l application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique"

Transcription

1 Banque du canada Revue du système financier Juin L application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique Kartik Anand, Guillaume Bédard-Pagé et Virginie Traclet Les tests de résistance constituent un outil important pour évaluer les risques qui pèsent sur le système financier. Les modèles sur lesquels reposent ces tests sont en train d évoluer de manière à intégrer des éléments plus réalistes. La crise financière de a montré que, outre le risque de solvabilité, le risque de liquidité et les effets de débordement peuvent être à l origine de pertes pour les banques en période de tensions. La Banque du Canada a mis au point un modèle novateur utilisé dans le cadre des tests de résistance bancaire le Cadre d évaluation des risques macrofinanciers ou CERM qui prend en compte les divers types de risque (solvabilité, liquidité et effets de débordement) auxquels sont exposés les établissements bancaires. Nous appliquons le CERM au scénario de crise utilisé dans le cadre du Programme d évaluation du secteur financier canadien de 2013, mené sous l égide du Fonds monétaire international. Nous montrons que le niveau de fonds propres agrégés des banques canadiennes est réduit de 20 % lorsque les risques de liquidité et de débordement s ajoutent au risque de solvabilité. Néanmoins, les résultats démontrent à nouveau la solidité globale du système bancaire canadien. Introduction Depuis quelques années, les autorités du secteur financier et les institutions financières de par le monde ont de plus en plus recours aux tests de résistance pour examiner les risques qui pèsent sur le système financier. Ces tests permettent de mesurer l incidence de divers risques auxquels sont exposées les institutions financières et de mettre en lumière leurs canaux de transmission potentiels. Si la plupart des modèles mis au point dans le cadre des tests de résistance sont centrés sur le risque de solvabilité (c est-à-dire le risque de pertes attribuables à l incapacité des emprunteurs de rembourser leurs prêts ou de s acquitter de leurs obligations contractuelles), la crise financière de a montré que l incidence du risque de liquidité et les effets de débordement associés aux liens d interdépendance entre les établissements bancaires peuvent aussi être considérables en période de tensions. Le Cadre d évaluation des risques macrofinanciers, un modèle novateur élaboré par la Banque du Canada pour effectuer les tests de résistance, rend compte de manière réaliste des divers risques qui planent sur les banques : risque de solvabilité, risque de liquidité et effets de débordement au sein du réseau. En 2013, le Canada a participé à une analyse complète et approfondie menée par le Fonds monétaire international (FMI) au titre du Programme d évaluation du secteur financier (PESF); cette analyse comportait notamment un test de résistance permettant de mesurer la résilience des institutions financières en cas de très fortes tensions macrofinancières 1. Le scénario utilisé dans le cadre du PESF examinait la matérialisation de deux risques majeurs pour le système financier canadien, lesquels ont été mis en lumière dans des livraisons antérieures de la Revue du système financier, à savoir, d une part, les fragilités des banques et des emprunteurs souverains de la zone euro et, d autre part, les déséquilibres de la situation financière des ménages et du marché du logement. Plusieurs méthodes et modèles, dont le CERM, ont servi à estimer les répercussions de ces risques sur le système bancaire canadien. Dans l ensemble, les résultats confirment la solidité globale des établissements bancaires canadiens, et le FMI est d avis que les banques du pays seraient en mesure de gérer le déficit de fonds propres résultant de la matérialisation de ces risques. Les résultats obtenus à l aide du CERM indiquent que lorsqu on prend en compte l incidence du risque de liquidité et les effets de débordement en plus du risque 1 Les conclusions du PESF de 2013 pour le Canada sont exposées dans le document du FMI (2014).

2 70 L application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique Banque du canada Revue du système financier Juin 2014 de solvabilité, le niveau de fonds propres global des banques subit une diminution additionnelle de 20 % 2. Cette constatation fait ressortir l importance d une approche globale en matière de tests de résistance. En outre, elle incite la Banque du Canada à perfectionner le CERM afin de mieux comprendre les effets potentiels d un scénario de crise aiguë sur le système bancaire canadien. Dans le reste de cet article, nous procédons comme suit. Nous définissons tout d abord les tests de résistance et expliquons leur utilité pour évaluer les risques. Nous décrivons ensuite le CERM, puis nous présentons les résultats obtenus avec ce modèle dans le cadre du PESF de Nous concluons en proposant des pistes de recherche pour l avenir. Les tests de résistance : définition, usages et composantes Les tests de résistance sont des instruments dont se servent les banques pour gérer les risques en interne et qui permettent aux autorités de mesurer les effets que des chocs négatifs graves mais plausibles pourraient avoir sur le niveau de fonds propres des établissements bancaires (Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, 2009). Ces tests sont menés en faisant abstraction des mesures correctives que prendraient normalement les banques si de tels chocs venaient à se matérialiser par exemple mobiliser des fonds propres supplémentaires ou mettre en œuvre des mesures de réduction des coûts 3. En ce sens, les tests de résistance servent à évaluer des événements extrêmes. Il existe deux grandes méthodes pour mener les tests de résistance : l approche ascendante, selon laquelle chaque banque utilise ses modèles internes, et l approche descendante, qui prévoit l application par les autorités réglementaires de leurs propres modèles. La première méthode a pour principal avantage de mieux éclairer les facteurs particuliers qui expliquent les résultats de chaque banque, puisque les modèles internes rendent compte des caractéristiques propres à chacune. À l inverse, le grand avantage de la méthode descendante tient au fait qu en appliquant le même modèle à différentes institutions, les autorités peuvent comparer 2 Selon le FMI, le CERM se situe «à l avant-garde des tests de résistance axés sur l évaluation du risque systémique» (traduction). Voir FMI (2014), p Les mesures à prendre en réaction aux tensions financières sont prévues dans les plans de redressement que les institutions financières d importance systémique sont tenues de préparer dans le cadre du programme de réformes réglementaires du G20. Au Canada, les six grandes banques ont été désignées banques d importance systémique nationale par le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) et elles doivent, à ce titre, concevoir des plans de redressement et de résolution. À partir de 2016, ces institutions devront détenir un supplément d actions ordinaires de 1 % (c est-à-dire respecter un ratio de fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires de 8 %). Voir BSIF (2013a). les résultats et, ainsi, avoir un aperçu de la vulnérabilité respective de chaque banque aux mêmes chocs. Cependant, les deux méthodes présentent aussi des lacunes. Par exemple, les liens interbancaires peuvent être plus insuffisamment pris en compte dans les tests effectués à l interne par les banques, tandis que les modèles des autorités fournissent moins de précisions sur les caractéristiques de chaque établissement. Le Tableau 1 résume les avantages et les limites de diverses méthodes utilisées pour les tests de résistance. Les autorités de par le monde ont de plus en plus recours aux tests de résistance, mais pas de la même façon. Dans certains pays, on s intéresse surtout aux résultats des tests auxquels procède chaque banque prise individuellement. Par exemple : Aux États-Unis, la Réserve fédérale évalue les plans des grandes banques relativement aux distributions prélevées sur les fonds propres et n approuve que les plans des institutions qui prouvent qu elles disposent de ressources financières suffisantes pour résister en cas de fortes tensions 4. En Europe, les autorités ont effectué des tests de résistance pour mesurer la résilience des différentes banques européennes et évaluer leurs besoins en matière de recapitalisation en période de tensions. Avant d assumer son rôle de surveillance, en novembre 2014, la Banque centrale européenne procédera à un test de résistance dans le cadre d une évaluation complète visant à restaurer la confiance des investisseurs dans le secteur bancaire européen, et en publiera les résultats. Dans d autres pays, par exemple la Suède et la Norvège, les autorités se servent de tests de résistance pour mieux comprendre les effets d événements macroéconomiques défavorables sur le secteur bancaire (Sveriges Riksbank, 2012; Norges Bank, 2013). Au Canada, ces tests font partie de la gamme d outils utilisés pour évaluer les risques qui pèsent sur chaque banque en particulier et sur le secteur bancaire en général. Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) considère que les tests de résistance (ou simulations de crise) constituent un outil important que les banques devraient intégrer à leur processus décisionnel pour arrêter leur stratégie commerciale et gérer leurs risques et leurs fonds propres 5. Ainsi, le BSIF examine les programmes mis en place par les institutions de dépôt pour effectuer ces tests dans le cadre de son processus d examen de la surveillance et de son examen du processus interne de l adéquation 4 Par exemple, en 2014, la Réserve fédérale a refusé les plans de cinq des trente banques participantes. On trouvera des précisions à ce sujet à l adresse bcreg/ a.htm. 5 Pour plus de précisions, voir le document du BSIF (2009).

3 Banque du canada Revue du système financier Juin Tableau 1 : Les tests de résistance : comparaison des modèles et des méthodes Approche ascendante Approche descendante Principales caractéristiques Tests effectués par les banques Tests effectués par les autorités CERM : risque de solvabilité, risque de liquidité et Objet du test Risque de solvabilité Risque de solvabilité effets de débordement Avantages Les modèles bancaires rendent compte d une grande quantité de données détaillées sur les portefeuilles Les autorités appliquent le même modèle aux différentes banques, ce qui permet de comparer les résultats et d avoir une idée plus juste de la vulnérabilité respective des différentes institutions à des Le CERM intègre de façon cohérente les sources de risque auxquelles sont exposées les banques. et les expositions des chocs particuliers. banques, et fournissent ainsi Les tests sont menés sur une de l information sur les facteurs particuliers expliquant Les tests sont effectués sur les banques individuellement, mais les résultats peuvent être regroupés ils tiennent compte des inter- seule banque à la fois, mais les résultats des tests. afin de déterminer l effet «type» de scénarios de actions entre les différents crise particuliers sur le secteur bancaire. établissements. Limites Les modèles d affaires et les expositions aux risques varient d une banque à l autre, et les modèles internes utilisés rendent bien compte de ces caractéristiques propres. Les tests ne prennent pas en compte les interactions avec les autres banques en période de tensions, ni les effets de réseau qui peuvent en résulter. Le risque de liquidité n est pas explicitement pris en compte (en dehors des effets de la hausse des coûts de financement en période de tensions). Les tests fournissent moins de renseignements sur les facteurs explicatifs des résultats que les tests qui relèvent de l approche ascendante. Ils font appel à des modèles simples fondés sur les rapports historiques observés entre les principales variables macrofinancières et les indicateurs des banques, ce qui rend plus difficile la prise en compte des caractéristiques propres à chaque institution. Le risque de liquidité n est pas explicitement pris en compte (en dehors des effets de la hausse des coûts de financement en période de tensions). Les liens d interdépendance entre les banques ne sont pas explicitement pris en compte : il est donc impossible d évaluer les effets de débordement. Le modèle peut être utilisé selon la méthode descendante proprement dite ou de façon «hybride» en intégrant au modèle les données de tests ascendants. Le CERM fournit moins de renseignements sur les facteurs explicatifs des résultats que les tests qui relèvent de l approche ascendante. Le modèle nécessite de grandes quantités de données de bilan détaillées. des fonds propres. En outre, en collaboration avec la Banque du Canada, il soumet chaque année les grandes banques canadiennes à un test de résistance afin de déceler les vulnérabilités systémiques qui pourraient apparaître dans des conditions macrofinancières défavorables. Les résultats de cet exercice aident les autorités canadiennes à évaluer le risque qui plane sur l ensemble du système financier 6. Ce test mené conjointement relève de l approche ascendante : en effet, bien que les autorités élaborent le scénario de crise et fournissent des directives détaillées aux institutions bancaires, ces dernières se servent de leurs modèles internes pour calculer l incidence des données du scénario sur leur niveau de fonds propres. Dans un deuxième temps, les autorités analysent et comparent les résultats fournis par chaque banque pour déterminer les effets du scénario de crise sur l ensemble du secteur bancaire, en cherchant plus particulièrement à comprendre les principaux déterminants et les canaux de transmission des chocs. 6 Cet exercice périodique fait suite à une recommandation formulée par le FMI dans le cadre du Programme d évaluation du secteur financier canadien de La plupart des modèles utilisés dans les tests de résistance, qu ils soient ascendants ou descendants, examinent principalement le risque de solvabilité 7. Or, comme l a démontré la crise financière, dans les périodes de tensions, deux autres sources de risque le risque de liquidité et les effets de débordement peuvent se concrétiser et avoir de profondes répercussions sur les banques. Le risque de liquidité se manifeste sous l effet de la conjugaison du risque de liquidité de financement (le risque que les établissements bancaires soient incapables de renouveler leur financement ou d en obtenir de nouveaux) et des conditions de liquidité du marché (les conditions auxquelles les banques peuvent céder en pension ou vendre des actifs sur les marchés financiers pour combler 7 Néanmoins, divers risques de marché (dont le risque de liquidité de financement) qui sont cohérents avec le scénario de crise sont généralement pris en compte de façon indirecte. Par exemple, dans un scénario qui prévoit à la fois une dégradation de la liquidité de financement et une baisse des prix des actifs, le premier obstacle se traduit généralement par une hausse des coûts de financement et des frais d intérêt des banques, tandis que le second entraîne une baisse de la valeur de marché des titres disponibles à la vente. Ces effets influenceraient au bout du compte le niveau de fonds propres des banques.

4 72 L application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique Banque du canada Revue du système financier Juin 2014 leurs besoins de financement). Durant la crise financière, les interactions entre la liquidité de financement et la liquidité du marché ont donné lieu à des spirales de liquidité qui ont été particulièrement néfastes aux institutions détentrices d actifs très peu liquides pour lesquelles le financement de gros revêtait une grande importance (par exemple Northern Rock et Bear Sterns), ce qui a fini par ébranler la stabilité financière mondiale 8. Les effets de débordement au sein du réseau se produisent lorsqu une banque n est pas en mesure de remplir ses obligations envers d autres banques, ce qui entraîne des pertes sur créances pour ses contreparties (par exemple, les banques créancières de Lehman Brothers au moment où celle-ci a fait faillite, en septembre 2008). En plus de prendre en compte l incidence du risque de solvabilité, le CERM intègre celle du risque de liquidité et les effets de débordement dans le réseau 9. Le CERM : description du modèle Le CERM se compose de trois modules distincts, mais interdépendants, qui représentent les différents risques auxquels sont exposées les banques 10. La Figure 1 montre comment ces risques peuvent se matérialiser à un horizon d un an par suite d un événement tel qu un choc macroéconomique grave, et comment leur matérialisation contribue à une diminution globale du niveau de fonds propres des banques. Pour mesurer cette diminution, on calcule le ratio des fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires (ratio CET1) des banques de la manière suivante 11. Tout d abord, les bilans bancaires sont touchés par les pertes sur créances causées par la défaillance d entreprises et de ménages six mois après le début de la première année (la date intermédiaire) et de nouveau à la fin de cette année. Ensuite, si les investisseurs s inquiètent de la solvabilité future de la banque ou de son niveau de liquidité, le risque de liquidité se matérialise à la date intermédiaire, ce qui peut entraîner des pertes additionnelles. Finalement, à la fin de la période, certaines banques peuvent être dans l impossibilité de rembourser leurs créances auprès de leurs homologues à cause des pertes sur prêts et des pertes de liquidité qu elles ont subies, d où les effets de débordement dans le réseau. Le CERM traite chaque banque individuellement, mais il tient compte des interactions entre ces établissements par le truchement des expositions au risque de liquidité et des expositions interbancaires. 8 Voir, entre autres, Brunnermeier (2009) ainsi que Brunnermeier et Pedersen (2009). Le volet liquidité du dispositif de Bâle III a été introduit dans le but de corriger les lacunes dans la gestion du risque de liquidité mises en évidence par la crise financière. Voir Gomes et Wilkins (2013). 9 Plusieurs autres banques centrales (par exemple, la Banque d Angleterre, la Banque centrale européenne et la Banque de Corée) sont aussi à mettre au point, pour les tests de résistance, des modèles qui ne se limitent pas au risque de solvabilité, mais dont la méthodologie est différente. 10 Une description plus détaillée du modèle et de son étalonnage est présentée à l Annexe A. 11 Le ratio CET1 est égal au rapport des actions ordinaires (fonds de la plus haute qualité) au total des actifs pondérés en fonction des risques. Globalement, les trois sources de risque concourent à une baisse du niveau de fonds propres des banques. En décomposant la diminution des ratios CET1 selon les trois types de risque (risque de solvabilité, risque de liquidité et risque de débordement), le CERM permet de mieux comprendre les divers déterminants du risque pour les banques ainsi que les canaux de propagation des chocs. Le module du risque de solvabilité Dans le module du risque de solvabilité, les bilans bancaires sont touchés par des pertes sur créances résultant de l incapacité des emprunteurs non bancaires de rembourser leurs prêts ou de s acquitter de leurs obligations contractuelles lorsqu ils sont soumis à des tensions. Pour chaque banque, nous établissons une distribution des pertes sur créances annuelles prévues qui tient compte des corrélations historiques des défaillances entre les secteurs, ainsi que des pertes en cas de défaut et des expositions en cas de défaut pour les différents secteurs auxquels prêtent les banques 12. Le module du risque de liquidité Dans le CERM, les banques sont exposées au risque de liquidité, soit directement par les décisions de financement de leurs créanciers, soit indirectement par contagion mimétique deux dynamiques qui ont été observées durant la crise financière. Le risque de liquidité peut se matérialiser de façon endogène sous l effet combiné du risque de solvabilité et du profil de liquidité de l institution bancaire (qui indique si celle-ci compte dans une large mesure sur un financement instable ou détient un faible stock d actifs liquides). Une fois que les pertes sur créances se sont concrétisées à la date intermédiaire, soit six mois après le début de l année (Figure 1), les créanciers de chaque banque doivent décider s ils renouvelleront ou non leur financement. Cette décision repose sur deux éléments : 1) les appréhensions des créanciers quant à la solvabilité future de la banque (qui dépend de la gravité des pertes subies à la fin de l année et du niveau de fonds propres initial de l institution) et 2) le profil de liquidité de la banque. Les créanciers évaluent la solvabilité d une institution bancaire en fonction d un certain seuil (en règle générale, un seuil prudentiel) 13. Pour ce faire, ils comparent la valeur des actifs liquides et illiquides de la banque avec celle des passifs susceptibles de faire l objet d un rappel à la date 12 Ces secteurs comprennent les ménages (prêts hypothécaires à l habitation non assurés, lignes de crédit garanties par l avoir propre foncier et prêts à la consommation), les entreprises (crédits accordés aux secteurs de la fabrication, de la construction, de l hébergement, de l immobilier commercial, de l agriculture, du commerce de gros, ainsi qu aux institutions financières et aux petites entreprises) et les administrations publiques. 13 Dans le cadre du PESF, nous avons présumé que les créanciers ont des appréhensions à propos de la solvabilité d une banque lorsque son ratio CET1 anticipé tombe sous le seuil de 7 % fixé par le BSIF. Il est important de noter qu un ratio inférieur à 7 % n est pas synonyme de défaillance : selon les règles de Bâle III, le seuil établi pour le ratio CET1 est de 4,5 %.

5 Banque du canada Revue du système financier Juin Figure 1 : Le CERM, une analyse modulaire du risque systémique Scénario de crise Début de l année (t 0 ) Date intermédiaire : 6 mois (t 1 ) Fin de l année (t 2 ) Ratio CET1 0 Risque de solvabilité Risque de solvabilité Risque de liquidité Effets de débordement dans le réseau Ratio CET1 1 Total des pertes Nota : Ratio CET1 = ratio des fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires Ratio CET1 2 intermédiaire. Si la valeur combinée des actifs liquides et illiquides est supérieure à celle de l encours des passifs qui risquent d être rappelés, les créanciers estiment que la banque dispose de plus de liquidités qu il n en faut pour répondre aux demandes de tous ses créanciers, et ils renouvelleront leur financement. Dans le cas contraire, il existe une probabilité réelle de rappel massif, et cette probabilité est déterminée par le résultat d un jeu de coordination 14. Lorsque le risque de liquidité se matérialise, les banques subissent des pertes additionnelles 15. Le risque de liquidité peut aussi se concrétiser sous l effet de la contagion mimétique : les créanciers rappellent massivement les prêts consentis à une institution bancaire dont le bilan est solide après avoir vu le ratio CET1 d une ou de plusieurs autres banques tomber au-dessous de 7 % 16. Dans de telles circonstances, les créanciers d une institution bancaire révisent leurs opinions sur les conditions de liquidité du marché. Il se peut qu ils 14 Le jeu de coordination présente une situation dans laquelle les agents réalisent des gains lorsqu ils choisissent la même action; cependant, ils prennent leurs décisions de façon indépendante et sans savoir avec certitude quelles seront les actions choisies par les autres agents. Dans ce jeu, les créanciers comparent le rendement qu ils peuvent espérer en rappelant leurs prêts à celui qu ils tireraient de la reconduction de leurs créances. Pour un créancier, le rendement espéré de la reconduction des prêts dépend de la proportion dans laquelle les autres créanciers renouvelleront également leurs prêts. Par contre, si le créancier décide de ne pas reconduire les prêts, il obtiendra un rendement fixe (en investissant plutôt dans un actif sans risque). 15 Pour les besoins du PESF, ces pertes ont été étalonnées à 2,25 % du total des actifs pondérés en fonction des risques. 16 La contagion mimétique est une innovation récente apportée au CERM. Grâce à elle, le modèle peut mieux rendre compte d un important mécanisme de transmission observé durant la crise. Pour de plus amples précisions, voir Anand, Gauthier et Souissi (2014). adoptent alors une attitude pessimiste, qui les amène à envisager d une façon moins positive le profil de liquidité de la banque dont ils sont créditeurs et qui influence leur décision de renouveler ou non le financement accordé. Si cette vague de pessimisme prend de l ampleur, elle peut se traduire par un désengagement massif comme celui observé durant la crise financière. Le CERM se distingue des autres modèles utilisés dans les tests de résistance en ceci qu il est le seul à prendre en compte la matérialisation endogène du risque de liquidité résultant des interactions entre le risque de solvabilité, le risque de liquidité de financement et le risque de liquidité du marché. Les effets de débordement au sein du réseau Par suite de la réalisation de pertes sur créances et de pertes découlant du risque de liquidité, certains établissements seront incapables de respecter toutes leurs obligations financières à l égard des autres banques. Pour les besoins du modèle, nous considérons que les expositions interbancaires sont subordonnées aux autres créances, c est-à-dire que les banques rembourseront tout d abord leurs autres emprunts avant d honorer leurs obligations interbancaires Aux fins de la compensation dans le réseau interbancaire, le CERM utilise l algorithme d Eisenberg et Noe (2001), selon lequel les banques remboursent à leurs homologues un montant qui correspond à une fraction du montant emprunté initialement, ce qui cause des pertes sur créances aux contreparties.

6 74 L application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique Banque du canada Revue du système financier Juin 2014 Tableau 2 : Principales variables macroéconomiques du scénario de crise utilisé dans le cadre du PESF Variables macroéconomiques PESF de 2013 Récession de Récession des années 1990 Récession des années 1980 Recul du PIB réel (du sommet au creux, en pourcentage) -5,9-4,2-3,4-5,1 Durée de la récession (nombre de trimestres consécutifs de croissance négative) Hausse maximale du taux de chômage (en points de pourcentage) 5,9 2,4 4,1 5,8 Correction des prix de l immobilier (du sommet au creux, en pourcentage) -33,0-7,6-10,1-4,2 Application du CERM dans le cadre du PESF de 2013 Le scénario de crise du PESF Le scénario de crise utilisé dans le cadre du PESF de 2013 intègre la matérialisation des principaux risques mis en lumière dans la Revue du système financier, qui peuvent provenir de deux sources, soit, d une part, les fragilités des banques et des emprunteurs souverains de la zone euro et, de l autre, les déséquilibres de la situation financière des ménages et du marché du logement au Canada 18. Le scénario couvrait une période de cinq ans allant de 2013 à Le scénario débute par un défaut désordonné survenant dans un pays périphérique de la zone euro, qui déclenche une récession économique grave et persistante et une recrudescence de la crise bancaire dans la zone euro. Il s ensuit une perte généralisée d appétit pour le risque au sein du système financier mondial et des perturbations majeures sur les marchés mondiaux du financement bancaire, ce qui entraîne un fléchissement sensible la confiance, des effets de richesse négatifs notables ainsi qu un affaiblissement de l économie mondiale. L économie canadienne fait face à des vents contraires sur le plan financier et doit composer avec un important choc négatif de la demande étrangère, une chute des prix des produits de base et une incertitude grandissante. Cette situation a des effets néfastes sur la confiance et la richesse qui touchent aussi bien les entreprises que les ménages, provoquant au bout du compte un repli marqué de la demande intérieure. Par ailleurs, les investissements des entreprises et les dépenses de consommation connaissent une nette régression. Les ménages canadiens étant aux prises avec des chocs de richesse négatifs, un durcissement des conditions de prêt, une détérioration des perspectives d emploi et un surcroît d incertitude, ils resserrent considérablement leurs dépenses de consommation et d investissement résidentiel. C est ainsi que les prix des maisons reculent 18 Il convient de souligner que ce scénario a été formulé au début de 2013 en fonction du niveau des risques observé à ce moment-là. Les risques ont diminué depuis. de façon marquée. Le Canada connaît par conséquent une récession grave et persistante 19. Comme le montre le Tableau 2, la récession prévue dans le scénario du PESF est beaucoup plus sévère que celles qu a connues le Canada dans les trente dernières années. Résultats du test de résistance Vue d ensemble Dans le cadre du PESF, l incidence du scénario de crise sur les banques canadiennes a été évaluée au moyen de quatre méthodes : 1) un test de résistance au risque de solvabilité exécuté par les six grandes banques canadiennes (approche ascendante); 2) un test de résistance au risque de solvabilité exécuté par le BSIF (approche descendante); 3) un test de résistance au risque de solvabilité exécuté par le FMI (approche descendante); et 4) un test effectué à l aide du CERM, modèle utilisé de façon «hybride» pour compléter le test de résistance selon l approche ascendante et ainsi prendre en compte l incidence du risque de liquidité et des effets de débordement 20, 21. Dans aucune des quatre simulations les banques ne pouvaient appliquer de mesure de gestion corrective, sauf en ce qui a trait au volant de conservation établi aux termes de Bâle III, qui impose des restrictions concernant les distributions prélevées sur les fonds propres suivant la valeur du ratio CET1 22, 23. Le Graphique 1 illustre l évolution du ratio CET1 agrégé des six grandes banques prises ensemble durant la période visée par le scénario selon chacune des méthodes utilisées. Le test effectué selon l approche ascendante et les tests effectués par le BSIF et le FMI 19 Dans ce scénario, la banque centrale n injecte pas de liquidités sur le marché et n applique aucune mesure exceptionnelle de relance monétaire. 20 Pour en savoir davantage sur les caractéristiques des différents modèles et prendre connaissance des résultats détaillés, voir le document du FMI (2014). 21 Dans la pratique, l utilisation du CERM comme modèle hybride permettant d enrichir le test de résistance effectué selon l approche ascendante implique que l on se sert des résultats fournis par les banques comme données d entrée pour le CERM. 22 Voir le rapport de Chouinard et Paulin dans la présente livraison, pages Le CERM n a servi que pour la deuxième et la troisième année de l horizon étudié parce que ce sont les années du scénario pendant lesquelles la croissance réelle est la plus faible, et la conjoncture des marchés financiers, la plus défavorable.

7 Banque du canada Revue du système financier Juin ec le ques e) SIF résisnte) e résisante) t de s (apds sures et Graphique 1 : Résultats du test de résistance mené dans le cadre du Programme d évaluation du secteur financier du FMI Ratio CET1 global des six grandes banques Test de résistance des six grandes banques (approche ascendante) Test de résistance du BSIF (approche descendante) Cible de ratio CET1 du BSIF (inclut le supplément de 1 % exigé des banques d importance systémique nationale) Cible de ratio CET1 du BSIF Reprise Période visée par le scénario de crise Test de résistance du FMI (approche descendante) CERM Nota : Ratio CET1 = ratio des fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires Sources : Banque du Canada, Fonds monétaire international, Bureau du surintendant des institutions financières et grandes banques selon l approche descendante rendent compte de l incidence du risque de solvabilité, mais leurs résultats présentent quelques divergences qui tiennent principalement aux caractéristiques des différents modèles employés. D une manière générale, dans le scénario considéré, la matérialisation du risque de solvabilité provoque une baisse de 170 à 250 points de base du ratio CET1 de l ensemble des banques, qui au départ était de 8,33 %. Il s agit certes d une forte diminution, mais qui n a rien d étonnant compte tenu du caractère très pessimiste du scénario et du fait que l exercice exclut l application de mesures de gestion correctives. Par ailleurs, malgré le caractère aigu du scénario utilisé dans le cadre du PESF de 2013 pour le Canada, les banques canadiennes demeurent nettement capables de générer des fonds propres, ce qui cadre avec leur expérience passée en période de tensions. Comme il est indiqué dans le rapport du FMI, ce dernier juge que les banques seraient en mesure de combler le déficit de fonds propres résultant des conditions du scénario de crise, ce qui confirme la résilience globale du système bancaire canadien. La valeur ajoutée par le CERM La différence entre les résultats obtenus selon l approche ascendante et ceux obtenus au moyen du CERM s explique par l incidence différentielle du risque de % 9,0 8,5 8,0 7,5 7,0 6,5 6,0 5,5 5,0 4,5 liquidité et des effets de débordement. De fait, ces deux types de risque provoquent une baisse de 40 points de base du ratio CET1 global, qui s ajoute à l incidence du risque de solvabilité. Cette baisse supplémentaire tient pour 65 % au risque de liquidité et pour 35 % aux effets de débordement 24. Ces résultats font ressortir l importance du risque de liquidité et des effets de débordement en période de tensions : ces deux facteurs font augmenter de près de 20 % les retombées du scénario sur les institutions bancaires. Il est donc essentiel que les autorités tiennent compte de ces facteurs lorsqu elles évaluent l incidence que peut avoir une crise macrofinancière sur le système bancaire. Conclusion Les tests de résistance constituent un élément important de la gamme d outils dont disposent les autorités, notamment la Banque du Canada, pour évaluer les risques qui pèsent sur le système financier. Il faut toutefois souligner que si la formulation des modèles utilisés a beaucoup progressé ces derniers temps, ces tests continuent de présenter des défis du fait que leur objectif porte sur les incidences d événements extrêmes. Dans la plupart des tests, le risque de solvabilité explique pour une large part la diminution des ratios de fonds propres que subissent les banques en période de fortes tensions. Toutefois, comme l a fait ressortir la dernière crise financière, l incidence du risque de liquidité et les effets de débordement dans le réseau peuvent infliger aux banques des pertes additionnelles considérables. Il est donc important d en tenir compte dans l évaluation des risques. À cette fin, la Banque du Canada a mis au point un modèle novateur pour mesurer la résistance des banques, le Cadre d évaluation des risques macrofinanciers, qui intègre les diverses formes de risque auxquelles sont exposés les établissements bancaires : le risque de solvabilité, le risque de liquidité et les effets de débordement. Les recherches se poursuivent pour améliorer le CERM autour de deux axes. Premièrement, on pourrait enrichir le module du risque de liquidité en élaborant un modèle qui établirait un lien entre l évolution des conditions de liquidité du marché et le comportement des banques en période de tensions (par exemple, la décision de vendre des actifs liquides ou illiquides pour combler leurs besoins de financement). Deuxièmement, le CERM devrait incorporer un modèle des actifs pondérés en fonction des risques qui prenne en compte les incidences du risque de liquidité et des effets de débordement, en plus de celles du risque de solvabilité, sur les niveaux de fonds propres des banques. 24 Les effets de réseau ont une incidence limitée parce que les expositions interbancaires des grandes banques sont plutôt modérées compte tenu du recours fréquent au nantissement et aux opérations de couverture.

8 76 L application des tests de résistance au système bancaire canadien : une approche systémique Banque du canada Revue du système financier Juin 2014 annexe a Le Cadre d évaluation des risques macrofinanciers : précisions sur le modèle et l étalonnage dans le cerm, les actifs de chaque banque au début de l année sont répartis entre les actifs illiquides (I ) et les actifs liquides (M ) 1. Les passifs comprennent les emprunts qui peuvent faire l objet d un rappel dans six mois (S ), les autres dettes (L ) et les fonds propres de catégorie 1 sous forme d actions ordinaires (E ) (Figure A-1). dans le modèle, le profil de liquidité d une institution ban- M caire est résumé par le coefficient de liquidité du bilan ( ), Figure A-1 : Bilan bancaire type au début de l année Passifs pouvant faire Actifs illiquides l objet d un rappel I dans 6 mois S Actifs liquides Autres passifs M L Fonds propres E qui est égal au ratio de la somme de la valeur des actifs liquides (M ) et des actifs illiquides (I ) compte tenu de la décote liée aux ventes en catastrophe M ( ) en I période de tensions, à l encours des passifs susceptibles S de faire l objet d un rappel (S ) à la date intermédiaire 2 : M I I S S Étalonnage L utilisation du cerm nécessite une grande quantité de données de bilan bancaire. Pour les besoins du Programme d évaluation de la stabilité financière du fmi, le cerm a été utilisé de façon hybride pour compléter le test de résistance effectué par les banques selon l approche ascendante. en conséquence, les données proviennent principalement du test en mode ascendant et des déclarations réglementaires (Tableau A-1). Les données sur les expositions interbancaires utilisées dans le module des effets de réseau sont tirées d une nouvelle déclaration réglementaire remplie par les grandes banques canadiennes. (suite à la page suivante) 1 On trouvera des précisions techniques sur le modèle dans Gauthier, He et souissi (2010) ainsi que dans anand et Bédard-Pagé (2014). 2 Le terme M représente I les opinions des créanciers concernant la décote que subira la S banque si elle se départit de son portefeuille d actifs non liquides. Tableau A-1 : Données : sources et étalonnage Variables Source Module du risque de solvabilité Exposition en cas de défaut, probabilité de défaut, perte en cas de défaut (par Test de résistance selon l approche ascendante, résultats fournis par les banques secteur économique) Matrice de covariance historique des Modèle interne de la Banque du Canada défauts Bénéfice d exploitation Test de résistance selon l approche ascendante, résultats fournis par les banques Module du risque de Actifs liquides ( ) Données réglementaires liquidité Actifs illiquides ( ) Données réglementaires Décotes pour ventes en catastrophe M ( ) I Exercice d étalonnage de la Banque du Canada fondé sur la connaissance des marchés S Passifs pouvant faire l objet Données réglementaires et exercice d étalonnage de la Banque du d un rappel ( ) Canada fondé sur les normes internationales de liquidité relatives à l inclusion des instruments de financement selon leur degré de stabilité Module des effets de Expositions interbancaires a Données réglementaires débordement dans le réseau Dénominateur du ratio CET1 Actifs pondérés en fonction des risques Tests de résistance selon l approche ascendante, résultats fournis par les banques a. Comprend tous les types d expositions interbancaires, une fois pris en compte les accords de compensation autorisés, les opérations de couverture admissibles et la valeur des sûretés reçues. Pour plus d information, voir le document du BSIF (2013b).

9 Banque du canada Revue du système financier Juin annexe a (suite) L application du cerm nécessite également l étalonnage de certains éléments du modèle, principalement dans le module du risque de liquidité 3. Les paramètres de ce module ont été étalonnés de manière à être généralement conformes aux nouvelles normes de liquidité internationales 4. Les actifs liquides comprennent l encaisse ainsi que les titres d État et les autres titres qui peuvent être remis en nantissement dans 3 Les autorités canadiennes et le fmi se sont entendus sur l étalonnage des paramètres de liquidité. afin de mesurer la sensibilité des résultats à cet étalonnage, on a aussi considéré, dans le cadre du Pesf, un étalonnage deux fois plus exigeant. dans ce cas, les effets du risque de liquidité sont plus prononcés. 4 Les normes de liquidité internationales sont abordées dans Gomes et Wilkins (2013); pour un complément d information sur les normes, voir comité de Bâle sur le contrôle bancaire (2013). le cadre des mécanismes d octroi de liquidités des banques centrales. Les actifs illiquides comprennent les prêts aux secteurs des entreprises et des ménages ainsi que les titres qui ne peuvent être offerts en garantie aux banques centrales, mais qui peuvent être vendus contre espèces sur les marchés secondaires (moyennant d importantes décotes étalonnées en fonction de conditions de liquidité du marché tendues). On détermine les passifs susceptibles de faire l objet d un rappel (S ) en faisant l agrégation des différents instruments de financement et des profils des échéances, en tenant compte de leur degré de stabilité respectif selon leur nature et leur échéance (par exemple, les dépôts des particuliers sont plus stables que le financement de gros). Bibliographie Anand, K., et G. Bédard-Pagé (2014). MFRAF, rapport technique, Banque du Canada. À paraître. Anand, K., C. Gauthier et M. Souissi (2014). Heterogeneous Beliefs and Systemic Risk, document de travail, Banque du Canada. À paraître. Brunnermeier, M. K. (2009). «Deciphering the Liquidity and Credit Crunch », Journal of Economic Perspectives, vol. 23, n o 1, p Brunnermeier, M. K., et L. H. Pedersen (2009). «Market Liquidity and Funding Liquidity», The Review of Financial Studies, vol. 22, n o 6, p Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) (2009). La simulation de crise, ligne directrice n o E-18, décembre. (2013a). Préavis : Importance systémique nationale et niveaux cibles de fonds propres - ID, mars. (2013b). Relevé des expositions interbancaires et des principales autres expositions (EB/ET), novembre (version révisée). Chouinard, E., et G. Paulin (2014). «La mise en œuvre de Bâle III : vers un secteur bancaire plus sûr», Revue du système financier, Banque du Canada, juin, p Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (2009). Principles for Sound Stress-Testing Practices and Supervision, Banque des Règlements Internationaux, mai. (2013). Bâle III : Ratio de liquidité à court terme et outils de suivi du risque de liquidité, Banque des Règlements Internationaux, janvier. Eisenberg, L., et T. H. Noe (2001). «Systemic Risk in Financial Systems», Management Science, vol. 47, n o 2, p Fonds monétaire international (FMI) (2014). Canada: Financial Sector Assessment Program; Stress Testing Technical Note, coll. «Country Reports» n o 14/69. Gauthier, C., Z. He et M. Souissi (2010). Understanding Systemic Risk: The Trade-Offs Between Capital, Short-Term Funding and Liquid Asset Holdings, document de travail n o , Banque du Canada. Gomes, T., et C. Wilkins (2013). «Le point sur les normes de liquidité de Bâle III», Revue du système financier, Banque du Canada, juin, p Norges Bank (2013). Financial Stability Report Sveriges Riksbank (2012). Financial Stability Report 2012:2.

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications concernant les normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 7 : Risque de liquidité Objectif Selon les Principes

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure

Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Avis relatif à la désignation du Mouvement Desjardins à titre d institution financière d importance systémique intérieure Contexte Le présent avis constitue un complément aux diverses lignes directrices

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF)

Le 6 novembre 2014. Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Référence : Ligne directrice pour les SAM Le 6 novembre 2014 Destinataires : Objet : Assureurs hypothécaires fédéraux (AHF) Version définitive de la ligne directrice B-21, Pratiques et procédures de souscription

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LE TCM ASSUREURS DE DOMMAGES À CHARTE DU QUÉBEC Janvier 2010 PRINCIPES CLÉS DE L ORIENTATION FUTURE DU CADRE RÉGLEMENTAIRE CANADIEN DE SUFFISANCE DES CAPITAUX EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Céline Gauthier et Moez Souissi, département de la Stabilité financière

Céline Gauthier et Moez Souissi, département de la Stabilité financière 32 Comprendre le risque systémique au sein du secteur bancaire : le Cadre d évaluation des risques macrofinanciers Céline Gauthier et Moez Souissi, département de la Stabilité financière La récente crise

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Les banques et la stabilité financière

Les banques et la stabilité financière Les banques et la stabilité financière 26e Rendez vous de la Mondialisation : Banques et stabilité financière dans la mondialisation Mercredi 27 juin 2012 Laurent Clerc Directeur de la stabilité financière

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010

Liste de vérification de la politique de gestion du risque de liquidité Onglet 5 2010 Liste de vérification Partie A Exigences législatives en matière de politique sur les liquidités La caisse a t elle établi une politique relative à ses liquidités? Par. 85(1) de la Loi. La politique sur

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques

Bâle II et les exigences de fonds propres applicables aux banques et les exigences de fonds propres applicables aux banques Mark Illing et Graydon Paulin* Au cours des prochaines années, un nouvel accord mondial sur les fonds propres () sera mis en œuvre dans un certain

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource :

Ottawa (Ontario) Le mardi 27 mars 2007 LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI. Personne-ressource : Allocution de Julie Dickson, surintendant intérimaire Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) adressée au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Ottawa (Ontario)

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise.

Une opportunité de diversification et des coupons attrayants en couronne suédoise. Crédit Agricole (A+ / Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. 2 Crédit Agricole CIB est une obligation émise en couronne suédoise (SEK) par Crédit Agricole CIB et vous donne droit à un coupon annuel de brut pendant

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ

BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ BALE III MAITRISER LE RISQUE DE LIQUIDITÉ COMMENT AMELIORER LA LIQUIDITE DE VOS ACTIFS? «Bâle III, dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de liquidité» est paru en

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque.

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque. GESTION DU RISQUE La gestion efficace du risque est essentielle au succès de la Banque et représente l une des cinq priorités stratégiques de la Banque. Par conséquent, la Banque Scotia possède une culture

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail