Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions"

Transcription

1 Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions Le but de cette étude est de recueillir de l information afin d évaluer diverses méthodes possibles de calcul des exigences de capital liées au risque de crédit. L annexe I résume la façon dont le coussin de solvabilité du risque de crédit a été déterminé. L ÉIQ n o 4 sur le risque de crédit est similaire à l ÉIQ n o 3 complété par les assureurs en 2011, à l'exception des modifications suivantes : les valeurs sont basées sur la fin d année 2011 ; des précisions générales ont été apportées, notamment pour le traitement de certains types d obligation et d hypothèques ; le coussin de solvabilité est calculé séparément pour les affaires sans participation et avec participation et est réparti par territoire pour permettre le regroupement des risques et la détermination du crédit pour les polices avec participation et les produits ajustables ; un coussin de solvabilité a été ajouté pour les comptes débiteurs et les créances recouvrables, incluant le risque de contrepartie des réassureurs. Les données requises dans le cadre de cette étude doivent être produites au moyen du fichier Excel ci-joint. En plus de nous fournir l information demandée, nous aimerions recevoir vos commentaires par écrit sur les résultats de l ÉIQ. Une feuille est prévue pour fournir des renseignements supplémentaires et formuler des questions ou des commentaires. Les instructions visent à aider les utilisateurs à faire les calculs et à remplir les chiffriers Excel. Même si les calculs peuvent faire appel à des facteurs différents ou à des calculs plus précis que ceux exigés dans les lignes directrices sur le Montant minimal permanent requis pour le capital et l excédent (MMPRCE) actuellement en vigueur, la plupart des consignes figurant au chapitre 3 de la ligne directrice sur le MMPRCE diffusée en décembre 2011 s appliquent toujours et il faudrait les consulter. Toute l information doit être calculée en date du 31 décembre 2011, à l aide des données de fin d année de L assureur dont l exercice financier prend fin à une autre date doit utiliser ses données de fin d exercice financier. Tous les montants sont en milliers de dollars. Lorsqu un assureur ne peut pas utiliser les données de fin d exercice 2011, il peut utiliser des données plus récentes et utiliser des approximations pour déterminer les valeurs au 31 décembre Cette situation ne serait appropriée que pour des valeurs peu importantes et elle devrait être divulguée dans la feuille «Questions et commentaires». Le coussin de solvabilité du risque de marché pour les produits indexés avec transfert de risque remplace le coussin de solvabilité du risque de crédit sur les actifs qui sont adossés à ces produits. Si la composante de risque liée aux produits indexés avec transfert de risque n'est pas utilisée dans cette ÉIQ (y compris pour les nouveaux fonds d actifs), les composantes du risque de crédit s'appliquent à ces actifs. Page 1

2 Étude d impact quantitative n o 3 risque de crédit Ne remplissez que les zones du chiffrier qui ne sont pas ombragées. Les catégories d actifs sont les mêmes que celles utilisées dans les relevés annuels actuels Vie 1 et 2 et sur le MMPRCE. Les soldes de l'actif devraient concorder avec les relevés Vie 1 et 2 (y compris les montants dus et courus) à l'exception des actifs non inclus dans le calcul du MMPRCE tels que ceux des filiales qui ne sont pas des assureurs de personnes, les titres prêtés, les prises en pension et ceux qui sont adossés aux produits indexés avec transfert de risque qui ont été inclus dans le coussin de solvabilité du risque de marché. Le cas échéant, l'assureur doit décrire la raison pour laquelle les actifs ont été exclus dans la feuille «Questions et commentaires». Les directives sur les notations dans le MMPRCE courant devraient être utilisées, notamment les critères concernant certaines notations d émetteurs lorsque des notations d'émission ne sont pas disponibles. La méthodologie pour les actifs offrant des options (par exemple, les remboursements par anticipation) doit être compatible avec l évaluation selon la méthode canadienne axée sur le bilan (MCAB). Les options intégrées devraient être examinées à la lumière de la date du jour et du prix de marché et la durée correspondant au scénario le plus pessimiste pour l'investisseur devrait être utilisée. Si une telle méthode n'est pas utilisée dans la MCAB, la première date de remboursement par anticipation est une approximation acceptable. Les approximations doivent être décrites dans la feuille «Questions et commentaires». Le coussin de solvabilité est calculé séparément pour les affaires sans participation et avec participation. Les segments des actifs adossés au surplus doivent être inclus dans le regroupement de produits concerné. Les mêmes facteurs sont appliqués aux actifs, peu importe s ils sont adossés au surplus, aux polices sans participation ou aux polices avec participation, étant donné que le crédit pour les polices avec participation et les produits ajustables est calculé globalement pour l'ensemble des risques. Des informations sont demandées pour le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni, l Europe, le Japon et les autres pays selon l'endroit où les affaires et le capital sont situés. Page Sommaire Le sommaire renferme des renseignements sur les coussins de solvabilité pour chacune des composantes du risque de crédit. Ces données proviennent automatiquement de chacune des feuilles de travail. L information sur la façon de calculer ces montants est fournie ci-dessous. Le MMPRCE courant et les provisions pour écarts défavorables (PÉD) globales pour le risque de crédit, séparés pour les affaires sans participation et avec participation, sont inclus dans la page Sommaire du formulaire sommaire général. Les composantes doivent correspondre aux montants déclarés dans votre relevé du MMPRCE du 31 décembre et le rapport de l actuaire désigné (c est-à-dire les PÉD du risque de crédit incluses dans le passif actuariel). 1 Pour les succursales de sociétés étrangères, se reporter aux lignes équivalentes du relevé sur le TDAMR. Dans le cas des sociétés d assurances provinciales, se reporter aux lignes équivalentes du relevé provincial. Page 2

3 Étude d impact quantitative n o 3 risque de crédit Le crédit pour diversification est inclus dans la page Sommaire du formulaire sommaire général puisqu il est calculé globalement pour tous les risques par territoire. Le crédit potentiel est décrit dans les instructions générales. Le crédit pour les polices avec participation et les produits ajustables sera inclus dans la page Sommaire du formulaire sommaire général, car il s applique globalement à tous les risques (risques de marché, de crédit, d assurance et risque opérationnel). Le crédit potentiel est décrit dans les Instructions générales. Les assureurs ne doivent pas non plus oublier d inscrire leur raison sociale au haut de la page résumé. Investissements à court terme Pour calculer le coussin de solvabilité à l égard des placements à court terme, on utilise les mêmes catégories que celles figurant dans le MMPRCE en vigueur et on adopte l approche relativement aux nantissements et garanties qu il faut utiliser dans les formulaires du MMPRCE de 2011 (voir les sections 3.2 et 3.3 de la ligne directrice sur le MMPRCE). Veuillez prendre note que la somme de la colonne «Nantissements et garanties» doit donner zéro. Le total est automatiquement transféré à la page résumé. Obligations publiques Le calcul du coussin de solvabilité pour les obligations publiques est plus détaillé que celui du relevé du MMPRCE actuel. Les personnes responsables de fournir les renseignements doivent regrouper les obligations publiques en fonction de leur échéance effective («échéance») à la date du calcul (31 décembre 2011) ainsi que définie ci-après: 0-1 an - toutes les obligations dont l échéance est de moins d un an 1-2 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins un an, mais de moins de 2 ans 2-3 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins 2 ans, mais de moins de 3 ans 3-4 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins 3 ans, mais de moins de 4 ans 4-5 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins 4 ans, mais de moins de 5 ans 5-7 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins 5 ans, mais de moins de 7 ans 7-10 ans toutes les obligations dont l échéance est d au moins 7 ans, mais de moins de 10 ans 10 ans et plus toutes les obligations dont l échéance est d au moins 10 ans. Pour obtenir des conseils sur le calcul de l échéance des obligations et autres instruments, voir l annexe II pour la description du calcul. Une autre mesure de l échéance peut être utilisée comme approximation si le résultat est plus conservateur que l'échéance effective. La méthodologie pour les actifs sans échéance fixe (par exemple, les obligations de mortalité liées à l'expérience de mortalité) permet l'utilisation d'une mesure plus conservatrice, comme la durée résiduelle maximale (en années) que l'emprunteur est autorisé à prendre pour s'acquitter pleinement de son obligation contractuelle (principal, intérêts et frais) aux termes de l'accord de Page 3

4 Étude d impact quantitative n o 3 risque de crédit prêt. Normalement, cela correspond à l'échéance nominale de l'instrument. Les approximations doivent être décrites dans la feuille «Questions et commentaires». Toutes les obligations négociées sur les marchés publics (sauf certains instruments comptabilisés séparément ainsi qu expliqué ci-après) doivent être prises en compte dans le calcul du coussin de solvabilité. Les obligations provinciales et les obligations municipales garanties par une province doivent être traitées en conformité avec les exigences du MMPRCE actuel. Les obligations douteuses sont incluses dans le poste «Inférieur à B». La plupart du temps, quand une émission d obligations publiques d un émetteur est notée, il sera possible d induire une note pour toutes les obligations non notées en appliquant les règles énoncées à la section de la ligne directrice sur le MMPRCE. Dans les cas où cela n'est pas possible, les facteurs sont une moyenne des facteurs pour les obligations publiques notées BBB et BB en fonction de l échéance appropriée. Les ajustements aux fins de la redistribution relatives aux nantissements et garanties doivent être entrés pour le total des obligations publiques. Les assureurs doivent se reporter aux sections 3.2 et 3.3 de la ligne directrice sur le MMPRCE de décembre 2011 concernant les ajustements relatifs aux nantissements et garanties. Pour cette ÉIQ, le plancher de 0,25 % est remplacé par l utilisation minimale des facteurs AAA. La somme des redistributions des nantissements et garanties doit correspondre à zéro. Obligations privées, contrats de location et autres prêts Le coussin de solvabilité lié aux obligations et autres prêts qui ne sont pas négociés sur les marchés publics doit être calculé séparément du coussin de solvabilité pour les obligations négociées sur les marchés publics. Les instruments de créance dont il faut tenir compte dans ce calcul ne se limitent pas aux obligations et débentures qui ne sont pas négociés sur les marchés publics; ils comprennent également les contrats de location et les instruments de prêt / créance inclus dans les autres prêts et actifs investis (ligne distincte dans les relevés Vie 1 et 2). Les obligations non publiques, les contrats de location et les autres prêts doivent être regroupés en fonction de l échéance et de la note attribuée sur l émission selon les mêmes critères que ceux déjà établis pour les obligations publiques. Dans la plupart des cas, quand une émission d obligations publiques d un émetteur est notée, il est possible d induire une note pour toutes les obligations non notées en appliquant les règles énoncées à la section de la ligne directrice sur le MMPRCE. Dans les cas où cela n'est pas possible, les facteurs sont une moyenne des facteurs pour les obligations publiques notées BBB et BB en fonction de l échéance appropriée. Toutes les obligations et tous les contrats de location et prêts à l égard desquels il est impossible d induire une note doivent être inscrits à la ligne intitulée «Tout autre placement privé et obligation». Les ajustements aux fins de la redistribution relatives aux nantissements et garanties doivent être entrés pour le total des obligations privées. Les assureurs doivent se reporter aux sections 3.2 et 3.3 de la ligne directrice sur le MMPRCE de décembre 2011 concernant les ajustements relatifs aux nantissements et garanties. Pour cette ÉIQ, le plancher de 0,25 % est remplacé par Page 4

5 Étude d impact quantitative n o 3 risque de crédit l utilisation minimale des facteurs AAA. La somme des redistributions des nantissements et garanties doit correspondre à zéro. Les instructions du MMPRCE actuel sont utilisées pour les avances sur police. Les avances sur police admissibles se voient attribuer un facteur de 0 % et les avances non admissibles sont traitées comme des obligations notées B avec une échéance de 0-1 an. Titres adossés À l exemple de la ligne directrice sur le MMPRCE, le coussin de solvabilité lié aux titres adossés à des actifs est calculé séparément puisque ces titres sont traités comme une catégorie d actif distincte. Dans le cas des règles particulières concernant le classement des titres adossés à des actifs, les auteurs sont priés de consulter la Section 3.4 de la ligne directrice sur le MMPRCE (diffusée en décembre 2011), la ligne directrice B-5 et le préavis diffusé en octobre Il faut regrouper les titres adossés à des actifs en fonction de l échéance et de la note attribuée sur l émission selon les mêmes critères que ceux déjà établis pour les obligations publiques et privées. Les facteurs pour les obligations publiques sont utilisés pour les émissions notées et la moyenne des facteurs pour les notes BBB et BB doit être utilisée pour les émissions non notées. Hypothèques Le classement des prêts hypothécaires repose sur le MMPRCE actuel, auquel on a ajouté des catégories supplémentaires de prêts hypothécaires. Les prêts hypothécaires doivent être regroupés selon leur échéance résiduelle. Lorsque cela n'est pas expressément traité, le classement doit être conforme aux exigences du MMPRCE actuel. Les prêts hypothécaires garantis par la SCHL bénéficient d'une garantie fournie par le gouvernement du Canada et sont donc éligibles pour un facteur de 0 %. Les marges de crédit sur valeur domiciliaire (MCVD) admissibles doivent utiliser les facteurs pour les prêts hypothécaires résidentiels et les MCVD non admissibles doivent utiliser les facteurs pour les prêts hypothécaires commerciaux - autre. L ajustement pour les nantissements et garanties est appliqué sous forme d une redistribution des prêts hypothécaires aux catégories en fonction de la note externe des contreparties pertinentes, de manière semblable aux obligations publiques et privées. Il convient de se reporter aux sections 3.2 et 3.3 de la ligne directrice sur le MMPRCE de décembre Pour cette ÉIQ, le plancher de 0,25 % est remplacé par l utilisation minimale des facteurs AAA. La somme des redistributions doit correspondre à zéro. Pour le poste «Prêts en défaut et restructurés» dans la feuille «Hypothèques», le coussin calculé remplace le montant qui serait autrement applicable à un actif performant. Il doit être appliqué au lieu, non en plus, du montant qui est requis pour l actif avant qu'il ne devienne douteux ou ne soit restructuré. Actions privilégiées Page 5

6 Étude d impact quantitative n o 3 risque de crédit Le classement des actions privilégiées est le même que pour le MMPRCE existant qui comprend les instruments financiers de catégorie 1 (titres de fiducie admissibles à titre d instrument novateur de catégorie 1 dans la société qui a émis l'instrument). Comptes débiteurs et créances recouvrables risque de contrepartie Cette catégorie est nouvelle dans l ÉIQ n 4. Le calcul du coussin de solvabilité pour les autres actifs et les éléments divers est basé sur la ligne directrice actuelle du MMPRCE, mais avec des modifications mineures. Les comptes débiteurs doivent être déclarés selon la durée de la période pendant laquelle ils ont été dus (soit moins de 60 jours et 60 jours ou plus). Une approximation peut être utilisée si la répartition entre les moins de 60 jours et les 60 jours ou plus n'est pas possible. Les approximations doivent être décrites dans la feuille «Questions et commentaires». En outre, les créances recouvrables en vertu d ententes réputées constituer de la réassurance agréée (c est-à-dire des passifs de police cédés) a été ajouté comme un nouvel élément. Plus de détails sur cet élément peut être trouvé dans l'annexe I. Exigences hors bilan Les montants provenant du MMPRCE 2011 sont saisis dans la page Exigences hors bilan pour calculer le coussin de solvabilité de ces postes. Les assureurs doivent inscrire 100 % des exigences de capital dans la feuille appropriée, car celle-ci fait l ajustement au niveau cible (125 %). Dans le calcul du coussin de solvabilité, le montant de capital requis pour les affaires avec participation admissibles selon le MMPRCE actuel doit être déclaré comme si ces affaires étaient sans participation en doublant les facteurs. Questions et commentaires Un espace est prévu pour fournir des commentaires portant sur plusieurs sujets. Les assureurs doivent répondre aux questions précises et sont invités à fournir des observations supplémentaires dans la feuille «Questions et commentaires». Page 6

7 Annexe I Risque de crédit Coussin de solvabilité La façon dont le coussin de solvabilité pour le risque de crédit a été déterminé est résumée dans la présente annexe. Investissements à court terme L approche (décrite ci-après) appliquée pour les obligations publiques n a pas produit des facteurs aux durées courtes bien différents des facteurs actuels du MMPRCE et ainsi, les facteurs existants ont été retenus. Obligations publiques Le coussin de solvabilité pour les obligations publiques repose sur les facteurs figurant ci-après établis en fonction de la note et de l échéance: Tableau des facteurs AAA 0,25 % 0,25 % 0,50 % 0,50 % 1,00 % 1,05 % 1,18 % 1,25 % AA 0,25 % 0,50 % 0,75 % 1,00 % 1,25 % 1,35 % 1,60 % 1,75 % A 0,75 % 1,00 % 1,50 % 1,75 % 2,00 % 2,20 % 2,70 % 3,00 % BBB 1,50 % 2,75 % 3,25 % 3,75 % 4,00 % 4,15 % 4,53 % 4,75 % BB 3,75 % 6,00 % 7,25 % 7,75 % 8,00 % 8,00 % 8,00 % 8,00 % B 7,50 % 10,00 % 10,50 % 10,50 % 10,50 % 10,50 % 10,50 % 10,50 % Autres 15,50 % 18,00 % 18,00 % 18,00 % 18,00 % 18,00 % 18,00 % 18,00 % Facteurs établis selon une approche fondation de Bâle modifiée Ces facteurs ont été établis à partir de l approche NI fondation de Bâle. Dans le cadre de Bâle, voici la formule appliquée pour une obligation à un an : Exigence de fonds propres (K) = PCD N [(1 - R)^- 0,5 G -1 (PD) + (R / (1 - R))^0,5 G -1 (0,999)] - PD PCD Un montant est ensuite ajouté à l exigence de base si l échéance de l obligation est de plus d un an. Les données historiques globales sur les défaillances d obligations fournies par les agences de notation ont été utilisées pour établir les probabilités de défaut (PD). Les pertes en cas de défaut (PCD) ont été fixées à un taux constant de 45 %, ce qui est conforme à l approche fondation de Bâle. Page 7

8 Exigences en capital aux fins de l étude d impact quantitative sur le risque de crédit Annexe I Par souci de cohérence avec l approche adoptée pour le coussin de solvabilité des assureurs de personnes canadiens, un intervalle de confiance de 99,5 % a été utilisé au lieu de l intervalle de 99,9 % utilisé dans la formule NI fondation de Bâle. Ce pourcentage correspond à peu près à l espérance conditionnelle unilatérale de 99 %, ECU (99), sur un horizon d un an utilisée pour les autres risques. Dans le cadre de l approche fondation de Bâle, l ajustement d échéance se limite aux échéances de moins de cinq ans. Un ajustement d échéance modifié en fonction de la durée plus longue des obligations détenues par les assureurs de personnes a été utilisé, puisque les obligations du portefeuille des obligations des assureurs de personnes canadiens ont principalement des échéances variant entre cinq et trente ans. L ajustement d échéance de Bâle a recours à des droites de régression adaptées aux résultats du gestionnaire de portefeuille KMV TM fondés sur les données de S&P concernant les défauts entre 1981 et Cependant, les résultats des formules d évaluation KMV TM ont été appliqués directement de concert avec les données de S&P à jour sur les défauts entre 1981 et Les facteurs sont plus élevés pour les obligations de plus longue durée car elles sont plus vulnérables à la détérioration de la qualité de crédit au cours du temps. Le nouveau facteur reflète bien que la dimension temporelle est un élément important du risque de crédit ainsi que l'expérience historique. Le même facteur de corrélation (R) que dans le cadre de l approche de Bâle II a été utilisé. Les corrélations pourraient être revues davantage dans une ÉIQ ultérieure. Vérification du caractère raisonnable des résultats à l aide d une autre approche Il y a eu vérification du caractère raisonnable des résultats à l aide d une autre approche. Cette méthode reposait sur les données canadiennes empiriques concernant les défaillances des obligations, les déclassements, les pertes en cas de défaut et les pertes en cas de déclassement. Sur un horizon d un an, les éventuelles pertes en cas de déclassement et les pertes pour défaut ont été calculées avec un degré de confiance élevé à l égard de chaque catégorie de la fourchette d échéances et de notes des obligations. Cette autre méthode a donné des résultats semblables à ceux de l approche modifiée de Bâle II. L approche de Solvabilité II n a pas été retenue Une autre approche est celle de l initiative européenne Solvabilité II qui prévoit une fluctuation de l écart des taux du marché en raison de l élargissement de l écart ou d une décote sur un horizon d un an. Cette approche pourrait très bien fonctionner en ce qui a trait aux obligations négociés sur les marchés publics, mais elle ne serait pas conforme à celle adoptée pour d autres prêts dont le marché n est pas liquide. Obligations de placements privés Il y a peu de preuves empiriques sur la probabilité de pertes et les pertes en cas de défaut des obligations canadiennes de placements privés. Les études de la Society of Actuaries sur les Page 8

9 Exigences en capital aux fins de l étude d impact quantitative sur le risque de crédit Annexe I obligations nord-américaines de placements privés laissent entendre que les pertes de celles-ci sont semblables à celles des obligations publiques ayant la même note de crédit. Titres adossés L approche appliquée aux obligations privées est aussi appliquée aux titres adossés à des actifs. Prêts hypothécaires commerciaux C est un fait reconnu qu il importe d harmoniser les exigences de capital du risque de crédit et des autres risques des assureurs de personnes et les normes de fonds propres des banques. C est aussi un fait reconnu que les prêts consentis par les assureurs de personnes sont assujettis à des normes de souscription différentes et qu ils ont tendance à être à plus long terme que ceux émis par les banques. La méthode privilégiée pour les prêts hypothécaires commerciaux est la même que celle appliquée pour les obligations publiques, soit une variante de l approche fondation de Bâle. Les données historiques crédibles sont toutefois insuffisantes pour être en mesure d adopter cette approche. La preuve qui était disponible, bien que non valide sur le plan statistique, laisse entendre que les prêts hypothécaires commerciaux sont à long terme (jusqu à 10 ans) et n affichent pratiquement pas de défauts. Or, pendant une récession et un ralentissement du secteur immobilier, les défauts et les pertes en cas de défaut ont été significatifs sur une période de trois à quatre ans. D après les preuves recueillies pendant le ralentissement du secteur immobilier de 1990, ces pertes pourraient être de l ordre de 6 % de la valeur du portefeuille. Par conséquent, un facteur de 6 % a été appliqué à tous les prêts hypothécaires commerciaux. Ceci est aussi conforme avec les données historiques et un choc basé sur une ECU (99) pendant un an. Cette nouvelle exigence serait plus élevée que le facteur actuel de 4 % aux termes du MMPRCE, mais moins élevé que le facteur standard de 8 % aux termes de Bâle II. Des facteurs variant selon le rapport prêt / valeur ont été envisagés, puisqu ils permettent peutêtre mieux de prévoir les pertes pour défauts des prêts hypothécaires commerciaux. Or, les données crédibles étaient insuffisantes pour adopter cette approche. Prêts hypothécaires uni-résidentiels Les prêts hypothécaires uni-résidentiels forment une catégorie d actifs relativement limitée pour les assureurs de personnes et ainsi, les facteurs actuels du MMPRCE ont été retenus. En outre, certaines données historiques en provenance de l industrie et un choc basé sur une ECU (99) pendant un an semblent indiquer des chiffres conformes aux facteurs courants. Page 9

10 Exigences en capital aux fins de l étude d impact quantitative sur le risque de crédit Annexe I Actions privilégiées L'approche adoptée pour les actions privilégiées est de veiller à la cohérence entre les facteurs pour les obligations, les actions ordinaires et les actions privilégiées. Provisions C1 dans les passifs des polices pour les actifs à revenu fixe Dans l étude de la provision globale établie pour insuffisance de l actif par les assureurs de personnes, il importe de prendre en compte la provision pour défauts intégrée aux provisions techniques la provision pour le risque C1. Il s agit d une provision pour les pertes prévues qui se traduit par une réduction en points de base du taux d actualisation effectif utilisé pour évaluer les passifs. Les provisions C1 sont généralement reflétées dans le passif de meilleure estimation par l'utilisation d'un taux d'actualisation effectif plus faible. Les PÉD C1 couvrent les pertes inattendues et sont maintenus en plus de la provision C1. Pour l ÉIQ, la provision C1 est incluse implicitement dans les exigences de l'actif total en utilisant un taux d'actualisation basé sur les obligations de société notées A dans le calcul du passif de meilleure estimation. Par exemple, si un assureur détient des obligations de société notées B, l utilisation d un taux d'actualisation basé sur les obligations de société notées A reflète implicitement l exigence du risque de défaut. Comptes débiteurs et créances recouvrables risque de contrepartie Un facteur de 0,7 % est appliqué aux comptes débiteurs des assureurs assujettis à la réglementation fédérale et des réassureurs provinciaux agréés afin de refléter l'existence d'un risque de non-recouvrement des comptes débiteurs. Un facteur de 5 % est appliqué aux comptes débiteurs, autres que ceux des assureurs assujettis à la réglementation fédérale et des réassureurs provinciaux agréés, dus depuis moins de 60 jours, tandis que le facteur de 10 % sera maintenu pour les comptes débiteurs dus depuis 60 jours ou plus. Ceci reflète mieux que le recouvrement est plus difficile au cours du temps. Créances recouvrables de réassurance agréée: Un facteur de 2,5 % est appliqué à l exposition au risque en vertu d ententes réputées constituer de la réassurance agréée (c est-à-dire des passifs de police cédés) pour tenir compte du fait qu'il y a un risque de non-recouvrement. Le BSIF reconnaît les nantissements donnés en garantie par les réassureurs sous réserve des exigences décrites aux sections 3.2 (Nantissement) et 3.3 (Garanties et dérivés de crédit) du MMPRCE. Ainsi, la méthode de substitution s'appliquera de telle sorte que l exigence de contrepartie de réassurance (basée sur 2,5 %) sera remplacée par une exigence de crédit basé sur la notation de la garantie (l exigence ne serait pas augmentée si l'exigence de la garantie est plus élevée). La partie non garantie des actifs de réassurance sera toujours soumise à l'exigence de capital de 2,5 %. Les ententes de coassurance modifiée et de coassurance avec fonds retenus sont respectivement garanties par les actifs dues au réassureur et les fonds retenus. Ainsi, l assureur cédant peut réduire son exposition par les montants dus au réassureur ou les montants de fonds retenus. L exigence de contrepartie de 2,5 % sera appliquée à l'exposition nette de l assureur cédant. L assureur cédant doit satisfaire aux conditions requises pour la reconnaissance de la Page 10

11 Exigences en capital aux fins de l étude d impact quantitative sur le risque de crédit Annexe I compensation dans la section 6.2 (Actif requis). L'exposition de l assureur cédant est égale à la somme de l'actif de réassurance et de l'exigence de capital des affaires cédées. La méthode de substitution s applique encore puisque l assureur cédant est soumis à une exigence de risque C-1 sur la garantie qu'il détient (c'est-à-dire les actifs de coassurance modifiés ou les actifs de fonds retenus). Selon le MMPRCE actuel, l exposition au risque en vertu d ententes réputées constituer de la réassurance agréée ne sont pas soumises à une exigence de capital. Les facteurs pour les autres éléments divers (primes à recouvrer, soldes débiteurs de l agent, mobilier et accessoires, frais payées d'avance, actifs d'impôts différé et actifs incorporels non déduits des capitaux propres) ont été majorés à 10 % pour refléter le fait que les coussins de solvabilité sont calculés au niveau cible plutôt qu au niveau minimum. Page 11

12 Annexe II Risque de crédit Description de l échéance effective Pour un instrument dont l échéance des flux de trésorerie est déterminée, l'échéance effective est définie ainsi : L'échéance effective (M) = t t * FT t / FT t où FT t indique les flux de trésorerie (principal, intérêts et frais) que doit contractuellement payer l'emprunteur à la période t. Si un assureur n'est pas en mesure de calculer l'échéance effective des paiements contractuels comme noté ci-dessus, il est permis d'utiliser une mesure plus conservatrice, comme la durée résiduelle maximale (en années) que l'emprunteur est autorisé à prendre pour s'acquitter pleinement de son obligation contractuelle (principal, intérêts et frais) aux termes de l'accord de prêt. Normalement, cela correspond à l échéance nominale de l'instrument. Pour les dérivés soumis à un accord cadre de compensation, l'échéance moyenne pondérée des transactions devrait être utilisée lors de l'application de l'ajustement d'échéance explicite. De plus, le montant notionnel de chaque transaction doit être utilisé pour pondérer l'échéance. Les assureurs doivent regrouper toutes les expositions des entités associées (tel que défini dans la ligne directrice B-2) au sein de chaque notation avant de calculer l échéance pour les expositions. Page 12

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE DE CRÉDIT INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE DE CRÉDIT INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE DE CRÉDIT INSTRUCTIONS Table des matières Introduction... 2 Page Sommaire... 3 Investissements à court terme... 4 Obligations publiques... 4 Obligations privées,

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 3 RISQUE D ASSURANCE INSTRUCTIONS (VERSION 2) 1 Introduction Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQ n o 3), qui a pour but

Plus en détail

Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions

Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions Étude d impact quantitative N O 4 Risque d assurance - Instructions Introduction Le but de cette étude est de recueillir de l information afin d évaluer diverses méthodes possibles de calcul des exigences

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 INSTRUCTIONS GÉNÉRALES

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 INSTRUCTIONS GÉNÉRALES ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 INSTRUCTIONS GÉNÉRALES Table des matières Introduction... 2 Vue d ensemble du cahier Excel Sommaire... 3 Approche d agrégation et crédit pour la diversification... 4 Crédit

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD

Table des matières CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD CADRE DE CAPITAL DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE-VIE APPROCHE STANDARD Table des matières Introduction... 2 Processus... 2 Approche et méthodologie... 3 Notions de base... 3 Approche fondée sur l actif total

Plus en détail

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères

Exposé-sondage. Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs, sous-section 2340 Devises étrangères Conseil des normes actuarielles Mai 2009 Document 209046 This document

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES

LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR LES EXIGENCES EN MATIÈRE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCES DE DOMMAGES Révisée Juin 2012 Table des matières Table des matières... 1 Chapitre 1. Introduction et instructions

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

COMPAGNIES D ASSURANCE FUNÉRAIRE

COMPAGNIES D ASSURANCE FUNÉRAIRE COMPAGNIES D ASSURANCE FUNÉRAIRE GUIDE POUR LA PRÉPARATION ET LA PRÉSENTATION DE L ÉTAT ANNUEL ET INTERMÉDIAIRE (FORMULAIRE QUÉBEC S-20) ET DU RAPPORT DE L ACTUAIRE (Révisé décembre 2014) Table des matières

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat

États financiers consolidés intermédiaires résumés. Comptes consolidés de résultat États financiers consolidés intermédiaires résumés Comptes consolidés de résultat (non audité) trimestres clos les 30 juin semestres clos les 30 juin (en milliers de dollars canadiens, sauf les nombres

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Instruction n o 2011-I-06 relative au ratio de couverture des sociétés de crédit foncier et des sociétés de financement de l habitat L Autorité de contrôle prudentiel, Vu

Plus en détail

Foire aux questions * au sujet du Relevé des normes de fonds propres de Bâle (RNFPB)

Foire aux questions * au sujet du Relevé des normes de fonds propres de Bâle (RNFPB) Foire aux questions * au sujet du Relevé des normes de fonds propres de Bâle (RNFPB) 255, rue Albert Ottawa, Canada K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca Introduction Le présent document a pour objet d offrir une

Plus en détail

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 er octobre 2015 Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 Table des matières 1. Objet de la politique 2. Objectifs

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement

Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement Fondation des Clubs Garçons et Filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placemen nt Fondation des Clubs garçons et filles du Canada Politiques et objectifs en matière de placement Table des

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard

Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec. Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Québec, le 7 janvier 2015 Aux actuaires des assureurs de personnes à charte du Québec Objet : Révision du Cadre de capital des sociétés d assurance-vie Approche standard Madame, Monsieur, Le Groupe consultatif

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements.

Activité auxiliaire Activité réputée appuyer ou assurer la prestation d un service pour faciliter les opérations d assurance ou les placements. SECTION III Généralités Des définitions sont ajoutées aux instructions afin d aider l assureur/la société à produire ses relevés. Ces définitions ne constituent pas une liste exhaustive des termes utilisés

Plus en détail

Hypothèses de placement utilisées dans l évaluation du passif des contrats d assurance de personnes

Hypothèses de placement utilisées dans l évaluation du passif des contrats d assurance de personnes Note éducative Hypothèses de placement utilisées dans l évaluation du passif des contrats d assurance de personnes Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Septembre 2014 Document

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques

Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario Août 2004 Directive sur le test du capital minimal à l intention des sociétés d assurances multirisques Directive

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

GUIDE DE PRODUCTION DU SOMMAIRE DES RENSEIGNEMENTS ACTUARIELS

GUIDE DE PRODUCTION DU SOMMAIRE DES RENSEIGNEMENTS ACTUARIELS GUIDE DE PRODUCTION DU SOMMAIRE DES RENSEIGNEMENTS ACTUARIELS Généralités Le présent guide s adresse aux administrateurs de régimes de retraite assujettis à la Loi de 1985 sur les normes de prestation

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé

Rapport des auditeurs indépendants. Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Parlons chiffres États financiers Exercice clos le 31 mars Rapport des auditeurs indépendants Aux membres du conseil d administration de l Institut canadien d information sur la santé Nous avons effectué

Plus en détail

SECTION VI. Tous les renvois à des pages font référence aux pages du relevé P&C-2.

SECTION VI. Tous les renvois à des pages font référence aux pages du relevé P&C-2. SECTION VI Les instructions détaillées visent à aider l assureur à mieux saisir les exigences en matière de divulgation; les renseignements ne sont pas fournis pour chacune des pages ou sections du relevé

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché. Comité mixte BSIF, AMF et Assuris.

Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de marché. Comité mixte BSIF, AMF et Assuris. Approche standard pour le calcul du coussin de solvabilité lié au risque de Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Novembre 2008 PROJET POUR CONSULTATION TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Approche du risque

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie)

Divulgation des sources de bénéfices (sociétés d assurance-vie) Ligne directrice Objet : Catégorie : (sociétés d assurance-vie) Comptabilité N o : D-9 Version initiale : décembre 2004 Révision : juillet 2010 La présente ligne directrice s adresse aux sociétés d assurance-vie

Plus en détail

ÉTAT ANNUEL À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

ÉTAT ANNUEL À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Société de fiducie Société d épargne NEQ 052 Numéro d entreprise du Québec : 054 À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Pour l exercice du : 058 (AAAAMMJJ) au : 059 (AAAAMMJJ) Autres provinces ou territoires

Plus en détail

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque.

GESTION DU RISQUE RAPPORT DE GESTION GESTION DU RISQUE. La gestion efficace du risque repose sur une gouvernance efficace du risque. GESTION DU RISQUE La gestion efficace du risque est essentielle au succès de la Banque et représente l une des cinq priorités stratégiques de la Banque. Par conséquent, la Banque Scotia possède une culture

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013

FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013 FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013 2012-2013 États financiers de l exercice terminé le 31 mars 2013 TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE LA DIRECTION... 3 RAPPORT

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES. DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012

COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES. DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012 COMPAGNIE DE FIDUCIE PEOPLES DIVULGATION PUBLIQUE (TROISIÈME PILIER) Au 31 décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES Politique de divulgation... 1 Emplacement et vérification... 1 Contexte... 1 Énoncé de la propension

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

SOCIÉTÉ SANTÉ EN FRANÇAIS INC. ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015

SOCIÉTÉ SANTÉ EN FRANÇAIS INC. ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 ÉTATS FINANCIERS 31 MARS 2015 TABLE DES MATIÈRES PAGE Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers État des résultats et de l'évolution de l'actif net 3 État de la situation financière 4 État des

Plus en détail

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013 États financiers consolidés Pour l exercice 2013 COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT (en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action) Pour les exercices clos les 31 décembre 2013 2012 Produits

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Ligne directrice. Titrisation de l actif. Catégorie: Limites et restrictions prudentielles. 1. Introduction

Ligne directrice. Titrisation de l actif. Catégorie: Limites et restrictions prudentielles. 1. Introduction Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street 255, rue Albert Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca Ligne directrice Objet: Titrisation

Plus en détail

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives

Régime de capital des sociétés de portefeuille d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Ligne directrice Objet : d assurances et des sociétés d assurance-vie inactives Catégorie : Capital N o : A-2 Date : Juillet 2005 Introduction La présente ligne directrice décrit le régime de capital applicable

Plus en détail

Politique de gestion de la trésorerie

Politique de gestion de la trésorerie Politique de gestion de la trésorerie Mise à jour : Le 13 février 2009 HEC Montréal Politique de gestion de la trésorerie Table des matières 1. Portée... 1 2. Principes... 1 3. Placements.... 1 4. Financement.......

Plus en détail

Ligne directrice sur la suffisance du capital

Ligne directrice sur la suffisance du capital 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Finances et placements Examen juin 2014 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN SE COMPOSE DE SEPT (7) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 56 POINTS ET DE SEPT (7) QUESTIONS À CHOIX MULTIPLES

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire

Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre. Sommaire Avis sur les règles Avis d approbation/de mise en œuvre Règles des courtiers membres Personne-ressource : Answerd Ramcharan Chef de l information financière Politique de réglementation des membres 416

Plus en détail

3000 RÉGIMES DE RETRAITE

3000 RÉGIMES DE RETRAITE 3000 RÉGIMES DE RETRAITE Page 3001 TABLE DES MATIÈRES 3100 PORTÉE... 3003 3200 AVIS SUR LE NIVEAU DE PROVISIONNEMENT OU LE PROVISIONNEMENT D UN RÉGIME DE RETRAITE... 3004 3210 Généralités... 3004 3220

Plus en détail

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street 255, rue Albert Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire

Normes de capital provisoires des sociétés d assurance hypothécaire Préavis Objet : des sociétés d assurance hypothécaire Catégorie : Capital Date : 1 er janvier 2015 I. Introduction Le présent préavis énonce les normes de capital réglementaire auxquelles doivent souscrire

Plus en détail

Réponses du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal

Réponses du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal s du BSIF aux points soulevés lors de la consultation sectorielle sur la version à l étude de la ligne directrice Test du capital minimal de 2015 La période de consultation a pris fin le 15 mars 2014 Commentaire

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés

ÉtatS 2FinanCieRS consolidés 2 États financiers consolidés États financiers consolidés Responsabilité de la direction à l égard des états financiers consolidés de la SADC Le 10 juin 2015 La direction répond des états financiers consolidés

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC Février 2011 volume 7 DEUXIÈME ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS AUTORITE DES MARCHES

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

Déclarations et rapports exigés en cas de cessation d un régime de retraite à prestations déterminées

Déclarations et rapports exigés en cas de cessation d un régime de retraite à prestations déterminées Guide d instruction Objet : d un régime de retraite à prestations déterminées Date : Introduction Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) a diffusé le présent guide d instruction

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Marges pour écarts défavorables

Marges pour écarts défavorables Note éducative Marges pour écarts défavorables Commission des rapports financiers des compagnies d assurance-vie Novembre 2006 Document 206132 This document is available in English 2006 Institut canadien

Plus en détail

SECTION VI. Toute mention de «section» renvoie à un passage des présentes instructions.

SECTION VI. Toute mention de «section» renvoie à un passage des présentes instructions. SECTION VI Les instructions détaillées aideront les sociétés d assureurs-vie et de secours mutuels (SAV et SSM) à comprendre les exigences en matière de production; elles ne traitent pas de chaque page

Plus en détail

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Révisé en janvier 2011 Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement

Plus en détail

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Principales méthodes comptables Description des Activités La Financière

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail