercices clos les 31 décembre n+5 et suivants sans limitation de durée malgré l achèvement d une période à fin n Lorsqu existe une plus-value nette d ensemble taxable au taux de 15 % ou 19 % au titre d un exercice, la société peut choisir de compenser cette plus-value taxable au taux réduit avec un déficit relevant du secteur à 33,1/3 %. Mais les modalités d imputation diffèrent selon que le déficit provient de l exercice au cours duquel est réalisée la plus-value nette taxable au taux réduit ou d exercices antérieurs. Dans le premier cas, les dispositions du 3 e alinéa de l article 39 quindecies, I-1 du Code général des impôts permettent une compensation entre le déficit d exploitation de l exercice et la plus-value nette réalisée au titre du même exercice, sans qu il y ait lieu d appliquer un plafonnement de l imputation de ce déficit. Dans le second cas, le résultat d ensemble étant bénéficiaire, la plus-value nette ne peut être compensée qu avec les déficits antérieurs, ce qu admet la 5

10 doctrine administrative (7). Mais le bénéfice de cette tolérance est subordonné à la mise en œuvre de la règle du plafonnement de l imputation des déficits (8), étant précisé que la société ne peut revendiquer qu une fois le bénéfice de la franchise de La société aura donc intérêt à imputer la fraction de ce déficit sur le résultat imposable au taux de droit commun. Exemple 24-1 Imputation des déficits antérieurs sur une plus-value nette à long terme Au titre de l exercice n, un groupe fiscal a réalisé un bénéfice d ensemble de et une plus-value nette d ensemble taxable au taux de 19 % de Il existe un déficit d ensemble provenant des exercices antérieurs de Si la société tête de groupe choisit de compenser la plus-value nette à long terme avec les déficits antérieurs, elle pourra imputer : sur le résultat taxable au taux de droit commun une fraction des déficits antérieurs égale à [ % ( )] ; sur le résultat imposable au taux de 19 % des déficits antérieurs à hauteur de ( %). La société mère devra donc acquitter l impôt sur les sociétés : au taux de droit commun sur une assiette égale à ( ) ; au taux de 19 % sur une assiette égale à ( ) Limitation du report en arrière des déficits. L article 2 de la deuxième loi de finances rectificative pour 2011 a limité la possibilité de recourir à la possibilité d opter pour le report en arrière du déficit d un exercice. En effet, avant l entrée en vigueur de cette loi, les entreprises passibles de l impôt sur les sociétés avaient la faculté de reporter le déficit d un exercice sur le bénéfice des trois exercice précédents sans limitation de montant. Pour les exercices clos à compter du 21 septembre 2011, le report des déficits constatés au titre d un exercice n est plus possible que sur le bénéfice de l exercice précédant celui au titre duquel le déficit reporté est constaté. En outre, le déficit susceptible d être reporté ne peut en tout état de cause excéder un million d euros. a) Les conditions de mise en œuvre du report en arrière 1) Conditions de forme : l exercice d une option 155. L article 220 quinquies II, alinéa 1 modifié du Code général des impôts prévoit que le déficit constaté au titre d un exercice ne peut être reporté en arrière que si l option de la société est exercée dans le délai de dépôt de la (7) Doc. adm. DGI, 4 B-2241, n os 1ets. (8) Projet instr. 8 déc. 2011, n 20. 6

11 déclaration de résultats de cet exercice (9). Cette option peut ne porter que sur une fraction des déficits (10). b) Les conséquences de la mise en œuvre du report en arrière 161. L option pour le report en arrière des déficits donne naissance à une créance de la société à l égard de l État égale à l impôt sur les sociétés acquitté à raison du bénéfice d imputation dans la limite d un million d euros (11). Cette limite d un million est applicable à toute société imposée individuellement mais est également applicable au résultat d ensemble : le déficit d ensemble d un exercice ne peut donc être imputé que sur le bénéfice d ensemble de l exercice précédent dans la limite de un million d euros sans qu il y ait lieu de tenir compte du nombre de filiales ayant concouru à la formation de ce déficit d ensemble. À l instar du report en avant, l option pour le régime de l intégration fiscale peut donc s avérer défavorable pour les entreprises déficitaires. L excédent de déficit non reporté en arrière pourra être reporté en avant selon les conditions examinées précédemment (12). Exemple 28-1 Report en arrière : calcul de la créance d impôt Le résultat d ensemble est bénéficiaire au titre de l exercice n-1 à hauteur de et déficitaire de au titre de l exercice n. La société ne pourra reporter en arrière son déficit de l exercice n qu à hauteur de , le solde, soit étant reportable en avant L instauration du plafond en valeur absolue d un million d euros revient à enlever l intérêt du report en arrière pour les grandes entreprises, compte-tenu du fait que l avantage en impôt risque d être non significatif eu égard à l importance de leurs résultats. En outre, l option pour le report en arrière présente l inconvénient d augmenter l assiette de la contribution sociale et de la contribution exceptionnelle si les exercices suivants dégagent un résultat d ensemble bénéficiaire. En effet, ces contributions n ayant pas la même nature que l impôt sur les sociétés, le report en arrière ne permet pas d obtenir le remboursement de ces contributions assises sur l impôt sur les sociétés (13) précédemment acquittées. (9) La société doit compléter la ligne ZL («Déficit de l exercice reporté en arrière») de l imprimé 2058-A. En outre, les entreprises doivent joindre à la déclaration de résultat de l exercice une déclaration conforme au modèle fixé par l administration (imprimé n 2039). Cette disposition issue de la deuxième loi de finances rectificative pour 2011 fait ainsi échec à la jurisprudence Sectronic (CE, 30 juin 1997, n : RJF 8-9/1997, p. 512) qui avait jugé que l option pouvait être exercée non seulement au titre de l exercice de réalisation du déficit mais également au titre des exercices pour lesquels le déficit était en report. (10) CE, 4 août 2006, n , Sté Kaufman & Broad Participations : RJF 11/2006, n (11) Pour les exercices clos à compter du 21 septembre (12) V. supra, n os 152 et s. (13) V. supra, n

12 Droits d enregistrement. Acquisition de titres de sociétés à prépondérance immobilière. Les droits exigibles au taux de 5 % à raison des cessions effectuées à compter du 1 er janvier 2012 n ont plus pour assiette le prix de cession des titres ou la valeur réelle de la société si elle était supérieure ; jusqu à présent, les dettes de la société venaient donc en déduction de l assiette des droits. Certains montages d optimisation fiscale avaient été effectués afin d augmenter le passif de la société préalablement à la cession en apportant des dettes au compte-courant de la société. Afin de lutter contre cette pratique, l article 5, 1-3 de la loi de finances pour 2012 dispose que l assiette des droits d enregistrement est désormais constituée, à concurrence de la fraction des titres cédés, par la valeur réelle : des biens et droits immobiliers détenus directement ou indirectement, après déduction du seul passif afférent à l acquisition desdits biens et droits immobiliers ; des autres éléments d actifs bruts. L application littérale du II de l article 726 du Code général des impôts conduit donc aujourd hui à ce que les dettes non liées à l acquisition du bien, tels les emprunts liés aux travaux d amélioration du bien ou toute autre dette liée à la gestion de l immeuble, ne puissent plus être pris en compte pour la détermination de l assiette des droits d enregistrement (14), alors même que ces opérations ne sont inspirées que par un souci de bonne gestion de la société (15). Exemple 32 La distribution de dividendes préalable à la vente d une société à prépondérance immobilière Une société H souhaite acquérir les titres d une société à prépondérance immobilière. Elle s interroge sur les conséquences au regard des droits d enregistrement d une distribution de réserves préalablement à l acquisition. Le bilan de la société se présente comme suit : Immeuble 300 Capital 10 Liquidités 150 Réserves 140 Emprunt (14) En revanche, en matière d impôt sur le revenu ou d impôt sur les sociétés, la plus-value de cession de titres d une société d une société à prépondérance immobilière, est déterminée en fonction du prix de cession. V. infra, n os 580 et (15) Ces nouvelles modalités de calcul des droits d enregistrement ne s appliquent pas aux cessions de titres de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) offerts au public. 8

13 L immeuble a été financé par l emprunt figurant au passif du bilan. Sa valeur réelle est égale à sa valeur nette comptable à la date de la cession. Première hypothèse : les réserves ne sont pas distribuées préalablement à la vente. Le prix de cession des titres sera égal à la valeur de l actif réel diminué du passif réel, soit 150 ( ). Dans la mesure où il n existe pas d autres dettes que celle ayant permis de financer l achat du bien immobilier, l assiette des droits d enregistrement sera égale au prix de cession des titres, soit 150. Deuxième hypothèse : les réserves sont distribuées préalablement à la vente mais laissées en compte-courant. Après décision de l assemblée générale ordinaire de distribuer les réserves, le bilan de la société se présentera comme suit : Immeuble 300 Capital 10 Liquidités 150 Réserves 0 Emprunt 300 Compte-courant Le passif réel de la société est donc augmenté du montant du compte-courant. En conséquence, le prix de cession des titres sera cette fois réduit du montant de la dette de la société envers son associé. Il sera donc égal à 10 [( ( )]. En revanche, la dette en compte-courant n étant pas liée au financement de l achat du bien immobilier, son montant ne pourra pas venir en déduction de l assiette des droits d enregistrement. Cette dernière sera donc égale à 150 [( ]. Troisième hypothèse : les réserves sont distribuées et versées aux associés. Le paiement effectif des dividendes aura pour effet de réduire à due concurrence le montant des liquidités de la société. Le bilan de la société se présentera comme suit : Immeuble 300 Capital 10 Liquidités 10 Réserves 0 Emprunt Le prix de cession des titres sera identique à l hypothèse précédente, soit 10 [ ]. En revanche, dans la mesure où il n existe plus cette fois de dette figurant au passif du bilan qui ne soit pas rattachée au financement de l acquisition, l assiette des droits d enregistrement sera égale au prix de cession des titres, soit 10 ( ). 9

14 182. Par exception à la règle générale de territorialité de l article 718 du Code général des impôts, l article 718 bis du même code, issu de la loi de finances rectificative pour 2009, mettant fin à une divergence d interprétation entre l administration et plusieurs juges du fond (16), avait prévu que les cessions de titres de sociétés à prépondérance immobilière détenant des immeubles en France sont également soumises aux droits d enregistrement au taux de 5 % quand l acte de cession est passé à l étranger. Encore fallait-il pour que cette mesure soit effective, que l administration fiscale française puisse avoir connaissance de cet acte ; en tout état de cause, aucun droit n était dû en l absence d acte. C est la raison pour laquelle la seconde loi de finances rectificative pour 2011 dispose que les cessions de titres d une société à prépondérance immobilière propriétaire de biens immobiliers en France réalisées à compter du 1 er novembre 2011 doivent obligatoirement être constatées par acte notarié, quelle que soit la nationalité des cédants et cessionnaires. Lorsque la société à prépondérance immobilière est immatriculée à l étranger, les droits d enregistrement acquittés dans l autre État forment un crédit d impôt imputable sur les droits d enregistrement dus en France afin d éviter que l acquisition ne soit doublement soumise aux droits d enregistrement en France et dans l État du siège de la société Droits d enregistrement. Cessions d actions et de parts sociales. À compter du 1 er janvier 2012, si le montant des droits d enregistrement exigibles à raison des cessions d actions est désormais plus élevé, en revanche, les cessions de parts sociales ou d actions (17) intervenant entre sociétés d un même groupe fiscal sont désormais exonérées (18) Jusqu au 31 décembre 2011, les cessions d actions non cotées donnaient lieu à perception de droits d enregistrement au taux de 3 %. Toutefois, le montant des droits était plafonné à par mutation. Quant aux actions cotées, les droits étaient dus dans les mêmes conditions lorsque la cession donnait lieu à la rédaction d un acte en bonne et due forme. Depuis le 1 er janvier 2012, le régime est substantiellement modifié puisque l article 3 de la loi de finances pour 2012 institue un barème dégressif. En outre, les règles de territorialité sont aménagées. 1) Le montant des droits 185. Les acquisitions de titres de société anonyme, de société par actions simplifiée, mais aussi de société en commandite par actions (19) sont désormais soumises aux droits d enregistrement selon un barème dégressif : 3 % pour la fraction du prix inférieur à ; 0,5 % pour la fraction du prix comprise entre et ; 0,25 % pour la fraction supérieure à (16) V. notamment RES 14 oct. 2008, n 2008/22. CA Aix-en-Provence, 19 nov. 2009, n : RJF 2/2010, n 172. (17) Ces parts sociales ou actions ne doivent pas être qualifiées de sociétés à prépondérance immobilière. (18) Sont également exonérées les acquisitions par une société de ses propres titres ainsi que les acquisitions de titres de sociétés placés sous procédure de sauvegarde ou en redressement judiciaire. (19) Pour l application des droits d enregistrement, l article 726-I-1 du Code général des impôts assimile à des actions les parts de fondateurs et les parts bénéficiaires des sociétés par actions. 10

15 Comme par le passé, ces droits sont applicables aux cessions d actions non cotées, qu elles soient ou non constatées par un acte, ainsi qu aux cessions d actions cotées lorsque la cession est constatée dans un acte. 2) La territorialité des droits d enregistrement 186. Aux termes de l article 3, I-2 de la loi de finances pour 2012 modifiant le I de l article 726 du Code général des impôts, sont expressément soumises aux droits d enregistrement dans les conditions énoncées ci-avant les cessions d actions de sociétés ayant leur siège en France opérées «par acte passé à l étranger» (20). Afin d éviter que la cession ne soit doublement soumise aux droits de mutation, le montant des droits d enregistrement effectivement acquitté par l une ou l autre des parties à l acte dans chacun des États où elles résident s il s agit de personnes physiques (ou sont immatriculées s il s agit de personnesmorales)sontimputables(21)surlesdroitsdusenfrance(22). Peut-on en conclure qu en l absence d acte passé à l étranger aucun droit de mutation ne serait exigible en France? S il ne fait pas de doute qu il en va ainsi en cas de cessions d actions cotées, la réponse semble moins évidente lorsque la cession porte sur des actions non cotées. Une interprétation littérale du texte de l article 726 modifié par l article 3 de la loi de finances pour 2012 conduirait à cette conclusion. Mais il n est pas évident qu elle soit retenue par le juge de l impôt. En effet, les cessions d actions de sociétés non cotées établies en France sont de longue date soumises aux droits d enregistrement même en l absence d acte. Les droits d enregistrement ont donc dans cette hypothèse la nature d un droit de mutation exigible du seul fait du transfert de propriété des titres. Peu importe qu un acte constate cette cession. Dès lors, la cession d actions de sociétés non cotées entre deux personnes non établies en France, même si elle n est pas constatée par un acte dressé à l étranger, devrait à notre avis entraîner l exigibilité des droits d enregistrement Cession de titres entre sociétés membres d un groupe fiscal. L article 3 de la loi de finances pour 2012 a introduit une disposition codifiée à l article 726 du Code général des impôts aux termes de laquelle les acquisitions d actions et de parts sociales (23) sont exonérées de droits d enregistrement lorsque la société cédante est membre du même groupe fiscal que la société qui les acquiert. Il nous semble que c est à la date à laquelle se produit en principe le fait générateur de la perception des droits, c est-à-dire à la date de la cession, que doit être appréciée la condition permettant de bénéficier de l exonération. En conséquence, c est à la date de l acquisition que devrait à notre avis être examinée l appartenance des sociétés cédante et cessionnaire au même groupe fiscal. Il parait dès lors possible d en conclure que la sortie (20) La question se pose de savoir comment l existence de cet acte sera portée à la connaissance de l administration fiscale (V. JOAN CR 14 déc. 2011, 1 re séance, art. 3 bis E). (21) Dans l hypothèse où le montant des droits d enregistrement payés à l étranger serait supérieur au montant des droits d enregistrement exigibles en France, aucun droit d enregistrement ne sera effectivement acquitté en France ; l excédent éventuel ne sera pas en revanche remboursable. (22) Les droits doivent avoir été acquittés à l étranger dans le cadre d une formalité obligatoire d enregistrement. (23) Ne sont pas concernées par cette mesure les cessions de titres de sociétés à prépondérance immobilière. 11

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2007/12/50 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2007/81 NOTE COMMUNE N 37/2007 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015)

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) À l issue du Conseil des Ministres du 8 avril dernier, le Gouvernement

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 26 DU 23 FEVRIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-2-10 INSTRUCTION DU 12 FEVRIER 2010 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). RACHAT DE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-6-01 N 69 du 10 AVRIL 2001 5 F.P. / 37 E 4211 INSTRUCTION DU 30 MARS 2001 BENEFICES AGRICOLES. LIQUIDATION ET MODALITES D IMPOSITION. DEDUCTION

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005

RESUME NOTE COMMUNE N 19 / 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 19 / 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 37 et 38 de la loi de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses

CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE. Questions / Réponses CREDIT D IMPOT SUR LES INTERETS D EMPRUNT SUPPORTES A RAISON DE L ACQUISITION OU DE LA CONSTRUCTION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE Questions / Réponses Qui peut bénéficier du crédit d impôt? Faut-il remplir

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

14 Détermination de votre résultat fiscal 2013

14 Détermination de votre résultat fiscal 2013 S 14 Détermination de votre résultat fiscal 2013 Quatre nouveaux retraitements extra-comptables MC 862-3 (A CREER), 886-6, 2203, 2220-2 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN,Expert-comptable et

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006

GROUPE DE TRAVAIL SUR UNE ASSIETTE COMMUNE CONSOLIDÉE POUR L IMPÔT DES SOCIÉTÉS (GT ACCIS) Dividendes. Réunion prévue pour le 12 septembre 2006 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, 28 juillet 2006 Taxud E1, RP

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0010/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GENERALE DES IMPOTS 5 C-3-07 N 69 du 14 MAI 2007 IMPOT SUR LE REVENU. ABROGATION DU DISPOSITIF DE DEDUCTION DU REVENU NET GLOBAL DES PERTES SUR TITRES DE SOCIETES

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-11-01 N 132 du 23 JUILLET 2001 5 F.P. E 2321 INSTRUCTION DU 12 JUILLET 2001 BENEFICES AGRICOLES. REGIMES REELS D IMPOSITION. OBLIGATIONS COMPTABLES.

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013

Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/08//31 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/22 Note commune n 22 / 2013 Objet : Répartition des charges

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

2. En ce qui concerne les dotations au fond d intéressement du personnel

2. En ce qui concerne les dotations au fond d intéressement du personnel BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2012/09/39 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2012/25 NOTE COMMUNE N 25/ 2012 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 R E S U M E BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2004/02/09 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2004/22 NOTE COMMUNE N 18/2004 OBJET: Aménagement du taux des intérêts

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Le Directeur général REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail -- Abidjan, le 05 janvier 2011 N 0033/MEF/DGI-DLCD NOTE DE

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 17/2006

NOTE COMMUNE N 17/2006 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 17/2006 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 23 à 25 de la loi n

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

Investir en immobilier à la Réunion dans le cadre du Dispositif GIRARDIN (art.217 Undecies du CGI) Et payer moins d impôt sur les sociétés

Investir en immobilier à la Réunion dans le cadre du Dispositif GIRARDIN (art.217 Undecies du CGI) Et payer moins d impôt sur les sociétés Investir en immobilier à la Réunion dans le cadre du Dispositif GIRARDIN (art.217 Undecies du CGI) Et payer moins d impôt sur les sociétés 2 Comment effectuer un investissement immobilier à la Réunion

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Document non contractuel. Modèle Contrat de cautionnement

Document non contractuel. Modèle Contrat de cautionnement Modèle Contrat de cautionnement de Dénomination sociale [à compléter], forme [à compléter] au capital de [à compléter], dont le siège social est situé à [à compléter], immatriculée au Registre du Commerce

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

MAPPP/12-14 02/10/2012. Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP

MAPPP/12-14 02/10/2012. Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP MAPPP/12-14 02/10/2012 Modalités de mise en œuvre du cofinancement public d un CP L article 14 de la loi n 2009-179 du 17 fév.2009 dispose que : «/. Le contrat de partenariat est un contrat administratif

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DES AVANTAGES FINANCIERS SANS PRÉCÉDENTS! DISPOSITIF GIRARDIN I.S

LE SAVIEZ-VOUS? DES AVANTAGES FINANCIERS SANS PRÉCÉDENTS! DISPOSITIF GIRARDIN I.S LE SAVIEZ-VOUS? DES AVANTAGES FINANCIERS SANS PRÉCÉDENTS! DISPOSITIF GIRARDIN I.S Déduire le montant de l investissement immobilier TTC sur le résultat net imposable et reporter le déficit éventuel sur

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH)

Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) Aspects juridiques et fiscaux du prêt conclu entre une maison mère française et sa filiale allemande (GmbH) 1. Particularités du prêt d associé 2 2. Règles de sous-capitalisation 2 a) Règles actuelles

Plus en détail

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA

NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA NOTE D INFORMATION FISCALE Nouvelles obligations en matière de contrôle fiscal Rappels TVA Décembre 2013 1. Le contrôle fiscal informatisé Pour les contrôles fiscaux dont l'avis de vérification sera adressé

Plus en détail