Obligations réglementaires pour le Directeur d Etablissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Obligations réglementaires pour le Directeur d Etablissement"

Transcription

1 Obligations réglementaires pour le Directeur d Etablissement Le 24 avril 2014 Intervenants : Jean-Christophe CHERRIER Jean-Pierre BOSC Sommaire Présentation de Bureau Veritas Quelles sont les principales formations et vérifications périodiques à mettre en œuvre? Le point sur les formations, vérifications initiales et périodiques à mettre en œuvre (électricité, incendie, pression, levage, ascenseurs,...) Les enjeux et les responsabilités associés Comment optimiser la gestion de vos vérifications réglementaires? Gérer vos périodicités de contrôle et suivre les actions correctives Dématérialisation des rapports

2 1 Présentation de Bureau Veritas Nos 8 métiers A travers nos 8 métiers, nous vérifions la conformité et améliorons les performances de nos clients dans les domaines de la Qualité, la Sécurité, l Hygiène-Santé, l Environnement et la Responsabilité Sociale

3 Bureau Veritas, un réseau international *Chiffres BUREAU VERITAS FRANCE

4 Agence Midi-Pyrénées Languedoc Roussillon Montpellier 7 ORGANIGRAMME REGION MPY/LRO 2014 Pascale HASTOY Responsable Cellule Commerciale Région MPY LRO Arnaud POINCLOUX Jean-Pierre BOSC Responsable Commercial Grands Comptes POLE IVS Jérôme ALIOTTI Philippe BOULARD BTS Toulouse et agglomération toulousaine POLE BTS Midi-Pyrénées Serge de MALET IVS Montpellier IVS Nîmes IVS Roussillon IVS Toulouse et Agglo IVS+ MPY LRO IVS Hors Toulouse IVS Nord Midi-Pyrénées IVS Chantiers RSO Contrats nationaux MPYLRO Formation MPYLRO Marc OLIVIER CSP Midi-Pyrénées Laurent PEREZ BTS Dép (arr. Béziers) CSP Dép Christophe CLOAREC BTS Dép (hors arr. Béziers) Alain DRILLON CSP Dép BTS MPY Hors Toulouse + Dép. 48 Christian CALMELS MDR HSE & Perf HSE MPY - LRO Sébastien MARQUIE GEP Midi Pyrénées Jean-Michel DUPOUY GEP Languedoc Roussillon

5 Organigramme 2014 POLE IVS Jérôme ALIOTTI Pascal PINSON IVS Montpellier Vincent RIQUIER IVS Nîmes Marcel HUCKE IVS - Roussillon Franco RUBICONE IVS Toulouse et Agglo IVS+ MPY LRO Jérôme DELRIEU IVS Chantiers IVS Hors Toulouse Jean-Christophe CHERRIER IVS Nord Midi-Pyrénées Jérôme ALIOTTI Contrats Nationaux MPY LRO Formation 9 1 Quelles sont les principales formations et vérifications périodiques à mettre en œuvre? 5 51

6 Objectifs des vérifications et formations Vérifications à la mise en service Valider la conformité des équipements et des installations dans leur environnement d utilisation Vérifications périodiques Vérifier le maintien en l état de conformité des équipements et des installations Détecter : Les défauts, défectuosités, dysfonctionnements pouvant dégrader les conditions de santé - sécurité Usure / vieillissement des matériels, équipements Formations Connaissance des risques Prévention des mauvaises utilisations 11 Responsabilités du chef d établissement Le chef d établissement prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs (L du code du travail) : Prévention des risques professionnels Formation et information Mise en place d une organisation et de moyens adaptés Le chef d'établissement a l'obligation de maintenir en état ses locaux, équipements de travail et installations. Art. R du code du travail Les installations et dispositifs techniques et de sécurité des lieux de travail doivent être entretenus et vérifiés suivant une périodicité appropriée. Toute défectuosité susceptible d affecter la sécurité et la santé des travailleurs doit être éliminée le plus rapidement possible. La périodicité des contrôles et les interventions sont consignées dans un dossier qui est, le cas échéant, annexé au dossier de maintenance

7 Les rapports Vérifications & contrôles en application d une réglementation ICPE / ERP / Code du travail Rapports initiaux / Certificats de conformité à conserver durant toute la vie de l installation Rapports périodiques à conserver : les deux derniers rapports et minimum 5 ans Envoi des résultats à l inspection ICPE si précisé dans l arrêté préfectoral Traçabilité assurée par la tenue à jour d un REGISTRE 13 Le registre de sécurité Tenue à disposition de l administration d un ou plusieurs registre de sécurité Inspecteur ICPE (DREAL, STIIIC) Inspecteur du travail et agents des CARSAT Commission de sécurité date, type de contrôle, nom de l organisme et personne ayant effectué le contrôle avec signature Transmission des rapports de contrôle au CHSCT

8 Vos enjeux Gérer vos responsabilités pénales et civiles S assurer de la conformité, de la sécurité et de la fiabilité des équipements Protéger vos salariés et vos biens 15 1 Zoom sur quelques formations et vérifications 8 51

9 Les formations réglementaires Risque électrique Habilitation électrique (Décret n du 22 septembre 2010 ; Cdt Art R et Art R ) Obligation formations suivant la nouvelle norme (au 1 er juillet 2014) Incendie Amiante Entraînement à la lutte contre le feu et évacuation sur le site de l entreprise (CdT Art R => Art R ) Formation SSIAP (ERP/IGH) Modalités de formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante (A. 23/02/2012) Personnel exposé au risque amiante sur interventions ou activités sur des matériaux ou appareils susceptibles de libérer des fibres d amiantes ( personnel exécutant ou encadrement) (CdT. R ) offre de Formation Amiante de Bureau Veritas Personnel exposé au risque amiante lors d activités de confinement et de retrait de l amiante (CdT. R ) Formations non délivrées par Bureau Veritas Levage - Manutention Echafaudages Mise en œuvre et maintenance des équipements de travail-machine (CdT art R ) Autorisation de conduite (CdT art R ; R ; R ) Conduite des appareils de levage (CACES ) (CdT art R ; R ; R ) Monter, démonter, modifier un échafaudage (CdT R et R ) 17 Les formations réglementaires Equipements sous pression Opérateurs d autoclaves (A.15/03/00) Surveillance des installations de production de vapeur (A.15/03/00) Formation annuelle du personnel à la sécurité (A.30/07/00) Machines dangereuses Réglementation des équipements de travail Sécurité des opérateurs et des mainteneurs à la conduite et l entretien des équipements de travail (Cdt. R à R et R ) Rayonnements ionisants Ambiance de travail Personne compétente en radioprotection (CdT R à R ) Personnes intervenantes sur les tours aéroréfrigérantes (A. 13/12/2004) Légionellose : prévention et gestion des risques de contamination ATEX Personne intervenant en zone ATEX (CdT. R ; A. 08 /07/2003 ; D. 24 /12/2002) Secourisme Personne volontaire à la fonction de Sauveteur Secouriste du Travail (CdT. R et R ) TMD Obligation de formation du personnel

10 Cas des installations électriques De même pour tous les équipements et installations techniques, il y a une validation à la conception, une vérification à la mise en service puis des visites périodiques en exploitation Installations électriques Types de vérifications Textes applicables Conception/ Réalisation Contrôle de construction Spinetta (code de la construction Ministère de l intérieur) + Décret Obligations du maître d ouvrage Mise sous tension Vérification avant mise sous tension (Consuel) Décret du 14/12/72 (ministère de l industrie) BATIMENT Mise en exploitation Vérification Initiale Exploitation Vérification périodique annuelle et Quadriennale Etablissement soumis au Code du travail : Décret et Arrêté du 26/12/11 Etablissement recevant du public (ERP) : 1 er catégorie AR 25/06/80 2ème catégorie AR 22/06/90 Immeuble de Grande Hauteur : Arrêté du 30/12/11 Responsables Maître d œuvre ou d ouvrage Installateur ou futur exploitant Chef d établissement 19 Installations électriques (Arrêté du 26/12/2011, EL 19, GH 5) Mise en service ou modifications de structures Vérification initiale Vérification périodique de toutes les installations 1 an Continuité de la mise à la terre ; mesure d'isolement en BT, essais des dispositifs de protection... Disposition pouvant être demandé par les assureurs (certificat Q18) Ces vérifications ne peuvent être réalisées que par un Organisme accrédité Cofrac (AR 21/12/11 et AR 22/12/11)

11 Thermographie (APSAD D19) La mission a pour objet de déceler les températures anormales entre composants électriques similaires susceptibles d entraîner des incidents (dégradation du matériel, court-circuit, début d incendie, déclenchements intempestifs) et de proposer des actions correctives. Vérification des installations électriques par thermographie infrarouge 1 à 3 ans Disposition pouvant être rendue obligatoire par les assureurs (certificat D19) Mission devant être réalisée par du personnel qualifié APSAD (formation CNPP) Ces vérifications ne peuvent être réalisées que par du personnel qualifié APSAD (formation CNPP) 21 Installation de protection contre la foudre en fonction de la nature de l exploitation ICPE Arrêté du 15/01/2008 Installations existantes et neuves Analyse Risque Foudre (ARF) Dans un délais de 6 mois suivant la mise en service Vérification Complète (VC) 1 an Vérification Visuelle (VV) en alternance avec une vérification Complète (VC)

12 Installation de protection contre la foudre en fonction de la nature de l établissement (ERP EL 19; GH 5) Mise en service ou modifications de structures Vérification initiale 1 an Dispositifs de protection contre la foudre des ERP (ICPE) 2 ans Dispositifs de protection contre la foudre des IGH 23 Une gamme de services pour le bien-être et la santé au travail Les prestations de la gamme de services Peoplecare répondent à l ensemble de vos besoins d analyse et de maitrise de l exposition de vos salariés ou agents aux risques professionnels: Assistance à la réalisation du Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels Evaluation des risques chimiques Evaluation des risques psychosociaux Assistance au diagnostic et à la prévention de la pénibilité au travail Etudes, assistance et diagnostics ergonomiques Mesures d exposition individuelle au bruit, vibrations et rayonnements Stratégie et mesure d expositions aux agents chimiques dangereux Formations sur l ensemble des risques concernés Bureau Veritas est habilité IPRP (Intervenant en Prévention des Risques Professionnels) By BUREAU VERITAS

13 Une gamme de services pour le bien-être et la santé au travail Les prestations de la gamme de services Peoplecare sont indépendantes: elles peuvent être réalisées séparément, à votre rythme. Elles sont cependant toute compatibles et consolidables dans le Document Unique d Evaluation des Risques Professionnels selon la méthode proposée par Bureau Veritas. By BUREAU VERITAS 25 Maîtrise de l environnement sonore Qu est ce que c est? La maitrise des niveaux sonores au poste de travail est une problématique des entreprises. Le contexte et la réglementation évoluent et les impacts sur la santé sont importants La mission BV Evaluation, Prévention et Réduction de l exposition des salariés aux nuisances sonores Identification des sources de bruit Mesures de bruit et des vibrations sur site Analyse de la puissance acoustique des équipements Préconisation d éventuelles mesures préventives et correctives Mise en conformité Formations réglementaires Nos avantages Un savoir faire, des moyens de mesure et de calcul acoustique Des compétences et des experts pouvant répondre aux besoins des clients locaux et nationaux d une manière homogène Qui est concerné? Bâtiments Tertiaire ERP Etablissements de santé Infrastructures de transport Entreprises Industrielles Responsable HSE Responsable de site

14 Moyens de protection EPI Arrêté 19/03/1993 Points d ancrage et lignes de vie Harnais antichute Appareils respiratoires isolants Stocks de cartouches filtrantes anti-gaz Gilet de sauvetage gonflable 1 an Vérification générale périodique 27 Appareils de levage Cdt à 28 - arrêté du 01/03/04 A la mise en service et à la remise en service Examen d'adéquation (existence du rapport d adéquation et prise en compte de ses conclusions) Examen de montage et d installation Epreuves statiques et dynamiques 1 an Vérification périodique de tous les appareils exceptés... 6 mois Appareils mobiles et d élévation de personnel (chariots, grues auxiliaires, hayons, nacelles,...) 3 mois Appareils d élévation de personnel mus par la force humaine

15 Portes et portails automatiques ou semi-automatiques (Cdt et 13 - arrêté du 21/12/93) A la mise en service ou après transformation Vérification initiale portant sur les conditions de mise œuvre des équipements et le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité 6 mois Vérification périodique du maintien en état de conformité des équipements et du bon fonctionnement des dispositifs sécurité 29 Ascenseurs et monte-charge (CDT : Arrêté du 29/12/10 ; ERP : Arrêté 25/06/80 modifié; IGH : Arrêté 31/12/11) A la remise en service après transformation importante Vérification initiale portant sur les conditions de mise œuvre des équipements et le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité 5 ans CDT IGH 1 an 1 an Vérification périodique annuelle des ascenseurs Vérification périodique annuelle des ascenseurs en exploitation non équipés de dispositifs d'appel prioritaire 6 mois Vérification périodique semestrielle des ascenseurs en exploitation équipés de dispositifs d'appel prioritaire Contrôle* technique Loi de Robien ERP 5 ans Vérification* périodique des ascenseurs par rapport au risque incendie tous yc habitation 5 ans Contrôle* technique Loi de Robien *Ces vérifications ne peuvent être réalisée que par un Organisme agréé

16 Ascenseurs et ascenseurs de charge Loi de Robien (Arrêté du 07/08/12 qui abroge l arrêté du 18/11/04) Obligations du propriétaire : Avant et 2018 suivant la nature des travaux : Mise en conformité de tous les ascenseurs Contrôle technique périodique obligatoire tous les 5 ans AVANT le 27 août 2000 Mise en conformité Réalisée avant 3 Juillet 2008 Contrôle Technique Obligatoire avant le 3 juillet 2009 Mise en conformité Entre 3 Juillet 2008 et 31 Déc 2010 Contrôle Technique Obligatoire dans l année suivant la réalisation des travaux Mise en conformité Non débutée Installation de l ascenseur APRES le 27 août 2000 Installation Avant le 1 er juillet 2004 Contrôle Technique Avant le 30 juin 2009 Installation A partir du 1 er juillet 2004 Contrôle Technique 31 décembre 2011 date limite Contrôle Technique 5 ans au maximum après la date d installation 31 Ascenseurs et ascenseurs de charge Loi de Robien (Arrêté du 07/08/12 qui abroge l arrêté du 18/11/04) Décret n du 7 mai 2012 relatif à l'entretien et au contrôle technique des ascenseurs Accompagnement obligatoire du contrôleur technique par l entreprise chargée de l entretien de l ascenseur Arrêté du 7 août 2012 relatif aux contrôles techniques à réaliser dans les installations d ascenseurs Cet arrêté concerne tous les ascenseurs, quelque soit leur lieu d installation (habitation, ERP, lieu de travail ) Met à jour la liste des documents devant être mis à disposition du contrôleur technique par le propriétaire Met à jour la liste des points de contrôles et les modalités de réalisation du contrôle L'exhaustivité des contrôles est exigée sans possibilité de dérogation. Le propriétaire à obligation de mettre à disposition l'entreprise d'entretien pendant le CT Ce contrôle ne peut être réalisée que par un Organisme agréé

17 Escaliers mécaniques Arrêté du 25/06/80 modifié (AS 10) A la remise en service après transformation Vérification initiale portant sur les conditions de mise œuvre des équipements et le bon fonctionnement des dispositifs de sécurité 1 an Vérification périodique «complète» 6 mois Vérification périodique «chaînes et crémaillères» 33 Incendie : Immeuble soumis au Cdt mois Vérification des signaux de sécurité (lumineux et acoustiques), des moyens de secours et de lutte contre l incendie : extincteurs, RIA, détection incendie, désenfumage, portes résistantes au feu, Vérification des systèmes d extinction automatique à eau de type sprinkler (selon règle R1 de l APSAD/CNPP) par organisme certifié. 1 an Audit de sécurité incendie - APCI (Assistance Prévention et Conseil Incendie) selon règle R11 de l APSAD/CNPP par organisme certifié

18 Incendie : ERP (MS 73, DF 10 et PS 32) 1 an Vérification périodique de l ensemble des moyens de secours (moyens d extinction, portes résistantes au feu, désenfumage, Systèmes de Sécurité Incendie - SSI, système d alerte, ). Par organisme agréé : installations de désenfumage mécanique associées à SSI de catégorie A ou B 3 ans Pour les ERP du 1 er groupe, vérification par un organisme agréé : - des Systèmes de Sécurité Incendie (SSI) de catégorie A et B et du désenfumage mécanique associé (mesures de débits et vitesses) - des systèmes fixes d extinction automatique à eau de type sprinkleur 1 an 2 ans 5 ans Pour les parcs de stationnement couverts de type PS : - Pour les parcs < 250 véhicules : essais de fonctionnement des moyens de secours - Pour les parcs > 250 véhicules : essais de fonctionnement des moyens de secours Vérification par un organisme agréé des installations techniques de sécurité (désenfumage mécanique, signalisation, système d alarme, détection incendie ) 35 Continuité Radioélectrique dans les ERP du 1 er Groupe (MS 71) Installations Neuves ou existantes Vérification de la conformité de la continuité radioélectrique dans les locaux et emplacement situés en infrastructure 3 ans Vérification périodique pour les établissements d une installation de relayage Ces vérifications ne peuvent être réalisées que par un Organisme agréé

19 Equipements de travail et machines Cdt R Arrêté du 05/03/93 Vérifications générales périodiques (obligatoire pour les machines listées dans l arrêté du 05/03/93) 3 mois 1 an Presses, compacteurs, massicots, machines à cylindres, BOM Centrifugeuses, machines mobiles de chantier Vérification de l état de conformité avant mise à disposition (toute machines). Vérification en tant qu'organisme notifié (CE de type) pour les machines à bois, appareils de levage de personnes et bennes de ramassage d ordures ménagères. Vérification de l état de conformité sur demande de l inspection du travail ( toute machine et par organisme agréé). 37 Diagnostics réglementaires AMIANTE Repérage avant travaux (habitation + tertiaire) Tous matériaux Examen visuel après travaux (habitation + tertiaire) Tous matériaux Repérage avant vente (habitation + tertiaire) Listes A et B Repérage pour intégration au Dossier Technique Amiante (DTA) (habitation parties collectives + tertiaire) Listes A et B Amiante Bâtiments PC < 1 er juillet 1997 Mesures d empoussièrement (labo 17025) Dossier Technique Amiante (habitation parties collectives + tertiaire) Listes A et B + autres Diagnostic parties privatives (habitation) Liste A Evaluation périodique état de conservation (habitation parties collectives + tertiaire) Listes A et B Matériaux et produits liste A: flocage, calorifugeage, faux-plafond Matériaux et produits liste B: autres matériaux apparents

20 Installations consommant de l'énergie thermique Code de l Environnement Art. R à 41 (Décret n du 09/06/09) 2 ans* Installation comprise entre 400 kw et 20 MW Efficacité énergétique Calcul de rendement Contrôle de l existence et du bon fonctionnement des appareils de mesure Vérification du bon état des installations de distribution d énergie Vérification de la tenue du Livret de chaufferie Polluants atmosphériques Mesures permettant d évaluer les concentrations de polluants atmosphériques NOX pour tous les combustibles Poussières pour les combustibles solides *Dans le cas de nouvelles installations, le premier contrôle doit être réalisé dans les 24 mois suivant sa mise en service. 39 Analyse des rejets atmosphériques sur site industriel Qu est ce que c est? Existence de seuils limites réglementaires de rejets pour certaines substances polluantes Enjeu majeur pour la protection de l environnement et de la santé des personnes Vérification lors de contrôles périodiques La mission BV Des analyses et des mesures en temps réel ou en laboratoires sur des installations industrielles Contrôles réglementaires Caractérisation des retombées atmosphériques Modélisation des dispersions atmosphériques Du conseil et de l assistance Assistance à la conception et à l exploitation des installations de traitement d air Réception des installations de traitement des rejets Nos avantages OPALE Rejets : outil efficace permettant une automatisation du rapportage et envoi du rapport sous 3 semaines Agréments et accréditations nécessaires pour réaliser le bilan de la qualité de l air et des rejets dans l atmosphère Qui est concerné? site ICPE à autorisation ou Enregistrement Centres de combustion

21 Installations de gaz combustible et chauffage / ventilation ERP : Arrêté du 25/06/80 - GZ30 CH58; Code du travail : art R à 20 1 an Vérification : De l état d entretien et de maintenance des installations et appareils, Des conditions de ventilation des locaux contenant des appareils, De la signalisation des appareils de sécurité De l étanchéité des appareils et des canalisations d alimentation en combustibles liquides ou gazeux et en fluide frigorigène. Du bon fonctionnement des accessoires de tuyauterie ( vannes, détendeurs ) Des conditions d évacuation des produits de combustion 41 Installations de climatisation et PAC réversibles Code de l Environnement Art. R (Décret n du 31/03/10) 5 ans L origine du texte : Faire des économies d énergie Installation > 12 kw en froid Contenu de l inspection périodique 3 étapes : Une inspection documentaire : analyse de documents et d informations remis à l inspecteur Une inspection sur site : Evaluation du rendement du système Son dimensionnement par rapport aux exigences en matière de refroidissement du bâtiment, Fourniture de recommandations : Ses conseils d'optimisation et d amélioration de l'installation Le vérificateur doit être certifié : L inspecteur certifié = tierce partie indépendante : N est pas le propriétaire ni mandataire des systèmes de climatisation ou de pompes à chaleur réversibles inspectés, Ne travaille pas pour l entreprise ayant réalisé l installation, Ne travaille pas pour l entreprise de maintenance ou d installation, Ne participera pas aux travaux recommandés à l issue de l inspection

22 Installations de climatisation et PAC réversibles Code de l Environnement Art. R (Décret n du 31/03/10) Echéances Périodicité : L inspection doit être réalisée tous les 5 ans. En cas de remplacement d un système de climatisation ou d une pompe à chaleur réversible ou d installation d un nouveau système La première inspection doit être effectuée au plus tard au cours de l année civile suivant le remplacement ou l installation. Délai (1 ère inspection) : > 100 kw «Système complexe» 1 er Echéance Avril ans à compter de la publication du présent décret. 12 kw à 100 kw «Système simple» 1 er Échéance Avril ans à compter de la publication du présent décret. Note : Publication JO du Décret 2 avril Le contrôle périodique de certaines catégories d installations classées soumises à déclaration Qu est ce que c est? Par manque de ressource, les inspecteurs des DREAL (police de l état en matière d environnement) ne peuvent pas faire face aux contrôles périodiques des ICPE soumises à déclaration. L Etat fait appel à des sociétés extérieures devant être agréées par le MEDAD et accréditées par le COFRAC pour réaliser ces contrôles. La mission BV Réaliser ces contrôles sur site pour vérifier la conformité aux exigences réglementaires des arrêtés ministériels modifiés des installations à déclaration. Début des contrôles : suivant échéancier réglementaire et dans les 6 mois de toute nouvelle installation Périmètre : 38 types d installations Périodicité : 5 ans Nos avantages Demande d accréditation pour l ensemble des 38 types d installations. Bureau Veritas a participé à l élaboration des textes réglementaires, du programme d accréditation en faisant partie du groupe national de travail Qui est concerné? tout exploitant d une ICPE classée à Déclaration et soumise à Contrôle périodique (+ de en France)

23 Equipements sous pression Décret du 13/12/99 ; Arrêté du 15/03/00 Récipients de gaz (cas général), récipients de vapeur d eau ou d eau surchauffée (sans couvercle amovible à fermeture rapide) : 40 mois Inspection périodique : vérification intérieure (sauf extincteurs), vérification extérieure, examen des accessoires de sécurité 10 ans Requalification (également pour les tuyauteries) Vérification intérieure, extérieure de l'équipement et de son dossier administratif Epreuve hydraulique (sauf néo-soumis par ex: échangeurs parisiens) Vérification des accessoires de sécurité 45 Equipements sous pression Décret du 13/12/99 ; Arrêté du 15/03/00 Récipients de gaz ou vapeur à couvercle amovible à fermeture rapide et générateurs de vapeur 18 mois Inspection périodique : vérification intérieure, extérieure et examen avec essais de fonctionnement des accessoires de sécurité 10 ans Requalification Vérification intérieure, extérieure de l'équipement et de son dossier administratif Epreuve hydraulique (sauf néo-soumis par ex: échangeurs parisiens) Vérification des accessoires de sécurité

24 Disconnecteurs Code de la Santé Publique Art. R an Vérification de la conformité du montage aux dispositions définies par la notice du fabricant installateur. S assurer que «l ensemble de protection» existe toujours sur le site pour la destination pour laquelle il a été installé et de vérifier que tous les organes qui constituent cet ensemble de protection remplissent toujours leur fonction de sécurité sanitaire contre les retours de fluides. Ces vérifications ne peuvent être réalisées que par des inspecteurs certifiés. 47 Risque légionnelle Qu est ce que c est? risque d infection pulmonaire en cas de développement bactérien dans les réseaux d eau chaude et inhalation possible de goutellettes d eau chargée de legionnella. Présence dans les réseaux d eau chaude sanitaire (ballons, douches, jeux d eau, Tour aéroréfrigérante, ). La mission BV Evaluation et maitrise du risque de prolifération de légionelles : Assistance à l analyse méthodique des risques d installation Elaboration du carnet de suivi de maintenance Formation des intervenants Prélèvements et analyses d eau (obligatoire une fois par an pour les ERP Inspections périodiques des TAR Nos avantages Accréditation par le COFRAC pour l inspection périodique des tours aéro-réfrigérantes Expertise technique et nos méthodologies dans le domaine de la légionelle Qui est concerné? Toutes les entreprises évoluant dans le secteur Tertiaire / Industrie / Agro-alimentaire (Responsables HSE) Tous les ERP

25 Aération / Assainissement Code de la Santé Publique Arrêté 8/10/ an Examens des installations d'aération des locaux à pollution non spécifique et des installations d'aération des locaux à pollution spécifique sans système de recyclage : - Contrôle du débit global d'air extrait - Examen de l'état des éléments de l'installation - Contrôle des pressions statiques ou vitesse d'air aux points caractéristiques de l'installation (Lorsque le dossier de valeurs de référence est constitué) 6 mois Examens des installations d'aération des Locaux à pollution spécifique lorsqu'il existe un système de recyclage : - Contrôle de la concentration en poussière sans effet spécifique ou autres polluants dans les gaines de recyclage ou à leur sortie dans un écoulement canalisé. - Contrôle de tous les systèmes de surveillance mis en œuvre. 3 mois ERP (CH 39) - Contrôle des filtres en l'absence d'un système de mesure et d'alarme fonctionnant en permanence 49 Surveillance de la qualité de l air intérieur dans les établissements recevant du public Mise en application de la loi GRENELLE II qui a institué une obligation de surveillance de la qualité de l air intérieur pour les propriétaires et exploitants de certains ERP ERP accueillants des populations sensibles ou sur de longues périodes comme les crèches, les écoles, les établissements d accueil des personnes handicapés et encore les établissements pénitentiaires pour mineurs OBJET : Surveillance de la qualité de l air dans les ERP

26 Textes réglementaires Décret n du 2 décembre 2011, relatif à la surveillance de la QAI dans certains ERP Champ d application Décret n du 5 janvier 2012, relatif à l évaluation des moyens d aération et à la mesure des polluants effectuées au titre de la surveillance de la QAI dans certains ERP Méthodologie Arrêté du 24 février 2012, relatif aux conditions d accréditation des organismes procédant aux mesures de la QAI et à l évaluation des moyens d aération du bâtiment COFRAC En complément : Décret n du 2 décembre 2011, relatif aux Valeurs Guides d Air Intérieur pour le formaldéhyde et le benzène VGAI réglementaires 51 Descriptif de la prestation Surveillance de la QAI dans les ERP 2 phases Evaluation des moyens d aération des bâtiments Campagne de mesures de polluants

27 ERP concernés et échéances correspondantes ERP concerné Échéance 1. Etablissements d accueil collectif d enfants de moins de 6 ans 1 er janvier Accueil de loisirs (centre de vacances, accueils collectifs de mineurs avec hébergement) R er janvier Établissements d enseignement ou de formation professionnelle du premier et second degré 4. Structures sociales et médico-sociales rattachées aux établissements de santé ainsi que les structures de soins de longue durée L er janvier 2015 (maternelle) 1 er janvier 2018 (élémentaire) 1 er janvier 2020 (autres) 1 er janvier Etablissements mentionnés aux 1, 2, 4, 6, 7, 12 du I de l article L du code de l action sociale et des familles L er janvier Etablissements pénitentiaires pour mineurs, quartiers des mineurs des maisons d arrêt ou des établissements pour peines 7. Etablissements d activités physiques et sportives couverts dans lesquels sont pratiquées des activités aquatiques, de baignade ou de natation R er janvier er janvier Généralités Décret n du 2 décembre 2011 Prestation réalisée par un organisme accrédité (uniquement polluants ; il n y aura pas de référentiel COFRAC pour l aération, ni d arrêté pour le rapport) Périodicité de 7 ans, sauf si dépassement des valeurs au-delà desquelles des investigations complémentaires doivent être menées 2 ans Les locaux à pollution spécifique sont exclus Rapport aération transmis dans les 30 jours Rapport polluants transmis dans les 60 jours Toujours pas d arrêté pour les modalités de diffusion des résultats au sein de l établissement, et le cas échéant à la préfecture Si dépassement des valeurs au-delà desquelles des investigations complémentaires doivent être menées, l organisme de contrôle informe la préfecture du lieu d implantation 15 jours après réception des résultats

28 Aires de jeux Equipements sportifs AJ : décret et décret et ES : Code du sport 1 an Vérification périodique Aires de Jeux Buts de football, de handball Panier de basketball Sont également soumis, sous d autres référentiels, les équipements comme les parcours Acrobatiques, les structures artificielles d'escalade, les appareils d entrainement fixes, les parcours de santé, les installations pour sports à roulettes et vélos bicross, les équipements de volley-ball, le matériel de gymnastique Le donneur d ordre est tenu de s assurer que les équipements soient conçus, implantés, équipés et entretenus de manière à ne pas présenter de risque pour la sécurité et la santé de ses usagers dans le cadre d une utilisation normale et prévisible, Et de mettre à disposition du public des matériels conformes aux normes et / ou des matériels en bon état de conservation. 55 Transport Marchandises Dangereuses Votre entreprise décharge, conditionne, charge ou transporte des marchandises dangereuses? Si oui, alors l arrêté relatif au Transport de Marchandises Dangereuses vous est applicable! (Arrêté du 29/05/2009 dit «arrêté TMD»)

29 Matières dangereuses : exemples Produits neufs et déchets dangereux Peintures / Solvants Huiles Parfums Aérosols Cartouches / Bouteilles de gaz Piles et batteries etc Matières dangereuses : 2893 références UN pour matières et objets 57 J expédie des produits chimiques / déchets, quelles sont mes obligations? M'assurer que les marchandises dangereuses soient classées et autorisées au transport conformément à l'adr, N'utiliser que des emballages, [ ] citernes [ ] agréés et aptes au transport des marchandises concernées et portant les marques prescrites par l'adr. Vérifier l arrimage La remise au transport des marchandises à des unités de transport conformes : placardage, équipements ADR => contrôle de l unité. Opérations de transfert menées selon les réglementations (Code de l Environnement/Code du travail / ADR) Fournir au transporteur le document de transport S assurer que toutes les personnes dont le domaine d activité comprend le TMD est formé

30 Etes vous soumis au conseiller à la sécurité? Comment optimiser la gestion de vos vérifications réglementaires? 30 51

31 Le portail personnalisé Bureau Veritas : Un accès simple et convivial à l ensemble de vos rapports et livrables Un espace internet privatif accessible en permanence par un login personnel Une visualisation du planning prévisionnel et des archives : Statut de l intervention : Date prévisionnelle..., RDV pris le, Terminée depuis le... Position du rapport : En cours de rédaction, En attente de frappe, En attente de signature, Envoyé au client Notification hebdomadaire par mail (liste des rapports postés dans la semaine avec un lien pour accéder directement aux rapports) Un focus sur les Actions à Entreprendre avec : Une vision synthétique de leur existence sur l ensemble du parc Le détail de chaque action La possibilité d intégrer un suivi individualisé pour chaque Action 61 Un écran de recherche des rapports Installer des filtres Segmentation des accès (par secteur géographique, technique et privilèges) Objet vérifié Dernière visite

32 Une gamme de services pour le bien-être et la santé au travail Avec l outil, gérez, diffusez et consultez votre Document Unique et vos plans d actions en ligne partout, et à n importe quel moment. Bénéficiez d un format et de méthodes d évaluation des risques personnalisables et harmonisées pour l ensemble de vos sites. Partagez les résultats et les actions associés, pilotez l ensemble de vos démarches en maitrise durable des risques professionnels dans un seul outil. By BUREAU VERITAS 63 Veille Réglementaire Personnalisée et Commentée Pourquoi? A quels textes réglementaires suis-je assujetti? Comment rester en prise avec l actualité réglementaire? Comment en mesurer l impact sur mon activité? Suis-je en conformité avec la nouvelle réglementation? La mission BV - Un triple niveau d information : résumé des textes, commentaires personnalisés, textes complets consolidés - Des messages d alerte à chaque parution d un nouveau texte - des grilles d auto-diagnostic pour les textes d application directe - Un espace de questions-réponses permettant de solliciter l avis de Bureau Veritas sur toute l activité HSE de l entreprise sous 48h. - Des dossiers thématiques permettant de disposer d une vision synthétique des problématiques HSE Nos avantages Un accès à la version consolidée des textes Possibilité pour le client de faire des commentaires pour chaque texte Qui est concerné? Tous les secteurs d activité : Directeurs de sites Responsables HSE

33 Transformez vos rapports d inspection en outil de décision Le principe de la dématérialisation des rapports

34 La dématérialisation : de multiples avantages Des rapports Plus simples à lire Disponibles dès l issue de l intervention Offrant une meilleure réactivité Une meilleure gestion des budgets maintenance Faire de économies : stockage, papier Une interface avec vos systèmes d informations Avec «Opale Box», Bureau Veritas vous permet d intégrer en temps réel à vos systèmes d informations et notamment aux logiciels de GMAO, les résultats de ses interventions. Selon vos besoin, Bureau Veritas vous transmet via un réseau sécurisé les données issues de ces rapports (anomalie, non-conformités, observations ) Une meilleure réactivité dans le traitement des non-conformités avec un transfert immédiat des informations La centralisation de l information pour optimiser les opérations de maintenance et le suivi de l équipement

35 Des rapports illustrés Avec «Opale View», Bureau Veritas intègre dans ses rapports des photos pour vous permettre de visualiser rapidement les observations et nonconformités relevées lors de nos interventions. Une meilleure compréhension des observations Un gain de temps dans le traitement de la levée d observation et la mise en conformité Exemple : Rapport installations électriques Exemple : Rapport Porte et Portail 69 Des observations classées Toutes les observations réalisées au cours des vérifications réglementaires doivent être traitées. Mais leur degré d urgence et la nature des dangers associés sont variés. «Opale Cod» vous permet de hiérarchiser les observations de nos interventions pour mettre en œuvre et planifier un plan d action (travaux, maintenance ) La priorisation et l organisation du traitement des observations selon des critères de classification personnalisées et homogènes entre vos différents sites Exemple : Rapport installations électriques

Obligations des propriétaires et gestionnaires

Obligations des propriétaires et gestionnaires Obligations des propriétaires et gestionnaires Établissements recevant du public Édition février 2014 Installations électriques et incendie Électricité Ensemble des installations XXvérification à l occasion

Plus en détail

Équipements de travail et de manutention - Moyens de protection... p. 8

Équipements de travail et de manutention - Moyens de protection... p. 8 Vos obligations réglementaires Vérifications périodiques Formation de votre personnel Bureau Veritas propose une gamme complète de prestations qui vous permet de satisfaire à toutes vos obligations réglementaires

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE PAGE 1 INTRODUCTION PAGE 2 I ENTRETIEN CONTROLE ET VERIFICATION TECHNIQUES PAGE 3-4 II CLASSEMENTS ET CATEGORIES DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad na17.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE na17.1. Les établissements recevant du public na17.2. Les établissements généraux na17.3. Les établissements spécialisés

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net

HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT. 8 modules de management intégrés. www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 8 modules de management intégrés www.red-on-line.net www.red-on-line.net HSE MONITOR GESTION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT 1. 2. 3. 1. 4. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 5. 1.

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1)

Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Logo de l organisme de Formation Intitulé Formation initiale d agent des services de sécurité incendie et d assistance à personnes (SSIAP1) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES. Projet UE5 : Facteur d ambiance 2008/2009 LES VERIFICATIONS TECHNIQUES OBLIGATOIRES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES. Projet UE5 : Facteur d ambiance 2008/2009 LES VERIFICATIONS TECHNIQUES OBLIGATOIRES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES Projet UE5 : Facteur d ambiance 2008/2009 LES VERIFICATIONS TECHNIQUES OBLIGATOIRES Etudiants : Enseignants responsables : France GIOT M. ATHUYT

Plus en détail

18 Février 2011 à 12 Heures

18 Février 2011 à 12 Heures MARCHES PUBLICS DE SERVICES Ville d Auterive Place du 11 novembre 1918 31190 AUTERIVE 05 34 28 19 30 Cahier des Clauses Administratives Particulières Création d une médiathèque dans le bâtiment dénommé

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs

maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs maîtriser la qualité et les risques industriels avec sgs l offre SGS dédiée à vos projets industriels SGS apporte un support à vos projets industriels tout le long de leur vie, de la conception à la mise

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Poissonnerie Vous voulez démarrer une activité de poissonnerie. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement d hygiène et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

Intitulé du stage. Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Intitulé du stage Dates Initiation à l'environnement industriel Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011 Recherche et réduction des rejets de Substances Dangereuses dans l'eau Mardi 20 septembre 2011 Mardi

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel AT/B001. + TP 0,5 jour optionnel AT/B002 3 AT/X017

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc. + TP 0,5 jour optionnel AT/B001. + TP 0,5 jour optionnel AT/B002 3 AT/X017 ATEX Habilitation ATEX niveau 1 - Agent d exécution technique intervenant dans les zones à risques d explosion 1 + TP 0,5 jour optionnel AT/B001 02 Habilitation ATEX niveau 2 2 + TP 0,5 jour optionnel

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

CATALOGUE DE hformation GAZ

CATALOGUE DE hformation GAZ CATALOGUE DE hformation GAZ 6 Rue des Bonnes Gens 68025 COMAR CEDEX Tél : 03.69.28.89.00 Fax : 03.69.28.89.30 Mail : contact@coprotec.net Site : www.coprotec.net SOMMAIRE PRESENTATION... 3 NOS FORMATIONS

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4)

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) DOCUMENT DE REFERENCE Ce document présente le contexte relatif à l organisation des formations «amiante sous-section 4» : Les compétences

Plus en détail

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002

Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 Code de la Santé Publique et Arrêté du 22 août 2002 En tant que propriétaire de votre bâtiment (qu il soit à usage commercial, professionnel ou d habitation collective), vous devez, par l intermédiaire

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014

Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP. Commerces. Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Réglementation contre les risques d incendie et de paniques dans les ERP Commerces Salon IDDEBA Beauvais 19 juin 2014 Lt/Col GERARD P - SDIS 60- juin 2014 1 Classement des établissements recevant du public

Plus en détail

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES

LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES LE GROUPE CHECKPOINT EXPERTISES un réseau de proximité une culture de l efficacité Rejoignez la 1 ère franchise nationale dans le domaine du contrôle réglementaire et de la prévention des risques professionnels

Plus en détail

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc.

Formation Durée TP Référence Ville Juil. Aôut Sept. Oct. Nov. Déc. ATEX Intégration des installations électriques en zones ATEX 3 AT/C001 Lyon 05-07 Intégration des équipements et conformité des lieux de travail en zones ATEX 2 AT/C002 Lyon 24-25 Maintenance et dépannage

Plus en détail

CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles

CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles Lors de la réalisation d une installation de production d électricité par la pose de générateur photovoltaïques

Plus en détail

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage

Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Attestations, mesures, DPE, études réglementaires : de nouvelles prestations obligatoires s imposent aux maitres d ouvrage Jean-Michel Desoutter 18 juin 2014 Les prestations connexes au contrôle technique

Plus en détail

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE A/ Une réglementation et un contrôle spécifiques - une réglementation fondée sur le Code de la Construction et de

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX

Nantes, le 22 décembre 2014. Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-056821 Nantes, le 22 décembre 2014 Monsieur le Directeur IONISOS Zone industrielle Les Chartinières 01120 DAGNEUX Objet Contrôle des installations

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Déménagement Vous voulez démarrer une activité de déménagement. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en conformité

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

Groupe de travail sur la mise en sécurité des bâtiments Réglementation accessibilité aux personnes handicapées

Groupe de travail sur la mise en sécurité des bâtiments Réglementation accessibilité aux personnes handicapées Groupe de travail sur la mise en sécurité des bâtiments Réglementation accessibilité aux personnes handicapées CHS national du 11 mai 2010 Mise en conformité des bâtiments la réglementation P. 2 Loi n

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2

FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION CLASSE 2 INFORMATIONS GENERALES Page 1 / 14 1. INFORMATIONS GENERALES N du dossier : Art. 7.7.b «La nature et l emplacement de l établissement, l objet de l exploitation, les installations et procédés à mettre

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE DIRECTION DEPARTEMENTALE DES SERVICES D'INCENDIE ET DE SECOURS DU MORBIHAN Remarque préliminaire : NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Cette notice descriptive de sécurité

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES OFFRES DE STAGE SECTEUR / REGION 13 / 59 / 33 / 69 GENIE CLIMATIQUE GENIE CIVIL ADMINISTRATIF CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

Plus en détail

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Présentation du 31 mars 2015 Atelier ACTENA Samuel CARRE Marc EGLIN La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Sujets de la présentation Présentation QCS et CORETEC

Plus en détail

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552

REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 REGLES D ATTRIBUTION ET DE SUIVI DE LA CERTIFICATION AMIANTE 1552 Date d application : 4 février 2013 DOC-PC 024 version 02 1/13 SOMMAIRE PAGES 1 OBJET 3 2 TERMINOLOGIE 3 et 4 3 DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

Sécurité au travail : les contrôles et vérifications obligatoires

Sécurité au travail : les contrôles et vérifications obligatoires 1 Sécurité au travail : les contrôles et Livre blanc Mars 2010 Éditions Tissot Mars 2010 1/36 2 Introduction La maitrise du risque passe par l intégration de la sécurité dans les mentalités et les comportements.

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

«Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement»

«Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement» «Établissements du type R Établissements d éveil, d enseignement, de formation, centres de vacances, centres de loisirs sans hébergement» (Arr. 4 juin 1982 ; Arr. 13 janv. 2004, art. 2) SECTION I Généralités

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD

Inspection sanitaire des EHPAD. 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Inspection sanitaire des EHPAD 3ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD / Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 17/11/2011 Contexte L inspection s inscrit dans le volet

Plus en détail

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées

S informer sur les formations obligatoires ou recommandées GUIDE S informer sur les formations obligatoires ou recommandées FEV 2012 Le Code du travail ou les instances de prévention des risques professionnels imposent ou recommandent expressément le suivi de

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Santé

Règles Générales de Sécurité et Santé R.G.S.S. destinées aux entreprises extérieures devant intervenir sur les bâtiments et installations de la Banque Internationale à Luxembourg S.A. Les Règles Générales de Sécurité et Sûreté (R.G.S.S.) ont

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail